Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Troisième partie. Une culture politique éclectique

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Cette projection vers l’autre, consubstantielle à la démarche militante, va de pair avec un effort important sur soi. Le militant doit tout d’abord se former. Ce n’est d’ailleurs qu’après avoir acquis un niveau minimum de formation qu’il peut espérer devenir militant à part entière, quittant le statut de stagiaire pour celui de titulaire. La direction de l’organisation ne laisse pas cette formation au hasard. Elle s’y implique de manière constante, privilégiant un certain nombre de questions ; de plus sa presse s’ouvre à des domaines plus variés et s’efforce de contribuer à un élargissement des centres d’intérêt des militants, non sans résistances et objections de la part de certains.

2Cet intense effort de formation parvient-il à homogénéiser la population militante de la Ligue ? Les différences sociales, générationnelles, idéologiques entre ses militant(e)s sont-elles gommées ? Ces citoyen(en)s français(es) des années soixante-dix, plutôt jeunes dans leur majorité, parviendront-ils à devenir des militants bolcheviks ? La direction s’y est efforcée avec constance. Les résultats n’ont pas été à la hauteur des efforts, ce volontarisme étant en contradiction avec les tendances profondes d’une époque exaltant plus la recherche du plaisir que l’esprit de sacrifice.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540