Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Deuxième partie. Après 1973 : l’inscription dans le paysage politique français

Chapitre VI. Le volontarisme dans la construction du parti

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

La mise en place d’un appareil

  • 1 Une souscription est organisée en 1974 pour présenter A. Krivine à la présidentielle. Elle rapport (...)
  • 2 APGF, carton n°10, circulaire DP aux trésoriers des DS, début 1975, 1 p.

1Au cours des années soixante-dix, malgré l’attention portée au mouvement social, la construction du parti, à la fois boussole et moteur, reste toujours d’actualité. Le problème des finances est un souci constant, le recours à la souscription1 compensant des cotisations souvent versées avec retard. Ces dernières sont élevées, mais « elles ne doivent pas mettre au pain sec les copains2 ».

Les permanents

  • 3 APGF, ibid., « Bilan de la trésorerie nationale », signé Campaes, adressé au BP, 9 août 1974.
  • 4 Ibid.
  • 5 Entretien réalisé avec J.-P. Debourdeau à son domicile, près de Dijon, le 6 juin 2002.
  • 6 C’est ce que Rouge répond à ce lecteur qui se demande si devenir permanent n’est pas un rêve pour (...)
  • 7 En 1974 la Direction parisienne bouscule les sections, signalant que « le rappel des postes à pour (...)
  • 8 APGF, carton n°10, texte interne, « Responsabilités des membres du CC », 3p.
  • 9 Mension (J.-M.), op. cit., p. 362.
  • 10 Filoche (G.), op. cit., p. 234.
  • 11 Une p. r.-v., Docre, « Pourquoi je cesse d’être permanent », 5 février 1979 (APGF, carton n°10).

2Cet argent recueilli par la Ligue lui permet d’augmenter régulièrement le nombre de ses permanents. Les dépenses salariales passent de 27 000 F en septembre 1972 à 47 000 F en mai 19743. Ce poste de dépenses, le plus important, précède celui des voyages (18 000 F. en 1974)4. Les salaires versés par la Ligue à ses permanents sont modestes et égalitaires : 1 200 F par mois en 1974, l’équivalent du salaire d’un ouvrier qualifié. J.-P. Debourdeau explique qu’à chaque fois qu’il devient permanent (deux fois pendant deux ans, à la fin des années soixante-dix, puis au début de la décennie 1980), son salaire est divisé par deux5. Être permanent à la Ligue n’est donc pas une sinécure6, et les postes de permanents, techniques en particulier, ont du mal à être pourvus7. En octobre 1977, sur 60 membres du CC, 18 sont permanents8. Certains sont des demi-permanents, voire des quarts de permanents et plusieurs grandes villes de province, comme Rouen ou Lyon, en bénéficient. Mais l’essentiel de l’infrastructure est à Paris. C’est là que travaillent les permanents techniques, surtout employés à la fabrication du journal. Plusieurs textes appellent l’organisation à faire en sorte que les militants techniques puissent continuer à mener une vie politique normale. Alexis Violet, lui-même permanent au secrétariat du BP, note la coupure entre permanents techniques et permanents politiques à la fin des années soixante-dix, les premiers reprochant aux seconds « leur incapacité à comprendre les problèmes d’organisation quotidienne et souvent terre à terre ». Il a des mots très durs pour « la faune des permanents politiques de la Ligue9 ». Quant à G. Filoche, il est aussi très amer sur cette question. Ses mémoires nous permettent de saisir les difficultés d’un permanent ancien, comme lui, pour trouver du travail quand il est, comme il l’écrit, « licencié10 ». C’est grâce à ses amis militants implantés dans la profession qu’il est embauché rapidement comme ouvrier du livre. Un autre militant, dans un texte non destiné à publication, regrette, en mettant fin à la fonction de permanent qu’il exerce depuis quatre ans, que l’organisation ne lui donne pas les moyens d’une réinsertion sociale11. Un texte interne tire la sonnette d’alarme :

  • 12 APJPS, carton n°III, CRS n°34, compte rendu du CC des 27-28 juin 1975, « Motion sur l’appareil des (...)

Il faut savoir que plusieurs cadres permanents ont quitté l’organisation en même temps qu’ils quittèrent leur poste12.

  • 13 Filoche (G.), op. cit., p. 227 : « cent vingt-cinq permanents tout compris, imprimerie, journalist (...)

3Une grande amertume, donc, chez ces militants qui se sont beaucoup sacrifiés pour une organisation qui, n’ayant pas réussi à occuper des positions de pouvoir, a peu de choses à leur offrir. Au cours des années soixante-dix, on n’entre pas à la Ligue pour faire carrière. Le lancement du quotidien Rouge entraîne l’organisation à étoffer plus encore son appareil technique et politique. D’après G. Filoche, le nombre de permanents atteint 125 en 197613, soit près de 3 % des militant(e)s. Mais le quotidien ne connaissant pas le succès escompté, il redescend au-dessous de la barre des 100 en 1977.

L’aventure du quotidien

  • 14 Seul le Worker’s Revolutionary Party de Grande-Bretagne, se réclamant du trotskysme, publie un quo (...)
  • 15 Rh n°300, 16 mai 1975.

4La création d’un quotidien par la LCR apparaît comme une grande première pour un mouvement trotskyste. Aucune des organisations de la QI n’avait jusqu’alors osé prendre une telle initiative14. La direction de la Ligue justifie cette décision par une conjoncture très porteuse, selon elle. La période de combativité ouvrière ouverte par Mai 68 n’est pas terminée, la lutte des Lips le prouve. Que n’aurait permis l’existence d’un quotidien au moment de l’apogée de cette lutte, affirme un éditorial15.

5La décision est prise au CC des 10-11 mai 1975. Aussitôt, une souscription est lancée, avec l’objectif de réunir une somme de 2 millions de francs pour le 31 décembre suivant. Cette somme doit être atteinte grâce aux efforts des militants. Malgré des faiblesses locales, la souscription, terminée en décembre, est considérée comme un succès, comme une grande première pour le mouvement. Les 34 listes de souscriptions publiées dans Rouge révèlent une multitude de petits dons. Certains sympathisants versent chaque mois. Dans un premier temps, les personnalités extérieures à la Ligue ont été rares à s’engager. Elles seront plus nombreuses à le faire quand la survie du quotidien sera en jeu.

Tableau n°8 Souscriptions pour Rouge quotidien (1975-1977)

Tableau n°8 Souscriptions pour Rouge quotidien (1975-1977)

Sources : Rouge et circulaires internes.

La Fête Rouge

  • 16 Gérôme (N.) a fait une étude des fêtes de Lutte Ouvrière, « Les printemps des fêtes de LO, 1971-19 (...)
  • 17 Rh n° 326, 12 décembre 1975, dernière page. J.-L. Ride reconnaît que « le recours aux “Super group (...)
  • 18 APGF, carton n° 11, Javier, Ploëch, Sérafin, Touvais : « Rouge aura-t-il trois ans ? », mi-décembr (...)
  • 19 Rh n°320, 31 octobre 1975, p. 23 : « La fête n’était en rien une solution miracle (pour l’argent), (...)
  • 20 Seules quelques sections locales de la LCR, nous pensons à Bordeaux, organisent des fêtes annuelle (...)

6La préparation du quotidien est l’occasion d’organiser une fête-forum aux Halles de la Villette à Paris, les 18-19 octobre 1975. Les schémas des fêtes existantes, aussi bien celle de l’Humanité que celle de LO, sont dans les esprits des organisateurs. Les militants voudraient vraiment rompre avec le conformisme et l’apolitisme, prétendent-ils, de ces rassemblements16. Ils n’hésitent pas à inviter deux groupes de rock anglais — Dr. Feelgood et Captain Beefheart — malgré les cachets élevés demandés17. Les dépenses sont revues constamment à la hausse et le bénéfice final est beaucoup moins élevé que prévu. Un texte interne plus tardif parle de « fête déficitaire18 ». Le succès est plus politique que financier selon Rouge, qui chiffre à 60 000 le nombre de visiteurs sur deux jours19. Parallèlement aux moments festifs, des débats sont organisés, notamment sur « Presse et Révolution » avec E. Mandel et D. Bensaïd, ainsi que Jean Daniel qui n’a pas hésité à se déplacer. En revanche, ni M. Rocard, ni J. Attali, ni J.-P. Sartre, un moment espérés, ne sont venus. Un des moments forts de la fête a été le meeting sur l’armée tenu par les représentants du FMSAR et des SUV portugais en uniforme et masqués. Toujours ce goût du spectaculaire caractéristique de ce courant politique, qui, à la différence de LO, ne persistera pas dans cette voie20.

La mise en place des équipes et de l’infrastructure

  • 21 Filoche (G.) raconte cet accident, op. cit., p. 226-227, mais il le place un an plus tôt au démarr (...)
  • 22 Rh n°311, 29 août 1975, p. 18-20 : « Le premier projet d’imprimerie prévoyait une douzaine de cama (...)
  • 23 Texte ron. signé Jérôme (23 juin 1977), cité par Javier, Ploëch, Serafin, Touvais, op. cit.
  • 24 « Jamais la “professionnalisation” de l’équipe de rédaction n’a été prise en charge. La seule cama (...)

7La constitution d’une équipe technique (conducteurs de rotative ou de machine offset, maquettistes, dactylos, comptables) est difficile, ce type de compétences faisant défaut à la Ligue. On se contente donc de métallurgistes, à défaut d’ouvriers d’imprimerie, ou de personnes sans qualification qu’on tente de former. Cette grande inexpérience explique sans doute le grave accident dont est victime Bakou (Luc Besnières) à la fin du mois de février 1977, alors que Rouge quotidien s’apprête à fêter son 1er anniversaire. Il est blessé à la main en tentant de rattraper une tenaille entre les rouleaux de la rotative21. Le rassemblement des rédacteurs est plus facile, 25 au total, pour une vingtaine de membres de l’équipe technique22. Mais les plaintes sur l’insuffisance des effectifs, comparés à ceux de Libération par exemple, et sur le manque de formation de ces militants, sont multiples et constantes. Un texte interne décrit l’imprimerie de Rouge comme un CET-pirate23, un autre déplore le faible souci manifesté par la direction pour former les collaborateurs de Rouge24.

  • 25 Rq n°513, 30 novembre 1977. Dans sa lettre R. Debray salue la LCR comme « l’organisation qui a tém (...)
  • 26 Rq n°787, 31 octobre 1978. F. M., P. S., 1 000 F.
  • 27 Dans Rq n° 02, 16 janvier 1976. LO manifeste son soutien au futur quotidien. Mais plus tard la LCR (...)
  • 28 Rq n°780, 22-23 octobre 1978, en une.
  • 29 Rq n°801, 17-18 novembre 1978, p. 2, versement de 2 500 F.
  • 30 Rq n°367, 8 juin 1977, p. 10.
  • 31 Rq n°503, 375, 135, 441.

8La recherche du matériel prend la forme d’une épopée. C’est finalement en Écosse qu’est trouvée une rotative d’occasion, pour la somme de 750 000 F. Au total la Ligue investit 1 500 000 francs dans le matériel. Mais dénicher le local adéquat est plus difficile encore. La Ligue le veut situé à Paris ou en proche banlieue. Après que plusieurs propriétaires aient renoncé en apprenant les caractéristiques de l’entreprise, le local est trouvé, tardivement, à Montreuil. Pour faire face aux nouvelles dépenses, la direction lance deux nouvelles souscriptions, la première à la sortie du quotidien à la mi-mars 1976. On sollicite aussi les militants et les sympathisants pour qu’ils prêtent de l’argent. Un certain nombre de personnalités manifestent leur solidarité. Régis Debray verse à la Ligue les 5 000 F qu’il a obtenus avec le prix Fémina qui a couronné son roman La Neige brûle25. Un certain F. M. du PS envoie un chèque de 1 000 F26. Après LO, qui a soutenu le lancement du quotidien, sans pour autant s’engager financièrement27, ce sont les militants de l’OCI (P. Broué, J.-J. Marie, S. Just) qui appellent à sauver Rouge28. La section syndicale CFDT de Lip envoie son obole à « une organisation qui a toujours soutenu les travailleurs de Lip29 ». Mais les militants s’impatientent devant cette pompe à finances qu’est devenu Rouge. Le courrier des lecteurs fait état de cette mauvaise humeur : « Cher Rouge (très cher), je commence à en avoir marre de ces appels30 ». De même, de nombreux lecteurs, auxquels Rouge donne la parole, ne cachent pas leur irritation contre son style « trop intellectuel », « ésotérique », « jargonneux » contre son « langage pour initiés31 ».

  • 32 Javier et al., op. cit. parlent de « l’incompétence » et de « l’aristocratisme vis-à-vis des probl (...)
  • 33 Mobbs (P.), op. cit.

9Après presque trois ans de parution quotidienne il faut se rendre à l’évidence, Rouge est un gouffre financier. La mauvaise gestion32 en est peut-être une des causes. Mais surtout, le quotidien ne réussit pas à élargir son lectorat. Le chiffre des 10 000 acheteurs n’est jamais dépassé et, pendant les vacances, il peut se réduire de moitié, creusant dangereusement le déficit. Les responsables ont la sagesse de mettre fin à l’aventure et Rouge redevient hebdomadaire en février 1979. La direction de la Ligue a pris une initiative osée en lançant le quotidien : ni le dévouement des militants, ni les diverses périodes électorales (notamment les législatives de 1978), n’ont permis de rendre cette initiative viable. Encore une fois, « l’initiativisme » démontre ses limites. Il reste malgré tout de tous ces efforts une infrastructure technique comme l’explique Alain Krivine à Philippe Mobbs33. De plus, un grand savoir-faire a été accumulé : Rouge quotidien a été un CET-imprimerie ainsi qu’une école de journalisme qui a permis à certains collaborateurs de Rouge d’apprendre un métier, d’acquérir des compétences qu’ils valoriseront ailleurs, parfois dans de grandes entreprises de presse.

Débats de tendances aigus

  • 34 Dans la 1re version de ce travail (thèse Paris I, 2004), cette question est plus largement dévelop (...)

10Depuis ses origines, la Ligue, désireuse de prouver que l’attachement au communisme n’est pas contradictoire avec la démocratie, s’emploie à faciliter la discussion dans ses rangs. Les congrès se succèdent à un rythme assez rapide, en moyenne tous les deux ans dans la décennie soixante-dix, ils sont précédés par de longues périodes d’échanges. Elles prennent la forme de débats de tendances34. Il suffit qu’un appel réunisse trente noms de militants titulaires pour que la tendance soit reconnue, avec possibilité de s’exprimer dans les BI, dans Rouge, l’organisation prenant aussi les frais de déplacement des leaders de tendance en province.

En défense de l’orthodoxie trotskyste

  • 35 APJPS, carton n°II, débat préparatoire au IIIe congrès de la LC (décembre 1972), BHS n°30, juin 19 (...)
  • 36 D’où son appellation parfois de JASA, initiales des quatre pseudonymes.
  • 37 Ibid., BHS n° 30, op. cit.

11Un débat important commence au cours de l’été 1972 avec la mise en circulation d’un texte célèbre à la Ligue, le bulletin intérieur n°3035. Signé de dirigeants connus et historiques de l’organisation, Jebrac (Bensaïd), Antony (Artous), Stéphane (Alliès), et Arthur (Creus)36, le BI n°30 a l’ambition de préparer l’organisation à ses tâches futures, militaires en particulier, que le surgissement de la révolution ne manquera de mettre à l’ordre du jour : « L’organisation révolutionnaire doit être l’avant-garde politique et militaire de la lutte sans quoi la propagande sur l’autodéfense et les milices restent creuses37 ».

Tableau n° 9 : Les tendances aux trois premiers congrès de la LCR (1974-1978)

Tableau n° 9 : Les tendances aux trois premiers congrès de la LCR (1974-1978)

Source : APJPS, cartons n°III, IV, V

  • 38 Lui aussi dirigeant ancien, animateur d’une des sections de province les plus actives, Rouen, jusq (...)
  • 39 Ibid., BHS n°33, Filoche (G.), « La classe ouvrière, seule classe révolutionnaire », 30 juillet 19 (...)
  • 40 APJPS, carton n°III, CRS n°12, T4, « Les présidentielles et les tâches des marxistes révolutionnai (...)
  • 41 Parmi les principaux protagonistes figurent des permanents (Krivine, Filoche), des enseignants-che (...)

12G. Filoche38 s’insurge aussitôt contre ce qu’il appelle « un cours militariste39 ». Il y voit un grave inconvénient, celui d’amener l’organisation à se désintéresser de la classe ouvrière, à tenter de la contourner. Avec ses camarades de la T1, il demande que la Ligue renonce aux séductions militaristes, et qu’elle s’oriente complètement vers le travail dans les syndicats, à l’université comme dans les usines. Quant aux initiateurs de la T4 (Krasno, Nemo, Melan), ils prétendent que les dirigeants de la Ligue ne se préoccupent que d’une fraction du monde du travail, la soi-disant avant-garde large, négligeant sa majorité encore largement influencée par les partis classiques, PS et PC. Ils reprochent à la majorité (T2) de refuser d’appliquer la stratégie du Front unique ouvrier. Reprenant l’analyse de Trotsky en 1936, les minoritaires voudraient que la LCR appelle à voter sans réserve pour un gouvernement PC-PS, sans ministres bourgeois. Que ces partis exercent le pouvoir le plus vite possible ; ceci permettra de « hâter la prise de conscience de la trahison politique de leurs directions40 ». La direction est accusée de ne pas respecter les enseignements du créateur du mouvement. Ce débat est tout à fait dans la ligne des débats complexes dont les partis trotskystes ont le secret. Les textes sacrés du mouvement sont sollicités par des protagonistes soucieux de traquer les déviationnismes, plongeant de nombreux militants de base dans la perplexité. Seuls ceux qui ont la culture et la disponibilité voulues peuvent espérer y participer41.

« Que cent fleurs s’épanouissent42 »

  • 42 La formule est de Mao Zedong, lancée au VIIIe congrès du PCC, le 2 mai 1956.
  • 43 APJPS, carton n° IV, BI n°6, p. 9-10. Groupe de Travail région Rhône-Alpes, 1976.
  • 44 Ibid., texte de Rocco (Tarbes) : « Situer les responsables », p.8-9.

13De nombreux militants — beaucoup sont de province — profitent du congrès pour prendre la parole. Tous s’insurgent contre un débat de tendance « cristallisé », qu’ils estiment terminé avant d’avoir commencé43. Ils accusent ce type de débat de faire la part belle aux « ténors », « ceux qui monopolisent la parole dans les assemblées générales, s’exprimant dans le langage pseudo-théorique de la dernière mode universitaire, réduisant au silence les militants de masse44 ». La charge de Rocco est forte contre « la véritable caste bureaucratique provenant de milieux de la petite bourgeoisie universitaire » qui aurait pris la direction de la LCR. Ces critiques témoignent du malaise d’une base provinciale, ouvrière : « Les ténors », « les chefaillons », « les professionnels de la politique » sont directement attaqués, rendus responsables du piétinement du parti.

  • 45 APJPS, carton n° III, CRS n° 6, Hoffman, p. 24.
  • 46 Ibid.
  • 47 Entretien du 21 décembre 2001 à Paris.
  • 48 Ibid.

14Une autre tendance, la T3 (1974), dont l’inspirateur est Hoffman (M. Lequenne), « vieux » militant trotskyste venu de l’ancien PCI, membre de la CCC, appelle la direction à rompre avec un « léninisme dogmatique45 ». Contrairement aux critiques précédentes, cette tendance regrette qu’elle privilégie les luttes ouvrières, au détriment par exemple des mobilisations étudiantes : « Nous refusons de réduire l’AGL à l’AGOL46 ». M. Lequenne nous a confirmé que cette vision du prolétariat réduit aux ouvriers ne lui semble pas correspondre à la réalité, et que de plus elle est contraire à la théorie marxiste47. Un tel discours, porté par sa personnalité charismatique, suscite des ralliements nombreux et importants en particulier dans l’organisation parisienne et dans les secteurs jeunes, étudiant et femme. Ces militants affirment aussi vouloir réfléchir aux problèmes du militantisme, appelant à « en finir avec des méthodes de débat violentes, une certaine conception de la hiérarchie, un individualisme persistant48 ».

Les opérations d’entrisme à la LCR facilitées ?

  • 49 Parmi eux John Barzman. Né en 1947, aujourd’hui maître de conférences à l’université du Havre, il (...)

15Cette propension de la Ligue aux débats, les facilités offertes aux militant(e)s désireux d’y participer, ont donné des idées à des organisations concurrentes. Appartenant à la même Internationale, le SWP américain intervient légalement dans ces débats, à charge de revanche, pourrait-on dire, quelques militants du SWP étant sur les positions de la majorité de la LCR49. En 1974, un militant du SWP présent à Paris, Melan, est parmi les fondateurs de la T4, qui défend les positions de la minorité internationale, à laquelle appartient la majorité des militants du SWP.

  • 50 Employé de banque, il a été un des animateurs d’une récente grève dans ce secteur.
  • 51 Trois ans après son exclusion de la LCR, Lafitte demande sa réintégration. Le CC, malgré quelques (...)

16Une autre organisation américaine, scission du SWP, la Tendance spartakiste, qui a regroupé ses quelques partisans français dans la Ligue Trotskyste de France (LTF), intervient, non sans succès, dans la Ligue. Après avoir été exclu de la LCR, Lafitte, militant de la cellule Renault-ateliers et membre suppléant au CC, rend publique son adhésion à la LTF50. Cranac’h, un militant enseignant, Cochise, Thimbault et Clément, militants ouvriers rouennais, quittent la Ligue pour cette organisation51.

  • 52 Cette organisation, originellement appelée Parti révolutionnaire des travailleurs (PRT-La Verdad), (...)
  • 53 APGF, questionnaire rempli par Cristobal à la réunion nationale de la TA, les 11-12 décembre 1976.
  • 54 APJPS, carton n°V, BI spécial congrès « G », décembre 1978, TV : « Combattre le gâchis de nos forc (...)

17De même, le Parti Socialiste des Travailleurs (PST), organisation sympathisante de la QI en Argentine52, tente une opération politique sur la LCR. L’initiative en revient à Cristobal, militant chilien, âgé de 24 ans en 1976, étudiant réfugié à Paris, ancien du MIR et de la Ligue Communiste Chilienne (LCC)53. Il regroupe autour de lui une dizaine de militants — Ben de Paris, un des responsables du travail immigré, Jean-Philippe Divès de Paris également, quelques militants de province (Angoulême et Sedan) — reprochant surtout à la majorité d’avoir construit un parti de « propagande » et non « d’intervention54 ». Ces militants, faiblement implantés dans la Ligue, réussissent malgré tout à trouver les 30 signatures nécessaires à la constitution d’une tendance, la TV en 1979. Le système de débat auquel la LCR est attachée ne risque-t-il pas d’entraîner des conséquences beaucoup plus graves s’il est mis à profit par des organisations plus puissantes ?

18Dans l’état actuel de nos connaissances, nous sommes dans l’incapacité de dire s’il y a eu entrisme systématique, précoce, de la part de l’OCI à la LCR. Une affaire récente et célèbre, concernant l’ancien Premier ministre Lionel Jospin, montre que P. Lambert est amateur de telles pratiques. Griot, vite devenu le bras droit de G. Filoche, était-il en même temps militant de l’OCI ? Il est difficile de réunir des preuves sur ces questions. En tout état de cause, l’OCI suit avec attention les débats internes à la Ligue, et un certain nombre de militants de la LCR se montrent fort intéressés, à la fin de la décennie, par l’orientation ancienne, systématique, de l’OCI en faveur du FUO. Des militants de la Ligue, las d’aller à la conquête d’une « avant-garde large » dont ils voient mal les contours, ont pu être séduits par une ligne stratégique frappée en plus du sceau de l’orthodoxie trotskyste. Que quelques sous-marins de l’OCI aient favorisé le ralliement d’un certain nombre d’entre eux à cette organisation est fort probable.

  • 55 Ibid., CERS n°84, compte rendu CC juillet 1978.
  • 56 APJPS, texte man. (3.p) de la cellule de La Rochelle, 25 septembre 1978, qui demande si « on pourr (...)
  • 57 Kindo (Y.), op. cit.

19Au terme d’une décennie de débats politiques, marquée par la tenue de six congrès, tous organisés à peu près selon des normes analogues, le bilan est mitigé. En 1978, la direction met en garde contre la constitution hâtive de tendances avant même que les bilans n’aient été faits. Cela risque de « pousser à la systématisation des divergences » et à l’éclatement de l’organisation55. Les militants de base expriment parfois leur panique devant « l’abondance, la longueur, le tour ultra-théorique des textes56 ». Les militants lorrains interrogés par Y. Kindo confirment a posteriori ce « décrochage » d’une bonne partie de l’organisation. « Le débat était très riche, mais il se concrétisait par une masse importante de documents internes, peut-être même de trop », se souvient Gianpiero Moro57.

20À des critiques assez semblables, adressées à la direction par les militants de la TV, celle-ci rétorque, après avoir rappelé la dégénérescence du Parti bolchevique et de l’Internationale communiste, en réaffirmant son attachement au libre débat :

  • 58 Ibid., BI spécial congrès « K », décembre 1978, TIV répond à TV, p. 12-13 : « Nouvelle tendance po (...)

Il serait mille fois plus négatif et mille fois plus dangereux d’imposer des limites à la libre confrontation des idées au nom de ces excès (dans le débat)58.

21Nous avons noté le caractère ésotérique de certains débats. Ont-ils été pour autant totalement artificiels ? De l’existence ou non d’une « avant-garde large » (AGL) ne pouvait-il pas découler des stratégies différentes ? Peut-on espérer l’instrumentaliser et ainsi contourner les organisations traditionnelles du mouvement ouvrier ? Ou, au contraire, si on estime que le PC et le PS conservent tout leur poids, ne doit-on pas mettre en avant une stratégie inspirée de celle que Trotsky préconisait face au Front populaire, le fameux Front unique ouvrier ? Cependant, la répartition des militants entre les tendances ne s’explique pas seulement par des divergences d’ordre idéologique ou stratégique. Des raisons sociales et culturelles interviennent. Les militants ou les militantes, souvent de province, en prenant parti contre la tendance majoritaire, font ainsi savoir leur dépit de voir se perpétuer à la direction des militants mieux « dotés » culturellement et socialement. Quant à ces derniers, soucieux d’exister, de s’affirmer, il leur semble plus facile de briller à l’intérieur de l’organisation que de partir à l’assaut du système. L’individualisme régnant dans nos sociétés imprègne aussi l’organisation révolutionnaire, et explique sans doute l’acuité des affrontements entre les tendances, le côté « combat des chefs ». Participer au débat, animer une tendance, permettent d’obtenir instantanément une visibilité au niveau national. Certains ne se sont pas privés d’utiliser ce moyen pour sortir de l’anonymat.

Toujours la même impuissance à fédérer l’extrême gauche

22Pour les militants de la Ligue, la construction du parti révolutionnaire ne passe pas seulement par la mise au point d’un programme capable de séduire en premier lieu les militants de l’avant-garde large sans parti ou présents dans les partis de gauche. Une partie de cette avant-garde, principale cible nous l’avons vu, se trouve éparpillée dans diverses organisations d’extrême gauche, l’AMR, Révolution ! ou l’OCI. La LCR a donc une politique active à l’égard des uns et des autres.

L’AMR et Révolution ! séduits ?

  • 59 Rh l’évoque le 21 février 1975, n° 288, p. 10.
  • 60 Rq n°257, 26 janvier 1977. 66 % des mandats se portent sur la position A défendue par M. Mousel, 2 (...)
  • 61 Rq n°340, 4 mai 1977, p. 6.
  • 62 Rq n°341, 5 mai 1977, p. 6, publie leur lettre signée de 21 militants et de 2 militantes sous le t (...)
  • 63 Ibid., « Lettre de camarades lycéens », R. Morder, membre du secrétariat lycéen est le plus « anci (...)
  • 64 Rq n°343, 7-8 mai 1977, p. 6, et n°344, 9 mai 1977, p. 5.
  • 65 Rq n°675, 17-18 juillet 1978, p. 9.

23Un regroupement d’origine trotskyste, l’AMR de Michel Pablo, avait décidé d’adhérer en bloc au PSU peu après le départ de Michel Rocard59. La présence de ces militants au sein du PSU ne se révélera pas plus efficace que les pressions externes exercées par la Ligue pour éviter le ralliement de la majorité du parti à l’Union de la gauche. Cette position, défendue par le successeur de M. Rocard au secrétariat national, Michel Mousel, est officialisée au Xe congrès du PSU, tenu à Strasbourg en janvier 197760. Les minoritaires opposés à cette orientation, dont Yvan Craipeau et Maurice Najman, membres du courant B, sont les principaux porte-parole, recueillent 22 % des mandats. Après les élections municipales, certains d’entre eux, considérant que le parti est de plus en plus satellisé par l’UG, posent le problème de leur maintien dans le parti. Toutefois, le vétéran Y. Craipeau fait savoir au moyen d’une lettre publiée par Rouge qu’il entend rester au PSU61. Il ne réussit pas à convaincre ses camarades de tendance qui annoncent peu après leur intention de créer une nouvelle organisation. Parallèlement, un certain nombre de militants de la LCR, dont François Morvan, annoncent leur départ de la Ligue, lui reprochant en particulier de ne pas être en prise avec les nouveaux mouvements sociaux, notamment l’écologie ou le féminisme62. Le même jour, 5 mai 1977, 13 lycéens dont Robi Morder, expliquent également dans une lettre leur départ de la Ligue, une organisation incapable, selon eux, d’avancer sur la question de l’organisation de jeunesse63. Ces derniers n’annoncent pas leur ralliement à la nouvelle organisation en gestation, pourtant beaucoup d’entre eux se retrouveront dans les Comités Communistes Autogestionnaires (CCA), nés officiellement à Paris au cours du week-end des 7-8 mai 1977. Sur les 3 à 400 participants, représentant d’après Rouge de 1 000 à 1.500 militants, une centaine viendrait de la LCR64. Au congrès constitutif des CCA, tenu à Lyon à la Toussaint 1977, cette organisation annonce son intention de respecter dans ses rangs un droit de tendance permanent. De plus, elle est favorable à la mise en place d’un CC constitué de plusieurs « collèges » : entreprises, femmes…, pour que l’ensemble des militants se sentent représentés. Ces principes organisationnels nouveaux, qui tranchent par rapport à la tradition léniniste, n’empêchent pas dialogue et travail commun avec la LCR, lors des législatives de 1978 notamment. D’ailleurs, après ces législatives, le groupe de Montpellier des CCA demande son adhésion à la Ligue65. Les reclassements seront longs, Michel Pablo finira par réadhérer à la QI avant de mourir. Avec quelques-uns de ses camarades, F. Morvan réadhérera aussi à la LCR, pour la quitter d’ailleurs en 1999 afin de rejoindre le Mouvement Des Citoyens (MDC) de J.-P. Chevènement.

Un retour au bercail pour les anciens militants de Révolution ! ?

  • 66 Rh n°303, 6 juin 1975, n°305 et 307. Articles de G. Filoche, qui, à l’intérieur de la Ligue, adres (...)
  • 67 Rq n°224, 14 décembre 1976. L’OCT se présente elle-même.

24Les anciens minoritaires du IIe congrès de la LC (1971), qui l’ont quittée peu après pour fonder le groupe Révolution !, sont l’objet d’une attention régulière de la part de la LCR. Lors de son IIIe congrès (juin 1975), la LCR caractérise Révolution ! comme un « groupe centriste éclectique », lui reprochant de sous-estimer le poids des organisations réformistes et donc de ne pas comprendre la nécessaire stratégie du FUO. La volonté de Révolution ! de dégager la « gauche ouvrière » risque fort d’isoler l’avant-garde des masses66. La LCR est d’autant plus attentive que la fusion entre Révolution ! et la Gauche Ouvrière et Paysanne (GOP) devient effective les 4 et 5 décembre 1976. Les militants de la GOP proviennent du PSU, dans lequel ils étaient organisés en tendance autour de Marc Heurgon et d’Abraham Béhar. Ils disposent d’une base militante ouvrière notamment à Lyon. Au total, la nouvelle organisation, l’Organisation Communiste des Travailleurs (OCT), annonce, sans doute de manière triomphaliste, le nombre de 2 000 militants, présents dans 90 villes67. Elle publie bientôt un hebdomadaire, L’Étincelle.

  • 68 Sans doute Samuel Johsua, aujourd’hui professeur à l’université de Provence et militant de la LCR.
  • 69 Rq n°507, 23 novembre 1977, p. 2. Évocation des courants A et B en présence au IIe congrès de l’OC (...)
  • 70 Ibid.
  • 71 Rq n°571, 8 février 1978, p. 2. Lettre de Torel.

25L’OCT a le grand mérite pour la LCR de ne pas être ultra-gauche, il est donc possible de signer avec elle et avec LO un accord unitaire pour les municipales de 1977. Mais très vite, à la veille de son IIe congrès (décembre 1977) apparaît dans l’OCT une fracture entre ses deux éléments constitutifs. Les militants du courant B, anciens de Révolution ! comme Samy68, privilégient l’unité de la classe ouvrière et préconisent une tactique « d’unité lutte » avec les réformistes69 : il y a là rupture avec le dégagement de la « gauche ouvrière » qui aurait permis de contourner le mouvement ouvrier traditionnel. Le débat oppose aussi les deux courants sur la conception de l’organisation. Interrogé par Rouge, Samy se demande si la volonté de ses camarades de « refonder le léninisme » ne risque pas de « diluer les frontières de l’organisation politique en ouvrant les cellules aux sympathisants70 ». La distance est grande entre des militants provenant de deux cultures différentes. Les anciens de la GOP reprochent bien vite à la direction son manque de fonctionnement démocratique, et démissionnent massivement. D’après Torel (Jean Tercé), ancien du BP de l’OCT, sur les 1 400 militants originels, 800 auraient quitté l’OCT en décembre 1977-janvier 197871. Une mince partie d’entre eux se retrouve dans la revue Partis Pris dont le premier numéro est publié en juin 1978.

  • 72 Rh n°862, 13-19 avril 1979, article de Bensaïd sur le IIIe Congrès OCT (21-22 avril 1979).
  • 73 Rh n°875, 14-21 juillet 1979, dernière page. Cet article annonce le début d’un processus de fusion (...)

26Le débat se poursuit dans l’OCT maintenue, débat entre militants, et avec la LCR, dans les colonnes de Rouge quotidien notamment. Rouge note avec satisfaction le souci qu’ont des militants de l’OCT, de plus en plus nombreux, de « se tourner vers les masses influencées par le réformisme72 ». Ils se posent donc les mêmes questions que les militants de la LCR, et une partie significative d’entre eux a tendance à y répondre en revenant à la tradition trotskyste, conscients de la nécessaire bataille pour l’unité ouvrière. Ces militants de l’OCT — membres des courants deux, trois et quatre, représentant 38 % de l’organisation — sont bientôt exclus de l’organisation, décision qui accélère le rapprochement avec la LCR73. Avant la fin de l’année 1979 plusieurs dizaines d’entre eux ont rejoint la Ligue, le CC ayant ratifié ces adhésions ou réadhésions.

Vers une amélioration des rapports avec l’OCI ?

  • 74 APJPS, carton n° III, CRS n°38, p. 1 à 7, Garcin : « Nos rapports unitaires avec l’extrême gauche  (...)

27Au milieu des années soixante-dix, dans une synthèse des discussions du BP sur l’extrême gauche, Garcin classe l’OCI parmi « les sectes politiquement dégénérées (sic)74 ». Ce jugement sévère est justifié par trois caractéristiques propres à l’OCI, régulièrement notées et condamnées.

Des reproches sans cesse formulés

  • 75 Rh n°304, 12 juin 1975, p. 16.
  • 76 Rh n° 323, 21 novembre 1975, p. 11. Le journaliste critique la démarche d’un militant ouvrier conn (...)
  • 77 Rh n°853, 9-15 février 1979, p. 21, sur le XXIIe congrès de l’OCI.

28Tout d’abord, l’OCI est accusée d’être véritablement inféodée à la social-démocratie. « D’où lui vient ce béguin pour la social-démocratie ? » questionne un article de Rouge75. Il lui est reproché aussi de privilégier le syndicat FO76 auquel appartient P. Lambert lui-même, alors que l’OCI continue à voir dans la CFDT le cheval de Troie de la hiérarchie catholique à l’intérieur du mouvement ouvrier77.

  • 78 Par exemple dans Rq n°159, 22 septembre 1976, p. 6, communiqué du BP, n°296, 12/13 mars 1977 ou n° (...)
  • 79 L’OCI est même accusée de dénoncer les listes des révolutionnaires, Rq, 21 mars 1977, p. 5.
  • 80 Rh n°869, 1er-7 juin 1979, p. 5.
  • 81 Crit. Co. n°14/15, op. cit. Élie Carasso, à l’OCI de 1968 à 1976, raconte brièvement l’affaire Var (...)
  • 82 Rh n°246, 15 mars 1974, p. 2 ; Rh n°320, 31 octobre 1975, p. 2 ; Rq n° 63, 31 mai 1976.
  • 83 Rq n°184, 22 octobre 1976, p. 7.

29Régulièrement, l’OCI est accusée de confondre l’unité ouvrière avec l’unité des appareils réformistes78. C’est une conception du FUO que ne partagent pas la majorité des militants de la LCR. Il est aussi reproché amèrement à l’OCI de ne jamais appeler à voter pour les candidats révolutionnaires, ni aux municipales de 197779, ni aux législatives de 1978, ni aux européennes de 1979, contrairement à l’OCT et aux CCA qui appellent à voter pour la liste LO-LCR80. Mais le trait le plus détestable de cette organisation, d’après la LCR, est le recours à la violence pour régler les divergences entre militants. Depuis 1972-1973, ce sont surtout les militants de la LORLIRQI qui en font les frais. Le dirigeant de ce petit groupe, Varga, originaire de Hongrie, et pendant plusieurs années militant de l’OCI, dirigeant son travail en direction des pays de l’Est, a été exclu en 1972, accusé d’être au service de la CIA et d’ailleurs aussi du Guépéou81. Chaque apparition des militants de la LOR aux portes des meetings de l’OCI est l’occasion de violences, le SO de l’OCI tentant de les mettre en fuite. C’est le cas le 3 mars 1974, à Paris, en octobre 1975 et de nouveau en 197682. L’OCI est montrée comme une organisation qui utilise la matraque en guise d’argument. Plus grave, à Amiens le 20 octobre 1976, le SO de l’OCI a élargi son agression aux diffuseurs de Rouge parce qu’on les avait vus un peu avant avec un militant de la LOR83.

  • 84 Hoover Institution Archives, archives Joë Hansen, carton n° 9, chemise 3, trois lettres de P. Brou (...)
  • 85 Ibid., deux lettres de G. Bloch, 26 décembre 1974 et 26 septembre 1975.
  • 86 Ibid., P. Lambert, lettre du 15 avril 1975, 5 p.
  • 87 CRS n° 38, op. cit.
  • 88 APJPS, carton n° III, CRS n° 34, reproduction de la lettre du CC de la LCR au Comité exécutif du S (...)

30Cette querelle entre deux des trois principales composantes du trotskysme français ne semblait pas devoir être surmontée. C’était compter sans l’initiative des militants américains de la QI, et en particulier du dirigeant du SWP Joë Hansen, légitimé par son compagnonnage avec Trotsky lui-même. Ce n’est d’ailleurs pas lui qui prend les premiers contacts, mais P. Broué, le 18 avril 1972. Ayant besoin de renseignements sur la révolution espagnole, ce dernier s’adresse à lui et une correspondance s’amorce, à la satisfaction de J. Hansen, heureux de voir que « les divergences politiques n’empêchent pas la collaboration sur les questions concernant le mouvement ouvrier84 ». Gérard Bloch à son tour se dit prêt à échanger des informations sur l’Europe de l’Est, dossier dont il a la responsabilité à l’OCI85. Ensuite c’est P. Lambert lui-même qui propose un échange de vues entre la direction du SWP et celle de l’OCI86. Dans le texte précité87, Garcin parle de « manœuvres organisationnelles visant à noyer la QI dans un vague mouvement trotskyste ». Ulcéré par l’invitation de P. Lambert au congrès du SWP, le CC de la LCR demande à son organisation-sœur américaine d’annuler cette invitation qui revient à placer l’OCI sur le même plan que la LCR88. La LCR n’obtenant pas de réponse satisfaisante s’abstient d’assister au Congrès en 1975, et elle récidive en 1976.

  • 89 Ibid., CRS n°41, 15 janvier 1976 : Matti, « Quelle politique unitaire ? »
  • 90 APJPS, carton n°IV, CERS n°50, « Déclaration Krasno-Nemo ». Ceux-ci insistent notamment sur le fai (...)
  • 91 Ibid., CERS n°50, p. 14-17 : « Rapports avec OCI-CORQI et LO », lettre du BP-LCR au BP OCI, novemb (...)

31Mais parallèlement, au sein de la Ligue, les minoritaires font entendre leur voix, demandant, comme le fait G. Filoche en janvier 1976, de ne pas « opposer une phobie anti-lambertiste à leur phobie anti-pabliste89 ». Au CC des 30-31 octobre-1er novembre 1976, Krasno et Nemo, s’appuyant sur une résolution du SU, encourageant l’ouverture du débat, demandent à la majorité française de prendre conscience que les récentes déclarations du CORQI constituent une modification de son cours ultra-sectaire90. La majorité un peu prise de court accepte cependant le débat avec l’OCI, tout en rappelant que « toute perspective d’unification est totalement exclue91 ».

Une esquisse de travail en commun… mais des remous à la LCR

  • 92 Rq n°727, 21 août 1978, une.
  • 93 Rq n°650, 19 mai 1978, p. 10.
  • 94 Rq n°653, 23 mai 1978, p. 4.
  • 95 Rq n°782, 24 octobre 1978, p. 6. À propos des journées d’étude de l’OCI.
  • 96 Rq n° 757, 25 septembre 1978, p. 5. À propos d’un meeting en soutien d’un candidat LCR à des élect (...)
  • 97 Rq n° 760, 28 septembre 1978, p. 9. Reprise de la déclaration d’A. Krivine au meeting du XIVe arro (...)
  • 98 P. Broué avait su rassembler autour de cette revue la plupart des « trotskystes historiques » enco (...)

32Les principales initiatives communes publiques sont organisées en défense des libertés démocratiques, notamment dans les pays de l’Est. La LCR, l’OCI et d’autres organisations manifestent devant l’ambassade de Tchécoslovaquie en solidarité avec les signataires de la Charte 77 emprisonnés92. Des débats sont organisés à plusieurs reprises. Le premier semble avoir eu lieu à Grenoble, à l’université, devant 200 personnes, sur le communisme, en présence de P. Broué93. Quelques jours après, J.-J. Marie et C. Samary (Verla) parlent à la Mutualité devant 2 000 personnes des opposants dans les pays de l’Est94. En 1978, les diverses manifestations organisées pour commémorer le 40e anniversaire de la fondation de la QI sont de nouveau des occasions d’échanges. Ils sont considérés comme « riches95 », « fraternels96 ». A. Krivine fait même une autocritique publique, au nom de la LCR, pour n’avoir pas organisé ces débats plus tôt97. Des dirigeants importants de la LCR et de la QI, P. Frank, E. Mandel, figurent dans le Comité de parrainage de l’Institut Léon Trotsky créé à l’initiative de l’historien « lambertiste » P. Broué. Deux militant(e)s de la LCR, J.-F. Godchau et A. Libera sont membres du Comité de rédaction de la revue de l’Institut, les Cahiers Léon Trotsky, lors de son lancement en janvier 197998.

  • 99 Rq n°836, 11 janvier 1979, A. G. de Marseille.
  • 100 Rq n°822, 18 décembre 1978, J. G. de Vitry.
  • 101 Nous en avons comptabilisé 6 ou 7 dont celui de ce sympathisant de chez Dassault : « Malgré les di (...)
  • 102 Crit. Co. n° 7, mai/juin 1976 : M. Lequenne, « Continuité et discontinuité du Lambertisme, contrib (...)
  • 103 APJPS, carton n° V, BI spécial congrès « E », novembre 1978. Texte d’Hoffman (TIII).
  • 104 Alors qu’il avait rejoint la majorité au IIe congrès, M. Lequenne crée une tendance nouvelle, la T (...)
  • 105 Ibid., BI Cahier du militant n° 3, été 1979, « Bilan du congrès. Résolution adoptée par la T1, réu (...)

33Ceci étant dit, un certain nombre de militants ou de sympathisants de la LCR sont extrêmement rétifs devant cette évolution importante. Et ils le font savoir. Ils utilisent en particulier la souscription financière, permanente, en ces temps difficiles pour le quotidien. Les versements d’argent sont assortis de commentaires, fort peu amènes — nous en avons comptabilisé 23 — à l’égard de l’OCI. Cela peut être un sobre « non au rapprochement LCR-OCI99 », un pittoresque « pour que les Lambertistes, après l’histoire, ne nous mordent pas la nuque100 ». À côté, les appels à la fusion sont rares101, les lecteurs lançant souvent des appels à l’unité des révolutionnaires en général. Même si on peut penser que la direction du journal a pu utiliser le courrier des lecteurs pour influencer le débat, le déséquilibre entre les contre et les pour est significatif. Mais la principale bataille se joue au IIIe congrès de la LCR (janvier 1979) et surtout au cours du débat préparatoire, dont c’est d’ailleurs un des thèmes principaux. M. Lequenne, le principal et irréductible adversaire du rapprochement, part à l’offensive dès qu’il a conscience d’un cours nouveau possible sur cette question. Fort de son autorité d’ancien, il retrace, dans un long article publié en mai-juin 1976 dans Critique communiste, l’origine du lambertisme102. Bien placé pour le connaître, puisqu’il a été exclu du BP et du PCI en mars 1955, il évoque en détail les méthodes d’un « misérable bureaucrate » (Lambert). L’attaque est plus forte encore, actualisée, dans les bulletins intérieurs. M. Lequenne va jusqu’à évoquer l’utilisation de méthodes, de la part des lambertistes, qui ne sont « pas sans rapport avec le lavage de cerveau des sectes religieuses où le “pablisme” et son histoire ancienne a plus d’importance que la révolution permanente103 ». M. Lequenne réussira à faire partager son inquiétude à 39 % des militants, sa tendance faisant jeu égal avec la tendance majoritaire (38,5 %)104. Les minoritaires Krasno et Nemo ont compris leur défaite. Ils ne parviendront pas à mettre en œuvre à la Ligue une politique spécifique vis-à-vis des courants se réclamant du programme de transition (OCI, LO)105. Ils se désolent de voir que le congrès a annulé les avancées récentes sur cette question décisive pour la QI et la construction du parti révolutionnaire en France.

Une fusion impossible

  • 106 Rh n° 854, 16-22 février 1979, p. 13. Reproduction de la déclaration de la LCR au congrès de l’OCI
  • 107 Rh n° 893, 16-22 novembre 1979. Lettre du BP-LCR à l’OCI, à l’occasion de leur meeting sur le Nica (...)
  • 108 Rh n°882, 31 août-6 septembre 1979, p. 7 à 10 ; voir aussi les numéros suivants et précédents.
  • 109 Voir notamment Rh n°892, 9-15 novembre 1979, p. 23-24. Ceci est le chiffre officiel, admis par la (...)
  • 110 L’un d’entre eux, Seldjouk (Daniel Gluckstein), deviendra le dauphin de P. Lambert, défendant les (...)

34Au lendemain du IIIe congrès de la LCR, la délégation invitée au XXIIe congrès de l’OCI à Dijon (8-11 février 1979) est donc en mesure de préciser que la fusion n’est pas à l’ordre du jour106. En revanche, le débat continue et des campagnes communes sont possibles, essentiellement sur des thèmes internationaux. Certaines ont d’ailleurs commencé, avec succès, en soutien aux victimes de la répression dans les pays de l’Est, en solidarité avec les trotskystes iraniens persécutés par le nouveau pouvoir religieux depuis janvier 1979. La LCR souhaite aussi organiser un large mouvement de solidarité avec la révolution au Nicaragua. Depuis août-septembre 1978, le Front Sandiniste de Libération Nationale (FSLN) a renversé la dictature somoziste et spontanément, comme ce fut le cas de la JCR par rapport à Cuba quelques années avant, la LCR se sent du côté des sandinistes107. Non seulement la LCR ne parvient pas à convaincre l’OCI de participer à des actions de solidarité avec le FSLN, mais l’appréciation différente des événements accélère la rupture entre les deux organisations. Sur le terrain, depuis le printemps 1979, la brigade Simon Bolivar, un groupe d’une soixantaine de militants trotskystes formé en Colombie à l’initiative du PST moréniste, organisation sympathisante de la QI, vient troubler le jeu. L’activité de ces militants ne fait pas l’unanimité chez les sandinistes, qui décident d’en expulser les membres étrangers et d’arrêter les autres. Presque aussitôt la LCR comme le SWP américain, tout en regrettant les amalgames et les calomnies contre les trotskystes émises par certains dirigeants sandinistes, désavouent la brigade. En aucune manière, affirment-ils, cela n’a été une initiative du SU108. Bien entendu les militants français de la TV du IIIe congrès (LCR), proches du PST, n’ont pas le même avis. Pour eux, ces militants emprisonnés par les sandinistes au Nicaragua sont d’authentiques révolutionnaires. Ne font-ils pas partie avec eux de la Fraction bolchevique de la QI, dont l’Argentin Moreno est le principal dirigeant ? Ils réussissent à convaincre facilement les militants de l’ex-TI (Krasno et Nemo) et ceux de l’OCI. C’est au congrès extraordinaire de la LCR, tenu à l’Haÿ-les-Roses, du 1er au 4 novembre 1979, que les militants des deux tendances minoritaires (ex-TI et ex-TV) décident de rompre, créant une nouvelle organisation, la Ligue Communiste Internationaliste (LCI). Ce sont donc 400 militants environ qui quittent la LCR, soit le cinquième des militants109. Ils rejoindront bientôt l’OCI, en 1980, qui désormais prend le nom d’OCI Unifiée. Plusieurs leaders minoritaires importants quittent la LCR pour l’OCI à ce moment-là, Nemo, Letourneau110.

Conclusion

  • 111 En février 1944, c’est une intervention extérieure, celle du militant d’origine grecque Michel Rap (...)
  • 112 Rq n°359, 28-29-30 mai 1977.

35Pas plus que dans la première moitié des années soixante-dix, le panorama de l’extrême gauche ne s’est simplifié. Rien n’y a fait, pas même l’intervention du SWP, de ses dirigeants comme Joë Hansen, qui étaient les mieux placés sans doute pour amener un rapprochement entre la LCR et l’OCI111. LO a poursuivi son chemin solitaire, recroquevillée sur ses « feuilles de boîte » et gérant son petit capital électoral. Encore une fois, ce sont les « centristes » qui ont été les plus faciles à séduire : quelques dizaines de militants de l’OCT rejoignent la LCR. C’est un maigre bilan, qui ne peut satisfaire les militants ou les sympathisants, à qui Rouge donne parfois la parole. Ainsi J. V. de Paris, militant depuis 1968 dans une des trois organisations révolutionnaires écrit, au seuil de la démission : « Sortons de nos dogmes, de nos chapelles !112 ». Ou encore Jacques Gallienne (décédé le 30 décembre 1978), presqu’en forme de testament, puisqu’il écrit ceci dans la notice qu’il remet pour le Maitron :

  • 113 Cité par Rh n° 844, 23 janvier 1979.

Il y a dans le mouvement des défauts qui l’ont empêché de devenir un parti de masse : une trop grande volonté de délimitation idéologique perpétuelle, la maladie des scissions113.

36Cependant sur la décennie, ce sont des milliers de jeunes qui ont approché plus ou moins longtemps la LCR. C’est une nouveauté en France, où jusqu’ici ce courant politique n’avait concerné que quelques poignées de personnes. Les militants de la Ligue, loin de se cantonner au « travail ouvrier », n’ont voulu laisser échapper aucun terrain de radicalisation. Ils sont intervenus dans tous les domaines. Les résultats, en terme de recrutement, ont été médiocres, mais le petit groupe y a gagné une meilleure connaissance de certains secteurs de la société française, jusque-là peu familiers aux trotskystes. La mise en place d’un appareil politique et le lancement d’un quotidien n’ont pas permis de contrecarrer les tendances à l’éclatement, que cette orientation tous azimuts n’allait pas manquer d’engendrer. Les spécialistes n’ont-ils pas eu tendance à faire passer leur secteur, avant les intérêts supérieurs de l’organisation ? De plus, le débat de tendance s’est aiguisé et compliqué, du fait de l’intervention de militants liés à des organisations extérieures à la Ligue. Pas mieux que dans le passé, les trotskystes n’ont su concilier ample débat et augmentation des effectifs. La construction de l’organisation s’apparente toujours à un travail de Sisyphe.

Carte n°4 Nombre de militant(e)s LCR en France (1976)

Carte n°4 Nombre de militant(e)s LCR en France (1976)

Carte n°5 — Nombre de militant(e)s LCR dans la région parisienne (1976)

Carte n°5 — Nombre de militant(e)s LCR dans la région parisienne (1976)

Notes

1 Une souscription est organisée en 1974 pour présenter A. Krivine à la présidentielle. Elle rapporte 181 747 F, dont 80 782 F collectés à Paris, d’après les chiffres donnés dans Rouge.

2 APGF, carton n°10, circulaire DP aux trésoriers des DS, début 1975, 1 p.

3 APGF, ibid., « Bilan de la trésorerie nationale », signé Campaes, adressé au BP, 9 août 1974.

4 Ibid.

5 Entretien réalisé avec J.-P. Debourdeau à son domicile, près de Dijon, le 6 juin 2002.

6 C’est ce que Rouge répond à ce lecteur qui se demande si devenir permanent n’est pas un rêve pour beaucoup, Rh n° 294, 4 avril 1975.

7 En 1974 la Direction parisienne bouscule les sections, signalant que « le rappel des postes à pourvoir est simple : tous. Maquette, frappe, expédition, ronéo, offset, librairie… »,1 p., dans APGF.

8 APGF, carton n°10, texte interne, « Responsabilités des membres du CC », 3p.

9 Mension (J.-M.), op. cit., p. 362.

10 Filoche (G.), op. cit., p. 234.

11 Une p. r.-v., Docre, « Pourquoi je cesse d’être permanent », 5 février 1979 (APGF, carton n°10).

12 APJPS, carton n°III, CRS n°34, compte rendu du CC des 27-28 juin 1975, « Motion sur l’appareil des permanents en onze points ».

13 Filoche (G.), op. cit., p. 227 : « cent vingt-cinq permanents tout compris, imprimerie, journalistes, “politiques”, gestion ».

14 Seul le Worker’s Revolutionary Party de Grande-Bretagne, se réclamant du trotskysme, publie un quotidien dans les années soixante-dix, le Workers Press. De même le groupe Octobre d’Indochine publie un quotidien pendant quelques mois en 1939, Tia Sang (L’Étincelle).

15 Rh n°300, 16 mai 1975.

16 Gérôme (N.) a fait une étude des fêtes de Lutte Ouvrière, « Les printemps des fêtes de LO, 1971-1981 », dans Corbin (A.) et al., dir., Les Usages politiques des fêtes, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 361-376.

17 Rh n° 326, 12 décembre 1975, dernière page. J.-L. Ride reconnaît que « le recours aux “Super groupes” rock et pop avait pour but d’attirer un public que nous ne pensions pas attirer sinon ».

18 APGF, carton n° 11, Javier, Ploëch, Sérafin, Touvais : « Rouge aura-t-il trois ans ? », mi-décembre 1978, 12 p. ron.

19 Rh n°320, 31 octobre 1975, p. 23 : « La fête n’était en rien une solution miracle (pour l’argent), un gadget susceptible de remplacer la patiente et individuelle souscription ».

20 Seules quelques sections locales de la LCR, nous pensons à Bordeaux, organisent des fêtes annuelles régulières.

21 Filoche (G.) raconte cet accident, op. cit., p. 226-227, mais il le place un an plus tôt au démarrage du quotidien. Plus de détails dans Le lien n°1, 11 mars 1977, bulletin de liaison des permanents techniques. La lettre de Prune, sans date, 1 p., manifeste le ressentiment des permanents techniques contre les « directions » (APGF, carton n°11).

22 Rh n°311, 29 août 1975, p. 18-20 : « Le premier projet d’imprimerie prévoyait une douzaine de camarades au travail, le plus récent (fin juillet) en prévoit 20 et nous en resterons probablement là ».

23 Texte ron. signé Jérôme (23 juin 1977), cité par Javier, Ploëch, Serafin, Touvais, op. cit.

24 « Jamais la “professionnalisation” de l’équipe de rédaction n’a été prise en charge. La seule camarade qui a suivi une formation au Centre de Perfectionnement des Journalistes (CPJ) a payé les cours de sa poche », dans Javier et al., op. cit.

25 Rq n°513, 30 novembre 1977. Dans sa lettre R. Debray salue la LCR comme « l’organisation qui a témoigné d’une constance et d’une fidélité à l’essentiel qui n’ont pas de prix ? », malgré ses divergences.

26 Rq n°787, 31 octobre 1978. F. M., P. S., 1 000 F.

27 Dans Rq n° 02, 16 janvier 1976. LO manifeste son soutien au futur quotidien. Mais plus tard la LCR lui ayant demandé de lui prêter la somme de 150 000 F, LO décline, proposant un investissement à part égale avec partage du journal et de l’imprimerie. Cette fois, c’est la LCR qui refuse (Rq n° 93, p. 4).

28 Rq n°780, 22-23 octobre 1978, en une.

29 Rq n°801, 17-18 novembre 1978, p. 2, versement de 2 500 F.

30 Rq n°367, 8 juin 1977, p. 10.

31 Rq n°503, 375, 135, 441.

32 Javier et al., op. cit. parlent de « l’incompétence » et de « l’aristocratisme vis-à-vis des problèmes de gestion sans doute héritées de l’histoire de la Ligue »

33 Mobbs (P.), op. cit.

34 Dans la 1re version de ce travail (thèse Paris I, 2004), cette question est plus largement développée.

35 APJPS, carton n°II, débat préparatoire au IIIe congrès de la LC (décembre 1972), BHS n°30, juin 1972, « Le problème du pouvoir se pose, posons-le ! ».

36 D’où son appellation parfois de JASA, initiales des quatre pseudonymes.

37 Ibid., BHS n° 30, op. cit.

38 Lui aussi dirigeant ancien, animateur d’une des sections de province les plus actives, Rouen, jusqu’à son arrivée à Paris après sa cooptation au BP.

39 Ibid., BHS n°33, Filoche (G.), « La classe ouvrière, seule classe révolutionnaire », 30 juillet 1972.

40 APJPS, carton n°III, CRS n°12, T4, « Les présidentielles et les tâches des marxistes révolutionnaires ».

41 Parmi les principaux protagonistes figurent des permanents (Krivine, Filoche), des enseignants-chercheurs (Bensaïd, Weber), Denis Collin est professeur de philosophie, Nemo élève de l’ENA.

42 La formule est de Mao Zedong, lancée au VIIIe congrès du PCC, le 2 mai 1956.

43 APJPS, carton n° IV, BI n°6, p. 9-10. Groupe de Travail région Rhône-Alpes, 1976.

44 Ibid., texte de Rocco (Tarbes) : « Situer les responsables », p.8-9.

45 APJPS, carton n° III, CRS n° 6, Hoffman, p. 24.

46 Ibid.

47 Entretien du 21 décembre 2001 à Paris.

48 Ibid.

49 Parmi eux John Barzman. Né en 1947, aujourd’hui maître de conférences à l’université du Havre, il est historien, auteur d’une thèse, Labor and politics in France : Le Havre 1912-1923, Los Angeles UCLA, 1987, traduite en 1997 : Dockers, métallos, ménagères : mouvements sociaux et cultures militantes au Havre, 1912-1923.

50 Employé de banque, il a été un des animateurs d’une récente grève dans ce secteur.

51 Trois ans après son exclusion de la LCR, Lafitte demande sa réintégration. Le CC, malgré quelques hésitations l’accepte par 24 voix pour, 22 contre, 8 abstentions (dans CRS n°96, compte rendu des CC d’avril 1979, APJPS, carton n°V).

52 Cette organisation, originellement appelée Parti révolutionnaire des travailleurs (PRT-La Verdad), dirigée par Nahuel Moreno (1924-1987), avait refusé la stratégie guerillériste du PRT-ERP, section officielle de la QI au début de la décennie.

53 APGF, questionnaire rempli par Cristobal à la réunion nationale de la TA, les 11-12 décembre 1976.

54 APJPS, carton n°V, BI spécial congrès « G », décembre 1978, TV : « Combattre le gâchis de nos forces en donnant un coup mortel au propagandisme ».

55 Ibid., CERS n°84, compte rendu CC juillet 1978.

56 APJPS, texte man. (3.p) de la cellule de La Rochelle, 25 septembre 1978, qui demande si « on pourrait avoir une idée du taux de lecture des BI dans l’organisation ? ».

57 Kindo (Y.), op. cit.

58 Ibid., BI spécial congrès « K », décembre 1978, TIV répond à TV, p. 12-13 : « Nouvelle tendance pour une vieille politique ».

59 Rh l’évoque le 21 février 1975, n° 288, p. 10.

60 Rq n°257, 26 janvier 1977. 66 % des mandats se portent sur la position A défendue par M. Mousel, 22 % sur la position B et 12 % sur la position C.

61 Rq n°340, 4 mai 1977, p. 6.

62 Rq n°341, 5 mai 1977, p. 6, publie leur lettre signée de 21 militants et de 2 militantes sous le titre : « Au revoir, et à bientôt, peut-être… ».

63 Ibid., « Lettre de camarades lycéens », R. Morder, membre du secrétariat lycéen est le plus « ancien » de ces militants, adhérent depuis 1969.

64 Rq n°343, 7-8 mai 1977, p. 6, et n°344, 9 mai 1977, p. 5.

65 Rq n°675, 17-18 juillet 1978, p. 9.

66 Rh n°303, 6 juin 1975, n°305 et 307. Articles de G. Filoche, qui, à l’intérieur de la Ligue, adresse des critiques voisines à sa direction, accusée de surestimer l’AGOL.

67 Rq n°224, 14 décembre 1976. L’OCT se présente elle-même.

68 Sans doute Samuel Johsua, aujourd’hui professeur à l’université de Provence et militant de la LCR.

69 Rq n°507, 23 novembre 1977, p. 2. Évocation des courants A et B en présence au IIe congrès de l’OCT.

70 Ibid.

71 Rq n°571, 8 février 1978, p. 2. Lettre de Torel.

72 Rh n°862, 13-19 avril 1979, article de Bensaïd sur le IIIe Congrès OCT (21-22 avril 1979).

73 Rh n°875, 14-21 juillet 1979, dernière page. Cet article annonce le début d’un processus de fusion avec la LCR. Isaac Joshua appartient au courant 4.

74 APJPS, carton n° III, CRS n°38, p. 1 à 7, Garcin : « Nos rapports unitaires avec l’extrême gauche », 3 novembre 1975.

75 Rh n°304, 12 juin 1975, p. 16.

76 Rh n° 323, 21 novembre 1975, p. 11. Le journaliste critique la démarche d’un militant ouvrier connu de l’OCI qui quitte la CGT, où il milite depuis 1963, pour FO.

77 Rh n°853, 9-15 février 1979, p. 21, sur le XXIIe congrès de l’OCI.

78 Par exemple dans Rq n°159, 22 septembre 1976, p. 6, communiqué du BP, n°296, 12/13 mars 1977 ou n°553, 18 janvier 1978, p. 4, J. F. V. : « L’OCI en campagne, et pour quelques pétitions de plus ».

79 L’OCI est même accusée de dénoncer les listes des révolutionnaires, Rq, 21 mars 1977, p. 5.

80 Rh n°869, 1er-7 juin 1979, p. 5.

81 Crit. Co. n°14/15, op. cit. Élie Carasso, à l’OCI de 1968 à 1976, raconte brièvement l’affaire Varga. La direction de l’OCI lui reprochait surtout, semble-t-il, d’avoir tenté après son départ de Hongrie, en 1957-1958, de trouver de l’argent auprès d’organismes culturels américains, pour financer ses recherches et celles de ses amis.

82 Rh n°246, 15 mars 1974, p. 2 ; Rh n°320, 31 octobre 1975, p. 2 ; Rq n° 63, 31 mai 1976.

83 Rq n°184, 22 octobre 1976, p. 7.

84 Hoover Institution Archives, archives Joë Hansen, carton n° 9, chemise 3, trois lettres de P. Broué (18 avril 1972, 2 mai 1972, 23 janvier 1973), réponse de J. Hansen (25 avril 1972).

85 Ibid., deux lettres de G. Bloch, 26 décembre 1974 et 26 septembre 1975.

86 Ibid., P. Lambert, lettre du 15 avril 1975, 5 p.

87 CRS n° 38, op. cit.

88 APJPS, carton n° III, CRS n° 34, reproduction de la lettre du CC de la LCR au Comité exécutif du SWP, 29 juin 1975.

89 Ibid., CRS n°41, 15 janvier 1976 : Matti, « Quelle politique unitaire ? »

90 APJPS, carton n°IV, CERS n°50, « Déclaration Krasno-Nemo ». Ceux-ci insistent notamment sur le fait que l’OCI reconnaît au SU et à ses organisations le titre d’organisations révolutionnaires, alors qu’il y a peu la Ligue était qualifiée de groupe crypto-stalinien. Le Comité pour la Reconstruction de la Quatrième Internationale (CORQI), rival de la QI, regroupe les organisations qui sympathisent avec l’OCI.

91 Ibid., CERS n°50, p. 14-17 : « Rapports avec OCI-CORQI et LO », lettre du BP-LCR au BP OCI, novembre 1976.

92 Rq n°727, 21 août 1978, une.

93 Rq n°650, 19 mai 1978, p. 10.

94 Rq n°653, 23 mai 1978, p. 4.

95 Rq n°782, 24 octobre 1978, p. 6. À propos des journées d’étude de l’OCI.

96 Rq n° 757, 25 septembre 1978, p. 5. À propos d’un meeting en soutien d’un candidat LCR à des élections législatives partielles (XIVe arrondissement) en présence de Ch. Berg et d’A. Krivine.

97 Rq n° 760, 28 septembre 1978, p. 9. Reprise de la déclaration d’A. Krivine au meeting du XIVe arrondissement. Rq n°764, 3 octobre 1978, fait allusion à un meeting LCR-OCI organisé à Sedan sur l’eurocommunisme.

98 P. Broué avait su rassembler autour de cette revue la plupart des « trotskystes historiques » encore vivants. De même l’historien Michel Dreyfus faisait partie du Bureau de l’Institut.

99 Rq n°836, 11 janvier 1979, A. G. de Marseille.

100 Rq n°822, 18 décembre 1978, J. G. de Vitry.

101 Nous en avons comptabilisé 6 ou 7 dont celui de ce sympathisant de chez Dassault : « Malgré les divergences, pour l’unification LCR, OCT, LO et même OCI ».

102 Crit. Co. n° 7, mai/juin 1976 : M. Lequenne, « Continuité et discontinuité du Lambertisme, contribution à l’histoire d’une dégénérescence », p. 120-145.

103 APJPS, carton n° V, BI spécial congrès « E », novembre 1978. Texte d’Hoffman (TIII).

104 Alors qu’il avait rejoint la majorité au IIe congrès, M. Lequenne crée une tendance nouvelle, la TIII, lors du IIIe congrès, sur cette question précise.

105 Ibid., BI Cahier du militant n° 3, été 1979, « Bilan du congrès. Résolution adoptée par la T1, réunion nationale 3-4 mars 1979 ».

106 Rh n° 854, 16-22 février 1979, p. 13. Reproduction de la déclaration de la LCR au congrès de l’OCI.

107 Rh n° 893, 16-22 novembre 1979. Lettre du BP-LCR à l’OCI, à l’occasion de leur meeting sur le Nicaragua.

108 Rh n°882, 31 août-6 septembre 1979, p. 7 à 10 ; voir aussi les numéros suivants et précédents.

109 Voir notamment Rh n°892, 9-15 novembre 1979, p. 23-24. Ceci est le chiffre officiel, admis par la direction de la LCR. Il est certainement inférieur à la réalité. En tout cas cette scission est la plus importante, de loin, depuis le départ des militants de Révolution !

110 L’un d’entre eux, Seldjouk (Daniel Gluckstein), deviendra le dauphin de P. Lambert, défendant les couleurs de son parti aux présidentielles de 2002.

111 En février 1944, c’est une intervention extérieure, celle du militant d’origine grecque Michel Raptis (dit Pablo), membre du Secrétariat International, qui permet l’unification du POI, des CCI et du groupe Octobre dans le PCI. Seul Barta et son groupe, ancêtre de LO, restent en dehors du processus d’unification.

112 Rq n°359, 28-29-30 mai 1977.

113 Cité par Rh n° 844, 23 janvier 1979.

Table des illustrations

Titre Tableau n°8 Souscriptions pour Rouge quotidien (1975-1977)
Légende Sources : Rouge et circulaires internes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21303/img-1.png
Fichier image/png, 1,6k
Titre Tableau n° 9 : Les tendances aux trois premiers congrès de la LCR (1974-1978)
Légende Source : APJPS, cartons n°III, IV, V
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21303/img-2.png
Fichier image/png, 8,4k
Titre Carte n°4 Nombre de militant(e)s LCR en France (1976)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21303/img-3.png
Fichier image/png, 367k
Titre Carte n°5 — Nombre de militant(e)s LCR dans la région parisienne (1976)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21303/img-4.png
Fichier image/png, 207k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540