Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Deuxième partie. Après 1973 : l’inscription dans le paysage politique français

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Rh n° 184, 16 décembre 1972, p. 12-14. Résolution politique en 16 points.
  • 2 Revue QI n° 16-17, juillet-août 1974, « Xe congrès mondial, Thèses et résolutions ».
  • 3 Rh n° 184, Ibid.

1La résolution politique adoptée au IIIe congrès de la Ligue communiste, en décembre 1972, note « l’absence de perspective révolutionnaire immédiatement crédible1 » et remarque aussi le maintien d’un haut niveau de combativité ouvrière. Les théoriciens de la Ligue et de la QI sont persuadés de l’existence, depuis Mai 68, d’une Avant-Garde Ouvrière Large (AGOL) en rupture avec le réformisme2. Dans le but d’asseoir son influence sur cette fraction de l’opinion ouvrière qui ne se satisfait plus des solutions réformistes, la Ligue se propose de faire de l’agitation sur les comités de grève (définis comme un début d’auto-organisation de la « classe ») et sur l’autodéfense ouvrière, deux thèmes censés répondre à ses préoccupations3. Au printemps 1973, c’est encore de cette façon que l’organisation tente de s’insérer dans un paysage politique français largement dominé à gauche par le PC et le PS, surtout depuis la signature du Programme commun. Ainsi pour répondre à cette combativité ouvrière mais en même temps pour lui montrer la voie, la Ligue a attaqué le meeting d’Ordre nouveau le 21 juin 1973.

2Ce n’est qu’après cette action que les militants voient mieux les limites de cette stratégie. Se dessine une orientation privilégiant un « travail ouvrier » plus classique. On se propose de le placer véritablement au centre, car jusqu’ici la « dialectique des secteurs d’intervention » amenait l’organisation à laisser la plus grande partie de ses forces à la périphérie. Cette priorité au « travail ouvrier » est justifiée bien sûr par l’importance qu’accorde toute organisation se réclamant du trotskysme à la classe ouvrière. Mais comme la radicalisation ne se limite pas à la classe ouvrière, la Ligue ne délaisse pas, au contraire, les autres champs d’intervention, la jeunesse, les femmes, les enseignants, où existe aussi une Avant-Garde Large (AGL).

Notes

1 Rh n° 184, 16 décembre 1972, p. 12-14. Résolution politique en 16 points.

2 Revue QI n° 16-17, juillet-août 1974, « Xe congrès mondial, Thèses et résolutions ».

3 Rh n° 184, Ibid.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540