Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Conclusion générale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

La Ligue, lieu d’apprentissage ou phénomène politique durable ?

  • 1 Or elle n’avait progressé que de 14% entre 1974 et 1976, dans Cahier du Militant, BI mars 1980, 12 (...)
  • 2 Ibid.

1La LCR cesse sa marche ascendante vers le milieu des années soixante-dix. En nombre de militant(e)s, elle atteint un pic en 1976, plafonnant à 3.800 militant(e)s. La scission de 1979 entraîne le départ de 20 % de ses membres. La direction elle-même reconnaît, en 1980, que l’organisation a perdu le tiers de ses militant(e)s depuis 19761. Elle est dépassée numériquement par l’OCI, au début des années quatre-vingt, et LO a deux fois plus de militants que la Ligue dans la métallurgie2.

  • 3 C’est ce que remarque le militant socialiste Gilles Martinet au cours du rassemblement organisé pa (...)
  • 4 Seule exception pour notre période, les élections municipales de 1977, plusieurs organisations d’e (...)

2Cependant, et c’est une première pour un groupe se revendiquant du trotskysme en France, la Ligue a réussi à sortir de la confidentialité. Ayant abandonné l’entrisme dans le PC, après Mai 68, pour intervenir à visage découvert, elle utilise avec habileté les médias et les élections, se faisant une place dans le paysage politique. Des journaux importants (Le Monde, Le Figaro) lui consacrent des articles. Des personnalités bien établies dans le paysage politique, syndical ou culturel français, accordent des interviews à Rouge, et interviennent lors de ses rassemblements. L’ostracisme dans lequel étaient tenues les organisations se réclamant du trotskysme est en train d’être remis en question à la fin des années soixante-dix3. Toutefois, la LCR a du mal à obtenir des résultats significatifs aux diverses élections auxquelles elle participe4, mais elle retrouve un effectif de 3.000 militants au début des années 2000, après la campagne Besancenot.

La Ligue, une secte… ?

  • 5 Une part du prestige de P. Frank, dans les rangs de la Ligue, est due au fait qu’il ait connu pers (...)
  • 6 Goffman (E.), Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968, no (...)

3Les nouveaux adhérents sont pris en main par une direction qui se veut la gardienne d’une tradition révolutionnaire remontant à Octobre 19175. Elle mène une véritable entreprise de bolchevisation, la bataille du « front interne », tentant de faire entrer les enfants des années soixante-dix dans ce cadre ancien. Une fois membres de l’organisation, comme stagiaires, ceux-ci ne sont plus totalement maîtres de leur temps, de leurs ressources, ni même de leurs croyances. Il y a en effet ce qui est « correct » et ce qui ne l’est pas. Et ils ne peuvent espérer être titularisés qu’après avoir assimilé les nouvelles règles, les « acquis », c’est-à-dire le legs constitué par l’histoire du mouvement ouvrier. La Ligue est-elle pour autant une organisation exigeant de ses membres, sur la base d’un idéal contraignant, une cohérence des pratiques aussi bien dans la vie publique que privée, interdisant la multiplicité des rôles sociaux, une « institution totale », selon l’expression d’Erving Goffman6.

  • 7 Pour reprendre les termes d’Eric Dunning, dans Elias (N.), Dunning (E.), Sport et Civilisation. La (...)

4Sans qu’on ait pu distinguer dans la rue, du premier coup d’œil, les militants de la Ligue — comme c’est le cas pour les Mormons par exemple —, il faut reconnaître que ses militants hommes se sont conformés, au début des années soixante-dix, à un style vestimentaire « viril », blouson de cuir et jeans. Leur goût — pour beaucoup d’entre eux —, pour les tâches de service d’ordre, s’explique aussi sans doute par la persistance dans les rangs de la Ligue de l’idéologie ou de « l’agressivité macho7 ». Si l’organisation, parisienne notamment, a paru menacée d’être submergée par ce type de militants ou de sympathisants, la direction a su résister à cette déviation militariste après le 21 juin 1973.

  • 8 Ainsi Lydia Anikinow, née en 1952, militante en Lorraine 1976 à 1986, explique à Kindo (Y.), op. c (...)
  • 9 Hamon (H.), Rotman (P)., Génération, t. 2, Les Années de poudre, p. 493.

5Mais la priorité donnée à des actions plus classiques n’a pas pour autant signifié une diminution du temps consacré au militantisme, toujours considéré comme prioritaire. Certain(e)s militant(e)s ont relativisé et sacrifié leurs études. D’autres ont renoncé à un loisir trop prenant8. Cependant, l’organisation n’a pas tenté d’agir sur les quatre semaines de congé annuel, espace de liberté que le(la) militant(e) gère comme il(elle) l’entend. De la même manière, le calcul du montant des cotisations ne laisse pas les militants démunis. Aucun des anciens interrogés ne se plaint a posteriori de leur lourdeur. En tout cas, la contribution financière apportée à la Ligue n’empêche pas bien de ces jeunes gens de voyager, parfois au long cours, pendant leur congé. De plus, ils ont la possibilité de rediscuter du montant de la cotisation si leur situation familiale se modifie (arrivée d’un enfant). De même, les étudiants peuvent obtenir un congé militant pour préparer un examen. Ainsi, H. Weber est en congé — pour finir sa thèse de troisième cycle —, au moment du 21 juin 1973. Il a vu ses camarades casqués foncer sur le meeting d’Ordre nouveau, du haut de sa fenêtre9. Enfin, la participation au service d’ordre est laissée à l’appréciation de chacun. Les dirigeants de Montpellier sont fatalistes face aux nombreuses absences lors des entraînements, et dans la région parisienne, un militant chrétien est exempté de cette tâche.

Ni contre-société, ni sub-société, mais lieu d’éducation sentimentale et de socialisation

  • 10 Nous empruntons cette formule à Kriegel (A.), op. cit.

6Du fait de son absence dans les institutions, la Ligue n’a jamais constitué une « contre-société », contrairement au PC10. Plus simplement, elle a permis le contact entre jeunes hommes et jeunes femmes, entre étudiants et ouvriers, plus rarement entre personnes de générations différentes.

7Fortement marquée par l’irruption du mouvement des femmes, qu’elle a tenté un bref moment d’ignorer, la LCR a été un lieu d’apprentissage pour bien de ses jeunes militants. Au début de son histoire, lieu de tolérance pour les formes de sexualité stigmatisées par la société englobante — les jeunes mâles bénéficiant surtout de cet « adieu aux normes » —, la Ligue devient, non sans difficulté, lieu de respect de la femme et de l’homosexuel(le). Les unes et les autres ayant obtenu le droit de s’organiser à l’intérieur de la Ligue, elles (ou ils) ont pu, dans le contexte favorable des années soixante-dix, modifier les rapports de force, faire reculer le « modèle macho ».

  • 11 Nous avons vu que certain(e)s militant(e)s ont préféré démissionner de l’organisation, plutôt que (...)
  • 12 Ainsi ce jeune traminot toulousain, Guy Frèche, que nous évoquons plus haut.
  • 13 Rh n°1932, 19 juillet 2001, p. 14.

8De même, l’importance accordée au « travail ouvrier » a amené les jeunes militants, parfois étrangers à ce milieu, à étudier avec sérieux l’histoire ou la réalité contemporaine du monde ouvrier. L’établissement en usine a été une pratique rare à la Ligue, malgré les « tournants ouvriers » proclamés11, mais l’intérêt pour le monde du travail et les travailleurs, qu’ils soient urbains ou ruraux, a été constant. De même, les jeunes ouvriers, en adhérant à la Ligue, ont ainsi l’occasion de fréquenter des étudiants. Certains sont conscients de l’enrichissement culturel que cela leur apporte12. Éliane Joly, qui se présente comme communiste révolutionnaire, militante de la CGT, éprouve le besoin, à l’occasion du décès de son mari, Gérard Joly, ancien militant de la Ligue parisien (Manu, parce que manutentionnaire), de remercier la LCR « pour tout ce que vous lui avez donné », et parle des « camarades qui venaient nous enrichir13 ».

9Par contre, du fait d’une pyramide des âges non conforme à celle du pays, la Ligue n’a pu être le terrain de rencontre entre les diverses générations. Les anciens, ou très anciens, très minoritaires, ont été submergés par les baby-boomers, qui les ont parfois regardés avec condescendance.

La Ligue, facteur d’éducation et d’acculturation politique

  • 14 Cette attitude, née au moment de la guerre froide, consiste à soutenir, souvent aveuglément, le ca (...)
  • 15 Courtois (S.), Lazar (M.), op. cit., p. 405, rapport introductif de G. Marchais au XXIIIe Congrès (...)
  • 16 Cette difficulté des trotskystes à se débarrasser de schémas de pensée anciens et rigides était no (...)

10Du fait de sa sensibilité à la « révolution mondiale » et de son affiliation à une Internationale, la Ligue a été pour ses militant(e)s un lieu d’ouverture au monde, et plus particulièrement au Tiers Monde. Elle a été très attentive aux pays en voie de développement, prompte à soutenir les luttes de libération nationale, du Viêtnam à la Nouvelle-Calédonie, y voyant un premier pas vers la libération sociale. Cependant, piégés par le « campisme14 », certains dirigeants — à propos des Khmers rouges —, et même la majorité de l’organisation — à propos de l’intervention soviétique en Afghanistan —, ont fait preuve de cécité. Toutefois, même si, parfois, une décision de l’URSS en politique étrangère a été approuvée, le régime soviétique et ceux des pays de l’Est européen ont été régulièrement critiqués. Se distinguant du Parti communiste, qui persiste à juger « globalement positif » le bilan de ces pays15, les militants de la Ligue — ainsi que leurs devanciers avant Mai 68 — ont pris la défense des dissidents soviétiques et est-européens. Mais, attachée à l’enseignement de Trotsky, dans l’attente de la « révolution politique » dans ces pays, elle a été surprise par l’effondrement brutal de l’URSS et de ses États satellites. Elle n’a pas compris ou pas voulu comprendre — en surestimant constamment les « oppositions de gauche » — que les populations rejetaient non seulement le stalinisme mais, dans un même mouvement, le socialisme, synonyme pour eux d’étatisation, de contrôle insupportable16. De même, à la mort de Franco, la Ligue attendait que l’Espagne entre en révolution, ne comprenant pas que la majorité des Espagnols aspiraient à une transition pacifique vers la démocratie. Cette propension à surestimer le niveau de conscience, la combativité des « masses », a été une constante à la Ligue. Mai 68 a longtemps été pensé comme la « répétition générale » d’une révolution qui ne tarderait pas à surgir et qu’il fallait s’employer à anticiper.

  • 17 C’est avec mépris que Rouge évoque, une seule fois, les cabinets de conseil américains, Mac Kinney (...)
  • 18 Il développe sa pensée sur cette question au cours d’un débat organisé par Le Monde à Paris, le 9 (...)

11L’adhésion à la Ligue est aussi l’occasion de conforter ses détestations, pour l’entreprise, par exemple. Celle-ci n’est jamais considérée de manière positive. Ce n’est pas un lieu de production de richesses, mais seulement une source de profit pour une minorité. Elle ne peut générer que du malheur, déplorables conditions de travail et salaires de misère, licenciements brutaux et autoritarisme patronal17. C’est une divergence majeure qui continue à opposer les militants de la Ligue à ceux du Parti socialiste, notamment à ses « ex-militants », qui l’ont quittée pour ce parti. L’un d’entre eux, H. Weber, pense désormais qu’il est possible de « mettre la force créatrice des entreprises au service du développement politique, économique et culturel18 ». L’État est, lui aussi, malfaisant. La LCR l’accuse d’utiliser la Police et l’Armée, « ses bras armés », pour maintenir un ordre inique, à l’intérieur du pays comme à l’extérieur. En aucun cas ce ne sont des forces de l’ordre, plutôt des instruments de répression au service d’une classe, la bourgeoisie.

12Quant aux grands partis politiques, qu’ils soient de droite ou de gauche, ils sont accusés de partager les mêmes défauts. Ils fonctionnent de manière bureaucratique et sont tout à fait éloignés des préoccupations des citoyens. Mais certaines caractéristiques permettent de distinguer le PS et le PC des autres partis. Leur histoire et leur composition sociale contribuent à maintenir des liens entre eux et la classe ouvrière. Au cours des années soixante-dix, c’est sans hésiter que la Ligue appelle à voter pour eux, fidèle à la tactique trotskyste du Front unique ouvrier. Certes, le goût pour les « coups », les actions minoritaires, est grand dans certains secteurs de la Ligue des années soixante-dix, mais le « substitutisme » — c’est-à-dire l’attitude qui consiste, pour le parti, à agir à la place des « masses » —, est considéré comme un péché majeur. Ce souci a sans doute permis au petit groupe d’éviter les dérives auxquelles ont succombé les militants italiens et allemands des Brigades rouges et de la Fraction armée rouge, ainsi que les militants français d’Action directe.

  • 19 Contrairement au Front national, la LCR n’utilisera pas des formules chocs, comme «l’Établissement (...)
  • 20 Le Monde, 4 novembre 2003, p. 7, «La LCR rénove ses statuts et défie la “gauche libérale” ».
  • 21 Gauchet (M.), « La droite et la gauche », dans Nora (P.), dir., Lieux de Mémoire, t. 2, Paris, Gal (...)

13En effet ces prises de distance à l’égard du « système19 », à la fois économique et politique, n’amènent pas la Ligue à s’en détourner. De 1969 jusqu’à 1981, et au-delà, elle s’efforce avec une grande régularité de participer aux élections. Ce sont plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de militant(e)s, qui se présentent, persistant d’une élection à l’autre, malgré les piètres résultats. La Ligue amène nombre de ses militants ou sympathisants à s’inscrire sur des listes électorales que, spontanément, beaucoup auraient boudé. Les jeunes militant(e)s se sont ainsi familiarisés avec les rites de la démocratie. De même, si, à travers Rouge notamment, les dirigeants se livrent régulièrement à une critique de l’électoralisme, ils ne trouvent aucune excuse au terrorisme en France, et plus généralement en Europe. La discussion sur la dictature du prolétariat les amène même à remettre en question certains aspects du léninisme. Pour éviter la monstrueuse dérive stalinienne, pensent-ils, la démocratie doit régner après la révolution. Récemment, la LCR est allée jusqu’au bout de cette démarche, abandonnant la référence à la « dictature du prolétariat » lors de son XVe congrès20. La Ligue fonctionne en l’occurrence comme facteur d’acculturation à la République. Déjà le Parti socialiste avant 1914, le Parti communiste dans l’entre-deux-guerres, avaient eu ce rôle21. De la même manière, tout en critiquant l’Armée, la Ligue encourage ses jeunes militants à faire leur service militaire, contribuant à les intégrer à une des institutions importantes de la République.

La Ligue, moyen d’accès à la culture et lieu de débats

14Nous avons vu avec quel sérieux et avec quelle régularité ce courant politique s’est appliqué à former ses militants. La formation délivrée dans ses stages ou écoles est classique, pour une organisation se réclamant du marxisme, et d’une étonnante fixité. La presse de la Ligue contribue également à la formation. La rubrique culturelle, notamment, permet un élargissement important de l’horizon de ses lecteurs. Nous ne pouvons pas dire avec certitude si J.-F. Godchau a communiqué sa passion pour la musique classique à beaucoup de ses camarades/lecteurs. En tout cas, il a eu la possibilité de s’exprimer largement dans Rouge, contribuant à prouver que « le grand art » n’était pas le domaine réservé des puissants. De plus, films ou pièces de théâtre, genres musicaux, font l’objet d’appréciations différentes dans la presse de la Ligue. Une telle attitude contribue à familiariser le militant avec le débat d’idées, l’amène à ne pas être terrorisé par la polémique. Quant aux lecteurs, appelés à s’exprimer, notamment pendant la période du quotidien, ils le font volontiers, sur tous les sujets.

  • 22 Comme l’explique P. Lambert à C. Michaloux, Rh n°868, 25-31 mai 1979, p. 29-31, ou comme le rappel (...)
  • 23 C’est le cas de LO, dont G. Ubbiali s’efforce de décrypter le fonctionnement, Cahiers Léon Trotsky (...)

15Enfin, tout au long de la décennie, la Ligue reste fidèle au droit de tendance, s’efforçant d’organiser le débat en son sein, malgré les risques d’éclatement de l’organisation quand des forces étrangères à elle sont tentées d’utiliser ce droit. La Ligue, vue à travers sa presse et ses bulletins intérieurs, donne l’image d’une organisation plurielle, malgré sa petite taille. Le débat, la confrontation des points de vue, y sont permanents, au risque de désorienter certains adhérents à la recherche de certitudes. Mais ces derniers étaient sans doute moins nombreux que les jeunes avides de débat, qui auraient mal supporté le caporalisme. Cette acceptation de la diversité, des débats, distingue la LCR de l’OCI-PT et de LO. Les dirigeants de ces deux dernières organisations, traumatisés par les nombreuses scissions qui ont jalonné l’histoire du trotskysme, ont mis en place des statuts prohibant les tendances22 ou donnant des droits supérieurs à certains militants23.

La Ligue : facteur de désinsertion ou d’intégration sociale pour ses militants ?

  • 24 Dressen (M.), op. cit., p. 147.
  • 25 Sommier (I.), op. cit., p. 130 et sq.
  • 26 Cité par Lindenberg (D.), L’Internationale communiste et l’école de classe, Paris, Maspero, 1972, (...)

16La Ligue a-t-elle constitué pour ses jeunes militants un lieu de passage de l’enfance à l’âge adulte, les a-t-elle aidés à s’insérer dans la société ou les a-t-elle transformés en asociaux ? A priori quand un étudiant adhère à la Ligue, souvent la réussite de ses études n’est plus sa priorité. À défaut de réussir dans la société, certains ont tendance à se satisfaire de leur « réussite » dans l’organisation. N’est-il pas plus valorisant d’être distingué par ses pairs plutôt que par une société dont on refuse les règles ? D’après M. Dressen, cette attitude était fréquente chez les militants maoïstes, pour qui « renoncer à l’horreur de la société globale était un moyen de s’attirer l’honneur d’une communauté particulière24 ». La LCR ne peut-elle également apparaître comme une structure d’accueil pour « intellectuels déclassés » ? C’est l’hypothèse avancée par I. Sommier, à propos de l’ensemble des organisations gauchistes des années soixante-dix, il est vrai25. Selon elle, l’adhésion au groupe gauchiste, pour des « déclassés », permettrait de « rationaliser leur déclassement », justifiant l’échec professionnel par la volonté de servir le peuple. Déjà, en 1895, Kautsky fustigeait les « prolétaires intellectuels », nombreux dans le mouvement social-démocrate, qui avaient tendance « à se servir du mouvement ouvrier pour y trouver un pouvoir politique ou idéologique que la grande bourgeoisie leur refuse dans ses institutions légitimes26 ». À la LCR, un certain nombre d’étudiants prolongés, permanents de fait, trouvent en effet une issue en étant recrutés comme permanents salariés de l’organisation. Mais sa force n’a jamais été suffisante pour que cette solution ne concerne qu’une minorité.

  • 27 APJPS, carton n°IV, CERS n°52, p. 12, 1976. On apprend que la commission existe à Paris depuis 197 (...)
  • 28 M. Zimmermann, né en 1956, militant de la LCR de 1975 à 1981 en Lorraine, interrogé par Kindo (Y.) (...)
  • 29 Dans le bilan de la commission d’embauche parisienne, «les 46 camarades auditionnés» ont été ainsi (...)
  • 30 Fichaut (A.), Sur le pont. Souvenirs d’un ouvrier trotskyste breton, Paris, Syllepse, 2003, p. 72.
  • 31 Vincent (G.), «Être communiste? Une manière d’être», dans Prost (A.), Vincent (G.), dir., Histoire (...)
  • 32 Ibid.

17La Ligue apparaît, pour un nombre plus important de militants, comme facteur d’intégration sociale. Des commissions d’embauche, parisienne et régionale, sont mises en place. Souvent animées par des militants professionnels de l’orientation27, elles sont chargées de diriger les militants chômeurs vers des lieux d’embauche. Bien sûr cet effort est intéressé, l’organisation cherchant à s’implanter dans des usines ou régions qu’elle estime prioritaires. Mais elle s’efforce ainsi de faire comprendre au militant que la situation d’étudiant prolongé n’est pas souhaitable, avec plus de succès sans doute que si pareille admonestation venait de la famille28. Malgré le sérieux avec lequel ces commissions d’embauche semblent procéder29, l’intégration du militant dans l’entreprise n’est pas toujours couronnée de succès. Certaines tentatives d’établissement se terminent très mal, nous l’avons vu, par des suicides. Mais en règle générale, une fois dans l’entreprise, le militant de la Ligue a le souci de s’intégrer, d’obtenir des responsabilités syndicales. Or, pour devenir délégué du personnel, il faut s’efforcer, comme le rappelle A. Fichaut, « d’être irréprochable sur le plan professionnel30 ». De ce point de vue, le comportement souhaité pour le militant de la Ligue ne semble pas éloigné de l’idéal du PC, tel que le décrit G. Vincent : « Le militant doit être excellent professionnel31 ». Mais la similitude s’arrête là. Contrairement au PC, la Ligue ne demande pas au militant « d’être [en plus] bon mari, bon père, bref “normal”, conforme à l’idéal-type issu du judéo-christianisme, conformiste32 ».

De nombreuses passerelles entre la Ligue et la société

18Si les ponts n’ont pas été coupés entre les militants de la Ligue et la société, cela est dû à plusieurs autres facteurs. Tout d’abord, les militants, férus d’histoire, ont compris que, pour avoir quelque chance de s’implanter, ils devaient partir de la réalité du mouvement ouvrier. Ils n’ont pas méprisé le mouvement syndical, loin de là, s’inscrivant dans ce cadre ancien dès après 68. La plupart de ses militants attachent beaucoup d’importance à la survie du droit de tendance dans le syndicat enseignant, la FEN, et s’emploient à le faire vivre. Les minorités critiques déjà existantes, l’École Émancipée et la gauche de la CFDT, sont perçues comme des réalités précieuses. Les militants n’ont donc pas cherché à contourner le mouvement ouvrier traditionnel, mais plutôt à s’inscrire en son sein. Dans ce domaine également, comme dans celui des institutions politiques ou dans l’armée, ils se sont accommodés des réalités existantes, contribuant à tisser un lien supplémentaire les unissant à la société.

  • 33 Si l’on en croit Hamon (H.) et Rotman (P.), Génération, t. 2, Les Années de poudre, p. 502-503, tr (...)
  • 34 Nous pensons à Jacques Pesquet par exemple. Ils perdaient leur habilitation, c’est-à-dire le droit (...)
  • 35 Sans acrimonie, D. Bensaïd note: « Rouge apparaît rétrospectivement (pour le meilleur et pour le p (...)

19Mais cette insertion dans la société a été permise également par l’attitude globalement bienveillante de l’État français vis-à-vis de cette fraction politisée de la jeunesse. Les mises en détention, à la suite du 21 juin 1973 par exemple, ont été de brève durée33, et les peines prononcées à la suite de certaines manifestations violentes, des amendes essentiellement, plutôt bénignes. Mais surtout, l’État n’a jamais fermé ses portes aux militant(e)s désireux de devenir enseignants ou inspecteurs du travail par exemple. Seuls quelques militants, employés du Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA), ont eu des difficultés professionnelles du fait de leur engagement politique34. L’État a plutôt utilisé les compétences des militants, les « parleurs » sont devenus professeurs, les « défenseurs des ouvriers » inspecteurs du travail. Le passage à la Ligue est rarement une impasse. Il apparaît même comme une rampe de lancement pour ceux qui ont exercé leur plume dans ses publications, tellement ils sont nombreux aujourd’hui dans les organes de presse, parfois les plus prestigieux35.

  • 36 Le Monde, 7 novembre 2003, p. 17.
  • 37 Wald (A. M.), op. cit.
  • 38 Il vient de faire l’objet d’un article approfondi: Romano (J.), «J. Burnham en France: l’import­ex (...)
  • 39 Voir par exemple l’étude de Patrick Jarreau, Le Monde, 3 octobre 2002, p. 2. En Allemagne, plu­sie (...)
  • 40 Dans l’entretien qu’il nous a accordé le 19 février 2003, G. H. se décrit, au début de son itinéra (...)

20Pour eux, comme pour les nombreux anciens militants qui exercent des responsabilités au sein du Parti socialiste, le passage à la Ligue a été un temps de formation, même s’ils y sont restés, pour certains, bien au-delà de leur adolescence. Dans sa « Lettre à un jeune militant de la LCR », J. Dray, député du PS, reconnaît que ses années de militantisme à la Ligue, « des années de lectures forcenées et de discussions interminables, ont finalement agi comme un apprentissage nécessaire pour acquérir une certaine solidité dans le combat démocratique36 ». L’adhésion au PS d’anciens militants de la Ligue est d’une certaine manière en cohérence avec leur engagement de jeunesse. Pour éclairer cette évolution, on aurait tendance à reprendre l’analyse d’Alan M. Wald à propos des intellectuels new-yorkais trotskystes des années trente et quarante. Il explique leur « déradicalisation » par leur ascension sociale, d’ » outsiders » ils sont devenus « established », leur changement de statut professionnel expliquant leur renoncement à la révolution37. Cependant, et c’est une différence importante entre les deux groupes de militants, les Français sont restés largement fidèles au camp de la gauche, alors que beaucoup d’intellectuels new-yorkais, James Burnham par exemple38, sont passés du trotskysme au néo-conservatisme39. Rares ont été en France ces itinéraires, du trotskysme à la droite ou à l’extrême droite. Nous avons rencontré un seul cas de ce type, en la personne d’un militant passé de la LCR à l’OCI puis à l’extrême droite. Il revendique clairement une posture protestataire40. Ce cas semble exceptionnel.

La Ligue… phénomène politique durable ?

  • 41 Plus de trente ans après la candidature Krivine aux présidentielles (1969), la LCR vient de réalis (...)
  • 42 Buton (Ph.), Communisme n°69, 2002, «Introduction», p. 3-4.
  • 43 Sylvain Boulouque mène une réflexion intéressante sur cette question, dans Communisme n° 72­73, 20 (...)

21Malgré son habileté dans l’utilisation des médias, malgré son opportunisme aussi dans le domaine électoral41, la Ligue n’a pas réussi à devenir une « partie organique » du mouvement ouvrier français. Jamais, contrairement au PC, ne s’est produit de « synergie entre la colonne vertébrale du parti et ces communautés […] cheminots, ouvriers du textile, travailleurs du bâtiment42 ». Mais, après que le PC ait accédé au gouvernement, dans les années quatre-vingt quatre-vingt-dix, la LCR a rempli une partie de la fonction tribunitienne qui lui est habituellement dévolue. C’est une organisation qu’on écoute, qu’on respecte. Son habileté à sentir l’air du temps lui permet notamment d’exprimer le mécontentement d’une partie de la jeunesse. Mais si la Ligue veut continuer à jouer ce rôle, elle va devoir poursuivre son aggiornamento, s’éloigner encore du schéma bolchevik originel, au risque de perdre une partie de son identité43. C’est sans doute le prix à payer pour s’inscrire durablement dans le champ politique comme force de contestation. Dans un futur plus lointain, elle aura sans doute beaucoup plus de difficulté à devenir force de proposition.

22La Rochelle, le 15 juin 2005.

Notes

1 Or elle n’avait progressé que de 14% entre 1974 et 1976, dans Cahier du Militant, BI mars 1980, 12 p. (APJPS, carton n°V).

2 Ibid.

3 C’est ce que remarque le militant socialiste Gilles Martinet au cours du rassemblement organisé par la LCR à la Porte de Pantin, à Paris, les 27-28 mai 1978, déplorant que, dans un passé récent, «l’antitrotskysme ait été l’antisémitisme du mouvement ouvrier» (Propos rapporté par Rq n°659, 30 mai 1978).

4 Seule exception pour notre période, les élections municipales de 1977, plusieurs organisations d’ex­trême gauche ayant réussi à présenter des listes communes « Pour le Socialisme, le Pouvoir aux tra­vailleurs » (LCR, LO, OCT et OCT, PCR à Vénissieux).

5 Une part du prestige de P. Frank, dans les rangs de la Ligue, est due au fait qu’il ait connu person­nellement Trotsky, un des artisans de cette révolution.

6 Goffman (E.), Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968, notamment p. 82 : « Dans une institution totalitaire, le reclus se voit contraint de soumettre les moindres détails de son activité à la réglementation et au jugement de l’autorité. Sa vie est constamment pénétrée par les interventions coercitives des supérieurs, surtout au début de son séjour, alors que l’obéissance n’est pas encore automatique».

7 Pour reprendre les termes d’Eric Dunning, dans Elias (N.), Dunning (E.), Sport et Civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994, p. 388-389.

8 Ainsi Lydia Anikinow, née en 1952, militante en Lorraine 1976 à 1986, explique à Kindo (Y.), op. cit., vol. 2, p. 47: «Je culpabilisais si je lisais autre chose que des bouquins politiques; cela [le militantisme] m’a un peu coupée du milieu culturel (théâtre)».

9 Hamon (H.), Rotman (P)., Génération, t. 2, Les Années de poudre, p. 493.

10 Nous empruntons cette formule à Kriegel (A.), op. cit.

11 Nous avons vu que certain(e)s militant(e)s ont préféré démissionner de l’organisation, plutôt que de s’engager dans une voie qui leur semblait au-dessus de leurs forces.

12 Ainsi ce jeune traminot toulousain, Guy Frèche, que nous évoquons plus haut.

13 Rh n°1932, 19 juillet 2001, p. 14.

14 Cette attitude, née au moment de la guerre froide, consiste à soutenir, souvent aveuglément, le camp opposé à celui des Américains et de leurs alliés.

15 Courtois (S.), Lazar (M.), op. cit., p. 405, rapport introductif de G. Marchais au XXIIIe Congrès du PC (mai 1979).

16 Cette difficulté des trotskystes à se débarrasser de schémas de pensée anciens et rigides était notée par F. Mitterrand, qui leur reprochait de «vouloir que tout soit cohérent, alors que tout n’est pas cohérent» (Le Monde, 6 décembre 2003, p. 8, qui rapporte les propos de J.-C. Cambadélis).

17 C’est avec mépris que Rouge évoque, une seule fois, les cabinets de conseil américains, Mac Kinney (sans doute Mac Kinsey), « milice patronale en costume-cravate, dont le travail est de miner la conscience de classe, la volonté de lutte » (Rq n°31, 20 avril 1976, p. 7).

18 Il développe sa pensée sur cette question au cours d’un débat organisé par Le Monde à Paris, le 9 février 2004, avec notamment O. Besancenot (Le Monde, 12 février 2004, p. 16-17).

19 Contrairement au Front national, la LCR n’utilisera pas des formules chocs, comme «l’Établissement» ou «La bande des quatre», pour fustiger les partis majoritaires en les amalgamant. Tout au long de la période, l’extrême droite est une des cibles privilégiées de la LCR.

20 Le Monde, 4 novembre 2003, p. 7, «La LCR rénove ses statuts et défie la “gauche libérale” ».

21 Gauchet (M.), « La droite et la gauche », dans Nora (P.), dir., Lieux de Mémoire, t. 2, Paris, Gallimard, coll. «Quarto», p. 2533-2601.

22 Comme l’explique P. Lambert à C. Michaloux, Rh n°868, 25-31 mai 1979, p. 29-31, ou comme le rappelle Stora (B.), op. cit., p. 162.

23 C’est le cas de LO, dont G. Ubbiali s’efforce de décrypter le fonctionnement, Cahiers Léon Trotsky n°79, décembre 2002, p. 55-70.

24 Dressen (M.), op. cit., p. 147.

25 Sommier (I.), op. cit., p. 130 et sq.

26 Cité par Lindenberg (D.), L’Internationale communiste et l’école de classe, Paris, Maspero, 1972, p. 30-31. L’ouvrage de Karl Kautsky s’intitule Socialisme et carrières libérales, 1895.

27 APJPS, carton n°IV, CERS n°52, p. 12, 1976. On apprend que la commission existe à Paris depuis 1972, elle est composée de deux militants de la cellule ANPE. 46 militants auraient été vus au cours des quatre derniers mois. Ce texte manifeste la volonté d’étendre cette infrastructure à toute l’organisation.

28 M. Zimmermann, né en 1956, militant de la LCR de 1975 à 1981 en Lorraine, interrogé par Kindo (Y.), op. cit., vol.2, p. 180, se félicite d’avoir rencontré la Ligue au sortir de l’adolescence. Il venait d’être exclu du lycée Robert Schuman. «Nous étions des agités, des ultra-gauchistes; ça nous a empêché de dériver». M. Zimmermann est conseiller principal d’éducation.

29 Dans le bilan de la commission d’embauche parisienne, «les 46 camarades auditionnés» ont été ainsi orientés : 2 vers la Santé, 3 vers la chimie, 24 vers les banques, la fonction publique, les assu­rances, 17 vers la métallurgie (dont beaucoup vers des métiers de cadres). Il est vrai que 31 avaient le niveau Bac ou au-dessus, 8 un CAP et 7 le BEPC. Ces orientations se font après discussion et tiennent compte des souhaits des intéressés, tout autant que des intérêts de l’organisation.

30 Fichaut (A.), Sur le pont. Souvenirs d’un ouvrier trotskyste breton, Paris, Syllepse, 2003, p. 72.

31 Vincent (G.), «Être communiste? Une manière d’être», dans Prost (A.), Vincent (G.), dir., Histoire de la vie privée, t. 5, De la première guerre mondiale à nos jours, Paris, Seuil, 1999, p. 383-410.

32 Ibid.

33 Si l’on en croit Hamon (H.) et Rotman (P.), Génération, t. 2, Les Années de poudre, p. 502-503, trois ministres s’opposèrent, en Conseil des ministres, à la dissolution de la LC (J. Taittinger, Garde des Sceaux, O. Guichard et B. Stasi).

34 Nous pensons à Jacques Pesquet par exemple. Ils perdaient leur habilitation, c’est-à-dire le droit de circuler sur leur lieu de travail, ce qui équivalait à un licenciement de fait.

35 Sans acrimonie, D. Bensaïd note: « Rouge apparaît rétrospectivement (pour le meilleur et pour le pire?) comme une pépinière de journalistes, capable de rivaliser avec les écoles professionnelles de la corporation: Bernard Guetta, Patrick Rotman, M. Field, D. Pouchin, E. Plenel et bien d’autres de moindre notoriété y ont écrit leurs premiers articles» (Rouge n°2000, hors-série, 16 janvier 2003).

36 Le Monde, 7 novembre 2003, p. 17.

37 Wald (A. M.), op. cit.

38 Il vient de faire l’objet d’un article approfondi: Romano (J.), «J. Burnham en France: l’import­export de la “Révolution managériale” après 1945», Revue française de Science politique, vol. 53/2, avril 2003, p. 257-275.

39 Voir par exemple l’étude de Patrick Jarreau, Le Monde, 3 octobre 2002, p. 2. En Allemagne, plu­sieurs anciens soixante-huitards, proches de R. Dutschke, sont passés de l’extrême gauche à l’ex­trême droite (Lucas Delattre, «L’étrange parcours des nouveaux penseurs de l’extrême droite», Le Monde, 2 septembre 1999).

40 Dans l’entretien qu’il nous a accordé le 19 février 2003, G. H. se décrit, au début de son itinéraire politique, comme désireux de «faire du bordel. Je voulais leur faire payer!», sans expliquer trop quoi, ni à qui.

41 Plus de trente ans après la candidature Krivine aux présidentielles (1969), la LCR vient de réaliser une excellente opération avec la candidature Besancenot.

42 Buton (Ph.), Communisme n°69, 2002, «Introduction», p. 3-4.

43 Sylvain Boulouque mène une réflexion intéressante sur cette question, dans Communisme n° 72­73, 2002-2003, « Mémoires, histoires et actualités de la radicalité de gauche en politique », p.183-

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540