Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Troisième partie. Une culture politique éclectique

Chapitre IX. L’impossible greffe du bolchevisme

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

  • 1 Cannon (J.), L’Histoire du trotskysme américain, 1928-1938, New York, Pathfinder, 2002, p. 281.

1Confrontés à l’hétérogénéité de la LCR, et aussi à la grande jeunesse d’une majorité de ses membres, les dirigeants ont multiplié les efforts afin d’en modifier les mœurs. C’est la bataille dite du « front interne ». Les dirigeants de la LCR reprenant à leur compte l’héritage léniniste, préservé par une poignée de révolutionnaires, tentent de transformer les nouveaux adhérents en militants bolcheviks. Car, comme l’écrit le dirigeant trotskyste américain James P. Cannon, « personne ne naît bolchevique, il faut l’apprendre1 ».

2Comment vont réagir ces jeunes gens, de niveau intellectuel en moyenne élevé, fils et filles de la société hédoniste des Trente Glorieuses, à cette tentative de les faire entrer dans un cadre ancien ?

Malaise précoce dans l’organisation

À la Ligue, « fais ce qu’il te plaît ? »

  • 2 Pour un portrait de Pierre Frank. Écrits et témoignages, Paris, La Brèche, 1985, p. 74.
  • 3 Van Heijenoort (J.), Sept ans auprès de Léon Trotsky, Paris, Lettres nouvelles/Maurice Nadeau, 197 (...)
  • 4 APJPS, carton n°2, circulaire du BP, 26 avril 1973, 2 p. ron.

3A. Krivine a eu un premier contact plutôt déroutant avec P. Frank. Alors que l’activité déployée par le premier dans l’UEC lui a permis d’obtenir une certaine notoriété, P. Frank l’accueille par ces mots : « Salut ! Ah, c’est toi Krivine ! Tiens, tu peux nous aider à agrafer ces brochures2 ». Rigueur organisationnelle, planification de son temps, refus de l’arrivisme, sont quelques-unes des vertus du militant révolutionnaire pratiquées par Frank, explique Krivine, impressionné. Trotsky n’aimait pas beaucoup non plus la perte de temps, le laisser-aller. L’organisation du travail et de la vie quotidienne dans ses divers refuges, de Prinkipo à Coyoacán, est toute militaire3. Les anciens ont manifestement du mal à transmettre cette partie de l’héritage à leurs jeunes camarades. Tout d’abord la ponctualité n’est pas la qualité première de ces derniers. Devant les nombreuses absences non excusées des membres du CC, le BP se décide à publier dans l’organisation les noms des absents. Il n’a pas apprécié que certains aient fait passer leurs vacances avant le stage du CC prévu à Pâques 19734.

  • 5 Article paru dans le mensuel du CERES destiné à l’Université, Le Crayon entre les dents, cité par (...)
  • 6 Cannon (J.), op. cit., p. 133.

4Par ailleurs, comme l’écrivent les journalistes du Monde à propos d’Alain Laffont, rares sont les militants de la Ligue à donner de l’importance à leur « vêture », à leur aspect extérieur, plus généralement. Les barbus, les chevelus y sont nombreux, et la parka vert olive bien portée. Mais écrire, comme ce militant du CERES, qu’on peut imaginer a priori critique, « L’aspect physique [du militant de la Ligue] est caractéristique. Le cheveu long, un blouson de cuir et des bottes, un jean délavé », est sans doute exagéré, comme toute schématisation5. Ainsi, Krivine apparaît cravaté lors de la campagne pour les présidentielles en 1969, ce qui lui vaut le surnom peu amène de « Krivine la Kravate » dans les milieux gauchistes. Puis, dans les années qui suivent, il se rapproche, par son aspect extérieur, de l’image stéréotypée du gauchiste. La direction de la Ligue n’intervient pas dans ce domaine, même si sans doute certains anciens sont d’accord avec J. Cannon sur le fait que « des types de ce genre — un militant qui sillonne Greenwich Village avec un costume de velours côtelé, une moustache postiche et des cheveux longs — ne conviendront pas pour approcher le travailleur américain ordinaire6 ». À la Ligue prévaut plutôt la variété, sur cette question ; les militant(e)s se distinguent peu de leurs jeunes contemporain(e)s.

  • 7 APJPS, carton n°II, BHS n°50, mai 1973, « Militer autrement ».
  • 8 Ibid.
  • 9 APGF, lettre de J.-R. Chauvin à ses camarades, Paris, 22 novembre 1975, 6 p. dact.

5S’ils accordent en général peu d’attention à leur aspect extérieur, les militant(e)s se soucient moins encore des locaux de leur organisation. Un texte interne dénonce « une véritable tradition de laisser-aller organisationnel7 ». Au cours des élections législatives de mars 1973, « l’anarchie fut spectaculaire, le local transformé en “îlot insalubre”, le matériel gaspillé, le pillage organisé (au profit de sa cellule)8 ». Le « vieux » trotskyste J.-R. Chauvin fait part de son exaspération. Ne parvenant pas à récupérer un texte qu’il a remis quelques mois plus tôt, il parle du « caravansérail-Guéménée » et imagine « qu’il s’est perdu sous le crottin de chameaux — de chameaux de cirque qui tournent en rond — pas de ceux qui traversent le désert9 ».

  • 10 APGF, Cahier op. cit. Bilan du stage 5. Ballanda était militant de la section 14/15 de Paris qui c (...)

6Si certains militants responsables, comme le permanent de Rouen (Jean-Claude Laumonier), s’emploient à corriger ces défauts, d’autres semblent les aggraver par leur comportement. Ainsi, au cours d’un des stages de formation de l’été 1971, c’est un membre du CC, Ballanda, qui, à la tête d’un « véritable clan » de Parisiens, mène le chahut. Ils semblent s’être comportés vis-à-vis des animateurs militants comme ils l’auraient fait à l’égard de leurs « maîtres bourgeois ». L’auteur du compte rendu de stage n’a pas de mots assez durs pour dénoncer ce comportement, qu’il qualifie « d’aristocratique10 ». Une partie importante des militants de la Ligue — beaucoup sont étudiants — sont manifestement très éloignés de l’habitus du militant ouvrier traditionnel. Leur manière de se comporter, de s’habiller même, va rendre bien difficile la conquête de la « classe ouvrière ».

Des inégalités entre militant(e)s face aux vacances

  • 11 Ces exemples proviennent de Rouen. À la veille de l’été 1970, les militants ont dû remplir un ques (...)

7On a vu la direction de l’organisation soucieuse, très tôt, de faire en sorte que la durée des vacances militantes ne coïncide pas avec celle des vacances universitaires. La règle est de quatre semaines, que chacun passe comme il l’entend. Assez souvent, les militants étudiants travaillent, et sur ce point ils se distinguent assez peu de leurs contemporains de même condition sociale. À Rouen, ils sont moniteur de colonie de vacances, gardienne de golf, serveuse dans un restaurant ; d’autres travaillent en entreprise, aux PTT ou à Saint-Gobain11. Mais, Martel, médecin rouennais, passe son mois de vacances au Pérou, Carlos lui aussi médecin, secrétaire de sa cellule, en Italie du Sud. Ainsi, si l’organisation réussit à faire contribuer financièrement davantage les hauts salaires, par son système de cotisations progressives, elle ne contrôle pas l’utilisation que font les militants de ce temps libre que sont les vacances. Et on peut penser que si elle avait voulu le faire, elle aurait rencontré des résistances. Le questionnaire rouennais demandait aux militants de donner leur adresse de vacances. Certains refusent, avouant leur lassitude. Ainsi Varlin, pourtant secrétaire de la cellule Liebknecht, parlant de lui à la troisième personne, affirme non sans irrévérence :

  • 12 Ibid.

Le camarade Varlin part en août sans adresse précise… il sera impossible de joindre le camarade, à moins de se doter d’une pastille radioactive et d’un compteur Geiger12.

  • 13 Rh n° 1507, 30 juillet-3 septembre 1992.
  • 14 Rq n°705, 24 juillet 1978.

8Ce problème des vacances semble aigu. Après avoir consacré beaucoup de leur temps et de leur argent à l’organisation, des militant(e)s sont sans projet (et sans ressources) au début de l’été. Certains réussissent à s’organiser collectivement, entreprenant de longs voyages. On en a un écho quand ils sont interrompus par un accident, comme ce voyage en Turquie, au cours de l’été 1992, auquel participaient des militant(e)s ou ancien(ne)s militant(e)s, Gabriel Culioli, sa compagne Nadine Richet (Katia) et leur fille Sandra, Anne Krumnow et son bébé Jordi, Alain Rhodes et Régine13. Mais certains ne parviennent pas à s’agréger à un groupe. C’est le cas de Nicky, une jeune femme de 35 ans, qui laisse éclater sa colère, en juillet 1978, doutant que « Rouge soit une grande famille14 ». Se retrouvant sans projet, elle dit s’être heurtée « à l’indifférence générale, à l’individualisme, à des réflexions paternalistes, culpabilisantes, voire méprisantes ». Ce refus, ou cette incapacité, de l’organisation à intervenir sur tous les aspects de la vie des militant(e)s, ne permet pas de corriger les inégalités issues de situations sociales différentes. Mais en même temps, cela permet de distinguer la LCR d’une secte, dont la vie et les ressources des membres sont totalement contrôlées.

La sélection des militants : la discussion sur le cas Volna. L’exception ou la règle ?

  • 15 APJPS, carton n°27, « LaRochelle Vie interne », environ 1975, 6 p.
  • 16 Ibid.
  • 17 APGF, carton n°7, compte rendu de la DV de Clermont-Ferrand, sans date, hypothèse fin 1973, 5 p.

9Si l’organisation s’interdit d’agir sur le temps de vacances du militant, tout comme elle ne cherche pas à ce qu’il se conforme à un modèle sur le plan vestimentaire ou sur le plan physique, par contre, il n’est pas question de baisser la garde en matière de recrutement. Entrer à la Ligue se mérite. Ce sympathisant de La Rochelle en est conscient, aussi il dépose une demande de « stagiairisation » (sic) en bonne et due forme15. Conscient du handicap que constitue pour lui son statut de chômeur, il tente de convaincre ses futurs camarades en faisant état de ses lectures, de « ses travaux théoriques en cours ». Il joint à sa demande un essai d’article retraçant l’histoire de la Révolution russe et de sa dégénérescence16. Dans un texte interne de Clermont-Ferrand, le groupe taupe rouge est décrit comme « le purgatoire avant l’entrée au paradis de l’organisation17 ». Cette phrase, qui se veut humoristique, décrit assez bien l’état d’esprit du sympathisant chômeur de La Rochelle.

  • 18 Piter, pseudonyme de Patrick Huleux, est MI-SE dans un CET. Il venait lui-même d’être titularisé l (...)

10Une fois à l’intérieur de l’organisation, le nouveau militant, stagiaire, n’est pas au bout de ses peines. Il ne sera titularisé par ses camarades de cellule qu’après quelques semaines voire quelques mois d’observation. Jusqu’alors, il milite, cotise, se forme, mais le vote qu’il émet lors des débats préparatoires aux congrès n’est qu’indicatif. On considère que sa formation, encore insuffisante, ne le rend pas capable d’un total discernement. Parfois, la titularisation s’apparente à un véritable parcours du combattant. C’est ce qui est arrivé à Volna, jeune militant havrais, au début des années soixante-dix. Piter, pourtant adhérent récent, mène la charge18. « Il a du mal, dit-il de Volna, à vendre Rouge en public, chaque distribution de tracts est pour lui une mortification ». En plus, Volna, qui est coursier, « n’a jamais fait d’exposé tant soit peu correct », il n’a donc pas les connaissances marxistes de base, il ne sait pas organiser les sympathisants sur son lieu de travail (« quid de la réunion des jeunes quincailliers qui devait avoir lieu ? », déplore Piter), et enfin « il passe trop de temps au bar de la Maison de la Culture avec la faune qui l’entoure » ; « sa vie privée n’est pas celle que l’on peut attendre d’un militant révolutionnaire ».

  • 19 APJPS, carton n° 21, « Le Havre Vie interne ». Motion Paul Lafargue, débat de la DV sur le cas Vol (...)
  • 20 Entretien avec J.-Ph. Ternon à Toulouse, le 24 janvier 2003. En 1972, il était membre de la DV du (...)

11Certes la position de Piter est minoritaire. Non seulement il prône l’exclusion, mais de plus il souhaite que l’organisation le contrôle une fois redevenu sympathisant. La DV ne le suivra pas totalement. Volna n’est pas titularisé, et comme on arrive au bout des 18 mois statutaires de stage, la DV se rallie par 4 voix pour, 1 contre, 1 abstention, à la proposition de la cellule de Volna (Paul Lafargue) pour demander au CC de prolonger son stage19. Trente après, J.-Ph. Ternon explique cette hésitation à titulariser Volna par la précarité de sa situation. Il vivait dans un foyer où se posaient des problèmes de drogue, ce qui risquait de faciliter la pénétration de l’organisation par la police20. Certains militants apprennent vite les principes du bolchevisme ou en tout cas ceux qu’ils prennent pour tels. D’autres sources semblent montrer qu’une telle rigueur n’est pas exceptionnelle, même si les modalités diffèrent. Un dirigeant national, membre du BP, Puech (Antoine Artous), n’écrit-il pas le 19 décembre 1974 :

  • 21 APJPS, carton n°III, CRS n°5, 19 décembre 1974.

Il faut devenir sérieux sur la question du recrutement, un camarade peut très bien redevenir sympathisant après avoir été stagiaire. Cela veut dire qu’on ne peut plus accepter dans le parti des camarades dont on ne sait pas très bien ce qu’ils font ou qui militent quand ils y prennent du plaisir21.

  • 22 Paru dans la revue Recherches n°14, janvier 1974, puis dans la collection 10/18 en 1976.
  • 23 Crit. co. n°1, avril-mai 1975 : P. Péju, A. Brossat, « Un apolitisme nommé Désir », p. 75-87.

12C’est cette conception, ancienne, de la « vertu militante », avec ses qualités nécessaires (dévouement, discipline, honnêteté…) que François Fourquet, lui-même ancien militant de la JCR, trouve attristante dans son livre L’Idéal historique22. Ses idées sont partagées par Deleuze, Guattari, Lyotard, les idéologues du désir, qui remettent en cause le type de militantisme traditionnel, générateur de bien des frustrations, parlant « d’idéal militant/limitant ». P. Péju et A. Brossat brocardent ces intellectuels, autrefois radicaux, « qui se mettent à cavaler aux basques de leur libido » et « qui nous invitent à la danse plutôt qu’à l’effort et au sacrifice23 ». Tous les « enfants de Mai 68 » n’ont pas tiré la même leçon des événements. La fraction, minoritaire, à laquelle nous nous intéressons, a vu sa croyance en la révolution renforcée. Elle s’y est préparée en s’inspirant de la Révolution russe.

La crise du militantisme : les démissions.

  • 24 APJPS, carton n°II, BHS n°50, mai 1973, « Les indices du malaise », p. 19-21.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid., p. 21-26.
  • 27 Cermtri, VMK, texte interne, « La mutation ou la mort », 8 mars 1976, 24 p.

13Cependant, une partie importante des militant(e)s se révèle incapable de se soumettre à ce modèle. La distance entre les exigences de la direction de l’organisation et les caractéristiques de son vivier militant entraîne une crise du militantisme, diagnostiquée très tôt. L’auteur du texte « Les indices du malaise », daté du 8 janvier 197324, constate qu’entre le IIe (mai 1971) et le IIIe congrès (décembre 1972) de la Ligue communiste, 500 militant(e)s l’ont quittée, départs compensés il est vrai par 800 adhésions. Mais ce qui est inquiétant, c’est que ces départs « affectent des noyaux militants faisant parie de l’ossature de l’organisation25 », c’est-à-dire sans doute les anciens de la JCR. Un autre texte interne d’avril 1973, « Militer autrement26 », parle « d’organisation passoire », expression reprise en 1976 par Anna, Betsheva, Jérôme, militants rouennais27.

La crise n’épargne aucune ville ou section

  • 28 APGF, carton n°4, Marseille, texte de la T2, « Appel à tendance », 30 août 1976, 5 p. ron.
  • 29 APGF, carton n°7, lettre de Watermann (ex-Frédéric) à Matti, Montluçon, le 20 mars 1978.
  • 30 « L’organisation m’apporte plus de tracas que d’avantages dans mon travail de masse », aurait dit (...)
  • 31 APGF, carton n° 3, Lecaillon et al., « Contribution pour le débat régional », octobre 1977, 5 p.
  • 32 APGF, carton n° 4, Bulletin de sociologie montpelliéraine n°8, tendance Sigma, « Parler de l’organ (...)

14À Marseille une vingtaine de militant(e)s, sur une centaine, quittent la Ligue au cours de l’année 1975-76, notamment « cinq camarades femmes, piliers de notre intervention28 ». À Clermont-Ferrand, la démission de Loris, « copain irréprochable, du premier noyau Comité rouge, il y a dix ans », atteint d’autant plus le moral de Watermann, que c’est, dans cette ville, le cinquième départ depuis le début de l’année29. Des militants de Grenoble se désolent, car l’organisation ne parvient pas à intégrer les cadres ouvriers : « Ils se sentent mieux à l’extérieur quand ils ont démissionné, ou refusent d’intégrer30 ». En Bretagne, la crise a frappé Rennes au cours de l’année 1973-74, avec la démission des deux camarades du CC31. La section de Montpellier, qui semble avoir mieux résisté que d’autres, stagne pourtant numériquement en 1977-78. Les tâches centrales sont négligées, les militants se replient sur le travail syndical32.

15De partout proviennent des échos semblables. La Ligue a cessé de voir le nombre de ses militants augmenter avant même la dissolution de 1973. Elle continue à recruter mais simultanément elle perd, par démission, de nombreux militants, victime d’un extraordinaire turn over.

Un nouveau contexte politique

  • 33 « Les indices du malaise », op. cit.
  • 34 APJPS, carton n°III, CRS n°34, après juin 1975 : Puech, « Militantisme, vie quotidienne, morale ré (...)
  • 35 Ibid., VMK, texte Damien, Delavigne…, op. cit.
  • 36 Ibid., VMK, texte Anna, Betsheva, Jérôme, op. cit., mars 1976.

16Dans les textes préparatoires aux congrès, les militants s’interrogent sur les raisons de ce qu’ils s’accordent tous à appeler la crise. Ils notent tout d’abord un changement de contexte politique. Avec la constitution de l’Union de la gauche, les partis de la gauche classique semblent désormais offrir un débouché politique, pensent les militants : « nous collons moins bien à la situation33 ». Après Mai 68, « nous faisions l’événement et on se retrouvait quasi quotidiennement dans les colonnes du Monde. La politique c’était les drapeaux rouges claquant au vent34 ». L’intervention traditionnelle qui consistait en des initiatives centrales, en une intervention propagandiste, était valorisante et finalement plutôt facile. Ce type de militantisme a entraîné l’émergence d’un type particulier de militant : « l’étudiant libre, sans enfant, sans travail de masse important dans son milieu », toujours disponible pour les initiatives centrales, voire ces « coups », ces actions spectaculaires « ayant un caractère substitutiste par rapport au mouvement de masse », contre la CFT à Citroën ou contre Ordre nouveau le 21 juin 197335. Dans certains textes apparaît même une autocritique : « nous avons sacrifié une génération de militants, écartelés par les fameux ciseaux, d’un côté nos forces, faibles, de l’autre, nos tâches démesurées36 ».

Une explication sociologique

  • 37 « Les indices du malaise », op. cit.
  • 38 APJPS, carton n°III, CRS n°6, texte majoritaire 1974.

17Or, les étudiants vieillissent. En 1973, « l’assiette de l’organisation repose dans une proportion importante sur des camarades étudiants qui atteignent entre 24 et 27 ans37 ». Beaucoup sont au chômage, font des « petits boulots » ou sont Maîtres Auxiliaires (MA) dans l’Éducation nationale. De plus, pour beaucoup de militants, l’arrivée des enfants impose une difficile gymnastique. Enfin, malgré la volonté de donner la priorité au « travail ouvrier », la Ligue a du mal à recruter des militants ouvriers, encore plus de mal à les stabiliser et à leur donner une place politique38 :

  • 39 « Militer autrement », op. cit.

Les travailleurs qui nous ont rejoint dans leur grande masse sont des jeunes sans grande expérience syndicale et peu reconnus dans leur entreprise39.

18La génération des pionniers s’épuise donc, et le type d’organisation qu’ils ont construite, ne permet pas, du fait de ses rythmes, de sa « culture », aux militants ouvriers de s’y sentir bien.

Une certaine conception des rapports cadres-militants

19En même temps qu’ils décrivent les effets de la crise, les militants qui s’expriment sur le sujet nous renseignent sur les mœurs du petit groupe militant. De nombreux textes dénoncent l’absence de fraternité entre militants :

  • 40 Texte T2, Marseille, op. cit

Les rapports cadre-militant n’ont souvent rien à envier aux rapports hiérarchiques bourgeois, écrit ce militant marseillais. La prise de parole est moyen d’affirmation, de domination sur les autres camarades40.

  • 41 . Crit. co. n°2, juin-juillet 1975 : Michel, « Ligue et désir ou les incitations de la Ligue au sui (...)

20Pour Michel, de Besançon, les rapports entre dirigeants et exécutants, c’est ainsi qu’il parle, ne sont pas non plus ce qu’ils devraient être41. Mais c’est Ferré, de Montpellier, qui utilise les mots les plus durs, pour fustiger cette séparation entre la base et la direction de l’organisation :

  • 42 APGF, carton n°4, dans Bulletin de sociologie montpelliéraine n°10, mars 1978, texte de Ferré, « L (...)

Il existe dans l’organisation une catégorie de militants — une race des Seigneurs [sic] — qui peuvent continuer à échanger en dehors des périodes de congrès, ce sont les membres du CC42.

  • 43 Verla, « Féminisme, Famille, Sexualité », Crit. co. n°4, décembre 1975-janvier 1976, p. 75.

21Confirmant le constat du Montpelliérain, dans un texte public, Verla dénonce un « climat de suffisance » instauré par certains. Nous n’avons pas tous eu, poursuit-elle, « les mêmes conditions de départ, la même formation, les mêmes tâches familiales », aussi tant qu’on n’aura pas pris conscience des problèmes posés par ces inégalités, « les rapports de domination, d’oppression » existeront aussi dans l’organisation43.

  • 44 Ces chiffres sont extraits des BI de Lyon, CRS (APGF, carton n°6). Avec le recul G. Filoche semble (...)

22La section de Lyon a été ravagée pendant des années par la mésentente entre les dirigeants proches de la majorité, Cardi et Martin d’une part, et Griot, un des dirigeants de la T1. En 1977, la section enregistre 40 démissions sur un effectif total de 72 militants. En 1978 une dizaine de militants nouveaux adhèrent, ce gain étant loin de compenser les départs de l’année précédente44.

La persistance du chauvinisme mâle

  • 45 « Militer autrement », op. cit.
  • 46 CRS n° 34, op. cit.
  • 47 Ibid.

23Un autre mal contribue à affaiblir l’organisation, ce sont les rapports hommes-femmes. Certes il n’est pas question d’imposer de normes en matière de sexualité, mais, reconnaît un dirigeant, « les rapports entre militants et militantes ne sont pas toujours empreints de “morale révolutionnaire”45 ». Puech précise même qu’une certaine conception de la transformation des rapports sexuels inspirée de Reich « renforçait la domination des mecs46 ». Or, même s’il ne s’agit pas de sombrer dans « le moralisme petit-bourgeois de LO », il faut montrer que « dans la construction de l’organisation balbutient les nouveaux rapports que nous voulons construire », fort éloignés de « l’existentialo-libertarisme à la mode47 ».

24Cette difficulté pour les militantes à vivre dans une organisation au « bolchevisme bien rudimentaire » (Puech) est illustrée par une affaire très grave concernant un militant de la cellule Lettres de Jussieu (Paris 7). Après enquête de la Commission centrale de contrôle, le CC a la conviction que l’accusation de viol portée contre ce militant est justifiée. Il demande donc à sa cellule de l’exclure de la Ligue. La cellule, qui ne nie pas les faits reprochés au camarade, s’est contentée de le muter ; elle veut bien reconsidérer sa position, mais vote la sanction la moins grave prévue par les statuts, le blâme. Sur un effectif de 12 militants, 5 votent le blâme, 4 la rétrogradation (au rang de stagiaire), 1 l’exclusion, enfin un stagiaire vote le blâme, l’autre la rétrogradation. Cette étrange mansuétude est justifiée ainsi par la cellule :

  • 48 APGF, carton n°10, lettre man. de la cellule Lettres-Paris 7 au CC, 25 juin 1974. J.-M. Mension, m (...)

La faute a été commise à un moment où la compréhension de l’organisation sur le sujet, sans être pour autant correcte, était en-deça de notre compréhension d’aujourd’hui, cette dernière étant en-deça de notre compréhension future48.

  • 49 Sand était le pseudonyme de la militante, rouennaise, qui avait défendu cette proposition, intégré (...)
  • 50 Rq n°786, 28-29 octobre 1978, p. 2, courrier des lecteurs. Le militant, jeune ouvrier, ancien élèv (...)
  • 51 Rq n° 449, 14 septembre 1977, p. 13.
  • 52 Rq n° 446, 10-11 septembre 1977, p. 2. Lettre d’E. B., sympathisant et réponse de S. T.

25Quelques années plus tard, le rapport de forces entre hommes et femmes semble s’être renversé à la Ligue. À l’issue du Ier congrès (1974), les militantes ont obtenu le droit de se réunir en groupes non-mixtes à l’intérieur de la Ligue, les groupes Sand, pour mieux se défendre de la phallocratie49. Bien que peu conforme à la tradition bolchevique, cette innovation leur a permis de compter davantage, de faire reculer enfin les attitudes les plus « machistes ». Ainsi, un nouveau militant, seul ouvrier de sa cellule, travaillant à la chaîne, se plaint d’avoir été blâmé pour phallocratie. Il avait demandé à une sympathisante si elle était gratuite, comme l’eau du robinet. Nous sommes en 197850. Un militant du groupe taupe de Carcassonne, ouvrier agricole, se plaint lui aussi de se faire traiter de phallocrate, « pour de petits détails », et il conseille : « Commencez d’abord par nous accepter tels que nous sommes et faites en premier les concessions nécessaires en nous éduquant progressivement51 ». C’est sans aménité que Suzanne Triton répond à une lettre de tonalité voisine envoyée par un sympathisant, E. B., qui regrette que « les femmes sensibilisées à leur oppression exercent sur les militants d’extrême gauche un terrorisme intellectuel ». Elle lui reproche le ton de sa lettre, que « l’orgueil d’un mâle bafoué » ne peut excuser52.

  • 53 La plus étonnante, par sa naïveté, a été envoyée par Jérémie, militant LCR, à S., sa compagne, qui (...)

26L’irruption du mouvement des femmes a des conséquences considérables à la Ligue. Pas plus que dans la société, les femmes ne se résignent désormais à être dans les rangs de la Ligue des individus de seconde zone. Plusieurs lettres publiées dans Rouge témoignent du désarroi des militants confrontés à des critiques imprévues, provenant de l’intérieur de leur propre organisation53.

Les abandons définitifs, les suicides

  • 54 Baudelot (Ch.), Establet (R.), Durkheim et le suicide, Paris, PUF, 1984, p. 103. « Il est difficil (...)
  • 55 Durkheim (E.), Le Suicide, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1999, p.403. Première édition : 1897.

27Un certain nombre de militantes ou de militants sont allés très loin, jus-qu’au suicide, pour manifester leur mal être. Il n’est bien évidemment pas question d’imputer à la seule Ligue ces morts violentes. Le contexte général, la période, sont à prendre en compte pour tenter d’expliquer la désespérance d’une partie de la jeunesse. Christian Baudelot et Roger Establet observent une augmentation du nombre des suicides à partir de 1973, pour les moins de 54 ans54. Dans son ouvrage célèbre, Le Suicide, Émile Durkheim notait l’influence des crises politiques sur le nombre des suicides au xixe siècle, en France. Alors qu’elle avait baissé au moment de la révolution de 1830, la courbe des suicides reprend un mouvement ascendant très important, à partir de 183455.

Tableau n°15 : Suicides de militant(e)s

Tableau n°15 : Suicides de militant(e)s
  • 56 Crit. co. n°11-12, décembre 1976-janvier 1977, « Militantisme et vie quotidienne », M. Lequenne, « (...)
  • 57 Rh n° 1026, 23 juillet-26 août 1982, Entretien avec R. Goupil à l’occasion de la sortie de son fil (...)
  • 58 J.-P. Debourdeau a attiré notre attention sur ce cas.

28Il n’en reste pas moins vrai que le milieu gauchiste est très concerné, « une vague de suicides ravage la jeunesse gauchiste », observe M. Lequenne au milieu des années soixante-dix56. M. Recanati, membre du BP, décide de mettre fin à ses jours en 1978. Il avait peu à peu pris ses distances avec l’organisation. Toutefois, même son plus proche ami, R. Goupil, qui lui consacrera un film, Mourir à trente ans, est incapable d’expliquer son geste57. Au cours des années soixante-dix et quatre-vingt, nous avons comptabilisé une vingtaine de suicides de militant(e)s. On ne peut bien évidemment pas tous les mettre sur le même plan. J.-Cl. Bouyer, militant aguerri, se donne la mort à 60 ans, pour abréger les souffrances dues à une grave maladie. Les jeunes expliquent rarement leur geste, comme c’est le cas pour Laurent Gély, lycéen de 17 ans, ou Anne (Lorene), qui terminait ses études d’architecture à Versailles. Mais Sébastien Poinsot, de Dijon, écrit dans une lettre à ses parents qu’il ne se sentait plus la force de vivre dans cette société58. En même temps qu’ils annoncent ces morts dans Rouge, en forme de dernier hommage, les camarades des militants désespérés n’expliquent ces gestes que de manière partielle. Ainsi, notre entretien avec G. H. nous a permis d’apprendre que le suicide de Ph. Marchau n’était pas dû seulement aux persécutions de l’entreprise Peugeot. Ses problèmes sentimentaux ont joué aussi un rôle important.

  • 59 Crit. co. n° 2, juin-juillet 1975, p. 70-74.
  • 60 Ibid.
  • 61 Crit. co. n°4, décembre 1975-janvier 1976 : M. Péret, « Nous n’oublierons pas », p. 107-109.
  • 62 La phrase est de D. Avenas, dans « L’idéal Limitant ? », Crit. co. n° 2, juin-juillet 1975, p. 75- (...)

29Cependant, dans un cas au moins, le suicide de Michel Hascouet, la Ligue ne se décharge pas de toute responsabilité sur autrui, la société ou le patronat. Quelques semaines avant son geste, M. Hascouet a fait paraître dans Critique communiste un article au titre prémonitoire, « Ligue et désir ou les incitations de la Ligue au suicide59 ». Ayant démissionné en 1971, mais toujours très lié à ses camarades, il leur reproche leur insensibilité, leur absence de compréhension pour sa maladie, critiquant explicitement « la manière dont la Ligue ressent les camarades qui l’ont quittée pour raisons personnelles et sont entrés en analyse60 ». Dans un article nécrologique intitulé « Nous n’oublierons pas », M. Péret reconnaît que « l’organisation dans laquelle Michel se reconnaissait, la LCR, ne lui a pas permis de passer un cap : par ignorance, par non disponibilité due à la surcharge des tâches militantes, mais peut-être aussi parce qu’imprégnés par l’idéologie dominante, nous continuons à diviser sujet public/sujet privé61 ». Lui et d’autres reconnaissent qu’il est temps « d’inventer la “nouvelle formule” du militant révolutionnaire62 ».

Tentatives de réponse à la crise du militantisme

30Confrontée à ces gestes de désespoir et à ces départs sans désaccords politiques, l’organisation nationale poursuit le débat avec les sympathisants par le biais de ses publications.

Des réponses classiques

  • 63 Rh n° 296, 19 avril 1975, p. 2.
  • 64 Ibid.
  • 65 Graal, dans son texte pour le congrès de Pâques 1976 (op. cit.), reconnaît que c’est un progrès, e (...)

31La lettre d’un militant ouvrier rouennais est publiée dans Rouge63. Il voit deux obstacles à l’adhésion des militants ouvriers, le trop grand nombre d’activités auxquelles un militant est tenu de participer (meetings, réunions…), et le niveau trop élevé des cotisations. Dans sa réponse, le journal ne nie pas ces problèmes, il tente d’apporter une première réponse. Il reconnaît que, la période politique ayant changé, l’heure n’est plus aux interventions tous azimuts, épuisantes, mais à l’implantation en profondeur dans les entreprises. Quant à la cotisation, effectivement élevée, mais « dont le montant est proportionnel aux revenus de chacun », il est toujours possible de discuter collectivement et de diminuer son montant, « si cela peut poser problème avec son conjoint64 ». La réponse est classique, peu novatrice. Il est difficile de faire autrement pour une organisation encore modeste mais aux ambitions énormes. À la même époque, toujours à Rouen, pour mieux insérer l’organisation dans les réalités locales, on tente de la réorienter vers les quartiers. C’est une réponse organisationnelle à la crise qui est donnée, avec la décision prise en 1975 de regrouper la quinzaine de cellules en sections géographiques (Rouen-centre, Elbeuf-Renault-Cléon, Grand-Quevilly, Saint-Étienne-du-Rouvray-Sotteville) de façon à relativiser les initiatives centrales au profit du travail dans les entreprises. Le but de la réorganisation proposée est aussi de réenraciner les militants dans leur milieu, en particulier les étudiants dans l’université, et de mieux préparer l’organisation aux prochaines échéances électorales65. Une deuxième idée lancée par le texte interne de la tendance majoritaire (Damien-Delavigne…), toujours au cours de la discussion préparatoire au congrès local de Pâques 1976, serait d’intégrer collectivement plusieurs dizaines de sympathisants ouvriers de façon à opérer la fusion entre cette « avant-garde large » qu’ils sont censés représenter et les marxistes révolutionnaires.

32Mais, à l’hôpital psychiatrique, la majorité des militants impliqués dans le travail de masse refusent d’intégrer la cellule ou la quittent. À la Sécurité sociale, « notre camarade démissionne au moment où nous créons un groupe taupe de 10 personnes ». Dans telle cellule, une militante — la seule à intervenir dans l’entreprise —, menace de démissionner pour ne plus venir qu’au groupe taupe et à la commission CFDT. L’appartenance à l’organisation apparaît donc plutôt comme un obstacle que comme une aide au travail militant dans l’entreprise. Cette proposition d’intégrations massives est finalement abandonnée.

  • 66 APGF, carton n°6 : Montand, « Contribution au débat », juin 1975, 5 p., critiques reprises presque (...)

33Cette inaptitude de la Ligue à intégrer les ouvriers, ou même les employés, est vérifiée dans de nombreuses autres villes. À Grenoble, Montand dénonce « le rythme de militantisme complètement dément inapte à pouvoir intégrer les éléments ouvriers66 ». Il est difficile, pour des militants qui se réclament du communisme originel, de renoncer à des principes organisationnels qui en constituent un des fondements.

Une réponse audacieuse, la maison des enfants

  • 67 Barcia (R.) explique, op. cit. p. 225, qu’ » avoir et élever des enfants, si on n’est ni riche ni (...)
  • 68 APJPS, carton n°V, CERS n° 74, compte rendu du CC, octobre 1977. Résolution votée au CC sur la pri (...)
  • 69 APGF, carton n°3, 1977, « Résolution organisation », 7 p. ron.

34Incapable de modifier le rythme des réunions, les militants se décident, au milieu des années soixante-dix, à prendre en charge collectivement le problème de la garde des enfants pendant les réunions ou les meetings. Les militants ont vieilli, se sont mariés et ont eu des enfants. Jamais à la Ligue, contrairement à LO67, la direction n’a fait quelque pression que ce soit pour dissuader les militants d’avoir des enfants. A. Krivine lui-même et son épouse Michèle Martinet ont deux filles. Une résolution du CC rappelle « qu’on ne peut se satisfaire de la conception du “bébé-valise”, qu’on laisse en consigne n’importe où, le temps d’une réunion68 ». À Nantes, une résolution votée en congrès local justifie cette prise en charge collective des enfants, pour éviter qu’ils ne fassent les frais du militantisme, et aussi pour que « militants et militantes puissent faire le choix d’avoir un enfant, qu’il (elles) ne soient pas culpabilisé(e)s69 ».

  • 70 Cermtri, VMK, « Premier bilan du 3 octobre 1976 », 3 p., dû à Stassin-Betsheva. Texte du 11 novemb (...)
  • 71 Le produit mensuel des cotisations à Rouen devait avoisiner les 12 000 francs, mais la ville en re (...)
  • 72 CERS, ibid., explication de vote de Seldjouk.

35Comme cela a été souvent le cas, c’est la ville de Rouen qui a eu l’initiative en ce domaine aussi, précédant de quelques mois la résolution du CC. Au congrès de Pâques 1976, la nouvelle DV a été mandatée pour mettre sur pied une maison des enfants à la rentrée scolaire. Un pavillon est trouvé assez vite, une permanente embauchée, et grâce au gros travail d’une demi-douzaine de militants durant la fin du mois d’août, la maison est opérationnelle à la rentrée. Elle fonctionne avec la participation des parents qui se relaient auprès des enfants, surtout du mardi soir au mercredi soir, le samedi et quand l’organisation en a besoin, notamment lors des meetings70. Il n’est pas question d’en faire une structure parallèle à l’école et de déscolariser les enfants. Au début, l’initiative convainc peu de parents militants, elle commence avec dix enfants seulement. Les cotisations versées par les parents ne parvenant pas à atteindre les 3.000 francs nécessaires au fonctionnement, la Ligue fournit une subvention mensuelle de 2.000 francs, ce qui est important pour une ville dont le budget local tourne autour de 4.000 francs71. La deuxième année, les appréhensions initiales ayant disparu, dix-neuf enfants sont accueillis, ce qui permet à la Ligue de diminuer sa contribution à 900 francs par mois. Un deuxième texte donne la profession des parents, militants (les deux tiers) et sympathisants : 9 dans la santé, 4 éducateurs et 8 enseignants, 2 PTT et 3 divers. À bien des égards, cette expérience est considérée comme un succès : les enfants (de quelques mois à 7 ans) y sont heureux, les parents sont libérés pour les tâches militantes. Toutefois, il est manifeste que la maison des enfants ne fait pas l’unanimité. Certains minoritaires du CC, Krasno, Nemo, Letourneau et Seldjouk, se sont opposés à cette initiative. Seldjouk fait part de sa crainte de voir la LCR se constituer en « microsociété », refusant en outre que les militants/parents reçoivent des « prestations sociales » de la part de l’organisation72.

  • 73 Cermtri Toulouse. Dans « Campagne électorale Pour le socialisme le pouvoir aux travailleurs », mar (...)
  • 74 Ibid.
  • 75 Dans ce texte, la liste des présent(e)s est donnée, ainsi que celle des absent(e)s. Un peu plus de (...)

36Par contre, les militant(e)s toulousain(e)s, désireux de régler ce problème de la meilleure manière, sont attentifs à l’expérience de Rouen, comme à celle de Grenoble73. Dans cette dernière ville, tous les militant(e)s, même ceux qui n’en ont pas, sont mis à contribution pour garder les enfants, chacun étant chargé régulièrement du même enfant, « pour qu’il ne soit pas gardé par 36 têtes différentes74 ». Cette soirée est comptée comme tâche militante. Après en avoir débattu à une dizaine (6 femmes et 4 hommes), les militant(e)s toulousain(e)s décident finalement d’adopter le système de Grenoble75. Dans les villes importantes, la prise en charge des enfants les jours de réunion est discutée collectivement, et parfois des solutions audacieuses sont mises sur pied. En ce domaine comme dans d’autres, les militant(e)s n’ont pas manqué d’imagination, mais l’initiative des Rouennais ne semble pas avoir fait école.

La crise s’amplifie

37Malgré ces quelques tentatives de réforme, la crise du militantisme s’amplifie. Les lettres écrites par les militant(e)s quand ils demandent un congé d’organisation, quand ils renoncent à leurs responsabilités ou quand ils démissionnent, sont des documents précieux pour tenter de comprendre leur état d’esprit. En effet, ils éprouvent généralement le besoin de s’expliquer, indice du sérieux de leur engagement et du respect pour leurs camarades.

  • 76 APJPS, carton n°21, « Le Havre Vie interne », lettre (fin 1973).
  • 77 CdF n°3, mars 1978, p. 37-38.
  • 78 Rq n°662, 2 juin 1978, p. 9. Entretien avec Cl. Christien-Pronet.

38De même que pour les suicides, toutes les démissions n’ont pas la même signification. Parfois, situation assez classique qu’on retrouve ailleurs qu’à la Ligue, le militant renonce à son engagement quand change son statut social. C’est le cas de Modzelewski, militant du Havre, étudiant en philosophie à Rouen (en licence). Sur le point d’être embauché à la mairie du Havre comme auxiliaire de bureau, sans désaccord politique majeur, simplement déçu par la faible activité de l’organisation havraise, il démissionne, et profite de l’occasion pour conseiller à la direction de l’organisation « d’user moins » les militants76. L’arrivée d’un enfant amène Claire à quitter la Ligue : « J’étouffe. Militer et avoir un enfant est contradictoire77 ». Psychiatre, ayant bien connu J.-M. Krivine à l’hôpital Lariboisière où elle était externe, elle est surprise que personne ne lui demande d’explication quand elle quitte la Ligue78.

  • 79 APGF, circulaire du BP, 29 mai 1975.
  • 80 Pseudonyme de Rica Bentolila de Rouen.
  • 81 Cermtri, VMK, lettre du 6 octobre 1975.

39Les dirigeants ne sont pas épargnés par la crise. Les documents actuellement disponibles ne permettent pas bien de cerner les causes du départ de deux dirigeants parisiens, Vautier et Simone. Dans une note jointe à son compte rendu, le 29 mai 1975, « Pour mettre fin à des rumeurs », le secrétariat du BP confirme la démission de deux dirigeants de l’organisation, membres du CC, « le camarade Vautier et la camarade Simone, sans désaccord politique, pour des raisons personnelles, insertion professionnelle, stabilité sociale », mais aussi « mode de fonctionnement de l’organisation79 ». Dans une lettre assez développée, « la camarade Lancien80 » explique sa démission des instances de direction, DV et CC, par son besoin de retrouver un second souffle. Elle se sent usée par un certain type de fonctionnement, individualiste. Certes, en tant que femme dirigeante, elle n’a pas été victime de pratiques phallocratiques, mais R. Bentolila se sent considérée comme « un monstre politique (il y a les filles avec qui l’on couche, celles avec qui l’on discute) », et ce statut l’a amenée à des échecs répétés sur la plan affectif81.

  • 82 APGF, carton n°7 : Eli, « Contribution au débat régional », 21 mars 1977, 1 p.r.-v.
  • 83 Ibid. : Garine, Espalion, Mils, Oswald, « Pour construire l’organisation à Besançon », 6 avril 197 (...)
  • 84 Ibid., lettre de Garine à G. Filoche, 26 novembre 1978, 2 p. man.
  • 85 Ibid., lettre de Garine à G. Filoche, 2 juin 1977, 2 p. dact. Garine a 35 ans, il est douanier, mi (...)

40Tous les militants ne réagissent pas de la même manière devant ces départs. Certains se veulent à l’écoute, comme Eli de Besançon. Il a toujours fait en sorte, affirme-t-il, en tant que dirigeant, que les problèmes personnels soient débattus82. Par contre, d’autres, comme Garine et trois militants de Besançon, sont aussi excédés par ce qu’ils appellent des « discussions stériles83 ». Ils considèrent bientôt que l’attitude des majoritaires, accusés d’être trop à l’écoute du vague à l’âme de chacun, rend impossible toute construction de parti révolutionnaire84. Ils quittent donc une organisation qu’ils n’hésitent pas à qualifier de secte, dont Eli serait le « leader pourri85 ».

  • 86 Crit. co. n°11-12, décembre 1976-janvier 1977.
  • 87 Ibid. : D. Avenas, A. Brossat, « Notre génération », p. 20-49.
  • 88 Ibid., p. 31-32.
  • 89 Ibid., p. 44. L’auteur cite Kroupskaïa, l’épouse de Lénine, ou Natalia, celle de Trotsky.

41Face à cette situation, des membres de la direction nationale engagent une réflexion de fond. La revue Critique communiste s’en fait l’écho, consacrant un numéro spécial à « Militantisme et vie quotidienne »86. Plusieurs des ténors de l’organisation, Bensaïd, Lequenne, Artous, Brossat, D. Avenas, F. Vinteuil y prennent part. Ils constatent tout d’abord que le modèle militant auquel se réfère la Ligue, « les révolutionnaires professionnels », organisés en « cohortes disciplinées et centralisées », est un produit de l’histoire87. Le « vécu subjectif » est donc refoulé et le révolutionnaire « s’impose une discipline, une sorte d’ascèse permanente88 ». Quant aux épouses des militants, quelle que soit leur valeur intellectuelle, elles ont été trop souvent « les ombres portées des grands hommes, leur sécurité, leur “home”89 ». Or, dans les années soixante-dix, cette forme de couple militant est en train de mourir. Le constat est donc lucide, mais les auteurs reconnaissent la difficulté à proposer des perspectives. À contre-courant d’une certaine mode, ils se refusent à liquider le léninisme, mais ne proposent aucune orientation nouvelle précise pour enrichir ce modèle militant, si ce n’est quelques généralités sur la nécessité d’élargir l’action politique à l’ensemble des domaines de la vie.

Vers un éclatement tous azimuts

  • 90 Cermtri, VMK, texte Anna, Betsheva, Jérôme, 8 mars 1976, 24 p.

42En revanche, d’autres militants tirent des conséquences immédiates de cette analyse qu’ils partagent. Les Rouennais Anna-Betsheva-Jérôme proposent de changer au plus vite de culture militante. Nous assistons à la fin d’un certain type de militant qui a peu changé depuis Lénine, écrivent-ils. Il faut revoir la notion de révolutionnaire professionnel, remettre en cause la division entre vie militante et vie personnelle90.

La remise en cause du schéma léniniste d’organisation

  • 91 Cermtri, VMK, Bulletin de sociologie rouennaise n°31. On apprend par ce texte que le docteur Vivet (...)
  • 92 Pour ces militants, cette expression n’a pas le même sens que pour les minoritaires de la LCR, att (...)
  • 93 Ibid., Bulletin de sociologie rouennaise n° 32, 6 p. ron., sans date (hypothèse 1976), transcripti (...)

43Allant jusqu’au bout de cette démarche, peu avant les élections législatives de 1978, un groupe d’une vingtaine de militants rouennais démissionne. C’est un départ numériquement très important, les effectifs de la Ligue à Rouen dépassant alors de peu la centaine. Les démissionnaires expliquent longuement leur démarche, notamment dans un texte signé de Leblanc et de 22 militants91. Ils quittent la Ligue pour soutenir les candidats de la Convergence autogestionnaire, regroupement de militants d’horizons divers, alors que la démarche de la LCR est, selon eux, un obstacle à une démarche de « Front unique92 ». La LCR est accusée de sectarisme. Elle est incapable de se lier aux masses, en particulier parce qu’il n’y a pas de « militants ouvriers normaux » à sa direction. Seuls ceux qui ne travaillent pas 40 heures, seuls ceux qui acceptent de sacrifier leur vie affective ou celle de leur compagne/compagnon sont dans les directions. On trouve un écho de ce malaise dans le compte rendu d’un débat de la cellule enfance inadaptée de Rouen qui pointe le doigt sur le fait que « pour beaucoup, l’organisation est devenue un but d’existence, réinstaurant par là même des phénomènes substitutifs de ce qui se passait à l’extérieur (hiérarchie, volonté de puissance)93 ».

  • 94 APJPS, carton n° IV, ABCD BI, 1976, n° 4, p. 4-6. Une motion avait été votée au CC sur les crèches (...)

44Malgré l’analyse de certaines des imperfections de la Ligue, de son inadaptation à la situation nouvelle, les militants ont du mal à trouver les réponses adéquates. La prise de conscience n’est pourtant pas limitée à Rouen. Des textes, des résolutions nationales témoignent de la volonté des instances de direction de rendre la Ligue « habitable par les ouvriers », comme le dit un texte de la TD (majoritaire) préparatoire au IIe congrès (1976). Y sont relevés plusieurs défauts couramment répandus, héritage de « nos déformations estudiantines après Mai 1968 » : « langage codé, arrogance, verbiage, terrorisme verbal… ». Il demande que « les femmes et les ouvriers soient promus dans les directions ; cela passe par la création de crèches et un fonctionnement moins activiste94 ». Mais il y a souvent une grande distance entre le constat, souvent lucide, et les mesures prises.

La crispation sur le schéma bolchevik originel

  • 95 Cermtri, VMK, texte du 2 octobre 1976, 4 p. ron.
  • 96 Ibid., Bulletin de sociologie rouennaise n°37. Bilan de la cellule Renault-Cléon, 17 mai 1978.

45Les quelques tentatives de réforme du régime intérieur n’empêchent pas le développement de la crise du militantisme. À l’heure où est expérimentée une prise en charge collective du problème des enfants, trois militants ouvriers rouennais choisissent de quitter la Ligue pour rejoindre un groupe trotskyste très minoritaire, la Ligue Trotskyste de France (LTF), section sympathisante de la Tendance spartakiste internationale95. Cochise est un jeune ouvrier, membre de la DV rouennaise, Thimbault et Clément sont ouvriers à Renault-Cléon, membres de la direction de la section Elbeuf-Renault-Cléon. Il ne reste plus désormais qu’un militant de la Ligue à Renault-Cléon96. Les militants démissionnaires refusent, disent-ils, de continuer à faire partie d’une organisation qui trahit le trotskysme… depuis le début des années cinquante. Ils reprochent à la Ligue de ne pas caractériser l’Union de la gauche comme Front populaire, et de contribuer ainsi à « enchaîner les ouvriers au Front populaire ». Ils reprennent les anciennes critiques contre les pablistes, « le bloc pourri » que constitue le SU. C’est par la reprise d’anathèmes anciens et la mise en avant d’un désaccord sur les mots d’ordre que ces militants manifestent leur désarroi face à une organisation qui ne parvient plus à progresser.

  • 97 Ibid., lettre du 5 février 1980, 2 p. ron.

46Les raisons qui amènent d’autres militants à quitter la Ligue pour la LCI puis l’OCI, en 1979-1980, sont voisines. Ces militants reprochent à la LCR de s’adresser à l’avant-garde plutôt qu’à l’ensemble de la classe ouvrière et de confondre aussi Front populaire et Front unique ouvrier. Dans sa lettre de démission, Richard (cellule Guéguen), le 5 février 1980, se dit « opposé à la ligne liquidatrice de la LCR et du SU qui s’alignent de plus en plus sur la politique centriste du SWP97 ». Outre Richard, M. Kermiche, cheminot, candidat suppléant de M. Ernis dans la troisième circonscription de Seine-Maritime (Sotteville-lès-Rouen) aux élections législatives de 1978, quitte la Ligue. Il constitue, à la fin de l’année 1979, un groupe de cheminots LCI à Sotteville-lès-Rouen, puis rejoint l’OCI.

Diverses formes d’escapisme

  • 98 Juhem (P.), « Entreprendre en politique. De l’extrême gauche au PS : la professionnalisation polit (...)
  • 99 Ibid., p. 139. Entretien du 25 février 1998.

47À la fin de la décennie soixante-dix, un nombre croissant de militants tentent d’échapper à un engagement militant qu’ils se sentent de moins en moins capables d’assumer. De plus, le « tournant ouvrier » décidé au IVe congrès de la LCR (1980), accentue le malaise. En effet, obligation est faite aux militants de s’engager dans la production. Pierre Raiman, engagé à la RATP comme conducteur de bus, reconnaît que cette période a été difficile : « Cela m’a usé à titre personnel98 ». Quant à Laurence Rossignol, elle explique que cette décision de congrès l’a amenée à quitter la Ligue. Elle ne se voyait pas annoncer à ses parents modestes qu’après six ans d’études, elle allait s’embaucher à Renault : « Pour aller s’établir, il fallait vraiment être des fils de bourgeois […] C’est un truc d’aristocrates et de petits bourgeois99 ».

  • 100 Inprecor/Intercontinental Press, XIe congrès de la QI, novembre 1979, voir notamment « Le tournant (...)
  • 101 Le Monde, 18-19 février 1996, interview par Y. Eudes. Il a connu le succès avec son cédérom sur le (...)

48Cette orientation, décidée par la LCR et la Quatrième Internationale100, semble donc avoir accéléré le départ de militants et leur reclassement. Après son renoncement au militantisme et sa démission de la RATP, Pierre Raiman a créé son entreprise. Il est aujourd’hui PDG de la société d’édition de cédéroms Montparnasse Multimédia101.

49Cependant, beaucoup de militants envisagent mal, après leur démission, de renoncer à toute activité politique. Ils participent désormais souvent à des collectifs aux activités spécialisées et à dimension conviviale. Ce peut être pour beaucoup un syndicat ou un groupe femmes, ou l’investissement dans des comités. Les comités de soutien à la lutte du peuple chilien ou plus tard les comités Nicaragua accueillent nombre d’anciens militants. D’autres choisissent l’écologie, la lutte contre le racisme ou les droits de l’homme, causes mondialistes de nature à intéresser des militants qui d’emblée avaient situé leur combat à l’échelle universelle. La multi-appartenance est courante.

Le reclassement dans les partis de gauche

  • 102 Il réédite le livre de Kautsky (K.), Le Bolchevisme dans l’impasse, Paris, PUF, 1982.
  • 103 À l’occasion de la réédition de Terrorisme et communisme de Trotsky (L.) chez Prométhée, il prend (...)

50Mais certains vont plus loin, ils adhèrent à un parti politique de gauche. Parmi eux, le PS se révèle particulièrement attractif ou accueillant pour les anciens militants de la Ligue. Un certain nombre de ceux-ci font ce choix individuellement et précocement, ainsi Jacques Kalbach, de Rochefort-surmer, dès 1979-1980. Ce dernier se dit ravi de voir arriver au PS, quelques années plus tard, en nombre important, les anciens de la Ligue, avec G. Filoche. Beaucoup d’autres partent en groupe, Julien Dray et ses amis de Questions socialistes en 1982, Paul Alliès et ses camarades de Montpellier en 1986. Le passage au PS permet à ces militants de réinvestir le capital politique acquis à la LCR. Comme l’explique Ph. Juhem, ils y ont appris à s’exprimer en public, y ont contracté de l’assurance et manient parfaitement les « thématiques politiques ». À défaut d’avoir un cursus scolaire prestigieux ou d’avoir conquis une position élective locale, ils sont devenus tout au long de ces années d’activisme des militants efficaces. H. Weber découvre Karl Kautsky102 et prend ses distances par rapport à Trotsky, alors qu’il est encore à la Ligue103. Après s’être véritablement converti au réformisme, il devient sénateur socialiste de Seine-Maritime

  • 104 Démocratie et socialisme, numéro spécial J.-P. Fonvieille, janvier 2002, à l’occasion de son décès
  • 105 Le Marxisme Aujourd’hui n°44, juin 2001.
  • 106 Plusieurs de ces militants ont perdu leur mandat lors des dernières municipales.
  • 107 Ch. Akerman, Suzanne Tallard toujours adjointe au maire, Jean-Paul Gardré. Ce dernier avait été ca (...)

51Les exemples de reclassement d’anciens militants de la Ligue au PS sont également très nombreux en province. Un groupe important de Toulouse, proches de G. Filoche, a rejoint comme lui le PS, Jean-Paul Fonvieille qui rêvait de devenir le premier député trotskyste de France104, Pierre Timsit ou Claude Touchefeu, aujourd’hui conseillère générale105. Un peu partout en France, des militants adhèrent au PS et obtiennent parfois des responsabilités électives, J.-Cl. Richez adjoint au maire de Strasbourg, R. Chiche adjoint au maire de Niort et L. Rossignol, conseillère régionale en Picardie et tête de liste du PS à Compiègne106. Dans la ville ouvrière d’Aytré (environ 10 000 habitants), située dans l’agglomération de La Rochelle, trois anciens militants de la LCR ont été élus au conseil municipal en 1989 après avoir adhéré au PS107.

  • 108 Rh n° 1347, 30 mars-5 avril 1989. Il figure dans la rubrique « Les Nôtres », n’ayant renoncé à auc (...)
  • 109 Le Monde 3 juin 1999, portrait de S. Naïr, « Le contrôleur républicain de M. Chevènement », articl (...)
  • 110 F. Morvan signe une tribune dans Le Monde, 11-12 avril 1999, « Et la France dans tout cela ? », av (...)
  • 111 Le Nouvel Observateur n°2014, 12-18 juin 2003, propos recueillis par Cl. Weill, p. 30, à l’occasio (...)

52Le PC n’exerce pas semblable attraction sur les anciens trotskystes. Par contre quelques militants font le choix, individuellement, d’adhérer aux Verts, comme Patrick Miniscloux à La Rochelle, mais cette formation politique semble attirer davantage les anciens maoïstes, comme Alain Lipietz. Paul Nughes, fondateur de la JCR à Rennes en 1966, a rejoint la Fédération de la Gauche Autogestionnaire (FGA) dans les années quatre-vingt. À ce titre il est élu conseiller municipal de Nantes en 1989, sur la liste conduite par J.-M. Ayrault, peu avant de se donner la mort108. Le Mouvement Des Citoyens (MDC) a accueilli lui aussi un certain nombre d’anciens militants de la LCR à la recherche d’un reclassement politique. Sami Naïr, Didier Leschi, Gilles Casanova ont rejoint assez précocement J.-P. Chevènement109, plus récemment François Morvan, membre du Comité central110. Pour J.-F. Sirinelli, la victoire de la gauche en 1981 a permis « le recyclage politique » des militants de la génération du baby-boom : « l’extrême gauche rentre à gauche111 ».

Le reclassement dans la haute administration

  • 112 M. Saliou, ancienne élève de l’ENS, agrégée d’histoire, conseillère référendaire à la Cour des com (...)

53De même que ces départs au PS ou au MDC n’obéissent pas à un plan concerté d’entrisme dirigé par les instances de l’organisation, l’entrée de quelques anciens responsables de la Ligue dans la haute administration ne relève pas non plus d’un plan de pénétration de l’appareil d’État. Un certain nombre de jeunes gens, déjà munis de diplômes à leur entrée dans la LCR, continuent à progresser intellectuellement pendant leurs années de militantisme. Au bout de quelques années, ils ont accru leur capital culturel. Ils sauront le faire fructifier. Ainsi Monique Saliou et Yves Salesse, professeurs dans le secondaire, réussissent à entrer à l’Ena par le concours externe. L’arrivée de la gauche au pouvoir leur permet d’exercer leur talent à un haut niveau, la première devenant directrice de cabinet de J. Glavany112, le second étant collaborateur du ministre communiste J.-Cl. Gayssot. Le cas de Ch. Phéline est un peu différent. Aujourd’hui Directeur du développement des médias au ministère de la Culture, il était déjà à l’Ena quand il bataillait, sous le nom de Nemo, dans les rangs de la LCR à la tête d’une tendance minoritaire.

La poursuite d’une carrière universitaire

  • 113 Décédé en 2004. D’abord au PSU, il a été militant de la Ligue de 1972 à 1981.

54Nous l’avons vu, l’université apparaît comme le milieu naturel des militants de la LCR. Après y avoir été étudiants, plusieurs d’entre eux s’y retrouvent comme enseignants. Là aussi, beaucoup renoncent à un engagement politique actif et quotidien, sans tourner le dos radicalement à leurs idéaux de jeunesse. D. Mehl continue à scruter l’évolution de la société dans le cadre du Centre d’étude des mouvements sociaux (CNRS), J.-P. Deléage n’a pas abandonné son sujet de prédilection à la Ligue, l’écologie. Il est responsable d’un DEA sur l’environnement à l’université d’Orléans. J. Valier et P. Salama sont professeurs d’économie, respectivement à Paris X et Paris XIII. J. Valier a fait partie des conseillers de L. Jospin. Plusieurs se retrouvent à Paris VIII, l’ancienne université de Vincennes aujourd’hui à Saint-Denis : Michèle Riot-Sarcey en histoire contemporaine, A. Brossat et J.-Y. Potel en philosophie, P. Cours-Salies en sociologie, de même que J.-M. Vincent113. I. Johsua, est maître de conférences en sciences économiques à Paris XI (Orsay). Pas plus que dans la haute administration on ne peut parler non plus d’entrisme ou de tentative de noyautage, mais d’une évolution intellectuelle personnelle.

Un déferlement dans les médias ?

  • 114 Péan (P.), Cohen (Ph.), La Face cachée du Monde. Du contre-pouvoir aux abus de pouvoir, Paris, Mil (...)
  • 115 Op. cit., p. 61.
  • 116 Op. cit., p. 63.

55Par contre, après avoir mené leur enquête sur le journal Le Monde, Pierre Péan et Philippe Cohen sont persuadés qu’ils ont découvert « la plus importante opération d’entrisme de l’histoire du trotskysme français, conduite au sein de l’une des institutions françaises les plus influentes114 ». Outre E. Plenel, plusieurs anciens militants de la Ligue y occupent des postes importants. Ils ont participé à l’aventure du quotidien Rouge et se sont reclassés dans divers titres de la presse parisienne, notamment Le Monde. G. Marion a été pendant de longues années correspondant du Monde à Jérusalem, avant d’occuper ce poste à Berlin. J.-P. Besset a été le correspondant du Monde à Toulouse et M. Samson est correspondant à Marseille. Il avait été, sous son nom, correspondant de Rouge quotidien à Marseille et dans le Sud-Est. On trouve plusieurs autres anciens de la Ligue dans ce journal, Serge Bolloch, adjoint à la rubrique Aujourd’hui, Sylvia Zappi à la rubrique Société, Paulo Antonio Paranagua à la rubrique International. C’est sur cette présence d’anciens trotskystes — pour dramatiser un peu plus, les deux auteurs relèvent aussi la présence de deux anciens membres de l’OCI, Sylvain Cypel et Laurent Mauduit — dans la rédaction du Monde, que se basent P. Péan et Ph. Cohen pour dénoncer cette « opération115 ». Leurs arguments sont faibles. Plenel aurait continué à fréquenter Krivine, ce dont il ne s’est jamais caché. Les auteurs, qui émettent un grand nombre d’hypothèses, sans pouvoir les étayer, réussissent seulement à prouver qu’il existe une « porosité116 » entre la Ligue et un certain nombre de ses anciens militants. En effet, on en a vu plusieurs prêter volontiers leur concours lors des universités d’été de la Ligue dans les années quatre-vingtdix. La séparation entre certains militants et leur ancienne organisation n’a pas toujours été dramatique. Une estime réciproque subsiste, permettant des collaborations ponctuelles.

Du drapeau rouge au roman… noir

56Enfin, ils sont au moins deux, anciens militants ou sympathisants, à faire carrière comme auteurs de romans policiers : Th. Jonquet et J.-F. Vilar. Leurs romans sont nourris de leur culture politique. Th. Jonquet a même écrit certains de ses romans sous le pseudonyme de Ramón Mercader, l’assassin de Trotsky. Répondant aux questions d’A. Violet à l’occasion de la sortie d’un de ses romans, J.-F. Vilar déclare :

  • 117 Rh n°1170, 25 juillet-22 août 1985, p. 27.

Oui dans mes bouquins il y a de l’histoire. Daeninckx aussi : la guerre de 1914, les déserteurs, les insoumis, la révolution algérienne, les massacres d’Algériens117.

  • 118 Édité par Les Presses de la Renaissance, 1986.

57Dans son commentaire de Bastille-Tango118, de J.-F. Vilar, D. Bensaïd note :

  • 119 Rh n°1204, 10-16 avril 1986, p. 23. À Trelew, Argentine, avaient été assassinés plusieurs militant (...)

Il y a une certaine idée de la fidélité, le souvenir de l’évasion de Rawson et du massacre de Trelew, le Cuarteto Cedrón, la photo de Bonnet repris et presque souriant devant ses futurs assassins119.

  • 120 Mandel (E.), Meurtres exquis. Histoire sociale du roman policier, Paris, La Brèche, 1986.

58Les anciens militants ont contribué à renouveler le genre, et les maisons d’édition n’ont pas hésité à leur faire une place de choix. Ainsi Gallimard a choisi le roman de Th. Jonquet, La Belle et la Bête, pour le numéro 2000 de la célèbre Série noire, en 1985. Rouge valorise volontiers les travaux de ces anciens militants, et plus étonnant, E. Mandel s’est révélé passionné de littérature policière. Il a consacré un ouvrage savant à ce genre, Meurtres exquis, en 1986120.

Conclusion

59Tout au long de la décennie, l’effort de formation a été intense. Le maintien d’un haut niveau d’exigence dans la vie quotidienne du groupe, la volonté de faire fonctionner la Ligue selon les critères du bolchevisme, amènent à une crise de l’organisation. Le désenchantement vient vite, et beaucoup renoncent, écartelés entre les nécessités de la vie quotidienne — la vie triviale — et cette tâche qui leur semble au-dessus de leurs forces, la construction d’un parti révolutionnaire. La direction de l’organisation, elle-même touchée par cette crise du militantisme, ne sait pas vraiment proposer de solution novatrice. Elle assiste impuissante au départ de nom-breux(ses) militant(e)s.

  • 121 Ion (J.), La Fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997.
  • 122 Ibid.

60Même si certaines démarches aboutissent au repli sur la sphère privée, les démissions signifient rarement désintéressement, fin de l’activité politique ou citoyenne. Les ex-militant(e)s mettent simplement fin à un engagement sacrificiel (léniniste). La montée de l’individualisme aboutit à un « engagement distancié121 ». Dans son étude sur les nouveaux militants, le sociologue Jacques Ion résume assez bien la nouvelle réalité militante par la formule : « Le Nous est composé de Je122 ».

61Ceci n’a pas manqué de poser beaucoup de problèmes à une organisation porteuse d’un modèle militant ancien, particulièrement typé, celui du « révolutionnaire professionnel ».

Notas

1 Cannon (J.), L’Histoire du trotskysme américain, 1928-1938, New York, Pathfinder, 2002, p. 281.

2 Pour un portrait de Pierre Frank. Écrits et témoignages, Paris, La Brèche, 1985, p. 74.

3 Van Heijenoort (J.), Sept ans auprès de Léon Trotsky, Paris, Lettres nouvelles/Maurice Nadeau, 1978.

4 APJPS, carton n°2, circulaire du BP, 26 avril 1973, 2 p. ron.

5 Article paru dans le mensuel du CERES destiné à l’Université, Le Crayon entre les dents, cité par Rq n° 5, 19 mars 1976, p. 5.

6 Cannon (J.), op. cit., p. 133.

7 APJPS, carton n°II, BHS n°50, mai 1973, « Militer autrement ».

8 Ibid.

9 APGF, lettre de J.-R. Chauvin à ses camarades, Paris, 22 novembre 1975, 6 p. dact.

10 APGF, Cahier op. cit. Bilan du stage 5. Ballanda était militant de la section 14/15 de Paris qui comprenait l’ensemble universitaire Censier.

11 Ces exemples proviennent de Rouen. À la veille de l’été 1970, les militants ont dû remplir un questionnaire. Ils doivent, outre le montant des cotisations, noter les dates et lieu de vacances, le lieu de travail saisonnier éventuel. Nous avons retrouvé 20 réponses individuelles provenant de 4 cellules (APGF).

12 Ibid.

13 Rh n° 1507, 30 juillet-3 septembre 1992.

14 Rq n°705, 24 juillet 1978.

15 APJPS, carton n°27, « LaRochelle Vie interne », environ 1975, 6 p.

16 Ibid.

17 APGF, carton n°7, compte rendu de la DV de Clermont-Ferrand, sans date, hypothèse fin 1973, 5 p.

18 Piter, pseudonyme de Patrick Huleux, est MI-SE dans un CET. Il venait lui-même d’être titularisé le 19 septembre 1971.

19 APJPS, carton n° 21, « Le Havre Vie interne ». Motion Paul Lafargue, débat de la DV sur le cas Volna et explication de vote de Piter, 4 juin 1972. Volna sera finalement titularisé.

20 Entretien avec J.-Ph. Ternon à Toulouse, le 24 janvier 2003. En 1972, il était membre de la DV du Havre.

21 APJPS, carton n°III, CRS n°5, 19 décembre 1974.

22 Paru dans la revue Recherches n°14, janvier 1974, puis dans la collection 10/18 en 1976.

23 Crit. co. n°1, avril-mai 1975 : P. Péju, A. Brossat, « Un apolitisme nommé Désir », p. 75-87.

24 APJPS, carton n°II, BHS n°50, mai 1973, « Les indices du malaise », p. 19-21.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 21-26.

27 Cermtri, VMK, texte interne, « La mutation ou la mort », 8 mars 1976, 24 p.

28 APGF, carton n°4, Marseille, texte de la T2, « Appel à tendance », 30 août 1976, 5 p. ron.

29 APGF, carton n°7, lettre de Watermann (ex-Frédéric) à Matti, Montluçon, le 20 mars 1978.

30 « L’organisation m’apporte plus de tracas que d’avantages dans mon travail de masse », aurait dit l’un d’eux. Dans « Texte du groupe de travail de la région Rhône-Alpes en vue du IIe congrès LCR », janvier 1977, 4 p. (APGF).

31 APGF, carton n° 3, Lecaillon et al., « Contribution pour le débat régional », octobre 1977, 5 p.

32 APGF, carton n° 4, Bulletin de sociologie montpelliéraine n°8, tendance Sigma, « Parler de l’organisation pour la guérir », sans date, hypothèse début 1978, 7 p. ron.

33 « Les indices du malaise », op. cit.

34 APJPS, carton n°III, CRS n°34, après juin 1975 : Puech, « Militantisme, vie quotidienne, morale révolutionnaire ».

35 Ibid., VMK, texte Damien, Delavigne…, op. cit.

36 Ibid., VMK, texte Anna, Betsheva, Jérôme, op. cit., mars 1976.

37 « Les indices du malaise », op. cit.

38 APJPS, carton n°III, CRS n°6, texte majoritaire 1974.

39 « Militer autrement », op. cit.

40 Texte T2, Marseille, op. cit

41 . Crit. co. n°2, juin-juillet 1975 : Michel, « Ligue et désir ou les incitations de la Ligue au suicide », p. 70-74.

42 APGF, carton n°4, dans Bulletin de sociologie montpelliéraine n°10, mars 1978, texte de Ferré, « Le léninisme, la LCR et le centralisme démocratique ».

43 Verla, « Féminisme, Famille, Sexualité », Crit. co. n°4, décembre 1975-janvier 1976, p. 75.

44 Ces chiffres sont extraits des BI de Lyon, CRS (APGF, carton n°6). Avec le recul G. Filoche semble convaincu que Griot était un « sous-marin » de l’OCI.

45 « Militer autrement », op. cit.

46 CRS n° 34, op. cit.

47 Ibid.

48 APGF, carton n°10, lettre man. de la cellule Lettres-Paris 7 au CC, 25 juin 1974. J.-M. Mension, membre à l’époque de la CCC, évoque cette affaire sans fard, dans ses mémoires, Le Temps gage, op. cit, p. 277. « Les principes élémentaires de comportement » n’avaient pas été respectés par les militants, déplore-t-il.

49 Sand était le pseudonyme de la militante, rouennaise, qui avait défendu cette proposition, intégrée dans les « Thèses sur le travail femmes » adoptées au congrès (dans «Une chance historique pour la révolution socialiste », Cahier rouge nouvelle série n° 1, mai 1975, p. 50-57).

50 Rq n°786, 28-29 octobre 1978, p. 2, courrier des lecteurs. Le militant, jeune ouvrier, ancien élève de CET, n’a que 6 mois d’organisation.

51 Rq n° 449, 14 septembre 1977, p. 13.

52 Rq n° 446, 10-11 septembre 1977, p. 2. Lettre d’E. B., sympathisant et réponse de S. T.

53 La plus étonnante, par sa naïveté, a été envoyée par Jérémie, militant LCR, à S., sa compagne, qui l’a quitté 8 jours avant le mariage, après 2 ans de vie commune : « Si tu revenais, sache que j’ai compris qu’on ne doit pas se battre seulement au-dehors contre le système d’exploitation, mais aussi contre soi-même lorsque l’on est un homme, pour que les belles idées de liberté que nous développons, nous les appliquions aussi chez nous. Je t’aime », dans Rq n°446, 10-11 septembre 1977, der.

54 Baudelot (Ch.), Establet (R.), Durkheim et le suicide, Paris, PUF, 1984, p. 103. « Il est difficile, écrivent-ils, d’établir un rapport de causalité direct entre chômage et suicide » (p.107), quoiqu’en 1930 déjà, en France, le suicide s’est accru parallèlement à la montée du chômage.

55 Durkheim (E.), Le Suicide, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1999, p.403. Première édition : 1897.

56 Crit. co. n°11-12, décembre 1976-janvier 1977, « Militantisme et vie quotidienne », M. Lequenne, « Métastase du cancer ultra-gauche », citation p. 160.

57 Rh n° 1026, 23 juillet-26 août 1982, Entretien avec R. Goupil à l’occasion de la sortie de son film.

58 J.-P. Debourdeau a attiré notre attention sur ce cas.

59 Crit. co. n° 2, juin-juillet 1975, p. 70-74.

60 Ibid.

61 Crit. co. n°4, décembre 1975-janvier 1976 : M. Péret, « Nous n’oublierons pas », p. 107-109.

62 La phrase est de D. Avenas, dans « L’idéal Limitant ? », Crit. co. n° 2, juin-juillet 1975, p. 75-83.

63 Rh n° 296, 19 avril 1975, p. 2.

64 Ibid.

65 Graal, dans son texte pour le congrès de Pâques 1976 (op. cit.), reconnaît que c’est un progrès, et Anna-Jérôme que les sections correspondent à peu près au découpage des circonscriptions électorales (2 janvier 1978).

66 APGF, carton n°6 : Montand, « Contribution au débat », juin 1975, 5 p., critiques reprises presque mot pour mot dans CERS n°61, « Bilan Grenoble », 1976, p. 4-6.

67 Barcia (R.) explique, op. cit. p. 225, qu’ » avoir et élever des enfants, si on n’est ni riche ni aidé par des domestiques, empêchera de se qualifier réellement et de se consacrer à notre lutte ».

68 APJPS, carton n°V, CERS n° 74, compte rendu du CC, octobre 1977. Résolution votée au CC sur la prise en charge des enfants.

69 APGF, carton n°3, 1977, « Résolution organisation », 7 p. ron.

70 Cermtri, VMK, « Premier bilan du 3 octobre 1976 », 3 p., dû à Stassin-Betsheva. Texte du 11 novembre 1977 des mêmes auxquels se sont joints Chris, Marker, Ricard, Vernon.

71 Le produit mensuel des cotisations à Rouen devait avoisiner les 12 000 francs, mais la ville en reversait les deux tiers au national.

72 CERS, ibid., explication de vote de Seldjouk.

73 Cermtri Toulouse. Dans « Campagne électorale Pour le socialisme le pouvoir aux travailleurs », mars 1978, 14 p. Compte rendu de discussions sur les « réunions » d’enfants.

74 Ibid.

75 Dans ce texte, la liste des présent(e)s est donnée, ainsi que celle des absent(e)s. Un peu plus de vingt militant(e)s sont directement concerné(e)s. Le même texte nous apprend qu’à Grenoble en 1972, il y avait 7 enfants à la DV (sic).

76 APJPS, carton n°21, « Le Havre Vie interne », lettre (fin 1973).

77 CdF n°3, mars 1978, p. 37-38.

78 Rq n°662, 2 juin 1978, p. 9. Entretien avec Cl. Christien-Pronet.

79 APGF, circulaire du BP, 29 mai 1975.

80 Pseudonyme de Rica Bentolila de Rouen.

81 Cermtri, VMK, lettre du 6 octobre 1975.

82 APGF, carton n°7 : Eli, « Contribution au débat régional », 21 mars 1977, 1 p.r.-v.

83 Ibid. : Garine, Espalion, Mils, Oswald, « Pour construire l’organisation à Besançon », 6 avril 1977.

84 Ibid., lettre de Garine à G. Filoche, 26 novembre 1978, 2 p. man.

85 Ibid., lettre de Garine à G. Filoche, 2 juin 1977, 2 p. dact. Garine a 35 ans, il est douanier, militant à la CGT, où il a des responsabilités. Après son départ et celui de quatre de ses camarades, la section bisontine est réduite à 15 membres.

86 Crit. co. n°11-12, décembre 1976-janvier 1977.

87 Ibid. : D. Avenas, A. Brossat, « Notre génération », p. 20-49.

88 Ibid., p. 31-32.

89 Ibid., p. 44. L’auteur cite Kroupskaïa, l’épouse de Lénine, ou Natalia, celle de Trotsky.

90 Cermtri, VMK, texte Anna, Betsheva, Jérôme, 8 mars 1976, 24 p.

91 Cermtri, VMK, Bulletin de sociologie rouennaise n°31. On apprend par ce texte que le docteur Vivet fait partie de ce regroupement.

92 Pour ces militants, cette expression n’a pas le même sens que pour les minoritaires de la LCR, attachés au Front unique ouvrier. Ils déplorent plutôt que la Ligue ne parvienne pas à nouer des contacts avec les autres militants ou formations d’extrême gauche.

93 Ibid., Bulletin de sociologie rouennaise n° 32, 6 p. ron., sans date (hypothèse 1976), transcription d’un débat de cellule enregistré au préalable.

94 APJPS, carton n° IV, ABCD BI, 1976, n° 4, p. 4-6. Une motion avait été votée au CC sur les crèches (avant octobre 1976), déplorant le retard de l’organisation dans la prise en charge collective des enfants.

95 Cermtri, VMK, texte du 2 octobre 1976, 4 p. ron.

96 Ibid., Bulletin de sociologie rouennaise n°37. Bilan de la cellule Renault-Cléon, 17 mai 1978.

97 Ibid., lettre du 5 février 1980, 2 p. ron.

98 Juhem (P.), « Entreprendre en politique. De l’extrême gauche au PS : la professionnalisation politique des fondateurs de SOS-Racisme », Revue française de Science politique, 2001/1, p. 131-153. Cit. p. 139, entretien du 24 août 1998.

99 Ibid., p. 139. Entretien du 25 février 1998.

100 Inprecor/Intercontinental Press, XIe congrès de la QI, novembre 1979, voir notamment « Le tournant vers l’industrie et les tâches de la QI », p. 53-64.

101 Le Monde, 18-19 février 1996, interview par Y. Eudes. Il a connu le succès avec son cédérom sur le Musée du Louvre.

102 Il réédite le livre de Kautsky (K.), Le Bolchevisme dans l’impasse, Paris, PUF, 1982.

103 À l’occasion de la réédition de Terrorisme et communisme de Trotsky (L.) chez Prométhée, il prend ses distances avec toute une partie de ce livre, ajoutant « Les dirigeants marxistes ne sont pas des demi-dieux infaillibles », in Rh n°938, 3-9 octobre 1980, p. 23.

104 Démocratie et socialisme, numéro spécial J.-P. Fonvieille, janvier 2002, à l’occasion de son décès.

105 Le Marxisme Aujourd’hui n°44, juin 2001.

106 Plusieurs de ces militants ont perdu leur mandat lors des dernières municipales.

107 Ch. Akerman, Suzanne Tallard toujours adjointe au maire, Jean-Paul Gardré. Ce dernier avait été candidat de la LCR aux législatives de 1978 à Aytré. Après son expérience municipale, il a réadhéré à la Ligue.

108 Rh n° 1347, 30 mars-5 avril 1989. Il figure dans la rubrique « Les Nôtres », n’ayant renoncé à aucunes des convictions essentielles qui étaient les siennes au début de son engagement politique, affirme Rouge.

109 Le Monde 3 juin 1999, portrait de S. Naïr, « Le contrôleur républicain de M. Chevènement », article d’A. Chemin et M. N.

110 F. Morvan signe une tribune dans Le Monde, 11-12 avril 1999, « Et la France dans tout cela ? », avec D. Motchane (MDC) ainsi que des proches de Ch. Pasqua. Le BP de la LCR parle à ce propos de dérive et signale que huit membres de la LCR seulement ont fait ce choix, dans Rh n°1823, 15 avril 1999.

111 Le Nouvel Observateur n°2014, 12-18 juin 2003, propos recueillis par Cl. Weill, p. 30, à l’occasion de la sortie de son livre Les Baby-boomers. Une génération 1945-1969, Paris, Fayard, 2003.

112 M. Saliou, ancienne élève de l’ENS, agrégée d’histoire, conseillère référendaire à la Cour des comptes, est nommée directrice du cabinet de J. Glavany, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, au début de l’année 2002 (Le Monde 4 janvier 2002).

113 Décédé en 2004. D’abord au PSU, il a été militant de la Ligue de 1972 à 1981.

114 Péan (P.), Cohen (Ph.), La Face cachée du Monde. Du contre-pouvoir aux abus de pouvoir, Paris, Mille et une nuits, 2003, p. 65.

115 Op. cit., p. 61.

116 Op. cit., p. 63.

117 Rh n°1170, 25 juillet-22 août 1985, p. 27.

118 Édité par Les Presses de la Renaissance, 1986.

119 Rh n°1204, 10-16 avril 1986, p. 23. À Trelew, Argentine, avaient été assassinés plusieurs militants de l’ERP-PRT, dont Pedro Bonnet était membre.

120 Mandel (E.), Meurtres exquis. Histoire sociale du roman policier, Paris, La Brèche, 1986.

121 Ion (J.), La Fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997.

122 Ibid.

Índice de ilustraciones

Título Tableau n°15 : Suicides de militant(e)s
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21308/img-1.png
Archivo image/png, 18k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540