Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Chapitre additionnel – 2002

Texte intégral

1Rédigé à la fin des années quatre-vingt en partie sur la réunion d'études que j'avais déjà publiées, paru dans le courant de 1990, Les Bretons de Nominoë se proposait avant tout d'offrir au public curieux une synthèse accessible des connaissances alors tenues pour acquises sur une période spécialement mal connue de l'histoire de la Bretagne : le haut Moyen Âge dans sa phase contemporaine de l'Empire carolingien. Le livre a-t-il répondu à ce pari ? Il ne m'appartient pas de le suggérer, mais force m'est de constater que l'accueil ne fut pas si mauvais, au point de justifier aujourd'hui une réédition. Ou plutôt une réimpression à l'identique. À cela deux raisons au moins, l'une bonne et l'autre moins.

2D'abord la qualité du travail de typographie à l'ancienne, au plomb : déjà rare en 1990, à présent désuète, cette façon d'imprimer apporte à l'ouvrage un incontestable parfum d'antan et remémore le savoir-faire de toute une lignée de professionnels d'avant la banalisation par l'informatique des métiers du labeur. En cela Les Bretons de Nominoë pourra être reçu comme un hommage discret rendu aux gens du livre, composeurs et maîtres de presse, tous attentifs à la correction orthographique comme au bel ouvrage : nul doute que les Presses Universitaires de Rennes n'aient été elles aussi sensibles à leur talent cruellement relégué aux oubliettes depuis. Mais ces considérations de forme ne sont sans doute pas l'essentiel dans le choix d'un simple retirage à l'identique.

  • 1 Jean-Christophe Cassard, Le siècle des Vikings en Bretagne, Éditions Jean-Paul Gisserot, Paris, 19 (...)
  • 2 Jean-Christophe Cassard, Les Bretons et la mer au Moyen Age, des origines au milieu du xive siècle (...)

3Après 1990, en effet, je me suis tourné vers d'autres périodes médiévales, plus récentes, estimant à tort ou à raison avoir déjà écrit tout ce que j'avais à dire sur le temps de Nominoë. Seuls les Vikings en Bretagne1 ont vu leur dossier continuer à se gonfler de nouveaux rapprochements et, dans une moindre mesure, les relations entretenues par les Bretons avec la mer au Moyen Âge2 qui concernent, pour partie seulement, l'époque carolingienne. Pour le reste, j'ai considéré que le siècle de Nominoë était exploré par assez d'exégètes, notamment anglo-saxons, plus savants et mieux informés que moi : l'actualisation complète de la synthèse risquée jadis aurait exigé de multiples ajouts et quelques refontes qui, cumulés, auraient fini par bouleverser non son économie d'ensemble mais presque chacune de ses pages. Autant dire qu'il en serait sorti un livre neuf, alors que l'ancien n'avait pas démérité me disait-on. Dès lors un parti s'imposait : compléter le travail par un chapitre de mise à jour.

4Ce choix fut retenu en accord avec le nouvel éditeur, d'autant qu'il permet de sauvegarder, à mes yeux, l'originalité du projet premier : faire une histoire des Bretons du haut Moyen Âge, et non seulement une histoire de la Bretagne en ces temps obscurs. Trop souvent, en effet, le ixe siècle armoricain n'est abordé que sous l'angle de l'épopée collective d'un peuple qui, aux ordres de dirigeants d'exception entrés dans la légende, parvient à s'arracher au joug des Francs en conquérant une liberté, des territoires, une culture qui ancrent pour la durée son identité particulière. L'indépendance au temps des rois, en somme... Au point que sur les cartes figurant l'Empire carolingien la Bretagne figure généralement en blanc, comme si elle était alors demeurée en dehors de cet ensemble à la fois neuf (parce que chrétien) et ancien (parce qu'il tire partie de sa légitimité du souvenir de Rome)...

5Les choses ne sont pas aussi simples en vérité, et elles s'avèrent finalement plus porteuses d'avenir : la situation dérogatoire de la péninsule au plan politique traduit l'émergence d'une précoce symbiose spécifique entre héritage provincial de l'Antiquité, apports romano-francs et traditions bretonnes, qui instille, sur un temps bref en cette péninsule extrême du continent eurasiatique, une configuration à la fois conforme et différente du monde occidental. Certes, cette amorce d'une voie originale se trouva vite entravée par la fougue agressive des Scandinaves qui balayèrent l'éphémère royauté subordonnée. De toute façon, elle ne concernait qu'une minorité de privilégiés, clercs et laïcs, et avait été imposée, au dehors de son aire primitive, par le cours des événements à des populations gauloises qui n'étaient pas alors bretonnes, mais les traces écrites qu'elle nous a léguées nous renseignent aussi quelque peu sur le commun du peuple, comme le font de leur côté les actes de Redon ou l'observation archéologique des modestes traces matérielles exhumées de-ci de-là.

6Ces indices — pour ténus, épars, discontinus qu'ils soient — justifient une tentative d'approche des hommes de ce passé lointain, saisis dans leur cadre de vie comme dans leurs relations entre eux, dans leurs rapports avec le monde naturel ou la surnature : tel était du moins le projet de départ des Bretons de Nominoë, et il ne me paraît pas qu'il ait tant vieilli que cela, même si la recherche a progressé depuis 1990 dans telle ou telle direction. Si le temps semble venu en 2002 de proposer un bilan d'étape de ces avancées, son renouvellement de fond en comble ne s'impose pas : un complément bibliographique y pourvoira.

7Pour être fondée en science, l'analyse historique doit d'abord reposer sur la mise à disposition du chercheur de matériaux sûrs : les publications de sources nouvelles ou renouvelées seront ainsi rappelées dans la première partie de ce chapitre additionnel. Puis seront signalés les inventaires de matériel archéologique désormais disponibles. Enfin, les synthèses intéressant l'Armorique bretonne et, surtout, les études ponctuelles des spécialistes qui s'efforcent, chacun dans son domaine de compétence, de décortiquer les traces du passé afin de mieux rendre compte de la culture de ces hommes, de ces femmes que furent les Bretons de Nominoë.

Les textes : du manuscrit à l'édition et à la diffusion

8Dans ce domaine l'événement majeur a sans nul doute été la mise à disposition du texte même du Cartulaire de Redon, reproduit au format et aux couleurs de l'original conservé à l'archevêché de Rennes. En attendant une éventuelle traduction en français de ces chartes latines (mais l'entreprise se heurterait à des difficultés vite insurmontables tant le latin de ces notices techniques paraît éloigné de la langue classique), le chercheur peut désormais vérifier la correction de l'édition courante procurée au xixe siècle par Aurélien de Courson, d'autant plus aisément que trois riches notices font le point des connaissances actuelles sur ce document difficile mais fondamental : André Chédeville le replace dans son contexte historique, Hubert Guillotel propose des corrections aux datations de l'éditeur et à celles avancées par Arthur de La Borderie, Bernard Tanguy analyse les noms de lieux et de personnes contenus dans le Cartulaire.

9Un autre texte en relation intime avec les débuts héroïques du monastère Saint-Sauveur, fer de lance de la réforme bénédictine dans l'Armorique bretonne, est désormais disponible dans une édition scientifique qui périme celle procurée au xviiie siècle par dom Morice dans ses Mémoires pour servir de Preuves à l'Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne : Caroline Brett, The Monks of Redon. Gesta Sanctorum Rotonensium and Vita Conuuoionis, Woodbridge, 1989. Le texte latin revu est par ailleurs accompagné d'une traduction anglaise.

10Celle dont tout le monde s'accorde à reconnaître qu'elle est assurément la plus ancienne des Vies armoricaines à nous être parvenue, mais dont chaque spécialiste discutait avec âpreté la date de rédaction (d'âge mérovingien plus ou moins avancé ? D'époque carolingienne précoce ?) vient elle aussi de faire l'objet d'une réédition révisée qui relance le débat sur des bases infiniment plus sûres : Pierre Flobert, La Vie ancienne de saint Samson de Dol. Texte édité, traduit et commenté, Vans, 1997.

11Le CIRDOMOC (Centre International de Recherche et de DOcumentation sur le MOnachisme Celtique) organise à chaque début d'été, dans le cadre hospitalier de l'abbaye Saint-Guénolé de Landévennec, un colloque dont les actes sont diffusés depuis 1990 par la revue Britannia Monastica, laquelle a aussi accueilli éditions scientifiques et études sur les dossiers d'époque carolingienne de trois saints vénérés en Bretagne armoricaine :

12Carrée André et Merdrignac Bernard, La Vie latine de saint Lunaire.

13Textes, traduction, commentaires (tome II, 1991).

14Morvannou François, Saint Guénaël (tome IV, 1997).

15Bourgès André-Yves, Le dossier hagiographique de saint Mélar. Texte, traduction, commentaire (tome V, 1997).

16Enfin, des Vies d'époque carolingienne sont désormais accessibles en traduction française et bretonne, accompagnées suivant le cas d'un dossier introductif sur la place du saint concerné dans la toponymie provinciale, ses lieux de culte, sa statuaire...

17Tanguy Bernard, An Irien Job et Falhun Saïk, Saint Hervé. Vie et culte, Tréflaouénan, 1990.

18Tanguy Bernard, An Irien Job, Falhun Saïk et Castel Yves-Pascal, Saint Paul Aurélien. Vie et culte/Sant Paol a Leon, Tréflaouénan, 1991 (il s'agit de la Vie de saint Paul par Uurmonoc, datée de 884).

19Simon Marc (O. B.), Saint Guénolé et l'abbaye de Landévennec (en français seul), Paris, 1997 (il s'agit de la Vie de saint Guénolé rédigée par l'abbé Uurdisten au ixe siècle).

20Certenais Anne, Merdrignac Bernard et Ar Bihan Hervé, La Vie de saint CunuallBuhez Konwal, sans lieu d'édition, 1999.

21Méchain-Gilbert Cécile, Merdrignac Bernard et Ar Bihan Hervé, La Vie de saint Gonéri/Buhez Koneri, sans lieu d'édition, 1999.

22Poulain Christophe, Merdrignac Bernard et Ar Bihan Hervé, La Vie de saint Méen/Buhez Mewen, sans lieu d'édition, 1999.

Signes, objets et structures archéologiques

23Si les fouilles dites programmées, prévues pour se dérouler sur plusieurs années, se font de plus en plus rares du fait de la politique restrictive des services officiels de l'archéologie (il ne subsiste plus guère que celles du Yaudet en Ploulec'h, un vaste oppidum situé à l'entrée de la rivière de Lannion, utilisé depuis l'époque gauloise jusqu'au Moyen Âge), les découvertes de hasard font, elles, l'objet de fouilles dites de sauvetage, dont les comptes rendus publiés figurent parmi les articles recensés plus bas ou bien paraissent, sous forme de brèves notes d'information, dans les revues spécialisées, savantes ou archéologiques.

24La suspension des campagnes programmées laisse cependant le champ ouvert à des opérations d'inventaire du matériel collectable au sol sans fouilles véritables ou observables sur le terrain (ou par voie aérienne) par l'examen des témoins encore en place. Plusieurs répertoires sont ainsi venus renouveler ou compléter nos connaissances sur les Dark Ages armoricains, qu'il s'agisse de ceux issus de la thèse inédite de Philippe GUIGON (Les sites religieux et fortifiés du haut Moyen Age en Bretagne. Les églises des saints et les palais des rois, Université de Rennes 1, 1990) ou d'entreprises collectives menées à bien par des chercheurs, britanniques pour la plupart :

25Astill Grenville et Davies Wendy, Un paysage breton. De l'archéologie à l'histoire dans le sud de la Haute-Bretagne, Saint-Malo, 2001 (supplément X aux Dossiers du CeRAA). Davies Wendy, Graham-Campbell James, Handley Mark, kershaw Paul, Koch John T., Le Duc Gwénaël et Lockyear Kris, The Inscriptions of Early Medieval Brittany/Les inscriptions de la Bretagne du haut Moyen Age, Oakville Connecticut et Aberystwyth, 2000. Guigon Philippe, Les sépultures du haut Moyen Age en Bretagne, Rennes, 1994 (Patrimoine archéologique de Bretagne, collection publiée par l'Institut Culturel).

26Idem, Les fortifications du haut Moyen Age en Bretagne, Rennes, 1997 (ibidem).

27Idem, Les églises du haut Moyen Age en Bretagne, Saint-Malo, tome I, 1997 et tome II, 1998 (suppléments T et U des Dossiers du CeRAA).

Notes

1 Jean-Christophe Cassard, Le siècle des Vikings en Bretagne, Éditions Jean-Paul Gisserot, Paris, 1996, ainsi que diverses études de détail rappelées plus bas en bibliographie parmi les articles.

2 Jean-Christophe Cassard, Les Bretons et la mer au Moyen Age, des origines au milieu du xive siècle, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 1998

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540