Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Sociétés. Hommes et cultures de Bretagne

Chapitre 15. La violence et la justice

Texte intégral

« Si quelqu'un est suspect d'homicide, et s'il n'a pas de titre pour apporter une preuve, il rassemblera par leur nom 48 hommes, dont 24 jureront dans une église qu'il est sincère. Ainsi, qu'il parte sans poursuite. S'ils ne jurent pas, qu'il remette 5 serfs et 7 serves et il obtiendra sécurité. »

Excerpta de Libris Romanorum et Francorum, loi A 4,

  • 1 Fleuriot (Léon), un fragment en latin de très anciennes lois bretonnes du vie siècle. Leur texte v (...)
  • 2 Les juristes se sont trop longtemps contentés de l'étude de la seule Très Ancienne Coutume de Bret (...)

1Déjà archaïque au temps de Nominoë quant à ses stipulations précises, cet extrait de lois du vie siècle rappelle que, comme toute société évoluée, la société bretonne avait secrété ses propres normes de vie communautaire codifiées dans un appareil de lois. La redécouverte de l'antique droit des Bretons est chose récente1 et beaucoup de travail reste à faire dans ce domaine2 : cette voie difficile, à peine défrichée encore, est la meilleure garante d'une juste perception des réalités anciennes. Il conviendrait également de les rechercher parmi les usages locaux toujours en vigueur avant 1789 et même encore après : tâche énorme qu'il faudra bien un jour entreprendre...

2En attendant qu'une équipe pluridisciplinaire s'y attelle, nous en sommes réduits à ce que veulent bien nous apprendre de l'administration de la justice les seules chartes de Redon : elles ont au moins le mérite d'en dessiner l'évolution sur un siècle et de mettre en lumière un important fait de sociabilité car, malgré l'existence en français du mot bretteur pour désigner un soldat toujours prêt à en découdre, les Bretons n'apparaissent pas chez eux et à cette époque comme d'invétérés bagarreurs. Ils seraient même plutôt procéduriers dans leurs comportements, et respectueux du droit.

La place, limitée, de la violence

  • 3 La recension de tous les anthroponymes contenus dans le Cartulaire de Redon, les Vies de saints et (...)
  • 4 Loth (Joseph), Chrestomathie bretonne, 1890, p. 381-430.

3La société bretonne au temps de Nominoë s'affiche volontiers guerrière : ceci transparaît dans les noms de personnes qui font bien souvent référence à la force victorieuse et aux exploits, réels ou attendus, sur les champs de bataille. Plusieurs milliers d'anthroponymes vieux-bretons sont connus et édités depuis longtemps : ils attendent toujours leur historien3 ! Figés, certains d'entre eux sont passés en noms de famille tels Cadour (guerrier), Tanguy (le chien ou le loup de feu, c'est-à-dire le guerrier d'élite), Marrec (cavalier, chevalier), Glémarec (le chevalier brillant), Guivarc'h et Guyonvarc'h [digne d'avoir un (bon) cheval]. D'autres ne survivent plus que par les écrits anciens : Joseph Loth en avait rassemblé bon nombre dans sa Chrestomalhie bretonne4 qui nous servira à présent de guide.

4La variété et la richesse du vocabulaire martial constituent déjà par elles-mêmes un indice probant : le vieux breton dispose d'au moins quatre mots pour « combat » (aer, cat, uueith et son dérivé etuuethen), de nombreux adjectifs qualifiant des prouesses ou des qualités dominantes (clut : renommé, illustre ; deur : vaillant ; fidlon : loyal, sûr ; gleu : vaillant ; hael : généreux ; hidr : audacieux, vaillant ; louuen : joyeux ; mat : bon ; moen : aimable, généreux ; riethoc : noble, généreux ; uuen : blanc, béni, heureux ; uuocon : illustre, glorieux). Des noms d'animaux, dont la force ou la ruse sont connues de tous, se retrouvent également en composition dans des noms d'hommes : arth : ours ; bledic, de bleid : loup ; canao : jeune loup ; bran : corbeau ; leuhemel : semblable à un lion ; uualc : faucon, épervier. Dans un autre registre on relève bresel : guerre ; bud : gain, victoire ; hoiarn : fer ; iud : guerrier ou scoet : bouclier. D'autres termes pourraient facilement venir compléter ces listes partielles. Un rapide comptage permet d'établir la fréquence relative de tout ce vocabulaire : hael : généreux vient en tête, entrant 51 fois en composition ; uuethen, dérivé de uueith : combat, 42 fois ; cat : combat et ri : roi, chef, 28 fois chacun ; iud : guerrier, 21 fois ; uuocon : glorieux, illustre, 17 fois ; gleu : vaillant, 16 fois ; bud : victoire, gain, 15 fois, etc. A l'image du roi Iudicaël (« généreux au combat »), les premiers ducs de la Bretagne féodale resteront un temps fidèles à cet usage martial : Alain Cainard, dont le surnom est à rétablir en Kainarth : « le bel ours » (bellator fortis dans une charte de Saint-Sulpice de Rennes) ou Alain Fergant, « le brave parfait », tandis que l'engouement pour les romans bretons fera bientôt connaître à l'Europe entière le surnom du père d'Arthur, Uter Pendragon, littéralement Uter « le chef des dragons » ou plutôt des guerriers. Si l'évocation rapide de tous ces noms propres ne peut laisser subsister aucun doute quant aux valeurs viriles auxquelles aiment à se référer beaucoup de Bretons de Nominoë, il se pose à leur propos un problème annexe : comme on voit mal tous ces noms être arborés depuis la plus tendre enfance, leur adoption suppose sans doute la satisfaction d'un rite de passage entre l'adolescence et l'âge adulte. Mais ceci n'est qu'une hypothèse.

  • 5 Au xiie siècle, la Vie de saint Teliau (galloise) fait encore état du privilège des Armoricains d' (...)

5Il ne semble pas nécessaire de revenir ici sur les qualités militaires des Bretons armoricains5, la première partie de ce livre en faisant état à suffisance : une partie au moins des porteurs de ces noms claironnants de vertu guerrière ont su se montrer dignes d'eux au combat ! La réputation de bagarreurs des Bretons de Galles est aussi solide que celle de leurs cousins d'Armorique et elle sera attestée encore plus fréquemment tout au long du Moyen Age : au xiie siècle le roi d'Angleterre Henri II Plantagenêt peut écrire à l'empereur de Byzance qu'il « existe dans une partie de l'île un peuple qu'on appelle les Gallois, d'une si grande audace et intrépidité qu'ils ne craignent pas, sans armes, d'en venir aux mains avec des hommes armés tellement ils sont prêts à répandre leur sang pour leur patrie et à sacrifier leur vie pour l'honneur », tandis que Walter Map se hasarde à reconnaître dans leur goût inné pour la bagarre la clé de leur faible espérance de vie tant « le fils rougit de son père s'il est mort sans blessures : aussi voit-on peu de Gallois avec des cheveux blancs », remarque qui rejoint celle de Giraud le Cambrien dans sa célèbre Description du Pays de Galles : « Ils regardent comme un déshonneur de mourir dans un lit et comme une gloire de mourir à la guerre. » D'autres témoignages de la même veine pourraient encore être versés au dossier, mais ce qu'il est important de remarquer c'est que leur ardeur belliqueuse ne s'éteint pas une fois rentrés chez eux. En fait toute l'histoire domestique de la Bretagne ultramarine se résume dans une longue et confuse suite de luttes de factions, ponctuées de coups de force, de trahisons, d'assassinats et de guerres civiles, et ce depuis les origines ou presque. En l'absence d'un pouvoir politique fort, le Pays de Galles n'est au mieux qu'un agglomérat de tribus généralement désunies.

  • 6 Dans laquelle apparaît pour la première fois la figure du tyran Conomor qui aura une belle postéri (...)

6La situation se présente sous un jour radicalement différent en Bretagne continentale où la violence politique se trouve circonscrite dans d'étroites limites. Bien sûr l'Armorique bretonne ne formait pas une entité unique avant Nominoë, mais aux temps mérovingiens on ne discerne aucun indice d'une guerre quelconque opposant entre eux les roitelets qui se partageaient le pays. Les événements tragiques de la fin du ixe siècle innovent en mal dans ce domaine. Avant eux de vives rivalités avaient pu sourdre, mais toujours elles avaient été résolues de la façon la plus « économique » possible, par l'assassinat pur et simple du chef devenu gênant ou de l'héritier encombrant. La Vie de saint Samson et surtout celle de saint Malo6 marquent bien ce que pouvait avoir de courant le recours au meurtre pour régler des querelles de succession qui restaient ainsi cantonnées à des milieux très étroits.

7C'est encore le sort d'Erispoë puis celui de Salomon : la mort du premier de ces souverains n'entraîne pas de conséquences graves et la dévolution du pouvoir s'opère au profit de son meurtrier, sans réticence ni résistance apparentes. Ce genre de règlement de comptes entre puissants n'implique guère qu'eux-mêmes, leur famille proche, leur suite immédiate souvent mais pas toujours. La masse des Bretons se tient à l'écart de cette violence quasi individuelle, comme ils ne se trouvent impliqués dans aucune violence collective d'essence sociale à l'époque carolingienne, à notre connaissance. Si des tensions ont pu alors apparaître et se développer entre groupes sociaux, elles ne débouchent pas encore sur une forme ouverte de lutte des classes. En Bretagne il faut attendre le début du xie siècle pour assister à un soulèvement paysan contre l'oppression féodale : Vitalis, dans sa Vie de Saint Gildas, rapporte que Félix, le moine qui restaurait Rhuys, dut momentanément trouver refuge et protection à Fleury, son monastère d'origine, puisque « les paysans s'insurgeant contre leurs seigneurs s'assemblèrent. Mais les nobles, qui s'étaient adjoint le comte Alain, se jetèrent sur la troupe des paysans, les mirent en pièces, les dispersèrent, les poursuivirent parce que ceux-ci étaient venus au combat sans chef et sans plan. Puis certains nobles se soulevèrent contre le comte, mais ils ne l'emportèrent pas parce qu'il n'avait rien d'un homme ignare et sans science ». Cette insurrection populaire, vite matée, suivie d'une rebellion avortée fomentée par une fraction de la chevalerie locale, s'inscrit à l'évidence dans un contexte nouveau. celui du difficile passage à la société féodale qui suscite ici comme ailleurs son cortège de rancœurs et de convoitises mal assouvies.

  • 7 Confirmé par les squelettes de Saint-Urnel qui présentent un taux de fractures des os très réduit, (...)

8Les Bretons armoricains du haut Moyen Age préfèrent réserver à la guerre l'essentiel de leurs instincts combatifs : la paix intérieure règne jusqu'en 875 même si, comme à toutes les époques, des hommes se déchirent pour des motifs personnels qui nous échappent le plus souvent. Cette violence privée peut dégénérer et se conclure par des homicides dont les chartes du cartulaire de Redon gardent le souvenir : encore faut-il bien marquer que les 240 actes rédigés avant l'assassinat de Salomon ne mentionnent que trois meurtres et une tentative de meurtre, ce qui suggère un taux de violence dans l'ensemble faible7. L'affaire qui risque fort d'avoir défrayé le plus la chronique criminelle de ce temps est l'assassinat du machtiern Catuuoret vers 840, le fils du premier bienfaiteur de Redon, Ratuili. En expiation de sa mort, Riuualt doit se dessaisir de sa demeure de Lisbroniwinen en Campanéac ; ce faisant il agit au nom de son fils Deurhoiarn, l'assassin. Il semble bien qu'il s'agisse ici d'une affaire de famille ayant mal tourné : en effet la victime possédait des biens en Campanéac, la paroisse dont Riuualt est le machtiern, et ces biens lui venaient du côté de sa mère qui était soit la sœur soit la tante de Riuualt. Catuuoret et Deurhoiarn, les deux cousins, ont dû se disputer et finalement le second a tué le premier. La violence privée n'épargne pas non plus des individus de moindre rang (Catuuoret figurait au nombre des fidèles de Nominoë) : un colon de Redon ayant été tué sans raison, Conwoion obtient en dédommagement de son meurtrier : une part de verger, le colon Uuoretmebin qui l'occupe et toutes les rentes afférentes. De même un certain Credis reçoit de Uuorhoiarn une terre « comme il fut convenu lorsque Aetlon avait été tué ». Enfin les lettres du pape Nicolas Ier font connaître la sordide aventure du Breton Cumar (ou Coumarch), meurtrier de ses trois fils : l'évêque de Saint-Samson Rivoladr l'expédie à Rome en pèlerinage pénitentiel pour qu'il y soit jugé par le Saint Père en personne pour son triste homicide.

  • 8 Cette institution des personnes données en caution a fait l'objet d'un article de Davies (Wendy), (...)

9Heureusement la mort n'est pas toujours au rendez-vous et la victime peut s'en tirer avec plus de peur que de mal. Le prêtre Anauhoiam demande réparation d'une tentative manquée d'assassinat : outre les coups reçus d'un clerc de sa parentèle (Anau, un vocable qui entre en composition dans le nom de la victime) et le souvenir cuisant d'une peur bleue sans doute, ce déchaînement de violence domestique a rompu la paix civile, troublé les esprits et donné un mauvais exemple au peuple. Conwoion intervient en tant qu'abbé de Redon puisque les faits ont eu lieu dans le ressort de l'abbaye et rend deux jugements successifs sur cette affaire sur laquelle nous renseigne une charte du 28 février 858 : « Cette charte fait connaître comment le clerc Anavan (ou Anau) donna la vigne qui est dans son jardin en Tréal pour en jouir à jamais aux moines de Redon et à l'abbé Conwoion, qui l'avaient condamné à avoir la main droite tranchée parce qu'il avait voulu tuer le prêtre Anauhoiarn, l'avait fouetté et lui avait lié les mains. Et par cette donation il racheta sa main... Et quelque temps après Anau fit garantir aux moines par sept cautions8 que jamais il ne ferait de mal aux hommes ni aux choses appartenant à l'abbaye de Redon, qu'il ne serait jamais complice de quiconque leur en ferait, et s'il connaissait quelqu'un qui en eût le dessein, il l'en détournerait de toutes ses forces et le dénoncerait de suite à l'abbé. S'il rompait cet engagement, les cautions ci-dessus données par lui, devraient payer à l'abbaye le prix de son corps et le poursuivre lui-même jusqu'à ce que mort s'ensuive. »

  • 9 Ils furent dénoncés aux soldats francs par les habitants du lieu alors qu'ils se terraient sous la (...)

10Plus souvent encore la violence n'est que virtuelle : on en reste à la profération de menaces sans qu'il s'ensuive un passage à l'acte. Bien sûr ces paroles sont déplacées, surtout quand elles s'adressent à des clercs désarmés. Devant elles, les moines réagissent tous de la même façon : ils tentent de prouver leur inanité puisque Dieu et ses saints les protègent plus sûrement que ne pourrait le faire une milice terrestre. Ainsi Bili dans sa Vie de saint Malo s'essaie-t-il à convaincre ses lecteurs qu'il ne sert à rien de menacer un homme de Dieu puisque « un jour que ce personnage (un riche guerrier qui avait pris sa cousine en mariage) était à un banquet avec de nombreux nobles, il se mit à blasphémer le pontife (saint Malo) et à le dénigrer par plusieurs infamies. Alors quelqu'un lui demanda ce qu'il ferait si le saint était là, en sa présence. Il répondit avec colère et, levant la main, dit : “Je le frapperais comme ça s'il était devant nous !” Sa main se figea aussitôt et resta étendue, devant tout le monde, sans qu'il puisse la ramener à lui. » Pour sa part l'auteur des Gestes des saints de Redon prend un malin plaisir à rappeler qu'un châtiment exemplaire vint contrebattre tour à tour tous ceux qui avaient eu l'audace de se mettre en travers du saint projet de Conwoion ou qui avaient osé tenter de monnayer leur paix aux moines, les menaçant de les rudoyer s'ils n'acceptaient pas un arrangement à l'amiable pour prix de leur renonciation formelle à des droits soit douteux soit inexistants. Ainsi le machtiern Illoc, qui s'apprêtait avec une troupe d'amis et de séides à exécuter un mauvais coup contre Redon, est détourné de son néfaste projet quand il apprend qu'un colon, qui venait d'être foudroyé par une attaque de paralysie, porté dans l'église de l'abbaye et entouré des prières des moines, a recouvré la santé. Sagement Illoc estime que si ces hommes vêtus de noir sont capables de sauver par leurs oraisons ardentes un grabataire, qui plus est un colon grabataire, ils pourraient a contrario se faire entendre de Dieu pour châtier un coupable pire que lui. Mieux vaut donc ne pas tenter le diable ou plutôt ne pas défier Dieu ! Hincant, son neveu, n'aura pas cette sagesse : juste après avoir insulté gravement les frères de Conwoion tout en leur réclamant une grosse somme d'argent, il passe l'Oust mais, à peine parvenu sur la rive, Dieu lui inflige une cruelle blessure au pied dont il mourra trois jours plus tard dans des tourments sans pareil. Le même scénario s'applique derechef à Risweten et Tredoc qui avaient juré la perte des moines de Saint-Sauveur : « Quand le temps sera venu, j'étoufferai tous ces séducteurs et je jetterai leurs cadavres à la mer. » Les Francs auront raison d'eux à Jengland, dans des circonstances peu glorieuses9, et Conwoion récupérera comme de juste l'argent qu'il avait dû se résigner à leur remettre pour calmer un temps leurs appétits !

11Cette violence verbale n'est pas la seule à s'exercer à l'encontre des bons moines : ils doivent aussi endurer des brimades plus tangibles dans le cas où le maître des ceux n'accourt pas de suite à leur secours. Une charte de Redon datée de 858 esquisse le portrait d'un violent du voisinage qui s'adonnait au brigandage depuis longtemps, et apparemment en toute quiétude : « Cette charte fait savoir que Cunatam, fils de Tiarnan, donna à Saint-Sauveur de Redon un homme appelé Martin et toute sa postérité à jamais, et le livra aux mains de l'abbé Conwoion, pour faire sa paix et pour obtenir de lui qu'il ne le poursuivît pas conformément à la loi pour tous les brigandages commis par lui contre les hommes et les moines de Saint- Sauveur. Entre autres forfaits, il avait complètement pillé un homme du nom de Rithoiarn et lui avait même pris ses porcs et ses vaches, à un autre il avait volé son cheval et sa jument, il en avait battu un grand nombre et commis une quantité d'autres crimes dont l'énumération serait trop longue... En livrant aux moines l'homme en question et toute sa postérité à tout jamais, il jura qu'il ne ferait plus aucun mal aux moines ni à leurs hommes. »

12Le rappel de ces quelques exemples d'homicides, de menaces appuyées et de forfaits divers était nécessaire : la Bretagne de Nominoë n'est pas un droit paradis sur terre, tous les Bretons ne sont pas des saints, loin de là. Mais il ne faudrait pas pour autant s'imaginer que la société bretonne était par essence violente et anarchique : dans l'ensemble, elle l'était moins que ses contemporaines. L'aristocratie bretonne, par exemple, ne se déchire pas dans de sanglantes luttes de clans comme ont toujours continué à le faire les grandes familles franques, même à l'ombre de la façade impériale restaurée par Charlemagne. Sans être exemplaire, le comportement social des Bretons paraît modéré au regard des mœurs du temps : cela peut s'expliquer par diverses causes, la guerre et les conquêtes territoriales mobilisant les énergies et fournissant un exutoire commode aux plus remuants, mais aussi l'administration régulière de la justice.

Juges et tribunaux

13Les modalités de l'administration de la justice demeurent inconnues en Bretagne pour les temps mérovingiens ; la conquête franque permet de découvrir le fonctionnement des institutions judiciaires usuelles dans l'empire de Charlemagne (elles s'effaceront sitôt la révolte victorieuse de Nominoë). Le comte est de par son office le détenteur attitré de la justice qu'il rend par l'intermédiaire de ses délégués : c'est ainsi qu'en 801 Gautro et Hermandro, missi du comte Frodoald, se déplacent à Langon pour y entendre un procès. Nominoë restera fidèle à cet usage tant qu'il gouvernera le pays comme représentant personnel de l'empereur Louis : jamais on ne le voit alors rendre une sentence en personne. D'ailleurs la fonction du comte et de ses délégués n'est pas tant de dire le droit et de trancher entre les parties adverses que de présider le tribunal public (ou mallus publicutti) composé de juges professionnels, les scabins. Ces deux expressions techniques, mallus et scabins, se rencontrent à plusieurs reprises dans l'Armorique bretonne pendant les règnes de Charlemagne et de Louis le Pieux : elles sont un simple décalque de ce qui existe ailleurs dans l'empire.

  • 10 Planiol (Marcel), Histoire des institutions de la Bretagne, tome II, Mayenne, 1981, p. 97-108.

14Six chartes de Redon rapportent les noms de scabins choisis par le comte. Marcel Planiol a montré que ces juges n'étaient pas nommés pour un ressort aussi vaste que le comte10 : chaque canton, chaque machtiernat peut-être, a les siens propres puisqu'à la même époque deux groupes différents de scabins exercent leurs fonctions à quelques lieues de distance. Le premier siège à Langon et à Renac, paroisses qui se touchent et sont voisines de Redon ; le second groupe est actif à Ruffiac, plus à l'ouest. Aucun nom n'est commun aux deux groupes. Ils devaient être promus sur place par le comte parmi les notables et pouvaient demeurer longtemps dans leur charge : Catlouuen, cité aux environs de 830, remplissait déjà la même fonction en 801. Ce sont des gens du pays dûment autorisés par le comte à faire office de juges, non des fonctionnaires. Leur nombre par tribunal varie de quatre à douze ; la procédure suivie reste simple, voire expéditive.

15« Cette notice relate comment et en présence de qui l'abbé Conwoion, étant venu avec ses moines à Lis Kelli (en Guer), se présenta au plaid public devant le machtiern Gradlon, devant Portitoe et les fils de Uurbili, Ratuili, Catloiant et larnwocon, devant Iouwoion délégué de Nominoë et beaucoup d'autres nobles hommes présents en ce lieu. Là il interpella un individu appelé Merchrit sur ce qu'il détenait à tort, injustement et par force, l'héritage de Rethwobri, que celui-ci avait donné en perpétuelle aumône aux moines de Saint-Sauveur. Merchrit était présent, il opposa beaucoup de fausses raisons ; mais n'en pouvant prouver la vérité, il rendit la terre qu'il détenait injustement, et cela d'après le jugement des scabins qui étaient là et dont voici les noms : Hitin, Framwal, Wolethec et Drihican. Alors ces bons hommes (boni homines, équivalent de scabini) prièrent l'abbé Conwoion de remettre à Merchrit le tort qu'il lui avait fait en retenant cette terre par la violence ; ce qu'il fit, à condition que l'autre cesserait de l'inquiéter à l'avenir. Et Merchrit en effet donna quatre cautions pour garantir à l'abbé la tranquille possession de cette terre... Ce fut fait à Lis Kelli, Nominoë étant alors prince en Bretagne et Mainon évêque (d'Alet), en présence de beaucoup de nobles hommes dont voici les noms : Gradlon machtiern, Portitoe, Ratuili, Catloiant » et de 24 témoins parmi lesquels sont cités trois des quatre scabins.

16Dès le règne personnel de Nominoë le tribunal public carolingien disparaît pour être remplacé par des plaids royaux ou comtaux (certains anciens scabins demeurent comme conseillers du prince, sans plus arborer leur titre premier). La justice s'exerce dorénavant à trois niveaux en Bretagne. Au sommet, le roi la rend en personne, entouré toutefois d'une suite parfois nombreuse. Salomon paraît avoir été particulièrement actif dans ce domaine puisque diverses chartes de Redon nous le montrent au moins sept fois satisfaisant à ce devoir inhérent à sa qualité, ce qui ne l'empêche pas, au besoin, de déléguer des fidèles ayant mission de prendre en main telle ou telle affaire jusqu'à son terme. La rupture est donc complète avec l'abstention volontaire des comtes francs et de Nominoë avant sa révolte.

17A un niveau moindre, et sans qu'il apparaisse qu'une possibilité d'appel ait été prévue pour les plaideurs déboutés par l'instance inférieure, figurent les cours des comtes et celles des machtierns : la plus grande partie des procès qui nous sont connus se déroulent devant ces derniers. Le machtiern de la paroisse siège en plaid public dans sa propre maison : le plaignant l'interpelle, lui expose sa plainte et développe son argumentation. Après avoir entendu la réplique de la défense et interrogé les témoins sous serment, le machtiern prononce sur l'heure son verdict. Parfois le machtiern du lieu s'entoure, par précaution ou pour donner plus de solennité à son jugement, de ses enfants ou des machtierns du voisinage. Ce genre de procès a l'avantage de garantir une procédure rapide et intéresse surtout les questions de propriété foncière. En fait, la plupart du temps, le machtiern rend une sentence arbitrale dans laquelle il s'efforce de dégager un arrangement possible entre les parties, les condamnations formelles ou le confiscations pures et simples sont rares, les transactions leur étant préférées de façon systématique ; parfois même le plaideur triomphant donne une certaine somme d'argent au perdant pour l'apaiser et éteindre à jamais la querelle.

18Parallèlement, une procédure purement arbitrale permet de résoudre nombre de conflits mineurs sans avoir recours à quelque ordre de tribunal que ce soit : des bons hommes (brittonique gwyrda, vieux breton gwrda probablement) désignés par l'une et l'autre partie parmi les habitants les plus âgés, donc les plus sages, du village rendent une sentence gracieuse. Ces médiateurs sont dédommagés de leur peine par deux ou trois sous chacun. La conciliation permet d'éviter les soucis et les aléas d'un procès devant le machtiern mais elle nous prive par là même de précieux documents sur la vie rurale puisque ces décisions privées n'ont pas laissé de traces : l'arbitrage était oral.

19Or, un des faits saillants du système judiciaire breton réside précisément dans sa référence constante à l'écrit : il repose en effet sur la production de témoins sous serment et de preuves écrites, l'autorité des unes renforçant la validité des autres. Malgré tous ses efforts, Marcel Planiol n'a pu découvrir dans le Cartulaire de Redon aucune ordalie ou « combat de Dieu », et seulement deux exemples où le seul serment d'un plaideur a suffi à clore l'affaire ; « il est probable, conclut-il, qu'on n'y recourait qu'en désespoir de cause, quand les moyens ordinaires faisaient défaut. Les preuves usuelles étaient la preuve par écrit et la preuve par témoins. Les chartes ne sont que des preuves préconstituées en vue de procès futurs ». Aussi l'écrit jouissait-il d'un grand prestige et son usage paraît assez répandu dans la vie de tous les jours.

Une société de l'écrit

20Aucun acte de la pratique n'a survécu en dehors de ceux qui furent retranscrits au xie siècle dans le Cartulaire de Redon. Cette perte irréparable des originaux ne permet pas d'imaginer l'aspect physique de ces chartes ni de savoir au juste qui les rédigeait : l'exemple du comte Withur dans la Vie de saint Paul montre bien que certains membres de l'aristocratie peuvent s'adonner à l'art minutieux de la calligraphie et, par ailleurs, il est parfois fait mention de scribes qui ne sont pas des clercs. Pourtant le desservant de village doit le plus souvent suffire à cette tâche de rédacteur des contrats passés entre personnes privées : le texte, dans un latin approximatif, vite jeté sur quelque chute de parchemin, ne fait pas foi à lui seul mais il est très important car il contient les noms des témoins idoines qui pourront, au besoin, venir confirmer ses stipulations. Devant le tribunal « Eusorgit, clerc, témoin, a lu en public cette charte montrant qu'il lui avait vendu le tout comme le disait cette charte » ; le plaideur dispose de dix jours pour réunir ses preuves écrites. Dans ces conditions les particuliers comme les institutions conservent ces papiers avec un grand soin : dans sa Vie de saint Paul, Gourmonoc invite le lecteur qui serait désireux d'en savoir plus sur les biens légués à saint Paul à lui pardonner son trop bref développement puisque « tout le monde connaît, soit par écrit, soit par oral, les dons qui après cette promotion (à l'épiscopat) lui ont été concédés par le roi. Car un nombre de cent tribus des deux pays d'Ach et de Léon lui fut consacré en diocèse perpétuel par ce roi, avec sa titulature en subscription, pour hériter du royaume des deux. Nous ne voulons pas insérer ici leurs noms et leurs limites parce qu'ils ont été écrits dans beaucoup d'autres chartes placées près du chef du saint ». Ainsi les archives du diocèse de Saint-Pol reposent en 884 auprès de ce que son titulaire possède de plus précieux, les reliques du saint fondateur ! Ce souci d'une bonne conservation des preuves écrites est encore plus marqué dans les grands monastères, Redon où elles furent en partie sauvées par les moines qui en recopièrent l'essentiel in extenso, et même Landévennec dont le cartulaire n'a pu être recomposé au xie siècle qu'à partir de pièces authentiques préservées des outrages scandinaves.

  • 11 Riché (Pierre), Les hagiographes bretons et la renaissance carolingienne.
  • 12 Davies (Wendy), La charte celtique.

21Cette attention portée à l'écrit, évidente au ixe siècle, ne résulte pas seulement de l'influence carolingienne : on sait que, poussé par les nécessités de l'administration d'un trop vaste empire, Charlemagne encourage vivement l'usage systématique de l'écriture tout en s'efforçant d'améliorer le latin des scribes et de régulariser leurs habitudes. La Bretagne bénéficie de ces efforts que Louis le Pieux intensifiera encore : la renaissance de ses lettres latines en témoigne11, mais aussi le type d'écriture dont usent les Bretons. La minuscule Caroline s'impose à eux au ixe siècle, même si elle demeure entachée de quelques particularismes insulaires qui vont en s'estompant d'ailleurs. Cependant il est assuré qu'ils ne sont pas partis de rien et que la conquête franque ne marque pas dans ce domaine un commencement absolu : en effet les Bretons se servaient déjà de l'écrit pour la conservation d'actes solennels bien avant 753. Miss Wendy Davies a mis en évidence l'existence d'un groupe bien documenté (203 chartes complètes, au moins 100 fragments et 4 inscriptions sur pierre) de chartes très anciennes qu'elle appelle « celtiques » puisqu'on les trouve de l'Armorique bretonne à l'Ecosse et de l'Irlande au Pays de Galles12. Elles se reconnaissent à leur structure simplifiée présentant une disposition constante, en trois parties (disposition, liste des témoins, sanction) et, surtout, au fait qu'elles emploient toujours le passé historique et la troisième personne. Elles étaient donc conçues comme des pièces d'archives narratives, rapportant les circonstances des transactions, sans prétendre avoir été promulguées par les auteurs eux-mêmes comme le voulait l'universel usage en Occident.

22Plusieurs de ces chartes « celtiques » se repèrent encastrées dans des Vies de saints rédigées au ixe siècle (deux, complètes, dans la Vie de saint Paul, et des fragments dans celle de saint Malo par l'anonyme) ou bien elles ont été retranscrites dans les cartulaires postérieurs (quatre dans celui de Landévennec, cinq dans celui de Redon). Il est significatif de constater que l'écrasante majorité des chartes de Redon dérogent à ce type archaïque pour s'aligner par leur forme sur le classique modèle carolingien : seules ont été préservées telles quelles les chartes les plus anciennes qui paraissaient sans doute trop vénérables pour subir l'outrage d'une réécriture modernisante. L'origine de ce modèle celtique se situe très probablement dans un formulaire utilisé vers la fin de l'empire romain qui, ailleurs disparu sans postérité, serait demeuré plusieurs siècles durant bien vivant dans tous les pays celtiques, brittoniques et gaéliques. En tout cas l'uniformité des exemplaires conservés est remarquable.

  • 13 On les avait longtemps tenues pour irlandaises : elles sont d'ailleurs publiées dans un recueil de (...)

23La césure avec l'Antiquité n'apparaît donc pas dans la tradition scripturaire, et encore moins, plus généralement parlant, dans la tradition juridique. Léon Fleuriot a restitué aux Bretons la paternité d'un ensemble de lois de la première moitié du VIe siècle connu sous le titre d'Extraits des livres des Romains et des Francs13. Comme ce titre l'indique, il s'agit de simples extraits de lois plus anciennes et formant d'ailleurs un ensemble composite puisque, en sus du fond brittonique originel, il s'inspire du droit canon aussi bien que du droit des peuples germaniques (Francs Saliens et Bavarois). Par contre l'influence du droit romain est très faible, voire inexistante. Il ne saurait être question de les étudier ici : il conviendrait de leur consacrer un ouvrage entier pour pousser l'analyse à fond ! Ce qui importe dans le cadre d'une étude limitée aux Bretons de Nominoë, c'est de marquer que ces lois sont encore en usage, au moins partiellement, au ixe siècle : d'une part tous les manuscrits qui nous les font connaître ont été copiés en Armorique à cette époque (la plupart contiennent des gloses en vieux-breton) ; d'autre part leurs stipulations s'avèrent identiques ou très proches de faits relevés dans le Cartulaire de Redon. Ce dernier, contrairement aux E.L.R. qui sont rédigés de bout en bout en latin, renferme de nombreux termes juridiques en breton : cette langue disposait d'un vocabulaire spécialisé dans le domaine du droit, héritier d'une longue pratique juridique qui s'effacera lentement au fil des siècles suivants. On pourrait sans grand mal en retrouver des éléments, atrophiés, parfois déformés, dans les usages locaux observés dans les campagnes jusqu'au siècle dernier, derniers témoins de l'œuvre législative de souverains comme ce Riwall que rappelle la Vie de saint Guénaël : « Le roi qui régnait sur cette terre s'appelait Riwall ; c'était un homme d'une noblesse et d'une droiture fort remarquables, dont la conduite tout autant que la législation a donné de l'éclat à ce royaume. »

Notes

1 Fleuriot (Léon), un fragment en latin de très anciennes lois bretonnes du vie siècle. Leur texte vient d'être traduit en français et publié par le même savant dans Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Age, Daoulas, 1986, p. 65-84.

2 Les juristes se sont trop longtemps contentés de l'étude de la seule Très Ancienne Coutume de Bretagne qui fut mise par écrit seulement dans la première moitié du xive siècle.

3 La recension de tous les anthroponymes contenus dans le Cartulaire de Redon, les Vies de saints et les documents postérieurs au xe siècle encore porteurs d'un état de langue ancienne, leur classement et leur explication raisonnée fourniraient la matière d'une belle étude d'histoire sociale et psychologique. Mais vue l'abondance de la matière, elle peut difficilement être l'œuvre d'un homme seul.

4 Loth (Joseph), Chrestomathie bretonne, 1890, p. 381-430.

5 Au xiie siècle, la Vie de saint Teliau (galloise) fait encore état du privilège des Armoricains d'être sept fois plus redoutables comme cavaliers que comme piétons.

6 Dans laquelle apparaît pour la première fois la figure du tyran Conomor qui aura une belle postérité dans le folklore breton jusqu'à nos jours comme Barbe-Bleue.

7 Confirmé par les squelettes de Saint-Urnel qui présentent un taux de fractures des os très réduit, privilège d'une population peu belliqueuse...

8 Cette institution des personnes données en caution a fait l'objet d'un article de Davies (Wendy), Suretyship in the Cartulaire de Redon, Lawyers and laymen, Londres, 1985.

9 Ils furent dénoncés aux soldats francs par les habitants du lieu alors qu'ils se terraient sous la paille dans l'espoir d'échapper à une patrouille ennemie survenue à l'improviste

10 Planiol (Marcel), Histoire des institutions de la Bretagne, tome II, Mayenne, 1981, p. 97-108.

11 Riché (Pierre), Les hagiographes bretons et la renaissance carolingienne.

12 Davies (Wendy), La charte celtique.

13 On les avait longtemps tenues pour irlandaises : elles sont d'ailleurs publiées dans un recueil de lois irlandaises, Bieler, The Irish Penitentials, Dublin, 1963.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540