Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Épilogue

Les destinées de la Bretagne de Nominoë

Texte intégral

1Nominoë entretint-il jamais un grand dessein : libérer son peuple asservi, ou fut-il plus simplement le jouet du destin, la victime consentante puis active des aléas de la haute politique ? Comme l'ancien représentant personnel de l'empereur Louis n'a pas légué à la postérité sa version des faits, ni aucun de ses proches, les motifs profonds qui le poussèrent à agir depuis le jour de sa nomination resteront insaisissables : en conséquence, il subsistera toujours un « mystère Nominoë ». Du moins laissait-il derrière lui une œuvre que ses premiers successeurs reprirent et amplifièrent : il est possible de suivre dans le temps l'évolution de ses différentes composantes et d'apprécier mieux ainsi l'importance réelle de Nominoë dans l'histoire de Bretagne.

1) Le royaume de Bretagne

2Le prince révolté ne songe apparemment pas à la couronne soit par manque d'intérêt soit par manque de temps ; son fils et son neveu la convoitent sans doute et finissent par l'obtenir de haute lutte. Sans s'exagérer la portée de ce titre de roi que leur reconnaît la chancellerie franque, il n'est pas négligeable non plus pour le supplément de prestige qu'il confère à son titulaire dans l'empire et peut-être même au-delà, dans cette île de Bretagne vers laquelle la société brittonique armoricaine est encore largement tournée. Toutefois ce titre n'a d'intérêt véritable que du point de vue carolingien : grâce à lui les dynastes bretons se trouvent intégrés dans la hiérarchie impériale et s'apprêtent, avec Erispoë, à entrer dans la famille proche de l'empereur. Cette démarche voulue par le palais d'Aix annonce celle de la papauté vis-à-vis des peuples barbares du nord et de l'est de l'Europe quand, afin de hâter leur conversion et de la rendre irrévocable, elle élèvera leurs chefs nationaux au statut de rois privilégiés et prendra sous sa haute protection les nouveaux royaumes de Hongrie ou de Pologne par exemple.

3A défaut d'avoir pu briser les Bretons par les armes, Charles le Chauve trouve donc plus commode de se les associer en ménageant un compromis acceptable avec Erispoë et Salomon : contre la reconnaissance solennelle de leur pouvoir de fait, les maîtres de la Bretagne s'engagent à ne plus gêner le roi de Francie occidentale, harcelé sur bien d'autres fronts et menacé par des forces profondes qui minent son autorité et menacent de disloquer son royaume. Durant ce temps Salomon sait conduire la Bretagne à son apogée plus que ne l'avaient fait avant lui Nominoë et son fils. Au terme de deux décennies d'équilibre fragile et de paix, les termes du compromis passé en 851 sont balayés par la guerre civile en Bretagne et les incursions des Vikings : le titre royal n'est plus relevé par les chancelleries après Alain le Grand, et bientôt il tombe dans l'oubli, les descendants d'Alain Barbetorte étant écartés du trône et la Bretagne échouant à des familles étrangères ou comtales au xie siècle.

4Le sort a voulu que la Bretagne ne soit pas un royaume au Moyen Age. Ses chefs se contentent d'abord du titre de comte, qu'arbore encore Geoffroy, le fils d'Henri II Plantagenét, puis adoptent celui de duc, sans que ces problèmes de titulature ne les troublent beaucoup apparemment avant le le xive siècle. Le peuple, lui, continue à appeler ses souverains « rois », comme l'avaient fait déjà les hommes de Murman et avant eux les Bretons de Domnonée ou du Vannetais. Ri est l'appellatif usuel du chef en brittonique ancien : il ne sort que très lentement de l'usage comme en témoignent Raoul le Glabre au xie siècle ou bien les Grandes Chroniques de Castille au xive siècle Mais cet appellatif n'a de valeur qu'orale. Quand les hommes de plume en viennent à évoquer la personne du monarque, ils utilisent un autre vocabulaire, celui de la féodalité, dans lequel le roi ne peut être que le roi de France ou celui d'Angleterre.

5Il faudra attendre l'arrivée sur le trône ducal d'une nouvelle dynastie, celle de Mauclerc le petit cousin du roi de France, pour voir renaître un embryon d'appareil d'Etat en Bretagne ; il faudra attendre le choc de la guerre de Succession (1341-1387) pour voir se dégager au sein du clan des vainqueurs, les Montforts, une ambition nouvelle qu'incarnera leur politique neutraliste entre France et Angleterre affrontées, neutralité prélude à une indépendance de fait. Alors seulement le souvenir du très antique royaume retrouve un intérêt pratique : leurs chroniqueurs confortent les ducs dans leurs prétentions généalogiques à descendre des anciens rois, dont le plus illustre est Arthur, le souverain universel et le chef des Preux. Héritiers des « rois, ducs et princes de Bretagne », les ducs de la fin du xive siècle et surtout ceux du xve siècle supportent mal les intrusions du pouvoir royal dans leur « duché royal », une expression qui connaît une grande fortune en ces temps où les princes bretons mobilisent la fortune de leurs sujets aussi bien que l'histoire du pays pour assurer la survie de leur Etat.

6Dans cette hagiographie de combat Nominoë et Salomon trouvent leur place, mais une place seconde : leur sont préférés les rois de l'île de Bretagne, et d'abord la figure d'Arthur universellement renommée depuis l'œuvre de Geoffroy de Monmouth. Nominoë n'est pas le héros de la famille ducale des Montforts qui lui préfère d'autres cousinages plus illustres, la légende éclipsant une réalité connue par bribes seulement. Cette seconde mort sera vengée au siècle dernier quand des érudits et des nobles, portant le deuil de la Bretagne d'avant les révolutions, le redécouvrirent et le parèrent d'une gloire posthume qu'il n'avait sans doute pas tout fait pour mériter.

2) La Bretagne historique

7Nominoë ne vécut pas assez pour songer à stabiliser la nouvelle domination territoriale qu'il était en passe de se tailler à la pointe de l'épée ; il revint à Erispoë et à Salomon de le faire. Par leurs traités avec le roi de Francie ils portèrent les termes de leur royaume bien au-delà des frontières traditionnellement reconnues aux Bretons, jusqu'à Angers et au Cotentin à l'est, jusqu'au Poitou septentrional au sud. Les événements catastrophiques du xe siècle font que les Bretons perdent de bonne heure une partie de ces annexions : le duché englobera seulement cinq cités de l'ancienne Armorique gallo-romaine, abandonnant à l'Anjou et à la jeune Normandie les conquêtes trop aventurées des rois. Un bon tiers du royaume de Salomon ne s'intègre pas à la Bretagne historique : précocement acquis, ce recul n'est pas en définitive trop douloureux.

3) Les Bretons et les autres

8Une conséquence immédiate de l'expansionnisme breton au ixe siècle est sans doute de réveiller de vieux antagonismes : il est évident que les populations romanes de l'Ouest de la France apprécièrent aussi peu les raids des Bretons que les incursions des Vikings, leurs résultats étant identiques pour elles. Nominoë fut assez détesté pour que les moines de Saint-Florent lui imputent, à tort, la destruction de leur monastère.

9Quand vint l'heure de la reconstruction, les Bretons avaient toujours mauvaise presse : quoique chrétiens de nom, ils sont demeurés des barbares aux yeux de leurs voisins qui peuvent se targuer de bien les connaître. Vitalis ne cache pas ses sentiments dans la préface qu'il donne à l'adaptation de la Vie de saint Paul-Aurélien qu'il vient d'écrire dans un langage plus acceptable que le latin mal sonnant de Gourmonoc (le « bavardage breton » d'un « écrivain ignorant ») : « Que l'esprit du lecteur ne soit pas troublé par les noms bretons dissonnants que nous avons fait intervenir, dans la mesure où nous n'avons pu les éviter tout à fait : en effet ils sont indissociables du sujet de l'ouvrage. Cependant nous en avons évité la plupart : nous lui avons épargné au passage les noms des frères de cet homme de Dieu, parce qu'ils sont barbares et inutiles à notre travail, et nous avons omis le nom des prêtres dont on lit qu'ils accompagnaient partout le même saint, parce que nous les avons jugés plus encombrants que nécessaires... » « L agencement discordant des mots et des phrases ne donnait pas au lecteur l'envie de prêter attention, d'étudier, ni de se montrer bienveillant. Un ordre nouveau des cas, un genre inouï de tournures écartaient de la lecture ceux qui le désiraient. »

10A plus long terme l'effacement du pouvoir breton (qui finit par échouer entre les mains de la puissante famille des Plantagenêts dont la cour était un foyer rayonnant de culture) et la présence dans l'aristocratie régionale de descendants de familles franques romanisées de longue date font oublier les vieilles querelles et se refermer les antiques blessures d'amour-propre. Nantes (où les Bretons bretonnants sont nombreux depuis qu'un comte de Cornouaille y était devenu duc) jouera un rôle d'intermédiaire dans un domaine dont Nominoë n'aurait certainement pas soupçonné l'éventualité : la transmission de la « matière de Bretagne » par les bardes d'Armorique devenus des trouvères bilingues. Tout l'Occident médiéval fut innervé par cette source de merveilleux celtique.

11Bien sûr la Bretagne continentale n'est pas le seul point de contact (on pense tout de suite au Pays de Galles et à ses marches), mais son rôle paraît essentiel du fait des relations pacifiques qui prédominent dans ce secteur géographique. Son influence sur les îles britanniques est expressément attestée par Chaucer : « Ces anciens nobles bretons dans leurs jours/ De diverses aventures faisaient des lais/ Rimés dans leur première langue bretonne/ Lesquels lais ils chantaient avec leurs instruments », et nous avons vu d'autres preuves de l'engouement européen dont fit l'objet leur littérature. Cependant le ruisseau commençait à se tarir à la source en se diffusant ainsi : la haute noblesse établie à demeure dans la « nouvelle Bretagne » puis les familles établies en Angleterre après la conquête de 1066 perdaient peu à peu l'usage de la langue de leurs ancêtres. Les bardes rencontrèrent des difficultés croissantes à trouver des mécènes, puis n'en trouvèrent plus. Leur art se mit à péricliter.

12Extension universelle de certains motifs du légendaire breton et déclassement de l'usage social de la langue. Ce double mouvement, affecté de signes contraires, est une conséquence inattendue de l'épopée des Bretons de Nominoë : au bout du compte, la force conquérante de ceux-ci, qui paraissait inexorable en son temps, se révèle avoir été un puissant levier de francisation de leurs descendants, d'autant que les liens se distendent vite avec l'île. Une implacable dialectique, activée par leur succès initial, condamne les Bretons continentaux à s'intégrer sans cesse plus à la nouvelle société née sur les décombres de l'empire carolingien : le phénomène d'acculturation des Bretons au monde franc et à l'Eglise de tradition romaine était déjà à l'œuvre au temps de Nominoë, et il lui fallut plusieurs siècles pour s'imposer aux élites ; aujourd'hui encore, et c'est heureux, la normalisation n'est pas achevée au niveau de la culture populaire dans son acception la plus large... Léon Fleuriot n'hésite pas à renverser les perspectives de l'histoire traditionnelle en écrivant : « A partir du xie siècle et surtout au xiie, la position du breton s'affaiblit considérablement pour toute une série de raisons dont voici la principale : les conquêtes bretonnes qui avaient considérablement agrandi les régions de langue romane passées sous la domination des Bretons. (...) Beaucoup de Bretons participèrent à la conquête de l'Angleterre en 1066 et se trouvaient maintenant possessionnés des deux côtés de la mer, mais dans des régions où l'on ne parlait pas breton. Les mariages, les voyages, puis la participation aux croisades, portèrent au breton des coups bien plus rudes que l'éphémère occupation normande de 915 à 939, occupation qui avait surtout ruiné les monastères. »

4) Epilogue

13Une culture, un peuple ne peuvent sans doute exister qu'à la double condition de posséder en eux-mêmes assez de richesses et d'être fécondés par un flux régulier d'apports étrangers. A chaque nouvelle étape historique correspond alors un nouvel équilibre né de cette acculturation permanente sans laquelle la vie cesse, se figeant en archaïsmes dérégulateurs et mortels à terme. L'entropie menace les sociétés bloquées ; la perte d'être, celles qui évoluent trop vite en bradant les acquis de leur passé. Les Bretons de Nominoë surent naviguer et s'adapter dans un monde politique en évolution tout en préservant leur personnalité : la greffe réussie du monachisme bénédictin est le plus bel exemple de leur réussite. Un solide socle de paysans libres, alleutiers, maintenait au sein d'une société franche des formes de liberté essentielles à la dignité humaine. Bien sûr les esclaves et les colons ne participaient pas à cet espace d'autonomie, mais un minimum de garanties leur était reconnu. Ce solide organisme paysan, malgré sa pauvreté matérielle, se reconnaissait sans peine dans ses chefs locaux et traditionnels, les machtierns. Un certain équilibre avait été trouvé alors que déjà le monde franc était traversé par de nouveaux courants qui donnèrent aux relations d'homme à homme une place sans cesse accrue, les puissants finissant par mettre la main sur ce qu'il restait d'Etat pour mieux s'assurer des faibles. Bientôt le même phénomène vint occulter en Bretagne cette société de paysans assez indépendants qu'avait dirigée Nominoë. La féodalité ici comme partout triompha, et les paysans devinrent presque tous des serfs lourdement imposés d'obligations par leur seigneur. Sur ce point l'œuvre de Nominoë n'eut pas de postérité durable, mais pouvait-elle en avoir une ?

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540