Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Environnements. La Bretagne de Nominoë

Chapitre 5. Les milieux naturels

Texte intégral

« On apercevait une magnifique forêt et, creusé en son milieu, un vallon tourné vers le soleil levant. Seulement entre eux (et ce paysage aperçu) il y avait, sur une largeur de presque deux milles, la grande mer où venait se jeter le fleuve appelé l'Aulne. Du fond de la vallée, chaque jour, à peine le soleil levé, une brume s'élevait comme une fumée et à ceux qui chaque jour le regardaient, l'endroit semblait le plus heureux qui fût. Ils n'aspiraient qu'à une chose, être conduits en ce lieu. »

Vie de saint Guénolé par Clément de Landévennec.

  • 1 L'évolution du paysage rural, et en particulier le passage des champs ouverts au bocage, sera étud (...)

1Le pays des Bretons de Nominoë ne ressemble pas aux verdoyantes campagnes bocagères que le remembrement contemporain des terres agricoles s'acharne à faire disparaître : les haies vives parées de fossés ne ponctuent pas encore de leur damier irrégulier le paysage rural1. Si les champs d'il y a un millénaire ne sont pas enclos de talus, ils sont par contre cernés de toutes parts par la nature sauvage ou, du moins, par des sols retournés en friches depuis le bas empire romain. L'acidité naturelle des terres en Bretagne centrale, un peu partout le caractère montueux du relief, les mauvais souvenirs attachés dans l'esprit des Francs aux zones humides frontalières, la pauvreté aussi des modes de culture font alors, comme trop souvent depuis, passer la Bretagne pour un pays pauvre : relatant la guerre civile entre Alain le Grand et son compétiteur Iudicaël, Réginon de Prüm n'hésite pas à écrire que « ce n'était pas de bonnes terres qu'on se disputait, mais plutôt des montagnes ».

2Impression fallacieuse, surtout pour ce qui touche au liseré côtier, cet Armor qui offre tant de possibilités aux hommes, lesquels ne demeurent pas non plus insensibles à ses charmes comme sait l'exprimer le moine Clément. Remarquons à ce propos que, s'il serait exagéré de parler d'un sentiment de la nature compris comme l'entendaient les romantiques chez les contemporains de Nominoë, en revanche, il n'est pas niable que placés devant certains paysages — et pour les moines hagiographes le site même de leur abbaye est toujours le plus beau — ils savent en apprécier l'harmonie tout comme ils goûtent au renouvellement des heures et des saisons, à la douceur apaisante d'un matin ou au réveil de la nature quand arrive le printemps annonciateur des splendeurs estivales. Les créatures sauvages elles-mêmes sont les amies des saints qui ne les exterminent pas mais les domptent, comme les loups, ou les protègent, comme les cerfs chassés à cour. D'autres encore, plus innocentes, suscitent leur émerveillement attendri : un jour que saint Malo travaillait à sa vigne et qu'il avait accroché son manteau à un chêne, « Dieu, qui est admirable en ses saints, voulut soutenir son champion. Alors un petit oisillon, que l'on appelle roitelet, pondit un œuf dans le capuchon que le saint homme avait enlevé à cause de la dureté de son travail. Sa journée, achevée, saint Malo découvre l'œuf dans son nid artificiel et s'interroge : “Dieu, tu es Tout-Puissant, Toi qui as fait que cet oisillon désire mon capuchon ; mais si je l'emporte, l'oiseau perd son œuf !” Alors, ce qui est admirable, il ne voulut pas déplacer son capuchon, mais préféra l'abandonner à l'oisillon plutôt que de s'en vêtir, et le capuchon ne fut pas retiré de l'arbre avant que les oisillons ne fussent élevés. »

Les rivages

3A l'échelle historique, la ligne du rivage, l'estran, n'est pas stabilisée. Elle s'est déplacée en fonction des variations du niveau de la mer qui découlent elles-mêmes de la succession de phases de réchauffement ou de refroidissement climatique agissant sur le volume d'eau stockée dans la banquise. Ainsi, du début du néolithique à l'aurore de l'âge du bronze final vers l'an mille avant notre ère, le niveau marin a-t-il monté assez régulièrement de — 9 mètres jusqu'à son niveau actuel, pour redescendre ensuite au premier millénaire avant Jésus-Christ jusqu'à — 2 mètres par rapport au 0 des cartes contemporaines. Il remontera par la suite de façon progressive et irrégulière, avec des oscillations bien marquées comme au cours du ive siècle où il semble s'être produit un envahissement assez brutal de la mer. Jusqu'en 750 environ le climat demeure en moyenne plus frais qu'en notre siècle et le niveau des eaux marines inférieur ; après cette date et jusqu'au début du xiiie siècle survient un réchauffement qui entraîne une nouvelle transgression dite dunkerquienne. L'aspect du littoral en est bouleversé en plusieurs points, spécialement sur la côte nord de la Bretagne. Dans la région de Dol s'était développée sur les basses terres proches du littoral ancien une végétation forestière dont témoignent les tourbes à souches et troncs d'arbres fossilisés, appelés coërons, si abondants dans les marais de Dol qu'on les a longtemps utilisés comme bois de charpente ou d ebénisterie. Ce sont les restes de la forêt de Scissy qui, selon la légende, était un lieu de prédilection pour les anachorètes avant qu'un épouvantable raz-de-marée ne précipite en 709 les flots déchaînés à l'assaut de la terre ferme. En réalité les textes sur lesquels s'appuie cette tradition sont tardifs et tout indique qu'il s'agit d un mouvement lent, d'une ampleur verticale de 2 à 3 mètres, qui prend probablement des allures de catastrophe au moment des grandes marées combinées à des tempêtes d'équinoxe. Quand saint Aubert, évêque d'Avranches, édifie le premier sanctuaire dédié à l'archange saint Michel sur une des collines qui dominent la baie de Dol, elle est déjà une île (708).

4Une autre « forêt engloutie » découvre aux basses mers à Kervilzic en Loctudy. Le golfe du Morbihan fournit de son côté son contingent de témoins de cette ultime transgression marine : des monuments mégalithiques aujourd'hui recouverts ou isolés par les eaux. Le plus célèbre est sans conteste le menhir marin d'Er Lannick. Batz-sur- Mer, alors l'île de Batz, est encore séparée de la presqu'île guérandaise, à laquelle la rattache seulement un cordon continu de salines autour de Saille ; quant à la Grande Brière, elle ne constitue pour l'heure qu'un vaste golfe marin dont le comblement est en train de s'achever sous nos yeux. Cette décrue glaciaire, un peu plus accentuée que l'actuelle, offre dans l'ensemble au cultivateur médiéval un climat tiède et doux mais qui, en Europe occidentale, a pu se doubler d'une pluviosité défaillante et d'une sécheresse excessive par évaporation.

  • 2 Lozac'hmeur (Jean-Claude), Fleuriot (Léon), Prat (Louis), Récits et poèmes celtiques. Domaine brit (...)

5Pour en revenir aux rivages, les remaniements littoraux ne doivent pas voir leur importance exagérée car, tous comptes faits, ils demeurent localisés, mais il ne conviendrait pas non plus de les minorer à l'excès. On sait que l'un des thèmes les plus présents dans le « folklore » des pays celtiques2 est précisément celui de la ville engloutie, Solente ou Ys en Bretagne, dont on entend parfois les cloches sonner à toute volée sous les ondes par temps calme... Ces légendes trouvent peut-être leurs origines dans le souvenir déformé de la disparition de villages côtiers submergés par les flots à une date indéterminée. Plus sûrement, il est significatif de constater que la littérature hagiographique du haut Moyen Age breton garde le souvenir des remuements du rivage. Tel ou tel saint lui assigne un tracé définitif : dans la Vie de saint Paul par Gourmonoc Illtud prie avec ses jeunes disciples pour que la mer qui avait l'habitude d'avancer ou de reculer sur huit stades, soit 1 000 pas environ, se fixe et ne dépasse plus la limite qu'il lui assigne en traçant une rigole sur le sol. Et Gourmonoc d'ajouter que cette terre de pré-salé existe encore de son temps, qu'elle n'a jamais plus été envahie par les flots et que, mise en culture, elle se révèle être très fertile et donner d'excellentes moissons chaque année. Tel saint est sauvé par miracle de la noyade grâce à l'île qui s'élève sous ses pieds et le maintient hors de portée de la marée montante : Malo, parti jouer sur la plage avec ses petits camarades, s'endort. « Cependant la mer de plus en plus recouvrait et s'approchait de l'endroit où saint Malo gisait endormi, et doucement l'entourait. Ce ne peut être que sur l'ordre de Dieu que le rivage sur lequel il gisait s'élevait avec le flot, tandis que la mer creusait le rivage autour de lui en se faisant de plus en plus profonde. » Quand on finira par découvrir le moinillon porté disparu, il demandera la permission de rester encore une journée sur son île à condition qu'on lui fasse parvenir son psautier : « Alors que le maître, sous les yeux des autres, tenait le psautier à la main et le mettait à la mer, voici qu'un tas d'algues sur lequel saint Malo avait dormi accourt, prend le psautier sur lui et le porte là où saint Malo priait Dieu, intouché par les eaux. Et comme le psautier était resté quelque temps à une certaine distance, cette autre petite île est encore visible de nos jours. » Le même type de miracle est également réputé avoir sauvé d'une mort certaine le disciple de saint Maudez, Bothmael, surpris par la marée alors qu'il regagnait par la grève l'oratoire insulaire de son maître : réfugié sur un rocher, il prie Dieu, comme le fait de son côté Maudez qui l'a aperçu dans sa fâcheuse situation. Et le rocher s'élève au fur et à mesure que la mer monte : sauvé, Bothmael peut s'endormir le cœur en paix au milieu des flots en attendant de regagner à pied sec l'ermitage de Lan-Modez...

6Bien sûr ces légendes hagiotopographiques sont à considérer avec précaution, mais ne traduisent-elles pas aussi, quant au fond, le souvenir de remaniements littoraux assez rapides pour avoir été perceptibles sur quelques générations ? Cette conscience d'une nature au travail se fait encore plus précise chez Bili quand il rapporte que l'ânesse de saint Malo, alors réfugié sur l'îlot d'Aaron en face d'Alet, allait partout sans conducteur « et surtout à la villa Laioc que nous voyons maintenant délaissée par la mer au reflux, pour y apporter les choses nécessaires ». Bili connaît bien l'endroit et s'étonne au détour de son récit que le tracé du rivage soit au ixe siècle différent de ce qu'il était au temps de saint Malo.

Les bois

7Deux lignes de hauteurs, rappelant dans leur orientation générale les deux axes principaux du plissement hercynien, rythment le relief péninsulaire et le compartimentent au point de constituer une gêne pour la circulation méridienne en hiver. Les Bretons ont contume de les désigner comme des « montagnes » (les montagnes noires et les monts d'Arrée), un terme bien excessif puisque leur altitude sommitale n'atteint pas les 400 mètres... Aujourd'hui ces « montagnes » d'un pays qui en est dépourvu en fait se présentent sous un jour désolant : des pitons rocheux dominent de vastes étendues de terres nues ou couvertes d'une lande rase, parfois égayées de quelques taches de verdure dans les fonds. L'occupation humaine n'y est plus que résiduelle, surtout dans la partie finistérienne des monts d'Arrée. Au total, ce paysage austère n'est pas sans évoquer les hautes terres d'Ecosse. Mais il est récent : l'homme est ici le premier responsable de la dégradation irrémédiable du milieu naturel.

  • 3 Les mines de Poullaouen au xviiie siècle ont fait l'objet d'une thèse, malheureusement restée inéd (...)

8En effet la déforestation complète des « montagnes » bretonnes survient dans les derniers siècles de l'Ancien Régime quand les besoins en bois de charpente pour l'arsenal de Brest imposent des coupes imprudentes. A ces exigences royales s'ajoute localement la demande en bois de chauffe pour les installations métallifères de la région de Poullaouen qui comptaient alors parmi les plus importantes de France3. Pour satisfaire ces besoins, toutes les futaies de basse Bretagne sont mises à mal. Celles des monts d'Arrée ne s'en relèveront pas : faute de discernement dans les coupes et d'une politique intelligente de reboisement systématique, les sols les plus fragiles et les plus exposés sont bientôt emportés par le ruissellement destructeur des eaux superficielles. Au mieux, ! érosion n'autorise que la survie de landes, au pire, il ne reste rien, aucun couvert végétal. Cette catastrophe écologique, due à l'imprévoyance des administrateurs et à la cupidité des propriétaires, ne nous permet plus d'imaginer l'aspect des « montagnes » couvertes de forêts de l'intérieur breton. Si leurs sommets n'ont sans doute jamais porté d'arbres, ne serait-ce que parce qu'ils sont trop battus par les vents, leurs versants se paraient au temps de Nominoë de massifs forestiers bien attestés.

  • 4 Toberne (Annick), La toponymie forestière des monts d'Arrée, Annales de Bretagne, 1954, n° 2. p. 4 (...)

9La micro-toponymie permet de reconstituer les limites approximatives de ces massifs perdus4 dont il subsiste quelques beaux fragments sur la périphérie : les forêts domaniales du Cranou (d'un vieux mot gaulois, Krennan devenu cran, forêt) et du Beffou au sud-ouest et au nord-est de la chaîne, la forêt d'Huelgoat au sud-est, plus quelques massifs isolés au nord et au sud.

10Les composés de coat, « bois », aujourd'hui repérés dans des zones déboisées, marquent sans doute l'expansion maximale de la forêt au haut Moyen Age : certains sont spécialement suggestifs comme penhoat, le bout de la forêt, ou Hengoat, le vieux bois (qui est une forme vieille bretonne dans laquelle l'adjectif précède encore le nom qu'il qualifie). Aucun coat ne se donne à voir dans le cœur granitique de la montagne, ce qui ne surprend pas ; mais entre ce cœur dénudé et la zone des coat, on remarque de nombreux quilli, « buissons », sur les pentes les plus fortes, ce qui laisse supposer qu'il existait là une forêt moins touffue et plus clairsemée que les bois qu'elle prolongeait. D'ailleurs dans les secteurs dont les toponymes quilli sont absents, les coat serrent au plus près la ligne des sommets alors qu'à l'inverse, aux endroits où l'on trouve des quilli en avant de l'ancienne forêt, celle-ci s'écarte du noyau central de la montagne. Les Bretons du Moyen Age, qui imposèrent à toute cette région sa toponymie, avaient donc sous les yeux un paysage forestier complexe, déjà partiellement dégradé en altitude.

  • 5 Van Zeist, Recherches palynologiques en Bretagne occidentale, Norois, 1963, p. 5-19. Giot (Pierre- (...)

11Les enseignements de la toponymie peuvent être précisés par l'étude des pollens fossilisés dans les tourbières bombées de la région, celles de Menez-Cam à Spézet pour les montagnes noires et celles de Saint-Michel-de-Brasparts et du Cloître-Saint-Thégonnec pour les monts d'Arrée. Les prélèvements de terrains analysés en laboratoire, ont permis en 1963 à l'équipe du professeur W. Van Zeist d'établir une périodisation de la présence humaine dans cette zone au travers de son impact sur la végétation telle qu'elle se révèle par ses pollens5 : l'âge du fer voit d'abord s'effectuer de grands défrichements avec un recul corrélatif de la chênaie mixte originelle. Par contre, à la fin de la période romaine, un déclin très marqué de l'activité humaine se traduit d'une manière saisissante dans les diagrammes polliniques par les faibles pourcentages occupés par les plantes herbacées. Ce recul de l'élevage s'accompagne d'une nette diminution des emblavures et d'une reprise de la forêt. A Spézet cet étiage des cultures a pu être daté vers 295. Ensuite, avec l'arrivée des Bretons et le Moyen Age, il y aura reprise des défrichements, recul de la forêt, extension des emblavures en froment et surtout en seigle vers 600. Ces séquences polliniques s'inscrivent de façon parfaite dans ce que nous apprennent les textes pour la période tardi-antique et confirment la vraisemblance d'un appel aux Bretons insulaires pour combler un vide humain à terme potentiellement dangereux pour l'autorité romaine.

  • 6 La Borderie (Arthur de), Histoire de Bretagne, tome I, page 261. Sa thèse est anéantie pour l'époq (...)

12Ces phases alternées de rétraction puis de reprise forestière suffisent à rendre caduque l'opinion de La Borderie qui imaginait la Bretagne centrale comme une région boisée sans discontinuité, vide d'hommes avant l'arrivée des premiers colons celtes : sa forêt centrale dite de Brécilien (dont Brocéliande serait l'ultime survivance) se présentait comme un « énorme bloc sylvestre, une muraille de Chine verdoyante, arborescente »6. En réalité le « pays d'à travers la forêt » (pagus trans silvam) a toujours été ouvert à la circulation : des routes le traversent de part en part qui convergent vers Carhaix, la capitale des Osismes. Des villages et des hameaux le parsèment dès l'époque romane. Sans doute y repère-t-on facilement une silve clairsemée, trouée de vastes clairières qui tendent à se rejoindre et à isoler quelques massifs boisés. Une fois passés les siècles de l'homme rare, l'éleveur et l'agriculteur regagnent le terrain un temps abandonné aux friches : le peuplement d'époque carolingienne y trouve sa subsistance même si la tâche de reconquête est pour l'heure encore bien éloignée de son terme ultime.

  • 7 Tonnerre (Noël-Yves), Contribution à l'étude de la forêt bretonne : la forêt dans la région de Red (...)

13Les forêts de la région de Redon ont fait, quant à elles, l'objet d'une étude minutieuse de Noël Tonnerre qui distingue les grands ensembles forestiers des terroirs simplement boisés7. Trois forêts compactes écrasent de leur masse les campagnes proches de l'abbaye ; celle de Pleucadeuc dessine un triangle de 10 km de large sur 25 de long, celle de Plélan ou de Paimpont, plus massive et plus répulsive que la première, celle de Lanouée enfin, dessinant un vaste triangle dont seule la face sud apparaît comme entamée par la colonisation rurale au haut Moyen Age, ceci étant en rapport direct avec l'altitude puisque cette face sud est aussi la moins élevée. Quant aux terroirs boisés, ils ne forment qu'un tissu forestier très lâche attaqué de toutes parts par de nombreuses communautés paysannes. Ces espaces fortement humanisés se décèlent facilement dans la documentation écrite en provenance de Saint-Sauveur : si le mot silva n'y figure que trois fois au singulier, en revanche il apparaît 82 fois au pluriel dans des formules types comme « avec les terres, les forêts, les prés et les pâturages » de telle ou telle terre vendue ou donnée en aumône aux moines. La forêt se maintient en fait en relation étroite avec les terres pauvres : les promontoires granitiques aux sols acides sont abandonnés aux bois, par contre les plateaux schisteux aux sols plus favorables sont déjà bien mis en valeur. Ce déterminisme géographique rend compte aussi de la survie des plus beaux massifs carolingiens jusqu'à nos jours : même si leurs bordures ont été plus ou moins profondément rognées au cours des âges, leur cœur est toujours là où il était il y a plus d'un millénaire. Des formes de végétation dégradée sont rapportées en petit nombre dans les actes de la pratique : saltus est employé concernant Pleucadeuc et Bains, landa ou lanna à Piriac et surtout trois fois à Ruffiac. Dans cette dernière paroisse, la terre de Ran Riantcar, vendue aux moines, est ainsi délimitée : « D'un côté la terre de Ran Melan jusqu'au rocher, du rocher au fossé Matvor, du fossé jusqu'à la rive, et de la rive en passant par la lande. » Mais si ces formes secondaires existent déjà au ixe siècle, elles n'ont pu se développer véritablement que par suite des défrichements successifs et parfois vite abandonnés du Moyen Age central.

Les marais

14Peu importantes en superficie, les zones humides jouent un grand rôle au point de vue politique, surtout celles de la basse Vilaine que nous avons évoquées au chapitre précédent : tout spécialement à la saison des crues quand la rivière sort de son lit, mal drainé et vite engorgé, elles devaient présenter un paysage fort peu accueillant, parsemé d'îlots à demi-submergés et de dépressions marécageuses de mauvais aloi. Les chroniqueurs francs ont recueilli assez de souvenirs de campagne relatifs à cette zone pour ne manquer jamais d'y faire référence sur un ton désolé... Les habitants souffrent aussi : Ermentaire signale la guérison miraculeuse d'un pauvre vivant sur la rive droite de la Loire aux confins du territoire de Nantes (en Brière ?) atteint de la fièvre des marais.

Notes

1 L'évolution du paysage rural, et en particulier le passage des champs ouverts au bocage, sera étudiée au chapitre suivant. Concernant ce chapitre, l'état des questions posées se trouve dans Giot (Pierre-Roland), Batt (Michaël) et Morzadec (Marie- Thérèse), Archéologie du paysage agraire armoricain, ronéoté, Rennes, 1982.

2 Lozac'hmeur (Jean-Claude), Fleuriot (Léon), Prat (Louis), Récits et poèmes celtiques. Domaine brittonique, Paris, 1981, p. 233-237 : le thème de la ville engloutie.

3 Les mines de Poullaouen au xviiie siècle ont fait l'objet d'une thèse, malheureusement restée inédite, d'Edmond Monange.

4 Toberne (Annick), La toponymie forestière des monts d'Arrée, Annales de Bretagne, 1954, n° 2. p. 407-415. Dizerbo (André), Quelques végétaux d'intérêt archéologique du massif armoricain, Archéologie en Bretagne, n° 38, 2e trimestre 1978, p. 3-9.

5 Van Zeist, Recherches palynologiques en Bretagne occidentale, Norois, 1963, p. 5-19. Giot (Pierre-Roland), Un aspect méconnu du déclin du bas empire, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1977, p. 97-98.

6 La Borderie (Arthur de), Histoire de Bretagne, tome I, page 261. Sa thèse est anéantie pour l'époque romaine par Eveillard (Jean-Yves), La voie romaine de Rennes à Carhaix, recherches sur un itinéraire antique, Brest, 1972.

7 Tonnerre (Noël-Yves), Contribution à l'étude de la forêt bretonne : la forêt dans la région de Redon à l'époque carolingienne, Enquêtes et documents, n° 3, Nantes, 1975, p. 59-75.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540