Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Deuxième partie. Après 1973 : l’inscription dans le paysage politique français

Chapitre IV. La volonté du « tournant ouvrier »

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

L’épreuve de la dissolution surmontée

  • 1 Rh n° 212, 6 juillet 1973, p. 2.
  • 2 Filoche (G.), op. cit., p. 175.

1La dissolution de la Ligue décidée en conseil des ministres le 27 juin 1973, après que son service d’ordre ait tenté d’interdire par la force un meeting d’Ordre nouveau, n’entraîne pas la disparition de l’organisation, malgré la perquisition musclée dont sont victimes ses locaux, impasse Guéménée, et l’arrestation de plusieurs dirigeants. Rouge continue de paraître avec régularité, à un rythme hebdomadaire pendant tout l’été, porte-voix de la protestation qui se développe contre cette dissolution et initiateur de la nouvelle campagne en soutien aux travailleurs de Lip. Le journal Rouge redevient simplement journal d’action communiste, et non plus organe de la Ligue communiste. Étant exploité par une société indépendante de l’organisation, il n’est pas concerné par le décret de dissolution. Les militants ne sont pas outre mesure perturbés par la nouvelle situation. Ici ou là, quelques-uns sont soumis à des pressions de la part des autorités. Jacques Valier, professeur agrégé d’économie à l’université de Nanterre est arrêté un moment, son domicile perquisitionné1. Mais les militants persistent dans leur engagement, ils changent de pseudonymes pour mieux déjouer la police. Pour éviter d’être accusés de reconstitution de ligue dissoute, les militants se réunissent en « clubs » et non plus en cellules. Le Comité central est désormais appelé « Colloque » et les bulletins intérieurs paraissent sous le titre anodin « Centre de recherches socialistes ». En cas d’arrestation de ses membres, un BP bis avait été désigné. Et le BP se réunit chez des personnalités comme Juliette Gréco ou Michel Piccoli2.

2Cette situation dure quelques mois, jusqu’à l’annonce faite par un groupe de 32 dirigeants de la création du Front Communiste Révolutionnaire (FCR), à la veille de la campagne pour les présidentielles. La dissolution n’entraîne pas véritablement de rupture dans l’histoire de la section française de la Quatrième Internationale. Dès 1974 puis à nouveau en 1977 et 1978, ce courant participe aux élections.

Des marques importantes de soutien

  • 3 Rh n° 211, 27 juin 1973. Dans ses souvenirs Alexis Violet, op. cit., reconnaît le caractère gauchi (...)

3La survie de Rouge permet d’en faire le vecteur d’une campagne de soutien immédiate et relativement massive, en dépit du début des vacances estivales. Notons tout d’abord l’arrogance du ton. L’initiative du 21 juin est assumée, les titres insistent sur la dangerosité d’Ordre nouveau (« meeting raciste en plein Paris », « Les nazisprotégés par la police »3). Les lettres ouvertes se succèdent, et d’abord à Gérard Monatte, secrétaire de la Fédération Autonome des Syndicats de Police (FASP). Le BP tente d’ouvrir le dialogue avec cette Fédération, réputée de gauche.

La solidarité des organisations

  • 4 Revue QI, novembre-décembre 1973. Dans son éditorial Dumas se félicite de voir un parti stalinien, (...)
  • 5 Rh n° 154, 22 avril 1972, p. 5, Rh n° 180, 18 novembre 1972, p. 8.
  • 6 AD des Hautes-Pyrénées, La Nouvelle République des Pyrénées, 3 et 5 juillet 1973.
  • 7 Rh n° 213, p. 3. « Lettre ouverte aux militants du PC ».
  • 8 AD des Hautes-Pyrénées, La Nouvelle République des Pyrénées, 3 juillet 1973, Tribune libre de Bern (...)

4Dans une lettre ouverte au ministère de l’Intérieur, D. Bensaïd se félicite de la condamnation par le PC du décret de dissolution de la Ligue. En effet, et c’est une grande nouveauté par rapport au meurtre de Pierre Overney, le PC refuse de renvoyer dos à dos les extrémistes, et participe à la protestation contre la répression dont est victime la Ligue4. Dès le lendemain de l’assaut au meeting d’Ordre nouveau, le vendredi 22 juin, 14 militants sont arrêtés et inculpés d’infraction à la législation sur les armes. Seul, Pierre Rousset est maintenu en détention. Il a été condamné à 10 mois de prison, dont 8 avec sursis, en novembre 1972, pour avoir « transporté et détenu des produits susceptibles de rentrer dans la composition d’explosifs » pour des militants révolutionnaires latino-américains5. A. Krivine, bien qu’absent de Paris le 21 juin — il tenait meeting à Nice — se laisse arrêter, après avoir donné une conférence de presse le 25 juin. Il s’est rendu de manière un peu théâtrale à cette conférence de presse, encadré par Edmond Maire et François Mitterrand, qui se font complaisamment photographier aux côtés du leader d’extrême gauche. Des meetings de protestation sont organisés un peu partout par les syndicats et les partis de gauche, ainsi par exemple à Tarbes le mercredi 4 juillet à 18 heures à la Bourse du Travail6. En général, le PC refuse de donner la parole au représentant de la Ligue, ce qui suscite la protestation d’H. Weber7, mais la presse locale publie les communiqués ou les tribunes libres des militants de l’organisation dissoute8.

L’émotion des citoyens

  • 9 APGF, messages émanant des Docteurs Reinhold ou Rabinovitch, Poyart (Inserm), Jean Nicolas (gynéco (...)
  • 10 Rh n° 218, 31 août 1973, p. 2, note que le vote a été obtenu par 12 voix pour, 9 voix contre et 2 (...)

5Parallèlement à ces protestations venues de la gauche institutionnelle, Rouge veut se faire l’écho de l’indignation des citoyens. Ceux-ci sont conviés à signer un appel demandant l’abrogation du décret de dissolution. Le coordonnateur de la campagne est le professeur de médecine et militant Marcel-Francis Kahn, le trésorier de la campagne Michel Foucault. Dans les numéros de Rouge de l’été se succèdent des listes fournies de signatures, artistes et intellectuels, enseignants du supérieur et du secondaire, et aussi médecins9. Les ouvriers sont moins représentés, toutefois Charles Piaget signe l’appel. Les prises de position syndicales sont très rares, à l’exception des sections syndicales de la Maison des sciences de l’homme à Paris, de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) et de la section CFDT de la CGCT (Paris XVe). Plusieurs revues se solidarisent collectivement, comme Les Cahiers du Cinéma ou la revue de poésie La Tour de Feu. Quelques isolés, venus d’une famille politique peu prompte habituellement à se solidariser avec une organisation d’extrême gauche, des Gaullistes de gauche, Dominique Gallet et Jacques Debu-Bridel, s’associent à l’appel. La section Union des Jeunes pour le Progrès (UJP) de Metz signe même l’appel contre la dissolution de la LC, non sans débat en son sein10.

6A. Krivine est très vite libéré, dès le 2 août, tout en étant inculpé, au titre de la loi anti-casseurs, d’avoir été l’instigateur de la nuit de violences du 21 juin. P. Rousset devra attendre la fin du mois d’août pour être libéré. M. Recanati, recherché comme responsable du service d’ordre, ne se livre à la police qu’à la mi-septembre. Écroué à la Santé le 17 septembre, à contretemps donc, la Ligue étant à ce moment-là toute entière investie dans la solidarité avec Lip, il ne sera libéré, sous caution, que début novembre 1973. Privé de ses papiers d’identité en attente du procès, il vit difficilement cette situation. Si finalement les juges rendent un non-lieu pour Krivine et Recanati, c’est un an plus tard, et Ludo est très affecté par ces événements qui contribuent à sa désespérance.

  • 11 Rh n° 161, 10 juin 1972, Bensaïd (D.), « Terrorisme et révolution ». Voir aussi Afrique en lutte, (...)

7Même si tel(le) ou tel(le) militant(e) a du mal à assumer les exigences d’une telle ligne stratégique, les canaux d’expression publique de l’organisation redisent le bien-fondé de l’action. L’idée est que les révolutionnaires ne sont pas des contemplatifs, ils ne doivent pas attendre le soulèvement des masses pour « opposer à la violence quotidienne du capital leur propre violence11 ».

Une présence continue lors des élections

Les présidentielles de 1974

  • 12 Rh n° 251, 19 avril 1974. En une, un poing brandi et le slogan « Pas de chèque en blanc à Mitterra (...)
  • 13 Cité dans Rh n° 251, p. 7.
  • 14 « S’il nous manque une signature, si nous n’en avons que 99 nous irons chercher la dernière y compr (...)
  • 15 Rh n° 252, 26 avril 1974, p. 3.

8Le décès prématuré de Georges Pompidou, le 2 avril 1974, entraîne des élections présidentielles anticipées dont la date est fixée aux 5 et 19 mai. À ceux qui font pression pour un vote en faveur de François Mitterrand dès le premier tour comme le PCF, D. Bensaïd dit « Pas à n’importe quel prix ! ». Il annonce la volonté du FCR de voter pour lui au second tour, à condition « qu’il n’accepte pas une coalition gouvernementale avec des partis significatifs de la bourgeoisie12 ». Il faut d’abord préparer le premier tour. Le FCR propose à l’extrême gauche et au PSU de soutenir la candidature de Charles Piaget, militant ouvrier qui symbolise le mieux l’émergence de cette nouvelle avant-garde ouvrière de l’après-Mai. Très vite le PSU refuse, tout comme E. Maire (CFDT), pour qui « un militant syndical n’a pas compétence pour être président de la République13 ». Parallèlement, le 9 avril, LO annonce sa volonté de présenter une militante ouvrière, ce sera la première candidature d’Arlette Laguiller. Après avoir un moment pensé présenter André Fichaut, bon représentant aussi de l’avant-garde ouvrière pour le FCR, dont il est un militant, l’organisation se décide finalement à présenter une nouvelle fois A. Krivine. La collecte des 100 signatures se fait rapidement. L’organisation a de l’expérience, n’a plus de complexes14 ; et surtout la loi exigeant 500 signatures d’élus pour pouvoir se présenter aux présidentielles ne sera votée qu’en 1976. Le nombre de meetings organisés avec A. Krivine est plus modeste qu’en 1969. Rouge se transforme en quotidien pour la durée de la campagne. Il reproduit l’appel d’A. Krivine aux soldats du contingent avant le premier tour, puis publie « l’appel des Cent » entre les deux tours. La campagne du candidat Krivine se veut « la tribune des luttes ouvrières et populaires » alors que celle de LO est accusée par Rouge de « concessions électoralistes15 ».

  • 16 Le Monde, 9 mai 1974, p. 2.
  • 17 APJPS, carton n° 15, circulaire adressée aux directions de sections, « À propos des résultats élec (...)

9Au total les résultats cumulés des révolutionnaires ne sont pas négligeables — 3 à 4 % des suffrages exprimés. Aux 2,69 % des suffrages exprimés obtenus par A. Krivine et A. Laguiller, Rouge tend à ajouter les voix qui se sont portées sur le nom de René Dumont : 337 800 voix soit 1,32 %, le total faisant en effet 4 %. Mais le score d’A. Krivine est décevant, puisqu’en recul par rapport à 1969 (93 990 voix au lieu de 230 000), alors qu’A. Laguiller a obtenu 6 fois plus de voix (595.247) : soit 2,33 % et 0,36 % pour A. Krivine16. Rouge a beau titrer « 0,36 ça fait Front Popu ! », l’amertume est grande et on cherche la raison de la contre-performance. A. Laguiller a mené une campagne « populaire » plus que révolutionnaire. Beaucoup de ses électeurs ont voté pour « une femme travailleuse » contre les professionnels de la politique. L’inquiétude perce dans un bilan interne, mais la direction essaie de rassurer les militants, notant que l’affluence est toujours aussi grande dans les meetings tenus après le premier tour17.

Élections cantonales et législatives partielles (1976)

  • 18 Le congrès de fondation de la LCR a eu lieu du 19 au 22 décembre 1974 à Saint-Gratien (95).
  • 19 Rq n° 05, 27 février 1976.
  • 20 Rq n° 31, 20 avril 1976, p. 5, « Une erreur encore évitable ».

10Cet intérêt pour les élections ne se dément pas au cours de la période suivante. La LCR, qui a pris la place du FCR18, prend position lors des cantonales de février 1976, appelant à voter pour les candidats du PSU, puis pour ceux du PC, du PS, des Verts quand ces derniers ont une position anticapitaliste19. La LCR entend être présente aux élections législatives partielles importantes. À Tours le 9 mai 1976, elle présente un de ses militants Frédéric Castello, ouvrier électricien de 27 ans, militant CGT, employé dans une grande entreprise de la ville. Rouge regrette qu’il subisse la concurrence de Daniel Vitry, cheminot, candidat de Lutte Ouvrière, et de Mérija Surduts, avocate venue de Paris, militante du MLAC, soutenue par le PSU, la GOP et Révolution20. Rouge est plus sévère encore lors de la législative partielle du 14 novembre 1976, dans le Ve arrondissement de Paris, parlant « d’attitude irresponsable ». Quatre candidats d’extrême gauche sont en concurrence : Victor Leduc pour le PSU, Henri Weber pour la LCR, Pierre Fougeyrollas pour l’OCI, et un candidat de LO. Le bilan est amer, l’extrême gauche divisée recule.

Les élections municipales de 1977

  • 21 Voir les résultats dans Rq n° 297, 14 mars 1977 et dans Le Monde.
  • 22 Le Monde, 16 mars 1977, p. 11.

11Devant les effets désastreux de cette division et du fait du type d’élection, les municipales exigeant de nombreux noms, une partie importante de l’extrême gauche va se présenter unie à cette échéance sous le nom de « Pour le socialisme, le pouvoir aux travailleurs ». En janvier 1977, LO, la LCR et l’OCT concluent un accord. Elles seront capables de présenter des listes dans 32 communes importantes, alors qu’en 1971 seule LO avait constitué quelques listes, parfois en association avec le PSU. La carte reflète la force et les faiblesses de l’extrême gauche en 1977. Peu présente dans l’Ouest, dans le Nord, elle est absente en Alsace comme en Poitou-Charentes, de même que dans les banlieues de Marseille et de Rouen. Mais le bilan est considéré comme très positif. Ces organisations, habituellement plus à l’aise dans d’autres types d’élections (présidentielles ou législatives), sont amenées à s’intéresser au terrain, ce qui est un changement pour des organisations à culture centraliste. Rouge multiplie les enquêtes sur les grandes villes, la Ligue commence à s’intéresser aux problèmes du « cadre de vie » jusqu’ici négligés. Les résultats aussi sont très encourageants. Le soir des élections l’Internationale est chantée à la mairie de Nancy21. Le résultat — 8,33 % des suffrages exprimés, avec des pointes à 14,4 % dans le quartier populaire du Haut-du-Lièvre —, constitue une divine surprise pour la liste dirigée par Yvan Viry, un militant de la LCR. Et ce chiffre est dépassé à Saint-Ouen et à Montbéliard (9,5 %), à Orléans (12 %, avec une pointe à 17 % dans le quartier de la Source). Les villes où la liste obtient les scores médiocres (proches de 2 %) habituellement enregistrés par l’extrême gauche ne sont que 6 sur 32. Ces élections, se félicite le rapport au BP, auront véritablement servi à « affirmer la présence des révolutionnaires ». Un peu étonné, le journaliste du Monde (B. B.) signale que même lorsque le résultat des révolutionnaires est modeste — ainsi à Saint-Étienne avec 3,20 % des suffrages exprimés —, les partis de gauche invitent un représentant de la liste d’extrême gauche à s’exprimer officiellement à leur meeting, avant le deuxième tour22.

Carte n° 3 Élections municipales de 1977, présence d’une liste « Pour le socialisme, le pouvoir aux travailleurs »

Carte n° 3 Élections municipales de 1977, présence d’une liste « Pour le socialisme, le pouvoir aux travailleurs »

Les élections législatives de 1978 : l’impossible unité des révolutionnaires

  • 23 C’est le titre de la plate-forme de la Ligue pour ces élections « Pour chasser Giscard, Barre : un (...)
  • 24 Les Comités Communistes pour l’Autogestion (CCA) sont nés lors d’un congrès tenu à la Toussaint 19 (...)
  • 25 Rq n° 569, 6 février 1978, p. 4. MAN : Mouvement pour une alternative non-violente ; MDPLP : Mouve (...)

12Après ces résultats, les élections législatives de 1978 ne peuvent laisser les militants indifférents. Les révolutionnaires semblent pouvoir sortir de la marginalité sur le plan électoral, d’autant plus que des fêlures apparues dans l’Union de la gauche entre le PC et le PS au cours de l’été 1977 semblent modifier la donne. À l’automne 1977, cette situation nouvelle offre aux gauchistes un thème de campagne tout trouvé, celui de l’unité ouvrière nécessaire pour battre la droite23. Cependant la LCR ne parvient pas à mettre sur pied, pas plus que lors des élections partielles précédentes, des candidatures révolutionnaires unitaires. Très vite, LO annonce sa volonté de faire cavalier seul. Elle décide de couvrir presque tout l’Hexagone, en présentant 470 candidats (sur 488 circonscriptions) dont 191 femmes. Annonçant sa volonté de rompre avec les candidatures-témoignages, elle fait campagne pour obtenir des élus. Sauf exceptions locales, le PSU se détourne de la LCR, préférant prendre la tête de rassemblements autogestionnaires. La Ligue ne peut donc passer un accord de répartition des circonscriptions qu’avec les CCA24 et l’OCT. Ses candidats seront présents dans 150 circonscriptions, ceux des CCA et de l’OCT dans une centaine, sous l’appellation déjà adoptée pour les municipales, « Pour le Socialisme, le Pouvoir aux Travailleurs ». Dans quelques rares circonscriptions existent des candidatures panachées avec un candidat OCT ou CCA et un suppléant LCR ou l’inverse. Ainsi à Besançon, la candidate Martine Bultot, médecin (CCA), a comme suppléante Claudine Pedroletti (LCR), laborantine au CHU. Dans certaines circonscriptions, telles qu’à Mende, Claudette Pantel, institutrice, militante LCR, se présente comme candidate du socialisme autogestionnaire, soutenue non seulement par la LCR mais aussi par le MAN et le MDLP25.

13Les révolutionnaires vont à ces élections divisés, bien que l’OCI n’ait pas de candidats. Cette dernière, en effet, appelle à voter dès le premier tour pour les candidats du PC et du PS ; elle mène surtout une intense campagne pour que le PC se désiste, sans tergiverser, en faveur du candidat PS quand il arrive en tête au premier tour. Il n’est donc pas rare qu’il y ait deux candidats se réclamant du trotskysme (LO et LCR ou CCA-OCT), un candidat autogestionnaire (souvent PSU), un candidat maoïste, et parfois, comme dans la circonscription toulousaine dont dépend le quartier du Mirail, un cinquième, en l’occurrence candidat de la Ligue Internationale pour la Reconstruction de la Quatrième Internationale (LIRQI), récente scission de l’OCI.

  • 26 Rq n° 587, 27 février 1978, p. 11.

14Plusieurs candidats de la Ligue s’étaient déjà présentés en 1973, dans la même circonscription, Paul Alliès à Sète ou André Fichaut à Brest. Mais cette continuité est rare. Beaucoup de leaders historiques du courant ne sont plus candidats ; émergent des femmes, enseignantes comme Michèle Ernis dans la banlieue rouennaise face à Roland Leroy du PC, infirmières comme Chantal Ammar à Villejuif, dans la circonscription de Georges Marchais. Certaines candidates sont des ouvrières, comme Maïté Astruc, ouvrière à la Saft à Bordeaux. La volonté de présenter des ouvriers est générale, à Tours, à Rouen, à Lyon dans la 12e circonscription du Rhône où se présente Denis Lafontaine, contrôleur à la SNCF, initiateur d’une grève en 1973, à Marseille où la Ligue oppose à Gaston Defferre un éboueur, l’employé municipal Pierre Godard. À Rive-de-Gier (3e circonscription de la Loire), le candidat de la Ligue est Didier Barrollier, ouvrier métallurgiste à Creusot-Loire, dirigeant CGT qui a quitté le PC en 1968, descendant d’une lignée de militants ouvriers26. En cinq ans la Ligue a donc réussi à multiplier presque par deux le nombre de ses candidats, et la profession d’un certain nombre d’entre eux atteste d’un début de prolétarisation. Bien sûr, beaucoup sont des enseignants, et les employés (agents des PTT et de l’EDF) sont plus nombreux que les véritables ouvriers d’industrie.

  • 27 Rq n° 603, 17 mars 1978, p. 2.
  • 28 Nous reviendrons plus en détail sur cette scission, dans le dernier chapitre.

15Cumulés, les votes en faveur de l’extrême gauche et du PSU représentent 3,3 % des suffrages exprimés, mais LO et LCR-CCA-OCT sont en recul par rapport à 1973. Les motifs de satisfaction sont rares. Certes Édouard Renard, candidat LCR, a progressé à Saint-Brieuc obtenant 639 voix (contre 460 en 1973), mais il arrive cependant derrière le PSU et LO27. À Rouen, la préparation de ces élections a abouti à une grave scission, avec le départ de plus de 20 militants, dont certains sont candidats pour la Convergence autogestionnaire, ébranlant gravement un des « bastions » de la Ligue28. Dans les quatre circonscriptions où ils étaient en concurrence, les candidats de la Ligue sont devancés par ceux de la Convergence.

Tableau n° 6 Nombre de candidat(e)s et suffrages obtenus en moyenne par les candidat(e)s LCR et LO aux législatives en 1973 et 1978

Tableau n° 6 Nombre de candidat(e)s et suffrages obtenus en moyenne par les candidat(e)s LCR et LO aux législatives en 1973 et 1978

Sources : Le Monde et Rouge, mars 1973 et mars 1978

  • 29 Très peu de candidats LCR devancent ceux de LO, J.-F. Godchau à Pontoise, P. Alliès à Sète, ce der (...)
  • 30 Le meilleur score des candidat(e) s situé(e) s à l’extrême gauche a été obtenu par A. Laguiller, c (...)

16Les résultats électoraux de l’extrême gauche ne progressent donc pas avec régularité d’une élection à l’autre, et la Ligue a du mal à maintenir ses positions face à ses frères ennemis29. La petite percée réussie ici ou là lors des municipales n’a pas été confirmée30. Il y avait quelque contradiction à se mobiliser intensément pour l’unité des travailleurs et à se présenter devant les électeurs dans un état de division extrême. Mais les militants d’extrême gauche ne sont pas électoralistes. Les élections ne sont pour eux qu’un terrain de militantisme parmi d’autres, et celui-ci n’est pas le plus important.

Le « travail ouvrier » de la ligue

17Parallèlement à la participation aux élections la Ligue ne perd pas de vue ce qui est considéré comme l’essentiel, à savoir l’implantation dans la classe ouvrière. Plus que jamais, il faut militer dans les syndicats et y construire des tendances syndicales « lutte de classe ». C’est seulement par ce moyen que les révolutionnaires pourront disputer aux réformistes l’hégémonie dans les luttes, les militants de la Ligue, en bons léninistes, se situant évidemment par rapport aux masses en tant qu’éclaireurs. La Ligue se tourne plus systématiquement vers les entreprises. Beaucoup de cellules deviennent « ouvrières » même si parfois l’essentiel de leurs membres ne le sont pas. C’est la cellule et le groupe Taupe qui organisent l’intervention dans les syndicats, CGT et CFDT étant privilégiés.

Tableau n° 7 : Répartition des militant(e)s LCR dans les syndicats

Tableau n° 7 : Répartition des militant(e)s LCR dans les syndicats

(Source : Dépouillement du questionnaire ouvrier portant sur 884 militant(e)s, Cahier du BP, mars-mai 1973, APGF).

L’intervention à la CGT

  • 31 BI, CERS, n° 49, 1976. Cette CN prépare une dizaine de congrès (UL, UD, fédérations et syndicats).

18Le militantisme à la CGT est toujours considéré comme une priorité, étant donné l’importance de ce syndicat dans la plupart des grandes usines et secteurs d’activité. Les militants révolutionnaires doivent y être présents et y intervenir de manière concertée. Ce n’est pas seulement par des actions d’éclat que se forgera une direction alternative. Un travail plus obscur de regroupement et de coordination est entrepris. Les réunions de la commission nationale CGT sont mensuelles, durent parfois tout le week-end. Une trentaine de militants, souvent membres du CC, ainsi que responsables de branche en font partie : Max (A. Fichaut) un des rares cadres ouvriers issus du PCI-minoritaire, Dominique (J. Habel), Jamard (le spécialiste de la SNCF), Périer (le cheminot toulousain), Krasno (dirigeant d’une des tendances minoritaires). Cette commission prépare les congrès locaux et nationaux de la CGT31, traite des exclusions, des prises de responsabilité dans l’organisation syndicale.

  • 32 Le syndicat CGT des agents d’exécution (qui représentent 54 % du personnel) est dirigé par des mil (...)
  • 33 BI, BSO n° 6, janvier 1973, p. 3 à 7. Les leçons de la grève EGF de Brest par Max, 10 décembre 197 (...)

19André Fichaut, implanté de longue date à la subdivision de Brest de Gaz de France (4 à 500 salariés), est reconduit depuis des années au secrétariat de sa section CGT32. Or, après la journée nationale d’action du 26 octobre 1972, l’assemblée générale de ce centre EGF vote pour la grève générale, non limitée, avec une seule revendication, une demande d’embauches supplémentaires. Un comité de grève est aussitôt mis en place, composé de 23 salariés considérés comme les plus aptes à diriger le mouvement. La négociation est menée durant quatre jours, le succès est presque total puisque les agents de Brest obtiennent 54 créations de postes sur les 64 demandées. Le maintien d’une démocratie effective tout au long de la grève — le comité de grève siège en public — semble pour A. Fichaut la principale raison du succès33. La grève de l’EGF de Brest est donnée comme exemplaire des méthodes de lutte que la Ligue s’efforce de populariser depuis Mai 68 : assemblée générale, comité de grève élu composé de syndiqués et de non syndiqués. C’est tout naturellement A. Fichaut qui porte les couleurs de l’organisation lors des élections législatives dans la deuxième circonscription du Finistère, celle de Brest, en mars 1973. Il ne fait pas un meilleur score qu’E. Renard à Saint-Brieuc, en n’obtenant que 355 voix, soit 0,50 % des suffrages exprimés.

  • 34 Rh n° 35, 20 octobre 1969.
  • 35 Voir ci-dessus, chapitre 1.
  • 36 Titre du Document rouge n° 7, sans date, 35 p., reproduisant les divers documents de l’affaire Her (...)

20Des situations de ce type sont plutôt rares et même, la « fraction PC », pour reprendre l’expression utilisée par les militants de la Ligue, est accusée d’exercer une véritable hégémonie sur la CGT. Rouge proteste régulièrement contre l’absence de démocratie dans le syndicat, « la chasse aux gauchistes34 ». Cette campagne en faveur du pluralisme dans le syndicat connaît des pics, un premier en novembre-décembre 1970. Gilbert Hernot, secrétaire de l’UL CGT de la vallée de l’Andelle (Eure, près de Pont-del’Arche-Les-Andelys), est au centre de cette affaire. G. Hernot est un militant ouvrier chevronné — il a adhéré à la CGTU en 1934 — métallurgiste, membre du PC. Il le quitte avec éclat le 30 septembre 1970 après l’affaire de Vernon, pour adhérer à la LC. Trois militants ouvriers CGT de Vernon ont été inculpés pour avoir collé des affiches du comité pour la libération des soldats emprisonnés35, et G. Hernot a accusé la direction du PC d’avoir manqué à la solidarité ouvrière élémentaire en refusant de les défendre. Pour la Ligue, cette affaire illustre parfaitement l’existence d’attitudes staliniennes. Au cours de la campagne menée sur cette affaire, on rappelle que « le syndicat est l’arme de tous les travailleurs36 ».

  • 37 Rq n° 11, 7 mai 1974 et Rh n° 268, 4 octobre 1974.
  • 38 La plupart des informations sur le « cas Lafontaine » sont extraites d’une brochure ronéotypée de (...)

21À une deuxième reprise au moins, la LCR a l’occasion de dénoncer le non-respect de la démocratie à la CGT. C’est parce qu’il est révolutionnaire, écrit Rouge le 7 mai 1974, que Denis Lafontaine est exclu de la CGT37. Jeune militant de la Ligue à Lyon, D. Lafontaine est contrôleur de route rattaché à la gare de Lyon-Perrache. Militant à la CGT depuis 1971, il participe activement à la vie syndicale et est élu secrétaire de sa section38. Celle-ci est à l’initiative d’une action de grève des agents de train-contrôleurs de route (ADT-CR) du réseau Sud-Est, du 28 juillet au 1er août 1973. La section CFDT soutient cette action plébiscitée par le personnel (98 % de grévistes). Le but de ce mouvement est d’obtenir les avantages dont bénéficient les roulants, tels qu’une indemnité complémentaire de salaire et la retraite à 50 ans. Très tôt, la direction de la CGT-cheminots met en garde contre les « éléments irresponsables » qui ont signé l’appel à la grève au nom de la CGT, et plus précisément, dans un tract du 11 octobre, contre « le dénommé Lafontaine […] qui n’a aucune responsabilité syndicale ». La réaction de la CGT est d’autant plus vive que les ADT-CR menacent de faire grève pendant les fêtes de Noël. Ils ne parviendront pas cette fois à faire grève contre la volonté de la CGT nationale, mais le sort de Lafontaine est tranché : il est exclu de la CGT le 3 avril 1974 par le conseil syndical de Lyon-Perrache, instance située au-dessus de la section des ADT-CR. D. Lafontaine est exclu pour « s’être servi de la CGT pour faire avancer ses idées politiques ». L’affrontement a été brutal, l’exclusion vient sanctionner la déviance et coupe net tout effort de regroupement de « l’avant-garde ouvrière large » susceptible d’être présente à la CGT.

  • 39 Entretien du 26 avril 2001. Aujourd’hui il est membre de la direction nationale du syndicat CGT de (...)
  • 40 APJPS, carton n° 4, 7 p. ron. sans date, consacrées à la préparation du 40e congrès de la CGT (25 (...)

22Cependant, ce dernier cas n’est pas représentatif à lui seul de la situation des militants de la Ligue à la CGT. La situation est beaucoup plus variée et évolue au cours des années soixante-dix : ainsi il arrive que la divergence sur l’attitude à avoir vis-à-vis des « gauchistes » oppose les militants du PC entre eux. Ces désaccords, et les difficultés du syndicat à renouveler les équipes dirigeantes, expliquent sans doute le maintien ou même la promotion de militants connus comme appartenant à la Ligue à des postes de responsabilité. Ignace Garay, responsable national de la CGT39, explique la tolérance à son égard, alors qu’il est candidat de la Ligue aux élections législatives de 1978 dans la circonscription de Fumel (Lot-et-Garonne), par la nécessité de renouveler les cadres syndicaux — « La fonderie ça use », nous confie-t-il —, et par la volonté de séduire les ouvriers combatifs. Un long texte interne du secrétariat CGT de la LCR évoque « l’attitude de la fraction stalinienne qui oscille à notre encontre entre l’aspiration vers le haut, des propositions de responsabilités et l’isolement, le barrage, voire l’exclusion40 ».

  • 41 Dreyfus (M.), Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p. 288.
  • 42 APJPS, carton n°3, « Rapport CGT présenté au club H. P.Villejuif (94) », 13juin 1974.
  • 43 Dans Cariou (P.), op. cit., entretien, p. 223-231.
  • 44 Rq, 7 décembre 1978. « Le permanent syndical CGT de Dreux “licencié”. Il venait de quitter le PC e (...)
  • 45 Cette intervention directe du PC dans le choix des dirigeants de la CGT au niveau local est une rè (...)

23Michel Dreyfus signale ce souci qu’a la direction de la CGT de lutter contre l’isolement en confiant davantage de responsabilités nationales aux Chrétiens et aux Socialistes, dont le nombre à la commission exécutive passe de trois à sept au congrès de Grenoble (1978)41. Cette attitude bénéficie indirectement aux « gauchistes ». En juin 1974, au moment où Lafontaine est exclu de la CGT, un militant de l’hôpital psychiatrique de Villejuif note le changement d’attitude des communistes42. Mais cette attitude nouvelle et tolérante des directions communistes de la CGT est loin de se vérifier partout. Les anciens comportements peuvent reprendre le dessus. Christian Akermann43 rappelle que le secrétaire général de l’UL CGT de Dreux, Guy Barbin, permanent du syndicat, a été évincé de son poste par des manœuvres lors du VIe congrès de l’UL le 9 novembre 1978 alors qu’une majorité de syndiqués s’apprêtait à le réélire. Il venait d’adhérer à la Ligue44. Or à la suite de la victoire d’une liste d’Union de la gauche largement dominée par le PS (Françoise Gaspard devient maire de Dreux), le PC tient à garder la mainmise sur la CGT locale et n’hésite pas pour ce faire à écarter les militants qui s’opposent à sa ligne politique45.

L’intervention dans la CFDT

24Un des dirigeants de la Ligue, Dick, rappelle l’attitude beaucoup plus positive de la CFDT, en Mai 68, vis-à-vis du mouvement étudiant :

  • 46 Rh n° 55, 9 mars 1970, p. 3, Dick.

À l’inverse de la direction de la CGT, la CFDT n’a pas tenté de discréditer le mouvement étudiant, et d’opposer étudiants et travailleurs46.

  • 47 Georgi (F.), L’Invention de la CFDT, 1957-1970. Syndicalisme, catholicisme et politique dans la Fr (...)
  • 48 Ibid., p. 574.
  • 49 La CFDT aurait enregistré un progrès de 21 % de 1967 à 1969, Georgi (F.), op. cit.

25Peu après les événements, la CFDT manifeste son souci de tenir compte des expériences vécues sur les lieux de travail occupés47. Elle est désireuse de faire participer les travailleurs à la détermination des modalités de l’action syndicale48. Ceci explique l’attrait exercé par la CFDT sur les jeunes et la vague d’adhésions importante dont bénéficie ce syndicat49. Toutefois la direction de la Ligue émet rapidement des réserves sur la direction du syndicat.

  • 50 La Fédération générale des fonctionnaires CFDT, le 11 octobre 1969, puis la Fédération EDFGDF sign (...)
  • 51 Rh n° 55, mars 1970, p. 4.
  • 52 Rh n° 60, 21 avril 1970, p. 5.
  • 53 Ces militants, actifs en mai 68 à Nantes en particulier, peuvent être qualifiés de « conseillistes (...)
  • 54 Georgi (F.), op. cit., p. 589-590.
  • 55 Rh n° 64, 18 mai 1970, p. 6-7, compte rendu du congrès, photo de Krumnow. Rouge lui rend un bel ho (...)
  • 56 Rh n° 89, 23 novembre 1970, p. 3.
  • 57 Rh n° 124, 20 septembre 1971.
  • 58 Reproduction des lettres dans Rh n° 151, 1er avril 1972.

26Lors du 35e Congrès de la CFDT en mai 1970, la Ligue définit sa position à son égard, par le biais de Rouge notamment. Le 26 janvier 1970 une lettre de militants anonymes donne le ton. Sous couvert de « socialisme démocratique » la direction de la Confédération est accusée de vouloir moderniser un capitalisme demeuré longtemps archaïque. Ces critiques sont reprises et amplifiées par Dick dans une série d’articles accusant la CFDT d’avoir signé les contrats de progrès proposés par le gouvernement Chaban-Delmas50, d’avoir soutenu au deuxième tour des élections présidentielles de 1969, « le bourgeois Poher »51. La direction confédérale est accusée d’être passée d’une idéologie catholique sociale à une idéologie et à une stratégie réformistes52. La preuve la plus manifeste de ce réformisme est le choix fait par Jacques Delors, ancien conseiller économique de la CFDT, d’entrer dans le cabinet de J. Chaban-Delmas, ministre gaulliste. Rouge précise qu’il ne fait pas l’amalgame entre la direction de la CFDT et ces nombreux militants ouvriers « honnêtes » qui l’ont rejointe. Par ailleurs la Ligue se félicite de voir émerger une opposition lors du congrès, mais elle n’est encore que spectatrice, son implantation étant trop modeste. La seule tentative d’organisation de l’extrême gauche émane des Cahiers de Mai53. Ne représentant qu’une très faible minorité d’adhérents — 2 à 3 % — ils prônent la création de comités de grève au moment des conflits54. Au document d’orientation majoritaire défendu par André Jeanson, se sont opposés deux textes, celui de Jean Monnier (Pays-de-la-Loire, Bretagne, Union de la région parisienne et SGEN) et celui de Fredo Krumnow (Hacuitex, Service, PTT)55. C’est cette dernière sensibilité qui intéresse la Ligue, car elle analyse la société capitaliste comme une société de classes. Conjugué avec le travail des militants révolutionnaires dans la CGT, ce « courant gauche » peut jouer un rôle capital, estime M. Thomas, pour peu « qu’il clarifie ses perspectives au contact des organisations révolutionnaires56 ». Il y a là une volonté clairement affirmée d’instrumentaliser la CFDT, ce qui ne peut que faire monter la tension entre la Ligue et la direction confédérale. A. Bengochea s’adresse directement à E. Maire, le nouveau secrétaire général, à propos du droit de tendance qu’elle voudrait voir s’institutionnaliser dans la CFDT, moyen pour que les travailleurs s’éduquent, se préparent à la démocratie socialiste57. Assez vite la direction confédérale s’émeut. La tension ne cessant de croître, A. Krivine demande une rencontre au Bureau confédéral de la CFDT, le 13 mars 1972. Celui-ci répond positivement et la rencontre a lieu le 15 mai58. La Ligue s’en félicite et se réjouit en particulier de la rage du PCF, sa stratégie du cordon sanitaire autour des « gauchistes » étant remise en question. Le climat de la réunion est fraternel.

  • 59 Quelques mois plus tôt, A. Lepert avait par ailleurs été candidat PSU aux élections municipales.
  • 60 Rh (n° 176, 21 octobre 1972, n° 188, 20 janvier 1973) fait état de l’exclusion de deux militants L (...)

27Mais cette volonté de pacification mutuelle est vite remise en question. Le contentieux opposant les militants de la Ligue et la direction de la CFDT de Haute-Normandie, dont le secrétaire est André Thiollent, est important. À la fin de l’été 1972 éclate une grève à Baroclem, une usine située dans l’agglomération rouennaise, à Grand-Quevilly. Cette entreprise fabrique essentiellement des batteries, notamment pour Renault. Elle emploie 450 ouvriers dont beaucoup de jeunes, de femmes, d’immigrés. À côté d’une section CGT classique, dominée par le PC, se développe une section CFDT combative, bien que très minoritaire au début du conflit (une dizaine d’adhérents). Malgré cela, la grève éclate le 31 août, illimitée et avec occupation, pour des augmentations de salaires, contre les brimades et les sanctions. Très vite le patron, qui veut pouvoir continuer à approvisionner Renault, cède sur les salaires, octroyant des augmentations de 4 à 6 %. Dès lors, les responsables des Unions Métaux CGT et CFDT et les militants du PC de l’entreprise, appellent à la reprise. Elle est votée après sept jours d’occupation, malgré une minorité décidée à poursuivre. Encouragée par la Lutte Continue, bulletin local de la Ligue, cette minorité dénonce les dirigeants syndicaux, parle de « trahison ». L’un d’entre eux, A. Lepert, permanent de l’Union des Métaux CFDT, ayant été empêché d’entrer dans l’usine occupée par des syndicalistes CFDT, c’est la guerre ouverte59. L’Union CFDT des Métaux suspend la section Baroclem et exclut Moury, principal animateur de la grève et de la section. La Ligue se solidarise avec ces militants minoritaires et combatifs, qui en appellent à la commission d’arbitrage de la CFDT. Ce conflit est caractéristique de la dégradation des relations entre la Ligue et les gauchistes en général60 et une direction de la CFDT sensible au renforcement de la crédibilité de la voie réformiste après la signature du Programme commun.

  • 61 Cours-Salies (P.), La CFDT, un passé porteur d’avenir, Paris, La Brèche, 1988.
  • 62 BI, CERS, n°49, 1976, « Bilan CFDT », p.8.
  • 63 Cours-Salies (P.), op. cit. et Rh n° 208, 8 juillet 1973, p. 5.
  • 64 Dont 50 membres de la LCR et 10-15 sympathisants proches, précise le BI CERS n° 49, 1976.
  • 65 Rh n° 193, 3 novembre 1976.

28Les « gauchistes » sont de moins en moins bien supportés par les dirigeants syndicaux. Au 36e Congrès de la CFDT (Nantes, 30 mai-3 juin 1973), E. Maire amalgame la Ligue et les courants mao-spontanéistes, qu’il qualifie d’anti-syndicaux61. Lors de ce congrès les militants de la Ligue réussissent à obtenir une vingtaine de délégués62. Au cours du débat sur les comités de grève, un amendement déposé par eux obtient 15 % des voix. Présenté par le syndicat de l’Assistance publique, il est soutenu par Jean-Claude Peyssy des PTT-Rouen et par René Le Bris des PTT-Bureaux-gares Paris63. Dans son bilan du congrès, Rouge déplore le ralliement de la CFDT à la stratégie du passage progressif au socialisme. L’intervention des militants de la Ligue à la CFDT se poursuit : ils renforcent leur implantation dans leurs secteurs de prédilection que sont les PTT, les banques ou la santé. Leur amendement sur les syndicats de soldats obtient 19 % des voix lors du 37e congrès d’Annecy, en mai 1976. Le nombre de leurs délégués s’est accru, ils sont désormais entre 60 et 65, au lieu de 2064. Au cours de ce congrès, E. Maire égratigne les « coucous » de l’extrême gauche, incapables de « traduire une théorie politique en pratique de masse ». Dans une déclaration ultérieure, il avertit qu’ » en cas de victoire de la gauche, nous nous refuserons à être de simples comparses de l’extrême gauche dans une attitude de débordement », et il ajoute « ou des grands partis de gauche dans une attitude d’intégration65 ».

  • 66 Rh n° 317, 10 octobre 1975, p. 9.
  • 67 Rh n° 325, 5 décembre 1975, p. 10-11.
  • 68 Rh n° 300, 16 mai 1975, p. 7.
  • 69 Rq, n° 211, 25 novembre 1976, p. 5. Interview reproduite dans son intégralité par les Cahiers de l (...)
  • 70 Cours-Salies (P.), op. cit.
  • 71 Ibid., p. 8.

29Si la tension est souvent vive entre militants de la Ligue et dirigeants de la CFDT, le dialogue se poursuit toutefois. Les dirigeants des fédérations dites de « gauche » accordent volontiers des interviews à Rouge, ainsi le secrétariat d’Hacuitex66 ou celui de la fédération construction-bois67. Certains comme J.-P. Escolar, secrétaire de la fédération bâtiment, écrivent à Rouge68. Cette attitude ne se limite pas à des secteurs marginaux ou « gauches » du syndicat, puisque Gilbert Declercq donne une longue interview à Rouge, fin novembre 197669. Le 24 novembre 1976, a lieu une nouvelle rencontre au sommet à Paris entre D. Bensaïd, H. Weber, Jean Métais et René Yvetot pour la Ligue et Pierre Rosanvallon, Jacques Moreau, P. Texier et G. Garnier pour la CFDT. Ces derniers ne sont pas tendres pour la LCR : ils rappellent que les conceptions léninistes des rapports partis-syndicats sont incompatibles avec la conception CFDT, mais le débat se poursuit, les rapports sont maintenus. Un des dirigeants de la Ligue, Pierre Cours-Salies, consacrera sa thèse de doctorat à la CFDT. Publiée aux éditions de La Brèche en 198870, elle est accompagnée d’une postface de Gilbert Declercq, d’une interview d’Albert Détraz, dirigeant confédéral de 1958 à 1974, et d’une préface d’Eugène Descamps, secrétaire général de 1961 à 1971, en forme d’hommage71.

  • 72 Georgi (F.), op. cit., p. 562.

30Malgré les désaccords, les contentieux, une estime réciproque est née entre des militants issus de deux traditions différentes. Comme l’explique Frank Georgi, le fait que les militants de la CFDT aient été à la recherche d’une idéologie de substitution à la morale sociale chrétienne abandonnée en 1964, les rendait « idéologiquement disponibles72 ». Ils n’ont pas pour autant succombé aux sirènes du trotskysme, mais ils ne sont pas non plus lancés dans une chasse aux sorcières, faisant preuve de tolérance.

Lip : « la divine surprise »

31C’est par ces deux mots, qu’on peut résumer l’état d’esprit des militants de la Ligue confrontés aux événements qui vont agiter Besançon et, au-delà, toute la France à partir du mois d’avril 1973.

  • 73 LC, « Lip, un pas vers la révolution », supplément à Rh n° 231, 30 novembre 1973, 36 p.

32Malgré le rachat de Lip, célèbre entreprise familiale d’horlogerie par l’entreprise suisse Ebauches SA en 1971, les comptes ne cessent de se dégrader. À la mi-avril, après la démission du PDG, les administrateurs provisoires annoncent qu’il va falloir se résoudre à des suppressions d’emplois. L’usine Lip, sur le site de Palente, emploie 1.300 personnes. Dès lors se déploie une lutte ouvrière dont les caractéristiques principales sont l’inventivité, la radicalité, le souci de démocratie. De la divulgation de dossiers que la direction aurait voulu garder secrets à la réduction des cadences, en passant par la retransmission des discussions du comité d’entreprise, le 12 juin, aux travailleurs réunis à l’extérieur grâce au micro placé dans la salle, c’est toute une conception nouvelle de la lutte qui s’affirme. Mais la décision la plus audacieuse consiste à remettre l’usine en marche, à vendre les montres dans toute la France, et à verser les salaires aux travailleurs. À Lip « on fabrique, on vend et on se paye ». Et quand les pouvoirs publics décident, au cœur de l’été, le 14 août 1973 à 6h15, de faire intervenir les CRS pour déloger les travailleurs de l’usine, ceux-ci ne se découragent pas. Ils ont déjà transféré en lieu sûr leur « trésor de guerre », c’est-à-dire le stock de montres, les machines essentielles. Ils continuent le combat à partir du gymnase Jean Zay mis à leur disposition par la municipalité socialiste de Besançon, suscitant un très important mouvement de solidarité dans le pays. Pour la Ligue, Lip c’est « un pas vers la révolution73 », une extraordinaire leçon d’insolence ouvrière.

  • 74 Dans Rouge, hors-série, 1988. Dans une interview, Nicolas Bultot, militant syndical et politique à (...)
  • 75 Rh n° 22 annonce la tenue d’un meeting Krivine (100 personnes) lors de la campagne présidentielle (...)
  • 76 Dans son livre, Lip (Stock, 1973), Piaget (Ch.), né en 1928, explique être entré à l’Union de la G (...)
  • 77 D’après Beurrier (J.), « La mémoire des Lips », mémoire de maîtrise, université de Paris I, 1992.
  • 78 Nous en avons compté 6, n° 210, du 215 au 218, n° 227.
  • 79 Rh n° 228, 9 novembre 1973, p. 6-7, Rq n° 42, 4 mai 1976.
  • 80 APGF, compte rendu du CC, « Bilan de la marche sur Besançon », sans date (hypothèse fin 1973), 10 (...)

33Face à la conduite de cette lutte, une fois n’est pas coutume, Rouge et la Ligue sont presque inconditionnels. Or la Ligue n’est pour rien ni dans son déclenchement ni dans sa conduite. Il y a bien une intervention de la Ligue — et même avant 1968 de la JCR — à Besançon, mais elle a lieu surtout dans la jeunesse scolarisée et sur l’usine Rhodiaceta74. Les rares meetings tenus par la Ligue à Besançon ont réuni de 100 à 200 personnes75. À Lip, la Ligue est totalement absente. Les principaux animateurs de la lutte, Charles Piaget et Roland Vittot, sont militants du PSU76. Jean Raguenès, OS et dominicain, l’animateur du Comité d’Action (CA), est sympathisant de l’extrême gauche, tout comme Jacqueline Buffet. Le seul militant organisé à l’extrême gauche ayant un rôle important dans le conflit, Henri Beniaux, est au PCR maoïste. Mais il est surtout délégué CFDT, comme les principaux animateurs du conflit. Très peu de salariés de Lip ont une affiliation politique, les gens de gauche ne sont que sympathisants77. La Ligue décide, elle si souvent donneuse de leçons, de se mettre au service d’une lutte… si bien menée. Rouge valorise ce combat. Jamais peut-être le journal n’aura consacré autant de unes à une même question78. Il interviewe Ch. Piaget deux fois79. Une pittoresque bande dessinée réalisée par Wiaz et Piotr, Les Hors-la-loi de Palente, est diffusée par les militants de la Ligue en 1974. L’AGOL des théoriciens de la Ligue, pas toujours facile à identifier dans les conflits ordinaires, semble véritablement exister à Lip. Dans un bilan de la marche sur Besançon (29 septembre 1973), la direction de la Ligue se félicite des « phénomènes d’auto-organisation » de la classe ouvrière observés au cours de cette grève80. La participation des travailleurs à la gestion de la lutte, le contrôle des délégués syndicaux, sont des pratiques considérées comme très positives. Cependant l’élection d’un comité de grève aurait été souhaitable. Malgré cette réserve, la Ligue apporte un soutien sans faille à Ch. Piaget. Nous avons vu qu’elle a proposé un moment qu’il soit candidat aux élections présidentielles en 1974.

  • 81 Rh n° 294, 4 avril 1975, utilise cette expression à propos de la lutte des ouvriers d’Everwear, à (...)
  • 82 Les 95 ouvrières de l’entreprise Cousseau en grève contre le licenciement de leur déléguée CFDT, f (...)
  • 83 Le dossier de 4 pages consacré par Rouge à ce conflit est intitulé « Les fruits de Lip », n° 283, (...)
  • 84 Rh n° 317, 10 octobre 1975, « Ideal Standard. On occupe, on vend ».
  • 85 Mandel (E.), Contrôle ouvrier, conseils ouvriers, autogestion, Paris, Maspero, coll. « Poche rouge (...)

34Subjugués, les militants de la Ligue s’efforcent d’encourager « l’esprit de Lip81 », le voyant à l’œuvre chez les filles de Cerizay (Deux-Sèvres)82, aux établissements Piron à Bretoncelles (Orne)83ou encore, à Ideal Standard à Dammarie-les-Lys, en région parisienne84. Ces luttes relancent le débat sur l’autogestion. E. Mandel réédite les principaux textes historiques sur la question85. Dans sa préface, il distingue le « contrôle ouvrier », qu’il faut revendiquer au sein du régime capitaliste et « l’autogestion ouvrière », qui se réalisera après le renversement du règne du capital. Croire que l’autogestion est possible en régime capitaliste est dénoncé comme une dangereuse illusion. Les lois du marché imposent leur tyrannie et condamnent à l’échec toute tentative d’autogestion.

Le travail immigré

35Tout en s’intéressant au cœur de la « classe » les militants de la Ligue se préoccupent très tôt des travailleurs immigrés. L’internationalisme auquel ils se réfèrent les y prédispose. Toutefois contrairement à certains courants « gauchistes », aux maoïstes, ils ne parent pas les travailleurs immigrés de toutes les vertus révolutionnaires. Ils ne voient pas en eux la relève d’une classe ouvrière embourgeoisée.

Un effort de centralisation du travail immigré

  • 86 Rh n° 66, 1er juin 1970, p. 4.
  • 87 APJPS, carton n° 9, circulaire, novembre 1971, 1 p. ron. Expéditeur : Commission de branche Travai (...)
  • 88 Ibid., circulaire, 22 septembre 1972, 3 p., Expéditeur : BP. Une circulaire beaucoup plus tardive, (...)
  • 89 Dans Groupe d’Information et de Soutien des Travailleurs Immigrés (GISTI), Le Petit livre juridiqu (...)

36Nous trouvons mention d’une cellule Travailleurs immigrés, dans le XIIIe arrondissement de Paris, en juin 197086. La Ligue met en place une commission interne Travailleurs immigrés en 1971. Elle est chargée de coordonner les différentes expériences en cours87. En dépit de ces efforts et de la désignation de responsables comme Tom, Ben ou Gabriel, l’intervention piétine88. Par contre l’organisation Révolution ! est réputée « travailler avec les immigrés89 ».

  • 90 Ce que veut…, op. cit., p. 159-160, ou Rh n° 142, 29 janvier 1972, p. 5 : « Trois millions d’immig (...)
  • 91 Ibid. p. 160.
  • 92 LCR, Oui le socialisme !, op. cit., p. 43.

37Il faut que le BP prenne lui-même en charge l’intervention sur la circulaire Fontanet de 1972. Cette circulaire prévoit de conditionner l’obtention de la carte de séjour à celle du contrat de travail. Le BP envoie aux villes des modèles de tracts, annonce des traductions en espagnol, portugais, arabe. Immigrés et Français sont exploités par les mêmes patrons et la propagande, qualifiée de raciste, qui fait des immigrés les responsables du chômage qui se développe, est combattue systématiquement90. Le discours de la Ligue, qui ne variera pas sur ce point, insiste sur le harcèlement que subissent les immigrés, de la part de la police en particulier. En 1972, le Manifeste du CC demande le droit de vote pour les travailleurs immigrés91, revendication réitérée dans le programme de 197892.

Une intervention sur les foyers plus que sur les entreprises

  • 93 Rh n° 146, 26 février 1972, p. 4-5.
  • 94 Rh n° 147, 4 mars 1972, p. 14-15, n° 162, 17 juin 1972, p. 5.

38En février-mars 1972, la Ligue est totalement absente des deux conflits emblématiques pour les immigrés. Presque simultanément, les salariés à majorité immigrés de deux entreprises, Pennaroya à Lyon et Girosteel au Bourget, entrent en lutte. Ce sont des entreprises du secteur de la métallurgie, de taille moyenne (120 et 200 ouvriers), fonderie de plomb pour Pennaroya et laminage à froid pour Girosteel. Les conditions de travail y sont particulièrement difficiles, à Pennaroya des maladies graves sont occasionnées par la poussière de plomb93. La lutte menée par des sections syndicales CFDT récemment créées est longue et dure, avec occupation de l’usine. La Ligue se contente de soutenir cette lutte94, reconnaissant qu’à Lyon le rôle des militants des Cahiers de Mai a été décisif.

  • 95 Rh n° 135, 4 décembre 1971, n° 246, 15 mars 1974.
  • 96 Nombreux articles dans Rouge, du numéro 317 de Rh, 10 octobre 1975 au numéro 256 de Rq, 25 janvier (...)
  • 97 APJPS, carton n° 9, brochure du comité de coordination des foyers Sonacotra en grève, 20 pages, co (...)

39Rouge est plus à l’aise pour populariser la lutte des travailleurs immigrés contre les augmentations de loyers, imposées par les propriétaires de foyers d’accueil. En fait, ce sont souvent de véritables taudis loués par des propriétaires sans scrupules, souvent de même nationalité que leurs locataires. De la grève des loyers des résidents du foyer Bisson dans le XXe arrondissement de Paris au début des années soixante-dix à celle des résidents du foyer Mathurin Moreau (XIXe), Rouge mène campagne sur la longue durée contre les marchands de sommeil95. La lutte la plus longue, la plus massive aussi (plus de 30 foyers concernés), oppose les résidents immigrés à la Société nationale de construction pour le logement des travailleurs (Sonacotra96). Les locataires refusent les hausses de loyers répétées, 15 % en 1974, 15 % à nouveau en 197597, protestant contre un règlement intérieur désuet et une logique comptable qui amène les responsables à faire payer aux locataires les loyers des chambres inoccupées.

  • 98 APJPS, carton n° 9, BI, 20 p. ron., environ 1978, rédigé sur demande du CC par Ben, Griot, Morel, (...)

40Un long texte interne de la fin des années soixante-dix critique cette intervention exclusive sur les foyers, au détriment d’un travail sur les entreprises. La désertion de ce terrain n’a pas permis de donner la priorité à l’engagement nécessaire des travailleurs immigrés dans les syndicats98. Cela est déploré à plusieurs reprises, l’organisation de tous les travailleurs dans le même syndicat étant le seul moyen pour unifier la « classe » dans son combat pour ses droits.

L’attitude pragmatique vis-à-vis des organisations autonomes d’immigrés

  • 99 Elle fut fondée en 1961 par Sally N’Dongo, employé comme manœuvre par la mairie de Puteaux, décédé (...)
  • 100 Rh n° 134, 27 novembre 1971, p. 10.
  • 101 In Rh n° 232, 7 décembre 1973 et Afrique en lutte n° 1, novembre 1972, p. 12.

41Ceci dit, se développent un certain nombre d’organisations autonomes d’immigrés, par nationalité, Comité des Travailleurs Algériens (CTA), Association des Marocains en France, ou Union Générale des Travailleurs Sénégalais en France (UGTSF)99. Tout en voyant les dangers de telles structures qui risquent de freiner l’intégration de ces travailleurs dans la classe ouvrière, la Ligue fait preuve de pragmatisme. Dans ces organisations s’opère parfois la jonction entre travailleurs et étudiants de même nationalité, ce qui peut permettre la formation de futurs cadres politiques pour les pays d’origine. La Ligue entretient des relations avec certaines de ces organisations. Un dialogue est noué avec Sally N’Dongo. Dans un premier entretien, Rouge lui permet de répondre aux accusations lancées contre lui par Révolution qui l’accuse de collaboration avec l’ambassade du Sénégal et de mollesse100. Le « compagnonnage » de Sally N’Dongo avec la Ligue, au moins pour un temps, est confirmé par deux autres entretiens, dans lesquels il parle de « justice bourgeoise », de « néo-colonialisme », vocabulaire connoté qui n’est pas pour déplaire à la Ligue101.

  • 102 Afrique en Lutte n° 0, 29 janvier 1972, 10 p. ron. Ce bulletin créé par la Ligue, mensuel ou bimen (...)
  • 103 D’après le témoignage de Pierre Jeanne recueilli au Havre, le 4 avril 2002
  • 104 APJPS carton n° 9 BI 20 p. ron., environ 1978, op. cit., p. 19-20.

42Très vite la Ligue s’oriente vers la fraction la plus politisée et la plus intellectuelle de l’immigration. Ses liens semblent anciens avec les étudiants de la Fédération des Étudiants d’Afrique Noire Francophone (FEANF). Elle est très au fait des débats qui la traversent102. Les sympathisants sont regroupés dans les comités Afrique en lutte. Au Havre était rédigé et distribué dans les foyers un Afrique en lutte Le Havre. Un Marocain et trois Sénégalais ont rejoint la LCR quelque temps. De retour au pays, certains de ces derniers contribuèrent à créer une organisation, le Groupe Ouvrier Révolutionnaire (GOR), organisation sympathisante de la QI103. En France, une fois militants, ils deviennent membres des cellules de l’organisation. Il est hors de question de créer des « cellules ghettos, isolées, incontrôlées ». Elles ont plusieurs inconvénients. Elles sont accusées de freiner l’entrée de ces préoccupations dans l’intervention ouvrière ou étudiante, et en isolant les immigrés du reste de l’organisation, elles ne permettent pas à ceux-ci d’assimiler la « ligne syndicale104 ». Tout au plus peut-on envisager la création d’une commission immigrée sous la responsabilité de la direction de l’organisation. Les militants ne se sont pas désintéressés des travailleurs immigrés en France, mais le travail dans ce secteur a eu des résultats modestes.

Les autres fronts : à la recherche de l’avant-garde large

Le « travail enseignant »

  • 105 Cahier Rouge, document de formation n° 13, rédigé par la cellule enseignante de Toulouse.
  • 106 Bulletin de la Commission Nationale Enseignante (CNE). Son rythme irrégulier et sa présentation ma (...)
  • 107 L’Antidote n° 7, novembre-décembre 1972, Bouyer (M.), « Laïcité et lutte de classes, hier et aujou (...)
  • 108 L’Antidote, numéro spécial, janvier 1973, 23 p.
  • 109 Ce que veut…, op. cit., 1972, p. 106-118.

43L’intervention dans le milieu enseignant est accompagnée d’une importante réflexion sur l’école. En novembre 1969, la brochure Pédagogie et crise de la bourgeoisie s’efforce de dissiper toute illusion sur les effets libérateurs d’une école décrite plutôt comme « conservatrice des privilèges sociaux105 ». Cette réflexion se poursuit en particulier dans les colonnes de L’Antidote, bulletin enseignant de propagande communiste, qui paraît à la rentrée de septembre 1971106. Michèle Bouyer, auteur de l’article sur la laïcité, reconnaît que l’école a transmis des connaissances utiles mais en même temps elle a eu le souci de « moraliser les masses107 ». Les lois scolaires des années 1880 ont eu pour conséquence de diffuser le credo de la bourgeoisie, exaltant la patrie, la propriété, le conformisme social. Il est vain de penser qu’en démocratisant cette école, comme le propose le PC, on luttera pour les intérêts du prolétariat. Mais la solution n’est pas non plus dans la destruction de l’école, comme le propose Ivan Illich, auteur d’Une Société sans école108. L’auteur reconnaît du brio à cette charge très pessimiste contre l’école, mais note son simplisme, son caractère utopique. Elle en conclut qu’il faut réfléchir avant de détruire l’école actuelle. Ce sont surtout les observations de Baudelot et Establet, (dans L’École capitaliste en France) qui sont validées : l’école divise par ses filières plus qu’elle ne libère, en rien elle n’est en elle-même progressiste, libératrice. On retrouve l’empreinte des idées des deux sociologues dans le premier programme publié par la Ligue109. Et il semble illusoire de penser remédier à ces défauts par l’innovation pédagogique.

  • 110 Un livre développe les conceptions de la Ligue sur l’école, L’École de Jules Ferry est morte, Pari (...)

44Donc ni extrémisme gauchiste ni illusions réformistes. La Ligue refuse la sélection, le dressage, sans pour autant encourager ses militants à fuir l’institution scolaire110. Et surtout, même si elle refuse de caractériser l’école comme libératrice, elle ne rejette pas « l’héritage culturel ». Il s’agit de se l’approprier. Bien sûr les luttes sont encouragées, de même que le militantisme dans les syndicats enseignants, cependant la Ligue n’interdit pas à ses militants enseignants de se soucier des problèmes pédagogiques.

L’École Émancipée toujours réaffirmée comme cadre des luttes

45Sur la longue durée, la majorité de la Ligue maintient le cap. La nécessité du travail syndical dans le cadre de la FEN et de l’EE est réaffirmée. Un projet de thèses sur le travail enseignant pour le 2e congrès de la LCR (1976) le fait en des termes presque identiques à ceux utilisés en décembre 1969 et décembre 1972 :

  • 111 APJPS, carton n° 8, « projet de thèses sur le travail enseignant (majorité du secrétariat) », 1976

[Il faut] renforcer, développer l’EE, dont les références générales correspondent largement à notre projet, sans compter les références antimilitaristes, internationalistes et antistaliniennes qui constituaient un acquis dès le départ111.

  • 112 Ibid., texte Cranac’h (Tarbes), 27 janvier 1976.

46Cependant cette volonté de militer aux côtés d’autres courants politiques présents dans l’EE a suscité dans la LCR de très dures critiques de la part d’une minorité. À propos de l’attitude adoptée vis-à-vis de l’EE, Cranac’h (André Bleuzet, d’abord enseignant à Tarbes puis à Melun) parle de « tacticisme […] opportuniste et dérisoire », « d’unanimisme diplomatique ». Le risque est de faire de l’EE une amicale où se retrouvent périodiquement les militants ayant comme point commun le refus du stalinisme, une organisation hétérogène donc, peu apte à intervenir efficacement. Il envisage un « bon » éclatement de l’EE, car pour lui en effet si l’EE a été une « structure unitaire défensive de courants écrasés par le stalinisme », elle a aussi abrité « derrière l’antistalinisme, des anticommunistes réels112 ».

  • 113 Ibid, « Projet de thèses sur le travail enseignant », 1976.
  • 114 Les groupes départementaux sont les organes de base de l’EE, le Collège national assurant leur coo (...)
  • 115 Ibid., Volnay, « Pour organiser notre travail syndical dans le Sgen », une p. r.-v., juillet 1976.

47On assiste d’ailleurs à une évolution des pratiques et des conceptions au cours de ces années. L’EE apparaît de plus en plus de manière autonome dans les luttes, sortant de son rôle classique de tendance n’intervenant qu’au sein de la FEN. Cette évolution, même s’ils considèrent qu’elle recèle des dangers, certains militants ultra-gauche pouvant être tentés de faire de l’EE un « regroupement de révolutionnaires intervenant tous azimuts », semble inéluctable à une majorité de militants113. Bientôt d’ailleurs des Groupes Départementaux (GD)114s’ouvrent aux non syndiqués, aux adhérents du SGEN et aux membres de la tendance révolutionnaire du Syndicat National de l’Enseignement Technique et Professionnel (SNETP-CGT). Plusieurs militants de la Ligue font le choix de militer au SGEN, un syndicat qui, appartenant à une confédération ouvrière, la CFDT, permet un travail interprofessionnel115. D’autres militants, professeurs ou surveillants dans les CET, participent à la tendance révolutionnaire du SNETP-CGT, tendance non statutaire qui regroupe depuis la rentrée 1972 des enseignants d’extrême gauche opposés à la direction du syndicat.

  • 116 Rq n° 100, 15 juillet 1976, p. 5.

48Malgré les difficultés qui peuvent surgir dans certains GD, l’EE reste le cadre privilégié de militantisme pour les enseignants de la Ligue. Grâce à un reportage sur la semaine École émancipée de juillet 1976, les lecteurs de Rouge sont informés de manière détaillée et fort positive sur la vie de la tendance. Les 400 militants ou membres présents à Sanguinet dans les Landes, tentent d’inventer un nouvel art de vivre ensemble, s’organisant en coll ectifs de 50 personnes pour les tâches de la vie quotidienne et permettant aux enfants, nombreux, de s’autogérer. L’auteur du reportage insiste sur l’importance de la tendance (2 à 3.000 cotisants, 3 à 4.000 abonnés à la revue) et signale l’intervention militante sur le Tour de France pour dénoncer le sport de compétition116.

Les actions contre l’Inspection

  • 117 Ce que veut…, op. cit., p. 114.
  • 118 LCR, Oui le socialisme !, op. cit., 1978, p. 183.

49La méfiance vis-à-vis de l’Inspection est ancienne chez les militants de la Ligue. Ils ne perçoivent pas du tout l’Inspection comme moyen de régulation du système d’enseignement. Pour eux, les inspecteurs sont les représentants du pouvoir et, à ce titre, accusés d’être les agents de la rentabilisation de l’Éducation nationale et les défenseurs de l’ordre moral. Le premier programme de la Ligue appelle en termes généraux à la « lutte contre les inspections diverses117 », celui de 1977 va plus loin demandant à la « dissolution des corps d’inspection », pour favoriser l’autonomie et la prise de responsabilité des enseignants118.

  • 119 Rh n° 293, 28 mars 1975, p. 18, rendant compte du congrès du SNES, note l’opposition de la directi (...)
  • 120 Paris-Normandie, 10 avril 1973, Lutte Continue n° 82, supplément à Rh n° 200, 13 avril 1973, et Rh (...)
  • 121 Rq n° 40, 30 avril-1er mai 1976.
  • 122 Rq n° 196, 6-7 novembre 1976 et n° 198, 9 novembre 1976.

50Les militants de la Ligue participent à la lutte contre l’Inspection, privilégiant le refus collectif de cette dernière et tentant, en vain, de faire reprendre cette revendication par les syndicats enseignants119. En avril 1973, les militants rouennais se mobilisent en faveur de Françoise Ruffier, directrice du collège Claude Bernard et militante du SGEN, menacée de suspension pour avoir participé, en réunion syndicale, à la rédaction d’un texte critique concernant le problème de l’inspection120. Mais c’est avec l’affaire Papinski que cette lutte est portée sur le devant de la scène. Papinski est instituteur à Homécourt (Meurthe-et-Moselle). Promu professeur d’anglais (PEGC français-anglais) et rétrogradé après un rapport d’inspection défavorable, il entreprend de contester cette décision, publiant un pamphlet, Le Boui-boui, en mai 1974. Il est aussitôt révoqué puis radié de l’Éducation nationale par la commission paritaire, les représentants du personnel s’associant à cette mesure. Dans les mois qui suivent se met en place un comité de soutien, à l’initiative de l’EE. Des militants brûlent publiquement leur rapport d’inspection. Les militants de la Ligue sont partie prenante de ce combat contre l’inspection, auquel Rouge fait écho. Des « Six heures contre l’inspection » sont organisées, selon une formule désormais célèbre121. À propos du suicide d’une jeune enseignante sans emploi, Renée Boudouresque, Rouge évoque l’arbitraire du jugement de l’inspecteur, « qui juge en une heure des années de travail » et demande l’abrogation de cette « institution archaïque et répressive122 ».

Pour le réemploi des maîtres auxiliaires

  • 123 Rq n° 261, 31 janvier 1977, p. 4.
  • 124 Rq n° 44, 6 mai 1976, p. 5. Le journal publie de larges extraits d’un contre-rapport réalisé par l (...)

51La sensibilité au problème des non-titulaires, instituteurs remplaçants dans le premier degré ou maîtres auxiliaires du second degré, est vive dans les rangs de la Ligue, d’autant plus que beaucoup de ses militants appartiennent à cette catégorie professionnelle. Bien sûr la méfiance est de rigueur vis-à-vis des concours de recrutement des enseignants. Rouge note le malthusianisme du ministère, « 2 % de reçus123 », et évoque même « le scandale des concours124 », mais on ne peut pas dire qu’il y ait campagne systématique contre ce mode de recrutement, ni réflexion de fond. On se contente de militer pour le réemploi et la titularisation des auxiliaires. La lutte est double, combinant le militantisme à l’intérieur des syndicats et la lutte externe, par la mise en place de comités pour le réemploi des auxiliaires organisant des manifestations spécifiques devant les rectorats ou les inspections académiques. La mobilisation est intense dans l’Ouest en 1972-1973, Rouge rend compte de manière positive de ces « grèves sauvages » impulsées par des « comités de défense des auxiliaires ». Même si dans les départements de l’Ouest les militants anarcho-syndicalistes de l’EE ont un rôle prépondérant, les militants enseignants de la Ligue prennent une part active à ces mobilisations.

Les pratiques pédagogiques des militant(e)s de la Ligue

  • 125 L’Antidote, op. cit.
  • 126 APJPD, Liaison rouge, septembre 1994, bulletin de la section de Dijon de la LCR.
  • 127 Ibid., EE 21, septembre 1994, « Danièle Debourdeau, militante syndicaliste, pédagogique, féministe (...)

52Une des caractéristiques de la Ligue, c’est la méfiance face à toute entreprise de réforme qui aurait comme seule conséquence de donner un sursis au système capitaliste honni. On pense que la révolution est le préalable à tout changement véritable dans bien des domaines. Cependant, confronté(e)s à leur métier d’enseignant(e)s, bien des militants(e)s de la Ligue tentent, ici et maintenant, de « changer la vie ». En terminant son article sur la laïcité, M. Bouyer encourage implicitement ses lecteurs à modifier leur pratique pédagogique en affirmantque « non seulement “leur” morale n’est pas la nôtre, mais leur éducation n’est pas la nôtre, leur enseignement n’est pas le nôtre125 ». Certes, bien des militants se définissent comme des révolutionnaires professionnels, négligent leur métier. Mais nombreux aussi sont ceux qui s’investissent dans leur classe, trouvent même le temps de participer à des groupes de recherche pédagogique, ne voyant pas de contradiction entre leur engagement militant et pédagogique. Nous évoquerons ici brièvement une militante, aujourd’hui décédée, Danièle Debourdeau (1941-1994), qui a eu des responsabilités importantes à la Ligue puisqu’elle a été membre de la commission nationale enseignante du CC, tout en s’intéressant passionnément à son métier. Institutrice, elle se voit confier une classe d’enfants de « gens du voyage » à Belfort, puis des classes de perfectionnement à Dijon126. Elle assume des responsabilités dans le groupe Freinet de Côte d’Or, « ne pouvant se contenter de se conformer aux normes en attendant le “grand soir” qui résoudrait tous les problèmes127 ». Le mouvement Freinet ou Institut Coopératif de l’École Moderne (ICEM) est un mouvement pédagogique national qui encourage, par ses revues notamment, des méthodes pédagogiques actives (textes libres, journaux de classe, correspondance interscolaire). Il tire son nom de Célestin Freinet (1896-1966), l’instituteur qui a inventé ces méthodes, dans sa classe de Vence dans les Alpes-Maritimes, après la première guerre mondiale.

  • 128 Rq n° 11, 26 mars 1976, une et page 9.
  • 129 Rq n° 16, 17 et 18, 1er, 2 et 3 avril 1976.
  • 130 Rouge revient également à deux reprises sur Fernand Deligny, engagé depuis de nombreuses années da (...)

53La Ligue n’encourage pas systématiquement ce type d’engagement pédagogique, et Danièle Debourdeau devient simultanément militante politique et pédagogique, mais l’organisation ne décourage pas non plus ses militants engagés dans l’expérimentation pédagogique. Rouge relaie, bien qu’épisodiquement, cet effort. À l’occasion du congrès du mouvement Freinet à Clermont-Ferrand, un des responsables, Michel Barré, est interviewé128. Les jours suivants J. Krasny consacre au mouvement une étude approfondie et bienveillante, insistant sur l’esprit d’ouverture et de rupture aussi de ces pédagogues129. Cet intérêt soutenu du journal pour un des mouvements pédagogiques les plus importants130 montre que le militant de la Ligue des années soixante-dix ne peut être réduit à l’image du manifestant bardé de cuir, courant d’une manifestation à une autre.

L’intervention paysanne

54De même, l’intervention de la Ligue ne se réduit pas aux amphithéâtres universitaires et aux portes des entreprises. Comme pour illustrer le sigle de l’organisation, qui place à égalité la faucille et le marteau, en bonne continuatrice du bolchevisme qu’elle estime être, la Ligue s’intéresse précocement aux paysans.

Position théorique sur la paysannerie

  • 131 APJPS, carton n° 5, circulaire de la commission paysanne, sans date (sans doute 1971), résumant le (...)
  • 132 Rh n° 92, 14 décembre 1970, p. 5. À propos du soutien apporté par la Ligue à une lutte d’ouvriers (...)

55Le monde paysan, réaffirme-t-elle, est diversifié entre les couches qui aspirent à rejoindre la bourgeoisie et les paysans en voie de prolétarisation que la classe ouvrière se doit de gagner. C’est à la réactualisation de la théorie léniniste classique, dans ce domaine comme dans bien d’autres, que la Ligue prétend œuvrer131. Elle en est fière et le fait remarquer à tous ceux, en particulier le PC, qui accusent le mouvement trotskyste de mépriser la paysannerie132. La campagne présidentielle de 1969 a naturellement permis à la Ligue de se faire connaître d’un secteur de la société qui ne lui est pas familier. L’organisation semble d’ailleurs faire preuve d’un grand optimisme quant aux possibilités d’un « travail paysan » :

  • 133 Rh n° 24, 18 juin 1969.

Plusieurs dizaines d’agriculteurs ont été contactés. Certains sont déjà membres ou stagiaires de l’organisation. Le BP est mandaté pour organiser une conférence nationale des agriculteurs de l’organisation pour amorcer un travail dans ce domaine133.

  • 134 Rh n° 55, 9 mars 1970, p. 4. Le n° 22 parle d’un comité paysan de soutien à A. Krivine dans la féd (...)

56Le triomphalisme est de courte durée. Une circulaire de la commission paysanne, datée du 24 septembre 1970 reconnaît que « le bilan de l’activité paysanne de l’organisation sera vite fait ». La commission paysanne, mise en place en 1969, composée d’une dizaine de militants, dont plusieurs membres du CC originaires de Montpellier, assure un suivi régulier de cette question. Ses efforts sont relayés en province, plus particulièrement dans la région Languedoc-Roussillon, qui a sa propre commission paysanne et où existe, momentanément, un comité rouge paysan (sur la zone maraîchère de Nîmes134). Très tôt Rouge tient à avertir les agriculteurs :

  • 135 Rh n° 32, 29 septembre 1969, p. 16.

Seule la vérité est révolutionnaire. Nous ne promettons au petit paysan ni des crédits, ni des vaches135.

  • 136 Ce que veut…, op. cit., 1972, p. 136-141, « Pour la défense des paysans exploités ».
  • 137 LCR, Oui le socialisme !, op. cit., 1978, p. 49.

57Encore une fois est affirmé, comme pour de très nombreux autres problèmes, que la solution réelle au problème paysan ne sera trouvée que dans le cadre de la société socialiste136. On reconnaît toutefois que le problème de l’agriculture dans une société socialiste est très complexe. Certes, le bilan précis de la catastrophique expérience soviétique n’est pas tiré complètement, mais le deuxième programme de la LCR publié en 1978 reconnaît l’importance de l’autogestion, de l’auto-organisation dans les campagnes. La socialisation de l’agriculture ne se fera pas de manière autoritaire et bureaucratique, est-il indiqué137.

L’observation attentive du syndicalisme paysan

  • 138 Rh n° 152, 8 avril 1972, p. 6.
  • 139 Rh n° 78, 7 septembre 1970, p. 6, et n° 218, 31 août 1973, p. 9.
  • 140 Rh n° 267, 27 septembre 1974, p. 20-21 et n° 295, 11 avril 1975, p. 7.
  • 141 Rh n° 271, 25 octobre 1974, p. 6.
  • 142 Rh n° 160, 3juin 1972, « le mai 72 des paysans bretons » ; Rh n° 293, 28 mars 1975, « Midi qui bou (...)

58L’attention portée au monde paysan est constante dans les années soixante-dix. Bientôt le syndicalisme paysan n’a plus de secret pour le lecteur de Rouge. Le journal observe avec satisfaction la radicalisation d’un secteur du Centre National des Jeunes Agriculteurs (CNJA) qui donne naissance au mouvement des Paysans Travailleurs, bien implanté dans l’Ouest138. Cette évolution est d’autant plus facilement suivie que les leaders de ce nouveau syndicat paysan n’ont aucune réticence pour accorder de longs entretiens à Rouge, par exemple le 7 septembre 1970 ou le 31 août 1973139. Bernard Lambert, dirigeant charismatique des Paysans Travailleurs, originaire de Loire-Atlantique, est interrogé le 27 septembre 1974, et Jean Huillet, le leader des Comités d’Action Viticoles (CAV) le 11 avril 1975140. L’espoir de la Ligue est de voir émerger et se conforter à partir des régions de l’Ouest et du Midi « un syndicat de classe de la paysannerie » qui serait l’allié naturel de la classe ouvrière141. Quant aux luttes paysannes, que ce soient celles des producteurs de lait de l’Ouest ou celles des viticulteurs Languedociens, elles sont exaltées142.

Un progrès dans la connaissance des problèmes paysans

  • 143 COR n° 20, mai-juin 1979.
  • 144 COR n° 22, mai 1980.
  • 145 PRDP, du n° 5 (mai 1979) au n° 9 (septembre-octobre 1979).

59Cette proximité de certains secteurs de la Ligue avec le monde paysan apparaît dans les bulletins locaux, Cahiers Occitanie Rouge (COR) et Petit Rouge du Périgord (PRDP), publications de la fédération languedocienne et de la fédération de Dordogne. Les COR ont la satisfaction d’interviewer Emmanuel Maffre-Baugé, personnalité importante du monde viticole languedocien, compagnon de route du PC143. Il consacre un fort dossier à la viticulture144. De même, paraît une très longue enquête sur la fraise en Dordogne, véritable feuilleton en quatre épisodes, dans le PRDP145. Ces articles sont dus à des spécialistes, conseillers agricoles ou chercheurs à l’INRA, tels qu’Alain Selgis, auteur de l’étude sur la fraise.

60Cette plus grande familiarité avec les questions paysannes se retrouve dans les programmes de la Ligue. Celui de 1972, encore peu sophistiqué, se contente d’appeler à la défense des salariés agricoles et de demander des prix rémunérateurs. Mais celui de 1978 affine et pourrait être accusé de réalisme/réformisme, dans la mesure où il exige la mise sur pied d’offices par produits devant assurer des revenus garantis aux agriculteurs.

Des résultats très minces en terme de recrutement

  • 146 Témoignage de Jacques Coudray, ancien instituteur, ancien militant en Charente-Maritime, recueilli (...)
  • 147 APJPS, carton n° 5, questionnaire FGA envoyé aux DV en prévision du congrès de cette fédération de (...)
  • 148 Ibid., exemple de feuille locale, Agriculture rouge n° 11, 17 février 1975, une p. r.-v., était un (...)
  • 149 Le Monde, 23 septembre 1999, p. 12-13 : « Voyage chez les néo-militants de la terre », par D. Pouc (...)
  • 150 Après un bref passage à l’OCI, il donne son adhésion à la LCR (Rh, 6 octobre 1988).
  • 151 Rh n° 1859, 20 janvier 2000. D. Fric déjà vétérinaire, mais à l’époque au service militaire, fut u (...)
  • 152 Le Monde, 14 mars 2000, résultats du premier tour des élections cantonales, p. 12.

61Il faut se rendre à l’évidence. Après plusieurs années d’efforts en milieu paysan, les agriculteurs militants de la Ligue sont rares. Les instituteurs ruraux ont parfois profité de leurs relations amicales pour faire connaître la Ligue à leurs proches. Quelques-uns, agriculteurs pour certains, ont sympathisé un moment avec les militants sans doute plus qu’avec l’organisation, mais les véritables adhésions de paysans ont été rarissimes146. Une circulaire du 15 mai 1975 sur la Fédération Générale de l’Agriculture (FGA-CFDT) permet de saisir les points forts de l’organisation en milieu agricole147. C’est davantage dans la recherche (« une vieille intervention sur l’INRA »), au Crédit Agricole ou encore au ministère de l’Agriculture à Paris que la Ligue a des forces organisées que dans les campagnes148. Le petit parti bolchevik des années soixante-dix ne parvient pas, contrairement à son aîné des années vingt, le PC (SFIC), à s’ancrer durablement dans certains milieux ruraux. Il n’y aura pas de paysans rouges, de trotskysme rural, comme il a pu exister un communisme rural pendant des dizaines d’années. Cette absence d’implantation de la LCR dans les campagnes, et les relations paternalistes que la Ligue entretient avec certains paysans, sont illustrés par l’histoire de Guy Trescartes, agriculteur à Marcihac, hameau de Saint-Paulien, près du Puy-en-Velay. Sous le titre « Trotsky et les lentilles », le journaliste du Monde Dominique Pouchin149 raconte qu’à l’automne 1979, menacé d’expulsion pour n’avoir pas payé ses annuités, cet agriculteur trouve réconfort auprès de Raymond Vacheron, militant de la LCR et leader de la CFDT du Puy. Ce dernier est à l’origine d’un comité de soutien, et après quelques années de bataille, les Trescartes rachètent leur maison à un prix raisonnable. C’est en se spécialisant dans la lentille verte, d’où le titre de l’article, que G.Trescartes espère s’en sortir désormais150. On trouve dans d’autres régions de France quelques astres solitaires, militants têtus qui, du fait notamment de leur spécialité professionnelle, bénéficient d’une certaine aura. C’est le cas de Denis Fric, vétérinaire dans la Creuse151. Le score des deux candidats de la LCR à Guéret aux élections cantonales de 2001 (5,31 % des suffrages exprimés à Guéret-Nord et 6,27 % à Guéret Sud-Ouest152) révèle l’existence d’un courant modeste de sympathie.

62Le travail paysan de la Ligue a bien existé. S’il n’a pas débouché sur la construction d’une véritable structure nationale, il a néanmoins permis à l’organisation de se familiariser avec cette réalité sociale importante. C’est sans doute une première pour le mouvement trotskyste, en tout cas en Europe.

La réflexion et l’intervention sur la question régionale

  • 153 Lafont (R.), La Révolution régionaliste, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1967.
  • 154 Ibid., p. 140 et sq.

63L’intérêt pour le mouvement régionaliste est constant. Il ne se dément pas tout au long des années soixante-dix. Dans les années soixante le centralisme de l’État français a suscité des critiques en Bretagne comme dans le Midi. Plusieurs jeunes étudiants des universités méridionales, Montpellier en particulier, ont lu et apprécié le livre d’un de leurs professeurs, Robert Lafont, La Révolution régionaliste153. À partir d’une étude des investissements étrangers dans l’économie locale, cet ouvrage évoque une « mise en coupe réglée de l’Occitanie par des trusts étrangers à ses limites naturelles », un véritable « colonialisme intérieur154 ». Mai 68 permet à ces idées d’obtenir une plus grande visibilité. À Pâques 1971, est créée Lutte Occitane, regroupement de militants engagés sur le front culturel et de militants politiques, plutôt maoïsants et populistes.

Retour sur la position du PC

  • 155 Fay (V.), La Flamme et la Cendre, histoire d’une vie militante, Presses Universitaires de Vincenne (...)

64Face au renouveau du mouvement régionaliste, le PC réagit de manière crispée. Il incarne davantage depuis ses origines une culture jacobine, héritier de ce point de vue de la SFIO d’avant 1914. Victor Fay, militant communiste polonais exilé en France en 1925, dit son étonnement de voir que le PC ne s’adresse pas dans le Midi aux paysans et aux ouvriers en utilisant leur langue, la langue d’oc, « parlée du matin au soir ». Il découvre des dirigeants communistes régionaux « imprégnés de la tradition unificatrice de l’école laïque155 ».

  • 156 Cahiers Alsace Rouge, n° 4, octobre-novembre 1977. Les numéros 5 (janvier-février 1978) et 6 (avri (...)
  • 157 Reimeringen (B.), « Un communisme régionaliste ? Le communisme alsacien lorrain », dans Régions et (...)
  • 158 Dreyfus (M.), PCF, crises et dissidences, Bruxelles, Complexe, 1990. La presque totalité des commu (...)

65Allant contre ce jacobinisme les militants alsaciens de la Ligue s’emploient à rappeler l’histoire originale du communisme alsacien lorrain, montrant la distance qui sépare dans ce domaine comme dans bien d’autres la position centralisatrice, hexagonale, du PC de celle de l’Internationale communiste à ses débuts. Le rapport d’un dirigeant de l’IC de juillet 1926 encourageant les communistes alsaciens lorrains à prendre en compte la dimension régionale est reproduit156. Dès le premier numéro des Cahiers Alsace Rouge, il est fait allusion aux recherches de B. Reimeringen sur le communisme alsacien lorrain, communisme régionaliste, exigeant depuis septembre 1925 le droit à l’autodétermination pour le peuple d’Alsace Lorraine157. Le PC avait manifesté son désaccord en excluant les principaux dirigeants en août 1929158.

La position originelle de la Ligue sur le régionalisme

  • 159 Ce que veut…, 1972, op. cit., p. 139-141.

66Dans le premier programme de la Ligue il n’y a pas vraiment rupture avec le schéma classique de pensée imposé par le PC. Encore une fois, la source des difficultés économiques et sociales de nombreuses régions est essentiellement à rechercher dans le maintien d’une économie capitaliste. On pense donc que le socialisme permettra « une décentralisation effective par le système des conseils », et « l’expression spontanée des traditions culturelles et linguistiques régionales159 ».

  • 160 Alliès (P.), L’Occitanie et la lutte des classes, Cahiers de la Découverte, Montpellier, 1972, 100 (...)
  • 161 Les Cahiers Occitanie Rouge (COR) arborent en première page cette croix languedocienne à côté de l (...)

67Mais les militants provinciaux de la Ligue confrontés directement à l’émergence de la revendication régionaliste prennent en main ce débat et le discours devient plus complexe. Certes en 1972, P. Alliès trouve exagérée la thèse du « colonialisme intérieur » de Robert Lafont, il parle plutôt de « développement inégal entre les diverses régions160 ». Mais il est impressionné par l’étonnante capacité de mobilisation des comités d’action viticoles qui se fait à la fois sur des thèmes sociaux et régionaux. Les manifestants arborent systématiquement en Languedoc le drapeau frappé de la croix à quatre branches trois fois boulées des comtes de Toulouse161. Il note aussi le confusionnisme du mouvement qui peut osciller entre la gauche et le fascisme. Mais cette évolution n’est pas inéluctable. Il faut que le parti révolutionnaire, dit-il, soit audacieux, qu’il cesse de dénoncer, comme le fait le PC, « les violences irresponsables » des paysans, qu’il reconnaisse à l’Occitanie le droit à l’autodétermination.

Débat sur le droit à l’autodétermination

  • 162 Entretien réalisé à son domicile, Monsempron-Libos (47) le 26 avril 2001.
  • 163 Rh n° 313, 12 septembre 1975, p. 3.

68Certes, ces débats, cette problématique, laissent de marbre certains militants comme Ignace Garay, militant ouvrier en Aquitaine162. D’autres sont franchement réticents, comme G. F. de Paris dont Rouge publie la lettre. Pour lui, il s’agit de la Corse, l’indépendance n’est pas d’actualité mais plutôt la lutte aux côtés des travailleurs français, pour une France socialiste « où leur île ne serait plus écrasée, exploitée, pillée163 ».

  • 164 Crit. co. n° 10, p. 35.
  • 165 Ibid. p. 61.

69Cette position semble bien insuffisante aux militants bretons de la Ligue, ceux de Brest notamment. Ils sont amenés à se déterminer par rapport à cette véritable renaissance régionaliste qui caractérise les années soixante-dix. La commission Bretagne de la LCR de Brest pense que la réflexion traditionnelle des marxistes sur le problème national est insuffisante, de même que le mot d’ordre d’autodétermination. Certes, elle réaffirme, dans sa contribution au débat, que la situation des minorités nationales dans les pays capitalistes avancés n’est pas comparable à celles des colonies, mais elle conclut en demandant que l’organisation prenne conscience de l’importance du fait nationalitaire. Les régions comme la Bretagne ne souffrent pas seulement d’un développement économique insuffisant mais aussi d’oppression nationale. Les révolutionnaires ne doivent pas se contenter de réclamer les libertés formelles pour les minorités, mais « s’engager activement dans le mouvement fécond de leur renaissance164 ». Outre la lutte pour l’autonomie politique, les révolutionnaires doivent engager la lutte pour l’autonomie culturelle, c’est-à-dire encourager la langue et la culture bretonne, « lien entre exploités ruraux et citadins165 ».

Soutien concret aux luttes pour la réappropriation des langues et cultures régionales

  • 166 Dans les 22 numéros des Cahiers Occitanie Rouge (fin 1975-mai 1980), on trouve 4 articles rédigés (...)
  • 167 Rq n° 196, 6 novembre 1976, annonce la parution du numéro 1 de Bretagne rouge avec une interview e (...)
  • 168 PRDP n° 4, avril 1979.

70Cette prise en compte de l’originalité culturelle des régions périphériques amène les rédacteurs des divers bulletins locaux de la Ligue à publier parfois des pages en occitan166 ou en breton167. On porte une attention particulière aux activités de l’Institut d’études occitanes, donnant dates et programmes de ses universités d’été. Dans Le Petit rouge du Périgord est interviewé Eric Fave, professeur d’occitan au lycée de Nontron168.

  • 169 Ainsi les COR, n° 18, décembre 1978, p. 22, reproduisent la prise de position d’un militant « très (...)
  • 170 Cahiers Alsace Rouge, n° 4, octobre-novembre 1977.
  • 171 Tract reproduit dans COR n° 11, novembre-décembre 1977, p. 45-46.
  • 172 LCR, Oui le socialisme !, op. cit., p. 265.
  • 173 PRDP n° 7, juillet-août 1981.

71Émerge une attitude d’écoute, de sympathie avec le fait occitan et régionaliste, aux antipodes d’une attitude jacobine qui est celle d’autres militants se réclamant du trotskysme169. Ce souci de la langue régionale se retrouve en Alsace, où les militants de la Ligue reprennent à leur compte un texte du SGEN en faveur de l’utilisation de l’alsacien et du français en parallèle en classe maternelle170. Les militants de Bayonne diffusent un tract, en français et en basque, contre la fermeture de l’ikastola de Saint-Palais par l’Inspection académique171. Le programme de 1978 de la Ligue constitue un véritable plaidoyer en faveur des langues régionales demandant qu’elles soient traitées dans les programmes et dans les écoles, à égalité avec les langues étrangères172. Après l’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981, Le Petit rouge du Périgord informe ses lecteurs sur la création des calendretas, écoles en occitan, à l’image des diwans ou des ikastolas, et relaie la campagne « pour l’occitan à la télé » initiée par l’Institut d’études occitanes173.

Solidarité avec les nationalistes/autonomistes victimes de la répression

  • 174 Rh n° 241, 8 février 1974, « Éditorial » protestant contre la dissolution d’Enbata.
  • 175 Rh n° 319, 24 octobre 1975, p. 19. Protestation contre « la rafle policière ».
  • 176 Rq n° 308, 26-27 mars 1977, p. 6.
  • 177 Rq n° 38, 28 avril 1976, p. 8. Après la fête pour l’unité de la Bretagne à Nantes.

72Cette attention portée par la Ligue aux langues régionales amène ses militants à rencontrer les militants des organisations ou mouvements régionalistes. Quand ils sont réprimés par le gouvernement, Rouge se solidarise immédiatement, que les organisations soient basques174 ou bretonnes175. La proximité entre certains de ces militants et ceux de la LCR semble très forte. En 1977 un militant de la LCR de Brest, Le Goïc, est interpellé plusieurs fois dans le cadre des « dernières rafles » contre les militants de la mouvance autonomiste et indépendantiste, écrit Rouge176. Les frontières semblent poreuses entre ces deux milieux militants, même si la Ligue rappelle « qu’elle se bat (certes) pour l’unité de la Bretagne, mais surtout pour l’unité des travailleurs bretons et pour une Bretagne libre et socialiste dans le cadre des États-Unis socialistes d’Europe177 ».

  • 178 Crit. Co. n° 10, novembre 1976, p. 5, note 3.

73La position est plus malaisée sur le pays basque français, du fait d’une implantation modeste de la Ligue et de l’importance du problème basque espagnol. P. Alliès dans son article « Question régionale ou question nationale » remet à plus tard une prise de décision sur la question du pays basque français178.

Attitude vis-à-vis des partis et groupements régionalistes

  • 179 Rq n° 357, 26 mai 1977. Compte rendu de la IVe Assemblée de VVAP à Périgueux.
  • 180 PRDP n° 5, mai 1981, p. 24-26. Il est précisé que la double appartenance est permise. Ce mouvement (...)
  • 181 Le Monde, 27 mai 1998, p. 13. Cl. Rives interrogé par M. Braudeau.
  • 182 Ibid.

74Après la tentative de regroupement des occitanistes dans Volem Viure Al Pais (VVAP), mouvement qui se qualifie lui-même de « socialiste occitan », Rouge se dit d’accord avec sa volonté d’aider le mouvement ouvrier à « récupérer sa propre culture qui a été galvaudée par les bourgeoisies179 ». Les militants de la Ligue les plus concernés par ces problèmes s’engagent même, à la veille de la victoire de François Mitterrand aux présidentielles de mai 1981, dans la création d’une « Fédération Occitane pour le Socialisme et l’Autonomie (FOSA) », dans le but de faire émerger un mouvement occitaniste socialiste. Parmi la trentaine de militants à l’origine de cette initiative, réunis à Nîmes le 25 janvier 1981, on trouve Paul Alliès, ainsi que Jean Huillet de Béziers (CAV et Lutte occitane), Alain Alcouffe de Toulouse (ancien dirigeant étudiant du PSU en Mai 68)180. Ces efforts vont se révéler assez vite vains et le militant occitaniste Claude Rives, viticulteur, interrogé aujourd’hui dans son exploitation située près de Carcassonne, se souvient d’actions communes « avec la Ligue de Krivine et Bensaïd », mais affirme : « Nous, militants occitanistes, on les a pas suivis les trotskystes, on les trouvait trop sectaires181 ». Et il termine en se définissant ni comme indépendantiste ni comme terroriste. L’oc, dit-il, « c’est une langue et une culture, pas un pays182 ».

Le cas spécifique de la Corse

  • 183 D’après Rq n° 17, mardi 14 mai 1974. Pendant la durée des Présidentielles Rouge est devenu momenta (...)
  • 184 Rq n° 17 et 18, 2 et 3 avril 1976.
  • 185 Le Nouvel Observateur, n° 1869, 31 août-6 septembre 2000, le présente comme un ex-leader de la LCR (...)
  • 186 Rh n° 33, 6 octobre 1969, p. 12, sous le titre « le colonialisme en Corse ».
  • 187 Rh n° 242, 15 février 1974, p.8, « Corse : réveil autonomiste ».

75L’intervention de la Ligue en Corse est précoce. Lors des élections législatives de 1973, elle a un candidat dans la première circonscription, Bernard Mattei, professeur, qui a fait ses premières armes trotskystes à Rouen. A. Krivine tient meeting à Bastia, comme candidat aux présidentielles, en mai 1974, devant 250 personnes183. L’introduction du meeting est faite en corse par P. Giamarchi. Ce souci de la langue corse est perceptible dans Rouge quotidien. Les reportages sur l’île sont souvent précédés par des titres en corse « Ava basta ! » (Et maintenant ça suffit !) ou « Per una Corsa libera et sucialista184 ». Ces reportages sont signés Antoine Pietri ou Gabriel Pietri. À l’époque, l’écrivain Gabriel-Xavier Culioli est militant de la Ligue185. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la Corse, dont La Terre des Seigneurs, que Jean-Marie Colombani du journal Le Monde n’hésite pas à comparer au Cheval d’Orgueil de Pierre-Jakez Hélias. Une information complète est délivrée par Rouge, et une réflexion est menée dans Critique communiste sur un problème qui très tôt est posé comme un problème national. Le 6 octobre 1969, Rouge publie la lettre d’un lecteur dénonçant la « colonisation de l’île » de la part, notamment, de riches colons rapatriés d’Afrique du Nord186. On tente d’expliquer le malaise corse par l’histoire. Et si le colonialisme pouvait exister ailleurs qu’à quelques milliers de kilomètres du territoire national ? C’est la question iconoclaste que pose le journal, conscient que le marxisme classique n’a pas bien armé les militants pour faire face à la montée du régionalisme/nationalisme en Corse187.

76La Ligue n’a donc aucune difficulté à réagir après les graves événements d’Aléria (21 août-1er septembre 1975) qui font deux morts parmi les CRS, plusieurs blessés graves, lors de l’assaut donné à l’exploitation viticole occupée par l’Action Régionaliste Corse (ARC) d’Edmond Simeoni. Dans un communiqué du 28 août 1975 publié dans Le Monde la Ligue affirme « le droit du peuple corse à disposer de lui-même, son droit à l’autodétermination ». Ce qui ne signifie pas obligatoirement sécession, mais c’est au mouvement ouvrier et à son avant-garde « d’apporter la preuve aux ouvriers et aux paysans corses qu’ils pourront trouver toute leur place et recouvrer tous leurs droits dans une France socialiste ».

  • 188 Rh n° 313, 12 septembre 1975, p. 6, D. B.
  • 189 Rh n° 312, 5 septembre 1975, p. 4, G. V.
  • 190 Crit. co. n° 10, novembre 1976, p. 1-18.

77Tout en luttant pour la libération de Simeoni et des « militants autonomistes » emprisonnés, Rouge lance un débat sur la Corse. G. Vergeat, D. Bensaïd y participent, en soulignant la différence entre le problème corse et le problème breton et occitan. Il semble bien que la relation entre la Corse et la France soit de type colonial188. Une « nationalité corse189 » est en train de se forger. Pour les deux auteurs s’impose la lutte immédiate pour l’enseignement de la langue corse, le bilinguisme administratif et l’institutionnalisation de l’université de Corte. P. Alliès demande que l’on reconnaisse « la dimension nationale de la question corse, la seule qui se pose encore ainsi dans le cadre de l’État français. Il faut reconnaître au peuple corse le droit d’autodétermination, le droit à la séparation ». Mais il termine ainsi : « Dans le respect des droits qu’il aura acquis, le peuple corse pourra décider de les épanouir dans le cadre d’une France socialiste et fédérative190 ».

  • 191 Rq n° 107, 23 juillet 1976, p. 4. Mais le CC d’août 1976 décidait de ne pas reconnaître la Corse c (...)
  • 192 Notamment Le Nouvel Observateur du 4-10 mars 1999. A Manca naziunale a obtenu 795 voix, soit 0,69  (...)

78La LCR reconnaît donc précocement l’existence d’un peuple corse, non sans débat en son sein, mais n’encourage pas systématiquement à la séparation. Logiquement, au cours d’un congrès tenu dans l’île les 16, 17, 18 juillet 1976, les partisans corses de la Quatrième Internationale annoncent la création du Groupe révolutionnaire corse, indépendant de la LCR191. Au cours de son XIIIe congrès mondial, dans sa résolution sur l’Europe, la Quatrième Internationale confirme cette analyse. En Europe, la question nationale se pose dans trois régions particulières, la Corse, l’Irlande et Euzkadi. Cet intérêt soutenu de la LCR pour la question corse est illustré au cours de sa IXe université d’été (été 2000) par la tenue d’un débat sur les récents accords de Matignon. Étaient invités deux dirigeants de A Manca naziunale (La Gauche nationale), Serge Vandeporte, militant de la Quatrième Internationale jusqu’en 1995, et Jean-Toussaint Plasenzotti. Cette organisation créée en 1998 a présenté des candidats aux élections territoriales de 1999, elle est caractérisée comme trotskyste par la presse192.

79Face à l’émergence de la revendication régionaliste en France dans les années soixante-dix, la LCR n’est pas restée passive. Sa réflexion est intéressante, nuancée, elle prend soin de distinguer le problème corse des autres problèmes régionaux, mais les mouvements régionalistes ou nationalistes restent sceptiques sur les théorisations du petit parti trotskyste. De même, une partie importante de l’organisation ne se sent pas concernée par une lutte qu’elle persiste à considérer comme périphérique, risquant même de distraire le parti de sa tâche essentielle, la percée dans la classe ouvrière.

80Sur ce dernier « front » les résultats sont modestes, mais dix ans après Mai 68, la Ligue est beaucoup moins extérieure au monde ouvrier. Ses militants se sont frottés aux travailleurs de ce pays, qu’ils soient d’ailleurs ouvriers, paysans ou dirigeants syndicaux. Ils en ont convaincu fort peu de les rejoindre, le petit parti n’est pas prêt de diriger des luttes significatives, mais les militants y ont gagné une meilleure connaissance du « pays réel ». Dans la deuxième moitié des années soixante-dix c’est encore dans la jeunesse, parmi les femmes ou les secteurs de radicalisation nouveaux — comme l’homosexualité — que les militants ont le plus d’écoute.

Notes

1 Rh n° 212, 6 juillet 1973, p. 2.

2 Filoche (G.), op. cit., p. 175.

3 Rh n° 211, 27 juin 1973. Dans ses souvenirs Alexis Violet, op. cit., reconnaît le caractère gauchiste de l’initiative mais ne regrette rien.

4 Revue QI, novembre-décembre 1973. Dans son éditorial Dumas se félicite de voir un parti stalinien, dit-il, le PCF, prendre pour la première fois depuis 50 ans la défense d’un groupe trotskyste.

5 Rh n° 154, 22 avril 1972, p. 5, Rh n° 180, 18 novembre 1972, p. 8.

6 AD des Hautes-Pyrénées, La Nouvelle République des Pyrénées, 3 et 5 juillet 1973.

7 Rh n° 213, p. 3. « Lettre ouverte aux militants du PC ».

8 AD des Hautes-Pyrénées, La Nouvelle République des Pyrénées, 3 juillet 1973, Tribune libre de Bernard Chamayou, Maurice Morga, anciens candidats de la Ligue aux Législatives.

9 APGF, messages émanant des Docteurs Reinhold ou Rabinovitch, Poyart (Inserm), Jean Nicolas (gynécologue) ou Léon Hepner.

10 Rh n° 218, 31 août 1973, p. 2, note que le vote a été obtenu par 12 voix pour, 9 voix contre et 2 abstentions.

11 Rh n° 161, 10 juin 1972, Bensaïd (D.), « Terrorisme et révolution ». Voir aussi Afrique en lutte, n° 3-4, octobre 1973, p. 4. L’éditorial signé Luiz vante « l’initiative révolutionnaire ».

12 Rh n° 251, 19 avril 1974. En une, un poing brandi et le slogan « Pas de chèque en blanc à Mitterrand ».

13 Cité dans Rh n° 251, p. 7.

14 « S’il nous manque une signature, si nous n’en avons que 99 nous irons chercher la dernière y compris dans du fumier » est-il écrit dans une circulaire du 3 avril 1974. APJPS, carton « Élections ».

15 Rh n° 252, 26 avril 1974, p. 3.

16 Le Monde, 9 mai 1974, p. 2.

17 APJPS, carton n° 15, circulaire adressée aux directions de sections, « À propos des résultats électoraux de LO et du FCR », 4 p. ron., 13 mai 1974.

18 Le congrès de fondation de la LCR a eu lieu du 19 au 22 décembre 1974 à Saint-Gratien (95).

19 Rq n° 05, 27 février 1976.

20 Rq n° 31, 20 avril 1976, p. 5, « Une erreur encore évitable ».

21 Voir les résultats dans Rq n° 297, 14 mars 1977 et dans Le Monde.

22 Le Monde, 16 mars 1977, p. 11.

23 C’est le titre de la plate-forme de la Ligue pour ces élections « Pour chasser Giscard, Barre : unité des travailleurs ». Supplément à Crit. co. n° 20-21, 31 p.

24 Les Comités Communistes pour l’Autogestion (CCA) sont nés lors d’un congrès tenu à la Toussaint 1977 à Lyon. Cette organisation résulte du regroupement de militants de l’ex-AMR (dont Michel Pablo) et de militants en provenance de la LCR (dont François Morvan). Moins de 1000 militants.

25 Rq n° 569, 6 février 1978, p. 4. MAN : Mouvement pour une alternative non-violente ; MDPLP : Mouvement pour le désarmement et pour la paix.

26 Rq n° 587, 27 février 1978, p. 11.

27 Rq n° 603, 17 mars 1978, p. 2.

28 Nous reviendrons plus en détail sur cette scission, dans le dernier chapitre.

29 Très peu de candidats LCR devancent ceux de LO, J.-F. Godchau à Pontoise, P. Alliès à Sète, ce dernier progressant par rapport à 1973.

30 Le meilleur score des candidat(e) s situé(e) s à l’extrême gauche a été obtenu par A. Laguiller, candidate de LO dans la quatrième circonscription du Puy-de-Dôme (Ambert-Thiers) avec 8,41% des suffrages exprimés.

31 BI, CERS, n° 49, 1976. Cette CN prépare une dizaine de congrès (UL, UD, fédérations et syndicats).

32 Le syndicat CGT des agents d’exécution (qui représentent 54 % du personnel) est dirigé par des militants de la Ligue et sympathisants. Le syndicat CFDT est dirigé par des militants du PSU situés plutôt à gauche du parti. Les relations entre les deux syndicats sont bonnes et l’unité d’action la règle.

33 BI, BSO n° 6, janvier 1973, p. 3 à 7. Les leçons de la grève EGF de Brest par Max, 10 décembre 1972.

34 Rh n° 35, 20 octobre 1969.

35 Voir ci-dessus, chapitre 1.

36 Titre du Document rouge n° 7, sans date, 35 p., reproduisant les divers documents de l’affaire Hernot.

37 Rq n° 11, 7 mai 1974 et Rh n° 268, 4 octobre 1974.

38 La plupart des informations sur le « cas Lafontaine » sont extraites d’une brochure ronéotypée de 30 p. préparée par le groupe Taupe rouge cheminot de Lyon. Plusieurs tracts de la CGT sont reproduits, des lettres échangées, ce qui en fait un précieux document (APJPS, carton n° 3, « Travail ouvrier I »).

39 Entretien du 26 avril 2001. Aujourd’hui il est membre de la direction nationale du syndicat CGT de la Métallurgie.

40 APJPS, carton n° 4, 7 p. ron. sans date, consacrées à la préparation du 40e congrès de la CGT (25 novembre-1er décembre 1978, Grenoble).

41 Dreyfus (M.), Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p. 288.

42 APJPS, carton n°3, « Rapport CGT présenté au club H. P.Villejuif (94) », 13juin 1974.

43 Dans Cariou (P.), op. cit., entretien, p. 223-231.

44 Rq, 7 décembre 1978. « Le permanent syndical CGT de Dreux “licencié”. Il venait de quitter le PC et d’adhérer à la Ligue ».

45 Cette intervention directe du PC dans le choix des dirigeants de la CGT au niveau local est une règle générale, dans les années soixante-dix, d’après l’étude de Labbé (D.), Syndicats et syndiqués en France depuis 1945, Paris, L’Harmattan, 1996, notamment, p. 105.

46 Rh n° 55, 9 mars 1970, p. 3, Dick.

47 Georgi (F.), L’Invention de la CFDT, 1957-1970. Syndicalisme, catholicisme et politique dans la France de l’expansion, Paris, éditions de l’Atelier/CNRS Éditions, 1995, p. 558.

48 Ibid., p. 574.

49 La CFDT aurait enregistré un progrès de 21 % de 1967 à 1969, Georgi (F.), op. cit.

50 La Fédération générale des fonctionnaires CFDT, le 11 octobre 1969, puis la Fédération EDFGDF signent des accords prévoyant une augmentation automatique des salaires, mais s’engagent en revanche à déposer un préavis trois mois avant tout recours à la grève. Georgi (F.), op. cit., p. 571.

51 Rh n° 55, mars 1970, p. 4.

52 Rh n° 60, 21 avril 1970, p. 5.

53 Ces militants, actifs en mai 68 à Nantes en particulier, peuvent être qualifiés de « conseillistes », donnant plus d’importance aux organisations de type comité d’action qu’au parti.

54 Georgi (F.), op. cit., p. 589-590.

55 Rh n° 64, 18 mai 1970, p. 6-7, compte rendu du congrès, photo de Krumnow. Rouge lui rend un bel hommage lors de sa mort prématurée, Rh n° 253, 24 mai 1974, p. 5. Sa fille Anne, décédée lors d’un accident de la route en 1992, a été militante de la Ligue de la fin des années soixante-dix à 1987 (Rh n° 1507, août 1992).

56 Rh n° 89, 23 novembre 1970, p. 3.

57 Rh n° 124, 20 septembre 1971.

58 Reproduction des lettres dans Rh n° 151, 1er avril 1972.

59 Quelques mois plus tôt, A. Lepert avait par ailleurs été candidat PSU aux élections municipales.

60 Rh (n° 176, 21 octobre 1972, n° 188, 20 janvier 1973) fait état de l’exclusion de deux militants LO à Sochaux, de 5 militants LO à la CAF à Paris.

61 Cours-Salies (P.), La CFDT, un passé porteur d’avenir, Paris, La Brèche, 1988.

62 BI, CERS, n°49, 1976, « Bilan CFDT », p.8.

63 Cours-Salies (P.), op. cit. et Rh n° 208, 8 juillet 1973, p. 5.

64 Dont 50 membres de la LCR et 10-15 sympathisants proches, précise le BI CERS n° 49, 1976.

65 Rh n° 193, 3 novembre 1976.

66 Rh n° 317, 10 octobre 1975, p. 9.

67 Rh n° 325, 5 décembre 1975, p. 10-11.

68 Rh n° 300, 16 mai 1975, p. 7.

69 Rq, n° 211, 25 novembre 1976, p. 5. Interview reproduite dans son intégralité par les Cahiers de la Taupe, n° 10, janvier 1977, p. 9-20.

70 Cours-Salies (P.), op. cit.

71 Ibid., p. 8.

72 Georgi (F.), op. cit., p. 562.

73 LC, « Lip, un pas vers la révolution », supplément à Rh n° 231, 30 novembre 1973, 36 p.

74 Dans Rouge, hors-série, 1988. Dans une interview, Nicolas Bultot, militant syndical et politique à la Rhodiaceta (une des 5 usines textiles du groupe Rhône-Poulenc, employant 3200 personnes), évoque le conflit de février 1967, avec élection d’un comité de grève composé de syndiqués et de non syndiqués, l’ouverture de l’usine, JCR et Voix Ouvrière ayant pu venir discuter dans l’usine. Ceci nous a été confirmé par Claudine Pedroletti à Besançon.

75 Rh n° 22 annonce la tenue d’un meeting Krivine (100 personnes) lors de la campagne présidentielle de 1969. Rh n° 154 signale la présence de 200 personnes au meeting animé par D. Bensaïd et C. Scalabrino. Mais en plein conflit Lip, Rouge signale un meeting Krivine-Fichaut-un camarade de la LMR réunissant 400 personnes, dont une vingtaine de Lip.

76 Dans son livre, Lip (Stock, 1973), Piaget (Ch.), né en 1928, explique être entré à l’Union de la Gauche Socialiste (UGS) « pour faire quelque chose sur l’Algérie, puis ensuite on a continué avec le PSU ».

77 D’après Beurrier (J.), « La mémoire des Lips », mémoire de maîtrise, université de Paris I, 1992.

78 Nous en avons compté 6, n° 210, du 215 au 218, n° 227.

79 Rh n° 228, 9 novembre 1973, p. 6-7, Rq n° 42, 4 mai 1976.

80 APGF, compte rendu du CC, « Bilan de la marche sur Besançon », sans date (hypothèse fin 1973), 10 p. ron.

81 Rh n° 294, 4 avril 1975, utilise cette expression à propos de la lutte des ouvriers d’Everwear, à Saint-Quentin.

82 Les 95 ouvrières de l’entreprise Cousseau en grève contre le licenciement de leur déléguée CFDT, fabriquent et vendent des chemisiers, fin août 1973 (Rh n° 219, 7 septembre 1973, p. 7). Voir aussi dans Dreyfus-Armand (G.) et al., dir., Les Années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe, 2000, la contribution de Georgi (F.), « Le syndicat, la grève et l’autogestion en France (1968-1988) », p. 399-413 : « entre juillet 1974 et juillet 1975, 14 entreprises occupées ont fabriqué et vendu des produits pour leur propre compte ».

83 Le dossier de 4 pages consacré par Rouge à ce conflit est intitulé « Les fruits de Lip », n° 283, 17 janvier 1975, p. 9-12.

84 Rh n° 317, 10 octobre 1975, « Ideal Standard. On occupe, on vend ».

85 Mandel (E.), Contrôle ouvrier, conseils ouvriers, autogestion, Paris, Maspero, coll. « Poche rouge », 1973.

86 Rh n° 66, 1er juin 1970, p. 4.

87 APJPS, carton n° 9, circulaire, novembre 1971, 1 p. ron. Expéditeur : Commission de branche Travail Immigré. Objet : mise en place du travail en direction des travailleurs immigrés.

88 Ibid., circulaire, 22 septembre 1972, 3 p., Expéditeur : BP. Une circulaire beaucoup plus tardive, 1978, constate de nouveau les mêmes carences à l’égard de l’immigration.

89 Dans Groupe d’Information et de Soutien des Travailleurs Immigrés (GISTI), Le Petit livre juridique des travailleurs immigrés, Paris, Maspero, 1974 ; p. 94, il est fait mention d’un Cahier Révolution de 1971.

90 Ce que veut…, op. cit., p. 159-160, ou Rh n° 142, 29 janvier 1972, p. 5 : « Trois millions d’immigrés, le racisme, arme du patronat ».

91 Ibid. p. 160.

92 LCR, Oui le socialisme !, op. cit., p. 43.

93 Rh n° 146, 26 février 1972, p. 4-5.

94 Rh n° 147, 4 mars 1972, p. 14-15, n° 162, 17 juin 1972, p. 5.

95 Rh n° 135, 4 décembre 1971, n° 246, 15 mars 1974.

96 Nombreux articles dans Rouge, du numéro 317 de Rh, 10 octobre 1975 au numéro 256 de Rq, 25 janvier 1977.

97 APJPS, carton n° 9, brochure du comité de coordination des foyers Sonacotra en grève, 20 pages, conférence de presse du lundi 14 juin 1976, dans les locaux de la Ligue des Droits de l’Homme.

98 APJPS, carton n° 9, BI, 20 p. ron., environ 1978, rédigé sur demande du CC par Ben, Griot, Morel, Gabriel, Odile.

99 Elle fut fondée en 1961 par Sally N’Dongo, employé comme manœuvre par la mairie de Puteaux, décédé le 4 mars 2001.

100 Rh n° 134, 27 novembre 1971, p. 10.

101 In Rh n° 232, 7 décembre 1973 et Afrique en lutte n° 1, novembre 1972, p. 12.

102 Afrique en Lutte n° 0, 29 janvier 1972, 10 p. ron. Ce bulletin créé par la Ligue, mensuel ou bimensuel, imprimé à partir du numéro 1, a pour but de donner un lieu d’expression aux « marxistes révolutionnaires » africains et de les regrouper sous le drapeau de la IVe Internationale.

103 D’après le témoignage de Pierre Jeanne recueilli au Havre, le 4 avril 2002

104 APJPS carton n° 9 BI 20 p. ron., environ 1978, op. cit., p. 19-20.

105 Cahier Rouge, document de formation n° 13, rédigé par la cellule enseignante de Toulouse.

106 Bulletin de la Commission Nationale Enseignante (CNE). Son rythme irrégulier et sa présentation matérielle — il est parfois ronéotypé — le font ressembler à un bulletin intérieur.

107 L’Antidote n° 7, novembre-décembre 1972, Bouyer (M.), « Laïcité et lutte de classes, hier et aujourd’hui », p. 2-9.

108 L’Antidote, numéro spécial, janvier 1973, 23 p.

109 Ce que veut…, op. cit., 1972, p. 106-118.

110 Un livre développe les conceptions de la Ligue sur l’école, L’École de Jules Ferry est morte, Paris, Maspero, 1974.

111 APJPS, carton n° 8, « projet de thèses sur le travail enseignant (majorité du secrétariat) », 1976.

112 Ibid., texte Cranac’h (Tarbes), 27 janvier 1976.

113 Ibid, « Projet de thèses sur le travail enseignant », 1976.

114 Les groupes départementaux sont les organes de base de l’EE, le Collège national assurant leur coordination. Chaque été les militant(e) s ont pris l’habitude de se retrouver lors de la « Semaine École émancipée », rendez-vous à la fois amical, festif et politique.

115 Ibid., Volnay, « Pour organiser notre travail syndical dans le Sgen », une p. r.-v., juillet 1976.

116 Rq n° 100, 15 juillet 1976, p. 5.

117 Ce que veut…, op. cit., p. 114.

118 LCR, Oui le socialisme !, op. cit., 1978, p. 183.

119 Rh n° 293, 28 mars 1975, p. 18, rendant compte du congrès du SNES, note l’opposition de la direction du syndicat à la proposition de refus collectif de l’inspection alors que cette position, d’après le journal, est majoritaire à Bordeaux.

120 Paris-Normandie, 10 avril 1973, Lutte Continue n° 82, supplément à Rh n° 200, 13 avril 1973, et Rh n° 202, 27 avril 1973.

121 Rq n° 40, 30 avril-1er mai 1976.

122 Rq n° 196, 6-7 novembre 1976 et n° 198, 9 novembre 1976.

123 Rq n° 261, 31 janvier 1977, p. 4.

124 Rq n° 44, 6 mai 1976, p. 5. Le journal publie de larges extraits d’un contre-rapport réalisé par les candidats au Capes et à l’agrégation d’histoire de la Sorbonne, dans lequel sont dénoncés l’infantilisation des candidats et le sexisme des jurys.

125 L’Antidote, op. cit.

126 APJPD, Liaison rouge, septembre 1994, bulletin de la section de Dijon de la LCR.

127 Ibid., EE 21, septembre 1994, « Danièle Debourdeau, militante syndicaliste, pédagogique, féministe, révolutionnaire ».

128 Rq n° 11, 26 mars 1976, une et page 9.

129 Rq n° 16, 17 et 18, 1er, 2 et 3 avril 1976.

130 Rouge revient également à deux reprises sur Fernand Deligny, engagé depuis de nombreuses années dans les Cévennes (à Monoblet) dans une action en faveur des enfants autistes (Rh n° 331, 16 janvier 1976 p. 19 et Rq n° 9, 24 mars 1976, p. 8).

131 APJPS, carton n° 5, circulaire de la commission paysanne, sans date (sans doute 1971), résumant le rapport d’Yvan qui s’emploie à distinguer la position de la Ligue de celle du PS pour qui « la paysannerie est une, ses luttes devant être spécifiquement paysannes », niant par là la lutte des classes qui oppose aussi les paysans entre eux.

132 Rh n° 92, 14 décembre 1970, p. 5. À propos du soutien apporté par la Ligue à une lutte d’ouvriers agricoles dans les Landes, l’auteur de l’article écrit : « Et dire que le PC nous accusait de délaisser ces luttes ».

133 Rh n° 24, 18 juin 1969.

134 Rh n° 55, 9 mars 1970, p. 4. Le n° 22 parle d’un comité paysan de soutien à A. Krivine dans la fédération Languedoc-Roussilon de la LC.

135 Rh n° 32, 29 septembre 1969, p. 16.

136 Ce que veut…, op. cit., 1972, p. 136-141, « Pour la défense des paysans exploités ».

137 LCR, Oui le socialisme !, op. cit., 1978, p. 49.

138 Rh n° 152, 8 avril 1972, p. 6.

139 Rh n° 78, 7 septembre 1970, p. 6, et n° 218, 31 août 1973, p. 9.

140 Rh n° 267, 27 septembre 1974, p. 20-21 et n° 295, 11 avril 1975, p. 7.

141 Rh n° 271, 25 octobre 1974, p. 6.

142 Rh n° 160, 3juin 1972, « le mai 72 des paysans bretons » ; Rh n° 293, 28 mars 1975, « Midi qui bouge, Midi rouge ».

143 COR n° 20, mai-juin 1979.

144 COR n° 22, mai 1980.

145 PRDP, du n° 5 (mai 1979) au n° 9 (septembre-octobre 1979).

146 Témoignage de Jacques Coudray, ancien instituteur, ancien militant en Charente-Maritime, recueilli le 23 mai 2001 aux Nouillers, petit village situé près de Saint-Jean d’Angély.

147 APJPS, carton n° 5, questionnaire FGA envoyé aux DV en prévision du congrès de cette fédération de la CFDT, 15 mai 1975, une p. r.-v. + une p. de questions.

148 Ibid., exemple de feuille locale, Agriculture rouge n° 11, 17 février 1975, une p. r.-v., était un bulletin rédigé par les militants et sympathisants de la LCR du ministère de l’Agriculture et de l’Office National des Industries Céréalières (ONIC).

149 Le Monde, 23 septembre 1999, p. 12-13 : « Voyage chez les néo-militants de la terre », par D. Pouchin, lui-même ancien militant de la Ligue à Rouen.

150 Après un bref passage à l’OCI, il donne son adhésion à la LCR (Rh, 6 octobre 1988).

151 Rh n° 1859, 20 janvier 2000. D. Fric déjà vétérinaire, mais à l’époque au service militaire, fut un des candidats soldats présentés par la LCR aux législatives de 1978.

152 Le Monde, 14 mars 2000, résultats du premier tour des élections cantonales, p. 12.

153 Lafont (R.), La Révolution régionaliste, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1967.

154 Ibid., p. 140 et sq.

155 Fay (V.), La Flamme et la Cendre, histoire d’une vie militante, Presses Universitaires de Vincennes, 1989, p. 52 et p. 89. Notons toutefois que d’autres témoignages indiquent qu’en 1935, le PC fait chanter l’Internationale en patois dans le Limousin, et qu’en Bretagne Marcel Cachin prononce ses discours en breton, dans Berstein (S.), dir., Les Cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999, p. 231-232.

156 Cahiers Alsace Rouge, n° 4, octobre-novembre 1977. Les numéros 5 (janvier-février 1978) et 6 (avril-mai 1978) reviennent sur cette histoire.

157 Reimeringen (B.), « Un communisme régionaliste ? Le communisme alsacien lorrain », dans Régions et régionalisme en France du xviii² siècle à nos jours, Paris, PUF, 1977, p. 361-392.

158 Dreyfus (M.), PCF, crises et dissidences, Bruxelles, Complexe, 1990. La presque totalité des communistes strasbourgeois et la moitié de ceux de Colmar se retrouvent dans la nouvelle organisation formée par les exclus, le PC Opposition d’Alsace Loraine, bientôt Parti Alsacien Ouvrier et Paysan (PAOP) qui évolue vers le nazisme après 1939.

159 Ce que veut…, 1972, op. cit., p. 139-141.

160 Alliès (P.), L’Occitanie et la lutte des classes, Cahiers de la Découverte, Montpellier, 1972, 100 p.

161 Les Cahiers Occitanie Rouge (COR) arborent en première page cette croix languedocienne à côté de la faucille et du marteau.

162 Entretien réalisé à son domicile, Monsempron-Libos (47) le 26 avril 2001.

163 Rh n° 313, 12 septembre 1975, p. 3.

164 Crit. co. n° 10, p. 35.

165 Ibid. p. 61.

166 Dans les 22 numéros des Cahiers Occitanie Rouge (fin 1975-mai 1980), on trouve 4 articles rédigés en occitan. En réaction à l’assassinat à Paris de Pierre Goldman, un militant de Dordogne, Claude Meyrannes, écrit un poème en occitan, Le PdP, n° 9, septembre-octobre 1979, p. 17.

167 Rq n° 196, 6 novembre 1976, annonce la parution du numéro 1 de Bretagne rouge avec une interview en breton d’un membre d’Ar Falz.

168 PRDP n° 4, avril 1979.

169 Ainsi les COR, n° 18, décembre 1978, p. 22, reproduisent la prise de position d’un militant « très connu à Montpellier pour ses prises de position OCI » : « La culture régionale fait diversion, aurait-il affirmé. Elle masque les vrais problèmes. C’est du folklore et rien de plus. Or le folklore c’est Pétain. L’histoire a tranché dans le sens de l’unité de la nation. Et l’unité de la nation c’est l’unité de la langue. Et la langue c’est comme le chemin de fer, ça permet de communiquer ».

170 Cahiers Alsace Rouge, n° 4, octobre-novembre 1977.

171 Tract reproduit dans COR n° 11, novembre-décembre 1977, p. 45-46.

172 LCR, Oui le socialisme !, op. cit., p. 265.

173 PRDP n° 7, juillet-août 1981.

174 Rh n° 241, 8 février 1974, « Éditorial » protestant contre la dissolution d’Enbata.

175 Rh n° 319, 24 octobre 1975, p. 19. Protestation contre « la rafle policière ».

176 Rq n° 308, 26-27 mars 1977, p. 6.

177 Rq n° 38, 28 avril 1976, p. 8. Après la fête pour l’unité de la Bretagne à Nantes.

178 Crit. Co. n° 10, novembre 1976, p. 5, note 3.

179 Rq n° 357, 26 mai 1977. Compte rendu de la IVe Assemblée de VVAP à Périgueux.

180 PRDP n° 5, mai 1981, p. 24-26. Il est précisé que la double appartenance est permise. Ce mouvement veut tenter d’infléchir la politique de la gauche dans ce domaine mais se déclare vite déçu au vu du projet de réforme régionale (PRDP n° 9, novembre 1981, p. 12).

181 Le Monde, 27 mai 1998, p. 13. Cl. Rives interrogé par M. Braudeau.

182 Ibid.

183 D’après Rq n° 17, mardi 14 mai 1974. Pendant la durée des Présidentielles Rouge est devenu momentanément quotidien.

184 Rq n° 17 et 18, 2 et 3 avril 1976.

185 Le Nouvel Observateur, n° 1869, 31 août-6 septembre 2000, le présente comme un ex-leader de la LCR et comme l’ami d’A. Krivine. Il est chargé de cours à l’université de Corte.

186 Rh n° 33, 6 octobre 1969, p. 12, sous le titre « le colonialisme en Corse ».

187 Rh n° 242, 15 février 1974, p.8, « Corse : réveil autonomiste ».

188 Rh n° 313, 12 septembre 1975, p. 6, D. B.

189 Rh n° 312, 5 septembre 1975, p. 4, G. V.

190 Crit. co. n° 10, novembre 1976, p. 1-18.

191 Rq n° 107, 23 juillet 1976, p. 4. Mais le CC d’août 1976 décidait de ne pas reconnaître la Corse comme nation (BI n° 48), exemple des hésitations, des résistances qui finiront par fléchir.

192 Notamment Le Nouvel Observateur du 4-10 mars 1999. A Manca naziunale a obtenu 795 voix, soit 0,69 % des suffrages exprimés. Pour la plupart salariés, agriculteurs et petits commerçants, les militants se présentent comme des « patriotes de gauche » luttant contre toutes les formes d’exploitation.

Table des illustrations

Titre Carte n° 3 Élections municipales de 1977, présence d’une liste « Pour le socialisme, le pouvoir aux travailleurs »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21301/img-1.png
Fichier image/png, 129k
Titre Tableau n° 6 Nombre de candidat(e)s et suffrages obtenus en moyenne par les candidat(e)s LCR et LO aux législatives en 1973 et 1978
Légende Sources : Le Monde et Rouge, mars 1973 et mars 1978
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21301/img-2.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Tableau n° 7 : Répartition des militant(e)s LCR dans les syndicats
Légende (Source : Dépouillement du questionnaire ouvrier portant sur 884 militant(e)s, Cahier du BP, mars-mai 1973, APGF).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21301/img-3.png
Fichier image/png, 1,2k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540