Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Première partie. Du groupe guévariste vers l’organisation communiste révolutionnaire 1968-1973

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La volonté de se rattacher à Octobre 1917, à la tradition bolchevique, est une constante chez la plupart des militants de la Ligue communiste à sa naissance. Une des premières décisions prises par la majorité, au congrès de fondation en 1969, est d’adhérer à la Quatrième Internationale (QI) fondée par Trotsky en 1938. Malgré son caractère très minoritaire, elle est réputée avoir conservé les acquis de la révolution russe, trahis par les staliniens. Bien décidés à ce que cette profession de foi internationaliste ne reste pas lettre morte, les militants se mobilisent sur le terrain international. Les luttes en cours, au Viêtnam en tout premier lieu, mais aussi en Palestine, en Amérique latine, fascinent. Même si elles ne sont pas menées par d’authentiques bolcheviks, les révolutionnaires français, confiants dans les développements à venir, se doivent de les soutenir.

2La situation en URSS et dans les pays de l’Est est scrutée avec attention et toute opposition aux dirigeants qualifiés de néo-staliniens doit être en principe soutenue, de façon à hâter la « révolution politique ». Enfin, soucieux de mener le combat en France même, les militants tentent d’affaiblir la « citadelle impérialiste », en soutenant les luttes menées dans l’armée et dans les départements d’Outre-mer, qualifiés de colonies.

3Mais c’est dans les entreprises que les militants s’efforcent de s’implanter en priorité, ne négligeant pas par ailleurs les possibilités de propagande qu’offrent les élections politiques. Persuadés que seul un parti structuré fonctionnant avec rigueur est capable d’amener des résultats positifs, les militant(e)s tentent de le construire en s’inspirant du schéma bolchevik, bien décidés à ne pas se laisser surprendre par la prochaine crise révolutionnaire.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540