Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Troisième partie. Une culture politique éclectique

Chapitre VII. Des références théoriques communes mais des inclinaisons variées

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Un intense effort de formation

  • 1 Titre de l’article paru dans Le Monde, 25 août 1971, p. 1 et 6.
  • 2 Ibid., 26 août 1971.

1Très tôt, la formation des militants et des sympathisants est considérée comme fondamentale. Cette importance donnée à la formation apparaît au journaliste du Monde, Thierry Pfister, comme une caractéristique de la Ligue communiste. Dans la série d’articles qu’il consacre aux gauchistes à la fin du mois d’août 1971, il oppose les militants studieux de la Ligue (« Les Trotskystes à l’école1 ») aux maoïstes qui se mettent à l’école du peuple (« Les Casseurs aux champs2 »). Pour une organisation qui veut rompre avec un schéma stalinien, caractérisé par le suivisme des militants de base, la formation est le moyen de doter les militants de connaissances qui leur permettront de participer aux débats. Une bonne formation est une garantie de démocratie interne. De plus, cela permet d’éviter les dérives. Un peu naïf, Antonio, militant marseillais, rapporte un bruit :

  • 3 APJPS, carton n° 2, « Formation », Antonio (Marseille) : « Pour une politique de Formation », 5 p. (...)

N’a-t-on pas dit que l’ancienne section ceylanaise a dégénéré et sombré dans la collaboration de classe, entre autre parce que les textes de Trotsky et de notre mouvement n’étaient pas traduits en cinghalais3 ?

  • 4 APJPS, carton n° IV, ABCD n° 7, « BI préparatoire au deuxième congrès de la LCR (1976). Contributi (...)

2Pour éviter que ne se perpétuent à la tête de la Ligue des militants bien dotés en capital culturel de par leur milieu, un militant d’une tendance minoritaire propose de créer une « université ouvrière » permettant, au terme d’un stage d’un an, de transformer les meilleurs militants ouvriers de l’organisation en véritables dirigeants politiques4. Cette proposition ne sera pas retenue mais la Ligue va s’employer avec ténacité à mettre en place et à maintenir un système diversifié de formation.

Les structures de formation

Les écoles élémentaires

  • 5 APJPS, carton n°2, circulaire nationale, fin 1975, op. cit.

3Toutes les sections locales de quelque importance ont à cœur de faire fonctionner une « école de formation élémentaire ». En région parisienne, deux écoles élémentaires fonctionnent durant l’année 1974-75. Elles se déroulent en 24 séances, à un rythme hebdomadaire, et trois week-ends. Au départ, elles concernent 200 participants dont 90 % de sympathisants, mais à la fin seulement 90, parmi lesquels 64 % de salariés, les autres étant des étudiants, lycéens, enseignants. Pour améliorer le système, lutter contre la déperdition, il est prévu d’organiser pour l’année suivante une vingtaine d’écoles, dont quatre au moins en banlieue5. Cependant, c’est pendant leurs vacances que les militants sont le plus disponibles. La Ligue reprend la tradition initiée par la JCR en organisant des stages nationaux d’été.

Les stages

  • 6 Rq n°397, 13 juillet 1977.
  • 7 Rq n° 691, 6 juillet 1978.

4Les stages nationaux d’été, interrompus en 1973, puis en 1975 et 1976, sont de nouveau organisés à partir de 1977. Désormais, l’enthousiasme est moins grand. Un des quatre stages prévus en 1977 doit être annulé et seulement 300 militant(e)s ou sympathisant(e)s suivent ces stages6. Le scénario est le même en 1978. Un des cinq stages désormais organisés au château de Bruguière, situé à 30 kilomètres de Toulouse, doit être annulé, faute d’un nombre suffisant d’inscrits7. Toutefois en 1979, en 1980 comme en 1981, de trois à six stages d’été ont bien lieu, selon les années, toujours au château de Bruguière.

Tableau n°10 : Stages nationaux de la LC et du FCR (1970-1974).

Tableau n°10 : Stages nationaux de la LC et du FCR (1970-1974).

Source : Circulaires du BP (APJPS, carton n°2), Cahiers des stages de Montargis (APGF).

L’école de cadres nationale

  • 8 Faisant le bilan des stages de l’été 1980, Rouge note que sur les 500 stagiaires, les trois quarts (...)
  • 9 APJPS, carton n°IV, CERS n° 57, p. 2. Bilan fait par Sartan.
  • 10 APJPD, « École de cadres, bilan intérimaire », juin 1982, 7 p. ron. D’après ce bilan, 115 militant (...)
  • 11 APJPS, carton n°2, « Circulaire BP », 1 p.r.-v., objet : école de cadres.

5Ces stages étant de plus en plus réservés aux sympathisants8, la direction de la Ligue décide de créer une école centrale de formation, dite aussi école de cadres. Elle est plus particulièrement destinée à des militants qui ont suivi le cycle élémentaire de formation et qui ont des responsabilités dans l’organisation. D’octobre 1975 à juin 1976 elle a lieu à Dijon, puis à Montpellier et dans la région parisienne, à Saint-Prix dans le Val-d’Oise. Pendant le stage, qui a une durée de huit jours pleins, les stagiaires sont logés sur place, dans l’établissement d’accueil, auberge de jeunesse en général. Les groupes de stagiaires sont peu nombreux, pas plus de quinze. Lors de la première année de fonctionnement, un peu plus de 200 stagiaires ont été accueillis, soit une moyenne de onze militant(e)s par stage9. Les femmes, minoritaires, représentent le tiers des effectifs10. L’hébergement est pris en charge financièrement par la direction nationale, mais la ville d’origine du stagiaire finance le voyage, et le stagiaire paie lui-même sa nourriture11.

Les stages internationaux et l’école de cadres internationale

  • 12 APJPS, ibid., « Circulaire du SU, Bruxelles, 17 mars 1975 », signée Duret, 1 p. r.-v. Nous avons p (...)

6Enfin, la Ligue étant section française de la Quatrième Internationale, ses dirigeants participent à des stages internationaux, par exemple à l’université libre de Bruxelles du 15 au 20 juillet 1970. Le changement qualitatif intervient en 1975 avec la décision prise par le SU de créer à Amsterdam une école de cadres internationale (International Institute For Research and Education). Les stages ont une durée de six semaines, au rythme de deux par an au début. Le nombre des leçons dispensées accompagnées de Cahiers d’Études et de Recherches en français et en anglais témoignent de l’importance de l’effort mené12.

Les acteurs de la formation : les professeurs rouges

  • 13 Sa thèse sera publiée en 1988, par La Brèche et Publisud, sous le titre Le Marché contre l’autoges (...)
  • 14 Dans De Waresquiel (E.), dir., Le Siècle rebelle, Paris, Larousse, 1999, reproduction du programme (...)
  • 15 Ibid. Dès 1970, O. Guichard, ministre de l’Éducation nationale, dans une lettre adressée au Doyen (...)

7Pour encadrer les stagiaires l’organisation fait appel à ses dirigeants, Ernest Mandel ou Livio Maitan. A. Krivine apparaît comme un orateur très demandé dans les écoles de formation parisienne. Beaucoup de formateurs sont enseignants-chercheurs dans le supérieur : Sandor (Hubert Krivine) se charge de l’exposé sur la Quatrième Internationale à l’école des cadres lors de l’année 1981-1982, comme il l’avait fait à la Noël 1971, à Pourville. Pierre Rousset anime en 1981-1982, à Saint-Prix, comme en 1971 à Montargis, les séances sur l’Asie du Sud-Est. Verla (C. Samary) est la spécialiste incontestée des pays de l’Est. Elle mène parallèlement une carrière universitaire à Paris IX-Dauphine13. Jacques Valier, économiste, enseignant à l’université de Nanterre, est également impliqué. Des étudiants de la Ligue Marxiste Révolutionnaire (LMR), section suisse de la QI, ont fait campagne pour qu’il puisse donner un cours d’économie politique à l’université de Lausanne, durant l’année universitaire 1971-1972. J.-F. Godchau, lui aussi enseignant à l’université de Nanterre, en droit, est un fidèle animateur des structures de formation de la Ligue, en 1971, comme en 1981-1982. Son collègue juriste de Montpellier, P. Alliès, s’y consacre également. Les philosophes et les sociologues ne sont pas en reste. En même temps qu’il anime une Unité de Valeur (UV) sur « l’extrême gauche en France », à l’université de Vincennes, en 1971-197214, H. Weber encadre les écoles de la Ligue, de même que D. Bensaïd. À l’université de Vincennes, ce dernier se charge de l’UV sur « la nature des États ouvriers » en 1971-1972. Dans le cadre de cette université, deux autres militant(e)s de la Ligue assurent des cours, A. Brossat sur « le jeune Trotsky » et D. Melh sur « les Marxistes devant la crise de civilisation15 ».

  • 16 Témoignage recueilli à son domicile le 6 juin 2002.

8Pour mettre sur pied l’école des cadres, la LCR décide de recruter un permanent, Jean-Pierre Debourdeau, professeur de collège (PEGC). Il se met en congé de l’Éducation nationale, d’abord en 1975-1977, puis en 1981-198216.

Les méthodes pédagogiques

  • 17 APGF, Cahier op. cit., compte rendu du stage n° 6.
  • 18 Ibid.
  • 19 Le Monde, op. cit.

9Très tôt certains dirigeants ont conscience que la transmission de ce patrimoine politique à une nouvelle génération en révolte contre l’école risque d’être difficile. Or, les formateurs de la Ligue ne brillent pas, au début tout au moins, par l’originalité de leurs méthodes pédagogiques. Au stage de Montargis en 1971, l’exposé de Paulet sur le Viêtnam dure de 9 heures 15 à 19 heures, seulement « interrompu par la piscine de 13 heures à 14 heures 30 et par le ballon de 16 heures à 16 heures 3017 », et par les repas, nous espérons. La même source fait d’ailleurs état de bavardages, d’indiscipline18. Cette source interne à la Ligue donne donc de ces stages de l’été 1971 une image très éloignée des observations faites par Th. Pfister, le journaliste du Monde : « L’accent est mis sur les travaux pratiques au détriment des exposés doctrinaux. Rédaction de tracts et prises de paroles se succèdent19 ».

  • 20 D’après les cahiers de stages conservés (1971, APGF). Lors « d’un guinche » organisé avec les jeun (...)

10Au cours de ces stages ont été généralisées les « commissions à la rouennaise », un formateur se faisant l’avocat du diable en développant les thèses de l’adversaire. De même, les soirées « Spécial Police », sorte de sketches organisés pour apprendre aux militants comment se comporter face à la police, remportaient un vif succès du fait de leur aspect ludique. Et il n’était pas rare que les stagiaires entonnent des chansons révolutionnaires en particulier dans l’attente des orateurs en retard20. Mais ce qui domine dans un stage de la Ligue, c’est le sérieux, le manque d’originalité des méthodes.

  • 21 APJPS, ibid., circulaire du BP sur l’école de cadres, 1975, 1 p. r.-v.
  • 22 La liste en est donnée par Rouge à plusieurs reprises.
  • 23 APJPD, « École de cadres, bilan intérimaire », op. cit.
  • 24 Témoignage recueilli par nous le 21 mai 2001.

11Cependant, de réels soucis pédagogiques sont exprimés au moment de la création de l’école des cadres en juin 1975. Pour permettre un approfondissement des connaissances, outre les discussions, il est prévu d’organiser une bibliothèque sur le lieu du stage21. De même, avant les cours, des documents contradictoires sont diffusés afin de susciter la discussion entre les stagiaires. Notons aussi que circulent, depuis la rentrée 1974, une série de cassettes (26), reprenant les cours dispensés par les formateurs de la Ligue22. Malgré ces efforts le bilan est mitigé. Pour un stagiaire, « le stage est d’un scolaire lamentable, une conception déresponsabilisante de la formation23 ». Cependant, tous n’ont pas cette vision négative. Ainsi, Jacques Kalbach, ancien ouvrier à l’arsenal de Rochefort-sur-mer, aujourd’hui au PS, affirme devoir sa formation politique à son passage à la Ligue : « C’était formidable […]. Il y avait une formation théorique, une analyse très importante24 ».

Des références historiques et politiques communes

12Si les méthodes pédagogiques ne sont pas fixées, peut-on déceler une évolution dans la formation diffusée par la Ligue ? Nous tenterons de le préciser en examinant programmes et contenu des cours. Puis en élargissant notre corpus à l’ensemble des publications de ce courant politique, nous nous demanderons si l’enseignement diffusé par la Ligue sur deux problèmes cruciaux pour les trotskystes, celui du passage au socialisme et celui des pays à économie planifiée, a évolué au cours de la période.

Une formation marxiste de base traditionnelle

  • 25 APJPS, carton n°2, « Programme de l’école élémentaire ouvrière de Paris, 1976-1977 », 1 p. r.-v.
  • 26 Le responsable national à la formation envoie en novembre 1975 aux DV et aux DS la table des matiè (...)
  • 27 APJPS, ibid., « Programme de l’école de cadres internationale », op. cit.

13Le nombre des séances de « l’école élémentaire » peut varier, mais les thèmes traités sont les mêmes : l’économie capitaliste, les classes sociales, l’État, l’histoire du mouvement ouvrier. Seule nouveauté, apparue au milieu des années soixante-dix, les programmes prévoient désormais de traiter de la famille et de la femme25. Le programme est repris du petit livre d’E. Mandel, Introduction au marxisme, récemment édité en Belgique26. Il n’y a véritablement approfondissement qu’à l’école de cadres internationale d’Amsterdam. On y aborde des questions théoriques comme le matérialisme dialectique et les grands débats intéressant le mouvement ouvrier : Marx-Proudhon, Rosa Luxemburg-Kautsky, bolcheviks-mencheviks, Gramsci-Bordiga…27.

  • 28 APJPS, ibid., « École de cadres nationale, 1977-1978 », 15 leçons, chacune sur 4 p. imprimées, for (...)
  • 29 Ibid., leçon n°3, « Initiation à l’économie ».
  • 30 Ibid., leçon n°6, « La conscience de classe ».
  • 31 Ibid., en majuscule dans le texte.
  • 32 Ibid., leçon n°8, « Stratégie révolutionnaire et rapports avant-garde-masses ».
  • 33 Ibid., leçon n°10, « Le Stalinisme ».
  • 34 Démocratie socialiste et dictature du prolétariat, supplément à Crit. co. n° 23, deuxième trimestr (...)
  • 35 Ibid., leçon n°14, « Le socialisme que nous voulons ».
  • 36 Rh n°331, 16 janvier 1976, « La dictature du prolétariat, insupportable… pour qui ? », p. 9-12.

14Un examen attentif du contenu des cours faits à l’école nationale des cadres 28 permet de noter tout d’abord le caractère traditionnel de cette formation. À rebours d’un certain gauchisme qu’on prête à la Ligue, le marxisme est considéré comme un guide irremplaçable. C’est à travers les œuvres de Marx qu’est expliquée l’économie capitaliste, dont les crises à répétition témoignent de l’incapacité à entraîner désormais un développement harmonieux de la société. Le fait que la planification de la production ne se fasse pas à partir des besoins du plus grand nombre, mais « à travers le marché, c’est-à-dire après la production des marchandises29 », condamne ce système aux yeux des militants. Une grande importance est accordée au plan, « pour remplacer les processus économiques inconscients, spontanés30 ». Mais le passage à une économie planifiée, cela va de soi, requiert l’existence d’une avant-garde communiste formée par « L’ÉTUDE SCIENTIFIQUE31 » de la société. Toute la difficulté est de convaincre les masses du bien-fondé de cette démarche. Une assez longue réflexion est menée sur cette question, pour refuser le « sectarisme », « le commandement bureaucratique » ou le « viol du prolétariat »32. Sont réaffirmées les analyses traditionnelles dans le mouvement trotskyste sur le stalinisme, la dégénérescence du mouvement communiste qu’il constitue : « L’appareil se détache des masses et tend à se structurer en groupe social distinct33 ». Enfin, notons que ce cours tient compte des dernières réflexions menées par les instances de l’Internationale sur le thème de la démocratie et du socialisme34. La leçon sur « le socialisme que nous voulons » insiste sur la nécessaire existence d’un syndicat indépendant, même après la révolution, et aussi sur le droit à l’expression qu’auront les partis dans le nouvel État révolutionnaire, y compris des groupes que l’on peut qualifier de « bourgeois35 ». Cette leçon va donc plus loin que ce qu’avait préconisé D. Bensaïd dans un article du 16 janvier 1976, commentant l’abandon par le PC de la dictature du prolétariat, où il se contentait de reconnaître après la révolution le droit à l’existence pour les seuls courants se réclamant du mouvement ouvrier36.

Réflexion sur la démocratie et le terrorisme

  • 37 Courtois (S.), Lazar (M.), Histoire du parti communiste français, Paris, PUF, 1995, notent le cara (...)
  • 38 Rh n°331, op. cit.
  • 39 Ce que veut…, op. cit., p. 38. Cette expression est reprise à l’identique en 1978.
  • 40 Op. cit.
  • 41 Ibid., p. 18.
  • 42 Cette préoccupation est une constante pour ce courant politique. Une récente illustration en est l (...)

15La réflexion sur la question de la démocratie a été stimulée par la décision prise par le PCF de renoncer au principe de la dictature du prolétariat37. D. Bensaïd rappelle le poids des circonstances pour expliquer l’interdiction des partis politiques par les bolcheviks après octobre 1917 : « Ce n’est pas une mesure de principe, elle fut prise dans le feu de la lutte38 ». Après plusieurs décennies de stalinisme, ce débat est considéré comme fondamental. Il est urgent de persuader les masses que la dictature du prolétariat, dont la Ligue ne veut pas formellement abandonner le principe, n’est pas le stalinisme. L’autre système opposé à la « démocratie bourgeoise », qualifiée de « dictature de la bourgeoisie », celui de la « dictature du prolétariat », s’inspirera de l’exemple de la Commune de Paris et du pouvoir soviétique, né de la Révolution russe. Cette dictature du prolétariat est qualifiée de « démocratie des conseils39 », les conseils d’usines ou de quartiers étant fédérés au niveau local, régional et national. Mais cette expérience politique ayant été totalement pervertie par la dégénérescence stalinienne, le SU éprouve le besoin de préciser et d’actualiser ses positions dans un texte préparatoire au XIe congrès mondial (novembre 1979) rendu public en 197840. Le document affirme la nécessité de donner aux travailleurs davantage de droits démocratiques que dans les régimes de « démocratie bourgeoise », sans renoncer au rôle dirigeant du parti révolutionnaire. Il faut donc logiquement autoriser les divers partis politiques, leur interdiction étant lourde de trop d’inconvénients. Dans ce texte, majoritairement adopté au XIe congrès, la QI déclare nettement que son « programme de démocratie socialiste [est] fondé sur le pouvoir des conseils des travailleurs et un système pluri-partis41 ». Ce texte représente un véritable aggiornamento de la pensée trotskyste traditionnelle en matière de démocratie42.

Faire la différence entre Fascistes et Réactionnaires

16Ainsi, la réflexion sur la meilleure manière de combattre le fascisme amène les rédacteurs de Rouge à faire la différence entre les véritables fascistes, porteurs de barres de fer, et les réactionnaires qui, comme le chanteur Sardou, ne diffusent que des idées. Il était reproché à celui-ci une chanson en faveur de la peine de mort (« Je suis pour »), une autre très patriotique, en faveur du paquebot France, et plus généralement son machisme. Mais Rouge insiste sur le fait que les concerts de Sardou ne sont pas des meetings d’Ordre nouveau :

  • 43 Rq n° 357, 26 mai 1977, p. 9.

Les idées ne se fusillent pas, ne s’emprisonnent pas. Diffuser l’idéologie réactionnaire et brûler une permanence d’un parti ouvrier, ce n’est pas la même chose, ce sont deux attitudes qu’on ne combat pas avec les mêmes armes43.

  • 44 AD 21, 1194 W 239, RG Dijon, 14 décembre 1977.

17Le fonctionnaire des renseignements généraux de Dijon note que le tract « Non à Sardou », diffusé lors d’un de ses concerts, est signé de l’extrême gauche, LCR exceptée44.

18Les militants ne sont pas devenus des non-violents, mais désormais ils privilégient le débat d’idées. Les dirigeants de la LCR n’approuvent pas les travailleurs du journal portugais República, quand ceux-ci décident de bloquer la sortie de leur journal car sa ligne éditoriale ne leur convient pas :

  • 45 Rh n°302, 30 mai 1975, p. 14 : D. Bensaïd, « L’affaire du Republica ». Voir aussi Rh n°303, 6 juin (...)

Au lieu de bloquer le journal […], les travailleurs pouvaient, lorsqu’ils estimaient l’information tendancieuse, exiger la publication parallèle de leurs propres communiqués45.

19Ces prises de position répétées ne semblent pas partagées par tous les militants et sympathisants, habitués pendant des années à un discours de tonalité davantage guévariste. C’est ce que permet de vérifier le courrier des lecteurs de Rouge. Finalement, la direction de l’organisation, tirant les leçons du passé récent, tente de faire reculer les tendances putschistes, contribuant en quelque sorte à convertir militants et sympathisants aux mœurs républicaines.

La LCR face au terrorisme

  • 46 Rq n°23, 9 avril 1976, « L’exécution de l’industriel basque A. Berazadi par ETA V : une faute poli (...)
  • 47 Rq n° 308, 26/27 mars 1977, p. 5.
  • 48 Rq n° 559, 25 janvier 1978.
  • 49 Rq n° 643, 10 mai 1978.

20Ainsi, la LCR ne manifeste aucune complaisance vis-à-vis des partisans de la violence minoritaire et du terrorisme, qui exercent une certaine séduction en Europe sur une partie de la mouvance d’extrême gauche. À partir du milieu des années soixante-dix, la condamnation des actes violents, et en particulier des homicides, est faite sans ambiguïté, qu’ils soient le fait de l’ETA46 ou d’un isolé. L’assassinat — Rouge préfère cependant employer le mot « exécution » — du meurtrier de Pierre Overney, cinq ans après, est qualifié de « bévue » ou « d’anachronisme sans portée47 ». En une, le 25 janvier 1978, sous la signature d’A. Krivine, la LCR condamne l’enlèvement du baron Empain, « parce qu’il ne nous aide pas dans notre lutte pour abattre ce régime48 ». En mai 1978, A. Krivine, après l’assassinat par les Brigades rouges de l’ancien premier ministre Aldo Moro, évoque une « logique infernale et stupide », doutant qu’en Italie « le capitalisme puisse être renversé par l’assassinat de son leader49 ». Notons l’évolution sémantique, on parle désormais « d’assassinat » et non « d’exécution ». Ce dernier terme, plus accusateur, implique l’idée qu’on applique un jugement, alors que celui qui commet un « assassinat » le fait sauvagement… sous l’emprise du hachisch, comme semble vouloir le dire l’origine étymologique du mot assassin (de l’arabe hachchâchi : buveur de hachisch).

21Au cours de cette période d’intenses débats sur cette question, A. Brossat va plus loin que les traditionnelles critiques adressées aux militants qui se livrent à des actions violentes minoritaires. Il réintroduit la morale et l’assume dans un article intitulé « Tout ce qui nous sépare de la RAF : Eh oui ! la morale », dans lequel il affirme :

  • 50 Rq n°477, 17 octobre 1977.

Nous ne sommes pas de ceux qui pensent que la détermination, la fermeté révolutionnaire sont synonymes de cynisme, de détachement absolu face au coût social et humain de la pratique révolutionnaire50.

  • 51 Rq n°634, 25 avril 1978.

22Le courrier des lecteurs de Rouge donne une idée des nombreuses réactions hostiles qu’une telle analyse a déclenchées. Un militant de Toulouse, Hugo, accuse Rouge de réviser ses conceptions sur la violence un peu comme G. Marchais, au même moment, révise ses conceptions sur la dictature du prolétariat51. Dans sa réponse, A. Brossat maintient sa position, assumant la révision qu’il fait de la position classique des marxistes révolutionnaires sur la fin justifiant les moyens, par ces mots :

  • 52 Rq, ibid.

Tant de barbarie, tant d’inhumanité ont imprégné le mouvement ouvrier en ce siècle qu’il faut cesser de traiter comme quantités négligeables les valeurs positives qui soutiennent notre combat, la morale qui fonde nos actions. Nos méthodes de combat sont une ouverture sur le monde pour lequel nous combattons52.

  • 53 Rq n°651, 20/21 mai 1978, « The end. Terrorisme infantile/Terrorisme sénile ».
  • 54 Rh n°306, 27 juin 1975, p. 21 : G. V., « Échec d’une certaine violence ».

23Cet article, qui clôt un débat de plusieurs mois, caractérise les nouveaux terroristes (Brigades rouges, Fraction armée rouge) comme des nihilistes, « porteurs d’idées noires, idées de mort, de vengeance, de haine et jamais de valeurs positives53 ». Verjeat les comparait quelques mois avant aux Populistes russes (Narodniki) du début du siècle, les accusant d’avoir une « conception missionnaire de l’action ». Ils commettent de nouveau le péché de « substitutisme », s’isolant de la classe ouvrière54.

  • 55 Rq n° 650, 19 mai 1978, p. 10.
  • 56 Rq n° 307, 25 mars 1977, en Une.
  • 57 Besancenot (O.), Révolution ! 100 mots pour changer le monde, Flammarion, 2003, p. 109 et sq.

24La position de la Ligue n’est pas restée fixe sur la question de la violence minoritaire dans les années soixante-dix. Il n’y a pas bien sûr de désaveu absolu de ces actions. Tout dépend du contexte, rappelle un article écrit peu après l’assassinat d’Aldo Moro. L’assassinat d’un « officier nazi » au métro Barbès par Fabien le 23 août 1941, « trouve aux yeux de larges masses un fondement légitime, l’oppresseur est un occupant et un fasciste55 ». L’acte est donc validé. Le contexte n’est pas le même, dans aucun pays d’Europe, dans les années soixante-dix. Le terrorisme contemporain est donc qualifié d’infantile (ou de sénile), à partir du milieu des années soixante-dix, les acteurs de ces actes n’ayant rien appris de la riche histoire du mouvement ouvrier. Certes on ne plaint pas les victimes. L’assassinat de Tramoni en 1977 — il avait abattu Overney en 1972 — est annoncé dans Rouge sous le titre « Sans fleurs ni couronnes56 ». Mais nous avons vu les militants/ journalistes modifier, peut-être inconsciemment, leur vocabulaire à partir de 1978, « les exécutions » devenant des « assassinats ». Dans son dernier ouvrage, O. Besancenot distingue nettement le droit à la résistance du terrorisme, ajoutant, reprenant la logique d’A. Brossat : « Notre opposition au terrorisme répond à des positions de principe, morales et politiques », condamnant à la fois l’action des kamikazes palestiniens en Israël et la stratégie meurtrière de l’ETA basque57.

Un difficile positionnement sur les pays à économie planifiée

La LCR et l’URSS

  • 58 Dans les écoles de formation bien sûr, mais aussi par les publications. Voir notamment la réaffirm (...)
  • 59 Crit. co., n°18-19, octobre-novembre 1977 : D. Berger, « Des États anti-ouvriers », p. 37-60, cit. (...)
  • 60 Ibid., p. 57.
  • 61 Trotsky (L.), In Defense of Marxism, New York, Pioneer Publishers, 1942, traduit et réédité sous l (...)
  • 62 Wald (A. M.), The New York Intellectuals. The Rise and Decline of the Anti-Stalinist Left from the (...)

25La réflexion est-elle aussi intense sur la nature de l’URSS, et plus généralement sur les pays à économie planifiée ? Tout au long des années soixante-dix l’organisation rappelle régulièrement la « ligne58 ». Cependant, Denis Berger amorce une révision à l’occasion du soixantième anniversaire de la révolution d’Octobre. Ces États sont toujours définis comme des États bureaucratiques, mais « c’est restreindre l’étendue des tâches que de les qualifier de purement politiques ». La destruction des structures du pouvoir est appelée à « bouleverser l’organisation de l’économie59 ». Quant à la défense de l’URSS, « elle doit être reposée concrètement en chaque circonstance60 ». Il ne l’envisage donc pas comme automatique. Pour Trotsky par contre, la défense de l’URSS ne souffre pas d’exception. Même après le Pacte germanosoviétique, l’occupation de la Finlande et de l’Est de la Pologne, il affirme la nécessité de défendre l’État ouvrier61. Mais cette position est discutée dans le mouvement trotskyste. Au début de la guerre, le SWP éclate sur cette question, Max Shachtman refusant de suivre Trotsky et James Cannon62.

  • 63 Chiama (J.), Soulet (J.-F.), op. cit.
  • 64 Rh n°243, 22 janvier 1974, p. 12, annonce la publication de l’ouvrage en Occident et l’expulsion s (...)
  • 65 Inprecor n°0, 1er mai 1974 : E. Mandel, « L’Archipel du Goulag », p. 18-23.
  • 66 Medvedev (R.), Le Stalinisme. Origines, histoire, conséquences, Paris, Le Seuil, 1972 et De la dém (...)
  • 67 Revue QI n°20-21, printemps 1975 : P. Frank, « Problèmes d’Union soviétique vus d’Union soviétique (...)
  • 68 Rh n° 329, 2 janvier 1976, p. 12-13.
  • 69 Rh n°330, 9 janvier 1976, p. 24, puis Rq n°194, n°249. Dans le n°279 (21 février 1977), réaffirman (...)
  • 70 Rq n°184, 22 octobre 1976, mais aussi n°185, n°228 en une.
  • 71 Rq n°181, 9 octobre 1976, p. 4.

26Confrontés au développement de la dissidence en URSS et dans les pays de l’Est au cours des années soixante-dix63, les dirigeants de la Ligue et de la QI soulignent tout d’abord l’importance d’un livre comme L’Archipel du Goulag64. Mais très vite E. Mandel regrette l’incapacité de l’écrivain à comprendre les origines du mal stalinien, et trouve dommage qu’il rejette aussi le léninisme et le marxisme65. Par contre il est fait un accueil enthousiaste aux ouvrages de Roy Medvedev66. Pour P. Frank, c’est « la première étude scientifique de la société soviétique qui provient d’URSS […] depuis La Révolution trahie de Trotsky67 ». Tout en affirmant ses préférences pour certains dissidents, Rouge dénonce le système de répression de masse, caractéristique de l’URSS : « 10 000 prisonniers politiques, pas une simple bavure68 ». Pour Sandor, qui revient à plusieurs reprises sur le sujet, il n’est pas question de faire le tri, il faut défendre tous les prisonniers politiques69. Rouge se félicite particulièrement de la libération de Boukovski qui a passé plusieurs années en prison pour avoir dénoncé les hôpitaux psychiatriques spéciaux70. De même, un grand écho est donné à la libération de Leonid Pliouchtch, même si les « lambertistes » y ont pris la plus large part. Rouge leur rend justice en évoquant le rôle du Comité des mathématiciens animé par Michel Broué, soutenu par Laurent Schwartz71.

La LCR face à l’intervention soviétique en Afghanistan

  • 72 Rh n°905, 7-13 février 1980, p. 18-19, extraits d’une brochure à paraître sur l’Afghanistan.
  • 73 Rh n°907, 22-28 février 1980, p. 22-23.
  • 74 Le compagnon de Cl. Pedroletti, rencontré à Besançon le 18 février 2003, nous dit avoir démissionn (...)
  • 75 Crit. co. n° 3, nouvelle série, décembre 1981 : M. Rovere, « Afghanistan, une autocritique nécessa (...)
  • 76 C’est à peu près ainsi que Claude Lefort caractérise la position de Trotsky vis-à-vis de l’URSS da (...)

27Quand l’Union soviétique intervient militairement en Afghanistan, à la fin du mois de décembre 1979, une majorité du CC condamne l’intervention tout en refusant d’appeler au retrait des troupes. Dans son souci de permettre aux masses afghanes de se débarrasser des féodaux qui les oppriment, elle voit des effets positifs dans l’intervention soviétique. Il est difficile d’être neutre, affirme-t-elle, car le gouvernement que les Soviétiques sont venus conforter « prenait un certain nombre de mesures antiféodales : début de réforme agraire, suppression de l’usure, mesures d’émancipation des femmes72 ». Une forte minorité refuse de penser que « les troupes soviétiques puissent garantir les intérêts des masses afghanes. [Ce serait] doter la bureaucratie soviétique et son armée d’une mission historique révolutionnaire73 ». La position majoritaire entraîne des troubles dans l’organisation74. L’autocritique ne tarde pas à venir. Prenant acte de l’évolution sur le terrain, le Comité Exécutif International (CEI) de la QI adopte, en mai 1981, un texte exigeant le retrait des troupes soviétiques, désormais qualifiées de « troupes d’occupation75 ». Cette fidélité initiale aux positions de Trotsky témoigne de la prégnance des idées du « Vieux » sur des militants français, pourtant plus guévaristes que bolcheviks au début de la décennie. Comme Trotsky, tout en percevant sa bureaucratisation, ils se sont malgré tout sentis solidaires un moment de l’Union soviétique76.

La LCR et les pays de l’Est européen

  • 77 L’Alternative n°1, novembre-décembre 1979, 60 pages, format 21/29,7.

28La Ligue porte une attention aussi grande à la lutte des dissidents dans les pays de l’Est européen, ayant cependant tendance à privilégier — et à surestimer — ceux qu’elle estime « de gauche », en particulier Piotr Uhl, en Tchécoslovaquie. Elle n’est pas étrangère à la revue L’Alternative, « pour les droits et libertés démocratiques en Europe de l’Est », lancée par François Maspero77. Sur six membres du secrétariat de rédaction on retrouve trois signatures de Rouge, Eric Laurent, Sacha Blumkine, A. Toussaint.

  • 78 Sous-titre de la brochure LCR, Solidarité avec Solidarnosc, Socialisme oui ! Stalinisme non !, sup (...)
  • 79 Qu’est-ce que ? La révolution politique, op. cit., p. 4. C’est la solidarité internationale, est-i (...)
  • 80 La gare de Caen, comme il nous l’a raconté à son domicile, à Marseille, le 22 août 2001.
  • 81 Avec l’argent récolté, ils avaient acheté du matériel ronéo.

29L’effervescence ouvrière qui éclate en Pologne dans les années 19781979 n’étonne pas les militants. La direction de l’organisation manifeste sa « solidarité avec la révolution ouvrière contre les bureaucrates78 ». Elle insiste sur cette solidarité internationale « au rôle immense79 ». Spontanément, un militant ouvrier de la Ligue comme J.-J. Adam (cheminot) entreprend d’organiser la solidarité à la gare où il travaille80, malgré l’attitude hostile des dirigeants de son syndicat CGT. Bravant les difficultés, notamment les problèmes de langue à l’arrivée, il entreprend un long voyage en Pologne, avec deux autres employés de la SNCF, pour porter le fruit de leur collecte à leurs camarades cheminots de Solidarnosc81.

La LCR face à l’évolution de la péninsule indochinoise

  • 82 Qu’est-ce que ?, op. cit., p. 5.
  • 83 Rq n°798, 14 novembre 1978, p. 9, « Les libertés démocratiques au Viêtnam ».
  • 84 Rq n° 810, 30 novembre 1978, p. 8, texte du BP. Un peu avant, P. Rousset écrit qu’il n’est pas per (...)
  • 85 Ibid., p. 8.

30Nous allons voir les militants hésitant aussi face à l’évolution politique de la péninsule indochinoise. A priori, le militant de la Ligue n’a aucune illusion sur les États communistes vietnamien ou khmer. Ils ont été construits par des directions communistes de formation stalinienne qui ont imposé la dictature du parti au reste de la société82. Mais le groupe trotskyste vietnamien de Paris, lié à la LCR, n’est pas prêt en novembre 1978, à qualifier le Viêtnam de Goulag, bien qu’il appelle à la vigilance car « sur le terreau du monolithisme et du régime de parti unique » peut se développer un goulag vietnamien83. Soucieuse de défendre l’État ouvrier vietnamien, la LCR reste à l’écart de l’appel conjoint lancé en novembre 1978 par J.-P. Sartre et R. Aron pour l’envoi d’un bateau au large du Viêtnam, destiné à recueillir les boat people84. Le BP regrette que cet appel fasse silence sur la responsabilité des puissances impérialistes dans ce problème des réfugiés. Certes, le régime vietnamien est qualifié de « bureaucratique », mais c’est « un État ouvrier » et à ce titre il doit être défendu, même si les trotskystes doivent lutter en même temps pour « instaurer un régime de démocratie socialiste85 ».

  • 86 Rq n°30, 17 avril 1976, p. 2. et Rq n° 99, 14 juillet 1976, p. 3.
  • 87 Les Khmers rouges sont entrés à Phnom Penh le 17 avril 1975.
  • 88 Rq n°301, 18 mars 1977. Dans Cambodge, année zéro, Paris, Julliard, février 1977, le missionnaire (...)
  • 89 Rq n°330, 22 avril 1977, Der.
  • 90 Rq n°631, 21 avril 1978, p. 12, F. Carlier.
  • 91 Rq n°634, 25 avril 1978, p. 5, F. Carlier.
  • 92 Rq n°772, 12 octobre 1978.
  • 93 Déclaration reproduite dans Rq n°844, 23 janvier 1979, p. 6-7.

31Cet attachement à la position trotskyste traditionnelle explique la lenteur avec laquelle la Ligue prend conscience du caractère criminel du régime khmer rouge. Ainsi, dans un premier temps Rouge s’emploie à lutter contre « la campagne d’intoxication86 ». C’est l’expression utilisée pour réfuter l’hebdomadaire Times selon qui 500 000 personnes auraient péri en un an87. Cependant, P. Rousset reconnaît la « solidité » de l’ouvrage de François Ponchaud, nourri de témoignages, il apprécie le fait que l’auteur cite toujours ses sources88. Mais dans un effort désespéré, parlant « d’intox et de faux en tous genres », Rousset tente encore, en avril 1977, d’imputer à « l’impérialisme » la majorité des morts du Cambodge89. Ce n’est qu’à partir d’avril 1978 que Rouge se décide à parler de « l’action, parfois criminelle, des dirigeants khmers90 », des « travaux forcés » à grande échelle dont ils sont rendus responsables91. La une de Rouge, le 12 octobre 1978, titre sur un « tragique dérapage92 », et le SU dénonce la « clique sanguinaire de Pol Pot93 ».

  • 94 Dans Le Nouvel Observateur n° 546, 28 avril 1975.
  • 95 Il a amorcé cette autocritique en février 1977, écrivant un article dans Le Nouvel Observateur int (...)
  • 96 Rq n°645, 12 mai 1978.

32Soucieux de ne pas hurler avec les loups, les militants/journalistes de la Ligue ont mis beaucoup de temps à se rendre à l’évidence. Certes, ils n’ont pas été les seuls à faire preuve d’aveuglement. Jean Lacouture, par exemple, parle à propos de l’évacuation de Phnom Penh par les Khmers rouges « d’une audacieuse transfusion de peuple94 ». Prenant conscience du fait que la « transfusion » a été plutôt « saignée », il publie un livre en 1978, Survive le peuple cambodgien, en forme d’autocritique95. Il est difficile de dire si cette lecture du drame cambodgien par les spécialistes de la Ligue a emporté l’adhésion des militants. Rouge se fait l’écho de peu de réactions. Toutefois la lettre d’un lecteur publiée le 12 mai 1978 accuse F. Carlier de « minimiser ce qui s’est passé […], le génocide n’est pas seulement culturel » écrit-il96.

33Les dirigeants de la LCR ont mis du temps à comprendre et à reconnaître que les communistes cambodgiens, les Khmers rouges, avaient transformé leur pays en enfer, devenant les bourreaux de leur peuple. Par contre, la LCR a pris précocement et avec constance la défense des dissidents soviétiques et est-européens. Certains militants ont participé à des actions de solidarité. Bien qu’engagée moins complètement que l’OCI dans la solidarité avec les dissidents des pays de l’Est, la LCR a donné à ses militants(e)s une formation trotskyste classique sur cette question. Mais, emportés par leur anti-impérialisme, par un certain tiers-mondisme à la mode, ses dirigeants font preuve d’aveuglement quand les pays du Sud sont concernés.

L’éclectisme culturel

  • 97 APJPS, carton n° I, BI n° 20, juin 1971, IIe congrès de la LC, Blaireau (Rouen) : « Proposition d’ (...)
  • 98 APJPS, carton n°16, « Dossier », 30 p. ron., signé Tom et Wendy (cellule Chelles, section Paris 17 (...)
  • 99 BI n° 20, op. cit., Blaireau.
  • 100 Crit. co. n°28, spécial Culture, septembre 1979, « Présentation », p. 7.
  • 101 La liste est donnée dans Rh n° 227, 2 novembre 1973. La moitié porte sur le Viêtnam, cinq sur Mai (...)

34Au début des années soixante-dix, un certain nombre de militants, conscients de l’importance de la culture, manifestent l’ambition de mener aussi un travail dans ce secteur, « d’investir ce nouveau front de lutte97 ». Les militants de Chelles demandent la création d’une commission nationale culturelle pour coordonner les initiatives éparses98. Malgré l’existence, pendant un moment, d’une Taupe rouge Artistes99, ce « front » est déserté selon un texte de 1979, du fait des urgences du travail politique et syndical notamment100. De même, la commission cinéma, mise en place au début des années soixante-dix, ne réussit à réaliser qu’un film, un court-métrage d’une durée de 25 minutes, Le Charme discret de la démocratie bourgeoise. Il tourne dans les villes et permet d’organiser quelques soirées débats. En fait, cette commission assure surtout la diffusion d’environ 25 courts-métrages101.

  • 102 Crit. co., op. cit., p. 5.

35Très tôt, Rouge attire l’attention de ses lecteurs sur des œuvres dans divers domaines de la création. L’inventaire que nous avons réalisé pour le cinéma est en lui-même très révélateur des goûts de ce milieu militant pour les films historiques, politiques et sociaux. Mais le journal ne se limite pas à ce secteur de la création, et les différences d’appréciation sont fréquentes sur les films, les œuvres théâtrales ou musicales. L’organisation ne prétend pas imposer « une discipline politique102 » dans ce domaine. À plusieurs reprises, le Manifeste pour un art révolutionnaire indépendant, rédigé le 25 juillet 1938 par Trotsky et André Breton et cosigné par Diego Rivera, est cité pour justifier cet éclectisme. Les « grands ancêtres » y affirment leur volonté de s’en tenir à la formule « Toute licence en art », et ils ajoutent :

  • 103 Trotsky (L.), Littérature et révolution, Paris, UGE, coll. « 10/18 », 1964, p. 492-500. C’est par (...)

Si, pour le développement des forces productives matérielles, la révolution est tenue d’ériger un régime socialiste de plan centralisé, pour la création intellectuelle elle doit dès le début même établir et assurer un régime anarchiste de liberté intellectuelle103.

  • 104 Pour son 40e anniversaire Rouge quotidien lui consacre une double page, n°602, 16 mars 1978.
  • 105 Rq n°1, 15 mars 1976, p. 10 : « Ni terrorisme, ni anathème. Nous favoriserons la polémique et le d (...)

36Ce texte apparaît comme ayant force de loi à la Ligue104. Ceux qui semblent s’en écarter sont rappelés à l’ordre. Ils sont vite accusés de jdanovisme, du nom de Jdanov, théoricien stalinien du réalisme socialiste, tenant de la subordination étroite des artistes au parti. Très explicitement, à l’occasion du lancement du quotidien, il est reprécisé « qu’il n’y a pas, qu’il n’y aura pas de ligne du parti en matière d’art et de culture105 ».

Un grand intérêt porté au cinéma et au théâtre

Les films politiques et sociaux privilégiés

Tableau n°11 : Les films historiques évoqués par Rouge (1968-1978)

Tableau n°11 : Les films historiques évoqués par Rouge (1968-1978)
  • 106 La dernière page de Rh n°63, 11 mai 1970, est consacrée à ce film de 1969. Article non signé.
  • 107 Rh n°63, op. cit.
  • 108 Rh n°66, 1er juin 1970, p. 8, une colonne, lettre signée J. A.
  • 109 Rh n°227, 17 décembre 1976.

37Le premier film ayant fait l’objet d’un commentaire dans Rouge est L’Aveu106, réalisé par Costa-Gavras, d’après le roman autobiographique d’Arthur London, un des accusés du dernier procès stalinien tenu en Tchécoslovaquie en 1952. Après avoir salué la valeur humaine considérable de ce témoignage, le rédacteur regrette que, tout en ayant été victime du stalinisme, London reste stalinien. Pas plus que le livre, le film n’aide à comprendre la caste bureaucratique, la dégénérescence de l’État ouvrier : « Il charge Staline et blanchit les vivants, notamment les dirigeants du PC », regrette le critique107. L’œuvre décrit une aventure quasi personnelle, montre un univers kafkaïen où l’absurde est la seule loi. Dans un numéro ultérieur, la rédaction de Rouge fait état de lettres reçues de quelques correspondants, ainsi que de cellules de l’organisation, et choisit d’en publier une. Ce film, écrit J. A., vu par des millions de personnes, a révélé une situation que beaucoup ignoraient. Il ne s’agit pas de faire la fine bouche : « C’est à vous de donner les explications108 ». Quelques années plus tard, à l’occasion d’une rediffusion de L’Aveu à la télévision, la rédaction fait un retour autocritique sur son appréciation faite en 1970 : elle parle de formule malheureuse et regrette d’avoir écrit que L’Aveu, par ses limites, pouvait aider les staliniens d’aujourd’hui à se sauver, en faisant de Staline le seul responsable des crimes109.

  • 110 Rh n°154, 22 avril 1972, p. 16.
  • 111 Rh n°156, 6 mai 1972, p. 14.
  • 112 « Parler de Trotsky sans parler de la lutte entre la révolution dégénérée et la révolution vivante (...)

38C’est aussi avec beaucoup de réticence que Ph. Sabathé et Y. Nicello accueillent le film de Joseph Losey L’Assassinat de Trotsky (1972). Sous le titre « Léon Trotsky super-star », ils écrivent que Losey a produit « un vulgaire film policier, un drame psychologique sans relief, une reconstitution historique fausse du premier au dernier plan110 ». M. Lequenne et P. Frank réagissent aussitôt. Sous des titres sans ambiguïté (« Faut-il fusiller Losey ? » et « Méfions-nous du jdanovisme ! »), ils manifestent leur désaccord. P. Frank rappelle que « juger les œuvres littéraires ou artistiques de la même manière qu’on juge des résolutions, des articles et des livres politiques », revient à « vouloir que la production littéraire ou artistique soit au service du parti d’une façon ou d’une autre111 ». Malgré l’autorité que l’ancienneté dans le mouvement aurait pu valoir aux deux derniers protagonistes du débat, Nicello, épaulé par Radzac, maintient sa position dans le numéro suivant112.

  • 113 Rh n°245, 9 mars 1974, p. 19.
  • 114 Rh n°247, 22 mars 1974, p. 20.
  • 115 Ibid. Quelques années après, à l’occasion de la rediffusion de ce film à la télévision, Alain Capp (...)

39Ces divergences d’appréciation entre militants ne sont pas rares. On en trouve assez souvent un écho dans Rouge. Ainsi Vega reproche à Lacombe Lucien le film de Louis Malle (1974), de ne pas être assez mobilisateur. Il a beaucoup trop de complaisance pour son héros, cet homme ordinaire113. C’est « un flot de lettres en forme de cri d’indignation114 » qui parvient au journal après cet article. De nouveau M. Lequenne, associé à S.N. Léonard, rappelle que les réalisateurs n’ont pas à verser dans le réalisme socialiste style l’Orient rouge115, c’est-à-dire suivre les directives du parti comme le font les artistes chinois officiels.

Tableau n°12 : Films de critique sociale mis en avant par Rouge (1968-1978)

Tableau n°12 : Films de critique sociale mis en avant par Rouge (1968-1978)
  • 116 Rh n°208, 8 juin 1973, p. 20.
  • 117 Rh n°209, 15 juin 1973, p. 20.
  • 118 Ibid.
  • 119 Rq n° 553, 18 janvier 1978.
  • 120 Rq n° 567, 3 février 1978.

40Les critiques concernent parfois la forme plus que le contenu. Ainsi, A. Colt et M. Lenoir n’ont pas du tout le même point de vue sur le film de Marco Ferreri La Grande Bouffe (1973). A. Colt l’accueille avec enthousiasme. Pour lui M. Ferreri a magnifiquement illustré la décadence d’une classe sociale, la bourgeoisie, « qui produit, consomme, produit pour consommer et consomme pour produire !116 ». Son camarade M. Lenoir parle de spectacle de boulevard, de « grand-guignol », de film au parti pris scabreux117. Reprenant la parole, A. Colt, épaulé par D. Javier et F. Loeilleton, voit dans le succès de ce film, de nouveau qualifié de « critique au vitriol », un signe de l’écroulement des idéaux bourgeois, la manifestation « d’un irrespect de masse118 ». Certains films sont accusés « d’être empêtrés dans les codes confortables de la représentation dominante119 », tout en ne manquant pas de bons sentiments. Ce sont les mots utilisés par M. Young pour parler de L’Amour violé (1977) de Yannick Bellon. Sa sévérité suscite la réaction immédiate de nombreux lecteurs, très intéressés au contraire par un film militant, disent-ils. Ils ne se reconnaissent pas dans cette critique qu’ils qualifient d’élitiste120.

41En permettant à des avis différents de s’exprimer, en donnant la parole aux lecteurs, la direction du journal et de l’organisation applique en quelque sorte la consigne contenue dans le manifeste de 1938.

Le théâtre doit-il aider à la prise de conscience ?

  • 121 Rh n°302, 30 mai 1975, p. 22.

42On retrouve le même type de divergences à propos du théâtre. P. Radzac est sévère à propos de L’Âge d’or, pièce sur les travailleurs immigrés créée par le Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine. Reprochant à la pièce son manque d’efficacité politique immédiate121, il s’attire une réponse cinglante. Sous le titre « Halte au terrorisme », M. Lequenne et M. Saturnin rappellent de nouveau la doctrine du mouvement en la matière, terminant par un extrait du Manifeste de 1938 :

  • 122 Rh n°306, 27 juin 1975, p. 22. Dans un numéro précédent M. Saturnin qualifiait le Théâtre du Solei (...)

En matière de création artistique, il importe que l’imagination échappe à toute contrainte, ne se laisse sous aucun prétexte imposer de filière122.

43Cette tendance à vouloir instrumentaliser le théâtre pour le mettre au service de la révolution se retrouve fréquemment. L’attention portée au théâtre militant est extrême. P. B. explique son enthousiasme pour Dario Fo en ces termes :

  • 123 Rh n°241, 8 février 1974.

[Son équipe] est un collectif de production théâtrale et en même temps une équipe de propagande […] qui prend des luttes les contenus les plus avancés et sous forme d’intervention artistique les retransmet aux masses123.

  • 124 Rq n°394, 10 juillet 1977, 4e article sur Boal. Crit. co., n°28, op. cit., lui consacre 40 pages, (...)
  • 125 Rq n°2, 16 mars 1976, et n°17, 2 avril 1976, avec une interview de P. Schuman.
  • 126 Rq n° 414, 3 août 1977.
  • 127 Rq n° 433, 26 août 1977, p. 7.
  • 128 Rq n°703, 21 juillet 1978 et n°786, 28/29 octobre 1978. A.Vitez a accordé un entretien à Rq n°466, (...)

44Un autre directeur de troupe, Augusto Boal, contraint d’abandonner son pays, le Brésil, est en Europe depuis le milieu des années soixante-dix. Son travail à la tête du Théâtre de l’Opprimé est valorisé parce qu’il invite le spectateur à arrêter le cours de l’action et à apporter sa solution124. Les Américains du Bred and Puppet, « né dans la lutte des ghettos », « modèle de théâtre militant »125, ou les Français du Théâtre de l’Olivier, sont presqu’autant mis en valeur. Ces derniers jouent dans les villages, écoutent la population, lui renvoient une image et s’efforcent de la faire avancer avec eux126. Les militants responsables de la rubrique sont fascinés par ce modèle. P. Radzac informe ses lecteurs de la publication par le CNRS d’un travail collectif sur le théâtre d’agit-prop (1917-1932) en URSS127. Par contre la place réservée au répertoire classique est mince dans Rouge. Il n’est fait allusion à Molière que quand il est mis en scène par Antoine Vitez ou Marcel Maréchal128.

Un vieux débat réactivé ?

  • 129 Voir Ferro (M.) et al., Culture et révolution, Paris, EHESS, 1989.
  • 130 Dans « Lénine contre Staline », Classique rouge n°9, Paris, Maspero, 1971, 81 p. Lénine, « Mieux v (...)
  • 131 Trotsky (L.), Littérature et révolution, op. cit., « Le Futurisme », p. 147-188.

45Face à ces tentatives de faire naître du peuple une culture alternative, on voit resurgir dans les publications de la Ligue un débat ancien dans le mouvement bolchevik/communiste. En 1918, Bogdanov, initiateur du Proletkult, organisation culturelle très proche du Parti bolchevik, avait voulu encourager les classes populaires à substituer leur culture à celle des bourgeois129. Ainsi l’émancipation serait totale. Mais Lénine avait exprimé son scepticisme et dénoncé la précipitation et la surenchère : « Il nous suffirait pour commencer d’avoir une véritable culture bourgeoise130 ». De même, Trotsky ne voyait dans le rejet exagéré du passé, par les futuristes notamment, que le nihilisme et la bohème. Pour lui, l’art est « un moyen de s’éduquer, se fortifier, se raffiner ». Il appelle à « l’éducation culturelle et esthétique des masses131 ». Fidèle à cette tradition le programme de la Ligue de 1978 est très explicite à ce sujet :

  • 132 LCR, Oui le socialisme !, op. cit., p. 186.

Il n’y aura donc pas de culture prolétarienne et d’art prolétarien en remplacement de la culture et de l’art bourgeois, mais le dépassement progressif de ces derniers par l’assimilation critique de leurs acquis comme acquis historiques de l’humanité toute entière132.

  • 133 « Du passé ne faisons surtout pas table rase », titre de l’article de J.-F. Godchau, dans Crit. co (...)

46Reprenant à leur compte cette conception de la culture, plusieurs militants s’emploient à expliquer à leurs camarades qu’il ne faut surtout pas faire du passé table rase133. Ils profitent largement de Rouge pour faire partager leurs connaissances à ceux-ci.

Les arts plus classiques : musique, peinture et littérature

Défense et illustration de la musique classique.

  • 134 Rh n° 309, 18 juillet 1975, p. 15, une colonne et demi, non signé.
  • 135 Rh n° 312, 5 septembre 1975,
  • 136 Rq n°585, 24 février 1978, JFG et CB.
  • 137 Rq n°725, 18 août 1978 : J.-F. Godchau, « Orange ou le paradoxe ».
  • 138 Rq n°452, 17/18 septembre 1977.
  • 139 Rq n°555, 20 janvier 1978. Cette somme de 1400 p. est publiée chez Fayard.
  • 140 Rq n°633, 24 avril 1978.
  • 141 Par exemple La Flûte enchantée de Mozart (n°578), Othello de Verdi (n°697), assorti de ce commenta (...)

47Resté longtemps silencieux sur la musique, sa passion, J.-F. Godchau intervient dans Rouge, après qu’un militant du Lot ait dénoncé le festival international de musique de Gourdon, où se sont produits Cziffra et Richter, comme « un joujou de luxe », permettant à Madame Giscard d’Estaing et à la reine du Danemark de briller134. La réaction de Godchau est vive. Il demande à ses camarades de ne pas suivre le Parti communiste chinois, qui a décrété que les véritables communistes n’écouteraient ni Beethoven, ni Debussy ; « Laisser la musique à la bourgeoisie, poursuit-il, merci bien ! […] Ne confondons pas le public bourgeois et la culture qu’il est encore trop souvent seul à goûter135 ». Il n’a de cesse, jusqu’à la fin de la décennie, d’imposer dans Rouge la musique classique. Il y consacre plusieurs dizaines d’articles, et fait des émules, puisque d’autres signatures apparaissent en fin de période, Serge Félin et Carol Bach (sic) notamment. Considérant « la grande musique comme une des branches les plus exceptionnelles du patrimoine culturel de la vieille Europe136 », il s’efforce d’en convaincre ses camarades. En été, en particulier, les articles se succèdent sur les festivals d’Orange ou d’Aix-en-Provence, fréquentés par des spectateurs nombreux, « de tous âges, de toutes les régions de France et de divers pays ». Godchau insiste sur la mixité sociale, dirions-nous aujourd’hui, en décrivant un public composé « de toutes les classes sociales (oui, toutes)137 ». La mort de la Callas est annoncée à la une du quotidien Rouge138. Godchau interviewe Brigitte Massin lors de la publication de son ouvrage sur Schubert139. Emmanuel Krivine « violoniste et chef connu, cousin d’Alain » (sic) accorde un entretien à Rouge, à l’occasion de la première retransmission par France Musique d’un concert de musique symphonique depuis Pékin140. Assez souvent, la rubrique culturelle du quotidien Rouge attire l’attention du lecteur sur la retransmission d’opéras à la télévision141.

  • 142 Rq n°237, n°842 et n°561, 27 janvier 1978.

48Cet intérêt pour la musique classique n’est pas exclusif d’autres passions, certaines plumes de Rouge évoquant avec régularité la musique contemporaine. Pierre Boulez est interviewé, son ensemble intercontemporain est évoqué de manière laudative, de même que les recherches menées à l’IRCAM142.

Le jazz, le rock et la pop.

  • 143 Rq n°426, 18 août 1977. À propos de la mort d’Elvis Presley, annoncée en une, Anna Libera titre so (...)
  • 144 Jeunesse rebelle n° 2, 29 mars 1971.
  • 145 Il est tué devant son domicile, à New York, le 8 décembre 1980, par un homme à qui il venait de do (...)
  • 146 Rh n° 948, 12-18 décembre 1980, p. 22, 1/4 de page, non signé.
  • 147 Rh n° 226, 26 octobre 1973.
  • 148 Rq n°69, 8 juin 1976.
  • 149 APGF, lettre de Griot, Lyon, 26 mai 1976. Dans ses Mémoires, op. cit., G. Filoche présente Griot c (...)
  • 150 Les premiers sont qualifiés « d’essoufflés » et les seconds de « nouveaux riches dont le spectacle (...)
  • 151 Rq n°843, 22 janvier 1979, p. 9, « Rock and roll polémique ».

49Sans surprise, la musique populaire, le jazz, le rock, la pop music, ont une place importante dans les préoccupations des militant(e)s. Le rock en particulier fascine. Certains veulent voir dans les chansons de ces groupes l’expression, bien que déformée et imparfaite, de la révolte de la jeunesse : « Elvis c’était la jeunesse américaine qui hurlait à 100 à l’heure sa fureur de vivre143 ». L’interview de John Lennon, un des Beatles, faite par Tariq Ali, dirigeant de l’IMG, est reproduite dans Jeunesse rebelle, le journal lycéen de la Ligue144. Au lendemain de l’assassinat de John Lennon145, Rouge lui rend hommage, sans réserve. Il salue ce « petit gars né dans un quartier prolo de Liverpool […], resté corrosif, un peu teigneux et gentiment drôle146 ». E. Vincent fait part de son admiration pour Mick Jagger, leader des Rolling Stones : « ce fou, ce clown superbe, ce dieu danseur147 ». Cette conscience de l’importance de cette musique amène les organisateurs de la Fête rouge à mettre en vedette deux groupes de rock anglais. Toutefois, plusieurs voix émettent des réserves. Un lecteur se demande si le rock n’est pas finalement un moyen d’intégrer les jeunes plutôt que de les amener à rompre avec cette société148. Dans une lettre à G. Filoche, Griot critique les « horribles rubriques Pop music de Rouge ! À BAS ! » (sic)149. Certes les spécialistes de la rubrique font quelques réserves, sur les Rolling Stones ou les Pink Floyd150, mais à la fin de la décennie Yann Plougastel voit toujours dans cette musique « l’expression culturelle d’une révolte151 ».

  • 152 Crit. co. n°28, op. cit., p. 206.
  • 153 Ibid., p. 209

50Le fossé est donc assez grand entre militants sur cette question. J.-F. Godchau met au défi quiconque de lui prouver que « le contenu de la musique classique est plus conservateur, plus bourgeois […] que n’importe quel rock hurlé avec la douleur la plus authentique par le plus “in” des super-révoltés152 ». Il appelle dans ce domaine à l’ouverture d’esprit la plus large, au « développement culturel général », qui seul permettra « la construction d’un socialisme autogéré153 ».

En peinture, plus que jamais l’éclectisme au poste de commande

  • 154 Lequenne (M.) a réuni quelques-uns de ses textes sur l’art dans Marxisme et esthétique, Paris, La (...)
  • 155 Rq n°331, 24 avril 1977, p. 10 : M. L., « Exposition Duchamp à Beaubourg ».
  • 156 Rq n°914, 11/17 avril 1980, p. 20 : M.L., « L’œil de Monet ».
  • 157 Interrogé par Ph. Cyroulnik, dans Rq n°700.
  • 158 Rq n° 60, 25 mai 197, p. 10. Entretien.
  • 159 Rq n°664, 5 juin 1978. M. L.

51De même que J.-F. Godchau tente de familiariser, de réconcilier les militants avec la musique classique, M. Lequenne contribue pour une large part à leur éducation dans le domaine des arts plastiques, en particulier de la peinture. Le personnage est boulimique en ce domaine154, ses centres d’intérêt sont multiples. C’est surtout à partir de 1976, Rouge une fois devenu quotidien, que se succèdent les articles. Nous en avons comptabilisé plus de cinquante. Les grandes expositions parisiennes (Grand Palais, Louvre, Beaubourg, Musée d’art moderne de la ville de Paris) sont valorisées : Ramsès II comme Courbet, Rubens ou Georg Grosz, Miró comme Magritte. Une attention particulière est accordée aux artistes qui ont croisé le chemin des révolutionnaires, qu’il s’agisse de Malevitch ou de Man Ray. À propos de Marcel Duchamp, M. Lequenne précise que l’artiste a surtout voulu mettre fin à l’art bourgeois, regrettant qu’il ne se soit pas lancé dans « la bataille pour faire surgir de l’art bourgeois un art révolutionnaire155 ». Il ne fait pas le même reproche à Claude Monet exposé au Grand Palais. Il loue simplement les aspirations « écologiques » d’un peintre qui a tenté de réconcilier l’homme et la nature156. Les artistes vivants, tels que le sculpteur Ipoustéguy157 ou le peintre haïtien Télémaque, ne sont pas oubliés158. À l’occasion d’un entretien avec le peintre Jean Pons, M. Lequenne définit ce qui est pour lui la caractéristique principale d’un artiste authentique : « la capacité à se livrer à l’inconscient quant au fond et à se maîtriser quant à la forme159 ».

  • 160 Rq n°259, 28 janvier 1977, parle à propos du centre Pompidou « d’une raffinerie de culture ».
  • 161 Rq n°580, 18/19 février 1978. L’auteur de l’article se déclare « ébahi par le succès de Beaubourg  (...)

52C’est donc dans toutes les directions que M. Lequenne, le grand aîné, oriente son regard et tente d’orienter celui de ses camarades. Tout d’abord bougons sur la création du Centre Pompidou inauguré le 31 janvier 1977160, les militants/journalistes reconnaissent vite son succès161. Les nombreux articles positifs de Rouge sur les manifestations qui y sont organisées montrent des militants capables de surmonter leurs a priori initiaux et de profiter des institutions culturelles pour leur enrichissement personnel.

La littérature

  • 162 Stora (B.), La Dernière génération d’Octobre, Paris, Stock, 2003, p. 116
  • 163 Bibliothèques dont certains se montrent fiers, ainsi J.-F. Leick, technicien dans la sidérurgie, i (...)

53L’emploi du temps chargé du militant ne l’empêche pas d’aller au cinéma, mais il est plus difficile pour lui de pratiquer des loisirs plus exigeants en temps, comme la lecture. Ainsi, si B. Stora se souvient d’avoir vu beaucoup de films au cours de sa période militante, il « ne garde pas le souvenir d’une curiosité boulimique pour les romans des années soixantedix162 ». Le militant doit consacrer son temps libre en priorité aux « classiques du marxisme ». Ce sont les lectures réputées « sérieuses ». Cependant, au moment des vacances d’été, Rouge conseille à ses lecteurs des livres très variés. De même, avec régularité, à partir du 1er juin 1973, paraissent des articles sur des ouvrages appartenant à des genres dits littéraires, mémoires, romans, œuvres philosophiques, sans oublier les bandes dessinées, la science-fiction ou le roman noir. L’inventaire que nous avons réalisé, pour la période 1973-1978, en commençant par les écrivains français, nous éclaire sur les préférences des rédacteurs de Rouge : les contemporains sont valorisés, même si les classiques ne sont pas oubliés (Voltaire « le plus grand »). Ne disposant pas d’informations sur le contenu de leurs bibliothèques, il est plus difficile de connaître les goûts des militants163.

Tableau n°13 : Les écrivains français dans Rouge (1973-1978)

Tableau n°13 : Les écrivains français dans Rouge (1973-1978)
  • 164 Valtin (J.), Sans patrie ni frontière, Paris, JC Lattès, 1975, et Trepper (L.), Le Grand Jeu. Mémo (...)
  • 165 Rh n°294, 4 avril 1975, p. 13 et Rh n° 300, 16 mai 1975, p. 22. M. Lenoir avoue « un immense respe (...)
  • 166 Le Grand métier, publié chez Plon, dans la collection « Terre humaine », en 1977.
  • 167 Rq n°569, 6 février 1978.
  • 168 Ibid.
  • 169 Rh n°207, 1er juin 1973, p. 20. London (J.), Le Talon de fer, Paris, UGE, coll. « 10/18 », 1973. D (...)

54Outre les romans, les récits de vie, les autobiographies, sont fréquemment mis en valeur dans Rouge, ainsi les mémoires de Jan Valtin ou de Léopold Trepper164. Quoique staliniens, ces personnages sont admirés pour avoir mené, malgré tout, un combat internationaliste, le premier au sein de la section maritime du Komintern, le second en créant un réseau d’espionnage, l’Orchestre rouge, au cœur même de la machine administrative nazie165. Mais l’intérêt de Rouge pour les vies hors du commun ne s’arrête pas là. Le Journal d’un capitaine de pêche de Fécamp, Jean Recher, fait l’objet d’un article laudateur166. Jean Malaurie, le directeur de la collection Terre humaine, dans laquelle ce livre a été publié, est interrogé167. Ces ouvrages sont salués comme « des livres militants à leur manière, expression d’un combat multiforme qui, quelque part, rejoint le nôtre168 ». C’est avec cette grille de lecture que les militants/journalistes ont tendance à appréhender la production romanesque. D. Bensaïd salue avec enthousiasme, en 1973, la réédition du livre de Jack London, Le Talon de fer169.

  • 170 Rh n° 274, 15 novembre 1974, p. 9-12.
  • 171 De nouveau mes remerciements à J.-G. Lanuque pour m’avoir transmis le projet de notice biographiqu (...)
  • 172 Rq n° 362, 2 juin 1977, p. 10, Jerry Can fait le compte rendu d’ouvrages d’Allen Ginsberg. Dans Rq (...)

55Les surréalistes sont à l’honneur précocement dans Rouge, le journal consacrant un dossier spécial de quatre pages à ce courant littéraire et artistique170. Au moins trois militants, M. Löwy, P. A. Paranagua et M. Lequenne, ont fait partie du groupe surréaliste parisien, reconstitué après Mai 1968, à l’initiative de Vincent Bounoure171. Les écrivains étrangers sont présents dans Rouge, les Anglo-saxons notamment, avec une préférence pour les Américains de la Beat Generation172. L. Chapignac, entrée dans la rédaction en octobre 1977, fait preuve d’un réel éclectisme, tentant d’ouvrir les lecteurs à d’autres littératures, chinoise ou italienne, roumaine aussi avec le dissident Paul Goma. Malgré tout, pour être prisées de Rouge, il vaut mieux que les œuvres littéraires aient un contenu social. Le plus grand éloge que le journal puisse faire à un écrivain est de le qualifier de « militant » ou de « révolutionnaire ».

La science négligée

  • 173 Rh 861, 6-12 avril 1979, courrier des lecteurs.
  • 174 Parmi les très rares articles consacrés aux questions scientifiques, deux pages très informées sur (...)
  • 175 Cet ensemble de textes ou d’entretiens, sur 35 pages, format revue (21/29,7), sans date (sans dout (...)

56Les militant(e)s qui écrivent dans la rubrique culturelle semblent ouverts à de nombreuses disciplines de la pensée. Ils tentent de faire partager leur passion à leurs camarades. Tel n’est pas le cas des scientifiques. Certains ont des velléités, tel Axel, de la cellule recherche de Marseille, qui propose, à l’occasion du centenaire de la naissance d’Einstein (1979), d’organiser un groupe « pour alimenter le canard173 ». Mais ces bonnes intentions ne se traduisent pas en actes ou rarement. On peut noter la grande misère de Rouge en matière scientifique174. Et ce n’est pas un numéro hors-série, opération ponctuelle, qui peut combler cette lacune. Préparé par Jean-Jacques Laredo, ce numéro rassemble des contributions de scientifiques, militants ou sympathisants de la Ligue, Jean Malifaud, mathématicien, Jean-Paul Deléage et Samuel Johsua, Jacques Testard, biologiste, Pierre Thuillier, historien des sciences175.

57La Ligue n’a sans doute pas dans ses rangs et à sa périphérie suffisamment de scientifiques ou n’a pas su les mobiliser pour donner une formation ou une information à ses militant(e)s dans un domaine pourtant crucial pour qui veut monter à l’assaut du ciel.

Une critique radicale du sport

58Si des goûts variés ont le droit de s’exprimer dans le domaine du cinéma, de la musique ou de la littérature, il est bien plus difficile de déroger, au moins publiquement, à la « ligne » dans le domaine du sport.

Une réflexion critique précoce

  • 176 Luckács (G.), Lénine, Paris, EDI, 1965. L’édition originale en allemand date de 1924.

59Depuis le milieu des années soixante une réflexion importante a été amorcée sur cette question, à l’extérieur des rangs du PCI minoritaire, ancêtre de la LCR. Boris Fraenkel, membre du CC de l’OCI, responsable de la formation des jeunes, est en contact avec des étudiants de l’École Nationale Supérieure de l’Éducation Physique (ENSEP). Ce militant révolutionnaire, Juif originaire de Dantzig, a été le mentor de nombreux jeunes gens, Jean-Marie Brohm et ses camarades étudiants de l’ENSEP. Outre l’œuvre d’Herbert Marcuse qu’il contribue à faire découvrir à cette génération, il attire aussi leur attention sur un certain nombre d’auteurs marxistes hétérodoxes, Wilhelm Reich et Georg Lukács. C’est d’ailleurs la traduction d’un ouvrage de ce dernier, entreprise conjointement par B. Fraenkel et J. M. Brohm176, qui vaut au premier son exclusion de l’OCI et au second une suspension de six mois.

  • 177 APPL, « Sport et politique », supplément à La Vérité, n° 538.
  • 178 Ibid.
  • 179 Dans Sport, culture et répression, Paris, Maspero, 1976, réédition du n°43 de la revue Partisans, (...)
  • 180 APPL, Éducation physique, sport et société n°4, juin-juillet 1968, J.-M. Bhussy, pseudonyme de J. (...)
  • 181 Sa thèse de doctorat d’État notamment, Sociologie politique du sport, Presses universitaires de Na (...)
  • 182 Cf. son article pionnier « Entraîneur-éducateur », Partisans n°28, avril 1966, p. 39-42.

60Mais la réflexion sur le sport est lancée, dans les publications de l’OCI, ainsi que dans la revue Partisans publiée par François Maspero. Le droit à l’éducation physique est revendiqué pour la classe ouvrière, également le droit au sport, mais un « sport éducatif », d’où seraient bannis records et championnats177. Pour faire en sorte que la pratique sportive reste conforme à ce schéma, il est nécessaire de placer le sport sous contrôle ouvrier178. Cette idée d’utiliser le sport pour permettre aux ouvriers de récupérer leurs forces et leur santé est ancienne. Avant 1914, la social-démocratie, puis après la guerre, l’Internationale communiste avaient créé des organisations sportives spécifiques. Mais justement J.-M. Brohm reproche à la plus connue d’entre elles, la Fédération Sportive Gymnique du Travail (FSGT), liée au PCF, d’accepter le sport tel qu’il est fixé dans son contenu et dans sa forme par la société bourgeoise179. À la question « Sommes-nous contre le sport ? », il répond ainsi : « Pour ma part, et sans hésiter, oui, fondamentalement180 ». Les travaux de J.-M. Brohm181, et d’autres chercheurs issus comme lui de l’ENSEP, Georges Vigarello par exemple182, contribuent à montrer que le sport, comme d’autres pratiques sociales, est le produit de l’histoire. Né au xixe siècle, le sport moderne est façonné par les conditions de sa naissance, affirment ces chercheurs :

  • 183 Quel Corps ? n°1, avril-mai 1975, p. 13-16 : « Vingt thèses sur le sport (février 1975) », ici thè (...)

Le sport, taylorisation du corps, implante chez les individus une morale de l’effort et du labeur, contribuant au maintien de l’exploitation de la classe ouvrière183.

Les thèses anti-sport adoptées par la Ligue

  • 184 Comme le montrent Elias (N.) et Dunning (E.) dans Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Pa (...)
  • 185 M. Perelman, un des membres fondateurs de Quel Corps ?, est aujourd’hui professeur de sciences de (...)
  • 186 Escriva (J.-P.), Vaugrand (H.), op. cit., p. 32.
  • 187 Rh n° 42, 8 décembre 1969, p. 9, entière.
  • 188 Rh n°70, 29 juin 1970, p. 11 : Martial Barège, « Football et mascarade ».
  • 189 Ce que veut…, op. cit., p. 129.
  • 190 Rh n°300, 16 mai 1975, p. 23.
  • 191 Escriva (J.-P.), Vaugrand (H.), op. cit., « La critique radicale du sport : un devenir », p. 21-43
  • 192 Quel Corps ? n°2, septembre 1975, interview de M. Foucault, p. 2-5.

61Refusant de voir que le sport moderne peut développer aussi l’esprit de fair play, contribuant au procès de civilisation184, J.-M. Brohm et quelques-uns de ses amis comme Marc Perelman185, devenus membres de la Ligue communiste au début des années soixante-dix186, contribuent à introduire leurs thèses radicales dans l’organisation, ainsi que dans la tendance École Émancipée. J.-M. Brohm dénonce dans Rouge « l’embrigadement de la jeunesse par le sport de compétition187 ». Le sport est accusé de canaliser les énergies subversives, de préparer à l’esprit de compétition et encore, à propos du championnat du monde de football tenu à Mexico en 1970, d’être l’agent de diffusion du chauvinisme188. On trouve une reprise presque directe de ces idées dans le programme publié par la Ligue en 1972. L’encadrement/embrigadement de la jeunesse est dénoncé, l’entraîneur qualifié de contremaître189. Dans la revue Quel Corps ?190, Brohm et ses amis poursuivent, pendant 20 ans, une réflexion sur l’institution sportive191. Ils réalisent un entretien avec Michel Foucault qui étudie lui aussi « le grand effort de mise en discipline et de normalisation […], l’investissement du corps par le pouvoir […] poursuivi par le xixe siècle192 ».

  • 193 Rh n° 161, 10 juin 1972, p. 16. Dominique Lailier à propos de la coupe de France opposant l’Olympi (...)
  • 194 Rq n°02, 16 janvier 1976, p.9. Un match France-Écosse évoqué sous le titre « “On” a gaga ! ».
  • 195 Rh n°310, 24 juillet 1975, p. 10, Vergeat, Le Tour de France « pompe à fric » (Rq n° 84, 25 juin 1 (...)
  • 196 Rh n°257, 21 juin 1974, p. 20, un article de Vergeat sur les 24 heures du Mans.

62Relayant ces positions jusqu’au milieu des années soixante-dix, Rouge critique sans concession toutes les formes de sport, le football « vaste entreprise d’abrutissement193 », le rugby « canalisateur des angoisses solitaires194 », le Tour de France « culte de la force et de l’écrasement d’autrui195 » ou encore la course automobile196.

Tous les militants n’adhèrent pas à cette critique radicale

  • 197 Quel Corps ? n°2, septembre 1975, p. 11. A. Brossat, lettre du 18 juin 1975.
  • 198 Ibid.
  • 199 Rq n°380, 23 juin 1977. Ceci dit, annonçant la participation de Brohm à l’émission Apostrophes, le (...)
  • 200 Lors de l’entretien qu’il nous a accordé le 26 avril 2001.
  • 201 Rq n°30, 17 avril 1976, p. 9, 3 colonnes : Jack Lindien et Joë la glisse, « La percée du ski nordi (...)
  • 202 Rh n° 170, 9 septembre 1972, p. 4, mentionne la mort en montagne, au cours d’une escalade, de deux (...)
  • 203 J.L.R. à propos d’un match France-Galles (rugby), Rq n° 267, 7 février 1977, p. 7.
  • 204 Rq n°377, 20 juin 1977, p. 5, article non signé.
  • 205 APGF, lettre man., une p. r.-v., envoyée par J. Maurin à G. Filoche, de Montréal, le 18 juillet 19 (...)
  • 206 Rq n° 583, 22 février 1978.
  • 207 Rq n° 388, 2/3 juillet 1977, dernière page.

63Cependant, des voix se font entendre pour regretter que la revue Quel Corps ? « assimile toute politique sportive au statut du sport de compétition197 ». Dans une lettre adressée à la revue, A. Brossat qualifie ses thèses sur le sport de « gauchistes198 ». Il ira même jusqu’à qualifier Quel Corps ? de « nihiliste199 ». En fait, il se fait l’écho de réticences existant dans les profondeurs de l’organisation sur cette question. Au sujet du sport, Ignace Garay évoque un « vrai décalage culturel entre les travailleurs et certains débats200 ». Deux militants/journalistes font état de nombreuses lettres reçues à ce sujet201. Leur article apparaît comme une réponse à des militants qui ont du mal à accepter qu’on assimile sport de compétition et activités physiques en général. Un certain nombre de militant(e)s pratiquent le sport, le rugby pour I. Garay, la montagne pour d’autres202. Certains ne cachent pas leur admiration pour le geste sportif : « Ils [les joueurs français de rugby] ont merveilleusement joué, réalisant deux essais, dont on peut simplement dire qu’ils furent beaux203 ». Un autre rédacteur esquisse une critique classique au sujet de la finale de la Coupe de France de football entre Reims et Saint-Étienne : « Les Stéphanois se font pressants d’entrée de jeu, les corners se succèdent et Merchadier est à deux doigts de combler les supporters204 ». De même, dans une lettre privée, Jacqueline Maurin, à Montréal au moment des Jeux olympiques, avoue sa passion pour la gymnastique féminine et nous apprend que « les autres copains ont d’autres hobby (sic)205 ». Mais dès que Rouge semble s’intéresser au sport de manière traditionnelle, les lettres arrivent au journal. Une militante regrette que Denis Caron « impose le foot dans le canard206 », un autre accuse Rouge d’être infiltré par L’Équipe207.

Le poids des militants enseignants en éducation physique

  • 208 Au cours de l’entretien qu’il nous a accordé chez lui le 24 février 2003.
  • 209 APPL, « Commission EPS du secrétariat enseignant au comité de rédaction », 7 p. ron., Totenka.
  • 210 Ibid.

64L’influence des idées développées par J.-M. Brohm est particulièrement forte dans le milieu des enseignants en éducation physique radicalisés. Pierre Laguillaumie, responsable de l’École Émancipée et de la Ligue pour ces questions au début de la décennie soixante-dix, nous a dit son accord total, son admiration même pour les thèses de Brohm208. Avec d’autres militants professeurs d’éducation physique, il a participé à la rédaction du paragraphe sur le sport du programme de 1972, repris presqu’à l’identique dans celui de 1978. De même, nous explique-t-il, la majorité des animateurs du Chrono enrayé, la revue de l’EE spécialisée dans l’éducation physique, sont des militants de la Ligue, lui-même, Étienne Valette, Claude Ganne de Caen ou Guy Aubarbier de Poitiers. Peu avant le lancement du quotidien, un stage a lieu les 29/30 octobre 1975 de façon à « rassembler les acquis du secteur éducation physique [de la Ligue] sur le problème du sport pour aider le comité de rédaction du futur quotidien dans le traitement de l’actualité sportive209 ». La conclusion de cette rencontre est nette. Il ne saurait être question de donner des résultats sportifs dans le futur quotidien. Par contre, l’évocation des événements sportifs sera l’occasion de mettre en évidence les liens entre le sport et l’argent, le sport et la publicité, le sport et la politique, ou encore le sport et la violence210.

JO de Montréal et Coupe du monde de football en Argentine

  • 211 Rq n°98, 12 juillet 1976 : « JO de Montréal : survêtements et tenues de combat », ou Rq n°101, 16 (...)
  • 212 Rq n°109, 26 juillet 1976 : « Fin des épreuves de natation/de la nage à la chaîne ».
  • 213 Rq n°112, 29 juillet 1976 : Ph. Verdon, « Drut-pont la Joie ». L’athlète vainqueur du 110 mètres h (...)

65Ces consignes sont appliquées à la lettre par Rouge quotidien. Lors des Jeux olympiques de Montréal en 1976, le journal insiste sur l’importance des mesures de sécurité211 ou sur le rythme forcené imposé aux sportifs212. N’hésitant pas à faire un mauvais jeu de mot, Ph. Verdon, dans un article titré « Drut-pont la Joie », trouve que c’est « une bien étrange exaltation que d’avoir la vie suspendue à un centième de seconde sur 110 mètres. Une exaltation de Dupont la Joie213 ».

  • 214 Rq n°524, 14 décembre 1977, p. 7.
  • 215 Escriva (J.-P.), Vaugrand (H.), op. cit., p. 32 et sq., d’après un article du Monde, 2 juin 1978.
  • 216 APPL. Le 28 septembre 1978 la revue Quel Corps ? envoie un texte d’appel au boycott aux différente (...)
  • 217 Rq n°806, 25/26 novembre 1978, en page 18, sur un tiers de colonne.
  • 218 APPL, texte de F. Linol, « Pour un bilan du secteur EPS », GD 87, mars 1981, 10 p. ron.

66La campagne pour le boycott de la Coupe du monde de football en Argentine, le Mundial, permet momentanément d’unir toute l’organisation. Le collectif pour le boycott (COBA) associe de nombreux groupes d’extrême gauche pour lesquels il n’est pas acceptable qu’on organise des matches de football « à 800 mètres du siège de la Gestapo argentine214 ». Plusieurs personnalités, Marek Halter, le professeur Schwartzenberg ou encore Bernard-Henry Lévy, s’engagent dans cette campagne. Le 31 mai 1978, veille d’ouverture du Mundial, une dizaine de milliers de personnes répondant à l’appel du COBA, manifestent à Paris contre la dictature du général Videla215. Forts de ce succès, un certain nombre de militants du COBA, notamment le comité de rédaction de la revue Quel Corps ?, lancent précocement une campagne en faveur du boycott des JO de Moscou prévus pour 1980216. Après avoir timidement relayé cet appel217, Rouge se fait discret et finalement, aucune initiative d’envergure n’est organisée ni par la LCR, ni par l’EE, contre les jeux de Moscou. Franck Linol regrette cette inaction en ces termes : « Sans débat de fond, tout s’est passé comme si on ne boycotte pas un État ouvrier, fut-il dégénéré218 ».

  • 219 Dans Quel Corps ? n° 2, septembre 1975, G. Aubarbier, F. Linol, J. Maillet opposent à la pratique (...)

67Tout au long de la décennie la réflexion et l’activité des militants « spécialistes » de la Ligue ont donc été importantes dans ce secteur. Ils sont allés à contre-courant des idées dominantes en matière de sport, ainsi que de celles d’une bonne partie des militants de la Ligue, jeunes et donc sportifs pour beaucoup. La critique radicale de l’institution sportive n’a pas toujours évité la critique de l’activité corporelle tout court, malgré quelques tentatives pour promouvoir des activités ludiques219. Cet avant-gardisme irrite de nombreux militants et sympathisants.

  • 220 Rq n° 435, 29 août 1977, p. 9.
  • 221 Rq n° 384, 28 juin 1977.
  • 222 Rq n°377, 20 juin 1977, p. 10 et n°545, 9 janvier 1978 (un lecteur de Prahecq, Deux-Sèvres).
  • 223 Ibid., P. M. d’Issy-les-Moulineaux.
  • 224 Rq n° 704, 22/23 juillet 1978, p. 2.
  • 225 Rq n° 515, 3/4 décembre 1977, p. 10-11.
  • 226 Crit. co. n°28, op. cit., « Présentation », p.7.

68Plus généralement, c’est la rubrique culturelle qui est sous le feu des critiques. De nombreuses lettres de lecteurs dénoncent régulièrement « le style jargonneux220 », « le vocabulaire de caste221 », « le parisianisme222 » de cette rubrique. Plus grave, certains accusent une minorité d’avoir détourné le journal223. Pour O. C. de Grenoble, « la rubrique culture sert de défoulement théorique à quelques intellos parisiens224 ». Le découragement se fait jour dans la rubrique, certains militants/journalistes préfèrent démissionner. L’un d’entre eux, Pascal Daniel, explique qu’il faut éviter bien sûr de s’enfermer dans des « ghettos scolastiques », mais qu’il ne faut pas non plus tomber dans l’ouvriérisme225. Touvais et Radzac regrettent, eux, que les exigences de la construction du parti détournent souvent les militants de la culture226.

69Dans ce domaine également, l’hétérogénéité entre militants et sympathisants est génératrice de tensions. Malgré la prise de conscience, chez certains, du danger d’appauvrissement culturel qu’un activisme débridé peut entraîner chez les militants, rien n’est fait pour l’empêcher. Cependant, la variété des sujets abordés dans la rubrique culturelle, sa liberté de ton, ne pouvaient que déculpabiliser les militant(e)s désireux(ses) de s’aventurer dans certains domaines de la culture. Il en est allé différemment du sport. L’idéologie anti-sportive dominant à la LCR, il était difficile pour le militant d’assumer publiquement sa participation à un club sportif, et peut-être plus encore son amour du spectacle sportif.

Notes

1 Titre de l’article paru dans Le Monde, 25 août 1971, p. 1 et 6.

2 Ibid., 26 août 1971.

3 APJPS, carton n° 2, « Formation », Antonio (Marseille) : « Pour une politique de Formation », 5 p. ron., 4 décembre 1977.

4 APJPS, carton n° IV, ABCD n° 7, « BI préparatoire au deuxième congrès de la LCR (1976). Contribution de la TB », signée Laborde.

5 APJPS, carton n°2, circulaire nationale, fin 1975, op. cit.

6 Rq n°397, 13 juillet 1977.

7 Rq n° 691, 6 juillet 1978.

8 Faisant le bilan des stages de l’été 1980, Rouge note que sur les 500 stagiaires, les trois quarts n’étaient pas membres de la LCR (dans Rh n°933, p. 2).

9 APJPS, carton n°IV, CERS n° 57, p. 2. Bilan fait par Sartan.

10 APJPD, « École de cadres, bilan intérimaire », juin 1982, 7 p. ron. D’après ce bilan, 115 militant(e)s auraient assisté aux douze stages tenus du printemps 1981 au printemps 1982.

11 APJPS, carton n°2, « Circulaire BP », 1 p.r.-v., objet : école de cadres.

12 APJPS, ibid., « Circulaire du SU, Bruxelles, 17 mars 1975 », signée Duret, 1 p. r.-v. Nous avons pu consulter ces Cahiers chez J.-P. Debourdeau que nous remercions encore une fois pour son obligeance.

13 Sa thèse sera publiée en 1988, par La Brèche et Publisud, sous le titre Le Marché contre l’autogestion. L’expérience yougoslave, avec une préface d’E. Mandel.

14 Dans De Waresquiel (E.), dir., Le Siècle rebelle, Paris, Larousse, 1999, reproduction du programme de philosophie de l’université de Vincennes, 1971-72, p. 627.

15 Ibid. Dès 1970, O. Guichard, ministre de l’Éducation nationale, dans une lettre adressée au Doyen de Vincennes retirait à la licence de philosophie son caractère de diplôme national. Il reprochait au département de philosophie, placé sous la direction de M. Foucault, de consacrer trop d’UV à l’étude de la doctrine marxiste, notamment (Le Monde, 27 janvier 1970, p. 10).

16 Témoignage recueilli à son domicile le 6 juin 2002.

17 APGF, Cahier op. cit., compte rendu du stage n° 6.

18 Ibid.

19 Le Monde, op. cit.

20 D’après les cahiers de stages conservés (1971, APGF). Lors « d’un guinche » organisé avec les jeunes prolos du foyer « qui dansent mieux que les militants », ces derniers prennent conscience de leur étrangeté.

21 APJPS, ibid., circulaire du BP sur l’école de cadres, 1975, 1 p. r.-v.

22 La liste en est donnée par Rouge à plusieurs reprises.

23 APJPD, « École de cadres, bilan intérimaire », op. cit.

24 Témoignage recueilli par nous le 21 mai 2001.

25 APJPS, carton n°2, « Programme de l’école élémentaire ouvrière de Paris, 1976-1977 », 1 p. r.-v.

26 Le responsable national à la formation envoie en novembre 1975 aux DV et aux DS la table des matières de cet ouvrage, Introduction au marxisme, Bruxelles, édition Fonds Léon Lesoil, 1975, pour qu’elles s’en inspirent (APJPS, ibid.). Ce livre a été réédité en 1983, Paris, La Brèche.

27 APJPS, ibid., « Programme de l’école de cadres internationale », op. cit.

28 APJPS, ibid., « École de cadres nationale, 1977-1978 », 15 leçons, chacune sur 4 p. imprimées, format 21/29,7. Ces précieux documents m’ont été donnés par J.-J. Adam, militant de Marseille.

29 Ibid., leçon n°3, « Initiation à l’économie ».

30 Ibid., leçon n°6, « La conscience de classe ».

31 Ibid., en majuscule dans le texte.

32 Ibid., leçon n°8, « Stratégie révolutionnaire et rapports avant-garde-masses ».

33 Ibid., leçon n°10, « Le Stalinisme ».

34 Démocratie socialiste et dictature du prolétariat, supplément à Crit. co. n° 23, deuxième trimestre 1978, 31 p. Résolution du SU ou Inprecor, n° spécial du XIe congrès mondial de la QI, 1979, p. 230-270.

35 Ibid., leçon n°14, « Le socialisme que nous voulons ».

36 Rh n°331, 16 janvier 1976, « La dictature du prolétariat, insupportable… pour qui ? », p. 9-12.

37 Courtois (S.), Lazar (M.), Histoire du parti communiste français, Paris, PUF, 1995, notent le caractère brusque de ce changement, p. 373.

38 Rh n°331, op. cit.

39 Ce que veut…, op. cit., p. 38. Cette expression est reprise à l’identique en 1978.

40 Op. cit.

41 Ibid., p. 18.

42 Cette préoccupation est une constante pour ce courant politique. Une récente illustration en est le numéro spécial de la revue Crit. co. sur le thème « Démocratie et émancipation sociale », au printemps 2000.

43 Rq n° 357, 26 mai 1977, p. 9.

44 AD 21, 1194 W 239, RG Dijon, 14 décembre 1977.

45 Rh n°302, 30 mai 1975, p. 14 : D. Bensaïd, « L’affaire du Republica ». Voir aussi Rh n°303, 6 juin 1975, p. 14, communiqué du BP et le livre de Bensaïd (D.), Rossi (C.), Udry (C.-A.), Portugal : la révolution en marche, Paris, Bourgois, 1975, p. 169 : « Il ne saurait exister de contrôle sur l’information par les travailleurs de ce secteur ; un tel contrôle supposerait en effet qu’il existe une norme de vérité ou d’objectivité à laquelle se référer. Le plus authentique contrôle en la matière réside dans la confrontation libre des idées et des positions, dans le reflet au niveau des sources d’expression et d’information du pluralisme dont nous défendons le principe au niveau des partis ».

46 Rq n°23, 9 avril 1976, « L’exécution de l’industriel basque A. Berazadi par ETA V : une faute politique ».

47 Rq n° 308, 26/27 mars 1977, p. 5.

48 Rq n° 559, 25 janvier 1978.

49 Rq n° 643, 10 mai 1978.

50 Rq n°477, 17 octobre 1977.

51 Rq n°634, 25 avril 1978.

52 Rq, ibid.

53 Rq n°651, 20/21 mai 1978, « The end. Terrorisme infantile/Terrorisme sénile ».

54 Rh n°306, 27 juin 1975, p. 21 : G. V., « Échec d’une certaine violence ».

55 Rq n° 650, 19 mai 1978, p. 10.

56 Rq n° 307, 25 mars 1977, en Une.

57 Besancenot (O.), Révolution ! 100 mots pour changer le monde, Flammarion, 2003, p. 109 et sq.

58 Dans les écoles de formation bien sûr, mais aussi par les publications. Voir notamment la réaffirmation de l’orthodoxie trotskyste dans LCR, Qu’est-ce que la révolution politique ?, Montreuil, Rotographie, juin 1982, 15 p.

59 Crit. co., n°18-19, octobre-novembre 1977 : D. Berger, « Des États anti-ouvriers », p. 37-60, cit. p. 57.

60 Ibid., p. 57.

61 Trotsky (L.), In Defense of Marxism, New York, Pioneer Publishers, 1942, traduit et réédité sous le titre Défense du marxisme, URSS, marxisme et bureaucratie, Paris, EDI, 1976, préface de P. Naville, introduction de J.-J. Marie.

62 Wald (A. M.), The New York Intellectuals. The Rise and Decline of the Anti-Stalinist Left from the 1930s. to the 1980s., The University of North Carolina Press, 1987, voir p. 170 et sq.

63 Chiama (J.), Soulet (J.-F.), op. cit.

64 Rh n°243, 22 janvier 1974, p. 12, annonce la publication de l’ouvrage en Occident et l’expulsion simultanée de l’auteur A. Soljenitsyne d’URSS. Le livre, en trois volumes, a été édité à Paris aux éditions du Seuil de 1974 à 1976.

65 Inprecor n°0, 1er mai 1974 : E. Mandel, « L’Archipel du Goulag », p. 18-23.

66 Medvedev (R.), Le Stalinisme. Origines, histoire, conséquences, Paris, Le Seuil, 1972 et De la démocratie socialiste, Paris, Grasset, 1972.

67 Revue QI n°20-21, printemps 1975 : P. Frank, « Problèmes d’Union soviétique vus d’Union soviétique », p. 37-44.

68 Rh n° 329, 2 janvier 1976, p. 12-13.

69 Rh n°330, 9 janvier 1976, p. 24, puis Rq n°194, n°249. Dans le n°279 (21 février 1977), réaffirmant sa position, Sandor écrit « la liberté, c’est d’abord celle de ceux qui ne pensent pas comme vous ».

70 Rq n°184, 22 octobre 1976, mais aussi n°185, n°228 en une.

71 Rq n°181, 9 octobre 1976, p. 4.

72 Rh n°905, 7-13 février 1980, p. 18-19, extraits d’une brochure à paraître sur l’Afghanistan.

73 Rh n°907, 22-28 février 1980, p. 22-23.

74 Le compagnon de Cl. Pedroletti, rencontré à Besançon le 18 février 2003, nous dit avoir démissionné de la Ligue à cette occasion.

75 Crit. co. n° 3, nouvelle série, décembre 1981 : M. Rovere, « Afghanistan, une autocritique nécessaire », p. 30-33.

76 C’est à peu près ainsi que Claude Lefort caractérise la position de Trotsky vis-à-vis de l’URSS dans « La contradiction de Trotsky et le problème révolutionnaire », Les Temps Modernes n°39, décembre 1948janvier 1949, repris dans Lefort (C.), Éléments d’une critique de la bureaucratie, Paris, Droz, 1971.

77 L’Alternative n°1, novembre-décembre 1979, 60 pages, format 21/29,7.

78 Sous-titre de la brochure LCR, Solidarité avec Solidarnosc, Socialisme oui ! Stalinisme non !, supplément à Rh n° 995, 17 décembre 1981, 32 p.

79 Qu’est-ce que ? La révolution politique, op. cit., p. 4. C’est la solidarité internationale, est-il affirmé, qui a dissuadé les dirigeants soviétiques d’intervenir comme ils l’avaient fait en Hongrie en 1956 et en Tchécoslovaquie en 1968.

80 La gare de Caen, comme il nous l’a raconté à son domicile, à Marseille, le 22 août 2001.

81 Avec l’argent récolté, ils avaient acheté du matériel ronéo.

82 Qu’est-ce que ?, op. cit., p. 5.

83 Rq n°798, 14 novembre 1978, p. 9, « Les libertés démocratiques au Viêtnam ».

84 Rq n° 810, 30 novembre 1978, p. 8, texte du BP. Un peu avant, P. Rousset écrit qu’il n’est pas persuadé que les réfugiés soient la preuve du Goulag (Rq n°806, 24-25 novembre 1978, p. 4-5).

85 Ibid., p. 8.

86 Rq n°30, 17 avril 1976, p. 2. et Rq n° 99, 14 juillet 1976, p. 3.

87 Les Khmers rouges sont entrés à Phnom Penh le 17 avril 1975.

88 Rq n°301, 18 mars 1977. Dans Cambodge, année zéro, Paris, Julliard, février 1977, le missionnaire catholique F. Ponchaud alerte l’opinion publique sur les crimes des Khmers rouges.

89 Rq n°330, 22 avril 1977, Der.

90 Rq n°631, 21 avril 1978, p. 12, F. Carlier.

91 Rq n°634, 25 avril 1978, p. 5, F. Carlier.

92 Rq n°772, 12 octobre 1978.

93 Déclaration reproduite dans Rq n°844, 23 janvier 1979, p. 6-7.

94 Dans Le Nouvel Observateur n° 546, 28 avril 1975.

95 Il a amorcé cette autocritique en février 1977, écrivant un article dans Le Nouvel Observateur intitulé « La démence cambodgienne ».

96 Rq n°645, 12 mai 1978.

97 APJPS, carton n° I, BI n° 20, juin 1971, IIe congrès de la LC, Blaireau (Rouen) : « Proposition d’orientation et d’organisation sur le travail culturel », 2 p.

98 APJPS, carton n°16, « Dossier », 30 p. ron., signé Tom et Wendy (cellule Chelles, section Paris 17), mi-1971.

99 BI n° 20, op. cit., Blaireau.

100 Crit. co. n°28, spécial Culture, septembre 1979, « Présentation », p. 7.

101 La liste est donnée dans Rh n° 227, 2 novembre 1973. La moitié porte sur le Viêtnam, cinq sur Mai 1968, l’appel du Che à la lutte armée voisine avec une interview de Trotsky réalisée en 1934 à Copenhague (10 minutes).

102 Crit. co., op. cit., p. 5.

103 Trotsky (L.), Littérature et révolution, Paris, UGE, coll. « 10/18 », 1964, p. 492-500. C’est par cette édition que les militants des années soixante-dix ont accès à ce texte, aujourd’hui réédité dans Trotsky (L.), Œuvres, EDI, t. 18, p. 198-211 ; et dans Breton (A.), Œuvres, t. 3, Paris, Gallimard, coll. « bib. de la Pléiade ».

104 Pour son 40e anniversaire Rouge quotidien lui consacre une double page, n°602, 16 mars 1978.

105 Rq n°1, 15 mars 1976, p. 10 : « Ni terrorisme, ni anathème. Nous favoriserons la polémique et le dialogue ».

106 La dernière page de Rh n°63, 11 mai 1970, est consacrée à ce film de 1969. Article non signé.

107 Rh n°63, op. cit.

108 Rh n°66, 1er juin 1970, p. 8, une colonne, lettre signée J. A.

109 Rh n°227, 17 décembre 1976.

110 Rh n°154, 22 avril 1972, p. 16.

111 Rh n°156, 6 mai 1972, p. 14.

112 « Parler de Trotsky sans parler de la lutte entre la révolution dégénérée et la révolution vivante, c’est escamoter le sujet », Rh n°157, 13 mai 1972, p. 16.

113 Rh n°245, 9 mars 1974, p. 19.

114 Rh n°247, 22 mars 1974, p. 20.

115 Ibid. Quelques années après, à l’occasion de la rediffusion de ce film à la télévision, Alain Capp affirme sans réserve son grand intérêt, dans Rq n°647, 16 mai 1978.

116 Rh n°208, 8 juin 1973, p. 20.

117 Rh n°209, 15 juin 1973, p. 20.

118 Ibid.

119 Rq n° 553, 18 janvier 1978.

120 Rq n° 567, 3 février 1978.

121 Rh n°302, 30 mai 1975, p. 22.

122 Rh n°306, 27 juin 1975, p. 22. Dans un numéro précédent M. Saturnin qualifiait le Théâtre du Soleil de « magnifique […], nouveau théâtre, populaire, politique, une nouvelle arme contre ce vieux monde » (Rh n°295, 11 avril 1975, p. 20).

123 Rh n°241, 8 février 1974.

124 Rq n°394, 10 juillet 1977, 4e article sur Boal. Crit. co., n°28, op. cit., lui consacre 40 pages, avec un entretien. À peu près au même moment BOAL (A.) publie Théâtre de l’Opprimé, Paris, Maspero, 1980.

125 Rq n°2, 16 mars 1976, et n°17, 2 avril 1976, avec une interview de P. Schuman.

126 Rq n° 414, 3 août 1977.

127 Rq n° 433, 26 août 1977, p. 7.

128 Rq n°703, 21 juillet 1978 et n°786, 28/29 octobre 1978. A.Vitez a accordé un entretien à Rq n°466, 4 octobre 1977, p. 10.

129 Voir Ferro (M.) et al., Culture et révolution, Paris, EHESS, 1989.

130 Dans « Lénine contre Staline », Classique rouge n°9, Paris, Maspero, 1971, 81 p. Lénine, « Mieux vaut moins mais mieux », 2 mars 1923, p. 15-23.

131 Trotsky (L.), Littérature et révolution, op. cit., « Le Futurisme », p. 147-188.

132 LCR, Oui le socialisme !, op. cit., p. 186.

133 « Du passé ne faisons surtout pas table rase », titre de l’article de J.-F. Godchau, dans Crit. co. n°28, op. cit., p. 185-212.

134 Rh n° 309, 18 juillet 1975, p. 15, une colonne et demi, non signé.

135 Rh n° 312, 5 septembre 1975,

136 Rq n°585, 24 février 1978, JFG et CB.

137 Rq n°725, 18 août 1978 : J.-F. Godchau, « Orange ou le paradoxe ».

138 Rq n°452, 17/18 septembre 1977.

139 Rq n°555, 20 janvier 1978. Cette somme de 1400 p. est publiée chez Fayard.

140 Rq n°633, 24 avril 1978.

141 Par exemple La Flûte enchantée de Mozart (n°578), Othello de Verdi (n°697), assorti de ce commentaire : « on peut critiquer la politique culturelle mais nous prenons ce qui est bon ».

142 Rq n°237, n°842 et n°561, 27 janvier 1978.

143 Rq n°426, 18 août 1977. À propos de la mort d’Elvis Presley, annoncée en une, Anna Libera titre son article « Ma première révolte, ma dernière idole ».

144 Jeunesse rebelle n° 2, 29 mars 1971.

145 Il est tué devant son domicile, à New York, le 8 décembre 1980, par un homme à qui il venait de donner un autographe. Il avait 40 ans. Voir Dister (A.), Les Beatles, Paris, UGE, coll. « 10/18 », 2003, p. 166.

146 Rh n° 948, 12-18 décembre 1980, p. 22, 1/4 de page, non signé.

147 Rh n° 226, 26 octobre 1973.

148 Rq n°69, 8 juin 1976.

149 APGF, lettre de Griot, Lyon, 26 mai 1976. Dans ses Mémoires, op. cit., G. Filoche présente Griot comme un passionné de musique classique.

150 Les premiers sont qualifiés « d’essoufflés » et les seconds de « nouveaux riches dont le spectacle est creux ». Quant à Lou Reed à Paris, il fut « bien décevant », dans Rq n° 330, 22 avril 1977, p. 10.

151 Rq n°843, 22 janvier 1979, p. 9, « Rock and roll polémique ».

152 Crit. co. n°28, op. cit., p. 206.

153 Ibid., p. 209

154 Lequenne (M.) a réuni quelques-uns de ses textes sur l’art dans Marxisme et esthétique, Paris, La Brèche, 1984.

155 Rq n°331, 24 avril 1977, p. 10 : M. L., « Exposition Duchamp à Beaubourg ».

156 Rq n°914, 11/17 avril 1980, p. 20 : M.L., « L’œil de Monet ».

157 Interrogé par Ph. Cyroulnik, dans Rq n°700.

158 Rq n° 60, 25 mai 197, p. 10. Entretien.

159 Rq n°664, 5 juin 1978. M. L.

160 Rq n°259, 28 janvier 1977, parle à propos du centre Pompidou « d’une raffinerie de culture ».

161 Rq n°580, 18/19 février 1978. L’auteur de l’article se déclare « ébahi par le succès de Beaubourg ».

162 Stora (B.), La Dernière génération d’Octobre, Paris, Stock, 2003, p. 116

163 Bibliothèques dont certains se montrent fiers, ainsi J.-F. Leick, technicien dans la sidérurgie, interrogé par Y. Kindo : « J’ai une bibliothèque qui est bien chargée », op. cit., t. 2, p. 86.

164 Valtin (J.), Sans patrie ni frontière, Paris, JC Lattès, 1975, et Trepper (L.), Le Grand Jeu. Mémoires du chef de l’Orchestre rouge, Paris, Albin Michel, 1975.

165 Rh n°294, 4 avril 1975, p. 13 et Rh n° 300, 16 mai 1975, p. 22. M. Lenoir avoue « un immense respect » pour Trepper, « un des nôtres ».

166 Le Grand métier, publié chez Plon, dans la collection « Terre humaine », en 1977.

167 Rq n°569, 6 février 1978.

168 Ibid.

169 Rh n°207, 1er juin 1973, p. 20. London (J.), Le Talon de fer, Paris, UGE, coll. « 10/18 », 1973. Dans ce livre de 1907, l’auteur décrit les méfaits du capitalisme.

170 Rh n° 274, 15 novembre 1974, p. 9-12.

171 De nouveau mes remerciements à J.-G. Lanuque pour m’avoir transmis le projet de notice biographique de Vincent Bounoure (1928-1996) rédigé par Gilles Bounoure pour le Maitron.

172 Rq n° 362, 2 juin 1977, p. 10, Jerry Can fait le compte rendu d’ouvrages d’Allen Ginsberg. Dans Rq n°590, 2 mars 1978, J.-F. Vilar proclame son admiration pour Howl ! du même auteur.

173 Rh 861, 6-12 avril 1979, courrier des lecteurs.

174 Parmi les très rares articles consacrés aux questions scientifiques, deux pages très informées sur « les manipulations génétiques : des expériences dangereuses », écrites par un correspondant, dans Rh n°304, 13 juin 1975, p. 20-21. Jacques Testard, « père » de la fivette (fécondation in vitro) a été militant de la Ligue dans les années soixante-dix, comme nous l’a confirmé J.-M. Krivine, ce dont nous le remercions.

175 Cet ensemble de textes ou d’entretiens, sur 35 pages, format revue (21/29,7), sans date (sans doute fin des années soixante-dix), est intitulé « Sciences sans conscience », sous-titré « Prouver, prévoir, progresser, contrôler ».

176 Luckács (G.), Lénine, Paris, EDI, 1965. L’édition originale en allemand date de 1924.

177 APPL, « Sport et politique », supplément à La Vérité, n° 538.

178 Ibid.

179 Dans Sport, culture et répression, Paris, Maspero, 1976, réédition du n°43 de la revue Partisans, été 1968. Un des articles de Brohm, « Une politique ouvrière : le PCF et la collaboration de classe », p. 141-169.

180 APPL, Éducation physique, sport et société n°4, juin-juillet 1968, J.-M. Bhussy, pseudonyme de J. M. Brohm, réponse à l’éditorial du n°2, p. 10-13.

181 Sa thèse de doctorat d’État notamment, Sociologie politique du sport, Presses universitaires de Nancy, 1976, Paris, 1992.

182 Cf. son article pionnier « Entraîneur-éducateur », Partisans n°28, avril 1966, p. 39-42.

183 Quel Corps ? n°1, avril-mai 1975, p. 13-16 : « Vingt thèses sur le sport (février 1975) », ici thèse 15, reproduites dans l’ouvrage de Escriva (J.-P.), Vaugrand (H.), dir., L’Opium sportif. La critique radicale du sport de l’extrême-gauche à Quel Corps ?, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 119-127.

184 Comme le montrent Elias (N.) et Dunning (E.) dans Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

185 M. Perelman, un des membres fondateurs de Quel Corps ?, est aujourd’hui professeur de sciences de l’information et de la communication à l’université Paris X-Nanterre. J.-M. Brohm est professeur de sociologie à l’université de Montpellier III.

186 Escriva (J.-P.), Vaugrand (H.), op. cit., p. 32.

187 Rh n° 42, 8 décembre 1969, p. 9, entière.

188 Rh n°70, 29 juin 1970, p. 11 : Martial Barège, « Football et mascarade ».

189 Ce que veut…, op. cit., p. 129.

190 Rh n°300, 16 mai 1975, p. 23.

191 Escriva (J.-P.), Vaugrand (H.), op. cit., « La critique radicale du sport : un devenir », p. 21-43.

192 Quel Corps ? n°2, septembre 1975, interview de M. Foucault, p. 2-5.

193 Rh n° 161, 10 juin 1972, p. 16. Dominique Lailier à propos de la coupe de France opposant l’Olympique de Marseille à Bastia. « L’hystérie verte » est dénoncée, à propos de l’enthousiasme suscité par l’équipe de Saint-Étienne, dans Rq n° 50, 13 mai 1976.

194 Rq n°02, 16 janvier 1976, p.9. Un match France-Écosse évoqué sous le titre « “On” a gaga ! ».

195 Rh n°310, 24 juillet 1975, p. 10, Vergeat, Le Tour de France « pompe à fric » (Rq n° 84, 25 juin 1976, p. 9) est dénoncé régulièrement par Frank Tenaille (dans Rq n°85, 87, 88, 91, 93, 95, 97). Dans ce dernier numéro le style « national-chauvin » de L’Humanité est critiqué.

196 Rh n°257, 21 juin 1974, p. 20, un article de Vergeat sur les 24 heures du Mans.

197 Quel Corps ? n°2, septembre 1975, p. 11. A. Brossat, lettre du 18 juin 1975.

198 Ibid.

199 Rq n°380, 23 juin 1977. Ceci dit, annonçant la participation de Brohm à l’émission Apostrophes, le même A. Brossat écrit que les divergences sont minimes avec lui : « Nous nous accordons sur les grandes lignes d’une analyse globale de l’institution sportive », Rq n°84, 25 juin 1976.

200 Lors de l’entretien qu’il nous a accordé le 26 avril 2001.

201 Rq n°30, 17 avril 1976, p. 9, 3 colonnes : Jack Lindien et Joë la glisse, « La percée du ski nordique ».

202 Rh n° 170, 9 septembre 1972, p. 4, mentionne la mort en montagne, au cours d’une escalade, de deux militant(e)s de Strasbourg, Eric Birger, 24 ans, maître-assistant en sciences et Dina Papermann, 24 ans, étudiante.

203 J.L.R. à propos d’un match France-Galles (rugby), Rq n° 267, 7 février 1977, p. 7.

204 Rq n°377, 20 juin 1977, p. 5, article non signé.

205 APGF, lettre man., une p. r.-v., envoyée par J. Maurin à G. Filoche, de Montréal, le 18 juillet 1976.

206 Rq n° 583, 22 février 1978.

207 Rq n° 388, 2/3 juillet 1977, dernière page.

208 Au cours de l’entretien qu’il nous a accordé chez lui le 24 février 2003.

209 APPL, « Commission EPS du secrétariat enseignant au comité de rédaction », 7 p. ron., Totenka.

210 Ibid.

211 Rq n°98, 12 juillet 1976 : « JO de Montréal : survêtements et tenues de combat », ou Rq n°101, 16 juillet 1976, une : « JO : le blockhaus olympique ».

212 Rq n°109, 26 juillet 1976 : « Fin des épreuves de natation/de la nage à la chaîne ».

213 Rq n°112, 29 juillet 1976 : Ph. Verdon, « Drut-pont la Joie ». L’athlète vainqueur du 110 mètres haies est Guy Drut et le film d’Yves Boisset, Dupont la Joie, stigmatisant la veulerie du Français moyen (sous les traits de Jean Carmet), est sorti en 1975.

214 Rq n°524, 14 décembre 1977, p. 7.

215 Escriva (J.-P.), Vaugrand (H.), op. cit., p. 32 et sq., d’après un article du Monde, 2 juin 1978.

216 APPL. Le 28 septembre 1978 la revue Quel Corps ? envoie un texte d’appel au boycott aux différentes organisations (4 p. ron.).

217 Rq n°806, 25/26 novembre 1978, en page 18, sur un tiers de colonne.

218 APPL, texte de F. Linol, « Pour un bilan du secteur EPS », GD 87, mars 1981, 10 p. ron.

219 Dans Quel Corps ? n° 2, septembre 1975, G. Aubarbier, F. Linol, J. Maillet opposent à la pratique compétitive une pratique ludique de l’éducation physique, de façon à « mettre en évidence le corps sensible, sensitif et sexuel », dans leur article « Autour de la pratique quotidienne de l’enseignement en EPS », p. 14-16.

220 Rq n° 435, 29 août 1977, p. 9.

221 Rq n° 384, 28 juin 1977.

222 Rq n°377, 20 juin 1977, p. 10 et n°545, 9 janvier 1978 (un lecteur de Prahecq, Deux-Sèvres).

223 Ibid., P. M. d’Issy-les-Moulineaux.

224 Rq n° 704, 22/23 juillet 1978, p. 2.

225 Rq n° 515, 3/4 décembre 1977, p. 10-11.

226 Crit. co. n°28, op. cit., « Présentation », p.7.

Table des illustrations

Titre Tableau n°10 : Stages nationaux de la LC et du FCR (1970-1974).
Légende Source : Circulaires du BP (APJPS, carton n°2), Cahiers des stages de Montargis (APGF).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21306/img-1.png
Fichier image/png, 4,6k
Titre Tableau n°11 : Les films historiques évoqués par Rouge (1968-1978)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21306/img-2.png
Fichier image/png, 13k
Titre Tableau n°12 : Films de critique sociale mis en avant par Rouge (1968-1978)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21306/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Titre Tableau n°13 : Les écrivains français dans Rouge (1973-1978)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21306/img-4.png
Fichier image/png, 141k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540