Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Première partie. Du groupe guévariste vers l’organisation communiste révolutionnaire 1968-1973

Chapitre I. La ligue communiste, sur quels fondements ?

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

La filiation trotskyste

  • 1 Dreyfus (M.), PCF, crises et dissidences, Bruxelles, Complexe, 1990, évalue le nombre de militants (...)
  • 2 Pour un portrait de Pierre Frank, écrits et témoignages, Paris, La Brèche, 1985.
  • 3 Trotsky (L.), Œuvres, 1933-40, Paris, EDI, 1979. Introduction et notes de P. Broué et M. Dreyfus. (...)
  • 4 Craipeau (Y.), La Libération confisquée, 1944-47, Paris, Savelli-Syros, 1978, p. 107.

1L’organisation qui se crée en 1969 sous le nom de Ligue communiste (LC) se veut l’héritière directe d’une tradition de quarante ans. Son nom lui-même, Ligue communiste, était celui de la première organisation trotskyste française créée en avril 19301. Un des principaux dirigeants de la Ligue communiste de 1969, Pierre Frank, fait partie des fondateurs de la Ligue de 1930. Il incarne en sa personne, pensent les militants, la continuité de ce courant politique. Né en 1905, il est demeuré à la direction de la LC et de la Quatrième Internationale (QI) jusqu’en 19792. Pour éviter l’isolement, les trotskystes pratiquent, à partir de 1934, l’entrisme à la SFIO, sur la demande de Trotsky lui-même3. Mais ils ne parviennent pas vraiment à se renforcer numériquement avant le Front populaire et la guerre, malgré quelques succès dans les Jeunesses socialistes ou la Fédération SFIO de la Seine. Après quelques espoirs de développement au moment de la Libération4, les trotskystes retombent vite dans la confidentialité et la division. La scission de 1952 sur le problème de l’entrisme sui generis, c’est-àdire l’entrée secrète dans les PC, préconisé par la direction de la QI, notamment Michel Raptis (Pablo), affecte durablement la section française. En effet une majorité de militants français refuse la nouvelle stratégie, ils sont donc exclus, formant le Parti Communiste Internationaliste (PCImajoritaire), qui prend le nom d’Organisation Communiste Internationaliste (OCI) en 1965. Le principal dirigeant de ce courant est Pierre Boussel (Lambert), d’où le nom de « Lambertistes » qui leur est parfois donné. Le PCI-minoritaire, section officielle de la QI, est dirigé par Michel Raptis (Pablo) puis par Pierre Frank. C’est sous le nom de « Pablistes » que leurs adversaires « lambertistes » les désignent, même après l’exclusion de Pablo de la Quatrième Internationale en 1965.

L’ancêtre direct de la Ligue communiste : la JCR

2La stratégie entriste appliquée par le PCI-minoritaire a des conséquences positives pour ce courant, notamment dans l’Union des Étudiants Communistes (UEC), au cours des années 1960.

  • 5 Hamon (H.), Rotman (P.), Génération, t. I, Les Années de rêve, Paris, Le Seuil, 1987, p. 37.
  • 6 Heurgon (M.), Histoire du PSU, t. I, La Fondation et la guerre d’Algérie, 1958-62, Paris, La Décou (...)
  • 7 Lequenne (M.), dans Critique Communiste, n° 1, avril-mai 1975, p. 47.
  • 8 Pluet-Despatin (J.), La Presse trotskyste en France de 1926 à 1968, Presses universitaires de Gren (...)

3La solidarité active avec les mouvements de libération nationale, et notamment avec les Algériens en lutte pour leur indépendance, alors que le PC est beaucoup plus timide dans son engagement (il se contente de réclamer la paix en Algérie et n’encourage ni à l’insoumission ni à la désertion), contribue à briser l’isolement des trotskystes, en particulier dans la jeunesse étudiante. Le jeune étudiant communiste Alain Krivine commence à éprouver des doutes quant à la validité de la ligne de son parti sur l’Algérie5. Encore militant de l’UEC mais déjà membre du PCI-minoritaire, il participe en 1961 à la création du Front Universitaire Antifasciste (FUA)6pour s’opposer à l’OAS. Résultat tangible de l’entrisme, les trotskystes ont la majorité dans plusieurs sections de l’UEC, notamment à la Sorbonne. Ils en seront exclus pour avoir refusé d’appeler à voter François Mitterrand à la Présidentielle de 1965. Parallèlement quelques dizaines de militants, membres de la tendance trotskysante Socialiste Révolutionnaire (SR)7quittent les Étudiants Socialistes Unifiés (ESU), organisation de jeunesse du PSU, pour rejoindre les trotskystes du PCI-minoritaire, à l’UEC ou à la JCR après sa fondation. Enfin, quelques militants, Jean-Jacques Samary et ses camarades de Cannes, sont exclus de la JC en octobre 1964 pour avoir critiqué l’absence de démocratie dans l’organisation et la dépolitisation de son organe national, Nous les garçons et les filles8. Ils participent également à la fondation de la JCR.

La naissance de la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR)

  • 9 Faburel (V.), « La JCR, avril 1966-juin 1968 », mémoire de maîtrise, université de Paris I, juin 1 (...)
  • 10 D’après les chiffres donnés par le journal de la JCR, Avant-Garde Jeunesse (AGJ) n° 12, mai 68.

4À la conférence constitutive de la nouvelle organisation qu’ils créent à Paris le 2 avril 1966, la JCR, les exclus de l’UEC et de la JC, auxquels se sont joints les étudiants venus des ESU, sont 1209, représentant une quinzaine de villes. Au 1er congrès tenu à Paris dans la Salle des Horticulteurs les 24-25-26-27 mars 1967, sous les effigies de Marx, Engels, Lénine, Rosa Luxemburg, 26 villes sont représentées. À la deuxième conférence nationale (CN) d’avril 1968, 37 villes seront représentées pour un total d’environ 350 membres10.

  • 11 D’après AGJ n°10-11, février-mars 1968.
  • 12 Le groupe de Rennes, environ 15 militants, n’a réalisé qu’un seul numéro de L’Antidote, en janvier (...)
  • 13 Faburel (V.), op. cit.

5La JCR publie depuis mai 1966 un journal imprimé et illustré, Avant-Garde Jeunesse (AGJ), au rythme presque mensuel. Le tirage initial, de 3.500 exemplaires, passe en janvier 1967 à 4.500 puis à 6.00011. Chaque groupe local important a sa publication, ronéotée et irrégulière, Spartacus pour Toulouse, Marseille, Aix, Octobre pour Lyon, L’Antidote pour Rennes12, LaCloche pour Reims, L’Étincelle pour Caen, La Méthode pour Cannes-Nice, La Daille pour Strasbourg. Les titres choisis révèlent notamment la volonté de se rattacher à la tradition révolutionnaire, celle de Lénine (L’Étincelle) ou de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht (Spartakus). Ce sont en général des groupes constitués d’étudiants ou de lycéens (Le Havre), à l’exception de celui de Metz (sur huit militants, deux sont lycéens, les autres apprentis). La publication du groupe s’intitule L’Apprenti enchaîné13.

6La nouvelle organisation se préoccupe de la formation de ses militants, organisant un stage national au début de l’été 1966 à Bressuire, mettant sur pied à la mi-octobre 1967 une école de formation parisienne et organisant à la Toussaint des stages de formation à Marseille, Rouen, Besançon. Toulouse envisage un stage neige. Dans ces stages on traite de la théorie marxiste léniniste, de l’histoire du mouvement ouvrier, des problèmes actuels de la révolution (Chine, Moyen-Orient…). La JCR a le souci de coordonner l’action de ses militants, Avant-Garde Jeunesse annonçant régulièrement la tenue du Conseil national (le cinquième CN se tient les 14 et 15 janvier 1967, réunissant 65 délégués venus d’une vingtaine de villes). Le CN du 30 septembre-1er octobre 1967 préconise l’organisation par tous les groupes JCR locaux d’un meeting d’information sur la révolution cubaine et la Conférence de l’Organisation Latino-Américaine de Solidarité (OLAS) qui s’est tenue en août 1967 à Cuba.

  • 14 D’après AGJ n° 9, janvier-février 1968.
  • 15 AGJ n° 9, janvier-février 1968.

7Dès le 19 octobre 1967, la JCR rend hommage, à la Mutualité à Paris, à Che Guevara tué le 9 octobre 1967. Sa mort a été confirmée par Castro le 15, et une veillée mortuaire a été organisée à La Havane le 18. Les militants parisiens ne sont pas en retard, ils réunissent le 19 octobre 1.600 personnes14 autour d’une tribune sur laquelle ont pris place A. Krivine, E. Mandel, Maurice Nadeau et Jeannette Pienkny (J. Habel), une des spécialistes de l’Amérique latine à la JCR puis à la LC/LCR. Au cours du dernier trimestre 1967, la JCR diffuse 5.000 exemplaires du « Message du Che à la Tricontinentale ». Des meetings se tiennent en province, à Caen, à Rouen où la JCR doit l’imposer au PC. Prévu initialement pour le 7 février 1968, il ne se tiendra que le 18, les militants du PC ayant préalablement occupé la salle. Malgré le tract hostile du PC distribué à l’entrée, le débat s’engage dans la salle avec le secrétaire du parti d’Elbeuf15.

  • 16 Hamon (H.), Rotman (P.), Génération, t. I, p. 377.

8Parallèlement les militants JCR lancent une campagne pour la libération de Hugo Blanco, militant trotskyste péruvien condamné à 25 ans de prison pour avoir organisé la lutte des paysans en faveur de la réforme agraire. Une manifestation de 500 personnes est organisée devant l’ambassade du Pérou à Paris, dont la façade est couverte d’un slogan à la peinture. De même la JCR se préoccupe de la libération de Régis Debray arrêté le 25 avril 1967 et condamné à 30 ans de prison en Bolivie pour avoir tenté de participer à la guérilla de Che Guevara16.

  • 17 D’après AGJ n° 10-11.
  • 18 AGJ n° 9.

9Cette activité militante internationaliste n’est pas limitée à l’Amérique latine. Dans le même temps, la JCR milite contre l’intervention américaine au Viêtnam, dans le cadre du Comité Viêtnam National (CVN) qu’elle a contribué à créer, le 30 novembre 1966 avec Laurent Schwartz, Pierre Vidal-Naquet et Jean-Paul Sartre notamment. L’activité de solidarité redouble d’intensité au début de l’année 1968, les Américains ayant décidé de bombarder les villes de la République du Nord-Viêtnam, accusée d’aider la guérilla du Sud. Ainsi les « Six heures pour la victoire du peuple viêtnamien » organisées au Cirque de Rouen le 1er mars 1968 rassemblent 1.300 personnes17. Et surtout, au cours de cette lutte les militants JCR n’hésitent pas à mener des actions minoritaires « musclées », interdisant une « réunion pro-américaine », à Strasbourg le 11 janvier18, et une autre à Reims le 2 février 1968. À Besançon, ce sont des militants du CVN qui font irruption dans une salle où a lieu une conférence sur les États-Unis, et s’en vont après avoir fait une quête pour les combattants du FNL.

  • 19 Tartakowsky (D.), Le Pouvoir est dans la rue, Crises politiques et manifestations en France, Paris (...)
  • 20 Romain Goupil, interrogé par Michel Braudeau, Le Monde, 16 mai 1998, p. 13.
  • 21 Dans AGJ n° 9 janvier-février 1968 : « Les guérillas, quels que soient les revers momentanés, sont (...)

10Au cours de ces actions d’un type nouveau, qui rompent avec les manifestations traditionnelles de la gauche, manifestations-pétitions19, volontiers qualifiées par les JCR de « manifestations traîne-savates20 », se forge une tradition nouvelle. Les tabous sur la violence sont levés. Face aux souffrances endurées par les peuples soumis à « l’impérialisme » l’utilisation de la violence, même minoritaire, est justifiée. Les liens entre militants engagés dans les mêmes « coups » sont resserrés. Ainsi se renforce l’identité d’une organisation qui, juste avant Mai 68, apparaît à bien des égards plus guévariste que trotskyste21. Pour l’été 1968, il était prévu d’organiser « un Camp de la jeunesse pour le Viêtnam », à Cuba. Il devait réunir 1.500 Européens, 600 Cubains et 800 Viêtnamiens.

  • 22 Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., t. I, p. 421.
  • 23 Alexandre Guinzbourg avait établi le Livre blanc de l’affaire Siniavski-Daniel, écrivains condamné (...)

11La JCR se mobilise en faveur des opposants de gauche aux régimes « bureaucratiques » des pays de l’Est européen. Une manifestation est organisée devant l’ambassade de Pologne à Paris, le 22 mars 1968, pour la libération de Kuron et Modzelewski, auteurs d’une lettre ouverte au parti ouvrier polonais22. Les militants JCR de Caen, à l’occasion de la venue de l’ambassadeur soviétique, se préoccupent des dissidents d’URSS, lançant une pétition pour la révision du procès Guinzbourg23.

La JCR et ses liaisons internationales

  • 24 Sozialistisher Deutscher Studentenbund (Union des étudiants socialistes allemands). Bernard Lauren (...)
  • 25 Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., p. 416-417.

12La JCR participe pratiquement depuis sa naissance à des regroupements internationaux avec d’autres organisations de jeunesse d’avant-garde, selon l’expression employée par les militants. Le 15 octobre 1966, ils sont 3.000, réunis à Liège pour protester contre l’intervention américaine au Viêtnam, venus essentiellement à l’appel de quatre organisations, les Jeunes gardes socialistes de Belgique, la JCR, toutes deux liées au Secrétariat unifié de la Quatrième Internationale, et le groupe « Révoltes » de France, les « Young Socialists » d’Angleterre, liés au Comité pour la Reconstruction de la Quatrième Internationale (le CORQI « lambertiste »). Avant-Garde Jeunesse n° 2, décembre 1966, fait état d’incidents ayant provoqué le départ de jeunes communistes orthodoxes, qui n’ont pas supporté les banderoles des organisations « lambertistes », qui outre la lutte des Viêtnamiens, exaltaient les révoltés hongrois de 1956. La collaboration avec les « lambertistes » sera donc suspendue à l’avenir. Ils ne figurent pas parmi les 12 organisations qui se réunissent à Bruxelles les 11-12 mars 1967 pour coordonner l’action contre la guerre au Viêtnam. Cette « conférence de Bruxelles » est à l’origine de la manifestation importante de Berlin, les 17-18 février 1968. 20.000 jeunes, dont 300 Français, se rassemblent à Berlin-Ouest accueillis par le SDS24. Krivine prend la parole au meeting aux côtés de Rudi Dutschke, et il est convenu de se revoir à Paris pour un grand meeting internationaliste à la Mutualité, salle réservée par la JCR pour le 9 mai. Le 21 février 1968, dans le cadre de la traditionnelle journée pour le Viêtnam, le CVN investit le boulevard Saint-Michel aux cris de « Ho Ho Ho Chi Minh. Che Che Guevara !25 ».

  • 26 Le Comité de liaison des étudiants révolutionnaires est l’organisation étudiante « lambertiste ».
  • 27 D’après Jean-Pierre Duteuil, proche de D. Cohn-Bendit, dans Dreyfus-Armand (G.), Gervereau (L.), M (...)

13Dans ce contexte de mobilisation incessante, comme pour répondre à l’escalade décidée par les Américains sur le terrain, plusieurs dizaines de militants s’en prennent à un établissement américain à Paris, brisant la baie de l’American Express, le 20 mars 1968. L’arrestation de six militants ayant participé à l’action, dont Nicolas Boulte, militant chrétien, et Xavier Langlade, militant de la JCR étudiant à Nanterre, déclenche une action de solidarité à Nanterre, où 150 étudiants décident d’occuper le 22 mars 1968 le bâtiment administratif. Les militants sont rapidement libérés, l’occupation cesse tout aussi rapidement, mais le « Mouvement du 22 mars » est né, associant dans l’action JCR et anarchistes. À Nanterre, la JCR est le groupe politique le plus important, 25 adhérents et 15 sympathisants, surclassant l’UEC, les maoïstes et le CLER26 (moins de 10 militants chacun) et même les anarchistes (pas plus de 15), ce qui fait un total de 130-140 étudiants radicalisés, sur un total de 12 000 étudiants27.

L’attentat contre Rudi Dutschke accentue la mobilisation

  • 28 Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., p. 434-435.
  • 29 D’après Christine Fauré, dans Dreyfus-Armand (G.), Gervereau (L.), op. cit. Elle évalue à 30 envir (...)
  • 30 AD Haute-Garonne, 5681 W 12, nombreuses photographies avec identification des personnes.
  • 31 La Dépêche du Midi, 8 mai 1968 : « un cortège imposant, montrant bien qu’il ne s’agit pas de simpl (...)

14La tentative d’assassinat de Rudi Dutschke, à Berlin le 11 avril à 16h30, fait monter un peu plus la tension. Dès le surlendemain à Paris, la JCR organise une manifestation aux cris de « Springer assassin ! », le groupe de presse étant accusé, par ses campagnes haineuses contre les agitateurs étudiants, d’avoir armé le bras de l’auteur de l’attentat28. C’est également par solidarité avec R. Dutschke que les étudiants toulousains — déjà mobilisés sur le Viêtnam — manifestent, le mardi 23 avril, à quelques dizaines dans les rues étroites, la rue des Lois notamment, qui entourent la faculté des lettres, située alors près de la place du Capitole. Deux jours plus tard, ils tiennent une assemblée, d’environ 400 étudiants, dans l’amphi Marsan de la faculté des lettres, en présence d’un étudiant de Nanterre. Il s’agit de Daniel Bensaïd, également étudiant à l’École normale supérieure de SaintCloud29. Les militants d’extrême droite commencent à bombarder le local, utilisant pierres et bombes lacrymogènes. Le doyen Godechot appelle la police qui tente de disperser l’extrême droite et évacue l’amphithéâtre, mais le « mouvement du 25 avril » est né sur le modèle de Nanterre. Les militants de la JCR sont à la tête du mouvement, avec des étudiants du PSU (Étudiants Socialistes Unifiés, ESU), comme on peut le voir sur une photo prise devant le rectorat, le mardi 7 mai, sur laquelle figurent notamment Antoine Artous, étudiant en philosophie de la JCR, et Antoine Alcouffe des ESU, ancien président de l’UNEF30. Ce jour-là « un impressionnant cortège de 3 à 4.000 étudiants31 », s’achève devant le lycée Pierre-de-Fermat, pour réclamer la réintégration d’un lycéen exclu pour avoir tracé des inscriptions sur un mur.

  • 32 Au début, ils avaient méprisé, en particulier leur leader Robert Linhart, l’agitation étudiante.

15À Nanterre, la tension n’a cessé de croître. Les activistes étudiants sont toujours mobilisés sur le Viêtnam. Le 2 mai, ils réquisitionnent un amphithéâtre pour tenir la première de leurs deux « journées anti-impérialistes », empêchant le cours de René Rémond. La rumeur d’une intervention de l’extrême droite accroît l’effervescence. On s’organise pour la défense, d’autant que les Maoïstes de l’UJCml, après autocritique, ont rejoint le mouvement32. On apprend dans ce contexte explosif que huit étudiants du 22 mars, dont D. Cohn-Bendit, J.-P. Duteuil et Olivier Castro, ont reçu une convocation pour le conseil de discipline le 6 mai. Ils risquent l’exclusion. À la fin de la journée du 2 mai, le doyen Grappin annonce la fermeture de l’établissement. C’est le meeting de soutien du lendemain 3 mai à la Sorbonne qui déclenche véritablement le mouvement de mai.

  • 33 Tract UEC, 4 mai 1968, dans « la Sorbonne par elle-même », Le Mouvement Social, n°64, juillet-sept (...)

16Tout au long de cette agitation les militants de la JCR ont été très présents, aussi bien à Paris que dans les villes de province où ils sont implantés, organisant les manifestations, rôdant les premières prises de parole, aux avant-postes dans les affrontements physiques avec l’extrême droite. Ils se font reconnaître par la frange la plus politisée des étudiants qui apprend à les différencier du PC et de l’UEC qui dénonce « les agissements des groupements gauchistes (trotskystes, maoïstes, anarchistes et autres, avec l’anarchiste allemand Cohn-Bendit) qui prennent prétexte des carences gouvernementales et spéculent sur le mécontentement des étudiants pour tenter de bloquer le fonctionnement des facultés et d’empêcher la masse des élèves de travailler et de passer leurs examens », sous le sous-titre « Gauchistes et Fascistes font le jeu du pouvoir33 ».

La JCR en Mai 68

  • 34 Barta, pseudonyme de David Korner, militant d’origine roumaine, à l’origine de l’Union Communiste (...)

17Au début du mois de mai 1968, outre la JCR, cinq groupes se réclament du trotskysme. Le PCI-minoritaire est la section officielle de la Quatrième Internationale. L’OCI, à la tête du Comité pour la Reconstruction de la Quatrième Internationale (CORQI), dispose d’un mensuel imprimé depuis février 1964, Informations Ouvrières, anime des groupes de jeunes, « Révoltes », et une organisation étudiante le Comité de Liaison des Étudiants Révolutionnaires (CLER), devenu Fédération des Étudiants Révolutionnaires (FER) depuis avril 1968. Autour du journal Voix Ouvrière (bimensuel imprimé depuis 1962 et hebdomadaire depuis le 29 novembre 1967), se sont regroupés les anciens de l’Union Communiste Internationaliste (UCI, La Lutte des Classes), mais sans Barta34. À la veille de 1968, ils publient 60 feuilles d’usines environ. Citons les Posadistes, à l’origine d’un PCR resté groupusculaire. Quelques dizaines de militants restent regroupés autour de Pablo, dans l’Alliance Marxiste Révolutionnaire (AMR), publiant un bimestriel, Sous le Drapeau du Socialisme. À cette tendance tiers-mondiste et autogestionnaire appartenait Maurice Najman (1948-1999), militant au lycée Jacques-Decour en 1966-1967, créateur d’un des premiers Comité d’Action Lycéen (CAL).

  • 35 Dans ses mémoires, La Dernière génération d’Octobre, Paris, Stock, 2003, Benjamin Stora revient su (...)
  • 36 Mouriaux et al. (R.), 1968, Exploration du Mai français, t. I, Paris, L’Harmattan, 1992.
  • 37 Ainsi Renault-Billancourt à A. Krivine et aux 2 à 3 000 étudiants de la Sorbonne, Hamon (H.), Rotm (...)
  • 38 Lange (G.), « L’exemple caennais », dans Dreyfus-Armand (G.), Gervereau (L.), op. cit.

18Au cours de la semaine du 6 au 11 mai, les militants de la JCR sont sur la brèche, participant à toutes les manifestations, y compris à la nuit des barricades (10-11 mai) aux côtés de Cohn-Bendit et des libertaires. Au contraire, les militants de la FER, seule autre tendance trotskyste implantée en milieu étudiant, les critiquent, préférant appeler à une manifestation centrale devant Matignon. Cette attitude, qualifiée par certains de désertion, suscite un réel ressentiment chez les étudiants radicalisés35. Devant la dureté de la répression, les organisations syndicales UNEF, CGT, CFDT, appellent à manifester partout en France le lundi 13 mai 1968. Après le succès de ces manifestations débute la grève générale. Le 14 mai, l’usine Sud-Aviation de Nantes-Bouguenais se met en grève avec occupation et séquestration du directeur et de quelques cadres. Les traditions anarchosyndicalistes fortes à Nantes et la présence à la tête de la section FO de Bouguenais d’Yvon Rocton, militant de l’OCI, ne sont sans doute pas étrangères à cette forme de lutte36. Dans de nombreuses entreprises, la grève démarre plus lentement, même quand existent des noyaux révolutionnaires, trotskystes de Voix Ouvrière par exemple, comme à Peugeot Sochaux. La JCR est très largement extérieure à la « classe ouvrière » et sa tentative de faire la jonction avec les ouvriers se heurte au refus des organisations syndicales traditionnelles et du PC. La plupart du temps, l’entrée des usines occupées est interdite aux Gauchistes37. Cependant dans les villes de province, à Caen par exemple, les rapports ouvriers-étudiants sont cordiaux, les manifestations sont unitaires jusqu’à la fin, et plusieurs ouvriers participent, à l’université, à une commission « Luttes ouvrières-Luttes étudiantes »38. Le mouvement est resté à peu près partout bien encadré par les organisations syndicales, mais des liens ont été noués, des convictions affermies. L’action directe, audacieuse, semble avoir fait preuve de son efficacité. L’idée de révolution a été réhabilitée. À Rouen, écrit

19G. Filoche :

  • 39 Filoche (G.), 68-98, histoire sans fin, Paris, Flammarion, 1998, p. 69.

Notre vieux cheminot trotskyste, Charles Marie, venait et prenait la parole pour expliquer crûment l’histoire des soviets, des comités d’action, des comités de grève. Un soir, en plein « amphi des cinq cents », où se tenaient plus de mille étudiants, Ch. Marie, alors âgé de cinquante-cinq ans, devint la vedette […], il expliquait aux mille étudiants que nous étions en situation de « crise révolutionnaire », que cela arrivait peu souvent dans l’histoire. Le silence fut total, il fut sollicité plusieurs fois pour reprendre la parole39.

  • 40 Faburel (V.), op. cit. À Rouen, les effectifs seraient passés de 30 à 120-150. Toulouse, autre poi (...)

20La JCR est dissoute le 12 juin 1968, comme le PCI-minoritaire et les autres organisations révolutionnaires. Mais elle a plutôt bien subi l’épreuve du feu. Au cours des événements de mai la JCR a vu croître ses effectifs, passant de 350 en avril 1968 à 1.000 membres environ en juin40. La très grande majorité des nouveaux militants sont des étudiants, mais quelques jeunes ouvriers ont été gagnés. Ainsi à Toulouse, Guy Frèche, jeune traminot de 24 ans (employé à la Société de transport en commun de la ville de Toulouse), s’inscrit à la Ligue en juin 1968, dit-il :

  • 41 Le Monde, 9 mai 1998, p. 11. Enquête Michel Braudeau.

Des gens merveilleux. Ils m’emmenaient au cinéma, au théâtre, à l’Opéra. On leur avait dit de recruter des ouvriers. J’étais leur ouvrier. Ils me choyaient41.

Le nécessaire internationalisme et l’adhésion à la Quatrième Internationale

  • 42 APJPS, carton n°I, Bulletin des Diffuseurs (BdD) n° 2, p. 2. Chiffres du n° 3 : Rouge se vend chaq (...)

21À l’automne 1968, la reprise des contacts entre militants et sympathisants est facilitée par la publication de Rouge, dont le premier numéro est daté du 18 septembre 1968. Il est bimensuel jusqu’au 1er mai 1969, puis hebdomadaire42. Les militants et les sympathisants se regroupent dans les Cercles rouges, les premiers dans les « cercles pile », les seconds dans les « cercles face ». Parallèlement le Bulletin des Diffuseurs, ronéoté, fait office de bulletin intérieur.

  • 43 Rouge hebdomadaire (Rh) n° 1, 18 septembre 1968.
  • 44 Rh n° 94, 28 décembre 1970.

22Le nouveau journal s’affirme communiste et internationaliste dès son premier numéro. « Aux staliniens drapés de tricolore, nous répondons par Rouge, journal d’action communiste43 ». Un hommage est rendu à Michèle Firk, ancienne militante du PC née en 1937, investie dans l’aide au FLN algérien, morte aux côtés de la guérilla guatémaltèque, et un appel pour la libération de Régis Debray est lancé. Hugo Blanco, emprisonné depuis 1963, n’est pas oublié. Il est fréquemment question de lui jusqu’à sa libération en décembre 197044.

  • 45 Celui-ci, IXe Congrès de la Quatrième Internationale, se tient en avril 1969 en Italie, à Rimini, (...)
  • 46 APJPS, BdD n°5, p.1. Avant d’être sections de l’Internationale, les groupes ont souvent le statut (...)

23Mais les militants réunis autour de Rouge ne se contentent pas d’une simple solidarité internationale. L’heure est à la construction d’une véritable organisation internationaliste, faisant revivre ainsi une tradition ancienne du mouvement ouvrier, illustrée par la création dès 1864 de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT). C’est une manière de s’ancrer dans la tradition de Karl Marx, tradition vivifiée par les manifestants étudiants de Mai 68, qui défilaient au début du mouvement aux cris de « Les frontières, on s’en fout », « Nous sommes tous des Juifs allemands ». Si tous les militants sont profondément internationalistes, trois positions se font jour au cours du débat précédant le congrès de fondation de la Ligue communiste. La position majoritaire au secrétariat de rédaction est défendue par les militants qui sont déjà membres du PCI-minoritaire et de la Quatrième Internationale, notamment H. Weber, G. de Verbizier et A. Krivine. En septembre 1968, le secrétariat de rédaction « s’engage à diffuser pour information, et à titre de document les textes de la IVe Internationale, pour la préparation du IXe Congrès mondial45 ». Malgré la précaution suivante, « [Ceci] n’implique pas l’application anticipée du statut d’observateur46 », il s’agit bien de convaincre les militants d’adhérer à l’organisation fondée en 1938, du vivant de Trotsky.

  • 47 Trois Cahiers Rouge, documents de formation communiste, les n° 6-7 (140 p., 10 000 exemplaires), 8 (...)
  • 48 APJPS, carton n°I, BdD n° 9, 18 p. ronéotées, « Des militants pour la construction du parti par un (...)

24Une minorité d’entre eux, présents à Paris notamment — ils ont la majorité dans le Cercle 1-2-3-4 —, critique nettement cette méthode de construction de l’Internationale. Ils constituent la troisième tendance. De larges extraits de leur contribution ont été publiés dans le Cahier Rouge n° 89, peu après le congrès, en 196947. Dans le texte initial et intégral48, qui n’était pas à l’origine destiné à publication, les militants ne prennent pas de précaution oratoire pour dénoncer « le point de vue ultra-organisationnel », « le fétichisme organisationnel » de la majorité. Ils mettent en garde contre « l’embourbement familial » et « l’erreur organisationnelle ». Tout en se proclamant viscéralement internationalistes, ils ne proposent pas d’alternative concrète aux propositions de la majorité.

  • 49 Henri Malher (Rivière) et Isaac Joshua (Créach) quittent la Ligue en 1971 et fondent le groupe Rév (...)

25La deuxième tendance, dite minoritaire, animée essentiellement par Rivière et Créach49, après une vigoureuse profession de foi internationaliste, fait une critique tout aussi nette de l’adhésion immédiate à la Quatrième Internationale (QI). Ils reconnaissent à la QI le mérite d’avoir résisté au stalinisme mais cette organisation a été très marquée par cette longue lutte à contre-courant. De nombreuses organisations se sont créées hors de ce cadre étroit, il s’agit donc de les regrouper en organisant une « conférence internationale des groupes révolutionnaires… » associant — la liste n’est pas exhaustive, précisent-ils — Was tun ? (Allemagne), Black Dwarf (Angleterre), Acción comunista (Espagne), des fractions de la Zengakuren (Japon), les Jeunes Gardes Socialistes (Belgique), certaines organisations d’Amérique Latine.

  • 50 Cahier Rouge n° 10-11, p. 171. Le BdD n° 4 indique qu’un délégué fut désigné par tranche de 5 mili (...)

26Finalement, l’adhésion à la Quatrième Internationale est votée au premier congrès de la Ligue communiste par 203 voix pour, 46 contre, 1 abstention, 1 NPPV50.

Conférence de Bruxelles et centième anniversaire de la Commune

  • 51 Rh n° 115, 24 mai 1971, donne un chiffre de 30 000, dont 10 000 provinciaux, 12 à 15 000 parisiens (...)
  • 52 Romain Goupil le montre bien dans son film Mourir à 30 ans.

27La Ligue ne tarde pas à mettre en pratique cette résolution de congrès. Elle appelle avec les autres sections européennes de la QI à une conférence internationale à Bruxelles, pour les 21 et 22 novembre 1970. D’après Rouge, 3.500 révolutionnaires se sont rassemblés, dont 1.100 de la LC, qui constituait la délégation la plus nombreuse, aux côtés des Anglais, Allemands, Flamands, Italiens, Espagnols… quinze langues en tout. Bruxelles aura une suite, annoncée le premier mars 1971, la manifestation devant le Mur des Fédérés, à Paris, le 24 mai 1971, pour le centième anniversaire de la Commune. À l’appel de la QI et de Lutte Ouvrière, malgré les contrôles policiers, des milliers de militants et de sympathisants venus de toute la France et de l’étranger ont défilé dans Paris jusqu’au cimetière du Père Lachaise. L’organisation fait la démonstration de sa vitalité et de son « universalisme », puisqu’aux Européens se sont jointes des délégations venues des États-Unis, du Canada, de Ceylan, de l’Inde et du Moyen-Orient. Rouge51 évoque un nombre de 30.000 manifestants, dont 10.000 provinciaux, chiffre surévalué. Pour être plus près de la vérité, il faudrait diviser le chiffre de 30.000 par deux, ce qui est déjà très important. C’est à l’occasion de cette manifestation que se déploie tout un rituel dont la caractéristique essentielle est, nous semble-t-il, d’être empruntée au passé. Tout d’abord on n’imagine pas ce rassemblement ailleurs qu’au Mur des Fédérés, haut lieu de la mémoire ouvrière. On pavoise beaucoup, le drapeau rouge est omniprésent, de même que la faucille et le marteau, des banderoles géantes. Le poing brandi (avec parfois les quatre doigts dressés comme pour Quatrième Internationale), le chant de l’Internationale et également la Jeune garde, constituent les principaux rappels de la tradition. Les slogans rythmés avec tentatives de chœurs parlés — la veille, des répétitions ont eu lieu à Censier52 — tentent de rompre avec les manifestations classiques tant vilipendées. Rangés par pays, par régions, les militants sont encadrés par un service d’ordre dont les membres ne portent pas d’uniforme précis, comme c’était le cas en 1936 pour les Toujours Prêts Pour Servir (TPPS, service d’ordre de la SFIO de la Seine), mais la veste de cuir est bien portée, le jean et le casque moto attaché à la taille, un mouchoir noué autour du cou pour se protéger des éventuelles grenades lacrymogènes. Les militantes sont absentes des premières lignes. Quant au chef, il est placé légèrement en avant des troupes. Le grand modèle est Trotsky, dont on arbore le portrait, le Trotsky sanglé de sa veste de cuir, chef de l’Armée rouge, conducteur de la révolution aux côtés de Lénine, le « prophète armé ».

Les Nôtres…

  • 53 Rh n° 74-75-76, numéro unique pour août 1970.
  • 54 Rousset (P.), Le PC vietnamien, Paris, Maspero, coll. « Livres rouges », 1973.
  • 55 Rh n° 78, 7 septembre 1970.
  • 56 Broué (P), Vacheron (R.), Meurtres au maquis, Paris, Grasset, 1997.
  • 57 Lutte Ouvrière n° 104, 25-31 août 1970.
  • 58 Rh n°129, 23 octobre 1971, p. 13. Première trace dans Rouge d’un combat pour la vérité historique (...)
  • 59 Rh n° 79, 14 septembre 1970.
  • 60 Cette rubrique disparaîtra vite de Rouge. Il n’y en eut que trois. Le dernier personnage à en fair (...)

28Les anciens entreprennent d’éduquer la nouvelle génération révolutionnaire de façon à ce qu’elle s’approprie l’héritage conservé par la poignée de militants du PCI-minoritaire. Rouge ouvre une nouvelle rubrique dans son numéro d’août 1970, « Les nôtres… leurs gueules », afin d’opposer, « comme ils auraient pu le faire dans la réalité, l’image d’un combattant révolutionnaire appartenant à un courant quelconque du mouvement ouvrier et le mufle d’un valet de la classe possédante53 ». Bordiga, communiste de gauche, qui vient de mourir à Naples à 81 ans, inaugure la rubrique, mis en parallèle avec Salazar, défunt dictateur du Portugal. Mais dans le même numéro, un trotskyste est à l’honneur, Ta Thu Thau, avec reproduction de sa photo. La nécessaire dénonciation de l’intervention américaine au Viêtnam, la solidarité avec le combat de Ho Chi Minh, ne doit pas faire oublier le devoir de mémoire envers Ta Thu Thau et ses camarades, trotskystes viêtnamiens « disparus » en 1946, après leur libération des bagnes coloniaux. Ils avaient de nombreux ennemis, écrit Rouge, « les colons français, la bourgeoisie indigène, et certains staliniens aux ordres directs de Moscou ». Rouge ne tranche pas sur le moment, mais en 1973, P. Rousset, dans son ouvrage Le PC viêtnamien, livre l’intime conviction de la direction de la QI en rapportant sans la critiquer l’anecdote suivante racontée par Daniel Guérin. Ayant vu Ho Chi Minh à Paris en 1946 et l’interrogeant sur TaThu Thau, Ho répondit : « Ce fut un grand patriote et nous le pleurons. Mais il ajouta aussitôt d’une voix raffermie : tous ceux qui ne suivront pas la ligne tracée par moi seront brisés54 ». L’éducation historique de la jeune génération se poursuit par l’évocation surtout de militants de la QI. Toujours sous le titre « Les Nôtres », est retracée la vie de Blasco (Pietro Tresso), dirigeant du PC italien puis militant de la QI dans les années trente55. Emprisonné au Puy pendant la guerre, avec des militants du PCF, s’étant évadé avec eux, on ne le revit jamais. Récemment l’historien P. Broué et Raymond Vacheron sont revenus sur cet épisode tragique, soulignant la responsabilité des staliniens dans l’assassinat de Blasco et de ses trois camarades trotskystes56. Dans le même numéro de Rouge, P. Frank, en réponse à une critique de Lutte Ouvrière57 sur la politique du PCI pendant la guerre, amorce une réflexion autocritique sur l’attitude des trotskystes pendant la seconde guerre mondiale, soulignant surtout la complexité de la question posée par cette guerre. C’est donc très imparfaitement que les dirigeants historiques de la QI répondent aux questions que ne manquent pas de se poser les militants parfois harcelés par les militants du PC sur ce sujet. Il faudra attendre les travaux de plusieurs historiens, M. Dreyfus et P. Broué notamment, pour qu’une histoire précise des diverses attitudes trotskystes pendant la guerre commence à s’esquisser. Mais sans attendre les résultats de ces investigations, les militants de la LC rappellent que parmi les 27 fusillés de Chateaubriant (le 22 octobre 1941), évoqués régulièrement par L’Humanité, se trouvaient Marc Bourhis, instituteur, militant trotskyste depuis 1936, et Pierre Guéguen, maire communiste de Concarneau, démissionnaire du PC après le pacte germano-soviétique, en rapport avec Bourhis, affirmant dans une lettre écrite peu après son arrestation, sa volonté de rejoindre la QI58. Une autre figure emblématique du mouvement, Ignace Reiss, révolutionnaire professionnel du Komintern, assassiné près de Lausanne le 4 septembre 1937 juste après avoir annoncé son ralliement à Trotsky, est évoquée59, au-dessus de celle de François Mauriac (« Leurs gueules »)60. En utilisant des termes très forts, cette rubrique veut donc creuser un fossé infranchissable, définitif, entre « bourgeois » et « révolutionnaires », entre « eux » et « nous ». Par ailleurs, si la conception du « camp révolutionnaire » est large dans le numéro qui ouvre cette rubrique, elle se réduit dès le numéro suivant à la famille trotskyste orthodoxe, celle du secrétariat unifié de la QI.

  • 61 Rh n° 108, 5 avril 1971 et Revue QI, n° 49, mai 1971, p. 59.
  • 62 Rh n° 1110, 27 avril-3 mai 1984.
  • 63 Le Monde, 3 octobre 1995.

29Bien sûr les militants français ne sont pas oubliés. P. Frank, rend hommage à Charles Marie qui vient de mourir. Cheminot, vieux militant de Normandie, il a été à l’origine du premier noyau de militants rouennais. Une centaine de militants assistent à ses obsèques, le 2 avril 1971, entourant son cercueil de drapeaux rouges et saluant ce « pionnier de la LC à Rouen », au chant de l’Internationale61. Au cours des années suivantes, une véritable liturgie funéraire se met en place. En avril 1984, un cortège de 1.500 personnes accompagnent le cercueil de Pierre Frank62. Pour parler des militant(e)s présent(e)s, le journaliste du Monde ne trouve pas d’autre mot que celui de « fidèles ». Un grand portrait du dirigeant défunt, tenu par de jeunes militants, ouvre le cortège. Les militants brandissent le poing, geste de combat et non de recueillement. La meilleure manière d’honorer ces combattants n’est-elle pas de continuer leur lutte ? Enfin, les restes de ces militants sont inhumés au cimetière du Père-Lachaise, au plus près du Mur des Fédérés. C’est Ernest Mandel lui-même, décédé le 20 juillet 1995 à Bruxelles et incinéré à Anvers, qui a demandé par testament que ses cendres reposent dans ce cimetière. Le transfert de ses cendres, au chant, fredonné, de la Jeune garde, apparaît comme un défi lancé au PC, A. Krivine prononçant l’oraison funèbre à deux pas de la sépulture de Jacques Duclos, précise Olivier Biffaud63. De la même manière que la Ligue, incarnation selon elle du vrai communisme, dispute au PC la direction de la classe ouvrière, elle tente de s’imposer dans ce lieu sacré de la mémoire ouvrière qu’est le Mur des Fédérés. Ces hommages rendus aux dirigeants ont pour but d’affirmer le mouvement, de délimiter ses frontières, notamment contre le PC, héritier, lui, du stalinisme.

  • 64 Cette formule est utilisée pour le PC par Kriegel (A.), Les Communistes français, essai d’ethnogra (...)
  • 65 Verdès-Leroux (J.), « Les invariants du parti communiste français », Actes de la Recherche en Scie (...)

30La Quatrième Internationale n’est pas seulement un ensemble de textes et de résolutions de congrès, mais ce sont aussi des hommes et des femmes, de tous âges, de tous pays, courageux, dévoués à leur organisation, prolongeant le combat que les anciens ont souvent payé de leur vie. Les trotskystes ont une démarche voisine de celle du PC, sans pouvoir malgré tout s’instituer en « micro-société64 ». Toutefois, comme l’écrit Jeannine Verdès-Leroux à propos du PC, cette coupure entre « nous » et « les autres » « implique l’auto-exaltation du groupe, l’affirmation de sa supériorité65 ». Comme le PC, la Ligue se veut parti-guide et la longue période de marginalité et d’impuissance de laquelle sortent ses dirigeants n’a pas atténué leur « orgueil ». De plus les événements de Mai 68 semblent donner raison aux tenants de la voie révolutionnaire, contre les partisans, jusqu’ici de loin les plus nombreux, de la voie réformiste.

Soutien aux « luttes anti-bureaucratiques » dans les pays de l’Est

31Les trotskystes sont très sensibles aux luttes menées en URSS et dans les pays de l’Est contre des partis encore staliniens, estiment-ils, malgré le XXe congrès du PCUS en 1956. Pour eux, le rapport Khrouchtchev a été suivi de peu d’effets et dès novembre 1956 l’espoir a été écrasé en Hongrie comme il le sera en Tchécoslovaquie en août 1968. Comment réagissent les militants de la Ligue ?

  • 66 Rh n° 64, 18 mai 1970, p. 8.
  • 67 Entre septembre 1968 et août 1973, une seule fois, Rh n° 94, 28 décembre 1970 « Budapest, Prague, (...)
  • 68 Rh n° 70, 29 juin 1970, p. 11. Rh n° 159, 27 mai 1972, avec photo. Egalement Revue QI, nouvelle sé (...)
  • 69 Rh n° 95, 4 janvier 1971. Précisions dans Chiama (J.), Soulet (J.-F.), Histoire de la dissidence, (...)
  • 70 Rh n° 71/72/73, août 1970.
  • 71 Renaissance du bolchevisme en URSS. Mémoires d’un Bolchevik-Léniniste, Paris, Maspero, 1970, avec (...)
  • 72 Rh n° 80, 27 septembre 1970.

32Rouge apporte un soutien important aux militants en lutte contre ces pouvoirs, surtout s’ils mènent cette lutte d’un point de vue de gauche, c’est-à-dire si leur combat a pour but l’avènement d’une « vraie démocratie socialiste » par le renversement de la bureaucratie accusée d’avoir usurpé le pouvoir après la mort de Lénine. Ainsi, pour célébrer le centenaire de la naissance de Lénine, la Ligue remplit la salle de la Mutualité à Paris, le 14 mai 1970, flétrissant quarante ans de dictature stalinienne en URSS66. Rouge ne consacre qu’une fois sa une à l’URSS ou aux pays de l’Est67, mais rares sont les numéros où ne sont pas évoquées « les luttes anti-bureaucratiques » dans cette région. Dans le premier numéro, A. Krivine interviewé à sa sortie de prison, prend position contre l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie (août 1968). Rouge dénonce au début des années soixante-dix l’utilisation en URSS des hôpitaux psychiatriques pour lutter contre la dissidence politique68. Le journal s’insurge aussi contre la réapparition de l’antisémitisme à l’occasion du procès de Léningrad en 1970, au cours duquel ont été jugés et condamnés douze soviétiques dont neuf Juifs, accusés d’avoir tenté de détourner un avion pour rejoindre Israël69. Rouge attire l’attention de ses lecteurs sur l’œuvre de Soljenitsyne, « le plus grand écrivain russe contemporain70 », ainsi que sur les mémoires d’un vieux militant bolchevik, interné de 1929 à 1956. Ce livre, paru en 1967, est réédité par François Maspero dans la collection « Livres Rouges », sous le titre Renaissance du bolchevisme en URSS71. Enfin, Rouge se félicite de la libération de l’écrivain Youli Daniel, arrêté cinq ans auparavant avec son ami Siniavski, et condamnés pour avoir publié en Occident des écrits antisoviétiques. Rouge tente de percevoir à travers ces affaires l’émergence d’une nouvelle avant-garde politique, « le passage d’une protestation littéraire et intellectuelle à l’opposition politique72 ».

  • 73 Qu’est-ce que la révolution politique ?, brochure, juin 1982, 15 p.
  • 74 La brochure sera rééditée en 1969 : Cahier Rouge n° 4, 83 p.
  • 75 Cahier Rouge n° 3, nouvelle série internationale, Pologne, le crépuscule des bureaucrates, Paris, (...)
  • 76 Rh n° 127, 9 octobre 1971. En hommage un militant du Havre avait choisi Modzelewski comme pseudony (...)

33En effet pour les militants de la Ligue, les pays de l’Est sont des « États ouvriers dégénérés » ou « bureaucratisés » ou « déformés ». Leur économie conserve les caractéristiques essentielles de l’État ouvrier, mais « une caste bureaucratique restreinte et incontrôlée détient tous les pouvoirs73 », en lieu et place des ouvriers. Il s’agit donc d’encourager la lutte des ouvriers pour la liberté, syndicale en particulier, contre l’oppression politique, et surtout d’œuvrer à la formation de noyaux révolutionnaires suffisamment implantés. Les militants encouragent tout ce qui peut permettre d’avancer vers cet objectif. En septembre 1966, la revue Quatrième Internationale publie la Lettre ouverte au parti ouvrier polonais, rédigée par Jacek Kuron et Karol Modzelewski en 196574. Kuron et Modzelewski sont deux étudiants de Varsovie, militants communistes, exclus du parti en décembre 1964, condamnés en juillet 1965 à trois ans de prison. Ils appelaient à renverser la bureaucratie polonaise pour établir un gouvernement fondé sur des conseils ouvriers démocratiquement élus. Rouge suit avec espoir la révolte des ouvriers des ports de la Baltique en décembre 1970, et les sections francophones de la Quatrième Internationale consacrent une brochure « au crépuscule des bureaucrates » en Pologne75. Enfin Rouge se félicite de la libération de Kuron le 17 septembre 1971, suivie de celle de Modzelewski, présentés comme des militants communistes76.

  • 77 Rh n° 11, 5 février 1969, p. 12.
  • 78 Cahier Rouge spécial, Le Complot trotskyste en Tchécoslovaquie, Paris, Maspero, janvier 1970, 32 p
  • 79 Rh n° 50, 2 février 1970, p. 15.
  • 80 Rh n° 101, 15 février 1971, p. 16. Les manifestants, pour déjouer les accusations d’anticommunisme (...)
  • 81 Rh n° 120, 28 juin 1970.
  • 82 L’OCI déploie une activité importante et ancienne sur ce terrain. Voir le numéro spécial de son he (...)
  • 83 Rh n° 160, 3 juin 1972, p. 16.

34La Tchécoslovaquie est plus encore au centre des préoccupations de la Ligue. Celle-ci dénonce la normalisation consécutive à l’intervention de l’URSS et des pays du Pacte de Varsovie en août 1968. Cependant, un faible écho est donné au suicide par le feu de Jan Palach, jeune homme âgé de 21 ans, le 17 janvier 196977. Rouge n’y consacre que quelques lignes pour souligner, certes, « sa répercussion extraordinaire », mais surtout, « l’impasse dans lequel se trouve le peuple ». Une très grande attention est au contraire accordée aux organisations communistes de gauche qui se sont développées à Prague au cours des six mois de liberté d’expression, le « Printemps de Prague », ayant précédé août 1968. Rouge attire l’attention de ses lecteurs sur le cas de Piotr Uhl, jeune intellectuel incarnant cette gauche révolutionnaire en gestation. Il est arrêté, accusé de « complot trotskyste » et condamné à plusieurs années de prison. L’organisation française s’est mobilisée, publiant dans un Cahier Rouge spécial les principaux textes de cette « opposition révolutionnaire78 », organisant plusieurs manifestations. À Paris le 27 janvier 1970, 1.000 personnes défilent devant le consulat tchécoslovaque79. À Rouen, une manifestation commune avec Lutte Ouvrière rassemble 300 personnes80. Le 19 juin 1970, une vingtaine de militants de la LC profitent d’une manifestation culturelle (soirée donnée par le Ballet national tchécoslovaque à la Mutualité) pour crier leur solidarité avec P. Uhl et ses camarades et « arroser copieusement pendant l’entracte l’assistance plastronnée de tracts rédigés en français et en tchèque81 ». La Ligue communiste participe même un moment aux activités du « Comité du 5 janvier », initié par les « Lambertistes »82, collaboration vite interrompue, A. Krivine et Ch. Michaloux retirant leurs noms d’un appel de soutien aux emprisonnés en Tchécoslovaquie pour ne pas côtoyer Jules Moch83. Il était reproché à ce dernier, vieux militant de la SFIO, d’avoir durement réprimé les grèves de novembre 1947, en tant que ministre de l’Intérieur.

  • 84 La Ligue se préoccupe aussi de rééditer des textes de Trotsky difficiles d’accès, dans la série «  (...)
  • 85 Il est aujourd’hui membre du Parti socialiste belge, gouverneur-adjoint du Brabant flamand (d’aprè (...)
  • 86 Cahier Rouge, nouvelle série internationale, n° 1, 1970, 82 p.
  • 87 Ce texte est accessible en français dans Trotsky (L.), De la Révolution, Paris, Minuit, 1963.
  • 88 Réédité en janvier 1967 avec une préface de P. Frank, par la Société internationale d’éditions, pu (...)
  • 89 Le bref texte de Trotsky, Cours nouveau, est réédité dans Préobrajenski (E.), Rakovsky (C.), Trots (...)

35Cette campagne permanente en direction des pays de l’Est est l’occasion de former les nouveaux militants dans l’orthodoxie trotskyste84, contestée sur ce problème par d’autres courants de l’extrême gauche, anciens comme « Socialisme ou Barbarie » ou récents comme le maoïsme. Ainsi Fernand Charlier (Guy Desolre85), militant de la section belge de la QI, rédige une brochure intitulée L’Union soviétique et les pays de l’Est : capitalisme ou socialisme ?86, dans laquelle il réfute la théorie du « capitalisme d’État » d’Amadeo Bordiga. Il critique aussi la thèse du « capitalisme bureaucratique » de Pierre Chaulieu (Cornelius Castoriadis). Il réaffirme la validité des thèses de Trotsky contenues dans La Révolution trahie87 ou Le Programme de transition de 193888, qui définissent l’URSS comme un « État ouvrier dégénéré ». L’effort d’édition est réel, destiné à mettre sous les yeux de la nouvelle génération les textes fondateurs du mouvement sur la question89.

Les luttes anti-impérialistes

36Pour la génération née à la politique au début des années soixante, la « révolution coloniale » est d’une grande importance. À l’époque de la coexistence pacifique entre l’URSS et les États-Unis, ces luttes peuvent remettre en cause cette partition du monde qui fige la planète, renvoyant aux calendes grecques tout espoir de révolution. Il n’est donc pas étonnant que la LC soit aux avant-postes de la lutte contre l’intervention américaine au Viêtnam ou qu’elle soutienne la lutte révolutionnaire en Amérique latine.

La lutte contre l’intervention américaine en Indochine

  • 90 APJPS, carton n°I, « Projet de programme pour le 2e congrès de la LC », avril 1971.
  • 91 À deux reprises la une assimile les États-Unis à l’Allemagne nazie et Nixon à Hitler. Le 13 mai 19 (...)
  • 92 Rh n° 87, 9 novembre 1970, p. 14.
  • 93 Rh n° 30, 15 septembre 1969, p. 3. Verjat consacre une des trois colonnes de son article au problè (...)

37C’est avec lyrisme que le projet de programme pour le deuxième congrès de la Ligue voit « l’histoire de l’humanité reposer sur les épaules des paysans indochinois courbés pendant le répit nocturne sur leurs travaux agricoles et guerriers90 ». Comme il est écrit plus loin, l’Indochine est bien « la tranchée avancée du prolétariat mondial face à l’impérialisme ». Pas moins de trente unes du journal Rouge sont consacrées à l’Indochine entre septembre 1968 et août 1973 (sur un total de 218 numéros). La main criminelle des États-Unis est dénoncée91, mais surtout l’héroïsme des combattants viêtnamiens et indochinois exalté. Un dirigeant viêtnamien, le Dr Thach, a le privilège de figurer dans la rubrique « les Nôtres », ses « notions confuses sur le stalinisme » étant mises sur le compte de l’isolement et de la pauvreté du Viêtnam92. Au moment du décès de Ho Chi Minh, Rouge manifeste son admiration, tout en n’oubliant pas les trotskystes disparus en 194693. La LC est à l’origine du Front Solidarité Indochine (FSI), héritier du Comité Viêtnam National (CVN), qui permet d’associer des personnalités comme Laurent Schwartz ou Madeleine Rebérioux à la lutte contre l’intervention américaine en Indochine.

  • 94 Rh n° 64, 18 mai 1970, p. 9.

38Les manifestations sont nombreuses (les 14-15 novembre 1969, 10 mai 1970, 6 novembre 1971, 7 novembre 1972, jour de l’élection du président des États-Unis). Les militants se mobilisent encore le 20 janvier 1973, quelques jours avant la signature des Accords de Paris du 27 janvier 1973 qui prévoient le cessez-le-feu et le retrait américain en deux mois. Ces manifestations se déroulent selon deux modalités. Soit l’extrême gauche appelle à rejoindre les manifestations de la gauche classique, mais alors son cortège est tenu à distance par le service d’ordre — en général de la CGT —, qui constitue un véritable cordon sanitaire, pour éviter le contact entre militants de gauche et gauchistes. Soit l’extrême gauche organise ses propres manifestations. Elles sont toujours dynamiques, inventives, à deux reprises elles ont lieu en mobylettes et solex, le 14 novembre 1969 et le 22 avril 1972, lointain écho aux vélos de Dien Bien Phu ? En tout cas elles contrastent avec les manifestations de la gauche, qualifiée pour celle du 10 mai 1970, de kermesse94. Elles sont l’occasion de montrer le caractère valeureux des nouveaux révolutionnaires, qui n’hésitent pas parallèlement à s’attaquer à des établissements américains en France.

  • 95 Rh n° 102, 22 février 1971, p. 10. Attaque à 80, de l’ambassade sud-viêtnamienne.
  • 96 Rh n° 217, 9 octobre 1971. Une intervention de 10 minutes eut lieu devant le consulat sud-viêtnami (...)
  • 97 Rh n° 155, 29 avril 1972, p. 9. Les bureaux du consulat sud-viêtnamien ont été mis à sac.
  • 98 Rh n° 157, 13 mai 1972, p. 3.
  • 99 Rh n° 101, n° 112, n° 166.
  • 100 Rh n° 185, 23 décembre 1972, p. 15 et n° 187, 13 janvier 1973, p. 3.

39L’action directe, violente, est justifiée, comme avant 1968. Les militants s’en prennent aux ambassades ou consulats sud-viêtnamiens, « fantoches » comme ils disent, ainsi à Paris en février 197195 et en octobre 197196, à Toulouse en avril 197297. Les attaques contre les locaux américains sont plus rares, peinture sur la façade du consulat américain à Paris, rue Saint-Florentin, début octobre 1971, ou attaque aux cocktails Molotov des locaux d’Honeywell Bull à Toulouse, le 10 mai 197298. Mais les militants visent aussi les personnes sans aller cependant jusqu’aux actes irrémédiables. Une réunion de l’Association des étudiants viêtnamiens, « organisation manipulée par les fantoches », est interdite à Aix, des « fantoches sont bousculés » à Grenoble, « les casquettes des officiers américains volent à Cannes99 ». Des comptes ont été demandés par la justice aux dirigeants de la LC, notamment après les actions d’octobre 1971 contre les consulats sud-viêtnamien et américain à Paris, actions clairement revendiquées par la Ligue. A. Krivine et M. Recanati ont été condamnés à 1 000 francs d’amende chacun, « relative légèreté des peines », reconnaît Rouge100.

  • 101 Rh n° 132, 13 novembre 1971, p. 3.
  • 102 Rh n° 102, 22 février 1971, à Paris mais aussi à Rouen.

40Cette lutte permet de faire vivre un véritable internationalisme, le FSI organise par exemple une rencontre-meeting, le 10 novembre 1971, entre des combattants indochinois et des militants américains anti-guerre101. Enfin, l’organisation de meetings en commun permet aux dirigeants de la LC (A. Krivine, G. de Verbizier…) de siéger aux côtés des délégués indochinois (GRP, FUNK et Lao)102. Ils tentent ainsi de gagner en crédibilité auprès des militants du PC notamment.

Le soutien à la lutte armée en Amérique latine

  • 103 Debray (R.), Révolution dans la Révolution, Paris, Maspero, 1967.

41S’il est une autre « tranchée de la révolution mondiale » à laquelle les militants accordent beaucoup d’attention, c’est bien l’Amérique latine. La victoire de Fidel Castro et de ses compagnons à Cuba semble prouver l’efficacité de l’action menée par un petit groupe de militants armés. Régis Debray théorise cette « voie cubaine au socialisme103 ». Un groupe, même minoritaire, de révolutionnaires décidés peut créer un « foyer » dans une zone rurale (le fameux foco en espagnol) à partir duquel la révolution se répandra. Che Guevara tentera en vain d’appliquer ce schéma en Bolivie.

  • 104 Rh n° 19, 14 mai 1969, p. 10.
  • 105 Ibid. Allusion aux organisations souvent d’origine castriste qui ont entrepris la lutte armée. Dan (...)

42Or, dans quelques pays d’Amérique latine, des forces se réclament du Secrétariat Unifié (SU) de la QI. Sur un peu plus de vingt délégations présentes au IXe congrès mondial qui se tient en Italie en mai 1969, six viennent d’Amérique latine. Un délégué latino-américain affirme : « Nous sommes entrés dans l’étape finale de l’assaut donné à la forteresse capitaliste. [En conséquence de quoi le] parti révolutionnaire doit être converti en armée révolutionnaire. La lutte armée sous ses différentes formes, dont la guérilla, est la solution logique dans la situation actuelle. C’est la continuation du mouvement de masse dans les conditions actuelles104 ».Et il ajoute : « qu’on ne nous dise pas que ce n’est pas du marxisme, que c’est du castrisme ». La tâche de l’heure est de « s’unir, de fusionner avec les forces révolutionnaires qui agissent105 ». Malgré l’opposition du SWP et de la minorité internationale, la Quatrième Internationale s’est ralliée à la stratégie de la lutte armée en Amérique latine.

Soutien au POR-Gonzalez Moscoso de Bolivie

  • 106 Pour plus de détails sur le trotskysme en Bolivie, voir Lora (G.), Bolivie, De la naissance du POR (...)
  • 107 Ce sont les compagnons du Che Guevara ayant échappé à la répression, qui tentent de se regrouper a (...)
  • 108 Rh n° 43, 15 décembre 1969.
  • 109 Rh n° 51, 9 février 1970.

43La jeune section française, mettant en pratique ses idées internationalistes, se mobilise en septembre 1969 pour la Bolivie. Une souscription est lancée en faveur de l’organisation sœur bolivienne, le Parti Ouvrier Révolutionnaire (POR) de Hugo Gonzalez Moscoso. Ce parti est une scission minoritaire du POR de Guillermo Lora, ce dernier étant partie prenante du Comité pour la reconstruction de la Q.I., lancé par l’OCI-AJS106. Le POR Moscoso est engagé dans une stratégie « foquiste », aux côtés de l’Armée de Libération Nationale (ELN) bolivienne107. Les militants français collectent des fonds pour leurs camarades boliviens, un CCP au nom de Krivine est ouvert, les Comités rouges sont actifs, comme celui du lycée Jacques Decour à Paris, qui tend une banderole dans la cour du lycée pour soutenir la campagne108. Elle dure jusqu’en mai 1970, elle est considérée comme un succès puisque la LC a réuni deux fois la somme qu’elle s’était engagée à verser109. La Bolivie ne disparaît pas des préoccupations des révolutionnaires mais elle est bientôt relayée par l’Argentine.

Appui au PRT-ERP : la guérilla urbaine en Argentine

  • 110 Coggiola (O.), Le Mouvement trotskyste en Argentine, 1929-1960, 2 tomes dact., thèse de l’EHESS, P (...)
  • 111 Décision du 5e congrès du PRT, juillet 1970.
  • 112 Rh n° 65, 25 mai 1970.
  • 113 Leur identité est révélée dans Rh n° 67, 8 juin 1970.
  • 114 Rh n° 105, 15 mars 1971, reproduit un communiqué de l’ERP. Il relate l’expropriation réussie de 12 (...)
  • 115 Rh n° 83, 12 octobre 1970, p. 6-7.

44Le courant trotskyste, bien que divisé, est aussi anciennement implanté dans ce pays plus ouvrier110. La section argentine de la QI, le Parti Révolutionnaire des Travailleurs (PRT Combatiente), soucieuse de capter cette nouvelle génération combattante séduite par l’action directe, décide de construire parallèlement parti et armée révolutionnaire, sous le sigle ERP (Armée, ejército en espagnol, Révolutionnaire du Peuple)111. Une lettre d’Argentine, publiée le 25 mai 1970112 rend compte d’une action des militants argentins de Rosario, une opération de récupération d’armes dans un poste de police, soldée par l’arrestation de quarante militants113. L’organisation réalise aussi des expropriations militantes et des distributions de vivres dans les quartiers populaires114. Les actions armées ont pour but de susciter « activité et auto-organisation des masses ». Cette orientation, soutenue par la majorité de la QI, n’est pas sans susciter débat en son sein. Hugo Blanco lance une première mise en garde depuis son pénitentier d’El Frontón, en juillet 1970. Il demande de « surpasser les fatigues opportunistes comme les désespoirs aventuriers », « les actions désespérées aussi héroïques soient-elles, qui n’ont rien à voir avec la formation réelle des masses par leur propre lutte ne pourront avoir de résultats miraculeux115 ».

  • 116 Rh n° 117, 2 juin 1971, p. 12.
  • 117 Dirigé par Nahuel Moreno (1924-1987), ce groupe favorable au SU de la QI depuis la réunification d (...)

45Cependant la LC, comme la majorité de la QI, soutient la stratégie du PRT, se félicitant du succès de l’enlèvement d’un des directeurs de la compagnie de frigorifiques Swift à Rosario. Contre sa libération, la compagnie a accepté la réintégration de 200 travailleurs licenciés récemment, la distribution aux travailleurs habitant neuf bidonvilles de la banlieue de Rosario de vêtements, aliments et fournitures scolaires116. Bien sûr en Argentine, les militants trotskystes proches de Pierre Lambert, regroupés autour de Política Obrera, et ceux du PRT La Verdad117 ne sont pas d’accord avec cette orientation politique.

  • 118 Rh n° 127, 9 octobre 1971 et Rh n° 128, 16 octobre 1971 : une banderole avec la photo de Pujals a (...)
  • 119 Rh n° 150, 25 mars 1972.
  • 120 Rh n° 151, 1er avril 1972.
  • 121 Rh n° 151, p. 12, fait état d’une démarche d’un haut dirigeant de Fiat au local de la Ligue à Pari (...)
  • 122 Rh n° 153, 15 avril 1972.

46L’affrontement entre l’ERP et les forces de l’ordre va croissant. On apprend à Paris, début octobre 1971, la disparition d’un dirigeant du PRT, Luis Enrique Pujals, auquel le CC de la LC rend hommage118. Malgré ce revers, les actions de l’ERP se répètent, avec l’enlèvement d’Oberdam Sallustro, PDG de la Fiat Argentine, le 21 mars 1972119. C’est la tentative, à Córdoba cette fois, de rééditer le « coup de Rosario », les ravisseurs demandant contre la libération de Sallustro la mise en liberté de militants syndicalistes détenus pour cause de conflits sociaux, la libération de cinquante guérilleros emprisonnés et « l’indemnisation de Fiat au peuple pour la valeur de mille millions de pesos (un million de dollars US) en trousses scolaires, tabliers et chaussures pour les enfants des écoles120 ». Mais cette fois-ci l’entreprise Fiat, après une tentative vaine de demande de médiation auprès de la LC à Paris121, ne cède pas aux exigences des ravisseurs, la police découvre la « prison du peuple » où est détenu Sallustro et comme l’écrit Jorge Antonio Echeverria : « Les règles de la guerre révolutionnaire ne laissaient pas d’autre issue que l’exécution du PDG de Fiat, et dans ces conditions la responsabilité de la mort de Sallustro incombe totalement au gouvernement qui avait refusé toute négociation et ratissait toute la région122 ».

47Les organisations sœurs d’Amérique du Nord, le SWP par une déclaration du BP rendue publique le 3 avril 1972 dans son organe The Militant, et la LSA-LSO du Canada dans Labour Challenge, ne tardent pas à condamner :

  • 123 APJPS, carton n°VII, BI international, « Documents et information de sociologie », nouvelle série, (...)

Par leur nature même, ces actions ne recherchaient pas la mobilisation des masses mais leurs applaudissements […]. Plutôt que d’engager les forces révolutionnaires dans des luttes de masse, de telles actions séparent les révolutionnaires des masses, formant ainsi un obstacle sur la voie de la construction du parti révolutionnaire123.

  • 124 Ibid.
  • 125 Rh n° 169, 2 septembre 1972.

48Le BP du PRT s’en plaint au SU de la QI par une lettre du 10 juin 1972. C’est finalement à une mince majorité de six voix contre cinq que le SU désapprouve la publication de ces résolutions par les organisations nord-américaines. Les militants de la LC membres du SU (P. Frank et A. Krivine notamment) appartiennent à la majorité qui approuve l’ERP124. Une tentative d’évasion de révolutionnaires argentins se termine très mal le 22 août 1972. Cernés par la police après avoir détourné un avion, ils se rendent. Ils sont massacrés une semaine plus tard sur la base aéronavale de Trelew, 11 appartenaient à l’ERP, les 5 autres étaient Montoneros, péronistes de gauche125. Fidèle à cette stratégie guérillériste, l’ERP-PRT s’éloigne vite d’une Quatrième Internationale dont elle espérait un soutien plus total.

  • 126 APGF, carton n° 12, lettre de Dante, Santiago du Chili, 21 septembre 1972, 3 p. man.
  • 127 Ibid., lettre du 13 septembre 1972, 4 p. man. Le « vieux » pourrait bien être Raymond Molinier (19 (...)

49Peu après le massacre de Trelew, Dante, un militant français envoyé par la LC, réussit à établir le contact avec des dirigeants de l’ERP réfugiés à Santiago du Chili. Dans deux lettres envoyées à sa direction, il fait part de sa stupeur, découvrant « un parti monstrueux […] sorti de l’accouchement du vieux trotskysme honteux avec le centrisme le plus échevelé126 ». Il se plaint en des termes très durs de celui qu’il appelle « le Vieux ». Il propose de le mettre « dans un asile, pour lui éviter de nuire politiquement127 ». Il termine en écrivant qu’il lui tarde de retrouver sa cellule parisienne, et finalement, « la Ligue, c’est vraiment ce qu’il y a de mieux au monde, de très loin ». La construction du parti mondial de la révolution s’avère décidément bien difficile.

« Le Chili, le socialisme sans la révolution ? »

  • 128 Document Rouge n° 21, fin 1972, 26 p.
  • 129 Rh n° 79, 14 septembre 1970, p. 11.
  • 130 Ibid.
  • 131 Rh n° 81, 28 septembre 1970.

50C’est sous ce titre que la LC tente un bilan de deux ans de gouvernement d’Unité populaire128. L’élection du socialiste Salvador Allende à la présidence de la République le 4 septembre 1970 semble rendre crédible une autre voie au socialisme que la voie cubaine. La gauche française engagée dans un processus d’union autour du Programme commun de gouvernement observe avec beaucoup de sympathie l’expérience chilienne. Elle semble apporter la preuve qu’une union est possible à gauche entre radicaux, socialistes et communistes. Une telle union peut même détourner certains chrétiens de la démocratie chrétienne et permettre de remporter les élections. Rouge, particulièrement silencieux jusqu’ici sur le Chili, consacre une colonne à cet événement le 14 septembre 1970 reproduisant une sympathique photographie du président Allende menant sa campagne électorale à cheval129. Mais dès cette date Rouge évoque le risque d’un coup d’État militaire, critique la gauche traditionnelle qui, « se retranchant derrière les traditions démocratiques du pays, ne comprend ni n’organise rien pour parer à un éventuel coup de force130 ». Le 28 septembre 1970, Rouge publie une déclaration de professeurs et d’étudiants « marxistes » de l’université de Concepción, regroupés autour du professeur et historien trotskyste Luis Vitale, universitaire connu au Chili. Analysant la radicalisation des masses en cours et le risque d’un coup d’État militaire, le texte daté du 9 septembre lance un appel pour que s’organisent des comités de base de l’Union populaire (UP) et appelle à un regroupement de la gauche révolutionnaire. Il met en garde celle-ci contre « l’isolement suicidaire », appelant à un « front unique tactique avec l’UP », « sans pour autant reculer d’un pouce en ce qui concerne notre stratégie de lutte armée131 ».

  • 132 Rh n° 99, 2 février 1971, p. 15.

51Le parti avec lequel la QI se sent le plus d’affinités est le Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR), né en 1965 du regroupement de divers groupes marxistes. La LC soutient ses initiatives, comme par exemple les occupations de terres dans le Sud du pays, même si elle regrette sa compréhension insuffisante du stalinisme qui risque de le gêner dans ses rapports avec le PC132.

  • 133 Rh n° 162, 17 juin 1972, p. 16.
  • 134 Rh n° 165, 8 juillet 1972, p. 12.

52Rouge ne tarde pas à mettre en garde contre « l’impasse réformiste133 », ne voyant d’issue que dans la mobilisation des masses. « La situation chilienne rappelle celle de l’Espagne avant le déclenchement de la guerre civile en 1936 », écrit le rédacteur du Document Rouge consacré au Chili à la fin de l’année 1972. Maillard, dans Rouge, critique les partis de l’UP, « les fossoyeurs de la révolution134 » pour n’avoir pas mobilisé les masses. Les militants ont l’impression que se rejoue le scénario de la guerre d’Espagne, ils assistent impuissants au coup d’État militaire du général Pinochet. Après le 11 septembre, ils participent aux meetings de dénonciation du coup d’État aux côtés des militants de gauche. Mais surtout ils s’investissent dans les « Comités de solidarité avec la lutte révolutionnaire du peuple chilien », regroupement de gauchistes, désireux, tout en apportant leur solidarité au peuple chilien, de tirer les leçons politiques de la stratégie mise en œuvre au Chili par l’Unité populaire.

Soutien indéfectible à Cuba

  • 135 Hoover Institution Archives, Archives J. Hansen, carton 13, Chemise 9, « Correspondance avec P. Fr (...)
  • 136 Cahiers de la QI, n° 2, 1971, 37 p., « Sur la révolution cubaine ».
  • 137 Rh n° 120, 28 juin 1971, p. 4.
  • 138 Rh n° 113, 10 mai 1971, p. 14.
  • 139 « Une grande absente : la démocratie politique », c’est le titre du chapitre IV du livre de Habel (...)
  • 140 op. cit., p. 140.

53Ce scepticisme sur la voie chilienne amène-t-il pour autant à surévaluer l’expérience cubaine ? Les militants reconnaissent à Cuba un grand mérite, celui d’avoir affaibli l’impérialisme. Dans un premier temps, la Quatrième Internationale apporte un soutien total à Fidel Castro et au régime cubain. Ainsi en 1961, dans une lettre adressée au dirigeant du SWP J. Hansen, P. Frank demande à celui-ci d’enquêter sur le sort d’un militant trotskyste cubain dont on est sans nouvelle, Carvajal, « tout en faisant en sorte que Castro ne perde pas la face135 ». Toutefois quelques années plus tard, le 22 janvier 1969, tout en titrant en une « défendons la révolution cubaine », Rouge regrette que la participation des masses à la direction du pays ne soit pas institutionnalisée. Livio Maitan, dirigeant de la QI, manifeste son inquiétude sur les risques de dégénérescence de « l’État ouvrier cubain », du fait de la création d’une couche de dirigeants et de fonctionnaires à la tête du parti et de l’État, couche sociale « dont les intérêts sont en convergence avec ceux de la caste bureaucratique de l’URSS136 ». Cependant Rouge sort ses griffes à propos d’un article de Jean Cau dans Paris-Match, censé faire de « terribles révélations » sur la terreur à Cuba. Sous le titre « les chacals sur Cuba », Rouge précise que si la LC condamne les méthodes staliniennes utilisées à Cuba (à l’égard du poète Padilla par exemple), « les révolutionnaires n’en défendent pas moins Cuba socialiste contre ses ennemis137 ». Quelques jours plus tôt en effet, Jean-Pierre Beauvais dénonçait l’utilisation à Cuba de méthodes dignes de Moscou, Prague ou Varsovie. Arrêté le 20 mars 1971, Heberto Padilla a été libéré cinq semaines plus tard après avoir signé un long texte autocritique, dans lequel K. S. Carol ou René Dumont sont accusés d’être des agents de la CIA138. La Ligue prête une attention constante à Cuba. Tout en reconnaissant les progrès sociaux réalisés, ses dirigeant(e)s ne cessent de déplorer l’absence de démocratie politique139, critiquant le paternalisme et le verticalisme140 en vogue dans l’île.

  • 141 Revue QI n° 16-17, juillet-août 1974, « Thèses et résolutions du Xe congrès mondial, Résolution su (...)
  • 142 Debray (R.), La Critique des armes, Paris, Le Seuil, 1974, citation p. 176.

54Le problème de l’Amérique latine est au centre des discussions du Xe congrès de la QI en 1974. Si la majorité de la QI ne désavoue pas l’orientation vers la lutte armée à cette date, elle regrette malgré tout que sa section argentine n’ait pas su utiliser toutes les possibilités légales et semi-légales qu’offrait la nouvelle situation politique141. Après le retour d’exil de Perón en novembre 1972, se tiennent des élections en mars 1973, les libertés démocratiques sont momentanément rétablies. À la même époque, R. Debray fait un bilan autocritique de la théorie du foco, dénonçant le militarisme et le volontarisme, « déviations préférées en Amérique latine142 ». Il faudra attendre le XIe congrès mondial de la QI, en 1979, pour que la majorité internationale, à laquelle la Ligue appartient, fasse un retour autocritique sur la ligne guérillériste qui a prévalu en Amérique latine pendant toute la décennie.

Réaffirmation du programme communiste

  • 143 Bensaïd (D.), Weber (H.), Mai 68, une répétition générale, Paris, Maspero, 1968.
  • 144 F. Maspero annonce son adhésion à la LC par une lettre du 30 octobre 1970, publiée dans Rouge n° 8 (...)
  • 145 Manifestes, thèses et résolutions des 4 premiers congrès mondiaux de l’IC, 1919-1923, Bibliothèque (...)
  • 146 Les conditions d’admission des partis dans l’IC, dites aussi les 21 conditions, sont reproduites d (...)

55Tirant les leçons des événements de Mai 68, D. Bensaïd et H. Weber affirment que ce qui a fait défaut en mai, c’est l’absence d’un parti révolutionnaire implanté dans la classe ouvrière. Le PCF, « lointaine caricature sans vie du bolchevisme143 », n’a pu jouer ce rôle. Les militants essentiellement étudiants de l’ancienne JCR se donnent pour objectif « d’aller aux masses », ouvrières surtout, et de renouer par-delà quarante années de « trahisons staliniennes » avec la tradition de Lénine et de Trotsky. Ainsi, Mai 68 aura été une répétition générale, au même titre que 1905 pour les Bolcheviks en Russie. Cette prégnance du modèle russe et soviétique est illustrée, entre autres, par la réédition en 1969 par F. Maspero bientôt militant de la Ligue144, des textes complets des quatre premiers congrès de l’Internationale Communiste (1919-1923)145. Le IIe congrès de l’IC (1920) décida que les partis désireux d’appartenir à la nouvelle internationale devraient adopter les 21 conditions146. Elles font obligation aux futurs communistes, entre autre, de « poursuivre une propagande persévérante et systématique au sein des syndicats » (9e condition), de « mener une propagande et une agitation systématique et persévérante parmi les troupes » (4e condition). Les militants de la Ligue, qui font connaître ces 21 conditions, s’emploient à les appliquer dans la réalité.

Renouveau d’une tradition du mouvement ouvrier : « le travail armée »

  • 147 Rh n° 199, 6 avril 1973, revient longuement sur cet épisode, interviewant un des acteurs.
  • 148 Les militants sont très malheureux, à l’image de Michel Zimmerman « Cela a été ma grande honte mil (...)
  • 149 Publié dans Rh, n° 21, 28 mai 1969, p. 9.

56Le 22 mai 1968 paraît un appel du 153e RIMCA de Mutzig (régiment d’infanterie mécanisée) indiquant que des appelés sont organisés en Comités d’Action (CA) et qu’ils ne tireront jamais sur les ouvriers. Un tel appel, exceptionnel à l’époque, est publié dans le numéro de la Nouvelle Avant-Garde de juin 1968, organe de la JCR dissoute le 12 juin 1968 (l’éditorial est daté du 10 juin). À l’origine de cet appel on trouve un militant de la JCR147. Avec discipline, les militants de la JCR puis de la Ligue se lancent dans le « travail armée148 ». En premier lieu, ils ne refusent pas de faire le service militaire, à l’image d’A. Krivine, qui est soldat, quand son organisation décide de le présenter aux élections présidentielles de 1969. Une lettre d’un deuxième classe au deuxième classe A. Krivine est l’occasion de rappeler la position de l’organisation sur ces questions, dans un article intitulé « Ouvriers-soldats solidaires » et terminé par un vibrant « Vive l’instruction militaire du prolétariat !149 ».

  • 150 APJPS, carton n°I, BI. n° 6, juin 1969, p. 15-21.
  • 151 APJPS, ibid., BI. n° 16, avril 1971, p. 19.

57Cette question n’avait pas occupé une grande place dans les débats préparatoires au premier congrès de la LC, mais en juin 1969, la commission « jeunesse scolarisée » du Comité Central (CC) l’inscrit à l’ordre du jour, désireuse de ne pas laisser les militants partant au service isolés, livrés à leur propre initiative150. Après une étude assez documentée de l’armée, la commission propose de « lutter contre l’embrigadement » mais de manière très vague. En février 1971, Johannès se plaint qu’il n’existe pas encore à la LC de « commission militaire pour défricher ce travail et faire des propositions151 ». Cette coordination insuffisante du « travail armée » n’empêchera pas la publication en 1970 de deux Cahiers Rouge série « Classique », brochures de quarante pages, le premier intitulé Crosse en l’air. Le mouvement ouvrier et l’armée 1900-1914, le second L’Ennemi est dans notre pays. L’antimilitarisme révolutionnaire après 1918. Au cours de l’été 1970, Maspero réédite, en fac-similé, les deux volumes d’André Marty, La Révolte de la mer Noire, rédigés en 1928. Il les accompagne d’une brochure explicative.

  • 152 Rh n° 50, 2 février 1970, p. 5, cite la section SNETP-CGT du CET de Cormeilles-en-Parisis, la sect (...)
  • 153 Trois listes de signataires paraissent dans les numéros 50, 51 et 52 de Rouge.

58Mais surtout, pendant presque six mois, de décembre 1969 à mai 1970, les militants se mobilisent en défense de trois appelés du contingent de Rennes, arrêtés parce qu’on a trouvé dans leurs placards plusieurs exemplaires d’un journal ronéotypé, Crosses en l’air, et un tract-pétition. L’un est ouvrier électricien, Alain Hervé, l’autre technicien, Michel Trouilleux, le troisième Serge Devaux est professeur de CET et militant de la LC à Rennes. Rouge ne consacre pas moins de cinq unes à cette affaire. Un Comité national de défense des soldats emprisonnés est mis en place. Présidé par Marcel-Francis Kahn, il rassemble de nombreuses personnalités. Localement, les militants font vivre des comités de soutien, font circuler des pétitions, organisent des réunions. La campagne culmine fin janvier 1970 lors d’un meeting rassemblant 3.500 personnes, à Rennes, en présence de Jean-Paul Sartre, Michel Rocard et Alain Krivine. Les trois de Rennes sont condamnés le six février à des peines de prison ferme (un an pour S. Devaux, huit mois pour M. Trouilleux, quatre mois pour A. Hervé) pour « incitation de militaires à la désobéissance et atteinte au moral des troupes ». Ce procès a été l’occasion de mener campagne pour que les soldats du contingent puissent bénéficier des mêmes droits politiques que les citoyens, permettant à la Ligue d’occuper un terrain déserté par la gauche classique et en particulier le PC. Le Comité a été soutenu par plusieurs organisations politiques, outre la LC, LO, le PSU, l’AMR, l’ORA, par le Syndicat National des Chercheurs Scientifiques (SNCS) et par plusieurs sections syndicales de base appartenant aux SNES, SNESup, FEN, CFDT et même CGT152. De nombreuses personnalités se sont associées à l’appel pour la libération des soldats emprisonnés, derrière J.-P. Sartre et S. de Beauvoir, des intellectuels, des artistes (l’orchestre des Pink Floyd par exemple), des militants syndicalistes Enseignants d’extrême gauche (École émancipée), des chrétiens, un important groupe de médecins de Rouen (à l’initiative du docteur Vivet, militant de la LC ; le docteur Marx père de militants a signé), mais aussi Bernard Boudouresque, du Mouvement de la Paix, H. Prellu, de la commission administrative de l’Union départementale CGT du Finistère et Charles Tillon, ancien membre du BP du PCF, ancien commandant des Francs-Tireurs Partisans (FTP), ancien mutin de la mer Noire. Au total ce sont plusieurs centaines de personnes153 qui ont soutenu d’une manière ou d’une autre, y compris financièrement, cette campagne. Cela a permis à la Ligue d’obtenir une meilleure visibilité dans le pays, mais ne l’a pas fait beaucoup progresser dans la « classe ».

Priorité au travail ouvrier et au militantisme dans les syndicats

59La place centrale donnée à la « classe ouvrière » est une idée unanimement partagée à l’extrême gauche. Avant Mai 68, les militants maoïstes de l’UJCml avaient déserté les facultés pour les usines, et les trotskystes de Voix Ouvrière sont organisés autour des « feuilles de boîtes » qui leur permettent de stabiliser leurs contacts, procédant à une patiente « accumulation primitive » de militants. En mai, des millions de travailleurs se sont lancés dans l’action, assez souvent spontanément après la grande grève du 13 mai, désarçonnant un moment les syndicats. Et ceux-ci ont parfois du mal à organiser la reprise après la signature des accords de Grenelle. Aussi, dans la période qui a suivi Mai 68 se font jour des tendances anti-syndicales. Aux yeux de certains, les syndicalistes ont démérité au cours des événements de mai, n’ayant pas su ou voulu transformer le mouvement revendicatif en révolution. Les syndicats étant pour eux des forces de conservation sociale, alliés objectifs du patronat, ils proposent de les remplacer par les Comités d’Action (les CA), structures nées spontanément au cours des événements. Les partisans de la pérennisation des CA sont, notamment, les maoïstes, et cette attitude n’est pas sans influencer l’ensemble des « gauchistes ».

  • 154 Rh n° 3, 16 octobre 1968, p. 4.
  • 155 Rh n° 4, 29 octobre 1968, p. 12-13.
  • 156 Rh n° 7, 11 décembre 1968.
  • 157 Rh n° 3, 16 octobre 1968, p. 6-7.
  • 158 APJPS, carton n° I, BdD n° 11, p. 22 et p. 28. Cahier Rouge n° 10-11.

60Les CA ont résisté à l’été, signale le premier numéro de Rouge, à Renault il en existe déjà huit154, et celui de Renault-Cléon est signalé comme exemplaire. Fort de soixante membres, il est actif alors que le PC est faible, la CGT en recul aux élections, toujours selon l’auteur de l’article155. Le 11 décembre, le mot d’ordre est encore de développer et de coordonner les CA, formes d’organisation héritées de mai-juin 1968156. Mais Rouge met aussi très tôt en garde ses lecteurs contre les limites des CA, « trop faibles pour se substituer aux syndicats157 », auxquels le journal Rouge accorde une très grande attention : une page consacrée à la CGT dans le numéro quatre, une page consacrée à la Conférence jeune de la CGT dans le numéro six. Dans le cadre du débat préparatoire au premier congrès de la LC, les deux principales tendances ont une approche assez voisine sur la question des syndicats. Les minoritaires (Rivière, Créach et Lourson), même s’ils ont tendance à donner une plus grande importance aux CA, reprochent à Rouge d’avoir exagéré l’importance des CA à Renault-Billancourt, « rien n’étant possible sans une audience de masse acquise par le travail syndical158 ». La résolution sur le travail syndical adoptée au premier congrès de la LC est très explicite :

  • 159 Cahier Rouge n° 10-11, op. cit., p. 156.

Rester hors des syndicats équivaudrait pour les militants révolutionnaires, en dehors des dangers immédiats de répression patronale, à s’isoler et se couper de toute action réelle dans la classe ouvrière159.

61Et pour que les choses soient claires :

  • 160 Ibid.

Dans les entreprises plus importantes, la création de syndicats rouges, qui ne seraient en fait que des sectes isolant les militants révolutionnaires de la masse des travailleurs, doit être totalement proscrite160.

  • 161 Programme de transition, l’agonie du capitalisme et les tâches de la Q.I., Classique Rouge n° 5, M (...)
  • 162 Rh n° 26, 2 juillet 1969.
  • 163 Publié une première fois dans un tiré à part, sans date, 8 pages, ce texte est repris dans Trotsky (...)
  • 164 Rh n° 17, 1er mai 1969.
  • 165 Ibid.

62La jeune organisation se situe sur ce plan-là dans la filiation trotskyste classique. Par la réédition du Programme de transition rédigé par Trotsky en 1938161 ou par la reproduction dans Rouge162, puis l’édition sous forme de brochure, d’un des derniers textes écrits par Trotsky, en août 1940, Les Syndicats à l’époque de la décadence impérialiste163, la direction de la Ligue s’efforce de prémunir ses militants contre toute déviation gauchiste sur une question aussi cruciale. Il faut dire que les tentations « gauchistes » restent fortes, l’éditorial lui-même de Rouge, paru après la démission du général de Gaulle164, appelle à créer des « comités d’usine, comités d’action, comités de vigilance anti-fasciste », sans un mot pour les syndicats. Il est nécessaire de renforcer les syndicats, de lutter pour préserver leur indépendance face à l’État bourgeois, écrit Trotsky dans le Programme de transition. « C’est seulement sur la base de ce travail qu’il est possible de lutter avec succès à l’intérieur des syndicats contre les réformistes, y compris ceux qui appartiennent à la bureaucratie stalinienne ». Ce n’est qu’en période d’essor exceptionnel du mouvement ouvrier qu’il faut créer, rappelle Trotsky, des organisations ad hoc, « comités de grève, comités d’usines, et enfin soviets165 ».

  • 166 Cahier Rouge n° 10-11, op. cit., p. 155.
  • 167 APJPS, carton n°I, « Projet de programme pour le 2e congrès de la LC », avril 1971, p. 62.
  • 168 Ibid.
  • 169 Ibid.
  • 170 Rh n° 135, 4 décembre 1971.

63Une fois établie cette règle, toujours d’actualité dans la LCR, se pose le problème du choix du syndicat dans lequel militer, étant entendu que ce choix est « entre organisations réformistes et pas d’organisation du tout166 ». Prioritaire est le militantisme dans le syndicat majoritaire, la CGT, mais on reconnaît que dans certaines entreprises la CFDT est majoritaire et regroupe les travailleurs combatifs. L’origine confessionnelle de la CFDT n’amène pas la LC à jeter l’anathème sur ce syndicat, comme le fait avec persévérance sa rivale trotskyste l’OCI. Ce syndicat capte une partie de la radicalisation en cours, cela suffit à justifier le militantisme dans ses rangs. Les militants de la LC peuvent y adhérer avec comme perspective proche « la construction d’une tendance de lutte de classe167 ». La perspective est identique à la CGT même si la construction d’une « tendance révolutionnaire » doit s’avérer lente et plus difficile, étant donné qu’une fraction stalinienne dirige le syndicat168. Mais dans un cas comme dans l’autre cette tâche est indispensable, car les directions syndicales, qu’elles soient caractérisées comme stalinienne (CGT) ou comme réformiste (CFDT), sont engagées dans la voie de la signature des contrats et de la collaboration de classe. Les révolutionnaires doivent regrouper les éléments combatifs, l’avant-garde ouvrière, autour de mots d’ordre de contrôle ouvrier sur les licenciements par exemple ou sur les conditions de travail. Ils doivent aussi lutter pour l’unité syndicale. « La classe est une, elle a besoin d’un seul syndicat169 », un syndicat unique, avec droit de tendance et élection des organes de direction à la proportionnelle. Quant à Force Ouvrière (FO), ce qui frappe tout d’abord c’est le mutisme de la LC à son égard. Il n’en est pas question dans les débats ou les résolutions des premiers congrès. Dans Rouge les mentions sont rares et toujours très négatives. Ainsi M. Thomas rend compte du XIe congrès de FO sous le titre « Toujours plus jaune » ! Les formules sont assassines pour dénoncer « les fonctionnaires rassis d’un syndicat de collaboration de classe, foncièrement anti-communiste et le résidu du vieil anarcho-syndicalisme, bien compromis et tout aussi vérolé d’anticommunisme, auquel s’est liée l’OCI, groupe dissident de la QI depuis de nombreuses années170 ».

  • 171 Rh n° 115, 24 mai 1971, p. 10.

64Faisant flèche de tout bois dans la polémique contre son rival trotskyste, Rouge utilise les liens entre l’OCI et FO pour mieux discréditer la première. Le centenaire de la Commune en est l’occasion. Sous le titre « Francs-maçons de toutes les loges unissez-vous », Rouge dénonce l’OCI-AJS, coupable d’avoir défilé devant le mur des Fédérés avec les « Versaillais », Radicaux de gauche, Francs-maçons et militants de FO171.

Lutte contre le « colonialisme français »

  • 172 Rh n° 173, 30 septembre 1972, p. 16.

65L’engagement des militants de la LC contre le « colonialisme français » ne suscite aucun état d’âme. Ils ont l’impression de reprendre ou de poursuivre le combat, fondateur pour beaucoup d’entre eux, qu’ils avaient mené pour l’indépendance de l’Algérie. De plus, ils sont ainsi fidèles à la huitième des 21 conditions posées par le IIe congrès de l’IC (1920). Il est beaucoup question de « devoir » dans Rouge à propos de cette question : « notre devoir d’affirmer le droit à l’autodétermination des peuples colonisés, de réclamer le départ de toutes les troupes françaises des colonies172 ».

  • 173 Rh n° 20, 21 mai 1969, p. 10.
  • 174 Citée par EE 76, n° 2, octobre 1972.

66Le 21 mai 1969, Rouge engage une campagne pour dénoncer le colonialisme français à qui on ne veut reconnaître « aucune vertu civilisatrice173 ». La grève de la faim entreprise par sept fonctionnaires réunionnais, antillais, guyanais, pour exiger l’abrogation de l’ordonnance du 15 octobre 1960 et leur retour dans leur pays d’origine, en est l’occasion. Cette ordonnance disait que « les fonctionnaires de l’État en service dans les DOM dont le comportement est de nature à troubler l’ordre public peuvent être sur proposition du préfet et sans autre formalité, rappelés d’office en métropole…174 ».

  • 175 Rh n° 140, 15 janvier 1972, p. 14.
  • 176 APJPS, carton n° 26, Comité havrais de soutien aux exilés des DOM, dossier n° 2, 29 février 1972, (...)

67Des « Comités de soutien aux exilés des départements d’outre-mer » sont créés dans les villes d’Aix, Lyon, Le Havre, Perpignan, Tours175. Au Havre, par exemple, la LC organise un comité avec la Ligue des Droits de l’Homme, le PSU et le Centre d’Initiative Communiste (CIC), il est présidé par le professeur de philosophie du lycée Porte Océane, sympathisant de l’extrême gauche, Emmanuel Nikiprowetsky. Le comité organise un meeting le 20 janvier 1970, une manifestation le samedi 22, suivie de « l’enchaînement de cinq personnes176 ». Les sept fonctionnaires ayant décidé de suspendre leur grève de la faim le 25 janvier, ce combat perd de son intensité, d’autant plus que le gouvernement assouplit sa position.

  • 177 Rh n° 188, 20 janvier 1973, p. 7.
  • 178 Ibid.

68Cependant, il est relayé par la campagne pour l’acquittement de Christian Courbain, étudiant martiniquais en sciences à Jussieu, inculpé en tant que directeur du journal lycéen martiniquais Mouvement du 10 janvier, pour avoir écrit qu’un lycéen, Nouvet, a été assassiné par la police, le 13 mai 1971, lors de la visite en Martinique de Pierre Messmer, alors ministre des DOM-TOM. Son procès a lieu le 15 novembre 1972 ; il est précédé d’une assez longue et vive campagne de soutien. C. Courbain, membre du Groupe Révolution Socialiste (GRS), section antillaise de la QI, est condamné à 1.000 francs d’amende. Cette campagne a été l’occasion de faire connaître la jeune section de la QI (née en décembre 1971). Un de ses militants, Jean Elie, a été élu maire à Ajoupa Bouillon, en Martinique, le 4 juin 1972 : « Première municipalité des colonies françaises où règne la démocratie ouvrière. La ville est gérée à la base par des comités de quartier177 ». Un ton triomphaliste donc pour évoquer cette arrivée des révolutionnaires aux responsabilités municipales, il devient presque épique quand le journaliste de Rouge évoque « les réunions dans les mornes, où se rassemblent dans la nuit, souvent à la belle étoile, 150 personnes, travailleurs agricoles pour la plupart, dans la canne ou dans la banane, “vivant” de 400 francs par mois178 ». Il est vrai que nous ne sommes pas loin de Cuba.

  • 179 Plenel (E.), Les Mots volés, Paris, Gallimard, Folio, 1997, p. 270.
  • 180 . APGF, carton n° 12, « Rapports GRS-LCR », 1974.
  • 181 Rh n° 176, 21 octobre 1972, p. 10-11

69Un des militants-journalistes les plus impliqués dans la dénonciation du colonialisme français est Krasny, dont le père, Inspecteur d’académie à la Martinique en 1959, s’est engagé dans la défense des libertés publiques dans l’île et a été de ce fait muté en France179. Il est question un moment de détacher Krasny en Martinique pour aider la jeune section antillaise à développer son système de presse180. Cela ne se fera pas. C’est à lui qu’on doit une étude sur la situation particulière des Antilles, dans laquelle il dénonce les mirages de l’assimilation. G. Filoche évoque, dans le même numéro, l’île de la Réunion, « le pays où les morts votent Debré181 ».

70Les militants de la Ligue communiste se sont efforcés de redonner vie au programme communiste originel. Ils ont donc mené un combat anticapitaliste, antimilitariste, antibureaucratique et antiimpérialiste. Ils ne sont cependant pas également présents sur les divers « fronts ». On a vu leur journal dénoncer de manière plus spectaculaire les « méfaits » de l’impérialisme américain au Viêtnam que ceux des bureaucrates de l’Est européen et d’URSS. De l’Asie à l’Amérique latine, ils sont prompts à soutenir les combattants locaux, sans accorder une extrême importance à leur idéologie. Un des dirigeants du FNL viêtnamien, le Docteur Thach, figure même dans la rubrique « Les Nôtres ». À la différence du Viêtnam, en Amérique latine, des militants ont adhéré à la Quatrième Internationale. Ainsi la LC est intervenue plus directement dans la lutte des classes de ces pays, en Argentine en particulier. Elle a participé, dans les cadres des congrès mondiaux de la QI, à l’élaboration d’une orientation stratégique fortement inspirée de la révolution cubaine, guérillériste, à laquelle elle est restée longtemps fidèle, contre l’avis de son organisation-sœur américaine, le SWP. Elle n’a pas pour autant négligé l’intervention en France, tentant de redonner vie à l’antimilitarisme originel des communistes et orientant ses militants ouvriers vers les syndicats traditionnels, CGT et CFDT.

Notes

1 Dreyfus (M.), PCF, crises et dissidences, Bruxelles, Complexe, 1990, évalue le nombre de militants à deux ou trois cents ; Craipeau (Y.), Histoire du mouvement trotskyste en France, Paris, Syros, 1971, à cent.

2 Pour un portrait de Pierre Frank, écrits et témoignages, Paris, La Brèche, 1985.

3 Trotsky (L.), Œuvres, 1933-40, Paris, EDI, 1979. Introduction et notes de P. Broué et M. Dreyfus. T. 4, p. 132-137. Dans l’article de La Vérité reproduit, Trotsky suggère, le 10 juillet 1934, ce qu’on appellera « le tournant français », c’est-à-dire l’entrée dans le parti socialiste SFIO.

4 Craipeau (Y.), La Libération confisquée, 1944-47, Paris, Savelli-Syros, 1978, p. 107.

5 Hamon (H.), Rotman (P.), Génération, t. I, Les Années de rêve, Paris, Le Seuil, 1987, p. 37.

6 Heurgon (M.), Histoire du PSU, t. I, La Fondation et la guerre d’Algérie, 1958-62, Paris, La Découverte, 1994, p. 428, note 47 sur le FUA.

7 Lequenne (M.), dans Critique Communiste, n° 1, avril-mai 1975, p. 47.

8 Pluet-Despatin (J.), La Presse trotskyste en France de 1926 à 1968, Presses universitaires de Grenoble, 1978.

9 Faburel (V.), « La JCR, avril 1966-juin 1968 », mémoire de maîtrise, université de Paris I, juin 1988. D’après Bensaïd (D.), « notre complot comptait 200 conjurés à peine » (Une lente impatience, Stock, 2004, p. 57).

10 D’après les chiffres donnés par le journal de la JCR, Avant-Garde Jeunesse (AGJ) n° 12, mai 68.

11 D’après AGJ n°10-11, février-mars 1968.

12 Le groupe de Rennes, environ 15 militants, n’a réalisé qu’un seul numéro de L’Antidote, en janvier 1968 (Raimbault (J.), « L’extrême gauche maoïste et trotskyste à Rennes entre 1968 et 1981 », mémoire de DEA, université de Rennes II, 2003).

13 Faburel (V.), op. cit.

14 D’après AGJ n° 9, janvier-février 1968.

15 AGJ n° 9, janvier-février 1968.

16 Hamon (H.), Rotman (P.), Génération, t. I, p. 377.

17 D’après AGJ n° 10-11.

18 AGJ n° 9.

19 Tartakowsky (D.), Le Pouvoir est dans la rue, Crises politiques et manifestations en France, Paris, Aubier, 1998.

20 Romain Goupil, interrogé par Michel Braudeau, Le Monde, 16 mai 1998, p. 13.

21 Dans AGJ n° 9 janvier-février 1968 : « Les guérillas, quels que soient les revers momentanés, sont appelées à se développer jusqu’à entraîner à plus ou moins long terme l’ensemble des masses exploitées dans la lutte frontale contre le régime ».

22 Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., t. I, p. 421.

23 Alexandre Guinzbourg avait établi le Livre blanc de l’affaire Siniavski-Daniel, écrivains condamnés en 1965 pour écrits anti-soviétiques. Il fut pour cela condamné en janvier 1968 à plusieurs années de camp. Voir Marie (J.-J.), Head (C.), L’Affaire Guinzbourg-Galanskov, Paris, Le Seuil, coll. « Combats », 1968.

24 Sozialistisher Deutscher Studentenbund (Union des étudiants socialistes allemands). Bernard Laurent, dans la revue Christianisme social, n° 3-4, 1968, donne un chiffre plus modeste de 10000 manifestants.

25 Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., p. 416-417.

26 Le Comité de liaison des étudiants révolutionnaires est l’organisation étudiante « lambertiste ».

27 D’après Jean-Pierre Duteuil, proche de D. Cohn-Bendit, dans Dreyfus-Armand (G.), Gervereau (L.), Mai 68, Les mouvements étudiants en France et dans le monde, Paris, BDIC, 1998. Dans Rouge, hors-série 1988, p. 26, Gilbert Wasserman, secrétaire du cercle de Nanterre de l’UEC, parle de 30 adhérents UEC avant Mai 68.

28 Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., p. 434-435.

29 D’après Christine Fauré, dans Dreyfus-Armand (G.), Gervereau (L.), op. cit. Elle évalue à 30 environ le nombre des militants JCR à Toulouse (il y a à Toulouse 21 000 étudiants).

30 AD Haute-Garonne, 5681 W 12, nombreuses photographies avec identification des personnes.

31 La Dépêche du Midi, 8 mai 1968 : « un cortège imposant, montrant bien qu’il ne s’agit pas de simple groupuscules d’extrémistes, mais l’explosion d’un mécontentement profond ».

32 Au début, ils avaient méprisé, en particulier leur leader Robert Linhart, l’agitation étudiante.

33 Tract UEC, 4 mai 1968, dans « la Sorbonne par elle-même », Le Mouvement Social, n°64, juillet-septembre 1968, p. 45-47.

34 Barta, pseudonyme de David Korner, militant d’origine roumaine, à l’origine de l’Union Communiste Internationaliste (UCI) et du journal La Lutte des classes, qui commença à paraître le 15 octobre 1942. Il eut un rôle capital dans la grève Renault à la Libération. Voir le numéro spécial des Cahiers Léon Trotsky, n° 149, janvier 1993.

35 Dans ses mémoires, La Dernière génération d’Octobre, Paris, Stock, 2003, Benjamin Stora revient sur « cette tragique erreur politique », qui a conduit le principal dirigeant étudiant de l’OCI, Claude Chisseray, à la désespérance.

36 Mouriaux et al. (R.), 1968, Exploration du Mai français, t. I, Paris, L’Harmattan, 1992.

37 Ainsi Renault-Billancourt à A. Krivine et aux 2 à 3 000 étudiants de la Sorbonne, Hamon (H.), Rotman (P.), op. cit., p. 519-520.

38 Lange (G.), « L’exemple caennais », dans Dreyfus-Armand (G.), Gervereau (L.), op. cit.

39 Filoche (G.), 68-98, histoire sans fin, Paris, Flammarion, 1998, p. 69.

40 Faburel (V.), op. cit. À Rouen, les effectifs seraient passés de 30 à 120-150. Toulouse, autre point fort de la JCR connaît la même évolution.

41 Le Monde, 9 mai 1998, p. 11. Enquête Michel Braudeau.

42 APJPS, carton n°I, Bulletin des Diffuseurs (BdD) n° 2, p. 2. Chiffres du n° 3 : Rouge se vend chaque quinzaine à 15 000 exemplaires, dont 7.200 à Paris, 4.500 en province, entre 2 à 5 000 par les NMPP. Rouge est resté hebdomadaire jusqu’au 15 mars 1976 date à laquelle il devint quotidien, jusqu’au 2 février 1979, pour redevenir hebdomadaire.

43 Rouge hebdomadaire (Rh) n° 1, 18 septembre 1968.

44 Rh n° 94, 28 décembre 1970.

45 Celui-ci, IXe Congrès de la Quatrième Internationale, se tient en avril 1969 en Italie, à Rimini, quelques jours après le congrès de fondation de la LC.

46 APJPS, BdD n°5, p.1. Avant d’être sections de l’Internationale, les groupes ont souvent le statut d’observateurs.

47 Trois Cahiers Rouge, documents de formation communiste, les n° 6-7 (140 p., 10 000 exemplaires), 8-9 (115 p., 10 000 exemplaires) et 10-11 (175 p., 5 000 exemplaires), publiés chez Maspero en avril pour les deux premiers puis novembre 1969, devaient permettre aux sympathisants d’avoir connaissance des débats ayant précédé la fondation de la Ligue.

48 APJPS, carton n°I, BdD n° 9, 18 p. ronéotées, « Des militants pour la construction du parti par une pratique de masse ».

49 Henri Malher (Rivière) et Isaac Joshua (Créach) quittent la Ligue en 1971 et fondent le groupe Révolution !

50 Cahier Rouge n° 10-11, p. 171. Le BdD n° 4 indique qu’un délégué fut désigné par tranche de 5 militants, p. 6.

51 Rh n° 115, 24 mai 1971, donne un chiffre de 30 000, dont 10 000 provinciaux, 12 à 15 000 parisiens, 3 000 étrangers et 2 à 3 000 de LO.

52 Romain Goupil le montre bien dans son film Mourir à 30 ans.

53 Rh n° 74-75-76, numéro unique pour août 1970.

54 Rousset (P.), Le PC vietnamien, Paris, Maspero, coll. « Livres rouges », 1973.

55 Rh n° 78, 7 septembre 1970.

56 Broué (P), Vacheron (R.), Meurtres au maquis, Paris, Grasset, 1997.

57 Lutte Ouvrière n° 104, 25-31 août 1970.

58 Rh n°129, 23 octobre 1971, p. 13. Première trace dans Rouge d’un combat pour la vérité historique qui sera poursuivi pendant de nombreuses années. C’est une sorte de ressaisissement par la LC de la mémoire usurpée par le PC, accuse-t-elle.

59 Rh n° 79, 14 septembre 1970.

60 Cette rubrique disparaîtra vite de Rouge. Il n’y en eut que trois. Le dernier personnage à en faire les frais fut Pierre Lazareff, le patron de presse.

61 Rh n° 108, 5 avril 1971 et Revue QI, n° 49, mai 1971, p. 59.

62 Rh n° 1110, 27 avril-3 mai 1984.

63 Le Monde, 3 octobre 1995.

64 Cette formule est utilisée pour le PC par Kriegel (A.), Les Communistes français, essai d’ethnographie politique, Paris, Le Seuil, 1968, p. 315. Comme les militants du PC, les trotskystes ont entre eux les mêmes références, les mêmes héros morts ou vivants, les mêmes objets de détestation, les mêmes signes de reconnaissance (poing brandi et 4 doigts de la main levés…) mais la force de l’organisation n’est pas suffisante pour constituer une contre-société.

65 Verdès-Leroux (J.), « Les invariants du parti communiste français », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 36-37, 1981, p. 65-81, cit. p. 68.

66 Rh n° 64, 18 mai 1970, p. 8.

67 Entre septembre 1968 et août 1973, une seule fois, Rh n° 94, 28 décembre 1970 « Budapest, Prague, Varsovie. Demain Moscou ! ».

68 Rh n° 70, 29 juin 1970, p. 11. Rh n° 159, 27 mai 1972, avec photo. Egalement Revue QI, nouvelle série n° 7-8, mai-août 1973, Eric Laurent, p. 50-53, avec photos.

69 Rh n° 95, 4 janvier 1971. Précisions dans Chiama (J.), Soulet (J.-F.), Histoire de la dissidence, oppositions et révoltes en URSS et dans les démocraties populaires de la mort de Staline à nos jours, Paris, Le Seuil, 1982, notamment les pages 395-396.

70 Rh n° 71/72/73, août 1970.

71 Renaissance du bolchevisme en URSS. Mémoires d’un Bolchevik-Léniniste, Paris, Maspero, 1970, avec une déclaration du Secrétariat unifié de la Quatrième Internationale sur la nouvelle opposition communiste en URSS et une préface de Pierre Frank (p. 5-27).

72 Rh n° 80, 27 septembre 1970.

73 Qu’est-ce que la révolution politique ?, brochure, juin 1982, 15 p.

74 La brochure sera rééditée en 1969 : Cahier Rouge n° 4, 83 p.

75 Cahier Rouge n° 3, nouvelle série internationale, Pologne, le crépuscule des bureaucrates, Paris, Maspero, 1971, 54 p. Diffusée par la LC (France), la JGS (Belgique), la LMR (Suisse), la LCR (Luxembourg).

76 Rh n° 127, 9 octobre 1971. En hommage un militant du Havre avait choisi Modzelewski comme pseudonyme.

77 Rh n° 11, 5 février 1969, p. 12.

78 Cahier Rouge spécial, Le Complot trotskyste en Tchécoslovaquie, Paris, Maspero, janvier 1970, 32 p.

79 Rh n° 50, 2 février 1970, p. 15.

80 Rh n° 101, 15 février 1971, p. 16. Les manifestants, pour déjouer les accusations d’anticommunisme, manifestent derrière des drapeaux rouges, des portraits de Lénine et de Trotsky, chantent l’Internationale et la Jeune garde et lancent des mots d’ordre tels que « Stalinisme non, Socialisme oui ! » ou « Brejnev-Husak non ! Le pouvoir aux travailleurs », nous rapporte R. Norman.

81 Rh n° 120, 28 juin 1970.

82 L’OCI déploie une activité importante et ancienne sur ce terrain. Voir le numéro spécial de son hebdomadaire La Vérité, n° 546, novembre 1969, repris par les éditions du Seuil en 1970, sous le titre Samizdat 1, la voix de l’opposition communiste en URSS.

83 Rh n° 160, 3 juin 1972, p. 16.

84 La Ligue se préoccupe aussi de rééditer des textes de Trotsky difficiles d’accès, dans la série « Classique rouge », chez Maspero, par exemple le numéro 1, La Révolution permanente en Russie, 1969, 56 p. et le numéro 2, Nature de l’État soviétique, 1969, 45 p.

85 Il est aujourd’hui membre du Parti socialiste belge, gouverneur-adjoint du Brabant flamand (d’après Démocratie et Socialisme, n° 86, juin/juillet/août 2001, p. 281).

86 Cahier Rouge, nouvelle série internationale, n° 1, 1970, 82 p.

87 Ce texte est accessible en français dans Trotsky (L.), De la Révolution, Paris, Minuit, 1963.

88 Réédité en janvier 1967 avec une préface de P. Frank, par la Société internationale d’éditions, puis en août 1968, ce texte est repris dans la collection « Cahiers rouges », chez Maspero, en 1970.

89 Le bref texte de Trotsky, Cours nouveau, est réédité dans Préobrajenski (E.), Rakovsky (C.), Trotsky (L.), De la bureaucratie, Paris, Maspero, coll. « Livres rouges », 1971, 132 p. Puis deux cours de Mandel (E.) sont disponibles en brochure, Cahier rouge, n° 3, De la bureaucratie, Maspero, 1971, 45 p.

90 APJPS, carton n°I, « Projet de programme pour le 2e congrès de la LC », avril 1971.

91 À deux reprises la une assimile les États-Unis à l’Allemagne nazie et Nixon à Hitler. Le 13 mai 1972 (n° 157) un dessin emprunté à Siné figure une croix gammée dont les 4 branches correspondent aux membres d’un pantin coiffé d’un haut de forme aux couleurs américaines et tenant des missiles. Sur la une du numéro 186 (6 janvier 1973) apparaît la mention « Nixon, Hitler assassins » sur un charnier de victimes viêtnamiennes.

92 Rh n° 87, 9 novembre 1970, p. 14.

93 Rh n° 30, 15 septembre 1969, p. 3. Verjat consacre une des trois colonnes de son article au problème des trotskystes viêtnamiens. Le bref communiqué du BP, par contre, salue en Ho « le symbole de la lutte armée contre l’impérialisme », sans évoquer le problème des trotskystes. Deux photos plutôt sympathiques de Ho sont jointes, celle du jeune délégué au congrès de Tours et celle du vieux sage à barbiche.

94 Rh n° 64, 18 mai 1970, p. 9.

95 Rh n° 102, 22 février 1971, p. 10. Attaque à 80, de l’ambassade sud-viêtnamienne.

96 Rh n° 217, 9 octobre 1971. Une intervention de 10 minutes eut lieu devant le consulat sud-viêtnamien, avenue de Villiers dans le XVIIe arrondissement, quelques vitres furent brisées.

97 Rh n° 155, 29 avril 1972, p. 9. Les bureaux du consulat sud-viêtnamien ont été mis à sac.

98 Rh n° 157, 13 mai 1972, p. 3.

99 Rh n° 101, n° 112, n° 166.

100 Rh n° 185, 23 décembre 1972, p. 15 et n° 187, 13 janvier 1973, p. 3.

101 Rh n° 132, 13 novembre 1971, p. 3.

102 Rh n° 102, 22 février 1971, à Paris mais aussi à Rouen.

103 Debray (R.), Révolution dans la Révolution, Paris, Maspero, 1967.

104 Rh n° 19, 14 mai 1969, p. 10.

105 Ibid. Allusion aux organisations souvent d’origine castriste qui ont entrepris la lutte armée. Dans une de ses résolutions, le IXe congrès de la QI préconise en effet l’unité étroite avec les castristes, « l’intégration dans le front révolutionnaire continental que l’Olas constitue ». dans Revue QI, n° 37, 1969.

106 Pour plus de détails sur le trotskysme en Bolivie, voir Lora (G.), Bolivie, De la naissance du POR à l’Assemblée populaire, Paris, EDI, 1972. Introduction et notes de F. et C. Chesnais.

107 Ce sont les compagnons du Che Guevara ayant échappé à la répression, qui tentent de se regrouper autour d’Inti Peredo.

108 Rh n° 43, 15 décembre 1969.

109 Rh n° 51, 9 février 1970.

110 Coggiola (O.), Le Mouvement trotskyste en Argentine, 1929-1960, 2 tomes dact., thèse de l’EHESS, Paris, 1983.

111 Décision du 5e congrès du PRT, juillet 1970.

112 Rh n° 65, 25 mai 1970.

113 Leur identité est révélée dans Rh n° 67, 8 juin 1970.

114 Rh n° 105, 15 mars 1971, reproduit un communiqué de l’ERP. Il relate l’expropriation réussie de 121 millions de pesos, réalisée au détriment de la banque de Córdoba et « regrette la blessure du chauffeur du camion tout en se réjouissant qu’elle soit sans gravité ».

115 Rh n° 83, 12 octobre 1970, p. 6-7.

116 Rh n° 117, 2 juin 1971, p. 12.

117 Dirigé par Nahuel Moreno (1924-1987), ce groupe favorable au SU de la QI depuis la réunification de 1963, est hostile à la voie guérillériste, plus proche donc des positions du SWP américain.

118 Rh n° 127, 9 octobre 1971 et Rh n° 128, 16 octobre 1971 : une banderole avec la photo de Pujals a été déployée le 8 octobre sur la façade de l’ambassade argentine à Paris.

119 Rh n° 150, 25 mars 1972.

120 Rh n° 151, 1er avril 1972.

121 Rh n° 151, p. 12, fait état d’une démarche d’un haut dirigeant de Fiat au local de la Ligue à Paris.

122 Rh n° 153, 15 avril 1972.

123 APJPS, carton n°VII, BI international, « Documents et information de sociologie », nouvelle série, n° 2, mai 1973, « Documents préparatoires au Xe congrès de la QI (1974) ».

124 Ibid.

125 Rh n° 169, 2 septembre 1972.

126 APGF, carton n° 12, lettre de Dante, Santiago du Chili, 21 septembre 1972, 3 p. man.

127 Ibid., lettre du 13 septembre 1972, 4 p. man. Le « vieux » pourrait bien être Raymond Molinier (1904-1994), qui vivait en Argentine depuis le début des années quarante. Ayant quitté l’Argentine après le coup d’État de 1976, il milite à la LCR jusqu’à sa mort. Rouge en fait un portrait très élogieux post mortem (Rh n° 1610, 3 novembre 1994, et Rh n° 1611, 10 novembre 1994). Il figure bien sûr dans la rubrique « Les Nôtres ».

128 Document Rouge n° 21, fin 1972, 26 p.

129 Rh n° 79, 14 septembre 1970, p. 11.

130 Ibid.

131 Rh n° 81, 28 septembre 1970.

132 Rh n° 99, 2 février 1971, p. 15.

133 Rh n° 162, 17 juin 1972, p. 16.

134 Rh n° 165, 8 juillet 1972, p. 12.

135 Hoover Institution Archives, Archives J. Hansen, carton 13, Chemise 9, « Correspondance avec P. Frank », 1956-1966.

136 Cahiers de la QI, n° 2, 1971, 37 p., « Sur la révolution cubaine ».

137 Rh n° 120, 28 juin 1971, p. 4.

138 Rh n° 113, 10 mai 1971, p. 14.

139 « Une grande absente : la démocratie politique », c’est le titre du chapitre IV du livre de Habel (J.), Ruptures à Cuba, Paris, La Brèche, 1989.

140 op. cit., p. 140.

141 Revue QI n° 16-17, juillet-août 1974, « Thèses et résolutions du Xe congrès mondial, Résolution sur l’Argentine », p. 62.

142 Debray (R.), La Critique des armes, Paris, Le Seuil, 1974, citation p. 176.

143 Bensaïd (D.), Weber (H.), Mai 68, une répétition générale, Paris, Maspero, 1968.

144 F. Maspero annonce son adhésion à la LC par une lettre du 30 octobre 1970, publiée dans Rouge n° 87.

145 Manifestes, thèses et résolutions des 4 premiers congrès mondiaux de l’IC, 1919-1923, Bibliothèque communiste, Librairie du Travail, juin 1934, réimpression en fac-similé, Paris, Maspero, 1969. Cet ouvrage figure en bonne place sur les tables de presse de la Ligue.

146 Les conditions d’admission des partis dans l’IC, dites aussi les 21 conditions, sont reproduites dans l’ouvrage précédent (p. 39-41) et également dans Kriegel (A.), Le Congrès de Tours 1920, Paris, Julliard, coll. « Archives », 1964.

147 Rh n° 199, 6 avril 1973, revient longuement sur cet épisode, interviewant un des acteurs.

148 Les militants sont très malheureux, à l’image de Michel Zimmerman « Cela a été ma grande honte militante », quand surveillés et isolés par la hiérarchie militaire, ils ne peuvent déployer aucune activité militante au cours de leur service militaire. Témoignage recueilli par Yann Kindo (Y.), op. cit., t. II, p. 190.

149 Publié dans Rh, n° 21, 28 mai 1969, p. 9.

150 APJPS, carton n°I, BI. n° 6, juin 1969, p. 15-21.

151 APJPS, ibid., BI. n° 16, avril 1971, p. 19.

152 Rh n° 50, 2 février 1970, p. 5, cite la section SNETP-CGT du CET de Cormeilles-en-Parisis, la section CGT de l’École des Travaux Publics de Paris, et le syndicat des spectacles (longs métrages).

153 Trois listes de signataires paraissent dans les numéros 50, 51 et 52 de Rouge.

154 Rh n° 3, 16 octobre 1968, p. 4.

155 Rh n° 4, 29 octobre 1968, p. 12-13.

156 Rh n° 7, 11 décembre 1968.

157 Rh n° 3, 16 octobre 1968, p. 6-7.

158 APJPS, carton n° I, BdD n° 11, p. 22 et p. 28. Cahier Rouge n° 10-11.

159 Cahier Rouge n° 10-11, op. cit., p. 156.

160 Ibid.

161 Programme de transition, l’agonie du capitalisme et les tâches de la Q.I., Classique Rouge n° 5, Maspero, 1970, 62 p.

162 Rh n° 26, 2 juillet 1969.

163 Publié une première fois dans un tiré à part, sans date, 8 pages, ce texte est repris dans Trotsky (L.), Classe ouvrière, syndicats, comités et partis, Classique Rouge n° 41, Maspero, 1970, p. 57-65.

164 Rh n° 17, 1er mai 1969.

165 Ibid.

166 Cahier Rouge n° 10-11, op. cit., p. 155.

167 APJPS, carton n°I, « Projet de programme pour le 2e congrès de la LC », avril 1971, p. 62.

168 Ibid.

169 Ibid.

170 Rh n° 135, 4 décembre 1971.

171 Rh n° 115, 24 mai 1971, p. 10.

172 Rh n° 173, 30 septembre 1972, p. 16.

173 Rh n° 20, 21 mai 1969, p. 10.

174 Citée par EE 76, n° 2, octobre 1972.

175 Rh n° 140, 15 janvier 1972, p. 14.

176 APJPS, carton n° 26, Comité havrais de soutien aux exilés des DOM, dossier n° 2, 29 février 1972, 4 p. ron.

177 Rh n° 188, 20 janvier 1973, p. 7.

178 Ibid.

179 Plenel (E.), Les Mots volés, Paris, Gallimard, Folio, 1997, p. 270.

180 . APGF, carton n° 12, « Rapports GRS-LCR », 1974.

181 Rh n° 176, 21 octobre 1972, p. 10-11

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540