Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Sociétés. Hommes et cultures de Bretagne

Chapitre 14. Gens de métier et de profit

Texte intégral

Pirtur ficisti

Pirtur (m') a faite

inscription sur la cloche de Stival, environ l'an 900.

« Nous défendons de lever sur leurs denrées, soit par terre, soit par mer ou sur la rivière, aucun péage, aucun cens ou autres taxes. »

Diplôme de Salomon du 17 avril 869.

  • 1 Les conceptions que se faisaient du travail les hommes du Moyen Age et les théologiens du temps on (...)
  • 2 Merdrignac (Bernard), Lug polytechnicien, Artistes, artisans et production artistique, Rennes, 198 (...)

1Le panorama social des Bretons de Nominoë ne saurait prétendre à l'exhaustivité sans l'évocation de ceux qui s'activent dans d'humbles ateliers : ces artisans demeurent certes très minoritaires et comme noyés dans la masse d'une population paysanne à plus de 95 % certainement. S'efforçant de répondre aux besoins élémentaires des plus humbles ou de satisfaire les commandes de l'aristocratie, ils s'avèrent indispensables à la vie de tous. On sait que, d'une façon générale, le Moyen Age n'a guère prisé le travail manuel considéré comme ignoble, dégradant, marque tangible de la malédiction divine qui s'est abattue sur l'homme chassé du paradis terrestre1 : les lettrés du temps ont intériorisé le mépris gréco-romain pour tout ce qui ne concerne pas les jeux de l'esprit ou des armes, pratiqués dans l'oisiveté ; la pensée de l'Eglise n'a fait que renforcer ces préjugés. Cependant les sociétés dites « barbares » du très haut Moyen Age n'avaient pas ces préventions vis-à-vis des maîtres des arts techniques car l'essence de certains savoir-faire leur paraissait relever de la magie : la religion des anciens Celtes, Irlandais surtout, comportait des dieux dotés d'attributs artisanaux et de connaissances pratiques permettant la transformation de la matière brute. Un écho tardif de cet état de croyances se laisse encore percevoir au xiie siècle dans la Vie de saint Hervé où se profile la figure de Lug polytechnicien2. Toutefois aux temps carolingiens, sans être apparemment décrié en tant que tel, l'artisan est surtout absent des sources écrites. Et le marchand encore plus.

Les artisans

  • 3 Sur les mines d'étain du pays nantais et de Plélauff, voir ce qu'il en a été dit au chapitre 6,

2Les preuves matérielles de l'existence d'un artisanat diversifié parmi les Bretons sont ténues à l'extrême et demeurent toutes discutables ; quant aux textes, ils se montrent très avares en renseignements sur ces activités vulgaires : dans la société des ixe-xe siècles l'artisan, quel qu'il soit, ne jouit d'aucune considération particulière à cause de son pouvoir mystérieux de transformer les produits bruts de la nature en objets utiles ou raffinés. Très significative est à ce point de vue la situation des métiers du fer, pourtant entourés d'un halo prestigieux dans les sociétés primitives : ils deviennent plus que discrets au ixe siècle puisqu'un unique forgeron est cité dans le Cartulaire de Redon, un certain Carantcar qui achète puis donne une terre avec son colon. Quand on connaît la fréquence du nom de famille Le Goff dans la Bretagne d'aujourd'hui, il paraît probable que Carantcar n'était pas le seul de son espèce, d'autant que dès cette époque reculée les mots hoiarn (fer) et dir (acier) entrent en composition dans plusieurs anthroponymes... Les gisements de fer natif suffisent à pourvoir aux besoins limités de ce temps : les archéologues ont mis en évidence des activités métallurgiques haut médiévales à Combourg (lieu-dit Les Judières) et à Lessard en Plerguer3.

  • 4 Giot (Pierre-Roland) et Monnier (Jean-Laurent), La cloche de Saint-Saturnin, Archéologie en Bretag (...)
  • 5 Bardel (Annie), Archéologie en Bretagne, n° 39, 1983, page 51.

3C'est seulement dans un domaine très spécialisé, la fonderie des cloches, que l'on possède un dossier bien fourni sur les arts du feu : des saints vénérables ne répugnaient point à s'adonner à cette pieuse activité comme saint Gildas qui, d'après l'auteur de sa Vie armoricaine du xie siècle, avait la réputation d'être un habile fondeur et s'empressa très galamment de confectionner de ses propres mains un tintinnabulum (carillon) pour sainte Brigitte qui, depuis son monastère irlandais, l'avait prié de lui transmettre un souvenir de lui. Deux ateliers ont été fouillés récemment, l'un à Saint-Urnel en Plomeur (xiie siècle), l'autre, plus ancien, à Alet (la datation par l'analyse radio — carbonique des charbons de bois conservés dans le foyer donne les ixe ou xe siècle), très semblables de toute façon dans leur installation4. L'atelier d'Alet se présente sous la forme d'une fosse oblongue creusée dans le substrat rocheux et intégrant le foyer proprement dit et l'alandier ; à proximité immédiate gisaient de nombreux fragments de moule tant intérieur qu'extérieur, faits d'une argile fine cuite en surface au contact du métal en fusion. Quelques liserets horizontaux, simples ou doubles, dont l'empreinte est conservée sur le moule, décoraient la surface de la cloche. Celle-ci n'a pas été retrouvée in situ, mais il demeurait au moment de la découverte du site des fragments de métal perdu mélangés aux autres témoins archéologiques : l'alliage utilisé par les fondeurs intégrait, outre une faible quantité de plomb (3,6 %), de l'étain (22,5 % et du cuivre (71,6 %), soit des teneurs convenables - on incorpore aujourd'hui de 20 à 25 % d'étain — pour une cloche tintée et non sonnée à la volée. Des traces d'un troisième four ont été détectées dans une fosse située dans le secteur ouest de la chapelle abbatiale de Landévennec ; on peut les placer assez précisément entre les niveaux du ixe siècle et le sol préroman5. Un remblai d'argile jaune très malléable y gisait mêlé d'une grande quantité de parcelles d'argile cuite très rubéfiée, de charbons de bois, de tessons assez informes de terre calcinée dont l'unique face lisse indique leur appartenance à un moule aux parois épaisses, entièrement brisé. Des particules de bronze, en gouttelettes ou en petites plaques boursouflées, étaient dispersées dans ce remblai.

  • 6 Elles sont décrites et reproduites dans le catalogue de l'exposition, Landévennec : aux origines d (...)
  • 7 Bourke (Cormac), Les cloches à main de la Bretagne primitive.

4La vénération populaire a enfin permis de sauver de la destruction un certain nombre de ces cloches à main qui se sont trouvées toutes rassemblées à l'occasion de l'exposition de Landévennec en 19856 : cinq remontent sûrement au haut Moyen Age, et une sixième de la même époque est bien attestée. Emportée par les moines de Landévennec à Montreuil-sur-Mer, devenue là-bas un objet de vénération, elle y fut finalement fondue en 1793. Les cinq cloches survivantes se répartissent entre deux familles : les deux plus anciennes, qui pourraient remonter au vie siècle, celles de Saint-Pol-de-Léon et de Paule, étaient heurtées comme un gong par un maillet tandis que les trois plus récentes (Goulien, Stival et Perros-Guirec) comportent un battant intérieur d'origine et auraient été façonnées dans la période 800-900. Toutes sont en bronze coulé au moule selon la technique de la cire perdue. Cormac Bourke7 a établi les liens étroits qui les apparentent aux cloches à main qui paraissent inséparables de l'église « celtique » : probablement originaires de l'Irlande où on en conserve plus de soixante-dix, elles sont nombreuses en Ecosse (dix-huit) et au Pays de Galles (huit). Certains traits stylistiques rapprochent les cloches bretonnes soit des irlandaises soit des galloises. Enfin la cloche de Stival, vers 900, est signée sans que l'on sache très bien si Pirtur (à rapprocher de la forme galloise Peredur ?) est le nom de l'artisan fondeur ou du commanditaire. Plusieurs de ces cloches ont pu être regroupées et étalonnées pour constituer un tintinnabulum (carillon) dont parlent les Vies de saint Paul et de saint Gildas. On notera dans le même esprit que Salomon offre un ensemble de trois cloches à Ritcand abbé de Redon le 17 avril 869 : seraient-elles les éléments d'un autre carillon ?

  • 8 Merdrignac (Bernard), L'hagiographie du haut Moyen Age et les rapports entre Corseul et Alet, Doss (...)

5Les indications concernant les autres activités artisanales sont nettement moins riches. Pour les métiers de l'habillement par exemple, on dispose d'un unique témoignage extrait de la Vie de saint Malo par Bili : « Un dimanche, un homme qui cousait des chaussures pour les vendre (il s'agit donc bien d'un authentique cordonnier) eut les mains crispées par une punition immédiate. Et il vint le lendemain auprès de saint Malo, châtié par la maladie. Le saint lui demanda ce qui lui était arrivé, et il lui raconta son péché entièrement et comment cela lui était arrivé. Alors le saint homme, comprenant sa douleur, avec une sainte bénédiction, fit le signe de la croix sur ses mains et il les rendit saines et intactes. Et ce miracle fut raconté par tous. » Quant aux métiers du bâtiment, ils se partagent entre artisans du bois et maçons proprement dits. Du travail des premiers il ne subsiste rien de matériel et seulement de fugitives mentions dans les textes ; encore est-il certain que les « cabanes de feuillage » sous lesquelles les serviteurs de Murman trouvaient abri à proximité de son palais avaient été élevées par eux-mêmes. Plus élaborées paraissent avoir été certaines maisons d'habitation en bois. Roswallon offre à Redon la sienne : démontée pièce par pièce, elle prend alors la route du monastère pour y être assemblée à nouveau. L'armature de la demeure était constituée de solides madriers que des charpentiers expérimentés devaient ajuster entre eux. La tâche des artisans maçons est illustrée par l'un des Miracles de saint Magloire qui souligne bien les limites de leur art : après le transfert furtif des reliques du saint de Sercq à Léhon, « les clercs et les laïques décidèrent de raser la petite chapelle faite de matériaux légers (sans doute du torchis appliqué sur une frêle armature de bois) qui se trouvait là et de la remplacer par une plus grande et plus belle, en pierres de taille et en bois de choix ». En conséquence de quoi, ils font appel à des spécialistes qui se révèlent vite de bien piètres experts puisqu'ils sont incapables de tailler la pierre brute : pour obvier à ce premier échec, « on choisit des artisans compétents pour qu'en menant une enquête subtile dans chacun des lieux voisins du monastère ils entreprennent de chercher les pierres de taille polies au fer, propres à ce travail et de les amener au monastère ». Comme ils n'en trouvent pas de toutes prêtes, de guerre lasse ils tournent leurs regards vers le fanum romain du Haut-Bécherel, près de Corseul, qu'ils attaquent au pic. Mais le ciment de l'édifice antique résiste à tous leurs efforts et au bout de trois jours les démolisseurs improvisés sont découragés ; l'un d'eux se propose alors de faire tomber à ses risques et périls la colonne qui soutient l'ensemble du fanum. Il y réussit mais la colonne, en chutant, l'écrase : le miracle survient tandis que « tous les assistants, se lamentant d'une voix larmoyante, se mirent à enlever rapidement les pierres qui le recouvraient. Au moins pourraient-ils ainsi retirer de petits morceaux du cadavre (sic) et l'ensevelir tristement au monastère. Et comme on en était au point où on pouvait déjà le retirer, celui-ci, comme s'il se levait du berceau, s'adressa à eux en ces termes : "Mes frères, ne vous en faites pas davantage. En effet, au moment où je suis tombé, j'ai vu sur ma tête la main de saint Magloire ; c'est pourquoi je n'ai supporté aucun poids ni souffert aucune blessure." » La rusticité des méthodes employées en cette occurrence va de pair avec l'absence d'instruments efficaces : ces artisans de la pierre et leurs aides ressemblent plus à des pillards atterrés à la première difficulté technique rencontrée qu'à des constructeurs maîtrisant les différentes facettes de leur art. D'ailleurs les édifices en pierre sont très rares en Bretagne à cette époque. Si des moines lettrés ont encore en tête le vocabulaire architectural savant légué par Vitruve8, introuvables par contre s'avèrent être les hommes de métier capables de réalisations s'inspirant du savoir-faire antique. Les soubassements en pierres sèches des cabanes n'exigent pas tant de compétence ni même de véritables professionnels...

  • 9 Hubert (Jean), Settimane de Spolète, 1982.

6Plus prestigieux sans doute, plus experts en tout cas, des artisans d'art exercent leurs talents dans la Bretagne du ixe siècle : la lettre qu'adresse en 871 le roi Salomon au pape Hadrien II mentionne une longue liste de cadeaux de prix que le premier adresse au second par l'intermédiaire de Jérémie, évêque de Vannes, qui se rend à Rome en cette année. Bien sûr nous demeurons dans le doute quant à savoir si tous ces objets de valeur sont bien le fruit du seul travail des orfèvres bretons, mais il y a quelque vraisemblance à cela. Au Souverain Pontife, Salomon offre, entre autres choses, une statue d'or le représentant grandeur nature et décorée de pierres précieuses, l'ensemble valant 900 sous. Cette représentation équestre fait tout de suite penser aux statues de Charlemagne ou de ses héritiers les figurant à cheval et revêtus de tous les attributs symboliques de leur pouvoir, dans la droite ligne de la statuaire officielle de l'empire romain. L'abondance des pierres, colorées sinon précieuses, y ajoutant une touche d'héritage « barbare ». Mais il est sage d'estimer que la statue offerte n'était pas d'or massif vues ses dimensions puisqu'elle était à la taille et à la corpulence du roi breton : il s'agissait probablement d'une sculpture en bois recouverte d'une simple feuille d'or, pratique dont on a d'autres exemples à l'époque carolingienne9. A ces deux magnifiques travaux d'orfèvrerie Salomon avait pris soin de joindre d'autres objets d'apparat, outre 300 sous en espèces : une mule avec sa selle, son mors et sa bride, le tout orné d'or et valant 300 sous ; 30 peaux de cerf, 30 tuniques de lin et 60 paires de riches chaussures. Des bourreliers, des tisserands et des cordonniers sont ainsi capables de répondre aux appétits d'ostentation d'une clientèle plus exigeante que la moyenne : ces artisans spécialisés dans les objets de luxe, réalisés en matières nobles, vivent tout naturellement en symbiose avec la cour royale qui s'approvisionne auprès d'eux.

  • 10 Durand (Gildas), A propos de la statuaire antérieure au gothique en Bretagne : œuvres inédites pré (...)
  • 11 Merdrignac (Bernard), Une école de peinture en Bretagne à l'époque carolingienne ?, Artisans, arti (...)

7Pour en revenir à la statue de Salomon, elle n'est pas un cas unique : le même Salomon offre à Redon en 869 une statue du même genre tandis que Nominoë, après avoir comblé de « grandes largesses » les moines du Mont-Glonne en 845, leur avait fait arborer sur le faîte de leur monastère sa propre statue équestre orgueilleusement tournée vers l'est, c'est-à-dire vers les domaines de Charles le Chauve. Toutes ces statues ne sont plus connues que par des textes ; en revanche, il vient d'être suggéré que la statue de saint Jacques conservée dans l'église de Guitté pourrait remonter au ixe siècle10 : franchement archaïsante, elle ne peut être prise pour une ébauche. Les trois coquilles ainsi que le bâton la font attribuer d'origine à un saint Jacques bien chrétien, sans reprise ni transformation ultérieures, tandis que les braies pourraient être un élément de datation dans le Carolingien. L'église de Bédée abrite sous son porche un autre saint Jacques, très proche de celui de Guitté par sa massivité, sa conception générale et les rares détails du drapé, mais stylistiquement postérieure. A défaut d'avoir vu s'épanouir une école de peinture (comme l'ont cru à tort certains érudits par suite d'un contresens sur un mot latin)11, la Bretagne de Nominoë a abrité quelques sculpteurs dont on retrouve peut-être les œuvres dans ces croix qui commencent à animer le paysage vers la même époque.

Potiers et poteries

8La poterie est de tous les artisanats le seul dont les productions traversent les siècles sans risquer d'être un jour fondues par un propriétaire impécunieux ou de se dissoudre de façon irrémédiable dans la terre : la cuisson les protège à jamais contre la putréfaction et leur valeur vénale nulle les place à l'abri de toutes les convoitises. A défaut de pièces entières, rarement conservées, les tessons de céramiques brisées procurent de précieux enseignements. Il n'est pas rare non plus de mettre au jour des fours de potiers plus ou moins bien conservés. Pour l'exploitation scientifique de toutes les découvertes fortuites dont les travaux des champs et, plus récemment, les opérations de remembrement sont l'instrument, la véritable difficulté gît moins dans la rareté du matériel recueilli que dans le peu d'attention que lui prêtèrent les archéologues du siècle dernier (ces tessons ne présentant aucun intérêt au point de vue artistique) puis dans l'impossibilité longtemps maintenue de les dater de façon précise. « Pendant longtemps on ignorait tout de la poterie des Bretons du très haut Moyen Age, au point qu'on pouvait penser qu'ils n'en usaient pas du tout. C'est qu'on ne savait pas la reconnaître avant l'apparition de formes carolingiennes tardives et médiévales (que pendant longtemps on ne savait pas bien distinguer non plus) » (P.-R. Giot).

  • 12 Sous l'impulsion d'un physicien de l'université de Rennes, Loïc Langouët, le Centre régional d'arc (...)

9Aujourd'hui il serait souhaitable de reprendre l'étude des séries de poteries conservées dans les réserves des musées, parfois dans des collections particulières, que leurs découvreurs avaient trop vite répertoriées comme « préhistoriques » ou « gauloises » ; mais même de cette étude on ne saurait attendre de grandes révélations car les archéologues amateurs du siècle passé avaient la détestable habitude de jeter aux ordures tout ce qui ne leur semblait pas digne d'intérêt... Des techniques modernes de laboratoire, dont la thermoluminescence et la thermorémanence semblent les plus prometteuses pour les poteries cuites au four, permettent d'affiner un travail de prospection systématique entrepris depuis une quinzaine d'années, essentiellement en Bretagne orientale12 : les conclusions provisoires de cette enquête collective ne doivent toutefois pas faire perdre de vue un point essentiel, la prédominance incontestable de la vaisselle en bois dans les usages quotidiens.

  • 13 Lanos (Philippe), Guipel : un four de potier médiéval. Archéologie en Bretagne, n° 36, 1982, p. 32 (...)

10Les plus anciens ateliers de poteries attestés en Bretagne se trouvent à Meudon dans la proche banlieue de Vannes : il s'agit d'ateliers « francs » puisque cette cité avait été reprise aux Bretons dès 753 et que les fours de Meudon furent allumés peu avant et peu après l'an 800. Les produits qui en sortirent sont décorés à la molette et présentent deux styles successifs, que l'on retrouve dans divers autres sites du Vannetais. Le xe siècle verra s'ouvrir de nouveaux centres de production en haute Bretagne : trois ont été étudiés à ce jour. Au village de Launay-Margat en Guipel un tour de potier et une fosse- réceptacle des ratés de cuisson ont été fouillés en 1979 et en 198213 : du four, il ne subsiste plus que la base des parois et le sol de chauffe. « On peut distinguer deux parties : l'alandier long de 70 centimètres, large de 40 et profond de 65 par rapport au sommet des parois ; et le laboratoire subcirculaire d'un diamètre d'environ un mètre. Le sol de chauffe est un plan incliné qui monte du fond de l'alandier au sommet de ce qui reste de parois à l'arrière du four. Les parois sont formées de blocs de pierre maçonnés dans de l'argile. Le sol de chauffe est constitué d'une argile qui repose directement sur un schiste altéré en sable. La face interne des parois ainsi que le sol de chauffe sont vitrifiés sur 2 centimètres d'épaisseur » (Philippe Lanos). La fosse-dépotoir attenante a livré des tessons d'une poterie homogène, gris bleuté, à gros grains de dégraissant et très bien cuite : la même poterie a été découverte sur d'autres sites de prospection dans la région, à Combourg notamment.

  • 14 Langouët (Loïc), Un atelier de potier des environs du Xe siècle au Freche Clos en Planguenonal (Cô (...)

11Un autre atelier de potier a été exhumé à Planguenoual en 1972, dans la région de Lamballe14 : si le four lui-même n'a pu être retrouvé, des fosses-dépotoirs ont livré environ 1 650 tessons et 44 blocs informes d'argile provenant sans doute des structures de cuisson (parois du four) ou d'éléments de calage des poteries dans le four. Les pâtes, réalisées avec un seul type d'argile, ont des couleurs allant du blanc crème au brun orangé ; certains tessons ont un aspect externe gris qui peut provenir d'un défaut de cuisson. Le catalogue des formes comprend des pots globulaires, des jattes tronconiques et des pieds de chandeliers, mais aucun pichet : aucun bec verseur ni aucune anse n'a été retrouvé. Cette production doit être située dans le xe siècle, à la limite au début du xie siècle. Des ateliers à la production très proche de celle de Planguénoual sont connus en Saint-Alban (près de Lamballe) et Vilde-Guingalan (Plélan-le-Petit), dans une zone circonvoisine donc : tous rappellent les formes des poteries originaires de Trans.

  • 15 Langouët, Mouton, Nourry-Denayer, Pozzi, Ricq et Valladas, La poterie carolingienne de Trans (Ille (...)

12Ce dernier site a été méthodiquement exploré en 197515 par les chercheurs du Centre régional d'archéologie d'Alet qui mirent en évidence les restes de deux fours et une quantité importante de poterie grossière, assez peu cuite, de couleur générale jaune-rouge- brun. Quelque cent kilos de tessons provenant de rejets furent récupérés avec soin dans un four et au fond d'une fosse-dépotoir : la production consistait en pots globulaires, en pichets (qui ne sont en fait que des pots globulaires munis de becs verseurs et d'anses), en jattes tronconiques et en grandes jarres de stockage. Les fonds avaient été enlevés à la ficelle et sont pratiquement plats. La présence de lèvres « en bandeau », caractéristique de l'Europe du Nord-Ouest au xe siècle, quoique en petit nombre, permet de dater cette production du deuxième quart de ce siècle, datation corroborée par différents tests en laboratoire. A Trans même, au lieu-dit Montmoy, mais aussi à Plerguer et à Combourg, on a découvert des céramiques semblables.

  • 16 Giot (Pierre-Roland), Chronique de préhistoire et de protohistoire finistériennes, Bulletin de la (...)
  • 17 Giot (Pierre-Roland), La céramique onctueuse de Cornouaille, Bulletin de la Société archéologique (...)

13La basse Bretagne, quant à elle, n'ignore pas complètement l'art de la poterie, mais les recherches y souffrent pour le moment d'un retard certain : la poterie locale y était tellement fruste aux temps mérovingiens que durant des décennies on l'a confondue avec de la vaisselle protohistorique. Comment aurait-on d'ailleurs pu attribuer aux viie-viiie siècles ces tessons rappelant l'un des styles (mais non la pâte) des potiers carolingiens de Meudon, découverts en 1983 dans le mégalithe de Quélarn en Plobannalec16 ? « Une fois encore, si nous n'avions pas la datation radiocarbonique et au moins un tesson bien caractéristique, les autres tessons les accompagnant pourraient facilement être méconnus » (P.-R. Giot). Une partie consiste en écuelles plates, parfois ornées de coups d'ongle au rebord, connues à l'île Guennoc et à Guissény. A l'île Lavret P.-R. Giot a trouvé quelques tessons de coupes ou de bols sans décor, et d'autres avec des impressions faites à la mollette et dessinant des carrés, des parallélogrammes ou des trapèzes. Surtout apparaît bientôt une poterie très spécifique, brun-rouge à lie-de-vin, de faible dureté, rayable à l'ongle parce qu'elle renferme une proportion de particules de talc parmi d'autres particules en feuillets. Les érudits quimpérois des années 1870 la tinrent pour « gauloise » ; elle est en fait médiévale, et sa production ne s'éteindra vraiment que peu d'années avant la Révolution française. D'abord connue sous le nom de « céramique séricitique » pour son apparence soyeuse, elle est désormais désignée par l'appellation de « céramique onctueuse »17. Un atelier de potiers a été décelé et exploré au lieu-dit Bodérès (« la poterie ») en Plonéour Lanvern, dans le pays bigouden. Il en existait certainement bien d'autres que des excavations futures permettront peut-être d'étudier. Cet atelier fournissait, entre autres, des darinen, un type de poêle en terre rougeâtre onctueuse, d'un diamètre de 0,40 m, à fond plat et à rebords exhaussés de 0,05 m, et d'une épaisseur de 0,02 m : la darinen servait à la cuisson des galettes. La poterie onctueuse caractéristique a été cuite à une température inférieure à 800-900° : ses qualités de résistance au feu culinaire ne résultaient pas de propriétés réfractaires, mais de ses qualités calorifuges similaires à celles de l'amiante, qui lui permettaient de résister à de brusques variations de température. Des archéologues britanniques ont suggéré que cette poterie onctueuse pourrait bien être la céramique des premiers immigrants bretons aux ve et vie siècles ; en tout état de cause, il est plus que probable qu'à l'époque carolingienne on avait commencé depuis longtemps à fabriquer cette vaisselle qui est la première rencontrée au-dessus des strates gallo-romaines, mêlée aux couches supérieures d'édifices en général mis à sac et incendiés au bas Empire.

Chemins de rivière et de terre

  • 18 Guillotel (Hubert), L'action de Charles le Chauve vis-à-vis de la Bretagne.

14Le réseau routier des Romains, qui l'avaient eux-mêmes édifié en s'inspirant du tracé des voies gauloises voire préhistoriques, est toujours utilisé aux ixe-xe siècles. c'est une évidence dans la partie orientale de l'Armorique, la concentration des armées franques sur Nantes ou Rennes n'étant rendue possible que par l'existence de routes convergeant vers ces cités et qu'empruntent les lourds convois de l'ost impérial ou royal de Louis le Pieux puis de Charles le Chauve. L'étude attentive des diplômes délivrés par ces souverains lorsqu'ils se dirigent vers ou lorsqu'ils reviennent de Bretagne18 montre assez que leur suite chemine sur les grands axes qui irriguent l'ouest de la Gaule depuis l'époque romaine.

  • 19 Galliou (Patrick), L'Armorique romaine, Brasparts, 1983.
  • 20 Eveillard (Jean-Yves), La voie romaine de Rennes à Carhaix. Recherches autour d'un itinéraire anti (...)

15Le fait pourrait paraître plus douteux pour ce qui concerne la Bretagne proprement dite : passé l'enthousiasme d'un archéologue comme Bizeul qui, au siècle dernier, découvrait partout des voies romaines, on a longtemps tenu pour secondaire le réseau routier légué à l'Armorique post-romaine. De fait il manque dans cette région les infrastructures spectaculaires en bel appareil, témoins impressionnants des voies carrossables construites à grands frais et aussi symboles d'un certain type de romanisation conquérante ; mais des travaux récents, combinant le recours à la photographie aérienne avec la prospection archéologique de terrain, ont montré que les ingénieurs gallo-romains avaient tracé des routes ici comme ailleurs, en prenant soin cependant de s'adapter au mieux au relief pour limiter les coûts19. Seule la grande route menant de Rennes à Carhaix, l'ancienne capitale des Osismes, a fait l'objet d une étude exhaustive20, mais ailleurs il existait tout un réseau routier reliant entre elles les principales villes, avec des bretelles littorales destinées à rendre plus aisée la mise en défense de l'Armorique.

  • 21 Pape (Louis), La civitas des Osismes à l'époque gallo-romaine, 1978, page 225. Falc'hun (François) (...)

16Ce réseau a longuement survécu, au prix de sommaires travaux d'entretien, et il n'est pas mort tout à fait aujourd'hui puisque nombre de routes modernes en dérivent. Son influence sur les premiers temps de la présence bretonne dans la péninsule ne paraît pas négligeable : Louis Pape fait remarquer que les villages en plou- du Trégor occidental sont régulièrement implantés au long de l'antique voie romaine menant de Morlaix à Saint-Brieuc et au-delà, tandis que le chanoine Falc'hun pense que le breton parlé à Carhaix n'a pu influencer si profondément les autres dialectes que par l'attraction qu'exerçait encore l'ancienne capitale des Osismes, bien située au cœur d'un réseau de routes terrestres qui divergent ensuite sur l'ensemble de la zone bretonnante21. La toponymie garde le souvenir de ces hentoumeur (« grands chemins ») et de ces hentoucoz (« vieux chemins ») qui ont les plus grandes chances de correspondre à des voies romaines.

17Sur les voies routières les Bretons utilisent les services de charrettes : pour rapatrier dans leur monastère poutres et planches d'une maison qu'on vient de leur donner, les moines de Redon envoient l'un des frères quérir ce précieux fardeau avec une équipe de travailleurs. Au retour, la cargaison mal arrimée d'une charrette se défait et menace d'écraser un serviteur. Quelques années plus tôt Murman lançait son défi au roi franc en ces termes : « J'ai mille voitures pleines d'armes de jet toutes prêtes, avec lesquelles je marcherai hardiment contre les Francs. » Ainsi donc l'armée des Bretons, comme celle des Francs, était suivie de convois de chars sans doute tirés par des bœufs : on comprend mieux les pillages de Waroc en Nantais et en Rennais au vie siècle s'il pouvait disposer de tels équipages pour ramener son butin. Pour les déplacements de personnes ou le transfert de charges légères, le cheval et le mulet sont utilisés : saint Malo préfère le premier pour la promenade alors qu'une ânesse accomplit les tâches utilitaires. « Ils (Malo et son moine Riwan) possédaient une ânesse qui, où qu'elle allât, sortait sans conducteur, et surtout pour aller à la villa Laioc que nous voyons maintenant délaissée par la mer au reflux, pour y apporter les choses nécessaires, et aussi à cette villa que l'on appelle villa Guoroc ; et, quelle que fût sa charge, et bien sûr sur l'ordre de Dieu, accompagnée d'un petit chien, elle l'apportait chez le saint homme. » Saint Samson se sert également d'un chariot pour traverser la Domnonée avec ses affaires : tantôt il porte son navire et ses livres, tantôt c'est le bateau qui porte les livres et le chariot...

  • 22 Des voies apparaissent à Carentoir, Grandchamp, Ruffiac, Caro, Luzanger, Derval et Cléguérec.

18Pour gagner l'oppidum qui prendra ensuite son nom, saint Paul-Aurélien emprunte une via publica ; d'autres « voies publiques » sont mentionnées dans diverses chartes du Cartulaire de Redon qui les distinguent des simples chemins de campagne22. Ces anciennes routes, toujours vivantes, font l'objet d'aménagements, spécialement pour le passage à gué des cours d'eau : le pont Crac'h sur l'Aber- wrach, près de Lannilis, est encore visible de nos jours. Il s'agit d'un pont gué que saint Paul dut franchir dans sa pérégrination avant d'arriver à Prat Paul en Plouguerneau. Le compagnon de saint Malo, Riwan, reste prisonnier des flots au milieu de la chaussée qui conduisait d'Alet à l'îlot d'Aaron. Un autre gué existait entre la terre ferme et l'île de Batz : c'est du moins ce que prétend Gourmonoc mais cela semble peu probable en fait (le niveau moyen de la mer aurait dû être beaucoup plus bas qu'il ne l'était sûrement !). Il est plus raisonnable de penser que ce pseudo-gué, dont Gourmonoc nous donne le nom (Golban Portitor), désignait dans la réalité un passeur professionnel auprès de qui on devait s'acquitter d'une taxe pour traverser le bras de mer : le terme portitor dérive en effet du latin portitorium, « péage », tandis que golban désigne une pointe en vieux breton. Golban Portitor signifierait donc « la pointe du péage ». La charte n° 38 du Cartulaire de Redon donne le nom du gué en breton : rodoed, dont dérivent des toponymes nombreux en roudou, rodou, raudour, etc. Plus anciennement rit (du gaulois ritum, gué) ou ret avait eu le même sens, d'où des noms de lieu comme Balrit (Bauré-sur-l'Oust) ou Penret (devenu Perret).

  • 23 Editée et savamment commentée par Brunterc'h (Jean-Pierre), Géographie historique et hagiographie  (...)

19De ponts il n'est jamais question que jetés sur les plus modestes ruisseaux : quelques planches de bois disjointes suffisent à franchir le « fleuve Himhoir » entre le bourg de Ruffiac et la terre de Loutinoc. Dans la même paroisse de Ruffiac existait un autre pont dénommé Frotguian, non localisé. En Molac, l'Arz se traverse au pont Aurit. Le rédacteur de la Vie de saint Mervé23 s'étonne que le minuscule ruisseau des Epronnières « qui coule entre le Maine et le Rennais est si petit que ceux qui le traversent n'ont besoin ni de navire ni de pont ». Mais dès qu'il s'agit de cours d'eau plus important, comme l'Oust ou la Vilaine, le voyageur n'a d'autre ressource que d'emprunter une barque : c'est ce que font encore au milieu du ixe siècle les moines de Redon désireux de se rendre dans leur prieuré de Saint- Nicolas placé sur l'autre rive de la Vilaine. L'un d'eux, le prêtre Riwan, qui y était passé un matin pour surveiller la fenaison, désire vers midi rentrer au monastère pour dire sa messe : d'abord il recherche en vain une barque, puis tout absorbé dans ses pensées pieuses, l'esprit tourné vers Dieu, il passe comme par mégarde la rivière à pieds secs...

20Les rivières servent toutes aux transports, et pas seulement la Loire ou les fleuves côtiers aux estuaires profondément remontés par la marée. Saint Melaine ayant été rappelé par son Créateur dans le monastère qu'il avait fondé dans sa villa de Plaz, ses frères « le lendemain le déposèrent sur un navire et en remontant la Vilaine accompagnés d'une foule qui chantait des psaumes, ils arrivèrent à Rennes, ville que Melaine dirigeait ».

  • 24 Riché (Pierre), La vie quotidienne dans l'empire carolingien, 1973, p. 25-35.

21Comparé à ce que l'on connaît des moyens de communication ailleurs dans l'empire carolingien24, la Bretagne n'apparaît pas plus mal lotie que la moyenne, d'autant que la mer se propose à elle et lui ouvre de larges horizons. Il serait donc pour le moins erroné de croire que cette extrémité occidentale de la Gaule vivait renfermée sur elle-même et qu'elle n'était composée que d'un agglomérat sans consistance de petites communautés isolées, presque sans rapport entre elles : la Bretagne de Nominoë n'est pas un cul-de-sac et ses habitants se déplacent avec une certaine facilité. Soldats, marins, pèlerins et aussi marchands ne s'y trouvent pas condamnés toute leur vie à ignorer les horizons proches ou lointains.

Les marchands

22Un certain jour de la semaine, le samedi en général, quelquefois le mercredi, qui dispose d'un excédent à réaliser ou d'un quelconque objet commercialisable risque fort de trouver preneur en se rendant au marché : ces réunions commerciales, modestes d'ampleur mais coutumières, se repèrent jusque dans des villages comme Renac par exemple où le mercredi un « lieu de marché » est attesté dans une charte de Redon. La presque totalité des transactions qui s'y déroulent n'entraînent pas la rédaction d'un acte écrit et n'ont donc laissé aucune trace. Nul doute non plus que le troc occupe une place prépondérante dans les échanges : même lorsque les biens sont évalués en argent, il est courant de voir l'acheteur s'acquitter en nature d'une partie, considérable, de la somme due. Ainsi dans une vente conclue à Molac en 827, il est convenu qu'il versera deux bœufs, deux vaches, une brebis, une toile à drap et seulement 15 sous 5 deniers en argent. Une autre fois, pour régler 30 sous, l'acheteur donne un cheval blanc, estimé 20 sous, et 10 sous en argent ; ailleurs un cheval valant 9 sous, et 9 sous en argent ; ou encore deux chevaux prisés ensemble 20 sous. Ici un acheteur donne 12 sous en argent et 14 mesures de grain. Parfois la transaction se conclut à l'auberge : en 846 à Renac le vendeur reçoit « 18 sous en argent et 18 deniers pour les petits verres que nous avons bus ensemble ». C'est le vin du marché.

  • 25 Des exemplaires ont été découverts à Rennes et à Ouestembert ; hors de Bretagne quelques-uns l'ont (...)
  • 26 Lafaurie (Jean), Deux trésors monétaires carolingiens : Sauneray (Eure-et- Loire) et Rennes (Ille- (...)

23Le numéraire disponible est rare en dehors des milieux de la cour royale et des Grands qui, à l'image de leur maître, aiment à faire étalage de leur richesse en or. Le temps n'est certes plus où les Bretons ne disposaient même pas de pièces étalonnées, au point qu'ils avaient dû établir tout un système d'équivalence fondé sur le principe qu'une vache représentait un sou, ce qui explique pourquoi la langue bretonne a emprunté au latin le terme solt devenu saout (de solidus) pour désigner une vache... Des ateliers monétaires sont réactivés à Nantes et à Rennes par les Carolingiens ; ils ont dû continuer à fonctionner, au moins de façon épisodique, après la naissance du royaume breton. Mais ni Nominoë ni ses successeurs immédiats n'ont frappé monnaie à leur type, et on n'a retrouvé qu'une seule imitation des pièces franques : un denier d'argent frappé à Rennes après 864 et imitant la titulature de Charles le Chauve25. En l'absence d'une production locale soutenue, la circulation des espèces monétaires se trouve forcément limitée faute d'un stock régulièrement entretenu : les sous carolins, cités à deux reprises en 844 puis en 865, paraissent avoir été spécialement appréciés. D'une façon générale, les deniers carolingiens mis à jour en Bretagne, pour la plupart marqués du coin de l'atelier de Melle en Poitou, sont relativement rares (une quinzaine de dépôts répertoriés) et chaque dépôt n'a fourni qu'un nombre minime de pièces, à l'exception notable des 2 000 deniers environ trouvés jadis à Priziac. Le trésor monétaire découvert en 1964 à Rennes26 sur l'emplacement de l'ancienne abbaye de Saint-Melaine montre que les moines qui l'enfouirent dans la crainte des Normands avaient accumulé 132 deniers et 4 oboles de provenances diverses, surtout poitevine, mais aussi bourguignonne et même italienne - aucune pièce ne provenant d'un atelier plus occidental que Rennes. Sur les 114 pièces récentes de ce trésor dissimulé entre 918 et 923, 13 ont été frappées à plus de 400 kilomètres de leur lieu de découverte et 42 (soit 36 %) à plus de 300 kilomètres, ce qui témoigne du maintien d'une certaine circulation interrégionale au début du xe siècle. Mais au total la monnaie sonnante et trébuchante sert alors plus de référence pour estimer la valeur des biens - donnés ou échangés — qu'à solder effectivement un achat.

24Le commerce proprement dit et la fréquentation des marchands ne sont pourtant pas ignorés des Bretons de Nominoë : une foire se tient chaque année à Nantes au temps de la Saint-Jean et elle attire des commerçants venus de loin. Peut-être parce qu'ils sont bien placés sur une active voie maritime, quand les habitants de l'île de Sercq, terriblement éprouvés par une famine, aperçoivent un grand navire marchand, ils ne manifestent aucune surprise mais se dirigent vers lui tranquillement avec leur or, pensant se procurer auprès de son équipage les denrées qui leur font défaut pour l'heure.

25Des tonlieux ou droits de passage sont levés sur les marchandises à Nantes (Alain Barbetorte se défait d'une partie de ce tonlieu en faveur des moines de Landévennec qui l'ont tellement aidé durant son exil), mais aussi là où on les attendrait moins, sur de minuscules rivières en plein pays breton. Par suite d'une contestation qui s'est découverte entre les moines de Redon et ceux des deux petits monastères de Ballon et de Busal, un envoyé de Nominoë convoque les habitants les plus âgés des paroisses voisines de Bains pour qu'ils disent ce qu'il en était aussi loin que remonte leur mémoire. Leur réponse unanime est que « depuis que les bateaux ont commencé à naviguer sur l'Oust, celui qui a Bains sous son autorité a toujours reçu le tonlieu levé sur les navires et le droit de vente (mercedem) exigé des acheteurs. L'abbé de Busal et l'abbé de Ballon n'eurent jamais sur Bains aucune autorité, jamais jusqu'à ce jour ils n'ont reçu le tonlieu des navires ni le droit mis sur les acheteurs ou les vendeurs ». Ce tonlieu de Balrit sera finalement, en bonne logique, confirmé aux moines de Saint-Sauveur. Des courants d'échanges commerciaux existent donc que l'historien peut seulement imaginer au travers de deux ou trois mentions éparses.

26Il ne peut guère non plus reconnaître une véritable vie urbaine. Les villes gallo-romaines sont toujours là avec leurs murailles et leurs édifices en pierre, parfois reconstruits aux temps mérovingiens, mais Vannes, Rennes ou Nantes ont été les victimes toutes désignées des guerres franco-bretonnes, conquises et pillées avec entrain à maintes reprises, leurs murailles démantelées. A leur tour les Vikings s'acharnent d'abord sur Nantes avant de s'y installer : paradoxalement ces pirates venus du nord sont peut-être les seuls véritables marchands à demeure en Bretagne au ixe et surtout au xe siècle car sur cette catégorie juridique et sociale les sources bretonnes sont obstinément muettes à une exception près. Saint Malo prie Dieu entre autres « pour les marchands navigateurs afin qu'ils trouvent le port de salut ». Mais cette prière est rapportée en termes trop généraux pour qu'on puisse déduire d'elle seule l'existence d'une classe marchande, même embryonnaire, pas plus qu'on n'est assuré de la présence de juifs pour la conversion desquels saint Malo adresse dans la foulée ses supplications à Dieu. Cette situation ne saurait au demeurant surprendre dans une société demeurée profondément rurale, où le luxe ostentatoire de l'aristocratie des héritiers s'affiche sans retenue aux côtés de l'aisance modeste, dans le meilleur des cas, d'une paysannerie pour qui la première des préoccupations est, et elle le restera pour des siècles encore, d'avoir de quoi manger chaque jour à sa faim.

Notes

1 Les conceptions que se faisaient du travail les hommes du Moyen Age et les théologiens du temps ont été étudiées par Le Goff (Jacques), Travail, techniques et artisans dans les systèmes de valeur du haut Moyen Age (ve-xe siècles), Pour un autre Moyen Age, 1977, p. 108-130.

2 Merdrignac (Bernard), Lug polytechnicien, Artistes, artisans et production artistique, Rennes, 1983. Huccan « démon revêtu d'une apparence humaine, originaire d'Irlande et habile dans bien des techniques, serait en fait un avatar de Lug Samldanach.

3 Sur les mines d'étain du pays nantais et de Plélauff, voir ce qu'il en a été dit au chapitre 6,

4 Giot (Pierre-Roland) et Monnier (Jean-Laurent), La cloche de Saint-Saturnin, Archéologie en Bretagne, n° 5, 1975, p. 18-23.

Langouët (Loïc), Un fondeur de cloche à Alet à l'époque carolingienne, Artistes, artisans et production artistique, Rennes, 1983, p. 279-280.

5 Bardel (Annie), Archéologie en Bretagne, n° 39, 1983, page 51.

6 Elles sont décrites et reproduites dans le catalogue de l'exposition, Landévennec : aux origines de la Bretagne, Daoulas, 1985, page 43.

7 Bourke (Cormac), Les cloches à main de la Bretagne primitive.

8 Merdrignac (Bernard), L'hagiographie du haut Moyen Age et les rapports entre Corseul et Alet, Dossiers du CERAA, n° 11, 1983.

9 Hubert (Jean), Settimane de Spolète, 1982.

10 Durand (Gildas), A propos de la statuaire antérieure au gothique en Bretagne : œuvres inédites préromanes, romanes et post-romanes, Dossiers du CERAA, 1985, p. 41-64, spécialement page 60.

11 Merdrignac (Bernard), Une école de peinture en Bretagne à l'époque carolingienne ?, Artisans, artistes et production artistique. Rennes, 1983.

12 Sous l'impulsion d'un physicien de l'université de Rennes, Loïc Langouët, le Centre régional d'archéologie d'Alet (CERAA) anime et centralise un programme de prospections intensives faisant appel aux techniques les plus modernes de recherche, de datation et de classement.

13 Lanos (Philippe), Guipel : un four de potier médiéval. Archéologie en Bretagne, n° 36, 1982, p. 32-35. Lanos (Philippe), Querre (Guirec) et Leroux (Gilles), Un atelier de potier carolingien à Launay-Margat en Guipel (Ille-et-Vilaine), Dossiers du CERAA 1986, p 53-71.

14 Langouët (Loïc), Un atelier de potier des environs du Xe siècle au Freche Clos en Planguenonal (Côtes-du-Nord), Dossiers du CERAA, 1984, p. 1-10.

15 Langouët, Mouton, Nourry-Denayer, Pozzi, Ricq et Valladas, La poterie carolingienne de Trans (Ille-et-Vilaine), Dossiers du CERAA, 1977, p. 109-142.

16 Giot (Pierre-Roland), Chronique de préhistoire et de protohistoire finistériennes, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1983, page 11.

17 Giot (Pierre-Roland), La céramique onctueuse de Cornouaille, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1971, p. 109-130.

18 Guillotel (Hubert), L'action de Charles le Chauve vis-à-vis de la Bretagne.

19 Galliou (Patrick), L'Armorique romaine, Brasparts, 1983.

20 Eveillard (Jean-Yves), La voie romaine de Rennes à Carhaix. Recherches autour d'un itinéraire antique, Brest, 1975.

21 Pape (Louis), La civitas des Osismes à l'époque gallo-romaine, 1978, page 225. Falc'hun (François), Perspectives nouvelles sur l'histoire de la langue bretonne, 1981, p. 213-232.

22 Des voies apparaissent à Carentoir, Grandchamp, Ruffiac, Caro, Luzanger, Derval et Cléguérec.

23 Editée et savamment commentée par Brunterc'h (Jean-Pierre), Géographie historique et hagiographie : la vie de saint Mervé ou M'Hervé, Mélanges de l'Ecole française de Rome, 1983, p. 7-63

24 Riché (Pierre), La vie quotidienne dans l'empire carolingien, 1973, p. 25-35.

25 Des exemplaires ont été découverts à Rennes et à Ouestembert ; hors de Bretagne quelques-uns l'ont été à Jersey, Amiens, Arras, Zelzate en Flandres, Poitiers et 900 en Bourgogne dans un trésor.

26 Lafaurie (Jean), Deux trésors monétaires carolingiens : Sauneray (Eure-et- Loire) et Rennes (Ille-et-Vilaine), Revue numismatique, 1965, p. 262-306.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540