Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Environnements. La Bretagne de Nominoë

Chapitre 8. La mer toujours ouverte

Texte intégral

« Un vent tranquille s'était levé sur une mer sereine, et Dieu les guidait. Aucun d'eux n'avait été blessé, le navire n'avait souffert aucune avarie et allait bon train sur la route du retour avec l'aide du Dieu tout-puissant, et saint Malo revint chez lui Alors les navigateurs se dispersèrent dans toute la région en racontant partout les miracles que Dieu avait accomplis par saint Malo. »

Vie de saint Malo, par Bili, I, 24.

  • 1 Comme en témoigne la réédition récente du texte en anglo-normand de Benedeit, Le voyage de saint B (...)
  • 2 Par opposition au martyre sanglant subi par les premiers témoins de la foi ou les missionnaires av (...)

1Cet heureux retour couronne le vaste périple entrepris par saint Malo, accompagné de son maître Brandan, dans sa quête des lies Fortunées. L'histoire de leur navigation aura la fortune que l'on sait durant tout le cours du Moyen Age occidental1, mais le fait est que la plus ancienne version de l'épopée maritime de l'Irlandais Brandan est bretonne. Ce n'est pas par hasard : la mer paraissait ouvrir sur un monde plus proche de Dieu et sa fascination sur les moines bretons ne se démentira guère, eux qui recherchent îles ou simples îlots battus par les vents et les embruns pour y élever leurs oratoires. Par elle certains prétendaient même, avec quelque exagération, parvenir au « martyre blanc »2 tant l'amour de la patrie était ancré en leur cœur ; le choix arrêté de s'en éloigner à jamais leur paraissait constituer un sacrifice presque aussi lourd d'espérance éternelle que l'avait été l'holocauste de ces martyrs de la foi que le monde celtique n'avait pas connus...

2Sans s'aventurer aussi loin sur la voie de l'ascétisme mystique, d'autres Bretons tracent leurs routes sur un peu toutes les mers reconnues aux temps carolingiens. L'un des renouvellements les plus stimulants de la science historique ces dernières décennies a été d'attirer l'attention sur la mer qui rapproche plus qu'elle n'éloigne les hommes à cette époque où les communications terrestres demeurent très difficiles, lentes, aléatoires. Bien loin d'être une péninsule isolée, reléguée à l'une des extrémités désertes du monde, la Bretagne est alors, de par sa situation même, au point de convergence de multiples courants d'échanges maritimes qui plongent leurs racines jusque dans la préhistoire et qui font nécessairement des Bretons un peuple de marins, le plus marin des peuples du haut Moyen Age avec les Frisons et les Vikings.

Navires de cuir et de bois

  • 3 Les références aux principaux textes se trouvent rassemblées dans Marcus (G.J.), Factors on early (...)

3Les marins bretons, les marins celtes en général, arment deux grands types de navires : la coque des uns est faite de peaux tannées, cousues entre elles et fixées sur une armature légère de bois qui leur donne forme ; les autres sont solidement charpentés. Ces deux réponses techniques sont autochtones puisqu'elles sont attestées sur les côtes, de l'île de Bretagne et sur celles de l'Armorique dès l'Antiquité : Jules César nous a laissé une description célèbre des navires vénètes dans sa Guerre des Gaules. Leur flotte lui inspira quelque frayeur avant d être trahie par une brusque saute de vent qui immobilisa, voiles dégonflées, le dernier espoir des irréductibles Armoricains. Son portrait de ces lourds vaisseaux de chêne n'est pas avare d'éloges tant sur l'art des charpentiers que sur l'excellence de leurs produits, bien adaptés aux rigoureux impératifs de la navigation océanique, sans équivalents dans le monde romain. Le même César témoigne ailleurs avoir aperçu, au large des côtes de la Bretagne sud, des embarcations dont les membrures étaient faites de bois léger, croisillonnées d'osier, le tout étant recouvert de peaux ; ce sont les ancêtres directs des fameux curraghs irlandais. Plusieurs autres écrivains antiques les ont également observés et décrits de façon sommaire3. Ils survivent aujourd'hui encore en Irlande, tandis que sur certaines rivières du Pays de Galles des coracles, identiques dans leur principe de construction mais de taille plus réduite (un seul hommne peut y prendre place) sont utilisés par les plus traditionalistes des pêcheurs de saumon. Au dire de Sidoine Apollinaire, les Celtes n'avaient d'ailleurs pas dans l'Antiquité l'exclusivité de l'usage de ces navires de peaux puisque « les rivages de l'Armorique s'attendaient à recevoir le pirate saxon pour qui c'était un jeu de sillonner la mer bretonne sur une peau et de fendre la mer glauque d'une barque de cuir cousu ».

  • 4 Fleuriot (Léon), Les origines de la Bretagne, 1980, page 211.

4La première mention de curraghs désignés comme tels se lit sous la plume du Breton Gildas au vie siècle ; la dernière sous celle de Giraud le Cambrien au xiie. Dans cet espace de six siècles, plusieurs sources bretonnes armoricaines gardent le souvenir de curraghs ou les décrivent avec une précision suffisante pour qu'on puisse penser qu'ils étaient ou avaient été d'un usage courant de ce côté-ci de la Manche. La Vie de saint Efflam, mal datée (elle est sans doute du xiie siècle, voire même du xiiie, mais renferme des traditions plus anciennes) parle d'un « navire de cuir » à bord duquel sainte Enora aurait passé la mer pour rejoindre celui que ses parents lui avaient assigné pour époux et auquel l'unissait, en réalité, la même aspiration à vivre dans la continence érémitique. Le chapitre 5 de la Vie de saint Malo par l'anonyme rapporte comment le saint se rendait chaque jour « dans l'île qui jusqu'à aujourd'hui est appelée en breton Rorea ». Un manuscrit porte Korea en lieu et place de Rorea, ce qui incite Léon Fleuriot à penser que Rorea ne serait pas en fait le nom d'une île mais un terme indigène (Koruc ?) mal compris et estropié par un copiste tardif : on tiendrait là le correspondant du gallois corwg et de l'irlandais curragh4.

5La référence la plus sûre à des navires de cuir se trouve dans les deux Vies de saint Guénaël. Le rédacteur de la première Vie, écrite au ixe siècle, dépeint l'homme de Dieu quittant, sur une inspiration angélique, l'île de Bretagne : « Il monte tout seul dans la nacelle qu'il avait recouverte (de cuir) ; il vogue sans rameur, sans pilote, mais avec l'aide de Dieu et l'escorte d'une quantité de livres et de reliques. Enfin, après une heureuse traversée, il entre dans le port d'une contrée qu'on nomme la Cornouaille. Il y construit trois monastères, puis il arrive dans l'île que les habitants du pays appellent Groix. »

6On ne suivra pas forcément l'hagiographe quant aux circonstances miraculeuses de la traversée, mais sa description du fragile esquif de Guénaël correspond bien à ce que l'on connaît d'un coracle : sa longueur est d'environ deux mètres et il peut facilement être porté à dos d'homme, alors que les curraghs marins atteignent une quinzaine de mètres dans les îles d'Aran. Mais le coracle est une embarcation fluviale ou lacustre, bien incapable en temps normal d'affronter la haute mer.

7La seconde Vie (xe siècle) reprend cet épisode de la traversée en solitaire mais cette fois Guénaël est escorté de nombreux frères. « Guénaël fit embarquer les cinquante moines qu'il emmenait avec lui, après avoir entreposé dans le vaisseau ce qui pouvait paraître indispensable au voyage. Quant à lui, il monta tout seul dans la nacelle en osier qu'il avait tressée de ses mains ; il précédait le bateau en toute sûreté, car le pilote était le Christ, le rameur était le Christ. » En fait ce coracle peut bien n'avoir été qu'une sorte d'annexe du navire principal : si Guénaël prit effectivement pied sur le sol de sa nouvelle patrie en descendant d'une telle nacelle, il est plus probable qu'il fit la traversée à bord d'un navire de bois plus robuste, en compagnie de ses frères. L hagiographie a ses lois propres qui ne sont pas forcément celles de la navigation pratique ! La Vie de saint Brieuc donne à voir les utilisateurs d'une annexe la tirer au sec, la dénuder de ses agrès puis l'abandonner sur le rivage. Quant à saint Samson, dont la Vie est la plus ancienne des Vitae bretonnes, il avait l'habitude de placer son esquif sur un chariot, ou son chariot sur son esquif, en sorte qu'il pouvait, sans jamais se défaire de ses livres, franchir terres et rivières sans perte de temps...

  • 5 Séverin (Timothy), L'odyssée du Saint-Brandan, 1973.

8Le grand curragh de mer n'est pas mentionné dans les sources bretonnes, sans qu'on puisse déduire de cette omission qu'il fût absent de nos rivages. On le connaît bien à travers la Vie de saint Brandan : ses membrures légères de pin (d'osier même selon un manuscrit) sont recouvertes de peaux de bœufs rougies par le tanin, cousues entre elles et ointes de graisse aux jointures. Il y a quelques années Timothy Severin et son équipe entreprirent avec succès de reconstruire un semblable navire, long de onze mètres et recouvert de quarante-neuf peaux de bœufs tannées à l'ancienne : il ne mit que deux mois, refaisant le trajet de Brandan vers les « Iles Fortunées », pour couvrir la distance séparant Brandan Creek en Irlande de Terre-Neuve, touchant au passage les îles Féroë et l'Islande. C'est assez dire les remarquables qualités nautiques de cette moderne réplique, d'autant qu'elle essuya une forte tempête en cours de route et que des glaces dérivantes crevèrent la coque que l'équipage put réparer au large avec des moyens de fortune5.

9Si on abandonne maintenant cette famille d'embarcations, on constate que les bateaux construits en bois sont couramment désignés par un terme, navis, trop vague pour être d'une quelconque utilité. Navis trouve son exact correspondant dans ratis qui n'est qu'une licence poétique pour désigner un navire et non pas un « radeau » : le moine Clément de Landévennec, rédacteur vers 860 de la Vie brève de saint Guénolé, après avoir rappelé « ce petit rejeton (du peuple breton) qui jadis, à bord de "radeaux", s'en vint atterrir de ce côté-ci de la mer britannique », précise que Fracan, le père de Guénolé, « la traversa avec un petit nombre d'autres et gagna en "bateau" l'Armorique ». La synonymie des deux termes ressort également d'un passage de la Vie de saint Paul-Aurélien par Gourmonoc selon lequel saint Paul, embarqué sur un « radeau » en Grande-Bretagne, descend d'un « navire » à Ouessant !

10D'autres termes se rencontrent encore sous la plume des hagiographes bretons, qui n'ont pourtant pas la richesse en vocabulaire naval de l'Irlandais Adamnan dans sa Vie de saint Columba. La Translation de saint Magloire évoque les rapides carènes des insulaires de Sercq : le contexte ferait penser plutôt à de légères barques de pêche. Carina se retrouve dans la Vie de saint Malo par Bili. Gildas appelait naves longae (parfois aussi cyuilis ou cuilae) les bateaux bretons : cette référence à leur longueur remarquable permet de penser qu'ils dériveraient de vaisseaux de guerre de type romain. Ce type disparaît-il ensuite des rivages armoricains ? Il n'en est en tout cas plus explicitement question au ixe siècle. Mais la sémantique montre que le breton moderne Lestr (pl. Listri) « bateau, navire », dérive du latin longa (navis), ce qui peut témoigner d'une durable survivance dans l'emploi d'un type militaire romain, à moins que le terme n'ait fini par s'appliquer à tous les bâtiments de haute mer par opposition aux embarcations littorales nécessairement de taille plus réduite et sans doute de forme plus ronde pour faciliter l'échouage sur les grèves d'une mer à marées.

11La capacité de charge des navires hauturiers ne paraît pas négligeable, même si l'on écarte à cause de leur invraisemblance certains chiffres avancés par des hagiographes imaginatifs : ainsi saint Malo serait parti, en compagnie de son maître Brandan, sur « un navire très solide » avec 95 hommes ; saint Brieuc aurait embarqué avec 168 disciples... Plus raisonnables paraissent les équipages de saint Malo quand il émigre vers l'Armorique avec 33 frères ou, dans les mêmes circonstances, de saint Paul-Aurélien qui accepte à son bord 12 moines et 12 laïcs de sa parenté. Cela correspondrait à des unités d'une quinzaine à une vingtaine de mètres de long.

  • 6 Procope, Histoire des guerres de Justinien, livre VIII, 45-49

12Dans un texte célèbre sur le rôle imparti aux Armoricains habitant certains villages côtiers, Procope témoigne qu'à la fin de l'Antiquité on pouvait encore utiliser pour traverser la Manche de simples barques propulsées à la force des rames, bien qu'il dise qu'il existait aussi dans ces mêmes villages des barques de pêche marchant à la rame ou à la voile selon les circonstances6. La première Vie de saint Tudual rapporte une tradition comme quoi le bienheureux fondateur de Tréguier et ses 72 disciples firent nager les avirons, et eux seuls, durant leur route vers la péninsule. La troisième Vie du même Tudual, amplifiée dans le second tiers du xie siècle, n'imagine cependant plus qu'un navire à voile dont l'équipage au surplus se révèle être composé d'anges. Il apparaît donc que l'emploi de la seule force musculaire est entre-temps sorti de l'usage et qu'un tel recours est même devenu inconcevable.

13Il est de toute façon établi qu'un mode de propulsion mixte, à dominante voilière, l'emporte dès les temps carolingiens. Déjà Gildas notait que les grands curraghs des Scots avancent à la force du vent comme à celle des rames, et la Vie de saint Brandan relate qu'après quinze jours de navigation vers l'ouest, le vent étant tombé, les frères ramèrent jusqu'à ce que les forces leur manquent. Alors Brandan les réconforte par ces paroles : « Rentrez donc les rames et les gouvernails, contentez-vous de maintenir les voiles déployées » et bientôt le souffle du vent de mer vient les tirer de ce mauvais pas. La Vie de saint Brieuc associe explicitement les deux modes de propulsion. Nous verrons bientôt, en relatant les déconvenues d'une petite flottille bretonne devant Noirmoutier, que les vents, leurs puissances et leurs directions changeantes président à ses destinées plus que la volonté des hommes qui n'en sont, en définitive, que le jouet.

14En général une seule voile suffit, mais il existait aussi des navires au gréement plus complexe : celui qu'emprunte saint Paul pour passer de l'île d'Ouessant sur le continent a plusieurs voiles. La voile, soutenue par une vergue (antenna), est manœuvrée par un matelot de garde à la proue, le proreta. Des marins professionnels, les « hommes nautiques », assurent la manœuvre. Saint Samson en emploie : un conflit les oppose d'ailleurs quand le saint déclare vouloir retarder son départ d'une journée. Furieux, les marins appareillent mais un vent violent les rejette au port où Samson les retrouve. Le lendemain ils hissent la voile sans problème et la traversée s'avérera heureuse. Le maître commande le bateau ; il y a, placés sous ses ordres, un timonier et un pilote. Ces gens de mer ne sont frappés d'aucune infamie à cause de leur profession manuelle : saint Malo intercède « pour les marchands navigateurs afin qu'ils trouvent le port de salut », ce qui revient pour le moins à reconnaître à leur activité une utilité et une honorabilité certaines, toutes qualités également accordées aux marins avec lesquels ils semblent se confondre plus ou moins.

15Armer un navire prend du temps et cela peut venir contrarier des projets d'appareillage rapide. Saint Paul-Aurélien doit attendre plusieurs jours auprès de sa sœur (elle-même devenue religieuse) le moment où tout ce qui semble nécessaire à la navigation sera réuni ; malgré les supplications de la jeune nonne, il décide finalement d'abandonner à jamais sa patrie insulaire alors que tout l'indispensable n'est pas encore rassemblé. Il s'agit certainement ici des vivres nécessaires pour un si long passage et les premiers temps de la future colonie. Les navires marchands ordinaires, lorsqu'ils s'adonnent au cabotage, ne prennent pas tant de précautions et leurs équipages peuvent finir par manquer de victuailles : les Miracles de saint Philibert le montrent clairement à propos d'une petite flottille bretonne retenue par des vents contraires dans l'île de Noirmoutier. « Ils y restent neuf jours ; les habitants de l'île leur fournissent, comme à des étrangers, de quoi manger et boire car ils n'avaient pas de nourriture sur les navires, n'ayant pas pris de provision de grain et ne remportant avec eux qu'un chargement de sel. » Ce genre de problèmes, trop contingent sans doute, n'est pas évoqué ordinairement dans les Vitae : disposait-on à bord de foyers sur lesquels poser les chaudrons de nourriture durant les traversées les plus longues ? Laissait-on traîner dans le sillage du bateau quelques lignes munies d'hameçons ? Nous n'en savons rien, mais cela est plausible. Dans un autre ordre d'idée, où dormait-on, à la belle étoile ou à l'abri de tentes dressées quand le temps le permettait ?

  • 7 Bernier (Gildas), « Les navires celtiques du haut Moyen Age », Etudes celtiques, 1979, p. 287-291.

16Un article récent de Gildas Bernier permet de mieux comprendre la signification d'un terme employé par l'anonyme dans sa Vie de saint Malo : évoquant au chapitre 7 les préparatifs de voyage de saint Brandan, il dit que le « saint maître » a fait construire un navire aplustral. L'aplustre est un type de gouvernail perfectionné, déjà connu de Sidoine Apollinaire, et composé « d une caisse à claire-voie construite à l'arrière du bâtiment ; dans le haut de ce puits, une gorge limitait le déplacement d'un ténon de la mèche qui ne pouvait ainsi descendre et n'effectuait qu'une rotation limitée »7. Deux rames, ligaturées entre elles, assuraient la manœuvre, le barreur se tenant sur le milieu du pont arrière. Les autres Vies ne laissent pas deviner le dispositif technique qui se cache sous le vocable de gubernaculum (« gouvernail »). Le vieux breton avait un mot, leu, pour désigner cet accessoire indispensable à toute navigation ; il fut ensuite remplacé dans l'usage courant des gens de mer par stur, un mot d'origine germanique : la question n'est pas résolue de savoir si cet emprunt s'effectua à l'époque des invasions vikings ou plus tard seulement avec la révolution du gouvernail d etambot. Quant aux ancres, elles sont attestées à maintes reprises : déjà dans l'Antiquité César signalait les ancres retenues par des chaînes de fer des navires vénètes. Comme le mot vieux breton aior est dérivé du latin anchora, il est possible que l'objet lui-même soit d'origine romaine dans son architecture et ait remplacé les ancres primitives faites de grosses pierres reliées à un solide filin. Enfin les bateaux bretons du haut Moyen Age chargent du lest, de pierres ou de galets, quand il leur faut marcher à vide.

La soumission au vent et à la mer

  • 8 Dion (Roger).
  • 9 Galliou (Patrick), Piot (Robert), Sanquer (René), Problèmes de navigation en Manche occidentale à (...)

17Contrairement à ce que prétend une légende tenace, la Manche n'est pas, dans l'Europe du Nord-Ouest, une mer anormalement dangereuse, hormis bien sûr certains secteurs côtiers émaillés de récifs entre lesquels s'engouffrent des courants violents. Il n'y a donc aucune raison d'accepter l'hypothèse du géographe Roger Dion qui imaginait en 1954 une Manche presque interdite à la navigation dans l'Antiquité, isolant ainsi le domaine Atlantique de celui de la mer du Nord - la liaison entre les deux s'effectuant, selon lui, au prix d'un long périple passant par le nord de l'Ecosse. La découverte presque simultanée de deux épaves antiques 8(au large de Perros-Guirec et à Guernesey) ruine ces assertions, et d'ailleurs le simple bon sens contredit cette hypothèse hasardée du grand géographe : outre la distance accrue d'au moins quatre fois, les relevés météorologiques indiquent qu'en moyenne les conditions nautiques sont bien plus favorables en Manche que le long des côtes irlandaises ou écossaises9. Et il n'existe aucune raison valable d'imaginer que ces conditions aient été bouleversées depuis les temps antiques ou le haut Moyen Age, sauf réaménagements de détail en rapport avec les courants côtiers ou la sédimentation littorale.

18Si les marins bretons pratiquent nécessairement au temps de Charlemagne une forme de navigation hauturière, leur art de la navigation durant ces traversées en droiture demeure un mystère : ils devaient bien savoir se repérer en fonction du soleil, des étoiles, de certains courants et d'amers remarquables, mais ces pratiques empiriques n'ont pas laissé de témoins. De même les saisons de navigation ne sont jamais indiquées, quoique l'hiver marque certainement un assoupissement, sinon l'arrêt des activités maritimes quand « les mâts des navires sur la mer sont nus » comme le dit un poème « gallois ».

19Trois difficultés majeures attendent les marins. Il leur faut d'abord un vent favorable pour mettre à la voile. D'où un délai d'attente, parfois bien long : l'un des derniers saints d'outre-Manche à passer en Armorique, Yvi, découvre dans le port de Lindisfarne des matelots démoralisés : « Si le vent n'avait arrêté notre course, lui disent-ils, depuis longtemps déjà nous aurions débarqué en Petite Bretagne. » Il faut ensuite que le vent se maintienne dans la bonne direction et les porte vers la destination souhaitée au départ, ce qui n'est jamais assuré : pour expliquer leur venue dans l'île de Sercq, des moines de l'abbaye de Léhon allèguent en toute mauvaise foi (car en vérité ils y ont abordé dans le dessein de s'emparer furtivement des reliques de saint Magloire) qu'ils voulaient passer en Grande-Bretagne mais qu'un vent contraire les a rejetés sur l'île contre leur gré. Leur réponse suffit à rassurer les moines de Sercq tant elle leur paraît recevable. Pour s'assurer un vent favorable, les marins d'Armorique ont pour coutume de faire avant l'appareillage le tour de la fontaine de Saint-Samson à Dol : c'est ce que rapporte un passage du Livre de Llandav qui témoigne ainsi d'une bonne information sur les us et coutumes des Bretons de l'autre côté de la mer. Enfin, il faut que le vent ne tombe pas ni ne forcisse trop, et que la mer demeure navigable. Si la tempête se lève, les bateaux deviennent rapidement ingouvernables, les flots déchaînés menacent à tout moment de les engloutir ou de les précipiter sur des récifs contre lesquels ils viendraient se briser sans espoir de salut.

  • 10 Kerlouégan (François), Les citations d'auteurs latins profanes dans les vies des saints bretons ca (...)

20En fait la tempête en pleine mer, comme thème littéraire, a moins inspiré qu'on pourrait le penser a priori des hagiographes qui auraient pourtant pu y trouver prétexte à montrer leur héros apaisant les flots à l'image du Christ. « Mais soit qu'ils se sentent incapables de bien rendre l'aspect terrifiant des flots déchaînés, soit qu'ils aient dans la tête un texte tout prêt, (les hagiographes) vont souvent emprunter cette peinture à Virgile. »10 Seul l'auteur de la Vie de saint Guénaël laisse courir sa plume : « La traversée durait depuis un moment déjà quand, soudain, se lève une violente tempête, suscitée par les ruses du démon. Le ciel se charge de nuages compacts ; le jour reproduit la parfaite image de la nuit, les vents s'entrechoquent violemment ; la mer grossit, les flots se gonflent, on ne voit autour de soi que la présence de la mort. Les passagers montent jusqu'au ciel et ils descendent jusqu'aux abîmes ; tout comme l'habileté des matelots, la confiance des moines est complètement engloutie. Le saint voyant qu'ils sont morts de peur leur dit : “Hommes de peu de foi, pourquoi avez-vous douté ?” Aux éléments déchaînés il opposa le signe de la croix et la rage des vents tomba en même temps que la houle s'apaisait. »

  • 11 Dans un acte concernant l'île Grande (Côtes-du-Nord). Un tonneau rempli de vin est récupéré par le (...)

21La Vie de saint Malo par Bili a fixé pour la postérité une scène dramatique qui a dû se répéter bien souvent. Pris dans une bourrasque terrible, trois navires désemparés vont être drossés à la côte quand le saint les aperçoit : « Celui-ci était à prier à l'extrémité de sa cité quand il vit trois navires que la violence des lames avait presque fracassés sur le rivage. Les marins ne savaient quoi faire et n'avaient rien vers quoi ils puissent se tourner. Et frappés d'une immense frayeur, oppressés par l'horreur du désespoir, ils tombaient dans leurs navires. Et la tempête furieuse leur refusait toute échappatoire. Alors le saint, voyant leur péril, commanda le silence au vent, à la mer et à la tempête, qui aussitôt se turent ; et, rendant grâces, tous les marins bénirent cette grâce salutaire qui les avait libérés du péril de la mer et, partout où ils allèrent, ils répandirent la renommée de saint Malo. » L'issue de telles fortunes de mer n'est pas toujours aussi heureuse, même si un naufrage peut contribuer à soulager la misère des populations littorales qui se muent à l'occasion en pilleurs d'épaves : on en a un exemple pour le xie siècle commençant11.

22Les sautes de vent, si elles ne mettent pas en péril la vie des hommes ni la sécurité de leurs bateaux, entravent la navigation : faute d'une voilure bien différenciée qui seule permettrait de louvoyer et de remonter au vent, les équipages en sont réduits à espérer des vents portants, c'est-à-dire des vents arrière. Tant qu'ils ne se lèvent pas à nouveau, les navires demeurent ballottés par les flots dans des directions qui ne leur conviennent pas. Vers le milieu du ixe siècle une petite flottille de navires bretons accoste au port de la Fourche. Ils sont venus y charger du sel ; certains membres des équipages profitent de leur station pour dérober « moitié par vol, moitié par achat clandestin, à l'insu de leur patron » une partie du plomb de l'abbaye de Noirmoutier que les moines avaient fait mettre en dépôt dans ce port par crainte d'un raid des Normands. L'ensemble de la petite flotte sera en butte les jours suivants à toutes sortes de déboires : les éléments lui demeureront obstinément hostiles tant que l'objet du larcin n'aura pas été restitué à ses légitimes propriétaires. « Les Bretons veulent repartir, l'absence de vent favorable les retient cinq jours. Le sixième, par un faible vent d'est, ils détachent leurs câbles pour se mettre en route ; leurs navires poussés au large entrent bon gré mal gré dans le port de notre île (Noirmoutier) appelée la Conque où, le vent tombé, ils jettent l'ancre. Ils y restent neuf jours (...) Le dixième jour, avec le soleil le vent d'est se lève ; les marins joyeux hissent les vergues et tendent les voiles à la brise. Déjà ils sont loin de la terre ; alors, passant de l'est au sud, le vent les pousse vers une île de Bretagne appelée Batz, où ils restent encore sept jours, ce qu'ils avaient bien mérité. Le huitième jour enfin surgit un vent favorable mais impétueux qui lance d'une course rapide les navires des Bretons sur des montagnes d'écume (...). En même temps le vent d'est tombe, le vent de nord-ouest se lève et rejette les navires à leur point de départ, l'île de Batz. Les Bretons, désespérés, ne savent plus que faire, car nul ne se doutait du vol, sauf ses auteurs (...). Les voleurs confessent leur crime et font pénitence. Aussitôt un bon vent se lève et rend enfin les Bretons aux rivages désirés. »

23Ce texte est remarquable à plusieurs égards : il pose bien les limites techniques de la navigation maritime à cette époque puisque les éléments autant sinon plus que les hommes paraissent commander à la manœuvre. L'itinéraire parcouru en seulement trois journées de mer effectives les montre tournant en rond, comme pris dans une nasse hostile dont ils ne parviennent pas à s'extraire. La petite flotte reste bloquée à l'ancre vingt et un jours au total : c'est dire assez les aléas d'une telle navigation, dans des parages pourtant bien connus et fréquentés de longue date par les marins de Bretagne ! Le texte d'Ermentaire permet également d'approcher l'organisation sociale qui préside à une telle expédition. Elle est motivée par les besoins du commerce, même si certains matelots ne reculent pas devant l'attrait de la maraude avec la complicité probable d'une partie du petit personnel de l'abbaye. Pour commercer en terre lointaine, les navires partent en groupe (c'est aussi le cas des trois navires que saint Malo sauve du naufrage) sans que leur nombre soit ici indiqué. Cette pratique semble courante : sainte Ninnoc arrive à Poull Ilfin avec sept navires et le vieux breton avait un mot, mor-lu, armée de mer, pour désigner de tels convois. Le voyage de conserve permet sans doute de réduire, sinon les risques d'accidents, du moins leurs conséquences humaines avec un peu de chance, de soulager aussi la crainte obsédante devant la perspective toujours possible d'une pareille catastrophe et de réchauffer les cœurs par une rassurante présence fraternelle. Si chaque capitaine garde la responsabilité de son bateau et de son équipage, un pilote dirige la flottille. A terre rien d'important ne se fait sans son accord au moins tacite : si saint Philibert lui apparaît comme « un cavalier courant sur les flots, armé de trois javelines, qui s'élance sur lui avec une puissance et une force capables en apparence de détruire et de submerger toute la flotte », c'est bien parce qu'il était au courant du vol commis par certains matelots (qui l'avaient pourtant tu à leurs capitaines) et qu'il ne l'avait pas dénoncé. Sa fonction technique consiste à se placer « en tête de la flottille pour explorer la route et garantir des écueils », mais son rôle social est plus ample.

  • 12 Tonnerre (Noël-Yves), Le commerce nantais à l'époque mérovingienne, M.S.H.A.B., 1984, p. 529.

24Même parvenus sans encombre sur une côte amie, les marins ne sont pas encore à l'abri de toute déconvenue, surtout s'ils doivent remonter un estuaire. Les pièges abondent toujours en ces lieux qui nécessitent en notre siècle des travaux permanents et un personnel de pilotage spécifique. Saint Colomban en fit la douloureuse expérience : quittant le port de Nantes dans l'intention de regagner son île natale, il prend place sur un bateau qui bientôt doit affronter un fort courant contraire au débouché du fleuve dans l'Atlantique. « Comme déjà, grâce aux rames et au souffle du zéphir (on notera ce mode de propulsion mixte) le navire approchait du grand large, la montée des eaux accourant en sens inverse le força à revenir au rivage et l'abandonna à bout de course sur le sol plat ; une fois le flot rassemblé, la plaine liquide s'apaisa dans les golfes. La carène demeura trois jours au sec. » L'effet de mascaret a donc emporté cette embarcation, conçue pourtant pour la haute mer, comme un fétu de paille, obligeant son équipage à l'échouer sur un de ces hauts-fonds qui parsèment l'estuaire de la Loire. Elle ne sera dégagée de sa fâcheuse position que trois jours plus tard, à la marée montante. Une telle mésaventure, et bien d'autres qui nous demeurent inconnues, fournissent l'explication d'un fait attesté dès les temps mérovingiens : les navires marchands ne rejoignaient pas Nantes directement depuis la mer. Leurs cargaisons étaient en effet débarquées en baie de Bourgneuf et transportées à dos d homme ou d'animal pendant trois kilomètres jusqu'à une petite rivière, le Tenu. Puis elles rejoignaient la Loire en aval de Nantes en remontant le cours du Tenu et de l'Achenau12.

25Tous ces pièges, toutes ces incertitudes renouvelées à chaque voyage méritaient bien l'attention et les prières de saint Malo qui fut lui-même un grand et hardi navigateur. Certains jours en effet combien devait paraître fragile l'espérance du port de salut pour ces hommes de mer lancés à l'aventure sur des embarcations solides mais primitives !

Les horizons marins

1) Le monde celtique

26La Bretagne armoricaine vit en étroite symbiose avec les autres pays celtiques, l'Irlande mais surtout les régions brittoniques de Grande-Bretagne : les actuels Pays de Galles et Cornwall. Les indices de cette étroite communauté abondent, et ces liens survivront aux temps carolingiens. L'intercompréhension linguistique entre les Bretons de Galles et ceux d'Armorique est un fait bien établi pour le ixe siècle et dont les contemporains ont pleine conscience : le livre-cartulaire de Llandav rapporte qu'un prince gallois du nom de Guidnerth, ayant commis quelque terrible forfait, fut condamné à pérégriner au-delà des mers jusqu'à Dol « car Guidnerth lui-même et les Bretons et l'archevêque de cette terre étaient de la même langue et de la même nation bien qu'ils fussent séparés par la distance (...) et il pouvait d'autant mieux proclamer son forfait et solliciter l'indulgence que son langage était connu ».

  • 13 Fleuriot (Léon), Breton et comique à la fin du Moyen Age, Annales de Bretagne, 1969, p. 705-724.

27Tout aussi explicite, la Vie de saint Magloire rapporte que « disant adieu à son peuple une assemblée tant de clercs que de laïcs s'en alla avec saint Magloire et traversa la mer pour prêcher aux gens de la même langue qui se trouvaient en Occident ». Malgré les inévitables divergences de prononciation et de vocabulaire qu'exagèrent le temps et l'éloignement, Giraud de Cambrie remarquera encore la proximité des deux langues ; la différenciation entre breton et comique ne sera vraiment marquée qu'à partir du xve siècle, quand les relations maritimes entre les deux régions se feront plus ténues13. Un autre facteur tend à rapprocher les Bretons établis de part et d'autre de la Manche : leurs traditions historiques sont communes dans leur majeure partie et l'idée demeure vivace parmi eux qu'ils forment un seul peuple séparé, ou plutôt uni par la mer : la prophétie de Bretagne, l'Armes Prydein, du xe siècle, appelle encore au rassemblement de tous les Bretons pour chasser de leur antique patrie les Saxons.

28Les Bretons désignent d'ailleurs de leur nom cette mer qui les réunit. Bien sûr nombre d'auteurs médiévaux appellent la Manche la « mer Britannique » ; mais dans l'esprit des auteurs de la basse Antiquité et du haut Moyen Age armoricain cette appellation recouvre un secteur géographique un peu différent. La mer bretonne, c'est pour eux la Manche occidentale et les parties de l'océan Atlantique que hantent de façon régulière les navires celtes, depuis l'île de Sein que Pomponius Mella situait « dans la mer Britannique face au littoral des Osismes » jusqu'à l'Aquitaine dont la Vie de saint Hilaire de Poitiers dit qu'elle est voisine de l'océan Britannique. Les Miracles de saint Martin de Vertou, rappelant à la fin du xe siècle dans quelles circonstances les Vikings s'emparèrent de Nantes en 843, les montrent débouchant par la Loire de la mer Britannique, tandis que la Vie de saint Aubin indique que « la région vénète est voisine de l'océan Britannique ». Cet océan renferme donc les eaux d'une partie du littoral Atlantique français actuel, jusqu'à la Loire pour le moins et sans doute bien au-delà vers le sud. Il s'étire vers le nord jusqu'au Pays de Galles : les Vies de saint Paul-Aurélien et de saint Guénolé évoquent la mer bretonne que franchirent ces deux saints.

  • 14 Bowen (E.G.), Saints, Seaways and Settlements, Cardiff, 1977 L'auteur a essayé de reconstituer les (...)

29La question des origines bretonnes est difficile et a été longtemps controversée : ce n'est pas ici le lieu d'y revenir. Il est pourtant un point bien établi, que personne ne conteste : la plupart des saints bretons sont nés en Grande-Bretagne, mais il se trouve aussi des saints nés en Armorique que leur carrière conduisit dans l'île. L'auteur de la Vie de saint Samson l'y a suivi pour enquêter sur place, faire ses dévotions sur les reliques marquantes de son passage outre-mer et rencontrer les derniers témoins, en particulier le diacre Henoc : « Il a mené pendant presque quatre-vingts ans une vie catholique dans la maison fondée par Samson lui-même outre-mer. Il m'a garanti ce qu'avait raconté dans le temps même dudit Samson la mère de celui-ci à son oncle, un très saint diacre qui était cousin de saint Samson. Il m'a obligeamment rapporté bien des faits admirables à son sujet. Ce n'est pas tout. Le saint diacre susdit, Henoc, apporta outre-mer de nombreux et délicats récits en style harmonieux et élégant au sujet des actions prodigieuses que le saint avait merveilleusement accomplies sur le continent, en Bretagne et en Romanie. » Tout ceci suppose des relations maritimes très étroites. Utilisant une originale méthode de géographie historique, E, G. Bowen a pu établir des cartes très éclairantes en prenant en considération les lieux de culte dédiés à des saints panbrittoniques14 : elles marquent nettement l'existence aux alentours des ve et vie siècles de plusieurs grandes routes de navigation qui comprenaient des segments terrestres à travers les péninsules étroites et, bien entendu, des itinéraires maritimes au fil desquels les îles servaient de relais. Il ne serait pas raisonnable de penser que ces routes, qui remontent très probablement à l'Antiquité préhistorique, aient disparu au ixe siècle par suite d'on ne sait trop quel mystérieux accident de l'histoire.

30Bien au contraire le ixe siècle voit la relative multiplication des traces scripturaires de passages entre la Bretagne et les contrées brittoniques d'outre-Manche. Nous avons déjà mentionné la pérégrination pénitentielle de Guidnerth en Armorique ; en sens inverse, des pèlerins bretons visitent les lieux saints du Pays de Galles : « Beaucoup de gens de notre région y sont allés (à Nantcarvan) et ont vu cette pousse très grande, mais nul ne sait de quelle sorte d'arbre il s'agit, à moins que, selon l'opinion de plusieurs, ce ne soit une sorte de palmier », rapporte Bili au sujet de la ronce merveilleuse de Malo que le saint avait ramenée de son périple océanique pour la replanter à Nantcarvan. Des Gallois s'établissent aussi en petite Bretagne : une charte du xie siècle contenue dans le Cartulaire de Landévennec parle d'un certain Harthuc transmarinus qui, n'ayant ni fils ni famille, lègue tous ses biens au légendaire roi Gradlon qui ensuite en fait don au monastère cornouaillais. Bien que l'on sache que ce cartulaire est un « faux » composé après les invasions normandes par des moines désireux de reconstituer leur patrimoine foncier, la mention de cet immigrant solitaire est-elle invraisemblable ? Les rédacteurs ont bien dû s'appuyer sur quelques actes ou fragments d'actes authentiques. La Généalogie des comtes de Cornouaille, contenue dans le même Cartulaire de Landévennec, mentionne un certain Diles Heirguor Chebre qu'il faut rétablir en Diles Heirguor Chembre, « Dilès l'exilé de Cambrie ». Le fait paraît d'autant plus normal que jusqu'au viiie siècle subsistent des royaumes doubles, à cheval sur la Manche, plaçant sous une même autorité les Bretons de la Domnonée armoricaine (qui correspond en gros à la partie nord de la Bretagne) et leurs cousins de Cornwall et du Devon (le nom de cet actuel comté anglais provient des anciens Dumnonii dont un important rameau passa en Armorique). Dans le domaine de la littérature, les légendes gravitant autour de la personne du roi Marc, par exemple, gardent aussi le souvenir de cette ambivalence des lieux entre Cornouaille insulaire et armoricaine. D'autres éléments de preuve viennent encore renforcer cette impression que la mer est alors plus un trait d'union qu'une barrière entre les différentes branches des peuples celtiques. Des relations entre le Cornwall et le continent sont prouvées par la découverte à proximité des mines d'étain de la péninsule britannique d'un calice mérovingien du viiie siècle. Le caractère composite des manuscrits d'origine celtique, qui contiennent souvent des gloses irlandaises mélangées avec des gloses « vieilles bretonnes » ou « vieilles galloises », pour reprendre une distinction assez illusoire au point de vue linguistique, montre bien qu'ils circulaient entre abbayes lointaines ou que, du moins, des copistes d'origines géographiques différentes s'en servaient et les enrichissaient au fil des années. Dans la Vie de saint Guénolé par Gourdisten, quand le saint rêve de rendre visite à Patrick, il songe à « profiter des bateaux marchands qui faisaient le commerce d'outre-mer ». Un anachorète irlandais, saint Ronan, viendra encore s'établir en Bretagne au xe siècle.

2) La Bretagne anglo-saxonne

  • 15 Les moines bretons ont semble-t-il refusé d'évangéliser les Saxons qui seront directement approché (...)
  • 16 Guillotel (Hubert), Le premier siècle du pouvoir ducal breton, Bulletin philologique et historique (...)

31Il semble a priori surprenant d'envisager des relations maritimes suivies entre ces deux peuples tant le contentieux séculaire qui les oppose paraît insurmontable15. En fait les Bretons n'ont pas cessé de fréquenter le pays perdu de leurs ancêtres et ce n'est certainement pas un hasard s'ils furent si nombreux à accompagner Guillaume le Conquérant à Hastings en 1066 et à s'installer à demeure dans l'Angleterre conquise. Ils connaissaient bien cette terre, n'ayant jamais cessé d'y être présents car ils y jouissaient d'un statut juridique privilégié connu au travers d'une loi d'Edouard le Confesseur mais qui semble héritée du temps du roi Alfred : « Les Bretons armoricains, chaque fois qu'ils viendront, doivent être accueillis dans ce royaume et y être protégés comme de véritables citoyens. Ils sont en effet sortis du sein de ce royaume, du sang des Bretons de ce royaume. » Les effets désastreux des invasions vikings contribuent au début du xe siècle à renforcer ces liens : de nombreux Bretons se réfugient alors en Angleterre saxonne ou nourrissent le projet d'y trouver un ultime abri, comme les moines de Landévennec qui transfèrent les reliques de saint Guénolé à Montreuil-sur-Mer, dans une région qui d'ailleurs avait entretenu de tout temps des relations étroites avec la Bretagne armoricaine. Le roi Aethelred favorisera le retour victorieux du dernier héritier des rois bretons, Alain Barbetorte qui avait été accueilli à sa cour et dont certaines traditions prétendent même qu'il aurait été le parrain16.

3) La façade Atlantique

  • 17 Il faut cependant reconnaître que pour l'époque carolingienne nous ne disposons plus de traces exp (...)

32Dès les temps mérovingiens des traces d'une sporadique présence bretonne se laissent discerner tout au long du littoral aquitain et cantabrique : saint Philibert reçoit au moins à deux reprises la visite de navires bretons dans son monastère de Noirmoutier et la Vie de saint Malo rappelle comment ce saint, en froid avec ses ouailles, vient chercher la quiétude d'une semi-retraite auprès de l'évêque de Saintes : depuis Alet sa cité épiscopale, il effectue une circumnavigation au long des côtes bretonnes et s'arrête dans plusieurs ports avant d'atteindre son refuge. Il devait d'ailleurs décéder en Aquitaine où une partie de ses reliques furent pieusement conservées. Bordeaux constitue l'une des destinations probables des marins bretons : outre le fait que la région proche garde mémoire de saint Emilion qui n'était peut-être pas Breton mais sûrement Armoricain, la Vie de saint Eparchius mentionne la présence de bateaux bretons dans ce port vers 580, du temps de l'évêque Nicosius d'Angoulême17.

33Les communautés bretonnes établies en Galice et dans les Asturies voisines, ou plutôt leur descendance car elles étaient en voie d'assimilation depuis longtemps déjà, ne se sont pas relevées de la destruction de leur centre épiscopal de Britonia par le Berbère Abdel Aziz en 716. Leur histoire demeure très mal connue : le temps et les circonstances exactes de leur fondation nous échappent. Un évêque breton, Mailoc (le « grand » en brittonique) siège parmi les pères des conciles de Lugo en 569 et de Braga en 572, peut-être déjà lors du premier concile de Braga en 561. Son autorité spirituelle et territoriale s'étend « au siège des Bretons (auquel) appartiennent les églises qui sont parmi eux, avec le monastère de Maxime et celles qui sont en Asturie ». Mais dès le viie siècle les évêques de Britonia arborent des noms qui ne sont pas celtiques. Sans doute les Bretons ne furent-ils jamais assez nombreux et se trouvèrent-ils trop éloignés de leurs bases de départ dans cette région pour y réussir une véritable colonisation, d'autant que leur état d'esprit individualiste, l'absence d'un peuplement autochtone demeuré celtophone comme les controverses politico-théologiques qui y troublent la paix (les Suèves et les Wisigoths sont ariens) ne s'y prêtaient guère. Récemment la Galice a revendiqué son appartenance culturelle au monde celtique et cherché à établir des liens avec la Bretagne dans de nombreux domaines.

4) La Méditerranée

  • 18 Perdrizet (Paul), « Sceté et Landévennec », Mélanges Nicolas Jorga. 1933, Archéologie en Bretagne.(...)
  • 19 Galliou (Patrick).
  • 20 Castel (Abbé Yves), « La croix pectorale de l’abbé de Saint-Mathieu », Landévennec et le monachism (...)

34On a relevé depuis longtemps l'importance des traditions et des usages orientaux dans le monachisme irlandais. Ces influences orientales sont également perceptibles à Landévennec et en Bretagne en général dans les origines cénobitiques et érémitiques18. Des relations maritimes directes maintenues avec la Méditerranée orientale sont suggérées par certains faits archéologiques : datant de la fin du ve et du vie siècle, plus de trois cents récipients en provenance de la Méditerranée moyenne et orientale ont été recensés en Irlande et dans les parties celtiques des îles Britanniques alors qu'ils sont inexistants dans les régions franques ou anglo-saxonnes. Le site de Lavret en a livré également. Confirme également le maintien de ces courants d'échanges la présence sur l'île de Batz d'une bande d'étoffe de soie longue de 2,50 mètres et large de 0,10 mètre connue sous le nom d'étole de saint Paul, qui est d'origine assyrienne ou perse et remonte au viiie siècle ; des pièces de monnaie byzantines ont été ramassées sur les rivages bretons19 ; la croix pectorale dite de l'abbé de Saint-Mathieu remonte à la seconde moitié du viiie siècle et fut exécutée sur un modèle archaïque, probablement hors des frontières de l'empire grec. Elle fut selon toute vraisemblance amenée de Salerne en Bretagne après l'an mille20.

35Au ixe siècle encore, le périple espagnol existe puisqu'un « énorme » navire sarrasin se fait voir devant l'île d'Yeu. Les reliques de saint Maur de Parenzo sont apportées en Bretagne par mer. Celles de saint Mathieu connurent une histoire compliquée : elles auraient été amenées d'Ethiopie en Bretagne vers 855, dans le Léon précisément. En 903 une flotte italienne s'en serait emparée à Saint-Pol-de-Léon pour les emporter en Lucanie d'où, en 955, elles sont transférées à Salerne. Enfin en 1012 l'évêque du Léon, Eudon, en ramène une partie dans son diocèse. Si l'on peut discuter de l'authenticité même de ces reliques (pourtant approuvées en 1080 par le pape Grégoire VII quand le Normand Guiscard réinvente ce qu'il en demeurait à Salerne), la réalité de ces navigations repose sur des textes et des traditions crédibles.

36La Translation de saint Mathieu présente la venue de marins bretons dans le bassin oriental de la Méditerranée comme une chose habituelle : ils connaissent déjà la contrée et le port où ils se rendent souvent pour commercer. Cela rend moins surprenante une historiette rapportée par le moine de Saint-Gall : « Charles, qui était toujours en course, arriva par hasard et inopinément dans une certaine ville maritime de la Gaule narbonnaise. Pendant qu'il dînait et n'était encore connu de personne, des corsaires normands vinrent pour exercer leurs pirateries jusque dans le port. Quand on aperçut les vaisseaux, on prétendit que c'étaient des marchands juifs selon celui-ci, africains suivant ceux-là, bretons au sentiment d'autres ; mais l'habile monarque, reconnaissant à la construction et à l'agileté des bâtiments qu'ils portaient non des marchands, mais des ennemis, dit aux siens : “Ces vaisseaux ne sont point chargés de marchandises, mais remplis de cruels ennemis.” »

37Pour gagner l'Italie et Rome, le centre de la chrétienté, les Bretons empruntent le rude chemin des cols alpins. En sens inverse des Italiens parviennent jusqu'en Bretagne, tel ce diacre de Spolète qui a tué son frère dans un mouvement d'humeur. Condamné à un pèlerinage pénitentiel aussi longtemps que les chaînes cadenassées qu'il porte sur son corps ne tomberont pas d'elles-mêmes, il aura la joie de voir s'achever l'expiation de son crime à Redon, avant de repartir à pied vers sa lointaine patrie. D'autres pèlerins et quelques hommes d'église se rendent ou reviennent d'Italie par les Alpes : les liaisons maritimes ne concernent pas les pays de la Méditerranée occidentale. Leurs destinations sont plus lointaines.

5) L'imram

38Il convient enfin de rappeler que la mer n'est pas seulement un espace de vie et de travail pour l'homme, elle est bien plus que cela pour le poète, pour le marin, pour l'habitant des franges côtières en général. Elle est à elle seule un univers mystérieux, changeant, fascinant. Un univers où l'homme se retrouve face à lui-même et face à Dieu, son Créateur : les îles, et les plus désolées d'entre elles en premier lieu, ont exercé un pouvoir d'attraction énorme sur les ermites bretons en quête d'une impossible méditation solitaire. Tous les saints celtiques y ont fait un séjour plus ou moins long. Certains n'ont pas reculé devant une coupure plus radicale avec le monde terrestre en rompant toutes les amarres qui les y rattachaient : anxieux de se rapprocher davantage de Dieu, ils ont pénétré le désert liquide qui se proposait à eux, confiants que leur navigation les mènerait aux îles Fortunées, ces ultimes avant-postes du Paradis. Déjà Gildas avait remarqué chez ses compatriotes cet attrait pour la pérégrination marine à la recherche d'un au-delà détaché de toutes les contingences de ce monde et annonciateur des joies infinies de l'autre : « Naviguer à travers les mers et franchir des terres immenses ne déplaît pas aux prêtres bretons. Cela au contraire les délecte. »

39Saint Malo donc, encore jeune puisqu'il vient à peine d'être ordonné prêtre mais déjà remarquable par son zèle au service de Dieu, se voit prier par son maître Brandan de l'accompagner dans sa recherche de l'île d'Imma. Ils partent « et, comme des hommes dignes de foi le racontent de génération en génération, ils furent en mer pendant sept pâques avant de revenir dans leur patrie ». La dernière année, il advient un fait extraordinaire : ils découvrent en pleine mer un très long tombeau disposé sur une île isolée. La prière de saint Malo fléchit le cœur de son Créateur qui permet à l'âme du défunt de rentrer dans son corps : « Ils lui demandèrent où il avait reposé, et sous quelle loi il avait vécu, et il leur répondit qu'il avait été à la peine, et qu'il avait vécu en païen. Et comme ils lui demandaient son nom, il leur répondit qu'il s'appelait Milldu. » Le géant ressuscité demande à saint Malo de le baptiser car « après ma mort j'ai vécu dans la peine, parce que les dieux que je vénérais ne sont rien. En effet j'ai vu en Enfer les juifs qui méprisèrent le Christ, eux qui jusqu'à présent n'ont pas cru en lui, et pour qui aucun repos ne sera jamais trouvé, et qui souffrent d'innombrables tourments de la part des bourreaux ». Malo exauce son vœu, le baptise en demandant que tous ses péchés lui soient remis. Alors Milldu, qui a déjà aperçu une fois l'île d'Imma — « cette île était entourée d'un mur d'or, où je n'ai pas vu d'entrée : ce mur brillait comme un miroir ou comme du verre » —, accepte d'y mener la sainte troupe : il marche dans les flots, tirant le navire par sa chaîne d'ancre. La coalition des éléments hostiles le force à faire demi-tour quand la chaîne vient à se briser sous l'action d'un violent courant contraire : revenu à son point de départ, il réintègre son tombeau tandis que les moines demandent le repos pour son âme. Ils ne parviendront jamais de leur vivant à l'île d'Imma !

40Brandan et ses compagnons prennent le chemin du retour, épuisés, mourant de soif ; la veille du Vendredi saint, leur navire s'échoue sur une île, « à leur insu ». Malo descend à terre et va explorer cette terre mystérieuse : il y découvre une fontaine qui contient des pierres précieuses et de l'eau très pure. Rapportant son double trésor à son maître, les gemmes et l'eau, il se prend le pied dans une ronce qu'il arrache : plus tard, il la replantera à Nantcarvan. Dans sa chute, il a perdu toute l'eau qu'il ramenait : seule une gouttelette est sauvée. « Alors son maître, joyeux, bénissant l'eau, la reçut, et après en avoir bu la passa aux autres, et sans que cette goutte d'eau ne montre quelque diminution, tous furent en même temps rassasiés comme de nourriture et de boisson. »

41Une quatrième île attendait encore les frères de Brandan : le matin du dimanche de Pâques, vers trois heures, ils aperçoivent un petit morceau de terre ferme, juste de quoi dire la messe dans des conditions décentes. « Ils se dirigèrent vers cette île, y jetèrent l'ancre, descendirent du navire et célébrèrent la messe que saint Malo chanta. Au moment où il arriva à l'Agnus Dei, voici que l'endroit où ils célébraient la messe remua : alors tous ceux qui écoutaient la messe se mirent à trembler et dirent d'une seule voix : “O Brandan, nous voilà tous engloutis !” Alors le maître dit : “O saint Malo, voici que le démon a pris une autre forme pour conduire plusieurs d'entre nous à la mort !” Mais saint Malo dit courageusement : “O maître, n'as-tu pas prêché aux autres — je l'ai entendu — qu'autrefois le prophète Jonas eut pour sépulcre une baleine vivante ? De la même manière, ceci a été préparé par Dieu pour nous aider." Alors il enjoignit à tous de se rendre au navire, termina la messe et, confiant, rejoignit le navire après tous les autres, tandis que la baleine portait humblement ses pas. Et après, à ce que l'on raconte, la baleine se tint jusqu'à la troisième heure du lendemain entre eux et le flot. »

42Après tant d'aventures insulaires, la terminaison de cette navigation longue de sept années s'avère sans histoire et le retour dans la patrie s'effectue dans les meilleures conditions. L'épisode de la baleine surtout a fasciné par son exotisme merveilleux les hommes du Moyen Age et a contribué à modeler leur imaginaire de la mer. Souvent repris et illustré, il figure dans nombre de manuscrits à travers toute l'Europe. Mais c'est l'ensemble de cette pérégrination marine qui mériterait un commentaire approfondi tant elle mêle des thèmes païens encore presque vivants à un habillage chrétien. Que le paradis terrestre soit situé quelque part vers l'ouest, ce secteur de l'Océan dont nul homme n'est jamais revenu, ne laisse pas indifférent : pour ce peuple de marins que sont les Bretons, le mystère de l'inconnaissable ne peut résider dans les cieux trop lointains ou au fond des crevasses de la terre ; il est nécessairement sur les franges dernières du monde, à l'extrémité de l'Océan, au point de rencontre de la nature et de la surnature, là où la mer s'ouvre sur des horizons insoupçonnés et inatteignables. Là où le rêve se confond avec la mer.

Notes

1 Comme en témoigne la réédition récente du texte en anglo-normand de Benedeit, Le voyage de saint Brandan, 1984 dans une collection de « poche ».

2 Par opposition au martyre sanglant subi par les premiers témoins de la foi ou les missionnaires aventurés en pays hostile.

3 Les références aux principaux textes se trouvent rassemblées dans Marcus (G.J.), Factors on early celtic navigation. Etudes celtiques, 1952-53, p. 312-327.

4 Fleuriot (Léon), Les origines de la Bretagne, 1980, page 211.

5 Séverin (Timothy), L'odyssée du Saint-Brandan, 1973.

6 Procope, Histoire des guerres de Justinien, livre VIII, 45-49

7 Bernier (Gildas), « Les navires celtiques du haut Moyen Age », Etudes celtiques, 1979, p. 287-291.

8 Dion (Roger).

9 Galliou (Patrick), Piot (Robert), Sanquer (René), Problèmes de navigation en Manche occidentale à l'époque romaine, Caesarodunum, 1977, p. 491-508

10 Kerlouégan (François), Les citations d'auteurs latins profanes dans les vies des saints bretons carolingiennes, Etudes celtiques, 1981, citation extraite de la page 135.

11 Dans un acte concernant l'île Grande (Côtes-du-Nord). Un tonneau rempli de vin est récupéré par les habitants de l'endroit. On sait que les seigneurs côtiers et leurs manants prétendirent exercer au Moyen Age un droit de pillage sur les épaves (le droit de bris) contre lequel les autorités spirituelles s'insurgèrent. Les ducs virent là un excellent moyen d accroître leurs revenus en vendant des brefs qui plaçaient sous leur sauvegarde les navires naufragés et leurs équipages. La légende des naufrageurs provoquant la perte des navires luttant contre la tempête en allumant des feux trompeurs pour les attirer sur les écueils a été forgée au siècle dernier

12 Tonnerre (Noël-Yves), Le commerce nantais à l'époque mérovingienne, M.S.H.A.B., 1984, p. 529.

13 Fleuriot (Léon), Breton et comique à la fin du Moyen Age, Annales de Bretagne, 1969, p. 705-724.

14 Bowen (E.G.), Saints, Seaways and Settlements, Cardiff, 1977 L'auteur a essayé de reconstituer les itinéraires empruntés par les principaux saints pan- brittoniques en relevant toutes les dédicaces qui leur sont consacrées, partant du principe qu'elles témoignent soit de leur passage soit d'un séjour plus long.

15 Les moines bretons ont semble-t-il refusé d'évangéliser les Saxons qui seront directement approchés par les missionnaires romains à l'initiative du pape Grégoire le Grand. Les Irlandais n'avaient pas eu ces préventions et ont très tôt ouvert des monastères en terre saxonne.

16 Guillotel (Hubert), Le premier siècle du pouvoir ducal breton, Bulletin philologique et historique. 1979, p. 705-724.

17 Il faut cependant reconnaître que pour l'époque carolingienne nous ne disposons plus de traces explicites de la présence de navires bretons au sud de l'île de Noirmoutier

18 Perdrizet (Paul), « Sceté et Landévennec », Mélanges Nicolas Jorga. 1933, Archéologie en Bretagne. 1977, p. 17-24.

19 Galliou (Patrick).

20 Castel (Abbé Yves), « La croix pectorale de l’abbé de Saint-Mathieu », Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Age, Daoulas, 1986.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540