Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Première partie. Du groupe guévariste vers l’organisation communiste révolutionnaire 1968-1973

Chapitre III. L’action militante : ses résultats

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le congrès de fondation de la LC à peine terminé (le congrès eut lieu du 5 au 8 avril 1969), l’actualité politique française se précipite, du fait notamment de l’annonce par le général de Gaulle d’un référendum. Il contribue à dramatiser cette échéance en annonçant sa volonté de se retirer en cas de victoire du non, ce qu’il fait le 28 avril, le non l’ayant emporté la veille. L’élection présidentielle qui suit ne peut laisser la LC indifférente. L’organisation réussit à s’inscrire au cœur de cette actualité politique, cette « apparition centrale » devant aider au « travail ouvrier », priorité de la période à venir. La Ligue saura-t-elle capitaliser les sympathies que lui valent ses interventions ? Saura-t-elle s’implanter solidement au sein de « la classe » ou ne se laissera-t-elle pas séduire par les aspirations nouvelles de la « périphérie » ?

La Ligue et les élections

  • 1 Rh n° 18, 8 mai 1969, p. 12. Le texte figure sous le titre « Le PC et le parlementarisme » dans Le (...)
  • 2 Ibid.

2Début mai s’ouvre la campagne pour l’élection présidentielle fixée aux 1er et 15 juin 1969. À la surprise générale, Alain Krivine est candidat. La direction de la Ligue éprouve le besoin de justifier sa démarche en remettant en circulation les « textes fondateurs ». La résolution sur les élections adoptée en juillet 1920 au 2e congrès de l’IC est publiée par Rouge et fait l’objet d’un tiré à part1. A. Krivine signe un livre en 1969 intitulé La Farce électorale, dans lequel il écrit « qu’il n’y a rien à attendre des urnes ». Ceci dit, il ne s’agit pas de sombrer dans le « gauchisme », « doctrine enfantine et naïve », autre face du « crétinisme parlementaire2 ». On sait à la Ligue que la prise du pouvoir ne se fera pas par les élections, cependant, il est possible, nécessaire, d’utiliser les institutions bourgeoises, les élections, pour l’agitation politique.

Krivine candidat : « Bidasse for president3 »

  • 3 Titre de Charlie Hebdo.
  • 4 Paroles rapportées par Hamon (H.), Rotman (P.), op.cit., t. 2, p. 70.
  • 5 Ibid., p. 72.

3Lors du BP de la Ligue tenu début mai, D. Bensaïd interroge ses camarades : « Abandonnerons-nous à Duclos, vieil apparatchik s’il en est, le monopole de la parole ouvrière ? ». « Allons-nous laisser Rocard porter seul l’étendard du mouvement de mai ?4 ». Le 5 mai 1969, Europe n° 1 annonce la candidature d’A. Krivine, soldat de deuxième classe à Verdun. La décision a été prise à l’unanimité par le CC du 3 mai. Le fait qu’A. Krivine fasse son service militaire ne peut, selon la loi, constituer un empêchement, car celle-ci stipule en effet que « pour se présenter, il est nécessaire d’accomplir ses obligations militaires5 ». Le ministre de la Défense Pierre Messmer accorde à Krivine une permission spéciale et lève l’obligation de réserve.

  • 6 Rh n° 20, 21 mai 1969, p. 7.
  • 7 JR n° 7, 13 juin 1969, p. 7 (Cermtri). L’Humanité, citée par Le Monde, 8 mai 1969, écrit ceci : «  (...)

4Le premier acte de cette entreprise consiste à collecter les signatures d’élus nécessaires à la présentation du candidat, soit cent, à cette époque. Rares sont ceux qui se déclarent spontanément parrains. Les militants doivent se mobiliser, parcourir les campagnes en quête des précieux documents. Au bout de dix jours d’efforts, le chiffre cent est dépassé, largement. Le 21 mai, Rouge comptabilise 231 signatures, dont une majorité venant de maires de villages, notamment du Sud-Ouest et de Normandie où la LC est implantée. Elles viennent aussi de Franche-Comté, Bretagne, Centre, Sud-Est, bassin parisien, « mais pas d’Alsace, ni du pays chouan6 ». Le PC comme l’OCI pointent parmi les parrains d’A. Krivine le docteur Jacques Moron, député UDR de Toulouse. Le journal de l’AJS dénonce « la compromission de Krivine », il voit dans ce soutien de la part de la bourgeoisie la volonté de « diviser les rangs du mouvement ouvrier7 ». Par contre LO appelle à voter Krivine et fait campagne pour lui, un soutien que Rouge évoque bien peu.

  • 8 Le Monde, 7 mai 1969, annonce la candidature en une et lui consacre deux colonnes en page 2.

5La campagne surprend et intéresse, au-delà des sympathisants habituels du groupuscule. Le Monde présente notamment de manière fort sympathique le candidat Krivine, donnant l’adresse de Rouge et son CCP : « Alliant l’habileté tactique à la conviction révolutionnaire, il symbolise assez bien la nouvelle génération révolutionnaire d’extrême gauche, où se trouvent mêlés le goût du débat intellectuel, la recherche de l’action directe et un certain romantisme8 ».

  • 9 Filoche (G.), op. cit.
  • 10 Dans Kindo (Y.), op. cit., vol.2, p. 88. J-L. L’Hôte, non encore militant : « Moi, ce qui m’a le p (...)
  • 11 Filoche (G.), op. cit., p. 114.

6Sans préparation particulière, « avec lunettes et cravate9 », le candidat fait preuve d’un grand talent à la télévision notamment10 et dans les meetings. L’organisation n’hésite pas à louer un petit avion, ce qui permet, en un mois de campagne, de tenir des dizaines de meetings, très réussis parfois. G. Filoche dit sa stupéfaction et son plaisir en contemplant le public remplissant le Palais des sports de Paris, pour le dernier meeting de la campagne : 6 000, 7 000, 10 000 participants ? : « En un an, j’avais l’impression que nous avions parcouru un fantastique chemin, de l’anonymat du groupuscule à la force politique de masse, reconnue11 ».

7A. Krivine obtient 236.237 voix, soit 1,1 % des suffrages exprimés, arrivant dernier des sept candidats en présence. La Ligue situe ses résultats par rapport à ceux du PC, dont le candidat J. Duclos a fait vingt fois plus de voix que celui de la Ligue à l’échelon national. Mais en Moselle (région ouvrière de Thionville), il n’a fait que six fois plus, ce qui est jugé encourageant. La présentation d’A. Krivine à ces élections est une sorte de « coup », comme les affectionnent les militants de cette organisation. Il va réussir au-delà de tous les espoirs, même si les résultats sont modestes. Désormais la Ligue est connue ailleurs que dans les universités. Elle commence ainsi à s’inscrire dans le paysage politique.

Les élections législatives de 1973 (4-11 mars)

8Ayant vu tout le bénéfice qu’ils ont tiré de la participation à l’élection présidentielle, les militants de la Ligue récidivent au cours des deux années suivantes. Ils soutiennent le candidat du PSU à l’élection législative partielle dans le XIIe arrondissement de Paris (juin 1970) et le candidat de LO — dont le militant de la Ligue Jean Métais est le suppléant — à Bordeaux (septembre 1970). Les résultats de ces élections partielles sont jugés décevants, malgré le caractère unitaire des candidatures. Mais les résultats des élections municipales de 1971 ont été plus encourageants pour les révolutionnaires, là où ils se sont présentés. La Ligue n’y a pas participé, non pas par anti-électoralisme, mais parce que la direction a estimé que l’organisation n’était pas encore prête pour affronter une telle échéance.

  • 12 Rh n° 183, 9 décembre 1972, « Éditorial », Yves Clément.
  • 13 Rh n° 186, 6 janvier 1973, p. 9.
  • 14 Rh n° 185, 23 décembre 1972, p. 16.
  • 15 Rh n° 187, 13janvier 1973, p. 6, « l’OCI-AJS face aux élections » (H.W.).
  • 16 Rh n° 196, 16 mars 1973, p. 5.
  • 17 Rh n° 184, 16 décembre 1972, p. 15. Il fallait présenter un minimum de 75 candidats pour pouvoir s (...)

9En cohérence avec son attitude précédente, la Ligue est présente aux élections législatives des 4 et 11 mars 1973 : « pour continuer à expliquer qu’il ne suffit pas d’élections pour que l’État bourgeois passe la main12 ». On continue à se garder à gauche, mais D. Bensaïd explique que si les élections « ne constituent pas une solution suffisante13 », cette échéance doit être prise au sérieux. Il est recommandé aux militants et aux sympathisants de s’inscrire sur les listes électorales, avant la fin de 197214. Bien avant les élections, la Ligue a tenu des réunions avec les deux autres organisations trotskystes importantes, LO et l’OCI, dans le but de se répartir les circonscriptions. L’accord n’a pas été possible avec l’OCI, celle-ci aura des candidats dans 19 circonscriptions15. Finalement, les candidats de LO et de la LC seront présents dans 262 circonscriptions, sur un total de 473 circonscriptions métropolitaines16 : 171 pour LO et 91 pour la Ligue, cette dernière ayant dû réduire ses ambitions, puisqu’elle projetait d’abord d’être présente dans 137 circonscriptions17. Dans une seule circonscription, Elbeuf-Cléon, existe une candidature mixte LO-LC (R. Gabet, le candidat, et la suppléante, Rica Bentolila, militante de Rouen).

  • 18 Rh n° 194, 2 mars 1973, p. 5.

10La plupart des dirigeants de la LC se portent candidats, preuve de l’importance que l’organisation accorde à cette échéance : ainsi A. Krivine à Longjumeau-Savigny-sur-Orge (la plus grosse circonscription de France, où il affronte Pierre Juquin), P. Frank à Gennevilliers, G. Filoche à Sotteville-lès-Rouen (face à Roland Leroy), D. Bensaïd à Toulouse. La Ligue présente aussi des ouvriers, Jean-Louis Dion ouvrier à Progyl à Grenoble face à l’historien Pierre Broué, candidat de l’OCI, André Fichaut à Brest, Christian Chatillon, employé à la CAF et Wilfrid Pasquet, docker, sont candidats au Havre. Quant au candidat de la Ligue à Sedan, c’est Guy Rey, ouvrier à Vallourec, ancien secrétaire de la Fédération du PSU, qui vient de rallier la Ligue18. Les femmes candidates sont minoritaires. Signalons cependant Jeannette Habel « dirigeante historique » ou Dominique Mehl à Ivry, au total sept candidates. Cependant, elles ont un rôle important dans la trésorerie, les chèques pour la souscription devant être libellés au nom de D. Mehl et de Françoise Filoche. Le petit parti révolutionnaire, pas plus que les formations politiques traditionnelles, ne donne spontanément une place importante aux femmes.

  • 19 Rh n° 186, 6 janvier 1973, p. 11.
  • 20 Rh n° 192, 17 février 1973, p. 4-5.
  • 21 Rh n° 191, 10 février 1973, p. 5.
  • 22 Rh n° 194, 2 mars 1973, p. 6-7.

11Les candidats et les suppléants ont participé à un stage spécifique à la fin de 1972. Il a préparé les candidats à « répondre aux questions pièges des journalistes, à tenir meeting, à porter l’assaut (politique) aux meetings adverses, notamment ceux de l’Union de la Gauche », bref « à donner le coup d’envoi à deux mois d’effort de propagande sans précédent pour notre organisation19 ». La mobilisation a été intense sur les « bastions ». À Toulouse ont été tirées trois Taupes rouges imprimées à 20 000 exemplaires20. À Rouen, les trois numéros de La Lutte continue ont été imprimés à 50 000 exemplaires, « distribués sur 30 entreprises, de l’intérieur et de l’extérieur », « une brigade étudiante appuiera la propagande dans la région de Lillebonne-Gravenchon, dans toute la Basse-Seine21 ». Ce souci prioritaire de l’intervention ouvrière explique la mise en évidence dans Rouge de la campagne sur la Lorraine, avec publication d’extraits de Fentsch rouge, bulletin de la cellule Wendel Sidelor de la LC22. Trente ans plus tard, G. Filoche, fils de cheminot, qui se présentait dans sa ville natale se Sotteville-lès-Rouen, fait part de sa déception :

  • 23 Filoche (G.), op. cit., p. 161-2. Il obtint 689 voix sur 53.238 suffrages exprimés, soit 1,29 %.

On fit pourtant le maximum, affiches, tracts, meetings systématiques. On se sentait solides, en tant que courant militant sur la ville depuis près de huit ans […]. On rédigeait des tracts courts, très lisibles. Rien n’y fit : j’ai eu, comme tous mes camarades, autour de 1 % des voix23.

  • 24 Rh n° 195, 9 mars 1973. Dans ce bilan destiné aussi à remonter le moral des militants, on annexe l (...)

12En effet, le vote pour les révolutionnaires a été modeste. Dans les circonscriptions où elles présentaient des candidats, LO et la LC ont obtenu 2,1 % des suffrages exprimés (286.140 voix), soit le double des voix obtenues par A. Krivine en 1969, mais moins que le PSU (470 000 voix pour ses 217 candidats, soit 4,13 % des suffrages exprimés). Dans certains cas ce chiffre est dépassé. À Sedan, G. Rey obtient 5,51 % des suffrages, mais A. Krivine 1,91 %, A. Laguiller 2,47 % dans le XVIIIe arrondissement. Quant à LO, son maximum est de 4,17 % à Issoudun. Malgré tout le bilan tiré par le CC est positif. L’éditorial de Rouge, le 9 mars 1973, note « qu’il existe, même sur le plan électoral, un courant révolutionnaire […]. Malgré l’emprise de l’électoralisme sur la classe ouvrière française, plusieurs centaines de milliers de jeunes ont voté révolutionnaire pour manifester aux directions ouvrières leur refus du réformisme et leur volonté de lutte24 ».

  • 25 Rh n° 195, 9 mars 1973, p. 5.

13Le CC insiste aussi sur l’expérience politique irremplaçable qu’ont constitué ces élections. Elles ont permis à la Ligue de s’adresser directement aux militants des partis ouvriers traditionnels : « Pour beaucoup d’entre eux c’était la première confrontation avec les “gauchistes” qu’ils ne connaissaient qu’à travers les calomnies de L’Humanité25 ». Un autre motif de satisfaction est le piètre résultat des candidats de l’OCI-AJS, partout distancés par les candidats LO-LC, même dans les « prétendus bastions lambertistes ». Ainsi P. Broué arrive derrière Jean-Louis Dion à Grenoble. J.-J. Marie n’obtient que 654 voix dans la même circonscription qu’A. Krivine (2.258 voix). Le candidat de l’OCI ne parvient à talonner le candidat de la Ligue qu’à Nantes.

  • 26 Rh n° 196, 16 mars 1973, p. 5.
  • 27 APJPS, carton n°15, Dossier « Campagnes électorales LC ».

14Par contre, Rouge s’inquiète des résultats légèrement supérieurs de LO, dont les candidats recueillent en moyenne 2,3 % des suffrages exprimés, contre 1,8 % à ceux de la LC. Rouge esquisse une explication double : l’absence de la LC à la télé — alors qu’A. Laguiller a fait une apparition efficace — et le caractère propagandiste de la campagne, le refus de la personnalisation allant jusqu’à ne pas afficher le nom, et bien sûr encore moins la photographie, du candidat26. Sur l’une des cartes postales éditées par la Ligue pour faciliter la souscription et signée Wolinski, on voit un couple. L’homme dit que « ça ne sert à rien de voter pour la Ligue », et sa compagne répond « c’est pour ça qu’il faut voter pour27 ».

15« Brigade d’étudiants », « porter l’assaut (politique) »… le vocabulaire est encore à forte connotation militaire mais la pratique est légale. Les militants sont appelés à s’inscrire sur les listes électorales. Il s’agit bien d’assaut politique et non d’attaque contre une quelconque caserne de la Moncada. La Ligue ne méprise pas, ne méprise plus les échéances électorales. Peu à peu, l’organisation révolutionnaire s’inscrit dans les institutions de la République. Électoralisme ? Les dirigeants de l’organisation s’en défendent :

  • 28 Rh n° 98, 25 janvier 1971, p. 3, A. Krivine

Qu’on le veuille ou non, une grande partie des travailleurs croit encore aux vertus du bulletin de vote, notre tâche est donc dans chaque circonstance de trouver les moyens de leur montrer que le pouvoir n’est dans les urnes que pour la bourgeoisie28.

  • 29 Rh n° 97, 18 janvier 1971, p.2, « Éditorial ».
  • 30 La loi électorale du 20 novembre 1982 sur les élections municipales a introduit une dose de propor (...)

16Bien sûr, on préconise encore en 1971 « une participation anti-électoraliste aux élections29 ». Mais la Ligue participe avec régularité à la vie politique classique, le petit groupe d’étudiants guévaristes calque de plus en plus son activité sur le calendrier électoral. Le mode de scrutin ayant changé, il finit par obtenir des élus, deux aux municipales de 198330, puis aux régionales et aux élections européennes.

Une organisation communiste ouvrière ?

  • 31 C’est ainsi que se nomment eux-mêmes les militants de la Ligue, pour se distinguer des marxistes… (...)
  • 32 Rh n° 125, septembre 1971, « Éditorial », H. Weber.
  • 33 APJPS, carton n°I, BI n° 20, juin 1971, « Résolutions du deuxième congrès de la LC », p. 5.
  • 34 Cahiers rouge n° 10-11, op. cit.

17Avant même la fondation de la LC, l’objectif des « marxistes révolutionnaires31 » était de gagner « les authentiques dirigeants ouvriers », « les cadres organisateurs de la classe », de tourner l’activité de l’organisation vers les entreprises. Le but est maintenant de structurer cette « avant-garde ouvrière large32 », dont les liens avec le PCF se sont distendus en Mai 68. Bien sûr, « le recrutement à notre organisation touche aussi de nombreux jeunes travailleurs sans passé syndical ou politique », avoue un texte interne, mais ce n’est pas la priorité absolue33. Ce travail d’implantation est lent, il requiert de la patience. Il passe par la constitution de groupes Taupe rouge dans les entreprises. Ils sont décrits comme des « structures organisationnelles transitoires », « espèces d’antichambres de l’organisation », dans lesquelles Les militants s’efforcent de regrouper leurs contacts ouvriers34. Quand les forces sont suffisantes, il existe un groupe Taupe sur une entreprise, plus généralement un par secteur d’activité, ou pour les petites villes, un seul pour tous les contacts ouvriers.

Effort de centralisation du travail ouvrier

  • 35 APJPS, carton n° 3, circulaire CNO du 21 avril 1971. La CGT organisait un rassemblement, revendica (...)
  • 36 APJPS, carton n°I, BI n° 20, op. cit., p. 5.

18Avant même le deuxième congrès de la Ligue, commence à fonctionner une Commission Nationale Ouvrière (CNO). Elle envoie une circulaire aux villes, le 21 avril 1970, dans le but de réunir à Paris « les camarades qui participent à la mobilisation jeune CGT des 7-8-9 mai 197035 ». Il est demandé aux villes de faire connaître les adresses des militants travaillant à l’EGF, pour y « organiser notre travail politique ». Le deuxième congrès systématise cet effort, condition pour que décolle le travail ouvrier, pense-ton. La CNO est institutionnalisée, son rythme de réunion est mensuel, et tous les deux mois se tient une CNO élargie, « avec les cadres effectifs du travail ouvrier de l’ensemble de l’organisation36 ». À partir de septembre 1972 la CNO se réunit tous les quinze jours. Elle est chargée de rédiger un bulletin ouvrier régulier, de préparer les congrès syndicaux, de rédiger des plaquettes. Elle doit réunir au moins deux fois par an une Conférence nationale ouvrière.

  • 37 Rh n° 65, 25 mai 1970, p. 6.

19La première Conférence nationale ouvrière s’est tenue le 25 mai 1970. Rouge donne malheureusement peu de précisions sur la réalité du travail ouvrier, se contentant de signaler que « l’organisation a la possibilité de coordonner l’activité des militants sur un certain nombre d’entreprises nationalisées, de trusts ou de branches industrielles, EDF, PTT, SNCF, Santé, Chimie, Métallurgie37 ». Les 9-10-11 juin 1973, week-end de la Pentecôte, se tient à Rouen une deuxième conférence nationale ouvrière, à laquelle Rouge consacre quatre pages et de nombreuses photographies. Dans sa présentation, Félix Lourson est optimiste :

  • 38 Rh n° 209, 15 juin 1973.

Ce week-end de Pentecôte 73 aura permis de mesurer le chemin parcouru […]. Il aura peut-être aussi contribué à tuer le visage d’une extrême gauche purement étudiante entretenu par les réformistes38.

Tableau n° 3 Répartition des militants et sympathisants ouvriers de la LC (juin 1973)

Tableau n° 3 Répartition des militants et sympathisants ouvriers de la LC (juin 1973)

Source : Rouge n° 209, 15 juin 1973.

  • 39 D’après une brochure à diffusion restreinte, rendant compte de la Conférence ouvrière du Front Com (...)

20Les chiffres donnés sont très précis, 680 travailleurs sont présents, venus d’environ 250 entreprises, 55 % sont membres de la Ligue et 45 % sympathisants des groupes Taupe rouge. La moyenne d’âge serait de 26 ans et les branches représentées sont variées. Les militants et sympathisants présents, si l’on en croit les chiffres de Rouge, seraient pour 63 % à la CGT, 37 % à la CFDT. Belle discipline, aucun ne serait pas syndiqué ? Par contre, à la Conférence ouvrière tenue à Lyon les 1-2-3 juin 1974, « 18,6 % des camarades présents n’ont pas signalé d’appartenance syndicale », 37,4 % seraient à la CFDT, 39,2 % à la CGT, 4,7 % à la FEN, chiffres plus conformes à la réalité39. Enfin on signale parmi les 680, 58 OS, mais on ne nous dit pas combien sont ingénieurs ou techniciens. Bien évidemment par ces chiffres rendus publics la Ligue veut donner une image de petit parti ouvrier. Nous essaierons plus loin d’apporter davantage de précisions sur l’implantation de la Ligue en milieu ouvrier en utilisant des documents internes. Retenons que, même à travers ce document au caractère propagandiste marqué, la direction ne peut cacher qu’à cette date le cœur de la « classe » (métallurgie, chimie, textile…) est moins bien représenté (258 personnes) que le secteur tertiaire (ministères, santé, PTT…) avec 382 militants ou sympathisants.

Travail de branche : l’exemple de la SNCF

  • 40 Jamard (Y.), « La lutte des cheminots contre la rentabilisation », Taupe rouge n° 1, août 1973, 33 (...)

21Malgré leur présence modeste à la CNO de Rouen les cheminots militants et sympathisants se sont coordonnés, dès 1970. Très tôt fonctionne un secrétariat de branche, sous la direction d’Yves Jamard, auteur de La Lutte des cheminots contre la rentabilisation. Cette brochure témoigne d’une connaissance assez précise de l’entreprise, du statut complexe des personnels, et des revendications40.

  • 41 Sans doute Charles Marie, bientôt décédé.
  • 42 M. Ernis est aujourd’hui conseillère municipale LCR à Saint-Étienne du Rouvray, près de Sotteville
  • 43 Grâce aux notices nécrologiques publiées par Rouge, nous obtenons des précisions sur ces militants (...)

22Un texte préparatoire à une Conférence nationale ouvrière annonce la création d’une cellule SNCF à Rouen en février 1971. Cinq militants la composent, deux cheminots CGT, dont un vieux militant de la QI travaillant au dépôt de Sotteville41, un camarade travaillant à la CFDT, responsable d’une section syndicale de 86 personnes, et deux autres cheminots militant à la CGT. Cette cellule ne tarde pas à prendre le nom de Charles Marie, en hommage au militant décédé. Nous retrouvons sa trace en 1975 : composée de 9 militants, deux cheminots de Rouen-droite, un de Rouengauche, venu de la cellule CET, trois de Sotteville-dépôts (deux roulants et un sédentaire) et trois enseignants, dont un nouveau, ex-militant LO. Aux élections législatives des 12-19 mars 1978, la LC présente dans la 3e circonscription de la Seine-Maritime (Sotteville), Michèle Ernis enseignante et Michel Kermiche, cheminot depuis 197042. Entre 1971 et 1978 le nombre des cheminots a pratiquement stagné passant de cinq à six43.

23À Toulouse, le rapport d’activité de la cellule SNCF pour le congrès local de 1972 laisse penser qu’il n’y a dans cette cellule qu’un seul cheminot, Labeurte, très jeune, car c’était encore un apprenti SNCF l’année avant. Par contre fonctionne un Groupe Taupe Rouge (GTR) « passé à quatre cheminots », Pierrot militant CGT membre du bureau du syndicat, Denis CGT, Carré militant CGT âgé et politisé et Figue, « jeune et combatif ». De plus, la cellule a plusieurs contacts, des cheminots PSU-CFDT et un « futur syndicaliste CFDT, d’accord avec nous mais peu régulier pour raisons familiales (Noé) ». Le GTR se réunit au moins jusqu’en 1974, Labeurte signant un bilan succinct le 28 juillet 1974, dans lequel il dit que le groupe fonctionne régulièrement, tout en évoquant quelques problèmes sans davantage de précisions.

  • 44 Rh n° 55, 9 mars 1970, signale la tenue à Tarbes d’un meeting Krivine de 300 personnes, dont beauc (...)
  • 45 Cermtri, VMK, carton n° 2, « Commission nationale SNCF de la LCR ».
  • 46 Cermtri, VMK, Ibid., « Bilan du GT SNCF Rennes », sans date, sans doute 1975 ou 1976.
  • 47 Ibid.

24Le document le plus ancien du dossier « Kermiche », daté précisément du 30 octobre 1970, est un rapport écrit par Darthès sur l’intervention SNCF à Tarbes. La cellule est composée de 5 membres, tous dans l’enseignement (un enseignant, trois « pions ») ou la santé (un interne à l’hôpital). Le plus formé de ces militants, membre de la Direction de Ville (DV), libre trois ou quatre jours par semaine, a été détaché en février de Toulouse à Tarbes. Le secrétaire de cellule est lui aussi toujours étudiant à Toulouse. Par contre la cellule a 6 ou 7 contacts intéressants. Plusieurs sont des anciens, l’un a été FTP, en rupture de PC, un autre est « un peu politisé mais dévoué, combatif, ayant une conscience de classe brute, viscérale », un troisième, secrétaire CFDT de la section des roulants, est présenté comme un intellectuel assez démoralisé. Plusieurs ont été approchés lors du meeting Krivine44. Toutefois jusqu’en juin 1970, il n’a pas été possible de réunir un GTR, « essentiellement pour des horaires inaccordables45 ». La situation est plus précaire encore à Rennes où se met en place un « groupe taupe improvisé, en partie sous la pression de l’arrivée de deux cheminots rouennais dont on n’a pas retrouvé la trace46 » ! Le groupe est encadré par Roz et Ronald, deux chômeurs, le premier étant destiné à « l’embauche SNCF47 ». Du fait des horaires de travail, le rapport note la difficulté qu’il y a à rassembler les camarades et à dépasser le stade des discussions à bâtons rompus.

  • 48 Ibid., « Bilan de l’activité de la cellule Masséna-Austerlitz pour le secrétariat SNCF du 4 octobr (...)

25Pour terminer ce tour d’horizon des cellules SNCF, notons que la cellule parisienne sur laquelle nous avons un éclairage, la cellule MassénaAusterlitz48, est composée de 4 cheminots : un roulant CGT, un conducteur de manœuvre CGT, un syndicaliste CGT partant au service en avril, un Agent de Train Voyageant (ATV) CGT, et de 9 « extérieurs », dont un militant étranger et un membre du BP, indice de l’importance accordée à l’intervention ouvrière. La cellule prend soin de la formation des camarades cheminots, chacun étant parrainé par un militant extérieur. Quant au GTR, il ne comprend que trois ou quatre sympathisants, dont un militant CFDT, « syndicat où il est plus facile de militer, notamment à la commission immigrée de l’UL, notre intervention à l’UL CFDT pouvant débloquer le verrou de l’UL CGT ». Après Mai 68, la CFDT se révèle en effet souvent accueillante pour les « gauchistes ».

26Quant à l’instance qui coordonne les cellules SNCF, le secrétariat SNCF, lui-même dépendant de la CNO, il a un rythme de réunion mensuel. Des cellules SNCF existent à Dijon-Dôle, Metz, Dreux-Chartes, Lyon-Perrache, Orléans, Caen, Toulouse, et à Paris, Saint-Lazare-Batignolles, Paris-Est, Gare de Lyon, Villeneuve-Saint-Georges, Trappes (réseau Ouest). En conclusion d’un rapport de huit pages fait quelques mois auparavant, le rédacteur (anonyme) écrit :

  • 49 Ibid., rapport de 8 pages, année 1975.

Les révolutionnaires ne sont plus isolés dans les syndicats. De plus en plus de travailleurs (encore une minorité) regardent de leur côté pour y trouver des perspectives autres que celles d’élections législatives. Nous devons y répondre. Nous ne pouvons plus nous contenter de mots d’ordre générauxsur le socialisme. À la SNCF comme dans d’autres branches, nous devons élaborer des revendications « plus fines » et tout autant anticapitalistes49.

  • 50 Ibid., compte rendu de la réunion du 31 janvier 1976 : toute la province est absente, non excusée, (...)

27Cependant, lors de ces réunions sont dénoncées les absences nombreuses des cellules de province, des absences souvent non excusées, dénotant « un mauvais fonctionnement de la branche50 ». Ces absences sont trop fréquentes pour ne pas révéler une lassitude face à des efforts de centralisation considérés comme exagérés ou prématurés par rapport à une intervention locale souvent embryonnaire. Un véritable travail militant a été réalisé à la SNCF après Mai 68. Certains cheminots se sont montrés intéressés par le discours de la Ligue. Quelques contacts ont été pris. Les regroupements stables de cheminots, les groupes Taupe rouge, ont eu beaucoup de mal à vivre. Comme dans plusieurs autres secteurs professionnels, la Ligue suscite quelques sympathies, mais rares sont les travailleurs qui sautent le pas et qui adhèrent à l’organisation.

Travail sur une entreprise : à l’assaut de la « forteresse ouvrière » ?

  • 51 Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., t. 1, p. 518-519.

28Étant donné ce que représente alors Renault dans l’histoire sociale et politique du pays, on ne peut imaginer un « travail ouvrier » de la Ligue délaissant cette entreprise. Le 17 mai 1968, A. Krivine à la tête d’un groupe d’étudiants a tenté une infructueuse jonction avec les salariés de BoulogneBillancourt51. En outre, la plupart des groupes politiques d’extrême gauche interviennent sur l’usine mère qui emploie alors sur le site originel des milliers d’ouvriers. L’entreprise a essaimé depuis le début des années soixante, créant un établissement au Mans, pour bénéficier d’un bassin de main d’œuvre important, et a égrené plusieurs usines le long de la vallée de la Seine, à Flins, Cléon-Elbeuf, Sandouville-Le Havre. Or la Ligue a des forces dans chacune de ces villes.

  • 52 Il semblerait qu’une cellule LCR ait été créée à Renault-Flins à la fin des années soixante-dix. C (...)
  • 53 Une première conférence Renault Ligue Communiste s’est tenue en juillet 1970, suivie d’une deuxièm (...)
  • 54 APJPS, carton n° 21, Le Havre, débat interne, 1970.
  • 55 Cermtri, VMK, carton n° 2. Selon une note de la DV à toutes les cellules, 10 janvier 1977, il y a (...)
  • 56 APJPS, Ibid. Il y a au Havre en 1970, 4 cellules de 6 militants chacune.

29À l’exception de l’usine de Flins52, sur laquelle les maoïstes sont intervenus dès juin 1968 — c’est en tentant d’échapper aux forces de l’ordre que le lycéen maoïste Gilles Tautin s’est noyé dans la Seine —, ces diverses usines font l’objet d’une intervention précoce, rapidement coordonnée. Une « branche automobile » fonctionne régulièrement, essentiellement sur Renault53 ; elle s’ouvre parfois aux militants de Rennes qui interviennent sur Citroën, où ils rencontrent des problèmes différents du fait de l’hégémonie de la CFT. Chaque ville concernée crée rapidement une cellule Renault, et avec l’appoint d’une autre cellule — ainsi au Havre la cellule jeunesse scolarisée, Frank Païs, fournit ses bras54 —, est distribuée une feuille locale. Les titres varient : Renault Rouge à Boulogne-Billancourt, Renault Rouge CTR au Centre technique de Rueil, L’Étincelle au Mans, La Lutte continue à Cléon, comme à Sandouville. La cellule Renault-Cléon est une des cellules ouvrières de Rouen55, la cellule Renault-Sandouville (cellule Ignace Reiss), une des quatre cellules du Havre56. La brochure bilan de la grève de mai 1971, série Taupe rouge numéro 4, est cosignée par ces cinq cellules.

  • 57 Pour Renault-Sandouville, La Lutte continue et textes des débats internes. Pour Le Mans, texte int (...)

30Tentons de préciser la réalité de l’intervention de la Ligue sur deux usines de la Régie Renault, Le Mans et Sandouville57. Au Mans en Mai 68, un certain nombre de travailleurs ont participé aux réunions publiques « organisées dans un lieu occupé », mais les militants de la JCR n’ont pas su les regrouper. Même incapacité lors de la grève de l’atelier GG en février 1969, « le secteur ouvrier de l’organisation étant à cette époque informe ». Après deux journées de grève, les 12 et 20 février 1969, 360 ouvriers sont entrés en grève illimitée. Cette incapacité de la Ligue explique que la plupart des contacts de Mai 68 soient passés à L’Humanité rouge, toujours selon les rédacteurs. Décision est prise à la rentrée 1970 de faire du porte à porte dans les cités, quatre à cinq contacts sont ainsi découverts :

  • 58 APJPS, carton n°24, « Travail ouvrier Le Havre ».

Ils sont vieux, souvent militants syndicaux avant tout, passés par le PC. Ils sont sensibles à nos explications sur les revendications unifiantes, sur les luttes mais refusent de travailler vraiment avec nous, il est impossible de les réunir ou de discuter les tracts. Ils servent d’informateurs et sont souvent très localisés58.

  • 59 Ibid.

31Au bout d’un an, malgré la grève de mai 1971, « aucun ne peut être considéré comme sympathisant ». La déception des militants est grande ! La dépense de forces a été considérable et l’apport quasiment nul. À la rentrée 1971, la cellule qui s’apprête à intervenir sur Renault, est composée « d’enseignants et de travailleurs de bureau », tous militants extérieurs à l’entreprise. Sur celle-ci existent 4 contacts, un OS militant CGT actif, ancien du PC, un OP syndicaliste CGT connu pour défendre les positions de la Ligue, venant aux réunions sur la ville et sur la faculté — « le problème, il s’en va dans quelques mois ! » —, un OP ancien militant PC et CGT, « il ne s’est pas encore resyndiqué », enfin un OP, à la RNUR depuis la guerre, militant CGT ayant beaucoup d’influence. Ces contacts ont été réunis trois fois avec d’autres sympathisants ouvriers (bâtiment, imprimerie), la discussion sur des thèmes généraux a été intéressante (parti-syndicat, CGT…), mais « notre principale carence est l’incapacité d’offrir aux sympathisants un travail pratique sur la boîte59 ».

  • 60 La formule est utilisée dans un BI parisien, « Bilan et perspectives », novembre 1971 (BDIC 4°P.13 (...)
  • 61 Géhin (L.), Poitou (J.-C.), Des voitures et des hommes, Paris, La Découverte, 1984. 80 % du person (...)

32Au Havre l’intervention sur l’usine de Sandouville — 10 000 ouvriers travaillant au montage des automobiles dans une usine située près du canal de Tancarville, à environ 20 kilomètres du centre ville —, commence véritablement en mars 1969, au moment de la grève des 360 OS du Mans. Une Lutte continue spéciale Renault-Sandouville apparaît en octobre 1969, au rythme bimensuel, avec possibilité de feuille spéciale en cas de lutte. Elle est rédigée par les militants de la cellule I. Reiss (Renault-métallurgie), tôt constituée, dont les membres sont au départ tous extérieurs à l’entreprise. Les militants les plus aguerris en font partie. Citons parmi eux Milos (A. Rosevègue), enseignant les sciences économiques et sociales au lycée Claude-Monet, un ancien du PCI et de la JCR, et Héchempy (J.Ph. Ternon) surveillant d’externat, étudiant à Rouen en sciences économiques, bientôt membre du CC. Les articles sont frappés et ronéotypés sur place, sur une machine Gestetner placée d’abord dans l’appartement d’un militant à Caucriauville puis, les tirages nocturnes gênant les voisins, dans le garage de parents d’un militant lycéen, enfin dans un local que l’organisation est capable de louer à partir de la rentrée 1971. Cela donne à l’intervention un côté artisanal — des Lutte Continue sur une ou deux pages recto verso, parfois imparfaites matériellement, mais les militants s’efforcent de les dater, de les numéroter —, mais aussi une grande souplesse, le petit groupe de militants étant capable de réagir rapidement et de diffuser, si besoin est, plusieurs jours de suite, au quart du matin (vers 5 heures) et au quart du début d’après-midi. Mais « la pêche dans le grand fleuve prolétarien60 » — c’est littéralement ainsi qu’apparaît l’usine quand les dizaines de cars débarquent les ouvriers qu’ils sont allés chercher dans les villages de Normandie à des dizaines de kilomètres à la ronde61 — donne des résultats différents de ceux qui étaient attendus.

  • 62 Géhin (L.), Poitou (J.-C.), op. cit., p. 112. Le restaurant emploie 127 personnes et assure 4.000 (...)
  • 63 Rh n° 35, 20 octobre 1969, p. 9, reproduit l’appel du personnel et la position favorable de La Lut (...)

33En effet en octobre 1969, les personnels du restaurant62 géré par le comité d’entreprise à majorité CGT, eux-mêmes pour la plupart syndiqués à la CGT, lancent un appel aux ouvriers de l’usine, « en particulier aux ouvriers membres de la CGT », pour qu’ils fassent pression sur leurs délégués afin que toutes leurs revendications soient satisfaites. Ce sont des revendications salariales classiques (pas de salaire mensuel à moins de 800 francs), avec aussi la demande du retour aux 40 heures et « l’ouverture des livres de compte pour connaître l’état des dépenses par rapport aux recettes63 ».

34La Lutte continue prend position en faveur des revendications du personnel, contre l’argumentation de la direction de la section CGT qui, selon elle, devra augmenter les prix des repas si les revendications sont satisfaites.

  • 64 APJPS, carton n° 24, Le Havre, Lutte continue n° 3, 4e année, 7 octobre 1971. « Lettre du 21 septe (...)
  • 65 Op. cit., p. 123.

35Commence alors une longue confrontation entre les employés de la cantine et la direction du CE. Les premiers se mettent en grève le 9 septembre 1970 — grève perlée, ils livrent un plat au lieu de trois — réclamant désormais 1 000 francs et la mensualisation par alignement sur le statut RNUR. Le « meneur », Michel Arsac, est mis à pied pour trois jours, puis licencié pour faute professionnelle grave, le vendredi 8 janvier 1971. Entre-temps, après la dissolution de sa section syndicale par la direction de la CGT, il s’est syndiqué à la CFDT avec ses camarades du restaurant qui se solidarisent avec lui par une grève, du 11 au 15 janvier 1971. Pendant toute cette affaire les militants de la Ligue ont été très présents et en contact étroit avec M. Arsac, qui adhère à la Ligue au cours de la lutte. La Ligue tente de lancer un débat avec la CGT sur l’impossibilité « de gérer de façon socialiste en système capitaliste ». Une entrevue a lieu entre les dirigeants de la Ligue locale et les dirigeants CGT du CE. Le secrétaire du syndicat CGT, L. Géhin, écrit également à la Ligue le 21 septembre, pour protester contre « les relations trop hâtives qui sont faites (par La Lutte continue) entre le PCF et la CGT », en lui reprochant de reprendre ainsi une campagne du pouvoir64. L. Géhin n’évoque pas du tout cette confrontation avec les gauchistes dans son livre Des Voitures et des Hommes. Il fait seulement parler le maire d’un petit village normand qui lui dit, en 1972 « j’ai l’impression qu’ils [les ouvriers] sont pas mal stimulés au point de vue communiste et même gauchiste65 ».

36Ainsi, après trois ans d’intervention sur Renault-Sandouville, la Ligue communiste — seule organisation gauchiste à intervenir à cette époque-là — a réussi à s’inscrire dans le paysage politique local. Les vigiles de la RNUR ont parfois tenté, mollement, d’empêcher les distributions de La Lutte continue. Elle a même réussi à recruter un militant ouvrier, M. Arsac, embauché peu après son licenciement comme manœuvre dans une entreprise d’intérimaires. Toutefois « le long fleuve prolétarien » a continué à couler, indifférent, les ouvriers prenant poliment les tracts distribués, mais ne s’impliquant aucunement dans cette polémique entre la LC et la CGT.

37Lors d’une enquête sur Sandouville, les deux journalistes du Figaro Max Clos et Yves Cruau, décrivent à leur manière cette difficile tentative d’implantation en milieu ouvrier, sous le sous-titre « Le folklore gauchiste laisse indifférent » :

  • 66 APJPS, Ibid. Le Figaro, 4 décembre 1972, p. 5.

À la sortie de Renault, c’est vraiment un spectacle. Ils sont hirsutes, en bleu de travail plutôt crasseux. Les ouvriers, avant de monter dans leurs cars pour rentrer chez eux, ont pris la peine d’enfiler un costume propre, se sont lavés et peignés. Contestataires vivant dans le confort ils [les distributeurs de La Lutte continue] peignent l’horreur de la condition ouvrière à des conservateurs qui, précisément, constatent que l’usine leur donne accès à la société de consommation. On pourrait difficilement se comprendre plus mal. […les gauchistes havrais] sont moins d’une centaine, pour la plupart des lycéens, encadrés par une poignée de surveillants de collèges66.

38Cette estimation chiffrée est exagérée, au Havre la Ligue n’a jamais dépassé les 40 militants. Leur activisme important explique que les témoins extérieurs aient toujours surévalué leur nombre.

La politique d’embauche

  • 67 APJPS, carton n° 3, compte rendu de la CNO (19 septembre 1972).

39Ce souci de s’implanter au cœur de la « classe » et le piétinement de l’organisation amènent la Ligue à tenter de mettre sur pied une véritable politique d’embauche. Ainsi, la CNO tente de diriger les militants demandeurs d’emploi vers Renault-Cléon, « qui embauche 800 OS dans le mois qui vient […]. Les camarades seront hébergés à Rouen67 ». Peu avant cette date, une commission emploi est mise en place à Paris. Les trois responsables croulent bientôt sous le travail :

  • 68 Ibid., « L’embauche, premier bilan », 3 p. ron. sans date (hypothèse fin 1973).

Voir près de 200 copains est un très gros travail, surtout s’il faut prendre la discussion à zéro, vu les carences des clubs68.

40Ce texte, extrêmement intéressant, est postérieur à la dissolution de la LC, c’est alors que les militants parlaient de clubs au lieu de cellules. Cette commission fonctionne depuis un an. Ses animateurs « ont auditionné » deux cents « camarades », surtout dans la région parisienne, et constatent un peu effarés « qu’un très grand nombre d’entre eux n’ont aucune formation professionnelle et s’orientent vers un travail “déqualifié” (“licenciés en lettres”) ». Les raisons qui poussent l’organisation à se préoccuper de ce problème sont longuement développées. Il s’agit d’abord « d’assainir l’état interne du courant » :

On a dit et répété qu’une des principales tares de notre courant est l’absence d’insertion sociale réelle de très nombreux militants. Étudiants prolongés, lycéens un peu « paumés », intérimaires, employés dans de petits boulots parasitaires constituent une fraction importante du courant.

41Ce texte donne une photographie saisissante de la Ligue trois ans après sa fondation. Les étudiants et les « pions » chers aux journalistes du Figaro, y sont encore nombreux. Le texte poursuit en évoquant les difficultés d’insertion des « camarades plus âgés » :

Il est plus difficile de se recycler professionnellement à 25 ans qu’à 18 ans. D’où une tendance très nette pour les camarades étudiants à vouloir devenir employés d’administration… La rupture personnelle qui est imposée — ne serait-ce qu’avoir un petit chef derrière le dos — est peu facilement acceptée par les camarades.

42Par ailleurs, envoyer un camarade isolé dans une « boîte » risque d’entraîner sa démoralisation, il est donc préférable d’y envoyer simultanément plusieurs camarades, pour conserver « l’esprit de conquête ». Devant cette situation, les responsables de la commission en viennent à s’intéresser à « l’orientation scolaire des camarades lycéens », leur conseillant de ne pas bouder l’enseignement technique (IUT). Ils conseillent, pour terminer, aux étudiants de ne pas prolonger indéfiniment leur sursis de façon à s’insérer plus rapidement dans la vie active. Finalement, humour involontaire, la loi Debré qu’ils pensent voir s’appliquer, n’a pas que des aspects négatifs :

Elle a au moins le mérite de simplifier un peu la question, puisqu’elle limitera considérablement le nombre de sursitaires prolongés.

  • 69 Kindo (Y.), op. cit., vol. 2, p. 125-144.

43Ce texte précieux est malheureusement isolé. Nous ne pouvons dire, dans l’état actuel de nos connaissances, si cette commission a eu une durée de vie importante. Y. Kindo fournit un exemple de parcours professionnel compliqué en évoquant le cas de Marie-Claude Rousseau (Élise)69. Née en 1946, militante de la LC/LCR de 1968 à 1985, un moment membre du CC, maîtresse auxiliaire dans l’enseignement, elle est au chômage à la fin des années soixante-dix. Après avoir fait des ménages à Sarrebrück, elle s’inscrit en FPA où elle obtient son CAP en ajustage mécanique. Ne parvenant pas à trouver un travail dans l’industrie en Lorraine, frappée par la crise de la sidérurgie, elle revient finalement à sa vocation d’origine. Elle est professeur des écoles depuis 1992.

  • 70 Dressen (M.) évoque la volonté, chez les établis maoïstes, « de vivre au plus près de la fraction (...)

44De la même manière qu’il est difficile « d’arracher » l’organisation à sa matrice étudiante, les militants eux-mêmes ont du mal, individuellement, à changer de peau, à se transformer en prolétaires. L’établissement en usine n’est pas vécu à la Ligue de la même manière que chez les maoïstes70. Chez ces derniers il doit permettre d’extraire les idées justes des « masses », alors que les trotskystes se perçoivent comme les « éclaireurs » des « masses ». Pour les dirigeants de la Ligue, l’envoi de militants en usine est destiné à accroître l’implantation ouvrière du petit parti, mais il doit permettre aussi une insertion sociale des trop nombreux étudiants attardés.

La revanche de la périphérie ?

Succès dans la jeunesse scolarisée

45Autant la Ligue a du mal à s’implanter dans la « classe », autant elle est « comme un poisson dans l’eau » dans la jeunesse scolarisée, en particulier dans les lycées classiques et modernes. La JCR avait pris de l’avance sur ses compétiteurs de la JC par exemple, en suscitant dès avant Mai 68 des Comités d’Action Lycéens (CAL) dans les lycées parisiens :

  • 71 Leschi (D.), « L’après-Mai 68 dans les lycées », compte rendu écrit du séminaire du 2 février 1998 (...)

L’exclusion de R. Goupil, militant de la JCR, par l’administration du lycée Condorcet […] va susciter un émoi dans un certain nombre de lycées parisiens, une manifestation s’ensuit, et à partir de là se développent dans les lycées parisiens des CAL71.

  • 72 Ibid.

46En Mai 68, c’est un militant de la JCR, M. Recanati, qui représente les CAL dans « la structure quadripartite72 », avec Sauvageot pour l’UNEF, Cohn-Bendit pour le Mouvement du 22 mars, Geismar pour le SNESUP. Ce militantisme n’est pas resté confiné dans la capitale et il se poursuit après Mai 68. Au Havre, par exemple :

  • 73 APJPS, carton n° 21, Le Havre, « Vie interne ». Contribution à la discussion sur le travail lycéen (...)

Du fait de notre hégémonie, La Lutte, le journal des CAL du Havre — 4 numéros entre janvier et mai 1969 — était entièrement contrôlé et dirigé par nous (ou du moins par nos militants lycéens)73.

  • 74 APJPS, carton n° 23, Le Havre, lycées : La Lutte et Spartakus, n° 3-n° 17.

47Cependant les CAL éclatent en 1969, les JC reprenant le sigle pour leur organisation de masse en milieu lycéen, l’UNCAL. Pour reprendre l’exemple du Havre, à La Lutte succède Spartakus, journal des cercles rouges lycéens, tiré à partir de novembre 1969. C’est un journal ronéotypé réalisé localement, de 6 à 7 pages, illustré, paraissant avec régularité tous les deux mois, de novembre 1969 à mars 1973, vendu à environ 150 exemplaires, multipliant les « échos de bahut74 ». Au niveau national, les cercles rouges et les cellules lycéennes font paraître Jeunesse rebelle, dont le premier numéro est daté de février 1971 ; sa périodicité est irrégulière.

  • 75 Leschi (D.), Ibid.

48Février 1971 est le début d’une série de mobilisations impressionnantes dans les lycées, avec un pic en 1973, ce que R. Rémond, cité par Didier Leschi, appelle « le mai 68 des lycéens75 ». À la suite d’une manifestation du Secours rouge le 9 février 1971, un lycéen d’une classe préparatoire du lycée Chaptal, Gilles Guiot, est arrêté, inculpé pour violence à agent et le surlendemain, condamné à 3 mois de prison ferme. Des milliers de manifestants battent le pavé parisien les jours suivants. Les lycéens de province sont à l’unisson. Après trois jours d’intense mobilisation, Gilles Guiot est acquitté. Cette issue est perçue comme une grande victoire, la preuve que « l’action paie ». Les militants de la Ligue poursuivent la lutte lors de la rentrée scolaire suivante. Celle-ci est marquée par la mobilisation contre la circulaire Guichard, publiée en novembre 1971 par Rouge, « note confidentielle » demandant aux chefs d’établissement plus de rigueur en cas de manquements aux règles de la discipline.

  • 76 Field (M.), L’École dans la rue, Grasset, 1973, p. 71 et 105.
  • 77 Ibid., p. 77. Illustration de cette précoce percée médiatique, une libre opinion de M. Field paraî (...)
  • 78 Ibid., p. 77.

49Mais c’est en 1973, pendant les mois de février et mars, que l’agitation atteint son paroxysme, contre la loi Debré (votée le 29 juin 1970) remettant en cause la possibilité d’obtenir un sursis au-delà de 21 ans, sauf rares exceptions. Le mouvement va crescendo jusqu’au début avril. Une coordination nationale se tient le 14 mars 1973, trois jours après le deuxième tour des élections législatives : « Nous n’avions pas le droit de vote, nous le prîmes, dans la rue, dans nos grèves et nos manifestations76 ». Pour M. Field, dirigeant de la LC et figure emblématique de la lutte contre la loi Debré — le jeune lycéen qu’il est alors affronte avec talent le ministre de l’Éducation nationale, Joseph Fontanet, à la télévision le 3 avril 1973 — ce mouvement a une deuxième vertu : « Pour la première fois depuis le 13 mai 1968, les organisations animées par le PCF acceptent de défiler avec les “gauchistes-Marcellin”77 ». Alors que traditionnellement « les gauchistes » étaient refoulés par le service d’ordre du PC ou de la CGT en queue de manifestation, derrière un cordon sanitaire, voilà le PC obligé « d’accepter l’inacceptable, se joindre à une manifestation alors qu’on sait que les militants révolutionnaires sont à son origine […] sous peine de se couper à jamais de ce mouvement78 ».

Sensibilité aux nouvelles revendications : la Ligue et l’air du temps

50Cette aisance avec laquelle la Ligue se meut dans le milieu de la jeunesse scolarisée, alors que sa stratégie officielle est de tout subordonner à son travail ouvrier, s’explique en grande partie par l’origine de ses militants. L’organisation est née dans l’université, et en particulier dans les facultés de lettres. Sa presse et ses publications, nationales et locales, évoquent les problèmes qui agitent ce milieu. Ils sont assez éloignés des revendications classiques de la classe ouvrière : problèmes de discipline dans les lycées, contenu de l’enseignement, répression sexuelle, drogue…

  • 79 Écrit par trois auteurs danois, Bo Dan Anderson, Soren Hansen, Jesper Jensen, il a été traduit par (...)

51Évoquer largement ces problèmes ne signifie pas, au moins dans un premier temps, acquiescer à toutes les nouveautés. Ainsi Rouge se fait l’écho de la parution en France du Petit Livre rouge des écoliers et lycéens, traduit du danois en 1970 et publié à Lausanne79, ensemble de « recettes » expliquant comment trouver son plaisir, en particulier sexuel. La réaction de Rouge est sévère :

  • 80 Rh n° 97, 18 janvier 1971, p. 11.

La prétendue absence de morale des auteurs n’est qu’une morale pragmatique, individuelle, spontanéiste […]. La drogue et la vulgarisation sexuelle ne sont pas l’image inversée de la morale bourgeoise, comme l’adultère est l’ombre du mariage. Ils appartiennent au même monde. Tout cela reste en-deçà d’une véritable morale révolutionnaire80.

  • 81 Rh n° 105, 15 mars 1971, p. 13.

52Malgré ses réserves, l’auteur termine son article par ces mots « On le vendra ! », affirmation réitérée quand on apprend que le gouvernement l’interdit81.

53Ce moralisme révolutionnaire est illustré par un article de Jeunesse rebelle signé M. Péret, pseudonyme de J. Hassoun, médecin et militant, qui critique « le gauchisme instinctiviste des spontanéistes » :

  • 82 Jeunesse rebelle, journal national des CR et cellules lycéennes de la LC, n° 2, avril 1972, p. 2.

Ce n’est pas parce qu’on va faire des « partouses » révolutionnaires que s’organisera l’hygiène sexuelle de la jeunesse […]. Pas plus qu’on ne chasse le flic de sa tête, on ne chasse le refoulement de son comportement sexuel. Les manuels de débrouillardise individuelle du genre Petit livre rouge des lycéens sont là pour confirmer les limites de ces positions82.

  • 83 Courtois (S.), Lazar (M.), Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 2000, p. 373.
  • 84 La LCR publie trois essais sur la question en 1975, « Reich devant Marx et Freud », La Taupe rouge(...)

54Mais M. Péret se démarque aussi de « l’attitude droitière et moralisante du PCF ». Un peu plus tard, en 1976, le PC mène une campagne contre « la crise morale et la pornographie », signes de « la pourriture d’un système83 ». Au contraire, en s’inspirant de la politique du PC allemand des années vingt et de l’œuvre de W. Reich, qui avait tenté de concilier Marx et Freud84, la LC se propose de lutter pour que soient réunies « les conditions matérielles d’une réelle politique d’hygiène sexuelle de la jeunesse ».

  • 85 Rh n° 31, 22 septembre 1969, p. 12.
  • 86 Rh n°38, 10 novembre 1969, p. 7. Sous le titre « Encore nous ! »

55Quant à l’usage de la drogue, il est clairement écrit dans Rouge « qu’un révolutionnaire ne peut pas se droguer85 ». L’hebdomadaire de la LC fustige avec véhémence la grande presse qui, reprenant les déclarations d’un témoin, affirme qu’à La Ciotat « les drogués diffusaient une feuille, la Taupe rouge86 ». Dans une brochure de mars 1971, après avoir critiqué la façon dont « la bourgeoisie » mène campagne contre la drogue, en oubliant l’alcoolisme, la Ligue réaffirme sa position classique sur le problème :

  • 87 La Drogue, le pouvoir et les révolutionnaires, mars 1971, 40 p. Ici, p. 4. La page de couverture r (...)

Nous ne saurions admettre que l’on se tue ou se rende fou (littéralement) par la drogue, sous le prétexte que la société n’est pas belle […]. Les drogués refusent la société de manière primaire, infantile. Les révolutionnaires la refusent aussi en la combattant de front, en militant87.

  • 88 APJPS, carton n° IV, CERS, n° 63, 1976, p. 19.
  • 89 APJPS, carton n°III, CRS, n° 34, juillet 1975, p. 7.
  • 90 Ph. Verdon l’écrit de manière explicite : « Si les révolutionnaires approuvaient la répression gou (...)
  • 91 Ibid. L’appel est publié dans Rouge quotidien.
  • 92 Sirinelli (J.-F.) écrit qu’il a été signé par 150 personnalités, dont A. Geismar, A. Glucksmann, P (...)
  • 93 Rq n° 114, 31 juillet/1er août 1976.
  • 94 LCR, Oui, le socialisme !, Paris, Maspero, 1978, p. 106.
  • 95 Ibid., p. 107.

56Cependant l’auteur de l’introduction ne préjuge pas de l’avenir, il pense que des recherches scientifiques permettront un jour à l’homme d’utiliser non pas des drogues, mais « des moyens chimiques pour, sous contrôle, modifier temporairement son psychisme ». Mais dans l’attente de ce futur hypothétique, la direction ne tolère pas de manquement à la règle de l’interdiction. Ainsi, en octobre 1975, un militant de Lyon, Louna, est exclu de l’organisation pour avoir consommé de la drogue, « pas seulement douce88 ». Le CC des 28-29 juin 1975 avait voté une résolution affirmant que la Ligue « luttait contre le développement et l’usage de l’ensemble des drogues, comme le mouvement ouvrier a lutté et lutte contre le développement de l’alcoolisme89 ». L’attitude de la Ligue est donc réservée. Mais, soucieuse de ne pas se couper d’une génération qui expérimente le haschich90, elle ne tient pas longtemps sur cette position de refus. Elle se prononce pour la décriminalisation de l’usage du haschich à l’occasion du lancement de l’Appel du 18 Joint, en 1976, faisant dans ce domaine aussi son aggiornamento91. Cet appel, émanant d’une centaine de personnalités qui ne font pas encore connaître leur identité, est publié dans Libération du 18 juin 197692. S’appuyant sur plusieurs études menées dans les pays anglo-saxons qui démontrent le caractère inoffensif du cannabis, cet appel demande la dépénalisation totale de ce produit. Cependant, même après cette prise de position, le CC rappelle « qu’un militant ne fume pas », notamment pour préserver l’organisation de la répression93. Dans son programme de 1978, la LCR refuse toujours de reconnaître à la drogue des « vertus libératrices94 ». Mais ce n’est pas par des interdits, est-il ajouté, que le problème sera réglé. C’est pourquoi la Ligue « refuse la criminalisation de l’usage des drogues95 ». Seuls les jeunes drogués et les petits revendeurs sont les victimes de cette politique et non les trafiquants.

Élargissement de la surface géographique de l’organisation

  • 96 Faburel (V.), op. cit. Carte des groupes JCR en mars 1968 (voir p. 133).

57En même temps que l’organisation se renforce numériquement, elle s’étend géographiquement. La carte des groupes JCR réalisée par V. Faburel révèle une implantation très imparfaite96. Apparaît un grand vide entre les noyaux méridionaux (Toulouse, Montpellier, Aix-Marseille, Nice) et la région Centre (Tours-Le Mans) et Paris. Ni Bordeaux, ni Poitiers, ni Clermont-Ferrand, ni Grenoble n’ont de groupe JCR, malgré l’existence d’universités importantes. La région normande, l’Alsace, la Franche-Comté et la Bourgogne, de même que la Bretagne (Rennes surtout, mais aussi Nantes et Brest) sont les pôles forts de la JCR.

  • 97 APJPS, carton n° II, BHS du xxe siècle, n° 40, octobre 1972, p. 10.

58Après 68, deux facteurs contribuent à la diffusion de l’audience de l’organisation, d’une part les nominations des étudiants devenus enseignants, d’autre part les diverses campagnes électorales, en particulier la campagne Krivine de 1969. Ces deux facteurs combinés aboutissent à une dispersion impressionnante (par rapport à la situation antérieure à 1968) de la LC sur le territoire. Dans la région Languedoc par exemple, dont Montpellier est le centre, les villes suivantes jusqu’ici vierges de toute implantation sont évoquées, Béziers, Nîmes, Alès, Perpignan, Sète. De même, la nomination des étudiants toulousains comme professeurs ou comme maîtres d’internatsurveillants d’externat (MI-SE) est à l’origine d’une tentative d’implantation dans des villes modestes de Midi-Pyrénées, Auch, Agen, Montauban, Albi, Castres, Tarbes, Carcassonne. La JCR peut revendiquer une présence dans une trentaine de villes alors que 115 villes sont représentées à la conférence nationale bilan de la campagne Krivine. Bien que Jebracq, dans son rapport sur la construction des villes au CC d’octobre 1972, refuse que « l’on s’en remette au gré des affectations de l’Éducation nationale97 », l’organisation ne peut pas toujours refuser certaines demandes pressantes.

Tarbes et Carcassonne

  • 98 Chiffres donnés par Rh n° 54 et 55, 2 mars 1970 et 9 mars 1970.
  • 99 Ibid.

59Ainsi quand le meeting Krivine connaît un succès particulier à Carcassonne (1 000 personnes) ou à Tarbes (300 personnes)98, et procure quelques prises de contact intéressantes, la décision de créer une ville nouvelle de la LC est prise. Les militants locaux, un peu débordés par les tâches d’encadrement et d’animation des cellules, reçoivent le renfort d’étudiants venus de Toulouse. Cette greffe ne s’avère pas toujours concluante, et dans la même synthèse Jebracq critique ce « volontarisme ». Il n’est pas utile de « défricher sans construire derrière des structures solides et une réelle direction99 ». Bernard Chamayou, ancien militant de Tarbes, note le décalage entre les meetings Krivine, « toujours de gros succès », et la réalité quotidienne :

  • 100 Entretien avec B. Chamayou, à Toulouse, le 22 janvier 2003.

Nous avions quelques contacts stables, mais beaucoup moins que ce que certains militants imaginaient […]. Cette litanie des contacts100 !

  • 101 Ibid.
  • 102 Il s’agit de Poujade, toujours hors de l’organisation en 1974, dont un militant évoque le charisme (...)
  • 103 APJPS, carton n°II, BHS n° 38, octobre 1972. Sur Carcassonne, p. 12 à 16.
  • 104 Ibid., p. 13. Premier tract diffusé publiquement par le Groupe communiste révolutionnaire.

60À Carcassonne la situation est plus grave. Pour tenter de résoudre la crise de la ville en 1971-72, le CC a dû créer une commission composée de Jebracq, Anthony, Arthur et Stéphane. Le BP a même dû suspendre « la tentative de mutation d’office d’un militant à Toulouse101 ». Une bonne partie du problème est venu notamment des divergences entre la majorité de Carcassonne, favorable à un « travail ouvrier » classique, étant donné le grand nombre et la qualité des contacts ouvriers locaux, et une minorité qui a le soutien de la direction nationale. Jebracq reconnaît qu’un des contacts ouvriers travaillant aux PTT, ancien du PC, occupant des fonctions syndicales importantes, est « un cadre organisateur de la classe102 ». Mais dans un bulletin intérieur plus tardif, prenant position contre la majorité locale, il dénonce leur « déviation ouvrière-syndicaliste103 ». Les militants majoritaires de Carcassonne se défendent en regrettant « avoir entrepris un travail d’implantation dans la classe ouvrière avec une organisation plus préoccupée de jouer les révolutionnaires que de faire un réel travail dans les masses104 ». Leur ras-le-bol est tel qu’ils décident de quitter la Ligue tout en continuant à diffuser Rouge et à militer dans un Groupe communiste révolutionnaire. La scission de Carcassonne n’est pas due à des divergences politiques théoriques mais à l’incompatibilité d’humeur existant entre des militants enracinés localement et des militants venus d’ailleurs (ici, de Toulouse), décrits par les premiers comme « déclassés », « étudiants et surveillants mal insérés ». Dans d’autres villes, l’amalgame entre les militants locaux, eux-mêmes pourtant souvent étudiants dans un passé très récent, et les étudiants de la ville universitaire proche semble très difficile. Il en résulte un malaise qui peut aller jusqu’à l’éclatement de l’organisation.

Carte n° 1. Les groupes JCR en mars 1968

Carte n° 1. Les groupes JCR en mars 1968

Carte n° 2. Les sections de la LC en 1972

Carte n° 2. Les sections de la LC en 1972
  • 105 Rh n° 184, 16 décembre 1972, p. 15.
  • 106 APJPS, carton n° 6, Régions, « Circulaire du BP à toutes les cellules », fin 1974.

61Mais quand n’existe pas de ville universitaire « pourvoyeuse » proche, dans le souci de ne pas laisser certaines régions « en friche », ce qui entre autre faciliterait l’implantation d’autres groupes d’extrême gauche, l’organisation fait preuve de volontarisme. De la même manière qu’elle tente d’orienter les militants vers certains secteurs professionnels, elle essaie de les convaincre d’aller vers les régions « déficitaires ». Le renforcement de la région Rhône-Alpes ou de la Lorraine a été relativement mené à bien, mais ce n’est pas le cas dans le Nord. Aux élections législatives de mars 1973, dans le Nord et le Pas-de-Calais, LO a au total 20 candidats, la LC un seul, Nicolas Béniès à Lille. Elle n’a pas été capable d’en présenter à Dunkerque et à Tourcoing, comme elle l’avait prévu initialement105. En 1974 et 1975, le BP ou la commission régions du CC multiplient les appels, adressés notamment aux grosses villes de la Ligue, Toulouse ou Montpellier, pour que celles-ci envoient des renforts dans le Nord. À Usinor-Dunkerque par exemple, « nous avons deux camarades, mais personne à côté106 », il n’y a pas, poursuit le BP, de problèmes majeurs d’embauche, les soudeurs sont payés 2 000 francs par mois.

62Les demandes se succèdent, pressantes, avec des propositions d’emplois précises et convenant mieux à la composition sociale de l’organisation (postes d’éducateurs à pourvoir, infirmiers au CHR de Lille, cadre A à la Chambre de commerce et d’industrie de Béthune). La commission régions s’engage même à prendre en charge les coûts du déménagement et un mois de salaire (tarif permanent), si besoin est, pour faciliter l’installation et la recherche de l’emploi.

  • 107 APJPS, carton n°IV, CERS, n° 52, 26 mai 1976, p. 13-16, Yvan, « Quelle politique de renforcement d (...)

63Ces appels ont été en partie entendus puisqu’il y a bientôt un membre du CC à Lille, et « un camarade qui en a été membre107 », mais cette imparfaite couverture du territoire national apparaît comme une donnée structurelle. La Ligue est forte en Seine-Maritime, Languedoc-Roussillon et Haute-Garonne, ses effectifs sont très insuffisants en Lorraine, à Montbéliard-Mulhouse ou dans le Nord. Et comme le montrent les exemples de Tarbes et de Carcassonne, l’envoi de militants venus de la grande ville universitaire voisine n’est pas la solution idéale pour construire le parti. Pas plus que l’établissement en usine n’est la solution miracle pour s’enraciner dans la « classe », la mutation géographique n’est la panacée pour construire les « petites villes ».

Conclusion

64Dans l’immédiat après-Mai, la Ligue tente de se ressaisir du programme communiste originel tel qu’il est résumé dans les 21 conditions de 1920, qu’elle accuse le PC d’avoir oublié.

65Il semble assez facile d’engager cette génération dans l’action anti-militariste ou dans les luttes anti-impérialistes. Pour la convaincre de militer dans les syndicats, accusés par ailleurs d’avoir trahi en Mai 1968, il faut s’appuyer sur les textes de Léon Trotsky que l’on publie de nouveau à cette occasion. L’affiliation de la Ligue à la QI l’ancre durablement dans le camp des adversaires irréconciliables du capitalisme tout en la coupant des communistes orthodoxes. Les militants de la LC prennent leur part dans la dénonciation du communisme bureaucratique qui, selon la direction de l’organisation, sévit en URSS et dans l’Est européen.

66Mais cette adhésion au trotskysme, considéré comme le continuateur du marxisme-léninisme, n’empêche pas les militants de rester fascinés par la geste guévariste qui, après la mort du Che, brille de ses derniers feux en Amérique latine. Ceci explique leur soutien aux mouvements de lutte armée dans ce continent. Encore très peu nombreux, même après les adhésions suscitées par Mai 68, les militants se lancent dans l’action, compensant leur petit nombre par l’audace de leurs « coups », le modèle cubain tendant à se substituer parfois au modèle bolchevik.

Tableau n° 4 : Évolution des effectifs de la LC/LCR (1969-1976)

Tableau n° 4 : Évolution des effectifs de la LC/LCR (1969-1976)

Sources : APJPS, Cartons n°I et II, « Bilans de congrès » ; FILOCHE (G.), op. cit., p. 209

67Toutefois, les dirigeants ne perdent pas de vue leur projet organisationnel et consacrent aussi beaucoup d’efforts à construire un parti s’inspirant du schéma communiste-bolchevik originel. Avec constance ils tentent de transformer les jeunes militants, étudiants pour la plupart, en militants communistes, n’acquiesçant pas, au moins dans un premier temps, à toutes les nouveautés. Par contre, ils ont déployé moins d’activité en direction des groupes d’extrême gauche déjà constitués, dont les séparent parfois de tenaces rancunes. Ils s’adressent directement aux ouvriers, avec un handicap de départ important constitué par la composition sociale étudiante majoritaire de l’organisation.

Tableau n° 5 Composition sociale de la LC/LCR (1969-1976)

Tableau n° 5 Composition sociale de la LC/LCR (1969-1976)

Sources : APJPS, Cartons n°I, II, III « Bilans de congrès »

68La stratégie, dite la dialectique des secteurs d’intervention, doit permettre, en utilisant le secteur de prédilection de la Ligue à ses débuts — la jeunesse scolarisée —, de toucher la « classe ». Les résultats, s’ils n’ont pas été nuls, n’ont pas toujours correspondu aux espoirs initiaux, d’autant que les militants empruntent parfois des raccourcis, notamment dans la lutte contre l’extrême droite. Dans ce dernier cas le petit groupe se substitue aux masses, placées dans le rôle de spectatrices, confortées même dans leur abstention, tellement cette violence apparaît anachronique. Cependant, dès cette époque la Ligue intervient aussi de manière plus classique sur la scène politique française, présentant des candidats aux élections les plus importantes, conviant ses militants à s’inscrire sur les listes électorales.

  • 108 Ce que veut…, op. cit.
  • 109 Berstein (S.), Rioux (J.-P.), La France de l’expansion. t. 2, L’apogée Pompidou 1969-1974, Paris, (...)
  • 110 Ibid.

69La Ligue a été aussi capable, en janvier 1972, d’élaborer un programme108, ne se contentant plus de s’opposer, de critiquer. Elle tente elle aussi d’apporter un certain nombre de réponses. Cette élaboration programmatique ne permettra pas à la Ligue de peser très lourd au moment où la gauche se révèle capable d’offrir une alternative. Le Programme commun de gouvernement, signé par le PS, le PC et les radicaux de gauche, le 26 juin 1972, « trace le profil d’une vraie alternance109 ». Les trois partis signataires se sont mis d’accord sur des réformes profondes : nationalisations d’entreprises, participation des salariés à leur gestion. Cela crée une dynamique dans le pays, les sondages l’attestent110. Une résolution du bureau politique le reconnaît :

  • 111 APJPS, carton n° 2, « Résolution du BP », 3 p. ron.

Pour la première fois depuis mai 68 une perspective politique, réformiste certes, mais crédible pour les travailleurs, existe111.

70Aux élections législatives de mars 1973, se détournant de l’extrême gauche, le PSU accepte de participer aux désistements pour le second tour avec les partis de gauche. Les militants vont devoir s’adapter à un contexte nouveau, la gauche unie apparaissant désormais aux yeux de nombreux travailleurs comme une force crédible.

Notes

1 Rh n° 18, 8 mai 1969, p. 12. Le texte figure sous le titre « Le PC et le parlementarisme » dans Les Manifestes…, op. cit., p. 66-69.

2 Ibid.

3 Titre de Charlie Hebdo.

4 Paroles rapportées par Hamon (H.), Rotman (P.), op.cit., t. 2, p. 70.

5 Ibid., p. 72.

6 Rh n° 20, 21 mai 1969, p. 7.

7 JR n° 7, 13 juin 1969, p. 7 (Cermtri). L’Humanité, citée par Le Monde, 8 mai 1969, écrit ceci : « Si Krivine en dépit de son soudain respect pour les sentiments démocratiques des élus, a du mal à trouver 100 parrains, Marcellin y pourvoira ».

8 Le Monde, 7 mai 1969, annonce la candidature en une et lui consacre deux colonnes en page 2.

9 Filoche (G.), op. cit.

10 Dans Kindo (Y.), op. cit., vol.2, p. 88. J-L. L’Hôte, non encore militant : « Moi, ce qui m’a le plus marqué, c’était la campagne Krivine à la télé […] pour moi, la LC, ça représentait quelque chose de positif ».

11 Filoche (G.), op. cit., p. 114.

12 Rh n° 183, 9 décembre 1972, « Éditorial », Yves Clément.

13 Rh n° 186, 6 janvier 1973, p. 9.

14 Rh n° 185, 23 décembre 1972, p. 16.

15 Rh n° 187, 13janvier 1973, p. 6, « l’OCI-AJS face aux élections » (H.W.).

16 Rh n° 196, 16 mars 1973, p. 5.

17 Rh n° 184, 16 décembre 1972, p. 15. Il fallait présenter un minimum de 75 candidats pour pouvoir s’exprimer à l’ORTF. Mais finalement la LC ne pourra bénéficier de cette possibilité, n’ayant pas rempli à temps toutes les formalités administratives. Voir Rh n° 193, p. 3.

18 Rh n° 194, 2 mars 1973, p. 5.

19 Rh n° 186, 6 janvier 1973, p. 11.

20 Rh n° 192, 17 février 1973, p. 4-5.

21 Rh n° 191, 10 février 1973, p. 5.

22 Rh n° 194, 2 mars 1973, p. 6-7.

23 Filoche (G.), op. cit., p. 161-2. Il obtint 689 voix sur 53.238 suffrages exprimés, soit 1,29 %.

24 Rh n° 195, 9 mars 1973. Dans ce bilan destiné aussi à remonter le moral des militants, on annexe les voix du PSU.

25 Rh n° 195, 9 mars 1973, p. 5.

26 Rh n° 196, 16 mars 1973, p. 5.

27 APJPS, carton n°15, Dossier « Campagnes électorales LC ».

28 Rh n° 98, 25 janvier 1971, p. 3, A. Krivine

29 Rh n° 97, 18 janvier 1971, p.2, « Éditorial ».

30 La loi électorale du 20 novembre 1982 sur les élections municipales a introduit une dose de proportionnelle, permettant aux minorités d’être représentées. Les premiers élus municipaux de la LCR ont été Michèle Ernis, institutrice, à Saint-Étienne-du-Rouvray (banlieue rouennaise) et Alain Remoiville, ouvrier, à Cenon (banlieue bordelaise).

31 C’est ainsi que se nomment eux-mêmes les militants de la Ligue, pour se distinguer des marxistes… non révolutionnaires.

32 Rh n° 125, septembre 1971, « Éditorial », H. Weber.

33 APJPS, carton n°I, BI n° 20, juin 1971, « Résolutions du deuxième congrès de la LC », p. 5.

34 Cahiers rouge n° 10-11, op. cit.

35 APJPS, carton n° 3, circulaire CNO du 21 avril 1971. La CGT organisait un rassemblement, revendicatif et festif, de militants jeunes à Paris. Les militants de la Ligue tentent de se coordonner pour y intervenir.

36 APJPS, carton n°I, BI n° 20, op. cit., p. 5.

37 Rh n° 65, 25 mai 1970, p. 6.

38 Rh n° 209, 15 juin 1973.

39 D’après une brochure à diffusion restreinte, rendant compte de la Conférence ouvrière du Front Communiste Révolutionnaire (FCR) et des groupes Taupes rouges tenues à Lyon, les 1-2-3 juin 1974 (40 p.). La conférence aurait rassemblé 1.300 personnes, on en attendait 900. La brochure précise : « Il est plus difficile que l’an passé d’établir des statistiques rigoureuses, de nombreux camarades n’ayant pas ou incomplètement rempli leur bulletin ».

40 Jamard (Y.), « La lutte des cheminots contre la rentabilisation », Taupe rouge n° 1, août 1973, 33 p.

41 Sans doute Charles Marie, bientôt décédé.

42 M. Ernis est aujourd’hui conseillère municipale LCR à Saint-Étienne du Rouvray, près de Sotteville.

43 Grâce aux notices nécrologiques publiées par Rouge, nous obtenons des précisions sur ces militants. Jacques Boudeville, décédé en 1993 à 70 ans, trotskyste en 1943-45, ayant perdu le contact après la guerre, participa à la création de la cellule SNCF à Rouen en 1971 (dans Rh n° 1537, 8 avril 1993). Joël Brière, mort à 27 ans en 1979, conducteur de train, militait à la cellule SNCF de Rouen depuis 1971 (Rq n° 850, 31 janvier 1979).

44 Rh n° 55, 9 mars 1970, signale la tenue à Tarbes d’un meeting Krivine de 300 personnes, dont beaucoup d’ouvriers.

45 Cermtri, VMK, carton n° 2, « Commission nationale SNCF de la LCR ».

46 Cermtri, VMK, Ibid., « Bilan du GT SNCF Rennes », sans date, sans doute 1975 ou 1976.

47 Ibid.

48 Ibid., « Bilan de l’activité de la cellule Masséna-Austerlitz pour le secrétariat SNCF du 4 octobre 1975 ».

49 Ibid., rapport de 8 pages, année 1975.

50 Ibid., compte rendu de la réunion du 31 janvier 1976 : toute la province est absente, non excusée, sauf Metz-Nancy-Caen.

51 Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., t. 1, p. 518-519.

52 Il semblerait qu’une cellule LCR ait été créée à Renault-Flins à la fin des années soixante-dix. C’est ce qui est dit dans la notice nécrologique de Lucien Fauchereau, ouvrier dans une cimenterie, qui fut son trésorier, dans Rh n° 1774, 2 avril 1998, p. 11.

53 Une première conférence Renault Ligue Communiste s’est tenue en juillet 1970, suivie d’une deuxième en janvier 1971 (Rh n° 98, 25 janvier 1971, p. 3).

54 APJPS, carton n° 21, Le Havre, débat interne, 1970.

55 Cermtri, VMK, carton n° 2. Selon une note de la DV à toutes les cellules, 10 janvier 1977, il y a à ce moment-là à Rouen 15 cellules dont 7 cellules ouvrières ou secteur tertiaire. En mai 68 à Renault-Cléon la JCR a un militant, Maurice, d’après Filoche (G.), op. cit., p. 74.

56 APJPS, Ibid. Il y a au Havre en 1970, 4 cellules de 6 militants chacune.

57 Pour Renault-Sandouville, La Lutte continue et textes des débats internes. Pour Le Mans, texte interne signé Demy-Elise, octobre 1971. Il est très riche malgré sa brièveté, une page recto verso. Sous le titre « Trois jours de lutte à Renault-Cléon, 13-16 octobre 1969 », Rh n° 36, p. 6, donne des précisions sur la combativité ouvrière et les possibilités importantes pour les révolutionnaires, à condition que ceux-ci cessent de « pécher par timidité ».

58 APJPS, carton n°24, « Travail ouvrier Le Havre ».

59 Ibid.

60 La formule est utilisée dans un BI parisien, « Bilan et perspectives », novembre 1971 (BDIC 4°P.13376).

61 Géhin (L.), Poitou (J.-C.), Des voitures et des hommes, Paris, La Découverte, 1984. 80 % du personnel emprunte 195 lignes de cars allant chercher les travailleurs dans une zone géographique équivalant à 45 fois la superficie de Paris (p. 7).

62 Géhin (L.), Poitou (J.-C.), op. cit., p. 112. Le restaurant emploie 127 personnes et assure 4.000 repas par jour.

63 Rh n° 35, 20 octobre 1969, p. 9, reproduit l’appel du personnel et la position favorable de La Lutte continue.

64 APJPS, carton n° 24, Le Havre, Lutte continue n° 3, 4e année, 7 octobre 1971. « Lettre du 21 septembre 1971 ».

65 Op. cit., p. 123.

66 APJPS, Ibid. Le Figaro, 4 décembre 1972, p. 5.

67 APJPS, carton n° 3, compte rendu de la CNO (19 septembre 1972).

68 Ibid., « L’embauche, premier bilan », 3 p. ron. sans date (hypothèse fin 1973).

69 Kindo (Y.), op. cit., vol. 2, p. 125-144.

70 Dressen (M.) évoque la volonté, chez les établis maoïstes, « de vivre au plus près de la fraction la plus dominée — travailleurs immigrés — du groupe sacré de la classe ouvrière », op. cit., p. 362.

71 Leschi (D.), « L’après-Mai 68 dans les lycées », compte rendu écrit du séminaire du 2 février 1998, IHTP, p. 3.

72 Ibid.

73 APJPS, carton n° 21, Le Havre, « Vie interne ». Contribution à la discussion sur le travail lycéen (cellule lycéenne du Havre) pour le congrès régional de février 1970.

74 APJPS, carton n° 23, Le Havre, lycées : La Lutte et Spartakus, n° 3-n° 17.

75 Leschi (D.), Ibid.

76 Field (M.), L’École dans la rue, Grasset, 1973, p. 71 et 105.

77 Ibid., p. 77. Illustration de cette précoce percée médiatique, une libre opinion de M. Field paraît dans Le Monde, 31mars 1973, p. 10 : « Pourquoi ? Comment ! ».

78 Ibid., p. 77.

79 Écrit par trois auteurs danois, Bo Dan Anderson, Soren Hansen, Jesper Jensen, il a été traduit par Etienne Bolo et sa femme, publié en Suisse (Lausanne), chez CEDIPS, coll. « La Taupe », 1970, 182 p., format 13/9 cm.

80 Rh n° 97, 18 janvier 1971, p. 11.

81 Rh n° 105, 15 mars 1971, p. 13.

82 Jeunesse rebelle, journal national des CR et cellules lycéennes de la LC, n° 2, avril 1972, p. 2.

83 Courtois (S.), Lazar (M.), Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 2000, p. 373.

84 La LCR publie trois essais sur la question en 1975, « Reich devant Marx et Freud », La Taupe rouge, série « Débats » 1, 1975, 87 p.

85 Rh n° 31, 22 septembre 1969, p. 12.

86 Rh n°38, 10 novembre 1969, p. 7. Sous le titre « Encore nous ! »

87 La Drogue, le pouvoir et les révolutionnaires, mars 1971, 40 p. Ici, p. 4. La page de couverture reproduit la célèbre caricature de 1919, l’homme au couteau entre les dents. Mais la seringue a remplacé le couteau. L’introduction se termine ainsi : « Quand on présentait dans les années vingt les bolcheviks avec le couteau entre les dents, ce n’était pas le couteau qu’on visait, mais les bolcheviks. Quand on présente aujourd’hui les gauchistes avec la seringue entre les dents, ce n’est pas non plus la seringue qu’on vise ».

88 APJPS, carton n° IV, CERS, n° 63, 1976, p. 19.

89 APJPS, carton n°III, CRS, n° 34, juillet 1975, p. 7.

90 Ph. Verdon l’écrit de manière explicite : « Si les révolutionnaires approuvaient la répression gouvernementale contre l’usage du cannabis, le pouvoir aurait réussi son beau coup : un mépris réciproque se développera entre les révolutionnaires et des dizaines de milliers de jeunes, pour quelques grammes de shit ! » (dans Rq n° 79, 19 juin 1976, p. 16).

91 Ibid. L’appel est publié dans Rouge quotidien.

92 Sirinelli (J.-F.) écrit qu’il a été signé par 150 personnalités, dont A. Geismar, A. Glucksmann, Ph. Sollers, F. Guattari, E. Morin, dans Intellectuels et passions françaises, Paris, Gallimard, 1990, p. 437.

93 Rq n° 114, 31 juillet/1er août 1976.

94 LCR, Oui, le socialisme !, Paris, Maspero, 1978, p. 106.

95 Ibid., p. 107.

96 Faburel (V.), op. cit. Carte des groupes JCR en mars 1968 (voir p. 133).

97 APJPS, carton n° II, BHS du xxe siècle, n° 40, octobre 1972, p. 10.

98 Chiffres donnés par Rh n° 54 et 55, 2 mars 1970 et 9 mars 1970.

99 Ibid.

100 Entretien avec B. Chamayou, à Toulouse, le 22 janvier 2003.

101 Ibid.

102 Il s’agit de Poujade, toujours hors de l’organisation en 1974, dont un militant évoque le charisme dans un texte interne : « Pourra-t-on faire quelque chose aux PTT tant que Poujade n’aura pas fait son retour triomphant dans l’organisation ? » (Cermtri, Carcassonne, Congrès novembre 1974, texte n° 4, 8 p., signé Eric Dupin).

103 APJPS, carton n°II, BHS n° 38, octobre 1972. Sur Carcassonne, p. 12 à 16.

104 Ibid., p. 13. Premier tract diffusé publiquement par le Groupe communiste révolutionnaire.

105 Rh n° 184, 16 décembre 1972, p. 15.

106 APJPS, carton n° 6, Régions, « Circulaire du BP à toutes les cellules », fin 1974.

107 APJPS, carton n°IV, CERS, n° 52, 26 mai 1976, p. 13-16, Yvan, « Quelle politique de renforcement des régions ? »

108 Ce que veut…, op. cit.

109 Berstein (S.), Rioux (J.-P.), La France de l’expansion. t. 2, L’apogée Pompidou 1969-1974, Paris, Seuil, coll. « Points », 1995, p. 100.

110 Ibid.

111 APJPS, carton n° 2, « Résolution du BP », 3 p. ron.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 3 Répartition des militants et sympathisants ouvriers de la LC (juin 1973)
Légende Source : Rouge n° 209, 15 juin 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21298/img-1.png
Fichier image/png, 2,6k
Titre Carte n° 1. Les groupes JCR en mars 1968
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21298/img-2.png
Fichier image/png, 339k
Titre Carte n° 2. Les sections de la LC en 1972
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21298/img-3.png
Fichier image/png, 490k
Titre Tableau n° 4 : Évolution des effectifs de la LC/LCR (1969-1976)
Légende Sources : APJPS, Cartons n°I et II, « Bilans de congrès » ; FILOCHE (G.), op. cit., p. 209
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21298/img-4.png
Fichier image/png, 3,0k
Titre Tableau n° 5 Composition sociale de la LC/LCR (1969-1976)
Légende Sources : APJPS, Cartons n°I, II, III « Bilans de congrès »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21298/img-5.png
Fichier image/png, 3,2k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540