Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons de Nominoë

 | 
Jean-Christophe Cassard

Avant-propos

Texte intégral

1En dépit des lacunes et des insuffisances de l'enseignement de l'histoire régionale, on veut espérer que les Bretons se souviennent que « du temps de Charlemagne » Nominoë se révolta contre les Francs, les battit à plate couture et proclama l'indépendance de son pays. Des rois lui succédèrent, avant que les Normands ne ruinent son éphémère royaume.

2L'ambition de ce livre n'est pas de procurer une biographie de Nominoë : la tâche serait d'ailleurs impossible puisque les détails de sa vie et ses motivations profondes échappent pour l'essentiel à l'approche historique. Notre pari est d'exposer l'état du monde qui lui était familier, d'où le choix d'un titre qui met l'accent d'abord sur les compagnons et les sujets de Nominoë.

3Le lecteur non averti pourrait a priori penser qu'il n'y a pas grand-chose à écrire sur une époque aussi lointaine et pour un pays volontiers présenté comme rétif aux grandes initiatives restauratrices des Carolingiens, de surcroît pauvre en documentation propre : le croire serait faire bon marché des grands progrès enregistrés dans la connaissance du passé. L'histoire de la Bretagne du haut Moyen Age s'est renouvelée en profondeur, s'enrichissant à la fois des apports dus à la renaissance des études mérovingiennes et carolingiennes sur le continent, et d'une ouverture plus scientifique d'esprit aux sociétés celtiques d'outre-Manche. Il serait trop long et vite fastidieux de citer ici tous les savants français et étrangers qui ont rendu possible ces avancées. Nous espérons seulement ne pas avoir trahi leur pensée.

4Le projet de cet ouvrage est donc de réaliser une synthèse de leurs travaux éparpillés entre de multiples revues, parfois d'accès difficile. Si l'auteur a participé à cette œuvre collective, il a surtout conscience que sans l'inestimable renfort des autres chercheurs (au premier rang desquels figure Léon Fleuriot qui eut la bonté de lire un premier état de notre manuscrit durant son dernier été) il n'aurait pu mener à bien son entreprise.

* * *

5Récusant la trompeuse précision chronologique édifiée par le grand historien romantique qu'était Arthur de La Borderie, il est possible aujourd'hui d'avancer en terrain solide ou du moins raisonnablement balisé. Une part de conjectures demeure et demeurera à jamais, des certitudes actuelles pourront être remises en cause, cependant l'essentiel des acquis récents restera sans doute possible.

6De nouveaux progrès de la connaissance peuvent encore être attendus de trois directions de recherche, parfois déjà en plein développement ou bien seulement riches de promesses :

  • l'histoire comparée des institutions et des faits de société « celtiques » tant dans les îles voisines que sur le continent ;
  • les études de toponymie, de microtoponymie en particulier : les lieux-dits bretons sont loin d'avoir livré tous leurs secrets !
  • l'archéologie enfin, et en premier lieu l'archéologie du paysage encore dans l'enfance en Armorique. Mais d'autres sciences auxiliaires, jeunes ou anciennes, doivent se révéler également fructueuses dans les décennies à venir : la génétique humaine et animale, la palynologie ou étude des pollens fossiles, la classique paléographie, la diplomatique. Faute que soient réunies les conditions favorables à une bonne conservation des squelettes (les sols sont en général trop acides), les perspectives de l'anthropologie physique paraissent plus limitées, au contraire de celles de la linguistique bretonne.

7Ces apports divers permettent d'ores et déjà de compléter ou de préciser ce que nous apprennent les textes d'époque. La Bretagne a la chance de posséder avec le Cartulaire de Redon un document exceptionnel : ses deux cent quarante actes rédigés entre 832 et 875 projettent en effet une vive lumière sur les parages de ce monastère prestigieux. On pourra, bien sûr, regretter que cet ensemble de chartes n'intéresse que les pays de la Vilaine (et la presqu'île guérandaise dans une moindre mesure), soit une faible partie du royaume de Nominoë, mais il faut bien mesurer ce qu'a de rare une documentation d'une telle qualité pour n'importe quelle région de ce temps. Sur un autre plan, les Vies de saints apportent un renfort non négligeable à l'histoire des mentalités et des faits de civilisation : écrites pour l'essentiel dans la seconde moitié du ixe siècle (à l'exception notable de la Vie de saint Samson qui paraît bien mérovingienne), elles renseignent moins sur la biographie supposée des saints dont elles prétendent retracer la vie que sur des traits directement empruntés à son époque par l'hagiographie. En cela elles sont irremplaçables et viennent utilement enrichir les chartes de Redon. Pour l'histoire événementielle enfin, les Annales et les Chroniques franques restent indispensables malgré leur évident parti pris.

***

8Classique ou renouvelée, la documentation ne manque donc pas malgré ses zones de silence et ses lacunes. Encore fallait-il la mettre en œuvre dans un cadre temporel adéquat ; à la réflexion s'imposait la période courant de 753 à 874. En 753 les Carolingiens avec Pépin le Bref dirigent vers Vannes la première campagne offensive des Francs menée depuis longtemps à l'encontre des Bretons ; en 874 le roi Salomon meurt, laissant une Bretagne forte mais bientôt déchirée par une guerre civile dont elle ne se relèvera jamais complètement. Entre ces deux dates extrêmes, les Bretons ont subi une longue phase de conquête militaire puis ils ont entamé, à l'inverse, une politique d'expansion territoriale vers l'est et le sud-est, Nominoë se situant précisément à la charnière entre ces deux époques. Après lui, tandis que son royaume connaît son apogée avec Salomon, s'affirme une renaissance culturelle brillante, fille de la pax carolina. Carrefour et réceptacle de multiples influences fécondantes, la Bretagne bénéficie alors à plein des avantages de sa situation maritime au cœur de cette Europe du Nord-ouest dans laquelle ses enfants sont partout présents pour y jouer un rôle de pionniers. Par un retournement dramatique du destin, de la mer viendront aussi le danger puis la ruine avec les raids des pirates vikings qui, par deux fois, menaceront de submerger la société bretonne et de réduire à néant l'œuvre de Nominoë.

9Nous espérons qu'au fil des pages s'esquissera un tableau d'ensemble de ce peuple original, et conscient de l'être, que formaient les Bretons continentaux vers la fin du premier millénaire de notre ère ; leurs descendants pourront peut-être y découvrir matière à réflexions et à approfondissement de leur identité.

10C'est aussi l'une des ambitions de ce livre.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540