Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Environnements. La Bretagne de Nominoë

Chapitre 6. La mise en valeur des terroirs

Texte intégral

« Le bon agriculteur prépare la terre, coupe les arbres, brûle les troncs puis apprête son araire, ouvre la terre et trace les sillons. Il revient alors chez lui, et c'est bien après qu'il nivelle avec soin la terre.

Ici quelques arbres fruitiers, là une multitude d'arbres à fruits ; ailleurs une terre labourée des plus fertiles, des prairies parées d'un vert gazon, des jardins pleins de fleurs odorantes, des vignes gonflées de bourgeons, partout des eaux courantes, de beaux pâturages pour les troupeaux, enfin d'abondantes moissons. »

Gestes des saints de Redon.

1La nature propose, l'homme dispose, mais encore faut-il qu'il ait les moyens techniques et les ressorts sociaux nécessaires. Une expérience millénaire est là devant lui : les paysages comme les méthodes de culture sont des héritages à la fois offerts et acceptés. Il est rare aux temps carolingiens de voir se creuser des sillons vraiment nouveaux : l'heure n'est pas encore venue des conquêtes décisives qui donneront son visage à cette civilisation rurale « que nous avons perdue » puisque désormais elle n'en finit pas, depuis un siècle, d'agoniser sous nos yeux. Les ambitions comme les réussites des hommes du haut Moyen Age sont plus modestes ; leur habileté est grande cependant à tirer parti de toutes les ressources naturelles, aussi minimes soient-elles en apparence.

2Héritiers, les Bretons du ixe siècle le sont assurément, même si en cours de route leurs ancêtres ont perdu certains savoirs éclos pour répondre aux besoins spécifiques du monde romain. Ce recul n'est pas forcément débâcle sur tous les plans. Une large palette de ressources caractérise les rapports de l'homme d'il y a mille ans avec le mondes de la terre et de l'eau : de l'élémentaire cueillette des frui sauvages de la nature et de l'aléatoire ramassage des épaves je qu'aux cultures soignées de certains espaces privilégiés, tout dégradé de possibles s'offre à eux, assurant ainsi d'année en année de génération en génération la survie du peuple breton.

Les fruits de la nature sauvage

1) Les cueillettes

3Les moines de Noirmoutier eurent un jour la bonne fortune de découvrir, échoué à la laisse de mer, un énorme cachalot. « Sa cha fournit trente muids de graisse (plus d'une tonne d'huile) que 1 frères utilisèrent pour le luminaire. » De semblables échouemer sont rares sans être vraiment exceptionnels : le cimetière de Sair Urnel a livré plusieurs os de baleines. Pour en revenir aux moines Noirmoutier, décidément chanceux, ils furent favorisés aussi p l'échouement collectif d'un banc de marsouins : « Un matin un multitude de poissons qu'on appelle marsouins arrivèrent dans le de la rivière (le chenal de la Casie au sud du Gois ?). Une fois la m retirée, 237 d'entre eux restèrent au sec ; grâce à cela les frères eure une provision suffisante pour toute l'année et purent aider plusieurs monastères et aider les pauvres. » Remarquons bien que de pareill opportunités paraissent si miraculeuses qu'Ermentaire les inscrit ; nombre des bienfaits suscités par la « vertu » de son patron, sai Philibert ! Nous ne connaissons rien des semblables hasards ven conforter des communautés villageoises ou enrichir des propriétair fonciers laïcs.

  • 1 Giot (Pierre-Roland), Les sites « protohistoriques » des dunes de Guissény, Annales de Bretagne, 1 (...)
  • 2 Giot (Pierre-Roland), « Insula quae Laurea appelatur » : fouilles archéologiques sur l'île Lavret,(...)
  • 3 Poulain (Thierry), Les ossements de la couche carolingienne, annexe XIV à Langouet (Loïc), Les fou (...)

4Moins spectaculaire mais d'un rapport plus régulier, le ramassa des fruits de mer va de soi. Une violente tempête, après avoir déca le sable dunaire durant l'hiver 1939-40, mit au jour un importa amas de débris de cuisine interstratifiés à mi-hauteur de la dune la Croix en Guissény : sur une centaine de mètres de long, u vingtaine de large et sur presque un mètre de haut, une énorme quantité de coquilles de patelles et de quelques autres mollusqu était accumulée là. Le site ayant aussi livré de la poterie d'aspe fruste et grossier, très certainement de fabrication locale et d'usa courant, et des tessons de poterie importée de Saintonge, il ( possible de le dater de l'époque mérovingienne (vie ou viie siècle). dépotoir n'aurait servi qu'assez peu de temps et la mer l'a depuis largement entamé1. A peu près contemporaine et de composite identique, une fosse à déchets a été exhumée sur l'île Lavret : elle a surtout remarquable pour la masse énorme de coquilles de berniques (patelles) qu'elle renferme, environ 5 ou 6 mètres cube2 ! Un autre dépotoir a été reconnu à proximité de la tour Solidor à Saint-Malo : il date du xe siècle ; ses utilisateurs étaient presque certainement les Vikings qui occupèrent les premières fondations de cet ouvrage célèbre. Quelque 2 143 fragments de coquilles variées n'ont pu être déterminés ; pour le reste, on trouve des bivalves (huîtres plates, coquilles Saint-Jacques) et surtout des gastéropodes (230 bigorneaux, 182 vigneaux, 110 patelles). Fort sagement, les hommes ne faisaient déjà aucun usage des oiseaux de mer dont on n'a retrouvé aucun reste3 !

  • 4 Rouche (Michel), L'Aquitaine. Des Wisigoths aux Arabes. 1979, p. 206-207

5Aux confins méridionaux de la Bretagne, sur le pourtour de la baie de Bourgneuf, un fait a longtemps intrigué les archéologues : des accumulations impressionnantes de coquilles d'huîtres existent là depuis des temps immémoriaux. Le dépôt de Beauvoir-sur-Mer atteint près de 1 500 mètres de long. Celui de Saint-Michel-en-l'Herm se présente sous la forme de trois bancs presque contigus, de 720 mètres de long sur 10 ou 15 de hauteur : de quoi contenir quelque 600 000 m3 de coquilles ! Une analyse au carbone 14 pratiquée sur un échantillon prélevé à Saint-Michel-en-l'Herm donne 1031 (plus ou moins 100 ans) : l'accumulation aurait commencé en fait dès le viie siècle et se serait poursuivie jusqu'au xe siècle pour le moins. Ces coquilles, non fossilisées, trahissent une espèce identique à celle des huîtres locales draguées au xixe siècle et proviennent d'un banc naturel. Dans l'Antiquité tardive, Ausone et Sidoine Apollinaire chantaient déjà les délices des huîtres du Médoc, de Saintonge, du Poitou et de Bretagne ; mais l'explication de dépôts d'une telle importance manquait. Michel Rouche4 propose d'y voir le résultat d'une industrie locale d'élaboration du garum : ce condiment qui fit la richesse dans l'Antiquité de la baie de Douarnenez peut en effet être obtenu à partir de la fermentation de la chair d'huître dans une saumure. La proximité de ressources salicoles rend tout à fait plausible cette hypothèse. Enfin, il est fait allusion au goémon dans les plus anciennes lois bretonnes.

  • 5 Devailly (Guy), « L'usage du cidre en Bretagne aux viiie et ixe siècles », Bulletin et mémoires de (...)

6Le milieu terrestre n'est pas moins prodigue en ressources alimentaires secondaires. Ainsi l'analyse déjà mentionnée du dépôt de détritus malouins a isolé 19 coquilles d'escargots « petits gris ». Les arbres sauvages ne sont pas sans intérêt non plus. Un article récent de Guy Devailly5 a lancé l'hypothèse que le cidre, ou du moins une piquette à base de pommes sauvages, n'était pas inconnu dans l'abbaye de Landévennec avant la réforme de 818. La Vie de saint Guénolé contenue dans le cartulaire de l'abbaye cornouaillaise fournit en effet quelques indications sur l'usage que l'on avait du suc de pommier : le moine Gourdisten semble traduire littéralement le breton Gwez avalou dans son latin arborum malorum, « arbres à pommes, pommiers ». « La boisson qu'il (saint Guénolé) prenait, il la prenait mêlée de matière amère, suivant le Prophète qui disait : “J'ai mêlé mes larmes et ma boisson.”. Quand en effet quelqu'un se repent en souvenir de ses fautes passées, il verse des larmes sur ce qu'il a fait jadis avec délice et c'est là mélanger boisson et larmes. Interprétant ces mots à la lettre et selon leur sens intérieur, il ne prenait ni vin, ni hydromel, ni lait, ni cervoise. Sa boisson était ainsi faite : un mélange d'eau et de sucs de pommiers des champs ou des forêts. Lui et les siens se contentaient de cette sorte de boisson pour refaire leurs forces. Par esprit de pénitence, ils ignoraient l'usage du vin, si ce n'est celui qu'ils avaient l'habitude de consacrer dans le sacro-saint calice du Seigneur. On pouvait entendre parler de tels liquides dans le monastère de saint Guénolé, mais on ne pouvait ni en voir ni en goûter. »

7Des pommiers sont connus ailleurs en Bretagne vers la même époque : à Grandchamp en 833, à Châteaulin au ixe siècle, à Saint- Gildas-de-Rhuys que le moine ligérien Felix relève à la suite des invasions normandes : « Il y restaura les églises, construisit des maisons, planta des vignes et des vergers » en sorte que « le lieu de saint Gildas qui était d'une antique fertilité fut rendu encore plus abondant en froment, en vin en pommiers et encore plus riche en diverses espèces de grands poissons ». A côté de ces arbres plantés avec soin et discernement existaient également des pommiers sauvages donnant des fruits au goût plus acide. D'autres fruits sauvages et comestibles existaient alors comme aujourd'hui : poires amères, mûres, châtaignes (le châtaignier, d'origine méditerranéenne, fut introduit par les Romains : il est bien attesté dans la toponymie bretonne) et même des fraises : un dément supplie saint Turiau de lui en fournir en plein hiver !

2) Le miel

8La tradition apicole est très ancienne en Bretagne. La capture d'essaims sauvages y est relativement aisée et les ruches abondantes : chaque monastère semble en avoir possédé plusieurs, de simples paysans en ont aussi. Le kevrod est la redevance en miel à verser au propriétaire d'une terre par son tenancier. La Vie de saint Paul- Aurélien mentionne que lorsque le saint prend possession de l'oppidum déserté qui devait retenir son nom, il s'y trouve un rucher si abondamment rempli de miel et d'abeilles qu'il peut le diviser en ruches innombrables. Pour ce don du ciel, Paul rend grâce à Dieu ! Les moines de Redon sont également des apiculteurs éclairés : leurs Gestes rapportent qu'un nommé Wrbi, lorsqu'il voit quatre vases de miel dans leur jardin, succombe à la tentation et veut s'emparer de l'un d'eux à la nuit. Mal lui en prend car au matin les moines le découvriront errant, hagard, dans leur courtil, portant ce vase sur le bras : il leur confesse en hâte son intention néfaste et comment Dieu l'a châtié sur place à peine avait-il mis la main sur le bien de ses serviteurs. Wrbi les supplie de lui pardonner et de le sauver : les moines, enclins à la pitié, lui offrent un repas pour le consoler, admirant l'efficace de la protection divine et rendant grâce au Tout-Puissant. Le sens du texte n'est pas tout à fait clair cependant : vasis mellis désigne-t-il un récipient dans lequel le miel était conservé ou une ruche ? Ce serait dans le second cas le premier exemple noté d'accident apicole : les abeilles, dérangées dans leur repos par les mouvements désordonnés imprimés à leur demeure, auraient attaqué le voleur, le paralysant partiellement et le rendant comme fou. L'observation de l'activité ordonnée de la ruche autour de sa reine fait naître tout naturellement une comparaison avec la communauté monastique sous la plume de Clément, le rédacteur de la Vita brevior de Guénolé : « Dès qu'ils furent parvenus en ce lieu (l'île de Théopépigie), aussitôt chacun se mit au travail de bon cœur, comme abeille en sa ruche. »

9Le miel est aux temps carolingiens la seule ressource commode en sucre alimentaire et en cire, indispensable au luminaire des églises : en novembre 832 Conwoion se présente devant l'empereur Louis à Tours porteur d'un énorme pain de belle cire blanche qu'il se propose d'offrir en cadeau au souverain. Comme ce dernier le chasse de sa présence, il ne lui reste plus qu'à ordonner à son moine Condeloc d aller sur le marché vendre cette cire devenue inutile ; il lui arrivera là une désagréable aventure... Retenons de l'anecdote l'idée que faire un présent de cette nature à un personnage aussi important ne paraissait pas incongrue à Conwoion. Le miel, quant à lui, occupe une place importante dans l'alimentation humaine. Il est également partie prenante de la pharmacopée et peut s'échanger contre d'autres produits : les moines de saint Samson établis à Pental sur les bords de la Seine troquent le leur contre du vin en provenance du monastère de Saint-Germain de Paris.

  • 6 Fleuriot (Léon), Dictionnaire des gloses en vieux-breton, sous le mot medot.

10Allongé d'eau, laissé à fermenter, le miel se trouve à la base du breuvage le plus courant sur la table des puissants Bretons de l'île comme du continent. Ils lui préfèrent certes le vin plus rare et donc plus distingué sans doute ; à défaut d'hydromel, ils peuvent toujours se rabattre sur la cervoise, la bière. En revanche les saints s'abstiennent de toute boisson fermentée : cette réserve est même l'un des indices les plus assurés de leur sainteté. L'hydromel sert aussi à acquitter certains achats comme dans une charte de Redon datée de 832. Le témoignage le plus éloquent de l'importance acquise par l'hydromel est d'ordre linguistique : le breton contemporain utilise l'adjectif mezo pour désigner quelqu'un pris de boisson, saoul. Or mezo dérive de l'ancien brittonique med, hydromel - le vieux breton connaît medot glosé ebrietas sur plusieurs manuscrits6.

3) Les poissons

11Les contemporains de Nominoë sont à la tête d'un capital halieutique beaucoup plus abondant que le nôtre car les effets combinés de la surpêche, du comblement des zones littorales humides (les vasières où fraye le poisson) et des diverses formes de pollution ne l'ont pas encore écorné. De cette richesse intacte les hommes de ce temps savent tirer un grand profit, au prix de quelques aménagements qui font de la mer ou des rivières un appendice productif et nourricier des terroirs humanisés.

12« Le long des côtes de l'océan qui font face à cette île de Brittia, il y a de nombreux villages. Ils sont habités par des pêcheurs à la senne qui sont agriculteurs ou navigateurs commerçant avec cette île. » Ce passage de Procope de Césarée est le plus ancien témoin dans le domaine breton d'une forme de pêche littorale au filet. La Vie de saint Magloire y fait aussi allusion au ixe siècle : avec les Miracles du même saint, c'est le texte le plus riche en renseignements sur la vie et les techniques des pêcheurs. Il nous montre un serviteur catastrophé parce qu'il vient de laisser tomber à l'eau son couteau alors qu'il appâtait un hameçon : Magloire essaie de le consoler en lui disant qu'il retrouvera l'objet perdu le lendemain et, de fait, lorsqu'on lui amènera la pêche du jour, le saint désignera de son bâton le poisson qui avait englouti le coutelas... Dans le monastère voisin de Saint- Suliac les moines font également une consommation journalière de poissons : « Le jour se leva ; les pêcheurs, à leur habitude, apportèrent un tas de poissons à l'usage des frères. » Parmi les captures de ce matin-là figure un congre que le cuisinier connaît trop bien : la veille au soir, voulant rendre visite à sa belle qui habitait sur l'autre rive, il avait entrepris de traverser la Rance à la nage. « Donc nageant à travers les ondes aveugles, par une nuit troublée par les orages, un poisson d'une grande méchanceté qu'on appelle congre se mit à l'attaquer très brutalement. Et alors que le poisson l'entraînait vers le fond, ayant invoqué sans succès un grand nombre de saints, il invoqua particulièrement saint Magloire » qui lui apparut aussitôt pour lui conseiller d'attaquer au couteau la bête « parce que demain, par la vertu de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à l'heure du repas, tu offriras ce poisson aux frères et tu retrouveras certainement ton couteau ». Le conseil était bon (mais était-il bien nécessaire d'être un saint pour y penser ?), le monstre lâcha prise et aboutit comme prédit sur la table des moines. A défaut de fournir une chair très fine et malgré son aspect peu engageant, le congre est parfaitement comestible ; traqué dans ses repaires rocheux, il peut se montrer dangereux car il a une grande force dans les mâchoires et des dents acérées. Il est cependant bien peu vraisemblable qu'il attaque l'homme sans raison, surtout au beau milieu d'un estuaire sableux... Les Miracles de saint Magloire, après s'être émerveillés de la richesse en poissons des îles anglo- normandes, signalent les barques de pêche des insulaires de Sercq qui les utilisent pour donner la chasse aux frères de Léhon quand ces derniers cherchent à s'éloigner au plus vite de ces rivages devenus inhospitaliers pour eux après qu'ils ont volé les reliques de saint Magloire. A Noirmoutier il advint « un fait étonnant qui n'avait jamais été entendu en ce temps, à propos des monstres marins dont ils devinrent maîtres : en effet, des poissons de mer de cinquante pieds de long (soit une quinzaine de mètres) sont pris à l'aide de crocs, de filets et de barques ; non seulement ils réjouissent l'estomac des frères, mais ils expulsent les ténèbres de la nuit grâce à la lumière des lampes qu'ils nourrissent de leur graisse ». Il semble que les serviteurs des moines aient eu recours en cette occasion à une technique bien connue en Méditerranée où elle s'applique à la capture du thon : la pêche à la madrague, qui sert ici à la prise de cétacé du genre de la baleine franche.

13La Vie de saint Paul-Aurélien par Gourmonoc introduit un épisode merveilleux très intéressant pour notre sujet : parvenu sur l'île de Batz, Paul a l'heureuse surprise d'y rencontrer le comte Withur, son cousin. Tandis que les deux hommes s'entretiennent de choses et d'autres, voici que survient un serviteur du comte : l'hagiographe le qualifie de piscator, de « pêcheur ». Il y avait donc dans l'entourage d'un puissant laïc comme dans celui des moines un serviteur dont la fonction était d'approvisionner son maître en poisson frais : c'est dire l’importance alors accordée à ce type de nourriture. Mais comment s'y prenait-il ? Le texte indique seulement que la capture était d'une taille admirable qui explique la survenue impromptue du pêcheur - d'autant qu'elle tenait une cloche dans sa bouche ; elle est tirée d'un gurgustium : faut-il comprendre derrière ce mot un vivier ou plutôt, comme le sens général du passage y pousserait, un casier semblable aux modernies casiers à homards ? En tout cas avec cet esocen — un genre de saumon sans doute — est parvenue en Bretagne la cloche dont le roi Marc avait refusé de se dessaisir en faveur de saint Paul, qui pourtant la lui demandait humblement — celle-là même qui est toujours conservée dans le trésor de l'église cathédrale.

  • 7 Pinot (Jean-Pierre), Archéologie en Bretagne, n° 37, 1983, p. 5-6. Batt (Michaël) et Giot (Pierre- (...)

14Le casier d'osier tressé sur une armature de bois léger n'est pas le seul mode de capture en usage au haut Moyen Age. Des structures en pierre construites par la main de l'homme sont encore visibles au débouché de plusieurs rivières bretonnes ou, au large, entre des îlots : ces barrages ont été édifiés pour servir de pêcheries. Le poisson s'y trouvant retenu comme dans une nasse au moment de la marée descendante, il ne restait plus qu'à le récupérer sur le sable ou la vase. Ces pêcheries s'appellent gored en breton : on en a repéré dans la zone des abers finistériens, devant Plouguerneau et Landéda, entre les anciennes îles Kermalguenn (ou Kerguenn) et Levet. Dans le Goello, il existait aussi de nombreuses pêcheries : l'une d'elles, située à l'est de l'île d'Aval, était composée de deux lignes parallèles de pierres dressées, distantes d'environ 150 mètres. Au témoignage des plus anciens pêcheurs de l'endroit, elles étaient complétées par des clayonnages dans lesquels se faisait la capture du poisson. Dans les environs de l'île Grande s'observent sur l'estran des structures lourdes et anciennes ; lorsqu'elles ne sont pas trop démantelées par l'action des vagues, « on y trouve un véritable double parement de dalles jointives dressées sur chant, comme celles parant des talus ou des murets massifs ». Si le dispositif barre un courant de marée ou un ruisselet, il s'agit bien d'une ancienne gored. Le plus bel exemplaire est celui du Coz Yaudet en Ploulec'h : la tradition locale lui donne pour nom « mur arc'horreg » (le mur du nain), mais son étymologie doit en fait être rattachée au breton gored, « pêcherie »7. Barrant l'anse de la Vierge, il s'agit d'un mur de grand appareil qui découvre à marée basse, et semble alors être une sorte de pavage de granit très régulier, fait de belles pierres, avec une amorce de chaussée en saillie au-dessus du sable de 30 cm environ. Le mur mesure plus de 3 mètres d'épaisseur et près de 130 mètres de longueur. Il dessine un arc de cercle légèrement convexe vers la mer. Sa base se situerait vers 4 ou 5 mètres sous le niveau des plus hautes mers actuelles. La Vie, tardive il est vrai, de saint Efflam y fait allusion : « En dessous de la cité située à l'époque sur le Leguer, un enclos de pierres quadrangulaires avait été bâti dans la mer. Le gardien de cet enclos avait l'habitude de trouver là chaque jour une certaine espèce de poisson. » L'abbé Clec'h se souvenait qu'en 1938 encore, à une époque de vives eaux, des marsouins poursuivirent un banc de sardines qui se réfugièrent dans l'anse de la Vierge. Des filets furent placés le long de Mur-ar-c'horreg, fermant tout le plan d'eau, ce qui permit de capturer plus de quatre tonnes de sardines !

  • 8 Bernier (Gildas), Les pêcheries bretonnes dans les documents anciens, Dossiers du C.C.R.A.A. n° 10 (...)

15Au large des côtes trégorroises l'archipel de Bréhat conserve des traces bien nettes d'aménagements humains : sur le site monastique de l'île Verte un mur. ou plutôt un entassement de pierres, a été élevé sur un ensemble de rochers émergés en forme de demi-cercle à l'intérieur duquel le sol se creuse en cuvette et d'où il était facile d'extraire du poisson pris au filet. Les alentours de l'île Lavret, qui présentent une série de barrages du même type, viennent de faire l'objet d'une étude minutieuse de Gildas Bernier8. Cet auteur a reconnu trois pêcheries sur l'île, dont un barrage de 70 mètres environ entre la pointe de Beg Emot et un petit îlot rocheux. « Ces ouvrages de Beg Ernot ont dû être réparés et peut-être améliorés au cours des âges (depuis le néolithique ?). La grande pêcherie a pu être utilisée jusqu'à une date assez récente (xviiie siècle ?). Le colmatage, important ici, a dû la rendre de moins en moins productive. D'autre part certains blocs ont glissé sur l'estran. On peut penser que la période maximale d'utilisation des pêcheries correspond à celle de l'occupation de Lavret par les habitants de l'époque romaine et du Moyen Age. Les dépotoirs de ces deux époques ont donné une grande quantité d'arêtes de poissons, surtout les dépotoirs du haut Moyen Age. On devait pouvoir capturer des poissons de roche dans les pêcheries et des soles, turbots, plies, maquereaux, bars, lieus et mulets dans le chenal avec des sennes. »

16Jusqu'à présent tous nos exemples ont été empruntés au littoral de la Manche, ce qui ne signifie pas que la pêche était inconnue des eaux atlantiques ! Le témoignage d'Ermold le Noir est très net sur ce point même si, comme on en jugera, sa géographie s'avère bien approximative : « Il (Louis le Pieux) fixa le rendez-vous dans une ville, près de laquelle l'eau de la Loire s'étend largement dans la mer et s'y précipite furieusement, et que les Gaulois nommaient anciennement Veneda, ville riche en poissons et en sel. » Un peu au sud de Vannes, puisqu'il s'agissait naturellement de cette cité, la charte n° 72 du Cartulaire de Redon indique que Pascweten comte de Vannes donne en 859 aux moines un emplacement pour y faire une écluse, près de Bron Aril sur le territoire de Guérande. Les deux représentants de l'abbaye, son prévôt Leuhemel et le moine Omni, se montrent en retour généreux envers lui : ils attribuent au prince le tiers des prises qui se feront à cette écluse alors qu'il n'avait demandé que le huitième de son produit ! Il est vrai que les moines se réservent la totalité des marsouins, des seiches et autres poissons susceptibles de procurer de l'huile pour le luminaire de l'église. Les seiches fournissaient aussi le sépia avec lequel on préparait l'encre d'écriture. Cet exemple d'écluse de mer (exclusa in mare) est unique dans le Cartulaire ; elle devait être bâtie près de l'entrée du Petit Traict et équipée de portes mobiles pour laisser passer le flot à la marée montante.

17Les eaux marines ne sont pas les seules à fournir du poisson en quantités notables : les rivières étaient également d'un rapport intéressant à ce point de vue et plusieurs saints bretons ont été des amateurs de poissons d'eau douce. Chacun connaît le poisson miraculeux de saint Corentin qui lui suffisait pour se sustenter chaque jour, mais sa Vie est tardive, du xiie siècle seulement. Quatre siècles avant la Loire faisait presque figure de fleuve miraculeux au dire du rédacteur de la Vie de saint Hermeland : « L'île (d'Indre) fournissait également une grande abondance de poissons venant de la Loire et de la mer, à tel point que cela apparaît impossible à croire pour les pêcheurs des autres fleuves. » De cette richesse vivante les hommes essayaient d'accaparer la meilleure part en équipant leurs rivières d'ingénieux dispositifs de capture : sept chartes de Redon du ixe siècle concernent directement des pêcheries établies sur des cours d'eau ou mentionnent leur existence. Leur principe est simple : à chaque écluse est tendu un filet, dans les mailles duquel le poisson vient se prendre. Deux de ces écluses sont situées sur le cours de la Vilaine, en amont de Redon, entre la paroisse d'Avessac sur la rive gauche et celle de Bains sur la rive droite : celle dite de Coretloencras conserve dans son nom la forme pan-brittonique goret que nous avons déjà rencontrée appliquée aux écluses de mer. L'ensemble signifie peut-être que ce barrage était constitué de branchages passés au feu pour les rendre plus durs et moins corruptibles. Dans la même région, au nord de la Vilaine et sur son affluent le Canut, une digue de pêcherie est mentionnée dans le domaine acheté par le prêtre Driuuallon à Branoc, à Iarnhitin et à leur famille : elle devait se situer en amont des marais de Gannedel qui sont au confluent avec la Vilaine. La charte n° 74 relate la donation à Saint-Sauveur par Treanton et son fils Tanchi de tout le cours de l'Oust depuis l'écluse supérieure de Muzin jusqu'au fleuve Atr, ce qui représente une distance d'environ 2,5 km ; il y avait une seconde pêcherie au confluent de l'Arz. Treanton et Tanchi donnent en outre la propriété de Rann Houuori depuis l'écluse Sumou jusqu'à Loinprostan. La charte n° 58 du 30 avril 838 mentionne la vente, entre autres choses, d'une écluse sur la Vilaine à Ambon en Brain. Enfin une simple notice, la charte n° 15, difficile à interpréter par suite des bouleversements toponymiques postérieurs, laisse entrevoir une pêcherie sur l'un des petits affluents de rive droite de la Vilaine entre Sainte-Marie et Redon. « On voit l'intérêt accordé aux pêcheries par les moines de Redon et l'importance des travaux réalisés sur les fleuves » (Gildas Bernier).

18Parallèlement au latin exclusa on trouve parfois le mot vanna pour désigner un barrage établi sur une rivière : il n'apparaît pas toutefois dans la documentation bretonne écrite, mais vanna, un terme d'origine gauloise probable, a laissé sa marque dans des noms de lieux comme la Benâte (Banasta en 1150), hameau en Saint-Jean-de-Corcoué ; le Pont-des-Vanes sur la Claye, reliant Trédion à Plumelec ; le Vanzeur, ruisseau de Theix. Le vieux breton barr avait le même sens : Baraval, écluse et pêcherie sur le canal de Nantes à Brest ; Barr Lastr sur la rivière Goayen.

La viande et le grain

19L'élevage est l'activité principale des paysans bretons au temps de Nominoë : ceci transparaît à travers l'importance des zones de friches, de landes et de forêts qui enserrent de toutes parts le paysage humanisé. Porcins et bovins trouvent facilement à se nourrir au-delà des auréoles de culture, du moins une fois que les bêtes sauvages, nuisibles ou dangereuses en ont été chassées. Les Vies font presque toutes mention de cette faune malfaisante pour souligner que les saints en sont venus à bout : saint Paul débarrasse le site ruiné de sa future ville épiscopale d'un ours qui y gîtait en le faisant tomber dans une fosse ; il met également en déroute un buffle (?). Guénaël chasse hors du territoire des hommes une louve accompagnée de sa portée de louveteaux affamés. Dans la Vie de saint Méen ce sont des cerfs qui ravagent un temps la terre des moines ; on les retrouve dans la Vie de saint Guénaël et, apprivoisés, dans celle de saint Lunaire où ils sont attelés à la charrue. Les loups (Vie de saint Guénolé) et les sangliers (Vie de saint Paul) continueront leurs ravages en Bretagne jusqu'à l'organisation de grandes battues au milieu du xixe siècle qui seules parviendront à les éradiquer pour la plus grande joie des paysans.

20Ces hôtes indésirables du saltus doivent cependant, par le miracle ou de guerre lasse, céder la place aux animaux d'élevage. La liste de ces derniers n'a rien pour surprendre : elle regroupe toutes les bêtes domestiques du temps. Certains actes du Cartulaire de Redon permettent d'esquisser une hiérarchie des prix, entre les diverses espèces : quand un bœuf vaut trois sous, un porc gras s'achète pour un sou à Vannes en 852 et à Guérande en 876 ; le prix d'un mouton oscille entre trois et quatre deniers, celui d'un bélier entre deux (à Plélan en 904) et quatre deniers (à Marzan en 895). Naturellement un cheval est l'animal le plus précieux : à Ruffiac un cheval blanc est vendu 20 sous et dans la même paroisse d'autres chevaux s'achètent pour 9 et 10 sous. Mais le bœuf est le plus utile à la vie de tous les jours : il tire la charrette aussi bien que la charrue. Quant aux cochons, ils sont autant de garde-mangers ambulants qui se nourrissent seuls et vivent à l'état sauvage ou presque.

  • 9 Lois A 53, p. 60, 61 des Excerpta de Libris Romanorum.
  • 10 Les habitations humaines étaient entourées de petits murets de pierre. Au chapitre 13 la compositi (...)

21Sans doute pour empêcher tout ce bétail de venir divaguer sur les terres mises en culture et saccager ainsi les récoltes, les hommes entourent les champs de fossés comme ils élèvent autour de leurs maisons des murets protecteurs : dans les actes de Redon beaucoup de limites d'aires de culture sont données par les fossés qui les isolent. Prendre possession d'une terre, c'est aussi marquer ses termes par une tranchée profonde : le machtiern Alfrit s'étant emparé d'une partie de la paroisse de Cléguerec donnant sur le Blavet, il fait creuser des fossés et dresser des bornes et des barrières pour fixer les limites de sa propriété, y englobant le petit monastère de Saint- Ducoccan qui appartenait à Redon. Les moines ne resteront pas sans réagir devant un tel coup de force et le roi Salomon se déplacera en personne pour venir juger sur place le différend et condamner cet empiétement inadmissible. Le talus de terre, quand il existe, est mitoyen : le propriétaire d'un champ ne peut vendre le talus (cleuz). Dans le monde celtique, la clôture ne constitue pas essentiellement une marque de propriété : elle a pour première fonction de faire obstacle au bétail divagant, de l'empêcher d'accéder aux champs cultivés en sortant d'une pâture. Il est vraisemblable que la plupart de ces fossés bordiers se trouvent renforcés, surtout au printemps quand poussent les récoltes, de palissades de branchages. De haies permanentes aussi, parfois : des indices vont en ce sens dans les lois bretonnes du vie siècle9, mais ces indices ténus et épars militant en faveur d'une bocagisation précoce du paysage armoricain se trouvent contredits par beaucoup d'autres. Les spécialistes s'accordent aujourd'hui à penser que le renforcement et la densification du bocage sont récents, remontant aux derniers siècles de l'Ancien Régime, tandis qu'auparavant dominaient en Bretagne les champs ouverts ou un bocage lâche. La documentation écrite est trop imprécise pour apporter des certitudes dans ce domaine quant aux temps carolingiens ; les quelques établissements côtiers enfouis sous des dunes marines qui ont pu être fouillés ont permis de dégager des amorces de structures parcellaires remontant au haut Moyen Age. Aucune ne présente des traces nettes de murets de pierre ou de talus construits de main d'homme10, mais ces témoignages sont bien fragiles et d'une ampleur très limitée.

  • 11 Giot (Pierre-Roland), Batt (Michaël) et Morzadec (Marie-Thérèse), Archéologie du paysage agraire a (...)

22Une dizaine de défrichements en cours ou projetés, ou de défrichements récents sont connus par les chartes de Redon. La forêt et surtout la lande se trouvent attaqués dès les temps carolingiens, mais il n'est guère possible d'apprécier la vigueur de ce mouvement de dilatation des auréoles de culture, pas plus que de connaître les méthodes culturales utilisées à l'intérieur de celles-ci : le dessin des parcellaires antique et haut médiéval demeure pratiquement inconnu. Certains champs aux angles arrondis rappellent les celtic fields de la Grande-Bretagne mais le terme « celtique » n'est là que par commodité car on ne sait pas dater ces ensembles d'apparence archaïque. Dans ce domaine de l'archéologie du paysage peu de progrès sont d'ailleurs susceptibles d'être enregistrés dans l'avenir tant les vastes opérations de remembrement entreprises depuis la Seconde Guerre mondiale ont, dans la plupart des cas, anéanti les vestiges des parcellaires anciens11.

La vigne et le sel

23Aujourd'hui la Bretagne ne produit plus de vin que dans le sud- Loire et sur les coteaux d'Ancenis. Il en allait autrement au Moyen Age : alors le vignoble poussait des ramifications jusque dans l'extrême ouest armoricain, jusqu'à Hanvec par exemple où le légendaire roi Gradlon est censé avoir doté l'abbaye de Landévennec d'une vigne en perpétuel héritage. Mais ce surgeon occidental reste aventuré en zone non vinicole car la Bretagne du vin s'arrête à peu près sur une ligne Vannes-Lamballe. Quant à la qualité du vin récolté à l'est de cette ligne, le plus grand scepticisme est de rigueur : en effet, à un ensoleillement annuel et estival à peine suffisant pour porter à maturité les grappes de raisin certaines années s'ajoutent des méthodes de vinification très sommaires qui ne permettent pas d'espérer pouvoir élever le vin ni même le conserver bien longtemps. Au bout d'une année seulement il prend un goût aigrelet et, devenu imbuvable, doit être jeté quand arrive enfin sur le marché le vin nouveau. Cette fragilité est déplorée partout dans le vignoble médiéval et demeurera sans remède jusqu'aux temps modernes : dans ces conditions, le vin breton risque fort de n'avoir pas été pire qu'un autre, ou presque... Il est en tout cas indispensable pour la célébration de l'eucharistie ; tout indique qu'il est aussi devenu la boisson favorite des plus riches dont la cervoise ou l'hydromel, trop courants, lassent le gosier.

24Une géographie assez précise du vignoble breton au haut Moyen Age peut être esquissée. Sur la côte nord, dans la partie orientale de l'ancienne Domnonée, plusieurs Vies de saints font allusion à la culture des ceps de vigne. Celle de saint Magloire parle du comte Loiescon qui était « un très riche propriétaire de biens de valeur, à savoir : de l'or et de l'argent, des esclaves mâles et femelles, des juments et diverses sortes de bétail, des vignes et par-dessus tout des terres excellentes ». Il vivait dans l'île de Sercq. Sur les bords de la Rance les Miracles du même saint relatent comment fut fondé Léhon vers 850 « dans un lieu quasi paradisiaque, sous l'abri d'un mont et sur la rive d'un fleuve, entre des vignes fertiles et des herbes odorantes, des bois de pins et des vergers de pommiers ». Non loin de là, saint Malo vaque aux soins de sa vigne comme le bon jardinier qu'il est : « Il arriva également une fois que saint Malo s'occupait d'un cep de vigne qui se trouvait là ; il creusait tout autour et coupait tout ce qui était superflu. Ayant ôté son manteau, il l'accrocha à un chêne qui se trouvait près de lui... » Et quand il voulut le reprendre, il découvrit avec émerveillement qu'un oiseau avait établi son nid dans son capuchon...

  • 12 Edrisi, Récréation de celui qui désire parcourir les horizons (6e climat, 1re section), d'après la (...)

25Le géographe arabe Edrissi mentionnera encore des vignes au xiie siècle dans cette partie de l'ancienne Domnonée : « De Dinan à Dol, ville située au fond d'un golfe, avec marché et bon commerce, cinquante milles. Beaucoup de grains. On y boit de l'eau de puits bien qu'il y ait des sources. Vignobles et plantations de toute espèce. — De là à saint Midjial (le Mont-Saint-Michel), ville célèbre, bien peuplée, de moyenne grandeur, entourée de vignobles et de vergers, où il existe une jolie église très fréquentée et très riche, cinquante milles. »12

  • 13 Ce petit vignoble connut son apogée vers 1891 : 2 064 hectares de vignes produisaient alors 30 000 (...)

26Les coteaux de la Vilaine et de ses affluents ne sont pas moins appréciés. Comme de bien entendu, l'auteur de la Vie de saint Conwoion souligne que le nouveau monastère fut établi dans un site enchanteur, d'une grande fertilité, où abondent vignes et plantes odoriférantes. Pas moins de seize actes du cartulaire font état de parcelles de vignes léguées aux moines de Saint-Sauveur. Le prêtre Agon, fils d'Anau le plus riche propriétaire de Langon, qui avait donné à Redon son manse et sa vigne avec quatre colons, doit affronter entre 834 et 837 ses deux frères Ethelfrid et Godon qui désirent s'approprier la totalité de l'héritage paternel : pour se le concilier, les deux frères coalisés promettent à Nominoë de lui donner une charretée de vin pur. Le missus impérial envoie sur place son délégué Haldric présider le jugement : les deux hommes perdent, et de plus ils se voient condamnés à respecter leur imprudente promesse et donc à s'acquitter auprès de Nominoë d une charretée de vin... Les vignes répertoriées grâce aux archives de Redon sont éparpillées sur une dizaine de paroisses depuis le golfe du Morbihan (Locmariaquer) jusqu'aux abords des marais de la Grande Brière (Savenay et Piriac). C'est dire assez combien la vigne paraît à cette époque intégrée au système cultural du Vannetais oriental et d'une partie de l'ouest du Nantais. Ceci est confirmé par d'autres traditions : lorsqu'il arrive à Rhuys pour relever le monastère de Saint-Gildas au xie siècle, le moine Felix (Breton de naissance, mais il a longtemps vécu sur les rives de cette Loire si propice aux dévots de Bacchus) n'a rien de plus pressé que d'y planter des ceps : ce petit vignoble, malgré les moqueries et les quolibets qu'il s'attira, survécut jusqu'au siècle dernier, comme des plants de vigne, retournés à l'état sauvage, le donnent encore à voir13.

27Mais la grande région vinicole est, déjà, le comté nantais. La Vie de saint Colomban montre que son vin faisait l'objet d'un trafic vers l'Irlande dès les temps mérovingiens. L'ermite Hermeland plante des vignes nouvelles à Basse-Indre, un peu en aval de Nantes. Un diplôme de Louis le Pieux en mentionne à Saint-Viaud, sur l'estuaire de la Loire, en 839. Les Bretons semblent de tout temps avoir goûté cette production nantaise : Grégoire de Tours, quand il vient à parler des exploits de Waroc au vie siècle, les met en relation avec son amour du vin de Loire. « Pendant cette année les Bretons firent d'importants ravages aux alentours de la ville de Nantes et de celle de Rennes. Ils emportent un immense butin, dévastent les champs, dépouillent les vignes de leurs fruits et emmènent des prisonniers. » « Cette même année les Bretons soumirent les territoires de Nantes et de Rennes à un sévère pillage ; ils vendangèrent les vignes, dévastèrent les cultures et emmenèrent en captivité la population des domaines sans tenir compte des promesses antérieures ; et non seulement ils ne tinrent pas leurs promesses, mais en outre ils dénigrèrent nos rois. » « Quant à Waroc, oublieux de son serment et de son engagement, il négligea tout ce qu'il avait promis, dévasta les vignes des Nantais et cueillant la vendange, transporta le vin dans le pays vannetais. Ceci rendit de nouveau le roi Gontran furieux ; il fit mobiliser une armée, mais s'apaisa ensuite. » Il n'est pas interdit de penser que la politique d'expansion territoriale vers l'est menée par Nominoë et les rois ses successeurs ait eu, pour une part, comme objectif d'accroître les revenus en vin de leur domaine : comme au temps de Grégoire de Tours, les Annales de Saint-Bertin notent sous l'année 869 que les Bretons vendangent leur partie d'Anjou avec empressement.

  • 14 Galliou (Patrick), Répertoire des amphores vinaires trouvées en Bretagne, Brest.

28Au terme de ce Tro-Breiz de la Bretagne du vin, on discerne mieux l'originalité passée dans ce domaine : le xixe siècle enregistrera l'ultime simplification de la carte des régions productrices désormais confinées au seul pays nantais et à ses marches proches de l'Anjou. Malgré la multiplicité des centres de production du passé, il est cependant clair que la Bretagne ne pouvait subvenir seule à ses besoins : depuis l'Antiquité, des apports réguliers ou intermittents de vins étrangers, italiens d'abord, puis bordelais ou ligériens, se laissent discerner dans les archives comme ils apparaissent sur le terrain archéologique avec les découvertes nombreuses d'amphores vinaires14. Le haut Moyen Age ne doit pas faire exception à cette règle, mais nous sont seulement connues des importations forcées, celles résultant des pillages des soudards de Waroc ou des réquisitions plus ou moins légales opérées par ceux de Salomon.

* * *

  • 15 Galliou (Patrick) et Sanquer (René), Brigitte ou l'occupation romaine en baie de Douarnenez, Châte (...)

29A peine achevée la conquête de leur pays, les Gaulois vaincus par César purent savourer une pauvre revanche : leurs salaisons conquirent à leur tour le palais des plus fins gourmets de la Ville maîtresse du monde. L'Armorique, si elle n'entretient sans doute pas de si hautes ambitions culinaires, ne reste pas en marge du mouvement et sait saisir sa chance en diversifiant la gamme de ses productions par l'adjonction d'une touche méditerranéenne : une prospère industrie alimentaire anime ses rivages au haut empire à l'instigation de colons narbonnais, dans la baie de Douarnenez en particulier. Là on élabore le garum, ce condiment indispensable à toute bonne cuisine antique, très proche en fait du nuoc-mam indochinois, produit de « l'autodigestion du poisson par les diastases de son propre tube digestif en présence d'un antiseptique, le sel, qui empêche toute putréfaction ». Pour ce faire, les artisans antiques disposent dans de grandes cuves enterrées, étanches et faciles à obturer, des couches alternées de poisson frais et de sel (il faut environ une moitié de sel pour assurer une bonne conservation) ; l'ensemble est ensuite trituré, malaxé et laissé à reposer. Au bout de quelques semaines le garum est fin prêt et peut être expédié. Pour alimenter ces véritables usines alimentaires (plusieurs dizaines de cuves d'une contenance chacune de plusieurs mètres cubes ont été répertoriées par les archéologues), d'énormes quantités de poissons et de sel étaient nécessaires : si les premiers étaient capturés par les pêcheurs locaux (c'est avec le maquereau que l'on fabriquait le meilleur garum, mais la sardine était aussi utilisée), le second, pour partie au moins, pouvait être extrait de la mer dans la région proche grâce à des techniques maîtrisées depuis des siècles sur le littoral atlantique. Cette activité originale, alliant ressources locales et goût culinaire italien, déjà mise en péril par la crise du iiie siècle, s'arrête définitivement vers 360-380, victime de la piraterie saxonne et irlandaise et du recul général des us et coutumes romaines15.

  • 16 Il en est conservé de remarquables exemples au musée Dobrée à Nantes.

30Malgré cela le sel conserve son importance car, en sus de ses qualités gustatives propres, il fournit le seul moyen pratique pour conserver la viande (le poisson, lui, peut plus facilement être séché au soleil ou fumé). Cela donne l'occasion à la Bretagne de montrer qu'elle n'a pas oublié ses traditions saunières multiséculaires qui acquièrent aux temps carolingiens une nouvelle jeunesse. Deux procédés permettent d'extraire le chlorure de sodium de l'eau de mer : là où l'ensoleillement printanier et estival est assez important (25° étant la meilleure température pour obtenir une teneur optimale en sel), il suffit de laisser faire le soleil qui provoque l'évaporation de l'eau et le vent qui la hâte, puis de recueillir les cristaux au fond des aires de saunage, les « œillets » en Bretagne. Cette technique est la seule à survivre aujourd'hui en Europe. Elle nécessite à l'origine un investissement en travail considérable, l'homme devant aménager des marais salants en y élevant des murets de terre et des aires pour le stockage provisoire du sel récolté ou le ramassage du petit matériel de collecte, sans que l'exploitant ne puisse jamais se permettre de négliger l'entretien des canaux d'irrigation en communication avec la mer et les diguettes littorales de protection. Moins coûteux en aménagements lourds, mais en contrepartie moins productif, l'autre procédé consiste à faire bouillir jusqu'à cristallisation la saumure obtenue par lavage des sables salicoles : cette technique ignigène est bien attestée en Armorique depuis le néolithique par des augets en argile découverts sur le haut de certaines plages16. Dans les faits les deux procédés ne s'excluent pas nécessairement l'un l'autre, la saumure à forte concentration retirée d'un marais salant pouvant ensuite faire l'objet d'un traitement sur le feu.

  • 17 Tanguy (Bernard), La toponymie, dans Calvez (Louis), La presqu'île de Crozon, 1976, p 59-60
  • 18 Holen ou halen peuvent aussi avoir une origine purement celtique pour Léon Fleuriot.

31Le haut Moyen Age voit une résurgence des techniques protohistoriques : les Bretons ont pu, au moins de façon transitoire, réutiliser des sites de bouilleurs de sel gaulois, ce qui expliquerait les dates hautes obtenues par datations radiocarboniques à Trégastel (vers 450) et à Séné (vers 450 et vers 650). Mais l'essentiel provient des marais salants dont l'ère d'extension englobe les côtes méridionale et septentrionale de la Bretagne : on observe en ce cas un phénomène identique à celui déjà noté pour la vigne, l'actuelle géographie du sel breton résulte d'une rétraction continue de son domaine médiéval. Même dans des régions où l'ensoleillement est notoirement insuffisant et trop irrégulier d'une année à l'autre, on s'obstinait alors à produire sel et vin, nécessité faisant loi. La toponymie suggère l'existence de salines sur le pourtour de la baie de Saint-Brieuc (Les Salines en Matignon, Les Maudins en Ploubalay, deux lieux-dits en bord de mer) comme aux extrémités de l'ancienne cité des Osismes : le Cartulaire de Landévennec mentionne quatre Silin (Han Silin en Crozon, Hae Silin et Silin Guenn en Plonéour-Lanvern, Silin en Hanvec) qui sont selon toute vraisemblance des salines : Bernard Tanguy, en scrutant avec attention le cadastre ancien de Crozon, village de Persuel, a relevé cinq parcelles conservant ce mot, qui forment une suite de champs oblongs disposés perpendiculairement à un marais en communication avec la mer17. A Hanvec comme à Plonéour il subsiste des traces toponymiques qui viennent renforcer la vraisemblance de ce que l'on peut inférer des chartes de Landévennec. Tous ces sites confirment que silin est bien le mot appliqué en ancien breton à une saline ; le breton moderne holen (gallois halen) dérive aussi du latin salina avec évolution du s- initial en h- sourd vers le VIe siècle18. Silin se retrouve également en composition dans le premier élément de Sibiril, commune côtière du Léon.

  • 19 Durand (Gildas), Découverte de structures de production du sel à Saint-Malo, Dossiers du C.E.R.A.A (...)

32L'archéologie confirme de son côté cette déduction tirée de l'analyse linguistique : deux mois de tempêtes incessantes en janvier-février 1978 décapèrent le sable superficiel de la Grande-Grève de Saint-Malo, mettant au jour pour quelques semaines une vaste superficie d'argile grise présentant des structures façonnées par la main de l'homme. Des bacs d'une trentaine de centimètres de profondeur, les uns plus grands (8 à 10 mètres sur 3,50 à 5,50), les autres plus petits ou de formes moins géométriques (4 à 5 mètres sur 2,50 à 3,50), unis pour certains par des rigoles jamais profondes, donnent à penser qu'il s agit bien là d'une ancienne saline de type mixte (un foyer était repéré à proximité). Une étude des fluctuations du niveau de la mer finira de convaincre l'inventeur de ce site inédit et remarqué par hasard, aujourd'hui oblitéré à nouveau par le sable19. La datation est incertaine mais l'ensemble peut avoir été encore en usage au haut Moyen Age. Des structures archéologiques comparables ont été découvertes tout aussi fortuitement à Sutton-on-Sea en Angleterre en 1938 et en 1950.

  • 20 Bibliothèque nationale, manuscrit latin n° 9550.

33Favorisés par un meilleur ensoleillement (il devient insuffisant au nord de Quiberon), les rivages de la région vannetaise produisent en quantité notable du sel au dire d'Ermold le Noir et fondent la richesse de la cité : l'anse de Sélino près de Baden tire son nom de l'ancien vannetais selegn, saline. Mais la grande région productrice se situe de part et d'autre de l'estuaire de la Loire. Un fragment de comptes de Saint-Martin de Tours, écrit en cursive des viie-viiie « siècles, conserve une courte note ainsi rédigée : « Soit au total 400 livres (130 kg) de sel du marais salant du monastère d'Er (Noirmoutier). »20 En ce lieu la production continue au ixe siècle puisque Ermentaire dans ses Miracles de saint Philibert décrit longuement les malheurs d'une flottille bretonne venue y chercher du sel. Les marais de la baie de Bourgneuf sont attestés par plusieurs diplômes de rois mérovingiens qui accordent soit des salines soit des exemptions de tonlieu sur la Loire à des abbayes lointaines qui avaient coutume de s'y ravitailler, Saint-Denis et Stavelot dans les Ardennes. Daté de 839, un diplôme de Louis le Pieux mentionne des salines à Saint-Viaud, sur la rive sud du fleuve, dans la vicairie de Retz alors encore en Poitou.

  • 21 Lemonnier (Pierre), Le sel de Guérande, Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 1977, n° 4, p (...)

34Le sel breton provient plus spécialement de la région de Guérande et de Batz-sur-Mer : serait-il excessif de suggérer que la colonisation ancienne de cette presqu'île réponde à une visée économique de la part de chefs bretons désireux de s'assurer des ressources régulières en sel ? Cette région de la Loire-Atlantique actuelle relevait de l'évêché de Vannes (puis de l'abbaye de Landévennec) et la langue bretonne y est demeurée vivante jusqu'au début de notre siècle, le principal débouché traditionnel des sauniers guérandais étant demeuré très longtemps le Vannetais et la Bretagne bretonnante en général21. La toponymie (le village de Saillé tire son nom de salis ; muria ou muries, l'eau qui est en train de se former en sel, se retrouve dans Notre-Dame-du-Murié au Pouliguen, le village d'Er Mur en Pornichet, le village des Murs en Bourgneuf), la documentation écrite (les Miracles de saint Aubin d'Angers présentent « Guenram » comme un viens très peuplé à cause du commerce du sel) et l'histoire des derniers siècles du Moyen Age s'accordent pour faire de la presqu'île guérandaise une région salicole de première importance. Le nom même de Guérande est emblématique de cette activité économique puisque Guérande (Gwenn-Rann) signifie en breton la blanche parcelle !

35Le Cartulaire de Redon renferme de nombreuses chartes qui font allusion au sel : ainsi le prévôt Leuhemel achète en 870 pour l'hôpital des pauvres dont il a la charge les deux salines de Penpont et de Samoelil pour 21 sous. A elles deux, elles contiennent 40 capitelli, 40 « œillets ». Le prêtre Oremus donne à Saint-Sauveur cinq salines qu'il possédait sur l'île de Batz, deux en 861 puis trois en 866. Leurs noms sont intéressants car deux sont dites du milieu (salina Permet en breton et salina média en latin) ce qui montre qu'elles se trouvaient enserrées entre deux autres aires à sel, tandis que deux autres sont désignées par leurs contours topographiques (salina cham : courbe et salina cron : ronde). Une vingtaine de salines sont connues par leur nom pour tout le ixe siècle. Il apparaît même que ce siècle voit une expansion des aires de production saunière grâce à l'aménagement de certains marais littoraux : Pascweten donne aux moines de Redon en 854 une petite parcelle de terre au mont Arill « où les moines feront une saline » et il complétera cette première donation cinq ans plus tard en leur accordant entre autres biens « tous les emplacements commodes pour bâtir des maisons » en ce lieu de Bron Arill. Les futurs exploitants auront ainsi la possibilité de vivre dans ce nouveau village en complétant les revenus d'une activité saunière forcément saisonnière par ceux tirés de l'élevage et d'une écluse de pêcherie. Le même Pascweten cède encore aux moines de Redon en 857 la saline dite Barnahardisca et la villa Burbrii au village de Canvel en Guérande. Deux ans plus tard Leuhemel rachète pour 45 sous une saline dite Penlan aux fils d'Omni « qui l'avait créée et aménagée avec beaucoup de soin ». Des ventes à réméré procurent aux candidats paludiers la mise de fonds nécessaire : l'achat effectué par Leuhemel en 859 répond à ce type. « Cette charte indique que Chenbud et Kentuuant ont vendu à réméré aux fils d'Omni une saline qui est appelée saline Penlan. Ce même Omni a vendu à Leuhemel cette saline appelée Penlan pour 45 sous pour un délai de 5 ans ; si au bout de 5 ans la terre n'est pas rachetée, elle reste la propriété des moines pendant 5 autres années ; si à cette date la terre n'est pas rachetée, elle restera encore pendant 5 ans à Saint-Sauveur de Redon ; si la terre n'est pas rachetée, il y aura encore une dernière période de 5 ans à la suite de laquelle, si la terre n'est toujours pas rachetée, elle restera pour toujours en pleine propriété à Saint-Sauveur de Redon. » Enfin, la seule charte d'Alain Barbetorte que l'on estime être à peu près authentique transfère aux moines de Landévennec la propriété entière de l'île de Batz-Guérande avec en sus les dîmes sur le vin, deux parts des dîmes sur les poissons et vingt muids de sel à prendre sur le produit du tonlieu de Nantes : cette somptueuse donation, qui venait récompenser les bons offices de l'abbé Jean dans le retour d'exil du duc, marque assez l'importance du commerce du sel sur l'axe ligérien.

Le métal

  • 22 Bouchaud (Louis), Les mines d'étain d'Abbaretz, Bulletin de la Société archéologique de Nantes et (...)

36Dans l'Antiquité les Phéniciens se pourvoyaient en étain dans les îles Cassitérides : la localisation exacte de cet archipel demeure mystérieuse, mais il existe quelques bonnes raisons de penser qu'au moins certaines de ces mines étaient en Armorique. A l'embouchure de la Vilaine la région de Pénestin est encore un secteur minier actif : l'exploitation de l'uranium y a cependant remplacé celle de l'étain... Ailleurs en Loire-Atlantique des reprises d'exploitation sur des sites anciens ont livré quelques vestiges archéologiques : à Abbaretz, situé à une trentaine de kilomètres au nord-est de Nantes, l'ingénieur Kerviler avait mis en évidence dès 1865 des galeries anciennes que, trompé par la présence dans les environs d'un dépôt de scories ferrugineuses, il pensait pouvoir identifier comme ayant été des mines de fer. Il s'agit en réalité de mines d étain, réouvertes au début des années cinquante : les premiers exploitants ne travaillaient que les parties du sol ameublies par l'érosion, laissant de côté les gros blocs de quartz pourtant riches de cassitéride, qu'ils n'avaient sans aucun doute pas la possibilité de broyer. Une cavité était creusée et les déblais rejetés sur les bords ; quand la roche mère était atteinte, la cavité était abandonnée et une autre entamée un peu plus loin. Les parties recouvertes de déblais n'étaient pas exploitées. Ces anciennes excavations avaient généralement de 5 à 6 mètres de profondeur, certaines cependant atteignaient 12 mètres. Le lavage contemporain du minerai subsistant n'a pas permis d'isoler des instruments en fer — des pièces de bois façonnées en forme de pelles ont cependant été vues au cours de ces travaux, mais ces objets tombèrent en poussière au contact de l'air : seules des pièces de monnaie d'époques variées ont été découvertes, dont deux petites pièces d'or à l'effigie d'un roi vandale ce qui témoigne d'une fréquentation, au moins intermittente, aux temps mérovingiens. Ces mines primitives remontent peut-être à l'âge du bronze et étaient connues à l'époque romaine22.

  • 23 Champaud (Claude), Les fouilles de Nozay-Châteaubriand. Contribution au problème de rétain antique (...)

37Dans la région voisine de Nozay le même filon stanifère a permis à Claude Champaud23 de reconstituer comme suit le processus d'extraction du minerai : un chauffage et un refroidissement alternés permettaient d'insérer dans les fissures ainsi créées des coins de bois. Ces derniers, une fois mouillés, suffisaient à faire éclater le rocher et à en détacher les blocs qui étaient ensuite concassés à coups de masse de fer. Le recreusement de la tranchée antique a permis de recueillir des monnaies romaines et post-romaines : une pièce de dix nummi de l'empereur byzantin Maurice Tibère (582-602), deux triens frappés à Vannes et à Nantes au VIe siècle. C'est sans doute cet étain tiré des mines du bassin d'Abbaretz-Nozay qui servit à la couverture de la cathédrale de Nantes par l'évêque Félix, achevée en 567 : dans son Panégyrique de ce personnage, Sidone Apollinaire s'extasie de cette munificence extraordinaire qui fait briller au soleil le Temple de Dieu. Mais aucun indice ne permet d'affirmer que ces exploitations étaient encore en activité quand la région passa aux Bretons. Des paiements en barres d'étain sont plusieurs fois mentionnés dans les Excerpta du VIe siècle : il semble qu'il existait alors une équivalence entre l'étain et l'argent, neuf livres du premier métal valant une livre du second.

  • 24 Giot (Pierre-Roland), Chronique des datations radiocarbones armoricaines, Annales de Bretagne, 196 (...)

38Sur la frontière des Osismes et des Vénètes des sondages du B.R.G.M. ont localisé en 1965 un puits de descente ancien et plusieurs galeries situées à - 36 m, - 40, - 66 et - 70 mètres. L'examen des boisages de soutènement, encastrés les uns dans les autres sans clou métallique, fournit des dates radiocarboniques de 460 (à - 66 et - 70 mètres) et de 750 de notre ère à - 36. Ce gisement de galène de Pont-Nevez en Plélauff24 devait disposer d'une machinerie pour assurer l'épuisement des eaux d'infiltration. Il est à remarquer que les documents écrits sont muets à son sujet alors qu'une charte de Redon parle en 871 du château de Castel Cran situé dans la même paroisse de Plélauff : d'autres exploitations, de fer natif par exemple, ont dû exister mais il est très difficile de les repérer faute de renseignements dans les sources écrites qui n'y prêtaient guère attention, à l'image de ce qu'il advint à Plélauff. Sans être d'une richesse remarquable, hormis pour l'étain, le sous-sol breton devait assurer l'essentiel des besoins, limités, des habitants de la péninsule, d'autant que durant ces siècles antérieurs à l'an mille la Bretagne, comme l'ensemble du monde occidental, participe d'une civilisation du bois. Le métal y reste rare, précieux, réservé aux usages guerriers ou somptuaires.

Notes

1 Giot (Pierre-Roland), Les sites « protohistoriques » des dunes de Guissény, Annales de Bretagne, 1973, n° 1, p. 105-127.

2 Giot (Pierre-Roland), « Insula quae Laurea appelatur » : fouilles archéologiques sur l'île Lavret, Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Age, Daoulas, 1986, p. 219-237.

3 Poulain (Thierry), Les ossements de la couche carolingienne, annexe XIV à Langouet (Loïc), Les fouilles archéologiques du bastion de Solidor, Saint-Malo, dossiers du C.E.R.A.A., 1983, p. 185-189.

4 Rouche (Michel), L'Aquitaine. Des Wisigoths aux Arabes. 1979, p. 206-207

5 Devailly (Guy), « L'usage du cidre en Bretagne aux viiie et ixe siècles », Bulletin et mémoires de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, 1976, p. 12-19.

6 Fleuriot (Léon), Dictionnaire des gloses en vieux-breton, sous le mot medot.

7 Pinot (Jean-Pierre), Archéologie en Bretagne, n° 37, 1983, p. 5-6. Batt (Michaël) et Giot (Pierre-Roland), Quelques observations d'archéologie du paysage du Finistère, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1980, p. 17-25, spécialement p. 22-23.

8 Bernier (Gildas), Les pêcheries bretonnes dans les documents anciens, Dossiers du C.C.R.A.A. n° 10, 1982, p. 65-72.

9 Lois A 53, p. 60, 61 des Excerpta de Libris Romanorum.

10 Les habitations humaines étaient entourées de petits murets de pierre. Au chapitre 13 la composition des exploitations paysannes sera étudiée.

11 Giot (Pierre-Roland), Batt (Michaël) et Morzadec (Marie-Thérèse), Archéologie du paysage agraire armoricain, Rennes, 1982.

12 Edrisi, Récréation de celui qui désire parcourir les horizons (6e climat, 1re section), d'après la traduction donnée dans Archéologie en Bretagne, n° 25, 1er semestre 1980.

13 Ce petit vignoble connut son apogée vers 1891 : 2 064 hectares de vignes produisaient alors 30 000 barriques de « gros-plant » dont la majeure partie était distillée pour donner une « fine de Rhuys » assez renommée. Le phylloxéra anéantit le vignoble en 1904-1905 ; replanté en partie en noa, il sera condamné par l'interdiction dans les années 30 de ce cépage dangereux pour la santé.

14 Galliou (Patrick), Répertoire des amphores vinaires trouvées en Bretagne, Brest.

15 Galliou (Patrick) et Sanquer (René), Brigitte ou l'occupation romaine en baie de Douarnenez, Châteaulin, 1975. La lecture de la chronique d'archéologie antique et médiévale du Bulletin de la Société archéologique du Finistère permet de suivre au fil des années la progression des fouilles.

16 Il en est conservé de remarquables exemples au musée Dobrée à Nantes.

17 Tanguy (Bernard), La toponymie, dans Calvez (Louis), La presqu'île de Crozon, 1976, p 59-60

18 Holen ou halen peuvent aussi avoir une origine purement celtique pour Léon Fleuriot.

19 Durand (Gildas), Découverte de structures de production du sel à Saint-Malo, Dossiers du C.E.R.A.A., n° 8, 1980, p. 107-120.

20 Bibliothèque nationale, manuscrit latin n° 9550.

21 Lemonnier (Pierre), Le sel de Guérande, Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 1977, n° 4, p 641-662.

22 Bouchaud (Louis), Les mines d'étain d'Abbaretz, Bulletin de la Société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure, 1954, p. 107-109.

23 Champaud (Claude), Les fouilles de Nozay-Châteaubriand. Contribution au problème de rétain antique, Annales de Bretagne, 1957, p. 46-96.

24 Giot (Pierre-Roland), Chronique des datations radiocarbones armoricaines, Annales de Bretagne, 1965, n° 1, p. 145-146 et Archéologie en Bretagne, n° 14, p. 37-38.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540