Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Seconde liste (les pseudonymes sont en italique)

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Militants ouvriers de la LCR

Militants ouvriers chez Renault :

1Arnould Michel (Christophe) : enfant de l’Assistance publique, ouvrier au département 70 à Renault-Billancourt, premier militant ouvrier de la Ligue dans cette usine et longtemps principal pilier du travail militant. Délégué du personnel et membre du comité exécutif de la CGT-Billancourt en 1970. En 1974, il est seul à prendre la défense des travailleurs de Lip à la tribune du congrès du syndicat sous les huées. Après 8 ans d’usine, permanent à l’imprimerie Rotographie. Mort accidentellement à 33 ans en 1982.

2Arsac Michel : cuisinier, employé du restaurant du CE à Renault-Sandouville. Licencié par le CE à majorité CGT à la suite d’une grève du personnel du restaurant que La Lutte continue avait soutenue. Premier militant de la Ligue dans cette entreprise en 1971. Après quelques petits boulots, il ouvre un restaurant au Havre. Toujours sympathisant de la LCR.

3Clément, ouvrier à Renault-Cléon. Quitte la LCR pour la LTF en 1976. Pendant quelque temps la LCR n’a plus qu’un seul militant dans l’entreprise.

4Isabelle (Sonia), employée à Renault-Billancourt depuis 1973, militante du groupe femmes Renault, de la CGT, décédée en 1983 à l’âge de 34 ans (maladie).

5Lascols Philippe, ouvrier à Renault-Flins, tête de liste LCR aux élections législatives de 1986 dans les Yvelines.

6Le Franc Etienne, ouvrier à Renault-Sandouville isolé par la direction aux magasins généraux. Trente ans après il y est toujours.

7Ponvert Alain, étudiant établi à Renault-Sandouville en 1977-78. Il y reste 4 ou 5 ans. Mal vu par la CGT dont il est militant. Usé par ces vicissitudes il accepte l’offre de la direction qui lui propose une formation. Il est aujourd’hui enseignant dans un collège du Havre, responsable du SNES, militant de l’EE.

8Prévost Gérard, OS à Renault-Cléon, candidat de la LCR aux élections cantonales de 1988 à Louviers (Eure).

9Schweizer Patrick, ouvrier à Renault-Billancourt, délégué CGT. Un des 12 syndicalistes menacés de licenciement (1986).

10Thimbault, ouvrier à Renault-Cléon. Quitte la LCR pour la LTF en 1976.

11Toullec Jean-Marie, originaire de Pont-Audemer, ouvrier à Renault-Sandouville à partir de 1970. Candidat LCR aux élections législatives partielles de juin 1975 au Havre.

12Démis de ses mandats par la CFDT, il passe à la CGT. La direction de l’entreprise l’isole et engage une procédure de licenciement pour absences irrégulières, en juillet 1976. Défendu par la CGT qui proteste contre les atteintes aux libertés syndicales. A quitté Renault. Il est aujourd’hui à l’EDF au Havre, délégué CGT, responsable de l’animation culturelle. Sympathisant LCR.

Militants ouvriers dans la métallurgie.

13Adelaïde Alain, ouvrier à la Saviem de Caen, CFDT, animateur du groupe Taupe rouge, décédé le 17 juillet 1974. CFDT, CGT, PC, PS, PSU, Révolution ! envoient des représentants à son enterrement.

14Barbin Guy (Adrien), ouvrier dans l’automobile. À 14 ans apprenti à Simca Poissy. Il fit 27 entreprises en 19 ans. Père de 5 enfants. Militant CGT, secrétaire général et permanent de l’UL de Dreux. Licencié de la CGT en novembre 1978 après qu’il ait quitté le PC pour la LCR. Mort le 11 janvier 1981. Deux cents personnes à son enterrement, dont Alain Krivine.

15Barrolier Didier (Virgil), né en 1954, ouvrier à Creusot-Loire-Marrel, à Rive-de-Gier (Loire). Adhère en 1972. Délégué CGT, candidat LCR aux élections législatives de 1978 à Saint-Etienne.

16Bazinet Dominique, électronicienne à la SNECMA de Corbeil, tête de liste LCR aux élections législatives de 1986 dans l’Essonne.

17Calvin, né en 1952, électromécanicien, Tours (Indre et Loire).

18Castello Frédéric (Manuel), né en 1949, électromécanicien à RTC (Radiotechnique), Tours. JCR en 1967, CNO de la LCR, CN CGT, candidat aux législatives à Amboise en 1973, à Tours en 1976, 1978.

19David, OS à Peugeot-Sochaux, d’une famille ouvrière du PC. Adhère à la LCR en 1974, démissionne en 1978.

20Delannoy Bruno (Schönberg, Griot), né en 1950. OP à Vélosolex à Mâcon, puis à Delle-Alstom à Villeurbanne. Militant de l’OCI (1967-68), de la TMR (1968-69), de la Ligue à partir d’octobre 1969 jusqu’en 1979. Membre du CC. Animateur de la T1 avec G. Filoche. DV de Lyon. Quitte la LCR pour l’OCI/PT en 1979. Décède en 2002.

21Delebarre Alain. Participe à la construction de l’imprimerie à Montreuil. Se suicide en 1978.

22Delezcluse, OS à Rouen, membre de la JCR avant mai 1968.

23Diseurs Christian, ouvrier à l’usine Norton de Nancy depuis l’âge de 14 ans. Militant syndical, délégué de son atelier. Au FSI, au CDA puis à la Ligue. Décédé à 22 ans par noyade (1974).

24Doré Dorothy, ouvrière dans la métallurgie, Tours, suppléante aux législatives de 1978.

25Dreyfus, né en 1953, tourneur à Lyon, adhère à la LCR en 1971.

26Garay Ignace, né en 1950 à Agen, fils de réfugiés espagnols. Employé à la Sadefa à Fumel (Lot-et-Garonne). Militant de la CGT. Plusieurs fois candidat de la LCR aux élections, un moment membre du CC.

27Garcia Isidore, fraiseur à la SNIAS, Toulouse.

28Iglesias Vincent, OS à Dreux, suppléant LC aux législatives de 1973.

29Houdet Jack, né en 1924, ajusteur au LRBA à Vernon (27). Candidat aux élections législatives de 1973 dans la 4e circonscription de l’Eure (Les Andelys).

30Januel Camille, 1916-2000, dessinateur industriel au LRBA de Vernon. Aux Pionniers rouges en 1936, membre du CC du PCI (Pierre Frank) en 1939 et du PCI minoritaire en 1952. Intense activité militante de 1956 au début des années soixante. Abandonne peu à peu le militantisme du fait de l’âge.

31De Jesus Manuel, ouvrier aux Aciéries de Pompey à Louviers (27). Anime la section CFDT. Mort à 23 ans d’un accident de la route en 1980.

32Leick Jean-François, technicien de la sidérurgie à Metz. Militant de la CGT, du PCR, puis de la LCR dans les années quatre-vingt.

33Lorin Gérard, né vers 1950, proche sympathisant d’Evry. Chaudronnier/soudeur à Draveil puis à Nanterre. Militant CGT, élu au CE. Il voyage au Portugal peu après le 25 avril 1974, brigadiste au Nicaragua en 1985. Mort de maladie en 2003.

34Marchau Philippe, né en 1954, originaire de Marseille, OS à Peugeot Montbéliard, à la carrosserie, de 1976 à 1980. Délégué CGT. Militant LCR depuis 1976. Persécuté par la direction pendant 3 ans. Affecté par des problèmes sentimentaux. Se suicide à 26 ans le 8 février 1980.

35Nicol Gérard, tourneur-ajusteur, suppléant LCR aux élections législatives de 1978 à Nantes-Rezé. Après un licenciement en 1974, ne retrouve pas de travail du fait de son appartenance à la LCR (Rouge quotidien n° 569, 6 février 1978).

36Rey Guy, ouvrier à Vallourec, PSU puis LCR. Candidat LC aux élections législatives de 1973 à Sedan (Ardennes).

37Trochu, né en 1948. Ingénieur dans l’aéronautique. Ancien du PSU, adhère à la LC en 1973, à Corbeil.

38Vacher Roland, licencié de l’entreprise Alstom. Candidat LCR aux élections législatives de 1973 à Saint-Ouen (93).

39Veuillet Roland, ouvrier aux Chantiers navals de La Ciotat (Var).

40Vidal Gérard, photographe et cinéaste, auteur du film « Chers camarades », qui retrace les années de lutte et de fraternité ouvrière chez Chausson, à Gennevilliers. Entré à Chausson en octobre 1973, comme technicien d’entretien, il en est sorti en 1991, caméra à l’épaule. Militant de la LCR de 1974 à 1999, militant à la CFDT, délégué au CE, il a été pendant un certain temps secrétaire de la section CFDT qui réunissait des exclus de la CGT, des militants de l’Action catholique ouvrière, des gauchistes et des immigrés. Il a commencé à filmer en 1975 pendant la grande grève, grâce à un de ses camarades de la LCR qui filmait la grève de l’extérieur. Il regrette le temps perdu en polémiques stériles, entre notamment l’AMR et la LCR, dont personne n’est sorti gagnant.

Ouvriers, employés à la SNCF.

41Adam Jean-Jacques, né en 1955, agent administratif, à Caen puis à Marseille. Militant de Révolution !, de l’OCT, puis de la LCR.

42Andlauer Denis (Bolo), (1952-2004), un des premiers militants de la Ligue à la SNCF, en 1974. Initiateur de la cellule de la gare de l’Est à Paris, dans laquelle il milite pendant une quinzaine d’années. Militant et bientôt dirigeant de la CFDT, il a été secrétaire général de la CFDT-Cheminots de 1998 à 2003. Dès 1995, il fut un des principaux opposants à l’orientation de la direction nationale de la CFDT. Avec la majorité des cheminots de la CFDT, il quitte la CFDT pour la CGT. Il était membre de la commission exécutive de la CGT des cheminots. Sans appartenance politique, il n’avait pas renié sa formation trotskyste.

43Boudeville Jacques, né en 1923. Près de l’opposition trotskyste en 1943. Après la guerre perd le contact, le retrouve en 1967. Participe à la création de la cellule cheminot à Rouen après 1968. Meurt en 1993.

44Brière Joël (Célestin), conducteur de train. Cellule SNCF de Rouen. Militant CGT. Meurt à 27 ans (en 1979) alors qu’il allait accéder à des responsabilités dans le syndicat.

45Dondarini Alain, agent de conduite au dépôt SNCF de Metz. Militant du PSU puis de la LCR en 1976. Engagement à la CFDT. Mort en 1985. CFDT, CGT, FO, PC, PS, LO, de même que la section luxembourgeoise de la QI lui rendent hommage à son enterrement (plusieurs centaines de personnes).

46Félix, né en 1946. Agent de maîtrise à la SNCF, à Rouen. Adhère en 1970. DV et CC en 1976.

47Kermiche Michel, cellule SNCF, Rouen. Membre de la commission nationale SNCF de la LCR. Candidat LCR aux élections législatives de 1978. Quitte la LCR pour l’OCI en 1979.

48Lafontaine Denis, Agent de train-Contrôleur de route (ADT-CR) à Lyon-Perrache. CGT, animateur d’une grève des contrôleurs en 1973-74, désavouée par la direction de la CGT. Exclu de la CGT. Candidat LCR aux élections législatives à Lyon (12e circonscription du Rhône) en 1978.

49Lagneau Sabine, cheminote, militante de la cellule cheminot de Dijon depuis 1975. Membre du conseil du syndicat des cheminots CFDT de Côte d’Or. Décédée d’un accident de la route à 31 ans (1980).

50Lecoq Guy (Miguel), militant de la Ligue de 1972 à 1982. Du CET de Marseille à la SNCF où il venait d’entrer après chômage et intérim. A contribué à construire la section de Martigues. S’est suicidé à 29 ans.

51L’Hôte Jean-Luc, conducteur de train, Metz. JOC, PSU, puis LCR de 1975 à 1980.

52M. B., cheminot depuis 1972 à Vitry-sur-Seine, militant de la LCR depuis 1973 (dans Rouge n° 1892, 5 octobre 2000, courrier des lecteurs).

53Mallet Georges (Labeurthe), ouvrier qualifié à la SNCF, Toulouse. Membre de la Commission nationale SNCF de la LCR dans les années soixante-dix. A été candidat LCR aux élections législatives à Toulouse. Aujourd’hui sympathisant.

54Marie Charles, mort en 1971. Au PCI à Dieppe en 1945. Contribua à implanter le trotskysme dans la Basse-Seine. Membre de la cellule SNCF de Rouen. Hommage important à sa mort. La cellule prend son nom.

55Mas Francine, employée à la SNCF à Dreux (28). Candidate LCR aux élections cantonales de 1985 à Dreux-Sud.

56Richard Jean-Pierre (Foultot), originaire de Courtefontaine (Doubs). Études à l’INSA de Nancy. Ingénieur chargé du contrôle des voies. Membre de la JOC puis de la LC à Reims dès 1969, à Nancy à partir de 1975. CFDT. Mort à 42 ans d’un accident de la route (1991).

57Séry André (Mingus), travaille à la SNCF depuis 1975, à Paris puis à Grenoble. CGT, élu du personnel. Membre de la DV de Grenoble. Mort à 29 ans d’un accident de montagne (1985). Son syndicat CGT appelle à participer à ses obsèques (300 personnes).

Ouvriers, techniciens dans la chimie.

58Alain, suppléant LCR aux élections législatives de 1978 à Grenoble. Militant CFDT. Depuis 9 ans dans la même entreprise, son salaire est bloqué depuis 4 ans, il n’a obtenu aucune promotion (Rouge quotidien n° 596, 9 mars 1978).

59Dion Jean-Louis, employé à Progyl, Grenoble, candidat LCR aux élections législatives de 1973 à Grenoble (opposé à Pierre Broué).

60Houdouin Gilles, ouvrier à la Cofaz, Le Havre. Candidat LCR aux élections cantonales de 1985 au Havre IV.

61Lalanne Jean-Yves, ouvrier à la SNEAP à Lacq, candidat LCR aux élections cantonales de 1985.

62Remoiville Alain, ouvrier à la Cofaz, Bordeaux. Élu conseiller municipal LCR à Cenon

63(33) en 1983.

64Vaysse Gérard, technicien au centre de recherches de Rhône-Poulenc (Lyon). Élu conseiller municipal LCR à Vénissieux en 1989.

Ouvriers, techniciens à l’EDF-GDF

65Elie Daniel, (1947-2002). Militant de la JCR à Caen avant 1968, puis de la LC/LCR. Entré à l’EDF, responsable CGT. Il a milité à la cellule EDF d’Asnières (92) puis à Gennevilliers. Poursuivi en justice pour s’être opposé à la CFT à Citroën-Caen en mars 1972.

66Fichaut André (Max), né en 1927. Employé à l’EGF à Brest. Secrétaire de sa section syndicale CGT. Militant du PCI après la guerre, puis de la LC/LCR. Membre du CC et des commissions nationales ouvrière et CGT. Candidat aux élections à plusieurs reprises à Brest. Départ à la retraite en 1982.

67Grigoletto François, employé à la centrale de Blaye en Gironde. Militant de la section bordelaise à sa création. CFDT puis CGT. Mort d’un accident de montagne en 1999. Au moment de son décès, en marge de la LCR.

68Kergoat Jacques, (1939-1999). Cadre à l’EDF mais surtout historien du socialisme. Militant du PSU dès sa création en 1960, secrétaire de la Fédération de Paris jus-qu’en février 1970, il rejoint la LCR en 1972. Membre du CC et du BP à la fin des années quatre-vingt. Fondateur de RESSY (Recherches, Société, Syndicalisme) et de la Fondation Copernic en octobre 1998.

69Puech Patrick, employé à la centrale de Golfech, militant de la LCR à Bordeaux dans les années soixante-dix.

70Roland Jean-Yves, travaille d’abord dans les mines de charbon (Charbonnages de France) puis agent EDF à la centrale de Paluel (76). CGT, lutte pour un syndicat sans bureaucrate. Mort d’un accident de moto à 31 ans en 1991.

Imprimerie-Édition

71Blanchard Dominique-Emmanuel, né dans le Nord en 1949. Automaticien dans une papeterie, puis fondateur de la maison d’édition Le Bord de l’Eau, en Gironde. Sympathisant de la LCR depuis le début des années soixante-dix.

72Cappin Pierre, travaille dans une entreprise d’imprimerie à Rouen au début des années soixante-dix, syndicaliste, militant LCR.

73Contrepois Daniel (Razine), travaille chez Hachette depuis 1969, dans la région parisienne. Syndicat du Livre CFDT, élu du personnel. D’abord en groupe Taupe rouge puis militant de la LCR depuis 1977. Disparu en mer à 28 ans, en 1979.

74Lanni Michel, correcteur, employé à l’imprimerie Mame à Tours. Militant syndical. Décédé en 1977.

75Lequenne Michel (Ramos, Hoffman), né en 1921 au Havre dans une famille de petits employés d’origine paysanne. Commis chez un négociant de coton, puis ouvrier du bâtiment à la Libération, il commence à travailler dans l’édition en 1947, comme représentant de commerce, comptable, secrétaire, technicien de fabrication puis correcteur d’imprimerie. Membre du groupe Octobre en 1943, puis du PCI unifié en 1944, hostile aux Pablistes en 1952, il est exclu du PCI-majoritaire en 1955 avec Bleibtreu. Au PSU en 1960, il anime la tendance socialiste révolutionnaire et en 1961 il adhère au PCI-minoritaire. Il est membre de son bureau politique jusqu’en 1968. Militant de la Ligue de sa création jusqu’en 1988, il est membre du CC puis du BP. Animateur de la T3. Aujourd’hui sympathisant, il écrit surtout dans Critique communiste. Auteur de nombreux ouvrages

Divers

76Aoune Philippe, cariste à l’usine Lu d’Evry dans la région parisienne. Délégué FO. A été candidat LCR à Evry, puis passage bref à LO.

77Astruc Maïté, ouvrière à la SAFT, Bordeaux. Plusieurs fois candidate LCR.

78Brasseur Jean (La Boule), ouvrier à Thermor-Sauter à Orléans depuis la fin des années cinquante. Délégué du personnel CFDT. Compagnon de route des révolutionnaires depuis 1968 puis militant LCR. Décédé d’un accident de la route en 1986.

79Cochise, ouvrier, Rouen, membre de la DV. Quitte la LCR pour la LTF en 1976.

80De Samie Jean-Marc, né en 1945 à La Ciotat, ouvrier boulanger, membre de la cellule locale de la LC, diffuse La Taupe rouge aux Chantiers navals de La Ciotat au début des années soixante-dix.

81Durant Denis, militant CFDT, animateur de la lutte à la SICA-SAVA à Challans (Vendée) en 1977. Licencié après la lutte, travaille à Olida. Militant LCR à La Roche-sur-Yon (Vendée) en 1978. Mort d’accident en 1979 au cours d’un stage syndical CFDT à Strasbourg.

82Fauchereau Lucien, ouvrier des cimenteries à Mantes-la-Jolie. Exclu de la CGT par les staliniens, puis à la CFDT. D’abord au PC, puis après mai 1968 à l’OCT et à la LCR. Trésorier de la cellule Renault-Flins. Mort à l’âge de 75 ans en 1998.

83Ginestar Alain, né en 1948 à Marseille, manutentionnaire, dirigeant local de la Ligue dans les années soixante-dix.

84Gola Eric, chauffeur de bus, adjoint au maire de Guesnain (Nord), quitte le PC pour la LCR en 1998.

85Gourmelen Jean, secrétaire CGT à l’arsenal de Brest des années 1950 à 1978. Sympathisant LCR.

86Haras Denis (Prévert), enfant d’une famille nombreuse, originaire du quartier populaire de Bacalan à Bordeaux, ouvrier du bâtiment. CGT, militant de la cellule aérobâtiment de la LCR. Suppléant LCR aux élections législatives de 1978 (5e circonscription de Gironde).

87Hernot Gilbert, militant à la CGTU en 1934, militant du PC, secrétaire de l’UL CGT de la vallée de l’Andelle (Eure). Il quitte le PC pour la LC le 30 septembre 1970.

88Hournon Michel, ouvrier à Sovirel (usine du groupe Corning Glass) à Bagneaux-sur-Loing (77), licencié abusivement. Délégué du personnel CGT (1969-1973), puis CFDT. Adhère à la LC en 1973. Calomnié par le PC. Seize mois après son licenciement, le tribunal des prud’hommes de Fontainebleau prononce sa réintégration (mai 1975)

89Joly Gérard (Manu), manutentionnaire, militant LC dès fin 1968 d’abord dans le XXe arrondissement de Paris puis à Rueil-Malmaison. Exclu de la CGT puis militant CFDT.

90Kalbach Jacques (Rodolphe), né en 1947, issu d’un milieu ouvrier. Menuisier, puis photographe à la base aérienne de Rochefort-sur-mer. Militant CFDT, secrétaire de l’UL de Rochefort, militant de la Ligue dans les années soixante-dix, aujourd’hui au PS, tendance de gauche.

91Lambdon Pete, militant ouvrier britannique, mort à Caen en mars 2004, à 47 ans, d’une crise cardiaque. Marié à une Française, père de 3 enfants. Militant du SWP, principale organisation trotskyste de Grande-Bretagne, il vota avec ses camarades de « Socialisme par en bas » l’intégration à la LCR peu avant sa mort.

92Lemâtre René (Saoura), né en 1943 au Havre. Au travail dès l’âge de 14 ans, électricien dans le privé. Militant du PSU (1966-71), puis LCR (1971-76). En Syrie pour le travail de 1976 à 1980. Adhérent CGT jusqu’en 1968, puis militant CFDT, secrétaire du syndicat du bâtiment au Havre et membre du conseil de l’UL. Militant de France-Palestine puis d’Attac.

93Mormann Jacques (Mozart), né en 1922 décédé en 1988. Au travail à 14 ans, ouvrier du textile à Sedan. Très connu comme musicien des bals populaires d’où son pseudonyme. Résistant, déporté en Allemagne. CGT, PSU puis LC fin 1968, animateur de comités de chômeurs.

94Pasquet Wilfrid (Willy), fils de docker, étudiant à Rouen et surveillant d’externat, puis docker sur le port du Havre, candidat LC aux élections législatives de 1973 sur Le Havre-Harfleur-Caucriauville. Membre de la DV du Havre. Quitte la LCR en 1980, réadhésion momentanée en 1998. Aujourd’hui membre d’Attac.

95Revon Sylvain, ouvrier en CFA, Avignon.

96Tarquis Michel, ouvrier à l’arsenal de Brest. Militant CGT. Militant du PCI de 1945 à 1969.

97Vacheron Raymond (Hervé), né en 1953, aîné d’une famille de 13 enfants, milieu paysan. Ouvrier du textile à Elastelle, Le Puy (Haute-Loire). Militant CFDT et LCR depuis 1974. Fidèle de la T1. Dirige la liste LCR aux élections municipales de 1989 au Puy. Attaqué en justice par le Front national en 1990 pour un tract qu’il estime calomniateur. Relaxé après une campagne de solidarité. Aujourd’hui militant du PS, tendance gauche. Adjoint au maire du Puy-en-Velay.

98Trescartes Guy, paysan, Haute-Loire. Militant du PCI et du MPPT, rejoint la LCR en 1988. Participe à la construction de la Confédération paysanne.

Militant(e)s employé(e)s et médecins

Employé(e)s des PTT.

99Aguiton Christophe, né en 1953, abonné à Rouge depuis 1968. Maths sup au lycée Chaptal à Paris, copain de Gilles Guiot. Militant LC en 1971, responsable du secteur lycéen avec Michel Field. Aux PTT en 1978. Militant CFDT jusqu’en 1988. Exclu, il fonde SUD où il est permanent jusqu’en 1995. Milite aussi à AC !, à Attac.

100Besancenot Olivier, né à Levallois, enfance à Asnières. Père professeur de collège, mère institutrice puis psychologue scolaire. Parents de gauche. Licence d’histoire àNanterre. À 14 ans à SOS-Racisme puis aux JCR. Militant de la Ligue depuis 1991. Un des animateurs des grèves étudiantes de 1995. Au CC en 1996, au BP en 1998. Reçu à la Poste en 1996, facteur à Neuilly. Milite à SUD. Candidat de la LCR aux élections présidentielles de 2002.

101Buchot Christian, né en 1948 à Bey (71). Préposé auxiliaire aux PTT à Mâcon, syndicaliste CFDT. C’est à son sujet que le fonctionnaire des renseignements généraux écrit « a réussi à se faire embaucher aux PTT, point sensible en cas de tension, objectif intéressant pour les révolutionnaires » (AD 21, 1194W229, RG Mâcon, 15 mai1975).

102Chassan Philippe (Kervan), né en 1957, étudiant à l’INSA à Lyon. Ingénieur aux PTT. Membre d’un comité de soldats. Militant de l’OCT puis de la LCR à Pau en 1981. Membre de la DV et du courant Démocratie et Révolution de la LCR. Deux filles. Décédé en 1993.

103Chidlovsky José, employé aux PTT, Toulouse.

104Couret Daniel, né en 1951, employé aux PTT à Paris puis à Saint-Jean-de-Luz (64). Candidat aux élections municipales à Paris en 1977. A traduit le livre du trotskyste américain James P. Cannon, L’Histoire du trotskysme américain, New York, Pathfinder, 2002.

105Debons Claude, né en 1950 dans le bassin houiller de Decazeville. Père employé aux Houillères, grand-père mineur. Comité d’action lycéen à Rodez en 1968, adhésion à la LCR à la faculté de Toulouse. Militant CFDT, animateur de la grève des postiers de 1974. N’est plus à la LCR en 2000. Secrétaire général-adjoint de la FGTE(CFDT). En 2004 figure sur la liste du PC pour les élections européennes en Île-de-France. Militant de la Fondation Copernic.

106Garçon André, employé aux PTT, candidat aux élections cantonales de 1985 à Quimper (29).

107Glattier Patricia (Tania), militante LCR à Cannes puis à Paris, employée au centre PTT Paris-Brune. Décédée d’un arrêt cardiaque le 7 août 1975.

108Legrand Philippe, postier à Hellemmes-Lille, candidat LCR aux élections cantonales de 1985.

109Michaux Alain, postier, animateur de la grève de 1974 à Nancy. Puis, à Dijon, responsable de la section CFDT du centre de tri. Lourdement sanctionné par la hiérarchie pour la grève avec occupation de 1980, mis à pied, muté à Paris. Octobre 1981 : premier accident cardiaque. Mort d’une crise cardiaque à 38 ans en 1986.

110Nesic Jonas, employé au centre de tri de Rouen-gare, où il est sanctionné pour faits de grève. Puis mineur de fond en Lorraine, candidat/suppléant aux élections législatives de 1973 en Lorraine du Nord. Ouvrier à Rhône-Poulenc (Elbeuf). Se donne la mort en 1991.

111Paoli Alain, auxiliaire aux PTT, militant à Nice en 1972.

112Papin Jacques, postier, membre de la commission exécutive fédérale du PS en Loire-Atlantique. Après 10 ans de militantisme au PS, annonce son adhésion à la LCR en 1984. Il a 34 ans.

113Poirson Christian, né en 1954, de famille ouvrière (père postier), lui-même contrôleur PTT ambulant sur Paris-Strasbourg. Militant CGT, membre du groupe taupe rouge de la gare de l’Est. Mort accidentellement en vacances en Grèce à l’âge de 22 ans.

114Poujade (Isaac ?), né en 1948. Employé aux PTT à Carcassonne. Militant CGT, membre du bureau du syndicat. Membre de la JCR en 1966. Au début des années soixante-dix, protagoniste d’une scission dans la section locale de la Ligue. Tout en continuant à vendre Rouge dans le cadre d’un « groupe communiste révolutionnaire », avec ses camarades, ils se séparent de la section reconnue par le CC. De nouveau à la LCR en 1976, T1.

Infirmiers, infirmières, employé(e)s de la Santé et médecins

115Akermann Christian, étudiant en médecine à Rouen, milite au PSU puis à la LCR. Infirmier à l’hôpital de Dreux puis infirmier libéral à La Rochelle. Au PS dans les années quatre-vingt-dix, conseiller municipal à Aytré.

116Ammar Chantal, infirmière à Villejuif, responsable CGT, candidate aux élections législatives en 1978 dans la circonscription de Georges Marchais.

117Angelini Gisèle (Vanessa), née en 1957, infirmière dans une clinique à Martigues (13). Militante LC puis LCR. Compagne de Rémy Jean, deux enfants. Morte des suites d’une grave opération en 1986.

118Ben Mammar Ahmed (Duflour), né en 1953, membre du comité rouge du lycée Voltaire à Paris. Agent hospitalier à La Pitié-Salpêtrière. Militant CFDT et LC en 1969. Candidat aux élections municipales à Paris en 1977. Quitte la Ligue en 1978. Se suicide en 1988.

119Bensimon Christian, médecin, élu LCR aux élections municipales de 1989 à Saint-Denis (93).

120Borten-Krivine Irène, médecin gynécologue. Épouse de Jean-Michel Krivine jusqu’en 1969. Nièce de Michel Bortenstein, trotskyste, ancien combattant de la guerre d’Espagne, dont la LCR a réédité la brochure sur l’Espagne sous le pseudonyme de Casanova (Cahier de la Quatrième Internationale n° 1, 1971).

121Chasseuil Claudine, née en 1953 à La Roche-sur-Yon. Infirmière à Angoulême. Candidate LCR aux élections législatives à Limoges en1978.

122Christien-Pronet Claire (Claire Bataille), médecin psychiatre. Une des rédactrices des Cahiers du féminisme. Démissionne en 1978, ne parvenant pas à concilier son militantisme et sa fonction de mère.

123Coquillon Jean-Pierre, né en 1943, kinésithérapeute à La Ciotat. Un des animateurs de la cellule locale, distribue la Taupe rouge sur les Chantiers navals dans les années soixante-dix.

124Delabassé Serge, né en 1936, infirmier à l’hôpital psychiatrique de Lommelet (Lille). Sympathisant du groupe taupe rouge. Membre de la commission exécutive de l’union régionale CFDT. 4 enfants. Mort d’une crise cardiaque en 1976.

125Dias Pascal, né en 1959, d’origine modeste. Participe aux grèves lycéennes de 1973. Il entre en contact avec la LCR pendant son service militaire. En septembre 1980 élève-infirmier à l’hôpital Ville-Evrard à Neuilly-sur-Marne (93). Militant à la LCR en 1982. Militant CFDT. Un des porte-parole du grand mouvement de grève d’octobre 1988. Exclu de la CFDT avec d’autres, il forme le syndicat Coordonner, Rassembler, Construire (CRC).

126Drevet Marie-Claude (Camomille), morte à 60 ans, emportée par le cancer (2003). Infirmière, parisienne, militante de le Ligue dès son origine, engagée dans la solidarité internationale, au Mlac. Fidèle dans ses engagements, dans ses amitiés.

127Faigt Sylvie (Nadia), née en 1953, participe à la grève de 1970 au lycée Jean Lurçat à Perpignan. Infirmière à Thuir (66) au centre de psychothérapie. Militante LC. Mère célibataire. Se tue en voiture à 20 ans en allant au travail (1973).

128Fan et Fitou, militants Santé à Montpellier, années soixante-dix.

129Faral Christine, infirmière à Albi (81), candidate LCR aux élections législatives de 1978.

130Ferron Jacqueline (Lénaïg), infirmière à l’hôpital psychiatrique de Villejuif. Militante LCR depuis 1981.

131Frémont Angélica (Lydie), née en 1947, étudiante à Poitiers, deux années de psychologie, puis études d’infirmière. Infirmière à l’hôpital de La Rochelle puis de Saintes. Candidate aux élections législatives de 1973 à Poitiers.

132Guérin Gilles, actif dès le lycée, dans les comités Viêtnam puis en comité rouge en 1972. Membre de Révolution ! puis de l’OCT, il milite à la LCR de 1988 jusqu’à sa mort brutale en 2005. Employé au CHU de Rennes, il était syndicaliste, à la CFDT puis à SUD. Internationaliste, il s’engagea dans la solidarité avec le Nicaragua sandiniste, dans la soutien aux peuples kanak et palestinien, et dans les comités Irlande libre. Enfin, militant antiraciste, il était membre d’une association de défense du droit des étrangers. Il laisse le souvenir d’un homme lucide, convivial, à l’humour caustique.

133Hassoun Jacques (Michel Péret), 1936-1999, né à Alexandrie, militant marxiste-sioniste en Egypte. Il quitte ce pays à 18 ans pour la France. Études de médecine. En mai 1968 il est médecin directeur du Centre médico-psycho-pédagogique d’Aubervilliers. PC. Groupe Le Communiste (Michèle Mestre) puis La voie communiste (Denis Berger), LC, Révolution !, LCR jusqu’à la fin des années soixante-dix. Participe à Garde-Fous. Membre du comité de rédaction de Critique communiste. Enseigne la psychanalyse à Vincennes.

134Jouanaud Martine, née en 1951. Infirmière à Marseille. Militante de la CGT, permanente à l’hôpital de la Conception, membre de la commission exécutive de l’UD des Bouches-du-Rhône. Militante LCR de 1970 à 2000, date de sa mort, membre de la direction fédérale des Bouches-du-Rhône. La CGT lui rend hommage lors de ses obsèques.

135Kahn Marcel-Francis, né en novembre 1929. Professeur agrégé de médecine depuis 1966. Militant du PSU pendant la guerre d’Algérie. Membre du comité directeur du CVN depuis 1966, fait deux séjours au Viêtnam pendant la guerre. Sympathisant avec les militants de la JCR en Mai 68, il participe à l’occupation de la faculté de médecine, rue des Saints-Pères. Militant de la Ligue dans la première moitié des années soixante-dix. En 1974, Rouge annonce le décès de sa compagne Rena Cukier, juive polonaise rescapée des camps.

136Katia, élève-infirmière en psychiatrie, Dijon CGT, déléguée des élèves..

137Krivine Jean-Michel, né en 1932, études de médecine terminées en 1963. Chef de service de chirurgie à l’hôpital d’Eaubonne (Val-d’Oise) en 1970. PC puis PCI, LC/LCR. Passionné d’histoire. Nombreux articles dans Rouge.

138Laffont Alain, né en 1948, médecin à Clermont-Ferrand depuis 1978, après deux ans de médecine du travail. Militant LCR, élu au conseil municipal de cette ville depuis 1995.

139Laumonier Jean-Claude (Dick, Delavigne), étudiant en philosophie, puis infirmier psychiatrique à Sotteville-lès-Rouen. Militant CGT. Un des plus anciens dirigeants de la JCR, de la Ligue, membre du CC, du BP, demi-permanent à Rouen quelque temps.

140Lebon Annick, née en 1949, décédée en 2001. Étudiante à Caen, marquée par la grève de la Saviem en janvier 1968. Militante du PSU, de Révolution !, de l’OCT puis de la LCR de 1979 à 1981. Aide-soignante au CHU de Caen puis employée à l’Insee de Lyon dans les années quatre-vingt. Militante CFDT, membre du syndicat de l’Insee, de la fédération Finances et de l’UD du Rhône.

141Legendarme Pierre, né en 1949. Militant de la LCR de 1969 à 1977. Médecin psychanalyste. Aujourd’hui animateur à Marseille de Santé sans frontière.

142Lopez Conchita, infirmière à Tours, candidate-suppléante à l’élection législative partielle de Tours en 1976.

143Mainhagu Maurice, infirmier à Bordeaux. Avant 1968, membre de la JEC.

144Mamet Jean-Claude (Eli, Dominique Mezzi), manipulateur radio à l’hôpital de Besançon, puis ouvrier dans la métallurgie, employé aux PTT. Aujourd’hui un des rédacteurs de Rouge.

145Merens Claude, née en 1957, décédée en 1989. Infirmière à l’hôpital d’Agen (47). Militante de la CGT, des groupes femmes, d’une radio libre locale.

146Morvan François, médecin. Militant de la LCR jusqu’en 1977. Avec plusieurs de ses camarades de la T3, il fonde les CCA avec l’AMR. Puis retour à la LCR. Il s’en exclut de fait en 1999 en signant une tribune dans Le Monde avec des Gaullistes et des militants du Mouvement des Citoyens. Il rejoint cette formation politique, après avoir adhéré à la Fondation Marc Bloch, lieu de rassemblement de républicains de droite et de gauche attachés à la souveraineté nationale.

147Nieddu Vladimir, né en 1955, d’origine sarde. Employé à la sécurité incendie à l’hôpital de Lille. Militant CFDT depuis 1974, responsable syndical à l’hôpital Saint-André-lès-Lille (Lommelet) et secrétaire de la zone interprofessionnelle de Lille et environs en 1996. Militant LCR depuis 1976, intervient au meeting LCR à la Mutualité à Paris début novembre 1980. Aux élections municipales de 1983, tête de liste LCR-LO à Lille.

148Pedroletti Claudine (Brune), née en 1945 dans le Jura, étudiante en pharmacie pendant 2 ans, laborantine à l’hôpital de Besançon. Militante de la JCR avant 1967, puis de la LCR jusqu’en 1995. Candidate/suppléante aux élections législatives de 1978.

149Perrin, employé à l’hôpital de Tours. Militant de la CFDT. Membre de la commission nationale Santé de la LCR, de la DV de Tours (années soixante-dix).

150Rataj Jean-Pierre, infirmier à Rouen, candidat-suppléant aux élections législatives de 1973 à Rouen.

151Rodriguez José, employé à la DASS. Militant aux JCR, puis à la LCR à partir de mars 2001 à Mérignac (33). Syndiqué à la CGT, actif pendant le mouvement sur les retraites en 2003. S’est suicidé le 16 février 2004, « ayant de grandes difficultés à vivre dans ce monde » (La Lettre Rouge n°66, juin 2004).

152Saillard Myriam, infirmière à Rouen, candidate-suppléante aux élections législatives de 1973 à Rouen.

153Sojac Pierre (Janus), 1953-2004, étudiant à la Faculté de Nancy, il adhère à la Ligueen 1972. Élève à l’École normale d’instituteurs, puis éducateur spécialisé, visiteur médical. Il a milité à Metz de 1972 à 1978. Il a quitté la Ligue avec la Tendance B, qu’il qualifie lui-même « d’ouvriériste » (cf. son interview dans le mémoire de maîtrise de Yann Kindo). De nouveau actif en politique depuis novembre-décembre 1995, il avait recommencé à militer avec la LCR, comme sympathisant, lors de la campagne Besancenot. Père de 2 enfants, dont un fils militant LCR.

154Vincenot, née en 1952, infirmière, seule femme membre de la DV de Lyon dans la deuxième moitié des années soixante-dix.

155Zerbini Eric, infirmier, secrétaire du syndicat CGT à l’hôpital de Dreux en 1989.

Employés municipaux

156Dupouy Léonce, d’abord ouvrier dans l’industrie puis employé municipal à Hagetmau (Landes). Militant de Lutte Ouvrière depuis 1978, candidat pour cette organisation à de nombreuse élections. A rejoint la Ligue avec les militants de Voix des Travailleurs en 2000. A participé avec enthousiasme à la campagne Besancenot. S’est donné la mort à l’âge de 57 ans en 2003.

157Godard Pierre (Gaspard), né en 1951 à Marseille. Étudiant à la faculté Saint-Charles puis employé municipal de Marseille. Conduit la liste des révolutionnaires aux élections de 1977 contre Gaston Defferre. Il était éboueur à l’époque. CGT des communaux. Toujours militant.

158Legras Gwennaël, employé communal à Lorient (Morbihan). Secrétaire de la section syndicale CFDT des communaux.

159Peyrou Yves, employé à la mairie de Cenon (33). Candidat aux élections législatives à Bordeaux en 1973 et 1978.

160Zueras Christian, agent d’équipement à la mairie de Tarbes (Hautes-Pyrénées), à plusieurs reprises candidat de la LCR aux élections. Toujours militant.

Divers

161Amalric Jacques, employé à la Sécurité sociale, Mâcon (1975).

162Bardin Eric, employé au CEA de Saclay, militant de la CGT, élu au comité d’entreprise. Victime d’un retrait d’habilitation au secret, ce qui entrave lourdement son activité professionnelle (1986).

163Bégrand Martine, décédée en 2005 à 48 ans. Véritable « mère courage », ouvrière chez Lu, puis employée de mairie, gérante de bistrot… Elle avait repris ses études et était devenue éducatrice spécialisée. Longtemps militante du PC, elle prend contact avec la LCR en 2002, figure sur les listes LO-LCR aux élections régionales (en Franche-Comté) et européennes.

164Berrou Daniel, employé à l’OPHLM de Bobigny (1978-86), secrétaire du syndicat CGT, licencié par la municipalité communiste puis réintégré.

165Bridon Didier, employé à la Mutualité agricole à Poitiers (1989).

166Cahuzac, employé dans une administration à Toulouse. Met fin à ses jours en 1977.

167Cazabielle Josiane, employée aux Allocations familiales à Mâcon (1975).

168Chatillon Christian (Ferlinghetti), né en 1946 dans un milieu ouvrier. Agent-comptable à la CAF du Havre. Militant de la JCR puis de la LCR (1967-1976), candidat aux élections législatives de 1973 au Havre.

169Desanti Nathalie Malka, employée dans les services judiciaires à Dijon. Secrétaire générale du syndicat national des chancelleries et services judiciaires CGT (depuis

170octobre 2000) et en janvier 2003, élue à la commission exécutive de l’UGFF-CGT. Candidate LCR aux élections législatives en 1978.

171Durn Robert, employé de bureau dans une usine de la sidérurgie à Knutange (Moselle), syndicaliste CFDT, candidat LCR aux élections législatives de 1973 à Thionville-Ouest.

172Étienne, agent de lycée à Pau (64), au PC pendant 12 ans puis à la LCR. Décédé en novembre 1971 à 54 ans.

173Farel Jean-Pierre, contrôleur des impôts, candidat aux élections législatives de 1973 à Lyon.

174Golea Alain, employé chez Degrémont à Rueil, licencié pour raisons syndicales.

175Johanna, née en 1948. Fonctionnaire à Rouen. Ex-PSU, adhère en 1972. Membre de la CA nationale du syndicat CGT de l’ONIC et de la CA de l’UGFF de Seine-Maritime.

176Labat Gabriel (Estrada, Jacques), né en 1928 en Uruguay, mort à Paris en 1988.Employé au ministère de l’Équipement. Militant de la CGT. Militant dans le courant posadiste en 1962, s’exile en France en 1971, adhère à la LCR en 1974.

177Le Goff Jean-Yves, employé à Nantes, candidat aux élections cantonales de 1985 à Nantes XI.

178Millaud Marie-Madeleine, employée à l’ANPE, candidate aux élections cantonales de 1985 à Saint-Denis (93).

179Nappey Michel (Garine), douanier à Besançon, secrétaire de son syndicat CGT. Ancien sympathisant actif de LO. Partisan de la T1. Organise une scission dans la section bisontine de la Ligue, pour y revenir un moment.

180Noël Catherine, née en 1956, son père est cadre à la Banque de France, sa mère militante du PSU. Sympathisante au lycée, puis militante à Orléans et dans la région parisienne, au tournant des années soixante-dix quatre-vingt. Fonctionnaire auministère de l’Éducation nationale.

181Nowak Bernard (Edouard), imprimeur de formation. Secrétaire du syndicat CFDT du commerce à Lille.

182Poncet Odette, née en 1941, employée. Candidate aux élections municipales de 1977 à Paris.

183Robert (Lankin), standardiste à la Direction départementale du travail, Paris, aveugle. Au PCF jusqu’en 1981, puis à la LCR. Militant CFDT. Membre de la direction nationale de la Confédération de défense des handicapés et retraités. Décédé en 1988.

184Romeder Bernard (Robion), né en 1948, décédé en 1991. Employé à l’OPHLM de la ville de Paris. Au PSU, secrétaire de la section du XVIIIe arrondissement. Rejointla Ligue en 1972 avec Kergoat, Vincent… À la Mairie de Paris, mis au placard pendant cinq ans pour ses activités politiques et syndicales. Quitte Paris pour le Val-de-Marne. Deux enfants.

185Scarface, rédacteur dans les Assurances, Rouen.

186Toulotte Martine, sociologue-urbaniste à Grenoble. Secrétaire nationale du syndicatdes agences d’urbanisme, fédération CGT de l’Équipement. Détenue près de quatre mois en 1986 pour avoir hébergé des membres présumés de la Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise (FARL).

187Touzinaud Jean-Pierre, chef de groupe d’employés au département de propulsion nucléaire au CEA de Saclay. Militant de la CGT, membre du comité d’établissement. On lui retire son habilitation au secret et on lui annonce son licenciement (1986).

188Vecten Blandine (Adelphe), vendeuse à la FNAC, Paris, candidate aux élections législatives de 1978 à Paris.

189Verdon Thierry, employé au Conseil général du Val-de-Marne.

Militant(e)s enseignant(e)s

Militant(e)s enseignant(e)s du Primaire et des collèges (CEG et CES)

190Berthaud Marcelle (Alouette, Eglantine), née en 1918, institutrice à la retraite. Membre des Faucons rouges à partir d’octobre 1934 jusqu’à la guerre, secrétaire administrative à la SFIO (Lyon) de 1944 à 1947. Militante de l’EE, puis de la LC à La Rochelle de 1972 à aujourd’hui. Candidate aux Législatives à La Rochelle-île de Ré en 1973. Veuve, sans enfant, a légué sa maison de Saintonge à la LCR. Dans les années quatre-vingt, les JCR y ont organisé des stages.

191Coudray Jacques (Braque), né en 1942, instituteur à la retraite. Militant SGENCFDT, École moderne et LCR dans les années soixante-dix à Saint-Jean-d’Angély (17).

192Cuchet Michel, né en 1948, PEGC à Reims. Militant au SNI. Candidat de la LCR aux élections législatives à Reims en 1973. Perquisitionné en 1975 pour son soutien aux comités de soldats. Son épouse Claudette, également enseignante et militante.

193Debourdeau Danièle (Barbara). Institutrice, s’occupe des enfants en difficulté. Son père était ouvrier chez Peugeot. Militante syndicaliste à la FEN puis à la FSU EE.Responsable départementale de l’École Moderne dans les années soixante. Féministe, elle fut une des initiatrices à Dijon du MLAC et des groupes femmes. Militante du PCI depuis 1962 puis de la LCR jusqu’à son décès en 1994. Membre du CC, de la DV de Dijon et de la direction régionale Bourgogne-Franche-Comté.

194Debourdeau Jean-Pierre, né en 1941, PEGC Lettres-Histoire à la retraite à Dijon. A la JEC et au PSU. Militant trotskyste depuis 1961. Longtemps membre du CC, un moment permanent, responsable de la mise en place de l’école des cadres de la LCR.

195Durand André, étudiant à Bordeaux, instituteur puis psychologue. Initiateur de la première cellule de la Ligue en Charente-Maritime, en 1969. Démissionne rapidement.

196Ernis Michèle, institutrice à Saint-Etienne-du-Rouvray (banlieue ouvrière de Rouen).Candidate aux élections législatives de 1978 face à Roland Leroy. Élue conseillère municipale LCR dans sa commune en 1983, réélue depuis. Avec Alain Remoiville (Cenon), une des premières élues de la LCR. Membre du BP pendant un certain temps.

197Gardré Jean-Paul, instituteur en Charente-Maritime, à la retraite. Militant EE et LCR à La Rochelle dans les années soixante-dix. Candidat LCR aux législatives de 1978. Dans les années quatre-vingt-dix, adjoint au maire (divers gauche) d’Aytré. Réadhère à la LCR en 2001.

198Inizan Christophe, instituteur, candidat aux élections cantonales de 1985 à Brest.

199Larfeuil Jacques-Yves, instituteur en Charente-Maritime, à la retraite. Militant EE, adhère à la Ligue au début des années soixante-dix, toujours militant à La Rochelle.

200Malterre Nicole, née en 1952, institutrice à Dijon (vers 1975).

201Pantel Claudette, institutrice, candidate aux élections législatives à Mende (Lozère) en 1978.

202Pham Le Philippe (Anh-Dung), né le 25 janvier 1955 à Toulouse, dans une famillede réfugiés vietnamiens. À 14 ans à peine il adhère à la JCR à Caen. Il a participé au Groupe trotskyste vietnamien de France, puis, en Martinique au GRS. Enseignant, il a été un des acteurs de la construction du SNUIPP et de la FSU. Mort en mai 2004 des suites d’une terrible maladie. 2 enfants.

203Pomeranz Jacques, instituteur à Paris. Candidat aux élections municipales de 1977 et aux législatives de 1978 à Paris.

204Tallard Suzanne, institutrice. Militante LCR dans les années soixante-dix à La Rochelle. SNI, EE. Dans les années quatre-vingt-dix deux mille, adjointe au maire, socialiste, d’Aytré (17).

205Touchefeu Claude, née en 1959, institutrice à Toulouse. LCR, Planning familial, puis PS (Gauche socialiste). Conseillère régionale PS.

Militant(e)s enseignants du secondaire (LEP, Lycées).

206Adisson Luc, militant de la JCR à Toulouse, professeur d’histoire et géographie au lycée de Bagnères-de-Bigorre (65).

207Anikinow Lydia, née en 1952, d’abord à la GP, puis militante de la Ligue de 1976 à 1986. Militante du SGEN, de l’EE et du groupe femmes à Nancy. Proviseur-adjoint.

208Auban Gérard, maître d’internat au CET des Arènes, Mont-de-Marsan (40) au début des années soixante-dix. LC, SNES, EE. Révoqué par le rectorat de Bordeaux à la suite d’un rapport de son chef d’établissement indiquant « Professionnellement Monsieur Auban donne satisfaction, mais en tant que chef d’établissement je pense que ses fonctions politiques sont incompatibles avec une fonction de MI ». LeConseil supérieur de l’Éducation nationale annule la décision et il est réintégré.

209Audé Françoise, décédée le 3 janvier 2005. À Dijon, à la fin des années cinquante, milite contre la guerre d’Algérie. Professeur au lycée de Créteil, animatrice de ciné-club, dans le cadre de la fédération Jean Vigo, elle fut une des pionnières de l’entrée du cinéma au bac. Membre du comité de rédaction de la revue Positif, elle défend les femmes cinéastes auxquelles elle consacre un livre (Cinémodèles, cinéma d’elles). Participe à l’aventure de Rouge quotidien, pour lequel elle suit, notamment, le Festival de Cannes.

210Béniès Nicolas (Maheu Nicolas), né en 1946. Agrégé de l’université, professeur à Caen. Syndicaliste au SNES et à la FSU. Passionné de jazz, tient toujours cette rubrique dans Rouge.

211Bleuzet André (Cranac’h), né en 1944, PC puis LC après mai 1968. Milite à Tarbes puis à Melun. Quitte la LCR pour la LTF en 1976, puis crée sa propre revue, Perspectives du socialisme prolétarien. Se donne la mort en 1981.

212Bouyer Jean-Claude(Charbin), né en 1927, professeur de mathématiques au lycéede Rueil-Malmaison, militant du PCI dès la fin des années cinquante. À la LCR, membre du CC, de la CCC. Se suicide à 60 ans pour mettre fin aux souffrances causées par une grave maladie.

213Bouyer Michèle (Jeamic), enseignante, membre de l’EE. Militante du PCI et de la Ligue. Une des responsables du travail enseignant.

214Chamayou Bernard (Noé), né en 1946 à Gagnac-les-Mines (Tarn), ses parents étaient instituteurs, ses grands-parents mineurs. Professeur de lettres modernes au Lycée du Mirail (Toulouse). Militant de la Ligue depuis 1968, à Tarbes puis à Toulouse. Membre du CC dans les années soixante-dix.

215Chamayou Claudie, enseignante à Toulouse, militante des groupes femmes, militante de la LCR du début des années soixante-dix à sa mort en 2002. Un fils, lui aussi militant.

216Clémençon Bernard (Boris), MI à Montluçon en 1971 puis enseignant à Clermont-Ferrand. Militant et responsable local de la LCR.

217Coléou Hervé, professeur d’électronique en Lorraine, militant de la LCR depuis 1978.

218Collin Denis (Rainer, René, Rodolphe), professeur de philosophie dans le second degré. Région d’Auxerre. Militant de la LCR dans les années soixante-dix. Il la quitte pour l’OCI, dont il démissionne en 1982. Il écrit avec Jacques Cotta (Gorbio, de Nice, exclu de la LCR pour appartenance supposée à l’OCI), L’Illusion plurielle. Pourquoi la gauche n’est plus la gauche ?, Paris, J.C. Lattès, 2001.

219Couturier Bernard, professeur de philosophie à Bordeaux. Militant du PSU en 1968, puis à la LCR depuis 1971. Plusieurs fois candidat aux élections législatives.

220Cyroulnik Alain, né en 1949, maître auxiliaire en 1977, aujourd’hui permanent à la FSU. Son frère jumeau Philippe était aussi militant, il a écrit un livre sur le poète surréaliste Joël Kermarrec (édtitions Au même titre, 1997).

221Daumas Marie-Laure, enseignante à Toulouse, candidate aux élections législatives.

222Daumas Denis, professeur de mathématiques à Argelès, au début des années quatre-vingt.

223De Carlo François, né en 1942, professeur certifié de sciences naturelles au CES Pasteur à Mâcon (vers 1975).

224Dehaut Francis, enseignant, candidat aux élections cantonales en 1985 à Troyes.

225Deléage Perstunski Edith, professeur de lycée. Ses parents juifs polonais s’installent en Palestine en 1931, puis à Paris où Edith naît à la fin de la guerre. Famille communiste. Militante UEC, JCR puis LCR jusqu’en 1981. Réalise un mémoire de DEA puis une thèse sur l’imaginaire des juifs trotskystes de France (ParisVII, 1989).

226Drumont Gérard (Cabral), enseignant, militant LCR à Elbeuf et Louviers, puis à Roubaix à partir de 1981. Membre de la DV. Pilier de l’intervention locale. Brigadiste au Nicaragua.

227Euvrard Jean-Louis, étudiant en philosophie à la Sorbonne avant 1968, militant aux ESU, rejoint la JCR à sa création. Professeur agrégé de philosophie à Niort, militant de la LCR des années soixante-dix à aujourd’hui.

228Fabre Guy, conseiller d’orientation à Toulouse muté à Forbach. Candidat aux élections municipales à Strasbourg en 1977. Ne supportait pas la mutation. Se suicide à 32 ans en 1978. Une fille de 3 ans.

229Fonvieille Jean-Paul (Galli), né en 1950, décédé en 2002. Élève en maths-sup au lycée Pierre-de-Fermat (Toulouse), anime le CAL, le CVN. Il rejoint la JCR en janvier 1968, puis la LC/LCR jusqu’en 1991. DV. Membre du conseil national de SOS Racisme de 1987 à 1998. Adhère au PS en 1995, tendance Gauche socialiste. Professeur de mathématiques au lycée polyvalent du Mirail à Toulouse. Responsable du SNES et de la FSU.

230Giavon Daniel, enseignant dans le second degré, militant LCR dans les années soixante-dix. Conseiller municipal (gauche) à Hayange (Moselle), dans les années quatre-vingt.

231Hirsch Robert, né en 1951. Condisciple de Michel Recanati au lycée Jacques Decour (Paris). Quelques contacts avec la JCR avant 1968. Adhère à la LC encore étudiant en 1970. Réalise une maîtrise en 1974 sur Le Mouvement trotskyste en France de 1929 à 1933, à l’université Paris I Sorbonne. Nommé professeur d’histoire et géographie à Hayange en Lorraine en septembre 1978. Demi-permanent en 1984-86. Tête de liste LCR aux élections législatives de 1986. A soutenu en 2003 une thèse à la Sorbonne sur le syndicalisme enseignant dans la Seine.

232H. G., professeur de LEP en Sciences. Membre du SNETP-CGT, militant LCR de 1970 à 1979 à Montbéliard, puis du PCI/PT de 1980 à 1984, enfin du Front national à Besançon-Est.

233Jara, secrétaire du S1 du SNES du CES La Rose à Marseille. Membre de la CA de la FEN pour l’EE.

234Laguillaumie Pierre (Léo), né en 1941 dans une famille de petits commerçants. Professeur d’EPS à Auxerre. Militant EE au SNEP, participe à la rédaction du Chrono enrayé. À la LCR de 1969 à 1980, un moment membre du CC. Candidat aux élections législatives de 2002 sous l’étiquette LCR, envisage une réadhésion..

235Laot Yves (Guerline), né en 1942, professeur au lycée technique d’Evreux, candidat/ suppléant de Jack Houdet aux élections législatives de 1973 (Les Andelys). Quitte la LCR à la fin des années soixante-dix.

236Lecoultre Alain, né en 1946, un des responsables de la LCR à Dijon dans les années soixante-dix. Son père Henri Lecoultre, né en 1919, instituteur en retraite était secrétaire national de la Libre Pensée, sympathisant de la LCR d’après les RG.

237Luchetta Claude (Loris), enseignant au Puy (Haute-Loire), militant de la Ligue depuis sa création jusqu’en 1978. Démissionne cette année-là puis reprend sa démission.

238Manac’h Jean-Michel, issu d’une famille rurale du Léon, a grandi dans un univers bretonnant. Enseignant. SGEN-CFDT. Blessé par la police le 16 mars 1980 au cours d’une manifestation contre la centrale nucléaire de Plogoff.

239Mattei Bernard, professeur de philosophie au lycée Jeanne d’Arc à Rouen, puis en Corse. Membre de la CA du SNES à Rouen en 1970 au titre de l’EE. Candidat aux élections législatives de 1973 dans la première circonscription de Corse (Ajaccio).

240Merrien Joël (César), 1933-2003, professeur. Militant du SNETP-CGT, du SGENpuis un des fondateurs de SUD-Éducation. D’abord au PC, il rejoint la Ligue après mai 1968 avec plusieurs de ses camarades de la section du XXe arrondissement. Reste à la LCR pendant une dizaine d’années.

241Meyer Jean-Claude, professeur à Strasbourg dans le second degré. Nombreuses candidatures aux élections, notamment à Strasbourg en 1973 et à Mulhouse en 1978.

242Miednik-Cadreils Eliane, 1945-1990. Membre de la JC au lycée Bellevue de Toulouse en 1962 puis à la JCR et à la LC/LCR. Membre de sa direction locale. Enseignante. Militante de l’EE et du MLAC.

243Morga Maurice, professeur d’histoire et géographie au lycée Pierre-et-Marie-Curie de Tarbes, candidat LCR aux élections.

244Perrier Gérard, né en 1947 à Toulon. Professeur de lettres au lycée technique d’État des Remparts, Marseille. Candidat aux élections législatives de 1973 à Aix-en-Provence. Membre de la T1. Quitte la LCR en 1975.

245Prat Jean-Louis, professeur agrégé de philosophie. Un des dirigeants de la LCR à Toulon dans les années soixante-dix.

246Pujol Michel, professeur à Toulouse, ancien militant du PC. Militant LC dans la première moitié des années soixante-dix. Tête de liste EE aux élections pour le Bureau national du SNES en 1973. Candidat LC à Toulouse en 1973. Démissionne de la LCR en 1975.

247Quentin, militante enseignante de Marseille, membre du bureau académique du SGEN dans les années soixante-dix.

248Renard Edouard, professeur, très actif lors de la grève du Joint Français à Saint-Brieuc, puis candidat dans cette ville en 1973 et 1978.

249Richez Jean-Claude, professeur de lycée à Strasbourg. Militant de la JCR puis de la LCR de 1967 à 1978. Responsable des Cahiers Alsace rouge. Dans les années quatre-vingt-dix, adjoint au maire de Strasbourg, sur la liste de Catherine Trautmann.

250Rosevègue André (Milos), né en 1945, professeur de sciences économiques et sociales puis documentaliste. Membre du PCI et de la JCR à Caen, puis de la LC/LCR au Havre, à Périgueux puis à Bordeaux. SNES, EE. Initiateur et rédacteur du Petit rouge du Périgord. Candidat aux élections dans le Périgord.

251Rosevègue-Desjacques Françoise (Séverine), professeur de sciences et techniques économiques au Havre puis à Périgueux. SNES, EE, Planning familial et MLAC, groupes femmes. Candidate/suppléante aux législatives de 1973 au Havre.

252Ruscassie Pierre, professeur dans le second degré à Pau. Militant de la T1. Aujourd’hui au PS, Gauche socialiste.

253Sabathé Régine, née en 1949, maîtresse auxiliaire au lycée agricole de Niort, candi-date/suppléante aux élections législatives de 1978 à Niort.

254Salesse Yves (Boris), né en 1945, militant du PCI, de la JCR et de la LC/LCR en Normandie puis à Marseille. Maître auxiliaire en mathématiques (1965-69).

255Licence en Sciences économiques. Journaliste à Rouge dans les années soixante-dix. Embauché à la SNCF au début des années quatre-vingt. Succès à l'ENA en 1986.Maître des requêtes au Conseil d'État et membre du cabinet du ministre communiste des transports Jean-Claude Gayssot à la fin des années quatre-vingt-dix. Co-président de la Fondation Copernic.

256Saliou Monique (Frédérique Vinteuil), née en 1952, ancienne élève de l’ENS, professeur agrégée d’histoire dans l’enseignement secondaire (1976-1985), notamment au lycée de Dreux. CC. Membre du comité de rédaction des Cahiers du féminisme. Succès à l’ENA, intègre la Cour des comptes. En janvier 2002, directrice de cabinet du ministre socialiste Jean Glavany.

257Salles Marina (Naïk), née en 1943, dans un milieu modeste (père facteur). Ancienne élève des écoles normales d’institutrices de Chartres et de Paris (Batignolles). Professeur de lettres modernes, sympathisante puis militante au Havre (première moitié des années soixante-dix). Secrétaire du S1 du SNES au collège Jules Vallès, EE. Groupe femme, MLAC. Candidate/suppléante aux élections législatives de1973 au Havre. À la fin des années quatre-vingt, initiatrice d’un jumelage avec un village roumain, avant même la chute de Ceaucescu. Soutient une thèse de doctorat en 2004 : Le Clézio, peintre de la vie moderne.

258Salles Jean-Paul (Emmanuel), né en 1945 dans le Lot-et-Garonne, dans un milieu de petits commerçants. Admissible à l’agrégation d’histoire en 1968. Professeur certifié au Lycée François Ier du Havre, puis aux lycées de Rochefort-sur-mer et de La Rochelle. Sympathisant JCR à Toulouse avant 1968, puis militant au Havre et à La Rochelle de 1968 à 1978. Soldat au régiment du Train à Saint-Lô (Manche) en 1972-1973. PRCE à l’université de La Rochelle depuis 1996, auteur d’une thèse de doctorat sur la LCR en 2004. Deux enfants : une fille sociologue, un fils musicien.

259Saroléa Pascale, décédée en 2004, inspectrice de l’Éducation nationale, militante de la LCR dans les années soixante-dix à Paris. En première ligne dans le SO, avec sa camarade Morgane, pour affronter les staliniens qui prétendaient interdire à la LCR de manifester. Militante du PS, tendance gauche.

260Sogno Alain, né en 1948, professeur au CET de Mâcon (vers 1975).

261Ternon Jean-Philippe (Héchempy), né en 1948, père professeur dans le second degré,militant SGEN. Famille nombreuse, un de ses frères a été militant LCR. Étudiant en sciences économiques à Rouen. Professeur de LEP. Militant LCR au Havre puis à Toulouse de 1969 à 1980. Permanent pendant un an, membre du CC. Un des signataires de l’Appel des Cent.

262Timsit Pierre (Pilou), enseignant à Toulouse. LCR puis PS, Gauche socialiste.

263Valette Etienne (Totenka), fils d’une figure respectée du PC dans le Sarladais. Lycéen à Sarlat puis professeur d’éducation physique. LCR, EE, membre de la CA nationale du SNEP. Rédacteur du Chrono enrayé. S’est suicidé en 1988.

264Valette Jean-Paul, enseignant. Frère du précédent. Candidat LCR aux élections cantonales de 1985. Toujours à la LCR, il a collecté 35 signatures d’élus locaux en Dordogne pour Besancenot.

265Vereecke Madeleine (Mado), étudiante en histoire et géographie à Dijon dans les années soixante. UEC puis JCR et LC/LCR. S’installe à Reims où elle devient une figure de la Ligue jusqu’à son décès en 1995.

266Werner, secrétaire du S1 du SNES au CPR de Marseille (vers 1975).

Enseignants du supérieur, chercheurs

267Alliès Paul (Stéphane, Guilhem), professeur de Science politique à l’université de Montpellier. Animateur de la Ligue dans cette ville du début des années soixante-dix à la fin des années quatre-vingt. Créateur et rédacteur des Cahiers Occitanie rouge (COR), membre du CC. Réflexion et publications sur la question régionale. À plusieurs reprises, candidat LCR aux élections, notamment à Sète. Aujourd’hui au PS, conseiller régional en Languedoc-Roussillon.

268Avenas Denise, universitaire, auteure de plusieurs ouvrages dont La Pensée de L.Trotsky, Toulouse, Privat, 1975. Dans Le Bois du Seigneur, éditions Joseph Clims, 1987, elle raconte l’histoire des femmes de sa famille paysanne dans le Vivarais. Membre du comité de rédaction de Critique communiste et directrice de publication des Cahiers du féminisme jusqu’en 1984.

269Bensaïd Daniel (Jébrac, Ségur), né en 1946 à Toulouse, dans une famille issue de juifs pauvres d’Oran. Son père tenait un café à l’ambiance « PC-popu ». Études de philosophie à l’ENS de Saint-Cloud et à Nanterre, à partir de 1966. Exclu du PC et de l’UEC en 1966, participe à la création de la JCR et de la Ligue, dont il est un dirigeant. Maître de conférences de philosophie puis professeur à l’université de Paris VIII.

270Berger Denis, né en 1932. Instituteur, chargé de cours puis maître de conférences à Paris VIII. Principal animateur du journal oppositionnel dans le PC, La Voie communiste. Milite au PSU puis rejoint la LCR en 1975. Il y reste jusqu’en 1985. Membre du comité de rédaction de Critique communiste, il était sur les positions de la T3.

271Birger Eric, né en 1948, maître-assistant à la faculté des sciences de l’université de Strasbourg, au PCI et à la JCR puis à la Ligue. DV de Strasbourg. Se tue en montagne à 24 ans, en 1972.

272Brossat Alain (Noiraut), professeur de philosophie à l’université de Paris VIII. CC, membre du comité de rédaction de Critique communiste et de Rouge quotidien. Quitte la LCR dans les années quatre-vingt. Parmi ses ouvrages : avec Sylvia Klingberg, Le Yiddishland révolutionnaire, Paris, Balland, 1983.

273Calvié Alain (Lorullot), Professeur à la faculté des lettres d’Aix-en-Provence. Responsable du SNESUP en Algérie avant 1968, actif pendant les événements de Mai 1968 à Aix. Dans les années soixante-dix, tête de liste EE aux élections à la CA de la FEN dans les Bouches-duRhône. Membre du CC. Proche de G. Filoche, quitte la LCR au milieu des années soixante-dix. Violoniste passionné. Décédé en décembre 2002.

274Cours-Salies Pierre (Darthès, Pierre Rème), agrégatif de philosophie à Toulouse en mai 1968. Animateur du mouvement, rejoint la JCR puis la LC. Professeur de philosophie au lycée de Mirande (Gers) puis de Pau. Thèse sur la CFDT. Aujourd’hui professeur à Paris VIII.

275Culioli Gabriel, aujourd’hui chargé de cours à l’université de Corte. Militant à la LCR dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Spécialiste de la Corse. Compagnon de Nadine Richet (Katia), responsable nationale de la LCR, chargée du travail antimilitariste, décédée au cours d’un accident en Turquie avec leur fille, en 1992.

276Deléage Jean-Paul (Lesage), spécialiste de l’environnement et de l’écologie à la LCR. Membre du CC. Candidat aux élections législatives en 1973, à Paris, dans le XIIe arrondissement. Aujourd’hui professeur à l’université d’Orléans, responsable d’un DEA sur l’environnement.

277Dreyfus Michel, né en 1945. Son père était ingénieur et sa mère bibliothécaire, membresdu PSU. Étudiant à la Sorbonne en 1966, il adhère à la JCR, milite à l’UNEF, participe activement à Mai 68. Délégué au congrès de fondation de la LC, il la quitte avec le groupe Révolution ! en mars 1971. Il milite à Révolution ! jusqu’en avril 1974. Conservateur à la BDIC depuis 1972, il soutient sa thèse en 1977, sur les rapports entre socialistes de gauche et trotskystes dans les années trente en Europe. Il entre au CNRS en 1982, où il est directeur de recherches. Deux enfants, tous deux agrégés, d’un premier mariage avec Geneviève Dreyfus-Armand, directrice de la BDIC.

278Godchau Jean-François (Dumas), 1942-2002, militant de l’UEC au début des années soixante, puis de la JCR et de la LC/LCR. Membre de sa direction. Rejoint le PS à la fin des années soixante-dix. Animateur de Mai 1968 à Nanterre, il revient sur le campus comme enseignant à la faculté de droit. Passionné de musique, défenseur inconditionnel de la musique classique dans Rouge. Collaborateur des Cahiers Léon Trotsky à ses débuts.

279Habel Jeannette (le pseudonyme le plus connu de Jeannette Piennkny, dite aussi Dominique, Clélia), née en 1938. Mère couturière à domicile. Père juif polonais communiste, arrivé en France en 1936, yiddishophone. Membre de la JC dès la fin de sa classe de troisième au lycée Hélène-Boucher à Paris, une des fondatrices de la JCR puis de la LC/LCR. Seule femme membre du BP pendant longtemps. Fascinée par la geste guévariste, spécialiste de l’Amérique latine. Maître de conférences, université de Marne-la-Vallée.

280Husson Michel, né en 1949, à Lyon. Au PSU de 1968 à 1970, rejoint la LCR en1979. Militant CFDT. Économiste, ancien élève de l’École Nationale Supérieured’Économie Appliquée (ENSEA), a travaillé à l’INSEE puis à l’Institut recherche économique et sociale. Auteur de plusieurs ouvrages. Membre de la Fondation Copernic et du conseil scientifique d’ATTAC.

281Johsua Isaac (Créach), militant de la LC puis un des fondateurs de Révolution ! Aujourd’hui maître de conférences en sciences économiques à l’université d’Orsay Paris XI.

282Joshua Samuel dit aussi Samy, né en 1946 à Alexandrie (Egypte). Militant en 1966au CVN, puis à la JCR. Étudiant en sciences à Marseille, membre du Mouvement du 11 Mai en 1968. Quitte la Ligue pour Révolution !, puis animateur du courant de l’OCT qui décide d’adhérer à la LCR en 1979. Universitaire, d’abord physicien, puis professeur en sciences de l’éducation à l’université de Provence. Un des animateurs de la LCR à Marseille. Fréquemment candidat aux élections dans cette ville. Est décrit par un fonctionnaire de police comme « le fer de lance de l’action révolutionnaire à Marseille ». Il lui reconnaît « une forte personnalité, du dynamisme et aussi une certaine honnêteté intellectuelle ». En 1970, il a épousé Marie Sirvent, dite Babette, assistante à la faculté de sciences, elle aussi militante.

283Krivine Hubert (Sandor), frère jumeau d’Alain Krivine, maître de conférences à la faculté des sciences d’Orsay (Paris VI). Membre du BP. Arrêté en avril 1970 avec deux camarades suisses et inculpé pour tentative de vol et d’activités de renseignement. Libéré sous caution le 15 mai. Ils tentaient de subtiliser dans une usine un nouveau modèle d’appareil radio pour équiper la section bolivienne de la QI Condamné à 5 mois de prison avec sursis.

284Lew Roland (1944-2005), spécialiste de l’histoire du mouvement ouvrier, et plus particulièrement de la Chine, il écrivit plusieurs ouvrages sur la question, notamment le « Que Sais-Je ? » sur la Chine populaire (1999). Il a également collaboré au Siècle des Communismes (éditions de l’Atelier, 2000). Né le 28 octobre 1944 à Lausanne, il a fait ses études à Bruxelles. D’abord militant sioniste-socialiste, il rejoint les JS, puis, sous l’influence d’Ernest Mandel, devint « trotskyste-luxemburgiste », comme il se caractérisait lui-même. Malgré une prise de distance avec la Quatrième Internationale, il collabora jusqu’au bout à ses revues et à l’université d’été de la LCR. Professeur de science politique à l’université libre de Bruxelles, actif au Centre Chinede l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris, il animait aussi un séminaire sur « Les Communismes » au Centre d’histoire sociale du xxe siècle, à Paris I.

285Löwy Michaël (Carlos Rossi), sociologue d’origine brésilienne, en France depuis 1969. Chargé de cours à l’université de Tel Aviv au début des années soixante-dix, il y constitue un comité Viêtnam. Membre du comité de rédaction de Critique communiste. Auteur d’une thèse de doctorat publiée en 1976, Pour une sociologie des intellectuels révolutionnaires. L’évolution politique de Lukács, 1909-1929, Paris, PUF. Directeur de recherches au CNRS.

286Malifaud Jean, assistant puis professeur de mathématiques à l’université Paris VII, Jussieu. Militant du SNESUP. Arrêté après une manifestation anti-fasciste le 9 novembre 1973 et inculpé de port d’armes prohibées. Libéré le 30 novembre, il sera condamné à deux mois de prison avec sursis. Candidat aux élections législatives de 1978.

287Mazot Philippe (Luc), professeur à l’ENSAM à Poitiers. Un des dirigeants LCR de cette ville et de la région Centre. Candidat à Poitiers en 1973.

288Mehl Dominique, avant 1968, secrétaire du cercle psycho-socio de la JCR à Paris, trésorière de la campagne Krivine de 1969. Candidate à Ivry aux élections législatives de 1973. Aujourd’hui sociologue au Centre d’étude des mouvements sociaux (CNRS-EHESS). Auteure de nombreux ouvrages, dont La Bonne parole, éditions de la Martinière, 2003.

289Naïr Sami, né en 1947. Militant de la JCR puis de la Ligue au début des années soixante-dix. Parlant quatre langues (français, espagnol, anglais, arabe), il a enseigné à Paris VIII et à Valencia. Membre du MDC très proche collaborateur de Jean-Pierre Chevènement.

290Nughes Paul, membre de la JCR de Rennes dès 1966. Participe à la construction de la LCR dans cette ville, puis s’en éloigne à la fin des années soixante-dix pour la Fédération de la Gauche Autogestionnaire (FGA). Membre de l’équipe responsable de l’EE en 1975. Ingénieur d’études à la section de sociologie de l’université de Nantes. Se suicide en 1989, il venait d’être élu conseiller municipal de Nantes sur la liste de Jean-Marc Ayrault.

291Riot-Sarcey Michèle, professeur dans le second degré au début des années soixante-dix. Aujourd’hui professeur d’histoire contemporaine, spécialiste du xixe siècle, à Paris VIII. A co-dirigé un Dictionnaire des utopies, Larousse, 2002. Compagne de Denis Berger.

292Samary Catherine (Catherine Verla), née en 1945 à Cannes. Aux JC dès 1960, puis au PC membre du groupe Unir. UEC, JCR, LC/LCR. Membre du CC. Thèse publiée en 1988, Le Marché contre l’autogestion. L’expérience yougoslave, Paris, La Brèche. Maître de conférences à Paris IX Dauphine. Épouse d’Hubert Krivine.

293Scalabrino Camille (Paulet), originaire de Besançon. Ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud. Professeur de philosophie à l’université de Grenoble, où il est spécialiste duCambodge. À la LCR il suivait l’actualité de l’Asie du Sud-Est. Après son départ de la LCR, un moment secrétaire du MDC dans le Doubs.

294Trat Josette (Josette Desbois), militante de la JCR, avec sa sœur Jeanine, avant 1968, animatrice de la revue Cahiers du Féminisme. Enseigne la sociologie à Paris VIII.

295Turpin Pierre, 1960-2002, chercheur au CNRS. Tétraplégique et non-voyant. Militedans le mouvement de défense des handicapés. À la JC en 1976, puis sympathise avec la LCR à laquelle il adhère en 1980. Historien du trotskysme auquel il consacre deux ouvrages.

296Ubbiali Georges, né en 1960 à Besançon. En contact avec LO (1975-76) puis militant LCR au lycée. À la faculté des lettres, militant syndical étudiant (MAS, UNEF-ID) et militant SNES en tant que surveillant. Animateur des grèves étudiantes en 1981. Sympathisant de la LCR de 1981 à 1988, réadhère au moment de la campagne Juquin. Candidat LCR à diverses élections. Séjour en Italie dans le cadre de ses éudes et militant du Parti de la Refondation Communiste (PRC) de 1990 à 1993. Sociologue universitaire, maître de conférences à l’université de Dijon. Militant du Snesup, EE, SOS-Racisme puis MRAP, FCPE. Membre du comité de rédaction de la revue Dissidences.

297Valier Jacques, un des économistes de la Ligue dans les années soixante-dix. Initiateur de la revue Critiques de l’économie politique. Professeur d’économie à l’université de Nanterre. Au PS par la suite, ami de Lionel Jospin et membre de son cabinet.

298Vincent Jean-Marie (1934-2004), jeune étudiant, après un passage à la JEC en 1954, rejoint le Groupe bolchevik-léniniste, un des courants issus de l’éclatement de la SFQI. Participe à la construction du PSU, puis adhère à la LCR (1972-1981). Membre du comité de rédaction de Critique communiste. Philosophe, professeur de philosophie à Paris VIII, il écrit plusieurs ouvrages, dont Critique du travail. Le faire et l’agir, PUF, 1987.

299Weber Henri (Samuel Tisserand), né en 1944 au camp de Léninabad, non loin du fleuve Amour. Ses parents, juifs polonais, avaient opté pour l’URSS au moment du pacte germano-soviétique. Revenus en Pologne après 1945, ses parents la quittentquatre ans après pour la France, fuyant l’antisémitisme. À 9 ans son père l’inscrit à l’Hachomer Hatzaïr. Il fait un séjour dans un kibboutz à l’âge de 14 ans, mais contrairement à son frère ne s’installe pas en Israël. UEC, JCR et LC/LCR, dont il est un des principaux dirigeants, membre du BP. Il quitte la Ligue en 1980 et adhère au PS en 1986. Philosophe, il enseigne à Paris VIII, avant d’être élu sénateur du PS en Seine-Maritime. Il est chargé de la formation au PS, grand ordonnateur des universités d’été à La Rochelle jusqu’en 2004. En 1986, il publie Le Parti des patrons, le CNPF (1946-1986), au Seuil.

Divers (formateurs, éducateurs…)

300Briegel Michel (Ernest), né en 1943, Maître-nageur à Cherbourg. CGT. Candidat aux élections législatives à Cherbourg en 1973. Inculpé de détournement de mineure. Fait de la prison préventive en 1979.

301Chauchard Jean-Claude, né en 1941 à Montpellier. Moniteur-éducateur au foyer Concorde à Marseille. Un des responsables de l’intervention sur les lycées et les CET à Marseille, dans les années soixante-dix.

302Chiche Robert, né en 1948 à Mascara en Algérie. Étudiant en droit. Militant LC au début des années soixante-dix à Poitiers, inculpé le 16 février 1971, pour avoir séquestré le recteur et le président de l’université de Poitiers. MI puis formateur à l’ASFODEP (formation permanente) à Niort. Arrêté pendant son service militaire effectué à Angoulême. Candidat aux élections législatives de 1978 à Niort. Deux enfants. Dans les années quatre-vingt-dix, conseiller municipal PS à Niort.

303Couture Jean-Louis, né en 1959 à Niort. Son père, ouvrier-soudeur, devient à la suite d’un accident du travail, moniteur d’auto-école. Ses grands-parents étaient paysans dans le marais poitevin. Famille sans tradition politique, mais tolérante. Lycéen à Rochefort-sur-mer puis à l’Istom (Le Havre). Marqué par les luttes anti-apartheid et le tiers-monde, il adhère à la LCR en 1978-1979 au Havre. Coopérant au Sénégal dans une école d’horticulture, il est militant clandestin de la section sénégalaise de la Quatrième Internationale. De retour en France il est d’abord formateur pour adultes en Picardie, puis travaille à Paris dans une ONG qui encourage le développement rural (fondée par des protestants : le Groupe de recherches et réalisations pour le développement rural). Installé dans le Sud de la France depuis 1994, toujours militant, il figure sur la liste LCR à Montpellier, lors des municipales de 1995, et est suppléant aux législatives de mai 2002 à Nice. Sa compagne est assistante sociale, de sensibilité écologiste. Deux enfants.

304Jeanne Pierre, né en 1956. Père représentant de commerce, libertaire sans carte. Adhère à la Ligue dès le lycée, au Havre, militant à Rouen pendant ses études supérieures, puis s’installe au Havre où il milite toujours. Candidat aux élections législatives de 2002. Animateur/formateur à l’Association de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés (Asti).

305Mathias Gilberto, né au Brésil en 1950. Réfugié politique en France au milieu des années soixante-dix. Intégré dans le groupe des économistes de la LCR. Décédé en 1986.

306Nicoladzé Arnaud, 1954-2004, il devient militant au lycée, juste après Mai 68. Après un bref passage au PSU, il rejoint la Ligue en 1972. En 1977, il est éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ). Syndicaliste, membre du BN de son syndicat, puis permanent syndical pendant huit ans. Parallèlement il a été membre de la direction du service d’ordre de la LCR ; à ce titre, il assurait la sécurité de Jean-Marie Djibaou (leader du FLNKS) lors de ses séjours en France. Il devint son ami. Passionné de montagne, il s’était installé dans le Vercors avec Laure, sa compagne, et ses deux enfants. Il est mort le 15 septembre 2004, atteint par la foudre sur les pentes de l’Etna.

Militant(e)s étudiant(e)s, lycéen(e)s

307Anne (Lorene), étudiante en architecture à Versailles. Se suicide à l’âge de 25 ans en 1976. Elle terminait ses études.

308Assouline Daniel, né en 1952 à Fez. En France à partir de 1967, maths sup et mathsspé au lycée Janson de Sailly. École d’ingénieurs à Toulouse (1973-76). D’abord à l’AJS-OCI. Exclu avec d’autres militants qui fondent la Ligue Ouvrière Révolutionnaire (LOR) en 1976. Cette organisation fusionne avec la LCR en 1987. Membre du PS à partir de 1995.

309Berstein Pierre, étudiant à Jussieu. Inculpé après une manifestation du FSI en juin 1972.

310Bolloch Serge, né en 1945, militant JCR à Rouen, grièvement blessé lors d’un raid d’Occident en 1967. Entré au Monde en 1979, participe à la création de l’édition Rhône-Alpes.

311Cabieu Daniel, né en 1953. Militant de la LCR à Caen de 1973 à 1989. Animateur du MAS et de l’UNEF-ID. Au PS après 1989, Gauche socialiste.

312Caubère Philippe, sympathisant de la LC à Aix-en-Provence au début des années soixante-dix. Crée avec ses camarades un spectacle sur la Commune en 1971. Appelle à voter Besancenot en 2002. Comédien.

313Cohen Philippe, né en 1953 à Beni Saf (Algérie), militant de la Ligue à Nice dans les années soixante-dix.

314Coutty Marc (Perret), (1952-2004). Élève du Lycée Turgot (Paris), où il milite auCAL, puis à l’École normale supérieure. Il obtient l’agrégation de philosophie. Militant de la JCR puis de la LCR, dont il s’éloigne à la fin des années soixante-dix, avec les pablistes. Après avoir enseigné un moment, il devient journaliste à Libération, au Matin de Paris, puis au Monde. Il est mort au Laos d’un arrêt cardiaque, le 21 avril 2004.

315Cristobal, né en 1952 au Chili. Au MIR chilien en 1968, puis à la LCC. Réfugié en France, étudiant. Entre à la LCR en 1975, leader de la T5, liée au courant moréniste.

316Demoule Michel (Maki), étudiant en histoire à Montpellier. Travaille de nuit dans une station service. Milite à Alès au milieu des années soixante-dix. Aujourd'hui greffier aux Prud'hommes à Arras. Militant syndical.

317Dray Julien (Titus), né en 1953, d’origine juive, pied-noir. Père : instituteur. Lycéen à Noisy-le-Sec à la rentrée 1970. Anime le foyer du lycée avec Djamila, une beur,et Paprocki, un camarade d’origine grecque. À la Ligue dès l’âge de 14 ans. UNEFID. SOS Racisme. Au PS à partir de 1982, gauche socialiste. Député.

318Field Michel (Michel Beauchamp), né en 1955. À la Ligue dès l’âge de 14 ans. Exclu du lycée Claude Bernard en mai 1971 pour avoir harangué ses camarades. Il était en première. Un des dirigeants du mouvement contre la loi Debré en 1973. Agrégé de philosophie. Célèbre animateur de radio et de télévision.

319Galy Laurent, lycéen à Agen. Militant LCR. Se suicide à l’âge de 17 ans en 1976.

320Hocquenghem Guy, 1946-1988. Mort du Sida à l’âge de 42 ans. Militant de la JCR pendant ses études à l’ENS de la rue d’Ulm. Il la quitte avec la troisième tendance au moment de la création de la LC (1969). Un des créateurs du FHAR en mars 1971. Contre les théories de Françoise Dolto, il signe avec notamment Michel Foucault une lettre ouverte à la Commission de révision du Code pénal à propos des relations mineurs-adultes.

321Jean Rémy, né en 1952 à Rennes. Étudiant en sociologie à la faculté des lettres d’Aixen-Provence au début des années soixante-dix. Condamné le 14 octobre 1970 à plusieurs centaines de francs d’amende et à deux mois de prison avec sursis pour avoir tracé des inscriptions sur la mairie d’Aix-en-Provence. Fils de Raymond Jean, écrivain et professeur, en rupture avec le PC au début de la décennie. Ouvrier à la CFR (raffinerie, étang de Berre), Rémy Jean est tête de liste LCR aux élections législatives de 1986.

322Legrand Alexandre, né en 1950 à Dakar. Étudiant en sciences à Nice. Inculpé pour « atteinte au moral des troupes » en 1972. Gravement blessé par des militants d’extrême droite à Nice en mai 1973.

323Morder Robi (Guillermo), militant parisien, un des responsables du travail lycéen dans les années soixante-dix. Père tailleur, mère vendeuse, d’origine juive. Quitte la LCR en 1977 pour fonder les CCA avec l’AMR. Revient à la LCR au début des années quatre-vingt. Documentaliste juridique. Chargé de cours en droit du travail à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Animateur du Groupe d’Études et de Recherches sur le Mouvement Étudiant (Germe).

324Moullec Anne-Marie (Pif), née en 1955, famille modeste, son père travaille sur la drague dans le port du Havre. Lycéenne au lycée François Ier du Havre en 1969-72, adhère à la Ligue lors de son année de terminale. Bac avec mention très bien. Étudiante en histoire à Rouen. Professeur d’histoire et géographie dans un lycée de Brest.

325Olivennes Denis, né en 1960. Ses parents sont des médecins communistes. Élève au lycée Henri IV, où il est militant du Cercle rouge puis de la Ligue. ENS, agrégation de lettres modernes, sciences politiques, ENA. Directeur général de Canal+ puis de de Pineau Printemps Redoute et de la FNAC, à la grande satisfaction du créateur de l’entreprise André Essel (1918-2005) lui aussi ancien trotskyste. Proche de Laurent Fabius, il a participé à la Fondation Saint-Simon, dont le principal animateur était Pierre Rosanvallon.

326Peyrat Didier, né en 1955 à Pau. Étudiant en philosophie, puis travailleur social à l’Office HLM de Lille, il devient magistrat en 1987. Après avoir présidé le tribunal de grande instance de Cayenne, il est vice-procureur au tribunal de grande instance de Pontoise. Ancien militant de la LCR, aujourd’hui homme de gauche, auteur d’essais, il réfléchit sur les problèmes de sécurité depuis 20 ans. Avec Jean Gersin (CGT) et Michèle Attar, il réclame une commission d’enquête parlementaire sur les événements qui ont brisé la manifestation lycéenne du 8 mars 2005.

327Poinsot Sébastien, membre des JCR, Dijon. Se donne la mort à l’âge de 19 ans. 1979 ? Dans une lettre à ses parents et à ses camarades, il écrit « qu’il ne peut plus vivre dans cette société ».

328Raiman Pierre (Alligator), de grands-parents juifs polonais. Très marqué par le judéocide. Sympathise avec la Ligue dès l’âge de 13 ans et demi. Dirigeant des JCR. Militant et chauffeur de bus à la RATP au début des années quatre-vingt. Candidat LCR aux élections législatives dans le XIXe arrondissement de Paris en juin 1981, sa candidature fut invalidée parce qu’il était soldat. A quitté la Ligue mais milite toujours contre le racisme. Patron de Montparnasse Multimedia.

329Raimbault Gilles, né en 1952, décédé subitement d’un arrêt du cœur en 1976. Adhère à la JCR au lycée Voltaire en 1967, puis milite à la Ligue. Travaillait à mi-temps tout en menant une étude sur les trotskystes vietnamiens.

330Rainer (Carol), lecteur d’allemand à la faculté des lettres de Rennes. Mort d’un accident de moto en 1982. Il avait 29 ans. Ex-militant du GIM, militant de la Ligue, du SNESUP et de l’EE.

331Rebsamen François, maire socialiste de Dijon, secrétaire national chargé des fédérations. Lycéen à Mâcon, il a été membre du Comité Rouge, puis pendant le second semestre 1971, quelques mois, militant du secteur étudiant (droit, sciences économiques) de la LC à Dijon.

332Recanati Michel (Ludo), né en 1950. Bac en 1968, étudiant à la faculté des lettres de Paris et à l’École des langues orientales. Parents éditeurs-publicitaires. Membre des JC, de la JCR dès 1966. Membre du bureau national des CAL en mai 1968. CC puis BP, où il est chargé de la jeunesse scolarisée. Un des dirigeants du service d’ordre en juin 1973. Sous le coup d’un mandat d’arrêt depuis début juillet 1973, il est écroué à la Santé le 17 septembre. Libéré sous caution en novembre 1973, en attente du procès il est privé de ses papiers d’identité. Finalement la justice décide d’un non-lieu pour Krivine et Recanati en octobre 1974. Au début de l’année 1975 il démissionne du CC puis s’éloigne peu à peu de la LCR. Il s’est suicidé en 1980. Son ami Romain Goupil lui a consacré le film Mourir à trente ans.

333Rozès Stéphane, né à Paris en 1957, dans un milieu bourgeois. Militant de la LCR du milieu des années soixante-dix au début des années quatre-vingt, puis du MDC jusqu’au milieu des années quatre-vingt-dix. Ingénieur en chef au département politique et opinion de la Sofres en 1987, maître de conférences à l’IEP de Paris en 1991, Directeur de l’institut de sondage CSA-Opinions depuis 1992.

334Tordjman Philippe, né en 1952 à Casablanca. Étudiant en lettres à Nice au début des années soixante-dix.

335Valentina, étudiante salariée à Montpellier. Militante de la cellule droit-sciences économiques, membre de la T1 (années soixante-dix).

336Vincensini Jean-Dominique, né en 1946 à Muracciole en Corse. Étudiant en lettres à Aix-en-Provence puis assistant à la faculté. Militant de la JCR puis des Cercles rouges en février 1969. Responsable de la Gauche prolétarienne en octobre 1969.

Dirigeants, permanents, divers

Dirigeants, permanents

337Artous Antoine (Tony, Puech), né en 1946 à Rodez. Étudiant en philosophie à Toulouse. UEC, JCR. Un des leaders de mai 1968 dans cette ville. Après 1968, BP. Membre du comité de rédaction de Critique communiste. Auteur de Marx, l’Etat et la politique, Syllepse, 1990.

338Beauvais Jean-Pierre (Riel, Pierre Rube), étudiant en science politique, JCR puis LC, LCR. Surtout militant de l’Internationale en direction de l’Amérique latine. Collaborateur de Rouge. Aujourd’hui directeur de publication de Politis.

339Besnières Luc (Bakou), à l’origine d’une manifestation d’appelés à Karlsruhe pendant son service militaire (1974). Permanent technique à la rotographie, victime d’un grave accident de travail peu après le lancement du Quotidien Rouge (1977).

340Filoche Gérard (Roger Normand, Matti), né en 1945 à Sotteville-lès-Rouen. Étudiant en philosophie à la faculté de Rouen. UEC, JCR, LC. Membre du BP. À partir du milieu des années soixante-dix anime une tendance minoritaire (T1, TA). En 1994, quitte la LCR pour le PS avec 150 de ses camarades. Gauche socialiste. Inspecteur du travail. Trois enfants. A publié ses mémoires.

341Frank Pierre (Pedro), 1905-1984, né à Paris dans une famille juive d’artisans tailleursrécemment immigrée de Vilna (Russie). Études secondaires au lycée Turgot. Obtientun diplôme d’ingénieur à l’École de physique et de chimie. Au PC en 1925, solidaire de l’opposition Trotsky-Zinoviev en 1927. Participe au premier journal trotskyste La Vérité en 1929. Membre de la Commission exécutive de la LC à sa fondation en avril 1930. Secrétaire de Trotsky à Prinkipo en 1932. À la SFIO en 1935 au moment del’entrisme. À la veille de la guerre part en Belgique puis en Angleterre, désigné par son organisation. Il y édite la Correspondance internationale. Après la guerre, CC duPCI réunifié. Membre du secrétariat de la QI jusqu’en 1979. Également BP de la LC/LCR. 1500 personnes lui rendent hommage lors de ses obsèques.

342Jacquin Claude (Claude Gabriel), ingénieur des travaux publics, militant à Paris dans les Xe-XIe arrondissements. Spécialiste Afrique de la LCR, longtemps permanent pour Afrique en Lutte et Inprecor. Aujourd’hui expert-comptable.

343Jouvet Thierry (Michel Rovère), décédé en 2004, à l’âge de 52 ans. Il rejoint la Ligue après Mai 68, au lycée Saint-Louis, à Paris. Grand lecteur, amateur de musique et d’art, et aussi gastronome, il fut journaliste à Rouge, couvrant notamment le révolution portugaise, la transition post-franquiste en Espagne, la révolution iranienne. Il a été directeur d’Inprecor (1978-1981) et membre de la direction de la Quatrième Internationale, puis du CC de la LCR. Lorsque la LCR décida d’organiser un mouvement d’embauche dans les grandes entreprises, il s’embaucha comme ouvrier à l’usine Rhône-Poulenc de Vitry, où il contribua à construire une cellule. Pour des raisons de santé, il se reconvertit dans le conseil aux comités d’entreprise et aux délégués du personnel.

344Krivine Alain (Delphin, Tinville, George Villetin), né en 1941 à Paris. Licence et DES en histoire contemporaine. MA au lycée Voltaire puis permanent pendant trois décennies, payé « 7300 F. par mois, comme les autres permanents de Montreuil (siège de la LCR) » (Le Monde, 5 septembre 1996). Député européen de 1999 à 2004. Grands-parents paternels, juifs nés dans l’empire russe. Grand-père maternel né à Braïla (Roumanie) marié à une jeune fille d’une famille juive de Lorraine. Son père Pierre (1899-1977), après des études de médecine devient stomatologue libéral à Paris dans le XVe arrondissement. Homme de gauche, sans activité politique. Sa mère Esther Lautman (1906-1981) eut le bac puis éleva ses 5 fils. Le frère d’Esther, Albert Lautman, philosophe vivant à Toulouse, a été fusillé pour faits de résistance. La rue où se trouvait la faculté des lettres de Toulouse porte son nom. Deux de ses frères, Hubert son jumeau et Jean-Michel sont des militants trotskystes. Roland est militant de la CGT et du PC. L’aîné Gérard, ingénieur à l’EDF, a milité, lui aussi, au PC. Membre de l’UJRF dès l’âge de 14 ans, puis UEC, JCR, LC/LCR. BP. Active participation au mouvement de Mai. Candidat aux présidentielles en 1969 et 1974. Emprisonné pendant 49 jours après la dissolution de la JCR en juin 1968 et pendant 20 jours après la dissolution de la LC en juin 1973. Marié à l’âge de 20 ans avec Michèle Martinet, fille de Gilles Martinet, dirigeant du PS. Deux filles, Nathalie née en 1968 et Florence née en 1974, une des animatrices de Ras l’Front.

345Libera Anna, militante de la LMR, section suisse de la QI, détachée auprès de la direction de la QI. Nombreux articles dans Rouge et Inprecor.

346Mension Jean-Michel (Alexis Violet), né en 1934 à Paris. Son père était militant du PC, permanent de la FGST. Au PC puis LC/LCR. Un moment membre de la direction et permanent. Toujours à la LCR où il plaide pour qu’on torde le coup « à la prétendue théorie léniniste de l’organisation qui a fait faillite après la prise du pouvoir » dans Texte préparatoire au congrès de la QI (début 2003). A écrit ses mémoires.

347Métais Jean (Joël), ancien séminariste, inspecteur du travail. BP, permanent pour le « travail ouvrier » dans les années soixante-dix. Aujourd’hui directeur départemental adjoint de la Direction départementale du travail et de l’emploi des Hauts-de-Seine.

348Phéline Christian (Nemo, Leucate), quitte le PSU en 1972 pour la LC. Il anime une tendance minoritaire avec Krasno. La majorité de ces militants passent à l’OCI en 1979. Ancien élève de l’ENA, il est aujourd’hui directeur à la Direction du Développement des Médias au ministère de la Culture.

349Prager Rodolphe (Rudi), 1918-2002, né à Berlin de père juif hongrois, de mère allemande. Membre des Faucons rouges en Allemagne, puis ses parents s’installent à Paris au début des années trente. Aux JS dès 1931, puis militant trotskyste jusqu’à sa mort, aux JSR, CCI, PCI, LCR. De 1966 à 1969, il siégea au comité politique national du PSU. Travail d’historien pendant la dernière partie de sa vie, il réédita notamment les textes des congrès de la QI (1930-52), en 4 volumes aux éditions La Brèche. Il faisait partie du conseil d’administration du Cermtri.

350Rotman Michel (Béthel), médecin, trésorier de la LC, BP. Aujourd’hui producteur de cinéma et de télévision, PDG de Kuiv. Producteur de nombreux documentaires, dont Révolutionnaires du Yiddishland, Survivants, etc.

351Rousset Pierre (Stern, Roman), UEC, JCR, LC/LCR, membre de la direction de l’organisation. Fils de David Rousset. Militant précoce, dès ses études de droit à Assas. Il est gravement blessé (il doit subir une trépanation) par le groupe Occident lors d’une manifestation contre la guerre au Viêtnam. Spécialiste de l’Asie du Sud-Est, nombreux articles dans Rouge sur ces questions. A voyagé en Thaïlande, à Hong-Kong, au Japon, et a rencontré sa femme, Sally, aux Philippines.Un des organisateurs de l’Institut de formation de la Quatrième Internationale à Amsterdam. Aujourd’hui assistant parlementaire d’Alain Krivine au Parlement européen. Arrêté le 8 février 1972 et inculpé pour « transport et détention de produits susceptibles de rentrer dans la composition d’explosifs » pour des militants révolutionnaires latino-américains, il est libéré le 15 avril. Il est condamné à 10 mois de prison dont 8 avec sursis. De nouveau arrêté après le 21 juin 1973, il est libéré début septembre. Une lettre du 29 juillet 1973 témoigne de son haut moral. Il demande à ses camarades de rectifier le numéro de son matricule donné dans Rouge, ajoutant « Je ne tiens pas tant que ça aux matricules, ce n’est que pour la qualité journalistique de l’information que je dis cela ».

352Spagnol Michel (Michel Thomas), 1942-2004. Étudiant en histoire à la Sorbonne, membre du PCI minoritaire en 1965 et de l’UEC, fondateur de la JCR. Secrétaire de Pierre Frank jusqu’en 1968, un moment enseignant en province après 1968. En 1972, la direction de la LCR l’envoie à Marseille pour 3 ans, à la direction de la section. Rédacteur à Rouge jusqu’en 1985. Correcteur de presse au Journal officiel depuis 1985, animateur de la LCR à Saint-Denis jusqu’à sa mort soudaine. Un hommage militant lui a été rendu à Saint-Denis, salle de la Légion d’honneur, en présence du député-maire Patrick Braouezec, de dirigeants du PC, d’anciens militants de la LCR : Yves Salesse, Pierre Cours-Salies, de Jean-Marc Bourquin, conseiller municipal de la LCR, de collègues, d’immigrés, de syndicalistes.

353Verbizier Gérard de (Vergeat), né le 25 juillet 1942, mort le même jour de 2004. Descendant d’une vieille famille huguenote d’Ariège, petit-fils d’un délégué de la Haute-Garonne au congrès de Tours en 1920, son père était sous-préfet. Etudiant en histoire à Paris, il adhère à l’UEC en 1963, il est un des fondateurs de la JCR et de la LC. Il suit l’activité des trotskystes en Asie et au Proche-Orient. Peu à peu il cesse ses activités politiques pour se consacrer au cinéma, collaborant à plusieurs documentaires sur le Yiddishland révolutionnaire, la Résistance ou la rafle du Vél’d’Hiv. Atteint de diabète, il mourut sourd et aveugle.

Divers

354Barsony Pierre (Piotr), né en 1948 à Toulouse. Peintre et dessinateur de BD (on lui doit notamment la célèbre BD sur Lip, réalisée avec Wiaz). Fils de Stéphane Barsony, médecin, résistant des FTP-MOI. Se décrit comme « français, immigré, de père juif hongrois et de mère corse ». Militant JCR et LCR dans les années soixante-dix, signataire de l’Appel des Cent. Son frère Jacques, militant lui aussi pendant un certain temps, est médecin à Toulouse.

355Baruch Simon (Georges Marion), né en 1943. Candidat à Paris en 1973, dans le Ve arrondissement. Un des plus actifs journalistes de Rouge quotidien, spécialiste de la police, de la justice. Après un passage au Nouvel Observateur et au Canard enchaîné, depuis 1986 journaliste au Monde, en Algérie (1990-92), en Afrique du Sud (1992-95), en Israël puis en Allemagne. Auteur d’une biographie de Gaston Defferre, parue chez Albin Michel en 1989.

356Beauvais Edith, militante canadienne de la LSA-LSO à Montréal au début des années soixante. Passe un an à Cuba. En France en 1967, militante du PCI, de la JCR. Morte d’un accident de la route en mars 1972.

357Besset Jean-Paul (Simon Ploëch), né en 1946. Adhère à la Ligue en 1969. Correspondant à Clermont-Ferrand de RTL. Dirigeant de la Ligue dans cette ville. En 1976 il monte à Paris pour s’occuper de Rouge quotidien, seul journaliste professionnel à participer à l’aventure. Adhère au PS en 1983. Journaliste au Matin puis depuis 1994 au Monde, dont il est le correspondant dans le Sud-Ouest. Auteur de René Dumont, une vie pour l’écologie, Stock, 1992.

358Chauvin Jean-René, né en 1918. Aux JS en 1935 puis au POI, au PSOP avant 1939. Militant trotskyste actif pendant la guerre, arrêté et déporté en 1943 à Mauthausen, Auschwitz et Buchenwald. Candidat du PCI aux législatives de 1945-46. Exclu du PCI en mars 1948. Militant de l’UGS, puis du PSU en 1963. Exclu en 1969 pour avoir soutenu la candidature Krivine. S’éloigne de la LCR vers 1975 excédé par le « caravansérail Guéménée ». Réadhère à la LCR après la campagne Besancenot avec un groupe de 12 militants (décembre 2002).

359Chiquet Michèle, 1945-2004, longtemps sympathisante du PC, à Bordeaux, puis sympathisante de l’extrême gauche, et militante de la LCR depuis 2001. Militante féministe, internationaliste (membre de Palestine 33) et militante des « sans ».

360Fourrier Jules, 1907-1999, peintre en bâtiment. Au PC à partir de 1929, élu député de ce parti en 1936. Rompt avec le PC au moment du pacte germano-soviétique. Résistant, déporté. Après la guerre, UGS, PSU, responsable du Secours rouge à Toulouse, il adhère à la LCR en 1973. Publie ses souvenirs, Graine rouge, La Brèche, 1983.

361Foutrier Camille, né en 1908. Quitte le PC en novembre 1970, après 37 ans de militantisme. Adhère à la LCR en 1971 après de longues discussions avec les militants d’Auxerre. Candidat LC en 1973. Au PS en 1974-75, puis retour au PC en 1982-83.

362Grizbec Gérard, auteur d’une maîtrise à l’université de Paris VIII, en 1975, sur Les Trotskystes dans les organisations communistes françaises pendant les années 1950. De sensibilité « pabliste ». Compagnon puis époux de Claudie Saint-Patrice, elle-même ancienne militante de la Ligue. Aujourd’hui journaliste à FR2, correspondant permanent en Italie.

363Jonquet Thierry, né en 1954 à Paris. Son père, syndicaliste CGT, travaille à la Ratp.Études de philosophie et d’ergothérapie. Nombreux petits métiers. Militant de LO après 1968, puis LCR jusqu’au début des années quatre-vingt-dix. Participe à Ras l’Front. Auteur prolifique de romans policiers, dont le n° 2000 de la Série noire, La Bête et la Belle. A écrit ses mémoires, Rouge c’est la vie, Seuil, 1999.

364Junco del Gomez Danielle, membre du PSU à sa création, a milité contre la Guerre d’Algérie. Son compagnon Jean Cavignac, archiviste paléographe, auteur d’une thèse sur Jean Pellet, négociant bordelais du xviiie siècle, lui aussi militant du PSU à Bordeaux, rejoint LO en 1971, à l’occasion des élections municipales. Elle-même, proche sympathisante de LO, soutient le combat des militants de Voix Des Travailleurs (VDT) en 1997, puis rejoint la LCR en 2001. Grande lectrice, amoureuse des gens, également des animaux, sa crémation a eu lieu en présence de nom-breux(ses) ami(e)s et militant(e)s.

365Krumnow Anne, fille de Fredo Krumnow, dirigeant d’Hacuitex, Fédération du Textile de la CFDT. Militante LCR de la fin des années soixante-dix à 1987, a participé à la création des JCR. Décédée d’un accident de la route à 30 ans, avec son bébé Jordi, en 1992.

366Leroy François, fils de Roland Leroy directeur de l’Humanité. Militant LCR faisant son service militaire à Rochefort-sur-mer (17) en 1983. Sanctionné pour avoir défilé en uniforme à Paris le 1er mai.

367Lesage Jean-Yves, ancien permanent du PC à Rosny-sous-Bois. Après s’être embauché en usine, démissionne du PC à l’âge de 25 ans, en 1985, et demande son admission à la LCR.

368Lhomme Stéphane, né en 1966, instituteur à Bordeaux pendant 10 ans dans un bidonville gitan. Ancien militant de la Ligue, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire.

369March (famille) : le père était ingénieur. La maison familiale, située à Fuxa, en Catalogne espagnole, servait de point de rencontre entre trotsksytes français et espagnols, pendant le franquisme. Sur les 6 enfants, 4 ont été ou sont encore militants à la Ligue :

  • Robert (Paco Rops), centralien, professeur dans une école d’ingénieurs. BP, spécialiste de l’Amérique latine, un des responsables du « travail armée » dans les années soixante-dix, directeur d’Inprecor. Toujours militant LCR.
  • Hélène, mariée avec Jean-Pierre Beauvais jusqu’à la fin des années quatre-vingtdix, professeur de sciences physiques. SNES, EE. LCR dans les années soixante-dix et quatre-vingt, un moment membre de la direction nationale. Reprend des études de radiologie, est recrutée au Val-de-Grâce, avec le grade de lieutenant-colonel.
  • Mireille, institutrice, dirigeante de SUD-Éducation, à Paris. N’est plus membre de la LCR.
  • Francis, militant de la LCR dans les années soixante-dix et quatre-vingt, médecin à Toulouse.

370Marx (Famille) : 4 fils d’un médecin rouennais, membre de la Ligue des Droits de l’Homme, tous membres de la Ligue :

  • Denis (Louis, Cardi), étudiant en sciences économiques, UEC, JCR, LCR jusqu’à aujourd’hui. Permanent, puis employé à la Sécurité sociale, à France-Télécom à Lyon. Membre de la DV de Lyon, CC.
  • Francis, étudiant en sciences économiques, puis professeur de SES. Militant LCR à Rouen, Marseille, Toulouse.
  • Laurent, employé, délégué syndical à la Matmut. Pendant ses études à Rouen, militant JCR, grièvement blessé lors d’un raid d’un commando d’Occident.
  • Jean-Pierre, instituteur, militant LCR dans les années soixante-dix.

371Maspero François, éditeur-libraire, adhère à la Ligue en 1969. Il n’y reste pas longtemps mais s’y fait des amis durables.

372Métayer Marguerite (1916-2005), militante trotskyste dès la seconde guerre mondiale, elle participa au bulletin clandestin Arbeiter und Soldat, tentative de militantisme dans les rangs de l’armée allemande. Après le démantèlement du réseau, elle est arrêtée en 1944, emprisonnée à Fresnes et déportée à Ravensbrück. Elle fut la compagne de Pierre Frank, de 1948 à la mort de celui-ci en 1984.

373Molinier Raymond (Marco), 1904-1994. Aux JC en 1922, début avril 1929 auprès de Trotsky en Turquie. Entrisme à la SFIO en 1935. Pendant la guerre, il remonte un cirque à Lisbonne, ce qui lui permet de sauver de nombreux militants trotskystes. Il vit en Argentine après 1945. Militant du PRT-ERP. Il quitte l’Argentine aprèsle coup d’État et revient en France en 1977. Militant de la LCR.

374Monzeglio Lucien (Manzini, Roger), né en 1930 à Antibes. Serrurier d’art demeurant à Grasse. Un des animateurs de la Ligue à Nice dans les années soixante-dix.

375Moreno Eleuterio (Loulou), 1924-2005, réfugié espagnol en 1939, engagé volontaire dans la Résistance. Au PCE après la guerre, puis au PCF. Adhère à la LCR en 1998, à Toulouse. N’a obtenu la nationalité française qu’en 1988, après 2 refus.

376Paranagua Paulo-Antonio, militant de la Quatrième Internationale d’origine brésilienne. Membre du groupe surréaliste de Paris. Après Mai 68, il anime la cellule Renault-Billancourt de la LC. En 1974, en Argentine, il dirige la Fraction rouge, exclue du PRT-Combatiente. Après avoir été emprisonné et torturé, il revient en France. Il participe à la rubrique culturelle du quotidien Rouge, puis devient journaliste au Monde, où il est un des spécialistes de l’Amérique latine.

377Pélou, Alain Tortrat, né en 1938. UEC puis JCR, LC/LCR. Pendant 20 ans, il dessine bénévolement pour Rouge. Sensible aux questions écologiques et à l’immigration. Difficile rupture avec la LCR au début des années quatre-vingt sur l’Afghanistan. Milite encore à l’Asti. Décédé en 1993.

378Pesquet Jacques, ingénieur au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Auteur d’un livre sur Mai 68 dans son entreprise, Des Soviets à Saclay, Paris, Maspero, 1968, 87 p.

379Pignarre Philippe, Markos, Philippe Andréa, dirigeant de la Ligue à Orléans dans les années soixante-dix, participe au débat sur l’homosexualité dans Rouge. Aujourd’hui directeur de la communication dans l’entreprise pharmaceutique Synthélabo. Vient d’écrire Le Grand secret de l’industrie pharmaceutique, à La Découverte. Par ailleurs directeur des éditions Les Empêcheurs de penser en rond. Chargé de cours à Paris-VIII.

380Pingaud Denis, Séraphin, fils de l’écrivain Bernard Pingaud. Militant de la Ligue dans les années soixante-dix, participe au quotidien Rouge. En 1985, conseiller technique auprès de Laurent Fabius, premier ministre.

381Piskor Raymond. Militant JCR à Nanterre avant 1968. Employé à la Maison des sciences de l’homme (EPHE) et militant de la Ligue sur Renault-Flins après Mai 68. Lourdement condamné en première instance, « pour coups et blessures volontaires », puis relaxé en appel (décembre 1972).

382Plenel Edwy, Joseph Krasny, son père était inspecteur de l’Éducation nationale. Militant de la Ligue dans les années soixante-dix, absorbé par le militantisme, ne va pas jusqu’au bout de ses études de sciences politiques. Participe activement à Rouge hebdomadaire puis quotidien. À l’origine d’un comité de soldats pendant son service militaire, subit la répression en 1979. Entre au Monde au début des années quatre-vingt, directeur du comité de rédaction jusqu’en 2004.

383Samary Jean-Jacques, né en 1944, militant des JC à Cannes dans les années soixante. Développe une critique voisine de celle de l’opposition de gauche à l’UEC. Participe à la fondation de la JCR, puis LC/LCR. Libraire. Candidat aux élections municipales à Paris en 1977.

384Samson Michel, correspondant de Rouge quotidien dans le Sud-Est dans les années soixante-dix. Aujourd’hui correspondant du Monde à Marseille.

385Testard Jacques, militant de la LCR dans les années soixante-dix. Biologiste, directeur de recherches à l’Inserm. « Père » en France de la fivette (fécondation in vitro). Président de l’Association française de développement durable. Donne une interview à Rouge n°1515, 29 octobre 1992, dans laquelle il dénonce l’eugénisme.

386Thirard Paul-Louis, critique de cinéma. Un des animateurs de la Voie communiste avec Denis Berger. Rejoint la LCR avec dix de ses camarades en 1975.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540