Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Sociétés. Hommes et cultures de Bretagne

Chapitre 11. Les comtes et les autres nobles

Texte intégral

« Romelius, illustre comte de Bretagne, était donc tenu pour un personnage très en vue du fait de l'antique lignage de ses ancêtres, mais la noblesse de son esprit autant que l'honnêteté de ses mœurs l'avaient mis bien plus en vue encore. Se trouvant en âge de contracter mariage, il s'était uni en mariage légitime à une jeune fille qui ne le cédait point à son mari en noblesse ni en vertu. On l'appelait Levenez et ce nom faisait connaître la joie que la grâce de Dieu avait départie à son âme sereine. Tous deux avaient un naturel bienveillant ; ils étaient zélés pour le culte de Dieu et doux envers leurs sujets. En effet ils n'abusaient pas, comme le font d'ordinaire les riches, du pouvoir qui leur avait été donné d'en-haut et n'écrasaient pas leurs sujets par une domination tyrannique : ils repassaient dans leur esprit cette sage pensée selon laquelle ils étaient de la même nature que ceux que la volonté de Dieu avait placés sous leur autorité par une disposition qui leur était cachée. »

Seconde Vie de saint Guénaël.

1Conwoion et quelques-uns de ses premiers compagnons à Redon sont nobles. D'autres personnages sont également désignés comme tels au temps de Nominoë. Parmi les hommes libres, en effet, est noble qui sort du rang, distingué par sa richesse foncière, son autorité naturelle sur la scène locale, son prestige ou son ascendance familiale. Sont décorés de cette épithète flatteuse ces proceres que les annalistes francs signalent parfois au détour d'un événement car ils constituent l'élément le plus huppé de l'armée bretonne. Quand ils ne sont pas de souche royale comme Samson (dont les parents étaient fils et fille des rois de Gwent et de Dyved) ou Winoc (frère du roi armoricain Iudicaël), les saints appartiennent tous à cette mouvance nobiliaire dotée de qualités et de ressorts moraux supérieurs au commun des mortels : Guénolé est issu de Fracan, un « homme illustre selon le siècle », lui-même cousin du roi breton Catovius ; le comte Perphirius, « un homme très excellent selon le siècle », engendre Paul-Aurélien tandis que Pompaia, la mère de Tudual, descend elle aussi d'une famille comtale et se trouve être la sœur de ce Riwall qui « le premier parmi les Bretons » passa en Armorique. Quant aux géniteurs de Turiau, Lelliau et Matgaen, ils sont « nobles par la race, larges en aumônes, sublimés par la miséricorde de Dieu ».

2Aussi les Bretons de Nominoë sont-ils bien conscients qu'il existe parmi eux des êtres plus nobles, d'une race meilleure, de mœurs plus affinées, d'un courage mieux trempé, des seigneurs en somme comme on prendra bientôt l'habitude de les désigner. Le paradoxe étant que les plus illustres d'entre eux en leur siècle sont aussi les plus mal connus de tous.

L'aristocratie comtale

  • 1 Merlet (René). L'origine franque de la famille des Bérenger. comtes de Rennes et ducs de Bretagne, (...)
  • 2 Guillotel (Hubert), Les origines du bourg de Donges : une étape de la redistribution des pouvoirs (...)

3D'origine austrasienne, de prestigieux lignages francs sont établis à demeure dans l'ouest de la Francie : les Guidonides ou Lambertides de Nantes, les Rorgonides du Mans attirent tout de suite l'attention par leur puissance et le rôle, parfois déterminant, que certains de leurs membres jouent dans la haute politique carolingienne. Plus discrètes, d'autres familles se sont vu attribuer des postes de responsabilité en même temps qu'eux : les Bérenger par exemple qui, amarrés à leur comté de Rennes, réussiront à traverser toutes les tempêtes, les conquêtes bretonne puis normande, et donneront à la Bretagne du xie siècle des ducs de souche franque lointaine1. De simples officiers pourront aussi se maintenir à flot durant cette époque de difficultés avant de venir se fondre dans la noblesse féodale en gestation : tel est sans doute le cas des vicomtes de Donges2.

  • 3 L'équivalent brittonique de comte est gloedic.
  • 4 Voir ce qui a été dit à ce sujet au chapitre 2.

4Sur le versant celtique de la société bretonne du ixe siècle, il existe également une aristocratie comtale dont on peut supposer qu’elle descend en droite ligne de ces ducs et de ces comtes qui se partageaient le pays aux temps mérovingiens à l'instar de ce Riwal, duc d'une partie de la Domnonée, dont la Vie de saint Guénolé garde un souvenir fugace. A vrai dire, on ignore presque tout d'eux : les mêmes « nobles hommes » qui paraissaient autour d'Erispoë comme souscripteurs de ses actes, commencent à se vêtir du titre comtal3 sous Salomon, un titre que seul Deurhoiam avait arboré, une fois, durant le règne précédent. Au mieux les comtes de Salomon ne sont pour nous que de simples noms trouvés au bas des diplômes royaux : des noms de personnes et des noms de pays car il existe alors un comté de Poher et un comté de Bro-Erec (Vannetais) clairement attestés comme tels, et aussi sans doute d'autres comtés en Cornouaille, en Léon, dans le pays d'Alet — sans compter les pagi francs annexés au royaume (Nantais et Rennais, puis Cotentin et Avranchin). Le 14 septembre 868 une notice de Redon est souscrite entre autres par quatre comtes : Rivelen, le frère de Salomon dont nous savons par un hymne de Landévennec qu'il était comte de Cornouaille, Pascweten de Vannes, Bran et Morweten dont le ressort territorial n'est pas spécifié. Le mystère de cette aristocratie bretonne demeure entier. La seule remarque que l'on peut avancer sur la foi des deux ou trois personnages un peu moins mal documentés, c'est que ces comtes autochtones se rattachent plus ou moins à la famille royale : ainsi Pascweten est-il le gendre de Salomon et cette relation de parenté peut expliquer facilement le choix de son beau-père de l'utiliser comme son représentant en mission diplomatique auprès de Charles le Chauve. Nominoë a de bonnes chances d'appartenir à la famille des comtes de Poher4.

5Le développement des relations d'homme à homme entre le roi et ses vassaux se retrouve à un niveau social moindre entre les comtes et leurs fidèles : la largesse du seigneur lui permet de conquérir les cœurs et de se constituer un réseau d'amitiés intéressées. Ainsi procède un certain Haelwocon dont parlent les Gestes des saints de Redon et qui « au temps du prince Nominoë avait été très puissant et riche ; il commanda à beaucoup de nobles et était appelé par tous “le généreux” à cause de sa conduite ». Bien d'autres hommes libres et puissants ont dû intégrer ces réseaux de fidélité parallèles ou concurrents de ceux tissés entre le roi et les nobles qui s'étaient directement commendés à lui. L'entrée en vassalité est courante dès cette époque, mais le fief n'existe pas encore.

  • 5 Au chapitre 3, en analysant les rouages de la royauté d'Erispoë et de Salomon.

6Les princes et leurs fidèles ont d'évidentes obligations militaires vis-à-vis de leur souverain : ils doivent le servir en armes et agir comme ses lieutenants. On les voit à plusieurs reprises venir grossir son ost de leurs propres contingents contre l'ennemi de l'heure, Franc ou Viking. Gurwant peut même menacer Salomon : si le roi n'acquiesce pas à son caprice d'affronter, seul avec ses hommes, le terrible pirate Hasting, il quittera pour toujours son service. Ces orgueilleuses paroles suffisent au sage Salomon pour l'autoriser à se présenter aux lieu et jour fixés pour la rencontre, mais Hasting le Viking ne viendra pas au rendez-vous. Les comtes doivent également aider le souverain de leurs conseils, et ils ne s'en privent pas comme nous l'avons déjà marqué5. C'est à peu près tout ce qu'on peut en dire. Sinon que certains ne paraissent pas tout à fait étrangers aux joies de l'esprit : saint Paul-Aurélien découvre sur l'île de Batz son cousin le comte Withur en train « d'étudier les quatre livres du saint Evangile qu'il avait écrits lui-même sur des pages depuis le début jusqu'à la fin ». Ce calligraphe amateur et nécessairement bon latiniste trouvera un émule dans la personne d'Anowareth qui, s'il n'entend pas le roman populaire, est par contre tout à fait capable de s'exprimer directement en latin devant les moines de Saint-Maur de Glanfeuil médusés,

Les machtierns

7Peu de mots sauvés du naufrage de l'ancienne société bretonne ont suscité un aussi grand nombre d'interrogations et d'hypothèses : ceci s'expliquant par le fait que les machtierns ne rentrent exactement dans aucune catégorie sociale ou juridique habituelle dans le monde occidental. En conséquence, historiens et juristes se sont trouvé longtemps désarmés devant cette réalité qui leur échappait puisqu'ils étaient incapables de la faire coïncider avec leurs schémas d'analyse ordinaires. Une certaine frange d'obscurité demeure mais si tous les mystères sont loin d'être éclaircis (peut-on d'ailleurs espérer qu'ils le seront un jour ?), des points sont assez solidement établis et ne souffrent plus guère discussion sur le fond.

8Le machtiernat est une institution panbrittonique. Le mot survit en gallois sous la forme mechdeyrn et il n'a disparu de Cornouaille britannique (où Dieu lui-même est appelé myghtern, avec le sens de roi) qu'avec l'extinction de la langue comique au xviiie siècle. Le breton quant à lui a perdu ce terme de façon précoce, dès le Moyen Age central, comme ! atteste la mauvaise graphie mathiberni au xiie siècle (les scribes ne le comprenant plus alors confondent le h originel avec un b). L'étymologie de machtiern a pu sembler faire problème : pourtant ses deux composantes sont limpides pour des celtisants (mach correspond à une racine vieille celtique du nom du « gage » et tiern à tigernos, « chef »), mais Joseph Loth le traduisait encore de façon impropre. Léon Fleuriot a restitué son véritable sens à machtiern qui donnerait quelque chose comme « chef garant » ou « chef (servant) de garant », expression qui de toute façon n'a pas d'équivalent direct dans le monde franc.

9Ses origines sont à situer dans la nuit des temps ou, plus précisément, dans la basse romanité : Gildas parlant de l'île de Bretagne la désigne comme étant « l'île des tyrans ». Cette phrase célèbre, souvent citée et encore plus souvent mal comprise, est à double sens en fait, Gildas jouant sur les mots. Le latin tyranni a une consonance assez proche du brittonique tiern, « chef », tout en signifiant bel et bien « tyrans ». L'île de Bretagne est donc dans l'esprit de Gildas à la fois l'île aux destinées de laquelle président de petits chefs locaux, les tierns, qui s'y sont partagé le pouvoir depuis le retrait des autorités romaines officielles, et l'île à laquelle ces mêmes roitelets impriment un joug capricieux en y agissant comme d'authentiques tyrans pour leurs peuples. Ce jeu de mot sera repris le 9 juillet 871 par le rédacteur d'une charte de Redon quand il marque que le machtiern Alfrit est « le tyran et le vrai tyran » de Cléguérec. On retiendra du témoignage de Gildas que les chefs autochtones de la Bretagne post-romaine étaient connus comme des tierns par leurs sujets : d'autres auteurs antiques confirment ce point. Saint Jérôme parle au ve siècle de « l'île fertile en tyrans », tandis que Procope au vie note que l'île « depuis lors demeurait sous les tyrans » sans que cela implique sous leurs plumes un quelconque jugement de valeur quant à la qualité morale de ces dirigeants. Le machtiernat est donc panbrittonique et antérieur ou contemporain des premières migrations bretonnes vers le continent.

  • 6 Sheringham (J.-G.-T.), Les Machtierns. Quelques témoignages gallois et cornouaillais, M.S.H.A.B., (...)

10Est-il pour autant « purement » celtique ? Malgré des rapprochements évidents avec l'aire forgill d'Irlande, il apparaît que la genèse de l'institution brittonique est complexe et que les machtierns ne sont pas seulement le produit de la société celtique mais résultent d'un mélange plus complexe d'influences celtique et romaine. C'est du moins l'hypothèse formulée récemment par un chercheur anglais, J.G.T. Sheringham6. Dans la Bretagne romaine, chaque cité se trouvait administrée par un conseil de décurions dont deux étaient désignés chaque année comme magistrats de la cité. Il n'est pas déraisonnable de penser, selon lui, que l'on exigeait de ces magistrats qu'ils fournissent des garants, responsables de la bonne conduite de leurs candidats et surtout cautions de leur saine gestion financière. Ainsi l'expression tigernoi serait tout simplement la traduction en brittonique de décurions et makko-tigernoi de tierns devant fournir des garants. Ensuite, après le retrait définitif de Rome, les anciens magistrats occupent l'espace de pouvoir laissé vacant et deviennent peu à peu des roitelets autonomes, mus par des considérations égoïstes. Ils gardent en même temps leur appellation traditionnelle qui s'implante sur le continent avec les immigrants bretons : les Excerpta de Libris Francorum et Romanorum, code de lois armoricaines du ve siècle, font allusion à diverses reprises aux machtierns et Fracan, le père de saint Guénolé, par exemple, à peine débarqué sur les rivages de la baie de Saint-Brieuc, y fonde une communauté qui gardera son nom, Ploufragan, le village dont Fracan était le chef. Cette reconstruction hypothétique a l'incontestable mérite d'effacer un hiatus chronologique de plusieurs siècles, tout en se situant dans une ambiance romaine à laquelle les Bretons, de toute évidence, se montrèrent longtemps fort attachés.

11Passés sur le continent, les machtierns exercent leur autorité sur une « paroisse primitive », un plou, quand nous les approchons par les textes du ixe siècle. Le machtiern est le plus grand propriétaire dans sa paroisse, ce qui ne lui interdit pas de posséder des biens ailleurs : Albrit, fils de Ritgent, achète des terres à Molac au temps de Nominoë alors que Molac a pour machtiern Iarnhitin, fils de Portitoë ; Trihoiarn agit de même à Guillac, qui relève du machtiern Riuualt. Cette richesse foncière ne suffit pourtant pas à expliquer les liens solides qui attachent le machtiern à son peuple. Quand Ratuili semble entrer en agonie, c'est tout un village qui s'afflige et c'est tout un peuple, son peuple, qui l'accompagne sur son ordre jusqu'à Redon, en larmes, menant des conduites de deuil rituelles. Conwoin sort du monastère avec ses moines et part en procession à sa rencontre. Et quand Ratuili retrouve la santé pour un temps, le même peuple se réjouit bruyamment. Ces réactions cadrent mal avec ce qu'on imagine de la mort d'un simple fonctionnaire, même apprécié de ses administrés. Elles deviennent tout naturelles, par contre, si le machtiern est le descendant authentique de celui qui menait une bande d'émigrants à la recherche d'une nouvelle patrie de l'autre côté de la mer : âme du village, incarnation familiale de son devenir, héritier d'un passé mythifié, le machtiern serait le véritable chef laïc et traditionnel de la paroisse.

12Il existe d'ailleurs des machtierns déclassés, sans le sou, qui viennent pleurer une aumône et menacer tout à la fois si on la leur refuse : Risweten et Tredoc se conduisent ainsi face à Conwoin et toute leur attitude prouve que, ruinés, ils demeurent fiers de leurs origines. Leur gêne présente les amène à monnayer tous les droits dont ils peuvent plus ou moins se prévaloir sur certaines terres contestées. Le machtiernat est affaire d'hérédité, il est le lot de certaines familles anciennes et non l'attribut des détenteurs de charges publiques : leurs terres patrimoniales ne peuvent se confondre avec les biens composant un honor de fonctionnaire carolingien.

  • 7 Si l'on ne tient pas compte des réserves exprimées au chapitre 2 quant à l'authenticité de tous ce (...)

13Rien ne s'oppose à ce que le nouveau pouvoir franc ait choisi après 753 de s'appuyer sur le machtiernat pour asseoir son autorité et lui servir de courroie de transmission entre les comtes de la Marche et le peuple subjugué : les machtierns reçoivent délégation de pouvoirs régulièrement exercés ailleurs dans l'empire par les voyers et les centeniers, agents auxiliaires du comte. La conquête signifie donc pour eux une promotion, que des liens personnels contractés vis-à-vis de l'empereur accélèrent encore : en effet on rapporte de plusieurs machtierns qu'ils étaient devenus les vassaux directs du roi franc, en particulier Ratuili qui donne en 832 à Conwoion et à ses frères remplacement du futur monastère de Redon qui relevait du fisc royal et que Ratuili ne pouvait avoir reçu qu'à titre de précaire7.

14Au ixe siècle, les machtierns se succèdent de père en fils : ce principe d'hérédité est démontré par les chartes de Redon qui autorisent la reconstitution de la généalogie de trois lignages machtiernaux. En dehors des machtierns de Bains, Ratuili mort le 8 janvier 835 et ses fils Catuuoret, mort vers 840, et Liver ou Liberius, abbé de Redon de 878 à 888, le lignage de Iarnhitin est le plus intéressant car le mieux documenté puisqu'on peut suivre sur quatre générations cette famille des machtierns de Pleucadeuc, qui exercent aussi leur autorité sur Ruffiac et Carentoir. Dans une charte datée du règne de l'empereur Charles, donc entre 800 et 814, l'aïeul, Iarnhitin, est cité comme machtiern ; il doit disparaître vers 825, laissant deux fils, Portitoë et Uurbili qui apparaîtront par la suite une vingtaine de fois dans les documents redonais. Ils sont aussi qualifiés de vassaux de l'empereur un premier juillet des années 824 ou 830. Le premier, Portitoë, n'est plus mentionné après 832 alors que le second est toujours vivant en 844. L'un et l'autre eurent trois fils. L'aîné de Portitoë s'appelle Iarnhitin comme son grand-père paternel ; il épousera Aourken et aura d'elle un fils, Dummuualart, qui ne sera jamais pourvu, lui, du titre de machtiern. Iarnhitin est encore vivant en 872 mais, déjà malade à cette date, il doit mourir peu après. Ses frères, Conuual et Hinuualatr, ne sont pour nous que des noms. Quant à son oncle Uurbili il engendra Ratuili, Catloiant et Iarnuuocon. Le premier est machtiern à Carentoir et le second à Ruffiac. Catloiant a un fils nommé Ratuili comme l'un de ses oncles, qui entre jeune en religion à Saint-Sauveur et finira sans doute sa vie comme évêque d'Alet, de 866 à 872. Des deux autres fils de Uurbili et de leur éventuelle descendance, on ne sait rien. Une troisième famille machtiernale peut enfin être reconstituée, celle de Riuualt, possessionnée du côté d'Augan et de Ploermel. De Iarnuuocon l'ancêtre, il est dit seulement qu'il était le père de Riuualt ; celui-ci fait donation à Redon de terres situées à Augan en 833 et l'an d'après il est qualifié de machtiern à Guillac. En 844 on retrouve sa trace comme machtiern à Campanéac, une paroisse contiguë à Augan. Quant à ses deux fils, Frangal et Deurhoiarn, ils connaîtront des destinées diverses : de Frangal on ignore tout ; Deurhoiarn, lui, est qualifié de machtiern en 858 dans une charte qui intéresse Augan, mais dans les années 840 il fait parler de lui surtout pour avoir assassiné Catuuoret, le fils de ce Ratuili qui fut le premier bienfaiteur de Redon. Deurhoiarn avait épousé Roiantken qui le fera enterrer à Augan en 875. Son héritier, Iarnuuocon, n'est nulle part pourvu du titre de machtiern et peut être décédé avant son père.

  • 8 Les études de prosopographie franque entreprises par l'Institut historique allemand de Paris sur l (...)

15Ces trois généalogies lignagères sont intéressantes à plus d'un titre : on aura remarqué en particulier la coutume voulant que le petit-fils premier-né prenne souvent le nom de son grand-père paternel, usage que l'on trouve également dans les lignages de la noblesse franque où le nom figure comme un bien patrimonial parmi d'autres, transmis de génération en génération selon des règles de fréquence strictes8. Tous ces machtierns sont d'ailleurs plus ou moins apparentés entre eux : c'est le cas très probablement de ceux de Bains et de Pleucadeuc puisque Catuuoret abandonne tout son héritage en Campanéac, qui lui venait de sa mère selon ses dires. Or Riuualt, père de son futur meurtrier Deurhoiarn, est machtiern à Campanéac : la mère de Catuuoret pourrait être en fait la sœur de Riuualt et son assassin, son cousin. Une douzaine d'autres machtierns apparaissent dans le cartulaire de Redon qui n'appartiennent pas à ces trois familles de Bains, Pleucadeuc et Augan ; quatre seulement sont cités avec mention de leur lieu de résidence (Guer, Pluherlin, Merdréac et Cléguérec) ; au total Marcel Planiol dénombrait 34 machtierns dont les noms sont connus et la qualité certaine, et une dizaine d'autres de possibles ou de probables.

16Le titre machtiernal est parfois rendu par le latin princeps plebis, « chef ou prince (du peuple) de la paroisse », qui sonne comme son équivalent exact au ixe siècle : dans la même charte Iarnhitin est désigné successivement comme machtiern puis comme « prince » de Pleucadeuc. Il n'existe qu'un seul machtiern par paroisse (la seule exception à cette règle n'en est pas tout à fait une : les deux fils de Iarnhitin agissent de concert comme machtierns de Pleucadeuc après le décès de leur père), mais un même homme peut exercer simultanément cette fonction dans plusieurs paroisses et rien ne lui interdit de posséder, à titre privé, des terres bien au-delà. Le ressort géographique global des grands lignages est étendu : celui de Riuualt se trouve intéressé dans six ou sept « paroisses primitives », soit une vingtaine de communes actuelles, tandis que celui de Iarnhitin contrôle quatre « paroisses primitives » soit environ 30 000 hectares et une quinzaine de communes. A l'intérieur de ce ressort, le machtiern ne possède pas toute la terre puisqu'on y relève nombre d'alleux, des terres d'église et parfois même des parcelles appartenant en propre à un autre machtiern. D'ailleurs, jamais l'un d'eux ne fait donation d'une paroisse entière ni même d'une fraction de paroisse : ceci paraît être un privilège réservé aux seuls comtes et aux rois. Les machtierns aliènent seulement des portions de leur patrimoine, comme tout un chacun serait en droit de le faire : sur ce point, il n'y a pas de différence entre eux et les autres libres. Nul doute cependant que le machtiern est localement le plus riche propriétaire foncier.

17Chef de l'ensemble des habitants d'une paroisse, il peut compter sur leur fidélité à toute épreuve : leur engagement à son égard va aussi loin que possible. C'est ce que découvre le deuxième abbé de Redon, Ritcand, quand il entreprend de réinvestir personnellement de leurs bénéfices tous les tenanciers de l'abbaye. Quatre hommes de Peillac s'y refusent tout d'abord et l'abbé doit faire appel à leur machtiern, Rivelen, pour les y contraindre : si Rivelen accepte de bonne grâce de collaborer, ses hommes par contre se montrent moins conciliants et prennent la précaution de faire stipuler en toutes lettres que, s'ils jurent bien de rester fidèles aux moines et de se montrer en tout leurs défenseurs, néanmoins « si par hasard le comte (sic) qui serait à Peillac entrait en conflit avec les moines de Redon », alors ils seraient déliés de tout engagement vis-à-vis de l'abbé à condition de rendre au préalable les terres tenues de lui. Cette fidélité personnelle implique-t-elle toutefois que le machtiern puisse à l'occasion recevoir l'ordre de son comte ou du roi de mener son peuple à la guerre ? Rien en fait ne permet de suggérer qu'il soit astreint ès-qualité à une quelconque obligation militaire. En cela le machtiernat se distingue nettement de la future chevalerie villageoise dont le métier des armes sera la raison d'être. Il paraîtrait pourtant assez naturel que le machtiern, en tant que propriétaire foncier aisé et donc susceptible de se procurer sans trop de peine des armes de valeur, figure au nombre des soldats d'élite, de ces proceres dont parlent les textes francs. Mais cette carrière belliqueuse échappe à la sphère de ses devoirs spécifiques de machtiern et les proceres ne peuvent pas être identifiés socialement avec précision ni a fortiori restreints aux seuls machtierns.

18Leurs fonctions se bornent en réalité à deux domaines bien délimités, dans l'ordre judiciaire. D'une part les machtierns jouissent d'une autorité morale suffisante pour servir de cautions, de garants lors de la conclusion d'actes privés, qu'il s'agisse d'une vente, d'un engagement de terres pour obtenir un prêt d'argent ou d'un rachat. Tous ces accords sont passés en leur présence dans la généralité des cas, parfois sur leur ordre exprès (ex verbo). Cette juridiction gracieuse s'étend au contentieux puisqu'ils règlent au niveau local les petits problèmes et les grosses disputes de la vie courante en conciliant les parties adverses. En cas de besoin, ils peuvent aussi réunir et présider le tribunal public habilité à trancher par jugement des affaires non retenues par le roi ou le comte : Iarnhitin et ses fils, par exemple, président conjointement un tribunal public composé de douze scabins. Le machtiern est donc détenteur d'une parcelle de l'autorité publique et sa charge est définie comme un pouvoir de commandement s'exerçant sur les hommes d'une certaine paroisse qu'il « domine », où il « règne » : en cela il fait fonction de vicaire ou de voyer, si l'on reprend la terminologie administrative en usage sous les Carolingiens, alors que pour le reste il exerce plutôt un pouvoir de médiation de type traditionnel au plan local.

19Cette dernière remarque est importante : l'influence des machtierns ne se fait guère ressentir au-delà des sphères circonscrites de leur petite région. Ils ne se mélangent jamais avec l'aristocratie comtale, pas plus qu'ils n'apparaissent dans l'entourage du roi ni ne participent vraiment au gouvernement du royaume. La preuve en est que, lorsque le roi convoque son conseil, il ne prend pas la peine d'y appeler les machtierns dont les lieux de résidence sont les plus proches (à moins qu'il n'ait pas les moyens de les contraindre à venir) : en 868 seul Deurhoiarn est présent à Maure dans la suite de Salomon, mais Iarnhitin de Ruffiac ou Altfrid de Médréac n'ont pas fait le déplacement. Il en ira de même à Plélan l'an d'après. Et, d'une façon plus générale, on peut remarquer que parmi les 85 laïcs ayant souscrit des diplômes d'Erispoë, on ne relève les noms d'aucun des membres les plus notables des grandes familles de machtierns de l'époque. Cette abstention, volontaire ou imposée, est troublante et traduit le fait qu'il existe au ixe siècle deux niveaux de pouvoir bien distincts : celui du roi et des comtes au sommet, et celui des machtierns à l'échelon local. La question étant précisément de savoir comment s'opérait au juste la liaison entre ces deux niveaux : sur ce point encore, les sources restent désespérément muettes.

  • 9 Merdrignac (Bernard), Les saints bretons témoins de Dieu ou témoins des hommes?, Saint-Malo, 1985, (...)

20Il convient enfin de remarquer que passé 875 le titre machtiernal est employé de façon de moins en moins fréquente dans les chartes. Parallèlement, dans les récits hagiographiques, le mot tyrannus perd progressivement à partir du xie siècle sa valeur institutionnelle pour se rapprocher du sens qui était le sien en latin classique9. Machtiern s'éteint en apparence au xiie siècle, et déjà alors il n'était plus utilisé que de façon sporadique. La lente sortie d'usage du mot ne signifie pas pour autant que la fonction qu'il désignait disparaisse, même si son contenu évolue et s'adapte à une société en mutation rapide, ni encore moins que toutes les familles machtiernales aient sombré dans la tourmente viking. Dès la fin du ixe siècle, les titres, rarement arborés jusque-là, de voyers et de vicomtes se substituent à lui et il est fort probable qu'un certain nombre de lignages de machtierns ont fini par s'agglomérer à la noblesse chevaleresque.

Vivre noblement au ixe siècle

  • 10 André (Jacques), Deux cours carolingiens du Morbihan, M.S.H.A.B., 1962, p. 49-57.

21Les machtierns sont associés à un type de résidence spécifique, lis- ou les- en brittonique, plusieurs fois glosée en latin aula « cour, château », qui leur sert et d'habitation privée et de lieu public où ils statuent couramment sur les affaires de l'heure. Le terme étant reste longtemps productif en breton, les nombreux les- aujourd'hui présents dans la toponymie de la basse Bretagne ne sont pas tous, et de loin, d'anciennes résidences machtiernales ; ils sont d'ailleurs beaucoup trop nombreux pour l'avoir tous été puisqu'on sait qu'il n'y en avait qu'un seul par « paroisse primitive ». Deux de ces cours, d'âge carolingien probablement, ont pu être décrites dans le Morbihan, Bodieu en Mohon et Luhan en Plaudren10.

22Toutes deux se présentent sous la forme d'édifices de terre dont la vocation militaire n'est pas apparente car situés à l'écart de toute grande voie de passage et bâtis sur des collines d'où la vue est très limitée. Si à l'évidence le talus qui les entoure avait un but défensif contre les incursions toujours possibles des hommes et surtout des animaux, ce ne sont pas des châteaux à proprement parler. La cour de Bodieu constitue un ensemble de fossés et de talus comprenant une butte tronconique de 3 mètres de hauteur, à pente douce, entourée d'une douve formant une ellipse d'environ 100 mètres du nord au sud et 65 mètres de l'ouest à l'est. Cette douve, c'est un fossé de 6 mètres de largeur et de 2 mètres de profondeur, bordé sur ses extérieur et intérieur de deux talus sans doute construits avec la terre rejetée lors du creusement du fossé, chaque talus ayant environ 2 mètres de hauteur. Un puits était inclus dans cette enceinte qui se prolonge vers l'ouest sur une centaine de mètres et qui jadis sans doute englobait l'actuel village de Bodieu et une surface de 5 hectares. En l'absence de fouilles ou de découvertes fortuites sur le site, aucun mobilier n'est disponible et l'ensemble est donc très difficile à dater. Moins massif que Bodieu, Luhan comprenait une enceinte circulaire et une série de talus en forme de bras, l'ensemble ayant la forme d'une paire de tenailles. L'enceinte circulaire est constituée d'un talus de 32 mètres de diamètre extérieur et de 3,5 mètres de hauteur environ : ce talus de terre était entouré d'une douve de 5 mètres de largeur et de 1,5 mètre de profondeur. Deux entrées diamétralement opposées à l'ouest et à l'est semblent aussi avoir existé. La seconde partie du monument comprend une série de talus de terre hauts de 1,5 mètre et larges de 0,5, doublés sur l'extérieur par des fossés profonds d'un mètre. Ces talus forment deux bras qui s'évasent et se referment presque à l'ouest où il devait exister un système d'entrées protégées. L'ensemble a été gravement endommagé en 1962, mais on a découvert sur le site des ardoises de couverture. D'autre part, cette cour est connue sous le nom de Lann Goh Sal (« la lande de la vieille salle », ou plutôt du vieux château) qui ne laisse guère de doute sur son utilisation première.

23Ces deux édifices ont donc bien été construits sur le même principe : une grande enceinte en forme d'ovoïde allongé, composée d'un talus doublé à l'extérieur d'un fossé. A une extrémité se trouvent des substructions (une motte tronconique à Bodieu, une construction à toit d'ardoises à Luhan) entourées de toutes parts de gros talus et de douves. Cette description archéologique laisse subsister cependant une double difficulté : malgré l'ancienneté évidente de ces édifices, il demeure difficile de leur assigner une date de construction précise : faute de mobilier probant, leur attribution à l'époque carolingienne demeure hypothétique. D'autre part, le statut social des occupants de ces cours est également imprécis : rien ne permet de les relier précisément au groupe des machtierns, d'autant que le toponyme « les Rouets » trouvé à Bodieu a incité certains historiens locaux à y voir une ancienne résidence du roi de Domnonée Iudicaël. Enfin la destination précise de la basse cour demeure mystérieuse.

24Les machtierns ne demeurent pas insensibles à l'environnement immédiat de leurs habitations : la mode veut que des bosquets d'arbres d'ornement parent leurs abords. Lorsque Riuualt, malade, gagne Redon, son cortège fait halte à Carentoir à l'abri des hêtres qui ombragent Lisnouuid, la maison du machtiern du lieu, le temps que le grabataire retrouve un peu de ses forces. D'autres hêtres se laissent deviner à proximité des cours auxquelles ils donnent leurs noms : Lesfau ou Lisfavin, Lispenfau (« le château situé au bout des hêtres »). Le bouleau est également apprécié comme en témoigne Lisbedu, la demeure de Iarnhitin. Les machtierns sont assez riches pour disposer d'objets d'apparat : le « prince » de l'île de Guernesey cède à Saint- Magloire de Sercq, contre l'emplacement de sa sépulture dans le cimetière des moines, un cheval hamaché d'étrivières en or et de toute sa sellerie, avec une épée.

25Nous ne sommes guère mieux renseignés quant à la vie spirituelle des machtierns : un seul texte pourrait nous y introduire, la donation d'Anowareth, mais précisément ce personnage n'est pas présenté explicitement comme étant un machtiern. L'affaire est assez classique : en 843 les moines de Saint-Maur (Glanfeuil) reçoivent la visite d'un petit groupe de pèlerins bretons, Anowareth et ses sept compagnons. C'est l'occasion pour nous d'apprendre qu'il y avait alors deux moines bretons vivant dans cette abbaye ligérienne, Begon et Uuincalon. Après avoir eu une vision nocturne de saint Maur lui ordonnant de se rendre au monastère qui portait son nom en Anjou, Anowareth avait pris la route en multipliant les gestes de piété : le dimanche il avait l'habitude de se prosterner à terre chaque fois qu'il venait d'achever la récitation d'une prière et, plus tard, il refusera de goûter le vin de l'abbé angevin, signe d'ascétisme notable chez un Breton... Rendu à Glanfeuil, il fait à saint Maur donation « d'une part de mes biens que je possède en Bretagne, la terre d'Anast (Maur-de-Bretagne) avec l'église dédiée à saint Pierre et sept chapelles dépendant de cette église, sauf l'église qui est située dans le domaine appelé Mermel et qui est consacrée à saint Martin. Ces biens que je donne à Dieu et à saint Maur sont libres de tout impôt venant du comte ou de quelque séculier, mais non pas à l'évêque en raison de la redevance synodale qui est de deux sous. Ce don est confirmé sur les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament. Ce don de mon alleu susdit d'Anast, si quelqu'un l'enlève à saint Maur de n'importe quelle façon, qu'il soit condamné à un perpétuel anathème et perdu pour l'éternité ». Suivent les noms de sept Bretons qui « furent pèlerins avec Anowareth et s'associèrent à ce don ».

  • 11 Planiol (Marcel), La donation d'Anowareth, Anna/es de Bretagne, 1894, p. 216-237.

26Marcel Planiol a le premier réuni et étudié le dossier de cette donation11. Si la date ne fait pas difficulté puisqu'on possède la charte originale et un extrait d'une chronique du ixe siècle qui en précise certains points, l'identité d'Anowareth a résisté à la sagacité de l'historien : il n'apparaît pas de façon certaine dans les pièces du cartulaire de Redon, ni aucun de ses compagnons. On pense en général que c'était bien un machtiern puisqu'il est dit explicitement qu'un comte aurait pu avoir un droit de regard sur sa terre d'Anast, mais en ce cas ce devait être un machtiern très riche puisque l'immense paroisse primitive d'Anast (correspondant à quatre ou cinq modernes communes) ne formait qu'une part de son patrimoine, il est troublant enfin qu'Anast soit dite constituer un alleu cohérent, ce qui est inusuel pour un plou. Une notice dressée par les moines et contenant la description des biens à eux donnés permet de penser qu'en fait Anowareth leur avait fait don des droits qu'il possédait sur sa terre, sur son domaine d'Anast, sans qu'on puisse préciser plus. Reparti en Bretagne régler quelques affaires pendantes, Anowareth ne tarde pas à revenir à Saint-Maur où il prend l'habit et où il décédera, mais ses frères perdront vite le contrôle des biens qu'il leur avait légués en Bretagne. En marge de cet épisode ligérien, on peut noter également le fait que le machtiern Iarnhitin disposait d'un chapelain particulier, le prêtre Doitanau, ce qui ne témoigne peut-être pas pour sa piété personnelle, mais plus sûrement de sa richesse et de son style de vie aristocratique.

Notes

1 Merlet (René). L'origine franque de la famille des Bérenger. comtes de Rennes et ducs de Bretagne, Mélanges Ferdinand Lot, Paris, 1925, p 549-561.

2 Guillotel (Hubert), Les origines du bourg de Donges : une étape de la redistribution des pouvoirs ecclésiastiques et laïques aux xi-xiiie siècles, Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest. 1977, p 541-552.

3 L'équivalent brittonique de comte est gloedic.

4 Voir ce qui a été dit à ce sujet au chapitre 2.

5 Au chapitre 3, en analysant les rouages de la royauté d'Erispoë et de Salomon.

6 Sheringham (J.-G.-T.), Les Machtierns. Quelques témoignages gallois et cornouaillais, M.S.H.A.B., 1891, p. 61-72.

7 Si l'on ne tient pas compte des réserves exprimées au chapitre 2 quant à l'authenticité de tous ces détails tirés d'Annales tardives.

8 Les études de prosopographie franque entreprises par l'Institut historique allemand de Paris sur l'impulsion du professeur Karl-Ferdinand Werner ont bien montré comment le nom de chacun de ses membres fait partie intégrante du patrimoine familial des grands lignages aristocratiques.

9 Merdrignac (Bernard), Les saints bretons témoins de Dieu ou témoins des hommes?, Saint-Malo, 1985, p. 176-177.

10 André (Jacques), Deux cours carolingiens du Morbihan, M.S.H.A.B., 1962, p. 49-57.

11 Planiol (Marcel), La donation d'Anowareth, Anna/es de Bretagne, 1894, p. 216-237.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540