Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Événements. Le royaume de Bretagne armoricaine

Chapitre 2. Nominoë, le père de la patrie bretonne ? (831-851)

Texte intégral

« Nominoë voyait donc ses prévisions se réaliser : l'empire des Franks se disloquait, se déchirait de plus en plus. Le moment semblait singulièrement favorable pour la revanche de Morvan et de Wiomarc'h, la tentation devait être grande pour Nominoë ; cependant il ne broncha pas, il resta inébranlablement fidèle au vieil empereur dont il avait reçu sa charge et à qui il avait prêté serment. C'est que Nominoë n'était point, comme ses ennemis l'ont peint, un fourbe ni un parjure. Le serment le liait envers le prince à qui il l'avait prêté, — non envers son successeur : pour donner cours aux grands desseins politiques qui peu à peu s'étaient formés dans son esprit, il attendit patiemment la mort du Débonnaire. »

Arthur de La Borderie, Histoire de Bretagne, tome II,

1898.

« “On ne sait où il se fût arrêté”, dit M. de La Borderie qui confond Nominoë avec Picrochole. »

Ferdinand Lot et Louis Halphen,

Le règne de Charles le Chauve, 1909.

« Vouloir reconnaître en Nominoë le créateur de la nation bretonne c'est se condamner à ne pas comprendre l'histoire de Bretagne du ixe siècle. »

Hubert Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, 1983.

Le « mystère » Nominoë

1Qui est Nominoë ? A cette question, simple en apparence, on a trop souvent répondu par des affirmations aussi tranchantes qu'inaptes à dissimuler un fait incontournable : de Nominoë on ne sait rien, ou presque rien. Sa stature physique échappe totalement, mais cela encore n'est guère surprenant puisque seul de ses contemporains un peu célèbres Charlemagne, dont les ossements ont été exhumés à Aix-la-Chapelle, est connu sous ce point de vue. Ses origines demeurent incertaines ; sa vie privée nous glisse entre les doigts, aussi insaisissable que son caractère. Même la date exacte de sa promotion par Louis le Pieux est discutée. Mais le plus gênant résulte de ce que l'on ignore tout des ambitions (réelles ou nées des circonstances ?) qui l’amènent vers 843 à infléchir de façon radicale sa ligne de conduite et des buts nouveaux qu'il se fixe dès lors ; si même il s'en assigne, ce qui n'est pas certain.

2En fort contraste avec la somme de toutes ces ignorances cumulées, l'imagination romanesque ou les arrière-pensées politiques ont, depuis sa redécouverte au siècle dernier, gonflé la stature du personnage au point de le rendre méconnaissable, lui imputant des motivations et un destin de héros national qui ne sont pas ceux d'un homme du ixe siècle. Il est toujours tentant de suppléer au laconisme des textes par des conjectures pour écrire l'histoire à la lumière de ce qui advient ensuite : ce faisant le risque est grand de succomber au péché majeur de l'historien, l'anachronisme. A l'inverse, le dénigrement systématique dans lequel se sont complu certains érudits ne donnera pas de meilleurs résultats. Mieux vaut avouer franchement nos ignorances et chercher à ordonner le peu que nous savons.

  • 1 Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints.., op. cit., p. 229-233.

3Ses ennemis, et ils furent fatalement nombreux, ont colporté sur son compte une légende noire : Nominoë aurait été le fils d'un pauvre paysan, enrichi par la découverte fortuite d'un trésor alors qu'il menait sa charrue dans un champ. Cela ne vaut pas : il est inconcevable que le Carolingien ait pu confier quelque responsabilité que ce soit à un homme d'extraction aussi vile (les rares évêques d'humble origine, que leur intelligence et leur travail ont promu à des postes de responsabilité, ont tous à souffrir du mépris et de la défiance des grands, et pourtant ce sont des hommes d'Eglise, et non des concurrents pour les fonctions civiles qui relèvent du domaine réservé de l'aristocratie). Seul un noble peut accéder aux responsabilités qui furent d'abord les siennes : jamais les grands lignages, dont c'est la raison d'être, n'auraient toléré qu'il en aille autrement. Noble, Nominoë l'est donc sûrement, mais de quelle souche ? La première idée qui vient à l'esprit est d'en faire un Vannetais puisqu'il fut comte de Vannes : raisonnement spécieux en fait, contraire à l'évidence des textes. Si Nominoë était bel et bien natif de ce pays, il n'aurait pas manqué d'enrichir de donations prises sur ses biens patrimoniaux le tout jeune monastère de Redon qui s'édifie précisément dans cette région et avec son appui. Or il n'en est rien : Nominoë ne lui accorde en tout et pour tout que deux concessions de terre en son nom propre. S'il fait si peu, c'est sans doute parce qu'il ne pouvait guère faire plus, n'ayant pas de biens dans le circuit de la fondation nouvelle. On en déduira qu'il n'est pas Vannetais. M. Guillotel pense qu'il appartient à la famille des comtes de Poher1 : sans être assurée, cette hypothèse est plausible et plus satisfaisante que l'opinion traditionnelle.

4Nominoë « avait le zèle de Dieu, mais non selon la science », disent de lui les Gestes des saints de Redon qui lui sont pourtant favorables. Rien ne permet de douter qu'il ait été un bon chrétien à la mode du temps, ce qui ne signifie pas pour autant qu'il fut un saint. Un acte de 836 nous fait connaître le nom de son épouse, Arganthael ; et il avait au moins un fils, Erispoë, qui lui succédera. A l'aune du siècle, il devait être vers la fin de sa vie un vieillard perclus d'années (en 850 il occupe déjà le devant de la scène depuis vingt ans, ce qui fait une belle carrière alors) : « Comment feras-tu au jour du jugement, l'apostrophent les évêques francs, quand il te faudra rendre compte de toutes tes années, de toutes tes heures, de tous tes instants ? Et ce compte, attends-toi à le rendre bientôt ; car un jeune homme peut mourir promptement, mais un vieillard ne saurait vivre longtemps. » Le pronotisc n'était pas si mauvais puisque Nominoë disparaît l'année suivante, en 851. Les circonstances de sa mort, qui semble due à une apoplexie foudroyante, tendraient pourtant à montrer qu'il avait conservé jusque-là une belle santé car elle le frappe alors qu'il est à la tête de ses troupes ; mais une première alerte était peut-être survenue en 843, lorsqu'on le dit malade, incapable de mener ses hommes, que commande à sa place son fils. Un texte hagiographique le présente s'adonnant à la chasse, distraction favorite des hommes de sa classe, qu'il pratiquait aussi sans doute dans les environs de sa demeure préférée, Renac, à proximité de la rivière de Vilaine.

  • 2 La Borderie (Arthur de), Histoire de Bretagne, tome II, page 27 élève Nominoë à « la dignité de co (...)

5Sa promotion prend place à une date qu'il importe de cerner avec le plus de précision possible car elle ne figure explicitement dans aucune annale contemporaine. Au plaid tenu à Aix-la-Chapelle en août 825 tous les grands de Bretagne avaient été présentés à l'empereur : Nominoë était certainement du nombre. Peut-être fut-il remarqué en cette occasion par Louis le Pieux. La Borderie le voyait déjà en place en 826, mais son raisonnement ne tient pas2. Il semble plus sage d'attendre 831, l'année de la grande redistribution des charges publiques après les troubles qui ont si gravement perturbé l'empire l'année précédente quand les trois fils majeurs de Louis se sont révoltés contre leur père. Alors Gui, le comte franc du Vannetais, passe dans le Maine, laissant une place vacante pour Nominoë qui entre sans doute en fonction lors du plaid d'Ingelheim vers le 1er mai. Le premier acte lui reconnaissant un pouvoir d'origine publique est daté du 9 février 833, mais il était alors en place depuis quelque temps déjà. Comme on sait par ailleurs qu'il a été nommé à Ingelheim, la date de 831 s'impose.

6Quels sont ses fonctions exactes et leur ressort géographique ? Lui échappent les comtés de Nantes et de Rennes, partie intégrante de la marche. Seule la Bretagne proprement dite relève de son autorité : il y représente l'empereur dont il est le fidèle. Son titre officiel est missus imperatoris, « envoyé de l'empereur », à rapprocher des célèbres missi dominici, ces inspecteurs généraux que le palais envoie en tournée, deux par deux, dans un groupe de comtés, pour contrôler sur place la gestion des comtes et celle des autres officiers publics, et enregistrer au besoin les plaintes des habitants contre eux. Le ressort théorique de Nominoë est la Bretagne tout entière, mais on ne le voit à l'œuvre que dans le Vannetais où il réside habituellement. Ailleurs S absence de sources interdit toute conclusion quant à la réalité de son influence directe. La titulature dont il fait usage ou qu'on lui attribue dans les pièces écrites paraît fluctuante : dix-neuf actes du Cartulaire de Redon le mentionnent ; sept fois il arbore ce qui doit être son titre officiel de missus imperatoris ou de missus in Britannia ; deux fois il est dit comte de Vannes et deux autres fois dux, « chef » en Bretagne. Les autres actes usent de périphrases comme « gouvernant » (quatre occurrences), « régnant » (deux occurrences) ou « dominant » (une occurence) en Bretagne. Une fois enfin il paraît comme « magister », « maître » en Bretagne. Ces fluctuations traduisent assez bien le caractère dérogatoire, inhabituel de sa fonction dans l'organisation administrative carolingienne qui ne connaît normalement aux échelons supérieurs que des comtes, éventuellement des préfets, et des rois subordonnés. Le cas de figure présenté par la Bretagne est exceptionnel sinon unique : un chef autochtone promu à la responsabilité d'une région en voie d'assimilation chaotique mais pas encore alignée sur le droit commun de l'empire. Pour Nominoë on forge une appellation nouvelle, empruntée partiellement à ce qui existait déjà dans l'ordre administratif, mais ambiguë : représentant personnel de l'empereur avec des pouvoirs mal définis à nos yeux, il est en charge de la paix dans une zone frontalière à la pacification encore fragile. Dans une certaine mesure, il a carte blanche pour répondre à la confiance de l'empereur.

7Pari tenu et gagné : tant que Nominoë se cantonnera dans ses fonctions de garde-paix, les Bretons ne feront plus parler d'eux dans les annales franques. On doit cependant remarquer que dès 830, donc avant la nomination probable de Nominoë, ils ne représentaient plus un danger réel ni une menace crédible pour l'empire. En effet quand en février, au plaid d'Aix, Louis assigne Rennes comme point de rassemblement pour l'ost, le bien-fondé de cette nouvelle campagne estivale paraît si mince que la décision impériale précipite la révolte de ses fils : ils ne voient dans toute cette affaire qu'un prétexte déguisé pour raffermir le pouvoir de Bernard de Septimanie, le favori de Louis. Finalement aucune démonstration militaire ne pourra avoir lieu en 830, sans que la sécurité du royaume franc en pâtisse. Les Bretons n'ont plus alors l'esprit de révolte. Une certaine agitation renaîtra parmi eux en 837, mais elle sera vite étouffée dans l'œuf comme le rapporte l'Astronome : « Environ ce temps l'empereur apprit que les Bretons tentaient une révolte, mais leurs efforts furent réprimés aussitôt que le prince eut placé sa confiance en celui duquel il est dit avec vérité : “Il vous sera toujours loisible, Seigneur, d'user de votre puissance quand il vous plaira.” » La réalité de cette agitation est confirmée par les Annales de Saint-Bertin qui ajoutent que l'empereur dut diriger contre eux une expédition de police qui s'assura de leur fidélité par des otages. Mais les Gestes des saints de Redon donnent à entendre un tout autre son de cloche : « A cette époque la discorde s'installa entre les Francs et les Bretons. En effet, des Francs voulaient occuper par la force toute la Bretagne comme ils avaient coutume de le faire auparavant, mais le très puissant prince Nominoë s'opposait à eux pour autant qu'il le pouvait.Nominoë adressa donc des envoyés à l'empereur qui lui demanderaient si tout cela avait bien lieu sur son ordre. Ce qu'apprenant, le vénérable abbé Conwoion se joignit à leur groupe pour gagner le palais d'Aix. Il existait en effet un certain comte Gonfred qui espérait posséder toute la province de Vannes par ordre de l'Empereur. »

8Que la bonne fortune de Nominoë ait suscité la jalousie d'un aristocrate déçu de n'avoir pas obtenu un comté dont tous les titulaires précédents étaient Francs, c'est fort possible. Que ce compétiteur se soit efforcé de ruiner Nominoë dans l'esprit de Louis, également. Qu'il ait pu songer à faire remonter d'un cran la tension sur la frontière bretonne pour bien persuader l'empereur que son représentant personnel n'était plus à la hauteur de sa charge, c'est même probable — les sources franques ayant par la suite tu une provocation qui n'était pas à l'honneur de leur peuple pour rejeter la responsabilité sur les Bretons, comme à l'accoutumée. Quoi qu'il en soit de l'exactitude de cette dernière hypothèse, l'opération échoue — c'est le sort de beaucoup d'intrigues de cour ! — en partie grâce au crédit de Conwoion : Nominoë garde son commandement, preuve irrécusable qu'il n'avait pas déçu les espoirs que son seigneur avait placés en lui. Quant à l'agitation de 837, devenue sans objet ou maîtrisée avant l'explosion, elle retombe d'elle-même.

9D'ailleurs, et plus généralement parlant, Nominoë s'en tient sans éclipse à la parole donnée : il ne faiblit pas en 833 lors de la nouvelle révolte des fils de Louis le Pieux, à laquelle le comte Lambert de Nantes prend une part active. Alors « Louis passa tout l'été n'ayant plus d'un empereur que le nom ». Nominoë est le seul représentant en Armorique du pouvoir légitime jusqu'à l'automne quand, enfin, le malheureux souverain « recommanda au comte Lambert de veiller à la défense des frontières qui lui étaient confiées », c'est-à-dire qu'il le renvoya de gré ou plutôt de force dans son comté en prélude à la disgrâce définitive et à l'exil qui le fait mourir à Spolète en Italie en 836. Profitant du désordre général, l'occasion était belle de lever l'étendard de la révolte si Nominoë avait ruminé secrètement les rancœurs d'un Breton irréductible sous le couvert trompeur du fonctionnaire servile : il n'en fait rien. Bien au contraire il s'inquiète pour son maître dont il partage l'affliction : « Moi Nominoë, missus de l'empereur Louis, en considération des angoisses et des tribulations que supporte en ce moment notre seigneur l'empereur Louis », expose-t-il dans le préambule de la donation aux moines de Redon du territoire appelé Ros, dépendant anciennement de l'église de Bain, donation « à eux faite à titre d'aumône par l'empereur Louis afin que Dieu, se laissant toucher par la prière de ces moines pour leur bienfaiteur, lui veuille bien venir en aide ». Voilà un style qui ne trahit pas le cynisme politique mais témoigne plutôt de la fidélité sans faille à un homme et à un engagement irrémédiable.

  • 3 La fondation et les premiers temps de Redon fournissent la matière des Gestes des saints de Redon (...)
  • 4 C'est-à-dire dans une région où des communautés bretonnantes existaient parmi une population major (...)

10La grande affaire de cette période de la vie de Nominoë est la fondation de Redon3. Là aussi certains se sont plu à discerner une volonté calculatrice derrière les factices apparences religieuses : doté d'une admirable préscience, Nominoë aurait désiré ériger un ardent foyer breton pour barrer la route à l'influence franque dans cette zone de peuplement mixte4. Comme Conwoion, le premier abbé de Redon, est présenté par les mêmes comme le Premier ministre (!) de Nominoë roi de Bretagne, les deux patriotes se seraient entendus comme larrons en foire pour faire de Redon une imprenable citadelle spirituelle irradiant d'esprit national tout le peuple. Cette peinture des origines redonaises peut paraître séduisante. Malheureusement les choses sont à la fois plus simples et plus banales. Il faut d'abord remarquer que l'abbaye du Saint-Sauveur renonce dès l'année de sa création à ce qu'il pouvait subsister des usages celtiques pour adopter la règle bénédictine sous l'influence de l'ermite Gerfred, par ailleurs moine de Saint-Maur-sur-Loire : ce choix ne sera ensuite jamais discuté, alors qu'un véritable foyer d'esprit national aurait sans doute remis à l'honneur aussi vite que possible les pratiques du monachisme autochtone. D'autre part, si Redon se heurte bien dans un premier temps à de vives réticences dans l'entourage impérial, celles-ci sont motivées par la démarche suivie et non par un procès en suspicion. En effet la nouvelle maison est fondée en 832 par un petit groupe de prêtres et de moines réunis autour de Conwoion : en juin de cette année le machtiern Ratuili leur abandonne l'emplacement du futur monastère et les terres nécessaires à l'entretien de la communauté naissante. Nominoë apprend la nouvelle quand il reçoit la visite, en sa demeure de Botnumel (Botmel en Callac ?), de Louhemel chargé de l'éclairer sur le projet et ses initiateurs. Quand Conwoion s'en va trouver l'empereur en octobre, il se heurte à une abrupte fin de non recevoir : Louis le chasse même de sa présence sur le conseil de Ricouin, comte de Nantes, et de Rénier, évêque de Vannes. Il est inutile de prêter beaucoup de foi à l'argument « stratégique » de ces derniers que l'auteur des Gestes des saints de Redon place dans leur bouche de façon anachronique : « Nous te demandons, seigneur auguste, de ne pas souffrir écouter le discours de ces moines car le lieu qu'ils convoitent peut servir à renforcer et à fortifier ton royaume. » Et d'ailleurs pourquoi Louis aurait-il dû accepter cet argument ? N'avait-il pas alors toute confiance dans Nominoë qu'il avait distingué l'année d'avant ? Nouvelle tentative, nouvel échec le mois suivant : parvenu au palais de Tours en compagnie de nobles de Bretagne qui s'y rendaient pour régler diverses affaires, Conwoion est chassé hors de la vue du roi sitôt que reconnu. Il ne peut même pas lui offrir le cadeau qu'il avait apporté à son intention. Loin de provoquer chez lui colère ou révolte, cette rebuffade l'attriste mais il s'incline avec humilité devant le fait du prince car Dieu s'est manifesté à travers lui : « Le Seigneur n'a pas ouvert le cœur de l'empereur pour qu'il nous donne quelque chose, mais le cœur du roi est dans la main de Dieu. » Cette réflexion est dans la droite ligne des spéculations théologiques sur le pouvoir royal développées à l'époque carolingienne...

  • 5 Voir cependant les réserves émises au chapitre précédent, note 13.

11C'est que l'initiative de Conwoion venait buter sur une grave difficulté de procédure : il n'a demandé d'autorisation à personne, ni à l'évêque du lieu, ni à l'empereur, ni à son représentant qui aurait pu formuler un avis motivé, au lieu que tous se trouvent placés devant le fait accompli. En sus, et pour aggraver encore les choses, il s'avère vite que Ratuili n'avait pas la libre disposition des biens dont il s'est dessaisi ; ces terres relevaient du fisc royal, des biens de la couronne : il les avait reçues sans doute comme fidèle du Carolingien, ce qui ne l'autorisait pas pour autant à les aliéner à sa guise5. La réaction des autorités est donc normale et n’implique aucune méfiance particulière de leur part ; Louis est personnellement comptable devant Dieu de la sauvegarde du bon ordre dans l'Eglise et il ne saurait laisser s'y installer l'anarchie, par laxisme ou par faiblesse.

12L'affaire, bien mal engagée, est sauvée par Nominoë qui n'hésite pas à user de son autorité de missus impérial quand il délivre un diplôme en faveur de Redon le 18 juin 834, entraînant du même coup l'acceptation de l'ordinaire du lieu, l'évêque Rénier, qui souscrit cette charte après s'être opposé avec force au projet de Conwoion deux ans auparavant. Nominoë ordonne à l'abbé de partir aussitôt trouver l'empereur en compagnie de Worvoret, son envoyé : il s'agit de convaincre le souverain d'abandonner ses préventions qui, vues de Bretagne, n'ont maintenant plus de raisons d'être. Quelques mois plus tard, au plaid d'Attigny, le dossier sera défendu par deux évêques bretons, Ermor d'Alet et Félix de Quimper : la reconnaissance officielle viendra enfin le 27 novembre 834 d'un diplôme impérial qui ne se contente pas d'approuver la fondation mais ajoute en aumône la paroisse de Bains et le domaine de Langon. Malgré sa maladresse initiale, Conwoion a gagné.

13Quant au fond de toutes ces péripéties, on y chercherait en vain la trace d'un sentiment anti-breton : des questions de procédure sont à la racine du mal et il a suffi de l'intervention du fidèle Nominoë pour dissiper les dernières objections, débloquant ainsi une situation qui à terme aurait pu devenir ennuyeuse pour tous. Il est d'ailleurs édifiant de voir comment l'auteur des Gestes des saints de Redon, qui écrivait une génération après les événements et donc dans un environnement politique tout différent, s'emmêle dans les ressorts de son récit. Pour rendre compréhensible le déroulement futur de l'histoire qui projettera souvent aux premières loges Redon et son abbé, il dramatise à souhait les difficultés originelles de l'abbaye et insiste sur la méfiance prémonitoire qu'elle suscite, mais dans le même temps il garde le souvenir du fait que Conwoion et ses plus éminents compagnons présentaient toutes garanties de fidélité à l'égard de l'empereur régnant et des comtes francs en poste dans la région juste avant la promotion de Nominoë. « Avec ce saint, fait-il dire au futur prévôt Louhemel en visite chez Nominoë, il y a Wincalon, un homme d'une vie honorable, né de parents nobles : il était bien connu et un ami fidèle, un conseiller éclairé pour le comte Rorgon (l'ancien comte d'Alet). Il avait brillé dans les affaires mondaines, mais il s'en est détourné pour Dieu et par souci de son âme. Le prêtre Condelogus a agi de même, lui qui était très aimé du comte Gui (l'ancien comte de Vannes, auquel Nominoë a succédé). Il est savant et expert dans les Saintes Ecritures. » Par leurs antécédents il s'agit là d'hommes qui, effectivement, pouvaient inspirer confiance au délégué de l'empereur Louis le Pieux comme ils l'avaient inspirée à d'autres responsables avant lui !

14Au vrai le caractère le plus apparent de la nouvelle maison se situe dans son niveau de recrutement : Redon est un refuge pour des moines d'origine noble, lettrés, désireux d'épouser un style de vie plus ordonné. La règle réformée de saint Benoît leur convient à ravir. Woretveu, un prêtre séculier de Vannes, après avoir dit à l'ermite Gerfred qu'il connaît bien Conwoion avec lequel il a été élevé, qu'il l'a apprécié dans son ministère, lui présente ses compagnons comme « des hommes qui eurent en ce monde grand pouvoir, grandes richesses et des honneurs qu'ils délaissèrent pour Dieu ». Par la suite Redon recrutera beaucoup dans les milieux de la noblesse bretonne : Ratuili lui fait oblation du plus jeune de ses fils dont le frère aîné, le machtiern Catworet, agira de même à son tour quand il aura un fils « et en ce temps beaucoup d'hommes religieux et nobles offrirent leurs fils à Dieu en ce lieu ». Le rayonnement de Redon, monastère bénédictin modèle, peuplé d'aristocrates, trouve pour partie son origine dans ce recrutement élitiste : en quoi cela aurait-il pu gêner l'empire ?

15La disparition de Louis le Pieux le 24 juin 840 pourrait ouvrir une nouvelle ère : le lien de fidélité se trouve rompu par la mort du suzerain et Nominoë reste dans l'expectative avant de prendre ouvertement parti, d'autant que la Francie occidentale et par conséquent la Bretagne échoient à Charles, le plus jeune et le plus contesté des fils du défunt, l'enfant de la belle Judith, la seconde épouse de Louis. Ses demi-frères admettent mal l'idée d'avoir à partager l'héritage paternel avec ce tard-venu qui ampute d'autant leurs lots respectifs puisque la coutume germanique du partage entre les héritiers mâles est admise par tous : chacun d'eux est roi en sa partie tandis que la couronne impériale, avec l'Italie et une partie de la Bourgogne, revient à l'aîné, Lothaire. En bon aristocrate désireux de se ménager une certaine liberté de manœuvre à la faveur de l'éloignement de son seigneur, Nominoë inclinerait volontiers sans doute vers Lothaire qui présente aussi l'avantage d'incarner le principe de l'unité impériale. Mais ces velléités ne se mueront pas en une volonté résolue : après avoir appris vers octobre 840 que les Bretons lui sont hostiles, Charles fait le voyage du Mans en janvier 841 pour y recevoir la soumission de Lambert et de quelques autres aristocrates turbulents. A cette occasion « il fit demander à Nominoë, duc des Bretons, s'il voudrait se soumettre à son pouvoir. Celui-ci, écoutant les conseils de la majorité des siens, expédia des présents à Charles et promit par serment de lui garder fidélité », rapporte Nithard. Si Nominoë ne s'embarrasse pas de se déplacer en personne, il fait les gestes qu'il convient de faire, et garde sa charge en retour.

16Dans les mois suivants le chef breton s'en tient pour le moins à une prudente neutralité quand Charles doit affronter Lothaire avec l'aide de son autre demi-frère, Louis le Germanique : il en triomphera d'ailleurs sur le champ de bataille de Fontenoy-en-Puisaye, au sud-ouest d'Auxerre, le 25 juin 841. Lorsque vers la fin de l'année Lothaire avance de nouveau vers l'ouest où l'attendent ses partisans déclarés regroupés autour du comte Lambert, il espère bien alors attirer à lui Nominoë. C'est même devenu l'un de ses objectifs prioritaires. Vain espoir au demeurant : « Quant à Nominoë, il repoussa avec dédain toutes les ouvertures qu'il lui fit. » En gage de sa fidélité maintenue envers et contre tout à Charles, Nominoë lui expédie un contingent breton qui est présent dans les rangs de son armée quand Charles et Louis prêtent les fameux serments de Strasbourg (14 février 842).

17Il reste que Fontenoy-en-Puisaye a des répercussions directes, mais non immédiates, sur le devenir de la France de l'Ouest : les contemporains demeurent horrifiés à l'annonce de ce combat fratricide et sanglant qui prend les allures d'une véritable boucherie. Un écho de cette tuerie est perceptible jusqu'en Bretagne où une charte de Redon est datée de « l'année où Lothaire combattit ses frères et où moururent des milliers d'hommes dans la bataille ». Surtout, Ricouin, le comte de Nantes, figure parmi les morts de la journée : la découverte de son cadavre va venir ranimer les braises qui couvaient depuis longtemps sous la cendre dans le Nantais. Encore une fois Nominoë n'a pas l'initiative : ce sont les ambitions du comte Lambert, le fils d'un autre Lambert jadis préfet de la marche de Bretagne et comte de Nantes, qui embrasent bientôt la région. Il réclame à Charles ce qui lui paraît relever du droit de son lignage : Nantes et son comté. Le refus catégorique du roi, qui a déjà quelques bonnes raisons de se méfier des guerriers de cette famille, le pousse à faire défection de façon spectaculaire : il se range dans le parti de Lothaire, maître de l'Italie où son frère aîné préside aux destinées du comté de Spolète, et en attend un prompt renfort vers la fin de l'année 841. Déçu dans ses espérances, il se réfugie en Bretagne dans la région d'Alet. Nominoë s'abstient d'intervenir contre lui sans qu'on connaisse ses sentiments réels à cette époque. Dès lors un implacable engrenage se trouve enclenché, dans lequel Nominoë va bientôt se trouver happé : il est sûr au moins qu'en janvier 843 encore il cédait à Redon divers biens en aumône du roi et de lui-même, affirmant ainsi sa fidélité maintenue à cette date à Charles le Chauve. Mais avant d'entrer dans le détail des péripéties sanglantes qui verront la Bretagne devenir un royaume, il convient de réfléchir sur ce qui va s'affirmer comme un facteur essentiel dans l'action de Nominoë : l'art de la guerre développé par ses Bretons.

Une force de frappe redoutable

18A partir de 753, et pour de longues décennies, les Bretons se trouvent acculés à une défensive meurtrière, peu glorieuse, condamnée à avoir toujours le dessous même si elle n'est pas sans efficacité temporaire. Aux vastes opérations de ratissage entreprises par l'ost franc, ils tentent alors de répliquer par ce qu'Ermold le Noir appelle « une guerre sans gloire ». En fait les Bretons sont passés maîtres dans l'art ingrat de la guérilla : les difficultés qu'endurent Louis le Pieux ou ses lieutenants face à Wiomarc'h entre 823 et 825 prouvent que le succès de leurs armes n'était pas acquis d'avance sans mal et que la guerre en Bretagne n'était pas une partie de plaisir. Les Francs doivent d'abord découvrir et enlever les fortifications nichées dans des sites naturellement difficiles d'accès et bien mis en défense. Durant ce temps ils peuvent craindre pour leurs lignes de communication, et leurs patrouilles ne sont pas à l'abri d'une embûche. « Se faufilant par les sentes étroites », de petits groupes de résistants se préparent à frapper à l'improviste les imprudents pris au dépourvu ; ils savent entretenir le sentiment d'insécurité ainsi éprouvé par l'ennemi en développant l'action psychologique : « Caché dans les buissons, le Breton se montre çà et là et borne son offensive à des cris. » Maintenu sur un qui-vive permanent, le soldat franc subit une tension nerveuse à la longue épuisante qui rend d'autant plus redoutables des attaques-éclair. L'action de ces groupes mobiles de harcèlement est facilitée par le fait qu'ils peuvent se ravitailler au fil de leurs courses en des endroits convenus d'avance : « On recherche les vivres que recèlent les bois et les marais et qui ont été dissimulés dans des fosses », se rappelle Ermold le Noir. Cette guerre d'embuscades et de coups de main impose le recours à des stratagèmes divers, les attaques de nuit par exemple. Agressés à domicile et se refusant à la bataille rangée, les Bretons sacrifient ainsi de façon délibérée leurs biens et la vie même des populations qui ne peuvent trouver le salut dans la fuite. Pourtant cette stratégie élastique n'est pas sans efficacité : il faudra monter trois expéditions pour venir à bout de Wiomarc'h. Tout ceci témoigne de la valeur des guerriers bretons, de leur capacité à s'organiser en fonction d'un plan de défense préétabli, de leur acharnement têtu qui conduisit l'empereur Louis à infléchir le cours de sa politique : abandonnant l'idée de dompter par la force seule ce pays qui lui résistait, il eut l'habileté de choisir parmi les nobles autochtones son missus en Bretagne, s'assurant ainsi une dizaine d'années de tranquillité sur ce front.

19Lorsque les guerres reprennent en cette fin de la première moitié du ixe siècle, les Bretons présentent un visage tout différent, recherchant maintenant le combat au lieu de le fuir, poussant des offensives aventurées loin de leurs bases, portant des coups sévères à un adversaire mis mal à l'aise par leur façon de combattre. A l'évidence quelque chose a entre-temps changé dans les rapports de force entre les deux peuples. De ce retournement qui sera lourd de conséquences, l'historien saisit encore mal les facteurs explicatifs et l'importance relative de chacun d'eux : faut-il incriminer de préférence un affaiblissement précoce de l'appareil militaire franc, simple reflet de la crise générale ouverte dans l'empire irréel légué par Charlemagne, ou plutôt le profit tiré par les Bretons des leçons administrées par les défaites du passé ? Nombre d'entre eux ont pu aussi retirer d'utiles enseignements de l'observation de l'intérieur du fonctionnement de l'armée qu'ils vont devoir affronter et qu'ils ont fréquentée dans les rangs des contingents qui y étaient dépêchés par Nominoë hier encore. La présence de transfuges francs peut également avoir son importance. Faute du moindre renseignement utilisable, l'aspect démographique du problème ne pourra enfin être mentionné que pour mémoire. De toutes ces incertitudes, les textes contemporains ne s'embarrassent pas. Il n'existe selon leurs auteurs, quand ils en viennent à aborder d'un peu près les questions militaires, qu'une certitude : la force des Bretons réside dans leur cavalerie légère, mobile, virevoltante, véritable fer de lance de leurs armes.

20Il ne faudrait pas en déduire trop vite qu'il n'y avait pas de fantassins parmi eux : une anecdote transmise par les Gestes des saints de Redon met en scène deux piétons, Risweten et Trédoc, déjà en froid avec les moines à cause de leur cupidité insolente, à la guerre plus maraudeurs que fourrageurs, qui mourront dénoncés aux Francs par les infortunés habitants du village de Jengland qu'ils terrorisaient sans vergogne depuis trois ou quatre jours. Il est probable que seuls les plus aisés des Bretons vont au combat munis de tout l'équipement du cavalier tandis que les simples hommes libres combattent à pied. Les données font défaut pour préciser autrement l'origine sociale des soldats et les modalités de leur entraînement éventuel : il apparaît seulement que les nobles et les comtes indigènes ont à remplir certaines fonctions guerrières en vertu des charges publiques qu'ils exercent.

21Si un conflit menace d'éclater, le chef de guerre avertit ses hommes de se tenir prêts : la mobilisation s'effectue par l'entremise de hérauts qui préviennent les intéressés et leur assignent un lieu de rassemblement pour l'armée. « Mais quand Erispoë, qui régnait alors sur la Bretagne, apprit ces choses, il ordonna que son armée se préparât et il leur manda, pour que chacun fût prêt, qu'ils le précédassent au-delà du fleuve Vilaine » ; « apprenant cela, Erispoë expédia aussitôt des envoyés à travers tout son royaume pour qu'ils (ses sujets) viennent avec leurs armes combattre ces païens et ces ennemis (une bande de pirates scandinaves) qui dévastaient depuis si longtemps les régions et les provinces des chrétiens. Alors les Bretons quittèrent en hâte leurs logis et coururent sur eux ». A côté de ces combattants venus de toutes parts et équipés à leurs frais, le chef ou le roi breton dispose d'une garde personnelle permanente à l'image de Murman dont le palais abritait à l'ordinaire de nombreux soldats.

22La couleur noire a été adoptée par les Bretons qui en teignent leurs boucliers ronds au dire d'Ermold le Noir et de l'Armes Prydein qui évoque « les noires armées » de la Bretagne armorique. Les chefs tout au moins protègent leurs corps d'une armure, tel Murman qui « avait la tête et le corps protégés par du fer ». Les rares objets retrouvés à l'occasion de fouilles étant difficiles à dater avec une précision suffisante, force est de prendre en considération les seules sources écrites dont l'examen conduit au sentiment que l'armement des Bretons n'a rien d'original en soi : les armes se vendent ou s'échangent pour un bon prix, toutes ne sont pas forcément fabriquées en Bretagne et elles ne paraissent pas différentes de celles des Francs. Hingant demande, sous la menace, 15 sous à Conwoion pour prix d'une épée. Risweten, dont nous venons de rappeler la fin piteuse à Jengland, avait eu le front de réclamer comme sien une partie du patrimoine temporel de Redon : « Si vous ne voulez vraiment pas me rendre mon héritage, la terre et le village que l'on nomme Losin, au moins venez à satisfaction, donnez-moi un excellent cheval qui me convienne et une cuirasse. » Conwoion se débarrasse du gêneur en promettant de lui faire tenir 20 sous. 15 sous pour une épée, 20 sous pour S'équivalent d'une cuirasse et d'un cheval, 20 sous encore pour un cheval à Ruffiac en 840, ces quelques indications de prix glanées dans les documents contemporains renseignent peu en fait sur la valeur réelle des armes, et encore moins sur leur type ou sur l'usage qu'on pouvait en faire.

  • 6 Rouche (Michel), L'Aquitaine.., op. cit., p. 358-361.
  • 7 Il faut cependant remarquer que les Bretons ont abandonné l'usage des chars de combat dont plusieu (...)

23L'originalité profonde de l'art de la guerre chez les anciens Bretons tient à l'emploi intensif et précis que les cavaliers font des armes de jet. Cette tactique a visiblement impressionné Ermold le Noir et Réginon de Prüm : le poète mentionne à cinq reprises des armes de jet aux mains des Bretons et le chroniqueur fait un parallèle entre les archers hongrois à cheval et les lanciers armoricains. Un rapprochement peut également être proposé avec l'archérie montée des Basques, dont Michel Rouche a rappelé quelle fut l'importance historique6. Dans le feu du combat, les lanciers trouvent facilement à se réapprovisionner car des voitures chargées de traits accompagnent l'armée dans sa progression : Murman, quelque peu fanfaron dans ses défis, en aurait eu mille qui l'attendaient tout prêts dans un chariot ! La littérature archaïque galloise témoigne que telle était bien la pratique commune aux anciens Bretons dans l'île comme sur le continent où l'éloge du roi ludicaël le présente comme très habile au lancer des dards7. Une telle habileté dans le maniement conjoint du cheval et de la lance suppose bien entendu un entraînement soutenu, et donc du temps disponible, privilège des riches et des nobles.

24Ermold le Noir a laissé une bonne description de ce style de combat : « Bientôt il (Murman) s'élance sur l'ennemi, frappe par- derrière, perce les poitrines, charge tantôt ici tantôt là et, selon la pratique de ses ancêtres, s'enfuit pour revenir ensuite. » Réginon de Prüm, ou plutôt l'annaliste qu'il suit et qui était bien payé pour connaître les Bretons car il était angevin, confirme et enrichit les dires du poète : « Les troupes saxonnes que le roi (Charles le Chauve) avait soudoyées pour soutenir les attaques rapides et les retours à l'improviste de la cavalerie bretonne, sont placées en première ligne. Mais dès la première charge des Bretons et dès leur première volée de javelots, les Saxons vont se cacher derrière les autres troupes. Les Bretons, selon leur coutume et montant des chevaux dressés à ce genre de combat, courent de côté et d'autre. Tantôt ils donnent impétueusement, avec toutes leurs forces, dans la masse serrée des bataillons francs et les criblent de leurs javelots, tantôt ils font mine de fuir, et les ennemis lancés à leur poursuite n'en reçoivent pas moins leurs traits en pleine poitrine. Accoutumés à combattre de près, lance contre lance, les Francs restent immobiles, frappés d'étonnement, effrayés de ce nouveau péril qui leur était inconnu ; ils ne sont point équipés pour poursuivre ces troupes légères, et s'ils les attendent rangés en ligne serrée, ils n'ont contre leurs coups aucun abri. » On perçoit l'intérêt de ce texte : ainsi, sans jamais pousser à fond leurs attaques mais en les renouvelant sans trêve, les Bretons terrorisent-ils leurs ennemis en les frappant à l'improviste et ils les incitent, par leur fuite simulée, à rompre l'ordonnancement de l'armée. Cette cavalerie insaisissable bénéficie également de chevaux dressés à ce genre de tournoiements, ce qui suppose un savoir-faire chez les éleveurs. Rien n'est moins improvisé en fait que cette manière de combattre en apparence désordonnée.

25Les armées franques sont trop statiques et trop lentes à se mobiliser pour pouvoir s'opposer avec efficacité à ces raids ; elles sont paralysées sur le champ de bataille par ce jeu équestre dont elles saisissent mal les règles, incapables en définitive de trouver une parade efficace. Leur désarroi face aux nomades Hongrois et aux autres peuples surgis de la grande steppe orientale est de même nature. Assuré à de la fidélité de tels combattants, Nominoë pourra faire face à la situation imprévue qui l'assaille en 843.

Sur les chemins de la révolte

26Le 24 mai 843 une opération de police mal conduite par Renaud comte de Nantes tourne à sa confusion — il y perd la vie — et dessine une première et grave fracture entre Francs et Bretons. Renaud est l'agresseur et il ne s'agit pas d'un incident inopiné : ses hommes, armés de pied en cape, ont marché jusqu'à la frontière bretonne. Parvenus à Messac sur les bords de la Vilaine, à proximité de la région de Renac où séjourne habituellement Nominoë, ils engagent le combat par surprise, avec succès dans un premier temps, puis l'heure de la déroute sonne pour eux. « En vérité au premier engagement les Bretons vigoureusement pressés tournent le dos ; Lambert amenant du renfort, alors seulement ils résistent activement à ceux qui jusque-là les poursuivaient, si bien qu'ils forcent à la fuite ceux qu'ils fuyaient auparavant et ils en font un tel carnage qu'une foule immense tombe avec son chef et qu'ils peuvent emporter chez eux un butin considérable, ayant réservé un effectif important en vue de l'échanger contre rançon. »

  • 8 Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints..., op. cit., page 261.

27Les faits eux-mêmes étant clairs, la question est maintenant de connaître les motivations et les objectifs de Renaud. A-t-il agi sur l'ordre du roi ou de sa propre initiative comme le laisserait à penser le fait qu'il a monté toute l'opération avec « ses seuls amis et proches » ? Qui était visé ? Nominoë, ou plutôt le transfuge Lambert alors réfugié dans ces parages ? Le maigre dossier documentaire disponible ne permet pas de trancher avec certitude, mais il autorise des hypothèses bien dégagées par Hubert Guillotel : « Le plus vraisemblable paraît être que Renaud ait voulu régler à sa façon la question bretonne en mettant le roi devant le fait accompli : seulement son erreur d'appréciation fut extrêmement grave et il est permis de se demander si face à cette attaque Nominoë ne put à bon droit se considérer comme délié de son engagement de fidélité. »8 Quoi qu'il en soit, la disparition brutale de Renaud ouvre un vide politique inattendu que Lambert va s'efforcer de combler à son avantage, lui qui « convoitant ardemment le comté de Nantes, fut l'origine et le fauteur de ce désordre ». Passant aux actes, Lambert réalise une ambition de longue date, pour peu de temps car « à la suite de mésententes de part et d'autre, il est contraint d'abandonner la ville et la région ». Les Nantais n'ont pourtant pas de quoi se réjouir longtemps d'avoir vu s'éloigner cet encombrant personnage qui était aussi, comme tous les hommes de son lignage, un bon capitaine et un guerrier courageux.

28Une catastrophe inouïe s'abat sur Nantes. Du coup les contemporains découvrent l'horreur absolue et ne trouvent pas aisément les mots qui seraient assez forts pour exprimer cette froide et sanglante réalité, annonciatrice de bien d'autres forfaits de la pire espèce. Le 24 juin, en la fête de Saint-Jean-Baptiste, une flotte normande grosse de soixante-sept voiles, qui croisait à l'embouchure de la Loire, remonte le fleuve jusqu'à la cité momentanément dépourvue de défenseur. L'effet de surprise est total. Bien que la population citadine se soit gonflée les jours précédents de fugitifs fuyant les païens menaçants dans l'estuaire et de gens pieux venus de toutes parts pour suivre dans l'église-cathédrale la célébration des solennités de la Saint-Jean, la ville n'est pas défendue. Tôt le matin, à none, les pirates brisent les portes et escaladent les remparts sans rencontrer de résistance, les habitants étant tout à leurs devoirs religieux. Personne ne montait la garde sur l'enceinte ! Quand les Nantais réalisent enfin que l'ennemi est dans la place, il est trop tard et c'est une fuite éperdue vers la cathédrale Saint-Pierre qu'on essaie en vain de barricader. Passant par les portes et les baies de l'édifice sacré, les païens égorgent clercs et laïcs mêlés, sans considération d'âge, de sexe ou de dignité. Au nombre des victimes on comptera l'évêque Gunhard immolé sur l'autel au moment où il prononçait ces mots : Sursum Corda (haut les cœurs !) car, devant l'irruption des envoyés du démon, il n'avait pas même daigné interrompre la célébration de sa messe. Son martyre ébranlera ensuite le courage des contemporains au moins autant que l'holocauste de la foule rassemblée pour ce qui devait devenir leur commun office funèbre.

29La cité est pillée de fond en comble ; des captifs sont emmenés par troupeaux entiers sur les barques normandes : leur destination est maintenant un quelconque marché d'esclaves à moins qu'ils ne puissent se racheter contre une bonne rançon. Puis les Normands redescendent le fleuve, sans trop se presser. Ils prennent le temps de piller le monastère d'Indre, établi sur une île à huit kilomètres en aval de Nantes, qui avait été épargné la veille du coup de main sans doute pour ne pas donner l'alarme. Terrorisés, les moines de Saint-Martin de Vertou décampent sans demander leur reste... alors que le danger s'éloigne pour eux. Après avoir ravagé le pays de Retz, les pirates mettent leur butin en sécurité dans l'île de Noirmoutier d'où certains captifs parviendront à leur fausser compagnie. L'annonce de la présence du comte Lambert et de ses hommes sur les rives de la Loire suffit à les dissuader de tenter à nouveau leur chance dans une région maintenant sur ses gardes et défendue par des troupes de valeur : prudemment, ils choisissent d'hiverner à Noirmoutier pour y attendre le printemps qui les verra gagner les côtes espagnoles.

30Ces Vikings venaient de Norvège : les Annales d'Angoulême les désignent comme étant des Westfaldingi, autrement dit des hommes du Vestfold, sur la rive occidentale du fjord d'Oslo. Ils avaient vraisemblablement contourné l'île d'Angleterre par les Hébrides et le canal Saint-Georges pour déboucher à l'improviste sur Nantes et y réussir la razzia que l'on sait. La prise de Nantes, le massacre gratuit de sa population et de son évêque causèrent un immense émoi dans l'ensemble du monde carolingien : toutes les annales du temps évoquent cet événement qui, ainsi, ne fut pas sans utilité pour faire prendre aux contemporains l'exacte mesure du terrible danger que représentaient ces mystérieux marins surgis du nord. Le choc psychologique était traumatisant et la leçon rude, même si ces Vikings ne s'aventurèrent pas en amont de Nantes dans les régions franques proprement dites. Après l'orage fulgurant de 843, ils disparaissent de la basse Loire pour dix ans. Avec la réconciliation de 1'église-cathédrale souillée de sang (impure, elle ne permettait plus la célébration des offices) par Susan évêque de Vannes, la vie semble même reprendre son cours normal dans la grande cité ligérienne.

31Le roi Charles, conforté par la signature du traité de Verdun qui entérine le partage de l'empire paternel et jette les bases d'un régime de concorde entre les trois frères ci-devant ennemis, réagit timidement en 843 comme s'il semblait encore refuser de croire que Nominoë, le fidèle de son père, l'abandonne. Le 13 novembre il est « sous les tentes » devant Rennes, mais l'ost royal ne cherche pas vraiment à engager le fer avec les Bretons et Charles revient sur ses pas pour passer les fêtes de Noël en son palais de Tours. Peut-être met-il à profit son séjour rennais pour tenter une ultime négociation avec son ancien missus en passe de se détacher de lui mais dont la fidélité pourrait être reconquise : leur rupture n'est encore scellée par aucun acte irréparable. L'hiver et le début du printemps s'écoulent sans incident notable.

32En juin 844 Nominoë prend position avec netteté pour la première fois : rejetant toute autre alternative, il choisit la voie de la révolte ouverte et déclarée. Dès lors il précipite un conflit qui menaçait d'éclater à tout moment ; remarquons seulement qu'il lui a fallu un an, depuis Messac, pour se décider et choisir l'affrontement armé. Les Annales de Saint-Bertin décrivent en ces termes son initiative provocatrice : « Le Breton Nominoë, transgressant de façon insolente les frontières qui lui avaient été assignées ainsi qu'à ses prédécesseurs, parvint jusqu'au Mans, pillant tout de long en large et en brûlant même la plus grande partie. Arrivé là, il est contraint de revenir sur ses pas à cause d'une irruption menaçante de Normands sur ses terres. » Ce raid sur Le Mans marque sans ambiguïté possible que dorénavant Nominoë a décidé de s'imposer par la force : il n'hésite plus à défier Charles le Chauve. Pendant ce temps Lambert poursuit de son côté sa guerre contre le clan du vaincu de Messac : « Bernard et Hervé sont tués par Lambert : cet Hervé était le fils de Renaud. » Dans ce cas il s'agit bien d'une faide ou guerre privée entre deux lignages rivaux de l'aristocratie franque, opposant les Aquitains parents et amis de Renaud aux Lambertides (ou Guidonides) et à leurs alliés demeurés dans l'Ouest. La situation y est jugée suffisamment dégradée pour qu'en octobre 844 les trois fils de Louis le Pieux, réunis à Thionville, adressent un mandement commun à Nominoë et à son allié de rencontre, les sommant d'avoir à se soumettre à leur légitime souverain, faute de quoi ils subiraient le juste sort d'un châtiment exemplaire à eux infligé les rois coalisés. L'avertissement vaut aussi pour Pépin d'Aquitaine, Carolingien rebelle. Sur le moment cet exorde demeure sans effet apparent.

33Lambert comprend pourtant que l'heure est venue pour lui de négocier avec le roi de Francie occidentale, sinon il pourrait bientôt se retrouver mis au ban de l'aristocratie — Lothaire désapprouve son action - sans force militaire suffisante pour s'imposer. Il préfère donc monnayer sa défection tant qu'il est en position de force sur le terrain plutôt que d'obliger Charles à conduire contre lui son armée : la rupture est consommée entre les deux anciens alliés au plus tard au début de 845 par l'attaque de Nominoë contre Rennes et Nantes. Le chef breton passe même la Loire pour mieux ravager les possessions de Lambert qui vient d'obtenir de Charles le Chauve sa nomination officielle à la tête du comté de Nantes augmenté de la charge rémunératrice d'abbé laïc de Saint-Aubin d'Angers : pour la première fois de son existence, l'ancien rebelle dispose ainsi en toute légalité d'une importante domination territoriale dans l'ouest de la Francie, assortie de revenus considérables. Du coup sa guerre privée avec le clan de Renaud se trouve éteinte. Objectif atteint, Lambert le jeune n'a plus de raison de se mêler de la guerre du Breton qui ne lui sert plus. Pour un temps, il fera son devoir de comte et défendra par là même ses biens.

34Nominoë se trouve isolé et sa situation se dégrade de façon inéluctable : déjà affaibli par la trahison de celui qui l'avait plus ou moins entraîné dans sa révolte, il voit bientôt son autorité s'eroder parmi les Bretons, dont certains se prennent à douter de l'issue de l'aventure dans laquelle ils se trouvent compromis. Comme la personne même de Nominoë peut faire obstacle à une solution rapide de la crise, ils songent à se débarrasser de lui. C'est du moins ce que leurs envoyés secrets font savoir aux autorités franques.

35A l'annonce de ces dissensions inespérées, flairant là une excellente occasion de remettre la main aux moindres frais sur l'Armorique, Charles se précipite sur la Bretagne sans prendre toutes les précautions qui s'imposaient. Il est accompagné seulement d'une troupe réduite car on est bien tard dans la saison, en un temps où normalement la guerre se ralentit. L'armée impériale se trouve dispersée et il n'est d'ailleurs nul besoin, songe-t-il, de la convoquer d'urgence pour une affaire qui demande surtout de la célérité et du doigté. Le 19 octobre le roi est à Rennes. Les défections promises étaient-elles feintes ? Le roi a-t-il sous-estimé le danger ? Toujours est-il qu'il est surpris à Ballon : l'affaire tourne mal. « Les Francs étant entrés en Bretagne engagèrent le combat avec les Bretons le 22 novembre ; aidés par la difficulté des lieux et les emplacements marécageux, les Bretons se révélèrent les meilleurs. » Nominoë a l'avantage d'être le maître du terrain, qu'il a sans doute choisi avec soin, et d'avoir des troupes plus nombreuses : sa victoire était certaine. Les Annales de Saint-Bertin le reconnaissent à demi-mot : « Charles ayant imprudemment attaqué la Bretagne de Gaule avec des forces limitées, les siens lâchent pied par un renversement de fortune ; en hâte, il retourne au Mans puis, son armée reconstituée, il se prépare à une nouvelle attaque. » On n'en est pas encore là : pour le moment Charles est en fuite — une rumeur, donnant comme certaine sa mort au combat, court même un instant parmi les Francs.

36Cette rencontre de Ballon a par la suite été célébrée et glorifiée comme marquant la date de la véritable indépendance reconquise de la Bretagne. Le coup porté était certes rude et inattendu, mais on ne doit pas s'exagérer son importance réelle. Les effectifs mis en ligne demeuraient restreints et les pertes, pour sensibles qu'elles fussent, n'étaient pas irréparables pour Charles. Rien d'irréversible n'est acquis au lendemain de Ballon, le roi franc ayant la vie sauve après cette défaite sans gloire dont son empressement irréfléchi est la cause principale ; l'engagement est assez important pour que six chartes de Redon le mentionnent dans leurs formules de datation, mais il n'est pas décisif. Il pousse seulement Charles à réfléchir : puisque la manière forte n'a rien donné, pourquoi ne pas essayer de trouver un modus vivendi avec ce Nominoë qu'il avait un peu trop vite enterré ?

De la paix à la guerre à nouveau

37Après l'assemblée générale d'Epernay en juin 846, le roi se dirige vers l'Armorique en faisant mine de vouloir en découdre avec les Bretons : au vrai, rendu plus circonspect par sa récente expérience ou appréhendant mieux les difficultés prévisibles en cas de succès de ses armes (car il aurait fallu dans cette hypothèse trouver un successeur à Nominoë dans sa fonction de missus), Charles préfère traiter après avoir organisé une démonstration de force. Pourquoi prendre en effet le risque d'envenimer encore les choses alors que jusque-là Nominoë a fait preuve d'une relative modération dans sa conduite ? Les Annales de Saint-Berlin le disent sans ambages : « Ensuite Charles, gagnant avec son armée les contrées bretonnes, conclut un traité avec Nominoë duc des Bretons. » L'accord est trouvé en août. Ses clauses nous échappent, à l'exception d'une seule : Nominoë a exigé et obtenu la mise à l'écart de Lambert pour se venger de son retournement précoce, qu'il prend sans doute pour une trahison. Les évêques de Gaule ne se feront pas faute de le lui rappeler en 850 : « Le roi notre sire, amoureux de la paix, éloigna de tes frontières et sur ta demande Lambert, et il le pourvut d'autres honneurs », en l'occurrence l'abbatiat laïc de Sainte-Colombe de Sens, en Bourgogne. Pour l'heure Nominoë se trouve réconcilié avec son souverain et assuré de plusieurs années de tranquillité.

38Que pensent de tout ceci les Bretons ? On l'ignore, tout comme on ignore l'identité de ceux d'entre eux qui avaient fait appel à Charles avant Ballon et le sort qui leur fut réservé après, si jamais ils furent découverts.

39Nominoë vient de gagner trois années de paix. Une paix toute relative au demeurant : elle est troublée à l'intérieur par les bandes de pirates scandinaves qui opèrent en Bretagne. « Les Danois se portant sur cette extrémité de la Gaule qu'habitent les Bretons, et leur livrant trois fois bataille, l'emportent ; Nominoë, vaincu, s'enfuit avec les siens, puis apaisant les attaquants par des présents, les écarte des régions où il est implanté », rapportent les Annales de Saint-Bertin sous l'année 847. Sur les confins franco-bretons éclatent aussi de graves incidents de frontière : dès la Noël 847 la région de Bayeux est ravagée par un fort parti de pillards celtes. Bénéficient-ils de la complicité tacite de Nominoë ? Il s'avère impossible de l'établir, et cela n'a rien d'assuré. Un certain Maengi (Mangilus) sera tué en 847 par un comte franc : il s'agit très probablement du chef de cette bande qui mit à feu et à sang le Bessin. Les Francs demeurent suffisamment inquiets de cette situation tendue de paix armée pour que Louis le Germanique, parlant au nom de ses frères réunis à Meerssen en février-mars 847, déclare : « Sachez que de même nous dépêchons nos envoyés aux Bretons et que nous les exhortons à rechercher l'intérêt commun ainsi que la paix, et, que ceux-ci l'entendent ou non, nous voulons agir en conséquence avec l'aide de Dieu et votre conseil. » Ces représentations menaçantes, mais aussi les soucis créés par les Vikings, finissent par inciter Nominoë à la prudence. La paix est, provisoirement, sauvegardée.

40Un autre point de friction, autrement grave, allait se révéler : en 848 Nominoë comprend que son pouvoir se trouvera limité de fait tant que subsisteront en Bretagne des évêques acquis au souverain franc. Nommés par Charles, les prélats alors en place n'ont aucune raison de le décevoir. Malheureusement pour eux, ils prêtent le flanc à la critique par les abus dont ils se sont rendus coupables dans l'administration de leurs charges. Sur les conseils de Conwoion qui avant de devenir abbé de Redon avait été archidiacre de Vannes, Nominoë accuse ces prélats d'indignité : les grades ecclésiastiques s'achèteraient auprès d'eux sans égard pour la valeur morale des impétrants. De tels clercs simoniaques ne peuvent à bon droit régenter le peuple chrétien. Le silence embarrassé des sources franques sur le fond de ces accusations montre qu'elles n'étaient certainement pas dépourvues de toute justesse, même si elles pouvaient aussi bien se révéler embarrassantes pour Nominoë qui, en tant que missus, aurait dû avoir l'œil sur des hommes qu'il avait contribué à faire nommer...

  • 9 Les principales pièces de ce dossier sont rassemblées et ordonnées dans le chapitre préliminaire d (...)

41Comme il était probable que Charles se refuserait à faire la police parmi ses derniers soutiens en Bretagne, l'abbé Conwoion gagne Rome pour y plaider la cause de Nominoë auprès de la plus haute autorité spirituelle de l'Eglise9. Il en revient en décembre, porteur des reliques du pape et martyr saint Marcellin offertes à Redon par Léon IV, mais débouté quant au fond de l'affaire : le Souverain Pontife lui a en effet rappelé que si l'Eglise condamnait par principe toute forme de trafic des grades ecclésiastiques, on ne pouvait dégrader un clerc indigne qu'au terme d'une procédure juridique complexe. Pour un évêque, il convenait de réunir douze de ses collègues qui l'entendraient et le jugeraient. Douze évêques, c'est un chiffre impossible à atteindre en tablant sur les seuls fidèles de Nominoë... Cette fin de non-recevoir l'amène à convoquer à Coitlouh en mars — avril 849 un pseudo-synode breton, formé de laïcs aussi bien que de clercs, qui dépose Susan de Vannes, Félix de Quimper et Salocon d'Alet. Au mépris de toutes les règles du droit canon et des récentes recommandations papales, les évêques déchus arbitrairement sont remplacés par des intrus supposés favorables à Nominoë. C'est le point de départ d'une longue querelle que l'on qualifiera à tort de « schisme breton ».

42Ce coup de force réussi encourage Nominoë à prendre ses précautions : une réaction militaire de Charles étant à terme prévisible, autant ne pas lui laisser l'initiative. Les Bretons attaquent donc « avec leur insolence coutumière ». En février 850 Nominoë est devant Angers : cette ville et la marche viennent d'être rendues à Lambert, rappelé d'exil de toute urgence par Charles. Si l'ambitieux comte franc résiste d'abord à Nominoë, il ne tarde pas à réaliser quel parti il pourrait tirer pour lui-même de la situation nouvelle en redistribuant les cartes d'un jeu où chacun des deux partenaires principaux a besoin du concours d'un allié bien au fait des données de la partie : en juin 850 Lambert déserte le camp royal, sans toutefois réussir à convaincre les Angevins de le suivre. Seuls ses parents et ses proches l'imitent dans sa défection.

43Le roi Charles hésite visiblement entre deux options contradictoires. D'un côté il souhaiterait sauver la paix avec Nominoë et lui fait des ouvertures assorties de gestes concrets (le 3 août Conwoion reçoit un diplôme d'immunité pour Redon) : malgré les malentendus, le traité de 846 peut toujours servir de base aux relations entre les deux hommes. De l'autre, il entend faire bonne figure : vers le 15 août il s avance jusqu'à Rennes mais retourne rapidement sur ses pas non sans avoir renforcé la garnison de la cité. Après son retrait, Nominoë et Lambert montent à l'attaque : ils obtiennent sans mal la reddition des garnisons franques laissées dans Rennes et dans Nantes que leur seule venue suffit à glacer d'effroi. Le comte Amauri est fait prisonnier dans Nantes. Les deux chefs prennent ensuite la décision de démanteler les portes et de raser un segment des murailles des deux villes qu'ils n'ont pas l'intention d'occuper de façon continue car les deux compères poussent dans la foulée jusqu'au Mans « avec une fureur indicible ». Là le même scénario se répète : une fois emportée la cité, ses défenseurs et les plus riches habitants sont déportés en Bretagne tandis que les autres, privés de leurs armes, retrouvent la liberté. Les comtes de Charles laissent faire sans réagir ; la seule riposte émanera des pères réunis en concile qui condamnent les fauteurs de troubles dans le royaume de Francie occidentale, au nombre desquels Nominoë et Lambert sont nommément désignés. La vindicte publique s'abattra sur eux s'ils n'amendent pas leur conduite : « Tu n'ignores pas que, dès l'origine de la domination des Francs, il y eut certains territoires qu'ils revendiquèrent pour eux-mêmes et d'autres qu'ils concédèrent aux Bretons sur leur demande. Comment donc méprises-tu la loi de Dieu qui ordonne : “Ne franchis pas les bornes que tes pères ont posées” ? Et comment t'efforces-tu de revendiquer injustement la terre des Francs et ne crains-tu pas cette malédiction : “Maudit celui qui franchit les bornes de son voisin” ? » Sous une rude écorce, une certaine modération dans le fond est encore décelable dans cette lettre de Loup de Ferrières, qui assistait au concile franc, destinée à Nominoë.

  • 10 Ces précisions sur les circonstances du décès de Nominoë nous sont fournies seulement par Pierre L (...)

44Peine perdue. Au début de 851 le Nantais et l'Anjou deviennent les cibles privilégiées de l'armée bretonne. L'abbé Gauzbert de Saint- Maur-sur-Loire n'a d'autre ressource que de se réfugier auprès des moines de Redon qui l'hébergeront quatre mois durant. Les Bretons s'enfoncent toujours plus loin en Neustrie : c'est à Vendôme, le 7 mars 851, que Nominoë décède brutalement10.

Tombeau de Nominoë

45L'annonce de son trépas inattendu a pour effet immédiat de soulager ses ennemis et de leur mettre un peu de baume au cœur : ainsi vient de disparaître celui qui, à leurs yeux, symbolisait la fidélité chancelante d'un peuple vassalisé et maintenant relevé ! Les rédacteurs des différentes annales franques accompagnent l'annonce de sa mort de termes plus ou moins amènes, laissant tous transparaître leur fiel à son encontre. Quand les Annales de Saint-Bertin se bornent à enregistrer sobrement le fait, les Annales d'Angoulême et d’Aquitaine ajoutent que Nominoë fut frappé par l'ange d'iniquité — autrement dit, par le diable qui se réservait cette belle proie — et celles de Fontenelle le voient justement châtié de toutes ses mauvaises actions par un jugement de Dieu. Travaillant dans un cadre moins contraignant que les annalistes, les chroniqueurs sont plus libres pour développer les circonstances d'une mort qu'entoure déjà un halo de légendes : dans ce domaine où l'imagination médiévale est toujours fertile, la palme revient à Réginon de Prüm.

  • 11 Adrevald nous a laissé une description vivante du camp viking établi par les pirates au pied du Mo (...)

46« Nominoë, écrit-il, roi des Bretons meurt frappé par la volonté divine. En effet, alors qu'il dévastait les églises de Dieu et qu'il ravageait leurs terres parce qu'elles observaient la fidélité due à Charles, un jour qu'il s'apprêtait à monter à cheval pour mener à son terme quelque noir dessein, tout à coup il vit devant lui le saint évêque Maurille qui lui jetait des regards terribles. Il lui dit : “Non, cruel brigand, tu ne pilleras plus les églises !” En même temps, d'un coup de crosse, il l'abattit. On n'eut que le temps de le porter dans sa maison et son règne finit avec sa vie. » Le premier évêque d'Angers serait donc accouru venger son peuple des exactions subies par la faute de ce pillard impénitent qu'était devenu Nominoë ! La province d'Anjou paraît l'avoir détesté cordialement : la source de Réginon est angevine, comme l'auteur d'un petit poème en vers latins écrit au xe siècle à Saint-Florent-le-Vieil. Ces versiculi l'accusent d'avoir profané l'antique monastère du Mont-Glonne (Saint-Florent) parce que ses moines refusèrent, en dépit des grands dons qu'ils avaient acceptés, de défier l'autorité légitime en érigeant sur le faîte de leur église une statue grandeur nature de Nominoë tournée, en signe de défi, vers l'est. Bien au contraire, ils hissèrent - du moins c'est la tradition vivante au Xe siècle qui le prétend - à la même place une statue de Charles regardant vers l'ouest, vers la Bretagne révoltée par conséquent. Alors, saisi de courroux quand il s'aperçut de la supercherie, Nominoë leur aurait fait payer très cher leur insolence. Tout ceci est pure fantasmagorie et ce sont les Normands qui ravagèrent Saint- Florent11, mais ce poème tardif est bien dans le style des auteurs contemporains : pour eux, le portrait moral du disparu se nimbe des plus sombres couleurs.

47Ce qui surprend le plus en définitive dans les témoignages que sa vie a suscités ce n'est pas tant la haine durable que lui vouaient les Francs que la relative discrétion des Bretons. En dehors des Gestes des saints de Redon qui portent sur lui un regard nuancé et assez objectif, son souvenir ne survit qu'au travers d'une fondation de deux messes à dire chaque jour pour son âme à Redon et de deux textes hagiographiques. A tout prendre, le roi Salomon sera bien mieux traité : malgré ses péchés qui étaient énormes (l'assassinat de son cousin Erispoë en premier lieu), le Moyen Age breton l'a considéré comme un saint. Personne apparemment n'a jamais songé à ménager à Nominoë ce devenir exceptionnel. Il n'apparaît comme bienfaiteur des moines que dans la seconde Vie de saint Guénaël et dans la Translation de saint Magloire. Et encore ne tient-il qu'un rôle stéréotypé de mécène généreux dans la Vie de saint Guénaël : après avoir rappelé comment il fut le premier laïc autorisé à prier sur le tombeau du saint car jusque-là l'abbaye était interdite aux laïcs et aux femmes « par respect pour ce corps », l'hagiographe le montre offrant « des talents d'or en grand nombre » puis « mû par une pieuse inspiration, il fit construire au même endroit, de ses propres deniers, un monastère très vaste et très beau ». Somme toute, mises à part sa piété et sa générosité rituelles, on n'apprend rien sur Nominoë.

48La même fonction de bienfaiteur altier lui est dévolue dans le récit de la fondation de Léhon, sur les bords de la Rance : un jour qu'il chassait en compagnie d'une suite nombreuse, il découvre une petite troupe de moines au travail. Les trouvant bien misérables, le visage émacié et sans couleurs, il leur promet son aide si la jeune communauté parvient à se doter de quelque relique de valeur. En attendant il lui refuse les terres que les religieux demandaient mais leur accorde un secours en argent. Les moines ne demeurent pas longtemps dans l'embarras : sans s'encombrer d'inutiles scrupules, ils échafaudent tout un plan visant à les rendre maîtres des reliques de saint Magloire pour l'heure conservées dans l'île de Serk. Nominoë se montrera respectueux de la parole donnée quand ce plan aura été couronné de succès et il financera la construction de Léhon. Le portrait du roi est en apparence dithyrambique : « En ce temps le roi très glorieux Nominoë était l'illustration de la dignité et de la noblesse du pouvoir ; non content des sièges qu'il avait reçus de ses pères, il avait encore réuni à son empire plusieurs provinces. Il gouvernait depuis une Bretagne opulente, y maintenait la paix et incarnait la sublimité royale. » En fait, la réputation de Nominoë était si désastreuse parmi les gens d'église romano-francs que le clerc léhonais se voit contraint de démentir cette tenace légende noire : il pense y arriver en introduisant dans la vie du roi une rupture radicale. Le Nominoë de l'ère des conquêtes, qui accumulait les péchés et les crimes, se serait mué ensuite en un souverain assagi, idéal. Tel est le sens du discours que tient aux gardiens de Serk l'envoyé de la communauté : « Comme vous le savez bien, notre roi fut jusqu'à maintenant un homme aimant la guerre, terrible pour ses ennemis, présomptueux de ses forces, assoiffé de sang, odieux à Dieu ; non content de son héritage paternel, il a ravagé par le fer des lieux saints et perpétré souvent rapines et vols. Mais récemment illuminé par la grâce divine, il n'entend plus agresser personne : son désir est de vivre en paix, de corriger ses vices passés, de vivre de son bien, de haïr les rapines, d'amender son ancienne vie. Bref, et pour conclure rapidement, de changer du tout au tout. » Concilier la reconnaissance naturelle due au fondateur et l'impression désastreuse qu'avait imprimée sa politique extérieure n'était pas chose facile à assumer !

  • 12 Le Baud (Pierre), Chroniques et Ystoires des Bretons, chapitre 14 (f° 83).

49En dépit de son aversion marquée pour les Bretons, l'auteur anonyme de la Chronique de Nantes parle au xie siècle sans chaleur ni haine de Nominoë. Son œuvre sera largement reprise quatre siècles plus tard par l'historien Pierre Le Baud qui enrichit, pour les besoins de sa démonstration, la figure de Nominoë : le premier, il rattache son ascendance à la tige des premiers rois de Bretagne et mentionne explicitement son couronnement. Surtout Le Baud prête à Nominoë une intention de revanche qui paraît bien anachronique : « Celui Roy Nemenoius doncques ainsi coronné à Dol métropolle cité des Bretons, quant il considéra son chieff aourné de dyadème et sa dextre anoblie de ceptre royal et que son royaume estoit vuidé de ses occupeurs et remis en son premier estât, il ne se tint pas à tant mais par convoitise qui lors creut plus grande en son couraige jà par avant pour ses victoires grandement eslevé, il proposa passer les termes de ses pères et comme vengeur de leurs injures assaillir et molester par armes les Francoys ses annemis. »12 Les historiens postérieurs, Alain Bouchard et Bertrand d'Argentré, n'innovent pas sur le sujet.

  • 13 Ces cercles étaient animés par des aristocrates légitimistes déçus par la révolution de 1830, qui (...)

50Il faut attendre le xixe siècle et la vogue de l'histoire romantique qui en Bretagne va de pair avec la naissance d'un nouveau sentiment national dans certains cercles littéraires13, pour voir enfin « lancé » le personnage définitif de Nominoë père de l'indépendance bretonne. La Villemarqué attire le premier l'attention sur l'ancien légat de Louis le Pieux en plaçant au nombre de ses chants historiques de la Bretagne (le Barzaz Breiz) un très douteux Tribut de Nominoë. Le retentissement de cette pièce sera d'autant plus fort que le Barzaz Breiz rencontre la faveur du public cultivé de l'époque et paraît cautionné par les meilleurs esprits, La Borderie n'hésite pas à le donner dans les documents justificatifs de sa monumentale Histoire... Celle-ci est à l'origine du véritable culte porté à Nominoë : une statue lui est élevée à Ballon. Moins que ses plagiaires, La Borderie ne peut être tenu pour responsable de cette déformation partisane qui donne de la légitime revendication bretonne une image caricaturale et passéiste. Aussi, pour que le lecteur puisse plus facilement mesurer par lui-même tout ce qui sépare le monument romantique de la réalité historique telle qu'on parvient à la saisir aujourd'hui, conclurons-nous ce chapitre en lui proposant les pages déjà centenaires que La Borderie dédiait en bon apôtre enthousiaste au père de la patrie, tad ar vro.

51« Les vieux saints avaient fondé le peuple breton : Nominoë l'a constitué en nation. De ce peuple sans cohésion, éparpillé, prêt à tomber en poussière, Nominoë, par l'unité du commandement et la création de la monarchie bretonne, fit un corps unique, un faisceau solidement lié, une nation organisée, avec un seul cœur et une seule tête, capable de combiner un effort puissant et unanime pour défendre contre toute attaque sa vie et sa liberté (...)

52» Quand on regarde aux moyens qu'il a mis en œuvre, on ne sait ce qu'on doit le plus admirer, ou la longue et difficile mais très efficace préparation menée par lui avec une habileté et une patience sans pareilles, ou l'exécution rapide, résolue, foudroyante.

53» Quinze ans de préparation (826 à 841), puis l'exécution enlevée en quatre campagnes (843,844, 845, 850), ou pour mieux dire d'un seul coup dans la prodigieuse bataille de Ballon — où l'on voit Nominoë après avoir refait la force de la Bretagne, la tenant tout entière dans sa main, la lancer d'un bras puissant, comme une avalanche, sur l'immense armée royale qui après deux jours de grande bataille est disloquée, massacrée, effondrée, anéantie, désastre honteux, irréparable ! pendant que le puissant roi s'enfuit comme un lièvre et n'osera plus de toute sa vie regarder en face Nominoë.

54» Ce qui est plus remarquable encore peut-être, c'est l'enchaînement logique des actes et des pensées, des desseins et des exploits de ce grand homme. On y reconnaît cette unité puissante et forte, caractères des génies de premier ordre. Ce qu'il a voulu dès l'abord il l'a exécuté jusqu'à la fin, et de même il n'a rien exécuté que ce qu'il avait voulu. Après Dieu, le génie seul sait maîtriser à ce point les circonstances et plier ainsi les faits extérieurs à son vouloir. Il a voulu la Bretagne indépendante, il l'a faite indépendante ; il a voulu fonder sur une base solide et durable la royauté bretonne, et il l'a fondée ; il a voulu fortifier d'abord et ensuite étendre les frontières de la Bretagne, de manière à écarter loin du cœur les coups des envahisseurs et à les repousser plus facilement ; il y a réussi. Et remarquons que cette œuvre triple du roi Nominoë a eu véritablement le privilège réservé aux créations des grands génies, la durée. »

55Arthur de La Borderie, Histoire de Bretagne, tome II, p. 66-67.

Notes

1 Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints.., op. cit., p. 229-233.

2 La Borderie (Arthur de), Histoire de Bretagne, tome II, page 27 élève Nominoë à « la dignité de comte ou gouverneur de toute la Bretagne, jusque-là possédée par Wido (Gui) qui fut depuis lors réduit à l'office de comte de Vannes et à la situation subalterne d'auxiliaire subordonné à Nominoë » en 826. Si on comprend bien, le comté de Vannes aurait eu après cette date deux titulaires, une situation qui ne se rencontre jamais en aucun point de l'empire carolingien !

3 La fondation et les premiers temps de Redon fournissent la matière des Gestes des saints de Redon étudiés par Riché (Pierre), En relisant « L'histoire des saints de Redon », Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Age, Daoulas, 1986, p. 13-18.

4 C'est-à-dire dans une région où des communautés bretonnantes existaient parmi une population majoritairement de langue romane (cf. chapitre IV)

5 Voir cependant les réserves émises au chapitre précédent, note 13.

6 Rouche (Michel), L'Aquitaine.., op. cit., p. 358-361.

7 Il faut cependant remarquer que les Bretons ont abandonné l'usage des chars de combat dont plusieurs écrivains antiques nous disent qu'ils étaient de grands spécialistes.

8 Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints..., op. cit., page 261.

9 Les principales pièces de ce dossier sont rassemblées et ordonnées dans le chapitre préliminaire de Pocquet du Haut-Jussé (Barthélemy), Les papes et les ducs de Bretagne. Essai sur les rapports du Saint-Siège avec un Etat, Rome-Paris, 1928, 2 volumes.

10 Ces précisions sur les circonstances du décès de Nominoë nous sont fournies seulement par Pierre Le Baud au xve siècle, mais elles paraissent recevables. Elles ont été bien analysées par La Borderie dont les déductions restent valables quant à la datation.

11 Adrevald nous a laissé une description vivante du camp viking établi par les pirates au pied du Mont-Glonne (Saint-Florent-le-Vieil). « Ils établirent un lieu de stationnement pour les navires dans une certaine île placée sous le monastère de Saint-Florent. Ils y établirent leurs tentes et firent comme un bourg afin d'y conserver leurs troupeaux de captifs qu'ils enchaînaient et, selon les circonstances, d'y reposer le corps de ses fatigues pour recommencer une autre expédition De là, lançant des courses à l'improviste, empruntant tantôt leurs bateaux tantôt leurs chevaux, ils anéantirent toute la province. » Les traditions légendaires véhiculées par les Versiculi prétendent qu'après avoir livré l'abbaye au pillage et à l'incendie, Nominoë fut châtié par le saint : l'impie aurait eu les jambes paralysées, mais ses prières lui valent d'apaiser la colère du saint qui le délivre et lui permet de revoir son pays. De Bretagne il fait parvenir une grosse somme d'argent aux moines.

12 Le Baud (Pierre), Chroniques et Ystoires des Bretons, chapitre 14 (f° 83).

13 Ces cercles étaient animés par des aristocrates légitimistes déçus par la révolution de 1830, qui voyaient dans la langue bretonne un rempart contre les idées nouvelles. Tanguy (Bernard), Aux origines du nationalisme breton 2 volumes, 1977.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540