Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la mer au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard

Chapitre I. Ce peuple étrange que la mer apporta…

Entrées d'index

Mots clés :

littérature

Géographique :

France

Texte intégral

1La Bretagne est née de la mer par suite de l’organisation durable sur son sol de communautés venues de la proche Grande-Bretagne : on s’interroge encore sur la date et sur l’importance exacte de ce déplacement complexe de populations (sans doute réduit à l’implantation d’une élite plutôt que véritable mouvement de peuple), sur ses causes et ses aboutissants. Beaucoup de propositions avancées par les chercheurs demeurent à l’état d’hypothèses car trop d’incertitudes entachent à jamais notre connaissance des temps anciens. Il reste que la liaison originelle entre les Bretons d’Armorique et la mer s’impose à tous comme une évidence : le propos de ce chapitre est de faire le point sur ce lien, et d’observer ensuite comment et pourquoi la Bretagne se ferme pour plusieurs siècles à la mer. Le premier millénaire de notre ère circonscrira le cadre temporel de cette histoire mouvementée.

De la malignité supposée des flots

2La présence encombrante aux extrémités occidentales de la péninsule armoricaine d’un peuple étrange, tant par sa langue que par certaines de ses coutumes, n’a eu de cesse d’irriter les dirigeants du peuple franc, à défaut de les inquiéter vraiment. Déjà l’historien Grégoire, archevêque de Tours dans le dernier quart du vie siècle, ne cherche pas à celer le courroux que lui occasionnent presque chaque année les Bretons du Vannetais : pour son malheur en effet, il se trouve être leur métropolitain en titre (l’Armorique faisait jadis partie de la province romaine de Troisième Lyonnaise, dont le siège tourangeau hérita du ressort territorial), mais eux l’ignorent, ne reconnaissent ni son autorité spirituelle ni celle, au temporel, du roi son maître et, pis encore, poussent l’audace jusqu’à ravager les contrées gallo-franques bordières de leur terre : le Rennais ou plus souvent encore, à cause de l’attrait de ses vignobles, le Nantais… Rien n’y fera malgré les plaintes réitérées de l’auteur de l’Histoire des Francs car le pouvoir mérovingien semble comme aspiré dans une inexorable spirale de déclin dès le temps de Grégoire de Tours : Waroc et ses guerriers s’approprient alors la cité de Vannes, dont personne ne songe plus ensuite sérieusement à déloger les incommodes et irascibles Bretons durant un siècle et demi.

  • 1 Sur le contexte général de ces décennies, André Chédeville et Hubert Guillotel, La Bretagne des sa (...)

3En 753 les choses changent du tout au tout : une expédition militaire franque parvient à « libérer » Vannes et ses environs, puis, au fil des nombreuses révoltes bretonnes scandées par autant de retours offensifs des lieutenants de Charlemagne, la « marche » de Bretagne se trouve peu à peu consolidée, tandis que le pays breton, pénétré en profondeur, finit par se résoudre à un apaisement de surface désormais inéluctable. Plus que le rénovateur de l’Empire d’Occident lui-même, qui ne parut jamais sur ces confins, le grand politique apparaît être ici son fils et successeur, Louis le Pieux, le vainqueur de Morvan et de Wiomarc’h – deux chefs autochtones entrés en dissidence l’un après l’autre à la jointure des années 820 – et surtout l’inspirateur d’un modus vivendi acceptable pour les deux parties quand il fait en 831 de Nominoë son représentant personnel dans la province, à charge pour le nouveau missus imperatoris de s’assurer l’obéissance de ce peuple rétif dont il est extrait1.

4C’est à l’occasion de l’une des campagnes précédentes de Louis le Pieux qu’un clerc cultivé, probablement d’origine méridionale, Ermold le Noir, parcourt cette contrée sauvage dans les rangs de l’armée commandée par son maître, le roi d’Aquitaine Pépin ; mais, de façon paradoxale, il évoque fort peu les événements de 824, qu’il a pourtant vécus sur le terrain, pour se montrer, au contraire, fort disert sur ceux de 818, auxquels il ne lui avait pas été donné d’assister… Tombé peu après en disgrâce et relégué dans la lointaine et froide Argentorate (l’actuelle Strasbourg), du fond de son exil Ermold entreprend de reconquérir la faveur perdue des Grands en s’attelant à la rédaction d’un poème épique en quatre livres de vers latins, le Chant en l’honneur de Louis empereur très chrétien, bon exemple au demeurant de la Renaissance carolingienne des Lettres. Nul ne sait cependant si cela suffit à le faire rappeler à la cour… De ses efforts il nous reste son œuvre, précieuse à nombre d’égards, qui prend presque par endroits valeur de document ethnographique sur le pays breton, même si Ermold, et ses informateurs avant lui, sont loin d’avoir compris tout ce qu’ils avaient eu l’occasion de constater sur place ou d’entendre rapporter !

  • 2 L’empereur Louis exprime cette idée aux vers 1314-1319 et 1328-1329, reprenant le point de vue du (...)

5Évoquant la révolte de Morvan et ses causes, qu’il assigne d’abord à la gloriole irresponsable de ce « roi », Ermold le Noir trace un tableau polémique des origines bretonnes. Il n’entend certes pas faire œuvre d’historien, seulement mobiliser des arguments historiques à l’appui de la thèse franque présupposant l’appartenance pleine et entière de l’Armorique occidentale à l’espace politique dont Louis le Pieux est devenu le détenteur légitime pour la plus grande gloire du Christ et de l’Église. Une œuvre partiale donc, et qui ne s’en cache pas puisqu’elle affirme hautement l’existence de deux camps aux contours bien tranchés, celui des bons et celui des mauvais… Comme Ermold n’hésite pas à placer ses dires par deux fois dans la bouche même de l’auguste empereur2, on est en droit de penser que ceux-ci reflètent bien la version autorisée de l’histoire ancienne de la péninsule telle qu’entretenue par les milieux de la cour qu’il s’efforce de réintégrer. Son idée force est simple : les Bretons constituent un corps étranger, barbare, incrusté tel un kyste purulent dans une Gaule restée fondamentalement saine, à présent revigorée sous la nouvelle dynastie franque. Si les Bretons ne se satisfont pas de leur sort, s’ils s’obstinent à refuser l’autorité d’un souverain distingué par le pape, eh bien ils n’ont qu’à s’en retourner rejoindre leur patrie originelle ! À quatre reprises, Ermold y revient : ce peuple est allogène, ses ancêtres furent jadis accueillis par de trop faibles Gaulois, mal inspirés en cela par leur compassion chrétienne, il n’a qu’à bien se tenir ! sinon les Bretons subiront un juste et terrible châtiment dans l’immédiat, à moins que les flots ne les ramènent sur les rivages de cette île que leurs pères désertèrent naguère, honteusement chassés par la misère et les discordes civiles.

6De la vindicte du poète découlent quelques enseignements, indiquant comment dans les premières décennies du ixe siècle on gardait dans l’entourage du roi carolingien le souvenir déformé, sciemment déformé à coup sûr, des migrations maritimes à l’origine de la Bretagne continentale. Une autre source, de caractère plus officiel celle-là – les Annales Royales, sous l’année 786 – propose à peu près la même lecture du passé lointain d’un peuple devenu contre son vouloir le vassal des Francs :

  • 3 Édition F. Kurze dans les Monumenta Germaniae Historica, SRG, Hanovre, 1895, p. 73.

« Lorsque l’île de Bretagne avait été envahie par les Angles et les Saxons, une grande partie de ses habitants, traversant la mer, étaient venus s’établir à l’extrémité des Gaules dans les pays des Vénètes et des Coriosolites. Depuis, ce peuple, dompté et rendu tributaire par les rois francs, s’était soumis, bien qu’à contrecœur, à payer la redevance qui lui avait été imposée3 ».

7Plus précise dans son rappel du contexte historique et géographique, dépourvue aussi des imprécations comminatoires, des enflures poétiques d’Ermold, cette version propose bien la même trame pour cet épisode spécifique des grands « déplacements de peuples » (Völkerwanderungen) survenus à la fin de l’Antiquité, en insistant sur la soumission, acquise non sans peine, des Bretons à leurs maîtres francs. Ces rappels de l’histoire ancienne, pour ne refléter que partie d’une vérité délibérément biaisée, n’en témoignent pas moins à la fois de la prégnance des souvenirs attachés aux migrations d’une rive à l’autre de la Manche, et de l’acuité du problème qui en résultait. D’ailleurs la mémoire entretenue dans l’île n’apparaît pas moins vivace puisqu’une loi d’Édouard le Confesseur (1042-1066) accorde encore aux Bretons du continent un statut privilégié de non-étrangers à l’intérieur de ses états :

  • 4 Texte publié par Joseph Loth, L’émigration bretonne en Armorique, Rennes, 1883, p. 174.

« Les Bretons, ou Armoricains, lorsqu’ils viennent, doivent être reçus et protégés dans ce royaume à l’instar de ses propres sujets. Du corps de ce royaume ils partirent jadis, du sang breton de ce royaume (ils descendent)4 ».

  • 5 André Chédeville, « L’immigration bretonne dans le royaume de France du xie au début du xive siècl (...)
  • 6 Manuscrit n° 858 de Saint-Gall, cité par Pierre Riché, « Les Bretons victimes des lieux communs da (...)

8À cette date avancée du xie siècle pourtant le souvenir de la macule d’une extraction pérégrine semble bien sorti d’usage dans la polémique antibretonne quand elle fait rage sur le continent. Les auteurs, et ils sont nombreux, qui parlent en mal des habitants de l’extrême-ouest de la Francie préfèrent, tels Raoul Glaber ou Guillaume de Poitiers, insister sur leurs mœurs sauvages, sur leur penchant à une violence jamais assouvie, sur leur propension congénitale à bafouer les lois les plus élémentaires de la famille et de l’Église… Tous ces travers se trouvaient répertoriés chez Ermold ou, plus haut dans le temps, dans les textes classiques qu’il démarquait déjà, César parlant de l’étrangeté des Bretons de l’île ou Tacite évoquant la barbarie des… Germains ! Au terme de la grande phase médiévale de croissance démographique enfin, lorsque des immigrés de langue celtique viendront chercher en nombre un sort meilleur que chez eux dans le Paris de Louis IX, la verve caustique de l’auteur anonyme du Privilège aux Bretons exhalera son mépris envers ces êtres étranges et étrangers, confinés dans la cité royale aux tâches les plus viles, les plus répugnantes, telle celle d’éboueurs : « Et fiens porter en la chivière/Breton devant, Breton derrière5 ». En se gaussant ainsi du malheur des prolétaires immigrés, l’auteur de ce fabliau parisien du xiiie siècle retrouve sans s’en douter la morgue de tel copiste des temps carolingiens6 qui notait déjà en marge d’un passage d’Horace où il est question de prisonniers thraces employés à nettoyer les égouts de Rome : « C’est la même chose pour les Bretons qui nettoient ceux de Laon »…

9L’archétype l’ethnotype du Breton se trouve dès lors solidement campé : sale, pouilleux, repoussant, violent et instable, cousin proche ou éloigné de tous les autres Bretons de la Création, éructant des propos confus, incompréhensibles pour toute oreille civilisée ré frac taire à son « baragouin »… Mais jamais plus il ne lui sera reproché ses origines étrangères : dans la brassée de qualificatifs peu amènes qu’on ne manque pas de lui adresser, il ne traîne plus sous ses hardes misérables les stigmates d’une origine douteuse. C’est que, depuis le xe siècle, le duché de Bretagne comme ses habitants ont été en quelque manière naturalisés à l’intérieur de l’espace politique en passe de devenir le royaume de France. En dépit de tous leurs défauts, de tous les griefs que l’on entretient à leur en contre, les Bretons sont de France ; ils y ont dorénavant toute leur place et rien que leur place : la royauté ne cessera d’ailleurs de rappeler aux ducs de la fin du Moyen Âge qu’ils sont de simples vassaux de la Couronne, non pas des princes étrangers et par là indépendants… Reconnue désormais autochtone de toute antiquité, la « nacion de Bretaigne » n’a plus à craindre de se voir sommée d’avoir à rejoindre les flots pour retrouver sa patrie perdue d’au-delà la mer ! Ce glissement dans les assertions polémiques n’a d’ailleurs rien de fortuit au su de l’histoire.

La mer dans les origines bretonnes

  • 7 C’est du moins l’impression qui se dégage à la lecture des archéologues préhistoriens confrontés à (...)
  • 8 Christian-J. Guyonvarc’h, « Armorica »,Ogam, t. XX, 1968, p. 352-357

10Le hasard n’entre évidemment pour rien dans la présence des Bretons en Armorique : loin d’être un commencement absolu, le débarquement des premiers immigrants, fort longtemps après raillés par Ermold le Noir, fait plutôt figure d’aboutisse ment logique, de simple épilogue ponctuel d’un phénomène de très longue durée auquel il serait tout à fait fallacieux aujourd’hui de vouloir assigner une date de départ précise. Au vrai, il y a toujours eu des Bretons des deux côtés de la Manche ; et avant même les Bretons ou les Celtes, leurs ancêtres directs, il y avait eu d’autres peuples, dont le nom s’est perdu, qui surent développer dès la Préhistoire la plus reculée un espace de civilisation atlantique, au sein duquel la future Bretagne s’affirmait déjà comme un carrefour majeur7. Terre de rencontre pour des traditions diverses, creuset d’influences et, en retour, foyer de diffusion pour les innovations écloses sur son sol, la péninsule a de tout temps trouvé dans la mer le ressort de sa fécondité, de son rayonnement propre : d’ailleurs l’Armorique n’est-elle pas par son étymologie même « le pays face à la mer8 » ?

La mer, premier enjeu repéré dans l’histoire

  • 9 Cesar, De bellogallico, livre III, chap. 7-14. Un autre récit de la bataille figure chez Dion Cass (...)

11Le premier texte proprement historique à évoquer la région conforte cette idée directrice. L’Armorique effectue en effet son entrée dans le monde de la mémoire écrite à cause des enjeux maritimes qu’elle représentait : le texte est célèbre puisqu’il s’agit du passage de ses Commentaires sur la guerre des Gaules où Jules César évoque, avec son brio habituel de mémorialiste avide de frapper les imaginations, ses souvenirs de campagne contre les Vénètes9. On se rappelle l’accent mis par le général sur la difficulté de l’entreprise menée dans un pays inconnu, où les flots eux-mêmes, par leurs marées, se distinguent de ceux de la Méditerranée, pour lui qui ne dispose pas d’une flotte adéquate et voit ses lieutenants perdre leur temps à assiéger des oppida que leurs défenseurs évacuent l’un après l’autre sans rencontrer d’opposition capable de les y refouler, dès lors qu’ils jugent compromise leur situation en un endroit, pour mieux aller se renclore dans une place forte identique à quelques lieues de là…

« Cette manœuvre se renouvela une grande partie de l’été, d’autant plus aisément que nos vaisseaux étaient retenus par le mauvais temps et que sur cette mer vaste et ouverte, sujette à de hautes marées, où il y avait peu ou point de ports, la navigation était difficile à l’extrême ».

12En vain les légions s’épuisent-elles à suivre à la trace un adversaire qui tient la mer et les nargue du haut de ses navires, jusqu’au moment où le génial stratège peut enfin rassembler assez de galères pour forcer sa chance dans une bataille navale brillamment enlevée sous ses yeux et ceux de son armée toute entière conviée à assister à son triomphe naval !

  • 10 Sur les oppida côtiers de l’Armorique : Pierre-Roland Giot, « Camps fortifiés et sites littoraux » (...)
  • 11 Le débat, embrouillé par les passions locales et leurs éventuelles retombées touristiques, est d’a (...)

13Si ce que raconte César avec son art coutumier d’exagérer les périls rencontrés à seule fin de rendre plus éclatants ses exceptionnels mérites, doit être accueilli avec circonspection, il reste que les archéologues connaissent bien ces sites superbement propices à la défense que sont les « éperons barrés » armoricains de la fin de l’âge du fer : des presqu’îles effilées s’avançant vers le large, fermées du côté de la terre par un ou deux fossés creusés dans le sol naturel, renforcés de talus de terre rapportée pour obturer le pédoncule sur toute sa largeur10. Resterait à reconstituer dans ses différentes phases la campagne de 56 avant Jésus-Christ, ce qui paraît encore lointain puisque le lieu même de la rencontre décisive fait toujours l’objet de controverses, parfois passionnées11, car, mieux qu’Alésia, l’emplacement exact de la déroute navale des peuples armoricains coalisés autour des Vénètes a su sauvegarder son mystère depuis deux millénaires…

14César en est témoin : si les peuples de la confédération maritime armoricaine réunis à l’appel du plus puissant d’entre eux se dressent aussi vigoureusement contre la puissance romaine qu’il incarne avec hardiesse, c’est qu’ils redoutent de voir bientôt se tarir la source vive de leur prospérité, le commerce avec l’île de Bretagne, que les marchands italiens établis en Gaule rêvent de détourner à leur profit. Strabon opine :

  • 12 Strabon, Géographie, IV, 4, 1.

« Les Vénètes livrèrent à César une bataille navale dans le dessein de l’empêcher de passer en Bretagne avec ses navires, cette île leur servant de marché12 ».

15La menace paraît assez grave pour qu’à l’heure cruciale de la lutte, des Bretons soient appelés à renforcer de leurs navires l’escadre de leurs pratiques et alliés. En pure perte : ils sont bientôt menacés jusque chez eux par le conquérant des Gaules qui pose le pied en Bretagne à deux reprises les années suivantes. Cependant, et ceci est de la plus grande importance pour l’avenir, la Bretagne échappe encore pour un siècle à l’impérialisme romain : ce n’est en effet qu’en 43 de notre ère, sous le règne de Claude, que les légions y débarquent pour s’y installer, enfin, de façon durable. Mais elles échouent à subjuguer l’ensemble de l’île, dont le Nord, le pays des redoutables Pictes, leur échappe, tandis que les pourtours montueux du riche bassin de Londres sont plutôt pacifiés que vraiment romanisés. Intégrée donc pour partie seulement au monde impérial, la Bretagne garde une originalité celtique bien marquée, quoique non exempte de contacts approfondis et durables avec Rome, une originalité que l’on retrouve, mais à un degré moindre, dans l’Armorique du Bas-Empire.

  • 13 Pierre Merlat, « Les Vénètes d’Armorique » (avec des mises au point de Pierre-Roland Giot sur l’âg (...)

16L’anéantissement de la puissance navale des Vénètes n’annihile pas d’un coup les fondements du commerce armoricain avec la grande île voisine : les cartes en sortent simplement rebrassées et partagées entre de nouveaux partenaires. Certes les pertes sont immenses pour les vaincus, dont deux cent vingt navires disparaissent dans la bataille. Le peuple vénète perd avec eux sa jeunesse, ses meilleurs marins, l’élite de ses négociants, sans pour autant disparaître corps et biens, contrairement à ce que donne à entendre César claironnant en forme de bulletin de victoire : « En conséquence il fit mettre à mort tous les sénateurs et vendit le reste à l’encan ». Au moins dans l’intérieur de la cité, le peuplement se maintient à peu près intact et les côtes ne tardent pas à retrouver une certaine animation, bien moindre cependant que celle qu’elles connaissaient au temps de l’indépendance il est vrai13. C’est qu’un autre peuple armoricain paraît avoir pris assez vite le relais des rois de la mer déchus, profitant des incertitudes d’une époque troublée à Rome par une guerre civile inexpiable, dont la conquête des Gaules s’avérait, dans le camp césarien, n’avoir été qu’une étape préliminaire…

  • 14 Patrick Galliou, L’Armorique romaine, Brasparts, 1983. Loïc Langouët, Les Coriosolites…, op. cit., (...)

17Le triomphe des aigles romaines n’a pas en effet entraîné dans les premières décennies suivant la mise au pas de la Gaule l’amorce immédiate d’un puissant mouvement de romanisation. Dans une province comme laissée en déshérence, abandonnée à elle-même, les plus précoces témoins du nouveau cours se repèrent, en Armorique comme ailleurs en Gaule chevelue, à partir du principat réparateur d’Octave-Auguste qui, profitant d’un long séjour à Lyon entre-27 et-25, pose alors seulement les fondements effectifs de la synthèse gallo-romaine. Entre-temps les Coriosolites ont semble-t-il pris le relais des Vénètes par trop éprouvés, même si eux aussi sortirent étrillés de leur rencontre désastreuse avec un lieutenant de César auprès d’Avranches ainsi que le suggère la mise au jour de près de 15 000 pièces de monnaie coriosolites réparties entre plusieurs enfouissements sur l’île de Jersey à l’heure de leur déroute puis oubliées là. Depuis leur port d’Alet (aujourd’hui Saint-Servan, dans l’agglomération de Saint-Malo) ils retrouvent bientôt le chemin de la Bretagne, comme si rien ou presque n’était changé en ces années incertaines où l’autorité romaine n’exerce encore, de fait, qu’un simple protectorat sur des peuples gaulois laissés à moitié indépendants. Les découvertes de monnaies à leur type, celles aussi de leurs fines céramiques à cordons permettent de baliser avec assez de certitude le nouvel axe commercial trans-Manche qu’ils animent désormais au départ de l’estuaire de la Rance, en s’appuyant sur le relais naval des îles anglo-normandes intégrées à leur cité, jusqu’à Hengistbury Head (Hampshire), l’important emporium des Durotriges situé à proximité de Southampton14.

L’Armorique et la Bretagne romaine

  • 15 Émilienne Demougeot, « Les invasions germaniques et la rupture des relations entre la Bretagne et (...)

18Un moment demeurée comme suspendue, la course du temps s’accélère tout d’un coup avec la conquête romaine de la Bretagne : à peine une décennie suffit pour que le trafic trans-Manche se retrouve concentré pour l’essentiel dans le Pas-de-Calais. Brusquement excentrée, privée de son regard naturel, marginalisée, le choc est rude pour l’Armorique qui voit lui échapper les transports militaires et la majeure partie des transferts civils à destination de la nouvelle province insulaire. Cette situation minorée perdurera jusqu’à l’abandon définitif de l’île par les Romains au début du ve siècle15 car, face à Boulogne, Alet et les autres ports du Ponant ne sauraient rivaliser à armes égales : les facilités de la géographie donnent trop d’avantages comparatifs aux riverains du Pas-de-Calais. Au Bas-Empire, l’importance de cette liaison stratégique sera encore accrue par la montée en puissance obligée du limes rhénan, dont la Bretagne fait figure de prolongement et dont elle vient à dépendre pour une part croissante de ses échanges, de son ravitaillement alimentaire même certaines années de disette. Ainsi, sans constituer à soi seule une catastrophe véritable car la romanisation enfin amorcée et le développement des campagnes apportent d’utiles palliatifs à cet assèchement d’un trafic séculaire, la conquête de la Bretagne signifie bien pour l’Armorique un premier recul sur mer.

  • 16 Roger Dion, « Itinéraires maritimes occidentaux dans l’Antiquité », Bulletin de l’Association des (...)

19Un recul sévère et durable, certes, non pas toutefois une fermeture complète aux horizons marins. On a parfois prétendu en effet que les Romains auraient borné le plus clair de leurs ambitions navales au seul franchissement du détroit entre Douvres ou Richborough et Boulogne, que la Manche aurait cessé d’être fréquentée par les conquérants après qu’ils aient reconnu la difficulté, voire la quasi-impossibilité d’y entretenir une navigation suivie, que le domaine atlantique ne communiquait pas en leur temps avec la mer du Nord pour cause de brumes, de coups de vent et de courants insurmontables en Manche, en conséquence de quoi les navires antiques auraient dû, au départ de l’Espagne ou de Bordeaux vers le Rhin, contourner les îles britanniques en doublant au large l’Écosse (la contrée des anciens Pictes) pour rejoindre leur destination par des eaux plus favorables que celles, interdites, du littoral armoricain16… Un passage de Tacite illustrerait la reconnaissance de cet itinéraire septentrional :

  • 17 Tacite, Agricola, X, 5.

« Ayant doublé pour la première fois cette côte de la mer la plus reculée (c’est-à-dire celle de Calédonie), la flotte romaine prouva que la Bretagne était une île ; en même temps elle découvrit et conquit des îles inconnues jusqu’alors, qui se nomment Orcades. Elle entrevit même Thulé, mais défense fut faite d’aller plus loin car l’hiver approchait17 ».

  • 18 René Sanquer, Robert Piot, Patrick Galliou, « Problèmes de navigation en Manche occidentale à l’ép (...)

20Mais vouloir déduire de cette mission de découverte lancée vers les mers boréales qu’elle aboutit à condamner tout projet de navigation suivie en Manche, c’est aller beaucoup trop vite en besogne ! Les textes18 aussi bien que les données archéologiques prouvent le contraire : jamais la Manche n’a été désertée aux siècles romains, toujours les rivages d’Armorique ont continué à entretenir des relations avec ceux de Bretagne. D’ailleurs qui voudrait gagner le Pas-de-Calais depuis l’Atlantique en faisant route d’abord vers le nord quadruplerait ce faisant la distance à parcourir et serait assuré d’avoir à affronter dans sa curieuse circumnavigation des conditions nautiques assurément pires qu’en Manche, même à la belle saison !

  • 19 Michel L’hour, « Un site sous-marin de la côte de l’Armorique. L’épave antique de Ploumanac’h », R (...)

21Sans pourtant égaler ni en nombre ni en qualité de conservation celles de Méditerranée, les épaves antiques reconnues et fouillées à ce jour attestent que le bon sens marin a prévalu. Deux au moins sont répertoriées à proximité des côtes de l’actuelle Bretagne. Devant Ploumanac’h (C.-d’A.), dans l’archipel des Sept-Îles, à cinq milles au large et par dix mètres de fond, un plongeur sous-marin fut intrigué en 1983 par un bombement d’aspect inhabituel, proche d’un récif : grâce à son intuition de découvreur, 22 tonnes de plomb ont été remontées à la surface et livrèrent de précieux renseignements. Les quelque 271 lingots, de facture très rustique, s’étageant en poids de 28 à 150 kilos, portaient pour beaucoup des inscriptions gravées dans la masse : soit des chiffres donnant de façon approximative leur poids, soit des symboles ou des monogrammes inconnus, soit, enfin et surtout, le nom de leurs propriétaires ou de leurs producteurs, on ne sait trop. Et parmi ces noms figurent ceux de tribus celtes du nord-est de la Bretagne, quatorze fois celui des Brigantes, cinq fois celui des Icenes19. Voici donc une cargaison de plomb brittoromain manufacturée dans les Southern Pennines, appartenant sans doute à la seconde moitié du ive siècle, retrouvée naufragée à quelques encablures du territoire osisme ! La preuve matérielle se trouve ainsi apportée sans conteste du maintien de quelques échanges économiques entre les deux rives de la Manche.

  • 20 Margaret Rule, « The Romano-Celtic ship excavated at St Peter Port, Guernsey », dans Sean Mac Grai (...)
  • 21 Loïc Langouët et Jean-Loïc Meury, « La machinerie en bois du haut empire retrouvée à Alet », AB, t (...)

22Un an avant la découverte de Ploumanac’h, les puissantes hélices d’un car-ferry manœuvrant dans le port de Saint-Peter (Guernesey) dégageaient de sa gangue de vase une autre épave antique, mieux conservée celle-ci : outre des poteries en céramique commune, sans doute propriété de l’équipage, la quille, longue d’au moins 22 mètres, et une partie des membrures en chêne d’un bateau à mât unique étaient remontées pour analyse par les archéologues navals britanniques20. Le naufrage dans des eaux peu profondes avait été précédé d’un incendie qui a dû consumer l’essentiel de la cargaison ; si certains apparaux (ancres, rame de gouverne) ont pu être récupérés peu après la catastrophe, par chance des pièces de monnaie ont alors échappé aux recherches : elles permettent de dater les faits de la fin du iiie siècle, vers 285. Depuis, certaines hypothèses, invérifiables, en ont fait un navire coriosolite, l’un de ceux peut-être qui fréquentaient le port d’Alet, d’origine gauloise mais rééquipé sous l’Empire puisque l’on y a mis au jour les vestiges de la charpente en chêne d’une station de pompage d’eau douce, près de laquelle, dans un contexte du ive siècle, on a retrouvé une petite maquette de bateau sculptée dans un bois de cerf21. Il est clair qu’un équipement aussi délicat à assembler que cette station de pompage n’aurait pas été réalisé sans une demande expresse émanant des marins en partance, désireux d’avoir à leur disposition une source d’eau potable, commode d’accès et d’utilisation facile pour remplir leurs citernes de bord !

  • 22 Patrick Galliou, L’Armorique…, op. cit., p. 173.
  • 23 Horace, Odes, I, XXXI, 13-15.

23Aussi doit-on être certain que l’Armorique n’a jamais cessé de trafiquer avec la Bretagne, tout comme elle a continué à accueillir des cargaisons venant de la mer intérieure (des amphores italiques ont été trouvées sur les Errants de Gâvres22 à l’entrée du chenal de Lorient) ou à servir de point de passage obligé pour d’autres marchandises de provenance moins lointaine, telles ces amphores à salaison du sud de l’Espagne découvertes devant Guernesey ou sur la côte du Hampshire. Aux sceptiques Horace le rappellerait sans réplique, lui qui chante dans l’une de ses Odes « le marchand qui revient trois ou quatre fois l’an, sans dommages, sur l’Océan Atlantique23 ». C’est sur cette toile de fond de relations maritimes maintenues au moins de façon épisodique (et tout à fait inquantifiable, cela va sans dire) pendant la « paix romaine » qu’il convient de replacer les premières migrations au départ de la Bretagne insulaire vers ce qui allait devenir la Bretagne continentale. Les routes de mer anciennes n’étaient ni abandonnées ni oubliées, quoique leur importance fût devenue seconde à l’échelle de l’Europe latine.

L’intrusion des pirates germaniques

  • 24 Les années 260-275 marquent le sommet de la crise piratique, mais la situation ne se rétablit jama (...)
  • 25 Une carte des enfouissements monétaires connus dans le ressort de la future Bretagne figure à la p (...)
  • 26 Eutrope, Historiae Romanae, IX, 21 et Aurelius Victor, Liber de Caesaribus, XXXIX, 20 signalent la (...)

24L’Armorique romaine est-elle morte assassinée depuis la mer ? La question ne sera pas posée tant la réponse paraît évidente : oui, l’Armorique du Haut-Empire voit sa tranquille prospérité lui échapper par la faute des pirates qui s’abattent sur ses rivages à compter de la seconde moitié du iiie siècle24. Ici l’intrus, le barbare est un marin : le sol même de la péninsule en fait foi, lui qui a procuré une abondante récolte de trésors monétaires enfouis à la hâte et jamais récupérés par leurs propriétaires, facilement datables qui plus est par les types de pièces qu’ils recèlent. Ces dépôts ont presque tous été retrouvés soit agglutinés en bordure du liseré côtier soit, en bien moindre nombre, disséminés dans l’axe des vallées de rivières ouvrant sur l’arrière-pays rural25. Si les textes d’époque taisent l’identité de ces pirates du iiie siècle, un faisceau de conjectures solides permet de croire qu’il s’agissait de marins francs en maraude loin de leurs repaires des bouches du Rhin, en tout cas de pirates germaniques26.

L’Armorique romaine sous la menace des pirates germaniques

L’Armorique romaine sous la menace des pirates germaniques
  • 27 Patrick Galliou, « L’ouest de la Gaule au iiie siècle. État de la recherche », BSAF, t. CVIII, 198 (...)
  • 28 Le Gaulois Pacatus le prononça à Rome entre juin et septembre 389. Édition Édouard Galletier, Pané (...)
  • 29 De reditu suo, éd. Jules Vessereau et François Prechac, Paris, 1961, vers 499-506 et 213-216.
  • 30 Sidoine Apollinaire, Epistolae, VIII, 6, § 13-15, édition André Loyen, Paris, 1970.

25Passé le premier assaut piratique contre l’Armorique romaine, dans une contrée désormais appauvrie et en proie à des bouleversements sociaux brutaux dans un contexte marqué par l’exacerbation des conditions extrêmes de richesse ou de pauvreté – dont les révoltes paysannes des bagaudes sont la résultante27 –, les autorités en place doivent encore composer avec une lancinante menace maritime, qu’elles ne parviendront jamais à éradiquer de façon durable. Des allusions y sont faites dans le Panégyrique de Théodose28 (dont le père, également nommé Théodose, comte en Bretagne, aurait défendu avec succès l’île en 368-369 aussi bien contre les entreprises des pirates saxons et francs que contre celles des Scots), dans le poème précieux de Rutilius Namatianus narrant son retour29 vers sa patrie gauloise en 417 (occasion pour lui de remercier au passage son hôte d’une soirée, un certain Victorinus, jadis efficace vicaire d’un préfet de Bretagne à l’en croire, et de rappeler sa parenté avec Exuperantius, à présent « pacificateur » des rivages de l’Armorique, où il restaure par ailleurs la loi et l’ordre contre les bagaudes), et bien sûr dans la lettre que Sidoine Apollinaire30 adresse à son ami Namatius qu’il s’inquiète de voir s’exposer aux coups des redoutables Saxons, dont l’épistolier dresse un portrait saisissant à seule fin de mieux dissuader Namatius de se risquer à devoir les affronter en acceptant le fardeau d’une charge publique en Bordelais… Ainsi, hormis le Pas-de-Calais épargné pour d’évidentes raisons stratégiques, partout ailleurs l’insécurité persiste dans le courant du ive et au début du ve siècle sur les côtes de la Bretagne et de l’ouest de la Gaule ; elle tend même à s’aggraver avec le temps, à mesure que s’accélère la décrépitude d’un Empire en crise, assailli de toutes parts, pour lequel la maîtrise des eaux occidentales ne représente certes pas un impératif vital alors même que son cœur se trouve menacé et sera bientôt souillé par le premier sac de la Ville éternelle.

  • 31 Code théodosien, IX, 40, 24. En revanche aucune allusion n’y est faite à la situation contemporain (...)
  • 32 Si du moins l’on suit sur ce point les propositions de Louis Pape, qui ne paraissent pas avoir con (...)
  • 33 Vers 425 la Notitia Dignitatum mentionne le Tractus Armoricani et Nervicani limitis, commandement (...)

26Rome n’a pas renoncé pour autant, mais toutes les mesures prises dans l’urgence n’y peuvent rien : l’interdiction stipulée en 439 par le Code théodosien31 de vendre aux barbares des plans de navires, la présence d’une puissante escadre à Boulogne et celle, fort probable, de troupes d’infanterie de marine embarquées à Brest, les dispositifs d’alerte par tours de guet communiquant entre elles par des feux, les nouvelles rocades prenant en écharpe le littoral armoricain32, toutes ces dispositions33, utiles au demeurant, n’ont qu’une efficacité relative au ive siècle et s’étiolent très vite ensuite. Les ambitions impériales des « usurpateurs » Maxime (383-388) puis Constantin (407-411), pour lesquels l’île de Bretagne représente moins un fleuron de leurs fragiles dominations qu’une base de départ abandonnée sans états d’âme à un sort incertain, ont certainement accéléré un processus de déprise devenu irréversible dès le début du ve siècle : le rappel des meilleures troupes par Constantin dégarnit en effet les cités de Bretagne, auxquelles le rescrit d’Honorius ôte en 410 tout espoir de recevoir jamais plus des renforts détachés de l’armée de campagne régulière.

  • 34 Epistolae, édition anglaise de A.B.E. Hood, Saint Patrick. His writings and Muirchu’s life, Londre (...)
  • 35 Vita Tripartita (895-901 ?), pars I, chap. 16, citée par l’abbé François Duine, Mémento des source (...)

27Abandonnée à elle-même, l’île doit faire face à une mer peuplée d’indésirables présences, germaniques ou non. La biographie du Breton Patrick est à cet égard intéressante : rapté dans sa jeunesse sur les rivages de sa terre natale par des pirates scots, devenu plus tard leur apôtre, il écrit en retour au roi breton de Strathclyde Coroticus34 pour se plaindre à lui des agissements de certains de ses sujets qui attaquent à présent les nouveaux chrétiens du nord de l’Irlande… L’une de ses vies introduit même un schéma plus complexe, le présentant comme un Breton de naissance que ses parents mènent à seize ans visiter l’Armorique, où ils trouvent la mort massacrés par des princes scots exilés, les sept fils de Fechtmaide, qui ravageaient la péninsule à ce moment-là. Epargnés en raison de leur jeunesse mais retenus captifs, Patrick et ses deux sœurs auraient ensuite été convoyés vers l’Irlande pour y être vendus comme esclaves : dans cet état d’abomination, Patrick y végète six années, apprenant la langue et se persuadant de l’urgence qu’il y avait à conquérir au Christ ces païens enfermés dans leurs abominables superstitions35. En dépit de leur historicité douteuse, ces textes hagiographiques procurent un témoignage plausible tant de la banalité des voyages entrepris par mer à cette haute époque entre les différentes régions habitées par les Bretons, que des dangers inhérents à l’activité insatiable des maraudeurs de toute origine dans ces eaux mal contrôlées.

  • 36 Eusèbe de Césarée écrit dans sa Vie de Constantin que « l’empereur soumit les peuples vivant au bo (...)
  • 37 Nora K. Chadwick, Early Brittany, Cardiff, 1969. Leslie Alcock, Arthur’s Britain, Londres, 1977.

28L’infortune passagère du futur apôtre de « l’île des saints » rappelle utilement une autre donnée capitale pour les origines de la Petite Bretagne : le bouillonnement piratique qui s’empare des Irlandais au déclin de l’Empire. Rome au temps de sa grandeur n’avait pas désiré asservir leur terre, jugée trop excentrée et sans grandes ressources : si les fouilles y révèlent nombre d’objets importés de Bretagne ou du continent, pour l’essentiel néanmoins la société gaélique a pu se développer à l’abri des convoitises comme des influences méditerranéennes. Toutefois, dans ces parages, l’agonie de l’Empire entraîne vite l’irréparable faillite des systèmes de défense censés protéger le cœur de la Bretagne utile des incursions des barbares indigènes, Scots ou Pictes : les pirates irlandais n’hésitent plus à passer la mer pour s’abattre sur les côtes occidentales de la grande île voisine, où ils établissent bientôt de petits royaumes indépendants appelés à survivre assez tard dans le haut Moyen Âge. Les sévères expéditions de représailles menées contre les Scots ne calment que pour un temps leurs ardeurs36. Leurs entreprises contribuent à désorganiser un peu plus une société bretonne déjà ébranlée par son abandon par Rome, et ce n’est pas par hasard que la majorité des immigrants en Armorique proviendront de ces régions littorales de l’ouest désormais exposées à la menace des Gaëls37 : de façon indirecte cette fois, par un effet de ricochet sur les « déplacements de peuples » en cours, la mer tient là encore un rôle de premier plan dans la genèse de la Bretagne continentale.

  • 38 En 464 un fort parti de Saxons remonte la Loire jusqu’à Angers, d’où Childéric et ses Francs les c (...)
  • 39 Stéphane Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Âge, 2 volumes, Lille, 1983. Pour (...)
  • 40 Sur les relations entre la Neustrie mérovingienne et la Bretagne anglo-saxonne, Stéphane Lebecq : (...)

29Seul l’oubli rapide de leurs traditions maritimes par les principaux peuples germaniques38 désormais plus occupés à se disputer les dépouilles territoriales du défunt Empire d’occident apporte aux populations riveraines de la « mer de Bretagne » un soulagement durable : dès le temps de Grégoire de Tours, en effet, les Francs ne s’imaginent plus comme un peuple de marins, ce qu’avaient été pour partie leurs ancêtres. La croissance de l’économie du Nord en général et du commerce « frison » en particulier39 ont aussi offert assez tôt de nouvelles perspectives aux habitants des confins de la Germanie maritime, les incitant à modérer d’autant leurs pratiques piratiques de jadis. Cette mue mercantile leur ouvre d’autres horizons jusqu’au siècle des Vikings qui balayeront ces réussites précoces40 ; elle les incite à se tenir tranquilles en mettant un terme aux raids dévastateurs des premiers Germains maritimes.

L’entrée en scène des Bretons

  • 41 Patrick Galliou, « La défense de l’Armorique au Bas-Empire : essai de synthèse », MSHAB, t. LVII, (...)
  • 42 Les déductions historiques fondées sur la géographie et la linguistique n’ont pas encore reçu de l (...)

30Par un effet en retour imprévisible sur l’instant, la Bretagne continentale va naître du climat détestable que créent, le temps d’une génération spécialement troublée, les déprédations des pirates : lorsque les autorités impériales entreprennent, dès la fin du iiie siècle et durant tout le cours du ive siècle, de corseter l’ouest de la Gaule d’un réseau cohérent de défenses maritimes, le Tractus Armoricanus et Nervicanus41, elles n’engagent pas seulement un impressionnant programme de travaux de génie militaire ; encore leur faut-il s’assurer de quelque 4 000 soldats garnisonnaires que, selon toute vraisemblance42, elles vont pour partie au moins recruter dans la proche île de Bretagne.

  • 43 Les cartes 1 et 2, bâties à partir de données essentiellement toponymiques, et le texte de Léon Fl (...)
  • 44 Jean-Christophe Cassard, « Sur le passé romain des anciens Bretons », Kreiz, n° 5, 1996, p. 5-32.
  • 45 Jean-Christophe Cassard, « La guerre des Bretons armoricains au haut Moyen Âge », Revue Historique(...)

31Là en effet, dans les zones de « borders » des collines de l’ouest, menacées par les raids scots, comme au Nord face aux Pictes, les Bretons, superficiellement romanisés dans leur masse, ont conservé vivantes des traditions guerrières qui font maintenant cruellement défaut partout ailleurs dans un Occident gaulois démilitarisé en pratique depuis sa conquête par les légions de César. On sait par les inscriptions dédiées à d’anciens militaires comme par l’étude de la toponymie résiduelle des régions incluses jadis dans le limes rhénodanubien que l’île constituait une pépinière traditionnelle de vocations à servir sous les armes43, par opposition aux provinces de l’intérieur plus favorisées jusque-là par la pax romana. Durablement certains traits de civilisation des Bretons d’Armorique garderont la marque de cette première vague d’immigration aux fortes odeurs de caserne, païenne, bien proche par ses mœurs de celles d’autres auxiliaires semi-barbares des Romains comme les Lètes francs attestés dans la région de Rennes44, avant qu’une seconde vague, au vie siècle, plus centrée sur l’Armorique occidentale, n’assure la pérennité d’un peuple breton devenu chrétien entre-temps, plus belliqueux que militaire dans ses comportements tout au long du haut Moyen Âge aussi45.

  • 46 Par un paradoxe irritant de l’histoire, les seules « légions bretonnes » attestées en Gaule dans l (...)
  • 47 François Falc’hun, « Le breton, forme moderne du gaulois », AB, t. LXIX, 1962, p. 413-428. Du même (...)

32La connaissance des débuts de ce « déplacement de peuple » réussi relève encore du domaine de l’hypothèse de travail, mais d’une hypothèse dont la plausibilité se renforce peu à peu et que rien ne contredit sur le fond. Pour résumer les choses, la ressemblance, voire la similitude, des niveaux de vie et de civilisation constatée entre les populations des marges de la Bretagne romaine et celles de l’Armorique profonde au ive siècle, aurait grandement facilité l’implantation puis le renforcement des immigrants dans la péninsule. Aux premières cohortes appelées à occuper les fortins nouvellement établis sur le littoral armoricain, peut-être dès la fin du iiie siècle, d’autres seraient venues s’adjoindre quand l’armée de Bretagne passe sur le continent sous les ordres de Maxime en 383 puis de Constantin en 407 : leurs généraux tués pour s’être montrés trop ambitieux dans la course à l’Empire, il paraît probable qu’une fraction des soldats survivants s’établirent en Armorique auprès de leurs compatriotes déjà en place46. Les légendes celtiques, qui font de Maxime un important héros gallois et de Conan Mériadec, son neveu et lieutenant, le premier roi breton de l’Armorique, convergent pour pallier l’insuffisance des données archéologiques et le quasi-silence des textes. Le fait que dans les campagnes des cités osisme et coriosolite on parle encore le gaulois à cette époque (ou plus exactement, comme le proposait Léon Fleuriot, un bas-gaulois en évolution, émaillé de latin populaire) et que ces terres manquent de bras depuis les dévastations commises par les pirates germaniques au iiie siècle et la crise qu’elles initièrent, rend vraisemblable ce scénario, tout en restituant à la langue bretonne un ancrage bimillénaire puisqu’elle ne serait autre que la fille, matinée d’apports insulaires, du gaulois ou celtique continental47.

  • 48 Loïc Langouët, Les Coriosolites…, op. cit., p. 237-244, notamment la carte de la page 243 localisa (...)
  • 49 L’adoption de ce nom de Letavia tiendrait à une confusion possible entre le latin militaire laeti (...)

33Entre autres arguments, les fouilles récentes d’Alet vont dans ce sens : elles révèlent qu’à la fin de l’Empire les relations, déjà notées dans les décennies succédant à la conquête romaine quatre siècles plus tôt, entre le port principal des Coriosolites et l’emporium de Hengistbury Head retrouvent une seconde jeunesse jusque vers 40048. D’autres indices d’une présence bretonne se laissent détecter, notamment dans les environs de Cherbourg, grâce à la reconnaissance sur site de nombreuses poteries insulaires. Enfin, il n’est pas impossible que l’un des noms les plus anciens de la Bretagne continentale, Letavia, vite sorti de l’usage de ce côté-ci de la mer mais demeuré bien vivant au Pays de Galles sous la forme Llydaw, tire son origine du statut militaire des premiers occupants bretons de la péninsule, qui y arrivèrent comme auxiliaires ou lètes de l’armée impériale49. Ces troupes de garnison auraient été plus spécialement chargées de la défense du littoral des Osismes, dont la configuration de la cité préfigure le dessin de la Basse-Bretagne, du moins dans le nord de la péninsule où la rivière du Gouët, qui se jette dans la baie de Saint-Brieuc, marque durablement la terminaison du peuplement bretonnant continu.

  • 50 Émilienne Demougeot, « Les invasions germaniques… », article cité, p. 34-36.
  • 51 Gildas, De excidio et conquestu Britanniae, XV, XVII, 1 et XX, 1, édition John Morris et Michael W (...)
  • 52 Du moins ceux du parti de Vortigern, que Léon Fleuriot qualifiait de « nationaliste » par oppositi (...)
  • 53 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique de la nation anglaise, I, 14-15.

34L’effondrement de l’Empire d’occident contraint les Bretons à prendre en main leur destin sans l’avoir vraiment désiré : dès 410 Honorius fait répondre depuis Ravenne aux demandes pressantes des cités de Bretagne qu’elles auront désormais à assurer elles-mêmes leur défense. D’autres appels à l’aide suivent pourtant, tout aussi peu entendus : en 417, après avoir rétabli un semblant d’ordre en Armorique, le patrice Constance songe à passer la mer afin d’aider les Bretons, mais rien n’autorise à penser qu’il mit son projet à exécution50 ; Gildas affirme que ses compatriotes s’adressèrent encore à Aetius l’année de son troisième consulat, c’est-à-dire en 446, à un moment où, vainqueur des Francs Saliens, il était présent sur la côte du Pas-de-Calais. Sans plus de résultat concret. Et Gildas de constater que c’était là leur troisième appel à ce qu’il demeurait de la puissance romaine en Gaule51. Ce sera aussi le dernier. Déçus dans leur attente et inquiets devant la recrudescence des attaques de leurs ennemis pictes au nord, de celles des pirates irlandais à l’ouest et germaniques à l’est, les Bretons52 font alors le choix de traiter la menace immédiate des Pictes par ce qu’ils espèrent constituer un moindre mal au vu de leurs difficultés militaires, en recourant aux services de mercenaires recrutés parmi des tribus germaniques maritimes habitués à se louer ainsi au plus offrant… lesquels bientôt se retournent contre leurs employeurs et entreprennent la conquête de leur terre. À cet adventus Saxonum, Bède le Vénérable assigne 449 comme date du débarquement des contingents initiaux sur la côte du Kent à l’appel de Vortigern, 455 comme année de la révolte des chefs Hengist et Horsa53.

  • 54 Gildas, De excidio Britanniae, op. cit., XXV, 3 et XXVI, 1.

35La Bretagne insulaire est dès alors menacée dans son existence même. Durant quelques décennies, jusqu’au redressement militaire amorcé par Ambrosius Aurelianus et confirmé par la victoire sur les Saxons au siège du Mont Badon vers 481, sa survie demeure aléatoire. Le triomphe provisoire de ses armes lui assure, au dire de Gildas qui serait né cette année-là, quelque quarante-trois années de paix et de tranquillité extérieures54, mais de profonds changements se produisent en son sein que dénonce, dans une prose inspirée, le prophète des Bretons, outré des crimes conjugaux comme des guerres intestines que perpétuent leurs rois, indigné des mœurs nauséabondes de leur clergé. De manière rapide et semble-t-il inexorable, la Bretagne post-romaine change de visage : au terme d’un processus accéléré de régression historique, elle aura presque retrouvé les traits qui étaient les siens dans la protohistoire, exceptions faites de la nouvelle foi en Christ, que les Bretons ont solidement embrassée, et d’un vague sentiment d’appartenance politique à la romanité, surtout vivace en Armorique d’ailleurs. C’est que la brillante façade de la Bretagne impériale n’est pas seulement ébranlée de l’extérieur, elle se trouve minée de l’intérieur par une puissante lame de fond qui ramène à la surface les modes de vie et les formes d’exercice de l’autorité en usage parmi les tribus celtiques d’avant la conquête.

  • 55 Constance de Lyon, Vie de saint Germain, édition René Borius, Paris, 1965, chap. III et V.
  • 56 De Excidio Britanniae, XXVII sq. L’étude fondamentale sur Gildas est aujourd’hui celle du latinist (...)
  • 57 Aquitaine and Ireland in the Middle Ages (s. d. Jean-Michel Picard), Blackrock, 1995. Notamment le (...)
  • 58 Charles Thomas, « Gallici nautae de Galliarum provinciis ». A sixth/seventh century trade with Gau (...)

36Constance de Lyon, dans sa biographie de saint Germain d’Auxerre55, suggère en effet que le système administratif latin, encore bien présent en 429, n’existe plus lors du second passage de son maître dans l’île vers 445-446, que les magistrats de style romain y ont disparu dans l’intervalle, le pouvoir étant dorénavant tombé entre les mains de chefs à demi-barbares, ceux précisément que Gildas traite de « roitelets » et de « tyrans »56. Le vernis de la civilisation classique se craquelle, s’écaille puis tombe tandis que la Bretagne celtique en difficulté se retrouve de plus en plus isolée et finalement coupée de l’ancien monde dominant : si les fouilles de Tintagel en Cornwall ont mis au jour des céramiques méditerranéennes du vie siècle, celles-ci disparaissent ensuite et avec elles, les importations d’huile d’olive que ces récipients contenaient sans doute ; dans l’ouest breton et en Irlande les contacts ne subsistent plus qu’avec la Gaule occidentale et l’Aquitaine57 (attestés par la céramique E de facture gallo-romaine, dont la poterie de petits objets à usage domestique, dure et rugueuse, est très caractéristique ; produite dans la vallée de la Loire, en Saintonge ou dans le Bordelais ?) pour disparaître complètement au viiie siècle en termes de traces archéologiques58.

  • 59 Archibald R. Lewis, The Northern Seas. Shipping and commerce in Northern Europe, A. D. 300-1100, P (...)
  • 60 Archibald R. Lewis, « Le commerce et la navigation sur les côtes atlantiques de la Gaule du ve au (...)

37La seule ouverture possible de l’île vers le monde extérieur demeure en fait l’Armorique bretonne dont l’existence et la vitalité se sont affirmées de façon paradoxale en ces siècles de misère. Au sein de la « thalassocratie celtique59 » qui domine bientôt sans partage les eaux de la Manche occidentale et de sa frange océane, les Bretons ont seulement à compter avec les Scots ou Irlandais, désormais leurs frères en religion et encore trop souvent en piraterie, durant tout le haut Moyen Âge. Dans le contexte apaisé mais atone caractéristique alors des mers ponantaises, à l’écart des grandes aires de croissance du temps, les moines ou les colons en route vers l’Armorique craignent moins au large les mauvaises rencontres que les soudains excès de la mer. Cette relative facilité de circulation explique que les voyages de l’une à l’autre contrée n’ont rien que de très usuel au sein d’un monde brittonique conscient de ses racines communes, même si rien ne prouve qu’un commerce véritable – comparable à celui qui survit aux temps mérovingiens entre l’Irlande et l’Aquitaine60 – anime les eaux du Ponant (dont les sociétés bordières n’ont en vérité pas grand chose à échanger entre elles en dehors des pèlerins et des paysans affamés de terres à remettre en culture). Ainsi alimenté de façon durable et continue, le succès de l’implantation bretonne en Armorique tient aussi pour une bonne part à l’alliance étroite établie entre les soldats bretons et les Armoricains de tradition provinciale.

  • 61 Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 178-184. Jean-Christophe Cassard, « Sur le passé romain (...)
  • 62 Jean-Christophe Cassard, « Les navigations bretonnes aux temps carolingiens », L’Europe et l’Océan (...)

38Ensemble, ils combattent aux Champs Catalauniques les hordes d’Attila et contribuent à les chasser de Gaule ; ensemble, ils s’opposent à l’avancée de Childéric, le père de Clovis, et obtiennent de son fils, vers 500 ou plutôt 508, la reconnaissance de leur existence légale, exempte de toute sujétion contraignante, une fois que le roi des Francs se sera fait baptiser et aura reçu de Byzance les insignes honorifiques de consul : devenu tout à la fois chrétien et représentant autorisé de l’autorité romaine, ou plutôt de sa fiction, en Gaule, les Bretons n’ont plus de raisons de s’opposer à lui61. Sous le règne de Childebert, la paix armée se muera même en alliance entre les deux peuples : c’est alors que les hagiographes placent le passage en Armorique de tous les saints fondateurs, auprès desquels le fils de Clovis, roi de Paris depuis 511 à la mort de son père, garde la réputation la plus enviable pour avoir toujours su favoriser discrètement l’Église de divers dons et privilèges, sans jamais s’immiscer de trop dans les affaires bretonnes… Sa mise à l’écart en 555 puis sa disparition en 558 ouvrent une nouvelle ère dans les rapports entre Francs et Bretons, dont Grégoire de Tours s’est fait le chroniqueur partial et vigilant puisque c’est alors, dans cette seconde moitié troublée du vie siècle, que les expéditions de Waroc alimentent le courroux de l’archevêque tourangeau. Quant aux immigrants, ils continuent à passer la mer, en moindre nombre qu’aux temps bénis de Childebert, jusqu’au viiie siècle probablement, c’est-à-dire jusqu’aux bouleversements induits par les débuts de la conquête carolingienne. Encore leur fallait-il pour ce faire disposer des instruments nautiques et du savoir-faire adéquats62.

Les bateaux des immigrants

39La violence des tempêtes et surtout celle des courants côtiers qui labourent les fonds laissent mal augurer de l’espoir de jamais relever en Armorique une épave bien conservée de bateau du haut Moyen Âge : les quelques épaves antiques et médiévales découvertes en Méditerranée l’ont été par suite de circonstances propices dont la réunion paraît peu plausible sur nos rivages, soit qu’elles aient fait naufrage sur des fonds vaseux et abrités au fond d’une baie, qui les ont happées et comme nappées d’une gangue protectrice, soit qu’elles aient été volontairement coulées pour assurer leur première assise à une digue ou à un quai (les découvertes scandinaves de l’âge des Vikings répondent aux mêmes conditions de conservation aléatoire en milieu humide dans les fjords). La rusticité des ports bretons, longtemps demeurés en l’état, sans aménagements spécifiques – simples grèves d’échouage au fond d’une crique – écarte la seconde possibilité aussi sûrement que les éléments déchaînés paraissent être rapidement venus à bout des restes de navires déchirés sur les récifs ponantais. À cela s’ajoutent encore les mauvaises conditions relatives de plongée sur le littoral de la Manche, qui freinent d’autant les progrès de l’exploitation archéologique du plateau continental.

  • 63 La question de la datation de la Vita prima Samsonis (édition Robert Fawtier, La Vie de saint Sams (...)
  • 64 Pierre Riché, « Les hagiographes bretons et la Renaissance carolingienne », Bulletin Philologique (...)

40Demeure comme seule source d’information possible la littérature, et en particulier les récits de traversées maritimes véhiculés par la littérature hagiographique, les vies de saints. Mais ce corpus de récits, au demeurant le plus souvent brefs et allusifs quant aux données matérielles, est-il fiable ? Dans leur état de conservation actuel les plus anciennes vies de saints bretons sont très postérieures aux événements qu’elles sont censées rapporter : la geste des saints fondateurs a en effet été couchée par écrit au temps de la Renaissance carolingienne, au ixe siècle, même si certains récits reprennent peut-être des modèles mérovingiens dont on n’a pas gardé de traces certaines63. Trois ou quatre siècles séparent donc le présent de l’hagiographe des jours anciens qu’illustra son héros… ce qui est énorme et a par là-même souvent fait naître des doutes radicaux quant à la validité de ce matériau testimonial comme source de référence historique, en particulier au début de ce siècle sous l’influence de Ferdinand Lot et de l’école positiviste (ou hypercritique) qu’il anima depuis son séminaire de l’École Pratique. Il semble cependant aujourd’hui admis de tous les spécialistes que les vies, si elles apportent des données événementielles incontrôlables et probablement inventées de toutes pièces pour beaucoup, sont par contre plus fiables quant aux traits de civilisation qu’elles véhiculent : pour rendre recevables leurs dires, les auteurs ne devaient-ils pas d’ailleurs parer ces saintes biographies de détails matériels susceptibles de les cautionner en les insérant mieux dans le paysage régional64 ? Cette recherche d’un « effet de réel » (Roland Barthes) à l’œuvre dans ce genre d’écriture monastique autorise sans doute à y isoler quelques indications valables sur le volet nautique des migrations bretonnes, d’autant que cet aspect n’a pas dû tellement évoluer durant les siècles du haut Moyen Âge.

Deux familles de navires

  • 65 Eric Rieth, « Bilan des recherches d’archéologie navale dans le domaine atlantique au Moyen Âge », (...)

41Les marins bretons, les marins celtes en général, utilisent alors deux familles distinctes de navires : la coque des uns est faite de peaux de bœufs tannées, imperméables, cousues entre elles et arrimées sur une armature d’osier ou bien de bois léger qui leur donne forme ; les autres, au contraire, sont solidement membranés et bordés de bois, selon les principes de la construction « à charpente première » – il s’agit en quelque sorte de bâtir le squelette du futur bateau avant de l’enrober de planches jointives disposées à clin, qui se chevauchent à la manière des tuiles sur un toit (très tard dans le Moyen Âge atlantique apparaît un nouveau mode de construction, dit à carvel ou à franc-bord, dans lequel les planches du bordé sont jointives, tous les interstices pouvant subsister ou venir à se créer entre elles étant ensuite calfatés par un bourrage d’étoupe ou de quelque autre matière imputrescible à base de mousses végétales). Dans la Méditerranée antique la pratique des charpentiers de marine était tout autre : on y construisait à franc-bord mais « bordé premier », c’est-à-dire qu’une fois achevée, la carène du navire recevait un renfort de membrures internes qui lui procuraient un surcroît de solidité. Moins résistant à l’usage, surtout sur des mers formées qui font travailler les coques et les fatiguent, ce principe de construction est délaissé à l’orée du Moyen Âge au profit d’un mode « à franc-bord charpente première », dont l’exemple le plus ancien serait l’épave de Saint-Gervais II (Fos-sur-Mer) du premier quart du viie siècle65.

  • 66 Cependant Alain Guillerm assigne au ponto des Vénètes une origine punique, en rapport avec les éch (...)
  • 67 Cesar, De bello civile, III, 40. Une représentation de ponto se voit sur une mosaïque à motifs nav (...)
  • 68 Cesar, De bello civile, I, 54.
  • 69 À la fin du xviie siècle, le capitaine Thomas Philipps dessine un grand curragh de charge sous voi (...)

42Quant à eux, les deux types de coques en usage au temps des migrations bretonnes sont autochtones66, bien attestés en Armorique comme sur les rivages de l’île de Bretagne dès l’Antiquité : Jules César nous a laissé une description célèbre des bateaux vénètes, ces véritables cathédrales flottantes comparées aux galères romaines basses sur l’eau, qu’il vainquit un peu par ruse de bataille – des faux fixées sur de longues perches permettent à ses soldats de trancher les haubans de leur mât unique, faisant affaler du même coup la voile – et beaucoup par chance puisque le vent vint à manquer à la flotte armoricaine, dès lors paralysée et incapable d’organiser sa défense. Son portrait de ces redoutables vaisseaux de chêne n’est point avare d’éloges tant sur l’art des charpentiers gaulois que sur l’excellence de leur production, ces lourds pontos bien adaptés aux difficiles conditions de navigation sur l’océan et sans équivalents militaires en Méditerranée, à tel point que César y a recours par la suite dans sa lutte contre Pompée, lors de la bataille du cap Lissus67. Le même César témoigne ailleurs avoir aperçu au large des côtes méridionales de la Bretagne des embarcations de bois léger, croisillonnées d’osier, le tout recouvert de peaux imperméabilisées68. C’étaient là les ancêtres des curraghs de mer irlandais encore employés sur les îles d’Aran aux temps modernes69 et contemporains, tandis que sur certaines rivières du Pays de Galles des coracles, identiques dans leur principe de construction mais de taille beaucoup plus modeste puisqu’un seul homme peut y prendre place, sont toujours utilisés par les plus traditionalistes des pêcheurs de saumons… Plusieurs auteurs anciens ont d’ailleurs parlé de façon sommaire de ces étranges esquifs, et Festus Avienus atteste qu’une partie des Celtes de Cornwall employaient encore au ive siècle des curraghs en peau de type océanique, tandis que Sidoine Apollinaire fait remarquer qu’ils n’en avaient pas l’exclusivité puisque de son temps

  • 70 Sidoine Apollinaire, Panégyrique pour Avitus, dans les Monumenta Germaniae Historica, Auct. Antiq.(...)

« […] les rivages de l’Armorique s’attendaient à recevoir le pirate saxon pour qui c’était un jeu de sillonner la mer bretonne sur une peau et de fendre la mer glauque d’une barque de cuir cousu70 ».

  • 71 Gildas, De Excidio Britanniae, XIX, 1 (il s’agit des curraghs armés par les Pictes et les Scots). (...)
  • 72 Arthur de La Borderie, Vie de saint Efflam, Rennes, 1892, lectio V, chap. 12, p. 15-16.
  • 73 Vita Machutis, dans Ferdinand Lot, Mélanges d’histoire bretonne, Paris, 1907, p. 301. Léon Fleurio (...)

43La première mention de curraghs désignés comme tels, sous la forme latinisée curuca, se lit sous la plume du Breton Gildas au vie siècle ; la dernière, sous celle de Giraud de Cambrie au xiie siècle71. Dans l’intervalle, plusieurs sources bretonnes armoricaines en gardent le souvenir ou les décrivent avec une précision suffisante pour qu’on puisse en inférer qu’ils étaient, ou tout au moins qu’ils avaient été en usage de ce côté-ci de la Manche. La Vie de saint Efflam, mal datée (elle est sans doute du xiie, voire du xiiie siècle, mais renferme des traditions bien plus anciennes) parle d’un navigium de corrio à bord duquel sainte Enora aurait passé la mer pour rejoindre celui que ses parents lui destinaient pour époux et auquel l’unissait en réalité la même aspiration à vivre dans la continence érémitique72. Le chapitre V de la Vie de saint Malo par l’Anonyme rapporte comment le saint se rendait chaque jour « dans l’île qui jusqu’à aujourd’hui est appelée en breton Rorea ». Un manuscrit porte Korea en lieu et place de Rorea, ce qui incitait Léon Fleuriot à penser que ce nom inusité de Rorea ne serait pas celui d’une île, mais plutôt un terme indigène (*koruc ?) mal compris et estropié par un copiste tardif : on tiendrait là le correspondant armoricain du gallois corwg et de l’irlandais curragh73.

Représentations antiques de navires de tradition britto-armoricaine

Représentations antiques de navires de tradition britto-armoricaine

Sur deux pièces de bronze frappées par Cunobelin, roi des Trinovutes/Catuvellauni, vers 20-43 A.D. et découvertes à Canterbury (à gauche) et à Sheepen près de Colchester (à droite). Dessins : Institut d’Archéologie d’Oxford.

Navire de type « ponto » représenté sur la mosaïque du iiie siècle de la maison des Muses à Althiburus (musée du Bardo, Turin). D’après Sean Mac Grail « Boats and boatmanship in the southern North Sea and Channel », dans Sean Mac Grail (s. d.), Maritime Celts, Frisians and Saxons, Council of British Archeology Research Report, n° 71, 1990, p. 42-43.

44La référence la plus explicite à des navires de cuir se découvre dans la Vie de saint Guénaël mise par écrit au tout début du ixe siècle. Le rédacteur décrit l’homme de Dieu quittant, sur une invite angélique, l’île de Bretagne où cet Armoricain de naissance avait pérégriné trente-quatre ans durant :

  • 74 Vita Ia Guenaili, édition Fanch Morvannou, Saint Guénaël, Brest, 1997, chap. 6, p. 55.

« Il se tresse une barque d’osier et arme un bateau. Il monte tout seul dans la nacelle qu’il avait recouverte (de cuir) ; il vogue sans rameur, sans pilote, mais avec l’aide de Dieu et l’escorte d’une quantité de livres et de reliques. Enfin, après une heureuse traversée, il entre dans un port d’une contrée qu’on nomme la Cornouaille. Il y construit trois monastères, puis il arrive dans l’île que les habitants du pays appellent Groix74 ».

  • 75 Dom François Plaine, « Une Vie inédite de saint Brieuc, texte latin avec prolégomènes français », (...)
  • 76 Robert Fawtier, La vie de saint Samson…, op. cit., livre I, chap. 47, p. 143.

45On ne suivra pas forcément l’hagiographe quant aux circonstances miraculeuses prévalant durant la traversée, mais sa description du fragile esquif marin de Guénaël correspond bien à ce que l’on connaît d’un coracle : sa longueur est d’environ deux mètres et il peut facilement être porté à dos d’homme, alors que les grands curraghs de pêche atteignaient une dizaine de mètres dans les îles d’Aran. Mais le coracle est une embarcation de rivière ou de lac, bien incapable en temps normal d’affronter la haute mer… Pourtant la Vie de saint Brieuc donne elle aussi à voir l’équipage d’une scapha, d’une barque semblable par sa taille à celle empruntée par Guénaël, la tirer au sec, la dénuder de son gréement puis la laisser sur le rivage ainsi désarmée75. Quant à saint Samson, dont la vie 76 est assurément la plus ancienne des Vitae bretonnes, après un passage en Irlande, il avait l’habitude de placer son esquif sur son chariot, ou son chariot dans son esquif selon le besoin de l’heure, en sorte qu’il pouvait, sans jamais se défaire de ses livres, franchir terres et rivières sans perte de temps grâce à cet ingénieux assemblage amphibie !

  • 77 Timothy Severin, Le voyage du saint Brandan, Paris, 1973.

46Le grand curragh de mer n’est pas mentionné dans les sources bretonnes armoricaines, sans qu’on puisse déduire de cette lacune qu’il fût inconnu de ces rivages. On le connaît bien par contre à travers la Vita prima sancti Brendani : ses membrures légères de pin (d’osier selon un manuscrit) sont recouvertes de peaux de bœufs rougies par le tanin, cousues entre elles et ointes de graisse aux jointures. Il y a quelques années déjà Timothy Severin et son équipe entreprirent avec succès de reconstruire un semblable navire, long de onze mètres et couvert de quarante-neuf peaux de bœufs tannées à l’ancienne : il ne mit que deux mois, refaisant le trajet de Brendan vers « les îles fortunées », pour couvrir la distance séparant Brandan Creek en Irlande de Terre-Neuve, touchant au passage les îles Feroé et l’Islande. C’est dire les remarquables qualités marchantes de cette réplique, d’autant qu’elle essuya une forte tempête au large et que des glaces dérivantes en crevèrent la coque, que l’on put heureusement réparer avec les moyens de fortune du bord77 !

  • 78 Vocabulaire relevé dans la note 24 de l’article de Jean-Michel Picard, « Aquitaine et Irlande dans (...)

47Les bateaux en bois sont couramment désignés par le terme générique navis, trop vague pour être d’une quelconque utilité testimoniale. D’autres mots, comme le poétique ratis, se rencontrent parfois sous la plume des hagiographes bretons, qui n’usent cependant pas de la riche palette de vocabulaire maritime de l’Irlandais Adomnan dans sa Vie de saint Columba78. La Translation de saint Magloire évoque par exemple les rapides carinas des insulaires de Sercq : d’après le contexte, il s’agit de véloces barques de pêche

  • 79 Arthur de La Borderie, « Les miracles de saint Magloire de Dol », Mémoires de la Société Historiqu (...)
  • 80 Léon Maitre et Paul de Barthou, Cartulaire de Quimperlé, Paris-Rennes, 1904, p. 45.
  • 81 L’inexistence d’un monnayage spécifique en Armorique durant le haut Moyen Âge nous prive de possib (...)
  • 82 Gildas, De Excidio Britanniae, XXIII, 3. Les cyulae des Saxons (cf. anglais keel) appartiennent sa (...)
  • 83 Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 212.

48– le terme se retrouve dans la Vie de saint Malo par Bili79. Lembulus apparaît dans la vie de saint Gurthiern80. Quel que soit le mot employé, il reste de toute façon impossible dans l’état actuel de nos connaissances81 de préciser la forme de ces navires océaniques, qui se répartissent peut-être entre deux grandes familles en fonction de leur taille et de leur emploi. Gildas au vie siècle appelle naves longae les bateaux bretons82 : cette référence à leur longueur remarquable donnerait à penser qu’ils dérivent de navires de guerre romains aux formes effilées, du genre de la galère. Ce type disparaît-il ensuite des rivages armoricains ? Il n’en est en tout cas plus explicitement question dans les écrits du ixe siècle, mais la linguistique démontre que le breton moderne lestr « bateau, navire » provient du latin longa (navis)83. Des navires de charge aux formes plus rondes, dérivés de l’ancien ponto des Armoricains du temps de l’indépendance gauloise, doivent aussi avoir existé en parallèle aux coques longues dévolues aux transports rapides ou à la guerre.

  • 84 Gwénaël Le Duc, Vie de saint Malo…, op. cit., livre I, chap. 15, p. 63-65.
  • 85 Bernard Merdrignac et André Carrée, La Vie latine de saint Lunaire, Landévennec, 1991, chap. 6, p. (...)
  • 86 Gwénaël Le Duc, Vie de saint Malo…, op. cit., livre I, chap. 26, p. 91. Charles Cuissard, Vita Pau (...)

49La capacité d’emport de tous ces navires hauturiers ne paraît pas négligeable, même si l’on prend soin d’écarter, à cause de leur invraisemblance proprement miraculeuse, certains chiffres avancés par des hagiographes enthousiastes : saint Malo serait ainsi parti en compagnie de son maître saint Brendan, sur « un navire très solide » avec 95 hommes84 ; saint Lunaire aurait embarqué avec 72 disciples, chiffre christique, et saint Brieuc avec pas moins de 84 frères85… Plus raisonnables paraissent l’équipage de saint Malo quand il émigre vers l’Armorique avec 33 moines ou celui de saint Paul Aurélien qui prend à son bord douze moines, douze laïcs de sa parenté, avec en sus quelques esclaves et familiers86. Cela correspondrait en somme à des unités d’une quinzaine à une vingtaine de mètres de long.

À la rame et à la voile

  • 87 Procope de Césarée, Histoire des guerres de Justinien, livre VIII, chap. 20-55.
  • 88 Vita Eparchii, chap. X, p. 562, citée par Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit.
  • 89 Des chants de marins rythmaient le travail sur les bateaux, remplacés par des psaumes au dire de G (...)
  • 90 Arthur de La Borderie, Les trois Vies anciennes de saint Tudual, Paris, 1887, chap. I de la premiè (...)

50Dans un passage célèbre sur le rôle de passeurs d’âmes imparti aux Armoricains habitant certain village côtier, Procope de Césarée témoigne qu’à la fin de l’Antiquité le bruit courait jusqu’à Byzance qu’on pouvait utiliser des embarcations propulsées à la seule force des rames pour traverser la Manche, mais il précise aussitôt après qu’il existait dans ce même village de pêcheurs des barques ordinaires marchant à la rame ou à la voile selon les circonstances87. Notation identique dans la vie de saint Eparchius, un évêque de Bordeaux mort en 581, concernant des embarcations bretonnes aventurées dans la Gironde peu après le trépas de ce pasteur88. La première vie de saint Tugdual rapporte une tradition selon laquelle le bienheureux fondateur de Tréguier et ses soixante-douze disciples firent nager les avirons, et eux seuls, durant leur route vers la péninsule89 ; de façon significative, la troisième vie du saint, compilée sans doute vers le xiie siècle, n’imagine plus qu’un navire à voile : c’est que l’emploi de la force musculaire seule est entre-temps sorti de l’usage, elle est même devenue inconcevable pour les hommes de l’époque romane, pourtant toujours prompts à imaginer des faits miraculeux en matière de navigation puisque l’équipage se révèle dans cette version avoir été composé exclusivement d’anges matelots90

  • 91 Gildas, De Excidio Britanniae, XVI.
  • 92 François Plaine, Une Vie inédite…, édition citée, chap. 44.
  • 93 Son affirmation péremptoire n’est d’ailleurs pas sans éveiller un certain scepticisme : peut-être, (...)

51Ces mentions anciennes de rameurs lancés à l’aventure sur l’océan ne sont pas absurdes dans leur principe (les Saxons ont sans doute rejoint à l’aviron les rivages de la Bretagne dans les mêmes années), mais déjà Gildas note que les grands curraghs des Scots avancent à la force du vent comme à celle des rames91 et la vie de saint Brendan relate qu’après quinze jours de navigation vers l’ouest, le vent étant tombé, les frères saisissent les avirons jusqu’à ce que les forces leur manquent. Alors Brendan les réconforte : « Rentrez donc les rames et les gouvernails, contentez-vous de maintenir les voiles déployées » et bientôt une brise de mer se lève pour les tirer de ce mauvais pas. La vie de saint Brieuc associe elle aussi les deux modes de propulsion92. Nul doute pourtant que la voile s’impose de plus en plus pour les courses au large, notamment quand de lourds navires en bois sont impliqués. Elle a d’ailleurs gagné en efficacité et en légèreté depuis les temps protohistoriques : tissée avec des fibres textiles naturelles puis tannée, elle s’avère certainement plus souple et plus maniable que les lanières de cuir cousues équipant les navires vénètes au dire de César93.

  • 94 Charles Cuissard, Vita Pauli Aureliani, livre II, chap. XII, p. 438.
  • 95 Robert Fawtier, La Vie de saint Samson, op. cit., p. 134-135.
  • 96 Bernard Merdrignac et André Carrée, La Vie latine…, op. cit., chap. 6, p. 140.

52En général une seule voile suffit, mais il existe apparemment des navires au gréement plus complexe : celui qu’emprunte saint Paul pour passer de l’île d’Ouessant sur le continent a plusieurs voiles94. La toile est soutenue par une vergue (antenna) manœuvrée par un matelot de faction, et après la traversée elle sera déposée pour être séchée au soleil. Des marins professionnels assurent la manœuvre. Saint Samson en emploie : un conflit ne tarde d’ailleurs pas à les opposer quand le saint déclare vouloir retarder son départ d’une journée. Furieux, les marins appareillent sans lui, mais un vent violent les rejette bientôt au port où Samson les attendait, impassible. Le lendemain, au contraire, ils hissent l’ancre avec leur insigne passager à bord et la traversée s’avère heureuse95. Le maître commande le bateau ; il a sous ses ordres un timonier et un matelot de proue chargé de veiller à l’avant. « L’un fut à la proue, l’autre se tint au milieu arrangeant tout le gréement et le troisième fut leur pilote96 » : ces « trois hommes tout de blanc vêtus », trois anges qui ne reparurent plus jamais une fois leur mission exécutée au profit de saint Lunaire, concentrent dans une stylisation extrême les trois fonctions primordiales des gens de mer : la surveillance de la route, la manœuvre de la voile principale, enfin la gouverne. Les autres membres de l’équipage n’ont pas de spécialités apparentes.

53Armer un navire prend du temps et cela peut venir contrarier des projets d’appareillage rapide. Saint Paul Aurélien doit ainsi attendre plusieurs jours auprès de sa sœur (elle-même devenue religieuse) le moment où tout ce qui semble indispensable sera enfin réuni. En désespoir de cause, et malgré les supplications de la jeune nonne lui enjoignant de demeurer encore un peu auprès d’elle, il décide d’abandonner sa patrie insulaire, sans idée de retour, alors que tout le nécessaire n’est pas rassemblé. Dans ce cas, il s’agit certainement des vivres et de l’équipement requis pour une première installation en terre étrangère. Les navires de charge ordinaires, lorsqu’ils s’adonnent au cabotage, ne prennent pas tant de précautions et leurs équipages peuvent finir par tomber à court de victuailles : les Miracles de saint Philibert illustrent ce dénuement circonstanciel à propos d’une flottille bretonne bloquée au port trop longtemps.

  • 97 Léon Maitre, « Miracles de saint Philibert. Édition et traduction française », Bulletin de la Soci (...)

« Ils y restent neuf jours ; les habitants de l’île leur fournissent, comme à des étrangers, de quoi manger et boire car ils n’avaient pas de vivres sur leurs navires, n’ayant pas pris de provision de grain et ne remportant qu’un chargement de sel97 ».

  • 98 Gildas Bernier, « Les navires celtiques au haut Moyen Âge », Études Celtiques, t. XVI, 1979, p. 28 (...)
  • 99 Léon Fleuriot, Dictionnaire des gloses en vieux-breton, Paris, 1964, p. 241.
  • 100 Stur peut dériver du scandinave styri comme du vieil-anglais steor ou du vieil-allemand steuer : l (...)
  • 101 Léon Fleuriot, Dictionnaire…, op. cit., p. 58. Eor en breton contemporain.

54L’équipement nautique reste très sommaire : les apparaux comprennent deux pièces essentielles, l’ancre et l’appareil de gouverne. Ce dernier peut dans certains cas avoir été emprunté à des techniques plus élaborées de l’Antiquité : l’Anonyme, évoquant au chapitre VII de sa vie de saint Malo les préparatifs de voyage de Brendan, écrit que le « saint maître » a construit un navire aplustral. L’aplustre est en fait un type de gouvernail perfectionné, connu de Sidoine Apollinaire, composé « d’une caisse à claire-voie construite à l’arrière du bâtiment ; dans le haut de ce puits une gorge limitait le déplacement d’un tenon de la mèche qui ne pouvait ainsi descendre et n’effectuait qu’une rotation limitée98 ». Deux rames, ligaturées entre elles, assuraient la manœuvre, le barreur se tenant sur le milieu du pont arrière. Les autres vies ne laissent pas deviner le dispositif technique qui se dissimule derrière le vocable générique gubernaculum. Le vieux-breton avait un mot, leu, pour désigner cet indispensable accessoire99 : plus tard il fut remplacé dans l’usage courant des gens de mer armoricains par stur, un terme d’origine germanique assurée, quoique sa date d’emprunt fasse problème. On ne sait en effet s’il s’imposa dans la foulée des incursions vikings, ou plutôt avec la révolution induite par le gouvernail d’étambot ou gouvernail axial moderne adopté dans le courant du xiiie siècle après sa mise au point dans le monde de la Baltique100. Quant aux ancres, elles sont attestées à maintes reprises et déjà César signalait les ancres vénètes que de solides chaînes de fer portaient. Comme le mot vieux-breton aior dérive du latin anchora101, il est possible que l’objet lui-même soit d’origine romaine dans son architecture de métal et ait succédé aux ancres armoricaines primitives faites de grosses pierres plates reliées à un filin, à moins que l’emprunt linguistique ne s’applique à ces dernières sans rupture dans la tradition. Aucun indice archéologique n’apporte en tout cas de réponse sur ce point.

Faire route sur mer

  • 102 On lira un brillant essai de reconstitution nautique d’une traversée depuis le Cornwall jusqu’à Ou (...)
  • 103 Poésie gnomique galloise citée p. 20 de Léon Fleuriot, Jean-Pierre Lozac’hmeur et Louis Prat, Réci (...)

55Si les marins bretons pratiquent nécessairement une forme de navigation hauturière, force est de constater qu’on ignore tout des procédés dont ils usent lors de ces traversées pendant lesquelles ils perdent de vue la terre ferme : sans doute savent-ils se repérer plus ou moins en fonction du soleil, des étoiles, de certains courants et d’amers remarquables à l’approche des côtes, ou bien sonder à main la profondeur d’eau disponible sous la quille, mais ces pratiques empiriques n’ont laissé aucune trace explicite dans la documentation jusqu’à la fin du Moyen Âge102. Domaine réservé de la tradition professionnelle des gens de mer et de la transmission orale d’une génération à la suivante, ces connaissances tirées de l’expérience accumulée par les anciens et de l’observation pratique n’ont jamais eu l’heur de rencontrer l’écrit ! De même d’autres composantes essentielles du savoir-faire marin, sans doute jugées triviales, nous échappent : les saisons propices à la navigation par exemple, jamais indiquées dans les vies, quoique l’hiver marque certainement un assoupissement, sinon l’arrêt, des activités maritimes lorsque « les mâts des navires sur la mer sont nus103 ».

  • 104 Vita sancti Yvii, Acta Sanctorum, octobre/III, col. 400.
  • 105 Arthur de La Borderie, Translatio sancti Maglorii, op. cit., chap. VII, 19, p. 241. Au xiie siècle (...)

56Trois difficultés majeures attendent les marins. Il leur faut d’abord un vent favorable pour mettre à la voile. D’où un délai d’attente à l’appareillage parfois fort long : l’un des derniers saints à passer en Armorique à l’orée du viiie siècle, saint Yvi, découvre dans le port de Lindisfarne des matelots passablement démoralisés : « Si le vent n’avait arrêté notre course, lui disent-ils, depuis longtemps déjà nous aurions débarqué en Petite Bretagne104 ». Il faut ensuite que le souffle du vent se maintienne dans la bonne direction et les porte vers leur destination, ce qui n’est jamais assuré : pour expliquer leur arrivée sur l’île de Sercq, des moines de la future abbaye de Léhon allèguent en toute mauvaise foi sous le règne de Nominoë (car en vérité ils y sont venus dérober les reliques de saint Magloire…) qu’ils voulaient traverser la Manche mais qu’un vent contraire les a rejetés contre leur gré sur l’île. Leur explication suffit à rassurer les fils insulaires de saint Magloire tant elle leur paraît vraisemblable105. Enfin il faut que le vent et la mer demeurent navigables. Si la tempête se lève, les bateaux surpris au large échappent vite à toute gouverne, les flots déchaînés menaçant à tout moment de les engloutir ou de les précipiter contre des récifs sur lesquels ils viendraient à se briser sans espoir de salut puisque l’équipage ne pourrait même pas tenter une ultime manœuvre d’esquive. Ces mauvaises fortunes n’ont toutefois pas laissé de traces puisque par définition les vies se font l’écho des seules navigations heureusement abouties…

57Les simples sautes de vent, si elles ne mettent pas en péril la vie des hommes ni la sécurité des bateaux, retardent la navigation et rendent encore plus incertaine la durée du passage en particulier pour les embarcations non pourvues d’une nage de rames : alors, faute de disposer d’une voilure différenciée qui seule permettrait de louvoyer et donc de marcher en remontant au vent, les équipages en sont réduits à espérer le prompt rétablissement d’un souffle porteur, c’est-à-dire en l’occurrence d’un vent arrière ou trois quarts arrière. Tant qu’il ne se lève pas, le bateau demeure ballotté par les flots, incapable d’avancer dans la bonne direction. Un texte d’Ermentaire au ixe siècle illustre bien cette impossibilité. Venue y chercher du sel, une flottille bretonne accoste à La Fourche, un port bas-poitevin dépendant de Noirmoutier. Certains marins en profitent pour dérober « moitié par vol, moitié par achat clandestin, à l’insu de leur patron » une partie du plomb de la couverture de l’abbaye de saint Philibert que les moines de l’île d’Her, inquiets de la menace normande désormais présente chaque année dans ces eaux au retour de la belle saison, avaient entreposée là. Les jours suivants la petite flotte sera en butte à toutes sortes de déconvenues et d’avanies : et comme de juste dans ce genre de récit édifiant, les éléments lui demeurent contraires aussi longtemps que l’objet du larcin n’a pas été restitué à ses légitimes propriétaires…

  • 106 René Poupardin, Monuments de l’histoire…, op. cit., p. 54-56.

« Les Bretons veulent repartir, l’absence de vent favorable les retient cinq jours. Le sixième, par un faible vent d’est, ils détachent leurs amarres pour se mettre en route ; leurs navires poussés au large entrent bon gré mal gré dans le port de notre île appelé La Conque où, le vent tombé, ils jettent l’ancre. Ils y restent neuf jours […]. Le dixième jour, avec le soleil, le vent d’est se lève ; les marins, joyeux, hissent les vergues et tendent les voiles à la brise. Déjà ils sont loin de la terre ; alors, passant de l’est au sud, le vent les pousse vers une île de Bretagne appelée Batz [Batz-sur-Mer, L.-A.] où ils restent encore sept jours, ce qu’ils avaient bien mérité. Le huitième jour enfin surgit un vent favorable mais impétueux qui lance d’une course rapide les navires des Bretons sur des montagnes d’écumes […]. En même temps le vent d’est tombe, le vent de nord-ouest se lève et rejette les navires à leur point de départ, l’île de Batz. Les Bretons, désespérés, ne savent plus que faire car nul ne se doutait du vol, sauf ses auteurs […]. Les voleurs confessent leur crime et font pénitence. Aussitôt un bon vent se lève et rend enfin les Bretons aux rivages désirés106 ».

58Ce texte remarquable pose bien les limites techniques de la circulation maritime à haute époque puisque les éléments, autant sinon plus que les hommes, commandent la manœuvre. L’itinéraire parcouru en seulement trois journées de mer effectives les montre tournant en rond, comme pris dans une nasse dont ils ne parviennent pas à s’extraire. Entre-temps la petite flotte reste bloquée à l’ancre vingt et un jours au total : c’est dire assez les aléas de l’entreprise, dans des parages pourtant bien connus et fréquentés de longue date par les marins de Bretagne !

  • 107 Léon Maitre et Paul de Barthou, Cartulaire de Quimperlé, op. cit., p. 61.
  • 108 Léon Fleuriot, Dictionnaire…, op. cit., p. 260.
  • 109 Constatation identique en Méditerranée aux xi-xiie siècles, avec l’avantage supplémentaire d’assur (...)

59Le récit d’Ermentaire permet également d’approcher l’organisation sociale qui préside à ce genre d’expédition en terre étrangère. Elle est motivée par les besoins du commerce, même si certains matelots ne reculent pas devant l’attrait de la maraude, avec la complicité probable d’une partie du petit personnel de l’abbaye aquitaine. Pour trafiquer en terre lointaine, les navires partent en groupe, sans que leur nombre ne soit malheureusement indiqué ici. Ce recours à la navigation en convoi semble usuel : sainte Ninnoc arrive à Poul Ilfin avec sept navires107, et le vieux-breton dispose d’un mot, mor lu, pour désigner ces convois ou « armées de mer108 ». Le voyage de conserve permet sans doute de réduire sinon les risques d’accident, du moins leurs conséquences humaines, de soulager la crainte obsédante du danger, de réchauffer les cœurs par une présence fraternelle qui rassure109. Si chaque patron garde la responsabilité de son bateau et de son équipage, un pilote guide la flottille et exerce sur elle une certaine autorité morale et pratique. À terre, rien d’important ne se fait sans son accord au moins tacite : si saint Philibert lui apparaît sous les traits d’un « cavalier courant sur les flots, armé de trois javelines, qui s’élance sur lui avec une puissance et une force capables en apparence de détruire et de submerger toute la flotte », c’est bien parce que mis au courant du vol commis par plusieurs matelots – qui l’avaient pourtant tu à leurs capitaines – il ne l’avait pas dénoncé. Sa fonction technique consiste à se placer « en tête de la flottille pour explorer la route et la garantir des écueils », mais son rôle social s’avère plus ample.

60Même parvenus sans encombres sur une côte amie, les marins ne sont pas encore à l’abri de toute déconvenue, surtout s’ils doivent remonter les eaux d’un estuaire parsemées de bancs de sable, traversées de courants capricieux. Les pièges abondent en ces lieux, qui nécessitent toujours en notre siècle des travaux permanents de balisage et d’entretien, et l’emploi d’un personnel de pilotage spécialisé. Saint Colomban en fait la douloureuse expérience : s’apprêtant à quitter le port de Nantes pour regagner son île natale puisque le roi Thierry d’Austrasie l’expulsait de Gaule, l’Irlandais prend place comme passager sur un bateau de commerce qui bientôt doit affronter un fort courant contraire au débouché du fleuve dans l’Atlantique.

  • 110 On notera cet emploi d’un mode de propulsion mixte pourtant sur un gros navire océanique, dont seu (...)
  • 111 Jonas de Bobbio, Vita Columbani, I, 23. Traduction du père Adalbert de Vogüé, Aux sources du monac (...)

« Comme déjà, grâce aux rames et au souffle du zéphir110, le navire approchait du grand large, la montée des eaux accourant en sens inverse le força à revenir au rivage et l’abandonna à bout de course sur un sol plat ; une fois le flot rassemblé, la plaine liquide s’apaisa dans les golfes. La carène demeura trois jours au sec111 ».

  • 112 Une autre allusion à ce phénomène naturel se lit chez Grégoire de Tours (Histoire des Francs, livr (...)

61Le mascaret112, cette forte vague de marée qui remonte l’estuaire un peu avant l’heure du flux, vient donc d’emporter la solide barcha océanique, tel un fétu de paille, pour l’abandonner échouée sur l’un de ces hauts fonds sableux ou vaseux qui obstruent les bouches de la Loire… et le saint de poursuivre son apostolat en Europe continentale après cette expérience désastreuse !

Les routes du passage

62Une fois vaincues les difficultés multiples que leur oppose la mer, les Bretons n’atterrissent pas tous sur les rivages de l’Armorique chez les anciens Osismes et Coriosolites. Certes la majorité y va, renforçant par vagues successives d’arrivées les premiers contingents d’immigrants établis sur le continent. Néanmoins, dans la continuité des pratiques romaines de circulation maritime, l’alternative de deux autres grandes voies de passage s’offre aux insulaires, qu’ils empruntent l’une et l’autre, dans des proportions moindres toutefois.

Des points d’ancrage dispersés

  • 113 Réclamation réfutée aujourd’hui par les archéologues galiciens et portugais pour la protohistoire  (...)
  • 114 Paul Orose, Histoire contre les païens, I, 2, 72 (vers 416-417).
  • 115 Citée par Michel Reddé, « La navigation… », article cité, p. 485. Jean ROUGÉ, Recherches sur l’org (...)
  • 116 Gildas Bernier, Les chrétientés bretonnes continentales depuis les origines jusqu’au ixe siècle, S (...)

63La Galice se réclame parfois de nos jours d’un statut de Bretagne cantabrique113, se percevant comme une terre celtique et océane incrustée dans un espace ibérique plus terrien, volontiers renfermé sur ses hauts plateaux, et cette revendication d’identité se prévaut bien sûr de quelques arguments historiques, incontestables quoique ténus. Si en effet les témoignages n’abondent pas sur le passé évanoui des Bretons de Galice, ils concordent assez bien entre eux pour rappeler une évidence géographique première : l’importance des caps et des promontoires pour toute navigation ancienne par trop dépendante des vents et des courants, d’où la nécessité concomitante de ménager à l’approche de ces difficultés des relais portuaires servant de bases d’attente aux navigateurs avant qu’ils puissent reprendre leur route dans des conditions satisfaisantes. Telle est en Cantabrie la fonction impartie à La Corogne pour les navires en provenance de Bretagne ou se dirigeant vers elle, au point qu’au ive siècle cette station est connue sous le nom de Portus Britanniae et qu’un phare aide les marins à gagner son abri114. La vie de saint Jean l’Aumônier fait très probablement allusion à ce port quand elle indique qu’au vie siècle un navire parti d’Alexandrie d’Égypte mit vingt jours pour rallier portum Britanniae avec sa cargaison de céréales destinée à soulager un pays alors en proie à la famine115. Les établissements bretons dans cette contrée au climat océanique, qui n’est pas sans évoquer la Bretagne péninsulaire jusque dans ses paysages, sont en tout cas assez vivaces pour justifier l’existence d’un clergé spécifique : Mailoc, désigné comme « évêque breton », siège aux conciles du royaume suève réunis à Lugo en 569 puis à Braga en 572. Cette esquisse d’organisation autonome reste cependant fragile puisque les immigrés (mais combien furent-ils ?) semblent se fondre dès le viie siècle dans le monde hispano-romain environnant, et de toute façon le chef berbère Abdel Aziz ruine en 716 leur centre spirituel de Britonia (aujourd’hui Santa-Maria-de-Bretoñia)116. Quant à la survivance jusqu’aux temps contemporains d’une empreinte « celtique » en Galice, la plus grande circonspection s’impose…

  • 117 Robert Fawtier, La Vie de saint Samson…, op. cit., livre I, chap. 59, p. 153.

64À l’opposé géographique et à l’inverse du processus historique tôt interrompu en Espagne, les derniers témoins tangibles d’implantations bretonnes le long des côtes de la Manche orientale ne disparaîtront qu’en 1790 à l’occasion du redécoupage administratif décrété par la France révolutionnaire : les réformes de la Constituante créent alors de toutes pièces une nouvelle entité, le département, dont les limites valent à l’identique pour les diocèses. La suppression de l’antique évêché de Dol aboutit à rattacher à la Seine-Inférieure naissante les quatre « enclaves » doloises de la basse Seine, dont Saint-Samson-sur-Risle (S.-M.) était la plus importante. La vie du saint explique comment celui-ci avait reçu ces paroisses, et notamment Pental, par un effet de la générosité de Childebert à l’occasion d’une visite qu’il fit au palais royal117, mais derrière l’anecdote plus ou moins légendaire se profile une réalité mal connue, presque effacée par les bouleversements ultérieurs, qui plonge ses racines une fois encore dans le passé romain : l’activité des Bretons tout au long du littoral gaulois faisant face à leur île. Rien de surprenant à cela d’ailleurs.

  • 118 Strabon, Géographie, traduction Lasserre, Paris, 1966, IV, 5, 2.
  • 119 Sur la basse vallée du Rhin on trouve cependant attesté à l’époque impériale un peuple marchand, l (...)
  • 120 Jean-Christophe Cassard, « Nantes de la découverte des Bretons à l’intégration à la Bretagne », ar (...)
  • 121 Pline, Histoire Naturelle, XVII, 11.
  • 122 Michel Rouche, « Les Saxons et les origines de Quentovic », Revue du Nord, t. 59, 1977, p. 457-478
  • 123 François Herry, Saint Winoc, prince de Bretagne et apôtre de Flandre, Steenvoorde, 1992.
  • 124 Arthur de La Borderie, Cartulaire de Landévennec, Rennes, 1888, p. 154-155.
  • 125 Jean-Christophe Cassard, « En marge des incursions vikings », ABPO, t. 98, 1991, p. 265-270.
  • 126 Hubert le Bourdelles, Vie de saint Josse. Édition et commentaire, Etaples, 1995.
  • 127 Stéphane Lebecq, « La Neustrie et la mer », article cité, p. 428-432.

65Nous avons déjà vu comment l’Armorique s’était trouvée marginalisée dans les relations trans-Manche après la conquête de Claude, l’axe essentiel de transbordement s’établissant entre Boulogne et Douvres ou Richborough, tout au moins en ce qui concerne les besoins de l’armée. Les échanges civils demeurant plus ouverts dans leur palette d’itinéraires possibles puisque, selon Strabon, « il existe quatre liaisons d’usage courant pour se rendre du continent dans l’île, dont les points de départ sont les embouchures du Rhin, de la Seine, de la Loire et de la Garonne118 ». Les routes de la Garonne et du Rhin n’intéressent plus directement les Bretons après l’Empire119, celle de la Loire ne les concernera que bien plus tard avec l’expansion territoriale du royaume armoricain au ixe siècle120. Reste celle de la Seine, avec tout un faisceau d’itinéraires méridiens au départ des ports de Picardie et du Nord : Pline mentionne la présence du peuple gaulois des Britanni à l’emplacement de l’actuel Ponthieu121, sans doute un rameau d’une tribu récemment émigrée de Bretagne. Dans la même région, les saints bretons sont plusieurs à venir s’installer aux temps mérovingiens, comme attirés là à la fois par la perspective exaltante pour eux d’évangéliser les païens germaniques (saxons notamment122) toujours nombreux dans ces parages isolés, et par le souvenir diffus d’une certaine familiarité de destin avec ces confins extrêmes de la « mer britannique »123 Et ce n’est probablement pas un hasard si, seuls parmi les moines armoricains en fuite devant les Vikings, les fils de saint Guénolé abandonnant Landévennec après la destruction de leur abbaye en 913 finissent par s’établir pour un temps à Montreuil-sur-Mer (P.-de-C.)124. Dans les mêmes années troubles, un Breton devenu à l’occasion trafiquant de reliques, espère monnayer auprès du roi anglo-saxon Athelstan les restes de saint Gudwal dérobés par lui à Montreuil125. Malgré les grandes invasions germaniques puis la conquête franque, il reste comme un écho diffus d’une présence bretonne sur ce littoral que saint Josse avait aussi contribué à christianiser en son temps126, même si la Neustrie mérovingienne puis carolingienne tourne bien évidemment ses regards d’abord vers l’Angleterre anglo-saxonne du sud-est127.

  • 128 Ferdinand Lot, Nennius et l’Historia Brittonum. Étude critique, Paris, 1934, chap. 27, p. 167.
  • 129 Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 247-251.
  • 130 Anne Lombard-Jourdan, « Montjoie Saint-Denis ! » Le centre de la Gaule aux origines de Paris et de (...)
  • 131 Jean-Christophe Cassard, « Sur le passé romain des Bretons », article cité.
  • 132 Procope de Césarée, Histoire des guerres de Justinien, livre V, 12. Présence confirmée par la Vie (...)

66L’explication de fond de cette rémanence se cache peut-être dans un passage de l’Historia Brittonum128 de Nennius particulièrement délicat à démêler : tardif, il traduit dans le vocabulaire géographique de son époque (vers 800) des épisodes confus de la fin du ive siècle impliquant « l’usurpateur » Maxime et ses soldats bretons auxquels il aurait confié la garde d’une vaste fraction des Gaules délimitée par trois points extrêmes au libellé devenu obscur… L’accord s’est fait parmi les spécialistes pour reconnaître dans le « Cant Guic » de Nennius Quentovic, l’important emporium apparu au viie siècle, aujourd’hui enfoui sous les vases de l’estuaire de la Canche, et dans son « Cruc Ochidient » le Menez-Hom, la « montagne » la plus occidentale d’Armorique face à l’Océan Atlantique129. Mon hypothèse est que le « Mons Iovis » du texte ne serait pas, contrairement à l’évidence première, le Mont-Joux, autrement dit le Grand-Saint-Bernard, mais plutôt le Lendit, cet « ombilic de la Gaule », le sanctuaire national des Gaulois localisé aujourd’hui avec vraisemblance dans la plaine de Saint-Denis au nord de Paris130. La cohérence du commandement littoral ainsi constitué et confié par Maxime à ses troupes bretonnes saute aux yeux : il s’agit d’une marche maritime articulée sur la Seine (avec Rouen pour centre opérationnel ?) englobant les défenses du Tractus Armoricanus depuis la cité des Osismes avec ses points d’appui côtiers déjà tenus par des auxiliaires bretons, jusqu’à la région névralgique de Boulogne (une ville devenue au viiie siècle bien moins notable que Quentovic et que par un glissement tout naturel Nennius lui aurait substitué)131. Qu’un chapelet de garnisons d’origine insulaire ait été établi pour un temps au moins sur cette ligne de défense littorale et se soit maintenu par places après la déroute de Maxime, cela n’est pas absurde en soi et aiderait à rendre compte, en dépit de tous les bouleversements postérieurs résultant de la lente progression des Germaniques dans ces parages, d’une certaine attirance des Bretons pour cette zone jadis dévolue à leurs armes. Procope de Césarée témoigne bien pour sa part de la présence vers Orléans d’une « légion britannique » encore structurée à la mode romaine aux alentours de 560132 !

  • 133 Une étude d’hagionymie historique serait à poursuivre en Normandie sur ce thème, où pas moins de 5 (...)
  • 134 Mark Wood, « Céramiques romano-britanniques trouvées à Alet… », art. cit., notamment la carte p. 3 (...)

67Il est de toute façon certain que des Bretons dispersés ont pris pied en Basse-Normandie et dans le Cotentin : des dédicaces de lieux de culte le suggèrent133, les trouvailles archéologiques l’indiquent avec force puisque la grande majorité des céramiques britto-romaines mises à jour sur le continent l’ont été dans cette région, notamment autour de Cherbourg, et à Alet seule ou presque en Bretagne134. Mais la décision de confier plus spécialement à la garde d’auxiliaires insulaires les cités Osismes et des Coriosolites dévie ensuite le flux des nouveaux émigrants vers l’Armorique occidentale : le destin breton de la péninsule s’en trouve durablement revigoré, d’autant que la Bretagne la plus romanisée, celle du sud-est, figure parmi les premières contrées conquises par les Anglo-Saxons dans le temps où l’avance franque, depuis la Somme jusqu’à la Seine, devient irrésistible et dessine les contours de la Neustrie mérovingienne. La « mer britannique », ce long couloir de navigation mitoyenne dans le cadre de l’Empire, est ainsi perdue par les Bretons, à quelques traces fossiles près car les établissements de Picardie, dont la fondation est imputée à des saints armoricains, n’entretiennent très vite plus de relations suivies avec leurs homologues de la région d’origine de leurs patrons et ne présentent dans leurs traditions aucun caractère celtique original.

Les routes majeures : la Manche

  • 135 E.G. Bowen, Saints, seaways and settlements, Cardiff, 1977. Les pages 160 à 190 de cet ouvrage son (...)

68Une voie d’approche originale, l’hagiotoponymie, vient suppléer pour partie la sécheresse des textes : il s’agit de relever tous les lieux où un saint se trouve honoré à travers l’ensemble des pays brittoniques, puis de reporter ces indications éparses sur une carte avec l’espoir qu’elles dévoileront le secret de l’itinéraire qu’il emprunta dans sa pérégrination. Certes la méthode n’est pas infaillible, notamment à cause des risques d’homonymie, et on peut même douter de sa pertinence puisque rien n’atteste avec certitude que le saint ait bien en son vivant fréquenté les lieux qui gardent l’empreinte de son nom. En particulier, le prestige de certains fondateurs de puissantes abbayes a pu conduire à placer sous leur protection spirituelle des biens acquis longtemps après leur rappel à Dieu, et ainsi la carte proposerait non pas un itinéraire ancien, mais une simple vue cavalière du patrimoine monastique tel qu’il se figea dans la toponymie au fil des siècles… Pour recevables qu’elles soient, ces objections ne s’appliquent pourtant qu’aux plus fameux pèlerins, les seuls dont le culte ait pu connaître après leur mort une certaine expansion, et encore peuvent-elles être atténuées si on prend soin de traiter non pas un ensemble toponymique réduit à un seul individu, mais plutôt des groupes de saints raisonnablement appariés par la tradition et la proximité topique de leur culte. Alors, et sans jamais pouvoir assurer que chaque point relevé tire bien son origine du passage d’un saint particulier car trop de phénomènes parasitaires ont pu interférer au fil des siècles, seule compte l’évidence d’une appréhension globale de la carte : des « familles de saints » originaires de certaines contrées d’outre-Manche ont emprunté les mêmes grands itinéraires à l’occasion de leur passage en Armorique135.

Les routes du passage et les établissements continentaux des Bretons

Les routes du passage et les établissements continentaux des Bretons
  • 136 Robert Fawtier, La Vie de saint Samson, op. cit., livre I, chap. 48, p. 143-144.
  • 137 Les lan de Cornwall balisent assez bien la vieille route transpéninsulaire, en usage dès la Préhis (...)

69Sans surprise aucune, la plupart des saints soumis à ce traitement cartographique proviennent du Pays de Galles actuel, et notamment de son littoral méridional dont plusieurs monastères ont été de véritables « nurseries de saints » : qu’on pense à Nantcarvan par exemple où, selon une tradition souvent reprise au gré des variantes convenant à chaque hagiographe, l’Armoricain Iltud enseigna à une cohorte de futurs moines d’exception, parmi lesquels se distinguèrent censément saint Samson, saint Paul Aurélien, saint Malo et nombre de leurs disciples… Les cartes hagiotoponymiques s’accordent toutefois à montrer que le passage ne se fait pas en droiture : les saints fondateurs ne prennent pied en Armorique qu’après un intermède insulaire régulièrement observé. Le franchissement de la péninsule de Cornwall suspend en effet pour un temps leur navigation : la vie de saint Samson l’illustre bien, qui montre le futur évêque de Dol confronté au spectacle, pour lui désolant, de Corniques en train de s’adonner à des pratiques superstitieuses face à des pierres levées136. Pour leur défense, ces chrétiens lui expliqueront qu’il n’y a pas péril en la demeure puisqu’ils ne font que refaire les gestes de leurs pères, sans penser à mal ! Samson, peu convaincu par leur justification, les exhorte à rompre avec ces usages hérités du paganisme, et, pour plus de sûreté, il renverse avant de s’éloigner les pierres suspectes… L’explication de cette étape par le Cornwall est simple et tient tout entière dans les conditions nautiques de l’époque : doubler le Land’s End paraît une entreprise bien trop périlleuse pour s’y aventurer en temps normal, le plus simple étant d’éviter l’épreuve et les risques inhérents en empruntant, comme le fait saint Samson, la grande voie transpéninsulaire reliant Padstow à Fowey137.

  • 138 Ce serait la « Major atlantic sea route » de Bowen, héritée de la préhistoire et reliant l’Écosse (...)

70L’itinéraire commun comprend donc deux séquences maritimes distinctes, de Galles en Cornwall, puis de Cornwall en Armorique. Le même phénomène se reproduit plus ou moins au départ et au débouché de la route : les promontoires gallois sont évités par la voie terrestre, tout comme en Bretagne continentale les vallées des rivières s’offrent à ceux qui entendent gagner le littoral du Morbihan ou celui de la Cornouaille depuis les rivages septentrionaux de la péninsule. Ces voies de pénétration par l’intérieur semblent avoir été utilisées dès la Préhistoire en concurrence avec la route maritime en droiture, et leur survivance témoignerait d’un même esprit de circonspection face à la perspective d’avoir à affronter les courants peu engageants des raz de la mer d’Iroise. Peut-être en fait deux modèles de navigation cohabitent-ils plus ou moins, le simple cabotage trans-Manche segmenté en plusieurs tronçons maritimes supposant entre eux des ruptures de charge, et un long cours plus hardi138 ? À moins que les hommes de Dieu n’aient guère eu le pied marin et aient préféré à tout prendre la sécurité de la terre ferme à l’incommodité des flots ? Toujours est-il que saint Guénolé par exemple, né en Armorique de parents récemment installés sur la baie de Saint-Brieuc, à Ploufragran (C.-d’A.), pourtant coutumier de la mer depuis sa jeunesse puisque formé par saint Budoc dans sa retraite insulaire de Bréhat (C.-d’A.), emprunte la voie terrestre transpéninsulaire pour gagner avec ses disciples les bords de l’Aulne où il implante son monastère à Landévennec (Fin.) après quelques hésitations.

  • 139 La présence bretonne dans l’archipel anglo-normand ressort de textes hagiographiques bretons de l’ (...)
  • 140 Vita prima Marculfi, dans Acta Sanctorum., mai/1, chap. 2, 13, p. 73.
  • 141 Charles Cuissard, Vita sancti Pauli Aureliani, op. cit., livre II, chap. 11 à 16, p. 436-444. Comm (...)

71Les cartes hagiotoponymiques et les récits des Vitae attirent aussi l’attention sur une autre composante du passage : l’importance des îles comme relais pour la navigation, et en particulier des îles de l’actuel archipel anglo-normand. Déjà les Coriosolites les avaient annexées à leur cité, et les Bretons après eux les peuplèrent au moins jusqu’à l’époque des invasions vikings139. Saint Magloire établit son monastère sur l’île de Sercq, où ses reliques demeurent en paix jusqu’au temps de Nominoë ; sur la fin de sa vie, saint Marcoul aurait prêché aux Bretons installés dans ces parages, notamment à Agna (Jersey)140. C’est que cet archipel commande tout le golfe normanno-breton et procure aux marins de passage ses abris naturels contre la tempête, des facilités de ravitaillement en eau douce, des possibilités d’attente du vent porteur. Mais Bréhat et son archipel, Batz et Ouessant, pour ne citer que les îles septentrionales mentionnées dans les vies d’âge carolingien, ont dû rendre les mêmes services. C’est d’ailleurs à Ouessant que débarque saint Paul avant de parcourir à pied le littoral léonard141.

  • 142 Bernard Merdrignac, « Bretons et Irlandais en France du Nord. vie-viiie siècle », dans Jean-Michel (...)
  • 143 Vita sancti Uuinuualoei, livre I, chap. XIX, édition Arthur de La Borderie, Cartulaire de Landéven (...)
  • 144 Bernard Merdrignac, « Saint Guénolé et les monachismes insulaire et continental au haut Moyen Âge  (...)

72Enfin, le prestige de l’île des saints à l’époque carolingienne, quand l’Irlande alimente en doctes savants une Église latine en pleine recomposition, tout comme les souvenirs communs entretenus autour de l’épopée colombanienne142, aboutissent à faire de la grande île occidentale un point de référence presque obligé pour les saints bretons, notamment ceux en rapport avec Landévennec : si saint Guénolé se voit dissuadé par saint Patrick lui-même de gagner cette terre de promission pour les sages143, les Armoricains de naissance ou de résidence Samson, Guénaël et, dans une vie à la rédaction du xie siècle seulement, Gildas vont compléter leur formation auprès des Irlandais. Ces relations triangulaires ne concernent, en toute hypothèse, que le milieu restreint des moines et n’interfèrent ni dans les relations commerciales éventuelles, possibles mais trop mal documentées et finalement douteuses, de la Bretagne péninsulaire avec la verte Erin, ni avec les itinéraires courants des immigrants bretons pour lesquels l’Irlande ne présente aucun attrait, au contraire, puisque leurs pères ont connu d’elle surtout des pirates cruels à l’œuvre sur leurs côtes144

La mer de Bretagne

  • 145 Vita Eparchii, chap. X. Les faits se déroulent peu après la mort du saint évêque de Bordeaux surve (...)
  • 146 Pomponius Mella, Géographie, 3, 6, 48 ; Miracula sancti Martini Vertensis, dans les Monumenta Germ (...)

73Bien sûr, nombre d’auteurs médiévaux continentaux entendent par « mer de Bretagne » ou « mer britannique » tout simplement celle qui les sépare de la Grande Bretagne, c’est-à-dire la Manche. Mais dans l’esprit de certains écrivains de la basse Antiquité comme du haut Moyen Âge armoricain, l’acception de ce vocable est sensiblement différente puisqu’il s’applique à un secteur géographique plus étroit vers l’est, mais beaucoup plus large vers le suroît, étendu à cette fraction de l’Océan que les marins bretons fréquentent de façon assidue, depuis l’île de Sein que Pomponius Mella situait déjà « dans la mer britannique, face au littoral des Osismes » jusqu’à l’Aquitaine dont la vie de saint Hilaire de Poitiers dit qu’elle est baignée par « l’océan britannique ». La présence de navires bretons aux alentours de l’île de Noirmoutier a été précédemment rappelée ; d’autres fréquentent le port de Bordeaux au vie siècle, au moins de façon sporadique, au témoignage de la vie de saint Eparchius145. Les Miracles de saint Martin de Vertou, rappelant par quel fâcheux concours de circonstances les Vikings s’emparèrent de Nantes en 843, les montrent débouchant par la Loire de « la mer britannique », tandis que la vie de saint Aubin d’Angers indique que « la région des Vénètes est voisine de l’océan britannique146 ».

  • 147 Encore vers 1145-1147 Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen, rappelle au légat pontifical Albéric d (...)

74Cet océan renferme donc dans l’esprit de ces différents auteurs d’époque carolingienne les eaux d’une partie du littoral français actuel, au moins jusqu’à la Loire147, en réalité jusqu’aux Pyrénées comme l’atteste encore au xiie siècle le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle :

  • 148 Jeanne Vielliard, Le guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, Macon, 1963, p. 24-25. Pomp (...)

« Dans le Pays basque la route de Saint-Jacques franchit un mont remarquable appelé Port de Cize […]. Pour le franchir, il y a huit milles à monter et autant à descendre. En effet ce mont est si haut qu’il paraît toucher le ciel ; celui qui en fait l’ascension croit pouvoir, de sa propre main, tâter le ciel. Du sommet l’on peut voir la mer de Bretagne et de l’ouest, et les frontières de trois pays : Castille, Aragon et France148 ».

La mer dans l’effacement de la communauté brittonique

75La seconde moitié du xxe siècle aura connu l’affirmation d’une certaine identité interceltique dans les arts, et en tout premier lieu au plan musical : les rythmes et les instruments « traditionnels » ont ainsi conquis de vastes auditoires, leur vogue a contribué à transformer les fêtes folkloriques en « festivals » largement ouverts sur les cultures du monde, et en premier lieu, bien entendu, sur celles des autres pays celtes. Pour sympathique et populaire qu’il soit, ce mouvement de retrouvailles dans une émulation toute pacifique atteint vite ses limites : l’influence de l’Irlande, de ses créateurs et de ses modes, le domine largement et donne le ton au reste. Il est à remarquer a contrario que deux peuples aussi proches par la langue et leur histoire ancienne que les Gallois et les Bretons ne se sont guère retrouvés jusqu’à présent…

Une communauté plus résiduelle que virtuelle

  • 149 Gildas, De Excidio Britanniae, XXVI, et toute sa deuxième partie : « Admonestation aux rois de Bre (...)
  • 150 La Grande Cornouaille éclate dans la seconde moitié du vie siècle pour donner naissance en partie (...)
  • 151 S’il n’y a pas de guerres entre les royaumes bretons continentaux, la violence règne à l’intérieur (...)
  • 152 Loup de Ferrières. Correspondance, édition Léon Levillain, Paris, 1927, t. I, p. 184-185 : lettre (...)

76Sans succomber en rien aux attraits fallacieux d’un psychologisme simpliste d’après lequel les Celtes seraient par essence des individualistes invétérés, incapables de s’unir même dans les plus grands périls, force est de constater que les Bretons n’ont jamais réussi à édifier de façon durable une puissance politique et militaire unitaire. Dans l’île, le retrait des autorités romaines se solde très vite par l’apparition de plusieurs roitelets rivaux, qui ne parviennent plus à contenir l’avance saxonne après 550 : les revers majeurs subis à Deorham en 577 puis à Chester en 613-616 isolent les Bretons de Galles de leurs compatriotes de Domnonée (dont le Cornwall est partie intégrante) d’abord, de ceux du Nord – qui seront rayés de l’histoire – ensuite. Ainsi tronçonnée en trois puis en deux bastions résiduels, la résistance bretonne est d’autant moins efficace qu’elle apparaît minée de l’intérieur par de constantes disputes entre les princes : la chronique des chefferies galloises rappelle assez en termes de rivalités, aussi sanglantes que vaines, l’histoire chaotique des royaumes irlandais ! Déjà Gildas déplorait que de son temps la paix gagnée sur les Saxons au Mont Badon n’ait pas suffi à assurer le triomphe de la paix civile149 ! Seule l’Armorique bretonne paraît échapper à cette spirale maligne d’auto-destruction : malgré sa partition en deux puis en trois royaumes150, on n’y garde aucune trace de guerres intestines151, et la division momentanée des Bretons surprendra même un Loup de Ferrières plus habitué à les voir unis derrière Nominoë152 … Peut-être faut-il songer pour expliquer cette exception armoricaine à une plus grande prégnance ici de la notion romaine d’ordre public ? Quoi qu’il en soit, il est clair que la communauté brittonique n’est pas celle d’un empire unitaire, ni même une lâche confédération entre partenaires contraints, par nécessité ou par prudence, à se supporter…

  • 153 Louis Gougaud, Les chrétientés celtiques, Paris, 1911 (ouvrage traduit en anglais et augmenté sous (...)
  • 154 Uurdisten est le meilleur représentant de cet état d’esprit dans sa Vie de saint Guénolé, où il di (...)
  • 155 Les Vitae armoricaines les plus anciennes n’évoquent que de façon indirecte la lutte victorieuse m (...)
  • 156 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique de la nation anglaise, livre I, chap. XXX.

77On ne la trouvera pas plus dans un illusoire particularisme religieux : il n’a en effet jamais existé de « chrétientés celtiques », en dépit du titre maladroit de certaines études de valeur153, seulement un catholicisme implanté en terre celtique qui ne diffère en rien quant au dogme et peu quant aux pratiques d’avec le catholicisme romain de stricte obédience. Et encore ces minces différences sont-elles dues à des histoires décalées dans leur rythme, les Bretons se montrant souvent plus conservateurs que le pape lui-même : ces déphasages sont d’ailleurs à plusieurs reprises gommés par un alignement sur Rome vécu sans drames excessifs154, et il faut une bonne dose d’imagination pour y découvrir la marque souterraine des druides ! L’ancien clergé païen s’est en effet très tôt converti en Irlande (il avait disparu sous l’Empire en Bretagne) sans opposer de résistance organisée au nouveau culte155 : dans ces conditions parler d’un catholicisme « celtique » relève du non-sens, mais bien entendu les lieux du sacré préchrétien ont été maintenus ici comme ailleurs dans l’Occident, suivant en cela les instructions explicites du pape Grégoire le Grand156 qui jugeait plus efficient de christianiser, même superficiellement, les sites auxquels le peuple des nouveaux convertis demeurait attaché, plutôt que de le heurter de front en s’obstinant à détruire non les seules idoles mais encore leurs temples, que le clergé aurait au contraire avantage selon le Souverain Pontife à capter à son profit, en les transformant en autant d’églises ou de chapelles. Il va enfin sans dire que les Bretons n’ont jamais connu une Église unitaire dans sa structuration hiérarchique : ceux d’Armorique, par exemple, relèvent du siège ligérien de Tours, ou de Dol après la tentative, vite avortée, de promotion de cette Église en siège provincial au ixe siècle, tandis que les Gallois bataillent encore au xiie siècle pour avoir leur propre siège archiépiscopal.

  • 157 P.-C. Bartrum, Early Welsh genealogical Tracts, Cardiff, 1966. Morfydd Owen, « Trois poèmes en gal (...)
  • 158 Wendy Davies, « La charte “celtique” », BSAF, t. CIX, 1981, p. 195-207. Ce type de charte retraçan (...)
  • 159 En breton le mot saoz, « saxon », est toujours utilisé pour désigner la Grande-Bretagne et les Ang (...)

78La communauté brittonique ne s’esquisse en fait que par rapport à un passé commun et à un type de société aux ingrédients encore similaires pour l’essentiel au ixe siècle. Le passé, c’est celui des saints honorés par les Bretons sur les deux rives de la Manche : beaucoup sont identiques, et cette identité ne résulte pas du seul passage des saints insulaires en Armorique. Le tableau apparaît en effet plus complexe, les échanges plus denses d’une rive à l’autre. Une quinzaine de saints gallois éminents entretiennent des rapports avec la péninsule, qu’ils soient nés en Bretagne continentale, qu’ils y aient pérégriné ou étudié avant de revenir chez eux157. Les routes maritimes du passage ont en fait fonctionné dans les deux sens, et le souvenir de ces échanges entretient pendant un temps un certain sentiment d’appartenance au même monde. À l’époque carolingienne encore, l’organisation des sociétés brittoniques, leurs lois et leurs coutumes propres conservent nombre de similitudes : des documents de provenances diverses s’éclairent mutuellement ou relèvent des mêmes habitudes culturelles, telles les « chartes celtiques »158. Même les noms d’hommes sont très souvent à quelque chose près les mêmes en Galles et en Armorique. Mais tout ceci ne suffit pas à constituer les héritiers du peuple brittonique post-romain en un ensemble homogène au niveau politique puisque leurs préoccupations ne sont plus les mêmes : les insulaires n’ont pas à affronter les Francs, et les Bretons ne redoutent plus les Saxons159 établis à demeure dans leur antique foyer national !

L’univers linguistique brittonique

  • 160 Charles Cuissard, La Vie de saint Paul Aurélien, édition citée, livre II, chap. 11, p. 437.

79En définitive, le principal facteur d’unité entre les rameaux épars de la communauté brittonique originelle réside dans l’emploi par chacun de ses peuples d’une langue longtemps demeurée commune à tous : en effet, et aussi loin que l’on puisse remonter dans le temps, son évolution syntaxique et morphologique tout comme son vocabulaire apparaissent similaires sur le continent et dans l’île. Au vie siècle elle abandonne le système des cas déclinés, commun au latin et au gaulois – que le gaélique d’Irlande conserve seul : les linguistes voient dans cet abandon l’une des révolutions majeures qui signent la personnalité propre du groupe brittonique. Ensuite l’évolution interne sera très lente, la distanciation peu marquée en ses débuts : il faut à Uurmonoc dans sa Vie de saint Paul Aurélien l’oreille assez fine pour distinguer l’un des compagnons de Paul, Quonocus, « que d’autres appellent Toquonocus, avec une addition selon l’usage du peuple d’outre-mer », l’éponyme de Saint-Thégonnec (Fin.) en Léon et de Plogonnec (Fin.) en Cornouaille. Le même préfixe To s’emploie, nous apprend encore l’hagiographe, pour Woednovius (saint Goueznou) alias Towoedocus, et Toseocus (saint Seoc… devenu aujourd’hui dans le nom officiel de sa paroisse finistérienne Sainte-Sève !) alias Siteredus160.

  • 161 Léon Fleuriot et Claude Evans, Dictionnaire des gloses en vieux-breton, nouvelle édition en deux v (...)
  • 162 Philippe Guigon, « Les influences irlandaises sur l’architecture religieuse bretonne du haut Moyen (...)

80Certaines différences d’usage existent donc pour les appellatifs, mais elles paraissent bien secondaires quand au ixe siècle la multiplication des gloses brittoniques portées dans les interlignes de nombreux textes latins autorise une première approche assurée de la langue161. Les milliers de mots connus par ce biais se retrouvent indifféremment dans leurs descendants gallois ou bretons, et seule la connaissance du scriptorium de certains manuscrits permet parfois de discerner quelques traits particuliers en cours de formation à l’intérieur de la koiné brittonique. Souvent même on repère mêlées aux gloses brittoniques des additions gaéliques, mais en ce cas il demeure très difficile de savoir où exactement elles ont été portées : les manuscrits ont beaucoup voyagé, les clercs aussi, et rien ne prouve que ces ajouts irlandais aient été opérés plus en Armorique qu’en Gaule en général où abondaient les clercs d’Erin… Il semble aussi que l’influence des Scots sur les arts du Moyen Âge (l’enluminure et la sculpture sur pierre) comme sur l’architecture en Armorique doive être minorée, et qu’elle relèverait plus du mythe que de la réalité prouvée162.

81Au sein de l’espace brittonique encore unifié par la mer l’intercompréhension règne semble-t-il sans partage et sans difficultés majeures : l’auteur anonyme de la plus ancienne vie de saint Samson prétend ainsi être passé en Galles dans l’intention d’y retrouver lieux et témoins de la jeunesse de son héros. Il aurait rencontré là-bas un précieux informateur en la personne du diacre Henoc :

  • 163 Robert Fawtier, La Vie de saint Samson, op. cit., prologue.

« Il a mené pendant presque quatre-vingts ans une vie catholique dans la maison fondée par saint Samson outre-mer. Il m’a garanti ce qu’avait raconté dans le temps même dudit Samson la mère de celui-ci à son oncle, un très saint diacre qui était le cousin de Samson. Il m’a avec obligeance rapporté bien des faits admirables à son sujet. Ce n’est pas tout. Ce saint diacre Henoc ramena outre-mer de nombreux et délicats récits en style harmonieux et élégant au sujet des actions prodigieuses que le saint avait accomplies d’admirable façon en Bretagne aussi bien qu’en Romanie163 ».

  • 164 Gwénaël Le Duc, Vie de saint Malo par Bili, op. cit., livre I, chap. 25, p. 85-87.

82Un identique besoin de ressourcement pousse des dévots de saint Malo à entreprendre le pèlerinage de Nantcarvan, en quête, selon Bili dans la seconde moitié du ixe siècle cette fois, des traces insignes de son odyssée, tant spirituelle que maritime, sous la tutelle de son maître inspiré, saint Brendan : « Beaucoup de gens de notre région y sont allés et ont vu cette pousse très grande, mais nul ne sait de quel arbre il s’agit, à moins que, selon l’opinion de plusieurs, ce ne soit une sorte de palmier164 ». Dans l’autre sens, les contacts ne sont pas moins fréquents et faciles. Le témoignage indiscutable en est fourni par un extrait du Livre-cartulaire de Llandaff rappelant comment et pourquoi un prince de Galles a été condamné à pérégriner jusqu’à Dol en Armorique

  • 165 Gwinfor Evans, The text of the Book of Llan-Dâv, Oxford, 1891, p. 181.

« […] car ce Guidnerth et les Bretons et l’archevêque de cette terre étaient de la même langue et de la même nation bien qu’ils fussent séparés par la distance […] et il pouvait d’autant mieux proclamer son forfait et solliciter l’indulgence que son langage était connu165 ».

La mer enfante aussi la brisure

  • 166 Jean-Christophe Cassard, Le siècle des Vikings en Bretagne, Paris, 1996.

83Ferment d’unité et facteur de commodité, la mer peut aussi renouer avec sa malice d’antan dès lors qu’elle se couvre à nouveau de voiles hostiles et se fait ainsi porteuse de menaces de mort. L’un des rameaux les plus originaux du vieux tronc germanique se rappelle à l’attention des peuples de l’Armorique dès 799 devant Noirmoutier (V.). Ceux que l’on prend vite l’habitude paresseuse d’appeler Normands, d’un terme imprécis à souhait qui traduit bien la profonde ignorance qu’ont des terres scandinaves les géographes carolingiens une fois dépassé le Danemark, vont ponctuer de leurs méfaits l’histoire de la péninsule pendant un siècle et plus à compter de la première prise de Nantes en 843. Leur présence et leur influence seront encore plus durables et profondes en Angleterre ou en Irlande. Comme il ne saurait être question de retracer toutes les péripéties de leur encombrante intrusion dans les contrées ponantaises166, seuls quelques enseignements centrés sur la mer seront ici dégagés.

  • 167 Annie Bardel et Ronan Perennec, « Les Vikings à Landévennec. Les traces du “passage” des Vikings à (...)
  • 168 Dans son rapport sur Les marines et la guerre sur mer dans le nord et l’ouest de l’Europe (jusqu’a (...)

84Bien sûr la mer représente pour ces envahisseurs, attirés par la richesse relative de l’empire carolingien, un instrument privilégié d’agression : à peine débarqués à l’improviste de leurs esnèques, ils pillent les sites côtiers dépourvus de défenseurs actifs (telle l’abbaye de Landévennec, livrée aux flammes en 913167) et raflent des captifs, libérés ensuite contre rançon à moins qu’ils ne les emmènent par delà les eaux comme esclaves. Face à la menace, les Bretons, pas plus que les Francs d’ailleurs168, ne réagissent en organisant une escadre capable de dissuader les maraudeurs ou de réfréner leurs ardeurs dès la haute mer.

L’Armorique bretonne sous la menace des pirates scandinaves

L’Armorique bretonne sous la menace des pirates scandinaves
  • 169 Gesta Sanctorum Rotonensium, III, 9 dans Carol Brett, The monks of Redon. Gesta Sanctorum Rotonens (...)
  • 170 Arthur de La Borderie, Miracles de saint Magloire, op. cit., chap. II, 5-6, p. 232-233 et chap. V, (...)
  • 171 Miracula sancti Albini, chap. III, 12-14, dans Acta Sanctorum, mars/1, col. 62.

85Il n’est jamais fait la moindre allusion crédible à un combat naval, même si l’auteur des Gesta Sanctorum Rotonensium use une fois de ce mot (mais il s’applique au vain assaut mené à Nantes par le roi Erispoé et ses Bretons, répondant à l’appel à l’aide du Viking Sidric, contre un parti adverse de Scandinaves établi sur l’île de Betia en face de la cité169 !). Ni les annales ni l’hagiographie n’évoquent des tentatives d’interception des maraudeurs avant leur accostage : situé du vivant de saint Magloire, l’épisode de la résistance des îliens de Sercq révèle assez l’état d’impréparation mentale et matérielle des agressés car le saint aurait intimé l’ordre à ses ouailles affolées (qui dans la presse avaient été jusqu’à oublier leurs armes chez elles !) de se saisir des cailloux de la taille d’une main qu’il venait d’obtenir en fragmentant d’un coup de son bâton pastoral un gros rocher. Munis de ces armes de jet improvisées, les insulaires, rassérénés, bombardent les pirates avec assez d’entrain et d’efficacité pour mettre en déroute les équipages de douze navires… Le raid aurait ainsi été arrêté avec l’aide de Dieu, sans que personne n’ait auparavant songé à prévenir le débarquement des agresseurs ni à se défendre vraiment. D’ailleurs les mêmes populations déshéritées succombent sans combattre à la première alerte sérieuse qui voit cette fois des Normands véritables poser le pied sur leur sol : les intrus pillent leurs modestes biens comme ceux du monastère voisin de saint Magloire, dont ils profanent le tombeau par esprit de lucre. Le sacrilège est si grand qu’il leur vaudra, selon l’hagiographe, un châtiment assez inattendu : à l’heure du partage du butin en effet, les pirates se disputent et finissent par s’exterminer mutuellement170… Quant au miracle introduisant saint Aubin menant à la victoire ses arrière-petits-cousins guérandais, il paraît né de l’imagination enthousiaste d’un moine d’Angers, cité dont saint Aubin avait été jadis l’évêque, et il fait trop référence au modèle biblique du combat de David contre Goliath pour être vraiment crédible ; de toute façon, le prétendu triomphe du petit nombre des justes sur les hordes païennes survient en fin de compte sur les franges de la terre ferme et non en pleine mer171. En somme, les saints comme les guerriers désertent les flots à l’heure du péril viking.

  • 172 Un exemple de versement de danegeld camouflé en miracle dans les Gesta Sanctorum Rotonensium, III, (...)
  • 173 Lucien Musset, Les invasions. Le second assaut contre l’Europe chrétienne (vii-xie siècles), Paris (...)

86Toujours et partout la mer se trouve donc abandonnée sans défense organisée ni coordonnée, aux fils du diable que vomit, à intervalles rapprochés, l’océan septentrional. Toutefois le tableau convenu des invasions normandes ne doit pas être simplifié à l’excès puisque l’on sait bien que les hardis Vikings se louent aussi volontiers comme mercenaires stipendiés et préfèrent en définitive à l’ivresse des coups de force les tractations à l’amiable avec les autorités en place, à seule fin de leur extorquer de rémunérateurs danegelds suite à quelque démonstration d’agressivité en forme d’avertissement préalable172. La Bretagne n’échappe pas à la règle générale présidant à leur mise en coupe réglée de l’Occident chrétien selon les trois grandes phases ascendantes bien dégagées par les historiens173, depuis la griserie des pillages faciles lors des voyages de découverte, passant par l’extorsion auprès des pouvoirs existants de lourdes taxes de rachat, pour aboutir à des établissements permanents à hauteur des principaux débouchés maritimes du continent, des bouches du Rhin à celles de la Gironde, gages d’une mise en exploitation directe de contrées désormais privées d’un semblant d’État organisé capable de réunir pour leur compte des trésors suffisants. L’usage du cheval, combiné avec la remontée des fleuves et rivières sur leurs barques, leur permet d’étendre presque à l’infini leurs territoires de chasse : dans l’ancienne Marche de Bretagne, Nantes, véritable clef ouvrant sur tout le riche bassin ligérien, acquiert de ce fait une grande importance, mais à des échelles plus modestes la Vilaine ou la Rance assument le même rôle de vecteurs pour les ambitions diverses de ces négociants un jour, de ces mercenaires l’autre, de ces brigands le suivant…

  • 174 Hubert Guillotel, « L’exode du clergé breton devant les invasions scandinaves », MSHAB, t. LIX, 19 (...)
  • 175 Paul du Chatellier et Commandant le Pontois, « La sépulture scandinave à barque de l’île de Groix  (...)
  • 176 Lucien Musset, Autour du pouvoir ducal normand (xe-xiie siècles), Caen, 1985.

87L’effondrement définitif du pouvoir royal autochtone au début du xe siècle permet, en effet, la consolidation de l’établissement normand de la basse Loire, parfois qualifié de portus au sens de lieu d’échanges autorisé, et l’édification de nouveaux points d’appui, reconnus par l’archéologie en plusieurs endroits du littoral de l’ancienne Domnonée. Quant à lui, le peuple breton armoricain, privé de ses élites tant laïques que religieuses qui ont fui174, se trouve un temps menacé de disparition par décapitation sociale, et il semble bien qu’en certaines places au moins les autochtones aient été expulsés sans ménagement : de la cité de Nantes à plusieurs reprises, de l’île de Groix presque sûrement puisque là on a découvert et « fouillé » à l’aube de notre siècle la seule tombe navale scandinave reconnue à ce jour sur le littoral français175, preuve que les pirates s’y considéraient vraiment comme chez eux. Cependant, si la Bretagne a failli devenir une seconde Normandie, elle ne l’est pas devenue en définitive : un jeu diplomatique complexe, dont le retour négocié d’Alain Barbetorte ne représente qu’une facette, n’explique pas tout et beaucoup de facteurs nous échappent (notamment le degré de cohésion ethnique et politique des Scandinaves établis à demeure dans la péninsule). Il est d’autre part évident que faute d’hommes en nombre suffisant, leur emprise demeurait limitée dans l’espace, restreinte en fait à un chapelet de points forts établis de façon discontinue sur le littoral ou dans sa proximité immédiate, sans que les intrus soient jamais parvenus à contrôler l’intérieur en y implantant des colons (si colons il y eut autour de ces camps retranchés…), et, l’eussent-ils fait, l’exemple normand serait là pour rappeler qu’une nouvelle domination princière ne pouvait espérer survivre et prospérer dans un monde féodal en voie de cristallisation qu’au prix du rude sacrifice de leurs traditions ancestrales par les descendants des pirates176… Considérée dans cette optique, la Bretagne normande n’avait dès le départ aucune chance de s’affirmer en tant que telle.

  • 177 Léon Fleuriot, « Les langues de Bretagne », dans Yann Brekilien (s. d.), La Bretagne, Paris, 1982, (...)

88Les conséquences de cet épisode tragique et sans avenir tangible peuvent se lire à plusieurs niveaux, sans nécessairement accepter comme vérités d’Évangile toutes les lamentations glapies par les moines du temps… Concernant la destinée des Bretons armoricains, il ne fait pas de doute pourtant que l’intermède scandinave brise à jamais leur dynamisme conquérant à l’œuvre au ixe siècle jusqu’en 874 (date de l’assassinat du roi Salomon, lequel enclenche une guerre civile propice aux agissements des pirates), qu’il rend orpheline leur société de ses élites culturellement parties prenantes au monde brittonique et seules capables à terme de conduire une fusion harmonieuse de leur fonds national avec les apports propres à la latinité impériale retrouvée. Une occasion d’acculturation originale a sans nul doute été gâchée alors. Le retour d’Alain Barbetorte (936-939) puis la reconstruction de ce qui n’est plus guère qu’un comté sans grande unité fraient la voie de nouvelles influences, romanes, féodales, courtoises, lesquelles amorcent un processus historique de déperdition de soi du peuple bretonnant, encore que la portée de ces événements spectaculaires ne doive pas non plus être surestimée : aux siècles suivants l’imbrication prolongée des diverses aristocraties, tant en Angleterre normande que dans la France angevine, tout comme les effets de mode et le mimétisme ambiant auront au moins autant d’importance dans l’échec du processus, à peine esquissé sous Nominoë et Salomon, d’affirmation d’une société bretonnante de plein exercice177.

L’agonie du monde brittonique

  • 178 Loïc Langouët (s. d.), Les fouilles archéologiques du bastion de Solidor à Saint-Malo, Saint-Malo, (...)
  • 179 Lucien Musset, « Autour des îles britanniques : les séquelles du mouvement des Vikings (xi-xiie si (...)

89Concernant les rapports des Bretons avec la mer, outre la crainte persistante qu’a longtemps pu entretenir le souvenir des raids normands, voire le tabou véritable frappant certains sites marqués par leur présence néfaste (comme la tour Solidor à Saint-Servan restée durablement inoccupée par la suite178), il paraît hors de conteste que se produit alors une rupture majeure, celle de voies maritimes fréquentées depuis la protohistoire et menant vers les divers rameaux insulaires du peuple breton. Les Armoricains se retrouvent du coup isolés dans leur altérité continentale, d’autant que leur terre a été débarrassée des maraudeurs plus vite que la mer environnante n’a été nettoyée des pirates : la circulation maritime demeure perturbée en profondeur au moins jusque vers l’an mille179 ainsi que le suggèrent en Bretagne les derniers raids vikings sur Nantes en 960 et autour de Dol aussi tard que 1014. Tous les circuits des anciennes navigations ont été désorganisés de façon trop durable pour renaître à l’identique dans un contexte de paix fragile, et cette incertitude des lendemains a sans nul doute accentué encore la tendance latente des Bretons armoricains à se détourner de la mer bordière pour vivre repliés sur leurs champs et leurs landes. En tout cas, chez eux, la renaissance de l’activité maritime se fait attendre deux siècles au minimum, durant lesquels font défaut, de façon signifiante, preuves avérées et même indices d’une quelconque activité nautique.

  • 180 Joseph Loth, Contribution à l’étude des romans de la Table Ronde, Paris, 1912, p. 68-71, et divers (...)
  • 181 Deux anecdotes rapportées par Giraud de Cambrie dans son Itinerarium Cambriae le montrent bien : P (...)
  • 182 Georges Minois, « Bretagne insulaire et Bretagne armoricaine dans l’œuvre de Geoffroy de Monmouth  (...)

90Seule continue à prévaloir au xiie siècle une inerte identité linguistique lorsque les péninsules celtiques se trouvent toutes trois rassemblées, contre leur gré, dans « l’empire Plantagenêt ». La seule nouveauté d’importance tient alors au fait que des Bretons d’Armorique sont venus s’installer en Angleterre depuis la conquête normande de 1066, à laquelle ils ont été nombreux à participer, et que plusieurs de leurs familles demeurent à présent dans la zone des Marches ou en Cornwall180. À défaut d’exprimer des sentiments de solidarité fraternelle à l’égard de leurs proches voisins les Gallois asservis, qu’ils auraient plutôt tendance à considérer comme des sauvages au contraire181, ces Bretons entendent à peu près leur langue, et certains d’entre eux s’intéressent au passé de leurs ancêtres communs : le célèbre Geoffroy de Monmouth est probablement d’origine armoricaine182 et il prétendra avoir trouvé dans un vieux manuscrit rédigé en breton la matière de son Historia regum Britanniae qu’il publie avec succès en 1135. Quelques années plus tard, le témoignage de l’insulaire Giraud de Cambrie est tout à fait explicite :

  • 183 Giraldus Cambrensis, Descriptio Cumbriae, éd. G. F. Warner, Londres, t. 6, p. 177.

« En vérité le Cornwall et la Bretagne d’Armorique usent d’une langue presque semblable en tout point, laquelle demeure aussi, pour beaucoup et presque en tout, compréhensible aux Gallois à cause de leur origine commune 183 ».

  • 184 Eleanor Rathbone, « John of Cornwall : a brief biography », Recherches de théologie ancienne et mé (...)

91Plus tard dans le siècle, en 1174, John of Cornwall se voit refuser l’évêché de Saint-David malgré sa connaissance parfaite du gallois, ou plutôt à cause d’elle car, selon Geoffroy Ridel, évêque d’Ely et porte-parole du roi Henri II184, ce talent seul le disqualifie pour occuper un siège aussi sensible au point de vue politique ! Ces quelques exemples suffiront à notre propos. Remarquons, pour en finir avec le xiie siècle, que ces allégations concordantes prennent une grande importance dans la querelle littéraire portant sur les origines de la « matière de Bretagne » que les bardes et autres « chanteurs historiques » bretons, de Galles aussi bien que d’Armorique, ont transmise au monde courtois d’Occident par l’intermédiaire, précisément, du milieu de cour des Plantagenêts…

  • 185 Joseph Loth, « Les Bretons en Cornwall au commencement du xvie siècle », Revue Celtique, t. XXXII, (...)

92Ensuite breton et gallois divergent de plus en plus, notamment parce qu’au xvie siècle la Principauté adhère avec enthousiasme à la Réforme tandis que la Bretagne demeure résolument catholique dans sa masse, donc affreusement « papiste » aux yeux des insulaires : pour des siècles se trouve bannie dans les faits toute relation suivie entre les deux principaux rameaux de l’ancien peuple breton, dont les systèmes orthographiques se singularisent, augmentant d’autant les difficultés de compréhension réciproque. L’hostilité séculaire de la France et de l’Angleterre, que la Révolution et l’Empire portent à leur paroxysme, puis les effets opposés de la révolution industrielle, importante en Galles, quasi inexistante en Bretagne, ne favorisent pas non plus les retrouvailles malgré les dérisoires efforts du mouvement bardique au siècle passé et ceux de certains missionnaires protestants gallois en Basse-Bretagne. Reste dans ce panorama d’une dislocation devenue inéluctable, le cornique : il évolue durant tout le Moyen Âge en symbiose étroite avec le breton, mais ses derniers locuteurs disparaissent à l’orée du xviiie siècle. L’extinction de la langue du Cornwall, déjà fortement anglicisée à cette époque, s’explique elle aussi par les contrecoups de la Réforme qui interdisent la poursuite des relations régulières avec la Basse-Bretagne, dont les immigrés récents représentaient dans les décennies précédentes un pourcentage non négligeable de la population médiévale du Comté, jusqu’à un sixième des hommes assujettis à l’impôt dans la hundred de Penwith au début du xvie siècle185 !Ces nouveaux venus contribuaient pour beaucoup à la survie d’un dialecte demeuré très proche du leur et autrement promis à une rapide extinction faute d’un nombre de locuteurs vraiment significatif.

  • 186 A.-D. Carr, Owein of Wales : the end of the house of Gwynedd, Cardiff, 1991.

93Ainsi, à l’aube des Temps Modernes, les Bretons bretonnants éprouvent-ils de plus en plus le sentiment d’être seuls au monde : encore cette impression d’isolement, d’étrangeté linguistique dans le cadre français (et même breton !) est-elle sans doute bien antérieure. Elle vaut déjà pour la période précédente quand, en pleine guerre de Cent Ans, archers et sergents de pied gallois combattent dans les rangs de l’armée d’Édouard III sans marquer jamais aucune sympathie particulière à l’adresse des populations de langue bretonne que les circonstances nées de la guerre de Succession leur donnent l’occasion de côtoyer, tandis que les derniers résistants à l’occupation anglaise trouvent à s’embaucher dans l’armée du roi de France186, qui n’est pas précisément l’ami des ducs de la maison de Montfort ! À cette date la communauté brittonique se trouve brisée sans appel : sa destinée paraît même s’être disloquée dans les cœurs beaucoup plus tôt, vers le xe siècle, dans la suite des incursions vikings qui désorganisent durablement les conditions de navigation trans-Manche et finissent par couper la Bretagne continentale de son regard insulaire, oblitérant ainsi un passé plusieurs fois millénaire de relations intenses et multiformes dont la mer était le vecteur naturel.

  • 187 De façon significative, dès le xie siècle Vital de Rhuys se croit obligé d’imaginer pour saint Gil (...)
  • 188 C’est le sens qu’applique déjà aux anciens usages de Landévennec l’empereur Louis le Pieux dans sa (...)

94D’ailleurs, même les érudits d’Église finissent par s’y laisser prendre et en rajoutent en confondant volontiers dans leurs récits édifiants la patrie des saints fondateurs avec l’Irlande, la grande île voisine, autrement prestigieuse en matière de rayonnement spirituel187. La confusion provient sans doute d’un emploi abusif du terme « scottique » pour désigner, à l’origine, tout ce qui paraissait antique et vénérable dans la tradition bretonne188, un adjectif ambigu, dévastateur en fin de compte, car traduit de façon plate et trop littérale par « irlandais ». Déjà l’auteur de la troisième vie de saint Tugdual proteste contre ce glissement de sens insidieux et entend dénoncer

  • 189 Arthur de La Borderie, Les Vies anciennes de saint Tugdual, op. cit., p. 22.

« […] l’erreur de certains qui, trompés par les usages de la nation bretonne, appellent Scotigènes ceux qui viennent des régions d’outre-mer, et tentent de ranger cet homme illustre (Tugdual) parmi les enfants de l’Irlande (Scotia)189 ».

95Comme sa mise en garde demeure vaine, la confusion ne peut que croître aux siècles suivants, preuve s’il en fallait que les liens historiques noués jadis au sein du monde brittonique ont sombré dans un oubli à peu près complet avec l’interruption des relations maritimes pourtant tout à fait banales au haut Moyen Âge.

Les anciens Bretons sur les deux rives de la Manche

  • 190 Arthur de La Borderie, Les trois Vies anciennes…, op. cit., p. 55.
  • 191 André-Yves Bourgès, « Commor entre le mythe et l’histoire : profil d’un “chef” breton du vie siècl (...)
  • 192 Gaël Milin, Le roi Marc aux oreilles de cheval, Genève, 1991.

96Les trop rares bribes documentaires dont on dispose pour l’âge des saints laissent entrevoir un tout autre univers : à certains moments Bretons d’Armorique et de Cornwall vécurent en effet sous les mêmes princes. Les vies carolingiennes ne sont pas avares d’apparentements royaux pour les saints, tel saint Paul extrait du lignage des rois de Démétie, lequel retrouve sur l’île de Batz son cousin le comte Uuithur, saint Guénolé cousinant avec le roi Catovius ou saint Tugdual dont les parents seraient du même sang que Rigual « le premier des rois bretons d’Armorique190 ». Mais il y a plus dans ces rappels généalogiques que le lieu commun d’une origine aristocratique (ou mieux encore royale) convenue à cette époque s’agissant des puissants d’Église : des « royaumes doubles », à cheval sur la Manche, ont bel et bien existé semble-t-il. Le Cornwall britannique trouve son pendant dans la Cornouaille bretonne, tout comme l’ancien royaume du nord de la Bretagne, la Domnonée, portait le même nom que l’actuel comté anglais de Devon. Marc Conomore, l’un de ces souverains, a laissé une impression forte mais partagée, certains hagiographes voyant en lui un tyran brutal et sanguinaire qui n’hésite pas à se débarrasser des héritiers légitimes de son prédécesseur191. Et l’on sait la belle carrière littéraire promise au roi Marc de Tintagel dans le roman de Tristan et Iseult192 !

  • 193 Arthur de La Borderie, Cartulaire de Landévennec, op. cit., actes n° CXIII et LIV, p. 149 et 172-1 (...)

97La destinée de ces royaumes doubles s’interrompt au plus tard avec la conquête carolingienne de la Bretagne et ils ne renaissent pas avec l’émancipation relative de celle-ci dans la seconde moitié du ixe siècle sous Nominoë et ses deux successeurs : ces « rois subordonnés » à l’Empire (subreguli), de formation et d’esprit très carolingiens, n’entretiennent plus apparemment de relations suivies avec une île sur laquelle le dynaste franc, leur maître, n’exerce aucune autorité directe. Seuls les malheurs du temps contraignent ensuite des aristocrates bretons à y chercher refuge en tentant d’échapper à la menace normande par l’exil : le comte de Poher Mathuedoï, gendre d’Alain le Grand, le dernier roi reconnu par l’Empire, trouve à la cour du roi anglo-saxon Athelstan un abri provisoire, d’où son fils Alain Barbetorte s’élancera pour expulser les envahisseurs. On remarque toutefois, signe que les temps ont bien changé, que ce refuge d’outre-mer, il l’a quémandé chez les nouveaux maîtres anglo-saxons de l’île, non parmi les Bretons de Galles ou de Domnonée, qui accueillent cependant quelques Armoricains en fuite : en retour, les chartes du Cartulaire de Landévennec193 mentionnent à la charnière des deux siècles un certain Diles « l’exilé de Cambrie » et Harthuc transmarinus parmi les généreux donateurs de terres au monastère cornouaillais. Bien peu de noms de réfugiés en terre celtique nous sont parvenus au demeurant, comparés aux myriades de moines et d’évêques précipités, avec leurs reliques et leurs livres, sur les chemins de la Gaule dans la deuxième décennie du xe siècle lorsque des vagues de panique irrésistibles s’abattaient sur le pays.

  • 194 Parmi les hommes d’Église, seuls les moines de Landévennec paraissent avoir entretenu le projet de (...)

98Dans leur effroi, le réflexe de fuite joue en réalité de façon univoque : les routes de mer paraissent infiniment moins sûres ou moins praticables194 que l’aventure d’un repli en désordre sur les rares régions de l’intérieur de la Gaule encore dotées d’un pouvoir solide, seul gage d’une sécurité matérielle gagnée au prix de l’arrachement à un cadre de vie vénérable. Un exil en terre franque s’impose à eux : la mer paraît interdite par les pirates, l’attrait de l’antique patrie insulaire fort émoussé, à l’image d’une communauté brittonique désormais éclatée sans remède ni retour, laissée en déshérence dans une indifférence grandissante.

  • 195 Léon Fleuriot et alii, Récits et poèmes…, op. cit., p. 76-79.
  • 196 Jean-Christophe Cassard, « Arthur n’est pas mort ! Jalons pour une enquête sur le messianisme roya (...)
  • 197 Pierre de Dreux, dit Mauclerc, auquel est donnée pour épouse en 1213 Alix, fille de Guy de Thouars (...)

99Un vague sentiment d’appartenance subsistera pourtant, porté par la littérature prophétique qui appelle à l’union de tous les Bretons dispersés pour vaincre le seul ennemi héréditaire qui vaille, le Saxon. On en trouve trace dans l’Armes Prydein ou « Prophétie de Bretagne » vers 950, et encore dans l’Appel des Bretons aux armes au début du xiie siècle195. Mais ces incantations guerrières demeureront lettre morte : jamais Gallois, Corniques et Bretons ne joindront plus leurs armes en bataille, et rien n’établit qu’ils aient jamais songé à le faire sérieusement. Le monde médiéval est désormais trop différent de celui qu’avaient connu leurs pères ; il ne leur réserve plus qu’une place subalterne dans les royaumes de France et d’Angleterre en passe de devenir deux puissants États. À moins que… L’occasion s’est présentée à la naissance du petit-fils d’Henri II, fils posthume de Geoffroy Plantagenêt et de Constance de Bretagne, que le peuple du duché fait prénommer Arthur à l’instar du plus grand des rois bretons du passé, celui-là même dont la légende susurre qu’il n’est pas mort, que, blessé, il dort seulement, qu’un jour il reviendra libérer les siens… Et le hasard voulut qu’après le décès de son oncle Richard Cœur de Lion, le nouvel Arthur devienne l’héritier présomptif de l’empire Plantagenêt, donc le roi breton de tous ces Bretons qui attendent le retour de son homonyme. L’espérance messianique suscitée par sa naissance196, son amorce de réalisation, sa carrière et sa vie même seront vite balayées par Jean sans Terre : sans illusion sur sa popularité, l’oncle fait exécuter, à moins qu’il ne l’assassine de sa main, son neveu captif à Rouen en avril 1203 ! Sous les coups de Philippe Auguste, son fragile, car trop divers, « empire » ne tarde cependant pas à s’effondrer et le roi de France impose bientôt le prétendant de son choix au trône ducal breton197 : désormais la communauté brittonique n’a plus de candidat national en qui s’incarner, même dans le mythe…

100Le cordon ombilical avec les terres celtiques de la Bretagne d’outre-mer a fini de tomber en poussière, victime de l’usure du temps, de l’indifférence des hommes et d’une trop grande distance géographique que la facilité relative de la navigation ne suffit plus à combler. Les histoires des rameaux survivant vaille que vaille de l’ancien peuple breton ont divergé de façon définitive. En acquérant sa personnalité historique propre – celle d’un duché dont la puissance s’affirmera avant d’être ravalée au rang de simple province « réputée étrangère » – la Bretagne armoricaine a, dans une certaine mesure, dû faire son deuil de la mer en s’intégrant au monde français et à ses horizons terriens. Les sarcasmes et les imprécations d’Ermold le Noir à l’encontre des immigrés de jadis, rejetés par les flots, n’ont décidément plus lieu d’être au xiiie siècle, ni même auparavant, dès les alentours de l’an mille en fait ! La mer matricielle des Bretons est tarie à jamais.

Notes

1 Sur le contexte général de ces décennies, André Chédeville et Hubert Guillotel, La Bretagne des saints et des rois. ve-xe siècles, Rennes, 1984 ; Jean-Christophe Cassard, Les Bretons de Nominoé, Brasparts, 1990, première partie : « Événements », chap. I, p. 11-28.

2 L’empereur Louis exprime cette idée aux vers 1314-1319 et 1328-1329, reprenant le point de vue du préfet Lambert exprimé aux vers 1264-1273 ; délégué auprès de Morvan, l’abbé Witchaire tiendra de semblables propos aux vers 1374-1375. Édition Edmond Faral, Ermold le Noir. Poème sur Louis le Pieux et Épître au roi Pépin, Paris, 1932.

3 Édition F. Kurze dans les Monumenta Germaniae Historica, SRG, Hanovre, 1895, p. 73.

4 Texte publié par Joseph Loth, L’émigration bretonne en Armorique, Rennes, 1883, p. 174.

5 André Chédeville, « L’immigration bretonne dans le royaume de France du xie au début du xive siècle », ABPO, t. 81, 1974, p. 301-343. Jean-Christophe Cassard, « Les premiers immigrés. Heurs et malheurs de quelques Bretons dans le Paris de saint Louis », Médiévales, n° 6, 1984, p. 85-94. Le passage corrosif de Raoul Glaber sur les Bretons se lit dans Migne, Patrologie Latine, t. 142, colonne 631. Celui de Guillaume de Poitiers au chap. 44 de l’Histoire de Guillaume duc des Normands et roi des Anglais, édition Raymonde Foreville, Paris, 1952, p. 108-110.

6 Manuscrit n° 858 de Saint-Gall, cité par Pierre Riché, « Les Bretons victimes des lieux communs dans le haut Moyen Âge », Bretagne et pays celtiques. Mélanges offerts à la mémoire de Léon Fleuriot, Rennes/Saint-Brieuc, 1992, p. 113.

7 C’est du moins l’impression qui se dégage à la lecture des archéologues préhistoriens confrontés à la propagation dans l’espace européen de diverses modes et civilisations mégalithiques.

8 Christian-J. Guyonvarc’h, « Armorica »,Ogam, t. XX, 1968, p. 352-357

9 Cesar, De bellogallico, livre III, chap. 7-14. Un autre récit de la bataille figure chez Dion Cassius, Histoire Romaine, XXXIX, 40-43. Alain Guillerm propose une interprétation renouvelée de cette rencontre replacée dans un large contexte maritime aux p. 88-91 de l’ouvrage collectif Des mégalithes aux cathédrales, Morlaix, 1995.

10 Sur les oppida côtiers de l’Armorique : Pierre-Roland Giot, « Camps fortifiés et sites littoraux », dans Pierre-Roland Giot, Jacques Briard et Louis Pape, Protohistoire de la Bretagne, Rennes, 1995 (nouvelle édition d’un ouvrage paru en 1979), p. 276-283 ; Loïc Langouët, Les Coriosolites. Un peuple armoricain, Saint-Malo, 1988, p. 47-56. Les oppida armoricains, au sens de César, ne correspondent pas à l’acception plus générale qu’en donnent les archéologues qui y voient des proto-cités, à l’exception des deux sites du Yaudet et d’Alet où les traces d’occupation sont assez denses pour qu’on puisse songer à un habitat permanent dans les décennies de part et d’autre de la conquête : Patrick Galliou, « La naissance des villes maritimes dans l’Ouest de la Gaule », La ville maritime. Temps, espaces et représentations, Brest, 1996, p. 131-147.

11 Le débat, embrouillé par les passions locales et leurs éventuelles retombées touristiques, est d’autant plus difficile à trancher qu’aucun argument autre que les deux textes classiques cités ci-dessus, ressassés en tout sens, ne s’est encore fait jour. Sous la direction scientifique d’Alain Guillerm, une campagne de prospections sous-marines est cependant annoncée dans les parages plausibles de la bataille.

12 Strabon, Géographie, IV, 4, 1.

13 Pierre Merlat, « Les Vénètes d’Armorique » (avec des mises au point de Pierre-Roland Giot sur l’âge du fer et de Patrick André sur l’époque romaine), numéro spécial d’Archéologie en Bretagne, Brest, 1981.

14 Patrick Galliou, L’Armorique romaine, Brasparts, 1983. Loïc Langouët, Les Coriosolites…, op. cit., notamment les cartes de répartition de trouvailles n° 25 à 27.

15 Émilienne Demougeot, « Les invasions germaniques et la rupture des relations entre la Bretagne et la Gaule », Le Moyen Âge, 1962, n° 1-2, p. 1-50.

16 Roger Dion, « Itinéraires maritimes occidentaux dans l’Antiquité », Bulletin de l’Association des Géographes français, n° 243-244, mai-juin 1954, p. 128-135. Opinion reprise avec des nuances par plusieurs historiens des transports antiques.

17 Tacite, Agricola, X, 5.

18 René Sanquer, Robert Piot, Patrick Galliou, « Problèmes de navigation en Manche occidentale à l’époque romaine », La géographie commerciale de la Gaule à l’époque romaine (colloque édité par Raymond Chevallier), Caesarodunum, 1977, p. 491-508. Michel Reddé, « La navigation au large des côtes atlantiques de la Gaule à l’époque romaine », Mélanges de l’École Française de Rome. Antiquité, t. 91, 1979, p. 481-489. Sur le contexte général du commerce au Haut-Empire dans le prolongement des temps de l’indépendance, Barry Cunliffe, La Gaule et ses voisins. Le grand commerce dans l’Antiquité, Paris, 1993.

19 Michel L’hour, « Un site sous-marin de la côte de l’Armorique. L’épave antique de Ploumanac’h », Revue Archéologique de l’Ouest, t. IV, 1987, p. 113-131.

20 Margaret Rule, « The Romano-Celtic ship excavated at St Peter Port, Guernsey », dans Sean Mac Grail (s. d.), Maritime Celts, Frisians and Saxons, Council of British Archeology Research Report n° 71, 1990, p. 49-56. Margaret Rule et J. Monaghan, A gallo-roman trading vessel from Guernsey. The excavation and recovery of a third century shipwreck, Guernesey, 1993.

21 Loïc Langouët et Jean-Loïc Meury, « La machinerie en bois du haut empire retrouvée à Alet », AB, t. LXXX, 1973, p. 163-184.

22 Patrick Galliou, L’Armorique…, op. cit., p. 173.

23 Horace, Odes, I, XXXI, 13-15.

24 Les années 260-275 marquent le sommet de la crise piratique, mais la situation ne se rétablit jamais complètement : en 343 Maternus écrit dans son De errore profanorum religionum, XXXVII, 6 que de son temps la traversée de la Manche demeure considérée comme périlleuse.

25 Une carte des enfouissements monétaires connus dans le ressort de la future Bretagne figure à la p. 129 de Des mégalithes…, op. cit. Une autre, actualisée à la date de l’édition (1987), à la page 215 de Loïc Langouët, Les Coriosolites…, op. cit., pour cette seule cité.

26 Eutrope, Historiae Romanae, IX, 21 et Aurelius Victor, Liber de Caesaribus, XXXIX, 20 signalent la présence permanente de pirates francs et saxons dans la Manche et l’Atlantique vers 280, et leurs ravages sur les côtes de l’Armorique et de la Belgique. L’importante synthèse historique et archéologique de Claude Lorren, parue dans le catalogue de l’exposition de Caen et de Toulouse Les barbares et la mer, Caen, 1992, ne prend curieusement pas en compte leurs entreprises hors de la mer du Nord et de la Manche orientale (c’est-à-dire pour cette dernière au large de la seule future Normandie !).

27 Patrick Galliou, « L’ouest de la Gaule au iiie siècle. État de la recherche », BSAF, t. CVIII, 1980, p. 111-135.

28 Le Gaulois Pacatus le prononça à Rome entre juin et septembre 389. Édition Édouard Galletier, Panégyriques latins, t. III, collection Budé, Paris, 1955.

29 De reditu suo, éd. Jules Vessereau et François Prechac, Paris, 1961, vers 499-506 et 213-216.

30 Sidoine Apollinaire, Epistolae, VIII, 6, § 13-15, édition André Loyen, Paris, 1970.

31 Code théodosien, IX, 40, 24. En revanche aucune allusion n’y est faite à la situation contemporaine de l’île de Bretagne.

32 Si du moins l’on suit sur ce point les propositions de Louis Pape, qui ne paraissent pas avoir convaincu tous les spécialistes du réseau routier antique en Armorique.

33 Vers 425 la Notitia Dignitatum mentionne le Tractus Armoricani et Nervicani limitis, commandement militaire s’étendant de la Seine jusqu’à la Gironde, dont le pendant sur l’île est le Litus Saxonicum. Auparavant existait un Tractus Belgicae et Armoricae, confié dès 286 à Carausius contre les pirates et mentionné par Eutrope dans son Bréviaire (9,13), depuis l’embouchure du Rhin jusqu’à la pointe du Raz, dont Boulogne abritait la classis britannica.

34 Epistolae, édition anglaise de A.B.E. Hood, Saint Patrick. His writings and Muirchu’s life, Londres, 1978.

35 Vita Tripartita (895-901 ?), pars I, chap. 16, citée par l’abbé François Duine, Mémento des sources hagiographiques de l’histoire de Bretagne, Rennes, 1918, sous l’article 201 (Tigride), p. 406. L’extrait contenant cette légende gaélique est traduit par Bernard Merdrignac, « Saint Guénolé et les monachismes insulaire et continental au haut Moyen Âge », ABPO, t. 95, 1988/1, p. 15-40, qui y adjoint à la même page 23 une glose (du xie siècle ?) à l’hymne de Fiacc développant des traditions similaires sur le séjour armoricain du saint et de sa famille charnelle. Christian J. Guyonvarc’h, « Celtique commun Letavia, gaulois Letavis, irlandais Letha : la porte de l’Autre Monde », Ogam, t. XIX, 1967, p. 490-494.

36 Eusèbe de Césarée écrit dans sa Vie de Constantin que « l’empereur soumit les peuples vivant au bord de l’océan occidental » (donc les Irlandais) et prit en conséquence le titre de Britannicus Maximus. Plus tard le patrice Stilicon († 408) monte encore une expédition contre les pirates de la mer d’Irlande : Claudien, De consulatu Stilichonis, II, 250-255. Les implantations d’Irlandais en Galles, où ils créent de petits royaumes côtiers, sont attestées tant par la littérature héroïque que par les nombreuses inscriptions en alphabet oghamique découvertes dans la Principauté et sur ses marges.

37 Nora K. Chadwick, Early Brittany, Cardiff, 1969. Leslie Alcock, Arthur’s Britain, Londres, 1977.

38 En 464 un fort parti de Saxons remonte la Loire jusqu’à Angers, d’où Childéric et ses Francs les chassent bientôt (De Blesi Chronica, dans Paul Marchegay, Chroniques des comtes d’Anjou, Paris, 1856, p. 19) : c’est la dernière mention dans nos eaux d’un peuple germanique actif, dont des rameaux sont d’ailleurs établis sur la Basse-Loire et dans le pays de Bayeux depuis le temps des grandes invasions.

39 Stéphane Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Âge, 2 volumes, Lille, 1983. Pour un panorama général de la période, du même auteur : Les origines franques (ve-ixe siècle), Paris, 1990, deuxième partie : « Au nord, les forces de l’avenir ».

40 Sur les relations entre la Neustrie mérovingienne et la Bretagne anglo-saxonne, Stéphane Lebecq : « La Neustrie et la mer », dans Helmut Atsma (s. d.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Sigmaringen, t. I, 1989, p. 405-440.

41 Patrick Galliou, « La défense de l’Armorique au Bas-Empire : essai de synthèse », MSHAB, t. LVII, 1980, p. 235-285. Les fouilles en cours, sous la direction conjointe de Barry Cunliffe et de Patrick Galliou, au Yaudet (Ploulec’h, C.-d’A.) confirment d’année en année sur ce site d’un ancien oppidum armoricain, des campagnes de fortification au bas-empire. C’est le premier site de défense intermédiaire révélé en Bretagne.

42 Les déductions historiques fondées sur la géographie et la linguistique n’ont pas encore reçu de l’archéologie une confirmation probante de ce recrutement de troupes de forteresse dans l’île de Bretagne, hypothèse à laquelle non plus on ne peut opposer aucun argument formel.

43 Les cartes 1 et 2, bâties à partir de données essentiellement toponymiques, et le texte de Léon Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, 1982.

44 Jean-Christophe Cassard, « Sur le passé romain des anciens Bretons », Kreiz, n° 5, 1996, p. 5-32.

45 Jean-Christophe Cassard, « La guerre des Bretons armoricains au haut Moyen Âge », Revue Historique, t. 275, 1986, p. 3-27.

46 Par un paradoxe irritant de l’histoire, les seules « légions bretonnes » attestées en Gaule dans les décennies suivantes le sont dans la vallée de la Loire moyenne, aux alentours d’Orléans notamment : Jean-Christophe Cassard, « Nantes de la découverte des Bretons à l’insertion dans la Bretagne », dans Nantes et la Bretagne, Morlaix, 1996, p. 39-52, spécialement p. 40-41.

47 François Falc’hun, « Le breton, forme moderne du gaulois », AB, t. LXIX, 1962, p. 413-428. Du même auteur, Perspectives nouvelles sur l’histoire de la langue bretonne, Paris, 1981. Ce point de vue semble aujourd’hui reçu, avec des nuances propres à chacun, par les meilleurs spécialistes, notamment Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit.

48 Loïc Langouët, Les Coriosolites…, op. cit., p. 237-244, notamment la carte de la page 243 localisant les découvertes de céramiques britto-romaines du ive siècle en Armorique.

49 L’adoption de ce nom de Letavia tiendrait à une confusion possible entre le latin militaire laeti et un terme celtique à la consonance proche (cf. breton moderne ledan, « large ») désignant « la grande terre, le continent » et par extension ses habitants.

50 Émilienne Demougeot, « Les invasions germaniques… », article cité, p. 34-36.

51 Gildas, De excidio et conquestu Britanniae, XV, XVII, 1 et XX, 1, édition John Morris et Michael Winterbottom, Chichester, 1978. Gildas donne pour Aetius la forme Agitius.

52 Du moins ceux du parti de Vortigern, que Léon Fleuriot qualifiait de « nationaliste » par opposition à une autre ligne politique, plus fidèle à la tradition romaine et impériale, qu’aurait incarné Ambrosius Aurelianus.

53 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique de la nation anglaise, I, 14-15.

54 Gildas, De excidio Britanniae, op. cit., XXV, 3 et XXVI, 1.

55 Constance de Lyon, Vie de saint Germain, édition René Borius, Paris, 1965, chap. III et V.

56 De Excidio Britanniae, XXVII sq. L’étude fondamentale sur Gildas est aujourd’hui celle du latiniste François Kerlouégan, Le De Excidio Britanniae de Gildas. Les destinées de la culture latine dans l’île de Bretagne au vie siècle, Paris, 1987.

57 Aquitaine and Ireland in the Middle Ages (s. d. Jean-Michel Picard), Blackrock, 1995. Notamment les contributions de Jean-Michel Picard, « Aquitaine et Irlande dans le haut Moyen Âge », p. 17-30 ; Gwénaël Le Duc, « La Bretagne intermédiaire entre l’Aquitaine et l’Irlande », p. 173-187 ; Anne-Catherine Belier, « Note sur la céramique E (E-ware) », p. 261-263.

58 Charles Thomas, « Gallici nautae de Galliarum provinciis ». A sixth/seventh century trade with Gaul reconsidered, Medieval Archeology, t. 34, 1990, p. 1-26. Quelques rares trouvailles de pièces de bronze orientales sur les rivages d’Armorique : Jean Lafaurie, « Trouvailles de monnaies des vi-viie siècles de l’empire d’Orient en Gaule mérovingienne », Bulletin de la Société française de Numismatique, mai 1972, p. 206-209 ; Patrick Galliou, « Monnaies de bronze des vi et viie siècles conservées en Bretagne », Archéologie en Bretagne, n° 14, 1977, p. 17-24. Une pièce byzantine frappée à Carthage au viie siècle trouvée à Crozon en 1940 puis égarée est étudiée dans le t. CXIII du BSAF, 1994, p. 59.

59 Archibald R. Lewis, The Northern Seas. Shipping and commerce in Northern Europe, A. D. 300-1100, Princeton USA, 1958.

60 Archibald R. Lewis, « Le commerce et la navigation sur les côtes atlantiques de la Gaule du ve au xie siècle », Le Moyen Âge, t. 59, 1953, p. 249-298.

61 Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 178-184. Jean-Christophe Cassard, « Sur le passé romain… », article cité.

62 Jean-Christophe Cassard, « Les navigations bretonnes aux temps carolingiens », L’Europe et l’Océan au Moyen Âge, Nantes, 1988, p. 19-36.

63 La question de la datation de la Vita prima Samsonis (édition Robert Fawtier, La Vie de saint Samson. Essai de critique hagiographique, Paris, 1912) a longtemps alimenté d’âpres polémiques, notamment entre MM. Bernard Merdrignac et Joseph-Claude Poulin… On se rapportera désormais à l’édition que vient d’en procurer Pierre Flobert, La Vie ancienne de saint Samson de Dol, Paris, 1997.

64 Pierre Riché, « Les hagiographes bretons et la Renaissance carolingienne », Bulletin Philologique et Historique, Paris, 1968, p. 651-659. Jean-Christophe Cassard, « La mise en texte du passé par les hagiographes de Landévennec au ixe siècle », BSAF, t. CXXII, 1993, p. 361-386.

65 Eric Rieth, « Bilan des recherches d’archéologie navale dans le domaine atlantique au Moyen Âge », L’Europe et l’océan…, op. cit., p. 201-210.

66 Cependant Alain Guillerm assigne au ponto des Vénètes une origine punique, en rapport avec les échanges de technologie nautique nés du commerce de l’étain : Des mégalithes…, op. cit., p. 89-90.

67 Cesar, De bello civile, III, 40. Une représentation de ponto se voit sur une mosaïque à motifs navals de la maison des Muses d’Althiburus, aujourd’hui conservée au Musée du Bardo à Tunis.

68 Cesar, De bello civile, I, 54.

69 À la fin du xviie siècle, le capitaine Thomas Philipps dessine un grand curragh de charge sous voile et en procure le plan de coque : document reproduit page 36 dans Sean Mac Grail, « De la Grande Bretagne à la Petite Bretagne au temps de saint Paul Aurélien », Sur les pas de Paul Aurélien, Brest-Quimper, 1997, p. 23-36.

70 Sidoine Apollinaire, Panégyrique pour Avitus, dans les Monumenta Germaniae Historica, Auct. Antiq., VIII, p. 132-133. On trouvera la référence d’Avienus dans James Hornell, « British Coracles », Mariner’s Mirror, t. XXII, 1936, p. 8-9.

71 Gildas, De Excidio Britanniae, XIX, 1 (il s’agit des curraghs armés par les Pictes et les Scots). Giraldus Cambrensis, Topographia hibernica, III, 26. Les principales références sur ces curieux navires sont regroupées par G.-J. Marcus, « Factors in early Celtic navigation », Études Celtiques, t. VI, 1956, p. 88-108.

72 Arthur de La Borderie, Vie de saint Efflam, Rennes, 1892, lectio V, chap. 12, p. 15-16.

73 Vita Machutis, dans Ferdinand Lot, Mélanges d’histoire bretonne, Paris, 1907, p. 301. Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 211.

74 Vita Ia Guenaili, édition Fanch Morvannou, Saint Guénaël, Brest, 1997, chap. 6, p. 55.

75 Dom François Plaine, « Une Vie inédite de saint Brieuc, texte latin avec prolégomènes français », Analecta Bollandiana, t. II, 1883, chap. 41, p. 181.

76 Robert Fawtier, La vie de saint Samson…, op. cit., livre I, chap. 47, p. 143.

77 Timothy Severin, Le voyage du saint Brandan, Paris, 1973.

78 Vocabulaire relevé dans la note 24 de l’article de Jean-Michel Picard, « Aquitaine et Irlande dans le haut Moyen Âge », dans Aquitaine and Ireland…, op. cit., p. 21.

79 Arthur de La Borderie, « Les miracles de saint Magloire de Dol », Mémoires de la Société Historique et Archéologique des Côtes-du-Nord, t. IV, 1891, chap. VII, 19-20, p. 241-242. Gwénaël Le Duc, Vie de saint Malo par Bili, Saint-Malo, 1979, livre I, chap. 11 et 12, p. 55-57. Dérivée de la même racine que navis, navicula nomme une barque, un simple canot utilisé comme annexe.

80 Léon Maitre et Paul de Barthou, Cartulaire de Quimperlé, Paris-Rennes, 1904, p. 45.

81 L’inexistence d’un monnayage spécifique en Armorique durant le haut Moyen Âge nous prive de possibles représentations, même stylisées à l’extrême, de navires, telles qu’on les découvre sur certaines pièces franques frappées en Neustrie ou en Frise.

82 Gildas, De Excidio Britanniae, XXIII, 3. Les cyulae des Saxons (cf. anglais keel) appartiennent sans doute à la même famille de navires longs : ce mot serait le premier terme anglo-saxon connu par les textes.

83 Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 212.

84 Gwénaël Le Duc, Vie de saint Malo…, op. cit., livre I, chap. 15, p. 63-65.

85 Bernard Merdrignac et André Carrée, La Vie latine de saint Lunaire, Landévennec, 1991, chap. 6, p. 140. François Plaine, Une Vie inédite…, édition citée, chap. 44, p. 179.

86 Gwénaël Le Duc, Vie de saint Malo…, op. cit., livre I, chap. 26, p. 91. Charles Cuissard, Vita Pauli Aureliani, Revue Celtique, t. V, 1883, livre II, chap. XI, p. 436-437.

87 Procope de Césarée, Histoire des guerres de Justinien, livre VIII, chap. 20-55.

88 Vita Eparchii, chap. X, p. 562, citée par Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit.

89 Des chants de marins rythmaient le travail sur les bateaux, remplacés par des psaumes au dire de Gildas dans le seul passage où il évoque furtivement les émigrations bretonnes : Gildas, De Excidio Britanniae, XXV, 1.

90 Arthur de La Borderie, Les trois Vies anciennes de saint Tudual, Paris, 1887, chap. I de la première Vie et chap. IV de la troisième, p. 25.

91 Gildas, De Excidio Britanniae, XVI.

92 François Plaine, Une Vie inédite…, édition citée, chap. 44.

93 Son affirmation péremptoire n’est d’ailleurs pas sans éveiller un certain scepticisme : peut-être, observant depuis la côte les évolutions des deux flottes affrontées, s’est-il trompé sur la nature exacte des matériaux employés par les Vénètes, qui paraissent bien lourds en effet…

94 Charles Cuissard, Vita Pauli Aureliani, livre II, chap. XII, p. 438.

95 Robert Fawtier, La Vie de saint Samson, op. cit., p. 134-135.

96 Bernard Merdrignac et André Carrée, La Vie latine…, op. cit., chap. 6, p. 140.

97 Léon Maitre, « Miracles de saint Philibert. Édition et traduction française », Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et de la Loire Inférieure, t. XXXVI, 1896, p. 117-173 ; René Poupardin, Monuments de l’histoire des abbayes de saint Philibert, Paris, 1905, n° LXXXI, p. 54-56.

98 Gildas Bernier, « Les navires celtiques au haut Moyen Âge », Études Celtiques, t. XVI, 1979, p. 287-291.

99 Léon Fleuriot, Dictionnaire des gloses en vieux-breton, Paris, 1964, p. 241.

100 Stur peut dériver du scandinave styri comme du vieil-anglais steor ou du vieil-allemand steuer : l’absence d’occurrences médiévales anciennes interdit de trancher entre ces hypothèses d’emprunt.

101 Léon Fleuriot, Dictionnaire…, op. cit., p. 58. Eor en breton contemporain.

102 On lira un brillant essai de reconstitution nautique d’une traversée depuis le Cornwall jusqu’à Ouessant sous la plume avertie de S. Mac Grail, « De la Grande à la Petite Bretagne… », art. cit.

103 Poésie gnomique galloise citée p. 20 de Léon Fleuriot, Jean-Pierre Lozac’hmeur et Louis Prat, Récits et poèmes celtiques. Domaine brittonique, Paris, 1980. Fortunat dans sa Vita Martini, 24-26, confirme cette interruption saisonnière : « Pendant les mois d’hiver, quand le Bosphore est gelé et que la pluie interdit aux vaisseaux de sillonner les Plaines liquides, et que l’océan empêche le commerce avec les Bretons ».

104 Vita sancti Yvii, Acta Sanctorum, octobre/III, col. 400.

105 Arthur de La Borderie, Translatio sancti Maglorii, op. cit., chap. VII, 19, p. 241. Au xiie siècle le trouvère anglo-normand Wace dans son Roman de Rou (édition H. Andresen, Heilkenn, 1877-1879), vers 1726-1728, se fait l’écho de semblables mésaventures marines : « Aler voldrent en Normandie,/Mais un granz venz les traversa/Dreit en Bretaigne les mena ».

106 René Poupardin, Monuments de l’histoire…, op. cit., p. 54-56.

107 Léon Maitre et Paul de Barthou, Cartulaire de Quimperlé, op. cit., p. 61.

108 Léon Fleuriot, Dictionnaire…, op. cit., p. 260.

109 Constatation identique en Méditerranée aux xi-xiie siècles, avec l’avantage supplémentaire d’assurer la sauvegarde de la majeure partie des bateaux s’il se présente des pirates maures ou chrétiens, auxquels on abandonne de façon délibérée une ou deux embarcations choisies parmi les plus lentes…

110 On notera cet emploi d’un mode de propulsion mixte pourtant sur un gros navire océanique, dont seule la nationalité ne ressort pas clairement du texte.

111 Jonas de Bobbio, Vita Columbani, I, 23. Traduction du père Adalbert de Vogüé, Aux sources du monachisme colombanien. 1. Vie de saint Colomban et de ses disciples, Bégrolles-en-Mauge, 1988, p. 152.

112 Une autre allusion à ce phénomène naturel se lit chez Grégoire de Tours (Histoire des Francs, livre X, chap. 9) concernant l’estuaire de la Vilaine, remonté au flux, jusqu’à la construction du barrage d’Arzal en notre siècle, par une vague dangereuse qui emporte les trainards de l’armée du comte Ebrachaire en 590.

113 Réclamation réfutée aujourd’hui par les archéologues galiciens et portugais pour la protohistoire : Francisco Calo Lourido, « La Galice est-elle celtique ? », ArMen, n° 78, p. 22-33 (sur les castros galiciens et la culture castrexa) ; du même, « Les inventeurs d’une Galice celte », ArMen, n° 79, p. 20-29. Ces articles ont d’ailleurs entraîné dans la même revue plusieurs répliques (dont celle de l’hispaniste Robert Omnès), montrant que la polémique n’est pas close même en Bretagne. Mais parle-t-on de la même chose ? Les établissements bretons ont bien existé, sans impliquer que le pays ait auparavant été celtisé…

114 Paul Orose, Histoire contre les païens, I, 2, 72 (vers 416-417).

115 Citée par Michel Reddé, « La navigation… », article cité, p. 485. Jean ROUGÉ, Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée dans l’Antiquité, Rome, 1966, p. 103.

116 Gildas Bernier, Les chrétientés bretonnes continentales depuis les origines jusqu’au ixe siècle, Saint-Malo/Rennes, 1982, p. 115-121.

117 Robert Fawtier, La Vie de saint Samson…, op. cit., livre I, chap. 59, p. 153.

118 Strabon, Géographie, traduction Lasserre, Paris, 1966, IV, 5, 2.

119 Sur la basse vallée du Rhin on trouve cependant attesté à l’époque impériale un peuple marchand, les Britanniciani, tourné vers la grande île : Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 17 et 135.

120 Jean-Christophe Cassard, « Nantes de la découverte des Bretons à l’intégration à la Bretagne », article cité.

121 Pline, Histoire Naturelle, XVII, 11.

122 Michel Rouche, « Les Saxons et les origines de Quentovic », Revue du Nord, t. 59, 1977, p. 457-478.

123 François Herry, Saint Winoc, prince de Bretagne et apôtre de Flandre, Steenvoorde, 1992.

124 Arthur de La Borderie, Cartulaire de Landévennec, Rennes, 1888, p. 154-155.

125 Jean-Christophe Cassard, « En marge des incursions vikings », ABPO, t. 98, 1991, p. 265-270.

126 Hubert le Bourdelles, Vie de saint Josse. Édition et commentaire, Etaples, 1995.

127 Stéphane Lebecq, « La Neustrie et la mer », article cité, p. 428-432.

128 Ferdinand Lot, Nennius et l’Historia Brittonum. Étude critique, Paris, 1934, chap. 27, p. 167.

129 Léon Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 247-251.

130 Anne Lombard-Jourdan, « Montjoie Saint-Denis ! » Le centre de la Gaule aux origines de Paris et de Saint-Denis, Paris, 1989.

131 Jean-Christophe Cassard, « Sur le passé romain des Bretons », article cité.

132 Procope de Césarée, Histoire des guerres de Justinien, livre V, 12. Présence confirmée par la Vie de saint Dalmas, évêque de Rodez au vie siècle.

133 Une étude d’hagionymie historique serait à poursuivre en Normandie sur ce thème, où pas moins de 57 églises paroissiales sont dédiées à des saints bretons, dont la presque totalité aux seuls Malo, Samson (et Melaine, évêque de Rennes au début du vie siècle, qui est Armoricain mais pas Breton). Dr Jean Fournée, « Le culte populaire des saints bretons en Normandie », Questions d’histoire de Bretagne (107e Congrès national des Sociétés savantes, Brest, 1982), Paris, 1984, p. 301-322.

134 Mark Wood, « Céramiques romano-britanniques trouvées à Alet… », art. cit., notamment la carte p. 38 montrant une nette prédominance de la Normandie, à 84  % pour la Black-Burnished Ware.

135 E.G. Bowen, Saints, seaways and settlements, Cardiff, 1977. Les pages 160 à 190 de cet ouvrage sont plus spécialement dévolues à l’émigration bretonne en Armorique.

136 Robert Fawtier, La Vie de saint Samson, op. cit., livre I, chap. 48, p. 143-144.

137 Les lan de Cornwall balisent assez bien la vieille route transpéninsulaire, en usage dès la Préhistoire : Job an Irien, « Saints du Cornwall et saints bretons du ve au xe siècle », Landévenneg. Colloque du xve centenaire de la fondation de l’abbaye, Landévennec, 1986, p. 167-188.

138 Ce serait la « Major atlantic sea route » de Bowen, héritée de la préhistoire et reliant l’Écosse à l’Espagne par le canal Saint-Georges.

139 La présence bretonne dans l’archipel anglo-normand ressort de textes hagiographiques bretons de l’âge carolingien, mais aussi de mentions éparses dans des textes francs comme les Miracula sancti Wandregiseli, Monumenta Germaniae Historica, Series Sanctorum, XV/1, chap. 7, p. 407.

140 Vita prima Marculfi, dans Acta Sanctorum., mai/1, chap. 2, 13, p. 73.

141 Charles Cuissard, Vita sancti Pauli Aureliani, op. cit., livre II, chap. 11 à 16, p. 436-444. Commentaire topographique de ces passages par Bernard Tanguy, « Saint Paul en Léon », dans Bernard Tanguy, Job an Irien, Saik Falhun et Yves-Pascal Castel, Saint Paul Aurélien. Vie et culte, Saint-Thonan, 1991, p. 27-71.

142 Bernard Merdrignac, « Bretons et Irlandais en France du Nord. vie-viiie siècle », dans Jean-Michel Picard (s.d.), Ireland and Northern France. a.d. 600-850, Dublin, 1982, p. 119-142.

143 Vita sancti Uuinuualoei, livre I, chap. XIX, édition Arthur de La Borderie, Cartulaire de Landévennec, op. cit., p. 46-48.

144 Bernard Merdrignac, « Saint Guénolé et les monachismes insulaire et continental au haut Moyen Âge », ABPO, t. 95/1, 1988, p. 15-40 ; du même auteur, « La perception de l’Irlande dans les Vitae de saints bretons du haut Moyen Âge (vii-xiie siècles) », dans Irlande et Bretagne. Vingt siècles d’histoire, Rennes, 1994, p. 65-75.

145 Vita Eparchii, chap. X. Les faits se déroulent peu après la mort du saint évêque de Bordeaux survenue en 581.

146 Pomponius Mella, Géographie, 3, 6, 48 ; Miracula sancti Martini Vertensis, dans les Monumenta Germaniae Historica, rer. Meroving. III, 573 et IV, 773 ; Vita Albini Andegavensis, dans Migne, Patrologie Latine, t. 88, 479 sq. La Chronique de Saint-Maixent (751-1140), édition Jean Verdon, Paris, 1979, p. 62-63, montre les Normands Pratiquant la piraterie en « mer de Bretagne » (mari Britannico) avant de s’engager dans la Loire et de prendre Nantes en 843.

147 Encore vers 1145-1147 Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen, rappelle au légat pontifical Albéric d’Ostie dans la lettre dédicatoire de son traité Contre les hérétiques de son temps comment « j’eus l’honneur d’être à tes côtés aux confins de la Gaule, près de la mer des Bretons, dans la cité de Nantes » : Migne, Patrologie Latine, t. 192, col. 1255.

148 Jeanne Vielliard, Le guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, Macon, 1963, p. 24-25. Pomponius Mella faisait déjà toucher les Pyrénées à « l’Océan Britannique » dans sa Géographie, 2, 6, 85.

149 Gildas, De Excidio Britanniae, XXVI, et toute sa deuxième partie : « Admonestation aux rois de Bretagne », chap. 27 à 64.

150 La Grande Cornouaille éclate dans la seconde moitié du vie siècle pour donner naissance en partie au Bro-Erec ou Vannetais, tandis qu’au nord de la péninsule la Domnonée armoricaine demeure unitaire, mais son histoire n’est guère éclairée par les sources gallo-romaines ou bretonnes.

151 S’il n’y a pas de guerres entre les royaumes bretons continentaux, la violence règne à l’intérieur des familles princières : les successions au trône s’y règlent trop souvent à coup d’assassinats des autres prétendants possibles…

152 Loup de Ferrières. Correspondance, édition Léon Levillain, Paris, 1927, t. I, p. 184-185 : lettre 44, à l’évêque métropolitain Guénelon, entre le 12 et le 22 novembre 845.

153 Louis Gougaud, Les chrétientés celtiques, Paris, 1911 (ouvrage traduit en anglais et augmenté sous un titre meilleur : Christianity in Celtic Lands, Londres, 1934). Olivier Loyer, Les chrétientés celtiques, Paris, 1965.

154 Uurdisten est le meilleur représentant de cet état d’esprit dans sa Vie de saint Guénolé, où il dit regretter à la fois le temps béni des anciens usages monastiques plus propices à la sainteté, et adhérer sans aucune réserve au nouveau cours bénédictin jugé plus humain, l’ancien étant devenu trop rugueux pour certains frères moins héroïques. Aux siècles précédents rien ne permet d’affirmer que les Armoricains aient tenu contre Rome dans la querelle qui l’opposait aux insulaires bretons et scots sur la date de la célébration de la Pâque.

155 Les Vitae armoricaines les plus anciennes n’évoquent que de façon indirecte la lutte victorieuse menée par les saints contre les anciens dieux symbolisés soit par des dragons vaincus (selon un cliché usuel dans toute l’hagiographie chrétienne) soit par des géants enfermés dans leurs tombeaux pour l’éternité, comme le Milldu rencontré par saint Malo en plein Atlantique (Bernard Merdrignac, « Saints et géants dans l’hagiographie armoricaine du haut Moyen Âge », Bretagne-Pays de Loire-Touraine-Poitou à l’époque mérovingienne, Paris, 1984, p. 21-32). Mais jamais, contrairement au reste de l’hagiographie gauloise, des paysans demeurés païens ne sont affrontés par les saints armoricains, qui n’en rencontrent aucun au hasard de leurs pérégrinations.

156 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique de la nation anglaise, livre I, chap. XXX.

157 P.-C. Bartrum, Early Welsh genealogical Tracts, Cardiff, 1966. Morfydd Owen, « Trois poèmes en gallois sur des saints gallois liés à la Bretagne », Kreiz, n° 2, 1992, p. 201-258.

158 Wendy Davies, « La charte “celtique” », BSAF, t. CIX, 1981, p. 195-207. Ce type de charte retraçant l’histoire de la propriété d’un bien pourrait dériver d’un formulaire romain tardif.

159 En breton le mot saoz, « saxon », est toujours utilisé pour désigner la Grande-Bretagne et les Anglais, ses habitants, le plus souvent dans un sens péjoratif. Mais la longue série de guerres maritimes soutenues au temps des rois puis lors de la Révolution a fait oublier le sens etymologique du mot et l’origine de la querelle entre les peuples. Gwénnolé Le Menn, « La Grande Bretagne à travers la littérature bretonne (xve-xviie siècles) et le vocabulaire breton », MSHAB, t. LVIII, 1981, p. 125-161.

160 Charles Cuissard, La Vie de saint Paul Aurélien, édition citée, livre II, chap. 11, p. 437.

161 Léon Fleuriot et Claude Evans, Dictionnaire des gloses en vieux-breton, nouvelle édition en deux volumes, Paris-Toronto, 1985 (reprint de la thèse de Léon Fleuriot éditée en 1964, avec un volume d’ajouts).

162 Philippe Guigon, « Les influences irlandaises sur l’architecture religieuse bretonne du haut Moyen Âge à l’époque romane : mythe ou réalité ? », Irlande et Bretagne…, op. cit., p. 193-215.

163 Robert Fawtier, La Vie de saint Samson, op. cit., prologue.

164 Gwénaël Le Duc, Vie de saint Malo par Bili, op. cit., livre I, chap. 25, p. 85-87.

165 Gwinfor Evans, The text of the Book of Llan-Dâv, Oxford, 1891, p. 181.

166 Jean-Christophe Cassard, Le siècle des Vikings en Bretagne, Paris, 1996.

167 Annie Bardel et Ronan Perennec, « Les Vikings à Landévennec. Les traces du “passage” des Vikings à Landévennec en 913 », Chronique de Landévennec, t. 85, 1995, p. 32-40. L’hypothèse avancée par ces deux archéologues d’un paiement de tributs par les moines de Saint-Guénolé tout au long du ixe siècle me paraît gratuite et même contredite par les importantes murailles qu’eux-mêmes ont mises en évidence, quoiqu’inopérantes en fin de compte en 913 pour des raisons insaisissables.

168 Dans son rapport sur Les marines et la guerre sur mer dans le nord et l’ouest de l’Europe (jusqu’au xiie siècle), Settimane de Spolète, t. XV, « Ordinamenti militari in Occidente nell’ alto Medioevo », Spolète, 1968, p. 1009-1042, Michel Mollat évoque aux p. 1011-1018 les « improvisations carolingiennes » en en dégageant bien les limites, évidentes dès le règne de Charlemagne, et le caractère velléitaire.

169 Gesta Sanctorum Rotonensium, III, 9 dans Carol Brett, The monks of Redon. Gesta Sanctorum Rotonensium and Vita Conwoionis, Woodbridge, 1989, p. 215.

170 Arthur de La Borderie, Miracles de saint Magloire, op. cit., chap. II, 5-6, p. 232-233 et chap. V, 11, p. 236. Le premier épisode est selon toute vraisemblance le souvenir déformé et mis au goût du ixe siècle d’une descente de pirates antérieure, indatable.

171 Miracula sancti Albini, chap. III, 12-14, dans Acta Sanctorum, mars/1, col. 62.

172 Un exemple de versement de danegeld camouflé en miracle dans les Gesta Sanctorum Rotonensium, III, 9 : Jean-Christophe Cassard, « En marge des incursions vikings », article cité, p. 262-264.

173 Lucien Musset, Les invasions. Le second assaut contre l’Europe chrétienne (vii-xie siècles), Paris, 1965.

174 Hubert Guillotel, « L’exode du clergé breton devant les invasions scandinaves », MSHAB, t. LIX, 1982, p. 269-315.

175 Paul du Chatellier et Commandant le Pontois, « La sépulture scandinave à barque de l’île de Groix », BSAF, t. XXXV, 1908, p. 137-232.

176 Lucien Musset, Autour du pouvoir ducal normand (xe-xiie siècles), Caen, 1985.

177 Léon Fleuriot, « Les langues de Bretagne », dans Yann Brekilien (s. d.), La Bretagne, Paris, 1982, p. 247-280.

178 Loïc Langouët (s. d.), Les fouilles archéologiques du bastion de Solidor à Saint-Malo, Saint-Malo, 1983, p. 59-60.

179 Lucien Musset, « Autour des îles britanniques : les séquelles du mouvement des Vikings (xi-xiie siècles) », L’Europe et l’océan…, op. cit., p. 37-48.

180 Joseph Loth, Contribution à l’étude des romans de la Table Ronde, Paris, 1912, p. 68-71, et divers articles de Michael Jones notamment.

181 Deux anecdotes rapportées par Giraud de Cambrie dans son Itinerarium Cambriae le montrent bien : Pierre Flatrès, « Les Bretons en Galles du xie au xiiie siècle », MSHAB, t. XXXI, 1956, p. 41-46. Tous les seigneurs d’origine armoricaine repérés par cet auteur comme établis dans la Principauté ou sur ses marges se rangent d’ailleurs dans leurs souscriptions au bas des chartes dans le groupe des Franci ou des Francigeni, premier dans l’ordre des bienséances devant les Anglais et les Gallois asservis.

182 Georges Minois, « Bretagne insulaire et Bretagne armoricaine dans l’œuvre de Geoffroy de Monmouth », MSHAB, t. LVIII, 1981, p. 35-60.

183 Giraldus Cambrensis, Descriptio Cumbriae, éd. G. F. Warner, Londres, t. 6, p. 177.

184 Eleanor Rathbone, « John of Cornwall : a brief biography », Recherches de théologie ancienne et médiévale, t. 17, 1950, p. 46-60.

185 Joseph Loth, « Les Bretons en Cornwall au commencement du xvie siècle », Revue Celtique, t. XXXII, 1911, p. 290-295 et p. 442 ; Léon Fleuriot, « Breton et cornique au Moyen Âge », AB, t. 76, 1969, p. 705-724.

186 A.-D. Carr, Owein of Wales : the end of the house of Gwynedd, Cardiff, 1991.

187 De façon significative, dès le xie siècle Vital de Rhuys se croit obligé d’imaginer pour saint Gildas un double séjour dans l’île des saints, au cours desquels il aurait eu des relations suivies avec sainte Brigitte : Gildae Vita et Translatio, chap. VI, X, XI et XII, édition Ferdinand Lot, Mélanges…, op. cit., p. 438-444.

188 C’est le sens qu’applique déjà aux anciens usages de Landévennec l’empereur Louis le Pieux dans sa charte de 818 par laquelle il exige de l’abbé Matmonoc et de ses moines qu’ils renoncent à leur règle de vie particulière désignée comme relevant des « usages scottiques ».

189 Arthur de La Borderie, Les Vies anciennes de saint Tugdual, op. cit., p. 22.

190 Arthur de La Borderie, Les trois Vies anciennes…, op. cit., p. 55.

191 André-Yves Bourgès, « Commor entre le mythe et l’histoire : profil d’un “chef” breton du vie siècle », MSHAB, t. LXXIX, 1996, p. 419-426. Du même auteur, Le dossier hagiographique de saint Melar, Britannia Monastica vol. 5, Lanmeur et Landévennec, 1997, p. 153-155 sur Conomor chef d’une flotte (Prefectus) opérant entre les deux rives de la Manche au temps de Childebert.

192 Gaël Milin, Le roi Marc aux oreilles de cheval, Genève, 1991.

193 Arthur de La Borderie, Cartulaire de Landévennec, op. cit., actes n° CXIII et LIV, p. 149 et 172-173.

194 Parmi les hommes d’Église, seuls les moines de Landévennec paraissent avoir entretenu le projet de passer dans l’île, mais ils s’arrêtent à Montreuil-sur-Mer.

195 Léon Fleuriot et alii, Récits et poèmes…, op. cit., p. 76-79.

196 Jean-Christophe Cassard, « Arthur n’est pas mort ! Jalons pour une enquête sur le messianisme royal », Cahiers de Civilisation Médiévale, 1989, n° 2, p. 135-146.

197 Pierre de Dreux, dit Mauclerc, auquel est donnée pour épouse en 1213 Alix, fille de Guy de Thouars et de Constance de Bretagne veuve en premières noces de Geoffroy Plantagenêt.

Table des illustrations

Titre La quille du navire britto-romain du iiie siècle découvert à St Peter Port, Guernesey
Légende Margaret Rule, « The Romano-Celtic ship escavated at St Peter Port, Gernsey », dans Sean Mac Grail (s. d.), Maritime Celts, Frisians an Saxons, Council of British Archeology Research Report, n° 71, 1990, p. 49-56.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21407/img-1.png
Fichier image/png, 183k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21407/img-2.png
Fichier image/png, 81k
Titre L’Armorique romaine sous la menace des pirates germaniques
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21407/img-3.png
Fichier image/png, 126k
Titre Représentations antiques de navires de tradition britto-armoricaine
Légende Sur deux pièces de bronze frappées par Cunobelin, roi des Trinovutes/Catuvellauni, vers 20-43 A.D. et découvertes à Canterbury (à gauche) et à Sheepen près de Colchester (à droite). Dessins : Institut d’Archéologie d’Oxford.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21407/img-4.png
Fichier image/png, 67k
Légende Navire de type « ponto » représenté sur la mosaïque du iiie siècle de la maison des Muses à Althiburus (musée du Bardo, Turin). D’après Sean Mac Grail « Boats and boatmanship in the southern North Sea and Channel », dans Sean Mac Grail (s. d.), Maritime Celts, Frisians and Saxons, Council of British Archeology Research Report, n° 71, 1990, p. 42-43.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21407/img-5.png
Fichier image/png, 87k
Titre Les routes du passage et les établissements continentaux des Bretons
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21407/img-6.png
Fichier image/png, 174k
Titre L’Armorique bretonne sous la menace des pirates scandinaves
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21407/img-7.png
Fichier image/png, 132k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540