Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Glossaire franc carolingien

Texte intégral

1Alleu : terre franche appartenant à un homme libre. L'alleu s'oppose à la tenure qui désigne une terre tenue d'un propriétaire éminent envers lequel son exploitant doit s'acquitter chaque année de diverses obligations.

2Annale : récit chronologique des événements survenus dans une année, et année après année. La chronique est un récit plus suivi et plus développé, écrit dans une langue plus recherchée.

3Ban : pouvoir de commandement appartenant au seul souverain ; il entraîne le droit de contraindre et de punir, et peut être délégué aux missi, aux comtes, aux immunistes. Pour les libres les prestations militaires sont obligatoires ; c'est le hériban.

4Capitulaire : recueil de décisions royales prises à l'issue du plaid général et classées par chapitres. Certains capitulaires sont généraux, d'autres spécialisés.

5Cartulaire : recueil des chartes conservées par un seigneur laïc ou ecclésiastique. Les chartes originales sont recopiées à la suite dans un ouvrage unique de consultation plus aisée.

6Cité : la plupart des anciens peuples de la Gaule celtique voient leur entité maintenue à l'époque romaine dans le cadre de cités dotées d'une capitale urbaine. Cette dernière adopte le nom du peuple dont elle est la tête dans le courant des ive et ve siècles et devient le siège d'un évêque. A l'époque carolingienne, les cités se confondent avec les ressorts des comtés.

7Colon : paysan libre à qui un propriétaire foncier a alloué un lot de terre et l'emplacement d'une maison contre l'exécution de charois et de corvées (manuelles ou avec un attelage) et le versement d'un cens, en nature ou en argent. Au IXe siècle un colon peut cultiver un manse dit servile tout en gardant sa qualité juridique ; comme tout homme libre, il est astreint à l'impôt, au service militaire et relève du tribunal public à l'inverse des esclaves (servi).

8Commande : acte par lequel un homme libre entre volontairement dans la clientèle d'un plus puissant que lui pour acquérir sa mainbour (à la fois sa protection et son autorité). En échange, il reçoit un bénéfice, c'est-à-dire une terre garante de son engagement, qu'il conservera aussi longtemps qu'il se montrera fidèle à sa parole.

9Cour : centre de l'exploitation domaniale, englobant l'habitation du maître ou celle de son intendant et des bâtiments annexes (étable, écurie, grange, grenier...), l'ensemble étant clos de haies ou de palissades.

10Faide : guerre privée opposant entre eux des clans de puissants.

11Fidèle : homme qui a promis sa « foi » par serment. Les hommes libres doivent prêter serment de fidélité envers l'empereur (ou le souverain) ; les vassaux le font envers leurs seigneurs.

12Fisc : ensemble des biens appartenant au roi et à la couronne. Ils proviennent du fisc mérovingien (constitué à partir des terres impériales et des domaines confisqués à l'aristocratie gallo-romaine) que les premiers Carolingiens s'étaient largement approprié, des terres d'Eglise sécularisées, des conquêtes franques en terre étrangère et des biens confisqués aux comtes révoltés.

13Honor : dotation en terre des hauts fonctionnaires carolingiens (clercs et laïcs) pour les rémunérer de leurs peines dans l'exercice de leurs fonctions. L'honneur s'ajoute pour eux aux revenus tirés d'une partie de la perception des amendes et des impôts. Dans le courant du ixe siècle l'honor a tendance à devenir d'abord viager puis héréditaire chez les laïcs (comtes).

14Immunité : privilège des domaines du fisc dont les habitants ne paient pas l'impôt foncier ni d'impôts indirects. Les terres offertes aux grandes abbayes bénéficient, par la grâce du souverain, de ce privilège : alors le comte, dans le ressort territorial duquel se trouve incluse la terre immune, ne peut plus y pénétrer sans autorisation de l'immuniste. Certains monastères voient également leurs biens transformés en immunités, ce qui les dispense du versement de l'impôt.

15Lète : soldat-colon d'origine germanique installé par l'autorité romaine dans des zones qu'il lui importait de repeupler pour mieux défendre les frontières de l'empire.

16Mall : tribunal public constitué par l'ensemble des hommes libres du comté et réuni sous la présidence du comte qui fait exécuter ses décisions. En fait ceci représente un lourd fardeau pour les libres qui sont contraints d'y paraître sous peine d'amende.

17Manse : l'exploitation agricole paysanne ou seigneuriale (dans ce cas, c'est le manse dominical ou indominicatus, c'est-à-dire la « réserve »). Le manse paysan désigne à la fois l'enclos dans lequel vit la famille et l'ensemble des parcelles qu'elle met en valeur. Selon le statut du premier occupant, le manse est soit servile soit ingénuile (libre).

18Marche : territoire militaire en lisière des pays indépendants et hostiles. La marche regroupe plusieurs comtés. Outre celle de Bretagne, on trouve une marche en Carinthie, en Frioul, face aux pays avare, wende ou danois.

19Missus : envoyé, délégué représentant un puissant. Les missi dominici sont des commissaires chargés, collégialement, de contrôler les fonctionnaires locaux au nom du souverain. Leur domaine d'action ou missaticum s'étend sur plusieurs comtés, en dehors des régions où s'exerce normalement leur autorité de comtes ou d évêques.

20Ost : l'armée. Elle se recrute parmi les hommes libres qui sont convoqués chaque année au « champ de mai » en vue de la campagne décidée par le souverain. En fait une partie seulement des libres se rend à l'armée ; les autres contribuent par des versements en nature et en argent.

21Plaid général : assemblée réunissant en principe l'ensemble des hommes libres de l'empire chaque année avant le départ en campagne. Dans la pratique seuls les Grands peuvent y faire entendre leur voix (clercs et laïcs siègent souvent répartis en deux assemblées distinctes).

22Polyptyque : recueil descriptif des revenus d'une abbaye, détaillant ses biens fonciers, le nom de ses dépendants et la composition de leurs familles, les charges dues par ces derniers.

23Précaire : contrat concédant à la « prière » du bénéficiaire une terre en usufruit moyennant le versement d'un cens modique. Les précaires servent souvent à camoufler des usurpations de terres d'Eglise opérées par les Carolingiens puisque ces biens spoliés relèvent fictivement de l'Eglise qui perçoit sur eux un maigre cens récognitif.

24Préfet (ou comte de la marche, parfois duc car il est le chef des troupes laissées en permanence à sa disposition) : comte responsable d'une marche, auquel sont subordonnés en matière de défense les autres comtes de la marche.

25Scabin : juge professionnel chargé de dire le droit en conformité avec les codes de lois.

26Tonlieu : droit indirect perçu sur la vente ou la circulation des marchandises. Le tonlieu est perçu lors du passage d'un pont ou de l'entrée dans une ville sur les navires, les péniches, les chariots et les bêtes de somme.

27Vassal : homme entré dans la clientèle d'un puissant. Il reçoit normalement de son seigneur un bénéfice permettant de l'entretenir ou, du moins, d'améliorer sa condition. Dans le courant du ixe siècle vassal se trouve concurrencé dans la pratique sociale par homo (le « dépendant » en général).

28Villa : unité d'exploitation domaniale dont le centre est un palais ou une cour, et comprenant à la fois les terres mises en valeur directement par le maître (grâce à son troupeau d'esclaves ou aux corvées qui lui sont dues), c'est la réserve, et des manses autonomes confiés à des paysans juridiquement libres ou à des esclaves chasés qui doivent tous des obligations en travail et des livraisons de parts de récolte.

29Voyer : fonctionnaire subalterne du comte, placé à la tête d'une fraction du comté (la viguerie). Le voyer réunit le mail local pour juger des petits délits et conduit les hommes libres à l'ost.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540