Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vauderie d'Arras

 | 
Franck Mercier

Avant-propos

Jacques Chiffoleau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’histoire de la principauté bourguignonne, depuis longtemps, fascine. Pas seulement parce qu’elle s’achève, après les splendeurs de la Toison d’or, sur le champ de bataille glacé de Nancy par la mort de légende du Téméraire. Sans doute aussi parce que cette expérience politique, limitée dans le temps et l’espace – mais assez durable cependant pour former une véritable idiosyncrasie –, semble encore à beaucoup tenir du miracle. Ne se développe-t-elle pas dans un espace fort hétérogène, à cheval sur nos frontières modernes (même si cet espace se révèle, au bout du compte, très européen), entre la construction étatique française, la vitalité et la volonté d’indépendance des villes flamandes ou brabançonnes, les vieilles références impériales du Luxembourg et de la Franche-Comté, c’est-à-dire entre des formations politiques anciennes dont l’histoire s’inscrit évidemment dans un temps bien plus long ? De nombreux historiens, ces dernières décennies, se sont penchés sur ce cas étonnant pour tenter d’en mieux comprendre l’apparente étrangeté. Et ils en ont réduit la part de mystère en le comparant de façon très convaincante aux destins d’autres principautés de la fin du Moyen Âge. La richesse des archives ducales ou citadines a permis de lancer une multitude de belles enquêtes sur la noblesse, les élites urbaines, la société de cours, la justice, la guerre ou la fiscalité, les formes et les rituels de la propagande politique. La somptuosité des témoignages monumentaux ou artistiques de cette époque fastueuse, remis périodiquement sous nos yeux par de belles expositions, a suscité aussi la multiplication des études sur les productions culturelles étonnantes des pays « bourguignons » et nous a rappelé leur opulence économique comme leur capacité d’invention.

2Le livre de Franck Mercier, tout en connaissant fort bien les résultats abondants de cette belle saison historiographique et en s’appuyant sur eux, est une contribution originale à cette réflexion sur « l’État bourguignon » engagée par les historiens depuis fort longtemps. À partir d’un événement singulier, la chasse aux sorciers et aux sorcières qui se déclenche à Arras en 1459, et que l’on appelle depuis lors « la Vauderie », il cherche surtout, non pas à écrire une nouvelle page de l’histoire de la sorcellerie, et encore moins de l’histoire du valdéisme, mais à éclairer d’une manière nouvelle la question du lien politique dans ce régime princier étonnant où la position souveraine du duc – sinon sa puissance effective – paraît souvent davantage exaltée dans les symboles et les rituels qu’assurée et construite dans les institutions. Au rebours peut-être de ce qui se passe dans la France royale voisine, cette souveraineté ducale, en effet, paraît encore fragile, pour ne pas dire, en certaines occasions, franchement problématique, alors que la vieille fidélité féodale semble toujours dominer la plupart des rapports politiques et sociaux.

3Centrée sur les liens de pouvoir, et non point seulement sur les formes et les effets d’un procès célèbre dans une ville ayant elle-même une très riche histoire, cette contribution pose donc une question essentielle, fort large, qui dépasse le cas précis d’où elle part, même si elle s’appuie sur une enquête volontairement limitée dans le temps et dans l’espace. Elle ne prétend d’ailleurs pas tout dire sur la folie persécutrice qui s’empare d’Arras pendant ces années-là (et dont, peut-être, des études à venir permettront de connaître d’autres aspects, d’autres enjeux, à l’échelle de la ville elle-même). Elle l’utilise plutôt comme un révélateur, pour mieux se concentrer sur ce problème du lien politique dans la principauté bourguignonne, trop souvent évacué par l’emploi répété, commode et presque banalisé des vieux mots de « fidélité » ou de « sujétion ». Cette manière de procéder paraît aujourd’hui d’autant plus nécessaire que dans un certain nombre d’ouvrages récents le retour marqué au récit biographique « à l’ancienne » ou la volonté de s’en tenir à une simple description positiviste des « moyens » de gouvernement (dont la somme serait censée rendre compte de la puissance de « l’État »), ne permettent aucunement d’aborder cette question vive, passionnante, de la nature profonde des liens de pouvoir dans les derniers siècles du Moyen Âge. Ou, si l’on veut, de tenter l’histoire de la construction du sujet politique lui-même, entre obéissance et rébellion. En prenant un chemin nouveau, original, qui suscitera le débat, ce livre emprunte évidemment une voie un peu plus risquée que celle d’une simple monographie, mais en posant ainsi le problème de « l’émergence contrariée d’une nouvelle souveraineté » il a aussi le mérite, sans imposer le moins du monde une clef de lecture univoque, de faire apparaître quelques problèmes jusqu’ici inexplorés.

4Un premier récit, une sorte de vulgate, construit par l’historiographie traditionnelle à partir du témoignage du chroniqueur Jacques Du Clercq (depuis au moins la vieille Histoire des ducs de Bourgogne de Barante, au début du xixe siècle), sert de point de départ à l’étude. Il permet au lecteur de se familiariser avec l’affaire, d’en comprendre les étapes, de mesurer aussi les difficultés du dossier documentaire qui nous la fait connaître, où manque une pièce centrale, celle que l’on attend le plus : les actes du procès, détruits en 1491, à la suite de l’annulation de toute la procédure par le Parlement de Paris. À la façon d’Arsenio Frugoni confronté au cas d’Arnaud de Brescia, Franck Mercier part de ce premier récit pour mieux, très vite, le déconstruire, changer souvent son échelle d’observation, varier les points de vue. Bref, pratiquer une forme d’histoire expérimentale qui peut, dans un premier temps, désarçonner un lecteur qui a été habitué à voir dans la Vauderie une sorte d’anomalie monstrueuse (la simple résultante, comme dans les épidémies de sorcellerie campagnardes, de tensions sociales spécifiques) mais qui l’aide à apercevoir aussi certains enjeux profonds de la persécution, mal reconnus avant lui, et qui touchent, précisément, à la construction du lien politique. Au lieu d’une étude centrée sur la société arrageoise (mais, je l’ai dit, cette possibilité reste évidemment ouverte à chaque moment de l’enquête et devra être explorée), une analyse spatiale plus large, du Dauphiné et du Pays de Vaud à la Flandre, qui permet de voir comment « l’imaginaire du sabbat », fort bien étudié récemment par les chercheurs de l’Université de Lausanne sous la direction d’Agostino Paravicini Bagliani, arrive à Arras, en passant plutôt par les marges du Royaume (rien de commun cependant, entre ces vaudois-sorciers et ceux de Fribourg ou de Strasbourg qui, un peu plus tôt, via peut-être le hussisme, semblent encore dans la ligne des premiers compagnons de Valdès). Au lieu d’une enquête systématique sur la situation politique de l’Artois, en apparence toujours fidèle au duc mais tourné constamment aussi vers la France, des coups de sonde sur les pratiques du pouvoir ducal face à la rébellion des villes flamandes ou aux complots de cour qui mettent à bas les favoris. Au lieu d’une simple lecture des sources narratives, qui sont pratiquement les seules disponibles, un essai de reconstruction d’une procédure où domine l’extraordinaire, alors même que la documentation qui en émane, on l’a déjà souligné, n’est plus accessible. Mais surtout, dans cette principauté qui élève les rituels et la représentation au rang des beaux arts, où la communication politique prend des formes si remarquables, une attention très forte aux images, avec une analyse exceptionnelle des premières miniatures représentant le sabbat, étroitement liées à la Vauderie, où le bouc maléfique croise le bélier de la Toison d’or et l’Agneau mystique. Non que Franck Mercier juge toutes ces autres approches illégitimes ou impossibles mais l’objet de sa recherche, qui n’en n’exclue aucune autre, est différent : il s’agit pour lui de prendre la Vauderie ni comme un fait divers local ni comme la manifestation univoque d’une « société persécutrice » annonçant l’État moderne centralisé. En la rapprochant d’autres manifestations liées au pouvoir ducal, en la contextualisant autrement, il s’agit plutôt d’en faire un événement révélateur, un miroir, et d’y trouver, répétons-le, des indices capables d’éclairer la nature des relations de pouvoir se déployant dans l’espace bourguignon.

5Or cet événement, d’abord judiciaire, qu’est la poursuite et le châtiment des sorciers d’Arras, concerne en premier lieu la défense de la toute-puissance divine, que l’on imagine alors durement attaquée par ces rebelles diaboliques (même si la réalité de leur vol nocturne et de leur synagogue maléfique continue de susciter le débat et montre le trouble qui s’empare de tous, savants et incultes, lorsqu’il s’agit de penser, en cette fin du Moyen Âge, les relations avec l’invisible). S’il provoque l’émotion, appelle la représentation (par l’image), induit la communication, l’aveu incroyable des inculpés, obtenu d’une manière extra ordinaire, met en cause surtout une construction institutionnelle spécifique, celle de la majesté divine, lésée par ceux qui vont au sabbat mais restaurée par les juges, et dont les historiens ont encore souvent beaucoup de mal à reconnaître l’importance. Cette construction joue pourtant, depuis au moins le xiiie siècle, un rôle central dans le développement des toutes-puissances terrestres, ou, si l’on veut, dans la construction des souverainetés ici-bas, en imposant le modèle d’une grandeur à défendre, absolue, au cœur du pouvoir princier. L’histoire de la communication politique, fort bien illustrée ces derniers temps, ou celle, à la mode aussi, des usages sociaux des émotions, pour reprendre le titre d’un livre récent, ne peuvent en effet se passer, on l’oublie trop souvent, non seulement d’une sociologie critique mais aussi d’une analyse proprement institutionnelle de la formation du lien politique.

6C’est ce que nous rappelle le livre de Franck Mercier, qui a raison de ne jamais séparer son analyse très informée de la procédure extraordinaire de celle de la souveraineté qu’elle est censé protéger (et donc, d’une certaine façon, qu’elle contribue à instituer). Le procès, en luttant contre la rébellion, contribue évidemment à construire l’obéissance. Mais les rebelles dont il est question à Arras au début des années 1460 sont encore surtout des sectateurs du Diable et l’obéissance qu’ils refusent n’est pas d’abord celle qu’ils doivent au duc, c’est celle qu’ils doivent à Dieu. Rapproché de la répression militaire des révoltes (comme celle de Gand, quelques années plus tôt) ou de l’exécution sommaire des traîtres (comme celle de Jean Coustain, l’ancien favori, quelques mois plus tard), l’événement d’Arras permet de découvrir avec clarté que la défense de la toute-puissance, au principe même de la procédure extraordinaire mise en œuvre par les juges et les inquisiteurs et autour de laquelle pourraient se construire des liens de pouvoir nouveaux, n’est pas encore pleinement et directement prise en charge par le prince. La majesté que la répression de la Vauderie exalte reste la majesté divine. Ainsi comparée à d’autres moments de la politique bourguignonne, plus directement contrôlés par le duc, l’affaire est parfaitement révélatrice et n’a rien d’aberrant. Elle montre que si le pouvoir personnel du prince – entendons par là les moyens techniques de sa puissance – n’est sans doute pas alors en jeu directement, la question du pouvoir, de la nature du pouvoir, est bien tout de même au cœur de l’événement, et que le duc, à ce titre, non seulement ne pouvait pas s’en désintéresser mais qu’il y trouvait aussi des intérêts profonds, essentiels. La démonstration de Franck Mercier est sur ce point très convaincante, même et peut-être surtout quand elle explique pourquoi la persécution ralentit puis s’arrête et quand elle analyse le rôle essentiel du Parlement de Paris, instrument d’une autre majesté, dans la fin puis l’annulation, trente ans plus tard, des poursuites.

7Comment imposer l’obéissance sinon en qualifiant et pourchassant la rébellion ? Pour les princes comme pour tous les chrétiens du xve siècle le modèle essentiel de la rébellion est celui des anges déchus qui attirent les humains au sabbat. Mais les rebelles, comme les hérétiques, sont aussi des coupables de lèse-majesté et, procéduralement, il est toujours possible de les poursuivre extra ordinem, en faisant sauter toutes les garanties que l’on accorde d’ordinaire aux accusés sous prétexte de sauvegarder une toute-puissance. La Vauderie n’est donc en rien un événement aberrant. Même si l’enclenchement des poursuites, des aveux et des exécutions reste à nos yeux tout à fait monstrueux, il ne signale pas, à proprement parler, une soudaine et honteuse déviation du travail des juges. La Vauderie n’appartient pas non plus seulement à l’histoire religieuse, à celle des croyances et du Diable. Comme le suggère Franck Mercier, ce qu’elle éclaire d’abord, c’est la nature du politique à la fin du Moyen Âge, où les constructions institutionnelles (à travers, ici, la procédure criminelle) et les croyances religieuses (les liens avec l’invisible et la nature du pouvoir des démons) jouent évidemment un rôle essentiel. Certes, la puissance des ducs de Bourgogne ne fait aucun doute au milieu du xve siècle, toute l’historiographie récente et quelques épisodes analysés dans ce livre le rappellent avec éclat (la mise au pas de Gand par exemple), mais, encore une fois, la souveraineté n’est-elle vraiment que la somme de pouvoirs particuliers, que l’addition de moyens de puissance, comme le suggère toujours l’historiographie traditionnelle ? Certainement pas. Elle est d’abord la reconnaissance instituée d’une centralité– ce qui pose le problème du territoire et du corps politique – associée à une toute-puissance, ce qui pose le problème de la majesté. Elle est, comme dira, cent vingt ans plus tard, Jean Bodin, dans les six livres de la République (I. VII) : « la puissance absolue et perpétuelle d’une république que les romains appellent majestatem ». Faute d’envisager cette question de la majestas ducale dans ses implications institutionnelles, juridiques et judiciaires, on ne peut pas comprendre vraiment l’échec final des princes bourguignons. Or, la qualification de lèse-majesté et la procédure extraordinaire, qui visent toujours à protéger une toute-puissance en réprimant les rebelles (et qui sont sans doute, l’une et l’autre, avec la grâce, au cœur de la construction du sujet politique « moderne » en régime absolutiste, c’est à dire, répétons-le aussi, du sujet obéissant), semblent s’imposer avec quelque peine dans « l’État bourguignon ». L’épisode tumultueux d’Arras et le jugement en appel du Parlement de Paris en apportent la preuve, dans leur singularité mais aussi dans leur caractère exemplaire. Ils éclairent parfaitement les difficultés de la construction étatique bourguignonne. À n’en pas douter, en contextualisant ainsi la Vauderie, en la soumettant à un questionnaire inventif, en l’éclairant sous de multiples angles, Franck Mercier permet une nouvelle approche du lien politique à la fin du Moyen Âge, où l’on voit qu’il est bien difficile d’y oublier la part du Diable.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540