Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Événements. Le royaume de Bretagne armoricaine

Chapitre 1. Une intégration difficile à l'empire franc rénové (753-831)

Texte intégral

« Louis reçoit le serment des Bretons, leur impose sa loi et le devoir de fidélité : la paix est rétablie parmi eux. Puis il rend à Dieu de profondes actions de grâces et réunit à l'empire des contrées qui en avaient été depuis longtemps séparées. » 818.

« Sur ces entrefaites, un messager arrive de chez les Bretons intraitables, porteur de mauvaises nouvelles : ce peuple a rompu le traité précédemment conclu et a violé sa foi. » 824.

Ermold le Noir, Chant en l'honneur de l'empereur Louis.

1Perpétré contre la dynastie mérovingienne, le coup d'Etat de Pépin le Bref (751) a eu très vite des retombées en Bretagne : dès 753 le nouveau roi des Francs s'empare de la cité de Vannes que Waroc avait annexée à son domaine. Une nouvelle époque commence alors : de 753 à 830 environ les Bretons, agressés à domicile, sont réduits à la défensive. Les ambitions des Carolingiens, soutenues par un appareil militaire redoutable — le meilleur du temps — ne leur laissent guère le choix qu'entre la révolte sporadique et une soumission plus ou moins feinte. Les communiqués de victoire, bientôt démentis par les faits, qui scandent la terminaison officielle de chacune des campagnes franques, ne travestissent pourtant pas complètement la réalité : les coups reçus affaiblissent la détermination bretonne tandis que l'empire s'étend peu à peu sur des régions jusque-là ignorées.

2Les Bretons paraissent s'être alors partagés entre deux partis : les uns militent pour la réunion de toutes leurs forces nationales sous l'autorité d'un « roi de la guerre » ; les autres tiennent pour plus réaliste la recherche d'un accommodement avec les Francs qui sauvegarderait l'essentiel, c'est-à-dire qui laisserait à la noblesse autochtone la réalité du pouvoir sur les hommes et les biens, tout en ménageant l'orgueil impérial par l'acceptation des formes légales carolingiennes et la reconnaissance de la prééminence politique franque. Ce dernier parti l'emporte avec Nominoë qui devient le représentant personnel de Louis le Pieux en Bretagne après 830.

3Nominoë maintiendra dans la paix la province à lui confiée tant que vivra l'empereur Louis. Ces dix années d'accalmie réparatrice permettent l'affermissement d'une autre forme de pénétration carolingienne, moins négative celle-là, qui se propose d'aligner les usages de l'Eglise bretonne sur ceux de l'Eglise catholique universelle tels qu'ils viennent d'être remodelés par la dynastie franque triomphante, en étroit accord avec ses clients, les papes de Rome. Le monachisme rénové de Benoît d'Aniane s'implante pacifiquement dans la péninsule : il contribuera à informer en profondeur les mœurs celtiques dans les décennies et les siècles à venir. Sur le moment, la Bretagne y gagne incontestablement : sont alors posées les fondations indispensables pour l'éclosion d'une véritable renaissance littéraire qui fleurit dans la seconde moitié du ixe siècle.

Les résistances bretonnes

  • * Les termes en italiques qui ne sont pas explicités dans le texte sont définis dans le glossaire, à (...)

4La saisie de la place forte de Vannes ne réglait pas, même d'un point de vue strictement militaire, la question de la soumission de la Bretagne. Sa pacification est en fait à peine entamée en 753. Le comte Roland, celui-là même qui tombera à Roncevaux en 778 dans l'embuscade tendue par des Basques irrédentistes à l'arrière-garde de l'armée de Charlemagne revenant d'Espagne, est le premier titulaire connu d'un commandement frontalier, la marche* de Bretagne, mais nous ignorons tout de l'action de Roland sur le terrain : sa mort, dont la légende s'emparera bientôt, fit oublier ses faits et gestes. En tout cas, entre 753 et 786 les Annales franques ne rapportent aucun fait marquant sur les confins occidentaux de l'empire. Roland avait sans doute réussi à contenir les Bretons, ou du moins à trouver un modus vivendi acceptable avec eux et ses successeurs immédiats le préserver.

5En 786 Charlemagne dépêche en Armorique son sénéchal, Audulf, placé à la tête d'une puissante armée : il ravage la péninsule et contraint les Bretons à capituler. Garants de l'exact paiement du lourd tribut qui leur est alors imposé, leurs otages sont présentés à Charles en son palais de Worms. Toutefois dès 799 le préfet de la marche, Gui, doit faire face à une nouvelle insurrection dont il triomphe : « A Charles qui rentrait de Saxe, il présenta les armes des chefs qui s'étaient rendus à lui : chacune portait inscrit le nom de son propriétaire car, par elles, chacun de ces chefs s'était livré avec sa terre et son peuple. Toute la province bretonne tomba sous le joug des Francs, ce qui ne s'était jamais produit auparavant. » La dernière phrase de cette rubrique des Annales du royaume des Francs pour l'année 799 marque clairement les limites, jusqu'à cette date, de la pénétration carolingienne : certains chefs bretons échappaient encore à toute influence franque avant 799. Il serait assez logique de penser que furent approchés en premier ceux qui se trouvaient être frontaliers de la marche, dans le Vannetais ou la Domnonée orientale, tandis que leurs homologues de l'ancienne cité des Ossismes n'entrèrent en contact avec les Francs qu'à l'extrême fin du viiie siècle. Le règne de Charlemagne se clot sur une nouvelle démonstration de force en 811.

  • 2 Notamment Audren de Kerdrel, L'expédition de Louis le Débonnaire contre la Bretagne en 818, Bullet (...)

6Il incombait au nouvel empereur, Louis le Pieux (814-840), de mener à son terme l'œuvre paternelle. Contrairement à Charles qui laissait cette charge au marquis de Bretagne ou à certains grands officiers du palais, Louis dirige en personne deux offensives de son ost contre les Bretons : nul doute que cette présence physique de l'empereur n'indique que le danger potentiel qu'ils représentaient était jugé assez inquiétant pour requérir une action concertée de toutes les forces vives de l'empire placées sous l'autorité, au moins nominale, de son chef suprême. Toutefois Ermold le Noir précise que par deux fois en 818 un envoyé fut adressé au roi Murman avant le déclenchement des hostilités : on voit assez mal un empereur sûr de sa force faire montre d'une telle générosité à l'égard d'un rebelle. En effet, pourquoi le rappeler à l'ordre et lui laisser une dernière chance de se soumettre » Si le rapport des forces avait été vraiment avantageux pour Louis, il n'aurait sans doute pas eu ces scrupules à l'égard d'un homme qui était entré en rébellion ouverte et l'avait défié en des termes provocateurs, outrageants, inadmissibles en un mot. D'ailleurs des historiens2 ont pensé pouvoir établir que Louis connut un échec initial devant Murman. Son triomphe final est plus dû à son habileté dans le maniement des passions humaines qu'à la victoire de ses armes : certains compagnons du roi breton ont probablement été détachés de sa fidélité par l'or qui rend plus malléables les consciences et fait oublier les serments les plus solennels. Murman près de mourir se plaint de toutes les trahisons qui le laissent à présent seul face à l'armée des Francs... Quoi qu'il en soit, Louis le Pieux pénètre en profondeur la Bretagne : on possède un acte de lui relatant une importante entrevue qu'il eut à Briec dans l'actuel Finistère et il est possible, si l'on identifie le Corophesium des Annales de Lausanne avec Carhaix, que son armée ait poussé jusqu'à cette dernière place.

7En 818 Louis le Pieux rassemblait ses troupes à Vannes : ce point de concentration semble donc indiquer que Murman était à la tête des Bretons du sud. Six ans plus tard, l'ost impérial se réunit à Rennes pour marcher contre Wiomarc'h et les Bretons du nord. Wiomarc'h s'était déjà dressé contre le joug franc en 822 ; vaincu et pardonné en 824, il se révolte derechef en 825 et est alors mis à mort par le comte Lambert, le responsable de la marche. La clémence de l'empereur Louis ne permet pas de présumer que sa campagne de 824 ait répondu à toutes ses espérances ; d'ailleurs Ermold le Noir, qui suivait cette année-là son maître, est très bref sur cette histoire alors qu'il se montre prolixe sur la campagne de 818 contre Murman, campagne dont il ne fut pourtant pas témoin oculaire. Que s'est-il donc passé au juste en 824 » On l'ignore, mais force est de remarquer que Wiomarc'h s'en tira à bon compte, au moins pour un temps.

8Louis le Pieux avait programmé une autre campagne armoricaine pour le printemps de 830 : au plaid d'Aix-la-Chapelle, en février, il avait fait savoir que l’assemblée générale du royaume et l'armée étaient convoquées à Rennes, comme en 824. Mais la révolte de la plupart de ses grands vassaux le force à annuler cette expédition : durant l'été Louis est déposé provisoirement pendant que sa seconde épouse, la belle Judith (il l'avait choisie pour femme parce qu'elle avait gagné le concours de beauté organisé au palais !), est enfermée dans un couvent et que le favori de l'empereur, Bernard de Septimanie (dont les mauvaises langues de la Cour disent qu'il a pour première qualité d'être l'amant de l'impératrice), doit s'enfuir pour sauver sa vie. Le comte de Nantes et préfet de la marche de Bretagne, Lambert, figure au nombre des principaux meneurs de la révolte. Bafoué dans son autorité, abandonné par ses « fidèles » occidentaux dans leur majorité, Louis est bien incapable de réaliser son projet initial auquel il n'a plus guère le temps de penser. On a d'ailleurs suggéré que cette campagne, dont l'idée reviendrait à Bernard de Septimanie, ne s'imposait pas pour des motifs militaires (les confins bretons paraissent calmes après 825). Elle aurait été décidée uniquement pour des raisons politiques : Bernard en aurait attendu de faciles succès, propres à raffermir son pouvoir sur l'empereur et sur les Grands. Il devait pourtant bien exister en Bretagne quelque prétexte capable de justifier le déploiement de telles forces, mais lequel » Les annalistes ne le mentionnent pas.

  • 3 Louis, veuf en 818, se remarie quelques mois plus tard avec Judith ; de cette union naîtra un fils (...)

9Ainsi, en trois quarts de siècle, pas moins de huit expéditions militaires franques (753, 786, 799, 811, 818, 822, 824, 825 et 830, cette dernière seule étant restée à l'état de projet non accompli) ont été dirigées contre les Bretons. Encore ne savons-nous rien des possibles escarmouches sur la frontière. Et ces expéditions n'ont pas été de simples démonstrations de force ou des parties de plaisir. « Moi-même, se souvient Ermold le Noir, en cette circonstance, j'ai porté le bouclier sur mon épaule et l'épée à mon côté ; mais personne n'a eu à se plaindre de mes coups. Pépin s'amusait beaucoup à ce spectacle et me disait : “Frère, laisse les armes ; la lecture est mieux ton affaire.” » La fatigue et la peine des Francs portent leurs fruits à la longue, mais aucun coup vraiment décisif ne semble être marqué quand le règne de Louis le Pieux arrive à son tournant dramatique de l'année 8303. De cette guerre à éclipses les Bretons sont nécessairement les principales victimes.

La guerre des Francs en Bretagne

  • 4 Schlesinger, Die Aufläsung des Karlsreiches, Karl der Grosse, tome 1, 1965, page 812, tient pour u (...)
  • 5 L'empereur l'invite à présenter son rapport sur la situation présente, ce que Lambert fait en des (...)

10Le dispositif des expéditions militaires franques est toujours le même : elles prennent appui sur les comtés francs établis à l'est des terres de peuplement breton, regroupés dans une marche dont la création remonte peut-être aux temps mérovingiens et qui aurait alors été réactivée au viiie siècle4. Les titulaires de ce haut commandement frontalier ont reçu pour mission de coordonner, en temps de guerre seulement, l'action des autres comtes chargés de l'administration courante des comtés inclus dans cet ensemble assez lâche qu'est la marche en période calme : le préfet (le terme de marquis est plus tardif et prête à confusion) n'exerce sur eux une autorité de droit qu'en matière de défense. Le préfet doit en tout temps centraliser et faire la synthèse des informations glanées par divers moyens - et l'interrogatoire des marchands ou des clercs qui s'y aventurent est le meilleur - sur la situation politique de la zone située en avant de sa marche, et avertir l'autorité supérieure de la montée des dangers, s'il y a lieu. C'est ce que fait le comte Lambert en 818 quand il expose à Louis le Pieux la menace nouvelle qu'incarne Murman5 : l'aboutissement de ces missions de renseignement et de surveillance constante est alors la campagne impériale décidée pour y mettre bon ordre et dont Ermold le Noir nous a gardé un souvenir si précieux. Enfin, en cas de nécessité absolue, s'il est pris au dépourvu, le préfet doit s'efforcer de parer aux premiers coups avec les hommes dont il peut disposer sur place, le temps qu'arrivent les renforts venant des autres comtés de sa marche (le préfet commande en personne au comté de Nantes qui s'appuie sur celui d'Angers comme celui de Rennes s'adosse sur le Maine. Le comté de Vannes forme comme un avant-poste stratégique de celui de Nantes, aventuré à proximité de la frontière bretonne).

  • 6 Les Guerches de Bretagne ont été recensées par Souillet (Guy), La Guerche et la marche franco-bret (...)
  • 7 Bernier (Gildas), Un toponyme franc d'origine carolingienne en Bretagne : Haie, Dossiers du C.E.R. (...)

11Des garnisons franques ont été établies sur les confins bretons : incontestablement germaniques les toponymes du type La Guerche rappellent aujourd'hui encore l'existence de ces points fortifiés, mais les spécialistes ne s'accordent ni sur leur datation (selon les auteurs, leur origine est assignée dans une fourchette de temps très large, allant de l'époque mérovingienne jusqu'aux invasions vikings !) ni sur leur dispositif stratégique6. Par ailleurs il a été récemment rappelé que le toponyme Haie est en Bretagne d'origine carolingienne, époque à laquelle il avait acquis la signification de « fortification ». La densité de sa répartition géographique est en elle-même remarquable : elle va en décroissant de l'est vers l'ouest (115 lieux-dits en Loire-Atlantique et une commune : La Haie-Fouassière, 251 écarts en Ille-et-Vilaine, 44 dans les Côtes-du-Nord, 37 dans le Morbihan et 17 seulement dans le Finistère), et encore beaucoup de haies de la zone bretonnante seraient récentes et résulteraient de la corruption d'un mot celtique totalement indépendant de sens7. Les imprécisions que l'étude toponymique laisse subsister ne remettent toutefois pas en cause l'existence probable de ces modestes fortins de terre et de bois, à la fois refuges pour de petites garnisons de soldats-paysans et postes d'observation privilégiés.

12Cette structure administrative et militaire somme toute assez légère qu'est la marche permet de monter bonne garde à la frontière ; elle s'avère suffisante tant que les principaux chefs bretons acceptent bon gré mal gré de verser le tribut, signe tangible de leur allégeance théorique au souverain franc, et de refréner eux-mêmes les velléités de pillage de leurs hommes. Quand ce fragile équilibre vient à se rompre par suite de la défection d'un prince breton (il n'est signalé nulle part qu'aucun d'eux s'enhardit assez pour oser attaquer de propos délibéré les terres franques), le préfet organise la riposte avec ses moyens propres et ceux des comtes qui lui sont subordonnés puis, si besoin est, il fait appel aux ressources de l'ost royal qui pénètre alors sans difficulté en Armorique par les antiques voies romaines menant à Rennes ou à Vannes par Nantes. Une fois franchie les limites de la marche, les opérations commencent.

13Les Bretons se dérobant en général au combat frontal, la stratégie des armées franques doit s'adapter par la force des choses à une guerre dont le visage surprend et déroute des officiers plus accoutumés à manœuvrer par grandes masses d'infanterie et de cavalerie lourde. Leur handicap est certain puisque la puissance de ces armées réside normalement dans leur capacité à attaquer en rangs serrés, tout bardés de fer, presque impossibles à rompre. Aussi la stratégie de l'ost carolingien doit-elle être repensée de fond en comble : il s'agit maintenant d'acculer les révoltés à la reddition faute de pouvoir les écraser dans une bataille ouverte qu'ils refusent par principe. Cet objectif sera atteint en recourant à une forme de « guerre totale », et le fait que Louis le Pieux prenne les églises sous sa protection ne change pas grand-chose à l'affaire. Traduite en termes militaires, cette stratégie vise à affamer les révoltés, à terroriser les populations civiles par des tueries gratuites, des déportations en masse, en espérant que les combattants, lassés d'un tel carnage sans gloire contre lequel ils ne peuvent rien, sans ressources, épuisés nerveusement et psychologiquement, écrasés sous le nombre, viendront faire la paix avec le Franc, trahissant au besoin la parole donnée à leur chef de guerre.

  • 8 Ce puissant roi de la Domnonée armoricaine étendait son pouvoir également sur la Domnonée britanni (...)

14Cette stratégie s'avère d'autant plus payante que, passé le vie siècle et ses rois unitaires comme ludicaël8, les révoltes bretonnes ont été partielles, fragmentées en insurrections locales mues par des prétextes ou des appétits divers. En effet Murman est le premier à relever le titre de roi « contrairement à l'habitude de son peuple » (Ermold le Noir) et Wiomarc'h encore n'entraînera derrière lui qu'une fraction des Bretons. Bien que l'on ignore à peu près tout de leur histoire intérieure, une aspiration nouvelle à l'unité se laisse discerner dans les premières décennies du ixe siècle : la tentative royale de Murman, trop vite jugulée par la force brute, avorte, mais elle traduit comme un frémissement qui aboutira plus tard à l'unité au point que Loup de Ferrières peut s'étonner en 845 que « les Bretons qui, contrairement à leur habitude, s'étaient divisés, appelèrent notre roi afin que la fraction qui se prononçait contre Nominoë pût faire défection sans crainte en sa faveur ». Cette cohésion politique retrouvée au sein d'un peuple prompt à la discorde explique sans doute en bonne partie les succès postérieurs, comme sa rupture, après l'assassinat de Salomon, en relançant la course pour le pouvoir entre les divers clans, éclaire bien des échecs et des déconvenues ultérieurs. La diplomatie franque s'efforcera d'ailleurs, en toute logique, de susciter puis d'attiser ces compétitions violentes.

15Les annalistes francs, s'ils restent trop laconiques sur beaucoup de points, insistent tous sur le recours généralisé à la tactique de la « terre brûlée ». Grégoire de Tours en est le premier témoin dans le temps : « Le duc Beppolène est envoyé (en 590) contre les Bretons et dévaste par le fer et le feu quelques localités de la Bretagne, ce qui provoque une fureur encore plus grande. » Les écrivains officiels carolingiens en conviennent dans un concert unanime : le fer et le feu sont les armes les plus efficaces contre les Bretons. « Après avoir tenu à Vannes une assemblée générale, il (Louis le Pieux) entra sur leur territoire et dévasta sans peine tout ce qu'il rencontra », note l'astronome qui ajoute que « ceux qui gardaient les marches de Bretagne se jetèrent sur cette province et la ravagèrent avec le fer et le feu ». « Une expédition semblable fut entreprise après l'équinoxe d'automne par les comtes de la marche de Bretagne sur le territoire d'un chef breton nommé Wiomarc'h qui était alors en rébellion et dont les possessions furent ravagées par le fer et le feu » rappelle de son côté le rédacteur des Annales royales qui fournit plus de détails sur la campagne impériale de l'année suivante (824) : « Il pénétra dans la Bretagne qu'il ravagea tout entière par le fer et le feu. Soixante jours furent employés dans cette expédition. » Cette dernière rubrique est particulièrement intéressante parce qu'elle donne une idée de la durée des offensives, deux mois, et qu'elle précise par ailleurs que Louis, parvenu sans encombre à Rennes, divise son armée entre trois corps de troupes qui pénètrent le pays révolté comme autant de « colonnes infernales ». Il faut citer encore la Vie du même empereur par Thégan : « L'année suivante l'empereur se porta une nouvelle fois en Bretagne et la mit tout entière à feu et à sang à cause de l'infidélité de ses habitants », mais c'est Ermold le Noir qui nous a laissé le tableau le plus saisissant, quoique non dépourvu d'une certaine exagération rhétorique, de cette guerre inhumaine : « Le Franc porte partout ses ravages (...). Comme les feuilles tombent du chêne à la première gelée, comme la pluie tombe en automne ou l'averse un jour d'été : ainsi les malheureux Bretons jonchaient de leurs cadavres le séjour boisé des bêtes sauvages et les plaines marécageuses. »

16La conclusion attendue de cette « sale guerre » était la mort de l'inspirateur de la révolte lâché peu à peu par ses partisans acculés au désespoir, et la livraison d'otages garants du rétablissement d'une paix durable, espérait-on. Mais cette stratégie terroriste se heurte vite aux limites que sa violence même secrète : comme le notait déjà Grégoire de Tours, une telle conduite indiscriminée ne peut qu'attiser la haine des envahisseurs parmi les populations soumises à pareil traitement. La multiplicité des soulèvements bretons (et saxons au temps de la conversion forcée de ce peuple, entreprise par Charlemagne) montre assez que le désespoir n'entraînait pas forcément l'abattement malgré l'évidente vanité, dans un contexte globalement défavorable, de ces sursauts mal coordonnés. Les succès des expéditions répressives franques ne sont jamais que temporaires, et cet état de fait ne peut pas s'expliquer simplement par l'argumentation psychologique spécieuse qui a cours parmi les écrivains francs et qui incrimine l'orgueil exagéré et la versalité quasi congénitale des Bretons. En fait la raison première de tous ces déboires résulte de l'incapacité des souverains francs à se rallier durablement l'aristocratie bretonne (pour quels motifs » ils y parviennent bien en Saxe dans un contexte autrement plus difficile, mais peut-être est-ce justement dans cette différence de contextes qu'il conviendrait de rechercher une clé d'explication : malgré une certaine rhétorique ampoulée, les campagnes carolingiennes contre les Bretons, un peuple chrétien, ne traduisent pas un effort de guerre aussi continu ni aussi systématique que celles entreprises contre les Saxons païens. L effet de lassitude qui brise la détermination d'abord unanime de résistance chez les Saxons ne s'y produit donc pas) ou, plus radicalement encore, à la remplacer par des comtes francs. Des facteurs militaires sont aussi à prendre en considération que les bulletins de victoire trop vite rédigés ne parviennent pas à masquer complètement.

17La configuration géographique de la Bretagne est volontiers alléguée comme circonstance atténuante par les Francs : les marais, qui recouvriraient, à les lire, une grande partie de l'Armorique, leur permettent d'expliquer certaines difficultés rencontrées, d'atténuer certains revers subis. La déroute du duc Beppolène est ainsi due, outre la haine inexpiable que nourrissait à son encontre la reine Frédégonde, au fait que « Waroc les avait enfermés au milieu de défilés et de marais où ils ont été noyés dans le bourbier plus que massacrés par l’épée ». L'excuse est recevable, en partie tout au moins. Ermold le Noir, quant à lui, garde un très désagréable souvenir des marais et des fourrés bretons. Les Annales de Fontenelle tentèrent d expliquer par les mêmes raisons la défaite de Ballon : « Les Francs ayant pénétré en Bretagne livrèrent bataille aux Bretons le 10 des calendes de décembre : à cause de la difficulté des lieux et des marais, les Bretons furent vainqueurs. » Il convient, bien sûr, de ne pas prendre au pied de la lettre de semblables affirmations : que l'on sache, la Bretagne n'a jamais été une vaste étendue de terre aux sols spongieux ! Les zones de marécages véritables y sont en fait peu nombreuses et d'une superficie limitée, mais ces marais (ceux bordant l'Oust et la Vilaine en premier lieu car situés en zone frontalière) ont pu à l'occasion être mis en défense par les habitants de la contrée qui en connaissaient bien d’expérience tous les pièges et par là toutes les ressources possibles.

18Outre ces lignes de défense naturelles, les Bretons s'appuient sur un réseau épars de pôles de résistance. L'archéologie fournit quelques indications précieuses sur ces derniers, mais malheureusement l'exploitation scientifique des sites reconnus demeure incomplète et la protection même de ces ouvrages de terre n'a pas toujours été assurée à l'heure du remembrement des parcelles agricoles en notre siècle. Les chefs bretons du haut Moyen Age habitent des résidences dont certaines au moins ont été fortifiées comme en témoigne le simple fait qu'elles sont situées dans des sites défensifs choisis avec soin. Même celles qui n'étaient pas fortifiées se trouvent encloses d'un talus protecteur. La toponymie garde le souvenir de ces « cours » dans les nombreux lieux-dits commençant en breton par lis ou lez (du latin aula : salle). Ermold le Noir nous décrit l'un de ces repaires, le palais de Murman : « Au milieu des forêts, entourée d'un fleuve, retranchée derrière les haies, les fossés, les marécages, la demeure royale brille de l'éclat des armes et contient une garde de soldats nombreux. C'est l'endroit où Murman se tient le plus volontiers, y trouvant sécurité et agrément. »

  • 9 De Keranflec'h, Castel Cran, Bulletin archéologique de l'Association bretonne, 1891, p. 111-144.

19Arthur de La Borderie avait cru pouvoir identifier cette demeure avec le Minez-Morvan en Langonnet (Morbihan), à proximité de l'Ellé, alors que A. Le Roux proposait plus récemment plusieurs sites en Priziac. La question n'est toujours pas tranchée. En 1890 et 1891 les fouilles entreprises par le vicomte de Keranflec'h dégagèrent le site de Castel-Cran en Plélauff (Morbihan) qui est mentionné dans une charte du Cartulaire de Redon en date du 9 juillet 8719. Dans son état actuel, il s'agit d'un « étonnant nid d'aigle surplombant le Blavet, entièrement construit en plaquettes schisteuses à sec. C'est déjà un prototype simplifié du château féodal, mais il a pu être reconstruit au siècle suivant » (Pierre-Roland Giot), le château d'âge carolingien étant plutôt de terre et de bois. Des datations radiocarboniques donnent le xe siècle pour des enclos avec de profonds fossés et des grands talus défensifs. Un tesson de poterie, caractéristique de l'atelier de Trans, permet d'assigner à la première moitié du xe siècle l'occupation du retranchement de Plerguer (Ille-et-Vilaine) découvert par prospection aérienne en 1976. Plus ancien se trouve être le camp de Botalec en Landevant (Morbihan) : constitué de deux enceintes ovales et concentriques, il remonte au viie siècle. D'autres constructions similaires ont été sans nul doute utilisées aux temps carolingiens et la découverte d'un site fossilisé serait du plus grand intérêt.

20La guerre des Francs en Bretagne doit prendre en considération ces fortifications et dès lors une bonne partie des campagnes se passe en sièges. Les sources contemporaines sont explicites sur ce point : « Le roi Charles envoya son armée en Bretagne avec son missus le sénéchal Audulf, et là ils s'emparèrent de beaucoup de Bretons, de leurs châteaux et de leurs fortifications situées dans des marécages » ; « il (Louis le Pieux) s'empara des lieux fortifiés par les rebelles ». L'Astronome écrit qu'en 825 « Wiomarc'h accablé par les hommes du comte Lambert finit sa vie dans son propre château de la façon dont la finissent les méchants » : le comte Lambert et ses séides durent là encore forcer une ligne de défense fortifiée au terme d'un assaut en règle.

21Ainsi on comprend mieux les multiples obstacles rencontrés par les corps expéditionnaires francs lancés sur la péninsule : à la difficulté classique de la progression en pays ennemi s'ajoute la nécessite impérieuse de se rendre maître de points de défense épars tandis que les Bretons ne restent inactifs ni sur les arrières ni sur les flancs des colonnes adverses. La dispersion des effectifs qu'exigent les missions de destruction systématique « par le fer et le feu » multiplie les risques de surprise pour les assaillants car les Bretons, s'ils se jugent capables de vaincre, peuvent engager à l'improviste le combat sur un terrain qu'ils connaissent bien ou tendre des embuscades meurtrières.

22Ils sont, à leur manière, de farouches combattants, de force à infliger de pénibles déconvenues à tous ceux qui croient trop vite les avoir réduits. L'aveu n'est-il pas de taille dans la bouche d'un Ermold le Noir quand il en vient à clore son récit versifié, et nécessairement fait pour plaire, en ces termes : « Contraints, les Bretons se rendent à la volonté du roi ; les enfants de Murman et toute sa famille comparaissent. Louis reçoit le serment des Bretons, leur impose sa loi et le devoir de fidélité : la paix est rétablie parmi eux. Puis il rend à Dieu de profondes actions de grâces et réunit à l'empire des régions (Régna) qui en avaient été depuis longtemps séparées » ?

Une lente conquête des esprits ?

23Précisément, cette campagne de 818 fournit à l'empereur Louis une excellente opportunité pour amorcer une autre conquête : celle des esprits. La seconde Vie de saint Guénolé, rédigée par l'abbé Gourdisten de Landévennec vers 880, renferme le texte d'un diplôme de Louis le Pieux en faveur de son abbaye. Cet acte avait été rédigé alors que l'armée franque campait sur les bords de l'Ellé. Les diplomatistes s'accordent à le tenir pour authentique. En voici la teneur : « Au nom de notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ, Louis par la Divine Providence Empereur Auguste, à tous les évêques et à tout l'ordre ecclésiastique de Bretagne.

24 » Nous vous faisons connaître que Matmonocus, abbé du monastère de Landévennec, étant venu près de nous, nous l'avons interrogé sur la vie des moines en ce pays et sur leur tonsure ; à toutes nos questions, il a répondu avec la plus grande clarté et loyauté, et nous avons appris que c'était des Irlandais qu'ils tenaient leur règle et leur tonsure, alors que dans toute l'Eglise apostolique et romaine d'autres coutumes sont en vigueur.

25 » Il nous a plu de les faire s'accorder pour leur mode de vie et leur tonsure avec toute ' Eglise que Dieu nous a confiée ; c'est pourquoi nous leur avons ordonné de suivre la règle praticable et très louable du saint père Benoît, et de garder, pour la tonsure de la tête, l'unité avec la Sainte Eglise romaine, répandue dans le monde entier ; que donc, dans le susdit monastère, ils observent la même règle de vie, telle que l'expose la règle du saint et très illustre père Benoît, comme le font aussi tous les autres monastères qui ont préféré suivre pleinement notre ordre. »

  • 10 Dans la Vie de saint Tudual, par exemple, « scottique » désigne un texte écrit en breton, mais dan (...)
  • 11 Il existe à cela plusieurs raisons : les pirates irlandais ont longtemps mené la vie dure aux Bret (...)

26La référence aux Irlandais (Scotti) ne doit pas induire en erreur : il ne s'agit pas là d'Irlandais véritables, mais d'anciens Bretons. L'usage était en effet bien ancré de désigner par cette appellation générique de « scottique » tout ce qui remontait à une certaine antiquité : plusieurs Vies de saints, sans doute dérivées d'originaux brittoniques anciens, sont aussi présentées comme traduites de livres « scottiques »10. L'influence directe de l'expérience monastique irlandaise n'apparaît d'ailleurs pas très nettement en Bretagne11. Mais que reproche l'empereur aux moines de Landévennec ?

  • 12 Sur tous ces aspects théologique et rituels, on lira avec profit la remarquable synthèse de Loyer (...)

27Explicitement, la forme de leur tonsure qui diffère de celle en usage ailleurs dans la chrétienté occidentale puisque l'habitude celtique voulait que l'on rase les cheveux sur le devant du crâne, d'une oreille à l'autre, une chevelure longue étant au contraire préservée sur la nuque. Implicitement il leur fait grief de leurs usages : on soupçonne par exemple que les Bretons ne célébraient pas la Pâque (qui est une fête mobile) à la même date que les autres catholiques puisqu'ils n'avaient pas adopté le nouveau comput, dit de Denis l'aéropagite12, et étaient demeurés fidèles à des usages romains antiques, périmés ailleurs. Surtout, les moines celtes multipliaient les exercices d'ascèse. leur tradition est beaucoup plus proche de celle des pères de la Thébaïde égyptienne que de la règle, plus humaine, de saint Benoît de Nursie, encore adoucie par saint Benoît d'Aniane dans ses règlements de 816-817. L'influence orientale, demeurée bien vivante dans le monachisme celtique, ne peut que choquer et dérouter les contemporains de Louis le Pieux. Deux spiritualités entrent ainsi en contact : l'une conservatrice — voire archaïque —, l'autre moderniste, évolutive, à prétention universaliste. Remarquons bien que l'empereur, et les clercs de sa suite, ne mettent pas en cause l'appartenance des moines bretons armoricains à l'Eglise universelle : si discorde il y a, elle ne concerne que les usages vestimentaires et rituels, et non le dogme. Il n'a jamais existé à proprement parler d'église celtique et encore moins de chrétienté celtique. Aucun schisme antiromain n'est jamais venu fracturer ici l'unicité de l'Eglise catholique : seules des divergences sur des questions pratiques les séparent, mais en ces temps où la culture théologique demeure bien fruste, de telles divergences dans la discipline focalisent toute l'attention. De plus, en s'efforçant de faire rentrer les moines bretons dans le moule de l'église impériale, Louis répond à des considérations politiques autant que religieuses ; de sa démarche il attend que naisse une acculturation progressive qui se ferait à l'avantage du peuple le plus puissant.

28Les moines de Landévennec ne lui opposent pas de résistance visible. Au contraire, certains d'entre eux l'accueillent avec empressement au témoignage de l'abbé Gourdisten : jusque-là, rappelle-t-il soixante ans plus tard, la règle antique avait prévalu dans son monastère « mais à cette époque elle paraissait répugner de plus en plus à certains, plus faibles, en raison de sa sévérité ». Aussi « cette même année (818) entra en vigueur la règle du père Benoît dans le susdit monastère ».

29Le diplôme de 818 s'adresse nommément à l'abbé Matmonoc. Par-delà la communauté de Landévennec, il concerne « tous les évêques et tout l'ordre ecclésiastique de Bretagne ». Sa visée s'étend en théorie à l'ensemble du réseau monastique breton, une certaine mission de surveillance se trouvant dévolue aux prélats locaux. De fait, la littérature hagiographique postérieure d'un demi-siècle environ à l'imposition de la réforme de Louis le Pieux, contient des indices marquant l'érosion progressive de la tradition celtique. Nous en citerons plus loin quelques exemples où l'hagiographe, pris entre son fervent désir d'exalter la sainteté incomparable de son héros et son souci de magnifier un mode de vie contemporain, qui ne s'accorde plus tout à fait avec ce qu'il connaît des gestes du saint, laisse transparaître quelque embarras qu'il s'efforce aussitôt de gommer par un habile procédé stylistique. Tout cela faisait l'objet de discussions entre les moines dans la seconde moitié du ixe siècle, certains pouvant demeurer plus attachés que d'autres aux usages originels. Les excès d'un certain ascétisme ostentatoire sont alors au centre des débats.

30On peut aller plus loin et affirmer que le diplôme de 818 en faveur de Landévennec s'inscrit dans la deuxième phase de développement d'une même politique impériale (la première phase étant celle de la conquête suivie de la pacification armée) du pays. En effet dès avant 818 certains monastères bretons sont déjà passés sous l'autorité d'abbés francs tandis que d'autres ont été créés de toutes pièces sur des fiscs royaux. Naturellement tous suivent la règle de saint Benoît. Le témoignage d'Ermold le Noir est recevable à ce sujet : l'empereur Louis dépêche auprès de Murman un envoyé, l'abbé Witchaire, parce que « il connaissait bien le roi, le lieu de sa résidence : il possédait des biens voisins de son territoire qu'il avait reçus, comme abbé, des mains de l'empereur ». Il reviendra ensuite au même Witchaire de reconnaître la dépouille mortelle de Murman : « Bientôt on apporte la tête, tranchée par l'épée à la hauteur du cou, sanglante, affreuse. On fait venir Witchaire, on lui demande de décider si la nouvelle est vraie ou fausse. Il lave la tête avec de l'eau, la peigne et peut ensuite répondre à la question qu'on lui pose : “C'est la tête de Murman, dit-il, vous pouvez me croire, je la connais bien. ” » Le nom du monastère sur lequel règne Witchaire n'est malheureusement pas donné, mais il ne peut être possessionné qu'assez profondément en territoire breton pour que Murman lui soit si bien connu.

31Un autre diplôme de Louis le Pieux, daté du 26 mars 816, est accordé au monastère de Saint-Méen sur la requête de son abbé Hélocar, par ailleurs évêque d'Alet. Ce diplôme renouvelle celui que Charlemagne lui avait précédemment consenti et lui concède en outre le privilège de l'immunité : les officiers publics carolingiens perdent le droit d'y pénétrer pour exercer leur autorité. Saint-Méen relèvera dorénavant de l'empereur seul. La visite d'Hélocar à Louis en son palais d'Aix avait rencontré une oreille attentive et bienveillante ! Il faut ajouter que les circonstances plaidaient pour une telle attitude généreuse : Saint-Méen avait perdu, outre son trésor et ses objets liturgiques, ses titres « au temps de la rébellion », quand les ennemis avaient chassé les moines et mis le feu aux bâtiments. Ces événements tragiques nous ramènent à l'année 811, quand Charlemagne avait dû diriger une armée vers la Bretagne pour y châtier des rebelles. Hélocar, tenant de l'ordre franc (bien que son nom soit breton) fut victime de représailles en retour de sa fidélité au parti impérial. Il paraît dès lors tout naturel que le jeune Louis vienne au secours de son partisan, le restaure dans ses droits et le récompense de son zèle à son service.

  • 13 Elles seront évoquées plus à fond dans le prochain chapitre.
  • 14 Smith (Julia M.-H.), Culte impérial et politique frontalière dans la vallée de la Vilaine : le tém (...)

32On connaît enfin les tribulations de Conwoion13 lorsqu'il s'agit pour lui de faire reconnaître le monastère de Redon qu'il vient d'ériger de sa propre initiative. Il se heurte à l'opposition d'un petit groupe de propriétaires fonciers qui s'estiment lésés par certaines des premières donations faites à la communauté naissante, mais aussi aux réticences des milieux de la cour impériale qui sont placés devant le fait accompli et arguent de l'importance stratégique possible de Redon. Finalement Conwoion réussit à surmonter tous ces obstacles et à assurer l'avenir de ses frères. Les Annales de Redon portent à l'année 833 qu'il « a été constuit en Petite Bretagne le monastère de Redon, au temps de Louis le très pieux empereur, sur un domaine royal, Conwoion étant le premier abbé » : ce « domaine royal » serait en fait une donation semi-illicite par le machtiern Ratuili d'un bien qu'il avait reçu de Louis14. Rien n'indique que Ratuili ait agi sur une inspiration impériale (c'est même l'inverse) ni qu'il avait bien le droit de disposer ainsi de ce bien fiscal. La reconnaissance officielle viendra, de façon plus directe, d'un diplôme du 27 novembre 834 par lequel Louis donne à l'abbaye de Redon la paroisse de Bains et le petit domaine de Langon. Très vite l'arrivée de Gerfred, un moine de Saint-Maur-sur-Loire (Glanfeuil), gagne définitivement au monachisme bénédictin la nouvelle maison : Gerfred y est accueilli processionnellement par Conwoion accompagné de l'ensemble de ses frères, avec un décorum inhabituel qui traduit en fait l'importance réelle du personnage et le caractère semi-officiel de sa mission. Gerfred ne demeure que deux années à Redon, mais il n'y perd pas son temps : on ne peut en effet relever aucune trace d'influence celtique notable dans le mode de vie de ses moines — à l'inverse, leur cartulaire fourmille d'indications précieuses sur le droit breton dès lors qu'il s'agit des rapports avec les laïcs de la région environnante. Cette atmosphère bénédictine classique se trouve encore confortée plus tard : on verra ainsi le roi Salomon offrir aux moines une Vie de saint Maixent et une Vie de saint Léger, deux saints irréprochablement orthodoxes et gallo-romains. D'ailleurs Redon est placé sous l'invocation du Saint Sauveur, une dévotion exceptionnellement chère au cœur de Louis le Pieux et qui n'est attestée nulle part ailleurs en Armorique.

  • 15 Des textes très divers et incorrects de la Bible étaient en usage dans le monde franc. Réputé pour (...)

33L'art carolingien pénètre en Bretagne par les mêmes canaux. L'influence de la première école tourangelle de miniatures est forte sur les illustrations des manuscrits bretons décorés dans la seconde moitié du ixe siècle. L'écriture Caroline est adoptée partout même si un examen paléographique approfondi révèle des traces d'un passé pas si lointain : ainsi un évangéliaire de Landévennec, aujourd'hui conservé à New York (le Harkness Gospels), trahit de la part du scribe principal une main d'abord formée à l'écriture insulaire (des pratiques insulaires apparaissent aussi bien dans l'emploi des capitales que dans celui des minuscules) ; quant à celle du correcteur, elle est indéniablement insulaire. Plus âgé que le ou les copistes du manuscrit, il est resté fidèle à l'écriture qu'il avait apprise dans sa jeunesse et qui devait être en usage à Landévennec avant 818. Le texte même de l'évangéliaire est d'un genre mixte, combinant des éléments procédant de la tradition celtique et d'autres empruntés à la révision de la Bible entreprise par Alcuin15 sur l'ordre de Charlemagne entre 789 et 800 environ : plus de la moitié de l'Evangile selon saint Matthieu est reproduite d'après une version purement celtique. Le texte comprend aussi une lettre-dédicace de Jérôme à Damase qui relève de la famille celtique de la Vulgate; par contre, l'exposé sur l'utilisation des tables des canons (comes) appartient à la version alcuinienne établie sur le continent. Enfin, cet évangéliaire prouve que Landévennec suivait alors (seconde moitié du ixe siècle) la règle de saint Benoît puisque dans le sanctoral, ou propre des saints, est mentionnée au 11 juillet la translation des reliques de saint Benoît à Fleury-sur-Loire en Gaule.

  • 16 Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints.., op. cit, page 220.
  • 17 Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints.., op. cit, page 216.

34Si, dans la sphère monastique, « acculturation au monde franc est évidente, et elle s'y révélera durable, les choses sont moins nettes pour ce qui concerne les institutions civiles : certes l'empereur peut bien avoir cherché à se créer des amitiés parmi les puissants autochtones, tels le Ratuili dont nous venons de parler à propos de Redon ou les deux fils du machtiern Iarnhitin qui sont qualifiés de vassaux de l'empereur dans un acte de vente du 1er juillet 824 (ou 830). Cette mention d'un engagement particulier contracté entre les mains du souverain, impliquant un serment de fidélité, est d'ailleurs unique dans les chartes bretonnes de l'époque. Le comte franc Rorgon possède un domaine à Brennowen, identifié comme Bernéan dans l'actuelle commune de Campanéac (Morbihan), en bordure du massif forestier de Paimpont16. Ce genre de biens fiscaux devait provenir de confiscations opérées sur des rebelles vaincus. Hubert Guillotel, relevant parmi les actes du cartulaire de Redon une notice relatant l'enquête organisée pour savoir qui avait le droit de percevoir des tonlieux sur l'Oust, remarque que de semblables responsabilités sont normalement confiées aux centeniers ou voyers dans le reste de l'empire carolingien et suggère en conséquence que les usages administratifs francs ne furent pas imposés en Bretagne « de façon rigide, mais au contraire les habitudes des populations furent respectées dans la mesure du possible » si bien que ces fonctions « furent déléguées à ces machtierns auxquels la population avait affaire depuis longtemps »17. Ne serait-il pas plus simple de voir là non une délégation nouvelle mais l'une des tâches traditionnelles de ces hommes éminents, poursuivie sous un habillage juridique franc ?

35Il paraît au total qu'entre 799, date de la première soumission de la Bretagne tout entière, et 830 environ la pénétration des institutions laïques est des plus limitées, de même que demeure réduite l'assise territoriale des Francs en avant de leur marche. Dans le monde monastique par contre, l'œuvre est déjà plus avancée, mais là des motivations religieuses entrent en ligne de compte. Beaucoup de progrès restent à accomplir pour faire oublier les rancœurs accumulées et jeter les assises d'une paix durable et confiante : la promotion de Nominoë semble, dans un premier temps, répondre à ces espérances d'un peuple qui a trop souffert jusque-là des dévastations entraînées par une forme de guerre sauvage et qui demeure hésitant quant à l'attitude à adopter à l'avenir.

Notes

* Les termes en italiques qui ne sont pas explicités dans le texte sont définis dans le glossaire, à la fin de l'ouvrage.

2 Notamment Audren de Kerdrel, L'expédition de Louis le Débonnaire contre la Bretagne en 818, Bulletin archéologique de l'Association bretonne, 1881, p. 234-261. Cet auteur tire argument du texte de Réginon de Prüm sous l'année 836 et d'une charte de Redon de 821, datée tertio anno postquam exivil domus (dominus) Hludowicus de Britannia ante Morvan.

3 Louis, veuf en 818, se remarie quelques mois plus tard avec Judith ; de cette union naîtra un fils, le futur Charles le Chauve le 18 juin 823. Mais l'ordinatio imperii de 817 avait organisé le partage de l'empire entre les trois fils premier-nés de Louis ; son aîné surtout, Lothaire, qui venait d'être couronné empereur, n'accepte pas de voir réduit à néant ce projet de partage et d'être ostensiblement tenu à l'écart des affaires. 11 se révolte une première fois en 830. Puis le vent de fronde ira en s'aggravant : en 833 Louis le Pieux est déposé et dégradé durant quelques semaines. Il retrouvera difficilement un pouvoir incomplet, ce qui porte atteinte, par ricochet, au prestige de sa fonction

4 Schlesinger, Die Aufläsung des Karlsreiches, Karl der Grosse, tome 1, 1965, page 812, tient pour une origine mérovingienne. L'étude fondamentale sur la marche de Bretagne demeure celle de Levillain (Léon), La marche de Bretagne et ses comtes, Annales de Bretagne 1951, 14, 89, 117.

5 L'empereur l'invite à présenter son rapport sur la situation présente, ce que Lambert fait en des termes grandiloquents dignes des orateurs de l'Antiquité, du moins sont-ce ces paroles qu'Ermold le Noir place dans sa bouche (vers 1296-1311).

6 Les Guerches de Bretagne ont été recensées par Souillet (Guy), La Guerche et la marche franco-bretonne, Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1944, p. 25-46. Quentel (Paul), La Guerche, les Vikings et la Bretagne, M.S.HA.B., 1962, p. 23-45, penche pour une origine Scandinave qui ne paraît plus soutenable. Sur ce problème difficile, on lira deux récents essais de synthèse qui se heurtent tous deux à des difficultés : Rouche (Michel), L'Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781), Paris, 1979, p. 119-120 et p. 355-357. Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints.., op. cit., p. 58-60.

7 Bernier (Gildas), Un toponyme franc d'origine carolingienne en Bretagne : Haie, Dossiers du C.E.R.A.A., n° 5, 1977, p. 27-28.

8 Ce puissant roi de la Domnonée armoricaine étendait son pouvoir également sur la Domnonée britannique (l'actuel Devon) et ses marches encore entre les mains des Bretons. S'il ne paraît pas avoir contrôlé la totalité de la Bretagne continentale (divisée traditionnellement en deux entre le sud et le nord, puis en trois avec l'affirmation du Vannetais qui prend son indépendance au temps de Waroc et se sépare de la Cornouaille), il a dû exercer une primauté de fait qui lui permet de traiter d'égal à égal avec le Mérovingien Dagobert

9 De Keranflec'h, Castel Cran, Bulletin archéologique de l'Association bretonne, 1891, p. 111-144.

10 Dans la Vie de saint Tudual, par exemple, « scottique » désigne un texte écrit en breton, mais dans une langue ancienne qu'il est devenu pénible de lire. Plus que par « étranger », cet adjectif pourrait se traduire par « antique ».

11 Il existe à cela plusieurs raisons : les pirates irlandais ont longtemps mené la vie dure aux Bretons et ont même installé de durables royaumes sur les côtes de l'actuel Pays de Galles (on y a découvert des inscriptions ogamiques gravées sur pierre). D'autre part, les deux rameaux des langues cèltiques (le gaélique et le brittonique) sont très éloignés l'un de l'autre, et ne permettent pas l'intercompréhension. Enfin, les moines irlandais, fascinés par Rome et l'Orient chrétien, s'ils sont nombreux dans l'empire franc qui les attire d'abord pour des motifs missionnaires puis les retient pour leur grande culture, délaissent l'Armorique, chrétienne et marginale pour eux. Les saints d'une origine irlandaise assurée sont en définitive rares en Bretagne continentale.

12 Sur tous ces aspects théologique et rituels, on lira avec profit la remarquable synthèse de Loyer (Olivier), Les chrétientés celtiques, Paris, 1965 qui périme l'ouvrage classique de Gougaud (dom Louis), Les chrétientés celtiques, Paris, 1911.

13 Elles seront évoquées plus à fond dans le prochain chapitre.

14 Smith (Julia M.-H.), Culte impérial et politique frontalière dans la vallée de la Vilaine : le témoignage des diplômes carolingiens contenus dans le cartulaire de Redon, Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Age, Daoulas, 1986, p. 129-139 fait remarquer (page 135) que les Annales de Redon n'ont été mises par écrit qu'au xiie siècle, ce qui enlève beaucoup de force aux déductions qu'on a cru pouvoir en tirer.

15 Des textes très divers et incorrects de la Bible étaient en usage dans le monde franc. Réputé pour sa grande culture, l'Anglo-Saxon Alcuin, ancien écolatre d'York, fut chargé de réviser le texte du livre et d'en présenter une version officielle. Il put s'acquitter de sa mission et doter l'Occident médiéval d'une version améliorée. Riché (Pierre) et Lobrichon (Guy), L'Occident médiéval et la Bible, Paris, 1984.

16 Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints.., op. cit, page 220.

17 Chédeville (André) et Guillotel (Hubert), La Bretagne des saints.., op. cit, page 216.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540