Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Sociétés. Hommes et cultures de Bretagne

Chapitre 9. Le monde des moines

Texte intégral

« Saint Malo n'eut jamais de lit, ignora la literie, ne posa jamais sa tête dans la plume et ne prit jamais pour la nuit de vêtements qu'il n'ait déjà utilisés dans la journée. Au lieu de laine moelleuse, il était vêtu d'un cilice de laine rêche afin que le corps ne puisse se reposer entre les heures de sommeil et pendant le temps de repos. »

Bili, Vie de saint Malo.

1L'univers des moines est un continent à lui seul et, comme leur vocation contemplative ne les détourne pas d'intervenir couramment dans les affaires du temps, le monde des cloîtres renseigne aussi, plus généralement, sur les Bretons de Nominoë. De lui émane d'ailleurs la totalité des documents écrits conservés de cette haute époque : ces textes, même si tous les coins du voile ne sont pas levés, nous renseignent un peu moins mal sur les moines que sur les autres catégories sociales.

2Chez eux des changements importants sont en cours au ixe siècle, entraînant leur cortège de tensions et d'interrogations ; de ces évolutions, on peut saisir des manifestations concrètes, en subodorer d'autres. C'est qu'une mutation de grande ampleur, d'une amplitude inégalée jusque-là, s'effectue alors : le monachisme celtique traditionnel est fermement invité à se mouler dorénavant dans les formes renouvelées de la règle de saint Benoît et, comme toute mutation brusque, celle-ci ne s'effectue pas sans tâtonnements ni sans traumatismes.

Le siècle de gloire des abbayes bénédictines

  • 1 Ce diplôme a été conservé par Gourdisten qui l'a inclus dans sa Vie de saint Guénolé. Il semble qu (...)

3Un diplôme de Louis le Pieux1 nous apprend qu'en 818 les moines de Landévennec sous la direction de leur abbé Matmonoc doivent abandonner leurs coutumes antiques qualifiées de « scottiques ». L'empereur ordonne par la même occasion que toutes les abbayes bretonnes se mettent en conformité avec l'usage universel dans son empire : la règle de saint Benoît, récemment revue et amendée par son ami Benoît d'Aniane, supplantera les règles monastiques préexistantes. Ce souci d'uniformité dans la louange divine est bien dans le style des Carolingiens, restaurateurs d'un empire franc à l'idéal centralisateur, au sein duquel les particularismes sont combattus. Il reflète également la personnalité d'un homme dont l'éducation et les goûts étaient ceux d'un clerc. Toutefois il s'inscrit aussi dans le cadre d'une politique plus large visant à faire de l'appareil ecclésiastique un instrument du gouvernement temporel, l'autel se trouvant en pratique subordonné au trône. Dans une région aussi instable que la Bretagne en 818, la mise en place d'un réseau de maisons bénédictines réformées ne peut, dans la pensée de l'empereur, que faciliter la pénétration de son pouvoir. Louis le Pieux avait accordé peu auparavant un diplôme d'immunité et de protection au monastère de Saint-Méen de Gael, par un diplôme de 816.

4Mais c'est à Redon que l'influence bénédictine se fera le plus sentir une fois que l'empereur aura entériné la fondation nouvelle en 834 : Saint-Sauveur (une dévotion particulièrement chère au cœur de Louis le Pieux) adopte la règle de Benoît d'Aniane pratiquement dès sa création en 832, et en novembre 834 il peut se targuer d'être devenu une abbaye impériale dont les moines doivent prier plus spécialement pour leur souverain, alors en difficulté. Plus tard Charles le Chauve continuera l'œuvre paternelle en prenant Redon sous sa protection et en lui accordant le privilège de l'immunité ; surtout, par ce même diplôme du 3 août 850, il promet aux moines qu'ils seront dorénavant délivrés de toute obligation fiscale envers lui et qu'ils pourront élire en toute liberté leur abbé (la règle de saint Benoît insistait sur ce point qui, en pratique, se trouvait pourtant très rarement respecté). Le roi Salomon confirmera encore ce dernier privilège le 29 août 869. Saint-Sauveur est donc clairement favorisé comme devant figurer en Bretagne le phare du bénédictinisme royal. Et de fait l'abbaye applique la règle et jouit de ses privilèges : elle assume le rôle de modèle qu'on attendait d'elle, tant à l'intérieur de sa clôture que vis-à-vis de l'extérieur.

5Les moines redonais vivent en communauté, partageant selon les recommandations du « père des moines » le même dortoir : ils eurent d'ailleurs quelque mal à le construire puisque « alors que les saints frères édifiaient un dortoir et superposaient poutres et lambris, beaucoup de monde s'entassait néanmoins à l'intérieur et à l'extérieur. Soudain, tous les liens des poutres et des lambris lâchèrent au milieu des gens, ce qui provoqua un grand bruit et un désordre important ». Ils partagent leur temps entre l'oraison personnelle ou liturgique, le travail intellectuel, et le travail manuel qui, dans les premiers temps au moins quand tout restait à faire, a une grande importance dans leur vie. On voit des frères aux champs, d'autres s'occuper des ruches ou du potager en ces temps héroïques que chantent leurs Gesta. Des bâtiments annexes sont prévus pour accueillir les pauvres et les pèlerins comme, à la même époque, le stipulent les Statuts d'Adalard abbé de Corbie. Une hiérarchie interne s'organise autour de Conwoion pour le seconder dans sa tâche : Leuhemel sera longtemps prévôt tout en s'occupant des pauvres, Condeloc doyen, Anaubritou sera cellérier en 892 (dans les Vies de Samson et de Magloire, le cellérier est appelé « économe »). La règle bénédictine y apparaît respectée de bout en bout, sinon dans la lettre, du moins dans son esprit. Conwoion et ses frères se démènent pour réunir des reliques gallo-romaines (celles de saint Hypothème « empruntées » à l'église d'Angers) ou romaines (celles du saint pape Marcellin, celles-là rapportées en toute légalité). Rien, sinon la jeunesse de la communauté et sa relative pauvreté, ne la distingue des plus grandes abbayes carolingiennes dont elle s'efforce d apparaître comme le décalque en terre bretonne.

  • 2 Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints et des rois. Rennes, 1980, page 2 (...)

6Et ce modèle réformé tend à se répandre à travers la péninsule : la Vie de saint Turiau permet de penser qu'à Dol l'abbaye comporte trois sanctuaires comme c'était le cas à Saint-Riquier par exemple. A l'occasion des principales solennités, les moines se rendent en procession d'une église à l'autre pour y célébrer des offices successifs. A Dol ce triangle déambulatoire s'appuyait sur l'actuelle cathédrale, l'église Notre-Dame distante d'environ 250 mètres et la basilique Saint- Martin, lieu de la sépulture de saint Turiau. De même l'abbaye de Redon compte au moins deux églises, peut-être trois : un acte du 25 juillet 858 parle de « la grande église », celle de Saint-Sauveur, ce qui suppose qu'il y en ait au minimum une autre. Hubert Guillotel a récemment décelé une influence carolingienne dans le plan de l'ancienne abbaye de Saint-Jacut2. L'église de Saint-Maixent, fondée par Salomon entre 862 et 864 pour être ensuite donnée à Redon, rasée en 1893, voyait s'ouvrir dans l'axe du chevet une petite chapelle rectangulaire de 3,62 sur 2,75 mètres : cette organisation se retrouve à Saint-Germain d'Auxerre (841-860) et à Flavigny (857-864) ; cet édifice, postérieur d'un quart de siècle à saint-Philbert-de-Grandlieu, possédait comme lui un nartex, un transept et un chevet entouré d'un déambulatoire. L'influence carolingienne, relayée par Redon, se fait aussi sentir dans la vie interne de certaines communautés monastiques : l'exemple le mieux détaillé est celui de Saint-Magloire de Léhon, de fondation récente elle aussi (Nominoë aide activement à sa création), dont un frère vient à Saint-Sauveur s'enquérir de la bonne règle pratiquée par ses moines, avant d'y mourir en odeur de sainteté.

7Signalons au passage que c'est au ixe siècle, vers 870, quand le royaume breton avait atteint son apogée, que le moine Bernard décrit pour la première fois la situation exceptionnelle du Mont-au-péril-de-la-mer : « Au sommet du mont, il y a une église en l'honneur de saint Michel et chaque jour, par deux fois, le matin et le soir, la mer déborde et encercle le mont et les hommes ne peuvent se rendre au mont tant que la mer ne s'est pas retirée. Cependant, à la fête de saint Michel, la mer n'encercle pas le mont et tous ceux qui viennent pour prier peuvent atteindre le mont à toute heure. »

  • 3 Fleuriot (Léon), Les évangéliaires du haut Moyen Age, Artistes, artisans et production artistique (...)

8La plus belle réussite de la greffe carolingienne en Bretagne, la plus durable dans ses productions en tout cas, il faut aller la chercher dans le scriptorium des grandes abbayes réformées. Là, dans le silence et le recueillement, œuvrent des moines savants qui composent, illustrent ou copient ces Vies sans lesquelles nous connaîtrions si peu et si mal ces siècles anciens. Quelques enluminures nous introduisent dans l'intimité de l'atelier : on y reconnaît tel ou tel des évangélistes travaillant sur un siège de bois recouvert d'un tissu rembourré et muni d'un dossier droit pour rendre moins pénibles les longues stations assises, les pieds posés sur une chaufferette, devant un pupitre incliné. Le scribe tient une plume d'oie dans une main, un couteau dans l'autre avec lequel il taille sa plume à moins qu'il ne lui serve à gratter les fautes sur le parchemin. Tous les grands monastères ont abrité des scriptoria dont l'activité de création et de copie est intense dans la seconde moitié du ixe siècle : le paléographe allemand Bischauff a reconnu de 120 à 150 manuscrits de provenance bretonne continentale, chiffre énorme comparé aux 28 manuscrits anglo-saxons connus pour la même période3... Une quarantaine de ces textes renferment des gloses bretonnes, dont une dizaine en grand nombre. Parmi les manuscrits reconnus avec certitude, 89 peuvent être datés du ixe siècle, 15 du xe et 39 du xie : cette répartition séculaire est en elle-même hautement significative des bienfaits de la renaissance carolingienne en Bretagne, une contrée qui apparaît comme un actif foyer intellectuel dans l'Europe du temps. Un important travail de classement et d'étude de tous ces manuscrits reste à faire, et il s'en découvrira certainement d'autres dans les années à venir.

  • 4 Duine (François), Mémento des sources hagiographiques de l'histoire de Bretagne. Rennes, 1918 four (...)
  • 5 Il est amusant de constater qu'aujourd'hui comme hier les premiers livres de l'Enéide sont les mie (...)

9Les auteurs monastiques peuvent s'appuyer dans leur tâche sur des bibliothèques non négligeables : Gourdisten cite dans sa Préface à la Vie de saint Guénolé toutes les autorités qui lui ont servi, prétend-il, à la composer. « Sans parler de ce que nous avons puisé nous-mêmes aux sources de la Sainte Ecriture ni de ce que nous avons extrait de la racine solide des gestes dudit saint, les auteurs à l'aide desquels nous avons complété notre texte sont : Augustin, Isidore (de Séville), Grégoire (le Grand) pape romain, Jean (Chrysostome) de Constantinople, l'abbé Pymen (de Sceté, en Egypte) interrogé par l'abbé Joseph. » Les savantes recherches du chanoine Duine, reprises et complétées par François Kerlouégan4, ont permis de détecter les citations d'auteurs latins laïcs et ecclésiastiques dans les Vitae : en tête arrive bien sûr Virgile, le maître en poésie du Moyen Age, mais de nombreux autres emprunts à des auteurs « classiques » ou à ceux de la basse latinité sont décelables et témoignent d'une culture étendue sur laquelle les ouvrages scolaires ont imprimé, comme de juste, leur marque indélébile5.

10Entre tous les hagiographes spécialistes du maniement du verbe se tissent de solides liens d'amitié : Gourdisten pleure le moine Clément, son frère à Landévennec, trop tôt disparu : « Clément, serviteur du Christ, qu'une mort prématurée, hélas ! a surpris dans la force de l'âge il n'y a pas longtemps, avait chanté celui-ci (saint Guénolé) dans un hymne à sa louange, parfaitement composé selon les règles de la métrique », tandis que Gourmonoc se réclame du même Gourdisten qui avait été son précepteur dans sa jeunesse. Ces réseaux d'amitié et d'estime entre lettrés se retrouvent dans la partie orientale de la Bretagne : Bili dédie sa Vita de Malo à Ratuili « son maître vigilant, le meilleur peintre et le plus sévère des juges en matière de peinture (littéraire) » et, devenu évêque d'Alet, Bili sera à son tour qualifié « d'homme assez versé dans les études littéraires » par le rédacteur d'une Translation de saint Malo. Ratuili, quant à lui, est sans doute l'auteur des Gestes des saints de Redon : c'est lui en tout cas qui préside aux obsèques de l'abbé Conwoion en janvier 868 dans le monastère de Maxent. Le monde des auteurs est décidément petit dans la Bretagne de ce temps, il se fréquente et se connaît bien, ce qui ne l'empêche pas de s'apprécier sincèrement, ce qui est déjà plus rare...

  • 6 Riché (Pierre), Les hagiographes bretons et la renaissance carolingienne, des mots de grec étaient (...)

11L'intense activité intellectuelle des scriptoria bretons est. bien entendu, à mettre en relation avec la Renaissance carolingienne à laquelle Louis le Pieux plus que son père donne une impulsion décisive : dans toute l'Europe occidentale les lettres latines sont à nouveau explorées, honorées, épurées des barbarismes et des solécismes qui avaient pu les souiller, restaurées dans leur grandeur et même améliorées, si l'on peut dire, par l'emploi d'un vocabulaire recherché et de tournures précieuses. La Bretagne ne reste donc pas à l'écart de cette Renaissance6. Cependant, derrière cette façade attendue, se laissent découvrir un certain nombre d'indices qui, réunis en faisceau, suggèrent que des formes de résistance culturelle consciente sont à l'œuvre au moins dans certains scriptoria (comme Landévennec). La mise au pas de l'exubérant imaginaire celtique et l'alignement artistique sur les modèles franc et romain sont-ils vers la fin du ixe siècle plus apparents que réels une fois qu'on abandonne Redon des yeux ?

  • 7 Kerlouégan (François), Approche stylistique du latin de la Vita Pauli Aureliani, Landévennec ou le (...)
  • 8 C'est l'opinion de M. David Dumville, le meilleur connaisseur actuel de la question.

12Certes, le latin des hagiographes est grammaticalement irréprochable ; il n'est pas pour autant uniforme sur toute l'étendue du royaume de Nominoë. Les centres de production orientaux, qui usent d'une langue limpide et classique (Redon, Dol), s'opposent aux centres occidentaux, et d'abord à Landévennec, dont la langue apparaît pour le moins complexe et recherchée, souvent à l'excès, dans son vocabulaire. Gourdisten et son fils spirituel Gourmonoc affichent leurs prétentions à bien écrire, c'est-à-dire à utiliser des termes rares voire inédits, des constructions alambiquées qui rendent pénible leur lecture. Gourmonoc est un champion de la phrase longue à l'intérieur de laquelle les syntagmes constituants s'emboîtent et se répondent sur plusieurs lignes d'écriture. Cette maestria, il la déploie dans sa préface et dans les premiers chapitres de la Vie de saint Paul ; ensuite il adopte un style plus simple7. A-t-il seulement voulu donner la preuve de sa dextérité d'école ou bien, lassé des critiques acerbes de ceux qui trouvaient trop difficile sa façon de faire (« je m'attends à être défendu des dents insensées des envieux qui me flattent en ma présence mais me critiquent en mon absence ; ils n'ont de cesse de me calomnier. Mais leur diffamation sera l'expiation de mes péchés »), a-t-il délibérément fait choix d'un retour à une expression plus abordable ? Toujours est-il que le mode d'écriture préféré de ces hagiographes s apparente à celui des Hisperica Famina, ces poèmes latins au vocabulaire plus que rare et aux constructions extraordinairement entrecroisées dans leur gratuité. Imputés par la tradition à l'Irlande, ces textes ne sont en fait pas étrangers à la Bretagne armoricaine8 et, d'une façon générale, les spécialistes ont tous noté le goût des Celtes pour les jeux de mots obscurs, les termes abscons et les phrases à n'en plus finir. La découverte de ce latin bizarre, « baroque » (François Kerlouégan), sous la plume de Gourmonoc, en vif contraste avec le « classicisme » des Vies de l'Est (Redon, Léhon, Alet) et le « romanisme » du dolois de la Vita Turiaui, choque et énerve le lecteur ; ses juges ne l'ont pas ménagé ; toutefois ces appréciations esthétiques défavorables ne peuvent faire oublier que cette langue n'est pas celle d'ignorants ou de maladroits, loin de là. Les auteurs l'ont consciemment voulue telle, assumant par avance le risque des sarcasmes, même parmi leurs propres frères moyennement instruits ou moins portés sur la difficulté. Pourquoi ? Gourmonoc répond en partie à cette interrogation : les étudiants, dit-il, trouveront dans son œuvre matière à exercer leur sagacité de grammairiens. L'excuse serait suffisante si d'autres indices ne venaient suggérer que le refus du latin restauré et normalisé promu par la cour carolingienne s'inscrit dans un courant plus large d'irrespect envers les instructions officielles. Un irrespect qui ressemble fort à un détournement délibéré.

  • 9 « Le rejeton monstrueux, c'est le breton : à Landévennec en particulier et en d'autres lieux indét (...)
  • 10 Guillotel (Hubert), Recherches sur l'activité des scriptoria bretons au ixe siècle, M.S.HA.B., 198 (...)
  • 11 Alexander (Jonathan J.C.), La résistance à la domination culturelle carolingienne dans l'art breto (...)

13En effet un problème aurait dû intriguer les historiens de l'art : celui posé par les enluminures contenues dans les manuscrits bretons illustrés du haut Moyen Age. Ils ont préféré le traiter par le mépris, n'y voyant qu'un galimatias de formes grossières qui ne pouvaient sortir que du cerveau d'artistes débiles9. Les plus aimables des critiques n'y ont reconnu que des imitations malhabiles des modèles francs (et spécialement tourangeaux)10. Cet évident manque de sympathie vient d être battu en brèche par un historien d'art britannique, J J.G. Alexander : partant du principe qu'il ne sert à rien d'interpréter de façon a priori négative une œuvre d'art quelle qu'elle soit, il lance l'hypothèse que ces enluminures d'apparence fruste et barbare (les évangélistes, par exemple, sont plusieurs fois représentés sous la forme d'un monstre hybride, avec un corps d'homme et une tête d'animal ; on retrouve d'ailleurs ce mode de représentation dans l'Eglise copte) témoignent non pas de l'échec patent du copiste mais de son refus délibéré des présupposés de l'œuvre carolingienne ainsi réinterprétée. « Ici non seulement les artistes rejettent une représentation fondée sur une vision humaine de la réalité perceptible, ce qui est un style d'inspiration classique, mais ils représentent en outre les évangélistes comme quelque chose d'autre qu'humain ; c'est dire qu'ils repoussent une iconographie d'inspiration classique, à savoir le portrait d'auteur basé sur les représentations en art classique de poètes et d'écrivains inspirés. »11 Il est important de constater que ce refus délibéré des règles esthétiques courantes s'applique à cinq Evangéliaires du ixe siècle contenant des représentations « anthropo- zoomorphiques » (dont deux sortent à coup sûr du scriptorium de Landévennec) mais aussi à un autre groupe de cinq Evangéliaires moins singuliers par rapport aux modèles tourangeaux dans leurs thèmes mais tout aussi dissonants quant au respect des conventions picturales du temps. Ce dernier groupe a toutes chances d'être l'œuvre de scriptoria d'abbayes moins distantes de la Francie que ne l'était Landévennec, ce qui montre bien que ce mouvement de résistance culturelle passive n'est pas le seul apanage des frères de saint Guénolé, enfermés dans on ne sait quel irrédentisme cornouaillais.

14Sur un mode plus classique, la philosophie générale de la production hagiographique va dans le sens d'une défense et illustration du passé breton (hormis à Redon qui n'a évidemment pas de tradition ancienne à défendre) : un effort considérable est réalisé au cours du ixe siècle pour coucher par écrit les traditions relatives aux antiques pionniers de la religion révélée, saint Guénaël, saint Guénolé, saint Paul-Aurélien, saint Magloire, saint Malo et d'autres saints encore sans doute. Par la même occasion les moines rapportent en long et en large les gestes supposés de ces hérauts de la vraie foi, mais aussi la façon dont ils vivaient, les usages de leurs communautés. Manifestement les hagiographes n'ont pas envie que tout cela s'oublie, même si leur mode de vie diffère maintenant de celui de leurs pères. Cet attachement au passé religieux de la péninsule est rendu d'autant plus fortement que, par un vif contraste, le silence est total sur saint Benoît et sa règle, sous laquelle pourtant ces moines sont censés vivre à présent ! Aucune référence explicite n'y est faite, sauf dans la Vie de saint Martin de Vertou, en pays nantais, dans une ambiance différente de celle de la Bretagne « historique » : son auteur n'hésite pas à prétendre que saint Martin « établit aussi la norme de la règle ; on dit qu'il importa celle-ci, remarquable par sa difficulté, des régions transalpines ». Ainsi, dès sa fondation, Vertou aurait connu et pratiqué la règle de l'Italien Benoît de Nursie mort en 537 : c'est pousser là un peu loin le patriotisme bénédictin !

  • 12 Le monde monastique breton ne constitue pas un bloc unique ; ses réactions peuvent donc avoir été (...)

15Cette référence demeure isolée. Par contre il n'est pas niable que si la règle bénédictine s'est imposée dans le courant du ixe siècle, la pénétration des dévotions franques reste marginale ou nulle en dehors de Redon qui collectionne les reliques gauloises et italiennes. Les listes de corps saints emmenés par les moines lors de leur grand exode devant les Vikings vers 920 témoignent qu'ils ne possédaient alors aucune relique étrangère à la Bretagne ou que, dans le cas contraire, et ce serait encore pire, ils ne se donnèrent pas la peine d'entreprendre de les sauver... C'est dire assez les limites de la pénétration carolingienne dans les cloîtres bretons : l'adoption de la règle de saint Benoît se fait à l'évidence sans enthousiasme aucun12. Parfois même elle se heurte à des résistances déclarées et entraîne des troubles : c'est du moins ce que suggère un passage confus des Gestes des saints de Redon dans lequel on voit un nommé Britoc, après une phase érémitique, se réfugier à Redon parce que son abbaye de Saint-Magloire de Léhon est agitée de dissensions car « à l'exemple des saints moines de Redon, ces frères de Léhon désiraient mener une vie régulière » ; elle n'a plus d'abbé pour la diriger dans la tempête, celui qui exerçait cette fonction ayant préféré démissionner pour se retirer dans la solitude, Saint-Sauveur saura y restaurer l'ordre... et s'annexer cet établissement. Ces tensions et ces contestations, exprimées sur des modes différents, dont l'addition impressionne. trouvent leur principe dans le refus, parmi les premières générations, d'une réforme imposée de l'extérieur dans un contexte de conquête militaire, dans la conscience aussi (le culte nostalgique même) de l'antique dignité des traditions monastiques celtiques qui ne paraissent pas avoir démérité à l'heure où on les abandonne, dans une dose enfin, plus difficile à jauger, de patriotisme breton. La longue survivance de pratiques non bénédictines jusqu'aux portes des grandes maisons réformées alimente facilement cette sourde remise en cause de l'alignement obligatoire sur les normes universelles arbitrairement définies par la règle modernisée de saint Benoît d'Aniane.

Le souvenir lancinant du monachisme celtique

  • 13 C'est le cas de Dol, Saint-Pol-de-Léon, Saint-Brieuc et Tréguier. La vie de ces monastères échappe (...)

16La situation interne du monde monastique breton est complexe au temps de Nominoë : pour la clarté de l'exposé, on peut distinguer trois et peut-être quatre genres d'établissements cénobitiques et érémitiques juxtaposés dans le temps et dans l'espace. Les grandes abbayes bénédictines, dont certaines deviennent sièges d’evêchés territoriaux dans le courant du ixe siècle13, sont environnées de monastères plus petits, indépendants d'elles. Une fois encore c'est l'exemple de Redon qui se trouve le mieux documenté : les pièces anciennes contenues dans son cartulaire citent six maisons dans son entourage immédiat et quatre autres un peu plus éloignées. Cette forte densité des fondations religieuses a toutes chances de valoir pour le reste de la Bretagne et il s'en crée toujours de nouvelles au ixe siècle, témoin le monastère de Rosgas ou Botgarth fondé par Uuoruuelet, un laïc, entre 814 et 825 sur les rives de l'Oult, dans la paroisse de Pleucadeuc : « Cette charte enseigne et constate qu'un homme du nom de Worwelete vint demander au machtiern Iarnhitin un lieu où faire pénitence de ses péchés, et Iarnhitin lui en donna un appelé Rosgal, autrement dit Botgarth ; ensuite mourut Worwelet. Après sa mort, son fils Worworet se rendit à Lisbedu près du susdit tiern Iarnhitin, auquel il apporta deux flacons d'un excellent vin, et qui avait alors pour mediatores le prêtre Doitanau son chapelain et Hawori maire de Pleucadeuc. Et dans cette villa de Lisbedu Iarnhitin, en qualité de prince héréditaire, donne le lieu susdit à Wonvoret en perpétuelle aumône, avec permission de couper, arracher et défricher tout autour autant qu'il pourrait de bois et de forêt, comme un ermite au désert qui n'a que Dieu pour maître. »

17Des liens peuvent exister avec Saint-Sauveur puisque plusieurs abbés au siège inconnu y paraissent, tels Finoe, Feleus, Moruueten et Cenmunoc mentionnés en 868 en compagnie du nouvel abbé de Redon Ritcant. Certains de ces établissements finissent par tomber d'une façon ou d'une autre dans l'obédience de Redon (Sent Ducocca, Castel Uuuel et Sent Thovi), mais la plupart paraissent bien avoir sauvegardé leur indépendance et perpétué leurs traditions propres au moins jusqu'aux invasions vikings.

  • 14 Cinq tombes de romani, c'est-à-dire de Byzantins, sont encore visibles au monastère des Sept-Eglis (...)

18La vie monastique est normalement communautaire, mais des gradations sont permises. Il existait peut-être encore en Bretagne armoricaine à l'époque carolingienne des laures établies sur le modèle de celles de Palestine et de Thébaïde : il s'agirait alors de couvents formés de cellules séparées, disposées le long d'une rue intérieure, constituant donc une sorte de petit village, les frères ne se réunissant que pour l'office dominical et passant le reste de leur temps à méditer et à travailler, chacun de son côté, dans une silencieuse oraison. L'île Lavret, refuge de saint Budoc, tire sans doute possible son appellation (Insula Laurea) d'une telle laure. D'autre part Gourdisten présente Guénolé comme disant un jour à ses disciples : « Allons tous en confiance prier Dieu, chacun en son particulier. » L'origine orientale et très antique de pareils établissements est à remarquer : les chrétientés des pays celtiques ont puisé directement à la source, s'inspirant de l'exemple de la vie des pères du désert sans attendre que saint Martin et ses disciples ne répandent un monachisme plus tempéré dans la Gaule du ive siècle, puis elles se sont montrées conservatrices dans leurs usages grâce, semble-t-il, à des contacts longtemps préservés avec l'Orient (la présence de moines grecs et même d'un Arménien est avérée en Irlande au viie siècle)14. Nous aurons l'occasion de relever d'autres traces de cette influence profonde, ne serait-ce que chez Gourdisten qui compare ses frères de Landévennec aux moines de l'Egypte et cite parmi ses sources l'œuvre de l'abbé Pymen, abbé de Sceté en Egypte également.

  • 15 Martin (Hervé), Les Franciscains bretons et les gens de mer. De Bretagne en Acàdie (xve début xvii (...)
  • 16 Largillière (René), Les minihis (il s'agit d'un article posthume édité d'après les papiers laissés (...)
  • 17 Merdrignac (Bernard), « Cheval de bois et cheval d'orgueil Hagiographie et folklore dans les vies (...)

19Toutefois la vie semi-communautaire des laures n'apparaît plus que comme résiduelle, si elle existe encore ; par contre l'erémitisme est bien vivant et ce mode de vie va demeurer très populaire : la Bretagne connaîtra au xiie siècle une véritable renaissance de l'érémitisme, sans évoquer même l'aventure de certains franciscains du xve siècle établis sur le site d'anciens établissements érémitiques du haut Moyen Age15. La règle de saint Benoît ne s'y oppose d'ailleurs pas formellement dans le cas d'une minorité de moines instruits et désireux de rechercher un contact plus étroit avec Dieu dans la solitude : leur abbé peut les autoriser, pour un temps, à s'éloigner licitement de la communauté. C'est la voie choisie par Gerfred, moine de Saint-Maur-sur-Loire (Glanfeuil) qui vivait en anachorète dans la forêt de Coët Wenoc sur les bords de l'Ellé avant de gagner Redon, où il introduit la règle de saint Benoît, puis de réintégrer, le bon grain étant semé, son cloître d'origine. Mais la grande majorité des ermites bretons ne s'embarrasse nullement de solliciter une telle autorisation : de leur propre chef, ils se réfugient dans la solitude du « désert » et y mènent une vie ascétique. Leur modestie fait que nous n'avons pratiquement aucun renseignement sur eux ; au mieux leur mémoire se perpétue dans un nom donné à une fontaine ou à un oratoire, parfois à un minihi (du latin monachia) pourvu de privilèges juridiques16. Il semble toutefois que l'usage ait voulu que l'ermite s'adjoigne un compagnon : le moine Gerfred, déjà mentionné, vivait sous la direction du Breton Fidweten avec lequel il part pour Vannes puis pour Redon. Sur l'îlot d'Aaron, saint Malo vit avec son moine. Au xiie siècle encore Robert, ermite et futur évêque de Quimper, souscrit à une charte du Cartulaire de Quimperlé avec Christian « son compagnon ». Cette habitude de la corésidence finit par faire germer des soupçons dans les esprits mal intentionnés : la Vie de saint Malo renferme trois allusions très claires aux problèmes sexuels que certains imputaient au saint. Par deux fois il est injustement accusé, de son vivant et après sa mort quand il s'agit alors de salir sa mémoire, d'être ou d'avoir été « toujours en route non pour dire des prières mais pour chercher quelque bonne fortune ». Les rapports de Malo avec son moine Riwan sont également mai interprétés : un jour, des hommes mauvais ligotent ce dernier et l'abandonnent sur la laisse de mer. « Saint Malo sortit, inquiet pour son serviteur. Montant sur un cheval, il parvint à l'endroit où son serviteur était attaché et, l'en arrachant, il mit le cheval à sa place. Et alors les envieux vinrent en se moquant du saint et en disant : "Prends ton cheval dans ta chambre." » Le mauvais jeu de mots sur marc'h (cheval) et merc'h (fille) masque à peine l'accusation sacrilège d'homosexualité...17.

  • 18 Le goût de l'ascétisme extatique, la vocation missionnaire, la place très seconde de la méditation (...)

20Contrairement à une idée largement répandue, il n'a jamais existé de « chrétienté celtique » constituée en tant que telle. Chaque église, chaque abbaye suivait ses propres règles. Bien sûr des tendances générales leur étaient communes18 mais le particularisme local était cultivé de façon jalouse dans le cadre du particularisme « celtique » qui n'est, en définitive, le plus souvent, qu'un archaïsme maintenu. Pour les moines, il n'existait donc ni ordre ni règle unifiée bien qu'il se constituât des fédérations de monastères indépendants. Cette situation de désordre, d'anarchie apparente, était insupportable pour les souverains francs mais elle était tout autant intolérable aux yeux de l'Eglise romaine dès l'époque mérovingienne (à Byzance au contraire la marge de tolérance aurait été bien plus grande !) : en conséquence, les Bretons durent abandonner certaines de leurs habitudes qui, il faut bien le préciser, ne remettaient pas en cause le dogme ni la communion avec l'Eglise universelle. Ainsi il n'est plus fait état en Armorique au ixe siècle de la fameuse question de la date de Pâques, preuve que les clercs bretons se sont dès auparavant ralliés au calendrier romain universel. Louis le Pieux relève en 818 leurs « usages scottiques » : la forme de la tonsure des moines celtes différait de celle ailleurs pratiquée dans son empire, et cela le choque ! Problème mineur en apparence, qui prend ici valeur de symbole.

21Le meilleur condensé de la spiritualité traditionnelle des moines bretons est fourni par le résumé de la vie et des exercices de saint Guénolé. Frère Clément s'exprime vers 860 et écrit que « à partir de ce jour où il entreprit de construire son loc, jamais il n'usa de vêtements de laine ou de lin, mais toujours de poil de chèvre. Jamais il ne dormit dans un lit garni de plumes ou de tissu, ou même de paille ; il se servait en guise de plumes de rudes enveloppes de châtaignes. Mais pour les pèlerins il prenait goût aux tapisseries peintes, aux sables mêlés de petits cailloux. Au lieu d'oreillers de soie, tissés de byssus et de lin, il se contentait de soulever sa tête et de fixer ses pieds avec deux pierres posées de part et d'autre. Quoi encore ? Le vêtement qu'il portait le jour, il le gardait la nuit.

22De pain de froment il ne mangeait guère que ce qui était nécessaire pour le saint sacrifice, mais il se nourrissait d'un peu de pain d'orge mêlé de cendres à poids égal, sauf en Carême où, s'abstenant de manger des deux et des trois jours, il y mettait davantage de cendre, en mémoire de celui qui dit : "Je mangeais comme pain de la cendre." Tel était son régime : un plat fait de la susdite farine, ou de légumes, sans la moindre graisse. Les samedi et dimanche il usait modérément de fromage délayé à l'eau, ainsi que de quelques petits poissons à cause de la Résurrection.

23Sa boisson était celle que l'on fabrique à partir de l'eau et du suc des pommiers des champs ou des bois. Aussi bien lui que les siens se contentaient d'une telle boisson. Jamais on ne l'a vu parler autrement que de choses spirituelles, en paroles frivoles ou vaines. Aussi venait-on lui présenter beaucoup d'aveugles, de sourds, de lépreux, de boiteux, de paralytiques, de démoniaques et autres genres de maladies ou d'infirmités, qui s'en retournaient guéris par lui. Désormais en long et en large à travers toute la Bretagne étaient célébrés son nom et ses mérites ; tous voulaient contempler son visage resplendissant comme celui d'un ange, et on ne l'appelait plus moines mais ange au milieu des hommes. »

  • 19 C'est le crossfigill des Irlandais.

24Un ascétisme poussé jusqu'aux extrêmes limites de la résistance humaine, tel est l'idéal du moine : vivant et couchant à la dure, il se prive de tous les plaisirs terrestres et flagelle son corps, lui refusant le repos et le soumettant à des exercices épuisants. Bien sûr les mets de choix comme les boissons alcoolisées sont prohibés : saint Turiause prive de viande et s'abstient de boire du vin, sauf ce qui est nécessaire à l'offrande de la messe. Saint Paul « ne but jamais du vin ou d'aucune autre liqueur qui enivre et fait se perdre l'esprit, sauf le vin du calice que l'on consacre lors de la célébration de la messe. Il le fuyait comme le venin de la vipère et dégustait de l'eau juste assez pour éteindre sa soif ». Cette privation volontaire n'est rien comparée à d'autres mortifications : la macération de l'enveloppe charnelle peut passer par de longues phases de recueillement dans l'eau froide des rivières supposée réfréner les ardeurs du corps dans la Vie de saint Guénaël, ou bien dans des poses interminables, les bras figés en forme de croix19 ou bien dans d'autres positions tout aussi inconfortables. « Trois fois par jour, en effet, (saint Guénolé) avait coutume de dire cinquante psaumes, tantôt les bras en croix, tantôt debout et immobile, ou prosterné à genoux. » Plusieurs représentations dorants figurent dans des manuscrits bretons du ixe siècle et cette façon de supplier le Seigneur se retrouve sur un chapiteau de l'église abbatiale de Landévennec du xie siècle. Elle est d'inspiration orientale et commune à toutes les églises celtiques. Par ailleurs les Bretons semblent aussi avoir été enthousiastes dans la récitation des psaumes : on vient de voir Guénolé en réciter cinquante trois fois par jour selon sa légende et « à la fin de chaque psautier, il faisait cent génuflexions chaque jour et autant la nuit ». Avant 867, en reconnaissance d'une donation, Freoc chante soixante psautiers pour le repos de l'âme d'Arthuui, son oncle et parrain. En 868 un legs de cent psautiers est associé à trois cents messes.

  • 20 Dicuil, un savant géographe présent à la Cour de Charlemagne, donne dans son De Mensura orbis terr (...)

25Ces efforts surhumains, dont de bons esprits ont pu estimer qu'ils étaient physiquement impossibles à tenir, ne suffisent pas encore à certaines âmes d'élite. Le vrai drame de l'église bretonne est de ne pas pouvoir compter de martyrs en son sein : les persécutions antichrétiennes sous l'empire romain finissant ne l'ont pas touchée (les martyrs nantais Donatien et Rogatien inaugurent un évêché de tradition gallo-romaine, tardivement rattaché à la Bretagne). Aussi va-t-elle chercher le martyre là où elle le peut, sur terre (et ce sont des Bretons, Winnoc et Josse, qui amorcent l'évangélisation du Ponthieu) ou, surtout, sur mer. La Vie de saint Malo est le plus ancien témoignage conservé de l'imram de saint Brendan parti à la découverte des îles Fortunées, avant-postes du paradis ; des anachorètes irlandais peuplaient l'Islande avant sa découverte par les Scandinaves20 et ils ont pu pousser plus loin vers l'ouest leur itinérance en quête d'absolu... Ce goût du pèlerinage lointain dans l'espérance de connaître le « martyre vert » se retrouve dans la plupart des Vitae bretonnes depuis la première Vie de saint Samson à qui « il arriva que vinrent vers lui des Scots très experts qui rentraient de Rome ; en les observant soigneusement, il trouva qu'ils étaient savants et il entreprit de les accompagner dans leur patrie avec la permission de l'évêque ». L'ermite Fidweten, le compagnon du moine Gerfred, était lui aussi hanté par le désir de la vita peregrina : il faudra les exhortations de Nominoë en personne pour qu'il se résigne à gagner Redon. Gourmonoc a le mieux traduit ce désir de rupture radicale du moine celte parvenu au sommet de l'érémitisme et, en même temps, les scrupules qui alors l'assaillent : « Il lui (saint Paul) vint à l'esprit selon les préceptes de l'Evangile et des Pères de se rendre dans la région d'un peuple étranger où il serait conduit par Dieu au gré des flots marins et où, inconnu de tous sauf de Dieu, il pourrait mener une vie heureuse, pleine de ferveur et de zèle. Un seul verrou le retenait : être accusé de vouloir changer continuellement de lieu ; jusqu'à ce qu'un ange, envoyé des astres éthérés, peu de temps après, vint lui apporter la réponse dans son sommeil : “Il ne fallait pas qu'il reste ici plus longtemps. Qu'il parte vers le lieu que le Seigneur lui a désigné.” » Décidément le gyrovagisme des saints prédestinés par le Seigneur n'est pas celui du commun des moines qui, entrepris sans précaution, sent par trop le souffre !

26Des tensions sont perceptibles autour de tous ces usages « à la manière des Scots » : si les hagiographes les mentionnent au ixe siècle, ils se montrent assez circonspects à leur égard et font parfois preuve de remords. La Vie de saint Guénaël dans ses deux rédactions successives témoigne de ces repentirs devant un monde qui s'efface : alors que la première version rappelle que « toutes les nuits, alors que ses frères étaient assoupis, il réfrénait ses désirs charnels en se mettant dans une rivière des plus froides et y chantait notamment les sept psaumes de la pénitence, pour lui et pour tous les fidèles », la seconde mouture du texte (d'un bon siècle postérieure) mentionne que « meurtrissant son corps et le traînant en esclavage, chaque nuit pendant que ses frères dormaient, il se rendait en cachette jusqu'à la rivière si froide qui baignait le monastère ». De même, suivant l'usage celtique, saint Guénolé mourant désigne Guénaël pour son successeur dans la charge abbatiale ; la seconde Vie dit seulement que le moribond exhorte ses moines à élire Guénaël comme leur abbé, ce qui est plus conforme à la règle de saint Benoît. Enfin quand arrive pour Guénaël l'heure du trépas « sur le vœu de tous, l'un de ses disciples qui lui était uni en droite ligne par le sang est désigné comme abbé ». L'épisode est maintenu par le rédacteur de la Vie plus récente qui insiste toutefois sur le fait que « cet homme lui était, il est vrai, parent par le sang, mais plus encore apparenté par la sainteté de sa vie ». Le même travail de réécriture et de mise en conformité avec les normes bénédictines, est décelable dans la Vie de saint Malo par Bili : il admire sa grande abstinence et ses jeûnes prolongés, sans les détailler puisque « il le faisait plus en cachette qu'ouvertement ». D'ailleurs c'est « contrairement à l'usage » que chez lui « la nuit prolongeait le labeur de la journée, au point que les autres serviteurs de Dieu qui l'observaient, comme à un cheval fougueux qui s'emballe et auquel on impose le poids du mors, lui imposèrent de mettre fin à ses jeunes immodérés ». On imagine Bili plutôt parmi « les autres serviteurs de Dieu » que du côté de saint Malo... Si saint Magloire enfin passe ses nuits en oraison seul sur le littoral, il agit en cachette, s'éloignant de ses frères pendant leur sommeil en prenant garde à ne pas les réveiller. La modération de la règle bénédictine ne s'est pas imposée en un jour ni même en un siècle : au xie siècle Ingomar mettra encore en scène le saint roi Iudicaël, sévèrement tancé par son maître spirituel qui l'avait surpris par hasard dans le ruisseau glacé où il venait de passer la nuit : zèle de néophyte, mais aussi tardif témoignage de pratiques celtiques désormais considérées comme excessives.

Le pèlerinage terrestre des moines bretons

27On prend l'habit à tout âge. Certains attendent d'être à l'agonie pour demander à revêtir le froc : c'est le choix du machtiern Ratuili, le premier protecteur de Redon. Prudemment, des adultes se ménagent une retraite paisible en faisant des donations pieuses, moyennant une clause prévoyant pour eux la possibilité d'intégrer plus tard la communauté favorisée : plusieurs prêtres séculiers préparent ainsi leurs vieux jours à l'ombre de Saint-Sauveur. Cependant la façon de procéder la plus courante est, pour les parents, d'offrir un enfant qui sera élevé et éduqué dans son futur monastère : Ratuili et son fils aîné procèdent ainsi à une génération d'intervalle. Cette manière de faire présente le double avantage d'assurer à la famille son lot de prières et, le cas échéant, de la débarrasser d'un garçon difforme ou handicapé qui, autrement, aurait constitué une lourde charge pour elle. Un jeune Tourangeau (ce n'est pas un hasard !) qui gisait depuis « plusieurs années affalé sur un brancard, les jambes et les pieds attachés au dos (sic) par des bouts de chair » reçoit de saint Martin lui-même le conseil de gagner l'église de saint Magloire de Léhon. Son père l'y amène. Il est guéri miraculeusement au moment de la consécration de l'hostie le jour des Rogations et demeure trois années avec les fils de son bienfaiteur avant de demander congé : ce propos édifiant parvient mal à cacher une réalité plus sordide car c'est précisément à cause de sa déficience physique que sa famille a cherché à se débarrasser du grabataire dans divers monastères, l'offrant successivement à Saint-Hilaire de Poitiers et à Saint-Martin de Tours qui n'en veulent pas, puis se résignant à le porter jusqu'en Bretagne, en désespoir de cause. Les Gesta de Redon gardent aussi le souvenir d'un jeune muet de naissance, nommé Mutan, qui « avait l'esprit vif et ce qu'on lui apprenait, il avait le désir ardent de l'accomplir » : il trouvera la guérison lors de l'advenue des reliques du saint pape Marcellin.

  • 21 Kerlouégan (François), Essai sur la mise en nourriture et l'éducation dans les pays celtiques d'ap (...)

28Il est significatif que dans le cas de ce Mutan « un homme vénérable du nom de Winetvald » veillait sur lui et lui enseignait spécialement les rudiments, pour autant qu'il pouvait les saisir : les moines bretons se découvrent en effet une âme de père vis-à-vis de ces jeunes enfants qui leur sont confiés et qui n'ont sans doute pas abandonné sans larmes leurs parents charnels. Gourdisten s'extasie devant le fait que Guénolé, au moment de la première séparation, n'ait pas pleuré « comme en ont coutume certains des tout-petits que l'école sépare de leurs parents ». Les oblats sont appelés nutriti et dans les pays celtiques on retrouve derrière ce mot la trace de l'institution laïque du fosterage ou adoption civile21. Cette tendresse paternelle va jusqu'à faire prendre en considération les moinillons comme des enfants auxquels on ménage des périodes de détente et des phases de jeu : plusieurs hagiographes se souviennent encore avec émotion de ces bons moments passés et parlent de l'enfance du saint comme de la leur propre(22). L'anonyme auteur d'une Vie de saint Malo nous montre le saint en train de jouer sur la plage avec ses petits camarades et précise que ces courses puériles devaient « les détendre par leur zèle joyeux du labeur des études ». Au monastère de l'île de Sercq les moinillons s'amusent à grimper sur un vieux navire pourri, tiré au sec sur le rivage, à l'heure où leurs aînés font la sieste : auparavant ils ont demandé à saint Magloire la permission de s'éloigner de la maison « pour que nos bavardages ne puissent réveiller les moines qui dorment et pour que nous puissions tranquillement réviser nos leçons à voix haute ». Plus turbulents apparaissent les petits compagnons de Guénolé sur l'île Lavret : l'un d'eux se blesse alors que leur maître Budoc leur avait bien recommandé de « ne pas s'adonner à quelque jeu immodéré ». Mais « oublieux des recommandations de l'abbé ou, comme il arrive souvent, les tenant pour peu de chose », ils désobéissent. Grâce à cela, Guénolé accomplira son premier miracle en remettant debout l'estropié... et personne ne sera puni au bout du compte.

29Plus sérieusement, les oblats participent, pour autant qu'ils le peuvent, à la vie matérielle du monastère : ils en gardent les troupeaux ou bien vont dans les champs chasser les oiseaux qui, autrement, ravageraient les moissons. Gourmonoc met en scène les petits Paul, David, Gildas et Samson réunis dans cette fonction d'épouvantails vivants... Cette formation au grand air et à la dure discipline des travaux de la campagne complète l'enseignement reçu dans l'école monastique : le souvenir de celle d'Illtud à Llantwit Major persiste au travers de plusieurs Vitae armoricaines, mais chaque communauté importante a sa propre école au ixe siècle, souvent installée dans une île. Cézembre au large d'Alet où l'école du prêtre Festivus préexiste à l'arrivée de saint Malo, Sercq où saint Magloire s'est illustré, Lavret renommée depuis Budoc « un maître angélique, surnommé Arduus (“le sévère”), doué d'une science, d'une justice et d'une équité éminentes, que tous considéraient alors comme un fondement de la foi et une colonne très solide de l'Eglise ». Plus généralement tout l'archipel de Bréhat paraît avoir été propice à l'étude. Des écoles cathédrales existent au moins à Dol et à Vannes, lieu de formation de Conwoion et de plusieurs de ses premiers disciples qui eurent d'abord des responsabilités dans cet évêché de tradition gallo-romaine marquée. Le studium de Landévennec n'est pas documenté, celui de Redon non plus ; toutefois il n'existe aucune raison valable pour supposer qu'il n'y en ait pas eu là.

30Les maîtres des novices savent se montrer d'excellents instituteurs. La première tâche qui leur incombe est d'enseigner les rudiments de latin, d'écriture et de calcul : ils utilisent pour ce faire des adjuvants pédagogiques, des petits cubes en bois ou tessères sur chacun desquels une lettre est gravée. Ainsi espère-t-on que l'enfant se familiarisera avec l'alphabet en jouant... Plus tard le jeune écolier s'exerce à tracer des lettres sur une tablette de cire, en attendant d'avoir à rendre pour le lendemain un devoir écrit sur une tablette. Seuls les futurs saints font des progrès foudroyants : saint Samson n'a besoin que d'une journée pour apprendre l'alphabet ; en une semaine il est capable d'accéder au psautier, ce qui, dans la réalité, demande de six mois à trois ans pour tout un chacun ! Ce lieu commun présentant le saint comme un savant précoce (et un petit vieillard dans son comportement trop sage) se retrouve dans la plupart des Vitae, mais il y a certainement loin entre cet idéal fait de travail studieux, de réussite facile, et le sort moins enviable des véritables moinillons ! Assez curieusement, le calcul, qui normalement fait suite à l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, n'est nulle part mentionné malgré l'importance que revêt à cette époque le comput ou science de l'étude du calendrier : la fixation de la date de Pâques oblige en effet à de savants calculs. Mais les hagiographes bretons ne se montrent pas intéressés par cette matière qu'ils trouvent peut-être trop rébarbative... Et pourtant les scriptoria armoricains nous ont légué plusieurs traités de comput : le silence des hagiographes sur cette matière contraste donc avec les centres d'intérêt de certains des clercs qui les entourent. Cette lacune et la primauté concomitante donnée à l'étude des Saintes Ecritures tiennent tout simplement au genre même de la Vita qui se veut récit exemplaire de la vie d'un maître spirituel et non narration de celle d'un moine ordinaire, adonné à des tâches nobles, certes, mais malgré tout secondes.

31Le psautier est le premier livre de lecture du futur frère et cet ouvrage jouera un grand rôle tout au long de son existence. A force de le ressasser l'étudiant finira par le connaître par cœur : il est chanté en chœur en même temps que psalmodié à voix haute suivant l'usage qui survit aujourd'hui dans les écoles coraniques. Cette formation de base, une fois solidement maîtrisée, permet d'accéder à l'enseignement secondaire : les arts libéraux sont enseignés en Bretagne au ixe siècle. Ils englobent la métrique, la rhétorique, la grammaire, l'arithmétique, mais l'accent est surtout mis sur les disciplines religieuses car les études ont pour but « d'apprendre les Ecritures saintes et théologiques par lesquelles on connaît Dieu et on conquiert la vie éternelle » (Vie de saint Malo par l'anonyme). Selon Gourmonoc saint Paul « en peu de temps, sous la direction de son précepteur, acquiert l'ensemble des livres de la bibliothèque contenant la vieille et l'ancienne loi, les Pères et les Prophètes ». « La formation intellectuelle apparaît surtout comme l'apanage des clercs auxquels elle est indispensable pour des raisons quasi professionnelles qui ne concernent plus les laies. Du même coup, quelle que soit sa qualité, elle s'infléchit davantage qu'à l'époque de la Vita prima Samsonis (mérovingienne) dans un sens strictement utilitaire et donc, en l'occurrence, religieux » (Bernard Merdrignac). La lectio divina ou théologie en constitue le couronnement.

32Parallèlement à cet enseignement théorique, on peut supposer que les novices reçoivent une formation plus spécialisée encore : le chant, indispensable pour l'office choral, ou la calligraphie pour les élèves les plus doués dans cet art difficile. Vient alors, pour ceux qui ne se destinent pas à la prêtrise, le moment décisif où le garçon va prêter ses vœux et intégrer pleinement la communauté dans laquelle il vit depuis sa plus tendre enfance. Les Gestes des saints de Redon mettent en garde ceux qui pourraient hésiter à franchir le pas ou, pire, revenir sur leur engagement tacite d'embrasser l'état monastique : Dieu ne manquerait pas de les châtier de leur défaut de parole !

33Faut-il pour autant admettre que tous les moines ont suivi le long cursus scolaire que nous venons de retracer ? Il est bien difficile en fait d'estimer leur culture moyenne. Seuls les Miracles de saint Magloire autorisent une prudente approche de ce point : sur les six premiers moines de Léhon, deux paraissent convenablement instruits. Il va de soi que cette communauté naissante n'a pas eu le temps de se doter d'une école digne de ce nom. Mais ce faible pourcentage (un tiers) doit représenter une réalité courante que la documentation provenant des grandes abbayes réformées aurait trop tendance à occulter : la plupart des moines se forment sur le tas auprès d'un compagnon plus âgé ou plus instruit, sans aucun contrôle de la qualité de l'instruction ainsi dispensée. Leur foi est censée suppléer aux carences de leur formation intellectuelle initiale, quand bien même ils n'auraient pu bénéficier que de quelque insuffisant secours magistral...

34Dans les grands monastères, tels Landévennec et Redon, chaque frère s'active en bon ordre : une tâche précise est impartie à tous ceux qui ne sont pas immobilisés par la maladie ou par la vieillesse. « A chacun d'entre eux était donné un métier tel que du travail de ses mains, comme les moines de l'Egypte, il pût lui-même se suffire en nourriture » (Gourdisten). Des frères sont apiculteurs ou apothicaires, d'autres gèrent l'hôpital des pauvres ou surveillent les troupeaux, d'autres enfin s'occupent à encadrer le travail des artisans de l'abbaye ou celui des ouvriers à la tâche qu'elle engage. Mais la fonction la plus appréciée semble être celle de jardinier : le potager n'est jamais omis quand un moine entreprend de chanter les louanges de sa maison ! Clément, dans sa Vie brève de Guénolé, évoquant le site de l'île de Thopépigie, retient que « c'était un endroit très rude, presque entièrement entouré de mer et de roches tranchantes, digne d'aucune habitation humaine. Là donc, après avoir bâti quelques cabanes et un petit oratoire et planté un jardin pour se fournir en légumes, ils demeurèrent trois années ». A Redon le bon moine Condeloc règne en maître sur le carré du potager dont il a su faire une merveille : « Il se mit à travailler sans relâche de ses propres mains, à bien cultiver son jardin et parvint à la perfection. » Hélas ! des chenilles irrespectueuses l'envahissent et réduisent presque à néant sa production. Condeloc ne se laisse pas abattre pour autant : il parviendra à les en chasser sur une injonction divine au son de sa voix clamant que « je ne peux vous chasser du jardin des serviteurs de Dieu car je n'ai pas la force et je n'ai pas une foule d'ouvriers, pourtant je vous ordonne au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit de ne pas vous attarder davantage ici et même de déguerpir au plus vite ». A Landévennec Gourdisten est également sensible à l'agrément de ce petit coin de terre privilégié : « Le jardin est décoré de toutes sortes de fleurs et il produit des fruits non seulement terrestres mais plutôt célestes. »

35L'activité de cette ruche bien ordonnée qu'est le monastère déborde hors de son enceinte : la clôture n'est pas respectée avec une rigueur excessive au temps de Nominoë. On demande seulement aux frères de ne pas profiter de leurs sorties fréquentes pour tomber dans le péché et perdre ainsi leurs âmes (les Gestes de Redon citent un cas de moine défroqué et ensuite revenu dans le droit chemin). Conwoion et ses frères s'activent un peu partout dans le voisinage de Saint- Sauveur, s'absentant pour la demi-journée ou pour quelques jours afin de surveiller la bonne marche des travaux des champs ou régler diverses questions pendantes. Parfois même, c'est toute une délégation qui déserte les murs de l'abbaye. Ainsi à Bains le 2 mai 892 : « Cette charte enseigne et constate comment Just, fils de Just, du plou d'Avessac mit en cause les fils de Wesilloc, prétendant prouver qu'ils ne devaient point hériter du village de Bot Cuton (en Bains) mais de celui de Roinoc en Avessac. C'est pourquoi il y eut entre eux, devant l'église de Bains, un grand plaid devant Foucher abbé de Redon et son prévôt Haelworet, en présence de cinq de ses moines, Riwelen, Adgant, Tutahel, Loieshoiarn et Anaubritou cellérier du couvent, tous témoins de ce qui fut fait, ainsi que les prêtres de l'église de Bains, Hailcobrant, Castat, Iarnhatoui et Romic. » D'autres motifs peuvent justifier de plus longues absences : à plusieurs reprises Conwoion agit en qualité d'ambassadeur de Nominoë auprès du roi franc à Tours, à Thionville, dans le Limousin. Cela lui permettra même de faire le pèlerinage de Rome tandis que des moines de Redon visitent de leur côté Saint-Pierre-au-Ciel-d'Or à Pavie. Et cela sans parler de l'expédition de sainte rapine montée pour ramener d'Angers les ossements de saint Hypothème...

  • 22 Merdrignac (Bernard), La vie quotidienne dans les monastères bretons du haut Moyen Age d'après les (...)

36Mais l'essentiel de la vie du moine consiste dans l'office du chœur, l'Opus Dei minutieusement réglé, la justification même de son état. Bernard Merdrignac22 a récemment dégagé les principaux moments de cette liturgie quotidiennement renouvelée. Le programme des exercices spirituels est intense et ordonné de façon précise dans le temps, les cloches se chargeant de rappeler les retardataires à leur devoir. Bili témoigne du souci qui était le sien de voir célébrer « l'office aux heures dues ». Vers minuit le monastère s'anime pour les Vigiles ou office de nuit : un prêtre lit l'Evangile et les frères entament les répons. Bili imagine que saint Malo agissait de même à Alet, dans le plus pur style bénédictin... Puis les moines vont se recoucher, c'est « le second sommeil ». Dès le premier chant du coq chacun est tenu de se lever pour les matines ; un frère est en charge de venir allumer le luminaire avant l'office. Les petites heures et les complies leur font suite. Après sexte le repas est servi, suivi d'une sieste silencieuse que respectent les frères de saint Magloire à Sercq, « certains pour prier, lire ou même se reposer, d'autres, selon ce qui avait été commandé à chacun, pour vaquer à diverses occupations ». Les vêpres mènent à un souper léger : les moines doivent ensuite célébrer les complies et se coucher en silence. L'année est ponctuée par le cycle des grandes fêtes calendaires communes à toute la chrétienté, occasions de jeûnes renouvelés et d offices solennels sur l'organisation desquels nous sommes très mal renseignés.

37Le moine idéal, à l'image de saint Guénolé, est « versé soit dans la lecture divine et la méditation soit dans la prière et l'office. Par cette triade, la charité s'y adjoignant, toute la sainte règle est accomplie ». Tous ses efforts restent tendus vers un seul et même but : une sainte mort ou plutôt, pour reprendre le terme qu'il utilise communément, l'espérance du « jour de sa naissance » (à Dieu). Une bonne partie du second livre de la Geste des saints de Redon se compose du récit de ces départs vers l'Eternel, souvent annoncés par la vision d'un saint ou d'un ange. Manifestement l'auteur du recueil veut convaincre son lecteur de la sainteté profonde du lieu et de ses occupants transitoires : Tethuuin « rejeta le fardeau de sa chair et heureux s'en vint vers le Christ. Comme son cadavre saint avait été placé sur un brancard, nous les moines qui le portions à l'église du Saint-Sauveur, nous fûmes pénétrés d'un parfum délicieux, comme si nous étions en paradis ». Plus prosaïquement, les frères âgés trouvent refuge dans l'infirmerie où on les entoure de soins attentifs puis, quand ils expirent, le glas annonce à tous leur passage. La mort dans les cloîtres est calme et se pare d'allégresse quand il s'agit de vieux compagnons ; elle est plus déchirante quand elle frappe à l'improviste de jeunes recrues ou des âmes d'élite en pleine force de l'âge. Au ixe siècle l'habitude commence à se prendre, sous l'influence cassinienne reprise par le concile d'Aix-la-Chapelle de 817, de chanter un office des morts à l'issue duquel le défunt est porté à sa dernière demeure terrestre : une simple tombe ouverte dans le cimetière attenant au monastère. Ce « séjour des saints consacré de tout temps » sacralise le complexe monastique ; son absence ne permet pas à Gourdisten de considérer que l'île de Tibidy, pourtant le premier établissement de Guénolé en Cornouaille, est un « lieu saint » car « Dieu n'a pas voulu que ce lieu soit consacré par une sépulture ». Désormais les reliques du moine y reposeront, attendant le jour de la résurrection des corps. C'est là en tout cas que prend fin son pèlerinage terrestre.

Notes

1 Ce diplôme a été conservé par Gourdisten qui l'a inclus dans sa Vie de saint Guénolé. Il semble que cette copie soit conforme à l'original.

2 Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints et des rois. Rennes, 1980, page 244. On trouvera un catalogue commode bien qu'ancien des édifices remontant à l'époque carolingienne dans Couffon (René). Essai sur l'architecture religieuse en Bretagne, M.S.HA.B., 1943, p. 3-40.

3 Fleuriot (Léon), Les évangéliaires du haut Moyen Age, Artistes, artisans et production artistique en Bretagne, Rennes, 1984, p. 103-105.

4 Duine (François), Mémento des sources hagiographiques de l'histoire de Bretagne. Rennes, 1918 fournit de nombreux renseignements à compléter par Kerlouégan (François), Les citations d'auteurs latins profanes dans les vies de saints bretons carolingiens et Wright (Neil), Some further virgilian borrowings in Breton hagiography of the Carolingien Period.

5 Il est amusant de constater qu'aujourd'hui comme hier les premiers livres de l'Enéide sont les mieux connus et les plus souvent cités.

6 Riché (Pierre), Les hagiographes bretons et la renaissance carolingienne, des mots de grec étaient connus dans les scriptoria bretons, mais la langue elle-même était probablement ignorée. P. Riché donne quelques exemples de mots artificiels composé sur des racines grecques ou latines savantes.

7 Kerlouégan (François), Approche stylistique du latin de la Vita Pauli Aureliani, Landévennec ou le monachisme breton dans le haut Moyen Age, Daoulas, 1986, p. 207-218.

8 C'est l'opinion de M. David Dumville, le meilleur connaisseur actuel de la question.

9 « Le rejeton monstrueux, c'est le breton : à Landévennec en particulier et en d'autres lieux indéterminés, des Evangiles ont été, on n'ose pas dire, décorés (tant ils sont sauvages) de portraits d'évangélistes zoocéphales, c'est-à-dire portant en guise de tête celle de l'attribut spécial à chacun d'eux. Ces apparitions étranges timbrent le texte sacré d'une empreinte à demi païenne : nous quittons ici l'art pour aborder la magie. » Porcher (Jean), Les manuscrits à peintures, L'empire carolingien, l'univers des formes, page 199.

10 Guillotel (Hubert), Recherches sur l'activité des scriptoria bretons au ixe siècle, M.S.HA.B., 1985, p. 9-36

11 Alexander (Jonathan J.C.), La résistance à la domination culturelle carolingienne dans l'art breton du ixe siècle : le témoignagne de l'enluminure des manuscrits, Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Age, Daoulas, 1986, p. 269-280 ; la citation est extraite des pages 271 et 272.

12 Le monde monastique breton ne constitue pas un bloc unique ; ses réactions peuvent donc avoir été diverses face à l'imposition de la règle bénédictine. A Landévennec en tout cas il se trouvait des moines qui lui firent bon accueil, sans doute lassés par les sévérités excessives de leur règle. Voir ce qu'il en a été dit au chapitre I.

13 C'est le cas de Dol, Saint-Pol-de-Léon, Saint-Brieuc et Tréguier. La vie de ces monastères échappe à peu près totalement ; on ne peut en particulier préciser quand et dans quelles circonstances ils se rallient à la règle de saint Benoît.

14 Cinq tombes de romani, c'est-à-dire de Byzantins, sont encore visibles au monastère des Sept-Eglises d'Aran, sur l'île d'Inishmore.

15 Martin (Hervé), Les Franciscains bretons et les gens de mer. De Bretagne en Acàdie (xve début xviiie siècle), Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 1980, p. 641-677 et spécialement p. 643-647.

16 Largillière (René), Les minihis (il s'agit d'un article posthume édité d'après les papiers laissés par l'auteur). De nouveaux minihis peuvent encore se découvrir : Pascal (abbé Yves), Le minihy de Saint-Aouenn en Plougouvelin, Bulletin de la Société archéologique du Finistère. 1980, p. 137-141.

17 Merdrignac (Bernard), « Cheval de bois et cheval d'orgueil Hagiographie et folklore dans les vies de saint Malo », Dossiers du C.E.R.A.A., n° 9, 1981, p. 27-31.

18 Le goût de l'ascétisme extatique, la vocation missionnaire, la place très seconde de la méditation intellectuelle et de la réflexion théologique, la suprématie de l'abbé auquel est dévolu le pouvoir juridictionnel sur l'évêque auquel n'est reconnue qu'une fonction liturgique, tels sont quelques-uns des traits communs à ces églises que rapproche une certaine sensibilité à Dieu, moins rationalisante que dans la tradition romaine.

19 C'est le crossfigill des Irlandais.

20 Dicuil, un savant géographe présent à la Cour de Charlemagne, donne dans son De Mensura orbis terrae une description de Thulé (c'est-à-dire de l'Islande) qu'il assure tenir de religieux qui y ont vécu. Il parle aussi d'anachorètes occupant les îles Féroë. De leur côté des sagas font plusieurs fois allusion à des papas, à savoir des solitaires irlandais.

21 Kerlouégan (François), Essai sur la mise en nourriture et l'éducation dans les pays celtiques d'après le témoignage des textes hagiographiques latins.

22 Merdrignac (Bernard), La vie quotidienne dans les monastères bretons du haut Moyen Age d'après les manuscrits bretons, Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Age, Daoulas, 1986, p. 19-43.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540