Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Environnements. La Bretagne de Nominoë

Chapitre 4. Le grand royaume aux frontières si vastes

Texte intégral

« Maxime, craignant qu'il ne troublât sa domination, emmena Conan avec lui ainsi que de nombreux Bretons et lui donna la Gaule armorique. Celui-ci fit venir après lui des troupes innombrables de Bretons nobles et non nobles, avec femmes et enfants. Il remplit ainsi de ses Bretons, après avoir expulsé les indigènes du lieu, toute l'Armorique jusqu'à Nantes et Rennes. Ainsi les Romains perdirent cette province. »

Liber de compositione castri Ambaziae.

1Au ixe siècle les Bretons se connaissent encore sous deux noms génériques distincts : Britones habitant la Britannia (on trouve chez Procope la variante Brittia dont dérive peut-être Breiz), ils sont aussi des Letaviens (ou Litauii) c'est-à-dire des hommes du Litau. Les Gallois ont préservé l'usage de ce dernier terme pour désigner l'Armorique bretonne (Llydaw) alors qu'eux-mêmes ont perdu dans l'entre-temps leur nom véritable de Brython, « Bretons », pour n'être plus que des Cymry, autrement dit des « compatriotes ». Latinisée en Letavia, l'appellation brittonique se rencontre sous la plume de plusieurs hagiographes des temps carolingiens, parfois d'ailleurs estropiée en Laetaria ou même en Latium... Son emploi disparaîtra sur le continent vers les xie-xiie siècles, mais dès le ixe siècle les formes appartenant à la famille brete/bretonne l'emportent largement et Letavia fait déjà figure d'archaïsme pédant. Quoi qu'il en soit de ces cheminements sémantiques souvent erratiques, il importera tout d'abord dans ce chapitre d'éclaircir la situation des peuples de l'Armorique occidentale avant Nominoë pour mieux apprécier les bouleversements induits par l'érection de la Bretagne en royaume autonome.

Langues et politique

  • 1 Ces problèmes sont discutés par Fleuriot (Léon), « Les langues de Bretagne », dans Brékilien (Yann (...)
  • 2 On retient en général comme point de départ la « ligne Loth », établie en 1886, pour l'étude du re (...)
  • 3 Le vieux-breton est connu par environ 5 000 mots, une soixantaine de phrases complètes et 200 memb (...)

2Quand il édite les actes du Cartulaire de Redon en 1863, Aurélien de Courson les accompagne d'une longue préface (ou Prolégomènes) à laquelle il adjoint une carte indiquant l'aire d'expansion maximale de la langue bretonne au ixe siècle. Ce faisant, il rendait un mauvais service aux chercheurs futurs en contribuant à polariser leur attention sur une notion fausse, pour cette époque au moins, celle de frontière linguistique. Une telle frontière existe bien au xixe siècle et des enquêtes de terrain permettent d'en affiner les contours à plusieurs décennies d'intervalle1mais il n'y avait rien de semblable au haut Moyen Age : il faudra des siècles avant que les pratiques des locuteurs se décantent, permettant ainsi de tracer une limite séparative nette entre villages bretonnants et contrées gallos2. Les avatars ultérieurs de cette limite traduisent le retrait, progressif puis accéléré, du breton vers l'ouest : depuis la Révolution française on suit très bien ce mouvement de recul de l'idiome celtique ; mais auparavant le breton avait déjà perdu par plaques beaucoup de terrain — là où il avait jadis été parlé dans des îlots situés parfois très en avant de l'actuelle frontière des langues. C'est que cette frontière, supposée linéaire et relativement stable, constitue en elle-même une aberration si l'on se place aux temps carolingiens : la situation sur le terrain est alors beaucoup plus mélangée, avec seulement des zones géographiques où domine l'une ou l'autre langue. On appellera zone bretonne celle où le breton est la langue majoritaire, zone mixte celle où roman et breton coexistent dans des proportions variables selon les endroits. A l'extrême est du royaume subsiste enfin une zone romane « pure », incluant Rennes et Nantes, les deux futures capitales du duché, où le breton ne s'est jamais ou très superficiellement implanté au ixe siècle. Précisons aussi qu'à cette époque seuls les parlers romans se trouvent dévalorisés dans l'usage social car le breton3, avec le latin bien sûr, est langue de culture.

  • 4 Fleuriot (Léon), Recherches sur les enclaves romanes anciennes en territoire bretonnant, Etudes ce (...)

3L'évidence des sources écrites suffirait à prouver l'inanité du concept de frontière linguistique qui suppose nécessairement l'existence de deux blocs homogènes bien délimités sur le terrain. Or, si l'on observe d'abord la zone bretonne, il apparaît que des îlots romans ont tardivement subsisté en son sein. A qui pourrait-on faire croire en effet que la villa Romanorum mentionnée à Belz vers l'an mille était encore à cette date peuplée de Romains ? Il ne peut s'agir que de Romans, c'est-à-dire de romanophones. Des exemples similaires pourraient facilement être relevés partout ailleurs en basse Bretagne, à commencer par le moderne port de pêche industrielle de Lorient : Keroman. Moins célèbres les modestes hameaux de Kerouman en Milizac (Finistère) ou de Kerromen en Plouyé (Finistère), sur l'ancienne voie romaine reliant Brest à Carhaix, n'en portent pas moins des toponymes évocateurs d'un maintien prolongé de petites communautés romanes au sein du domaine bretonnant actuel. Une charte de Redon du 2 juin 859 fournit le nom de plusieurs témoins habitant Locmariaquer : certains parmi eux ont des anthroponymes latins (Liberius, Petrone), d'autres des anthroponymes germaniques (Otto, Fulcricus, Adalingus, Ebroinus). En fait les phénomènes de mode interfèrent dans le choix des surnoms (les tenanciers mentionnés dans le célèbre Polyptyque d'Irminon abbé de Saint-Germain-en- Laye portant des noms francs, et c'est le cas pour presque tous, ne sont pas pour autant d'origine germanique !) et il n'est jamais assuré que le nom indique chaque fois la langue parlée par celui qui l'arbore. Il est cependant troublant de trouver à Cléguérec en 872 des témoins répondant aux appellations de Altfrid, Ratfrid et Bernaart, en pleine région bretonnante. Plus conservatrice par essence, la toponymie paraît devoir être une voie d'approche mieux adaptée à notre problème : des formes romanes figées peuvent être isolées en basse Bretagne, traduisant l'existence ancienne d'enclaves romanophones qui disparaîtront à une date inconnue, noyée dans la masse bretonnante environnante. Léon Fleuriot les a scrutées avec précision et ses conclusions méritent d'être rapportées : « Le roman survivait aussi au ixe siècle à l'ouest de sa limite actuelle : la côte du Morbihan autour de Vannes, dans un rayon de 15 à 20 kilomètres de cette ville, la plupart des presqu'îles côtières jusqu'à la rivière d'Etel étaient encore romanes en grande partie. D'autres îlots romans existaient peut-être autour de Quimper et de La Feuillée. Mais ces rares îlots romans de l'intérieur ne nous apparaissent pas aussi compacts, étendus ni surtout aussi bien attestés que ceux de la côte, ce qui est surprenant à première vue. Sur la côte nord existait vers la même époque une enclave romane : celle de la presqu'île de Taulé-Caren- tec. »4 Rédéné (plebs Redenac en 1081), avec l'évolution complète régulière du suffixe -ac en -é, fournit aussi un bon exemple de paroisse gallo-romaine survivant après le xe siècle.

  • 5 On trouvera des cartes éclairantes dans Fleuriot (Léon), Les origines de la Bretagne, 1980, cartes (...)
  • 6 Jean-Yves Moign a montré dans Hor Yezh, nos 156-157, que la frontière Rennes-Saint-Malo correspond (...)

4A l'inverse les Bretons se sont établis bien au-delà de la zone bretonnante récente à l'occasion de leurs migrations de la fin de l'empire romain et ont ainsi pu revigorer des communautés éparses de langue gauloise. Sans même envisager le cas des colonies bretonnes dispersées un peu partout à travers l'Occident et qui s'éteignirent bientôt sans laisser de traces autres que toponymiques5 (sauf en Galice), un simple coup d'œil jeté aux cartes de répartition des toponymes celtiques anciens en haute Bretagne montre que nulle part dans l'ancienne zone mixte l'implantation bretonne n'est négligeable — elle est même spécialement dense dans la moitié orientale de l'antique Domnonée d'où le breton a disparu depuis des siècles6. Pour éviter toute confusion, il importe de souligner que ce phénomène massif est très antérieur aux conquêtes de Nominoë : l'installation de nouveaux colons a certes pu au ixe siècle lui donner une seconde jeunesse, mais des Bretons étaient bien présents dans la zone mixte avant que se produisent d'éventuels transferts de populations dans le royaume restauré.

  • 7 Des familles bretonnantes ont vécu dans certains hameaux de la presqu'île jusqu'au début du siècle (...)

5Pendant tout le haut Moyen Age, la géographie du peuplement breton affecte la forme d'un vaste croissant épousant le dessin des côtes de la péninsule armoricaine. De Dol à Pornic, et prenant en écharpe l'intérieur en y ménageant une palette de dégradés vite discontinus, on parle breton avant Nominoë. Les deux pointes extrêmes de ce croissant sont seules bien documentées. En dépit des bouleversements postérieurs qui ont effacé toute trace de présence bretonne dans leur toponymie, les îles anglo-normandes ont été colonisées par des immigrants originaires de l'une ou l'autre Bretagne, qui y prenaient la suite du peuple armoricain des Coriosolites (nombre de monnaies gauloises appartenant à ce peuple ont été découvertes dans l'archipel) : la Vie de saint Magloire ne permet pas d'en douter qui montre les Bretons Loiescon et Nivo posséder respectivement les îles de Sercq et de Guernesey, tandis que celle de saint Samson fait donner au saint quatre îles de l'archipel par le roi Childebert. Au ixe siècle les moines de Léhon s'adressent aux habitants de Sercq « de la part du roi » (Nominoë), que ces derniers reconnaissent donc comme leur souverain. On trouvera enfin une indication convergente dans les premières Annales de Fontenelle qui, se référant à un événement des années 788-806, ne font pas mystère que « dans l'île à laquelle on donne le nom de Jersey, que le peuple des Bretons colonise et qui est proche du Cotentin, dominait en ce temps un duc appelé Anowarith », un nom incontestablement breton. La cause est entendue et cela se comprend facilement si l'on veut bien se souvenir que le littoral dolois était lui aussi un foyer de peuplement breton. A l'autre extrémité du croissant celtophone se présente la presqu'île guérandaise : sa situation est encore plus nette puisque la toponymie locale est toujours bretonne aujourd'hui et que la langue s'y est éteinte il y a seulement quelques décennies7. Le témoignage d'Ermentaire vers 837, dans ses Miracles de saint Philibert, ne souffre pas discussion quant à l'île de Batz (Batz-sur-Mer) : on y voit à l'œuvre un prêtre pour qui le breton est assurément la langue maternelle. « La nuit suivante saint Philibert apparaît en songe à un habitant du territoire de Batz, jeune encore et pourtant paralysé. “Lève-toi, lui dit-il, car le Seigneur t'a guéri et va dire aux Bretons que tant qu'ils n'auront pas rendu le plomb qu'ils m'ont volé, il n'y aura point de bon vent pour eux ni de retour possible dans leur patrie.” Au jour, le jeune homme se lève vivement, mais il ne sait plus marcher ; d'un pas chancelant, appuyé sur un bâton, il finit par arriver à l'église de Batz et raconte au prêtre qui la dessert sa vision de la nuit. Celui-ci, voyant la guérison du paralytique, croit à la vérité de son récit et tous deux vont trouver les Bretons sur leurs navires. Le prêtre les prêche, il leur dénonce le vol dont l'objet est caché à leur bord. On fouille avec soin les bateaux, on découvre sur l'un d'eux beaucoup de lames de plomb, on les remet au prêtre. Les voleurs confessent leur crime et font pénitence. Aussitôt un bon vent se lève et rend enfin les Bretons aux rivages tant désirés. » Rédigés au xie siècle, les Miracles de saint Aubin d'Angers situent encore Guérande en pays de Vannes.

  • 8 Un voyageur allemand, curieux des faits linguistiques de l'Europe de son temps, a pu interroger à (...)

6Un privilège de l'évêque de Nantes Quiriac en faveur de Saint- Florent de Saumur spécifiera en 1073 que l'église d'Escoublac (La Baule) est « en pays breton ». Ceci n'empêchait pas pour autant ces authentiques bretonnants, dont les descendants parleront au xve siècle un dialecte très proche du vannetais ancien8, de vivre paisiblement sous la tutelle des comtes francs de Nantes avant que Nominoë ne mette la main, avec l'ensemble du comté, sur cette partie de son royaume. Ont-ils seulement éprouvé le sentiment d'être alors libérés du joug étranger ?

  • 9 L'expression Bretaigne Guallo, n'est attestée qu'en 1358 ; auparavant, on trouve parfois regio gal (...)

7Les Bretons font très tôt la distinction entre leur pays, la Britannia, et les contrées gallo-franques ou Romania. La Vie de saint Samson, qui est mérovingienne, parle « de ses actes au-delà de la mer en Bretagne et en Romanie » et plus loin, à propos du monastère de Pental qu'il fonda sur les rives de la Seine, précise « qu'il était en ce temps dans sa maison en Romanie ». La situation est plus confuse pour ce qui concerne la zone mixte qui ne reçoit pas de nom spécifique9 : il serait par trop téméraire d'essayer d'avancer un quelconque pourcentage sur le rapport entre locuteurs des deux langues véhiculaires possibles. On y trouvera longtemps trace de communautés bretonnantes au Moyen Age, mais les documents peuvent aussi s'avérer trompeurs dans leur limpidité apparente. Au ixe siècle la mode est à l'adoption d'anthroponymes bretons : comme nous l'avons remarqué précédemment au sujet de noms francs repérés en basse Bretagne, cela ne doit pas entraîner des conclusions trop rapides. Ainsi entre 837 et 851 douze témoins originaires du village de Langon sont-ils qualifiés de Franci (ce qui, dans l'usage des scribes de Redon, ne peut que s'appliquer à des paysans gallo-romains) mais huit d'entre eux portent des noms assurément bretons... Au même endroit existe un lieu-dit roman, « Camp dou pont » (le champ du pont), égaré dans la masse des toponymes celtiques. Il est permis une fois d'entrevoir un processus plus exceptionnel, la substitution en cours d'un toponyme breton à un autre d'origine latine : « le verger que l'on appelle Chenciniac ou d'un autre nom Ran Conmorin » se situe dans la région proche de Redon puisque c'est le machtiern Ratuili, premier bienfaiteur notable de la jeune abbaye, qui le lui offre comme élément de la dot monastique de son fils Catloiant, futur moine de Redon. Si certaines terres peuvent être connues sous deux appellations en même temps, il est par contre unique que ces deux appellations soient stipulées dans des langues différentes. En pays nantais, à Luzanger, une villa Botcaman doit également traduire l'installation récente d'un petit groupe de Bretons.

8Dans quel camp se rangent les autochtones romanophones ? Une situation d'hostilité entre eux et les nouveaux venus paraît rarement prévaloir ; on en trouve cependant un exemple à Jengland, quelques jours avant le choc de cette bataille décisive. Deux maraudeurs bretons, Risweten et Tredoc, sont dénoncés aux soldats francs par les habitants du lieu qu'ils opprimaient de leurs exactions : « L'un de ceux du peuple leur (aux soldats) dit : “Si vous recherchez les Bretons, ils sont là, cachés sous la paille.” » D'une manière générale le sentiment d'appartenance le plus fort chez les paysans les rattache à leur paroisse natale ; l'univers de leurs intérêts et de leurs attachements ne va guère au-delà : le machtiern Greubidoe veut enlever en 875 des colons de Bains appartenant à Redon pour les placer sur les terres du duc de Vannes, Pascweten. Tandis que les moines élèvent des protestations véhémentes, les notables du village et les gens du peuple s'assemblent devant les envoyés du duc et déclarent, unanimes, qu'ils n'avaient jamais entendu dire qu'ils appartinssent à une autre terre « ni du temps des Romains ou Gaulois, ni du temps des Bretons, mais que leurs aïeux et les aïeux de leurs aïeux étaient originaires de Bains, qu'ils y étaient nés et qu'eux ils y demeureraient toujours ».

9De tout ceci découle un fait majeur : l'autorité directe des souverains francs ne s'est jamais trouvée bornée par une quelconque frontière linguistique linéaire pour l'excellente raison qu'elle n'existait pas. Les rois mérovingiens ont toujours dominé de petites régions bretonnantes comme la presqu'île de Guérande ou des communautés celtophones éparpillées au travers de la zone mixte. Une frontière existait bien dans l'Ouest armoricain, mais seulement au point de vue politique. Dès le vie siècle Grégoire de Tours place dans la bouche de l'évêque de Vannes Regalis une protestation affirmée de loyalisme franc : « Nous ne sommes en rien coupables vis-à-vis de nos maîtres et nous ne nous sommes jamais élevés orgueilleusement contre leurs intérêts ; mais opprimés par les Bretons, nous sommes sous le joug d'une dure servitude. » Au début du ixe siècle, la cité et sa banlieue ne relèvent pas encore de la Bretagne : « L'empereur, ayant réuni des troupes de tous côtés, part pour les frontières de la Bretagne et, après avoir tenu à Vannes l'assemblée générale, il entre dans cette province » rapporte l'Astronome dans sa Vie de Louis le Pieux, confirmée sur ce point par les Annales dites d'Eginhard : « De Vannes, l'empereur (en 818) étant entré dans la province de Bretagne, la soumet tout entière à sa puissance. » Mais Vannes apparaît comme constituant un îlot loyaliste profondément aventuré en pays breton, distinct par sa population et son histoire, qui ne doit peut-être sa longue survie qu'aux liaisons maritimes maintenues avec les ports de l'estuaire de la Loire. En fait la véritable ligne de démarcation politique est établie sur la Vilaine : ses marais inondables constituent un obstacle naturel de taille et le peuplement de ses deux rives diffère nettement. A l'ouest les Bretons sont vraiment chez eux. Cette rivière marquait déjà la frontière au temps de Grégoire de Tours : en 590 l'armée du roi Gontran est assaillie par Canao au passage de la Vilaine « alors qu'elle quittait la Bretagne ». Quand en 840 des moines de Redon réussissent à s'emparer à Angers des reliques de saint Hypothème, ils procèdent avec beaucoup de discrétion et cherchent surtout à ne pas se faire remarquer sur le chemin du retour. Une fois passé la Vilaine, toutes ces règles d'une élémentaire prudence sont oubliées : « Ils racontèrent toutes les péripéties de l'aventure à leurs frères qui étaient restés au monastère et leur demandèrent de venir au-devant du saint de Dieu en l'église de Langon. La nouvelle courut à travers toute la province et tous d'accourir, nobles et commun du peuple, hommes et femmes, à la rencontre du saint ; une grande foule de gens vint de toutes parts. Ainsi l'on apporta le corps sacré au monastère dans un grand concert de psaumes. » Bili dans sa Vie de saint Malo signale aussi que des pèlerins ramenant de Saintonge les reliques du saint « s'arrêtèrent en premier en Bretagne dans le village qui est appelé Uuicbri », Guipry, un petit bourg sur la rive droite de la Vilaine comme Langon. Au xie siècle encore une notice sur saint Cado que renferme le Cartulaire de Quimperlé déplore que sa Vie primitive est perdue : elle avait été en effet empruntée par un prêtre nommé Iudhuarn qui, « quittant la province », l'emporta au-delà de la Vilaine et mourut sans l'avoir jamais rendue.

10Les limites des comtés francs de Nantes et de Rennes sont en fait héritées de celles des anciennes cités gallo-romaines, la Loire servant de frontière avec l'Aquitaine vers le sud : la Passion de saint Gunhard le marque bien encore vers 860 quand elle précise que « le fleuve de Loire qui coule entre la Bretagne nouvelle et les ultimes confins de l'Aquitaine se jette dans l'océan occidental ». La Vie de saint Martin de Vertou place nettement Nantes en Neustrie, c'est-à-dire dans la Gaule du Nord.

11Ce seront les avancées successives de la domination territoriale des rois bretons qui feront reculer vers l'est la frontière politique : dès le temps où Nominoë n'agit que comme missus de l'empereur Louis, Vannes lui est acquise. Ensuite, les affrontements décisifs se dérouleront toujours à proximité de Redon, sur le cours de la Vilaine et de son affluent l'Oust. Là débute véritablement la Bretagne, là aussi veillent ses souverains qui y ont plusieurs résidences, là enfin se rassemblent leurs guerriers en cas d'alerte. Les Francs le savent bien qui, dans certains textes, font la distinction entre la Bretagne « nouvelle », incluant la zone mixte au point de vue linguistique et des régions exclusivement de langue romane, et la Bretagne proprement dite vers laquelle sont déportés les prisonniers de guerre faits dans Rennes et Le Mans en 850.

La « Bretagne nouvelle »

12En 824 Louis le Pieux réunissait ses troupes à Rennes « cité qui touche aux confins de la Bretagne » ; moins de trois décennies plus tard, toute cette région est abandonnée aux rois bretons. Comment s'est opéré ce transfert et quelles en furent les conséquences ? Nous ne rappellerons pas ici le détail des différents traités de paix conclus dans la seconde moitié du ixe siècle et qui ponctuèrent tour à tour l'extension de la domination territoriale des dynastes bretons. Il suffira d'avoir présent à l'esprit que dans les années 870 le royaume breton enferme le pays de Retz au sud de la Loire, une portion de l'actuel Anjou jusqu'à la cité épiscopale, une part du bas Maine, l'Avranchin et le Cotentin dans leur totalité. Salomon n'hésite pas à s'intituler dans une charte redonaise du 12 avril 869 « Salomon par la grâce de Dieu prince de toute la Bretagne et d'une bonne partie des Gaules ».

  • 10 Merlet (René), Origines de la famille des Bérenger, comtes de Rennes et ducs de Bretagne, Mélanges (...)
  • 11 Musset (Lucien) et Chantreux (Henri), Essai sur les invasions bretonnes et normandes dans le Maine (...)

13Ces territoires nouveaux, il fallait les contrôler effectivement, ce qui suppose que des Bretons y ont été nommés par leurs rois à des places importantes. C'est peut-être le cas de cet évêque de Dol que rencontre le prince « gallois » Guidnerth « car Guidnerth lui-même et les Bretons et l'archevêque de cette terre étaient de la même langue et de la même nation ». C'est sûrement ce qui est arrivé au Breton Phinimontius que le moine Bernard, au temps de son pèlerinage (vers 865-870), trouve régnant sur l'abbaye du Mont-Saint-Michel. Quelques transferts se laissent également deviner dans le monde laïc : Salomon par exemple gratifie Gurham, l'un de ses fidèles, de la villa Patricliacus située dans le diocèse d'Avranches et appartenant à l'abbaye de Corbion au diocèse de Chartres. Il semble pourtant que Salomon maintient en poste des comtes d'origine franque comme les Bérenger à Rennes10 : si le transfert des biens et des délégations d'autorité ne fut pas total, il reste très difficile à estimer dans son ampleur relative. Une seule piste, bien hasardeuse, s'offre à nous : des anthroponymes bretons caractéristiques se sont longtemps maintenus dans l'usage de plusieurs lignages féodaux établis sur les marges de la Bretagne et peuvent traduire, pour partie d'entre eux au moins, le souvenir familial d'une lointaine ascendance bretonne. Cette mode onomastique se repère facilement parmi les classes dirigeantes feodales en Cotentin, dans l'Avranchin et le bas Maine : les chartes du prieuré de Marmoutier citent, pour les xie et xiie siècles, des individus portant les noms bien typés de Morehennus, Evanus, Rivallonus, sans compter celui de Juhel devenu traditionnel dans la famille des seigneurs de Mayenne. Dans les chartes du prieuré du Mont-Saint- Michel à l'Abbayette apparaissent un Rivallon, seigneur de Lévaré au xie, et au xiiie siècle un certain Raoul Ruellen, vers Gorron ; au xiie un Euvanus et un Hascot11.

14Angers, surtout, paraît avoir été une cité chère au cœur des rois bretons : ce n'est sans doute pas un hasard si sa bibliothèque municipale renferme encore plusieurs manuscrits bretons du ixe siècle, dont certains sont glosés en vieux-breton. Salomon recevra en bénéfice de Charles le Chauve l'abbaye de Saint-Aubin lors de leur entrevue à Entrammes en 863 et, plus tardivement, Saint-Serge sera donnée à Alain le Grand. La Vie de saint Brieuc fait état dans la seconde moitié du xie siècle de la découverte de ses reliques dans cette dernière abbaye : « Bien que les relations de ses actes parvenues jusqu'à notre connaissance soient sur ce point absolument muettes, qu'à la vérité le bienheureux Brieuc ait été évêque, une inscription funéraire l'atteste, gravée en caractères anciens qui se trouve sans conteste sur le marbre qui avait jadis été placé sur son corps très saint... (Ce monument) dit seulement ceci, qu'un certain roi des Bretons appelé Erispoë aurait fait transférer à Angers et ensevelir avec les honneurs convenables ses ossements très saints dans l'église des saints martyrs Serge et Bacchus jouxtant les murailles de ladite ville. » Salomon enfin prend en 873 une part active dans la reconquête de la cité dont les Vikings s'étaient emparé : en cette occasion ses guerriers campent dans la partie de la ville qui relève de lui. Pour le reste on ne sait rien de cette Bretagne « nouvelle » qui disparaît bientôt dans la tourmente qui est bien près aussi d'emporter la Bretagne à l'heure des invasions normandes renouvelées au début du xe siècle.

Conjectures sur la démographie

  • 12 Le cimetière de Saint-Urnel ou Saint-Saturnin en Plonéour (Finistère), protégé par les dunes sable (...)

15L'approche démographique des sociétés du haut Moyen Age reste un exercice intellectuel difficile et toujours périlleux pour celui qui ose l'entreprendre. Les résultats obtenus n'étant valables que pour des zones géographiques restreintes, parfois ténues à l'extrême, leur extrapolation s'avérera aléatoire par définition. Il y a sans doute peu de domaines de la connaissance historique pour lesquels les conclusions sont aussi fragiles car nécessairement déduites d'une base documentaire insuffisante en nombre comme en qualité : en général, le démographe raisonne à partir de la fouille scientifique de cimetières remontant au haut Moyen Age et des quelques dénombrements de tenanciers avec leurs familles contenus dans les polyptyques carolingiens. Pour aggraver encore les choses, le malheur veut que ces deux sources principales soient absentes de Bretagne : les chartes de Redon ne présentent en effet que de façon exceptionnelle des familles complètes tandis que, à une notable exception près12, l'acidité des sols n'a pas permis la conservation des squelettes anciens. Dans ces conditions, force est de se rabattre sur des modes indirects d'investigation.

16Il paraît assuré que la Bretagne celtique a connu, vers la fin des temps mérovingiens et au ixe siècle, une forte croissance démographique : s'il en était allé autrement, comment expliquerait-on, en dépit des coups terribles qui lui furent assénés par Charlemagne et Louis le Pieux, le dynamisme conquérant de son peuple ? Si les chiffres avancés par les chroniqueurs francs ne peuvent être acceptés tels quels (le souci maniaque de la précision chiffrée ne tourmente guère des esprits pour qui importe seule l'impression intuitive que le chiffre peut faire éclore : c'est là sa raison d'être profonde dans la culture littéraire du temps), ils n'en fournissent pas moins des ordres de grandeur, subjectifs mais intéressants. Or ces auteurs parlent pour de simples raids de pillage à grande échelle, de troupes fortes de deux cents hommes ou de quatre cents proceres bretons, ce qui, avec la piétaille qui accompagne ces combattants, fait déjà une solide armée selon les critères de l'époque. La facilité apparente avec laquelle les Bretons ont pu fournir des cadres à l'administration d'au moins une partie des comtés à eux abandonnés milite également en faveur de la bonne santé démographique de ce peuple. Sur les racines de cette conjoncture de croissance, on ne sait rien ; seuls ses effets se laissent timidement apercevoir puisqu'on peut aussi remarquer quelques défrichements ou plutôt des essais de remise en valeur d'espaces productifs anciens depuis longtemps retournés en friches.

  • 13 Cette démarche suppose que la datation des croix anciennes est assurée, ce qui n'est pas acquis.

17Quant aux densités relatives en basse Bretagne, une voie d'approche originale a été suggérée il y a peu : il existerait un rapport entre la densité de la population et la densité des croix remontant au haut Moyen Age13. Ainsi dans le Léon ces croix sont-elles particulièrement nombreuses (un tiers des 708 croix recensées) et en rapport évident dans leur localisation avec les routes les plus anciennes (curieusement, elles se font moins nombreuses autour de Morlaix et du centre épiscopal de Saint-Pol) alors qu'en Cornouaille elles ne représentent pas le quart des 234 croix reconnues par l'abbé Castel. De là à conclure que le Léon était plus densément peuplé que la Cornouaille voisine, il n'y a qu'un pas — en remarquant bien cependant que ces « pays » sont tous deux particulièrement mal documentés par ailleurs pour le haut Moyen Age et même pour une bonne partie du Moyen Age féodal.

18Une approche plus classique du problème démographique est possible pour les paroisses les mieux éclairées par les chartes de Redon : Ruffiac s'étendait au ixe siècle sur cinq communes actuelles (Ruffiac, Tréal, Saint-Nicolas, Saint-Laurent et Saint-Martin, cette dernière alors exclusivement couverte de forêts), soit environ 10 000 hectares. Une cinquantaine de chartes permettent de recenser une quinzaine de lieux habités sur toute la superficie du plou et de connaître, en une quarantaine d'années, les noms d'un peu plus de 200 signataires ou témoins d'actes, soit une population minimale de l'ordre de 1 200 personnes en tout. Ce qui fait de Ruffiac une paroisse surpeuplée dans les conditions du temps. A Bains plus de 200 noms apparaissent également.

  • 14 Giot (Pierre-Roland), Combien d'Armoricains pour combien de Bretons ?, Bulletin de la Société arch (...)

19Allant plus loin, servi par son exceptionnelle compétence d'anthropologue et d'archéologue, P.-R. Giot s'est risqué à esquisser les grandes lignes de l'évolution multiséculaire des populations bretonnes14. Selon lui la densité aurait oscillé entre 3 et 10 habitants au kilomètre carré vers la fin de l'âge du fer (soit entre le l/25e et le l/8e de la population rurale au siècle dernier) ; elle aurait ensuite doublé pendant le haut empire romain pour retomber avec la crise du bas empire à son niveau de l'âge du fer, quand viennent se greffer sur ce corps armoricain malade les migrations bretonnes. « Compte tenu des possibilités, une estimation de l'ordre de 100 000 à 150 000 Bretons successivement arrivés serait raisonnable ; imaginons-en 50 000 arrivés avec les premières vagues disséminées sur près d'un siècle et demi, et 100 000 lors de la phase massive au début du vie siècle, en une décennie ou deux. Tout cela serait dans l'ordre de grandeur qu'on peut imaginer pour la totalité des barbares d'origine germanique installés dans les Gaules, ce qui montre une certaine disproportion possible. » Après l'an mille (dès le xe siècle dirions-nous plutôt), la croissance est à nouveau brisée et la population reflue sur un étiage très bas. Ces conjectures incitent M. Giot à estimer à 75 000 les habitants de la zone « purement » bretonne (au maximum le double serait raisonnable), à 100 000 au minimum (et le double au maximum) ceux des zones mixte et romane, soit pour l'ensemble de la population bretonne et de la population non bretonnante une fourchette de 150 000 à 300 000 personnes. Comme on le voit, ces restitutions chiffrées se veulent très prudentes et devront le demeurer dans l'état actuel des possibilités de la recherche. Elles ne contredisent en rien l'évidence historique de la relative richesse en hommes de la Bretagne de Nominoë.

Notes

1 Ces problèmes sont discutés par Fleuriot (Léon), « Les langues de Bretagne », dans Brékilien (Yann), La Bretagne, 1982, p. 247-280 et spécialement p. 250-253, avec références à diverses enquêtes linguistiques menées pendant la Révolution française et au xixe siècle

2 On retient en général comme point de départ la « ligne Loth », établie en 1886, pour l'étude du recul contemporain du breton. Le Roux (Pierre), Atlas linguistique de basse Bretagne, Rennes, 1924-1963, 6 volumes.

3 Le vieux-breton est connu par environ 5 000 mots, une soixantaine de phrases complètes et 200 membres de phrases. Si la littérature continue est perdue, il demeure que le breton est bien mieux appréhendé dans ses états anciens que le germanique ou les dialectes romans, car il a une tradition écrite beaucoup plus ancienne.

4 Fleuriot (Léon), Recherches sur les enclaves romanes anciennes en territoire bretonnant, Etudes celtiques, tome VIII, 1958, p. 164-178.

5 On trouvera des cartes éclairantes dans Fleuriot (Léon), Les origines de la Bretagne, 1980, cartes nos 1, 7, 10 et 12.

6 Jean-Yves Moign a montré dans Hor Yezh, nos 156-157, que la frontière Rennes-Saint-Malo correspond à une ligne de démarcation entre une zone où le pourcentage de toponymes bretons est inférieur à 5 % dans chaque commune et une zone où il avoisine 20 %. De même un bon tiers de l'évêché de Nantes se trouve à l'ouest de la ligne des 5 % ; entre La Roche-Bernard, Guérande et l'Océan, 50 à 85 % des toponymes sont bretons.

7 Des familles bretonnantes ont vécu dans certains hameaux de la presqu'île jusqu'au début du siècle. La date traditionnellement avancée pour la disparition du breton (aux alentours de 1920) est à revoir : il existait encore quelques centaines de bretonnants pendant la Seconde Guerre mondiale à Batz-sur-Mer et des personnes âgées peuvent l'être encore ou avoir compris le breton dans leur jeunesse. En interrogeant les anciens, Gildas Buron a pu reconstituer assez complètement le breton parlé dans la presqu'île guérandaise.

8 Un voyageur allemand, curieux des faits linguistiques de l'Europe de son temps, a pu interroger à Nantes des Guérandais et noter certains termes de vocabulaire oral : Guyonvarc'h (Christian-Jacques), Le glossaire vannetais du chevalier Arnold von Harff, Rennes, 1984.

9 L'expression Bretaigne Guallo, n'est attestée qu'en 1358 ; auparavant, on trouve parfois regio gallicana (Vie de saint Corentin, vers 1235) ou Brittania Gallicana (Gestes des saints de Redon, entre 868 et 876) mais la fortune de cette forme latine et savante demeure limitée.

10 Merlet (René), Origines de la famille des Bérenger, comtes de Rennes et ducs de Bretagne, Mélanges Ferdinand Lot, Paris, 1925, p. 549-561.

11 Musset (Lucien) et Chantreux (Henri), Essai sur les invasions bretonnes et normandes dans le Maine aux IXe et Xe siècles. Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, n° 29 (243), octobre-décembre 1972, p. 37-59 (citation page 53).

12 Le cimetière de Saint-Urnel ou Saint-Saturnin en Plonéour (Finistère), protégé par les dunes sableuses qui l'ont recouvert et fossilisé.

13 Cette démarche suppose que la datation des croix anciennes est assurée, ce qui n'est pas acquis.

14 Giot (Pierre-Roland), Combien d'Armoricains pour combien de Bretons ?, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1984, p. 55-65 (spécialement p. 58-59).

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540