Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le commerce du Nord

 | 
Pierrick Pourchasse

Première partie. Le Nord, un élément essentiel du grand commerce européen

Chapitre 2. Une réserve de munitions navales pour l’Occident

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Le bois, un produit de base pour la marine

Les ressources forestières du Nord

1Dès le Moyen-Âge, les forêts occidentales montrent des signes d’épuisement et il est nécessaire de faire appel à des approvisionnements de plus en plus éloignés pour satisfaire la construction ou les activités industrielles. Ainsi en va-t-il de la construction navale qui nécessite d’énormes quantités de produits forestiers. Comme le bois ne peut pas être transporté par voie de terre sur de longues distances en raison de son encombrement et de sa faible valeur, le flottage sur les fleuves et les rivières ou le transport par voie maritime sont les seules solutions pour l’amener vers les marchés consommateurs.

  • 1 Jeannin P., « Les marchés du nord… », op. cit., p. 60.
  • 2 Pelus Kaplan M.-L., « Les Européens et la Baltique… », op. cit., p. 109.

2Les immenses forêts du Nord offrent leurs ressources aux besoins occidentaux. La proximité de la mer Baltique et le réseau hydrographique de l’Europe septentrionale rendent concurrentielle leur production sur tous les marchés. Selon Pierre Jeannin, le bois constitue l’article importé des contrées septentrionales « le plus important, sûrement en poids, mais aussi sans doute en valeur1 ». En 1787, les chargements de produits forestiers représentent environ la moitié de la capacité des navires passant le Sund vers l’Ouest, soit environ 800 000 tonneaux. Pour de nombreux armateurs, le transport des bois du Nord est l’activité première et leurs navires sont spécialement conçus à cet effet. La demande se développe au cours du xviiie siècle, tout particulièrement après 1760. Le nombre de pièces exportées passe de 27 700 000 entre 1760-1770 à 37 000 000 au cours de la décennie suivante2.

3L’étude des importations de bois de la Baltique est excessivement imprécise du fait de la complexité de la nomenclature. Le bois est par nature un produit difficile à uniformiser et les dénominations sont excessivement floues. Les comptes du Sund donnent quantité de noms différents selon l’essence, l’origine, les dimensions, la destination, la transformation des bois (équarris, tranchés ou sciés.)

  • 3 AN B1 451, 25/11/1727.
  • 4 Dundsdorfs E., « Dazas tirdzniecîbas parasas 17. un 18. gadu simtemî », Latvijas Vestures Institût (...)

4De tous les bois du Nord, les mâts sont ceux qui présentent les plus grandes dimensions. Le diamètre des mâts se mesure en palmes, une palme étant égale à douze lignes. La façon de prendre les mesures est différente d’un pays à l’autre aussi est-il difficile d’utiliser les sources puisque le système employé n’est jamais indiqué. En France, la mesure se prend à douze pieds du gros bout, alors qu’en Norvège ou en Angleterre, on mesure les mâts par le gros bout ce qui fait que « 20 palmes anglaises se réduisent à 17 palmes de France3 ». À Riga, l’on prend le périmètre à douze pieds du gros bout que l’on divise par 3/74. Un mât doit être sans défaut et élancé : à soixante pieds de son extrémité la plus large, sa circonférence doit être égale au deux tiers de cette dernière. À Riga, un mât de vingt palmes fait au minimum quatre-vingt pieds. Pour chaque palme supplémentaire, la longueur s’accroît de deux pieds. Lors de leur commercialisation, les mâts sont divisés en trois catégories variables suivant les pays.

  • 5 AN B3 418.

5Le second groupe de produits forestiers provenant du Nord est constitué par les bois sciés en pin ou en chêne qu’il est possible d’identifier à des planches épaisses ou des à madriers (la « planche » du xviiie siècle est plus épaisse et plus courte que celle d’aujourd’hui). Les dimensions de ces produits varient selon le temps et les lieux de chargement. Il en existe deux grandes catégories : les fameuses « planches de Prusse » utilisées dans la construction navale, réputées pour leur qualité et leur résistance et un second type, dit « ordinaire », de dimensions plus petites. D’autres produits appartiennent au groupe des bois sciés, ensemble difficile à répertorier du fait de l’imprécision des dénominations. Ainsi, en 1755, les services diplomatiques français à Stockholm s’inquiètent de « l’incertitude de la vraie signification de plançon », Suédois et Français n’ayant pas la même définition du produit5.

6Les bois de tonnellerie forment une catégorie d’importance dans les exportations nordiques. Une partie de ces marchandises a la particularité d’être tranchée dans le sens des fibres, et non sciée. Le dernier groupe de produits forestiers regroupe les bois bruts ou simplement équarris. Les poutres ou barrots, produits les plus courants dans les cargaisons vers l’Occident, sont des troncs le plus souvent de sapin, parfois de chêne. Les rondins, autre type de bois bruts, sont de plus en plus présents dans les cales des navires à mesure que le siècle avance. À ces principales catégories s’ajoutent quantité d’autres produits plus ou moins travaillés : barres de guindeau, manches de gaffe, ailes de moulin, chevilles…

  • 6 Jou K.-C., Le commerce des bois entre Königsberg et Amsterdam 1550-1650, Thèse, Paris, 1992, p. 17

7Il n’existe pas de mesure de volume pour quantifier le bois chargé dans les navires. Les pièces de grandes dimensions comme les mâts se comptent à l’unité alors que les planches ou les bois de tonnellerie sont commercialisés par douzaine, soixantaine, cent, « ring » (240 pièces) ou millier. D’une façon générale, la quantité de bois définie par une unité a tendance à être supérieure au sens propre de cette unité6. Si la soixantaine à Trondheim vaut bien 60 pièces, elle en vaut 63 à Christiania. Quant au cent, il est divisé en gros cent (égal à 12 « ring » soit 2 880 pièces) et en petit cent de 120 pièces, certains bois se comptant d’une manière ou de l’autre sans que cela soit spécifié dans les documents d’archives.

La spécialisation des régions productrices de bois

  • 7 Johansen H.-C., « Baltic Timber exports in the Late Eighteenth Century », The Baltic as a Trade Ro (...)

8La quasi-totalité des pays de la Baltique produit et exporte des produits forestiers. Pour autant, les différentes zones d’approvisionnement ne sont pas concurrentes entre elles mais complémentaires. Les bois proposés diffèrent d’une région à l’autre, chacune répondant à une demande précise et plus ou moins forte de l’Occident. De nombreux facteurs naturels, historiques, politiques, économiques expliquent la spécialisation des productions, chaque pays ayant intérêt à concentrer ses efforts dans la production de marchandises pour lesquelles il dispose d’un avantage relatif par rapport à ses concurrents. Les régions productrices organisent également leurs exportations en fonction de la demande de places spécifiques d’Europe Occidentale avec lesquelles elles ont des relations privilégiées7. Ces différents facteurs et ces liens particuliers entre producteurs et acheteurs accentuent la spécialisation des régions productrices.

Les différentes zones productrices des bois du Nord

Les différentes zones productrices des bois du Nord

9Les premiers pays du Nord à répondre à la demande occidentale sont la Norvège et la Prusse. Dès le xive siècle, les bois prussiens entrent en Hollande suivis, au siècle suivant, par les bois norvégiens. Ce double approvisionnement s’explique par la composition des forêts des deux pays. En Norvège, les résineux (pin, sapin) dominent alors que dans les régions de la Baltique les résineux et les feuillus (chêne) sont mélangés.

  • 8 Bizière J.-M., Économie et dirigisme. op. cit., p. 547.

10L’immense réservoir forestier que constitue la Norvège est très tôt exploité pour subvenir aux besoins de l’Occident. Le pays possède plusieurs avantages, sa proximité des grands marchés européens et « une configuration géographique tout à fait favorable caractérisée par l’existence de nombreuses vallées dévalant les flancs de ces montagnes pour se jeter dans la mer ce qui permettait d’un seul coup de résoudre deux difficultés majeures : celle du transport du bois depuis les forêts jusqu’au littoral qui se fit tout naturellement par flottage ; celle de la fourniture de l’énergie nécessaire pour actionner les scieries8 … »

11Alors que la demande étrangère se développe, la monarchie danoise qui contrôle la Norvège impose de sévères restrictions à la production nationale. L’exportation du bois de chêne, espèce rare, est interdite et les plus beaux arbres, en particulier les bois de mâture, sont réservés à la marine de guerre. La vente à l’étranger de planches est rigoureusement réglementée, les producteurs ne devant pas dépasser une certaine quantité fixée par les autorités. Dans les meilleures années, les exploitants forestiers ne peuvent exporter que le quota légal plus les stocks exceptionnels des quatre années précédentes, quand ils existent. Ces divers facteurs restreignent les sorties de bois du royaume scandinave.

12Au xviiie siècle, la forêt norvégienne commence à marquer certains signes d’épuisement et est dans l’incapacité de livrer des produits « haut de gamme ». La Norvège expédie des bois bruts sous la forme de poutres de grande section, des billes de taille plus petite et des bois sciés : madriers et surtout lattes, planches de petites dimensions qui sont une spécialité du pays.

  • 9 AN B1 451, 25/11/1727.

13L’affaiblissement des ressources conduit à une diminution progressive de la part des exportations norvégiennes au cours du xviiie siècle. Après la mer du Nord, la Baltique devient le nouveau centre d’approvisionement de l’Occident en produits forestiers. La baisse des coûts de transport favorise ce transfert du commerce des bois vers l’Est. En 1727, « le fret n’est pas plus cher de prendre des mâts à Riga que si on les prenait en Norvège où il ne se fait aucune consommation au lieu qu’à Riga, on y transporte une infinité de choses utiles pour le pays en sorte qu’on est payé pour le voyage aller et pour le retour9 ».

  • 10 AN B1 611, 06/01/1775.

14Les forêts de l’Ouest de la Baltique sont exploitées depuis longtemps et, comme en Norvège, les ressources et la qualité des bois se sont affaiblies. En Poméranie et en Pologne, la plupart des pièces de chêne produites sont de petites dimensions, généralement exportées comme douelles pour la tonnellerie. Stettin, « comblée de faveurs par le roi de Prusse10 », qui, en cette fin de xviiie siècle, a l’ambition de faire du port poméranien le rival de Hambourg en Europe du Nord, est le premier centre exportateur de pièces de chêne pour la tonnellerie.

  • 11 Åstrom S.-E., From Tar to Timber, Studies in Northeast European Forest Exploitation and Forest Tra (...)

15La production de bois tranchés provenant des régions du sud de la Baltique s’explique également par des raisons sociales. Dans ces régions où la main d’œuvre servile abondante permet d’obtenir des coûts salariaux très faibles, il est profitable d’exploiter cet avantage et de se spécialiser dans le sciage à la main et dans les bois fendus ou équarris qui nécessitent beaucoup de travail. En revanche, dans les régions plus au nord où les paysans ne sont pas soumis au servage, la productivité est améliorée en développant le sciage hydraulique des bois11. Ceci aboutit à un contraste considérable dans le degré d’industrialisation entre les deux rives de la Baltique.

  • 12 Johansen H.-C., « Baltic Timber… », op. cit., p. 25.

16Outre les bois tranchés, la Prusse et la Pologne produisent des bois équarris et des madriers, tout particulièrement les « planches de Prusse » exportées par Dantzig puis par Memel. Avant 1764, le trafic de ce dernier port n’est pas d’une grande importance mais en 1787, il représente 26,8 % de la valeur totale des produits forestiers qui sortent de la Baltique12.

17En Suède, pays au riche potentiel minier, l’exploitation forestière est une activité en retrait. De grandes quantités de bois sont réservées à la production de charbon pour les besoins de l’industrie du fer, ce qui freine la diffusion des nouvelles techniques de sciage. L’utilisation des forêts est limitée par les autorités. La sortie des mâts, réservés aux arsenaux, est sévèrement réglementée et doit supporter de lourdes taxes douanières tout comme les poutres des forêts de Finlande qui sont destinées à la construction locale. Ce n’est qu’à partir des années 1750 que les autorités prennent en compte les demandes des industriels du bois. Les restrictions ne sont pas totalement abolies mais l’activité des scieries est désormais favorisée.

18La croissance des exportations suédoises, régulière au cours de la seconde partie du siècle, est cependant contenue face à l’explosion de la demande occidentale et à la production de masse de la forêt russe.

Les richesses de l’immense forêt russe

  • 13 Devèze M., « Contribution à l’histoire de la forêt russe », CMRS, vol. V-3, 1964, p. 316.
  • 14 Kahan A., op. cit., p. 168.

19À partir du règne de Pierre le Grand, les autorités de Saint-Pétersbourg, conscientes des richesses naturelles du pays, organisent l’exploitation des bois en dotant la Russie d’une véritable législation forestière. Cette décision est sans effet car la noblesse, peu soucieuse de ménager les forêts et désireuse d’exploiter les richesses de ses terres, obtient la limitation des contraintes pesant sur ses propriétés. Le principal « résultat de cette politique libérale fut que, pour la première fois, certaines forêts, richesses naturelles de la Russie, furent l’objet de spéculations monétaires et tombèrent entre les mains des marchands13 ». Malgré l’accroissement de la production, le bois joue un rôle marginal dans la totalité des exportations russes (5 % de leur valeur totale14).

  • 15 Campredon J., Les bois, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1963, p. 94.
  • 16 Kaplan H., Russian Overseas Commerce with Great Britain during the reign of Catherine II, Philadel (...)

20Au xviiie siècle, Riga, un des plus vieux ports de la Baltique spécialisé dans le commerce des munitions navales, conserve une place de premier plan dans l’exportation des produits forestiers. La ville est célèbre pour ses mâts, réputés pour leur taille, leur souplesse et leur solidité, qui constituent des produits indispensables aux grandes puissances maritimes. Le pin sylvestre du Nord, dont sont tirés ces mâts, est « un arbre à fût droit et élancé, à cœur rougeâtre très marqué15 ». Les fortes densités de pieds dans les immenses forêts donnent aux arbres une grande hauteur, pas de nœuds et peu de déformations tandis que le climat froid leur procure souplesse et résistance. Les pins de Riga sont plus recherchés qu’aucun autre bois de mâture. Même l’Angleterre qui dispose d’immenses ressources dans ses colonies américaines préfère les mâts de la Baltique. En 1780, un responsable des constructions navales de Portsmouth déclare que les mâts de Riga, moins chers et de moindre poids, peuvent avoir un pouce de moins en diamètre tout en restant supérieurs en force aux autres bois16.

  • 17 Dunsdorfs E., « Dazas… », op. cit., p. 271.

21L’hinterland du port livonien a de larges ressources et les autorités de Saint-Pétersbourg laissent une grande liberté aux exportateurs. Au xviiie siècle, Riga se procure des bois de mâture dans les contrées très éloignées de l’Europe Orientale. Après l’abattage des arbres, les troncs remontent le Dniepr où ils attendent l’hiver pour être acheminés par voie de terre jusqu’à la Daugava. Les bois mettent deux et parfois trois ans pour arriver sur les côtes de la Baltique depuis la Galicie, la Volhynie ou la Podolie17.

22Les autorités municipales ont mis au point un système de vérification très rigoureux pour garantir la qualité des produits exportés. Les mâts sont méticuleusement examinés avant de recevoir la marque du contrôle (deux clés croisées) autorisant leur exportation. Les Occidentaux ont une grande confiance dans le système de contrôle des bois mais les abus sont fréquents, tout particulièrement en période de guerre. Lors de leur vente, les mâts sont regroupés en lots de deux, trois ou d’une demi-douzaine de pièces. Un lot peut comprendre des mâts de très bonne qualité et d’autres moins intéressants. Une pièce exceptionnelle est généralement groupée avec des pièces défectueuses. Les lots ne peuvent pas être cassés lors de leur vente. Pendant les conflits, les propriétaires nettoient leurs forêts et mettent sur le marché des produits de qualité inférieure difficilement commercialisables. Ils savent qu’ils seront achetés par les Occidentaux pressés de s’approvisionner en munitions navales. Les acheteurs se plaignent de ce système mais tous les mâts mis sur le marché trouvent preneurs.

  • 18 AN B1 451.

23Au xviiie siècle, après des décennies d’exploitation forestière, les pins sylvestres de la Baltique de plus de vingt-quatre palmes deviennent rares. De plus, l’accroissement de la distance entre les lieux d’exploitation et les ports provoque la détérioration des arbres. Les « beaux mâts » qui arrivent dans les ports occidentaux ont généralement 20 à 24 palmes de circonférence18.

  • 19 Feodâlâ Riga, Riga, Latvijas PSR Zinatnu akademija Vestures instituts, 1978, p. 258-259.
  • 20 Johansen H.-C., « Baltic Timber… », op. cit., p. 27.

24Riga domine le commerce des bois de mâture. Le nombre de pièces qui sortent du port croît au cours du xviiie siècle : dans la décennie 1721-1730, la moyenne annuelle est de 1 081 unités, entre 1751 et 1760, elle atteint 5 557 pièces puis 7 071 entre 1781 et 179019. En 1787, la valeur des mâts exportés par le port livonien représente 63,2 % de la valeur totale des exportations de ce produit vers l’Europe occidentale20. Le commerce des bois de Riga ne se limite pas aux mâts et une grande variété de marchandises est expédiée vers l’Occident, en particulier des pièces de bois brut et des produits semi transformés provenant des 54 scieries livoniennes créées au xviiie siècle.

25Narva, autre grand port de la côte balte, exporte plus de la moitié des bois, en nombre de pièces, qui sortent des ports russes au cours de la première partie du xviiie siècle. Sa position s’affaiblit à partir de 1756 quand la tsarine Elisabeth interdit les exportations estoniennes pour cause de déforestation et d’épuisement des ressources. La chute est brutale, le nombre de navires passe en une année de quatre-vingt unités à une seule. Les marchands de Narva réagissent contre cette mesure et forment un véritable « lobby du bois » dans le but de faire pression sur les autorités pour exporter à nouveau vers l’Occident. Le sénat de Saint-Pétersbourg lève finalement l’interdiction et autorise la sortie de soixante cargaisons par an à un tarif douanier préférentiel. Narva ne retrouve cependant pas la place qu’elle avait au début du siècle. La quasi-totalité des bois enlevés dans le port estonien est destinée à la Hollande et à la Grande-Bretagne. Les navires hollandais chargent des poutres de sapin tandis que les Anglais achètent des madriers.

26Le développement du commerce du bois dans les espaces septentrionaux des golfes de Botnie et de Finlande est dû à la politique mercantiliste de la Suède. Les Hollandais, dont la demande en produits forestiers est très forte, ne peuvent plus prendre des bois suédois car il leur est interdit d’amener en Suède des marchandises d’un pays tiers. D’autre part, Saint-Pétersbourg, nouvelle capitale en construction, développe un commerce d’importation qui suscite l’intérêt des négociants d’Amsterdam. Le problème des armateurs est de trouver des marchandises en retour vers l’Occident d’une région encore peu active économiquement. Pour répondre à ces contraintes, les Hollandais, grâce à leurs ressources en capital et leur habileté technique, installent des scieries et organisent un commerce d’exportation de la région de Viborg (ville appartenant à la Russie) en premier lieu puis de toutes les régions avoisinant le golfe de Finlande. La zone se spécialise dans les planches ordinaires, marché qu’elle domine au nombre de pièces expédiées. La production carélienne reste aux mains des Hollandais même si, à partir de 1760, la demande anglaise prend une part de plus en plus importante.

27Le Nord dispose d’autres richesses nécessaires à la construction navale, tout particulièrement le goudron et le chanvre dont la qualité supérieure en fait le principal fournisseur vers l’Europe occidentale.

La qualité supérieure du goudron et du chanvre du Nord

Le goudron, une spécialité suédoise

  • 21 Arcanson vient d’une déformation d’Arcachon, un des lieux de production français de goudron.

28Le goudron est un produit indispensable dans la construction navale, utilisé pour le calfatage, c’est-à-dire l’imperméabilisation des coques des navires, et la protection des cordages. Produit de nature résineuse, il est fourni par les conifères soit par exsudation, soit par distillation. Après cuisson, le goudron peut ensuite être transformé en brai, produit plus épais. Deux barils de goudron sont nécessaires pour produire un baril de brai. Selon sa consistance le brai peut être qualifié de « gras » ou de « sec » (appelé également arcanson21).

29Le goudron et le brai sont fabriqués de manière primitive par les paysans. La zone de production principale est la Scandinavie mais tous les pays du Nord et même les pays importateurs de l’Europe de l’Ouest en fabriquent. La Suède est le premier producteur de goudron et de brai, activité rurale traditionnelle des côtes du Norrland et de Finlande.

  • 22 Aubin N., Dictionnaire de marine, Amsterdam, 1736, p. 534 -535.
  • 23 AN B1 1070, 28/02/1720.
  • 24 Alanen A., Der Aussenhandel und die Schiffahrt Finnlands im 18. Jahrhundert, Helsinki, Suomalaisen (...)
  • 25 AN B1 485, 08/04/1744.

30Au début du xviiie siècle, le goudron du golfe de Finlande, provenant de Viborg, est le plus estimé des acheteurs occidentaux22. Après la perte de la ville par le royaume scandinave à la suite de la grande guerre du Nord, l’amirauté russe accapare la production et interdit toute exportation. La majeure partie des zones productrices reste cependant suédoise et le commerce du royaume scandinave est transféré à Fredrikshamn, petit port situé à proximité de Viborg. Les défaites suédoises lors des conflits avec la Russie font ensuite totalement disparaître les expéditions de goudron du golfe de Finlande. Les expéditions de la zone de l’intérieur restée suédoise se font désormais par les ports du royaume autorisés à commercer avec l’Occident, notamment Stockholm qui devient le principal centre de commercialisation du goudron. Les marchands de la ville collectent la production paysanne du Norrland et d’Ostrobotnie qu’ils conditionnent dans des futailles pour le purifier et ensuite l’exporter. À partir de 1765, la part de la capitale suédoise décline avec l’ouverture du commerce de Botnie, une partie des échanges s’effectuant désormais par l’intermédiaire des petits producteurs locaux qui utilisent leurs ports pour commercer avec l’Occident. Le Sud du pays, tout particulièrement Kalmar mais aussi Västervik et Norrköping, exportent également de grandes quantités de goudron mais les produits, de moindre qualité23, sont surtout destinés aux riverains de la Baltique24. Le meilleur goudron, tout particulièrement approprié pour les cordages, est celui de l’île de Gotland qui « se vend de 32 à 45 sols plus cher par baril que le goudron de Stockholm25 ».

31Le goudron est un produit très uniformisé et conditionné selon des règles bien précises. Il existe deux types de barils : le grand baril d’une contenance de 125 litres ceinturé de quatre cercles de sapin et le petit baril de 62,5 litres ceinturé de deux cercles. Pour garantir le volume à l’acheteur, le goudron se vend par last de treize barils (au lieu de douze selon le rapport habituel). Les barils de goudron ne sont pas marqués de la couronne, signe d’identification réservé au brai de première qualité conditionné en futailles de chêne.

Le chanvre, une culture de l’Europe Orientale

  • 26 Pritchard J., op. cit., p. 175.

32Le chanvre est utilisé pour la fabrication des voiles et des cordages. L’équipement d’un navire de premier rang nécessite l’énorme quantité de 300 000 livres soit environ 150 tonnes de chanvre. En outre, les vaisseaux sont équipés de plusieurs jeux de rechange et il est nécessaire de renouveler la plupart des cordages des vaisseaux de guerre après chaque mission. La marine militaire française consomme annuellement près de 800 tonnes (16 000 quintaux) de chanvre du Nord et à peu près la même quantité de chanvre produit localement26.

  • 27 Zoutis M.-J., « Riga dans le commerce maritime en Baltique au xviiie siècle », Le navire et l’écon (...)

33Depuis le xvie siècle, le chanvre, produit coûteux, représente un des premiers postes des exportations baltiques. Le climat de l’Europe Orientale convient particulièrement à cette plante cultivée en Lituanie et dans les provinces du Centre et du Centre-Sud de la Russie (Biélorussie, Ukraine). Tout comme le lin, autre fibre textile des régions du Nord, le chanvre demande une bonne fumure du sol et beaucoup de soin, et s’apparente davantage au maraîchage qu’à la culture en plein champ27. Il est récolté sur les terres des serfs plutôt que sur les domaines des grands propriétaires, conséquence de la faible quantité produite par unité de surface et de l’intensité du travail nécessaire.

  • 28 Dunsdorfs E., « Dazas… », op. cit., p. 251.
  • 29 Zoutis M.-J., op. cit., p. 84.

34Une grande partie de la récolte n’est pas mise sur le marché et est utilisée pour les besoins de la population ou par l’artisanat local. La collecte du chanvre est un travail long et coûteux pour les marchands-paysans28 qui s’approvisionnent dans les très nombreux marchés des zones rurales. L’organisation de foires permet ensuite aux marchands de gros de réunir des quantités plus importantes qui sont expédiées vers les ports où elles sont achetées par des commissionnaires étrangers. Ces particularités de la culture et de la collecte du chanvre rendent difficile le contrôle de la zone de production par les marchands occidentaux. Le chanvre de Lituanie (Drujaner Hanf), d’une couleur blanchâtre et d’une grande mollesse mais aux fibres courtes, est utilisé pour la fabrication de toiles de première qualité. La production de Biélorussie et des autres provinces russes, caractérisée par ses fibres longues et solides, est considérée comme inférieure au chanvre lituanien du fait de sa teinte bleuâtre29 et sert à la confection de cordages et de toiles pour la marine.

  • 30 Kahan A., op. cit., p. 17.

35L’approvisionnement européen est dominé de façon écrasante par la Russie, pays où les fibres, tout particulièrement le chanvre mais aussi le lin, constituent la principale exportation en terme de valeur marchande. Riga et Saint-Pétersbourg expédient environ 90 % des cargaisons qui passent le Sund, le complément provenant de Prusse orientale, principalement de Königsberg. La Russie n’exerce cependant pas son monopole de façon arbitraire et ne perturbe pas le marché par une taxation abusive. Un grand nombre de producteurs dépendent des revenus apportés par la culture des fibres et l’Etat a besoin de cette source de devises pour ses finances. Les taxes douanières sur le chanvre tournent en général autour de 10 % à 12 % ad valorem et n’influencent pas le marché de façon importante30.

  • 31 Dunsdorfs E., « Der Aussenhandel Rigas im 17. Jahrhundert », Conventus Primus Balticorum, Riga, 19 (...)
  • 32 Pritchard J., op. cit., p. 176.

36Dans les premières décennies du xviiie siècle, Riga est le premier port exportateur31 mais, dès les années 1730, Saint-Pétersbourg prend la tête et accroît progressivement sa domination en expédiant plus de 70 % du chanvre baltique dans les années 1770 et 1780. La croissance de la demande occidentale est satisfaite par le port de la Neva, qui assure le triplement des exportations russes au cours du siècle. Le volume de chanvre expédié par Riga reste stable au cours du siècle mais les fibres livoniennes, sévèrement contrôlées avant leur expédition, sont réputées comme étant les meilleures du monde32. Elles sont également les plus chères.

La renommée du chanvre livonien

  • 33 AN D3 24, f. 36-41, 08/1751.

37Riga a réussi à conserver ses privilèges après son annexion par la Russie, en particulier son système de contrôle obligatoire sur les fibres exportées. Un mémoire de 1751 décrit ce contrôle : « les négociants de Riga n’achètent les chanvres qu’à condition qu’ils subissent la vraque ou visite ; les hommes destinés à cette visite sont nommés vraquers et sont au nombre de 8 à 10 qui tous les ans prêtent serment devant les magistrats. Ils promettent de ne pas se laisser corrompre par les étrangers : Polonais et Russes, de rendre justice à chacun, de ne passer au service d’une autre ville sans la permission des magistrats, de suivre les ordonnances de la magistrature, les anciens usages de la vraque et seront responsables de tous les chanvres qu’ils auront vraqués33 … » La vraque a lieu dans de grands hangars où le chanvre entre d’un côté du bâtiment et ressort de l’autre s’il est accepté. S’il est refusé, il ressort par où il est entré. Les préposés à la vraque examinent les fibres et les classent dans une catégorie ou les mettent au rebut. Lors de l’examen, le silence des acheteurs et des vendeurs est obligatoire. En cas de contestation, les magistrats peuvent nommer un autre « vraquer » (ou « braqueur ») pour vérification.

  • 34 SHM Lorient, 292a, l. 239.

38La première qualité (Reinhanf ) se reconnaît par la grandeur de la balle (six ship-pounds soit environ 893 kilogrammes) resserrée par dix liens. Sur chaque balle est fixée une petite poignée à laquelle est attachée la marque de la vraque, petite plaquette avec deux clés en sautoir marquées au fer et surmontées d’une couronne où les « vraquers » écrivent « les noms des vendeurs, ceux des deciatki ou sous braqueurs et leurs noms mêmes ». Si la marchandise est défectueuse à l’arrivée, l’acheteur « fait un procès-verbal envoyé à Riga avec la planche, le négociant ayant un juste recours sur le vraquer qui est condamné à tous les frais, s’il n’aime mieux aller sur les lieus pour se justifier ; en ce cas ses biens sont séquestrés jusqu’à son retour… » En cas de problème, les procès-verbaux doivent mentionner les plaques « de même que les numéros de balles et noms des navires et capitaines qui ont chargé les chanvres pour plus d’exactitude et pour parer à toute chicane ici. Les procès-verbaux doivent exprimer la quantité des manoques ou poignées défectueuses, leur poids et le prix estimatif que les chanvres défectueux valent34 ».

  • 35 Pritchard J., op. cit., p. 176.

39Le chanvre de seconde qualité (Ausschuß ), conditionné en balles de trois ship-pounds tenues par neuf liens de chanvre, est reconnaissable par une plaquette sur laquelle sont empreintes une clef et deux lettres (DH). Le chanvre de seconde catégorie de Riga est sensiblement équivalent à la production française mais est moins cher de deux à trois livres le quintal35. Les balles de la troisième catégorie, la dernière dont les vraquers sont responsables, sont munies d’une plaquette où est écrit Paßhanf avec une clef au milieu. Les chanvres rebutés et l’étoupe ne sont pas garantis par le système de la vraque.

40Malgré la rigueur des contrôles et la renommée de la marque de la vraque, fierté des autorités de Riga et justification des prix élevés, les abus sont fréquents. Les fournisseurs font souvent passer la seconde qualité pour de la première ou conditionnent des bonnes fibres avec de la matière inférieure.

41À Saint-Pétersbourg, en dépit de la pression des négociants étrangers et des efforts des autorités, les négociants ne réussissent pas à mettre en place un système de contrôle efficace « à la façon de Riga ». L’absence de normalisation des produits pose de graves problèmes aux acheteurs occidentaux dont le principal souci est d’être sûr de la bonne qualité du chanvre lors de son acquisition. Les officiers de marine proclament que la sécurité en mer dépend des voiles et des cordages, donc de la bonne qualité de la matière première. En conséquence, les récriminations contre les défauts des produits expédiés en Occident sont continuelles.

La demande croissante de l’Occident

42Après 1720, les exportations suédoises de goudron augmentent régulièrement pour répondre à la demande occidentale, avec des périodes de hausses brutales correspondant aux grands conflits européens, notamment la guerre de Sept Ans et la guerre d’Indépendance américaine. À partir de la décennie 1740-1750, le goudron et le brai dépassent le cuivre et constituent, après le fer, le deuxième poste des exportations du royaume scandinave.

Les exportations de brai et de goudron de Suède

Les exportations de brai et de goudron de Suède

Source : Högberg S., Utrikeshandel och sjöfart på 1700 tallet, Lund, Bonniers, 1969., p. 144.

  • 36 Åstrom S.-E., From Tar…, op. cit., p. 42.

43La demande occidentale est une aubaine pour les négociants suédois. Les prix du goudron et du brai augmentent considérablement entre 1732 et 1775. Après cette date, ils restent au même niveau jusqu’en 180236. En temps de paix, le prix du goudron double entre les ports suédois et les ports français. En revanche, en temps de guerre, les prix de ce produit hautement stratégique sont parfois multipliés par plus de trois. En 1779 à Nantes, il vaut trois fois et demi plus cher que dans les ports scandinaves. Les armateurs suédois profitent de leur situation de monopole et leurs coûts de fret sont très élevés. Le transport est toujours au bénéfice de la flotte scandinave en raison des lois de navigation protectionnistes et la totalité du goudron arrive en Occident sur des navires suédois.

44Le prix du chanvre répond différemment à la conjoncture internationale, signe d’une moindre intégration entre le marché russe et les marchés occidentaux. Les prix sont surtout sensibles aux tensions entre les pays de la Baltique et ne varient guère lors des grands conflits entre les puissances occidentales. En 1766, l’intervention russe lors de la crise de Succession de Pologne fait presque doubler le prix du chanvre. En revanche, la guerre de Sept Ans ne provoque aucune réaction sur les marchés. Il est vrai que seules les livraisons vers la France sont perturbées, les navires britanniques continuant à ravitailler leurs ports et arsenaux sans grandes difficultés.

45La croissance des prix au cours des années 1777-1778 est difficilement explicable. Le produit ne semble pas manquer, les quantités de chanvre exportées à partir de Riga se situant à un niveau équivalent à celles des années précédentes tandis que les expéditions de Saint-Pétersbourg poursuivent leur croissance. Au cours de cette période, les achats britanniques stagnent à des niveaux relativement bas et les achats français sont quasiment inexistants. Seul fait marquant, la très forte augmentation de la demande espagnole qui atteint presque 25 % des exportations et celle des Provinces-Unies qui croît jusqu’à 49 %.

La sidérurgie suédoise, une activité sévèrement réglementée

Une gestion de la production au service de la qualité

  • 37 Nordmann C., Grandeur et liberté de la Suède 1660-1792, Louvain, Nauwelaerts, 1971, p. 25.
  • 38 Nef J.-U., La Guerre et le progrès humain, Paris, Alsatia, 1954.

46Dès la fin du Moyen-Âge, la Suède fait partie des plus importants exportateurs de produits métallurgiques vers l’Europe Occidentale. Au centre du pays, le bassin minier du Bergslag est très riche en fer, cuivre et argent. Les éléments nécessaires au développement d’une industrie sidérurgique y coexistent : un minerai d’une grande pureté, des cours d’eau fournissant l’énergie nécessaire et des forêts immenses pour la production de charbon de bois. Le fer suédois, pauvre en phosphore et en soufre, est idéal pour les techniques de l’époque. Au cours du xviie siècle, les autorités de Stockholm interdisent l’exportation de minerai et de fonte brute. La totalité de la matière première est désormais travaillée dans les forges nationales et seul le fer malléable est commercialisé sur le marché international. Dès lors, la région du Bergslag devient une « forge géante capable de pourvoir aux exigences grandissantes de l’étranger37 ». Les techniques sidérurgiques sont modernisées en faisant appel à des étrangers qui transforment complètement le secteur. Parmi ces nouveaux venus, Louis de Geer, grand capitaliste d’origine liégeoise, est le principal acteur du développement de l’industrie sidérurgique suédoise. Il fait venir des ouvriers de Wallonie et améliore considérablement la qualité des produits grâce à de nouvelles méthodes d’affinage. Le fer obtenu avec le procédé wallon, appelé orsgrund (du nom d’Öregrund, petite localité portuaire du golfe de Botnie), est la spécialité de la région du Dannemora, au nord-ouest de Stockholm, à proximité de la zone du Bergslag. Les forges y acquièrent une grande renommée dans l’Europe entière grâce à la haute qualité de ses fers et, à la fin du xviie siècle, la production sidérurgique suédoise est réputée pour être la première du monde. La Suède réalise une première « Révolution industrielle » avec une tendance « non seulement à une concentration capitaliste, mais déjà à une concentration industrielle dans les industries minières38 ».

  • 39 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers(...)

47La plus grande partie de la production est composée de barres de fer forgées à destination des marchés étrangers. Outre l’exportation de barres, les usines proposent une large gamme de produits sidérurgiques plus ou moins élaborés : fer plat ou carré de toutes sortes, fer rond et octogonal, fer carillon, fer clous, fer roulé en plaques et planches, ancres, canons, boulets, acier en barils et en bottes… La fabrication d’ancres pour la marine est une spécialité suédoise. Créée en 1676, la manufacture de Söderfors, réputée pour ses techniques et la qualité de sa production, possède le monopole de la fabrication des ancres au xviiie siècle. Le métallurgiste français Jars est admiratif devant les procédés de fabrication : « la beauté et la solidité des ancres que j’ai vu fabriquer en Suède avec une quantité de lopins de fer soudés entre eux prouvent qu’une soudure bien faite rend les parties soudées aussi compactes que le reste de la pièce39 ».

  • 40 Brosselin A., Corvol A. et Vion-Delphin F., « Les doléances contre l’industrie », Woronoff D. (dir (...)

48Avant l’emploi du coke, le combustible utilisé par l’industrie du fer est le charbon de bois. Pour développer une industrie sidérurgique, un pays se doit de posséder à la fois minerai et combustible. L’opinion couramment répandue est que les forêts sont l’élément le plus important et non le minerai qui semble inépuisable ; aussi les autorités sont-elles obsédées par la crainte d’épuiser ces dernières. Ce phénomène est général en Europe et « la crainte de manquer de combustible paraît fièvre récurrente au xviiiesiècle40 ». Pour satisfaire les besoins industriels et diminuer leurs inquiétudes, les autorités suédoises organisent une gestion rigoureuse du combustible. Au xviie siècle, chaque forge se voit affecter une certaine superficie de forêts des propriétés royales ou paysannes, les propriétaires privés étant dans l’obligation de fournir une quantité déterminée de charbon de bois. Le combustible est réservé en premier lieu aux industries nobles du cuivre et de l’argent. Par conséquent, comme la majorité des différentes mines sont localisées dans le Bergslag, le traitement du fer est repoussé hors de cette zone. En outre, les autorités pensent que ce transfert d’activité diminue la concurrence en éloignant les uns des autres des établissements qui ont des productions identiques.

  • 41 Hecksher E.-F., « Un grand chapitre de l’histoire du fer : le monopole suédois », AESC, 1932, p. 2 (...)

49Au xviiie siècle, le problème s’accentue, les quantités de fer à traiter devenant de plus en plus importantes. Des mesures draconiennes sont prises pour conserver les ressources forestières. Les mines ne pouvant naturellement pas être déplacées tout comme les hauts fourneaux, les forêts des régions productrices sont exclusivement réservées à l’activité minière de base et de nombreuses forges doivent déménager pour s’installer dans les zones disposant d’importantes ressources en bois mais ne possédant pas de mines. Selon les autorités, la délocalisation maintient un coût de production bas en garantissant un combustible à bon marché et donne ainsi au fer suédois les meilleures chances de succès sur les marchés étrangers. Les propriétaires des forges, généralement intéressés dans une combinaison d’intérêts forestiers et industriels, approuvent cette politique. Dès la fin du xviie siècle, les producteurs de fer délocalisent et construisent de nouvelles forges à des centaines, voire à des milliers de kilomètres des mines et des fourneaux, à l’exemple de la forge suédoise de Graninge : « Elle faisait venir son minerai d’une île de la Baltique, au large de Stockholm distante de 1 000 km environ. Le transport de minerai se faisait par bateaux à voile sur le fleuve : à chacune de ses boucles, les bateaux attendaient que le vent tournât ; le courant était si violent qu’il fallait hâler les bateaux pour traverser le fleuve jusqu’au débarcadère ; enfin la route conduisant du fleuve à l’usine n’était praticable qu’en hiver par temps de neige. » Malgré ces conditions, la rentabilité de cette usine était excellente41.

50La principale région bénéficiaire de la politique de délocalisation des forges est le Värmland, province avantagée par sa situation à proximité des zones minières et du grand port de Göteborg, ouverture vers la mer du Nord permettant d’éviter la coûteuse douane du Sund. Le Värmland devient l’une des principales régions sidérurgiques de Suède et produit à la fin du xviie siècle 22 % du fer en barres alors que le Bergslag ne dépasse pas 23,5 %.

51Au xviie siècle, les autorités suédoises imposent un contrôle de la production. Le Bergkollegium ou Conseil des Mines, créé en 1637, est l’organisme central qui élabore la réglementation organisant l’activité minière. Institution très puissante, il joue le rôle d’un véritable ministère de la production industrielle. L’idée générale est de stimuler la production en encourageant les entrepreneurs à développer une puissante industrie sidérurgique. Les autorités aident les investisseurs et n’hésitent pas, pour ce faire, à louer ou vendre les terres et les forêts royales. À la fin du xviie siècle, toute création d’un nouvel établissement doit obtenir l’approbation du Conseil des Mines. Des garanties sont exigées des entrepreneurs, en particulier l’assurance d’un bon approvisionnement en combustible. Cette politique restreint le nombre des établissements mais ne contingente pas la production, les ateliers existants ayant toute liberté de s’agrandir comme bon leur semble. Au xviiie siècle, il existe environ 400 forges sur le territoire suédois, certaines plus importantes que d’autres mais aucune n’a une position dominante sur le marché.

  • 42 Högberg S., op. cit, p. 76.

52Après la grande guerre du Nord, les autorités durcissent leur politique mercantiliste en limitant quantitativement la production de fer fabriqué par chaque usine. Cette politique est encouragée par la période de fluctuation des prix des années 1720 et la dépression des années 1730-1740. Pour les producteurs, la crise est due à l’accroissement de la production qui fait monter les prix du combustible et de la fonte et à l’offre trop importante des produits suédois sur les marchés étrangers. Une limitation de la production doit permettre aux maîtres de forges de conserver leurs bénéfices tout en assurant une bonne compétitivité aux exportations du pays. Cette limitation rend probable l’affirmation que le volume des expéditions suédoises influence dans une large mesure le prix du fer sur les marchés européens, au moins dans la première partie du xviiie siècle42. Par contre, elle oublie de prendre en compte la montée en puissance de la sidérurgie russe qui a joué un rôle non négligeable dans la crise des années 1730-1740.

  • 43 Hecksher E.-F, « Un grand chapitre… », op. cit., p. 233.

53En 1747, pour supprimer « tout effet malsain de fabrication43 », le Conseil des Mines fixe la quantité à produire par établissement à la grande satisfaction du trust des maîtres de forges qui demandait cette mesure avec insistance. En 1753, toute augmentation des volumes est soumise à autorisation, chaque forge ne pouvant acheter qu’une quantité déterminée de fonte, chaque haut-fourneau situé en dehors du Bergslag se voyant attribuer un quota de minerai. Le tonnage d’un atelier ne peut croître hormis par des transferts de droits d’une forge à l’autre, tolérance elle-même interdite en 1766. Le dernier pas est franchi en 1784 avec l’interdiction de toute augmentation de la production. Cette réglementation explique l’arrêt de la croissance de la sidérurgie suédoise dans la seconde moitié du xviiie siècle.

  • 44 Högberg S., op. cit., p. 86.

54À l’intérieur de ce système de limitation des quantités produites, les maîtres de forges jouissent d’une certaine liberté. Si, sur le long terme, les exportations sont relativement stables, il est possible de laisser fluctuer fortement la production d’une année sur l’autre et ainsi de l’ajuster en fonction des prix du marché. Les séries de prix étudiés ne permettent cependant pas de lier le volume des exportations et le mouvement des prix, ces derniers étant surtout influencés par les exportations de l’année précédente et par le niveau des stocks existant dans les entrepôts des ports expéditeurs. Les stocks servent d’amortisseur entre la production et l’exportation. L’association des maîtres de forges accorde des facilités financières pour gérer l’entreposage des fers et, ainsi, les prix suédois ne s’ajustent pas immédiatement avec les prix des marchés importateurs44.

55Parallèlement à cette gestion très stricte de la production, les autorités freinent la tendance à la concentration des forges, même si l’existence d’un grand nombre de petites unités de fabrication est à l’origine d’une certaine irrégularité dans la qualité des barres de fer.

56La politique de restriction atteint son objectif en ce qui concerne les prix qui bénéficient d’une ascension régulière jusque dans les années 1760. L’implication de la Suède dans la guerre de Sept Ans provoque ensuite une crise brutale mais très vite le prix du fer reprend la progression qui était la sienne avant ces années difficiles. Ainsi, malgré toutes les contraintes et réglementations, le fer suédois conserve une position extrêmement favorable au cours du xviiie siècle.

57Une question vient naturellement à l’esprit. Pourquoi les Suédois ont-ils mis en place une politique si autoritaire et restrictive qui, à priori, ne pouvait que leur être défavorable sur les marchés étrangers ?

La supériorité du fer suédois ?

  • 45 Nordmann C., « Aux origines de la révolution industrielle en Suède », Revue du Nord, 1-1979, p. 19 (...)
  • 46 Hecksher E.-F., « Un grand chapitre… », op. cit., p. 139.

58Le fer scandinave, renommé pour sa dureté et sa résistance, est cependant difficile à travailler. Le minerai, d’une teneur en métal de 52 à 55 %, dépasse d’environ 10 % la moyenne des minerais européens45. À ces qualités reconnues, le sérieux de la production lui apporte une immense réputation. Les fonctionnaires du Bergskollegium, administration d’une grande intégrité, surveillent avec vigilance la production, n’hésitant pas à détruire ou interdire l’exportation du fer s’ils le jugent « de mauvaise fabrication, surtout s’il est “cassant à froid” à cause du phosphore, ou “cassant à chaud” à cause du soufre46 ». Des marques de fabrique sont mises en place dès le xvie siècle. Ce système stimule la concurrence dans la recherche de la qualité, chaque maître de forge cherchant à améliorer la réputation de sa production. Les marques d’Österby (Grill), Leufsta (de Geer) et Forsmark (Jennings) de la région du Dannemora sont considérées supérieures sur le marché international du fer au xviiie siècle.

  • 47 Arpi G., « The Swedish Ironmasters’ Association », SEHR, vol. 8, 1/2, 1960, p. 77-90.
  • 48 Hecksher E.-F., An Economic History of Sweden, Cambridge, Harvard University Press, 1941, p. 180.

59La recherche de la qualité est une véritable obsession chez les maîtres de forges suédois. En 1747, les producteurs organisent une sorte de cartel, la Brukssocieteten (l’association des maîtres de forges), pour défendre leurs intérêts et imposer une position de force face aux marchands. L’association dispose d’un organisme exécutif, le Jernkontoret47 ou bureau du fer. Financé par un droit d’environ 2 % sur la valeur marchande du fer, il emploie des directeurs techniques et des inspecteurs pour contrôler les diverses branches industrielles. Outre sa fonction de banque privée pour l’industrie métallurgique, un de ses buts est d’élever les standards de production et d’empêcher toute détérioration de la qualité. Tout le fer en barres est acheté par le Jernkontoret sans passer par les mains des marchands et est soigneusement vérifié. La sévérité du contrôle fait progresser les techniques de fabrication industrielle. Dans un rapport de 1773, le Bergskollegium constate que la consommation de charbon de bois pour la fabrication de barres de fer a été réduite de 40 % avec des minerais de bonne qualité. Sévèrement encadré par les réglementations, « la seule chance des maîtres de forge suédois résidait dans la fabrication d’un produit supérieur et très cher48 », ce qu’ils réussissaient parfaitement, permettant à leur industrie de conserver sa prospérité.

  • 49 Hildebrand K.-G., Swedish Iron in the Seventeenth and Eighteenth Centuries. Export Industry before (...)
  • 50 Böethius B., « New light on Eighteenth Century Sweden », SEHR, 1, 2-1953, p. 165.
  • 51 Hildebrand K.-G., « Foreign Markets for Swedish Iron in the 18th century », SEHR, 1, 1958, p. 14.

60Le fer suédois présente cependant quelques inconvénients pour les consommateurs. Pour de nombreux usages, la légèreté et la facilité de forgeage sont préférables à la dureté et à la résistance. Dans les années 1750, un maréchal-ferrant comparant le fer suédois et le fer espagnol constate que le premier dure plus longtemps mais que le second est beaucoup plus profitable49. Le fer scandinave est en effet coûteux pour le forgeron car il entraîne l’utilisation d’une grande quantité de combustible et de travail. Selon certains, il n’a aucune supériorité technique ou métallurgique50. En revanche, certains types de fer présentent des qualités au niveau de la pureté qui les rendent indispensables pour la fabrication d’acier. Ainsi, les produits suédois n’entrent pas réellement en compétition avec les productions étrangères et la Suède détient un monopole effectif sur un certain type de fer dont le marché est isolé et indépendant51. Le reste de la production, de qualité inférieure, bénéficie de la réputation des fabrications haut de gamme sur les marchés occidentaux, ce qui lui permet d’être proposé à des prix supérieurs à ceux de la concurrence. La Suède peut ainsi se permettre de maintenir une limitation volontaire de sa production.

Une position dominante sur les marchés occidentaux

  • 52 Hildebrand K.-G., Swedish Iron…, op. cit., p. 18.

61La production suédoise passe d’environ 25 000 tonnes en 1700 à 40 000 tonnes au cours des années 1730 pour s’établir entre 55 000 et 60 000 tonnes dans la seconde moitié du xviiie siècle52. En 1750, avec 52 000 tonnes, elle équivaut à 36 % de la totalité de la production sidérurgique européenne. Ce chiffre se maintient au cours du xviiie siècle, bloqué par la politique du monopole, même si le pays a la possibilité de mettre sur le marché une quantité croissante de fer comme le prouve la légère augmentation de la production au cours des années 1780.

62La Suède, pays faiblement peuplé, consomme peu de produits sidérurgiques et la plus grande partie de sa production est destinée aux marchés extérieurs. Les exportations passent obligatoirement par les quais des villes d’étape où, en fonction des règles du Jernkontoret, ils sont pesés et contrôlés par les autorités selon les quotas attribués à chaque établissement. La contrebande n’est guère possible et il est difficile d’échapper aux droits imposés sur la marchandise.

  • 53 Högberg S., op. cit., p. 239.

63Trois ports dominent les expéditions de produits sidérurgiques. Stockholm, proche des usines de l’intérieur et lieu d’activité des grands négociants du pays, tient la première place avec environ 60 % des tonnages exportés. La capitale suédoise est suivie par Göteborg avec 26 % et Gävle avec 8 %53. Ce dernier port approvisionne prioritairement la zone baltique alors que Göteborg, de par sa proximité géographique, est plus tourné vers le marché britannique. Stockholm expédie vers des destinations plus variées, en particulier vers l’Europe de l’Ouest et du Sud.

  • 54 ADLA C 706.

64Les barres de fer constituent de très loin le premier article sidérurgique exporté par la Suède (95 % des tonnages) mais des produits plus ou moins travaillés sont présents dans les cargaisons. Les exportations de ces produits manufacturés s’accroissent régulièrement au cours du siècle. Leur poids est négligeable mais leur valeur en fait un atout de première importance pour l’industrie scandinave. À Marseille, en 1784, le fer en feuillards (« à cercles ») destiné à la tonnellerie vaut 35 % plus cher que le fer plat ordinaire. L’acier suédois qui jouit d’une réputation exceptionnelle est un produit coûteux mais d’exportation courante vers l’Occident à partir des années 1760. Sur le marché nantais, la livre d’acier suédois coûte 80 % plus cher que le fer en barres54.

  • 55 Samuelsson K., De stora köpmanshusen i Stockholm 1730-1815. En studie i den svenska handelskapital (...)

65Environ 420 à 480 négociants de Stockholm sont spécialisés dans les exportations de fer55. Entre 1730 et 1760, période de concentration du commerce international entre les mains de quelques grandes firmes, les sept premiers négociants contrôlent environ 50 % des ventes. Dans les années 1750, l’entreprise Jennings & Finlay, qui réalise 90 % de son activité à l’exportation, représente 37,5 % des expéditions suédoises. Après 1772, la concentration d’une large part des exportations aux mains d’un nombre réduit de négociants est encore plus évidente.

  • 56 Kaplan H., op. cit., p. 57.

66Malgré le contingentement de la production, la seconde moitié du xviiie siècle est la période la plus prospère pour l’industrie sidérurgique suédoise grâce à l’accroissement de la demande européenne qui génère une tendance générale à l’augmentation des prix. Les exportations sidérurgiques représentent, en valeur, le premier poste du commerce extérieur : 59 % en 1732, 64 % en 1765 et 48 % en 179256.

La production de masse de l’industrie sidérurgique russe

Une volonté politique

  • 57 Portal R., L’Oural au xviiie siècle, Etude d’histoire économique et sociale, Paris, Institut d’étu (...)
  • 58 Labrousse E. (dir.), op. cit., T. 3, p. 43.

67Les débuts de la métallurgie ouralienne datent de Pierre le Grand. Au cours de la grande guerre du Nord, la Russie qui se fournissait en fer chez son voisin suédois est dans l’obligation de trouver une nouvelle source d’approvisionnement. Le premier grand centre sidérurgique est fondé en 1699 et, progressivement, les fonderies et les forges se disséminent dans l’Oural central. En 1716, la région possède quatre usines métallurgiques. Trente ans plus tard, en 1745, il en existe cinquante-quatre57. L’essor se poursuit après le conflit, les usines se multiplient en élargissant leur zone d’implantation vers le sud ouralien. En 1762, année où l’industrie métallurgique russe atteint son plein épanouissement, 97 usines sont en activité. La Russie s’impose, à la fin du xviiie siècle, parmi les premiers producteurs de fer occidentaux. L’édification en un quart de siècle du premier centre sidérurgique européen, ensemble industriel unique au monde, sur une superficie égale à la moitié de celle de la France, est une performance industrielle, « un des hauts faits de l’histoire de la Russie au xviiie siècle58 ».

  • 59 Portal R., op. cit., p. 139.

68La naissance de la métallurgie ouralienne se fait sous la direction de l’État. En effet, dans l’Oural, zone frontière peu peuplée et encore mal contrôlée, la construction des usines est difficile et seule la puissance publique a les moyens de fonder des entreprises, jouer un rôle pionnier et donner naissance à une industrie viable. Après la période de démarrage, les autorités se déchargent de la direction de certaines de ses usines au profit de particuliers. À partir de 1716, sous l’impulsion de l’ambitieux maître de forges Demidov, l’industrie privée monte en puissance avec la création de nouveaux centres de production. En 1734, celui-ci possède quinze usines disposant de seize hauts fourneaux et de quarante-cinq marteaux de grande forge. La seconde moitié du xviiie siècle se caractérise par l’abandon et le démantèlement des industries d’État qui sont transférées à de puissants favoris. La cession de certaines usines domaniales se fait « à des prix si minimes, à de telles conditions, qu’elles ressemblent dans la plupart des cas à une donation pure et simple59 ». En 1750, une commission d’enquête justifie ce renflouage de la noblesse en faisant remarquer que le transfert des usines aux mains des particuliers est la solution la plus profitable aux finances publiques. En 1760, l’État ne possède plus que deux usines. Très rapidement les aristocrates revendent avec profit leurs usines à quelques grands bourgeois-entrepreneurs qui n’ont pas les mêmes préoccupations que l’État et recherchent avant tout l’enrichissement ou l’opportunité de faire leurs premiers pas sur la voie de l’anoblissement.

69Les particularités de l’industrialisation de l’Oural font que le nombre d’entrepreneurs est toujours resté relativement faible. La sidérurgie est concentrée entre les mains de l’État et de quelques grands industriels. À la fin du xviiie siècle, plus de la moitié de la production sort des usines de quatre familles, les Demidov, Iakovlev, Mosolov et Batashev. Cette concentration de la sidérurgie russe, ce quasi-monopole dont jouissent les propriétaires d’usines, ne stimule pas une véritable concurrence et autorise les manipulations sur les prix.

  • 60 Hildebrand K.-G., Fagerstabrukens historia. Sexton- och sjuttonhundratalen, Uppsala, 1957, p. 154.
  • 61 Hildebrand K.-G., « Swedish and Russian Iron in the Eighteenth Century », Blanchard I. et al., Ind (...)

70Le fer russe est moins dur, plus malléable et plus souple que le fer suédois. Sa grande flexibilité est préférée pour certains usages comme la fabrication des harpons pour la chasse à la baleine. Il est cependant considéré comme inférieur au fer scandinave du fait de la réputation et de l’avance technique de l’industrie sidérurgique suédoise. Dans la réalité, les différences entre les productions sont plus complexes. Dès les années 1740, les entrepreneurs russes essaient d’uniformiser les produits exportés et d’établir une marque à l’exemple de leurs concurrents suédois. Les barres de fer russe sont estampillées, chacune recevant la marque de son usine ou les armes impériales pour les établissements d’Etat. La marque des usines Demidov (une zibeline de Sibérie) est la plus connue et la plus réputée de la production ouralienne. En 1787, un voyageur suédois remarque que le fer russe est bien travaillé, élégamment façonné, que les barres sont droites comme des règles et que les ouvriers ont pleine connaissance de la bonne manière de forger60. Les barres ouraliennes de première qualité se vendent à un prix élevé sur le marché et, aux Etats-Unis, au début du xixe siècle, les produits russes des meilleures marques sont plus chers que toutes les autres sortes de fer61.

La solution du servage

  • 62 Portal R., op. cit., p. 48.

71Le développement de l’industrie ouralienne est favorisé par l’abondance du minerai et la présence d’immenses étendues forestières. La région est cependant peu peuplée et le manque de main-d’œuvre est un souci permanent pour les entrepreneurs. Lors des débuts de l’industrialisation, il n’est pas possible d’engager un personnel salarié pour des raisons de coût de production et même des salaires élevés ne permettent pas un recrutement suffisant. Les autorités résolvent ce problème par la mise en place d’une politique qui tend à assujettir la population ouralienne au travail industriel forcé. Lorsque les premières usines sont fondées, un service obligatoire est imposé aux paysans libres dans les établissements de leur région d’origine. Progressivement, les sollicitations envers la population paysanne s’institutionnalisent et se transforment en impôt en travail, chaque individu se retrouvant inscrit, suivant les besoins industriels, dans une usine déterminée. Les paysans « inscrits » perdent progressivement leur liberté et se transforment en main-d’œuvre faiblement rémunérée et pratiquement servile, les obligations industrielles ne cessant de s’accroître sans véritable limitation dans le temps. De plus, les paysans fugitifs, relativement nombreux dans ces contrées éloignées où les autorités étaient jusqu’alors peu présentes, passent du statut de serfs de la terre à celui de serfs industriels. Un oukase de 1721 complète le dispositif en autorisant les marchands à acheter des « âmes » et donne naissance à une nouvelle catégorie de serfs dits « serfs de possession » mis à la disposition des usines. Ces hommes ne sont pas attachés au maître de forges mais à l’entreprise : « paysans et usines forment un tout62 ».

  • 63 Kahan A., op. cit., p. 184.
  • 64 Faramond (de), « Des relations commerciales inégales des origines à 1914 », Battail M. et J.-F. (d (...)
  • 65 ADLA C 716.

72Le fer russe est bon marché grâce à cette main-d’œuvre à peu près gratuite qui assure des coûts de production très faibles. Par contre, les frais de transport sont considérables entre les lieux de production et Saint-Pétersbourg, principal centre de redistribution des produits sidérurgiques russes. Les barres atteignent la Baltique après deux ou trois années de transport en barques sur des rivières et des canaux où par voie de terre sur des traîneaux. Malgré ces coûts de transport et les taxes douanières, le fer russe reste meilleur marché que le fer anglais en Angleterre63. Pour des produits de qualité équivalente, il est 20 % moins cher que son homologue suédois64. À Nantes, dans la décennie 1750-1760, le prix des barres russes est inférieur de 7,8 % aux produits scandinaves de même type65.

Le fer russe à la conquête des marchés occidentaux

  • 66 Strumilin S.-G., Istoriia chernoi metallurgii v SSSR, Moscou, 1966, p. 166 et 173.
  • 67 Portal R., op. cit., p. 154.

73Dans les premières décennies du siècle, les produits sidérurgiques de l’Oural ont pour destination principale la demande intérieure, tout particulièrement militaire. Par contre, à partir des années 1750, l’augmentation de la production est surtout due à la demande étrangère, la capacité d’absorption des consommateurs russes ayant un rythme de croissance beaucoup trop faible. Entre 45 % et 50 % de la production russe prend la direction de l’étranger66. Les maîtres de forges jouent sur la forte demande occidentale et sur l’absence de concurrence en Russie pour combiner des prix différents à l’exportation et sur le marché intérieur. Ainsi, « le prix du fer était plus élevé sur le marché russe où il se maintenait aux environs de 50 kopeks le poud (fer en barres) pour le fer sibérien entre 1750 et 1760 que sur les places étrangères où il se vendait 40 kopeks67 ». L’exportation garantit le plein emploi des usines en maintenant la production à un niveau élevé alors que la consommation intérieure assure les bénéfices. Cette stratégie pour conquérir les marchés étrangers, que l’on peut qualifier de « dumping », a de graves conséquences pour l’économie russe. En imposant des prix élevés sur le marché intérieur, elle freine les achats des consommateurs et pénalise l’équipement du pays. Par contre, la combinaison d’un double marché associé à de faibles prix de revient dus à l’utilisation d’une main-d’œuvre servile enrichit rapidement les quelques maîtres de forges qui possèdent les usines ouraliennes.

74La production de fer russe est presque uniquement constituée de fer en barres et la diversification de la puissante industrie ouralienne est réduite. Le pays n’est pas autosuffisant dans tous les domaines sidérurgiques et continue d’importer pendant la majeure partie du siècle certains types de fer qu’il ne produit pas tout comme la quasi-totalité de son acier. Contrairement à la Suède, il exporte peu de produits spéciaux ou de produits façonnés à la demande. La politique commerciale des producteurs russes est inexistante ; ceux-ci se satisfont de l’exportation en masse de fer en barres et des gains que leur procure le marché intérieur. Cette situation traduit une industrie peu soucieuse d’évolution technique puisque assurée d’une bonne productivité grâce au travail servile et aux immenses ressources forestières du pays. Les maîtres de forges n’ont aucune pression pour s’adapter aux demandes du marché aussi longtemps que leur produit de base leur apporte du profit.

75À la fin du siècle, le manque de spécialisation de la production amplifie les difficultés des usines ouraliennes. À partir de 1760, les créations de nouveaux établissements chutent, les propriétaires privés réduisent leurs investissements alors que l’État poursuit son désengagement. Une meilleure rémunération des paysans « inscrits » et une augmentation générale des prix provoquent quelques tensions dans l’industrie du fer. L’agitation sociale et la révolte de Pougatchëv (1773-1774) accentuent momentanément les difficultés mais les destructions sont très vite réparées.

76Ces différents problèmes ne provoquent pas un ralentissement de la croissance de la production qui est pratiquement multipliée par trois entre 1760 (37 202 tonnes) et 1800 (100 794 tonnes). Mais, au début du xixe siècle, la fermeture du débouché anglais conduit à un déclin relativement rapide de l’industrie sidérurgique russe contrairement à sa voisine suédoise qui, grâce à la qualité de ses produits, résiste plus longtemps à l’arrivée du fer puddlé.

77L’exportation est concentrée à Saint-Pétersbourg, port relié à l’Oural par un ensemble de voies navigables. Outre cet avantage de première importance, la ville est favorisée économiquement par la volonté des autorités de donner à la nouvelle capitale de la Russie une grande activité commerciale tournée vers l’Occident. Les producteurs et les acheteurs de fer ont l’obligation de s’établir dans le port de la Neva pour traiter leurs affaires. Au cours de la période 1764-1792, presque 90 % du total des exportations russes partent de Saint-Pétersbourg.

78Face à la réglementation suédoise, la réponse élastique et bon marché de la production de l’Oural s’avère très vite indispensable aux marchés occidentaux. Si les tonnages sont élevés, le fer n’a cependant pas une place prépondérante dans le commerce extérieur russe et ne représente qu’environ 10 % de la totalité des exportations maritimes durant la seconde moitié du xviiie siècle.

Notes

1 Jeannin P., « Les marchés du nord… », op. cit., p. 60.

2 Pelus Kaplan M.-L., « Les Européens et la Baltique… », op. cit., p. 109.

3 AN B1 451, 25/11/1727.

4 Dundsdorfs E., « Dazas tirdzniecîbas parasas 17. un 18. gadu simtemî », Latvijas Vestures Institûta Zurnâls, 2-1938, p. 265.

5 AN B3 418.

6 Jou K.-C., Le commerce des bois entre Königsberg et Amsterdam 1550-1650, Thèse, Paris, 1992, p. 17.

7 Johansen H.-C., « Baltic Timber exports in the Late Eighteenth Century », The Baltic as a Trade Road. Timber trade in the Baltic area. Competition between steam and sails, VIIth Baltic Seminar in Kotka. Publication n° 16 in the series of the provincial museum of Kymenlaakso, p. 29.

8 Bizière J.-M., Économie et dirigisme. op. cit., p. 547.

9 AN B1 451, 25/11/1727.

10 AN B1 611, 06/01/1775.

11 Åstrom S.-E., From Tar to Timber, Studies in Northeast European Forest Exploitation and Forest Trade, 1660-1860, Societas Scientiarum Fennica, Commentationes Humanarum Litterarum 85, 1988, p. 44.

12 Johansen H.-C., « Baltic Timber… », op. cit., p. 25.

13 Devèze M., « Contribution à l’histoire de la forêt russe », CMRS, vol. V-3, 1964, p. 316.

14 Kahan A., op. cit., p. 168.

15 Campredon J., Les bois, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1963, p. 94.

16 Kaplan H., Russian Overseas Commerce with Great Britain during the reign of Catherine II, Philadelphie, American Philosophical Society, 1995, p. 104.

17 Dunsdorfs E., « Dazas… », op. cit., p. 271.

18 AN B1 451.

19 Feodâlâ Riga, Riga, Latvijas PSR Zinatnu akademija Vestures instituts, 1978, p. 258-259.

20 Johansen H.-C., « Baltic Timber… », op. cit., p. 27.

21 Arcanson vient d’une déformation d’Arcachon, un des lieux de production français de goudron.

22 Aubin N., Dictionnaire de marine, Amsterdam, 1736, p. 534 -535.

23 AN B1 1070, 28/02/1720.

24 Alanen A., Der Aussenhandel und die Schiffahrt Finnlands im 18. Jahrhundert, Helsinki, Suomalaisen Tiedeakatemian Toimituksia, 1957, p. 122.

25 AN B1 485, 08/04/1744.

26 Pritchard J., op. cit., p. 175.

27 Zoutis M.-J., « Riga dans le commerce maritime en Baltique au xviiie siècle », Le navire et l’économie maritime du nord de l’Europe du Moyen Age au xviiie siècle, Troisième colloque international d’histoire maritime, Paris, SEVPEN, 1960, p. 84.

28 Dunsdorfs E., « Dazas… », op. cit., p. 251.

29 Zoutis M.-J., op. cit., p. 84.

30 Kahan A., op. cit., p. 17.

31 Dunsdorfs E., « Der Aussenhandel Rigas im 17. Jahrhundert », Conventus Primus Balticorum, Riga, 1938, p. 461.

32 Pritchard J., op. cit., p. 176.

33 AN D3 24, f. 36-41, 08/1751.

34 SHM Lorient, 292a, l. 239.

35 Pritchard J., op. cit., p. 176.

36 Åstrom S.-E., From Tar…, op. cit., p. 42.

37 Nordmann C., Grandeur et liberté de la Suède 1660-1792, Louvain, Nauwelaerts, 1971, p. 25.

38 Nef J.-U., La Guerre et le progrès humain, Paris, Alsatia, 1954.

39 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, (réédition New York, 1969), p. 48.

40 Brosselin A., Corvol A. et Vion-Delphin F., « Les doléances contre l’industrie », Woronoff D. (dir.), Forges et forêts. Recherches sur la consommation proto-industrielle de bois, Paris, EHESS, 1990, p. 13.

41 Hecksher E.-F., « Un grand chapitre de l’histoire du fer : le monopole suédois », AESC, 1932, p. 236.

42 Högberg S., op. cit, p. 76.

43 Hecksher E.-F, « Un grand chapitre… », op. cit., p. 233.

44 Högberg S., op. cit., p. 86.

45 Nordmann C., « Aux origines de la révolution industrielle en Suède », Revue du Nord, 1-1979, p. 194.

46 Hecksher E.-F., « Un grand chapitre… », op. cit., p. 139.

47 Arpi G., « The Swedish Ironmasters’ Association », SEHR, vol. 8, 1/2, 1960, p. 77-90.

48 Hecksher E.-F., An Economic History of Sweden, Cambridge, Harvard University Press, 1941, p. 180.

49 Hildebrand K.-G., Swedish Iron in the Seventeenth and Eighteenth Centuries. Export Industry before the Industrialization, Sodertalje, Jernkontorets Bergshistorika Skriftserie, 29, 1992, p.39.

50 Böethius B., « New light on Eighteenth Century Sweden », SEHR, 1, 2-1953, p. 165.

51 Hildebrand K.-G., « Foreign Markets for Swedish Iron in the 18th century », SEHR, 1, 1958, p. 14.

52 Hildebrand K.-G., Swedish Iron…, op. cit., p. 18.

53 Högberg S., op. cit., p. 239.

54 ADLA C 706.

55 Samuelsson K., De stora köpmanshusen i Stockholm 1730-1815. En studie i den svenska handelskapitalismens historia, Stockholm, Ekonomisk-Historiska Institutet, 1951, p. 65.

56 Kaplan H., op. cit., p. 57.

57 Portal R., L’Oural au xviiie siècle, Etude d’histoire économique et sociale, Paris, Institut d’études slaves, 1950, p. 52.

58 Labrousse E. (dir.), op. cit., T. 3, p. 43.

59 Portal R., op. cit., p. 139.

60 Hildebrand K.-G., Fagerstabrukens historia. Sexton- och sjuttonhundratalen, Uppsala, 1957, p. 154.

61 Hildebrand K.-G., « Swedish and Russian Iron in the Eighteenth Century », Blanchard I. et al., Industry and Finance in Early Modern History, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1992, p. 232.

62 Portal R., op. cit., p. 48.

63 Kahan A., op. cit., p. 184.

64 Faramond (de), « Des relations commerciales inégales des origines à 1914 », Battail M. et J.-F. (dir.), Une amitié millénaire. Les relations entre la France et la Suède à travers les âges, Paris, Beauchesne, 1993, p. 356.

65 ADLA C 716.

66 Strumilin S.-G., Istoriia chernoi metallurgii v SSSR, Moscou, 1966, p. 166 et 173.

67 Portal R., op. cit., p. 154.

Table des illustrations

Titre Les différentes zones productrices des bois du Nord
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21520/img-1.png
Fichier image/png, 425k
Titre Les exportations de brai et de goudron de Suède
Légende Source : Högberg S., Utrikeshandel och sjöfart på 1700 tallet, Lund, Bonniers, 1969., p. 144.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21520/img-2.png
Fichier image/png, 52k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540