Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Sociétés. Hommes et cultures de Bretagne

Chapitre 13. Les hommes de la glèbe

Texte intégral

« Un méchant homme lui barra la route, en se moquant de lui et en disant qu'il n'était pas en route pour dire des prières mais pour chercher quelque bonne fortune. Il le dépouilla de son manteau, tout en le menaçant du gourdin qu'il tenait en main, et il revint chez lui en emmenant le manteau qu'il étendit cette nuit-là sur lui-même, son épouse et sa fille. Et pendant qu'il dormait, cette même nuit, un esprit malin pénétra en lui ; en outre son épouse et sa fille se levèrent le lendemain sourdes, muettes et aveugles, et aussitôt le manteau de l'homme de Dieu fut renvoyé au saint. Celui-ci le reçut et le donna à un pauvre, estimant qu'il était indigne de lui de se vêtir de ce manteau qui avait été sur des paysans. »

Vie de saint Malo par Bili.

1A quel réflexe conditionné obéit donc saint Malo en refusant de reprendre le manteau souillé au contact du paysan qui le lui avait dérobé ? Toute la charité chrétienne du monde ne lui permet pas d'oublier qu'il est fils de bonne famille et ne saurait en conséquence oublier son rang, fût-ce par humilité mal placée. Bili rapporte cette anecdote sur un ton neutre, comme si un tel comportement lui paraissait naturel, même venant d'un saint. En fait elle pose bien des problèmes et son premier mérite est de souligner combien grande demeure au temps de Nominoë la distance sociale entretenue par les élites entre le peuple et elles-mêmes. L'homme qui retourne la terre en silence souffre d'un ostracisme évident, quelle que soit par ailleurs son utilité pratique puisque, privé de son labeur sans gloire, les puissants ne pourraient vivre dans l'oisiveté ni consacrer leur temps libre à la prière ou au maniement des armes.

2Bien sûr tous les paysans ne sont pas confondus au regard de la société : les esclaves ne sont pas placés sur le même plan que les agriculteurs libres et aisés, pas plus que ces derniers ne se mêlent vraiment aux familles nobles tombées dans la gêne. Chacun demeure sur son quant-à-soi dans un monde cloisonné, que Dieu a voulu tel ; malgré des changements insidieux déjà à l'œuvre, tous restent prisonniers de statuts personnels plus ou moins avantageux. Dans une certaine mesure, la société paysanne du siècle de Nominoë vit encore figée dans des moules hérités de la basse Antiquité.

Les esclaves

3Dans l'Antiquité les sociétés celtiques connaissaient toutes l'esclavage : la privation de liberté était le lot commun d'hommes et de femmes employés à des tâches domestiques, artisanales et agricoles. On naissait esclave ou on le devenait par capture à la guerre. Les Celtes ignoraient par contre les grands domaines ruraux mis en valeur par des équipes d'asservis placés sous la direction d'un intendant et le contrôle constant des contremaîtres : ce sont les Romains qui introduisirent cette pièce essentielle du mode de production esclavagiste antique en Gaule et dans l'île de Bretagne, en même temps qu'ils élevaient leurs somptueuses villae, à la fois résidences campagnardes des maîtres et cœurs bruissant d'activités des grandes exploitations agricoles.

  • 1 Le plus récent bilan des recherches sur l'esclavage au Moyen Age est donné par Bonnassie (Pierre), (...)

4L'effacement de l'ordre impérial n'introduit pas de bouleversement : les barbares germaniques puis les Mérovingiens auront encore largement recours aux services des esclaves dont le sort, toutefois, s'améliore peu à peu avec le temps. En effet la victoire du christianisme incite à les regarder d'un œil différent, non plus seulement comme du bétail humain doté d'une certaine force de travail et capable de se reproduire, mais comme des hommes aussi, depuis qu'ils ont été admis à recevoir le sacrement du baptême. Néanmoins ces êtres humains demeurent de qualité inférieure, soumis à des interdits dont ils ne peuvent se libérer (la macule servile leur interdit, par exemple de figurer au nombre des clercs). Plus déterminante encore, l'évolution économique fait que l'entretien de troupeaux entiers d'asservis devient un fardeau insupportable pour leurs propriétaires qui préfèrent confier à chacun de la terre (le manse servile) à cultiver comme il l'entend : ainsi « chasé », l'esclave doit se nourrir sur son lot et élever ses enfants jusqu'à ce qu'ils soient en âge de travailler à leur tour. Il n'est pas affranchi pour autant : il n'a rien à lui, le maître dispose toujours de son corps, il peut le vendre, vendre sa femme ou ses enfants. Et en contrepartie du lot qu'il fait fructifier, l'esclave doit effectuer de lourdes journées de travail non rémunérées (la corvée), y consacrant souvent la moitié de la semaine. Le grand propriétaire peut ainsi continuer à bon compte l'exploitation de son domaine, dont il s'est réservé les meilleures terres1.

  • 2 Duby (Georges), L'économie rurale et la vie des campagnes dans l'Occident médiéval, tome I, 1962.

5Ce travail gratuit demeure important au temps de Charlemagne même si son rendement réel est bas du fait du manque d'empressement des personnes ainsi réquisitionnées : ce sont par milliers que se comptent les journées théoriquement exigibles sur les grands domaines carolingiens2. Aux côtés de ces paysans asservis on repère aussi des esclaves domestiques attachés au service personnel du maître et de sa famille, ou bien astreints à un quelconque travail artisanal dans la cour seigneuriale : dans l'ensemble le sort de ces deux dernières catégories d'esclaves, très minoritaires, est plus enviable.

  • 3 Tonnerre (Noël), L'esclavage dans la Bretagne du Haut Moyen Age.

6En Bretagne non plus l'esclavage n'est pas mort au ixe siècle3 : il y survit en continuité avec l'Antiquité (les plus anciennes lois bretonnes, les Excerpta de Libris Romanorum et Francorum du vie siècle, le mentionnent couramment). Pas moins de cinquante-deux exemples de manentes figurent dans le Cartulaire de Redon où on les découvre encore sous d'autres noms (mancipium, servi, homines parfois). Alors que la littérature hagiographique fait montre en général de la plus grande discrétion à leur sujet, un troupeau servile s'introduit dans la Vie de saint Paul par Gourmonoc, du moins si on comprend littéralement le passage où le saint quitte sa patrie insulaire pour l'Armorique accompagné de douze clercs, de douze nobles de sa parenté « et d'un groupe suffisant d'esclaves » — mais ici mancipium peut désigner des serviteurs attachés à la personne des émigrants sans plus de précision sur leur statut. Les Bretons de Nominoë comptent donc de nombreux non-libres parmi eux, et pourtant la guerre ne leur sert pas à renouveler le cheptel des asservis : les Bretons armoricains ont pour habitude de faire prisonniers et de ramener par deçà la Vilaine les guerriers vaincus et les plus riches habitants des villes conquises afin d'en tirer des rançons ; en revanche ils laissent s'éloigner libres, après la prise du Mans en 850 par exemple, les pauvres et les humbles. Il en va différemment outre-Manche : là les Bretons se fournissent en esclaves parmi les captifs comme le montre le Cartulaire de Landaff : d'ailleurs le mot gallois caeth (esclave) vient du latin captus. En Armorique on est esclave de naissance, on ne le devient guère que par une dédition plus ou moins volontaire : par un acte solennel, celui qui fut un homme libre s'interdit, à lui et à ses fils, d'entrer dans les ordres ; il abdique toute prétention à disposer de son corps et de ses biens à l'avenir. Un crime énorme ou des dettes criardes se trouvent alors à la racine de ce geste désespéré par lequel un malheureux aux abois recherche le pardon et l'extinction des poursuites dont il faisait l'objet.

7A cette époque la grande majorité des esclaves bretons sont « chasés » et cultivent donc l'équivalent d'un manse ; par contre la structure de la villa « classique », avec réserve et manses serviles, paraît presque inconnue en Bretagne bretonnante (les chartes de Redon n'en mentionnent qu'une seule, probable, la villa Loutinoc en Ruffiac) et en état de décomposition avancée en pays roman. Si deux cas de troupeaux serviles sont signalés à Rouffigné et à Thourie, regroupant l'un cinq familles et l'autre neuf (tous les adultes cités portent des noms germaniques), ailleurs la villa n'est plus qu'un souvenir : elle permet seulement de localiser un bien provenant de son démembrement. Ainsi le diacre Gustus vend-il à Frédebert pour 120 sous son manse de la villa Marcius ou Godoin son alleu en Luzanger dans la villa appelée Faito pour 40 sous. En pratique la villa n'est plus qu'une fraction de paroisse : réalité territoriale toujours vivante, elle n'a plus de support économique et humain. La liaison fonctionnelle entre la réserve et les manses serviles n'existe plus dans la plupart des cas où le mot villa apparaît, en zone bretonne comme en zone romane. Le Cartulaire de Redon ne permet pas d'aller plus loin : ses rédacteurs ont trouvé dans les formulaires francs un terme, villa, à peu près dénué de sens pour eux et qu'ils emploient de façon stéréotypée pour désigner une simple exploitation agricole ou une fraction de paroisse. Le grand propriétaire breton ne vit pas de sa réserve cultivée gratuitement pour lui par ses esclaves domestiques ou chasés, mais du produit de ses rentes et de son exploitation propre. Ce qui ne signifie pas qu'il n'existait pas des serviteurs de statut servile gravitant autour de la personne des aristocrates et des rois.

8En fait les esclaves ruraux apparaissent surtout dans les documents lorsqu'ils sont cédés à Redon : on se défait d'une terre et, avec elle, de ses occupants. Ces derniers semblent même constituer l'essentiel de la donation en ces temps où l'homme est rare : les bras sont plus appréciés que la propriété foncière sans lesquels, d'ailleurs, elle n'aurait aucune valeur. Les exemples abondent de transactions conclues autour du transfert de droits sur un homme, sa descendance et le manse qu'il cultive : ainsi à Plélan Ganoean donne sa part d'une terre avec deux hommes, Tutamau et son fils ; à Bains l'archidiacre Riuualt se sépare de son domaine de Finitger avec ses esclaves.

9Parfois les hommes sont donnés seuls : le moine Omnis reçoit Buduuoret et ses fils ; après le trépas du religieux, il est prévu par l'acte de donation qu'ils iront enrichir la famille de Redon. Toutes ces donations, et les ventes ou les échanges qui les ont préparées, ne présentent guère d'originalité par rapport à ce que l'on découvre ailleurs dans le monde carolingien. Par contre d'autres transactions rappellent étrangement les stipulations des Excerpta quand elles prévoyaient la cession d'un certain nombre d'esclaves en dédommagement à la victime d'un vol ou d'une agression, ou aux ayants droit d'une personne assassinée. Un nommé Uuoretmebin est remis par le meurtrier pour prix de la mort de Uuorbrian, colon du monastère de Redon : la loi A 7 des Excerpta disait que « si un homme libre tue l'esclave d'un autre, qu'il restitue deux esclaves au maître. Si ce fut par la faute de l'esclave, il donnera esclave pour esclave ». En 863 à Bains une « charte indique que Cunatan, fils de Tiarnan, a donné un homme nommé Martin à Saint-Sauveur, le livrant en la main de l'abbé Conwoion en signe de paix et pour qu'ils abandonnent leurs poursuites contre lui à cause des mauvaises actions commises à l'encontre des hommes de Saint-Sauveur et des moines de Redon ». Dans ce cas la cession de l'esclave Martin permet d'acheter la paix et d'assurer l'oubli des fautes passées : Martin est d'abord perçu par les deux parties comme une monnaie d'échange, qu'il reviendra aux moines de faire valoir à leur profit en compensation des vols et des violences subis.

10Les esclaves vivent en famille sur la parcelle qui leur a été allouée : il n'y a jamais plus de trois adultes mâles sur la même terre en zone bretonnante. Le maître les surveille et dirige leur travail quand il a besoin d'eux sur son exploitation ; les plus riches propriétaires se déchargent de cette besogne fastidieuse sur des intendants ou mair (analogues aux Maer gallois) mentionnés à Pleucadeuc et à Carentoir. L'absence ou la disparition d'un polyptyque redonais comparable au célèbre polyptyque d'irminon abbé de Saint-Germain-des-Prés ne permet pas de connaître dans le détail les obligations de ses esclaves vis-à-vis de l'abbaye.

Les paysans libres et les colons

  • 4 Planiol (Marcel), Histoire des institutions de la Bretagne, Mayenne, 1981, tome II, page 223.

11Marcel Planiol écrivait il y a près d'un siècle que la distinction originelle entre le servus et le colonus ne lui paraissait plus fondée au ixe siècle4. De fait il se trouve deux actes du Cartulaire de Redon pour parler de « colons tant esclaves qu'ingénuiles » (libres) : exemples intéressants montrant que s'il subsiste bien une différence juridique entre ces deux statuts personnels, les conditions matérielles se rapprochent au point de se confondre parfois. Mais le colon, et c'est l'essentiel, demeure un homme libre : il est protégé par des garanties que n'a pas l'esclave. Il peut témoigner en justice, intenter des procès, même contre le propriétaire de sa terre ; estimant que leurs charges sont trop lourdes, c'est ce que font les colons de Guer. Ils n'hésitent pas à traîner devant les juges l'abbé de Redon. A Bains aussi on découvre tout un groupe de colons dirigés par Finituuoret s'opposant à la volonté du comte de Vannes Pascweten qui voulait les livrer au machtiern Greduuoret. Celui-ci prétend en effet qu'ils avaient déguerpi de leurs tenures, alors que les colons entendent demeurer comme leurs pères sur les terres de Saint-Sauveur : grâce à leur détermination unanime et à l'entregent des moines, ils finissent par avoir raison de ses prétentions. Un esclave ne saurait disposer ainsi librement de son corps : il est tout entier la propriété de son maître et aucun tribunal ne peut aller contre son devoir d'obéissance.

12Ces colons sont également habilités à léguer leurs biens à leurs descendants : ils sont sous ce rapport exactement dans la même situation que les petits propriétaires indépendants. L'esclave, lui, ne possède rien en propre et s'il parvient à acquérir quelques biens, le devenir de sa succession reste soumis à la bonne volonté du maître : il n'en dispose pas, ses vœux peuvent toujours être méconnus par son propriétaire. Pour lui la possession n'est qu'une tolérance, jamais un droit. Les deux statuts ne peuvent donc pas se confondre malgré certaines apparences contraires.

  • 5 Tonnerre (Noël), Les pays de ta basse Vilaine au Haut Moyen Age.
  • 6 Les effets bénéfiques des invasions normandes qui contribuèrent pour beaucoup à faire saute des ar (...)
  • 7 Notamment la tenure à motte dans le Léon.

13La distinction des conditions est également claire quand on regarde au-dessus du colon : la grosse différence entre lui et le petit paysan libre réside dans le fait que le colon doit s'acquitter de charges très lourdes envers le maître de sa terre. Les redevances exigées comprennent, suivant le cas, des animaux d'élevage, des pains (un colon doit en livrer cinquante-deux l'an, ce qui fait un par semaine), des grains surtout, rarement de grosses sommes d'argent mais souvent une petite somme exigible à la Saint-Martin ou aux calendes d'octobre, dans le temps où se fait le gros des livraisons en nature. Ces charges foncières sont appelées cens ou tribut. La ponction qu'elles représentent sur le revenu paysan peut être appréciée dans un cas au moins : les trois colons guérandais qui tiennent la parcelle dite Ran Hocar doivent verser chaque année un muid et demi de froment, un muid de seigle, six muids d'avoine, un porc d'une valeur d'un sou, deux moutons adultes et un sou de manaheda (un terme germanique signifiant redevance), soit environ le quart de ce qu'ils ont fait rendre à la terre. « Comme, par ailleurs, un tiers de la récolte était utilisé pour l'ensemencement, on peut voir que l'exploitant disposait au maximum de 40 % de sa production céréalière. C'est très faible. En cas de catastrophe climatique le colon était réduit à la misère » (N.-Y. Tonnerre)5. Cette lourdeur des charges qui grèvent la tenure colonale permet de mieux comprendre pourquoi les contemporains commencent à confondre l'esclave avec le colon. On sait que ces deux catégories de dépendants ont fini par fusionner pour donner naissance au serf caractéristique de tout l'Occident féodal et qui apparaît en pleine lumière au xie siècle. La Bretagne de Nominoë n'est pas restée à l'écart de cette tendance de fond du monde rural, mais au ixe siècle l'évolution n'est pas encore arrivée à son terme : les colons demeurent des hommes libres, mais leur liberté n'est que personnelle. Elle manque d'une solide assise économique et a donc tendance à se restreindre dans le même temps où l'esclave voit peut-être déjà son sort s'améliorer ; toutefois il convient de rester prudent sur ce dernier point faute d'informations assez précises. Plus sûrement le choc des invasions vikings, par la fuite des maîtres qu'elles entraînèrent, est responsable du desserrement des liens de dépendance personnelle6 : la Chronique de Nantes en garderait le souvenir quand elle affirme qu'Alain Barbetorte supprima le « servage » (c'est-à-dire l'esclavage en fait) en 950. Il est bien évident qu'une décision de la sorte n'a jamais été édictée aussi simplement et que, si Alain prit réellement une mesure à ce sujet, elle ne pouvait être que partielle. Certaines formes de l'asservissement ont subsisté en Bretagne bien après l'an mille7. Mais que le duc Alain ait dû faire face aux pressions renouvelées des descendants des anciens esclaves pour voir leur condition s'améliorer et que lui ou ses contemporains aient accepté de transiger sur la question de leur liberté personnelle, c'est très possible. On sait du moins que cela s'est passé ainsi ailleurs.

14Libres de leurs corps comme les colons mais indépendants au point de vue économique grâce à leurs alleux, les petits et moyens propriétaires forment la colonne vertébrale de la paysannerie bretonne du temps de Nominoë : les plus aisés parmi eux ne se différencient certainement guère dans leur mode de vie des représentants les moins chanceux de la noblesse héréditaire des machtierns. En Bretagne cismarine aussi les Cymri (les « compatriotes », c'est-à-dire les Gallois) se partagent entre Uchelwr (l'aristocratie) et gwr ou dyn rid (les simples hommes libres). En Armorique une catégorie sociale intermédiaire se laisse deviner qui s'intercale entre la noblesse de sang et les petits propriétaires ; les sources franques parlent de proceres, un terme qui paraît être la transposition de brientinion (singulier brientin). Il faut comprendre par là des paysans à leur aise, parfois propriétaires d'esclaves, souvent maîtres de colons, qui peuvent s'adonner aux joies de la guerre en toute quiétude matérielle.

15De cette classe moyenne sont issus nombre de prêtres et de moines : l'Eglise demande en effet que ses ministres soient libres de naissance, et la coutume veut que les futurs clercs soient dotés lorsqu'ils embrassent la carrière ecclésiastique. Si les fils de colons satisfont à la première exigence, il est bien évident que leurs parents sont à peu près incapables de satisfaire à la seconde. Les clercs se recrutent donc parmi les paysans indépendants et les enfants de la noblesse. Le Cartulaire de Redon contient plusieurs exemples de membres de la classe moyenne, possédant des terres et des colons, qui offrent des fils à l'Eglise en les dotant largement : Uurmoed donne pour son fils une exploitation agricole avec deux colons -, Treanton et Keuric agissent de même ; Reitwalatr, entrant en religion, apporte avec lui quatre femmes. M est inutile de multiplier plus des histoires personnelles qui se répètent : disposant à leur gré d'alleux confortables à l'aune du siècle, ces hommes libres imprègnent fortement le monde des campagnes et peuplent de leurs rejetons celui des clercs.

16Ils ne sont pas non plus sans influence sur leur paroisse : les anciens (seniores) sont les gardiens de la mémoire collective. Riuuoret, le missus de Nominoë, ordonne de convoquer les anciens de Poliac, Bains, Renac et Siz car il veut les interroger tous sur la coutume du lieu. Ils obtempèrent et fournissent les renseignements demandés sur un tonlieu disputé. Dans certains cas les seniores agissent comme une sorte de conseil municipal avant la lettre : ils se réunissent de leur propre mouvement et décident d'un commun accord d'une réclamation collective à introduire, contre les prétentions abusives de Greduuoret sur les colons de Bains par exemple. Ces hommes libres ont leur mot à dire sur tout ce qui concerne le devenir de la communauté. Dans le cas de Bains les nobles du village s'associent à leur démarche, ce qui montre bien que la noblesse locale reste encore consciente, malgré les différences de statut et de prestige, de la profonde solidarité qui l'attache à l'ensemble des libres : sur une affaire particulièrement grave, tous font front commun et agissent de concert. La consultation et la défense du petit et du moyen propriétaire libre sur son alleu paraissent naturelles : loin d'être une faveur exceptionnelle, elles sont de droit et ne soulèvent aucune objection parmi les plus fortunés. Les procédures judiciaires paysannes demeurent vivaces : les moyens propriétaires sont les meilleurs garants de leur maintien.

Le ran et le manse

17Un contraste évident souligne la limite entre les vieilles terres bretonnes à l'ouest de la Vilaine et les zones de tradition romano- franques à l'est de cette rivière ; dans ces dernières, rattachées tardivement au royaume de Nominoë, les exploitations agricoles sont beaucoup plus vastes et résultent souvent du démembrement en cours de grands domaines ou villae. A Thourie la villa Munera semble encore être une grande exploitation mise en valeur par les familles de dix esclaves non-chasés. A Grandchamp une vigne est vendue 150 sous, soit sept fois et demie le prix de vente moyen d'une ferme en territoire bretonnant. A Laillé une simple parcelle de la villa Saviniacus, acquise pour 100 sous, nécessite trente muids d'ensemencement, soit une fois encore sept fois et demie plus que la moyenne des semences utilisées en Bretagne celtique sur une parcelle de culture. Une terre est vendue 125 sous à Savenay et une autre 200 sous à Bourg-des-Comptes, près de Rennes.

  • 8 Un essai de géographie historique intéressant se lira sous la plume de Faltres (Pierre), les divis (...)

18Une fois passée la Vilaine, le paysage foncier change, il éclate en toutes petites unités en même temps que la dispersion de l'habitat s'accentue8. L'unité de base est ici le ran, très modeste tenure agricole : quatre muids suffisent à l'ensemencer, ce qui ne fait guère plus de deux hectares mis en valeur chaque année. Cependant l'exemple du ran Riantcar, dont il est possible de reconstituer les limites, montre qu'il s'agit en fait d'une exploitation de l'ordre de vingt hectares de superficie totale, deux hectares seulement étant labourés, le demeurant réservé à l'élevage et aux friches. Une correction de même ordre est probable pour les dix ran et les trois tigran d'Alarac qu'une charte de Redon permet d'entr'apercevoir.

  • 9 Voir ce qui a été dit à ce sujet au chapitre 4.

19On admettra donc que le ran corresponde à peu près au manse carolingien quant à sa surface, mais qu'il demeure plus largement inculte que son homologue franc. Son prix de vente, oscillant entre 20 et 30 sous, confirme cette modeste performance culturale qui se trouve aggravée par une certaine surpopulation puisqu'il existe des ran peuplés de plusieurs familles et des ran démembrés, fractionnés en deux (l'henteran est littéralement la moitié d'un ran). C'est dire combien les campagnes bretonnantes se trouvent encombrées de bras excédentaires malgré l'importance des zones de friches et de forêts qui serrent de près les auréoles de culture9. A l'inverse il existe des fermes beaucoup plus grandes, le randrenes ou tremissa en latin, (dont la superficie est inconnue) et le tigran. Ce dernier est un ran sur lequel on a élevé une habitation (tig), sous-entendu une habitation de plus grande valeur que la normale. On estime en général que le tigran vaut le double d'un ran puisque la charte de Redon n° 62 parle d'une « terre de quatre muids de semence appelée let-tigran ou, autrement, Ran Dreunolou ». Let signifiant moitié en vieux-breton, il s'agit donc là d'un ancien tigran partagé en deux. A l'origine, huit muids de semence étaient nécessaires, maintenant quatre, comme pour un ran ordinaire.

20La paroisse de Ruffiac est la mieux connue de toutes les communautés villageoises proches de Redon grâce à une cinquantaine de chartes établies entre 837 et 872. Sur cette « paroisse primitive » d'envion dix mille hectares (dont le territoire correspond à ceux de quatre communes actuelles) vivait une population nombreuse : les deux cents noms de parties prenantes et de témoins des divers contrats conservés permettent d'extrapoler à 1 200 environ le nombre total des habitants, ce qui est beaucoup (la région compte moins de 3 000 habitants aujourd'hui) et, compte tenu des médiocres rendements de l'époque carolingienne et de l'importance des espaces boisés, Ruffiac était surpeuplée.

  • 10 Guilcher (André), Le mot ker, Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1946 (...)

21Trente fermes sont connues à Ruffiac, dont 25 ran, réparties entre quinze lieux habités : ici, comme partout en terre celtique, la dispersion en petites cellules de peuplement regroupant quelques foyers, voire en fermes isolées, est la règle. La treb est alors l'unité territoriale fondamentale : le mot trebo désignait en vieux-celtique « un lieu habité et cultivé ». Au ixe siècle il a pris l'acception de « hameau » et, plus souvent, de « quartier » (fraction d'une paroisse). Plus tard seulement, à partir du xie siècle, la treb se verra confondue avec la trêve ecclésiastique, fraction d'une paroisse possédant une chapelle autonome Pour l'heure la treb a une valeur strictement laïque, la seule que les Gallois lui connaissent aujourd'hui. Ce hameau constitue le cadre de vie et l'horizon habituel de la plupart des paysans : le centre paroissial (vicus) ne s'en distingue guère que par la présence de l'église, mais en région d'habitat dispersé il ne regroupe à demeure qu'une fraction minime de la population sédentaire de la paroisse. A côté des mentions de très nombreux treb, le mot bot n'est pas rare dans le Cartulaire de Redon où il se trouve glosé par le latin villa ou, à deux reprises, par villare (petite villa). Ker (Caer au ixe siècle) garde son acception ancienne de « lieu fortifié » (du latin castrum) au temps de Nominoë : par la suite, et du fait de la déviation sémantique de treb, il acquiert le sens de « village » et, plus fréquemment, d'« exploitation rurale » d'un particulier10

Notes

1 Le plus récent bilan des recherches sur l'esclavage au Moyen Age est donné par Bonnassie (Pierre), survie et extinction du régime esclavagiste dans l'Occident médiéval, Cahiers de civilisation médiévale, 1985.

2 Duby (Georges), L'économie rurale et la vie des campagnes dans l'Occident médiéval, tome I, 1962.

3 Tonnerre (Noël), L'esclavage dans la Bretagne du Haut Moyen Age.

4 Planiol (Marcel), Histoire des institutions de la Bretagne, Mayenne, 1981, tome II, page 223.

5 Tonnerre (Noël), Les pays de ta basse Vilaine au Haut Moyen Age.

6 Les effets bénéfiques des invasions normandes qui contribuèrent pour beaucoup à faire saute des archaïsmes sociaux et juridiques qui étaient autant de freins à la croissance, ont été soulignés par Duby (Georges), Guerriers et paysans. 1973

7 Notamment la tenure à motte dans le Léon.

8 Un essai de géographie historique intéressant se lira sous la plume de Faltres (Pierre), les divisions territoriales de Basse Bretagne comparées à celles des contrées celtiques d'outre-Manche. Annales de Bretagne, 1956, pp. 1-17. Pour la Bretagne continentale on se reportera à un article du même auteur, les anceinne structures rurales d'après le cartulaire de Redon, Etudes rurales, 1973, pp 8-14 et aussi Guilcher (André), Le finage des champs dans le cartulaire de Redon, Annales de Bretagne, 1946, pp. 140-144.

9 Voir ce qui a été dit à ce sujet au chapitre 4.

10 Guilcher (André), Le mot ker, Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1946, pp. 35-48.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540