Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981)

 | 
Jean-Paul Salles

Introduction générale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Rouart (J.-M.), Le Figaro, 20-21 avril 1974.
  • 2 28 dans 20 municipalités, dont Saint-Denis, Gennevilliers, Vitry-sur-Seine.
  • 3 Le Monde, 17 mars 1998, p. 43. La liste LCR en Haute-Garonne, conduite par Lucien Sanchez et Élian (...)
  • 4 Outre-mer compris, Le Monde, 23 avril 2002, Cahier des résultats, p. 27-56.
  • 5 La LCR doit se contenter de 1,27 % des suffrages exprimés et l’ensemble de l’extrême gauche de 2,7 (...)
  • 6 Son candidat, R. Hue, obtient 960.480 voix, soit 3,37 % des suffrages exprimés.

1La Ligue communiste révolutionnaire (LCR) actuelle, héritière directe de la Ligue communiste (LC) créée lors de son premier congrès, tenu à Mannheim les 5-6-7-8 avril 1969, entre dans sa trente-sixième année. Son principal porte-parole, Alain Krivine, était déjà qualifié de Vestale de la révolution en 1974 par un journaliste-écrivain1. Certes ses effectifs sont toujours modestes, elle n’est représentée ni à la Chambre des Députés ni au Sénat. Mais la LCR ayant constitué une liste avec Lutte Ouvrière (LO) aux élections européennes de 1999, les deux organisations ont obtenu 5,18 % des voix et cinq député(e)s, Alain Krivine et Roselyne Vachetta pour la LCR, Arlette Laguiller, Chantal Cauquil et Armonie Bordes pour LO. De même, la LCR a vu le nombre de ses élus municipaux passer de neuf en 1995 à vingt-huit en 20012, et les élections régionales de 1998 lui ont permis d’obtenir deux élus en Midi-Pyrénées3. Mais c’est à l’occasion des élections présidentielles de 2002 que la LCR et l’extrême gauche plus généralement atteignent un pic historique sur un terrain qui ne leur est en général pas favorable. Le candidat de la LCR, Olivier Besancenot, réunit sur son nom 1.210.562 suffrages, Arlette Laguiller 1.630.045 voix et Daniel Gluckstein 132.686 voix, soit respectivement 4,25 %, 5,72 % et 0,47 % des suffrages exprimés, au total 10,44 %4. Certes les organisations d’extrême gauche ne renouvellent pas semblable performance aux élections législatives qui suivent5, mais cette audience de l’extrême gauche alors que simultanément le PCF s’effondre6 apparaît comme une des caractéristiques de l’exception française.

  • 7 Dans sa réponse à une question de Christophe Bourseiller, Robert Barcia, un des dirigeants de Lutt (...)
  • 8 Titre de l’article de Bernard Poulet, Le Débat n° 103, janvier-février 1999.

2Parallèlement à cette présence continue sur le terrain électoral7 les militants d’extrême gauche s’efforcent d’être actifs dans les luttes. Dans les années quatre-vingt-dix ceux de la LCR contribuent à animer le mouvement des sans-papiers, des organisations comme AC ! (Agir ensemble contre le chômage), encouragent Droit Au Logement (DAL) ou les nouveaux syndicats (Solidaire, unitaire, démocratique — SUD). C’est peu après les mouvements sociaux de novembre-décembre 1995 que certains observateurs s’intéressent à cette « gauche de la gauche8».

Curiosité tardive et brouillonne des journalistes

  • 9 Hamon(H.), Rotman(P.), Génération : t.1, Les Années de rêve ; t.2, Les Années de poudre, Paris, Le (...)
  • 10 Brochier (J.-C.), Delouche (H.), Les Nouveaux sans-culottes. Enquête sur l’extrême gauche, Paris, (...)
  • 11 Pingaud (D.), La Gauche de la gauche, Paris, Le Seuil, 2000.
  • 12 Koch (F)., La Vraie nature d’Arlette Laguiller, Paris, Le Seuil, 1999.
  • 13 Bourseiller (C.), Cet étrange Monsieur Blondel, Paris, Bartillat, 1997.

3L’arrivée au pouvoir des partis de la gauche plurielle en 1997 renforce la visibilité de ces groupes. Des journalistes, souvent anciens militants, un peu dans la lignée d’Hervé Hamon et de Patrick Rotman, auteurs de Génération9, présentent ces « nouveaux sans-culottes10 », reprenant la formule « la gauche de la gauche11 ». Ces ouvrages font se succéder une série de portraits de militants, avec le souci de faire apparaître les filiations et de montrer les changements intervenus dans cette extrême gauche qui ne faisait plus beaucoup parler d’elle depuis la fin des années soixante-dix. Le ton n’est pas toujours complaisant, surtout quand sont auscultées les organisations considérées comme les plus opaques. C’est le cas notamment des ouvrages de François Koch12 et de Christophe Bourseiller13. L’ouvrage du premier, sur Arlette Laguiller, fait suite à deux articles parus dans l’Express (27 août et 8 octobre 1998). En fait, nous apprend-il, derrière le visage lisse d’Arlette — c’est ainsi qu’on l’appelle dans de nombreux foyers français — se cache Robert Barcia (Hardy), présenté comme une sorte de gourou. L’ouvrage de Christophe Bourseiller décrit le Parti des Travailleurs (ex-OCI) comme une secte occulte aux relations souterraines. Avec le livre de Philippe Campinchi, un ancien militant de l’OCI, on s’éloigne du fracas polémique.

  • 14 Campinchi (Ph.), Les Lambertistes. Un courant trotskyste français, Paris, Balland, 2000.

4L’auteur ne privilégie pas le sensationnel, il oscille entre témoignage et étude14.

  • 15 Tout au long de l’année 1999, de nombreux organes de presse publient des témoignages d’anciens mil (...)
  • 16 L. Jospin a reconnu qu’il avait été trotskyste le 5 juin 2001, lors d’un discours à l’Assemblée na (...)
  • 17 Article de Jérôme Bourbon, dans Écrits de Paris, avril 2002, 1 Rue d’Hauteville, Paris 75010.

5Plus que le rôle des militants dans les luttes ou même dans certaines organisations syndicales, c’est l’appartenance supposée du premier ministre à l’une de ces organisations trotskystes qui va susciter une cascade de publications. Le temps que met Lionel Jospin pour avouer son appartenance passée au courant lambertiste ne fait qu’aiguiser la curiosité du public15. Même une fois l’aveu consenti16, on s’interroge encore sur la date de la rupture de L. Jospin avec l’organisation de Pierre Lambert. À la veille de l’élection présidentielle, les moins délicats des observateurs peuvent titrer un de leurs articles « Un trotskyste bientôt à l’Élysée ?17 ».

  • 18 Voir nos comptes rendus de lecture conjoints dans Dissidences-Blemr n° 10, février 2002, p. 42-43, (...)
  • 19 Ce sont les mots utilisés par Nick (C.), op. cit., p. 128.
  • 20 Nous reviendrons ultérieurement sur cette question de la violence minoritaire et du terrorisme.

6La plupart des livres écrits dans ce contexte sont marqués par la précipitation. Leurs auteurs semblent surtout désireux de profiter de l’intérêt, qu’ils pressentent momentané, du public pour ce genre d’ouvrages. Soucieux de répondre aux attentes de lecteurs qui n’ont pas l’habitude de se passionner pour ces questions, ils s’efforcent de ne pas les décevoir. Leurs développements sont destinés à flatter les préjugés du grand public. La quête du sensationnel leur importe plus que celle de la vérité, même si cette dernière, nous le savons, est hors de notre atteinte. Il n’est pas dans notre intention de revenir sur ces ouvrages que nous avons par ailleurs critiqués dans la revue Dissidences en collaboration avec Jean-Guillaume Lanuque18. De cette masse de papier imprimé subsistent pour le chercheur bien peu de renseignements utiles. Leurs auteurs se satisfont trop souvent de lectures rapides, de témoignages incomplets, ne se souciant pas de recouper témoignages oraux et textes. En mettant en avant un texte ou un extrait de texte tiré de son contexte, ils semblent parfois davantage soucieux d’illustrer les idées préconçues qu’ils avaient avant d’initier leur travail sur telle ou telle organisation que de présenter complètement, et dans sa complexité parfois, la position de l’organisation. Ainsi Christophe Nick présente une Ligue communiste « fascinée », « attirée irrésistiblement » par le « phénomène terroriste19 ». En fait, une lecture exhaustive des textes, même en se contentant des textes publics, lui aurait appris que la Ligue hésite à soutenir telle ou telle action violente et assez souvent les condamne. Soucieux avant tout d’efficacité, les militants se demandent si le remède — l’action violente surtout minoritaire — ne risque pas d’être pire que le mal. Nous ne sommes pas en présence d’êtres un peu frustes, fascinés par la violence pour elle-même, mais de militants, qui tentent d’évaluer les avantages et les inconvénients de tel ou tel type d’action20.

L’appel aux militants… savants

  • 21 Figuères (L.), Le Trotskysme, cet anti-léninisme, Paris, Éditions sociales, 1969.
  • 22 Marie (J.-J.), Le Trotskysme, Paris, Flammarion, « Questions d’histoire », 1970, 140p.
  • 23 Ibid, p. 88-89. Le qualificatif de « Pablistes » (de Michel Pablo, dirigeant de la QI après la gue (...)
  • 24 Lequenne (M.), « Trotsky et le trotskysme », Encyclopaedia universalis, Paris, 2002, t. 22, p. 102 (...)

7Bien sûr avant cette floraison d’écrits plus ou moins bien intentionnés existent un certain nombre de livres sur le trotskysme, parus chez des éditeurs universitaires. Les événements de mai 1968 ont redonné de l’actualité à ce courant d’idées. Une bonne partie des organisations dissoutes par le gouvernement en juin 1968 ne sont-elles pas qualifiées de Trotskystes ? Presque aussitôt le PC s’efforce de mettre en garde ses militants contre ces faux amis du prolétariat. C’est à Léo Figuères qu’échoit la tâche de rassembler les lieux communs et autres injures staliniennes dans Le trotskysme, cet anti-léninisme21. Le premier grand éditeur à réagir est Flammarion. Marc Ferro, directeur de la collection « Questions d’histoire », qu’il a inaugurée avec La Révolution russe de 1917, livre publié en 1967, confie Le Trotskysme à Jean-Jacques Marie22. Ce dernier, professeur dans un grand lycée parisien, agrégé de l’université, est aussi militant de l’OCI. On trouve donc dans son ouvrage une condamnation des « Pablistes », de Pierre Frank et d’Ernest Mandel, accusés de réviser le programme du trotskysme tout en maintenant formellement ses cadres23. Cet ouvrage est repris presque à l’identique en 1977 par le même éditeur, dans la collection « Champs ». C’est à la même époque que les éditeurs de l’Encyclopaedia universalis, après avoir fait appel eux aussi à J.-J. Marie, s’apprêtent à publier son article sur le trotskysme. Michel Lequenne, militant de la Ligue et responsable des correcteurs à l’Encyclopaedia universalis, nous a raconté comment finalement il a été amené à écrire cet article « Trotsky et le trotskysme24 » :

  • 25 De la même manière que l’OCI qualifie la Ligue de « pabliste », les militants de la Ligue qualifie (...)
  • 26 Propos recueillis par nous chez M. Lequenne, à Paris, le 21 décembre 2002.

« Nous arriva un article écrit par J.-J. Marie. C’était un article absolument fractionnel lambertiste25. Je suis alors allé voir le directeur, un ancien du PC, lui disant que s’il publiait cet article d’un sectarisme absolu il se ridiculiserait. Après l’avoir lu il m’a donné raison […] Vu l’urgence, il m’a demandé si je ne voulais pas le faire. C’est dans ces circonstances que j’ai écrit cet article26. »

  • 27 Marie (J.-J.), Trotsky, le trotskysme et la Quatrième Internationale, PUF, « Que Sais-Je ? », 1980
  • 28 Bensaïd (D.), Les Trotskymes, PUF, « Que Sais-Je ? », 2002. Daniel Bensaïd, dirigeant de la Ligue (...)
  • 29 Les Morénistes sont des trotskystes se revendiquant de l’héritage politique de Nahuel Moreno (1924 (...)
  • 30 Carré rouge n° 21, mars-avril 2002, p. 61-68.
  • 31 Marie (J.-J.), Le Trotskysme et les trotskystes, Paris, Armand Colin, 2002.
  • 32 Cahiers Léon Trotsky n° 79, décembre2002. « Notes de lectures », p. 115-116.
  • 33 Avenas (D.), La Pensée de Léon Trotsky, Toulouse, Privat, 1975.
  • 34 Brossat (A.), Aux origines de la révolution permanente, la pensée politique du jeune Trotsky, Pari (...)

8Mais curieusement quand, en 1980, les Presses universitaires de France se préoccupent de consacrer un volume de la prestigieuse collection « Que Sais-Je ? » à Trotsky et au trotskysme, c’est de nouveau à J.-J. Marie qu’elles font appel27. Cependant, quand cet éditeur décide tout récemment de renouveler le texte du petit ouvrage, il fait appel cette fois à un universitaire mais aussi militant d’une organisation concurrente, la LCR, en la personne de Daniel Bensaïd28. Celui-ci prend soin dans un avertissement au lecteur d’annoncer qu’il est acteur de cette histoire et qu’il ne prétend pas à l’objectivité. Jean-Philippe Divès, son camarade d’organisation, mais d’origine moréniste29, se charge rapidement de lui reprocher son « regard partisan30 ». Partisan ou subjectif, c’est le qualificatif qui convient également au dernier ouvrage que J.-J. Marie consacre au trotskysme chez Armand Colin31. Tout en notant un moindre esprit polémique que dans les ouvrages précédents, J.-G. Lanuque pense avec raison que ce manuel ne deviendra pas une référence sur la question, tellement les passages consacrés à la LCR sont empreints de subjectivisme32. Il est étonnant de voir qu’en France, depuis que le trotskysme intrigue, ce sont des militants, certes des militants/chercheurs ou universitaires, qui sont chargés d’éclairer le grand public et les étudiants. Au milieu des années soixante-dix, l’éditeur toulousain Privat avait fait appel à une militante de la Ligue, Denise Avenas, pour présenter la pensée de Trotsky33. L’année précédente, c’est chez Maspero qu’Alain Brossat, lui aussi militant de la Ligue, présentait la pensée politique du jeune Trotsky34.

La timide et tardive incursion des universitaires

  • 35 P. Sorlin était professeur d’histoire à l’université de Paris VIII, Irène assistante de recherche (...)
  • 36 Broué (p.), Témime (É.), La Révolution et la guerre d’Espagne, Paris, Minuit, 1961.
  • 37 Broué (P.), Le Parti bolchevique, Paris, Minuit, 1963. Présentation des textes de Trotsky sur la F (...)
  • 38 Trotsky (L.), Œuvres, 27 volumes parus, Publication de l’Institut Léon Trotsky, épaulé par le CNRS
  • 39 Broué (P.), Trotsky, Paris, Fayard, 1988, 1105 pages.
  • 40 Cahiers Léon Trotsky n° 79, décembre 2002, compte-rendu de la journée d’étude organisée par l’univ (...)

9En 1961 Irène et Pierre Sorlin publient un recueil d’articles de presse concernant Lénine, Trotsky et Staline, accompagnés de nombreuses illustrations, dans une collection de poche35. À la même date, Pierre Broué, certes militant de l’OCI, mais également professeur, publie, en collaboration avec Émile Témime, lui aussi universitaire, une histoire de la guerre d’Espagne qui donne toute leur place aux révolutionnaires non staliniens, anarchistes et militants du POUM36. Les ouvrages vont se succéder, toujours aux éditions de Minuit37. Attelé à la publication des œuvres de Léon Trotsky depuis 197838, ayant lancé aussi la revue trimestrielle les Cahiers Léon Trotsky depuis janvier 1979, P. Broué a contribué à accumuler une masse de savoir considérable sur Trotsky et l’histoire du trotskysme. Il rédige une monumentale biographie de Trotsky pour les éditions Fayard39. Mais à l’exception d’un des derniers numéros parus, il n’a jamais été question dans les Cahiers Léon Trotsky des organisations trotskystes françaises contemporaines40.

  • 41 Voir notamment les pages 20-21, dans Baechler (J.), Politique de Trotsky, Paris, A. Colin, coll. « (...)
  • 42 Dreyfus (M.), « Sur l’histoire du mouvement trotskyste en Europe de 1930 à 1952 », Le Mouvement so (...)
  • 43 Pluet-despatin (J.), La Presse trotskyste en France de 1926 à 1968, Paris, Maison des Sciences de (...)
  • 44 Droz (J.), dir., Histoire générale du socialisme, t. 4, De 1945 à nos jours, Paris, PUF, 1978, cha (...)

10Les événements de 1968, en rendant plus visibles les militants trotskystes, stimulent les recherches. L’ouvrage de Jean Baechler, paru chez Armand Colin en septembre 1968, en témoigne. C’est un recueil de textes de Trotsky, l’auteur ayant bénéficié du fonds de la Bibliothèque nationale. Il les fait cependant précéder d’une longue introduction de 93 pages, dans laquelle il tente de caractériser la pensée de Trotsky, nous faisant partager surtout son admiration pour le talent littéraire de Trotsky et sa compassion pour son destin tragique41. En 1976, Michel Dreyfus fait le point sur l’histoire du trotskysme en Europe42. Après une brève introduction sur le trotskysme en France, Jacqueline Pluet-Despatin décrit 210 publications trotskystes et donne les lieux de conservation, dans un ouvrage publié en 197843. Un grand universitaire, Jacques Droz, dans la synthèse qu’il dirige en 1978 sur l’histoire du socialisme, traite lui-même du trotskysme dans le chapitre consacré au « gauchisme44 ».

  • 45 Ory (P.), dir., Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1987. (...)
  • 46 Dans Sirinelli (J.-F.), dir., Dictionnaire historique de la vie politique française au xxe siècle, (...)
  • 47 Notamment son chapitre IV, « La crise de 1968 et la naissance du gauchisme », p.286-307, dans Drey (...)
  • 48 Vingtième Siècle, revue d’histoire, n° 22, avril-juin 1989, « Les Générations », notamment Buton ( (...)
  • 49 Vingtième siècle, revue d’histoire, n° 44, octobre-décembre 1994, « La culture politique en France (...)
  • 50 Berstein S., dir., Les Cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999, Manfredonia (G.), « P (...)
  • 51 Dreyfus (M.), Groppo (B.), Pennetier (Cl.), dir., Le Siècle des communismes, Paris, l’Atelier, 200 (...)
  • 52 Dissidences-Blemr n° 8, mai 2001, Salles (J.-P.), Moreau (A.), Lanuque (J.-G.), « Communismes au p (...)
  • 53 Voir notamment les deux articles de Lindenberg (D.), dans Becker (J.-J.) et Candar (G.), dir., His (...)

11Mais en 1987, dans un ouvrage ambitieux consacré aux idées politiques, sous la direction de Pascal Ory, la place accordée à Trotsky et à ses idées est vraiment restreinte, une mention rapide dans la contribution d’Hugues Portelli et une autre dans celle de Jean-Pierre A. Bernard45. On remarque la même place modeste de l’article « trotskysme » dans le Dictionnaire historique de la vie politique française dirigé par Jean-François Sirinelli46. L’Histoire des gauches en France (1940-1974), terminée par François-Georges Dreyfus le 15 juin 1974, n’est pas plus diserte sur le trotskysme, fondu dans le gauchisme après 196847. Philippe Buton, auteur de l’article « générations communistes », dans le numéro spécial de la revue Vingtième siècle consacré aux générations, ne voit pas trace d’influence du trotskysme ou des trotskystes sur le parti communiste, pas plus que les autres contributeurs de ce numéro ne perçoivent d’influence du trotskysme sur la vie politique française48. Dans un des numéros suivants de la même revue, l’article de Marc Lazar sur la culture communiste ignore lui aussi le trotskysme49. Plus étonnant, dans un ouvrage récent consacré aux cultures politiques en France apparaît un développement sur la culture politique libertaire, alors que le rôle et l’influence des Trotskystes sont omis50. Dans notre critique du Siècle des Communismes51 nous notons l’absence, dans cet ouvrage aussi, des « communistes dissidents », l’attribuant au « désintérêt universitaire majoritaire concernant les communistes de gauche52 ». En revanche, dans la récente et ambitieuse Histoire des Gauches en France, une place est faite à « la gauche de la gauche53 ».

  • 54 Publié par les éditions de l’Atelier avec le soutien du CNRS. Il existe désormais une version CD-R (...)
  • 55 Nous devons à l’amitié de J.-G. Lanuque, coordonnateur du corpus extrême gauche, d’avoir pu consul (...)

12Parmi les grandes entreprises scientifiques, que nous mettrons à contribution pour étudier les militants les plus anciens de la LCR, figure le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, appelé aussi le Maitron, du nom de Jean Maitron (1910-1987), son initiateur54. Dans les tomes 16 à 43 qui couvrent la période 1914-1939, 275 notices sont consacrées aux trotskystes, le volume 16 donnant la liste des militants. L’équipe actuellement dirigée par Claude Pennetier travaille sur la période suivante, 1940-196855.

Des travaux universitaires finalement assez nombreux… mais peu visibles

  • 56 Op. cit.
  • 57 Dissidences Blemr n° 3, septembre 1999, Lanuque (J.-G.), Moulain (S.), Salles (J.-P.), avec la par (...)
  • 58 Cahiers Léon Trotsky, op. cit., p. 83-90.
  • 59 Godchau (J.-F.), « Les Origines de la Quatrième Internationale », mémoire de maîtrise sous la dir. (...)
  • 60 Brabant (J.-M.), « Les partisans de la Quatrième Internationale en France sous l’Occupation (POI, (...)
  • 61 Faburel (V.), « La Jeunesse communiste révolutionnaire d’avril 1966 à juin 1968 », mémoire de maît (...)
  • 62 Kindo (Y.), « La Ligue communiste révolutionnaire en Moselle et dans le bassin de Longwy (1968-198 (...)
  • 63 Jarrige (P.), « Les organisations politiques maoïstes et trotskystes à Bordeaux des lendemains de (...)
  • 64 Cariou (P.), « La Ligue communiste révolutionnaire (LCR) en Charente-Maritime dans les années soix (...)
  • 65 Saglio (T.), « On n’entre pas comme ça à la Ligue. Le recrutement des militants de la LCR », mémir (...)
  • 66 Yon (K.), « La Ligue communiste et le mouvement lycéen contre la loi Debré (printemps 1973) : rôle (...)
  • 67 Kernalegenn (T.), « Drapeaux rouges et gwenn-ha-du. L’extrême gauche et la Bretagne dans les année (...)
  • 68 Dreyfus (M.), Bureau de Londres ou Quatrième Internationale : socialistes de gauche et trotskystes (...)
  • 69 Hémery (D.), Révolution vietnamienne et pouvoir colonial en Indochine. Communistes, Trotskystes, N (...)
  • 70 Sommier (I.), La Violence politique et son deuil, Rennes, PUR, 1998.
  • 71 Op. cit., « À gauche de la gauche », p. 249-275.

13Cette présence relativement faible du trotskysme et des trotskystes dans certaines synthèses universitaires est d’autant plus étonnante qu’il existe en fait d’assez nombreux travaux, plutôt maîtrises ou mémoires de science politique il est vrai, que thèses. En utilisant la bibliographie réalisée par Michel Dreyfus en 197656 et celle à laquelle nous avons contribué57, complétée par Jean Vigreux et Georges Ubbiali58, nous comptabilisons sur les 35 dernières années 42 maîtrises d’histoire ou mémoires de science politique, huit DEA et une dizaine de thèses. Les années soixante-dix ont été fertiles en travaux, de même que les années quatre-vingt-dix, la décennie quatre-vingt constituant un creux. Un certain nombre des auteurs de ces travaux sont des militants à la recherche de leurs racines en quelque sorte, ce qui explique aussi que ceux-ci soient souvent consacrés aux origines du mouvement. C’est le cas du mémoire de maîtrise de Jean-François Godchau, de celui de Robert Hirsch, tous deux ayant milité à la LCR, ou de celui de Daniel Gluckstein, candidat du Parti des Travailleurs aux élections présidentielles de 200259. Certaines maîtrises reviennent sur des épisodes douloureux de l’histoire du trotskysme, comme l’a été la deuxième guerre mondiale, ainsi celles de Jean-Michel Brabant en 1976 et Céline Malaisé en 200160. Quoique la période d’avant 1968 soit beaucoup mieux représentée, un certain nombre de travaux commencent à paraître sur la période postérieure. En 1988, Véronique Faburel réalisait un mémoire sur la JCR61. Mais la plupart des travaux des étudiants s’inscrivent dans le cadre régional, par exemple la Lorraine pour Yann Kindo62, Bordeaux pour Pauline Jarrige63 ou tout récemment la Charente-Maritime pour Pierrick Cariou64. À ces travaux d’apprentis historiens, menés sur des archives privées, s’ajoutent des travaux d’étudiants en science politique, comme ceux de Thomas Saglio sur le recrutement des militants de la LCR65, ou de Karel Yon sur l’intervention de la Ligue communiste dans le mouvement lycéen contre la loi Debré au printemps 197366. La problématique de Tudi Kernalegenn, qui étudie l’intervention de l’extrême gauche dans le mouvement breton, est aussi très intéressante67. Outre les sources écrites, souvent privées, disponibles, ces étudiants vont voir les acteurs, les interrogent la plupart du temps longuement et avec pertinence. Les thèses sont elles aussi souvent consacrées à la période la plus ancienne, les années trente. Mais en général elles éclairent simultanément d’autres groupes militants en plus des trotskystes et débordent du cadre hexagonal. C’est le cas du travail de Michel Dreyfus sur des organisations qui hésitent entre socialisme de gauche et trotskysme avant la deuxième guerre mondiale68. Daniel Hémery met en scène trotskystes, communistes et nationalistes à Saïgon dans les années trente69. La thèse d’Isabelle Sommier concerne les années soixante-dix, son travail embrassant deux pays, la France et l’Italie. Elle s’intéresse au renoncement des révolutionnaires à la violence, rapide en France, plus lent en Italie70. Tout récemment elle a fourni une synthèse claire sur les principaux mouvements d’extrême gauche en France aujourd’hui, dans l’ouvrage qu’elle a co-dirigé avec Xavier Crettiez71.

Le problème des sources écrites

  • 72 Choffat (T.), « Lutte Ouvrière », mémoire de DEA de science politique, université de Nancy, 1991, (...)
  • 73 Voir la bibliographie indicative établie par Pierre Lévy, dans Dissidences-Blemr n° 9, octobre 200 (...)
  • 74 Le Cermtri est situé 28, rue des Petites-Ecuries, 75010 Paris.
  • 75 Brandely (E.), « L’OCI-PCI de 1965 à 1985. Contribution à l’histoire nationale d’une organisation (...)

14La plupart des études universitaires sur l’extrême gauche aujourd’hui en sont donc restées au stade du mémoire de maîtrise ou de DEA sur Lutte Ouvrière par exemple, Thierry Choffat a soutenu son mémoire en 1991 et n’a pas poursuivi72. Plusieurs problèmes se posent aux chercheurs, expliquant le renoncement de certains. Quelques-unes de ces organisations cultivent le secret et ne facilitent pas l’accès à leurs archives. C’est le cas en particulier de LO, dont l’histoire sera sans doute faite à partir des témoignages et des papiers de ses dissidents, militants exclus ou ayant quitté volontairement l’organisation73. L’OCI a par contre créé en 1978 un centre d’archives ouvert au public, le Centre d’Études et de Recherches sur les Mouvements Trotskyste et Révolutionnaires Internationaux (CERMTRI)74. Un jeune étudiant a utilisé ces archives pour élaborer une première synthèse sur l’histoire de ce courant75.

  • 76 Dreyfus (M.), Les Sources de l’histoire ouvrière, sociale et industrielle en France, xixe-xxe sièc (...)
  • 77 Mémoires de 68, Guide des sources d’une histoire à faire, Paris, Verdier, 1993.

15Michel Dreyfus a tenté une première identification des dépôts d’archives intéressant l’histoire de l’ensemble du mouvement ouvrier. L’extrême gauche n’est pas oubliée76. Un recensement plus récent des fonds disponibles déposés dans les lieux publics et privés relatifs à la période 19651975 a été réalisé par l’association « Mémoire de 6877». De plus, cette association se donne comme tâche de recueillir les archives ayant trait au mouvement de Mai 68 et aux années soixante-dix. Ensuite elle les dépose à la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) de Nanterre. Cette institution est née d’une donation faite à l’État en 1917 de collections constituées par un couple d’industriels, M. et Mme Leblanc. Dès août 1914, ils avaient rassemblé des documents susceptibles de servir à l’histoire de la guerre. Le domaine de cette bibliothèque s’est ensuite étendu à toute l’histoire politique, économique et sociale du xxe siècle. Pour l’histoire de l’extrême gauche c’est le dépôt le plus riche en France.

  • 78 Dans Rh n° 74-75-76, spécial août 1970, est lancée l’idée d’ouvrir une salle d’archives (p. 23). U (...)
  • 79 Cahiers Léon Trotsky, op. cit., Dreyfus (M.), « Sur l’histoire du trotskysme au début des années s (...)

16Quant à la Ligue communiste, ce qui la caractérise c’est plutôt la négligence par rapport à cette question. Malgré quelques velléités78, l’organisation n’a pas été capable d’organiser des archives centrales classées, au moins dans la décennie soixante-dix. Ses papiers ont donc fait l’objet d’une opération de sauvetage, à l’initiative de Michel Dreyfus et de Dominique Gérardin, tous deux sensibilisés à la question par leur métier de bibliothécaire. La direction de la Ligue a accepté que ses archives, mal stockées dans la cave de son local, soient transférées à la BDIC à Nanterre : « À partir de juin 1972, pour autant que je m’en souvienne, j’ai commencé à vider les caves de la Ligue communiste, alors installée Impasse Guéménée, près de la place de la Bastille79 ». En fait, comme l’explique M. Dreyfus dans la suite de sa contribution, ce sont surtout les documents les plus anciens qui ont été recueillis, papiers du Secrétariat Unifié de la Quatrième Internationale jusqu’en 1968. Malgré la présence dans ce fonds de quelques documents essentiels, la mémoire écrite de la Ligue des années soixante-dix n’a été qu’imparfaitement sauvée par cette entreprise méritante, mais individuelle.

  • 80 C’est le cas de la lettre de démission adressée à ses camarades de la Ligue de Montbéliard par cet (...)
  • 81 P. Laguillaumie, ancien militant de la Ligue, professeur d’éducation physique et sportive, était u (...)

17Nous avons dû compléter ces matériaux en recourant à des archives privées. Des militants ou anciens militants nous ont largement ouvert leur porte. André Rosevègue, longtemps militant en Dordogne et sensibilisé aux questions régionalistes, nous a confié les collections complètes des Cahiers Occitanie Rouge et du Petit Rouge du Périgord. Chez Jean-Pierre Debourdeau, militant dijonnais, responsable national, nous avons pris connaissance de riches documents concernant le système de formation mis en place par la Ligue. Parfois le militant ou l’ex-militant interrogé ne nous montre qu’un seul document, mais il peut s’avérer d’un très grand intérêt80. Pierre Laguillaumie, d’Auxerre, nous a permis d’emporter une collection complète du Chrono enrayé, depuis son numéro 1 de mai 1970, et un copieux ensemble de circulaires internes de la tendance École Émancipée du Syndicat National de l’Éducation Physique (SNEP)81.

  • 82 Ses archives sont d’une extrême richesse, malheureusement non classées, ce qui rend la consultatio (...)

18Mais les archives privées les plus riches auxquelles nous avons pu accéder, à Paris, sont celles de Gérard Filoche, militant dès avant 1968, animateur de la section de Rouen puis dirigeant national de l’organisation et initiateur d’une tendance82. Les documents abondent, de toutes sortes, parfois inattendus, comme cette lettre écrite par Pierre Rousset de la prison de la Santé le 29 juillet 1973, et envoyée à la direction nationale de l’organisation dissoute un mois avant. Étant donné le peu de souci des archives qu’avait la direction de la Ligue, le membre du BP ou du CC plus « collectionneur » que les autres pouvait emporter chez lui à peu près tout ce qu’il voulait. La variété des documents conservés chez G. Filoche en témoigne.

19Les militants qui versent spontanément leurs précieux papiers dans un centre d’archives sont rares. Gilles Da Ré, militant toulousain de la Ligue après avoir été militant du PSU, l’a fait, au profit des archives départementales de Haute-Garonne. C’est à partir des papiers confiés aux archives départementales de Moselle par un couple de militants que Y. Kindo a pu mener à bien sa maîtrise sur la LCR en Lorraine du Nord. De même les trois cartons confiés au CERMTRI par un ancien militant de la Ligue de Rouen, Michel Kermiche, nous ont permis de reconstituer la série des bulletins intérieurs de cette importante section de l’organisation jusqu’en 1978, et de lire les comptes rendus de la Commission nationale de la SNCF de la Ligue à laquelle appartenait ce militant cheminot. Mais malheureusement ces attitudes sont plutôt exceptionnelles, beaucoup de militants ou anciens militants nous expliquant que lors d’un déménagement en général, ils se sont débarrassés de leurs papiers.

  • 83 Ainsi, si Rouge se réjouit en mai 1972 de la présence de 50 travailleurs à un meeting tenu par A. (...)

20Nous avons tenté d’élargir ce corpus en recourant aux archives publiques. Les rapports des officiers des renseignements généraux et les rapports des préfets devaient nous permettre d’avoir un regard extérieur sur ce milieu militant. À la demande de dérogation envoyée le 30 septembre 2002, plusieurs centres d’archives départementales ont répondu favorablement : Toulouse, Dijon, Marseille, Clermont-Ferrand. La moisson, bien que moins importante que nous l’aurions espérée, a été malgré tout intéressante. Nous trouvons dans ces sources policières des renseignements très précis sur l’identité des militants : indication de leur date de naissance, de leur profession, de leur adresse. Malheureusement la profession des parents n’est indiquée qu’exceptionnellement. Ces informations seront utiles pour préciser la composition sociale de l’organisation. Par ailleurs les agents des renseignements généraux ont le souci des chiffres. Ces données nous permettent donc de relativiser les chiffres souvent optimistes donnés par Rouge qui évoque volontiers les meetings réussis mais oublie de parler des réunions qui déplacent peu de monde83.

  • 84 AD Haute-Garonne 1681 W 13. Rapport des RG de Toulouse au Directeur des RG (ministre de l’Intérieu (...)

21De même, grâce aux rapports des agents des renseignements généraux toulousains, nous nous rendons compte que dans cette ville, dans l’immédiat après-Mai 68, les principaux artisans des manifestations les plus gauchistes en milieu étudiant sont des militants de la Ligue. Les Cercles rouges sont considérés comme « la fraction la plus extrémiste des révolutionnaires de mai84». Si l’on se contente de Rouge on risque de sous-estimer le « gauchisme » des militants étudiants.

  • 85 A.-M. Pavillard, à l’époque étudiante en histoire à Toulouse et militante de la Ligue à Tarbes, es (...)
  • 86 AD Hautes-Pyrénées. Koh, journal des élèves des lycées Marie-Curie et Théophile-Gautier (3 JB 324) (...)
  • 87 Ibid., Koh n° 3, mars 1970.
  • 88 Ibid., Unir les Cheminots (CGT), n° 10, septembre 1968, p. 2.

22Même quand, dans un dépôt d’archives départementales, nous devons nous contenter des sources en accès libre, la visite n’est pas inutile. Nous l’avons expérimenté lors d’un déplacement à Tarbes (AD des Hautes-Pyrénées) au printemps 2000. Les archives privées qu’Anne-Marie Pavillard avait déposées, nous avait-on assuré85, étant inexistantes, nous nous sommes rabattus sur la presse locale, La Nouvelle République des Pyrénées et La Dépêche du Midi. Nous avons consulté aussi le journal des élèves des Lycées Marie-Curie et Théophile-Gautier, celui de l’Arsenal de Tarbes et le bulletin des cheminots CGT (1967-1970)86. Grâce à ces documents nous avons pu mesurer l’abîme qui pouvait séparer les habitants de cette petite ville des militants de la Ligue, pour la plupart étudiants toulousains, qui apparaissent comme en mission dans ces terres lointaines. Olivier Picot, élève de Terminale, critique les « Che Guevara en chambre » et les « vieux étudiants qui prennent le lycée ou la faculté pour un lieu de stratégie révolutionnaire87», et le rédacteur du bulletin syndical se désole que « l’intervention des pays socialistes en Tchécoslovaquie ait déchaîné une telle tempête de protestations88».

23Mais une des découvertes les plus originales, nous l’avons faite hors de l’Hexagone, lors d’un voyage en Californie au cours de l’été 2000. Aux Archives Hoover sur le campus de Stanford, nous avons consulté les papiers déposés par la famille du militant trotskyste américain Joseph Hansen (1910-1979), militant du Socialist Workers Party (SWP) jusqu’à sa mort. Nous avons pu constater qu’à partir du milieu des années soixante-dix, il est en correspondance régulière avec deux des composantes du trotskysme français, la LCR, partie prenante comme le SWP, du SU de la Quatrième Internationale, mais aussi l’OCI. On peut ainsi mesurer ses efforts, qui resteront vains, pour réunifier le trotskysme français. La plongée dans les papiers personnels de Hansen nous permet de noter aussi la différence culturelle entre le trotskysme américain et le rameau du trotskysme français que constitue la LCR. Par exemple bien souvent les lettres des Français arrivent non datées, non dactylographiées, ce qui n’est jamais le cas des courriers envoyés par Hansen. À leur arrivée les lettres des Français sont d’ailleurs immédiatement et systématiquement marquées du tampon dateur du SWP. L’approximation n’est pas de mise au SWP.

24Même si sur telle ou telle ville, sur tel ou tel secteur d’intervention nous regrettons de ne pas avoir des séries complètes de documents, dans l’état actuel de notre documentation sur la LCR, on ne peut pas dire que l’archive manque à l’historien. Si nous avions quelques inquiétudes en début de recherche, la découverte d’archives privées et l’ouverture de quelques centres d’archives publiques nous ont rassuré.

Statut différent des sources internes

  • 89 La section LCR d’Aix (environ 40 militants) exige qu’à la clôture du congrès de ville des 8-9 mars (...)
  • 90 Ainsi les circulaires ne rendent pas compte de la décision de subtiliser du matériel radio dans l’ (...)

25Nous avons déjà vu le parti que nous pouvons tirer du croisement des sources. Quand nous ne pourrons pas croiser source interne à la Ligue et source externe (regard du policier ou du journaliste non militant), nous confronterons source écrite et témoignage oral. Il n’en reste pas moins que nous avons travaillé surtout sur des textes produits par l’organisation. Ceux-ci sont de plusieurs types et méritent à ce titre une attention différente. Certains étaient destinés à rester dans le domaine du privé : lettres entre militants, lettres de démission de l’organisation adressées en général à la cellule ou à la section locale. Les documents internes à notre disposition sont nombreux, bulletins intérieurs nationaux et locaux (bulletins de discussion préparatoires aux congrès), mais aussi comptes rendus des CC ou même des directions locales. Notons d’ailleurs l’extrême attention dont ces textes font l’objet de la part des directions89. Contenant des bilans chiffrés, rendant compte du travail dans les syndicats, il faut absolument éviter qu’ils ne tombent dans des mains indiscrètes. À lire ces documents on sent véritablement battre le pouls de l’organisation, même si certaines décisions échappaient à la base90.

  • 91 Serge Wolikow note l’importance, pour l’histoire du communisme, de l’ouverture des archives russes (...)
  • 92 Inprecor, bimensuel publié sous la responsabilité du SU de la Quatrième Internationale, reprend le (...)
  • 93 Cité dans Neveu (E.), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, « Repères », 2001, p. 83.

26À côté de cette littérature interne91, la Ligue a produit une quantité considérable de textes publics. Son système de presse a toujours été très développé si on le rapporte à ses forces militantes. La parution de son hebdomadaire Rouge, initiée en octobre 1968, n’a pas été interrompue par la dissolution de juin 1973. Du lundi 15 mars 1976 au 2 février 1979, il est même devenu quotidien, en tout 857 numéros, il est vrai sur un format plus modeste que les grands quotidiens actuels, en général sur douze pages mais sans publicité ni annonces. Bien évidemment la presse de la Ligue ne se limite pas à Rouge. Des publications mensuelles, trimestrielles ou à périodicité plus aléatoire complètent l’organe central : la revue Quatrième Internationale puis Inprecor92, Afrique en lutte, les Cahiers du Féminisme, les Cahiers de la Taupe, Critique communiste et Critiques de l’Économie politique, pour nous en tenir aux plus importantes. Ces textes à visée propagandiste méritent une extrême vigilance de la part de l’historien. Certains silences de Rouge en particulier sont assourdissants. En effet le rôle de Rouge était de transmettre une vérité officielle. Comme le dit le Chat du dessinateur Geluck, « en lisant le journal, les gens croient apprendre ce qui se passe dans le monde. En réalité ils n’apprennent que ce qui se passe dans le journal93 ». Nous avons dépouillé systématiquement ces publications de 1968 à 1981.

  • 94 Rq n° 716, 5-6 août 1978. B. Fraenkel demande aux rédacteurs de Rouge « d’élargir la rubrique cour (...)
  • 95 Rq n° 384, 28 juin 1977. « Comment le courrier est-il choisi ? ».

27Rouge a été aussi le lieu d’expression des lecteurs, notamment à l’époque où il fut quotidien. Boris Fraenkel notait d’ailleurs le grand intérêt de ce courrier des lecteurs94. Bien sûr il serait intéressant de savoir quelles lettres la direction du journal a décidé de ne pas publier. Cela nous ne le saurons pas. Cependant la rédaction, en réponse à des questions souvent posées sur ce sujet, précise qu’elle publie des lettres représentatives des « thèmes, critiques, propositions qui reviennent fréquemment », ajoutant que « la rubrique courrier […] est grosso modo le reflet des grandes tendances qui se dégagent dans les lettres95». En effet les lettres publiées ne vont pas obligatoirement dans le sens de la direction, ni sur la question de la violence, ni sur les questions de sexualité par exemple. Nous y reviendrons. Par contre la direction utilise le courrier des lecteurs pour contribuer à faire échec à la tentative de rapprochement entre la LCR et l’OCI à la fin des années soixante-dix. Il y eut à cette occasion une véritable instrumentalisation du courrier des lecteurs.

  • 96 Peschanski (D.), Discours communiste et « grand tournant ». Étude du vocabulaire de L’Humanité (19 (...)
  • 97 Antoine Prost présente clairement son intérêt mais aussi sa difficile mise en œuvre dans RÉMOND (R (...)
  • 98 Ce faisant nous suivons toujours les conseils de D. Peschanski qui conseille la « mise en série », (...)

28Face à cette masse documentaire nous avions à l’esprit les recherches menées par Denis Peschanski sur le vocabulaire de L’Humanité de janvier 1934 à août 193696. Conscient de la difficulté d’une telle approche et surtout du temps qu’elle nous aurait pris, tout en reconnaissant sa fécondité97, nous nous sommes contentés de quelques observations à propos des articles de Rouge sur le terrorisme. Nous avons privilégié l’étude de tel ou tel thème sur la durée98 notant ainsi les inflexions ou même parfois les changements de position sur des problèmes importants, ce que nous désignons sous le nom d’aggiornamenti.

Les sources orales

29Travaillant sur une période très contemporaine et les acteurs de cette page d’histoire étant pour la plupart encore en vie, nous nous devions de rechercher leurs témoignages. Certains s’y sont essayés avant nous, leur expérience nous a été précieuse. On peut considérer les témoignages recueillis par l’enquêteur comme des « traces », contribuant comme l’écrit à faire avancer la connaissance historique. Les entretiens ont une portée heuristique.

  • 99 Descamps (F.), L’Historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale (...)
  • 100 Ibid., p. 512.
  • 101 Beaud (S.), Weber (F.), Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998. Philippe Joutar (...)
  • 102 Blanchet (A.), Gotman (A.), L’Enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan Université, 199 (...)
  • 103 F. Descamps appelle à la vigilance « sur l’appréciation conformiste faite en fonction des attentes (...)

30Tout d’abord nous nous sommes efforcé de constituer un corpus de témoins « représentatifs », à tout le moins « polyphonique » pour reprendre la formule imagée de Florence Descamps99. Continuant à suivre ses conseils, nous avons privilégié les témoins « moyens » ou « petits » par rapport aux « grands » témoins, car sur ces derniers pèsent de « lourds enjeux de mémoire collectifs ou d’image publique100». Nous avons vu des ouvriers, des employés, des enseignants, certains ayant été membres du CC. À l’enquête par questionnaire nous avons préféré l’entretien non directif, « la succession des questions réglées empêchant tout imprévu, tout déclenchement d’une dynamique de l’entretien101 ». Nous aurions souhaité prolonger notre enquête mais le temps nous a manqué et nous commencions à noter le caractère redondant de certaines informations, notamment sur le profit intellectuel que beaucoup disent avoir retiré du passage à la Ligue. Comme l’expliquent Alain Blanchet et Anne Gotman, à partir d’un certain nombre d’entretiens, les informations recueillies semblent n’apporter plus rien de nouveau102. De plus, et ceci nous a amené à peu solliciter les témoins dont nous nous sentions trop proches, nous avons craint qu’une trop grande proximité humaine entre nous et la personne interrogée n’altère le témoignage103.

  • 104 Cette belle formule est également empruntée à Descamps (F.), op. cit., p. 52.
  • 105 Descamps (F.), op. cit., p. 491.
  • 106 Toujours une formule de Descamps (F.), op. cit., p. 491.
  • 107 Lavabre (M.-C.), Histoire, mémoire et politique : le cas du PC, thèse de science politique, Paris, (...)
  • 108 Beaud (S.), Weber (F.), Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998.
  • 109 Nous donnons les références précises en bibliographie.

31D’ailleurs, ce n’est pas seulement en fonction du dialogue avec l’archiviste oral que « la mémoire retisse la passé104». D’autres facteurs interviennent, comme l’oubli, « l’inventé (par souci logique), l’imaginaire (du rêve, du désir, de l’idéal) » ou « des informations objectives sur le passé105». La vie qui a coulé entre en jeu bien sûr, tout ceci contribuant à faire du témoignage a posteriori un document « profondément métissé106 ». Ceci ne nous a pas amené à rejeter ces témoignages ni à leur donner un statut à part mais à exercer notre vigilance à leur endroit, comme nous l’avons fait pour les autres matériaux. La distinction faite par Marie-Claire Lavabre entre la mémoire qui est « vérité » du présent et l’histoire « réalité » du passé107 nous a aidé à maintenir une posture de « doute méthodique108 ». Enfin, nous ne nous sommes pas privés d’utiliser mémoires et récits de vie109.

La méthode : pour une histoire sociale et culturelle du politique

  • 110 Vigreux (J.), Ubbiali(G.), « Questions d’historiographie à propos du trotskysme », Cahiers Léon Tr (...)
  • 111 Laborie (P.), L’Opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale, Paris (...)

32Nous nous efforcerons toujours d’éviter deux travers contre lesquels J. Vigreux et G. Ubbiali mettent en garde, « le sensationnalisme et les révélations à tout prix » et « l’histoire édifiante110 ». Ni journaliste à sensation, ni militant, historien tout simplement, nous reprenons à notre compte cette profession de foi de Pierre Laborie : « Plutôt que de se contenter de dénoncer, condamner ou distribuer des médailles, d’une position confortable, il me paraissait plus utile d’essayer de dégager des éléments d’explication à des comportements souvent déroutants, pour certains incompréhensibles à première vue111 ».

  • 112 Rémond (R.), dir., Pour une histoire politique, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1988, 1996.
  • 113 Notons cependant, comme le montre Pierre Milza dans la préface de sa réédition que, dès 1913, Andr (...)
  • 114 Pudal (B.), Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, PFNSP, 1989.
  • 115 Sawicki (F.), Les Réseaux du PS. Sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin, 1997.

33Dès 1988, René Rémond demandait aux historiens de ne pas se satisfaire seulement d’une histoire des idées, mais de faire aussi une « étude sociale du politique112». La participation à ce chantier de chercheurs des divers domaines des sciences sociales allait amener un renouvellement profond de l’histoire politique113. Deux ouvrages, mais nous aurions pu prendre de nombreux autres exemples, l’un sur le PC114 l’autre sur le PS115, nous semblent illustrer tout à fait la fécondité de cette démarche.

  • 116 Sirinelli (J.-F.), « L’histoire politique et culturelle », Sciences humaines, hors-série n° 18, se (...)
  • 117 Abélès (M.), Jeudy (H.-P.), Anthropologie du politique, Paris, A. Colin, coll. « U », 1997 ou Rivi (...)

34Nous ne nous contenterons pas d’étudier l’évolution de la Ligue communiste de 1968 à 1981, son programme et ses débats internes, nous nous intéresserons aussi à l’origine sociale, aux professions des militant(e)s. Ces individus venus d’horizons divers tentent de s’agréger pour construire un parti, un parti révolutionnaire, en s’inspirant d’un modèle ancien, le bolchevisme. Comment s’y sont-il pris, quelles ont été leurs difficultés ? Ils se sont simultanément tournés vers leurs concitoyens, avec quels résultats ? Nous les verrons présenter très tôt des candidats aux élections. Ils avaient pourtant essayé de les tourner en dérision en juin 1968. Cet intérêt durable pour l’arène électorale n’est pas sans conséquence sur eux. Mais les militants n’abandonnent pas les autres terrains d’intervention, syndicats et diverses « organisations de masse ». Bien sûr nous travaillerons sur les textes, sur les discours produits par ces militants. Leur masse est considérable et un peu obsédante. Ces textes nous permettront d’étudier « les croyances, les normes, les valeurs » de ces militants, de voir comment « ils représentent et se représentent le monde qui les entoure116». Ils ne désertent pas non plus la rue et ils sont tentés un moment par des actions violentes minoritaires. Les anthropologues nous convient à scruter les rituels politiques, la manifestation et le meeting, comme démonstrations de force s’ordonnant selon un canevas bien précis117. L’étude de la mise en représentation doit compléter l’étude du discours.

  • 118 Dès son numéro 37, 17 novembre 1969, Rouge consacre une double page à la révolution d’octobre (p. (...)
  • 119 Ainsi dans le Nouvel Observateur n° 1987, 5-11 décembre 2002, p. 57, François Sabado, dirigeant de (...)
  • 120 Dans son livre très stimulant, Les Baby-Boomers, une génération 1945-1969, Paris, Fayard, 2003, J. (...)

35Nous nous demanderons, mais en ne prenant que quelques exemples, si ces militants qui se revendiquent comme les héritiers de Léon Trotsky118, sont vraiment et durablement marqués par cette matrice. La distanciation de plus en plus visible de la LCR vis-à-vis de ce passé119 a-t-elle commencé dès les années soixante-dix ? Peut-on percevoir ces évolutions dans le langage utilisé ? Ces efforts ont-ils donné naissance à une nouvelle culture politique, enrichissant le panorama politique français, ou cet engagement n’a-t-il correspondu qu’à la crise d’adolescence des baby-boomers120 ?

  • 121 Hamon et Rotman s’étaient surtout intéressés aux leaders parisiens, dans Génération, op. cit.

36Nous nous intéresserons aussi à la façon qu’ils ont de vivre ensemble, à leur sociabilité. Nous tenterons d’appréhender la Ligue comme « société ». Comment s’est fait le brassage entre générations différentes, entre milieux sociaux différents, entre hommes et femmes ? Quels rapports entretenaient dirigeants et militants de base ? Nos sources nous ont permis de scruter les militants de province, jusqu’ici peu visibles121. Comme les militants parisiens, ils passent beaucoup de temps ensemble, mais leur petit nombre ne leur permet pas de constituer un microcosme autosuffisant. Par de multiples canaux (l’emploi occupé, la famille biologique…), ils sont hommes et femmes de la société française des années soixante-dix. On les voit souvent partagés entre les exigences de leur groupe politique et celles de leur famille, de leur métier. Leur envie de vivre (voyager, se cultiver, aimer) tout simplement, les met souvent en porte-à-faux. La plupart du temps la contradiction se dénoue paisiblement, par la démission, parfois plus tragiquement, par le suicide.

  • 122 Sur l’histoire du Temps Présent ou histoire immédiate, sur ses méthodes, voir Soulet (J.-F.), L’Hi (...)
  • 123 Nora (P.), dir., Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 19 (...)

37Ce renouvellement de l’histoire politique se fait parallèlement à l’essor de l’histoire du temps présent, temporalité dans laquelle s’inscrit notre objet d’étude, mais à laquelle nous-même appartenons. L’histoire du monde très contemporain est désormais reconnue par l’Université, notamment depuis la création au sein du CNRS d’un laboratoire spécifique, l’Institut d’Histoire du Temps Présent122. Notre appartenance au temps de notre étude, le fait que nous ayons été, à une place modeste, acteur de cette histoire, suscite des questions auxquelles nous nous devons de répondre. Pierre Nora demande à l’historien d’avouer le lien étroit qu’il entretient avec son travail : « un intérêt avoué et élucidé offre un abri plus sûr que de vaines protestations d’objectivité123 ».

  • 124 Nora (P.), op. cit., p. 331. Répondant aux questions de Rodolphe Prager, Jean Maitron voyait même (...)
  • 125 Nora (P.), op. cit., p. 286.

38Un peu comme René Rémond, qui explique l’intérêt qu’il porte au fait religieux par son appartenance à l’Église catholique124, notre intérêt pour l’histoire de l’extrême gauche s’explique sans doute par l’appartenance à la Ligue communiste, de 1968 à 1978. Par contre, amorçant notre recherche si longtemps après nos années militantes, nous sommes dans un état d’esprit très différent de celui de Michelle Perrot au moment où elle commençait ses recherches en histoire ouvrière : « Prendre l’histoire ouvrière comme objet de ma recherche me semblait une façon de la rejoindre, voire de la servir en contribuant à sa connaissance et à sa reconnaissance125».

  • 126 Hoggart (R.), La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre(...)
  • 127 Ibid., p. 106.

39Nous ne sommes pas animé par la volonté de servir qui que ce soit, mais nous avons la faiblesse de penser, avec Richard Hoggart126, que notre fréquentation de ce milieu nous a aidé à sentir et à ressentir les joies et les angoisses de ces militants. Richard Hoggart ayant lui-même passé sa jeunesse dans les quartiers populaires, une fois atteinte la maturité, le chercheur se réjouit de pouvoir se remémorer « les odeurs », également partie constitutive de cet univers : « l’odeur de bière et de cigarettes Woodbine que répandent les hommes le samedi soir, l’odeur de poudre de riz et de crème bon marché des sœurs aînées s’apprêtant à sortir, l’odeur du poisson frite […] et surtout la plus omniprésente de toutes peut-être, l’odeur d’urine, qu’elle soit de chat, de chien ou d’homme127 ».

  • 128 Bourdieu (P.), « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, 2-3 juin 197 (...)

40Conscient que notre histoire personnelle conditionne notre perspective, que nous sommes toujours à la merci d’aveuglement ou d’erreurs, nous nous efforcerons d’appliquer les lois qui régissent le champ scientifique, espérant avec Pierre Bourdieu que cette manière de faire « peut déterminer l’apparition de ces produits sociaux relativement indépendants de leurs conditions sociales de production, que sont les vérités scientifiques128 ».

Notes

1 Rouart (J.-M.), Le Figaro, 20-21 avril 1974.

2 28 dans 20 municipalités, dont Saint-Denis, Gennevilliers, Vitry-sur-Seine.

3 Le Monde, 17 mars 1998, p. 43. La liste LCR en Haute-Garonne, conduite par Lucien Sanchez et Éliane Assanelli, a obtenu 5,51 % des voix et deux élus, devançant la liste LO (4,64 %). Ailleurs la situation était en général inverse et LO obtenait 19 élus au total.

4 Outre-mer compris, Le Monde, 23 avril 2002, Cahier des résultats, p. 27-56.

5 La LCR doit se contenter de 1,27 % des suffrages exprimés et l’ensemble de l’extrême gauche de 2,71 %, cf. rettiez (x.), Sommier (I.), dir., La France rebelle, Paris, Éditions Michalon, 2002.

6 Son candidat, R. Hue, obtient 960.480 voix, soit 3,37 % des suffrages exprimés.

7 Dans sa réponse à une question de Christophe Bourseiller, Robert Barcia, un des dirigeants de Lutte Ouvrière, dit que son organisation a participé à 25 campagnes électorales en 30 ans, dans Barcia (R.) alias Hardy, La Véritable histoire de Lutte Ouvrière, Paris, Denoël, 2003.

8 Titre de l’article de Bernard Poulet, Le Débat n° 103, janvier-février 1999.

9 Hamon(H.), Rotman(P.), Génération : t.1, Les Années de rêve ; t.2, Les Années de poudre, Paris, LeSeuil, 1987 et 1988.

10 Brochier (J.-C.), Delouche (H.), Les Nouveaux sans-culottes. Enquête sur l’extrême gauche, Paris, Grasset, 2000.

11 Pingaud (D.), La Gauche de la gauche, Paris, Le Seuil, 2000.

12 Koch (F)., La Vraie nature d’Arlette Laguiller, Paris, Le Seuil, 1999.

13 Bourseiller (C.), Cet étrange Monsieur Blondel, Paris, Bartillat, 1997.

14 Campinchi (Ph.), Les Lambertistes. Un courant trotskyste français, Paris, Balland, 2000.

15 Tout au long de l’année 1999, de nombreux organes de presse publient des témoignages d’anciens militants de l’OCI affirmant que L. Jospin avait bien été des leurs (François Chesnais et Jacques Kirsner dans Libération, 8 juin 1999, information reprise par Le Monde, 9 juin 1999, Patrick Dierich dans le Journal du Dimanche, 4 juillet 1999… entre autres).

16 L. Jospin a reconnu qu’il avait été trotskyste le 5 juin 2001, lors d’un discours à l’Assemblée nationale.

17 Article de Jérôme Bourbon, dans Écrits de Paris, avril 2002, 1 Rue d’Hauteville, Paris 75010.

18 Voir nos comptes rendus de lecture conjoints dans Dissidences-Blemr n° 10, février 2002, p. 42-43, Askolovitch (C.), Lionel, Paris, Grasset, 2001 et Raffy (S.), Jospin. Secrets de familles, Paris, Fayard, 2001, et dans Dissidences-Blemr n° 11, juin 2002, p. 41-43, Charpier (F.), Histoire de l’extrême gauche trotskyste de 1929 à nos jours, Paris, Éditions 1, 2002 ; Nick (C.), Les Trotskystes, Paris, Fayard, 2002 ; Enoch (L.-M.), Cheneseau (X.), Les Taupes Rouges. Les Trotskystes de Lambert au cœur de la République, Paris, Manitoba, 2002 ; Chénel (G.), Le Fils caché de Trotsky, Paris, Christine Derrey, 2002.

19 Ce sont les mots utilisés par Nick (C.), op. cit., p. 128.

20 Nous reviendrons ultérieurement sur cette question de la violence minoritaire et du terrorisme.

21 Figuères (L.), Le Trotskysme, cet anti-léninisme, Paris, Éditions sociales, 1969.

22 Marie (J.-J.), Le Trotskysme, Paris, Flammarion, « Questions d’histoire », 1970, 140p.

23 Ibid, p. 88-89. Le qualificatif de « Pablistes » (de Michel Pablo, dirigeant de la QI après la guerre) est utilisé par l’OCI pour désigner les militants de la Ligue et du SU de la QI, bien que ceux-ci aient rompu avec Pablo depuis 1964. Il sont accusés de réviser la doctrine trotskyste.

24 Lequenne (M.), « Trotsky et le trotskysme », Encyclopaedia universalis, Paris, 2002, t. 22, p. 1025-1029.

25 De la même manière que l’OCI qualifie la Ligue de « pabliste », les militants de la Ligue qualifient celle-ci et leurs militants de « lambertistes », du nom de Pierre Lambert (Boussel de son vrai nom), leur principal dirigeant.

26 Propos recueillis par nous chez M. Lequenne, à Paris, le 21 décembre 2002.

27 Marie (J.-J.), Trotsky, le trotskysme et la Quatrième Internationale, PUF, « Que Sais-Je ? », 1980.

28 Bensaïd (D.), Les Trotskymes, PUF, « Que Sais-Je ? », 2002. Daniel Bensaïd, dirigeant de la Ligue communiste depuis sa création et de la Quatrième Internationale, est enseignant en philosophie à l’Université de Paris VIII-Saint-Denis.

29 Les Morénistes sont des trotskystes se revendiquant de l’héritage politique de Nahuel Moreno (1924-1987), dirigeant argentin du PST.

30 Carré rouge n° 21, mars-avril 2002, p. 61-68.

31 Marie (J.-J.), Le Trotskysme et les trotskystes, Paris, Armand Colin, 2002.

32 Cahiers Léon Trotsky n° 79, décembre2002. « Notes de lectures », p. 115-116.

33 Avenas (D.), La Pensée de Léon Trotsky, Toulouse, Privat, 1975.

34 Brossat (A.), Aux origines de la révolution permanente, la pensée politique du jeune Trotsky, Paris, Maspero, 1974. En 1971 A. Brossat et D. Avenas tentaient de réfuter les principales critiques adressées au trotskysme, dans De l’antitrotskysme. Éléments d’histoire et de théorie…, Paris, Maspero.

35 P. Sorlin était professeur d’histoire à l’université de Paris VIII, Irène assistante de recherche au CNRS. Leur ouvrage, Lénine-Trotsky-Staline, 1921-1927, Paris, A. Colin, coll. « Kiosque », 1961, est réédité dans la collection « U2 » en 1972.

36 Broué (p.), Témime (É.), La Révolution et la guerre d’Espagne, Paris, Minuit, 1961.

37 Broué (P.), Le Parti bolchevique, Paris, Minuit, 1963. Présentation des textes de Trotsky sur la France dans Trotsky (L.), Le Mouvement communiste en France (1919-1939), Paris, Minuit, 1967.

38 Trotsky (L.), Œuvres, 27 volumes parus, Publication de l’Institut Léon Trotsky, épaulé par le CNRS.

39 Broué (P.), Trotsky, Paris, Fayard, 1988, 1105 pages.

40 Cahiers Léon Trotsky n° 79, décembre 2002, compte-rendu de la journée d’étude organisée par l’université de Dijon le 5 juin 2002, sous la direction de Serge Wolikow, « L’histoire de l’extrême gauche française : le cas du trotskysme. Une histoire impossible ? ».

41 Voir notamment les pages 20-21, dans Baechler (J.), Politique de Trotsky, Paris, A. Colin, coll. « U », 1968.

42 Dreyfus (M.), « Sur l’histoire du mouvement trotskyste en Europe de 1930 à 1952 », Le Mouvement social n° 96, juillet-septembre 1976, p. 111-124.

43 Pluet-despatin (J.), La Presse trotskyste en France de 1926 à 1968, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1978.

44 Droz (J.), dir., Histoire générale du socialisme, t. 4, De 1945 à nos jours, Paris, PUF, 1978, chap. 8, « Le gauchisme », p. 625-658.

45 Ory (P.), dir., Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1987. Voir Portelli (H.), « Le débat marxiste à la lumière russe », p. 508-518, Bernard (J.-P.), « Une pensée 68 ? », p. 695-713.

46 Dans Sirinelli (J.-F.), dir., Dictionnaire historique de la vie politique française au xxe siècle, PUF, 1995, Lazar (M.), « Trotskysme », p. 1024-1025.

47 Notamment son chapitre IV, « La crise de 1968 et la naissance du gauchisme », p.286-307, dans Dreyfus (F.-G.), Histoire des gauches en France, 1940-1974, Paris, Grasset, 1975.

48 Vingtième Siècle, revue d’histoire, n° 22, avril-juin 1989, « Les Générations », notamment Buton (Ph.), « Les Générations communistes », p. 81-91.

49 Vingtième siècle, revue d’histoire, n° 44, octobre-décembre 1994, « La culture politique en France depuis de Gaulle », Lazar (M.), « L’invention et la désagrégation de la culture communiste », p. 9-18.

50 Berstein S., dir., Les Cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999, Manfredonia (G.), « Persistance et actualité de la culture politique libertaire », p. 243 et sq.

51 Dreyfus (M.), Groppo (B.), Pennetier (Cl.), dir., Le Siècle des communismes, Paris, l’Atelier, 2000.

52 Dissidences-Blemr n° 8, mai 2001, Salles (J.-P.), Moreau (A.), Lanuque (J.-G.), « Communismes au pluriel ? Autour du siècle des communismes », p. 3-4.

53 Voir notamment les deux articles de Lindenberg (D.), dans Becker (J.-J.) et Candar (G.), dir., Histoire de Gauches en France, vol. 2, Paris, La Découverte, 2004, p. 119-134 et p. 627-644.

54 Publié par les éditions de l’Atelier avec le soutien du CNRS. Il existe désormais une version CD-Rom de l’ouvrage.

55 Nous devons à l’amitié de J.-G. Lanuque, coordonnateur du corpus extrême gauche, d’avoir pu consulter quelques biographies non encore éditées, celle d’A. Krivine par exemple.

56 Op. cit.

57 Dissidences Blemr n° 3, septembre 1999, Lanuque (J.-G.), Moulain (S.), Salles (J.-P.), avec la participation de Marchetti (C.), « Bibliographie thématique : le mouvement trotskyste en France, des origines à aujourd’hui », p. 33-39

58 Cahiers Léon Trotsky, op. cit., p. 83-90.

59 Godchau (J.-F.), « Les Origines de la Quatrième Internationale », mémoire de maîtrise sous la dir. de R. Rémond, université Paris I, 1969. Hirsch (R.), « Le Mouvement trotskyste en France de 1929 à 1933 : les idées et les hommes », mémoire de maîtrise sous la dir. de J. Droz, université ParisI, 1974. Gluckstein (D.), « Aux origines du trotskysme français, 1924-1929 », mémoire de maîtrise, université Paris VIII, 1974.

60 Brabant (J.-M.), « Les partisans de la Quatrième Internationale en France sous l’Occupation (POI, CCI, groupe Octobre) et leur fusion », mémoire de maîtrise, université Paris VIII, 1976. Malaisé (C.), « Trotskysme et engagements militants en France de 1938 à 1944 », mémoire de maîtrise, université de Nancy II, 2001.

61 Faburel (V.), « La Jeunesse communiste révolutionnaire d’avril 1966 à juin 1968 », mémoire de maîtrise, université de Paris I, 1988.

62 Kindo (Y.), « La Ligue communiste révolutionnaire en Moselle et dans le bassin de Longwy (1968-1986) », mémoire de maîtrise, université de Metz, 1996.

63 Jarrige (P.), « Les organisations politiques maoïstes et trotskystes à Bordeaux des lendemains de Mai 68 jusqu’en 1981 », mémoire de maîtrise, université de Bordeaux, 1997.

64 Cariou (P.), « La Ligue communiste révolutionnaire (LCR) en Charente-Maritime dans les années soixante-dix », mémoire de maîtrise, université de La Rochelle, juin 2003.

65 Saglio (T.), « On n’entre pas comme ça à la Ligue. Le recrutement des militants de la LCR », mémire de DEA, IEP de Strasbourg, 1995-1996.

66 Yon (K.), « La Ligue communiste et le mouvement lycéen contre la loi Debré (printemps 1973) : rôle et place d’une “avant-garde” dans le mouvement des masses », mémoire de science politique, IEP de Paris, 1999.

67 Kernalegenn (T.), « Drapeaux rouges et gwenn-ha-du. L’extrême gauche et la Bretagne dans les années soixante-dix », mémoire de DEA, IEP de Rennes, 2001-2002.

68 Dreyfus (M.), Bureau de Londres ou Quatrième Internationale : socialistes de gauche et trotskystes en Europe, Paris, EHESS, 1978.

69 Hémery (D.), Révolution vietnamienne et pouvoir colonial en Indochine. Communistes, Trotskystes, Nationalistes à Saïgon de 1932 à 1937, Paris, Maspero, 1975.

70 Sommier (I.), La Violence politique et son deuil, Rennes, PUR, 1998.

71 Op. cit., « À gauche de la gauche », p. 249-275.

72 Choffat (T.), « Lutte Ouvrière », mémoire de DEA de science politique, université de Nancy, 1991, 120 p.

73 Voir la bibliographie indicative établie par Pierre Lévy, dans Dissidences-Blemr n° 9, octobre 2001, p. 19-20 et la contribution de Ubbiali (G.), « Militer à GC-UC-VO-LO ou les trois états de la matière » dans Cahiers Léon Trotsky n° 79, décembre 2002, p. 55-70, compte-rendu de la journée d’étude de Dijon (5 juin 2002). Dans l’attente d’une étude universitaire exhaustive sur LO, nous devons nous contenter de l’histoire officielle faite par Barcia (R.), op. cit.

74 Le Cermtri est situé 28, rue des Petites-Ecuries, 75010 Paris.

75 Brandely (E.), « L’OCI-PCI de 1965 à 1985. Contribution à l’histoire nationale d’une organisation trotskyste », mémoire de maîtrise sous la dir. de J. Vigreux, université de Bourgogne, juin 2001.

76 Dreyfus (M.), Les Sources de l’histoire ouvrière, sociale et industrielle en France, xixe-xxe siècles, Paris, éditions Ouvrières, 1987.

77 Mémoires de 68, Guide des sources d’une histoire à faire, Paris, Verdier, 1993.

78 Dans Rh n° 74-75-76, spécial août 1970, est lancée l’idée d’ouvrir une salle d’archives (p. 23). Une circulaire envoyée par la direction aux DS-DV, datée du 27 janvier 1972, demande aux militants de faire remonter vers Paris les documents concernant le mouvement trotskyste qu’ils pourraient avoir en main, non pas dans un « souci archéologique » mais dans le but de faire une histoire qui « démolira nombre d’idées toutes faites ou préconçues » (dans APJPS).

79 Cahiers Léon Trotsky, op. cit., Dreyfus (M.), « Sur l’histoire du trotskysme au début des années soixante-dix, à partir des fonds recueillis à la BDIC », p. 15-22.

80 C’est le cas de la lettre de démission adressée à ses camarades de la Ligue de Montbéliard par cet ouvrier de Peugeot habitant à Audincourt, que nous a fait lire G.H. Nous l’avons recopiée.

81 P. Laguillaumie, ancien militant de la Ligue, professeur d’éducation physique et sportive, était un des animateurs de l’intervention dans ce secteur. Le Chrono enrayé, supplément à la revue École Émancipée, se voulait un « bulletin d’étude critique destiné aux étudiants et enseignants en éducation physique ». Les militants de la Ligue y étaient hégémoniques. En première page du premier numéro, dans le « O » de Chrono figurent la faucille et le marteau et plus bas une citation de Trotsky.

82 Ses archives sont d’une extrême richesse, malheureusement non classées, ce qui rend la consultation difficile.

83 Ainsi, si Rouge se réjouit en mai 1972 de la présence de 50 travailleurs à un meeting tenu par A. Krivine à Mâcon (Rh n° 157, 13 mai 1972), l’agent des renseignements généraux chargé de suivre la campagne du candidat de la Ligue aux élections législatives de 1973 note le faible nombre de participants aux réunions dans cette ville : « Une demi-douzaine de réunions qui ont toujours moins de dix personnes, souvent les mêmes » (AD Côte d’Or, 1194W228, R.G. Mâcon, 1ermars 1973).

84 AD Haute-Garonne 1681 W 13. Rapport des RG de Toulouse au Directeur des RG (ministre de l’Intérieur), 19 novembre 1968, 1 page.

85 A.-M. Pavillard, à l’époque étudiante en histoire à Toulouse et militante de la Ligue à Tarbes, est aujourd’hui employée à la BDIC de Nanterre. Elle aurait déposé les archives de la Ligue de Tarbes du début des années soixante-dix aux archives départementales. Nous n’en avons pas trouvé la trace.

86 AD Hautes-Pyrénées. Koh, journal des élèves des lycées Marie-Curie et Théophile-Gautier (3 JB 324), Présence-Arsenal de Tarbes (3 JB 246), Unir les cheminots (CGT) 1967-1970 (3 JB 275).

87 Ibid., Koh n° 3, mars 1970.

88 Ibid., Unir les Cheminots (CGT), n° 10, septembre 1968, p. 2.

89 La section LCR d’Aix (environ 40 militants) exige qu’à la clôture du congrès de ville des 8-9 mars 1975 les militants restituent les 25 bulletins intérieurs parus depuis l’ouverture des débats. Chaque exemplaire était numéroté (APGF, Carton n° 4).

90 Ainsi les circulaires ne rendent pas compte de la décision de subtiliser du matériel radio dans l’usine Brown-Boveri (à Baden en Suisse) pour équiper la section bolivienne de la Q.I. C’est par Le Monde, (29 avril 1970, p. 4) qu’on apprend l’arrestation d’Hubert Krivine et de deux militants suisses.

91 Serge Wolikow note l’importance, pour l’histoire du communisme, de l’ouverture des archives russes, notamment celles du Komintern, qui contiennent ce type de documents (lettres, rapports d’activité…). Elles permettent « d’émanciper l’histoire ouvrière des archives policières, mais aussi des documents officiels », c’est-à-dire publics, des organisations, dans Wolikow (S.), dir., Une histoire en révolution ? Du bon usage des archives, de Moscou et d’ailleurs, Dijon, éditions universitaires de Dijon, 1996, p. 15.

92 Inprecor, bimensuel publié sous la responsabilité du SU de la Quatrième Internationale, reprend le titre de la revue de l’Internationale Communiste après sa création en 1919 (International Press Correspondance). Volonté de filiation.

93 Cité dans Neveu (E.), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, « Repères », 2001, p. 83.

94 Rq n° 716, 5-6 août 1978. B. Fraenkel demande aux rédacteurs de Rouge « d’élargir la rubrique courrier des lecteurs, la (presque) unique partie du journal vraiment intéressante ».

95 Rq n° 384, 28 juin 1977. « Comment le courrier est-il choisi ? ».

96 Peschanski (D.), Discours communiste et « grand tournant ». Étude du vocabulaire de L’Humanité (1934-1936), thèse de 3e cycle, université Paris I, 1981, multigraphiée.

97 Antoine Prost présente clairement son intérêt mais aussi sa difficile mise en œuvre dans RÉMOND (R.), dir., Pour une histoire politique, Paris, Le Seuil, 1988, « Les mots », p. 255-286.

98 Ce faisant nous suivons toujours les conseils de D. Peschanski qui conseille la « mise en série », dans Wolikow (S.), op. cit., p. 125.

99 Descamps (F.), L’Historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, Paris, 2001, p. 489.

100 Ibid., p. 512.

101 Beaud (S.), Weber (F.), Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998. Philippe Joutard se dit lui aussi « favorable à un entretien peu directif, qui accepte le maximum de digression », dans « Problèmes de méthodes en histoire orale », Table ronde, Bulletin de l’IHTP, juin 1980, p. 31.

102 Blanchet (A.), Gotman (A.), L’Enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan Université, 1992. Guy Michelat est plus précis : « au-delà de trente ou quarante entretiens, les entretiens supplémentaires n’apportent plus une information suffisante pour justifier l’augmentation du corpus », dans Michelat (G.), « Sur l’utilisation de l’entretien non-directif en sociologie », Revue française de Sociologie, XVI, 1975, p. 229-247.

103 F. Descamps appelle à la vigilance « sur l’appréciation conformiste faite en fonction des attentes que le témoin croit déceler chez l’archiviste-oral », op. cit., p. 510.

104 Cette belle formule est également empruntée à Descamps (F.), op. cit., p. 52.

105 Descamps (F.), op. cit., p. 491.

106 Toujours une formule de Descamps (F.), op. cit., p. 491.

107 Lavabre (M.-C.), Histoire, mémoire et politique : le cas du PC, thèse de science politique, Paris, 1992, p. 103. Cette thèse a été publiée sous le titre Le Fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, PFNSP, 1994.

108 Beaud (S.), Weber (F.), Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998.

109 Nous donnons les références précises en bibliographie.

110 Vigreux (J.), Ubbiali(G.), « Questions d’historiographie à propos du trotskysme », Cahiers Léon Trotsky n° 79, décembre 2002, p. 11-14.

111 Laborie (P.), L’Opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 2002, Préface à la deuxième édition, p. 18.

112 Rémond (R.), dir., Pour une histoire politique, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1988, 1996.

113 Notons cependant, comme le montre Pierre Milza dans la préface de sa réédition que, dès 1913, André Siegried (Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, Imprimerie nationale, 1995) plaidait en faveur d’une démarche pluridisciplinaire et insistait sur les forces profondes (la prégnance du facteur religieux, le rôle de la géographie aussi), pour expliquer les comportements politiques.

114 Pudal (B.), Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, PFNSP, 1989.

115 Sawicki (F.), Les Réseaux du PS. Sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin, 1997.

116 Sirinelli (J.-F.), « L’histoire politique et culturelle », Sciences humaines, hors-série n° 18, septembre-octobre 1997, p. 36-39, mais aussi « De la demeure à l’agora. Pour une histoire culturelle du politique », dans Berstein (S.) et Milza (P.), dir., Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, PUF, 1998, p. 381 et sq.

117 Abélès (M.), Jeudy (H.-P.), Anthropologie du politique, Paris, A. Colin, coll. « U », 1997 ou Rivière (C.), Anthropologie politique, Paris, A. Colin, coll. « Cursus », 2000. Un exemple précis de la fécondité de cette approche, Abélès (M.), Un Ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob, 2000.

118 Dès son numéro 37, 17 novembre 1969, Rouge consacre une double page à la révolution d’octobre (p. 6-7), rappelant que c’est aussi le 90e anniversaire de Trotsky. Pour le soixantième anniversaire de la révolution d’octobre, Rouge quotidien ne consacre pas moins de quinze articles à la révolution russe (du n° 494, 7 novembre 1977, au n° 514, 2 décembre 1977) et Critique communiste réalise un numéro spécial (n° 18/19, octobre/novembre 1977).

119 Ainsi dans le Nouvel Observateur n° 1987, 5-11 décembre 2002, p. 57, François Sabado, dirigeant de la LCR interrogé répond : « Avant Olivier [Besancenot] on était Russes, toujours définis par la révolution d’octobre, par l’URSS, notre opposition au stalinisme. Avec lui, on devient Français. On peut s’inscrire durablement dans le paysage ».

120 Dans son livre très stimulant, Les Baby-Boomers, une génération 1945-1969, Paris, Fayard, 2003, J.-F. Sirinelli pense que « la greffe idéologique [d’extrême gauche] fut le plus souvent éphémère et la plus grande partie de cette génération se déprit aisément d’une emprise beaucoup moins ferme qu’il ne semblait », p. 138.

121 Hamon et Rotman s’étaient surtout intéressés aux leaders parisiens, dans Génération, op. cit.

122 Sur l’histoire du Temps Présent ou histoire immédiate, sur ses méthodes, voir Soulet (J.-F.), L’Histoire immédiate, Paris, PUF, « Que Sais-Je ? », 1994, et « L’histoire immédiate en Europe occidentale », Cahiers d’histoire immédiate n° 16, automne 1999, p. 45-57.

123 Nora (P.), dir., Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1987, « Présentation », p. 5-7.

124 Nora (P.), op. cit., p. 331. Répondant aux questions de Rodolphe Prager, Jean Maitron voyait même des avantages à cette posture : « J’imagine mal qu’un historien bardé de diplômes mais dépourvu d’une expérience militante soit capable d’écrire l’histoire du mouvement ouvrier. Une longue pratique du militantisme, ajoutée à nos qualités d’historien, nous a permis d’arriver à une plus juste compréhension de l’action des militants » (Rh n° 973, 12-18 juin 1981, p. 22-23).

125 Nora (P.), op. cit., p. 286.

126 Hoggart (R.), La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Minuit, 1957, Préface de J.-Cl. Passeron.

127 Ibid., p. 106.

128 Bourdieu (P.), « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, 2-3 juin 1976, p. 88.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540