Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Troisième partie. Une culture politique éclectique

Chapitre VIII. Les facteurs d’hétérogénéité

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

La diversité des générations et des origines

1La diversité des goûts culturels, ainsi que les divergences politiques, ne semblent pas avoir été atténuées par un système de formation ambitieux. La Ligue apparaît comme une organisation très variée, en dépit de sa dimension modeste. Militant(e)s appartenant à des générations différentes, militant(e)s d’origines sociales et de métiers différents, militant(e)s enfin conservant un attachement à leur identité d’origine, juive ou chrétienne, coexistent à la Ligue. L’ambition qu’a eu l’organisation d’intervenir dans tous les domaines n’a fait qu’accentuer cette caractéristique. Une autre organisation trotskyste, Lutte Ouvrière, en proclamant haut et fort, jusque dans son nom, la priorité qu’elle entend donner au travail ouvrier, est restée sans doute plus homogène.

Un conflit de générations ?

  • 1 Rh n°1333, 14-20 décembre 1988 : G. Villetin, « Le mélange des générations », p. 12-13.

2Lors du meeting commémorant le quarantième anniversaire de la fondation de la Quatrième Internationale, en 1988, se sont côtoyées diverses générations. A. Krivine se félicite de la présence de Pierre Naville, de Maurice Nadeau et de David Rousset1.

  • 2 Au cours de l’entretien qu’il nous a accordé le 21 décembre 2002.
  • 3 APGF, lettre de J.-R. Chauvin à la direction de la LCR, Paris, 22 novembre 1975, 6 p. dact.
  • 4 Le Monde, 16 février 2002 : Cl. Pennetier, « Rodolphe Prager, la mémoire du trotskysme ».
  • 5 Entretien avec M. Lequenne, op. cit.
  • 6 Témoignage de J.-P. Debourdeau, op. cit.
  • 7 Rh n°295, 11 avril 1975, p. 18. Dans cet article rédigé à l’occasion de son décès, il a malgré tou (...)
  • 8 Mobbs (P.), op. cit., annexe D, p. 1, entretien avec H. Weber.
  • 9 Entretien avec J.-P. Debourdeau, op. cit.
  • 10 G. Filoche évoque cet épisode, op. cit., p. 108.
  • 11 Rh n° 1092, 16-22 décembre 1983.
  • 12 Rh n° 860, 30 mars-5 avril 1979, p. 23.

3Cet intérêt pour les pionniers du mouvement n’a pas toujours caractérisé les dirigeants de la Ligue. M. Lequenne évoque la « prétention », « le vrai complexe de supériorité » des jeunes dirigeants de la JCR, dopés par Mai 19682. Jean-René Chauvin, un autre ancien trotskyste, parle aussi de jeunes gens qui se prennent pour des « géants3 ». Dans l’article nécrologique qu’il consacre à R. Prager, un autre ancien, trotskyste depuis 1935, l’historien Cl. Pennetier rappelle que « lorsque la nouvelle génération, celle des Krivine et des Bensaïd, prend en main la LC, Rodolphe Prager abandonne sa place dans les organismes de direction4 ». Parmi les anciens, seul P. Frank, « un des plus vieux trotskystes », « indéracinable5 », échappe au renouvellement des directions mené prestement par les anciens de la JCR. Même M. Lequenne est écarté momentanément de la direction. Mais il ne se décourage pas et revient au CC, à l’occasion du IIIe congrès en 1972. Cela n’a pas été le cas de tous les anciens du PCI, dont beaucoup sont partis sur la pointe des pieds, heurtés par exemple par les tendances anti-syndicales des plus gauchistes de leurs camarades. Certains militants entristes sont même restés au PC, envoyant de temps en temps de l’argent à la nouvelle section de la QI, avant de rompre tout contact6. Ainsi Michel Tarquis, ouvrier à l’arsenal de Brest, militant de la CGT et du PCI depuis 1945, démissionne en 1969, tout en maintenant des liens amicaux avec A. Fichaut resté à la Ligue7. Il semble bien en effet, comme le dit H. Weber à Ph. Mobbs, que la JCR ait absorbé le PCI. H. Weber se vante d’avoir « renvoyé [les anciens du PCI] dans leurs foyers, enfin à la base », parlant du PCI comme d’un « kyste8 ». De manière plus sobre, J.-P. Debourdeau nous dit que « du côté de la JCR, il y avait l’idée qu’on ne pouvait pas dire que les vieux avaient tellement fait leurs preuves. Combien de militants avaient-ils recruté ?9 ». Pour lui aussi, la fusion a été une adhésion du PCI à la JCR. Ainsi, le vieux trotskyste Peng Shuzhi est peu écouté quand il s’efforce, au IXe congrès de la QI à Rimini en 1969, d’ouvrir les yeux de ses camarades sur la vraie nature de la Révolution culturelle chinoise10. Cependant, à la mort de ce vieux militant (né en 1895 il meurt en 1983), Jean-Michel Masson rappelle, avec une certaine admiration, l’itinéraire d’un homme qui participe à la création du PCC, part en exil en 1949, et collabore ensuite avec la QI11. De même, Jacqueline Allio reconnaît la dette des féministes révolutionnaires à l’égard d’Evelyn Reed, militante américaine du SWP pendant 40 ans12.

  • 13 Les années cinquante, marquées par la confrontation entre l’Est et l’Ouest (guerre froide), ont ét (...)
  • 14 Avenas (D.), Brossat (A.), De l’antitrotskysme, éléments d’histoire et de théorie, Paris, Maspero, (...)
  • 15 Ce sont les mots utilisés par J.-R. Chauvin à propos du passage du livre d’Avenas et Brossat, dans (...)
  • 16 Rq n°319, 8 avril 1977, p. 11. Polémique (suite et fin) : M. L. « Ni rire, ni pleurer, comprendre  (...)
  • 17 APGF, lettre, op. cit. Voir la notice de J.-R. Chauvin dans le DBMOF.

4Cependant, selon D. Avenas et A. Brossat, le caractère marginal des organisations trotskystes pendant la période de traversée du désert13 expliquerait qu’elles soient devenues des « sectes », « gardiennes du temple ». C’est ainsi qu’ils qualifient les devancières de la Ligue, cette dernière étant appelée à réactualiser les acquis dans tous les domaines14. En revanche, les anciens ont du mal à accepter qu’on les traite de « génération perdue15 ». Au cours d’un débat mené dans le cadre de la rubrique culturelle de Rouge quotidien, M. Lequenne laisse éclater sa colère contre ces « néophytes au style loubard universitaire », qui croient avoir tout inventé16. J.-R. Chauvin, militant trotskyste à Bordeaux en 1937, puis pendant la guerre, arrêté en 1942 puis déporté à partir de 1943 à Mauthausen, Auschwitz-Birkenau et Buchenwald, a comme l’impression désagréable que la Ligue a honte de son histoire17.

  • 18 La LCR a annoncé à plusieurs reprises son intention d’écrire cette histoire sans que cela ait été (...)
  • 19 De Verbizier (G.), Ni travail, ni famille, ni patrie, Paris, Calmann-Lévy, 1994.
  • 20 Le Monde, 24 septembre 1999 : G. de Verbizier, « Stéphane Barsony, une figure de la Résistance à T (...)
  • 21 Cette campagne commence dès 1971 (Rh n° 129, 23 octobre 1971), elle est reprise en 1981 pour le 40 (...)
  • 22 Cahiers Léon Trotsky n°39, septembre 1989, p. 19-21. En nous appuyant sur les travaux des historie (...)

5Et, en effet, cela pourrait expliquer la difficulté de l’amalgame entre anciens et modernes. Ces derniers ont du mal à accepter l’attitude des trotskystes pendant la seconde guerre mondiale, attitude qu’ils connaissent mal d’ailleurs18. La non-participation des trotskystes aux maquis semble être une lourde faute aux yeux de la jeune génération. Cette dernière vibre notamment en prenant connaissance des exploits des FTP-MOI, magnifique exemple d’audace et d’internationalisme prolétarien. Un des dirigeants de la Ligue, G. de Verbizier, participe comme scénariste au film de Mosco retraçant l’histoire de la 35e brigade FTP-MOI (la sept/Arte, 1993) et en tire un livre19. Il rend hommage à l’un des militants de cette brigade, le docteur Stéphane Barsony, à l’occasion de sa mort20. Quant à la LCR, pendant toute la décennie, elle ne cesse de mener campagne pour que le PC et en particulier Fernand Grenier, président de l’Amicale de Châteaubriant, reconnaissent que parmi les 27 militants fusillés par les nazis le 22 octobre 1941 dans cette ville, se trouvaient un trotskyste, Marc Bourhis, et un opposant au stalinisme, Pierre Guéguen, ancien maire de Concarneau21. Les jeunes militants de la Ligue ne sont pas les seuls à être tourmentés par l’attitude de leurs anciens pendant la seconde guerre mondiale. À propos de ce passé, Pierre Broué évoque même « une plaie qui ronge la position de ces organisations [trotskystes]22 ».

Une lutte de classes à l’intérieur de la Ligue ?

  • 23 Cité par Rh n° 33, 6 octobre 1969.

6Précocement, certains militants ouvriers de la mouvance communiste, à la manière de ce traminot cégétiste de Marseille, laissent entendre que les militants gauchistes sont « des fils de patrons qui attendent l’héritage, des individus qui n’ont jamais travaillé23 ».

Origine sociale des dirigeant(e)s de la LCR

  • 24 APGF, carton n° 1, Rouen. Supplément local de L’Humanité-Dimanche n° 244, 9 novembre 1969. J. M. p (...)
  • 25 Le Figaro, 4 décembre 1972, p. 5.
  • 26 Filoche (G.), op. cit., p. 23.
  • 27 Ibid., p. 1 et 9.
  • 28 Ibid., p. 24.
  • 29 Leur père, le docteur Stéphane Barsony (1915-1999), est aussi membre (critique) du PC jusqu’en 196 (...)
  • 30 Le Monde, 11 mai 2001 : Jean Birnbaum, « Bensaïd underground ».

7Dans l’immédiat après-Mai 68, les communistes rouennais sont excédés par l’activisme des militants de la Ligue. Ils s’emploient à les discréditer en rappelant que l’un de leurs dirigeants, J.-M. Canu, « terrrriblement rrrrévolutionnaire » (sic), est un « enfant de bourgeois24 ». Dans le même article il est précisé que son père est administrateur de Paris-Normandie, soutien du maire de droite Jean Lecanuet, et que son grand-père était patron du port, donc exploiteur de dockers. Quant à Mme Canu elle a employé longtemps dans son entreprise « l’homme de main gauchiste bien connu Filloche » (sic). Les journalistes du Figaro notent aussi la présence dans les rangs de la Ligue à Rouen du fils d’un médecin connu de la ville25. C’est « dans la très grande maison de sa mère [de Jean-Claude Laumonier], boulevard de la Marne, que nous nous réunissions » confirme G. Filoche26. Lui, le fils d’ouvrier27, note la différence entre ses copains d’enfance de Sotteville-lès-Rouen et ses nouveaux camarades de la JCR : « ce n’était pas exactement la même culture28 ». D’autres militants de Normandie, les frères Marx de Rouen ou André Rosevègue du Havre, sont également fils de médecin. Curieusement on retrouve à Toulouse, autre ville phare de la JCR, la coexistence de fils de médecin, les frères Barsony29, et d’un militant d’origine modeste, D. Bensaïd. Son père, de sensibilité communiste, tenait « un bistro toulousain30 ». Quant à sa mère, le journaliste nous dit qu’elle était la fille d’un chiffonnier du faubourg Saint-Antoine à Paris.

  • 31 Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., t. 1, p. 48.
  • 32 .Ibid., p. 143.
  • 33 Voir sa notice biographique dans TURPIN (P.), Les Révolutionnaires dans la France social-démocrate(...)
  • 34 Rh n°1232, 13-19 novembre 1986 : « Robert Mension n’est plus ».
  • 35 Projet de biographie d’A. Krivine pour le Maitron par Serge Curinier (11 mars 2002), aimablement c (...)
  • 36 Voir le DBMOF et Le Monde, 7-8 janvier 2001, p. 12 : T. Wieder, « Il y a 50 ans, D. Rousset dénonç (...)
  • 37 AD 31, 1681W13. M. Recanati a été arrêté et contrôlé lors de la tenue d’un meeting à Toulouse le 1 (...)
  • 38 Le Monde, 12 mars 2003, annonce sa mort à l’âge de 80 ans. Il habitait dans le IVe arrondissement.

8La situation à Paris n’est pas tellement différente. J. Habel, dont la mère est couturière à domicile31, H. Weber dont le père est artisan bijoutier rue Popincourt dans le XIe arrondissement32, ne sont pas issus de catégories socialement privilégiées. Pas plus que M. Lequenne, dont le père était un employé d’origine paysanne33, ou que J.-M. Mension dont le père, communiste, était peintre en bâtiment avant de devenir permanent de la FSGT34. Mais un certain nombre de militants parisiens en vue, les frères Krivine, P. Rousset, M. Recanati ou les frères Cyroulnik appartiennent à la petite bourgeoisie cultivée. Le père des frères Krivine, Pierre, était stomatologue. « La famille vivait dans l’aisance, elle possédait un grand appartement à Paris, rue Taitbout dans le IXe arrondissement et employait deux femmes de ménage35 ». D. Rousset, le père de Pierre, journaliste et écrivain, ancien trotskyste, ancien déporté, ancien député, auteur de L’Univers concentrationnaire (1946) et des Jours de notre mort (1947), accède à la notoriété lors du procès qui l’oppose en 1950 au journal communiste Les Lettres françaises au sujet de l’existence des camps soviétiques36. Les parents de M. Recanati étaient éditeurs-publicitaires de la maison Lancelot-Publicité et résidaient dans le IXe arrondissement37. Le père des frères Cyroulnik a été un brillant violoniste jusqu’en 1962, consacrant après cette date sa vie à l’art, à la musique et au théâtre38.

9Nous n’avons pas rencontré de très grands bourgeois parmi les ascendants des dirigeants de la Ligue mais un certain nombre d’entre eux appartiennent à la catégorie cultivée de la population. Par les métiers qu’ils exercent — médecin ou dentiste —, sans atteindre l’extrême richesse, ils sont à l’abri du besoin. Chez plusieurs d’entre eux, on note un engagement ou au moins un penchant pour la gauche.

Origine sociale des militant(e)s de la Ligue

  • 39 Voir ci-dessous, annexe biographique, première liste.
  • 40 Kindo (Y.), op. cit., vol. 2, p. 125.

10À l’aide des renseignements très précis que nous possédons sur 40 militant(e)s nous pouvons tenter de préciser leur origine sociale39. Nous remarquons tout d’abord que, dans la plupart des familles, la mère reste au foyer : l’épouse de ce cheminot de Normandie entretient la modeste ferme (J.-J. Adam), celle d’un enseignant de collège élève ses cinq enfants (J.-Ph. Ternon). Sur les 40 familles identifiées, 17 sont ouvrières, 4 appartiennent au monde des employés, une seule à celui des petits agriculteurs (M. Mainhagu). Les artisans et petits commerçants sont 4, les enseignants 5 (3 instituteurs, 2 enseignants du secondaire) et les policiers et militaires 3, avec rang de sous-officier pour les militaires. Les cadres supérieurs sont peu représentés (un cadre de la Banque de France), comme les professions libérales (un notaire). La fille de ce dernier, Marie-Claude Rousseau, très tôt orpheline, se décrit « en rupture de classe », « en bordure de la classe bourgeoise par l’origine, en bordure de la classe prolétarienne par les sous40 ».

  • 41 Ibid., p. 157.

11Beaucoup de ces familles votent plutôt à gauche. Les parents d’Yves Peyrou, originaire d’Oloron, sont de tradition radical-socialiste, ceux de Jacques-Yves Larfeuil d’Aytré (17), de tradition social-démocrate. Les parents instituteurs d’Hervé Coléou (Dieppe) ou ceux, petits commerçants, de P. Laguillaumie (Yonne), sont tout simplement de gauche. Certains parents de militants votent PC, ceux de Sylvie Stablo (Lorraine) sont, dit-elle, « des purs et durs du PC et de la CGT41 ». Plus rares sont ceux qui se sont engagés : la mère de M.-C. Rousseau est une militante socialiste mitterrandienne, la mère de C. Noël une active militante du PSU puis de la Libre pensée. Les parents d’I. Garay, réfugiés du Pays Basque espagnol, étaient des militants révolutionnaires. Les parents favorables à la droite sont beaucoup moins bien représentés dans notre échantillon : le père, cheminot, de J.-L. L’Hôte, de Lorraine, est plutôt démocrate-chrétien, anticommuniste, et celui d’Y. Viry de sensibilité gaulliste. Une grande partie des militant(e)s continue donc par son engagement à la Ligue à cultiver les valeurs transmises par la famille. En définitive, les adhésions-provocations témoignant d’une crise d’adolescence sont plutôt rares. Les familles marquées par le catholicisme sont relativement nombreuses tout en restant minoritaires dans notre échantillon. Un des militants lorrains interrogés par Y. Kindo, Jean-Bernard Wojciechowski (né en 1956), a même fait ses études secondaires au petit séminaire de Metz. Signalons enfin un nombre assez important de militants dont la famille est d’origine étrangère, en particulier en Lorraine du Nord, terre d’immigration.

  • 42 Publiée dans Rq n° 742, 7 septembre 1978, p. 2. Jeanne se présente comme une militante de la Ligue (...)
  • 43 Rq n°743, 8 septembre 1978, p. 2.

12Les militant(e)s de la Ligue — ceci nous est confirmé par les données biographiques moins étoffées dont nous disposons pour des dizaines d’entre eux —, sont donc plutôt d’origine populaire. Par contre, nous avons remarqué que plusieurs des dirigeants provenaient de milieux intellectuels, notamment parisiens. Ils sont donc mieux dotés dans le domaine culturel que beaucoup de leurs camarades de province. On trouve au moins une fois des reproches précis sur « l’origine sociale des dirigeants ». Ils sont formulés par Jeanne, membre du CC, dans sa lettre de démission42. Elle fait état de « l’écœurement des militants de province lorsqu’ils vont à Paris et dorment chez des copains dans des appartements très chics avec des chaînes à 1 et 2 millions ». Dans sa réponse, le BP lui demande de « laisser aux staliniens l’argument ouvriériste et démagogique sur l’origine sociale des dirigeants43 ».

La diversité des milieux professionnels

  • 44 Au moins à deux reprises, la direction de la Ligue a tenté d’obtenir, de manière volontariste, que (...)
  • 45 APGF, « Sur la tactique de construction de la ville (Avignon) », 3 février 1976, 18 p. man., rappo (...)

13Les chiffres fournis par la Ligue elle-même témoignent de la variété de sa composition sociale ainsi que de son manque d’ancrage dans la « classe ». Malgré les efforts réalisés, les « tournants ouvriers44 » proclamés, un peu plus de dix ans après sa naissance, la Ligue n’est pas l’organisation prolétarienne rêvée. En septembre 1975, la cellule de la LCR d’Avignon est composée à sa naissance de 4 professeurs, 3 internes en psychiatrie ou médecine, un ingénieur de l’Équipement et un jeune chômeur. Un des rares ouvriers locaux, sympathisant, est laissé en groupe taupe rouge du fait de ses « nombreux problèmes individuels45 ».

  • 46 APGF, « Rapport du BP au CC des 8/9 décembre 1979, après le XIe congrès mondial », 7 p. ron. Ce ra (...)
  • 47 Brochure LCR, Thèses et résolutions du IVe congrès, 26-29 juin 1980, Montreuil, Rotographie, 111 p
  • 48 À Reims, une infirmière, un postier, des professeurs, des lycéens, le cercle Médecine et le groupe (...)

14En 1979, un rapport du BP déplore que les ouvriers d’industrie ne représentent que 20 % des effectifs de la Ligue46. Un rapport postérieur, plus détaillé, avoue que LO a deux fois plus de forces que la LCR dans la métallurgie, qu’il y a moins de 20 militants LCR dans la chimie dans toute la France47. Les listes de souscription pour Rouge quotidien confirment cette image d’une organisation qui puise une partie importante de ses ressources dans son milieu originel, chez les étudiants et les enseignants. Certes, des employé(e)s, des postiers et des infirmières souscrivent, mais les ouvriers sont moins représentés48.

Une faible présence au cœur de la « classe »

  • 49 Entretien avec I. Garay le 26 avril 2001.
  • 50 Entretien avec J.-Ph. Ternon le 24 janvier 2003.
  • 51 APJPS, carton n°3. Travail ouvrier I, « Deux ans de persécution à Peugeot », 1980, 100 p. Ce dossi (...)
  • 52 Le Monde, 5 avril 2000, p. 12.
  • 53 Le Monde, 28 février 2002, p. 18. « Plusieurs groupes tournent la page des années antisyndicales » (...)

15La LCR réussit parfois à « accrocher », après des semaines ou des mois de distribution, un jeune ouvrier dans une entreprise, mais elle parvient beaucoup plus difficilement à construire un noyau militant stable, groupe taupe ou cellule. Quand un gauchiste est repéré, la direction de l’entreprise s’efforce de l’isoler sur un poste qui ne lui permette pas de faire du prosélytisme. C’est ce qui est arrivé à I. Garay, muté à 18 kilomètres de l’usine principale de 1993 à 199649, ou aux militants de Renault-Sandouville mutés aux magasins en sous-sol, « chargés de distribuer à longueur de journée des chaussures de sécurité50 ». Parfois, le militant est suivi à la trace, littéralement harcelé même quand il est délégué. Ainsi Philippe Marchau, OS à l’usine Peugeot de Montbéliard, a été réprimandé à de très nombreuses reprises, de mars 1977 à novembre 1979, pour avoir pris la parole pendant le temps de casse-croûte, ou pour avoir dépassé le temps qui lui était alloué comme délégué CGT. Avertissements, retenues sur salaire et même mises à pied d’un jour lui ont été infligées, contribuant sans doute à sa désespérance51. La direction de l’entreprise Peugeot pratiquait systématiquement la discrimination envers les militants ouvriers. Le journaliste F. Lemaître donne l’exemple de Noël Hennequin, ouvrier entré dans l’entreprise en 1960, à la veille de la retraite au début des années 2000. Militant de Lutte Ouvrière, il n’a pas obtenu de promotion depuis 196552. La direction de l’entreprise a d’ailleurs été récemment condamnée en justice à indemniser les ouvriers lésés par ces pratiques53.

  • 54 Voir notre annexe biographique et le témoignage de J.-Ph. Ternon.
  • 55 C’est ce qu’évoque avec inquiétude le militant qui rédige un rapport (3 p. man. sans date) sur le (...)

16Un autre obstacle empêche implantation et recrutement, c’est l’hostilité du PC et parfois de la CGT. Plusieurs militants ouvriers de la LCR ont été exclus de la CGT pour « gauchisme » : soit tout simplement parce qu’ils ont adhéré à la Ligue (Michel Hournon ou Guy Barbin), soit parce qu’ils ont mené des luttes désavouées par la direction du syndicat (Michel Arsac ou Denis Lafontaine). La CFDT peut également se conduire de cette manière. À Renault-Sandouville, elle démet de ses mandats syndicaux Jean-Marie Toullec, après qu’il se soit présenté aux élections législatives partielles de juin 1975 sous les couleurs de la Ligue, considérant qu’il y a incompatibilité entre les deux engagements54. L’attitude des syndicats n’est d’ailleurs pas uniformément hostile. Le vieux militant de Brest, A. Fichaut, pourtant candidat de la Ligue à de multiples reprises, n’a jamais été inquiété. Il arrive même, surtout à la fin des années soixante-dix, que les directions syndicales décident de promouvoir tel ou tel militant ou sympathisant gauchiste espérant ainsi le neutraliser55.

  • 56 Rq n° 649, 18 mai 1978, p. 8-9. Témoignage d’un de ces militants, Nicolas Dubost.

17De plus certaines cellules ouvrières de la Ligue souffrent des scissions intervenues dans l’organisation. La cellule Renault-Flins s’est auto-dissoute en décembre 1969, car la quasi totalité des militants étaient membres de la minorité qui n’allait pas tarder à créer l’organisation Révolution56 ! De même, quand Clément et Thimbault décident d’adhérer à la LTF en 1976, il ne reste plus qu’un militant à Renault-Cléon. Trois ans plus tard, la cellule SNCF de Rouen est très affaiblie par le départ du cheminot Michel Kermiche et de deux sympathisants pour l’OCI.

  • 57 Entretien téléphonique avec D. Laplace, le 22 mai 2000, confirmé par B. Chamayou, le 22 janvier 20 (...)
  • 58 APGF, carton n°3, Ouest, texte adopté en DV, Rennes, 22 juillet 1977, 1 p. r.-v.
  • 59 Lettre man., 1 p. r.-v., écrite à Audincourt, datée du 5 mars 1978. Cette lettre m’a été montrée p (...)

18L’implantation de la Ligue en milieu ouvrier apparaît donc comme très précaire. Cette impuissance explique sans doute que le « vieux » militant du PC d’Alstom (Tarbes) et sa fille Viviane soient revenus au PC après un bref passage à la Ligue57. En 1977 les dirigeants de Rennes constatent leur grande marginalité par rapport au mouvement ouvrier, l’isolement des six ou sept de leurs camarades de la CGT — sur un total de 40 militant(e)s rennais et autant de sympathisant(e)s58. Les ouvriers qui adhèrent à la Ligue ont l’impression de se marginaliser en faisant ce choix. David, OS à Peugeot Montbéliard, se qualifie « d’ermite rouge », « j’en ai marre du militantisme, je n’en peux plus, j’étouffe ». Il regrette de n’avoir plus de copains, il est fatigué de jouer les assistantes sociales pour ses camarades de travail, et d’être harcelé par les « bureaucrates ». Constatant que « depuis que j’ai connu la Ligue — pas tout à fait 4 ans — j’ai vieilli de dix ans », il choisit de démissionner. Il termine sa lettre d’explication à ses camarades par cette phrase : « Rester à la Ligue et devenir fou, ou me droguer pour oublier ou encore disparaître purement et simplement59 ». Ce terrible constat est confirmé tragiquement quelques mois plus tard par le suicide de son camarade d’organisation et de travail, Ph. Marchau, le 8 févier 1980.

Une plus grande présence dans le secteur tertiaire

  • 60 Brochure IVe congrès, op. cit., p. 75.

19La direction reconnaît au terme de la décennie soixante-dix que la LCR a deux fois plus de militants dans la santé que dans la métallurgie60.

Tableau n°14 : Composition sociale de la LCR en 1981

Tableau n°14 : Composition sociale de la LCR en 1981

Source : chiffres donnés à l’issue du Ve congrès (Rouge n°997, 31 décembre 1981)

  • 61 Réunion nationale des groupes taupes, Rouen, 9-10-11 juin 1973, Rh n°209, 15 juin 1973, p. 2-6.

20Au Ve congrès (1981), 13 ans après la création de la Ligue, le poids des ouvriers est toujours aussi faible. En 1973 déjà, lors de la conférence nationale des groupes taupes rouges tenue à la Pentecôte, les employés étaient 333 alors que les travailleurs du secteur secondaire n’étaient guère plus de 20061.

Cheminement vers ces métiers

  • 62 Brochier (J.-Ch.), Delouche (H.), Les Nouveaux sans-culottes, enquête sur l’extrême-gauche, Paris, (...)

21Christophe Aguiton, interrogé par J.-Ch. Brochier et H. Delouche, explique bien cette présence relativement forte dans les PTT en particulier : « C’était le seul milieu où l’on pouvait entrer à des âges très divers et avec une formation uniquement générale62 ». Ainsi Pascal Jacq, étudiant en histoire à Rouen, est reçu au concours d’inspecteur des PTT, avant de se réorienter après quelques années vers le professorat d’histoire et géographie. Claudine Pedroletti, ayant abandonné ses études de pharmacie en troisième année, et Angélica Frémont ses études de psychologie en deuxième année, se retrouvent laborantine pour la première, infirmière pour la seconde. Souvent en effet, c’est au lycée ou à l’université, que ces futurs employé(e)s des PTT ou de la santé rencontrent la Ligue, C. Aguiton au lycée Chaptal et Ahmed Ben Mammar au lycée Voltaire à Paris, Claude Debons au lycée de Rodez et Sylvie Faigt au lycée Jean Lurçat de Perpignan.

Une forte implication dans les structures syndicales

22Habituellement, les militant(e)s présent(e)s dans ce secteur d’activité se syndiquent, indifféremment à la CGT ou à la CFDT. Ceux qui figurent dans notre annexe biographique, dont nous connaissons l’appartenance syndicale, se répartissent de manière égale entre CGT (13) et CFDT (13). Il faut remarquer cependant que les employés des PTT (4 contre 2) et de la santé (6 contre 4) vont plutôt vers la CFDT. C’est d’ailleurs dans ce syndicat qu’ils obtiennent le plus facilement des responsabilités.

23Responsable syndical CFDT depuis 1974 dans son hôpital de Lille (Lommelet), Vladimir Nieddu — il a à peine 20 ans et adhère à la Ligue en 1976 —, devient secrétaire de la zone interprofessionnelle de Lille quelques années plus tard. Ce type d’ascension dans l’appareil syndical est malgré tout assez rare, et les directions des syndicats ou des confédérations veillent longtemps à limiter l’influence des « gauchistes ». C. Aguiton (PTT) comme Pascal Dias (Santé) sont d’ailleurs exclus de la CFDT avec d’autres militants en 1988. Ces exclus sont à l’origine du nouveau syndicat SUD.

24La prise de responsabilité à la CGT est possible aussi. Daniel Berrou est secrétaire du syndicat CGT de l’OPHLM de Bobigny, Éric Zerbini secrétaire du syndicat CGT de l’hôpital de Dreux, il est vrai l’un et l’autre dans les années quatre-vingt. Nous avons même rencontré des militantes LCR secrétaires nationales de leur syndicat CGT : Martine Toulotte est secrétaire nationale du Syndicat des agences d’urbanisme, appartenant à la Fédération CGT de l’Équipement, et Nathalie Malka Desanti, secrétaire générale du Syndicat national des chancelleries judiciaires CGT, et également membre de la commission exécutive de l’UGFF-CGT. Mais dans ces deux cas il s’agit de petits syndicats et l’accession à ces responsabilités s’est faite de façon très tardive, au milieu des années quatre-vingt pour M. Toulotte et en 2000 pour N.-M. Desanti. Cela a demandé beaucoup de temps, mais ces deux exemples montrent que la Ligue a su s’inscrire, à force de persévérance, dans le paysage syndical.

  • 63 Rq n° 590, 2 mars 1978, p. 7.

25L’existence à la LCR de militants, et de militantes, travaillant dans la fonction publique (nationale ou territoriale), moins vulnérables à la répression que les salariés du privé, permet à l’organisation de donner une image « ouvrière » et féministe au moment des élections. À Paris, lors des élections législatives de 1978, sur les 24 candidat(e)s de la liste Pour le socialisme, le pouvoir aux travailleurs (LCR, LO et OCT), 15 sont employé(e)s. Nombreuses ont été les infirmières militantes de la Ligue candidates aux élections. Ainsi, aux élections législatives de 1978, Chantal Ammar, infirmière à l’hôpital psychiatrique de Villejuif, responsable CGT, défend les couleurs de la LCR dans la circonscription de Georges Marchais63.

Médecin et militant à la LCR

  • 64 Jacques Giron, étudiant en médecine dans les années soixante-dix puis médecin, a démissionné puis (...)
  • 65 Un BI, mai 1977, signale la participation de cinq médecins de la LCR, dont Averell de Montpellier, (...)
  • 66 Le Monde, 3 février 2000, dans le supplément « Vivre à Clermont-Ferrand », son portrait par J.-P. (...)
  • 67 Le Monde, 14 mars 2001 et 11 juin 2002.

26La présence à la LCR de médecins et surtout leur implication dans la vie politique locale sont moins apparentes. En comptant les militants qui se consacrent à la direction nationale de l’organisation, comme le docteur Antoine Grimaldi, nous en avons dénombré une dizaine. À Paris, le chirurgien J.-M. Krivine, le professeur de médecine M.-F. Kahn ou le psychanalyste M. Hassoun sont très actifs dans les années soixante-dix. À Rouen, la cellule médecine comprend quatre médecins dans l’immédiat après-Mai 1968, mais elle est affaiblie par les mutations et les démissions. Outre ces militants de Paris et de Rouen, auxquels on peut ajouter ceux de Toulouse64 et de Montpellier65, rares sont les médecins ayant mené parallèlement carrière professionnelle et militantisme politique sur la longue durée. C’est pourtant le cas du docteur Alain Laffont, médecin installé dans un quartier populaire de Clermont-Ferrand66. Âgé de 52 ans en 2000, il est décrit par les journalistes du Monde comme « un grand gaillard à la barbe fournie, qui ne fait pas grand cas de sa vêture. Les jeunes l’appellent le docteur aux baskets ». Alain Laffont est conseiller municipal de Clermont-Ferrand depuis 1995, il a été réélu en 2001. Les scores qu’il réalise aux diverses élections sont généralement très supérieurs à ceux des candidats de la Ligue. Pour nous en tenir aux échéances électorales les plus récentes, il a obtenu 11,97 % des suffrages exprimés aux élections cantonales de mars 2001 à Clermont-Ferrand Nord et 4,79 % aux difficiles élections législatives du 9 juin 200267. On a l’impression d’assister à l’émergence d’un notable rouge, mais il s’agit d’un cas exceptionnel dans l’histoire de la Ligue.

Au cœur de la Ligue : enseignants et étudiants

27Si ces catégories sociales ont perdu du poids au fil de la décennie soixante-dix, elles représentent encore en 1980 plus du tiers des effectifs de l’organisation.

Les enseignants : l’ossature de l’organisation

  • 68 APGF, carton n°4, Sud-Est, Antonio et al., « Cris(e) et chuchotements », texte interne de 16 p. ro (...)
  • 69 APGF. Dans sa lettre à G. Filoche, A. Calvié parle du « virus gauchiste qui infecte l’organisation (...)

28Née dans l’université, la LCR, à la différence de son organisation-sœur espagnole beaucoup plus ouvrière dès son origine, reste fortement marquée par ses conditions de naissance. Ainsi, après 1968, ce sont les étudiants toulousains devenus enseignants qui créent de nouvelles sections dans les villes du Sud-Ouest, D. Laplace à Agen, B. Chamayou à Tarbes ou P. Cours-Salies à Pau. À Marseille au début de l’année 1978, malgré les démissions, les enseignants restent encore nombreux, 14 militant(e)s sur un total d’une centaine. La cellule enseignante considérée comme trop nombreuse est scindée en deux. Le second degré est mieux représenté que l’enseignement élémentaire (seulement trois instituteurs). Les jeunes ayant encore un pied dans le monde étudiant sont majoritaires (huit, dont trois MI-SE, un stagiaire du CPR, quatre MA)68. Deux militants aguerris, Gérard Perrier, professeur dans un lycée technique, et Alain Calvié, enseignant dans le supérieur, ont quitté la LCR peu de temps avant69. Ces militants enseignants professionnellement stables, surtout quand ils sont titulaires, deviennent vite des pôles autour desquels s’agrègent les sympathisants. C’est souvent chez eux qu’ont lieu les réunions de cellules, qu’est entreposée la ronéo. Ils sont souvent aussi les porte-parole locaux de l’organisation et défendent ses couleurs aux élections. Tout au long de la décennie, si leur pourcentage tend à décroître, ils restent très présents sur les listes de candidat(e)s LCR.

29Cet enracinement local est d’abord permis par la protection conférée par le statut de la fonction publique. Mais cela ne plaît pas à tout le monde. L’histoire des interventions locales contre tel ou tel fonctionnaire militant reste à faire. Nous en donnerons quelques exemples. Ainsi, en janvier 1974, l’Inspecteur général d’histoire et géographie, M. Hubac, fait une visite surprise dans la classe d’un jeune professeur certifié d’histoire et géographie, en poste dans le lycée du centre ville du Havre. Ce dernier est en même temps militant de la Ligue. M. Hubac termine ainsi son rapport d’inspection :

  • 70 APJPS, carton n° 8, photocopie d’un rapport d’inspection daté du 23 janvier 1974.

Encore que son attitude au lycée ne laisse rien à désirer, Monsieur X est connu par ses concitoyens pour son attitude politique. Peut-être serait-il bon d’accéder alors à sa demande de mutation70.

30Cette visite a été sollicitée par un groupe de pression local excédé par le militantisme public de ce jeune professeur. Heureusement, cet enseignant avait préalablement demandé sa mutation pour son Midi natal et l’affaire s’est dénouée sans drame, le SNES ayant conseillé d’accepter cette issue.

  • 71 Nous avons trouvé trace de cette « affaire Auban » dans Rh n°227, 2 novembre 1973, p. 15, sous le (...)
  • 72 APJPS, carton n°8, « Dossier Pelaez ». Six pièces : une synthèse (7 p. dact.) et cinq lettres écha (...)
  • 73 Ce Certificat d’aptitude à l’enseignement dans les collèges permettait de devenir professeur de co (...)
  • 74 « Je l’ai vue vendre Rouge devant le Crédit lyonnais » aurait-il dit. Ces propos sont rapportés pa (...)

31Les militant(e)s les plus exposé(e)s sont évidemment les auxiliaires ou tout simplement les jeunes. Ainsi, Gérard Auban, MI au CET des Arènes à Mont-de-Marsan, bien que donnant satisfaction professionnellement, est révoqué par le conseil de discipline de l’académie de Bordeaux présidé par le recteur, sur demande de son chef d’établissement. Ce dernier a baissé la note administrative de G. Auban, en expliquant que ses fonctions politiques étaient incompatibles avec une fonction de maître d’internat71. Le Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale (CSEN) statuant en appel cassera cette décision, et G. Auban sera réintégré. Quant à Maria-Luisa Pelaez, militante de Tours, juste âgée de 20 ans72, elle se voit « collée » à l’épreuve pratique du CAPCEG73 en juin 1973, pour des raisons politiques. Non content de l’avoir « collée », son maître de stage, M. P., aurait pronostiqué un nouvel échec l’année suivante, considérant qu’elle est trop marquée politiquement74.

  • 75 Challand (B.), op. cit.

32Même dans ce secteur d’activité a priori protégé, les militant(e)s doivent se méfier des embûches. Toutefois, la situation est fort différente de celle de l’Allemagne (avec ses fameux Berufsverbot), et de la Suisse où les militants communistes et gauchistes sont victimes d’une véritable chasse aux sorcières. En Suisse, pour obtenir certains emplois, il faut un « certificat de bonne vie et mœurs », remis par la police. Benoît Challand cite le cas de trois militants, au moins, de la Ligue Marxiste Révolutionnaire (LMR, section suisse de la QI), écartés ou refusés pour appartenance à cette organisation, notamment en Suisse alémanique75.

  • 76 C’est le cas d’Étienne Patoor en Lorraine, évoqué par Kindo (Y.), op. cit., vol.2, p. 117-123. Né (...)
  • 77 Leurs thèses ont été publiées aux éditions La Brèche proches de la LCR, toutes les deux en 1988.

33Les militants de la Ligue ont donc pu dans l’ensemble concilier militantisme et exercice du métier. Les militants du Supérieur ont pu mener à bien leurs recherches, demandant parfois un congé militant pour finir une thèse76. Catherine Samary et Pierre Cour-Salies par exemple vont au bout de leur thèse, la première sur la Yougoslavie, le second sur la CFDT77. Ils ont souvent fait bénéficier l’organisation de leurs travaux. On a vu leur implication dans les écoles de formation, dans le quotidien ou les revues.

Les militant(e)s étudiants de la Ligue face aux études

34Le positionnement des militants de la Ligue à l’université est plus malaisé. Certains s’y comportent en « révolutionnaires professionnels », en utilisant les avantages du statut pour militer. Ils sont peu impliqués dans leurs études et dans leur milieu :

  • 78 Yon (K.), op. cit., entretien avec Mathieu, p. 139. Né en 1953, technicien aux télécoms, militant (...)

En milieu 1971 je me suis inscrit à la fac mais comme beaucoup de gens de cette génération je militais tout le temps, donc les cours c’était 1 % de notre activité78.

  • 79 Ce DES est soutenu en 1965 à la Sorbonne devant le professeur Jacques Droz.
  • 80 Maîtrise déposée aux AD des Hautes-Pyrénées à Tarbes.
  • 81 APGF, lettre de Michel Demoule (Maki) à G. Filoche, datée du 5 novembre ?, 5 p. man.

35Combien de militant(e)s de la Ligue réussissent à concilier études et militantisme et à aller jusqu’au bout de leur cursus universitaire ? Cela est très difficile à savoir. Un certain nombre d’entre eux parviennent à mener à bien des maîtrises en histoire politique ou sociale, sur des sujets très proches de leurs préoccupations de militants. A. Krivine donne l’exemple, soutenant un Diplôme d’Études Supérieures (DES) sur « Le premier mai 1906 », alors qu’il est encore militant de l’UEC79. A.-M. Pavillard, militante à Tarbes, soutient, sous la direction de Rolande Trempé, une maîtrise en novembre 1972, à l’université de Toulouse, consacrée à « L’implantation du PC et de la SFIO dans les Hautes-Pyrénées dans l’entre-deux-guerres »80. D’autres encore, comme Robert Hirsch, s’intéressent directement à l’histoire du courant dont ils se réclament avec une maîtrise sur « Le mouvement trotskyste en France de 1929 à 1933, les idées et les hommes », soutenue à Paris-I en 1974. Un étudiant de l’université de Montpellier, annonçant son succès à la licence d’histoire à son camarade G. Filoche, présente celle-ci comme « le diplôme qu’on rencontre le plus souvent parmi la qualification des permanents de l’organisation81 ».

  • 82 Entretien avec J.-Ph. Ternon le 24 janvier 2003.

36Mais nombreux sont ceux qui interrompent leurs études avant leur terme, sans obtenir de diplôme professionnel. Ils se reclassent ensuite dans la fonction publique, les PTT, l’Inspection du travail ou l’enseignement. Outre G. Filoche, Jean Métais et Hervé Julien sont devenus inspecteurs du travail, ce dernier ayant même été reçu à l’ENA. Bénéficiant du capital culturel accumulé au cours de leurs années militantes, ils réussissent assez facilement leur reclassement. Ainsi, s’étant présenté au concours de recrutement des professeurs de LEP (Lettres-histoire) sans l’avoir préparé, J.-Ph. Ternon passe brillamment l’épreuve de géographie notamment, grâce aux connaissances que son militantisme lui a permis d’acquérir82.

  • 83 Entretien avec P. Jeanne le 4 avril 2002.

37En général, il faut au militant lycéen arrivant en faculté beaucoup de force de caractère pour imposer sa volonté de poursuivre sérieusement des études à un groupe militant déjà constitué et enclin à « sécher » les cours, au profit des diffusions de tracts, des collages et des réunions politiques. Évoquant ses camarades étudiants de Rouen, Pierre Jeanne confirme : « Pour eux la question des études était secondaire. Ils militaient à plein temps, collages d’affiches, tenue de la table de littérature dans le hall de la fac du matin jusqu’au dernier cours du soir83 ». Malgré tout, P. Jeanne parvient à mener ses études jusqu’au DEA, tout en militant à la Ligue, à laquelle il appartient toujours. La pression du groupe était forte, mais pas suffisante pour décourager le jeune étudiant désireux de réussir ses études.

Être lycéen et militant de la Ligue

  • 84 Jonquet (Th.), op. cit., p. 70-71.
  • 85 APJPS, carton n°23, Le Havre. Le militantisme a des conséquences négatives sur leurs résultats sco (...)
  • 86 Ibid. Réponse de la DV, 31 juillet 1972, 2 p. dact.

38La situation est encore plus compliquée pour les militant(e)s lycéens, qui, pour la quasi totalité, résident chez leurs parents. Le militantisme à la Ligue et le statut de lycéen sont difficilement compatibles. Le problème se pose à Thierry Jonquet, militant de Lutte Ouvrière, dans des termes assez proches. Ayant adhéré à LO durant son année de première, il raconte « la bataille épuisante », « les nombreuses escarmouches » avec ses parents, « pauvres parents qui ne comprenaient pas ce qui se passait84 ». Certains parents, tels que ces ouvriers du Havre, sont catastrophés quand la participation active — « voire très active », écrivent-ils — de leurs deux fils, Jean-Claude et Christian, aux activités de la Ligue semble compromettre leurs études85. Dans leur lettre, ils accusent les responsables locaux de la Ligue de transformer leurs fils « en inadaptés, en asociaux ». Ils craignent qu’ils ne deviennent des « ratés ». Dans sa réponse, la DV a beau jeu de donner des contre-exemples, puisque les trois autres militant(e)s lycéen(e)s qui ont passé le bac l’ont obtenu, dont l’une avec mention très bien86. Et surtout, elle insiste sur le fait que des études fructueuses ne sont en rien contradictoires avec le militantisme qui nécessite une solide culture. Cet échange assez rare, dont est conservée la trace, témoigne bien des difficultés qu’un jeune, encore domicilié chez ses parents et à leur charge, peut rencontrer pour vivre sa vie de « militant bolchevik ». Ils n’ont pas tous la « rouerie » de Th. Jonquet pour assurer leur défense :

  • 87 Jonquet (Th.), op. cit., p. 71.

Combien de fois n’avait-il pas [il parle de lui à la troisième personne] entendu ses parents pester contre la vie chère et louer le dévouement des camarades du Parti ? Et bien, qu’ils se mettent dans la tête qu’il était lui aussi devenu un camarade, mais d’un autre parti ! le vrai, le seul87.

39Les militants jeunes de la Ligue ont des comportements variés face à leurs études. Majoritairement, ils ont tendance à sacrifier celles-ci au militantisme. Certains responsables en prennent conscience et tentent de réorienter leurs camarades étudiants vers les salles de cours :

  • 88 APGF, carton n°9, Boris, Alex, Thomas, Karlov, Maxime, Pol, « Texte préparatoire à l’AG de ville » (...)

Tous les étudiants Ligue doivent assister régulièrement aux cours, et prendre en charge dans leur amphi la construction d’une section MAS ou UNEF88.

  • 89 APGF, ibid., Section Quartier latin (V/VIe), « Perspectives pour la construction de la section », (...)

40Cette admonestation se fait, bien sûr — nous sommes en 1978 — au nom d’une plus grande efficacité militante. Une trop grande extériorité au milieu risque de nuire à la construction du syndicat étudiant, mot d’ordre désormais d’actualité. Au même moment à Paris, la section Quartier latin de la LCR regrette que plus de la moitié des militants étudiants « n’aient aucune insertion sur leur fac (au plus une ou deux heures de cours) et soient salariés ailleurs89 ».

La double appartenance ?

Un nombre important de militant(e)s d’origine juive

  • 90 Auron (Y.), Les Juifs d’extrême gauche en mai 68, Paris, Albin Michel, 1998, p. 32, entretien de s (...)

41Si certain(e)s se sont plaint du trop grand nombre d’étudiants prolongés à la direction de la Ligue, aucun texte interne n’évoque, même sous forme de boutade, la présence de dirigeant(e)s d’origine juive. Parlant de la Ligue, Édith Deléage remarque « qu’elle n’a jamais rencontré d’organisation si totalement et si profondément antiraciste », alors qu’elle dit avoir été témoin de manifestations d’antisémitisme au PC, au PS ou dans des organisations syndicales90.

De nombreux militant(e)s d’origine juive

  • 91 Dans Knout (D.), Contribution à l’histoire de la Résistance juive en France, Paris, CDJC, 1947, ci (...)
  • 92 Kriegel (A.), « Judaïsme et gauchisme », L’Arche n°186-187, septembre-octobre 1972, repris dans Co (...)
  • 93 Les grands-parents paternels sont nés dans l’Empire russe, leur grand-père maternel est né à Braïl (...)
  • 94 Ibid., p. 220.

42Cette spécificité de la Ligue est peut-être due au grand nombre de militants d’origine juive. Cela était déjà le cas pour le PCI au lendemain de la deuxième guerre mondiale91. Rappelons aussi la célèbre plaisanterie : « Pourquoi les membres du BP de la Ligue communiste ne discutent-ils pas en yiddish ? — Parce qu’il y a Bensaïd », rapportée par A. Kriegel92. Parmi les dirigeants les plus connus de la Ligue, P. Frank est né à Paris en 1905 dans une famille juive récemment immigrée de Vilna ; les frères Krivine sont descendants eux aussi de Juifs venus de l’Est93. Et H. Weber est en 1944 à Léninabad près du fleuve Amour. D’autres militants connus — R. Prager ou P. Barsony (Piotr) —, sont nés de pères juifs hongrois, mais de mère allemande pour le premier et corse pour le second. Quant à écrire comme le fait A. Kriegel que « les jeunes aschkenazim se retrouvent plus volontiers trotskystes, les jeunes sephardim plus volontiers maoïstes94 », nous lui laissons la responsabilité de cette affirmation. Dans l’état actuel de nos recherches nous ne pouvons ni la contredire ni l’approuver. Outre D. Bensaïd, plusieurs militants ou ex-militants de la LCR sont originaires de la rive sud de la Méditerranée, Daniel Assouline né à Fez (Maroc) ou encore J. Hassoun et S. Johsua à Alexandrie (Égypte).

  • 95 Auron (Y.), op. cit., p. 66.
  • 96 Ibid., p. 101.
  • 97 APGF, « Cahiers des stages », été 1971.

43Certains militants ont d’abord appartenu à une organisation sioniste socialiste, l’Hachomer Hatzaïr, avant de rejoindre la Ligue. C’est le cas d’H. Weber, inscrit à cette organisation par ses parents dès l’âge de 9 ans. De même J. Habel fréquente, dans les années cinquante, des amies juives proches de ce mouvement95. Une autre militante de la Ligue, Édith Deléage-Perstunski, a vécu également dans cette atmosphère idéologique. Son père, arrivé en France dans les années 1934-35, a fait partie de ce mouvement fondé en Pologne à la fin de la première guerre mondiale96. Plusieurs participants aux stages de formation de la Ligue déclarent avoir appartenu à cette organisation97.

Une grande sensibilité à l’antisémitisme…

  • 98 Lors de l’entretien qu’elle a accordé à Auron (Y.), op. cit., p. 90.
  • 99 Minczeles (H.), Histoire générale du Bund, un mouvement révolutionnaire juif, Paris, Denoël, 1999, (...)
  • 100 Auron (Y.), op. cit., chap. II, « L’obsession du passé ». Nombreux témoignages, dont celui de J. H (...)
  • 101 France-Culture, 29 juillet-30 août 2002, Fragments d’un discours révolutionnaire : à l’école des t (...)

44Ces militant(e)s ne sont pas choqué(e)s, au contraire, par l’utilisation de la violence contre l’extrême droite. Joëlle Ada, ancienne militante, se dit fière que la Ligue ait enfreint la loi dans son combat contre le fascisme : « l’extrême gauche a lutté contre l’antisémitisme et le racisme98 ». On a peut-être là une des explications de l’attitude violente de la Ligue par rapport à Ordre nouveau, qui apparaît inconvenante à de larges secteurs de l’opinion publique. Cette attitude s’inscrit-elle dans une filiation historique ? Des décennies auparavant, confronté à la violence des Cent-Noirs dans l’Empire russe, les militants du Bund avaient organisé des groupes d’autodéfense avec entraînement dans des lieux sûrs99. La Shoah a réactivé cette mémoire, comme l’expliquent plusieurs militants interrogés par Y. Auron100. D. Bensaïd a rappelé sur France-Culture, le 8 août 2002, qu’il y avait dans le tiroir-caisse du café paternel, à Toulouse, une étoile jaune que le père sortait en cas de propos antisémite101.

  • 102 Rq n°454, 20 septembre 1977, « Antisémitisme pas mort ».
  • 103 Rq n°826, 26 décembre 1978, p. 7 : « La lutte contre la recrudescence de l’antisémitisme reste une (...)
  • 104 Rq n° 441, 5 septembre 1977, p. 12 : Ph. M. « Le procès des pogroms », à propos des pogroms d’Ukra (...)
  • 105 Rq n° 713, 2 août 1978, p. 6-7, et n° 802, 20 novembre 1978, p. 5.
  • 106 Rh n°939, 10-16 octobre 1980, p. 7.

45La recrudescence de l’antisémitisme à la fin des années soixante-dix ne laisse pas la Ligue sans réaction. Rouge dénonce en première page les déprédations commises sur la tombe de Sigmund Freud à Vienne102 et l’incendie de la synagogue de Drancy103. Des articles consacrés aux pogroms, au ghetto de Varsovie104 ont précédé l’écho donné au Mémorial de la déportation des Juifs de France. À l’occasion de cette publication, son maître d’œuvre Serge Klarsfeld est interviewé à deux reprises dans Rouge105. Considérant que la police française n’est pas moins responsable de la déportation des juifs que la police allemande, Rouge s’associe à la campagne lancée pour l’inculpation de René Bousquet pour crime contre l’humanité. Après l’attentat de la rue Copernic (octobre 1980), D. Bensaïd et B. Cohen assurent les victimes de leur solidarité sans réserves, « reconnaissant à la communauté agressée le droit légitime de se défendre en comptant sur ses propres forces106 ». Une militante telle que J. Habel, née en 1938, se souvient toujours de ce qu’elle a vu, enfant, à Paris :

  • 107 Auron (Y.), op. cit., p. 66. Entretien réalisé le 20 septembre 1983.

Je me souviens de camarades qu’on raflait, qui pleuraient et criaient […]. Je ne me suis jamais sentie française, nous n’étions pas français. Pendant la guerre, j’ai été envoyée dans plusieurs endroits différents, j’ai dû changer de nom, et apprendre par cœur des prières catholiques […]. Cela a été un profond traumatisme107.

  • 108 Goldman (P.), Souvenirs obscurs d’un Juif polonais né en France, Paris, Le Seuil, 1975. À l’occasi (...)

46On retrouve ce sentiment d’étrangeté, cette impression qu’il n’est pas français, chez Pierre Goldman, proche de ce milieu militant108.

…mais un rejet constant du sionisme

  • 109 Inp recor n° 470-471, mai-juin 2002, p. 44-45. M. Lequenne rappelle, dans sa notice nécrologique, (...)
  • 110 Rh n°888, 12-18 octobre 1979, « Les Nôtres », Eli Lobel par Vergeat.
  • 111 Warschawski (M.), Sur la frontière, Paris, Stock, 2002, p. 294.
  • 112 Warschawski (M.), op. cit., p. 45, parle notamment de Jabra Nicola et de son épouse juive d’origin (...)
  • 113 Warschawski (M.), op. cit., p. 60.

47La sensibilité à ces questions a toujours été vive à la Ligue, et de plus les rapports de certains militants à l’État d’Israël sont étroits. Ainsi, R. Prager, après avoir été déchu de la nationalité française au début de l’année 1950, pour avoir déserté en 1939, s’installe en Israël, de mars 1950 à décembre 1952109. Il retrouve finalement sa nationalité française en 1955. De même, des militants israéliens d’extrême gauche prennent contact avec la JCR en 1966. Dans l’hommage qu’il lui rend à l’occasion de son décès, G. de Verbizier rappelle l’importance pour sa génération d’Eli Lobel, né à Berlin en 1926, de parents juifs polonais : « C’est lui, Israélien, qui nous avertit sur Israël. C’est par lui que la voix des Palestiniens nous atteignit110 ». De son côté, Michel Warschawski reconnaît sa dette à l’égard de G. de Verbizier, « un militant internationaliste français de culture protestante […], c’est à lui que je dois l’intérêt que j’ai commencé à porter, dès 1974, à la MOI et, par la suite, aux révolutionnaires de culture yiddish111 ». Lui-même fils du grand rabbin de Strasbourg, ayant réalisé son aliya avant 1968 et militant antisioniste, tout en expliquant le rôle qu’ont eu les militants trotskystes d’Israël dans son évolution intellectuelle112, insiste sur l’importance des liens étroits entretenus notamment avec la JCR. Grâce à cela, écrit-il, « les idées de Mai 68 circulaient jusque dans les banlieues d’Haïfa113 ».

  • 114 Op. cit., article sur Eli Lobel.
  • 115 Rh n°47, 12 janvier 1970. Aujourd’hui, N. Weinstock, né en 1939, vivant en Belgique, s’est éloigné (...)
  • 116 Rh n° 939, op. cit. C’est la conclusion d’un article précédemment cité qui reconnaissait aux Juifs (...)
  • 117 M. Lequenne, article, op. cit.
  • 118 Rq n°643, 10 mai 1978, p. 12 : « L’état de guerre permanente ».
  • 119 Comme ce militant juif révolutionnaire qui envoie 100 francs, malgré son désaccord persistant sur (...)
  • 120 Rh n° 171, 16 septembre 1972. À propos d’un attentat précédent, Vergeat notait que cette action re (...)

48Cependant G. de Verbizier reconnaît que « la vérité crue » sur Israël a mis du temps à se diffuser parmi les militants de la Ligue, « les familles d’un grand nombre [parmi nous] ayant subi les persécutions des Juifs et le génocide nazi114 ». En janvier 1970, Nathan Weinstock explique la différence entre l’antisémitisme, « une idéologie raciste dirigée contre les Juifs, qui doit être combattue » et l’antisionisme, « une lutte anticolonialiste [menée] pour restituer aux Palestiniens leurs droits nationaux dans leur patrie115 ». Pour les militants de la JCR et de la Ligue, la solution ne passe pas par un retour en Israël, qui ne pourrait que renforcer « les structures colonialistes actuelles116 ». Ainsi, H. Weber a décidé de poursuivre ses études en France alors que son frère réalise l’aliya. Quant à R. Prager, si l’on en croit M. Lequenne, « il considéra [son séjour en Israël] comme moralement la plus dure période de sa vie117 ». Pour Rouge, l’histoire d’Israël est tragique, car « un peuple opprimé est devenu un peuple oppresseur à son tour118 ». Toutefois, cette position n’emporte pas l’adhésion de tous les « militants juifs révolutionnaires » sympathisants, ainsi se nomment-ils quand ils souscrivent pour Rouge quotidien. Ils profitent de l’occasion pour manifester leur désaccord119. Les militants eux-mêmes sont désorientés face à certaines actions de la résistance palestinienne. Ainsi, confrontés au massacre des sportifs israéliens aux Jeux olympiques de Munich, le 5 septembre 1972 (18 morts), par Septembre noir, Yann Freder relève le caractère « non éducatif » de ces « actions isolées, sans lendemain120 », alors que dans le même numéro de Rouge, Krasny trouve des vertus à cette action.

Ni Français, ni sionistes, des Juifs diasporiques ?

  • 121 Rq n° 575, 13 février 1978, « Dossier » signé G. Marion. Zalcman (M.), Histoire véridique de Moshé (...)
  • 122 Crit. co., nouvelle série, n°13, novembre 1982, p. 33-34. P. Frank se réjouit que soit enfin tradu (...)
  • 123 Brossat (A.), Klingberg (S.), Le Yiddishland révolutionnaire, Paris, Balland, 1983. Chaleureux com (...)
  • 124 Ertel (R.), Le Shtetl, Paris, Payot, 1983.
  • 125 Rh n° 1545, 3 juin 1993, p. 11. Enzo Traverso consacre une page à la critique du livre Vilna, Wiln (...)

49Ce refus de s’identifier à Israël ne signifie pas pour autant, chez beaucoup de militants d’origine juive, l’oubli de leurs racines. Ceci explique sans doute leur intérêt pour le Yiddishland, cet ensemble humain d’Europe de l’Est et de Russie dont la langue est le dénominateur commun. La publication du livre de Moshé Zalcman est l’occasion pour Rouge de consacrer une double page à la culture yiddish121. De même, P. Frank parle de monument dressé au prolétariat juif de Pologne, à propos de l’édition en français des mémoires de Hersch Mendel mort en juillet 1968122. Peu après, deux militants, Silvia Klingberg et A. Brossat, publient une synthèse importante sur le Yiddishland révolutionnaire, « à lire de toute urgence », conseille Rouge123. L’année suivante, cet ouvrage et celui de Rachel Ertel124, serviront de base à une série de trois émissions sur Antenne 2, intitulée « Les révolutionnaires du Yiddishland ». Parmi les réalisateurs de cette série, on retrouve le nom de G. de Verbizier. Enfin le livre d’H. Minczeles sur Vilna n’échappe pas à l’attention de la LCR125.

  • 126 Auron (Y.), op. cit., p. 292. Cette revue paraît en 1979 et existe encore en 1981. La plupart de s (...)
  • 127 Aux élections législatives de 1973, Gérard Chaouat était le candidat/suppléant de la LC à Créteil (...)
  • 128 Frémontier (J.), L’Étoile rouge de David. Les Juifs communistes en France, Paris, Fayard, 2002, p. (...)

50On assiste à un effort de réappropriation d’un passé englouti, de la part de militant(e)s dont les parents étaient originaires du Yiddishland. Parallèlement paraît la revue Combats pour la diaspora126. Elle est créée par d’anciens membres du Rassemblement des Juifs antisionistes, Bernard Chaouat en est le rédacteur en chef127. Selon Y. Auron, cette revue n’est favorable ni au sionisme, ni à l’assimilation. Elle tente de dégager ce qui pourrait constituer le fondement d’une spécificité juive dans la France des années quatre-vingt et proclame son soutien aux Occitans, Basques, Corses et Bretons. Cette tentative intéressante est bien peu relayée par les publications de la LCR, parce qu’elle va à rebours d’une culture marxiste traditionnelle. Celle-ci, dans une large mesure héritée des Lumières, identifie émancipation et assimilation : « Elle n’arrivait à concevoir la fin de l’émancipation juive qu’en termes de dépassement de l’altérité hébraïque128 ».

  • 129 Cette expression figure dans la pétition d’avril 2003, Le Monde, 6-7 avril 2003 : « Une autre voie (...)
  • 130 Appel paru dans Le Monde, 18 octobre 2002.

51Aujourd’hui, des militant(e)s de la Ligue d’origine juive, tout en se revendiquant de leur judéité (« la part juive de notre identité personnelle129 »), se sont prononcés à plusieurs reprises, avec d’autres, contre la politique israélienne d’Ariel Sharon. Au bas d’une première pétition, « En tant que Juifs », on trouve les noms de C. Samary, D. Bensaïd, H. Krivine, M.-F. Kahn, M. Löwy, S. Johsua, A. et Ph. Cyroulnik, A. Rosevègue, ainsi que G. Chaouat, I. Johsua et H. Maler130.

Des chrétiens séduits ?

  • 131 Rq n°750, 18 septembre 1978, p. 2. Longue lettre de Renaud, 2 colonnes.
  • 132 Notamment dans l’introduction de l’ouvrage collectif réalisé par la revue Frères du Monde, Sociali (...)
  • 133 Rh n°1458, 26 juillet 1991, p. 10. Notice nécrologique de Foultot, mort d’un accident de la route (...)

52C’est avec lucidité que Renaud, un lecteur de Rouge, note les nombreux points communs entre engagement religieux et engagement politique. Dans l’un et l’autre cas, l’individu est animé, écrit-il, par « une espérance un peu mythique de quelque chose de lointain que l’on poursuit131 ». Sur les 40 militant(e)s de notre enquête prosopographique, un quart a milité dans une organisation de jeunesse catholique, JEC ou JOC, avant d’adhérer à la Ligue. Les Bordelais M. Mainhagu et Y. Peyrou ont été en contact avec les dominicains qui publient la revue Frères du Monde. Pour ce groupe de religieux catholiques, dont fait partie le Père Cardonnel, les chrétiens peuvent s’engager sans complexe dans un parti se réclamant du socialisme132. Un des dirigeants de la région lorraine de la LCR, Jean-Pierre Richard (Foultot), a milité au préalable à la JOC à Reims, au milieu des années soixante, aux côtés de celui qui est devenu Mgr Gaillot133.

Des chrétiens radicalisés

  • 134 AD 31, 5681W12, « RG de Toulouse à DGRG », 15 mai 1968. Prêche du R. P. Lendger, aumônier catholiq (...)
  • 135 Strauss (L.) et Richez (J.-Cl.), « L’Alsace, une région décalée », dans Mouriaux (R.) et al., 1968 (...)
  • 136 Rh n°62, 4 mai 1970, p. 7. Message de solidarité envoyé par cinq prêtres de la Mission de VernonGa (...)
  • 137 AD 21, 1194W230, RG Dijon, 5 février 1976. Le fonctionnaire note que « JEC, JOC, MRJC de la Côte d (...)
  • 138 APJPS, curé de Caucriauville-LeHavre, « Lettre à des Gauchistes », août 1970, 4 p.dact., signées A (...)
  • 139 Rh n°153, 15 avril 1972, p. 5. Le Monde du 17 avril 1973 titre sur « La crise de la JEC », p. 9.

53De nombreux chrétiens ont été marqués par Mai 1968. Certains prêtres ont accompagné le mouvement à ses débuts, y voyant l’occasion de poser les questions fondamentales. « Sommes-nous des chrétiens partisans de Dieu ou complices d’un monde de l’argent, de l’arrivisme, des combines ? », questionne cet aumônier de Toulouse dans un sermon134. En Alsace, les églises, protestantes et catholique, ont légitimé le mouvement, « les pasteurs colmariens voyant dans Mai 68 le ferment de l’Évangile qui a engagé un peu partout dans le monde un processus de libération135 ». Dans les années soixante-dix, de nombreux chrétiens restent sensibles à divers mouvements de contestation. En avril 1970 en Normandie, cinq prêtres engagés dans un apostolat en milieu ouvrier se solidarisent publiquement avec Jack Houdet, un ouvrier militant de la Ligue, et deux de ses camarades, inculpés pour avoir collé des affiches demandant la libération de soldats emprisonnés136. En 1976, l’abbé Georges Joannet, un prêtre du diocèse de Dijon, renvoie son livret militaire en solidarité avec les soldats emprisonnés. Plutôt que de l’accabler, son évêque Mgr Decourtray se réjouit que la condamnation ait été bénigne — seulement une amende —, car « ce prêtre ne croit qu’à la pauvreté et à la non-violence137 ». De même, terminant sa longue lettre adressée aux militants de la LC du Havre, le curé de Caucriauville écrit que « le Dieu que j’essaie de servir […] ne doit pas être mécontent de vous voir préoccupés de l’avenir de l’humanité autant et plus que de votre avenir personnel138 ». Après avoir constaté qu’il y a « osmose » entre les cercles rouges et les équipes de la JEC, Vincent Jullien, membre de la direction nationale de cette organisation, annonce son adhésion à la Ligue communiste en avril 1972139.

Une attention soutenue pour ce nouveau secteur de radicalisation

  • 140 Le terme de radicalisation, de « cathos radicalisés », est utilisé à plusieurs reprises pour désig (...)
  • 141 Rq n°646, 13/14/15 mai 1978, p. 11 : Bernard Docre, « La JOC, 50 ans et pas une ride ».
  • 142 Rq n°202, 15 novembre 1976, p. 7, Krasny.
  • 143 Rh n°153, 15 avril 1972, p. 5, compte rendu d’une rencontre nationale des délégués JEC à Dijon.
  • 144 Ibid. ou Rq n° 738, 2-3 septembre 1978, p. 2.
  • 145 Rq n°723, 16 août 1978, Lantier, Valois, LCR 92.
  • 146 Rq n°733, 28 août 1978, p. 3, annonce l’élection du nouveau pape Jean-Paul Ier, sous le titre « Un (...)

54Rouge et la Ligue ne restent pas insensibles à cette radicalisation d’une partie des Chrétiens140. Les organisations de jeunesse catholiques, la JOC surtout, « la plus grosse organisation de jeunesse de France141 », sont scrutées. Rendant compte du 52e conseil national de cette organisation, Krasny note que l’Internationale est chantée au début de chaque session, tout en étant suivie d’une célébration eucharistique142. Des voix s’élèvent dans Rouge pour demander que toute attitude sectaire vis-à-vis des chrétiens soit bannie143. Les nouveaux militants d’origine chrétienne souhaitent qu’on abandonne l’anticléricalisme traditionnel, qualifié « d’anticléricalisme IIIe République144 ». D’autres lecteurs s’expriment contre ces appels, tels Lantier et Valois, militants des Hauts-de-Seine, pour qui « la pédagogie nouvelle à destination des croyants » ne doit pas signifier « l’abandon de l’anticléricalisme145 ». Semblant leur donner raison, Rouge se laisse aller à une ou deux reprises à des jeux de mots douteux146, mais globalement cette question est prise très au sérieux.

  • 147 C’est la position de D. Bensaïd (Rq n°75, 15 juin 1976, p. 5, « Comment débattre avec les travaill (...)
  • 148 Rq n° 738, 2-3 septembre 1978, p. 2.
  • 149 Entretien avec C. Noël, militante parisienne de 1981 à 1986, le 1er août 2001.

55Peu à peu, une doctrine s’élabore en la matière. Il n’est pas question de rejeter les chrétiens qui se joignent aux luttes, les révolutionnaires doivent leur tendre la main sans préalable147. Mais la lutte contre l’obscurantisme religieux, et contre cette idéologie de collaboration de classe qu’est le christianisme, doit être poursuivie sans relâche. Résumant le sentiment général, un lecteur/militant, J. L. L., ouvrier à la SNCF — il se présente comme membre de la LCR et ancien militant chrétien —, affirme qu’il y a incompatibilité entre l’appartenance à l’Église et à la Quatrième Internationale148. Ayant entendu dire que des catholiques pratiquants, et même des prêtres, seraient membres de la LCR espagnole, il fait part de son incrédulité. Nous n’avons pas trouvé trace en France de prêtres militants de la LCR, alors que plusieurs ont milité au PSU et au PC. Et si l’on en croit le témoignage de Catherine Noël, un militant de la Ligue de sa section de banlieue parisienne, connu comme chrétien, est à ce titre « dispensé de service d’ordre »149.

  • 150 C’est ainsi qu’elle répond à la journaliste de Rouge qui lui demandait pourquoi « quand vous faite (...)

56Malgré certains efforts, il semble que ce milieu militant ait eu bien du mal à abandonner certains comportements traditionnels à l’égard des chrétiens. C’est parce que subsistent « des comportements sectaires anticatholiques », explique Christine, militante de la JOC aux Chèques postaux de Paris, que son organisation, au milieu des années quatre-vingt, n’invite pas la LCR lors de ses journées portes ouvertes150. Comme d’autres organisations se réclamant du socialisme, la LCR a exercé elle aussi dans les années soixante-dix une certaine séduction sur des chrétiens critiques envers l’ordre établi. Certains militants ont tenté de rendre l’organisation accueillante pour ces personnes venues d’une rive traditionnellement fort éloignée du marxisme révolutionnaire. Toutefois l’anticléricalisme traditionnel a repris rapidement le dessus, ne permettant pas à la Ligue de rester longtemps attractive pour ce secteur d’opinion.

Notes

1 Rh n°1333, 14-20 décembre 1988 : G. Villetin, « Le mélange des générations », p. 12-13.

2 Au cours de l’entretien qu’il nous a accordé le 21 décembre 2002.

3 APGF, lettre de J.-R. Chauvin à la direction de la LCR, Paris, 22 novembre 1975, 6 p. dact.

4 Le Monde, 16 février 2002 : Cl. Pennetier, « Rodolphe Prager, la mémoire du trotskysme ».

5 Entretien avec M. Lequenne, op. cit.

6 Témoignage de J.-P. Debourdeau, op. cit.

7 Rh n°295, 11 avril 1975, p. 18. Dans cet article rédigé à l’occasion de son décès, il a malgré tout le droit de figurer dans la rubrique « Les Nôtres ».

8 Mobbs (P.), op. cit., annexe D, p. 1, entretien avec H. Weber.

9 Entretien avec J.-P. Debourdeau, op. cit.

10 G. Filoche évoque cet épisode, op. cit., p. 108.

11 Rh n° 1092, 16-22 décembre 1983.

12 Rh n° 860, 30 mars-5 avril 1979, p. 23.

13 Les années cinquante, marquées par la confrontation entre l’Est et l’Ouest (guerre froide), ont été pour les trotskystes une période de basses eaux.

14 Avenas (D.), Brossat (A.), De l’antitrotskysme, éléments d’histoire et de théorie, Paris, Maspero, 1971, p. 10-11.

15 Ce sont les mots utilisés par J.-R. Chauvin à propos du passage du livre d’Avenas et Brossat, dans Lettre, op. cit.

16 Rq n°319, 8 avril 1977, p. 11. Polémique (suite et fin) : M. L. « Ni rire, ni pleurer, comprendre ».

17 APGF, lettre, op. cit. Voir la notice de J.-R. Chauvin dans le DBMOF.

18 La LCR a annoncé à plusieurs reprises son intention d’écrire cette histoire sans que cela ait été suivi d’effet. Il semble qu’une brochure sur « les trotskystes et la deuxième guerre mondiale » ait été rédigée par une commission de la LC en 1972. Mais une circulaire du BP nous apprend que « le texte a soulevé conflit » (APJPS, circulaire du BP, 8 janvier 1973). Il semble bien que ce projet n’ait jamais vu le jour.

19 De Verbizier (G.), Ni travail, ni famille, ni patrie, Paris, Calmann-Lévy, 1994.

20 Le Monde, 24 septembre 1999 : G. de Verbizier, « Stéphane Barsony, une figure de la Résistance à Toulouse ». Deux militants de la JCR toulousaine sont ses fils, dont le dessinateur Piotr.

21 Cette campagne commence dès 1971 (Rh n° 129, 23 octobre 1971), elle est reprise en 1981 pour le 40e anniversaire (Rh n° 987, 23-29 octobre 1981 : un groupe de 80 militants, dont Krivine et Prager, se sont rendus sur le lieu des exécutions). En 1984, la LCR de Bretagne rend hommage à Bourhis et Guéguen sur leurs tombes à Concarneau (Rh n° 1132, 26 octobre-1er novembre 1984).

22 Cahiers Léon Trotsky n°39, septembre 1989, p. 19-21. En nous appuyant sur les travaux des historiens (notamment M. Dreyfus, Revue d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale n° 103, juillet 1976), nous avons tenté une synthèse sur la question : Salles (J.-P.), Lanuque (J.-G.), « Les trotskystes français et la deuxième guerre mondiale », Dissidences n°12-13, janvier 2003, p. 52-58.

23 Cité par Rh n° 33, 6 octobre 1969.

24 APGF, carton n° 1, Rouen. Supplément local de L’Humanité-Dimanche n° 244, 9 novembre 1969. J. M. pour Jean-Marie.

25 Le Figaro, 4 décembre 1972, p. 5.

26 Filoche (G.), op. cit., p. 23.

27 Ibid., p. 1 et 9.

28 Ibid., p. 24.

29 Leur père, le docteur Stéphane Barsony (1915-1999), est aussi membre (critique) du PC jusqu’en 1968. Grand résistant, il a ouvert un cabinet allées Jean Jaurès à Toulouse à la Libération.

30 Le Monde, 11 mai 2001 : Jean Birnbaum, « Bensaïd underground ».

31 Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., t. 1, p. 48.

32 .Ibid., p. 143.

33 Voir sa notice biographique dans TURPIN (P.), Les Révolutionnaires dans la France social-démocrate, Paris, L’Harmattan, 1998.

34 Rh n°1232, 13-19 novembre 1986 : « Robert Mension n’est plus ».

35 Projet de biographie d’A. Krivine pour le Maitron par Serge Curinier (11 mars 2002), aimablement communiqué par J.-G. Lanuque.

36 Voir le DBMOF et Le Monde, 7-8 janvier 2001, p. 12 : T. Wieder, « Il y a 50 ans, D. Rousset dénonçait les camps soviétiques ». Le Monde, 16 décembre 1997, p. 16 : F. Maspero, « David Rousset, l’un de ces fous qui veulent changer le monde », à l’occasion de son décès à l’âge de 85 ans.

37 AD 31, 1681W13. M. Recanati a été arrêté et contrôlé lors de la tenue d’un meeting à Toulouse le 13 novembre 1968.

38 Le Monde, 12 mars 2003, annonce sa mort à l’âge de 80 ans. Il habitait dans le IVe arrondissement.

39 Voir ci-dessous, annexe biographique, première liste.

40 Kindo (Y.), op. cit., vol. 2, p. 125.

41 Ibid., p. 157.

42 Publiée dans Rq n° 742, 7 septembre 1978, p. 2. Jeanne se présente comme une militante de la Ligue de 1971 à 1978, ancienne du CC.

43 Rq n°743, 8 septembre 1978, p. 2.

44 Au moins à deux reprises, la direction de la Ligue a tenté d’obtenir, de manière volontariste, que ses militants, notamment les étudiants prolongés nombreux dans ses rangs, s’embauchent dans les entreprises, en 1972-1973 puis en 1980.

45 APGF, « Sur la tactique de construction de la ville (Avignon) », 3 février 1976, 18 p. man., rapport de Galine (professeur âgé de 30 ans, membre de la CA de la FEN du Vaucluse).

46 APGF, « Rapport du BP au CC des 8/9 décembre 1979, après le XIe congrès mondial », 7 p. ron. Ce rapport reconnaît que dans les 43 entreprises-bastions directement reliées à la direction du PC, « nous devons être présents dans 5 ou 6 seulement ».

47 Brochure LCR, Thèses et résolutions du IVe congrès, 26-29 juin 1980, Montreuil, Rotographie, 111 p.

48 À Reims, une infirmière, un postier, des professeurs, des lycéens, le cercle Médecine et le groupe taupe Schlumberger (Rh n°323, 21 novembre 1975) ou à Montauban, un employé, un instituteur, des lycéens (Rh n° 320, 31 octobre 1975).

49 Entretien avec I. Garay le 26 avril 2001.

50 Entretien avec J.-Ph. Ternon le 24 janvier 2003.

51 APJPS, carton n°3. Travail ouvrier I, « Deux ans de persécution à Peugeot », 1980, 100 p. Ce dossier reproduit les dizaines de lettres d’avertissement envoyées à Ph. Marchau par la maîtrise.

52 Le Monde, 5 avril 2000, p. 12.

53 Le Monde, 28 février 2002, p. 18. « Plusieurs groupes tournent la page des années antisyndicales » : « Après PSA il y a 4 ans, de nouvelles entreprises ont discrètement conclu, ces dernières semaines, des accords d’indemnisation en faveur des délégués victimes de discrimination ».

54 Voir notre annexe biographique et le témoignage de J.-Ph. Ternon.

55 C’est ce qu’évoque avec inquiétude le militant qui rédige un rapport (3 p. man. sans date) sur le travail ouvrier des militants de Limoges, dans APGF, carton n° 7, région Centre.

56 Rq n° 649, 18 mai 1978, p. 8-9. Témoignage d’un de ces militants, Nicolas Dubost.

57 Entretien téléphonique avec D. Laplace, le 22 mai 2000, confirmé par B. Chamayou, le 22 janvier 2003.

58 APGF, carton n°3, Ouest, texte adopté en DV, Rennes, 22 juillet 1977, 1 p. r.-v.

59 Lettre man., 1 p. r.-v., écrite à Audincourt, datée du 5 mars 1978. Cette lettre m’a été montrée par G. H. lors de notre entretien.

60 Brochure IVe congrès, op. cit., p. 75.

61 Réunion nationale des groupes taupes, Rouen, 9-10-11 juin 1973, Rh n°209, 15 juin 1973, p. 2-6.

62 Brochier (J.-Ch.), Delouche (H.), Les Nouveaux sans-culottes, enquête sur l’extrême-gauche, Paris, Grasset, 2000, C. Aguiton : autoportrait.

63 Rq n° 590, 2 mars 1978, p. 7.

64 Jacques Giron, étudiant en médecine dans les années soixante-dix puis médecin, a démissionné puis réadhéré à la LCR où il milite toujours. Didier Jean, médecin-chef à Lannemezan (65), est un ancien militant toulousain, un moment membre du CC.

65 Un BI, mai 1977, signale la participation de cinq médecins de la LCR, dont Averell de Montpellier, au congrès du Syndicat de Médecine Générale (SMG) à Paris (APJPS, carton n°4).

66 Le Monde, 3 février 2000, dans le supplément « Vivre à Clermont-Ferrand », son portrait par J.-P. Rouger et J.-P. Besset.

67 Le Monde, 14 mars 2001 et 11 juin 2002.

68 APGF, carton n°4, Sud-Est, Antonio et al., « Cris(e) et chuchotements », texte interne de 16 p. ron., sur le secteur enseignant à Marseille, début 1978.

69 APGF. Dans sa lettre à G. Filoche, A. Calvié parle du « virus gauchiste qui infecte l’organisation et sa direction » (lettre datée du 14 septembre 1975, 3 p. dact.).

70 APJPS, carton n° 8, photocopie d’un rapport d’inspection daté du 23 janvier 1974.

71 Nous avons trouvé trace de cette « affaire Auban » dans Rh n°227, 2 novembre 1973, p. 15, sous le titre « Affaire Auban. Une chasse aux sorcières acharnée ».

72 APJPS, carton n°8, « Dossier Pelaez ». Six pièces : une synthèse (7 p. dact.) et cinq lettres échangées par les principaux protagonistes. M.-L. Pelaez reconnaît qu’elle vend Rouge dans la rue principale de la ville.

73 Ce Certificat d’aptitude à l’enseignement dans les collèges permettait de devenir professeur de collège.

74 « Je l’ai vue vendre Rouge devant le Crédit lyonnais » aurait-il dit. Ces propos sont rapportés par l’auteur de la synthèse, ami et camarade de M.-L. Pelaez. Mais les lettres figurant dans le dossier témoignent du désarroi de la jeune militante et du paternalisme teinté de mépris de son maître de stage agrégé.

75 Challand (B.), op. cit.

76 C’est le cas d’Étienne Patoor en Lorraine, évoqué par Kindo (Y.), op. cit., vol.2, p. 117-123. Né en 1958, E. Patoor a milité de 1981 à 1993, il a soutenu sa thèse en 1986.

77 Leurs thèses ont été publiées aux éditions La Brèche proches de la LCR, toutes les deux en 1988.

78 Yon (K.), op. cit., entretien avec Mathieu, p. 139. Né en 1953, technicien aux télécoms, militant SUD, membre du BP de la LCR.

79 Ce DES est soutenu en 1965 à la Sorbonne devant le professeur Jacques Droz.

80 Maîtrise déposée aux AD des Hautes-Pyrénées à Tarbes.

81 APGF, lettre de Michel Demoule (Maki) à G. Filoche, datée du 5 novembre ?, 5 p. man.

82 Entretien avec J.-Ph. Ternon le 24 janvier 2003.

83 Entretien avec P. Jeanne le 4 avril 2002.

84 Jonquet (Th.), op. cit., p. 70-71.

85 APJPS, carton n°23, Le Havre. Le militantisme a des conséquences négatives sur leurs résultats scolaires, écrivent M. et Mme Pigeon, dans une lettre envoyée aux responsables de la LC du Havre, le 12 juillet 1972. L’aîné a été collé au bac, le cadet, qui n’était que sympathisant, proposé au redoublement en seconde.

86 Ibid. Réponse de la DV, 31 juillet 1972, 2 p. dact.

87 Jonquet (Th.), op. cit., p. 71.

88 APGF, carton n°9, Boris, Alex, Thomas, Karlov, Maxime, Pol, « Texte préparatoire à l’AG de ville », 14 janvier 1978, 14 p. ron. P. 11 : « Perspectives pour le travail étudiant ».

89 APGF, ibid., Section Quartier latin (V/VIe), « Perspectives pour la construction de la section », 21 avril 1978, 8 p. ron.

90 Auron (Y.), Les Juifs d’extrême gauche en mai 68, Paris, Albin Michel, 1998, p. 32, entretien de septembre 1983.

91 Dans Knout (D.), Contribution à l’histoire de la Résistance juive en France, Paris, CDJC, 1947, cité par Rh n° 47, 12 janvier 1970, p. 8.

92 Kriegel (A.), « Judaïsme et gauchisme », L’Arche n°186-187, septembre-octobre 1972, repris dans Communismes au miroir français, Paris, Gallimard, 1974, p. 217-225.

93 Les grands-parents paternels sont nés dans l’Empire russe, leur grand-père maternel est né à Braïla (Roumanie), marié à une jeune fille d’une famille juive de Lorraine.

94 Ibid., p. 220.

95 Auron (Y.), op. cit., p. 66.

96 Ibid., p. 101.

97 APGF, « Cahiers des stages », été 1971.

98 Lors de l’entretien qu’elle a accordé à Auron (Y.), op. cit., p. 90.

99 Minczeles (H.), Histoire générale du Bund, un mouvement révolutionnaire juif, Paris, Denoël, 1999, p. 95 et sq. Le pogrom de Czestochowa (août 1902) puis celui de Kichinev (1904) furent les plus meurtriers.

100 Auron (Y.), op. cit., chap. II, « L’obsession du passé ». Nombreux témoignages, dont celui de J. Habel.

101 France-Culture, 29 juillet-30 août 2002, Fragments d’un discours révolutionnaire : à l’école des trotskysmes français. Producteur : J. Birnbaum.

102 Rq n°454, 20 septembre 1977, « Antisémitisme pas mort ».

103 Rq n°826, 26 décembre 1978, p. 7 : « La lutte contre la recrudescence de l’antisémitisme reste une nécessité actuelle ».

104 Rq n° 441, 5 septembre 1977, p. 12 : Ph. M. « Le procès des pogroms », à propos des pogroms d’Ukraine perpétrés par les cosaques de l’ataman Petlioura en 1918-19. Sur l’insurrection du ghetto de Varsovie, Rq n° 482, 22-23 octobre 1977, p. 10-11.

105 Rq n° 713, 2 août 1978, p. 6-7, et n° 802, 20 novembre 1978, p. 5.

106 Rh n°939, 10-16 octobre 1980, p. 7.

107 Auron (Y.), op. cit., p. 66. Entretien réalisé le 20 septembre 1983.

108 Goldman (P.), Souvenirs obscurs d’un Juif polonais né en France, Paris, Le Seuil, 1975. À l’occasion de sa mort — P. Goldman a été assassiné le 20 septembre 1979 —, Rouge le salue sobrement « Adieu camarade », sous le titre « Des nôtres tout simplement » (Rh n° 886, 28 septembre-4 octobre 1979).

109 Inp recor n° 470-471, mai-juin 2002, p. 44-45. M. Lequenne rappelle, dans sa notice nécrologique, qu’il avait quitté la France à la veille de la guerre avec P. Frank, sur décision de ses camarades, pour constituer en Belgique une délégation à l’étranger de son organisation.

110 Rh n°888, 12-18 octobre 1979, « Les Nôtres », Eli Lobel par Vergeat.

111 Warschawski (M.), Sur la frontière, Paris, Stock, 2002, p. 294.

112 Warschawski (M.), op. cit., p. 45, parle notamment de Jabra Nicola et de son épouse juive d’origine allemande, Aliza, militants de la QI.J. Nicola est honoré dans Rouge à l’occasion de son décès, n°281, 5 janvier 1975, et dans la revue QI n°20-21, printemps 1975.

113 Warschawski (M.), op. cit., p. 60.

114 Op. cit., article sur Eli Lobel.

115 Rh n°47, 12 janvier 1970. Aujourd’hui, N. Weinstock, né en 1939, vivant en Belgique, s’est éloigné du trotskysme. Il poursuit ses recherches sur la Shoah (Le Monde, 19 janvier 2001, p. IX).

116 Rh n° 939, op. cit. C’est la conclusion d’un article précédemment cité qui reconnaissait aux Juifs de France le droit de riposter aux attaques des antisémites.

117 M. Lequenne, article, op. cit.

118 Rq n°643, 10 mai 1978, p. 12 : « L’état de guerre permanente ».

119 Comme ce militant juif révolutionnaire qui envoie 100 francs, malgré son désaccord persistant sur la question juive, dans Rq n°529, 20 décembre 1977.

120 Rh n° 171, 16 septembre 1972. À propos d’un attentat précédent, Vergeat notait que cette action rejetait les masses juives dans les bras des Sionistes, parlant de « putschisme », d’action substitutiste (Rh n°161, 10 juin 1972), curieuse reprise des arguments qu’utilisait la minorité de la QI pour condamner les actions violentes en Amérique latine.

121 Rq n° 575, 13 février 1978, « Dossier » signé G. Marion. Zalcman (M.), Histoire véridique de Moshé, ouvrier, juif et communiste au temps de Staline, Paris, Éditions Recherches, 1978.

122 Crit. co., nouvelle série, n°13, novembre 1982, p. 33-34. P. Frank se réjouit que soit enfin traduit en français Mémoires d’un Juif révolutionnaire, Presses universitaires de Grenoble, 1982, publié en yiddish en Israël en 1959 et en allemand à Berlin en 1979.

123 Brossat (A.), Klingberg (S.), Le Yiddishland révolutionnaire, Paris, Balland, 1983. Chaleureux compte rendu dans Rh n° 1072, 15-21 juillet 1983.

124 Ertel (R.), Le Shtetl, Paris, Payot, 1983.

125 Rh n° 1545, 3 juin 1993, p. 11. Enzo Traverso consacre une page à la critique du livre Vilna, Wilno, Vilnius. La Jérusalem de Lituanie, Paris, La Découverte, 1993.

126 Auron (Y.), op. cit., p. 292. Cette revue paraît en 1979 et existe encore en 1981. La plupart de ses rédacteurs étaient d’anciens militants d’extrême gauche. Elle aura jusqu’à 1000 abonnés. Y. Auron cite une revue similaire, Traces, dirigée par Annette Wieviorka, ancienne militante maoïste (p. 102), aujourd’hui historienne, spécialiste de la mémoire du génocide.

127 Aux élections législatives de 1973, Gérard Chaouat était le candidat/suppléant de la LC à Créteil (Rh n° 193, 24 février 1973, p. 7). Nous n’avons pu établir s’il y avait lien de parenté entre les deux personnes.

128 Frémontier (J.), L’Étoile rouge de David. Les Juifs communistes en France, Paris, Fayard, 2002, p. 266. Il reprend les remarques de Traverso (E.) développées dans l’introduction (p. 25-35) de son livre Les Marxistes et la question juive, Paris, Éditions Kimé, 1997.

129 Cette expression figure dans la pétition d’avril 2003, Le Monde, 6-7 avril 2003 : « Une autre voie juive », signée entre autre par H. Krivine, J. Habel.

130 Appel paru dans Le Monde, 18 octobre 2002.

131 Rq n°750, 18 septembre 1978, p. 2. Longue lettre de Renaud, 2 colonnes.

132 Notamment dans l’introduction de l’ouvrage collectif réalisé par la revue Frères du Monde, Socialisme et Christianisme, Paris, Éditions de l’Épi, 1966.

133 Rh n°1458, 26 juillet 1991, p. 10. Notice nécrologique de Foultot, mort d’un accident de la route à l’âge de 42 ans. Il était ingénieur à la SNCF.

134 AD 31, 5681W12, « RG de Toulouse à DGRG », 15 mai 1968. Prêche du R. P. Lendger, aumônier catholique à la faculté des sciences de Rangueil, église des Dominicains, 12 mai 1968.

135 Strauss (L.) et Richez (J.-Cl.), « L’Alsace, une région décalée », dans Mouriaux (R.) et al., 1968, Exploration du Mai français, Paris, L’Harmattan, 1992, t. 1, « Terrains ».

136 Rh n°62, 4 mai 1970, p. 7. Message de solidarité envoyé par cinq prêtres de la Mission de VernonGaillon-Gasny dans l’Eure.

137 AD 21, 1194W230, RG Dijon, 5 février 1976. Le fonctionnaire note que « JEC, JOC, MRJC de la Côte d’Or reprennent en bloc tous les slogans des organisations de gauche et d’extrême gauche pour la libération des soldats emprisonnés et la dissolution de la Cour de sûreté de l’État ».

138 APJPS, curé de Caucriauville-LeHavre, « Lettre à des Gauchistes », août 1970, 4 p.dact., signées A Lot ?

139 Rh n°153, 15 avril 1972, p. 5. Le Monde du 17 avril 1973 titre sur « La crise de la JEC », p. 9.

140 Le terme de radicalisation, de « cathos radicalisés », est utilisé à plusieurs reprises pour désigner cette attitude, nouvelle, de certains chrétiens, notamment dans Rq n° 647, 16 mai 1978, p. 15.

141 Rq n°646, 13/14/15 mai 1978, p. 11 : Bernard Docre, « La JOC, 50 ans et pas une ride ».

142 Rq n°202, 15 novembre 1976, p. 7, Krasny.

143 Rh n°153, 15 avril 1972, p. 5, compte rendu d’une rencontre nationale des délégués JEC à Dijon.

144 Ibid. ou Rq n° 738, 2-3 septembre 1978, p. 2.

145 Rq n°723, 16 août 1978, Lantier, Valois, LCR 92.

146 Rq n°733, 28 août 1978, p. 3, annonce l’élection du nouveau pape Jean-Paul Ier, sous le titre « Un nouveau pape est appelé araignée » (pour « appelé à régner »).

147 C’est la position de D. Bensaïd (Rq n°75, 15 juin 1976, p. 5, « Comment débattre avec les travailleurs chrétiens ? ») ou de J.-F.Vilar (Rq n°396, 12 juillet 1977, p. 4).

148 Rq n° 738, 2-3 septembre 1978, p. 2.

149 Entretien avec C. Noël, militante parisienne de 1981 à 1986, le 1er août 2001.

150 C’est ainsi qu’elle répond à la journaliste de Rouge qui lui demandait pourquoi « quand vous faites des soirées ouvertes, vous invitez des forces politiques, mais vous ne nous invitez jamais », Rh n°1157, 26 avril-2 mai 1985, p. 7.

Table des illustrations

Titre Tableau n°14 : Composition sociale de la LCR en 1981
Légende Source : chiffres donnés à l’issue du Ve congrès (Rouge n°997, 31 décembre 1981)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21307/img-1.png
Fichier image/png, 1,9k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540