Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Environnements. La Bretagne de Nominoë

Chapitre 7. Le cadre quotidien et les façons de vivre

Texte intégral

« Nul égard pour les enfants ni pour les veuves ni pour les églises ; le frère et la sœur partagent le même lit ; le frère prend l'épouse du frère ; tous vivent dans l'inceste et dans le crime. Ils habitent les bois et installent leurs couches dans les fourrés ; ils vivent de rapt, semblables à des bêtes sauvages. »

Ermold le Noir,

Poème en l'honneur de Louis le Pieux.

1Plantés sur la périphérie de l'empire, demeurés trop longtemps isolés du peuple franc, toujours rétifs devant les justes prétentions de ses souverains à les dominer, les Bretons ne peuvent être dépeints que comme des bêtes sauvages, des barbares sans foi ni loi, des primitifs dénués d'humanité et adonnés à tous les vices imaginables. C'est du moins cette image que le poète de cour entend donner et son témoignage a pu passer pour recevable, malgré ses outrances, tout simplement parce qu'il est resté unique : nos principaux informateurs sont hommes d'Eglise et ne s'intéressent que par exception à la vie des humbles.

  • 1 Ses modèles se trouvent dans la littérature « ethnologique » romaine, César et Tacite en particuli (...)

2Les excès de la charge d'Ermold le Noir ne suffisent pas à eux seuls à le discréditer, d'autant qu'il a su ailleurs faire preuve de solides qualités d'observateur et nous rapporter les fruits de son expérience avec un souci du fait vrai rare en son époque parmi les écrivains. Bien sûr les érudits ont déjà relevé que son portrait du Breton comme barbare est calqué sur un stéréotype développé dans la littérature latine depuis l'Antiquité1, mais que mettre à la place de ce portrait déformé ? La discrétion des sources bretonnes est désespérante dans ce domaine. La lumière ne peut venir que de la relecture de certains textes et de la mise à contribution des sciences auxiliaires de l'histoire : l'apport de l'archéologie ira croissant. Peu à peu, et avec trop de zones d'ombre encore, il apparaît que les conditions de vie des Bretons de Nominoë n'étaient ni pires ni meilleures que celles de la plupart de leurs contemporains en Occident, noyés dans un univers ensauvagé au milieu duquel la précarité de la survie constitue le lot commun.

La famille

3Les études anthropologiques insistent toutes sur le caractère primordial de ce milieu de vie : chaque époque, chaque société, chaque civilisation l'enrichit de ses apports propres en même temps qu'elle l'infléchit dans le sens de son histoire. Les temps contemporains n'échappent pas à cette règle, eux qui enregistrent des mutations accélérées de la cellule familiale, sa « crise ». Il est donc logique de commencer par elle l'approche du cadre quotidien.

4L'ancienne société celtique était caractérisée par l'existence d'une structure familiale de type clanique connue en Bretagne sous le nom de kenedl et dirigée par un chef, le penn kenedl Cette structure n'est plus lisible aux temps carolingiens ni dans les Vies de saints ni dans les actes de la pratique contenus dans le Cartulaire de Redon. De large qu'elle était, la famille s'est muée au ixe siècle en une cellule étroite, mononucléaire, bien que les relations entre cousins gardent une grande importance et que le vieux breton dispose d'une riche palette de vocabulaire pour désigner les différents degrés de parenté : ces termes ont survécu comme noms de familles, tels le Mab (fils), le Maquer (beau-fils), le Ny (neveu), le Breur (frère), le Yondre (eontr, yontr, « oncle »), le Deunff (gendre), le Douarain (petit-fils), le Quenderff (cousin), le Fillor (filleul), le Henaff ou le Hen (l'aîné), le Yaouer (cadet), le Penheur (héritier), etc.

  • 2 La place de la femme dans la société bretonne sera étudiée au chapitre 11.
  • 3 Kerlouegan (François), Essai sur la mise en nourriture et l'éducation dans les pays celtiques d'ap (...)

5Egalement estompée se trouve être la tendance matrilinéaire de l'ancienne famille celtique2 : Clément de Landévennec va même jusqu'à prétendre dans sa Vie de saint Guénolé « qu'il n'est pas de coutume de mettre par écrit la généalogie des femmes », affirmation démentie par la présence de celle de Roiantdreth, entre autres, dans le Cartulaire de Redon. Cette séculaire érosion de l'originalité celtique se remarque aussi dans le cas de l'adoption : la pratique du fosterage, qui consistait à confier à des parents adoptifs l'enfant nouveau-né pour qu'ils l'élèvent seuls jusqu'à l'âge de sa majorité, ne survit qu'à titre de souvenir dans la littérature hagiographique3. Une forme plus usuelle d'adoption l'a remplacée dans l'usage courant. Et pourtant les relations créées entre le nutritus et le nutritor étaient très fortes : l'âge de la majorité était aussi celui du choix pour le « nourri » entre sa famille charnelle et sa famille d'adoption. Au cas où il décidait de réintégrer la première, il n'en conservait pas moins des relations privilégiées avec son nutritor durant toute sa vie. Ce déclin des coutumes celtiques demeure délicat à expliquer : le rôle de l'Eglise catholique, le modèle franc, les transformations socio-économiques ayant affecté la société bretonne entre le ve et le ixe siècle sont autant de facteurs possibles d'évolution, mais la part de responsabilité de chacun dans cette mutation est difficile à déterminer.

6La chaleur et la profondeur des relations affectives à l'intérieur de la famille sont également fuyantes. Dans un chapitre ultérieur nous verrons que la femme bretonne peut exercer la réalité du pouvoir dans le ménage, écrasant de sa forte personnalité un époux bien falot. L'absence de toute scène de « mignotage » est remarquable dans les Vitae, ce qui ne signifie pas forcément que des liens affectifs ne pouvaient s'établir entre mère et fils par exemple : la Vita de saint Gurthiern renferme un épisode archaïque où l'on voit une pauvre femme rapporter chez elle pour l'ensevelir la tête de son fils mort à la guerre, à défaut du corps entier dont elle n'a pu se charger. Il existait donc au moins de strictes obligations post mortem entre membres d'une même famille. Les veufs aussi se soucient du destin de l'âme de leur chère disparue et essaient d'y pourvoir au mieux en comblant les monastères de donations pour lui assurer le salut éternel après lui avoir procuré une sépulture digne : le roi Salomon sait ainsi se montrer généreux envers Plélan où repose depuis 866 sa chère Wenbrit, tandis que Pascweten se rend le dimanche 8 janvier 876 sur la tombe de Prostlon, sa femme, à Redon : il dépose alors sur l'autel de riches dons (une croix d'or et des habits ecclésiastiques entre autres) et se dessaisit de deux domaines en faveur du monastère qui a accueilli la dépouille mortelle de celle qui fut sa compagne.

  • 4 Nous ne savons par contre rien des cimetières des pauvres. Pour la période postérieure, on consult (...)

7Certains puissants prennent leurs dispositions pour reposer auprès de leurs parents en attendant le jour de la résurrection des corps : Ratuili, guéri par les prières des moines d'un accès de fièvre, profite de sa convalescence pour mettre en ordre ses affaires puis gagne Redon avec la ferme intention d'y attendre pieusement la mort. Il ordonne que son tombeau soit préparé sous ses yeux à l'endroit où il a déjà fait déposer les reliques de ses parents. Plus tard la dépouille mortelle de son fils Catworet sera apportée à Redon et ensevelie dans le tombeau de son père : ainsi trois générations de machtierns se trouvent réunies dans la même fosse. Cette nécropole familiale traduit la force des sentiments lignagers, au moins au sein des milieux sociaux les plus favorisés4.

L'habitat

8Il convient dans ce domaine de distinguer la demeure des puissants de celle des paysans qui nous retiendra seule ici. Dans les deux cas toutefois une véritable course contre la montre se trouve engagée. Le temps et les préoccupations à courte vue de nos contemporains se conjuguent en effet pour accélérer de façon impitoyable le rythme des dégradations irréparables qui viennent amputer ce patrimoine archéologique récemment reconnu : ainsi du village déserté de Coatmocum en Huelgoat, remontant aux ixe-xie siècles, le rempart circulaire est déjà aux trois quarts détruit bien que des fonds de cabane rectangulaires soient encore lisibles à l intérieur de l'enceinte.

9Comme les serviteurs de Murman qu'Errnold le Noir dit avoir habité des « cabanes de feuillage », la plupart des Bretons au haut Moyen Age devaient occuper des maisons de torchis ou de bois. Les Gestes des saints de Redon rapportent la donation faite à ce monastère par Roswalon, pourtant qualifié « d'homme puissant », de « sa propre maison faite de planches de bois ». Les moines entreprennent de la démonter pièce par pièce et d'en transporter les éléments à Redon sur des charrettes attelées à des bœufs. Il est peu probable qu'on puisse jamais retrouver des témoins archéologiques de ces fragiles édifices, le bois se putréfiant rapidement sous le climat humide de la Bretagne et les réoccupations successives d'un même site risquant d'avoir oblitéré à jamais les traces ténues laissées par les trous des poteaux de soutènement. Sans doute la maison élémentaire habituelle formait-elle un rectangle de 6 mètres sur 3 ou 4 de côté. Des cabanes faites de mottes de gazon reposant sur un léger clayon- nage existaient peut-être également.

  • 5 Peuziat (Josick), Un bâtiment du haut Moyen Age à Livroac'h en Poullan, Archéologie en Bretagne, n (...)

10On n'a mis à jour jusqu'à présent qu'un seul édifice civil en pierre antérieur au xe siècle : il s'agit d'un petit bâtiment au sud du village de Livroac'h en Poullan, Finistère. « L'édifice se présente sous la forme d'un rectangle assez régulier, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Les parois, de pierres sèches, sont de facture soignée à l'intérieur. Les murs ont une épaisseur moyenne d'un mètre. Une porte, légèrement décalée vers le nord, est aménagée dans le mur oriental. Des blocs imposants — dont certains présentent des traces de piquetage visibles sur le parement sud — alternent avec des moellons de petite et moyenne dimensions. L'aspect extérieur ne semble pas avoir été le principal souci des constructeurs ; des blocs en voie d'altération constituent la base des murs. A l'angle sud de l'entrée, coïncidant avec le milieu du mur, le décapage a mis en évidence un trou de poteau. Le pilier pouvait remplir un double rôle : d'une part, supporter la poutre faîtière, d'autre part servir indirectement d'axe à la porte. Le sol est constitué de terre battue, soigneusement épierrée. »5 Une datation radiocarbonique est venue montrer que ce bâtiment couvert de chaume était occupé à partir de 640, mais sa durée d'utilisation fut assez brève. Et surtout la découverte d'un foyer aux dimensions disproportionnées dans la partie occidentale des ruines indique qu'il ne s'agissait sans doute pas là d'une maison d'habitation, mais plutôt d'un atelier artisanal dont la nature exacte n'a pas encore pu être établie avec certitude : une épaisse couche de cendres et de charbons, avoisinant par endroits 0,15 à 0,20 mètre, a été dégagée au fond d'une fosse parée de pierres sèches. Un four analogue a été découvert à Kerhaës Vihan en Brennilis. P.-R. Giot propose d'y voir des tranchées-foyers ayant pu servir au séchage des grains pour leur assurer une meilleure conservation.

  • 6 André (Patrick), Archéologie en Bretagne, nos 20-21, 1978-79, p 71-73 ; du même auteur, Un village (...)

11Plus récentes, les maisons de Lan Gouh en Melrand (Morbihan) sont datables des environs de l'an mille6 : construites sur un soubassement de gros moellons posés à plat sans fondation sur l'affleurement rocheux, elles étaient d'un principe très simple. Des perches s'appuyaient sur un muret de 50 cm de hauteur et supportaient elles-mêmes des lattes fixées par des tresses. Une couverture végétale recouvrait le tout et se prolongeait jusqu'au sol, masquant ainsi la base externe du mur qui était mise à l'abri du ruissellement des eaux de pluie. Un foyer central permettait de faire la cuisine mais non de chauffer la demeure puisque aucune possibilité d'évacuation de la fumée n'était prévue. Tous les matériaux utilisés ont été trouvés sur place par les constructeurs. Les seuils constituent les seuls éléments ouvragés avec soin : ils sont renforcés par de grandes dalles destinées au passage des bovins dans le bâtiment tenant lieu de bergerie, plus savamment aménagés dans le cas de la demeure réservée aux humains qui est close par une porte fonctionnelle. Enfin tous les bâtiments reconnus de ce village déserté s'ouvrent, quelle que soit leur orientation, sur une cour d'environ cent mètres carrés pratiquement fermée par le cercle des maisons et des constructions annexes : de l'avis du fouilleur, « il est tentant d'imaginer que cet ensemble ait pu correspondre à une réalité sociale, celle d'une famille au sens large ».

12La maison bretonne devait être entourée d'un petit talus surmonté d'une palissade pour empêcher les bêtes de venir ravager le jardin attenant. Une telle structure a été dégagée sur l'île Guennoc, la palissade de bois primitive ayant ensuite été remplacée par un petit muret subcirculaire de pierres sèches. Au xiie siècle les habitations du hameau de Penn-er-Malo en Guidel seront reliées entre elles par des murets semblables qui dessinent une cour intérieure servant probablement au pacage des animaux domestiques dont les ossements ont été retrouvés sur le site. La Vie de saint Malo met en scène un paysan qui vit dans une pauvre chaumière entourée d'un jardin, duquel il tire les légumes nécessaires à la confection de la soupe quotidienne. De la soupe et du pain : tel est son menu ; ces mets sont versés dans une écuelle en bois car les Bretons utilisent peu de poteries pour leurs usages domestiques. Et celles qu'ils fabriquent eux-mêmes sont souvent si grossières qu'il est difficile de les distinguer de la production de vaisselle néolithique.

13Le même passage de la Vie de saint Malo laisse supposer que le paysan en question disposait d'un coffre en bois, fermé par un cadenas, pour y resserrer ses gerbes de blé. « Il arriva un autre miracle par saint Malo : en effet, alors que Boduuan vivait et tenait la terre de saint Cardreuc, concédée par l'évêque Reithuualatr, une fois, sa femme, nommée Gloeucen, alla dans un autre village ; un de ceux qui l'accompagnaient voulut rassembler quelque nourriture pour ses chevaux, — les autres étant plus ou moins d'accord -, aborda un homme et lui dit : “Donne vite à manger à mes chevaux.” Il lui répondit : “Je n'ai pas le temps, mais si tu veux quelque chose, je te donnerai ce que je peux, parce que beaucoup viennent nous voir, et il faut toujours donner quelque chose à tous.” Il lui répondit : “Cela m est égal qu'il en vienne ou non ; donne-moi douze gerbes, et si tu ne veux pas, je casserai la serrure pour en prendre plus.” Il lui répondit : “Que fera saint Malo si tu casses la serrure ?” Il rétorqua : “Va dans ton jardin et fais la soupe” ; puis il mit pied à terre et brisa la serrure, et emporta autant de gerbes qu'il le voulait, et ressortit. Mais l'homme en colère, rempli de fureur, se rendit dans son jardin et, comme il l'avait dit, prépara la soupe et, quand ce fut prêt, il sortit et dit à haute voix : “O Saint Malo, viens recevoir cette soupe que ton serviteur a préparée.” Et après avoir ainsi crié trois fois, il revint chez lui et distribua la soupe aux pauvres, avec du pain. » Les laitages occupent également une grande place dans l'alimentation ordinaire des habitants de l'Armorique : dans le Dit des Bretons (début du xiiie siècle) les Parisiens se gausseront encore de leur propension à manger du « fourmaje » tandis que la troisième Vie de saint Tudual (troisième tiers du xie siècle) rapporte que « à chacun selon son état il donnait des aliments appopriés : il abreuvait de lait les infirmes, il pourvoyait les adultes de nourriture solide ». A Livroac'h, Josick Peuziat a retrouvé deux éléments de lame en silex et plusieurs percuteurs en quartz utilisés comme pierres à affuter ou comme archets pour obtenir du feu.

  • 7 Giot (Pierre-Roland), Les fouilles de 1983 à Quélarn, Bulletin de la Société archéologique du Fini (...)

14La literie consistait en quelques paillasses de fougère et d'autres feuilles mortes. Seuls des nobles comme Anowareth peuvent dormir dans un lit véritable : c'est alors qu'il reposait sur un petit lit (in lectulo) que saint Maur lui apparut en songe. La pauvreté des intérieurs du commun se retrouve, nous le verrons, dans les cimetières, traduisant le faible niveau de vie des populations paysannes. Elle se retrouve également dans le caractère sommaire des aménagements collectifs, les fontaines par exemple : l'eau potable est puisée directement dans les sources le plus souvent. En haute Bretagne, au lieu-dit La Motte-Roussel, existe encore selon la tradition une fontaine locale carolingienne, malheureusement bétonnée depuis peu (elle avait une profondeur de huit mètres selon les fermiers de l'endroit et était entourée de bénitiers) à environ 300 mètres à vol d'oiseau d'une croix carolingienne volée il y a très peu de temps. Des habitats encore plus précaires sont attestés par Ermold le Noir qui dit que les Bretons, lorsqu'ils sont pourchassés, vivent dans les fourrés, et par les preuves archéologiques d'une réoccupation, au moins temporaire, de chambres de sépultures mégalithiques : à l'île Brunec aux Glénans vers 700, à l'île Guennoc vers 800 ou à Quélarn en Plobannalec vers la fin du viiie siècle7.

Ages et misères de la vie

  • 8 Giot (Pierre-Roland) et Monnier (Jean-Laurent), Le cimetière des anciens Bretons à Saint-Urnel en (...)

15De la naissance et de la toute petite enfance, on ne sait pratiquement rien. Seule la Vie de saint Guénaël fait allusion aux craintes de la femme parturiente, à ses douleurs puis à sa joie lors de la venue au monde du petit être : « A Laetitia est accordé un enfant, et avant l'accouchement elle connaît l'angoisse de toute femme, mais après l'accouchement sa douleur se change en joie selon ce qui est écrit : “La femme sur le point d'accoucher s'attriste... mais quand elle a enfanté, elle ne se souvient plus de son épreuve, dans la joie qu'un homme soit venu au monde” (Jean 16, 21). » La mort fauche si ardemment les bébés et les jeunes enfants que cette hécatombe semble fatale et échappe au domaine du miracle : aucune Vie de saint n'évoque la guérison ou la résurrection de ces angelots. Le miracle est réservé aux adultes et aux adolescents. Les fouilles pratiquées dans l'ancien cimetière de Saint-Urnel en Ploemeur ont révélé récemment un carré plus spécialement réservé aux nouveau-nés et aux jeunes enfants8, bien qu'il y en ait d'entassés ailleurs au milieu des adultes. Ce témoignage archéologique, outre le fait qu'il confirme la très forte mortalité infantile, suggère que les jeunes — ondoyés seulement ? — reposent à l'écart du troupeau des chrétiens, peut-être pour des raisons religieuses.

16La septième année marque une première rupture dans la vie des petits Bretons aux temps carolingiens : c'est à cet âge qu'ils sont retirés à leur mère ou à leur nourrice pour être placés sous la férule d'un maître qui les élèvera dans les arts libéraux si leurs parents sont riches, ou leur fera commencer l'apprentissage de la rude vie des campagnes comme pâtres. La majorité légale est atteinte à quatorze ans pour les filles, à dix-sept ans pour les garçons : sainte Ninnoc reste ainsi chez ses parents nourriciers Gurkentelu et Guennarguant jusqu'à ses quatorze ans révolus. Rien ne prouve d'ailleurs que le mariage était forcément aussi précoce que l'entrée dans l'âge adulte.

  • 9 Même référence qu'à la note précédente, page 164.

17En Bretagne le sol est en général trop acide pour permettre une conservation durable des ossements anciens ; aussi l'étude des cimetières est-elle difficile ici faute de matériaux osseux. C'est d'autant plus regrettable que dans d'autres régions plus favorisées dans ce domaine des fouilles systématiques ont permis de bien connaître ainsi les conditions physiques et démographiques des populations anciennes. Le cimetière de Saint-Urnel, protégé par une dune littorale très calcaire, constitue une heureuse exception : son exploration a été entreprise en plusieurs stades et a bénéficié récemment des derniers progrès de la technique archéologique lors des excavations conduites avec soin par P.-R. Giot et J.-L. Monnier. Il s'agit du cimetière d'une communauté de cinq cents personnes environ, très pauvres puisqu'on remarque une absence totale de mobilier funéraire. Mais cette pauvreté matérielle ne signifie pas forcément misère physiologique : sans doute grâce aux ressources alimentaires tirées du proche littoral (ramassage de coquillages marins et pêche côtière) ajoutées au produit de l'agriculture et de l'élevage, cette population présente un état sanitaire assez satisfaisant. La taille moyenne des hommes adultes s'établit à 168 cm (avec un individu atteignant 183 cm), pour les femmes à 156 cm. « Pour l'époque cela veut dire que la taille était presque forte, et c'est le reflet du caractère sain et robuste d'une population qui profitait certainement de l'équilibre alimentaire du bord de mer. »9 Quelques vieillards perclus de rhumatisme ont été trouvés, ce qui montre bien qu'avec une solide constitution et un peu de chance l'espérance de vie n'était pas négligeable. Ces hommes et ces femmes de Saint-Urnel sont des Bretons venus d'outre-mer, ou leurs descendants : les similitudes sont indéniables avec leurs cousins insulaires au point de vue de l'anthropologie physique. Par contre ils ne ressemblent guère aux squelettes d'Armoricains plus anciens ni aux actuels Bigoudens. Les datations radio-carboniques permettent d'établir que ce cimetière fut mis en service au ve siècle et demeura actif jusqu'au xe siècle, deux prélèvements ayant fourni les dates calibrées de 970 et 980. Les tombes sont très simples : la pratique n'était pas générale d'entourer de pierres le corps des défunts (deux sépultures d'adultes ont aussi fourni des garnitures latérales taillées dans de grands os de cétacés) et certains ossements ont été déplacés pour permettre des ensevelissements postérieurs. Aucun objet ou signe chrétien n'a été découvert dans les tombes, mais il paraît que l'ensemble était surmonté d'une croix : les fouilleurs ont en effet retrouvé ce qui semble avoir été un fût de croix taillé dans une stèle de l'âge du fer.

  • 10 Il existe en Bretagne au moins onze stèles épigraphiques remontant à l'époque carolingienne. Elles (...)

18Chez les plus riches, le choix de l'emplacement de leur future sépulture fait l'objet de soins jaloux tandis que des dons généreux permettent de s'associer pour l'au-delà les prières de saints moines : « Matuédoï, fils de Hailwaloi, le jour de son trépas approchant, recommanda son âme au Sauveur du monde et confia son corps au monastère de Redon... il donna en aumône deux villas, à savoir l'une dans la plou de Wern (Guer), l'autre à Rewis Brenoiou (dans le pays de Rhuys). » Le dimanche 29 juin 875, en la fête des saints Pierre et Paul, le machtiern Deurhoiam et son épouse Roiantken demandent aux moines de Plélan à voir l'emplacement où bientôt reposeront leurs dépouilles corporelles. On les mène au « vestibule », c'est-à-dire au parvis de la basilique, une place de choix ! Rassurés et comblés dans leurs vœux, les deux époux lèguent aussitôt au monastère chacun un beau domaine. Quand Deurhoiarn vient à décéder le 12 janvier suivant, son fils Iarnuuocon confirme, en présence de sa mère, les donations faites six mois plus tôt. Roiantken mourra en 878 seulement : « Le dimanche suivant Iarnuuocon vint visiter les sépulcres de ses père et mère et, après la messe, debout entre le temple et l'autel, il appela l'abbé Liosic et tous ses moines, il plaça sur l'autel son gant et dit à haute voix : “A saint Méen et à ses moines, en l'honneur du Sauveur et pour l'âme de ma mère, je donne en perpétuel héritage la villa Enewor.” » Quelque temps après il vint de nouveau un dimanche visiter les tombeaux de ses parents et « pour leur salut, après la messe, en présence des moines et de toute la foule qui avait assisté à l'office, il donna encore le domaine de Ran Kethic et le colon Sulwoion qui y était attaché ». Un tel souci de connaître à l'avance le lieu de repos de sa sépulture en attendant le jour de la résurrection des corps et un tel luxe de donations pieuses trahissent assurément quelque inquiétude métaphysique sur le sort de l'âme après la mort terrestre10 !

19Avant leur enterrement les défunts font l'objet de certains soins qui nous sont connus par un épisode des Miracles de saint Magloire relatant la résurrection d'un jeune homme de vingt ans. « Lorsqu'il fut mort, ses parents préparèrent les cérémonies funéraires comme le veut la coutume et ils portèrent son corps dans un cercueil devant le sépulcre du saint... Il arriva donc qu'il revint à la vie, alors que tous allaient pour l'enterrer. Ceux qui portaient sur leurs épaules le cercueil dans lequel il reposait sentirent celui-ci tanguer et ils le déposèrent par terre. Aussitôt le jeune homme déchira, en présence du peuple qui l'entourait, le cilice et le suaire qui l'enfermaient, il éloigna de lui le mouchoir qui avait été posé sur sa tête et se présenta ainsi, sain et intact, aux yeux de tous, chantant la gloire de Dieu. » Le mort, après sa toilette funéraire, a donc été enveloppé dans un double linceul (un drap de poils de chèvre puis un drap de lin) tandis que sa tête restait à l'air libre — mais sa face était dissimulée sous une petite pièce de toile, une sorte de mouchoir. Déposé dans un cercueil de bois, il est ensuite conduit à l'église pour la veillée et l'office des morts, avant que les prêtres et la foule de ses parents, amis et obligés ne l'accompagne jusqu'à sa dernière demeure, sans doute attenante à l'église. Des sarcophages en pierre, dont certains portent des inscriptions gravées sur leurs flancs, avaient été en usage dans la zone bretonne à l'époque mérovingienne.

20Des conduites de deuil bruyantes précèdent l'ensevelissement Saint Guénolé laisse ainsi son disciple Rioc gagner le chevet de sa mère qu'il croit mourante et qui est déjà morte, en fait, à son arrivée. « Lorsqu'il arriva à l'endroit où se trouvait la défunte, il mit dehors tous ceux qui faisaient du vacarme autour d'elle, les apostrophant ainsi : “Retirez-vous ; pourquoi toutes ces sottises ? Cela ne sert à rien.” Il croyait, en effet, que son âme était encore en elle. » La virulente réaction du saint moine semble indiquer que ces lamentations assourdissantes, émises peut-être par des pleureuses professionnelles comme on en rencontre dans l'Antiquité, pouvaient servir à accompagner l'agonie ; elles montrent en tout cas que l'idéal chrétien de la bonne mort, rappel auprès du Seigneur dans une ambiance de joie paisible dans l'espérance de la vie éternelle et de la contemplation béatifique, n'avait pas encore pénétré en profondeur les populations bretonnes. La Vie de saint Turiau décrit un autre cortège funèbre, celui d'une jeune vierge du nom de Maeldoch. Le corps de la défunte « était porté sur un brancard et une grande foule de personnes en pleurs le suivait car elle était d'une famille très noble ». Toujours des pleurs et des larmes autour de la mort laïque, et encore plus lorsqu'il s'agit d'une personne d'un rang social élevé...

  • 11 Lambert (Pierre-Yves), Le bifolio médical de Leyde, Bulletin de la Société archéologique du Finist (...)

21Contre la mort luttaient des médecins aidés de divers remèdes que l’on connaît un peu au travers de deux pages manuscrites découvertes dans une reliure ancienne à Leyde et qui remontent à la seconde moitié du viiie siècle. Ce trop court lambeau d'un traité de médecine, qui mêle le breton au latin, donne les noms d'un peu plus de soixante-dix plantes ou maladies en vieux breton. Sa parenté est frappante avec certains des traités de médecine gallois médiévaux, comme le Meddygon Myddfei. Voici par exemple la recette utilisée dans le cas de l'aeniap (une inflammation analogue à l'érysipèle ?) « Cherche sureau, cherche épine(s), cherche aulne, cherche chêne, cherche cornucoerui ( ?), cherche houx, cherche pomme ; par (mélange de) cervoise bande l'inflammation ; chasse-la par mélange de miel. » Il est bien difficile d'apprécier l'efficacité curative d'une pareille pharmacopée naturelle, d'autant plus que toute indication fait défaut sur la posologie. Ses origines doivent être recherchées dans les traités antiques de médecine11. L'habileté chirurgicale des anciens Bretons prête moins à discussions puisque l'on a découvert à Saint-Urnel une quinzaine de crânes trépanés : six au moins sont bien cicatrisés malgré l'enlèvement de trois à six centimètres d'os, ce qui prouve que certains patients au moins pouvaient survivre à une telle opération. Leur robustesse, sans être à toute épreuve, est cependant aussi remarquable que la maîtrise gestuelle de leurs chirurgiens empiriques ! La trépanation est une pratique bien attestée en Armorique dès les temps préhistoriques, mais on hésite à l'expliquer par des raisons exclusivement médicales : dans certains cas, et pour les époques les plus reculées plus sûrement, elle répondrait aussi à des motifs d'ordre magique dont on saisit mal la nature profonde. Quoi qu'il en soit, ce tour de main difficile a survécu en Bretagne jusqu'à l'aube de la révolution féodale.

22Du temps de Salomon, le savoir médical des moines nous vaut une bonne description des symptômes cliniques de l'hydropisie. Le recours au médecin en cas de maladie grave ou de souffrance insupportable est assez habituel : ainsi « un certain moine et prêtre du nom de Iarnitin, qui était très opprimé par une grande fièvre qui le faisait souffrir jour et nuit avait demandé un remède aux médecins » quand saint Hipothème lui apparaît pour lui promettre une prompte guérison, ce qui ne manque pas d'arriver. Le comte Loiescon, devenu lépreux, souffre durant sept années et dépense beaucoup d'argent avec les médecins avant de trouver la délivrance grâce à l'intercession de saint Magloire. De même le « vénérable Ratuili fut saisi d'une infirmité si grave que les médecins désespéraient qu'il puisse vivre plus longtemps ». En dernier recours il revient toujours aux saints de se faire les auxiliaires d'une médecine humaine défaillante car ainsi que le dit saint Guénolé : « Frères et pères, ne pleurez pas, ne vous affligez plus l'esprit. Il n'est de mal, si grand soit-il, qui n'ait son médecin, d autant que le médecin n'est pas loin si on le cherche avec une ardeur sincère, lui qui guérit tous ceux qui se confient en lui, et cela sans aucune mixture de simples. Tous donc, et chacun à part soi, allons au Christ pour le prier avec confiance. »

23Thérapeutes, les saints bretons ne le sont pas tous avec une égale constance. De saint Paul-Aurélien son hagiographe, Gourmonoc, ne rapporte que trois guérisons alors qu'il accumule par ailleurs les miracles de divers types. D'autre part, à certains saints sont attachés des guérisons multiples mais vagues dont on ne peut tirer grand-chose d'utile, sinon que les rédacteurs des Vitae avaient lu de telles listes dans le Nouveau Testament, en Matthieu XI, 5 par exemple. Grâce à saint Guénaël « les aveugles voyaient, les sourds entendaient, les lépreux étaient guéris ; les possédés recouvraient la raison, les boiteux la possibilité de marcher, les paralytiques des membres vigoureux, et tous ceux qui souffraient pour une raison ou pour une autre recouvraient la santé ». De semblables, et banales, listes se lisent dans les Vies de saint Paul, de saint Guénolé, de saint Malo, de saint Turiau, etc.

  • 12 Sigal (Pierre-André), L'homme et le miracle dans la France médiévale, 1985, page 256.

24Plus riches d'enseignements sont les Vies de saint Samson, de saint Guénolé par le moine Clément et de saint Malo par Bili. Bien sûr nous ne prétendrons pas que les miracles thérapeutiques qui y sont détaillés puissent traduire exactement ni l'action personnelle du saint ni les maux les plus couramment endurés par les Bretons du ixe siècle. Cependant ils peuvent donner une certaine idée de la pathologie médicale de l'époque puisque le discours hagiographique, pour rester crédible, doit emprunter aux réalités du monde environnant. Le tableau ci-dessous permettra de visualiser les résultats de nos propres comptages et de les comparer à ceux obtenus pour une période légèrement postérieure (les xie et xiie siècles) dans l'espace français par P.-A. Sigal12.

  • 13 Rouche (Michel), Miracles, maladies et psychologie de la foi à l'époque carolingienne en Francie, (...)

25Une comparaison terme à terme entre les différents pourcentages ainsi dégagés serait bien risquée puisque le travail de Pierre-André Sigal repose sur l'analyse de 2 708 miracles de guérison, dont une large majorité de miracles posthumes (2 050) alors que nous n'avons retenu que onze miracles posthumes, tous extraits de la Vie de saint Malo, sur un total de 53. Il apparaît pourtant des points communs entre les deux séries : l'importance des maladies des yeux et des paralysies bien que les miraculés bretons souffraient moins de ces dernières, celle du groupe des sourds et muets et, à un degré de fréquence moindre, des possédés du démon ou des simples déments tel ce malheureux qui réclamait à saint Turiau des fraises en plein hiver... L'ensemble des « divers » regroupe plusieurs victimes de morsures de serpents qui n'apparaissent pas clairement dans la série française. Par contre les Bretons ignorent certaines affections (fièvres, maladies des voies urinaires) ou paraissent moins touchés par d'autres (lèpre, tumeurs diverses). Enfin, et ce serait un signe d'archaïsme ou du moins de grande antiquité, les saints bretons procèdent volontiers à des résurrections qui ont à peu près disparu de la panoplie de la sainteté française aux xie et xiie siècles. Une autre étude récente portant sur la seule période carolingienne (sur la base de 351 cas de guérison) donne des pourcentages légèrement différents quoique les mêmes grands ensembles de pathologie médicale s'y retrouvent13 :

26Ainsi, comme tous les autres malheureux malades de l'Europe médiévale, les Bretons sont d'abord victimes de cécité et de paralysies diverses, de surdité et de la lèpre, et ne sont pas épargnés par les affections mentales.

27Il est par ailleurs important de remarquer que, dans la littérature hagiographique tout au moins, les saints ne sont pas présentés comme des rebouteux dotés de pouvoirs curatifs plus ou moins magiques : les guérisons qu'ils opèrent, ils les obtiennent après avoir prié Dieu du fond de leur cœur et l'hagiographe prend soin de bien marquer que c'est le Seigneur qui permet les guérisons à la demande expresse du saint ou par la force de sa « vertu ». Encore jeune, Guénolé obtient la remise en place de la jambe de l'un de ses camarades, brisée alors qu'il jouait imprudemment ; le saint enfant invoque Dieu en ces termes : « Toi qui ne te dérobes pas à ceux qui te cherchent dans la droiture, et qui par la main de tes serviteurs rends la vue aux aveugles, la main aux manchots, la marche aux boiteux et la vie aux morts, exauce-nous. » Plus âgé, parvenu à un certain stade de maturité dans la vie contemplative et déjà honoré de plusieurs marques de divine reconnaissance, le saint n'est plus dit à chaque nouvelle guérison adresser une pareille prière au Tout-Puissant : l'aura de sa « vertu » y suffit, alimentée qu'elle est par ses prières et ses macérations quotidiennes. Mais en aucun cas, le saint de ces siècles du haut Moyen Age (et encore moins des objets lui ayant appartenu ou ayant été touchés par lui) ne fait des miracles de son propre engin : ceci se produira seulement dans un stade ultérieur, quand la folklorisation du culte des saints donnera naissance en Bretagne à des pratiques plus ou moins superstitieuses que les folkloristes ont recueillies au siècle dernier et au début du nôtre encore. Il n'en est pas question aux ixe et xe siècles, du moins pas dans les documents élaborés par la petite élite intellectuelle du temps. En effet, comment le peuple vivait-il ces faits miraculeux ? Comment les recevait-il et qu'en attendait-il ? Nous l'ignorons.

Les distractions

  • 14 Du Cleuziou (chanoine François), La navigation du saint moine Malo, Bulletin de la Société d'émula (...)

28Les Vies de saints bretons font preuve d'une étonnante discrétion quant aux données temporelles : pratiquement aucune indication précise ne permet de situer les Gestes des saints dans l'épaisseur des temps passés, ou pas plus que de les inclure dans le calendrier liturgique annuel (seule la Vie de saint Malo se réfère au temps de Pâques à plusieurs reprises14, mais ignore la nativité du Christ par exemple). Le même vide se retrouve dans la documentation profane, sinon quant aux dates (les chartes les précisent parfois), du moins quant à leur situation par rapport aux grandes festivités de l'année chrétienne. Autant dire que nous ignorons tout de la célébration de celles-ci, de l'importance des peuples qu'elles drainaient et des réjouissances qui pouvaient s'ensuivre, danses, chants, ou autres sauts par-dessus les flammes mourantes des feux de la Saint-Jean...

  • 15 L'importance des chiens était grande dans les différentes sociétés celtiques

29Nous sont seuls connus les loisirs des classes élevées. La chasse y tient un grand rôle : c'est même le sport royal par excellence. Nominoë découvre un jour six moines qui s'activent à débroussailler les rives envahies par les ronces d'une petite rivière. Il s'enquiert de qui il s'agit, leur promet des dons généreux s'ils peuvent se procurer quelques reliques de valeur. Ces moines sont les fondateurs du futur monastère de Léhon et Nominoë tiendra parole quand ils auront pu s'emparer, en allant les dérober sur l'île de Sercq, des restes de saint Magloire. Le roi ne passait pas là par hasard quand il les découvrit : il chassait, accompagné de nombreux autres cavaliers et de chiens sans nombre15. Chassaient également, et à cour, les serviteurs du roi Waroc : la Vie de saint Guénaël nous les présente pris au dépourvu dans une forêt, au beau milieu de l'action, quand le drame allait vers sa fin. « Il faisait donc route quand surgit un énorme cerf ; la bête, complètement épuisée par la poursuite des chasseurs et des chiens qui la serraient de près, avait aperçu de loin le bienheureux Guénaël : trouvant auprès de lui le plus sûr des refuges, elle accourut à vive allure et se jeta sous le manteau de Guénaël. O merveille ! Les petits chiens, par-derrière, pressaient très vivement le cerf dont les flancs haletaient déjà ; à la suite du long effort fourni, il défaillait et l'on voyait qu'ils allaient l'attraper sous peu ; mais tandis qu'il courait vers le saint, non seulement ils n'osèrent pas le poursuivre, mais ils s'agenouillèrent comme s'ils ne sentaient plus les traces du cerf, et ils n'aboyèrent même pas. Alors les chasseurs, stupéfaits de cette scène extraordinaire, n'osèrent pas rejoindre le cerf qui s'était confié à pareille protection ; déçus dans leur attente, ils se retirèrent. Quand ils furent arrivés assez loin : “Va-t'en sans inquiétude, dit le saint au cerf, tu n'as plus rien à craindre.” Quant aux chasseurs, ils retournèrent auprès du roi Waroc et lui racontèrent l'incident : tous les assistants demeurèrent dans le plus vif étonnement. Aussi le roi dépêcha-t-il près du serviteur de Dieu quelques-uns des plus nobles personnages de sa cour, pour le prier humblement de venir le voir. Il vint. »

  • 16 Tonnerre (Noël-Yves), Contribution à l 'étude de la forêt bretonne : la forêt dans la région de Re (...)

30Des forêts, ou certaines portions de celles-ci, sont réservées aux chasses royales ou à celles des Grands. A l'époque féodale, les ducs de Bretagne disposeront encore de telles réserves naturelles, les parcs, encloses de hauts murs, dont le Parc-au-Duc garde, par exemple, le souvenir à Morlaix. Le droit carolingien distingue soigneusement deux termes, silva et foresta. Si le premier traduit une simple réalité écologique, le second sert à désigner un territoire placé sous une protection juridique spéciale et mis en dehors du droit commun. Foresta est attestée par deux fois dans le Cartulaire de Redon. Une première mention se trouve dans un diplôme du roi Salomon daté d'avril 869, confirmant la donation de la terre qu'il a faite, y compris la foresta de Plélan. L'autre exemple concerne une donation faite par le machtiern de Ruffiac et de Pleucadeuc en 865, usant de son pouvoir souverain. La foresta est donc bien un territoire enlevé à l'exploitation commune, mais l'opposition avec silva apparaît comme de nature uniquement juridique car sur les huit occurrences de ce dernier mot, cinq se localisent dans les deux grands ensembles forestiers de Plélan et de Pleucadeuc qui se trouvent donc partagés entre deux statuts différents, étant à la fois silva et foresta16.

  • 17 Fleuriot (Léon), article cité à la note 15, page 70

31Certains tenanciers doivent entretenir à leurs frais la meute du maître et ses chevaux : les chartes de Redon ne font allusion à cette charge que pour rappeler que les parcelles concernées par elle sont franches de ce droit appelé en breton loch17. Les hommes qui y sont astreints doivent nourrir et soigner les chiens et les chevaux appartenant à leur propriétaire éminent : l'entretien d'une meute nombreuse lui est indispensable en effet et il préfère s'en décharger sur d'autres en attendant le retour de la saison des chasses. Parfois des contestations s'élèvent à ce propos : un nommé Prigent prétend que ce droit lui appartient sur des îles des marais de Vilaine qu'Erispoë a données aux moines de Redon en bafouant, prétend-il, ses intérêts.

32Les joies de la chasse ne sont pas réservées aux seuls nobles, des ecclésiastiques succombent aussi à ses attraits. Abélard, exilé à Saint-Gildas-de-Rhuys, mentionnera parmi les différentes avanies que lui font subir ses insupportables moines bretons, le fait qu'ils allaient traquer l'ours dans les forêts environnantes et qu'ensuite ils fichaient les pattes du monstre abattu sur les portes de l'abbaye ! Dans un tout autre registre, plus édifiant, l'auteur des Miracles de saint Martin de Vertou affirme avoir connu un homme du nom d'Arnulf « qui avait fait partie de l'ancienne famille du monastère de Vertou ». Il s'agit donc d'un membre de la domesticité des moines qui était à leur service avant leur dispersion devant la menace Scandinave en 920. Arnulf connut la malchance d'être pris par les Normands qui, à défaut de pouvoir en tirer une rançon, par pur sadisme, lui coupèrent les deux mains. S'il survécut à ses blessures, le malheureux se trouvait sans ressources et bien incapable de travailler. Aussi saint Martin le prit-il en pitié et lui procura-t-il une habilité gestuelle telle que, malgré sa cruelle mutilation, « il lui arrivait souvent de tuer de féroces sangliers non seulement grâce aux pièges qu'il leur tendait, mais aussi à coups de lance » ! Bili, l'auteur de la Vie de saint Malo, alors qu'il se trouvait un hiver dans la cité de Saint-Pol-de-Léon où il disputait avec les moines du cru sur les mérites respectifs de leurs saints patrons, rapporte qu'un vol d'oies sauvages surgit à l'improviste dans le ciel : alors les moines des deux camps élisent deux champions qui se saisissent de cailloux et visent les volatiles, chacun d'eux appelant en son aide le saint de l'autre. Celui de saint Malo invoque donc saint Paul, mais il n'obtient ainsi rien de bon, tandis que le champion de saint Malo abat une bête à chaque coup. « Alors qu'ils en disputaient, voilà encore, comme avant, des oiseaux qui se posent d'un autre côté, près de nous ; après avoir décidé que chacun irait vers les oiseaux au nom de son saint propre (et ils y étaient déjà allés deux fois), ils y allèrent. Et le serviteur de saint Paul, qui avait tué auparavant deux oiseaux au nom de saint Malo, n'eut rien au nom de saint Paul. Mais le serviteur de saint Malo, qui n'avait rien eu au nom de saint Paul, dès qu'il y alla au nom de son patron, abattit un oiseau et le ramena avec joie, afin que nous comprenions tous que ces oiseaux avaient été tués par la vertu de saint Malo, » Et Bili d'ajouter que, saisi d'admiration devant un tel miracle, l'évêque Clotuuoion de Saint-Pol ajoute dès ce jour l'anniversaire de la naissance de saint Malo au calendrier liturgique de l'église léonarde. Mais ne serait-ce pas là vantardise de chasseur impénitent ?

33Allant de pair avec la chasse et la guerre, la passion pour le cheval est chose répandue, même parmi les saints puisque saint Malo « lorsqu'il se promenait à cheval, rapportait sans cesse quelque mot au sujet de Dieu, ou chantait un cantique ». A l'évidence l'habitude d'une promenade à cheval ne cadre pas bien avec le portrait attendu de l'ermite et de l'ascète ! La même passion mobilise gens du peuple et aristocrates qui se retrouvent tous aux abords d'un champ de course improvisé à l'occasion d'un défi lancé au propre père de saint Guénolé. « Un jour il s'éleva une discussion amicale entre Fracan, le père de Guénolé, et Riwalon, chef de la Domnonée, à propos de la vitesse de leurs chevaux. On fixa un jour pour voir lequel serait le plus rapide. Une foule tant de nobles que de manants se rassembla pour jouir du spectacle, et des garçons très légers et spécialement éduqués pour cela montèrent les chevaux. Lorsque les chevaux s élancèrent de la ligne de départ, le cheval de Fracan, seul en tête, l'emportait sur tous. Au point que le garçon qui le montait ne parvenait pas à en maîtriser l'élan et qu'il s'écrasa sur des rochers très aigus. » Ce texte contient certainement la première mention de jockeys dans tout l'Occident médiéval ! Mais le cheval, emballé, effrayé peut-être par les cris de la foule, s'est débarrassé de son cavalier : heureusement Guénolé, survenu sur ces entrefaites car un saint ne saurait assister, tout de même, à un tel spectacle prolane qui fait naître tant de sentiments coupables, entreprend de prier pour lui. « Alors le garçon qui avait été mort, comme revenant du sommeil, se dressa aussitôt puis, accompagnant les siens qui s'en retournaient chez eux en rendant grâces à la fois à Dieu et à saint Guénolé, il s'en alla avec eux, sain et sauf, à cheval. » Après une telle chute, il fallait avoir la passion du cheval bien chevillée au corps pour remonter aussi vite en selle avec une allure si crâne !

  • 18 Notamment sur la croix de Durow et sur l'arc du chœur de l'église de Kilteel, tous deux du IXe siè (...)
  • 19 Nithard dans son Histoire des fils de Louis le Pieux (livre III, chapitre 6) note que des Bretons (...)

34L'entraînement physique des combattants exige d'eux, outre une endurance que la pratique de la chasse aide à acquérir, d'autres qualités : l'habileté dans le maniement des armes, l'agilité du cavalier léger et la connaissance des gestes d'attaque et d'esquive dans le combat au corps à corps. Cette dernière science leur est procurée par la pratique de la lutte : l'actuelle lutte bretonne ou gouren est l'héritière d'une tradition plus que millénaire. La croix de Kells en Irlande (ixe siècle) et diverses autres représentatations figurées dans la pierre conservées dans ce pays18 indiquent que ce sport y était déjà pratiqué et reconnu au temps de Nominoë. Pour la Bretagne armoricaine une documentation équivalente fait défaut, mais il n'y a aucune raison de supposer que la lutte celtique y est alors inconnue19. Les hommes libres et jeunes s'y adonnent sûrement à leurs moments de loisir.

  • 20 Loth (Joseph), Gualimade, Goariva, Revue celtique, tome XII, p 280-281. Gualima glose « circus, sp (...)

35Le théâtre réunit aussi l'enthousiasme du peuple et des nobles dans un commun engouement. Si les textes alors joués sur les planches sont perdus à jamais, il nous reste des preuves tangibles de l'existence de cet art dans la partie bretonne de la péninsule armoricaine aux temps carolingiens. Et d'abord dans la toponymie : le vieux breton avait un mot pour désigner l'endroit où l'on dressait habituellement les tréteaux, guarima, endroit de jeu, qui a évolué en Goariva en Cornouaille et dans le Trégor, Goarivan en Léon et Hoariva en Vannetais. Onze toponymes de ce type sont attestés à travers toute la zone bretonnante ancienne20. Par ailleurs le vocabulaire des activités théâtrales est riche en vieux breton : l'avant-scène (racloriou) dévoile au public dans les spectacles d'histrions (in uanetou) des bouffons (guanorion ; sing. guan), un acteur (herderchan) et un jongleur (clesmanctohan) tandis qu'un petit acteur (annhuariat) s'exerce. La plupart des représentations devaient être composées de mimes, de numéros d'adresse et d'acrobatie, de petites saynètes burlesques plus ou moins inspirées du théâtre comique de l'Antiquité.

  • 21 Fleuriot (Léon), Sur quatre textes bretons en latin, le « Liber vetustissimus » de Geoffroy de Mon (...)
  • 22 Piriou (Yann-Ber), La culture bretonne ancienne, Des mégalithes aux cathédrales. Histoire de la Br (...)

36La musique, quant à elle, se présente sous un jour plus aristocratique. Tout au moins seules quelques traces ténues d'un art musical raffiné, cultivé dans les milieux de cour, sont-elles parvenues jusqu'à nous. Des chants et des danses du peuple nous ignorons tout. Au vie siècle Venance Fortunat, évêque de Poitiers, affirmait que de son temps « on chantait en langue celtique ou armoricaine les faits mémorables de l'histoire ». Cette habitude ne disparaît pas par la suite ; bien au contraire, elle connaît un nouvel élan grâce à la générosité des chefs bretons et à l'art des poètes qui manient avec dextérité une versification complexe, à rimes internes. Une version latine du chant d'éloge du roi Iudicaël nous est parvenue : elle est comparable en tout point au style des gorchan gallois. Harvianus, le père de saint Hervé, était un barde : « Très savant en arts et parlant plusieurs langues, il était surtout un chanteur plein d'inspiration : en effet il modulait ses chants nouveaux sur des compositions rythmées auxquelles il imposait des modes neumatiques jamais entendus auparavant. Celui-ci pourtant, bien qu'il s'affairât dans les cours voluptueuses des rois, qu'il se fît apprécier parmi leurs fidèles et qu'il fût un homme enjoué et charmant, redoutait toujours le Seigneur, d'où le fait qu'il refusait toujours de participer aux iniquités. » Le célèbre barde « gallois » Taliesin fit presque certainement un long séjour en Bretagne auprès de saint Gildas en son monastère de Rhuys21. Malheureusement toute cette riche production bardique en brittonique a sombré dans l'oubli et rien n'en survivrait si, dans les siècles postérieurs, une partie de leur production n'avait été accueillie dans d'autres domaines culturels : presque tous les lais de Marie de France, par exemple, sont à l'évidence d'origine bretonne armoricaine directe. Moins connue, « la dame rouge de petite Bretagne » que le duc Guillaume de Normandie, attendant des vents propices au départ de sa flotte vers l'Angleterre qu'il se proposait de conquérir par les armes, aurait fait venir à lui pour qu'elle le distraie par ses chants ; ainsi serait né le Lai de la grève. Les troubadours occitans connaissent également la réputation d'excellence des chanteurs et musiciens bretons : « Vous auriez pu ouïr ça et là tant de danses et d'airs bretons joués sur la viole que vous vous fussiez cru à Nantes où on les compose et où on les chante. » Leur renommée atteint même la Scandinavie : vers 1230 le roi Hàkon IV se fait traduire une vingtaine de lais car « les poètes de la Bretagne du sud, qui est en France, ont fait des chants, qu'on exécute sur la harpe, la gigue, la symphonie, l'orgue, le tympan, le psaltérion, le choron et tous les autres instruments que les hommes font pour leur propre plaisir et celui des autres »22. La tradition bardique enfin est encore bien vivante au xiie siècle au Pays de Galles au témoignage de Giraud de Cambrie ; elle entre plus tôt en déclin en Bretagne armoricaine du fait de l'appauvrissement des mécènes ou de leur romanisation culturelle qui entraîne un changement de langue chez leurs poètes familiers et l'interruption de la production de poèmes raffinés, régis par des règles très complexes de composition en breton moyen.

  • 23 Sterckx (Claude), Les jeux de damiers celtiques, Annales de Bretagne, 1970, p. 597-609.

37Le guidpoill. « l'intelligence du bois » ou « réflexion sur le bois », identique au fidchell irlandais, est attesté en Galles : il s'agit d'une société de jeu d'échecs, pratiqué sur un damier quadrangulaire, avec des lignes rouges tracées et des pions (blancs et noirs) se déplaçant sur les intersections des lignes23.

Un art de boire ?

  • 24 Ce sont des récits en prose galloise, merveilleux ou romanesques, partagés en quatre branches. Cou (...)

38Il n'est que de parcourir les Mabinogion gallois24 pour se persuader de la fréquence des festins, arrosés copieusement, parmi l'aristocratie guerrière des Bretons d'outre-Manche. Leurs cousins d'Armorique ne devaient guère être en reste, mais le naufrage de la littérature profane nous prive de tout témoignage dans ce domaine. C'est par hasard que nous apprenons que le roi Iudicaël s'abstint durant sept années de boire du vin. Tous ceux de sa cour restèrent dans l'ignorance d'un tel acte d'abstinence, si remarquable chez un laïc profondément mêlé aux affaires du siècle mais plus encore tourné vers Dieu, exception faite de son bouteiller, lequel était son complice et versait dans sa coupe de l'eau en lieu et place du breuvage commun. Le même Iudicaël préféra aussi décliner l'invitation du roi Dagobert à venir banqueter à sa table et trouva refuge à celle de saint Eloi avec qui il put s'entretenir doctement des Livres saints. Ingomar, l'hagiographe qui écrivit au xie siècle la Vie du roi breton, repère dans cette abstinence volontaire et tout empreinte d'une modestie non feinte l'un des signes les plus sûrs de la sainteté de son héros.

39Bien éloigné de cet édifiant exemple apparaît le cas d'un homme « fort riche et orné de l'apparat des armes » que saint Malo gourmandait souvent, lui reprochant d'avoir épousé l'une de ses cousines au mépris des règles sévères prohibant l'inceste dans le mariage. En retour, cet homme poursuivait le saint de ses avanies « et tendait des embûches au pontife, lui-même ou par personne interposée, cherchant à s'en débarrasser discrètement ou non ». Or, un jour « qu'il était à un banquet avec de nombreux nobles », sans doute déjà pris de boisson, il se mit à blasphémer plus vilainement qu'à son habitude et jura que si le saint était là, il le souffleterait. Bien entendu « sa main se figea aussitôt, et resta ainsi étendue, devant tout le monde, sans qu'il puisse la ramener à lui ». Nous avons là l'une des très rares mentions de festins entre laïcs en Bretagne armoricaine. On trouve bien dans la Vie de saint Brieuc une coutume festive intéressante, mais la scène est sensée se dérouler en Irlande au foyer des parents du saint qui étaient très riches : chaque année, aux calendes de janvier, ils invitaient parents et voisins à venir banqueter chez eux durant trois jours pleins. Alors tout était fait pour régaler au mieux les convives, les mets les plus divers alternant avec les chants et les jeux, dans une ambiance toute païenne car les parents du futur saint breton n'avaient pas encore embrassé la nouvelle religion. Leur fils saura d'ailleurs mettre bonne fin à ces abus et l'hagiographe anonyme qui nous les rapporte ne le fait sans doute pas sans avoir derrière la tête une intention moralisante à l'égard de ses contemporains...

40Les Gestes des saints de Redon viennent témoigner des dangers inhérents à l'abus de boissons alcoolisées : du temps du prince Nominoë, un nommé Haeluuocon était très puissant et riche bien qu'il fut boiteux. Il commandait même à de nombreux nobles et était renommé pour sa largesse. Mais trop enclin à la recherche des délices et à boire du vin plus que de raison, il ne pensait qu'à servir son ventre et son gosier, et n'écoutait aucun conseil. Or, tandis qu'il s'obstinait dans la mauvaise voie, la colère divine vint le frapper soudain et il tomba au pouvoir des démons qui commencèrent à le blesser d'innombrables maux et à le tourmenter de beaucoup d'agitations. Ils ne le laissaient jamais reposer en aucun point : « Réalisant son erreur, il ordonne à ses hommes de le porter à l'église Saint- Sauveur de Redon où les moines l'accueillent, l'exposent près de l'autel et prient pour lui », tout en lui imposant une cure de désintoxication. Finalement il s'en retourna guéri et, devenu sobre, mena une vie exemplaire. Quand la guérison d'un alcoolique atteint du delirium tremens relève du miracle, on peut, sans grande crainte de se tromper, avancer que Haeluuocon avait de nombreux émules moins chanceux, qu'il s'agissait de mettre en garde... Cela semble tout à fait illusoire dans le cas de ce mort que saint Malo ressuscite puisque, à peine revenu à la vie, « il dit avoir grand soif et se mit à demander qu'on lui procure un coup de vin, se refusant à boire de l'eau. Mais il n'y avait pas de vin à proximité. L'honorable pontife, voyant qu'un petit vase de marbre se trouvait non loin de là, ordonna qu'on le lui apporta. Il fit sur lui la bénédiction épiscopale, le transforma en vase de verre et l'eau qu'il contenait fut changée en vin ». Les poètes ont parfois bien conscience que le trop boire entraîne des suites douloureuses : celui de l'Englynion y Bidiau gallois rappelle qu'est « habituel pour le chef les préparatifs du festin ; habituel après l'état dépressif ».

41Dans les classes supérieures de la société bretonne, la boisson paraît bien être un élément constitutif de la culture guerrière. Les choses sont plus claires en Galles où la pratique du talu medd est bien attestée : elle consiste, si l'on traduit mot pour mot cette expression, à « payer son hydromel », c'est-à-dire à fournir en exploits et en sacrifices une valeur équivalente à l'hydromel reçu en gage de fidélité au chef qui le distribue. La bière peut parfois remplacer l'hydromel. Le Canu Aneirin propose un très bel exemple de cette conduite élitiste : « Les hommes allèrent à Catraeth ; leur troupe était rapide ; l'hydromel pâle fut leur dîner et ce fut un poison... Les hommes allèrent à Catraeth nourris d'hydromel... Les hommes allèrent à Catraeth avant l'aube. Leurs ardeurs raccourcirent leur vie. Ils burent l'hydromel doré, doux et plein de pièges. Pendant un an, bien des poètes furent joyeux... Les hommes se hâtèrent ; ils bondirent ensemble ; ils eurent une courte vie, enivrés d'hydromel tamisé, armée de Mynyddawg renommée au combat ! Le prix de leur festin d'hydromel fut leur âme. » Pas un ne survécut à cette tragique journée. Du talu medd, un écho assourdi par l'incompréhension manifeste d'Ermold le Noir, peut se lire dans son Poème quand il en vient à parler de la fin du roi Murman en 818 : « Il monte en selle, pique sa monture en retenant les rênes, la fait virevolter et caracole devant sa porte. Il se fait apporter selon son habitude de grands pots de boisson, les saisit et les vide. » Il harangue sa femme et ses compagnons, promettant de revenir victorieux et se vantant de tuer l'empereur s'il parvient à le provoquer en combat singulier. « Ses joues se mouillent de larmes, son cœur souffre, son esprit troublé ne sait plus en quel sens s'orienter » : s'il fait bien un grand massacre de valets suivant l'armée franque, un simple garde des chevaux lui brise bientôt la tête d'un coup de lance bien ajusté.

42Ermold le Noir ne saisit pas le sens profond des scènes qu'il rapporte : dans son esprit il ne peut guère s'agir que des paroles et des actes déraisonnables d'un fanfaron orgueilleux qui reçoit finalement la correction qu'il a tout fait pour mériter. L'intempérance la nuit précédant la rencontre et à son matin même peut certes aider à relever les cœurs défaillants, mais cette interprétation est un peu courte : en fait il semble bien que l'ivresse guerrière suivie du lancer de défis humiliants pour l'adversaire s'inscrive chez les anciens Bretons dans un ensemble de rituels propitiatoires au combat. Aussi intéressantes sont les apostrophes que Murman dirige vers son peuple, vers ses guerriers qui ont déserté sa cause : « Plus de fidélité au serment ! Qu'est devenue cette promesse faite pour l'année de me servir par les armes ? Pas un, maintenant, qui consente à marcher contre les Francs. Ceux-ci sont partout les maîtres ; ils se donnent allègrement carrière et emportent les richesses depuis si longtemps accumulées par les Bretons. » Si le roi se sait trahi par les siens et donc incapable de vaincre, il se doit pourtant d'aller au-devant d'une mort certaine. « Sans penser à moi-même, je m'élancerai pour le combat. Car j'aurai joie à m'offrir à la mort pour la gloire de la patrie et le salut de notre terre. » C'est que Murman est prisonnier de son destin : de sa part, s'enfuir ou se soumettre reviendrait à trahir le pacte juré qu'il a passé avec ses concitoyens qui l'ont élu, pour un an, roi de la guerre et l'ont entretenu en conséquence. Son talu medd le lie indéfectiblement à eux malgré leur couardise qui a fait le lit de leur trahison. De ce tribut, il s'acquittera, au prix ultime de la mort si nécessaire. Telle est la dure loi des obligations sociales, respectées sur les deux rives de la Manche : ce faisant, Murman sait se montrer digne de « l'hydromel doré, doux et plein de pièges » dont parle le Canu Aneirin.

43Mourant les armes à la main après être allé au combat dans un état d'ébriété avancé, Murman retrouve aussi une pratique guerrière attestée en Galles par le Songe de Maxime : l'habitude d'affronter i ennemi en s'y étant préparé par des libations trop généreuses. Lors du siège de Rome par Maxime, « les hommes de l'île de Bretagne prirent leur repas un matin et ils burent jusqu'à ce qu'ils fussent ivres. Quand les deux empereurs furent occupés à manger, les Bretons vinrent contre l'enceinte et y mirent leurs échelles. Sans délai, ils passèrent par-dessus les remparts et entrèrent dans la ville ».

44Sur un plan moins dramatique, la boisson, et tout spécialement le vin, joue un certain rôle dans les grandes occasions de la vie. A Pleucadeuc, entre 814 et 825, un nommé Uuoruuoret, fils de Uuoruuelet, abandonne au machthiern Iarnhitin deux flacons de vin. Dans la Vie de sainte Ninnoc, Guérec « pour assurer le privilège de ce don offre en témoignage de celui-ci un calice d'or avec une patène, rempli de vin pur ». Une donation entre vifs se fait per cibum et potum (par le manger et le boire) dans la demeure du filleul avantagé et est confirmée, le dimanche suivant, dans l'église du lieu. Des redevances sont payées en vin : entre 832 et 850 deux mauvais payeurs vinrent confirmer leurs obligations envers l'abbé Conwoion « et ils firent la paix entre eux, d'accord avec Nominoë qui était là et y adhéra ; et Illoc donna comme garants : le prêtre Driduuallon, Roenuuallon et Uuorasou ; et il s'engagea à payer une rente annuelle aux moines de Redon, à savoir : trois sous ou un tonnelet plein de vin, et onze pains et un porc valant six deniers vivant, ou huit deniers mort. De même agit Risuuoret, et il donna comme garants Roenuuallon et Uuorasou ». Enfin il arrive que l'on conclue un marché après boire en commun, une pratique que l'on retrouve encore bien souvent sur les marchés ruraux de nos jours (mais pas exclusivement)... ce qui est l'une des origines possibles des célèbres compotaciones des guildes marchandes et des confréries estudiantines médiévales : là, le boire en commun génère certaines formes de solidarité professionnelle. A Rennes en tout cas, en ce jour de marché de l'an 846, le vendeur se fait payer en sus 18 deniers qui valent pour ce que l'acheteur et lui-même avaient bu ensemble en débattant de l'affaire. Le prix de vente est également donné : 18 sous, ce qui permet donc d'établir le coût de ce « vin de marché » à un denier par sou, soit un douzième du prix total.

45Ces usages sociaux du vin ne doivent cependant pas faire oublier que, préparé à partir du miel que l'on laisse fermenter, l'hydromel est sans conteste la boisson alcoolisée la plus usitée dans le haut Moyen Age breton (la langue en porte toujours témoignage : mezo, « saoul », dérive de meddo, « miel, hydromel », car on se saoulait ordinairement avec ce breuvage...). Le vin étant un produit de luxe, l'hydromel le remplace dans la vie courante, quand on ne se désaltère pas tout bonnement avec de l'eau claire ou du lait frais. L'usage de décoctions n'est pas inconnu non plus : au témoignage de la Vie de saint Samson, les moines buvaient des tisanes revigorantes : « On avait coutume selon la règle de cette maison (Lan llltud en Galles, où séjourne saint Samson jeune) d'exprimer le jus de certaines herbes cultivées dans le jardin et utiles à la santé, et de mêler cet extrait à la boisson des moines en la versant avec un petit siphon dans la coupe de chacun d'eux de sorte que, quand ils revenaient de chanter tierce, ils trouvaient ce mélange d'herbes horticoles dans leur boisson. » Bonne occasion pour deux frères, jaloux de l'ascendant qu'avait pris Samson sur leur oncle lltud, de tenter de se débarrasser de lui en empoisonnant sa coupe. Bien sûr Samson, protégé de Dieu, survécut et fit confesser leur crime à ses assassins...

Notes

1 Ses modèles se trouvent dans la littérature « ethnologique » romaine, César et Tacite en particulier. Guillaume de Poitiers s'en inspirera encore au XIIe siècle dans ses Gestes du duc Guillaume.

2 La place de la femme dans la société bretonne sera étudiée au chapitre 11.

3 Kerlouegan (François), Essai sur la mise en nourriture et l'éducation dans les pays celtiques d'après le témoignage des textes hagiographiques latins, l'Etudes celtiques, 1968-1969. p. 101-146.

4 Nous ne savons par contre rien des cimetières des pauvres. Pour la période postérieure, on consultera Guillotel (Hubert), Du rôle des cimetières en Bretagne dans le renouveau du XIe et de la première moitié du xiie siècle, Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1972-74, p. 5-26.

5 Peuziat (Josick), Un bâtiment du haut Moyen Age à Livroac'h en Poullan, Archéologie en Bretagne, n° 25, 1980, p. 33-41.

6 André (Patrick), Archéologie en Bretagne, nos 20-21, 1978-79, p 71-73 ; du même auteur, Un village déserté vers l'an mille : Lan-Gouh en Melrand, Archéologie médiévale. 1982, p. 156-172.

7 Giot (Pierre-Roland), Les fouilles de 1983 à Quélarn, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1983, p. 11-16.

8 Giot (Pierre-Roland) et Monnier (Jean-Laurent), Le cimetière des anciens Bretons à Saint-Urnel en Plomeur, Gallia, tome 35/1, 1977, p. 141-171.

9 Même référence qu'à la note précédente, page 164.

10 Il existe en Bretagne au moins onze stèles épigraphiques remontant à l'époque carolingienne. Elles ont été publiées et analysées par Bernier (Gildas), Les chrétientés bretonnes continentales depuis les origines jusqu'au IXe siècle, Saint-Malo, 1982, p. 166-185.

11 Lambert (Pierre-Yves), Le bifolio médical de Leyde, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1986 : « La source de presque tous les remèdes en latin a pu être identifiée : c'est principalement Marcellus de Bordeaux, et secondairement Pline et d'autres médecins latins. Dans quelques cas, nous ne disposons que de parallèles vemaculaires : avec le Leechbook vieil anglais ou avec les Meddygon Myodveu gallois ; mais ces parallélismes, bien entendu, reviennent à une source latine non encore identifiée », page 318.

12 Sigal (Pierre-André), L'homme et le miracle dans la France médiévale, 1985, page 256.

13 Rouche (Michel), Miracles, maladies et psychologie de la foi à l'époque carolingienne en Francie, Hagiographie, cultures et sociétés, 1981, p. 319-337.

14 Du Cleuziou (chanoine François), La navigation du saint moine Malo, Bulletin de la Société d'émulation des Côtes-du-Nord.

15 L'importance des chiens était grande dans les différentes sociétés celtiques

Les principales références à cet animal de garde, de chasse et de guerre (?) sont réunies par Fleuriot (Léon), Les très anciennes lois bretonnes. Leur date. Leur texte, Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Age, Daoulas, 1986 p. 69-70.

16 Tonnerre (Noël-Yves), Contribution à l 'étude de la forêt bretonne : la forêt dans la région de Redon d l'époque carolingienne

17 Fleuriot (Léon), article cité à la note 15, page 70

18 Notamment sur la croix de Durow et sur l'arc du chœur de l'église de Kilteel, tous deux du IXe siècle.

19 Nithard dans son Histoire des fils de Louis le Pieux (livre III, chapitre 6) note que des Bretons prennent part aux joutes collectives organisées dans l'armée près de Worms après la prestation des serments de Strasbourg (14 février 842).

20 Loth (Joseph), Gualimade, Goariva, Revue celtique, tome XII, p 280-281. Gualima glose « circus, spatium in theatro ubi ludebant homines ».

21 Fleuriot (Léon), Sur quatre textes bretons en latin, le « Liber vetustissimus » de Geoffroy de Monmonth et le séjour de Taliesin en Bretagne, Etudes celtiques, 1981, p. 197-213.

22 Piriou (Yann-Ber), La culture bretonne ancienne, Des mégalithes aux cathédrales. Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, tome I, Morlaix, 1983, p. 224-226 et bibliographie.

23 Sterckx (Claude), Les jeux de damiers celtiques, Annales de Bretagne, 1970, p. 597-609.

24 Ce sont des récits en prose galloise, merveilleux ou romanesques, partagés en quatre branches. Couchés par écrit au xie siècle, ils font écho à des légendes remontant aux vie ou viie siècles. Ils ont été traduits en français par Joseph Loth (dernière édition : 1979).

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540