Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Événements. Le royaume de Bretagne armoricaine

Chapitre 3. Le royaume de Bretagne dans l'empire franc (851-875)

Texte intégral

Lui qui détient la cime suprême du pouvoir,

A qui est soumis le grand royaume aux frontières si vastes,

Et qui resplendit des richesses arrachées aux Normands,

Couronné de la mitre et plus puissant que tous.

Eloge de Gradlon, alias Salomon, par Gourdisten,

Hymne alphabétique de saint Cuénolé.

  • 1 Récemment la traditionnelle rivalité entre Nantes et Rennes a accouché d' monstre administratif av (...)

1Avec Nominoë les Bretons ont repris goût à la victoire, mais remporter une bataille n'a jamais suffi à gagner la guerre... Rien n'est encore acquis en mars 851 quand la responsabilité de la conduite des opérations incombe brusquement à Erispoë : un rapide triomphe militaire vient le conforter dans ses espérances et débouche sur le traité d'Angers qui « marque la naissance de la Bretagne » (B. Pocquet du Haut-Jussé) entendue dans son acception moderne, celle d'une province réunissant Bretons bretonnants et gallos. Ces derniers n'étaient avant 851 que des Armoricains de langue romane et ne devinrent Bretons que le jour où l'ancienne marche se trouva annexée au royaume d'Erispoë. Il fallut ensuite bien des années, des siècles même, pour que les comtés de Rennes et de Nantes trouvent leur vraie place dans l'entité politique juste esquissée à Angers1

2Devenue un royaume subordonné, la Bretagne aurait pu jouir de la paix mais l'assassinat d'Erispoë par son cousin Salomon la précipite à nouveau dans la guerre : le nouveau roi vainc Charles le Chauve et reçoit du souverain franc de nouvelles concessions de terres qui étendent le ressort de son pouvoir bien au-delà de ce qui sera la Bretagne historique. Avec Salomon la royauté s'affirme dans toute sa splendeur et la paix est préservée, malgré quelques orages passagers, jusqu'au jour fatal où Salomon tombe à son tour assassiné. A juste titre son souvenir, plus que celui de Nominoë, traversera les siècles : il est le véritable fondateur avec Erispoë de la monarchie bretonne.

Erispoë roi, pour les Bretons comme pour les Francs

3La disparition impromptue de Nominoë posait deux problèmes immédiats, celui du devenir de son armée, aventurée bien loin de ses bases, et celui de sa succession. Tous deux sont résolus sans attendre : son fils Erispoë ne rencontre aucune opposition et est reconnu par tous ; quant à l'armée, le comte Lambert en assume provisoirement le commandement, le temps de la ramener en arrière jusqu'en Anjou où il se fortifie pour son propre compte. Rien n'indique en effet qu'Erispoë accompagnait son père dans son ultime course vers l'est. Désormais il est le seul responsable de la destinée du peuple breton ; malheureusement sa personnalité est encore plus insaisissable que l'était celle de son père. Son unique apparition jusque-là, à Messac en 843, ne permet guère que de conjecturer son âge, autour de la trentaine. Il est marié à Marmohec et aura d'elle au moins deux enfants, une fille et un garçon du nom de Conan.

4Pour l'heure Erispoë peut compter sur l'alliance obligée de Lambert qui s'évertue à maintenir la pression sur l'au-delà des frontières bretonnes, ce dont les Annales de Fontenelle lui font grief : « Toutefois Lambert ne fut pas pour autant ramené à la fidélité mais, excitant à cela les Bretons, il s'attaqua, hélas ! à son propre peuple au milieu duquel il était né, non sans dommages pour ses hommes ainsi que pour les Bretons. » Provoqué de la sorte, Charles le Chauve ne peut que réagir : il monte une expédition de revanche avec les encouragements de ses frères. L'ost qu'il réunit alors comportera même des contingents saxons, donc à lui prêtés par Louis le Germanique. La concentration de cette grosse armée est longue à s'opérer puisque le roi stationne dans la région d'Angers pendant un mois et demi en juillet-août 851. Le 22 août enfin, après avoir fait mouvement vers la Bretagne, il peut engager le combat avec Erispoë dans la région de Jengland, sur la rive gauche de la Vilaine : pour la seconde fois, le roi va être défait en bataille. Réginon de Prüm nous a conservé une relation développée des trois journées que dura cet engagement décisif.

5« Les troupes saxonnes, que le roi avait soudoyées pour soutenir les attaques rapides et les retours à l'improviste de la cavalerie bretonne, sont placées en première ligne. Mais dès la première charge des Bretons et dès leur première volée de javelots, les Saxons vont se cacher derrière les autres troupes. Les Bretons, selon leur coutume et montant des chevaux dressés à ce genre de combat, courent de côté et d'autre. Tantôt ils donnent impétueusement, avec toutes leurs forces, dans la masse serrée des bataillons francs et les criblent de leurs javelots, tantôt ils font mine de fuir, et les ennemis lancés à leur poursuite n'en reçoivent pas moins leurs traits en pleine poitrine. Accoutumés à combattre de près lance contre lance, les Francs restent immobiles, frappés d'étonnement, effrayés de ce nouveau péril qui leur était inconnu ; ils ne sont point équipés pour poursuivre ces troupes légères, et s'ils les attendent rangés en ligne serrée, ils n'ont contre leurs coups aucun abri. La nuit vient interrompre les combats. Nombreux sont les Francs tués, plus nombreux encore ceux qui sont blessés ; quant aux chevaux, ils ont péri en masse. Le lendemain la bataille reprend et s'achève sur une infortune plus grande. Ce que réalisant Charles, écrasé par une immense terreur, s'enfuit la nuit suivante à l'insu de son armée, abandonnant derrière lui son pavillon, ses tentes et tous les insignes royaux. Au matin, lorsque l'armée réalise la fuite du roi, elle en reste ébahie et dès lors ne songe plus qu'à prendre la fuite à son tour. Les Bretons s'élancent à grands cris et envahissent le camp des Francs tout plein de richesses et s'emparent de tout. Ils poursuivent les bataillons francs en déroute, les massacrent par le fer ou bien les font prisonniers. Ainsi enrichis des richesses des Francs et maîtres de leurs armes, les Bretons rentrent dans leurs foyers. »

  • 2 Le règne de Charles le Chauve sera marqué par des difficultés grandissan dues, plus qu'aux intrigu (...)

6Le lecteur aura reconnu la tactique familière à la cavalerie bretonne, faite d'attaques soudaines à l'arme de jet suivies de feints replis dans un apparent désordre. Les pertes franques sont lourdes et l'engagement se termine sur une panique générale qui s'empare des perdants et scelle de façon irrévocable leur défaite. De telles réactions de peur-panique se retrouvent souvent au Moyen Age quand, arrivée au terme d'affrontements serrés, l'une des deux armées lâche brutalement pied et entraîne dans sa débandade même les plus valeureux des combattants. De toute façon la responsabilité personnelle de Charles semble sérieusement engagée et, cette fois-ci, le doute n'est plus permis : si Ballon pouvait passer, à la rigueur, pour une défaite de hasard au vu de la faiblesse des forces mobilisées pour une expédition largement improvisée, Jengland est une indiscutable déroute. Il faudra du temps à Charles, s'il en ressent encore le désir, pour mettre sur pied une nouvelle armée capable de lui procurer une belle revanche et d'exercer des représailles terribles sur le peuple en révolte. Or c'est de temps que dispose le moins le souverain franc, préoccupé par ailleurs d'autres questions toutes aussi pressantes2 : en conséquence mieux vaut pour lui se résoudre à négocier avec le vainqueur du jour, d'autant que le sort des prisonniers déportés en Bretagne ne peut manquer de l'inquiéter car ce sont autant d'otages entre les mains d'Erispoë.

7Les négociations s'ouvrent donc, à une date indéterminée, en septembre-octobre 851. Elles débouchent bientôt sur la conclusion d'un traité de paix en bonne et due forme : « Erispoë, fils de Nominoë, vint auprès de Charles dans la ville d'Angers ; lui ayant donné les mains, il est accueilli par le roi et lui sont donnés tant les insignes royaux que la puissance jadis dévolue à son père, augmentée du Rennais, du Nantais et du pays de Retz » (Annales de Saint-Bertin). Certains habitants n'acceptent pas ce transfert de suzeraineté : en 853 Charles le Chauve demande à ses officiers de bien accueillir ceux qui ont dû quitter leur pays à cause des Normands et des Bretons. Quelques années plus tard, il leur demandera encore d'enregistrer leurs noms, le nom de leur seigneur et de régler au mieux les mariages qu'ils auraient pu contracter dans leur patrie d'adoption.

  • 3 Il apparaît que Lambert a tenté de se constituer une domination territori dans le Maine, alors aux (...)

8A l'heure où s'ouvrent ces pourparlers décisifs, l'histoire paraît se répéter : comme six ans auparavant après Ballon, Lambert ne paraît pas aux préliminaires de paix et Erispoë se désintéresse de son sort car le jeune chef breton est en passe d'obtenir tout ce qu'il pouvait raisonnablement espérer. Il n'a plus besoin de l'aide, désormais compromettante, d'un allié devenu embarrassant au moment où les choses se traitent à un niveau qui le dépasse : Lambert se retrouve seul et finira par se faire tuer dans une rencontre avec Gauzbert le Jeunet le 1er mai 8523 non sans avoir réussi dans l'entre-temps, à ce qu'il semble, l'exploit de reconquérir la faveur de Charles le Chauve dans un ultime effort pour rétablir sa situation. En attendant, la réconciliation entre les deux souverains, solennisée à Angers, son ancienne cité, s'était faite à son détriment.

9Quant à Erispoë, il sort gagnant sur tous les tableaux : ce titre de roi dont les Bretons le paraient certainement déjà à l'instar des fidèles de Murman qui le donnaient sans barguigner à leur chef, voilà qu'il peut l'arborer officiellement dans l'empire. La chancellerie royale reconnaît du même coup la légitimité de son pouvoir de commandement : dans son optique, « la royauté signifiait qu'Erispoë serait le chef héréditaire et national du pays que l'on reconnaissait sous son autorité ; il ne serait plus, comme avait été primitivement son père, un fonctionnaire amovible » (B. Pocquet du Haut-Jussé). Cette promotion protocolaire et administrative se double d'un considérable élargissement territorial du ressort dévolu à son autorité : l'ancienne marche se trouve annexée à la Bretagne. Nantes et Rennes sont désormais parties prenantes du royaume restauré, dont l'axe de gravité se trouve déjeté loin vers l'est, ce qui ne manquera pas d'avoir des suites déterminantes sur le devenir breton (elles se dessineront surtout à partir de la seconde moitié du xe siècle). En attendant Erispoë peut se féliciter à bon droit d'avoir épargné au pays placé sous sa garde les ravages d'une invasion cruelle et d'avoir fondé la paix sur des bases apparemment durables : en contrepartie, il a dû consentir à devenir l'homme, le vassal du roi Charles en lui prêtant le serment de fidélité main dans main. En signe de reconnaissance envers Dieu, Erispoë, l'an d après, au jour anniversaire de sa victoire, ne peut moins faire que d'offrir à Redon les deux tiers de la paroisse du Grand-Fougeray sur le territoire de laquelle s'est déroulée la bataille de Jengland.

  • 4 Rouche (Michel), La crise de l'Europe dans la seconde moitié du VIIe siècle Annales E.S.C., 1986, (...)

10Il faut insister sur la portée exceptionnelle du traité d'Angers : reconnue comme un vice-royaume autonome au sein du royaume de Francie occidentale, lui-même partie de l'empire carolingien dont l'unité est par principe sauve, la Bretagne a conquis un statut garantissant son existence future. En soi le parti adopté par Charles le Chauve n'innove pas : il existait d'autres royaumes subordonnés dans l'empire (la proche Aquitaine par exemple), certains étant clairement à définition ethnique (la Bavière). Cette solution avait été retenue pour ne pas froisser l'amour-propre de certains peuples non francs et rendre plus efficace l'administration de régions périphériques que, d'expérience, on savait rétives à toute forme d'asservissement. Mais jusqu'alors tous ces royaumes secondaires s'étaient vus confier à des membres de la famille impériale délégués dans ces provinces lointaines et, d'autre part, ils existaient ou avaient existé aux temps mérovingiens4. L'érection de la Bretagne en royaume rompt avec cette ligne de conduite : Erispoë est Breton, sans aucun lien de parenté avec les Carolingiens et, au dire de Grégoire de Tours, les chefs bretons ont abandonné leurs prétentions à se faire appeler rois depuis l'époque des fils de Clovis. Il n'y avait donc pas restauration mais création d'un nouveau royaume. Placé dans une situation inconfortable et sans précédent, Charles innove en s'entourant cependant d'un minimum de précautions : Erispoë devient son vassal et, comme autrefois Nominoë vis-à-vis de Louis le Pieux, il démontrera à l'épreuve des faits qu'il entendait bien le rester.

11A ce brillant succès fait bientôt suite un dur rappel aux tristes réalités : dès 853 Nantes succombe à nouveau aux assauts des pirates scandinaves. Pire encore, à présent, dix ans après leur première incursion, ils manifestent des velléités d'installation durable sur les rives de la Loire : après avoir vidé la ville de ses habitants et porté la ruine ou la désolation dans les régions proches et lointaines (leurs drakkars les mènent jusqu'à Tours où ils incendient le vénérable monastère de Saint-Martin le 6 des ides de novembre), ces redoutables envahisseurs élèvent en effet des retranchements sur l'île de Bièce, juste en face de Nantes. Le roi Erispoë demeure tout d abord sans réagir. Puis il pense trouver un allié providentiel dans la personne d'un chef viking, Sidric (Sigtryggr) qui, remontant le fleuve pour son propre compte, vient d'éprouver la mauvaise surprise d'y trouver établis des concurrents premiers arrivés. Comme Sidric s'entête et entend leur faire rendre gorge, il encercle leur camp avec sa flotte de cent cinq navires mouillés à l'ancre dans le fleuve. Ce blocus ne parvenant pas à amener à composition l'autre bande Scandinave, il décide de s'emparer par la force de ses trésors : pour y arriver, il a besoin de renforts en hommes. Il dépêche donc des messagers au roi breton pour qu'il lui vienne en aide, l'assurant qu'il débarrasserait la surface de la terre de leurs ennemis communs. Alors seulement Erispoë se réveille, mobilise ses Bretons et rallie Nantes où une grosse déception l'attend : les compagnons de Sidric et leurs alliés d'occasion montent à l'attaque du réduit insulaire ; la bataille est violente, interrompue seulement par la tombée de la nuit, mais la victoire demeure indécise. Sidric lui-même est blessé dans la mêlée. Le matin suivant les deux chefs vikings se réconcilient sur le dos d'Erispoë : abandonnant tout l'or et tout l'argent qu'ils avaient déjà récoltés, les assiégés achètent leur paix. En conséquence de quoi Sidric lève le siège et se dirige vers le bassin de la Seine avec son peuple : le roi Charles finira d'ailleurs par les y exterminer. Nantes est ruinée : en octobre 857 Charles le Chauve demandera au pape Nicolas Ier un nouveau siège épiscopal pour Actard, son évêque, car « Nantes était détruite et offrait l'aspect d'un désert ».

12Sur place il restait cependant les anciens assiégés qui, même affaiblis, avaient une revanche à prendre : tout naturellement ils se tourneront contre les Bretons. Les Gestes des saints de Redon relatent dans quelles conditions miraculeuses l'abbaye échappa au désastre qui semblait devoir être son lot en 854 : « Lorsque les Bretons furent rentrés chez eux, les Normands qui avaient été assiégés tirèrent leurs navires à l'eau et les armèrent : remplis de colère et d'indignation, ils avaient bien l'intention de rendre aux Bretons tout le mal qu'ils leur avaient fait dans ce combat aquatique. Donc à cette époque les barbares montèrent dans leurs bateaux ; sortis du fleuve de Loire, ils naviguèrent sur la grande mer et entrèrent dans la rivière de Vilaine avec cent trois navires. Ils occupèrent la rive du fleuve et établirent des fortins jusqu'à deux milles du saint monastère de Redon. Dès que les moines découvrirent cette escadre, aussitôt ils commencèrent à implorer Dieu pour qu'il daignât épargner à son saint lieu les souillures des païens, pour qu'il le maintienne intact et le sauve de l'incendie, et qu'il les fasse s'éloigner au plus vite. L'un des moines, du nom de Hincmar, un homme à la vie vénérable et un prêtre, prononça alors ces paroles en présence de ses frères : “Ha ! Sauveur du monde, qu'apparaisse la façon dont tu entends sauver ce lieu qui t'est consacré afin qu'il ne soit pas détruit par les païens. Montre maintenant ton pouvoir, et nous serons sauvés.” Répondant à l'appel de cette voix, la troupe entière des vents se mit à souffler en tout sens sur la terre. La mer se gonfla et des lames immenses vinrent se briser sur le littoral. L'éther étincelait d'éclairs nombreux et grondait. De tels coups de tonnerre et des éclairs si nombreux éclatèrent dans le ciel que les païens crurent venue l'heure de leur mort. Tandis que dans un immense vacarme les éclairs et les fulgurations augmentaient encore, les païens entreprirent de se lier par un vœu solennel : s'ils échappaient à la mort, ils ne violeraient en aucune manière le saint lieu de Dieu mais bien au contraire, ils déposeraient sur l'autel des dons et des richesses ; et c'est ce qu'ils firent. Le lendemain ils apportèrent effectivement de l'or, de l'argent, d'innombrables cierges et commandèrent que ces dons fissent le tour du sacré domaine : alors cette plaie s'arrêta pour eux. Le même jour ils disposèrent des gardes à l'entour du monastère pour que nul n'osât rien y dérober. Et lorsque ces dispositions eurent été prises, seize païens entrèrent malgré tout dans le secret (la sacristie) de la basilique : ils y burent le vin qui y était conservé pour la messe. Aussitôt qu’ils l'eurent goûté, ils devinrent enragés. Ramenés dans leur camp, ils y moururent tous le jour même, recevant ainsi la punition éternelle dont ils étaient dignes. »

13Redon (provisoirement) épargné, la région avoisinante est mise en coupe réglée comme le reconnaît, dans les dernières lignes de son récit, l'historien du monastère : « Les païens s'éloignèrent pour pénétrer plus avant dans la province qu'ils ravagèrent, capturant hommes et femmes, boutant le feu aux demeures. Personne n'osait plus vivre. Plusieurs captifs s'enfuirent de nuit jusqu'à Redon. Le jour, ils se cachaient dans les bâtiments du monastère et furent de la sorte protégés par la miséricorde divine. » Tous n'eurent pas cette chance. Nous connaissons deux illustres victimes des Normands tombées dans une embuscade : l'évêque de Vannes Courantgen et Pascweten, le propre gendre du prince Salomon. Faits prisonniers, leurs geôliers exigent d'eux de fortes rançons. En 857 Pascweten devra abandonner aux moines de Redon la villa de Bron Aril et une saline en pays de Guérande pour solder son dû envers eux : trois ans auparavant, ils avaient en effet livré un calice d'or prisé 67 sous pour parfaire le rachat du prince. On ignore quelle fut la somme à acquitter pour Courantgen. A ce train, les pirates sortis fort dépités de Nantes ont dû se refaire une solide santé en quelques mois...

14Tout ceci n'empêche pas Erispoë de vaquer aux soins de son royaume : on conserve sept actes de lui où il apparaît avec le titre de roi, parfois développé en une formule pompeuse comme dans ce diplôme du 23 août 852 : « Moi Erispoë, au nom de Dieu prince de la province de Bretagne et jusqu'à la rivière de Mayenne » (cette rivière constitue alors la limite séparative entre les comtés de Nantes et d'Angers, donc entre le royaume breton et la Francie). Mais au total son règne est très mal connu : seule sa mort prend un certain relief.

Salomon arrache le pouvoir

  • 5 La qualité de « père nourricier » (nutritor) de Nominoë est établie par une cha du Cartulaire de R (...)

15Une hypothèque lourde de menaces pesait sur Erispoë : son cousin Salomon. Celui-ci est le fils d'une sœur de Nominoë qui, en bon oncle, avait veillé sur son éducation comme nutritor (c'est-à-dire tuteur) de Salomon5. Il ne suffit pas au jeune prince de paraître dans l'ombre de son cousin germain : dès 852 les Annales de Saint-Bertin mentionnent que « le Breton Salomon devient le fidèle de Charles et reçoit le tiers de la Bretagne ». Si le sens de la manœuvre franque est clair (Charles désire prendre des garanties supplémentaires parmi l'aristocratie d'un peuple turbulent et peut-être se faire un allié de celui à qui la couronne de Bretagne pourrait revenir un jour), le détail de l'opération nous échappe : nous ignorons en particulier de quel tiers de la Bretagne il est question. Il a bien été suggéré avec quelque apparence de raison que ce tiers ne pouvait être que la « Bretagne nouvelle », l'ancienne marche reconnue à Erispoë lors du traité d'Angers, mais il ne s'agit là que d'une hypothèse. La seule certitude demeure ce serment de fidélité prêté dans des circonstances indéterminées et impliquant des engagements inconnus.

  • 6 La Borderie (Arthur de), Histoire de Bretagne, tome II, p 82-83 d'après les ac nos 213 et 254 du C (...)

16Faut-il pour autant voir dans le geste de Salomon une marque de méfiance ou, pis encore, de défi à l'encontre de son cousin ? Il ne le semble point : les deux hommes continueront à vivre en bonne intelligence durant plusieurs années. A preuve : sur les sept diplômes conservés d'Erispoë, Salomon intervient dans quatre, occupant toujours une place particulière, soit qu'il figure en tête des souscripteurs, soit que la mention de son accord est explicitement rapportée. Ils possèdent des intérêts communs qui les font agir de concert : ainsi le 12 septembre 853 ils donnent à Redon une terre, située en Rennais, sur laquelle ils exerçaient une autorité conjointe. La dissension finit pourtant par se glisser entre eux puisque « Erispoë duc des Bretons est tué par les Bretons Salomon et Almar qui depuis longtemps ne s'entendaient plus avec lui », entre le 2 et le 12 novembre 8576. Comment en est-on arrivé à cette extrémité et depuis quand couvait le drame ?

17Tout semble remonter au début du mois de février 856 quand à Louviers « le roi Charles, assurant la paix avec le duc des Bretons Erispoë, fiance la fille de ce dernier avec son fils Louis auquel il donne le duché du Maine jusqu'à la voie qui mène de Paris à Tours ». Il s'agit de fiançailles puisque le jeune Louis a à cette date dix ans à peine, d'un projet de mariage entre la fille (et non l'héritière d'Erispoë qui a un fils vivant, Conan) du roi breton et le fils de Charles. Les deux pères s'engagent au nom de leurs enfants ; l'amour-propre d'Erispoë ne peut qu'être flatté de pouvoir maintenant appeler Charles son « compère » et il est assez fin politique pour apercevoir que, grâce à cette union matrimoniale, il pénètre de plain-pied dans le cercle restreint de la haute aristocratie d'empire. Le roi breton prend d'ailleurs la précaution élémentaire de recueillir le consentement de tous les Grands présents avant de s'engager ; mais Salomon était-il là ? Et que pensent de tout ceci les Rorgonides dont le lignage est établi dans le Maine depuis des générations ? On sait seulement que ces derniers ne sont pas bien en cour à ce moment-là puisque Charles n'a pas hésité à frapper durement l'un des leurs, Gauzbert le Jeunet, coupable d'avoir assassiné le comte Lambert. Des difficultés se seraient de toute façon élevées si le projet de 856 avait été poussé plus avant...

18Quant à Charles, il poursuit un dessein habile : en promettant son fils à la jeune princesse bretonne, le roi de Francie occidentale entend réussir par la diplomatie matrimoniale là où ses armes ont si pitoyablement échoué. Il peut ainsi espérer normaliser en quelque sorte les concessions exorbitantes auxquelles il s'était trouvé accule lors du traité d'Angers : l'érection de la Bretagne en royaume subordonné paraîtra moins choquante maintenant que son détenteur sera indirectement uni au lignage carolingien. Le Maine convient parfaitement à ce but : dans le passé il avait servi à plusieurs reprises d'apanage pour les fils cadets des dynastes mérovingiens. Le royaume nouveau dont la création est envisagée en 856 servirait en outre d'Etat-tampon entre la Francie et les remuants Bretons dont il jouxterait le territoire : gage et moyen actif de la paix, il permettrait à terme de renforcer l'influence de la monarchie et des institutions franques sur la Bretagne autonome.

19Tout ce bel échafaudage prospectif va s'effondrer très vite car Salomon refuse une telle orientation, sans doute moins pour des motifs « patriotiques » (qui ne sont pas forcément à exclure totalement) que pour une raison pratique : Erispoë s'était engagé à doter sa fille. La configuration du royaume promis à son futur époux fait que sa dot devra être dessinée en continuité géographique avec le Maine : elle sera donc prélevée sur le territoire de l'ancienne marche (Erispoë se réserve Nantes cependant), cette zone précisément sur laquelle Salomon pensait bien avoir acquis des droits solides depuis sa promesse de fidélité à Charles en 852 — si du moins l'hypothèse mentionnée plus haut concernant « le tiers de la Bretagne » à lui concédé à cette occasion est exacte. Par un étonnant paradoxe Salomon, qui s'était engagé auprès du roi franc va, cinq ans plus tard, massacrer son cousin parce que ce dernier lui semble être allé trop loin dans son engagement de collaboration avec le même Charles.

20Durant un an et demi les relations se dégradent entre les deux parents sans jamais cependant que cette détérioration prenne le visage d'une guerre ouverte. L'acte final sera d'une particulière cruauté : au moment de son décès en 874, les Annales de Saint-Bertin rappelleront encore le traitement infligé par Salomon « à Erispoë, son seigneur, qu'il avait tué sur l'autel dans une église où il était allé chercher asile et pendant qu'il invoquait la protection de Dieu ». Le camouflet est énorme pour Charles le Chauve qui perd un partenaire fiable et son « compère ». Dans ces conditions, la guerre ne peut que reprendre entre Bretons et Francs, donnant ainsi raison au poète anonyme qui, s'adressant au roi franc, écrit vers ce temps que « les Bretons resteront tranquilles et le chat fera la paix avec la souris avant que ta gloire défaille et que ton nom soit oublié ».

21Un certain flottement est d'abord perceptible chez les nouveaux sujets de Salomon : un acte de Redon parle du machtiern Ratfrid qui commet de nombreuses et violentes usurpations au détriment de l'abbaye « dans la période de troubles qui suivit la mort d'Erispoë ». Plus tard, quand son pouvoir sera affermi, Salomon lui fera rendre gorge. Dans l'immédiat il peut miser sur la mauvaise humeur de certains comtes francs, sans doute choqués ou lésés par la cession du Maine à Louis : ils forcent le jeune prince à se réfugier auprès de son père, au nord de la Seine, tandis que le désordre gagne peu à peu toute la Francie occidentale. Louis le Germanique décide alors de profiter de l'aubaine et envahit le royaume de son demi-frère vers la fin de l'été 858 où l'appelle un parti de comtes. De tous côtés Charles voit les défections se multiplier mais Hincmar, l'ambitieux archevêque de Reims, sait galvaniser les énergies de la majorité de l'épiscopat alors que les comtes en révolte ne montrent guère d'empressement à affronter leur souverain légitime. Finalement, déçu et inquiet, le Germanique se retirera sur ses terres à la mi-janvier 859. Charles a encore une fois sauvé son trône, mais ce difficile succès trouve ses racines moins dans le mérite personnel du roi que dans l'énergique mise en défense des hommes d'Eglise, qui vont dès lors vouloir s'immiscer toujours plus dans les affaires temporelles au détriment d'une monarchie affaiblie. Réunis à Toul le 14 juin 859 les évêques francs adressent à leurs quatre confrères résidents en Bretagne et absents du concile une longue missive qui s'achève sur un important post-scriptum à l'adresse de Salomon.

22« Il a paru bon à l'ensemble du concile que vous conseilliez à Salomon qui tient la terre des Bretons de prêter une attention obéissante à ce que nous vous mandons, s'il veut que Dieu lui soit propice et être en accord avec nous : à savoir, qu'il permette à tous les évêques de manifester à leur métropolitain (l'archevêque de Tours) la déférence due ; qu'il n'enlève pas à Dieu les biens des églises ni ne permette à aucun de les enlever ; qu'il considère à quel péril pour son âme il s'est emparé de la domination sur les Bretons, alors qu'auparavant il avait juré fidélité à notre seigneur le roi Charles ; qu'il se souvienne que le peuple des Bretons a été soumis aux Francs dès l'origine et astreint à verser un tribu déterminé, que pour cela il ne dédaigne pas non plus de revenir à cette coutume abandonnée depuis peu ; qu'il permette aux justes possesseurs de détenir les biens soit légués par leurs parents, soit acquis par tout moyen légitime ; car s'il ne renonce pas à cette téméraire impiété et n'efface pas les fautes commises par la divine pénitence, alors que nous l'admonestons en vertu de notre autorité, Dieu lui retirera incontinent le pouvoir usurpé et lui infligera un juste châtiment. »

23Prenant acte du rapport des forces sur le terrain, cette longue épître voudrait en fait ouvrir des perspectives de négociation malgré son ton en apparence bien peu diplomate : il suffirait que Salomon reconnaisse l'autorité de Charles et celle du métropolitain de Tours pour que son pouvoir lui soit garanti et que ses crimes se trouvent pardonnés. Sur le moment le roi breton se paie le luxe de faire la sourde oreille à ces avances : outre la cohésion des Bretons derrière sa personne, il est servi par la conjoncture politique, désastreuse pour Charles qui ne sait trop comment faire face à un véritable maelström de défections chez ses Grands. En 859 par exemple Pépin d'Aquitaine rejoint Robert le Fort déjà associé à Salomon. Il faudra attendre 861 pour voir Robert rentrer dans le devoir et recevoir en retour un grand commandement militaire entre Seine et Loire, incluant le comté d'Angers, ce qui jette par contre-coup les Rorgonides, jusque-là demeurés loyalistes, dans les bras de Salomon. Ici se place un épisode souvent mal compris, parfois considéré comme contraire à l'honneur ou à la raison : Salomon s'attache les services de bandes scandinaves contre Robert le Fort qui, à son tour, prend des mercenaires vikings. On a pu condamner une telle attitude et la taxer de folle imprudence, voire de témérité suicidaire, mais il faut souligner que Salomon reste constamment maître du jeu : c'est lui qui stipendie les pirates et leur assigne leurs objectifs, et non l'inverse. Dans la partie complexe qui se déroule alors, les Bretons gardent l'initiative et savent profiter de toutes les faiblesses de l'adversaire.

24Cette alliance ne donne d'ailleurs pas les résultats escomptés : Robert le Fort intercepte en 862 sur la Loire douze navires chargés de pirates, qu'il massacre presque tous. Mais après ce premier succès, le duc se trouve assailli par Louis, le fils du roi Charles, qui a fait sécession dans l'intervalle et revient de quérir des renforts en hommes auprès de Salomon. Le jeune prince révolté contre son père a d'ailleurs obtenu ce qu'il désirait : deux cents Bretons « de haut rang » sont massacrés par Robert alors qu'ils rentraient chez eux encombrés de trésors volés. Deux cents hommes, cela fait pour l'époque une troupe assez considérable : encore une fois, c'est Salomon qui entretient, avec plus ou moins de réussite, la guerre civile dans tout l'ouest de la Francie occidentale. Louis tente de venger la mort de ses alliés ; il n'arrive à rien et parvient seulement à s'enfuir avec peine. Finalement Charles se résout à recevoir en grâce son fils auquel il concède des biens situés en Bourgogne, l'écartant ainsi de ce royaume du Maine ou de Neustrie dont il avait été investi en février 856 par ses fiançailles.

25Au début de 863 l'insoumission des comtes n'est plus un problème aussi aigu depuis le changement de camp de Robert et le retrait de Louis. Salomon risque donc de se trouver isolé s'il s'entête à poursuivre trop longtemps sa guerre. D'un autre côté, l'expérience enseigne à Charles que la mise au pas de la Bretagne ne serait pas une partie de plaisir et le roi vieillissant n'a sans doute guère envie de voir se renouveler un désastre du genre de Jengland : la leçon a été assez rude pour être retenue... L'expédition qui se met en branle en mars 863 était-elle dès le départ conçue pour se résumer en une simple démonstration militaire, prélude à une paix négociée, ou bien Salomon fit-il savoir en cours de route qu'il était maintenant disposé à parlementer ? Toujours est-il que les textes contemporains s'accordent pour dire qu'il n'y eut pas d'engagements guerriers alors.

26Réginon de Prüm met en cause la pusillanimité de Charles, contrastant avec la farouche volonté des Bretons : « Pour la première fois, Charles se prépare à fondre avec son armée sur les Bretons, mais comme il approche des frontières de ce peuple, ayant appris qu'ils étaient prêts à résister de toutes leurs forces, par un soudain changement de volonté il préfère recueillir la paix qu'entamer la guerre ; ayant conclu avec Salomon l'accord qui avait déjà été convenu entre lui et Erispoë, il se retire. » Les Annales de Saint-Bertin donnent le contenu de ce traité : « Le roi Charles gagne la ville du Mans, puis s'avance jusqu'au monastère d'Entrammes. Là, Salomon, chef des Bretons, vient avec les Grands de son peuple à sa rencontre, se commende à lui, jure fidélité, fait prêter serment à tous les Grands des Bretons et s'acquitte du cens de cette terre, conformément à l'antique coutume ; pour prix de sa fidélité Charles lui remet en bénéfice cette portion d'une terre dite Entre-deux-eaux, avec l'abbaye Saint-Aubin d'Angers. » En outre Charles accorde son pardon aux Rorgonides et « aux autres qui dernièrement comme souvent (sic) avaient fait défection », leur accordant divers honneurs.

27Ce traité d'Entrammes ne signifie pas seulement le pardon accordé à Salomon, assorti du recouvrement de toutes les terres qu'avait possédées Erispoë, augmentées d'un mystérieux pays d'Entre-deux- eaux (très probablement la région s'étendant entre la Mayenne et la Sarthe depuis le confluent de ces deux rivières jusqu'à la frontière du Maine). Entrammes marque sans conteste possible l'apogée de la royauté bretonne restaurée : sa puissance est telle que, pour la première fois dans l'histoire récente, la paix s'est faite sans recours préalable aux armes. L'assassinat d'Erispoë paraît n'avoir été qu'un malheureux incident de parcours que l'on met entre parenthèses à défaut de pouvoir l'oublier tout à fait : en 863 tout peut recommencer sur la base dégagée à Angers douze ans plus tôt.

La royauté bretonne

  • 7 Planiol (Marcel), Histoire des institutions de la Bretagne, Mayenne, 1981, tome page 33. Davies (W (...)

28Malgré le prestige normalement attaché à la fonction royale, cette institution n'échappe pas à la règle qui veut que les zones d'ombre documentaire étouffent de leur étreinte sans remède les maigres clairières de nos connaissances sur la vie réelle des hommes en ces temps lointains. Faut-il pour autant suivre Marcel Planiol quand il écrivait à l'extrême fin du siècle dernier que « nous ne savons rien sur les pouvoirs du roi, sur ses ressources. Les quelques renseignements que j'ai pu réunir ne sont que de la poussière historique » ? Ce constat désabusé de l'éminent juriste peut aujourd'hui être dépassé, en particulier grâce aux travaux de miss Wendy Davies7.

29Un malentendu durable obscurcit le débat sur les origines et le contenu de la royauté bretonne : un parti national, dont l'historien Pierre Le Baud est au xve siècle le tenant le plus constant, se refuse à admettre que sa patrie ait pu un jour perdre son statut de royaume ou, au minimum, de duché royal, tandis qu'un parti français, dont Hubert Guillotel est le représentant actuel le plus talentueux, n'imagine pas qu'un titre royal ait d'autre origine que légale, c'est-à-dire concédé par le pouvoir monarchique franc agissant en qualité de légataire universel de la puissance impériale romaine et, de plus, sanctifié par l'Eglise. I1 ne nous paraît pas que ces deux points de vue s'excluent forcément l'un l'autre : il suffit de savoir de quoi on parle au juste. De façon très légitime à leurs yeux, les Bretons ont pu considérer que leurs souverains étaient des rois alors que la chancellerie franque (et celle des papes à sa suite) ne leur reconnaissait pas cette qualité. Des indices nombreux suggèrent que telle demeurera la situation de fait assez longtemps après la disparition du royaume de Nominoë.

  • 8 Il est probable d'après son nom que saint Paul de Léon (Paulus Aurelian faisait partie de la famil (...)

30En amont du ixe siècle, le témoignage des sources antiques ne souffre aucune discussion quant à l'île de Bretagne : avant la conquête romaine, les Bretons y connaissaient une forme de gouvernement monarchique et le nouveau pouvoir maintint sur les confins de sa domination territoriale de petits royaumes subordonnés. Il est d'excellentes raisons de penser que la défense de l'Armorique fut confiée précisément à des membres des familles royales insulaires8 : avec eux la royauté bretonne est introduite en Armorique, quel que soit par ailleurs le statut légal dont Rome para ces auxiliaires. En écrivant que les chefs nationaux des Bretons abandonnèrent après la mort de Clovis toute référence au titre royal pour se contenter de celui de duc, Grégoire de Tours prouve à son corps défendant qu'ils l'arboraient bel et bien avant cette époque ! Et l'usage ne tombe pas tout de suite en désuétude : ludicaël de Domnonée, qui était aussi possessionné de l'autre côté de la Manche, est roi. Frédégaire le nomme ainsi. Cependant une longue éclipse sépare la royauté restaurée de Nominoë, fortement empreinte de caractères carolingiens, de ses antécédents antiques et post-romains : l'ancien missus n'a sans doute jamais été couronné, mais est-ce seulement un hasard si Réginon de Prüm l'appelle roi, lui qui utilise des annales angevines composées dans un milieu en contact permanent avec les Bretons et reflétant, sans les habituelles précautions stylistiques des chancelleries, leur usage quotidien ?

  • 9 Après Waroc la Bretagne se trouve partagée en trois grands ensembles Domnonée au nord ; la Cornoua (...)

31Auparavant l'eparpillement des pouvoirs publics dans la péninsule9 rend facilement compte de l'effacement d'une titulature qui aurait été vidée de tout contenu concret. Elle survit néanmoins dans les noms de personnes : ri entre couramment en composition avec d'autres termes dans l'onomastique. Un frémissement nouveau autour de l appellation royale se laisse pourtant discerner dès les premières décennies du ixe siècle : la rupture avec le passé est marquée dans ce domaine par Murman qui « contre l'usage des Bretons » en revendique le port et est reconnu comme roi par ses hommes. Ermold le Noir, l'Astronome, les Annales royales et la Vie de saint Conwoion s'accordent sur ce point. Sa révolte n'aboutira pas, noyée dans le sang, et Murman, isolé, sera acculé au suicide dans un combat impossible : sa tentative démontre que l'idée royale — une idée neuve ou plutôt sortie de l'oubli - était alors en germe dans les esprits, trente-trois ans avant qu'elle ne prenne officiellement corps dans les actes délivrés par la chancellerie franque. Roi de la guerre sans pouvoirs durables, comme le suggère Ermold, Murman ouvre une voie originale, au cheminement mal connu, qui aboutira à la concession faite à Erispoë en 851. Cette concession n'est donc pas sans racines locales bien qu'à l'évidence l'autorité dont il reçoit alors délégation est calquée pour l'essentiel sur les institutions franques « classiques ». En 818 le souvenir de quelques rois prestigieux ou mythiques, tels l'Armoricain Iudicaël ou le pan-Brittonique Arthur, porté et entretenu par la littérature épique, avait pu jouer un rôle déterminant dans l'entretien de la mémoire puis dans la résurrection brusque d'une idée royale mise en sommeil depuis des siècles.

32Ce point paraissant acquis, nous butons sur une documentation trop concentrée sur Redon et ses parages : elle souffre du défaut d'émaner d'un monastère bénédictin très marqué par les usages francs et de ne valoir que pour une zone restreinte de l'est de la Bretagne. Seule une approche juridique de la machinerie de l'appareil d'Etat — si ce mot n'est pas trop fort — peut être esquissée : autrement dit, l'essentiel nous échappe ! Nous touchons aux formes alors que le contenu s'évanouit. Malgré l'absence de témoignages explicites pour la plus grande partie de la Bretagne bretonnante, il paraît acquis que les rois exercent partout une autorité réelle. Avec le temps la tendance est même au renforcement de cette autorité : cela transparaît au travers des formules de datation qui, depuis 857, la dernière année d'Erispoë, sont de plus en plus nombreuses à indiquer le millésime du règne du souverain breton et, corrélativement, à négliger celui du roi franc. De même sous Salomon le titre royal est plus fréquemment accolé à son nom, parfois développé en des formules grandiloquentes, alors que Nominoë se contentait encore en 850 de la dénomination de « comte dans toute la Bretagne ». Les sources étrangères contemporaines ne disputent plus son titre à Salomon. Le luxe ostentatoire dont savent s'entourer les dynastes bretons renforce aussi leur prestige et leur majesté : à l'image de Charlemagne représenté à l'antique, à cheval, les insignes du pouvoir à la main, Nominoë puis Salomon se font statufier grandeur nature ; leurs trésors regorgent de pierres précieuses, d'or, de tissus magnifiques, de livres enluminés dont ils ont l'art de se départir pour les besoins de leur politique. Les insignes du pouvoir royal (regalia) concédés par Charles le Chauve à Erispoë ne sont pas décrits avec précision : la Vie de Conwoion, dans un passage interpolé des Gestes des saints de Redon, prétend que « Salomon était appelé roi non parce qu'il l'était effectivement mais parce qu'il portait le cercle d'or et la pourpre que Charles lui avait concédés ». La Chronique de Nantes, également suspecte, mentionne aussi le cercle d'or que Nominoë aurait ceint les jours de fête et dont il offre au pape Léon un exemplaire enrichi de diamants. Nominoë siège parfois assis sur un trône en compagnie de son épouse Arganthael.

33La Cour, itinérante comme toutes les cours de l'époque, suit le souverain dans ses déplacements d un palais à l'autre. Ses rouages internes sont mal connus : il n'est pas certain que Salomon dispose d'une chancellerie digne de ce nom (toutes les chartes conservées de lui ont été établies par les établissements bénéficiaires) ni même d'un sceau. Uuinic est en 868 le seul officier à son service, mentionné comme tel : connétable (stabularius), il est chargé de l'entretien des chevaux. D'autres officiers devaient pourtant exister, ne serait-ce que pour la gestion domestique de la Cour habituellement peuplée, outre la famille royale, des gens de cuisine et d'étable, des maîtres des chiens de chasse, des soldats de la garde et bien sûr des inévitables visiteurs, solliciteurs et quémandeurs divers. Un chapelain complète ce petit monde familier sans lequel aucun prince ne saurait vivre.

  • 10 Trois manuscrits de ce recueil sont conservés, le plus ancien étant celui dû scribe lunobrus qui c (...)

34La charge financière que tout cela représente est facilement assumée car les rois bretons sont riches. En sus de leurs biens patrimoniaux, ils ont en effet fait main basse sur tous les biens du fisc existant en Bretagne et, surtout, dans l'ancienne marche maintenant annexée. Les cadeaux diplomatiques de Charles le Chauve, la part royale dans le butin des guerres ne sont pas négligeables non plus. Enfin un impôt était levé presque certainement sur les Bretons : la charte 136 de Redon y fait allusion pour le temps de Nominoë. Evoquant la cession d'une terre allodiale, elle assure que le vendeur a juré que ce bien n'était grevé d'aucune rente, réserve faite toutefois du « cens au roi ». Beaucoup plus explicite, l'article 30 de la Collatio canonum mise par écrit au début du ixe siècle par le scribe lunobrus10 mérite d'être cité : « Si quelqu'un n'acquitte pas l'impôt au moment opportun et a été traduit de force devant le juge par un (autre) assujetti à l'impôt, qu'il donne un gage s'il n'a pas payé au mois annoncé auparavant et qu'il paye le double s'il ne s'est pas acquitté le second mois. » Ainsi les Bretons, s'ils n'avaient pas coutume de verser un tribut au roi franc, n'étaient pas pour autant exempts individuellement de tout versement ! Solidairement responsables au regard de l'autorité, les mauvais payeurs peuvent être traînés devant les tribunaux et placés sous astreinte à la demande d'autres contribuables qui s'estimeraient lésés par leur désinvolture. Malheureusement ce recueil de lois connus sous le titre impropre de Collation canonum est composite et rien ne prouve que cet article 30, qui tire sa substance du code théodosien, s'appliquait encore à l'époque où lunobrus nous le fait connaître. Ce n'est pas impossible pourtant si l'on suit les Annales de Saint-Bertin qui disent que le tribut versé à Charles l'année suivant le traité d'Entrammes fut levé par Salomon sur ses sujets « selon leur ancienne coutume », ce qui suppose un embryon de fiscalité. Un officier, le tributarius, pouvait être chargé de la collecte des impôts.

35Pour toutes les décisions importantes qui engagent sa personne ou le devenir du pays, le monarque sollicite l'avis et les conseils de ses Grands ; ensuite il parle en leur nom et ses décisions les engagent. Le Grand Conseil des rois de France sera, bien plus tard, l'ultime avatar de ce mode de gouvernement conciliaire considéré comme normal, légitime, le seul imaginable même, par tout le Moyen Age aristocratique ; dans certains cas l'autorité personnelle du roi s'impose, dans d'autres c'est l'inverse qui se produit, comme en 871 quand Salomon doit renoncer au pèlerinage vers Rome qu'il projetait d'effectuer parce que les puissants de son royaume redoutent une descente des Vikings durant son absence. De ces réunions au sommet, tout à fait comparables dans leur esprit aux assemblées générales des royaumes francs, le Cartulaire de Redon garde le souvenir : elles peuvent rassembler grands feudataires et prélats ou bien, parfois, seuls les premiers sont mentionnés de façon explicite, ceci sans doute en fonction des sujets abordés. Elles paraissent avoir été annuelles, au moins sous Salomon.

36Théoriquement les grands laïcs, auxquels on décerne de plus en plus fréquemment le titre de comtes, sont tenus d'appliquer et de faire appliquer les ordres du roi. Le font-ils ? Faute de données précises, mieux vaut répondre sur un autre plan : aucune révolte aristocratique n'est mentionnée du temps de Nominoë, d'Erispoë et de Salomon. Seul un complot ourdi contre Nominoë vient à la connaissance de Charles : la déroute de Ballon en sera l'aboutissement, mais ce complot était-il réel ou bien monté de toutes pièces, à partir du mécontentement grossi de quelques grincheux, pour attirer Charles dans un piège ? Comparé avec ce qui se passe alors dans le monde franc, la situation intérieure de la Bretagne apparaît étrangement paisible : l'explication de ce calme est à rechercher dans les profits multiples que tous les Bretons tirent de la politique de leurs rois. Leurs agrandissements territoriaux, par exemple, ont permis de caser de nombreux fils de famille car il fallait nécessairement quadriller de gardiens dévoués les pays nouvellement contrôlés. La guerre, après avoir servi d'exutoire pour les plus turbulents, a nourri de ses fruits la paix domestique et a rendu profitable l'observation de la parole donnée au souverain.

37Ce dernier, qui ne peut être partout présent, garde la faculté de se faire représenter par des envoyés spéciaux chargés de résoudre sur place certaines affaires importantes où le prince se trouve impliqué ou d'accomplir pour son compte un mandat particulier. Avant son entrée en dissidence, Nominoë use des services de missi tels Haldric ou Dreuallon ; après 843 sont mentionnés Jouuuion, Riuuoret et Litoc ; on retrouvera ce dernier au service de Salomon — un indice que le changement de règne, si tragique soit-il, n'entraîne pas forcément le renouvellement de tout le personnel politique de confiance. A un niveau plus élevé, le roi Salomon délègue en 867 auprès de Charles son gendre Pascweten pour régler les problèmes diplomatiques en suspens : à cette occasion les Annales de Saint-Bertin disent qu'il agissait comme vicaire du roi.

38Chef de guerre, dispensateur de bienfaits, interlocuteur valable du pouvoir franc, le roi breton détient aussi des attributions d'ordre judiciaire : certaines causes remontent jusqu'à lui, il s'empare d'autres affaires et tranche en dernière instance des procès pendants. La gamme des fonctions et des pouvoirs ainsi rassemblés dans la personne du roi fournit de ses attributs un tableau classique pour l'époque : loin d'être un roi d'opérette ou une brute sauvage, le souverain breton est puissant, craint au besoin voire redouté de ses sujets, capable de s'imposer aussi bien à l'intérieur de son royaume qu'au-dehors. Après Entrammes, Charles le Chauve aura vite l'occasion d'apprécier cette puissance.

La splendeur d'un règne

39Salomon ne respectera pas longtemps les clauses pourtant avantageuses du traité d'Entrammes : un tribut de cinquante livres d'argent est encore acquitté en 864, ensuite il n'en est plus question. Surtout certains Bretons n'hésitent pas à s'adonner dans les contrées franques au brigandage de concert avec des maraudeurs normands : vers la fin de l'année 865 une bande bretonne renforcée de Vikings s'empare du Mans et met la cité au pillage. Salomon, s'il n'a peut-être pas ouvertement ordonné ces violations de la paix jurée, ne les désapprouve pas non plus ; en tout cas il se refuse à faire la police parmi les siens. De sa complicité au moins tacite les évêques réunis en concile à Soissons en août 866 sont si bien persuadés qu'ils écrivent au pape que « chez eux (les Bretons) point de culte religieux, la loi morale est sans force. Barbares gonflés d'une férocité extrême, ils méprisent tous les préceptes sacrés, toutes les prescriptions des saints pères. En toutes choses ils ne suivent que leur caprice, leur folie, leur méchanceté. Ils ne sont chrétiens que de nom. Ordonnez à leur représentant (auctor), nous vous en prions, de revenir à la coutume de ses prédécesseurs, c'est-à-dire d'obéir en tout à votre fils très fidèle, notre seigneur et maître le roi Charles, de ployer le cou devant lui en toute humilité, de lui payer fidèlement le tribut annuel. Pour l'y contraindre joignez aux exhortations les réprimandes ; faites-lui savoir que, s'il n'obéit pas, le glaive apostolique s'abattra sur lui — et enfin, bienheureux père et bienheureux pape, nous vous en supplions, daignez écraser l'indomptable férocité de ce peuple sous la pointe du glaive suprême remis entre vos mains ». La cause semble entendue dans l'esprit des pères de Soissons : Salomon, auquel ils refusent un quelconque titre légal à commander cette essence de barbares, doit se soumettre au pape et à Charles, son bras séculier, s'il veut avoir le temps d'expier ses péchés. Tant que lui et son peuple s'obstineront dans la voie du mal qui paraît être leur nature profonde, nul accommodement ne sera possible ; s'ils désirent venir à résipiscence devant le pape, qu'ils commencent par abdiquer toute prétention politique pour réintégrer l'empire des Francs comme un peuple vassal et soumis devrait le faire ! Dans sa rhétorique haineuse, cette exhortation bien peu charitable semble nous ramener près d'un demi-siècle en arrière, à l'heure du rapport du comte Lambert devant Louis le Pieux...

40En 866 ces paroles creuses demeurent sans effet. Tout au contraire, à la fin de l'été un solide corps mixte normano-breton enlève et pille une nouvelle fois Le Mans. Sur le chemin du retour Robert le Fort prend en chasse les pillards et intercepte leur troupe forte de 400 hommes au moins. Confrontés à des forces supérieures en nombre, les vainqueurs du Mans n'ont d'autre ressource que de se retirer dans l'église de Brissarthe, à mi-chemin entre Sablé et Angers. Les Francs les serrent de près et massacrent tous ceux qui n'ont pu trouver refuge dans ce solide édifice de pierre. Puis, à la tombée du jour, harassés par une poursuite menée sous un soleil de plomb, les hommes de Robert remettent à plus tard l'assaut final pour lequel ils attendent des renforts. Ils se contentent de disposer un mince cordon de sentinelles pour bloquer les issues de la forteresse improvisée et se préparent à prendre un peu de repos à la fraîche quand, soudain, les assiégés font une sortie de vive force. Ils seront repoussés mais dans la mêlée Robert le Fort, qui avait négligé de revêtir sa brogne et son heaume, est tué. Avec lui disparaît aussi Ramnulf, comte de Poitiers, transpercé d'une flèche, tandis que le comte du Mans Gauzfrid est mis hors de combat. Seul des quatre comtes qui commandaient l'armée chargée de châtier les contempteurs de la paix, Hervé est indemne. Abasourdis par la violence du choc, désorientés par la mort de leurs capitaines, bien que victorieux dans cet engagement, il ne reste plus aux Francs qu'à se retirer, laissant ainsi libre passage aux Bretons et à leurs alliés vikings jusqu'à la Loire où les attendent les barques salvatrices. Ceci se passait le 15 septembre 866.

41Après cette nouvelle catastrophe Charles le Chauve se trouve contraint de tirer au net les conclusions qui s'imposent pour la mise en défense et le maintien du moral des défenseurs de son royaume : à tout prendre, et toute honte bue, mieux vaut pour lui avoir les Bretons à ses côtés qu'alliés aux Normands. Les Annales de Saint-Bertin retracent avec une grande précision l'évolution de sa pensée sur ce sujet : « Ayant fait convoquer l'ost dans toute l'étendue de son royaume, il fixa le plaid général aux calendes d'août (1er août 867) dans la cité de Chartres avec l'intention de partir pour la Bretagne attaquer Salomon duc des Bretons. Cependant il fait savoir par des messagers qu'un délai est accordé pour traiter de la paix, si toutefois Pascweten, le gendre de Salomon et son conseiller le plus écouté, vient le trouver à Compiègne vers lesdites calendes, sous la garantie d'otages fournis par le roi, et s'il s'en tient à ce qui aura été fixé par pourparlers et confirmé de part et d'autre à ce moment et en ce lieu ; par ailleurs, en attendant, le peuple convoqué à l'ost resterait prêt dans ses foyers jusqu'à ce que, si nécessaire et si le roi le demandait, il se rendit à Chartres en formation militaire le 25 août. Charles ayant donné des otages reçoit aux calendes d'août à Compiègne Pascweten, l'envoyé de Salomon, et lui donne en tant qu'envoyé de Salomon le comté de Cotentin avec tous les biens du fisc, les domaines royaux et les abbayes ainsi que tout ce qui lui appartient en quelque lieu que ce soit, exception faite de l'évêché, et il le confirme par le serment de ses Grands ; de la part de Salomon il reçoit du susdit délégué serment de fidélité et de paix ainsi que d'aide à apporter contre ses ennemis, sous la condition que Salomon et son fils tiennent ce don en même temps que ceux qu'il tenait auparavant et qu'ils demeurent fidèles au roi Charles et à son fils. »

42De façon incontestable le traité de Compiègne marque le vrai apogée du royaume breton. Dans ses circonstances d'abord : c'est Salomon qui mène le jeu, il laisse Charles aux abois s'abaisser à lui faire des ouvertures de paix et ne daigne même pas se déplacer en personne jusqu'au souverain franc vers lequel il délègue son gendre, le comte de Vannes Pascweten. Derrière les explications de l'annaliste, trop méticuleuses pour ne pas être embarrassées, on sent un Salomon sûr de sa force, arrogant, un tantinet méprisant même pour un souverain qui n'ose pas l'affronter en face. L'insistance mise sur la livraison d'otages garants de la sécurité de Pascweten marque aussi qui est le demandeur : quelques décennies plus tôt, c'était l'empereur qui exigeait des Bretons des otages en gage de leur fidélité, et leur livraison se faisait sans contrepartie ! Le contenu du traité n'est pas moins important : Salomon se trouve officiellement exempt du versement du tribut ; cette vieille revendication des maîtres de l'Occident chrétien est purement et simplement jetée aux oubliettes. De plus le Cotentin, et nécessairement l'Avranchin, qui était peut-être déjà en cours d'annexion, viennent s'ajouter à tout ce qui avait été abandonné aux Bretons à Entrammes en 863. Contre ce qui pourrait passer pour une clause de style, l'engagement à ne pas nuire à Charles, Salomon est reconnu comme un monarque pratiquement indépendant dans son royaume.

43Les coups sévères portés à l'aristocratie de la Francie et la menace persistante des Vikings suffisent à expliquer la mansuétude de Charles le Chauve, qui dut pourtant paraître aux yeux de beaucoup comme un nouvel aveu de faiblesse. Mais une autre considération doit aussi entrer en ligne de compte : la puissance militaire de Salomon qui est alors à la tête des troupes les plus nombreuses et les plus aguerries de la région. En définitive le miracle sera pour Charles que le roi breton demeure jusqu'à sa fin respectueux de son engagement à coopérer. Envisagé sous cet angle, le pari forcé de Compiègne sera gagné pour le fils de Louis le Pieux.

44Pour l'heure une priorité s'impose à Salomon : mettre au pas ses anciens complices, les Normands, qui, à terme, représentent une menace sérieuse pour son pouvoir. La mort de l'abbé Conwoion est assombrie par leurs outrages : il a dû fuir Redon, trop exposé, pour le petit monastère de Plélan où il s'éteint en 868 dans sa quatre-vingtième année « alors que le peuple chrétien pleure les malheurs de la patrie ». Pour mettre fin à ces déplorables agissements des pirates, Salomon prend des initiatives : lors de l'assemblée générale tenue à Pitres au milieu du mois d'août 868, Charles « reçut également la visite d'un envoyé de Salomon par lequel il lui était demandé s'il ne serait pas disposé à marcher pour réduire les Normands fixés sur la Loire parce que lui Salomon, il était prêt à les attaquer avec une forte troupe de Bretons à condition de recevoir de l'aide de la part de Charles ». Acquiesçant à cette requête, le roi « envoya son fils Carloman, diacre et abbé, avec une colonne de fantassins, comme Salomon l'avait demandé », continuent les Annales de Saint-Berlin. Mais ce contingent ne fera rien de bon et pourra être renvoyé dans ses quartiers sans dommage pour l'offensive en cours. Charles le Chauve ne se contente pas d'expédier à son fidèle ce renfort. Il dépêche « en avant Engelran son chambellan, le maître des huissiers et son conseiller intime, avec une couronne d'or, de pierreries et de plus (porteur) de tout le vêtement comportant les ornements qui ressortissent aux honneurs royaux » : autrement dit, Charles profite de l'occasion qui lui est donnée pour reconnaître de façon solennelle la dignité de roi subordonné concédée à Salomon puisque le titre seul manquait à son palmarès depuis l'année précédente. Prenant exemple sur les habitudes de la chancellerie royale franque, le nouveau promu peut apposer dès le 29 août le « seing de Salomon roi de Bretagne » au bas de la charte n° 240 de Redon.

  • 11 La Palestine comme l'Espagne étaient alors sous domination musulmane.

45Cette distinction honorifique ne règle pas pour autant le problème normand auquel Salomon s'attellera avec plus d'énergie encore en 869 : le 25 mai de cette année il campe « dans le pays de Nantes sur la paroisse d'Avessac où Salomon et tous les Bretons étaient prêts à combattre les Normands ». La bataille n'aura pas lieu puisqu'il préfère finalement acheter le retrait des intrus contre le versement de 500 vaches. Demeuraient les Scandinaves établis à Nantes : ici aussi Salomon choisit d'entrer en contact avec eux pour leur proposer un marché équitable plutôt que de les acculer à une résistance désespérée. Il renonce à les expulser de la cité contre de solides garanties pour l'avenir : « Salomon duc des Bretons fit la paix avec les Normands fixés sur la Loire et, ajoutent les Annales de Saint-Bertin qui pour une fois donnent dans le pittoresque, récolta avec ses Bretons la vendange de sa partie d'Anjou. » A Nantes un fort contingent Scandinave continuera donc à prospérer : nous le savons par une lettre de 872 adressée par Hincmar à l'évêque Actard. En réalité, c'est Salomon qui a chassé Actard de sa cité, mais l'archevêque de Reims feint de croire qu'il a pris la fuite devant les Normands. Il l'exhorte à plus de courage, voire au martyre : « Il est contraire aux canons de passer d'une église à l'autre, surtout lorsqu'il n'y a pas nécessité absolue de le faire. Le devoir d'Actard est de chercher à convertir les païens nombreux qui habitent sa cité ; sa situation matérielle, à mettre les choses au pire, n'aurait point différé de celle du patriarche de Jérusalem ou des chrétiens de Cordoue et autres cités d'Espagne11 d'autant qu'il jouit hors de la ville de domaines et d'abbayes qu'il tient du roi. Comment admettre qu'un ecclésiastique, n'ayant à soutenir ni femme ni enfants, ne puisse vivre au milieu des païens à l'exemple du comte de la cité qui, lui, a une famille à charge ? (...) Qui pourrait savoir s'il n'y a pas beaucoup de ces païens qui habitent dans la ville de Nantes prédestinés par Dieu à la Vie éternelle et qui, dès lors, pourraient être convertis par la prédication, par les paroles et par les œuvres ? »

46Le danger réel ne vient pas tant de cette communauté établie à demeure que des flottes piratiques qui continuent à rôder au large des côtes de la Bretagne : repoussés et rendus méfiants, ces marins surgis des mers du Nord n'en restent pas moins assez redoutables pour qu'en 871 Salomon doive expliquer au pape Hadrien II qu'il ne pourra lui rendre visite à Rome comme il en avait conçu le projet car ses Grands l'ont dissuadé d'entreprendre ce long pèlerinage, redoutant, lui parti, une incursion des païens qui entourent toujours leur pays. Le même esprit de prudence avait animé les moines de Redon, qui suppliaient Salomon de leur ménager un établissement de repli : ce sera chose faite en 862 au plus tard quand le roi leur permet d'établir un petit monastère de secours à élever sur l'emplacement de son palais de Plélan-le-Grand. C'est là aussi que Salomon hébergera en 869 les moines de Saint-Maixent fuyant leur Poitou : la Bretagne paraît sous son règne une possible terre d'asile. Son prestige comme chef de guerre et l'écho de ses victoires, mal connues, ont été si grands que Gourdisten, l'hagiographe de saint Guénolé, chante ses louanges sous le masque du légendaire roi Gradlon de Cornouaille en des termes héroïques — et invérifiables, ce qui ne signifie pas que tout soit pure invention dans les exploits qui lui sont imputés à gloire :

« Lui qui détient la cime suprême du pouvoir,
A qui est soumis le vaste royaume aux frontières si vastes,
Et qui resplendit des richesses arrachées aux Normands,
Couronné de la mitre et plus puissant que tous...
De cinq chefs déjà il a tranché la tête, et d'autant de leurs princes,
Et victorieux en cent combats il resplendit de gloire.
En témoigne la Loire même, car sur ses blanches rives
Aprement se sont livrées ces terribles batailles. »

  • 12 Cette chanson a été éditée par Michel (Francisque), La chanson des Saisi Bordeaux. 1839, 2 volumes

47Le roi Salomon aura encore l'occasion de faire montre de ses compétences de stratège lors du siège d'Angers en 873 : répondant loyalement aux appels pressants de Charles le Chauve, il accourt à son aide et lui apporte son concours pour rendre étanche la ceinture de sentinelles que le souverain franc avait établie autour de la cité d'Angers alors occupée par les Vikings. Salomon, établi dans la partie de la ville qui était placée sous sa souveraineté, découvre même le moyen de rendre à merci les assiégés en faisant détourner par ses Bretons le cours de la Maine : les barques noroises gisent bientôt au sec, inutiles. Les pirates ont dès lors perdu tout espoir de fuite. Ces efforts seront finalement rendus vains par la folle décision de Charles « mû par une honteuse cupidité (Réginon de Prüm) de laisser la voie libre aux assiégés contre le versement d'une grosse somme d'argent et la solennelle promesse de n'y plus revenir. Irréelle et dérisoire fin pour un siège épuisant ! Réginon conclut mélancoliquement son récit par ces mots désabusés : « Demeurés au même endroit, ils perpétrèrent des actes encore plus monstrueux qu'avant. » De tout ceci, un écho déformé par la légende et gauchi par la confusion des temps se laisse percevoir dans la Chanson des Saisnes (la Chanson des Saxons) que le trouvère Jean Bodel d'Arras composera au xiie siècle12 et selon laquelle le roi Salomon, à la tête des barons Hérupés (les grands feudataires de la France de l'Ouest d'abord en révolte pour exiger d'être affranchis de tout tribut), vole au secours de Charlemagne qui se battait alors sans grand succès contre les Saxons établis sur la rive droite du Rhin. Il reviendra à Salomon de Bretagne d'écraser leur chef, Witikind, en bataille, permettant ainsi à l'empereur de venir à bout de ce païen fanatique dans un ultime effort.

48Le péril normand conjuré, Salomon règne et gouverne : nous conservons seize actes de lui, dont treize à son intitulé, et une lettre qu'il adressa au pape Hadrien II. Tout ceci ne représente qu'une faible partie de son activité puisque, seul parmi les monastères bretons, Redon a pu sauver des lambeaux de ses archives anciennes. La fortune de Salomon passait pour proverbiale et il sait en faire usage avec munificence : en 871 il joint à sa lettre au pape une statue d'or le représentant grandeur nature et ornée de pierres précieuses de diverses sortes ; une mule, sa selle, son mors et sa bride, le tout prisé 300 sous ; une couronne d'or enrichie de pierres précieuses et valant 900 sous ; trente tuniques de lin fin ; trente draps brodés de diverses couleurs ; trente peaux de cerfs ; soixante paires de riches chaussures pour les officiers de la maison du pape et enfin 300 sous d'or en espèces. Non moins somptueuse la donation faite à Ritcand abbé de Redon le 17 avril 869 : « pour augmenter la prospérité et la paix de toute la Bretagne, nous donnons quelque chose de notre trésor, à savoir : un calice d'or pur d'un travail admirable orné de 313 pierres et pesant dix livres un sou ; une patène d'or ornée de 145 pierres et pesant sept livres et demie ; le texte des Evangiles dans une cassette d'or de belle facture pesant huit livres et ornée de 120 pierres ; une grande croix d'or de vingt-trois livres et ornée de 370 pierres ; une châsse en ivoire des Indes, très bien sculptée et, ce qui est plus précieux, remplie de saintes reliques ; une chasuble de prêtre, précieuse, brodée d'or, qui m'a été donnée en cadeau par mon compère Charles le très pieux roi des Francs ; un voile pour recouvrir le corps de saint Maixent ; un évangéliaire recouvert d'ivoire et d'or ; un sacramentaire relié en ivoire (le premier de Paros, le second des Indes) ; un livre orné d'argent et d'or contenant la Vie de saint Maixent en prose et en vers et la Vie de saint Léger martyr ; un autel paré d'or et d'argent ; deux vêtements sacerdotaux ; de la poupre précieuse ; l'image du Sauveur en or et entouré de pierres ; trois cloches d'une grandeur remarquable ». Rarement sans doute, sinon jamais, un tel faste n'avait entouré un dynaste breton.

  • 13 L'aveuglement du souverain déchu est le supplice le plus couramment infl au bazileus byzantin détr (...)
  • 14 Folz (Robert), Les saints rois du Moyen Age en Occident (VIe-XIIIe siècle), Bruxelles, 1984 n'envi (...)
  • 15 Le Lay (François), La mort de Salomon roi de Bretagne, Mémoires de la Société d'histoire et d'arch (...)

49Cette vie glorieuse, chargée de faits et gestes à consonances héroïques, arrive à son terme le 28 juin 874 quand Salomon finit par succomber dans d'atroces souffrances, les yeux crevés par ceux qui venaient de l'écarter du trône13. Le roi agonisant a-t-il revu dans les spasmes de la mort cet autre meurtre dont lui Salomon s'était jadis rendu coupable sur la personne d'Erispoë ? En tout cas les circonstances tragiques de son trépas impressionnèrent si profondément le peuple breton qu'il canonisera le roi défunt. Et l'Eglise l'accueillit officiellement au nombre des bienheureux14 : son culte est attesté par divers Propres des diocèses de Bretagne au Moyen Age ; en plusieurs endroits il fut vénéré par les fidèles un saint Salomon, roi et martyr, spécialement dans la petite paroisse de La Martyre (Finistère)15 dont le nom retiendrait le souvenir du lieu où il tomba sous les coups de ses persécuteurs. Quelque temps avant ce 28 juin fatidique, Salomon avait fait donation à Plélan de la moitié de Pléchâtel « dans l'année, dans le temps même où Pascweten (son gendre) et Gurwant (celui d'Erispoë) faisaient la guerre au roi Salomon, le poursuivaient, le tuaient puis divisaient entre eux son royaume ». L'an d'après Gurwant visite en grande pompe Plélan et abandonne aux moines la seconde moitié de Pléchâtel : cette charte nous vaut d'apprendre que la dépouille mortelle de Salomon avait été ramenée à Plélan et que maintenant elle reposait auprès de la reine Wenbrit son épouse. Si les circonstances de sa mort sont connues avec assez de précision, en revanche les motivations profondes de ses meurtriers nous échappent. Il est certain qu'avec Salomon disparaît, pour reprendre l'heureuse formule de La Borderie, « le plus roi de tous nos vieux rois de Bretagne ». S'ouvre alors une ère de malheurs.

50Le règne de Salomon s'achève comme il avait commencé : par un meurtre. Mais, différence capitale, cette fois personne n'est là pour ressaisir d'une main ferme et assurée les rênes du pouvoir. Pis encore, les Bretons se déchirent dans une guerre civile longue et confuse. Deux prétendants, deux partis s'affrontent et l'un d'eux commet l'irréparable : en cherchant à se renforcer à tout prix, il ouvre grande la porte au péril majeur : les Vikings. Salomon avait contenu ces pirates scandinaves, il les avait même parfois utilisés à son profit ; maintenant ce sont eux qui s'imposent aux Bretons d'abord aveuglés par leurs passions intestines et bientôt surpris de n'être plus les maîtres chez eux.

51Un fragile rétablissement se fait jour avec Alain le Grand : le cours des choses semble revenir à la normale, mais il ne s agit là en fait que d'un bref répit, prélude à de nouvelles catastrophes. La disparition, sans descendance directe, du dernier roi breton reconnu comme tel par la chancellerie franque ouvre en effet une période de crise encore plus grave que la précédente. Durant deux décennies, de 913 à 936 environ, la Bretagne n'existe plus comme entité politique autonome tandis que se dressent sur son sol des colonies scandinaves permanentes. La survie même du peuple breton apparaît alors comme mal assurée tant ses élites, prises de panique, vont s'effilochant sur les chemins de l'exil. Il faudra la conjonction d'hommes et de politiques extérieurs à la Bretagne pour autoriser la restauration d'Alain Barbe-Torte, un souverain dont l'autorité ne rappelle plus que de loin celle qu'exerçaient les successeurs immédiats de Nominoë. Au sortir de toutes ces épreuves, un certain dynamisme conquérant et organisateur est brisé à jamais. Une nouvelle phase de l'histoire débute, celle de la féodalité en Bretagne.

Notes

1 Récemment la traditionnelle rivalité entre Nantes et Rennes a accouché d' monstre administratif avec la partition de la Bretagne entre deux régions. Peut-ê n'a-t-on pas assez remarqué que, par un clin d'œil ironique de l'histoire, l'artificie construction des pays de la Loire (dont Nantes a été promue métropole), esquissée c 1941 par Vichy et confirmée en 1958, se trouve correspondre en gros à la zone ja. mise à sac par Nominoë et ses hommes. C'est encore là, à tout prendre, l'un de : facteurs d'unité les plus évidents...

2 Le règne de Charles le Chauve sera marqué par des difficultés grandissan dues, plus qu'aux intrigues de ses frères, à l'évolution économique et sociale : grands lignages francs tendent à s'émanciper et bientôt les contes entreprennent les imiter, faisant pression pour que leurs charges deviennent héréditaires et q leurs honneurs soient patrimonialisés. Les invasions normandes aggravent encore choses pour un souverain qui ne peut compter que sur des fidélités chancelantes, trouvera dans Halphen (Louis), Charlemagne et l'empire carolingien, un excellent résumé des péripéties du règne et dans Dhondt (Jean), Etudes sur la naissance principautés territoriales en France (ixe-xe siècles), Bruges, 1948 l'essentiel de la problématique concernant l'éclatement politique de l'empire.

3 Il apparaît que Lambert a tenté de se constituer une domination territori dans le Maine, alors aux mains de la puissante famille des Rorgonides, avec l'acc tacite du roi Charles ; une guerre privée s'ensuivit entre lui et ses adversaires au ten de laquelle il trouvera la mort à Savennières. Charles fit prendre et exécuter s meurtrier.

4 Rouche (Michel), La crise de l'Europe dans la seconde moitié du VIIe siècle Annales E.S.C., 1986, n° 2, p. 347-360. Sur les pouvoirs intermédiaires dans l'emp carolingien on consultera Werner (Karl-Ferdinand), Missus-Marchio comes. En l'administration centrale et l'administration locale de l'empire carolingien, Histo comparée de l'administration (ive-xviiie siècle), Munich, 1980, p. 191-239.

5 La qualité de « père nourricier » (nutritor) de Nominoë est établie par une cha du Cartulaire de Redon, page 80 de l'édition d'Aurélien de Courson.

6 La Borderie (Arthur de), Histoire de Bretagne, tome II, p 82-83 d'après les ac nos 213 et 254 du Cartulaire de Redon.

7 Planiol (Marcel), Histoire des institutions de la Bretagne, Mayenne, 1981, tome page 33. Davies (Wendy), On the distribution of political power in East Brittany in mid-minth century.

8 Il est probable d'après son nom que saint Paul de Léon (Paulus Aurelian faisait partie de la famille d'Ambrosius Aurelianus, « roi des Bretons armoricains des Francs » entre 460 et 480 environ, qui tira parti des difficultés de Clovis.

9 Après Waroc la Bretagne se trouve partagée en trois grands ensembles Domnonée au nord ; la Cornouaille et le Vannetais au sud) à l'intérieur desquels comtes acquirent une large latitude d'action dans le courant des VIIe siècle et VIIIe siècle Mais nous sommes particulièrement mal renseignés sur le devenir de ces peti dominations en ces véritables « temps obscurs ».

10 Trois manuscrits de ce recueil sont conservés, le plus ancien étant celui dû scribe lunobrus qui contient 332 gloses en vieux breton (les deux autres copies, du aux scribes Arbedoc et Macloc, sont du xe siècle ; elles renferment également gloses bretonnes). Ce sont des recueils de lois, religieuses et civiles. Bernier (Gild Les chrétientés bretonnes continentales depuis les origines jusqu'au ixe siècle, p. 22.

11 La Palestine comme l'Espagne étaient alors sous domination musulmane.

12 Cette chanson a été éditée par Michel (Francisque), La chanson des Saisi Bordeaux. 1839, 2 volumes.

13 L'aveuglement du souverain déchu est le supplice le plus couramment infl au bazileus byzantin détrôné : que Salomon fasse l'objet de la même peine traduit-il une lointaine influence orientale dans les mœurs politiques bretonnes ?

14 Folz (Robert), Les saints rois du Moyen Age en Occident (VIe-XIIIe siècle), Bruxelles, 1984 n'envisage pas le cas breton, mais montre que la canonisation du roi défunt était pratique courante, surtout dans l'Europe germanique et slave.

15 Le Lay (François), La mort de Salomon roi de Bretagne, Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, tome V, 1924, p. 3-22, pense pour sa part que le crime se déroula dans le village de Merzer en Langoëlan.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540