Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bretagne dans l'État royal

 | 
Gauthier Aubert
, 
Hamon Philippe

Conclusion

Texte intégral

  • 1 H. de Rohan, Mémoires, Paris, 1822, tome i, p. 174-75.

1Henri, duc de Rohan, baron de Léon, si souvent président des Etats de Bretagne entre 1600 et 1620, écrit en 1617 : « C’est une chose certaine qu’en tout royaume l’authorité du roi diminue celle des grands, comme aussi l’accroissement d’iceux amoindrit le pouvoir royal ; c’est une balance qui ne peut demeurer égale, il faut toujours que l’un des côtés l’emporte1» Rohan semble suggérer que le pouvoir des Grands est plus délétère pour l’ordre public mais ajoute : « Je ne prétends parler contre tous les grands, je parlerois contre moi-même. Ce sont des instruments d’autant plus propres à servir le roi qu’ils en ont plus de moyens. Je sais que ceux qui ont l’esprit bien reglé jugent que leur grandeur est celle de leur roi ; et plus heureux et assurés sont les grands sous un grand roi, que sous ces petits souverains qui appréhendent tout. »

  • 2 L. Febvre, the Problem of Unbelief in the Sixteenth Century : the religion of rabelais, Cambridge (...)
  • 3 Le terme « méchant » provient de R. muchembled, L’invention de l’homme moderne, Paris, 1988.
  • 4 M. Raeff, the Well-Ordered Police State, New Haven, 1983, p. 11.

2La France moderne est une société de contradictions, exactement comme le suggère Rohan. Il est témoin de la lutte pour le pouvoir entre les Grands et le roi, et affirme pourtant (en se fondant sur son ample expérience personnelle) que ce dont les Grands ont réellement besoin est un grand roi, et non un roi faible. Où que nous nous tournions, nous découvrons que la réalité de la vie sociale s’exprime en un « ceci en même temps que cela » plutôt que par un « ceci ou cela » qui serait conforme à notre utopique croyance2. Le passage à la modernité – de la féodalité au gouvernement souverain, de la famille à l’individu, des créatures « violentes, sales et méchantes » aux êtres rationnels – crée un monde précaire et terrifiant, impossible à ordonner fût-ce rétrospectivement3. La tunique chronologique de l’histoire est sans coutures, et il en va de même du tissu de ses hiérarchies sociales4. Loyseau et d’autres auteurs français du xviie siècle ont beau vouloir décrire et, ce faisant, prescrire une société d’ordres immuables et bien délimités, ils n’y parviennent pas.

3On peut postuler trois vérités fondamentales à propos de la société française de l’époque moderne. Premièrement, il faut admettre l’existence de deux hiérarchies : celle de la société d’ordres (la hiérarchie légale et sociale), et celle de la société de classes (la hiérarchie économique). La hiérarchie politique combine les deux éléments. Le haut de l’échelle est occupé par les propriétaires du principal moyen de production, la terre. Ces gens sont à la fois la classe dirigeante, celle des propriétaires terriens, et l’ordre dirigeant, la noblesse. Pour être exact, on doit admettre que la (ou les) classe(s) dirigeante(s) inclu(en)t de nombreuses personnes appartenant à un autre ordre dirigeant, celui de la robe.

  • 5 Exemples bretons dans F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, Rennes, 1909, 2 vol. ; dans C. Colber (...)

4Deuxièmement, il convient de reconnaître que la France de l’Ancien Régime est une société plutôt mobile qu’immobile. Dans les échelons supérieurs il existe une mobilité sociale considérable, grâce aux achats de terres associés à la formation en droit appropriée et à l’entrée dans la profession juridique. La famille peut alors aspirer à un office dans la magistrature royale et, si la chance lui sourit, devenir membre à part entière de la noblesse de robe. Les échelons les plus élevés de cette dernière comportent, au moins en province, beaucoup de personnes issues des vieilles familles seigneuriales. Certaines des nouvelles familles reçoivent aussi des privilèges seigneuriaux, qu’elles achètent ou qui leur sont accordés par le roi5.

  • 6 Voir N. keohane, Philosophy and the State in France et S. Hanley, the Lit de Justice of the Kings (...)
  • 7 W. Beik, Absolutism and Society, conclusion, ainsi que P. Anderson, Lineages of the Absolutist Sta (...)
  • 8 C’est à R. Mousnier qu’on associe le plus étroitement ce modèle, mais il remonte au travail de G. (...)

5Troisièmement, il nous faut redéfinir l’absolutisme. Sa signification contemporaine, d’après laquelle le roi dispose d’une autorité illimitée pour faire la loi, est limpide6. Son sens historique l’est beaucoup moins. L’absolutisme n’est pas simplement l’ultime phase de la monarchie féodale, et ce n’est pas non plus un mécanisme grâce auquel le roi s’allie à la bourgeoisie pour détruire le pouvoir de la noblesse7. Ce second modèle suppose que la classe juridique est la bourgeoisie, et que le roi ou bien utilise celle-ci pour briser le pouvoir de la noblesse ou bien crée une concurrence systématique entre les deux classes pour accroître son propre pouvoir8. Ces deux hypothèses sont également discutables. Les Parlements et autres cours souveraines sont composés de propriétaires fonciers, et non de bourgeois ; ils ont en commun un intérêt de classes avec les autres propriétaires, tels que les nobles d’ancienne extraction, mais pas avec les marchands. Ce sont ces sieurs en pleine ascension sociale qui sont les plus dangereux pour l’ancien système d’ordres, qui agissent le plus souvent en tant qu’individus (et qui sont les plus enclins à réprimer les femmes), et pourtant ce sont eux aussi qui constituent la première ligne de défense du système de l’ordre établi. Ils ont la tâche peu enviable de défendre l’ordre tout en le redéfinissant. Avant de mettre en avant le fait que le roi se sert de l’appareil de l’Etat pour attaquer l’ancienne noblesse, on ferait bien de se souvenir que l’élément clé pour s’assurer de l’obéissance à l’Etat est l’armée royale, commandée par cette même noblesse. Les limites empiriques imposées à la capacité royale d’agir sont considérables, dans tous les aspects du gouvernement. Bref, le mot « absolutisme », tel qu’il est utilisé par les historiens, est dépourvu de sens. Alors, comment caractériser le plus exactement possible l’Etat monarchique de la France moderne et sa société ?

6Le point commun à ces trois éléments – la nature de la hiérarchie sociale, l’instabilité de la société elle-même et l’essor de l’Etat moderne – est une obsession de l’ordre. L’objectif primordial de l’Etat est la préservation de l’ordre, ce qui aux yeux des élites semble renvoyer à la société d’ordres et sa population théoriquement immobile. La réalité sociale est tout à fait différente. La société n’est ni stable ni immobile mais instable et fluide, au plan de la hiérarchie et de la géographie. En Bretagne, au xviie siècle, il devient difficile d’arriver au sommet ; après 1650 environ, le Parlement devient une compagnie fermée, mais des financiers exceptionnellement riches peuvent continuer de gravir l’échelle. Au moins 120 familles, par exemple, entrent à la Chambre des Comptes entre 1590 et 1650, et 36 d’entre elles y accèdent entre 1640 et 1650. La noblesse et la classe des officiers ont besoin de nouveaux membres, car des familles disparaissent tandis que d’autres gravissent peu à peu les degrés de l’échelle sociale, laissant des places libres que d’autres peuvent occuper.

  • 9 AM de Nantes, « Livre des Merciers ».
  • 10 J. Collins, « Geographic and Social Mobility in Early-Modern France », Journal of Social History, (...)

7En dessous des élites, les sociétés bretonne et française sont remarquablement fluides. Le renouvellement rapide de la population de toutes les régions, urbaines et rurales, rend impossible une société statique. A des niveaux plus modestes de la hiérarchie sociale – dans les métiers de la taverne, dans la corporation nantaise des boulangers ou celle des merciers de Rennes – beaucoup de gens changent régulièrement de domicile et de statut9. Dans les villages, il arrive qu’un nouveau visage apparaisse dans les rangs des gros exploitants, encore que la mobilité semble avoir été plus lente dans cette catégorie. Les corps ne peuvent devenir des cercles fermés tant est pressant leur besoin constant de nouveaux membres ; le village ne peut devenir une entité close sur elle-même, en raison de son besoin permanent de main-d’œuvre itinérante et parce que la répartition des terres signifie qu’il est hors de question pour une proportion importante de la population, voire la majorité, d’aspirer à posséder une exploitation assez grande pour subvenir aux besoins d’une famille10. Dans la plupart des cas, la mobilité sociale entraîne ipso facto une mobilité géographique. Si on prend en compte les filiations féminines aussi bien que masculines, la mobilité sociale paraît encore plus frappante.

  • 11 BnF, Mss. Fr. 22342, fol. 193v et s. En 1566, c’est le même groupe qui paye les francs fiefs : Ber (...)
  • 12 C. Colbert de Croissy, La Bretagne en 1665 ; voir ci-dessus, chap. i.

8Par suite de l’absence d’une bureaucratie financière, la mobilité sociale de l’élite bretonne se structure autour du monde des juristes et de ses étapes : formation dans un collège, emploi chez un homme de loi, achat d’une étude de notaire ou d’un cabinet d’avocat, achat d’une charge subalterne, suivis de l’ascension régulière de l’échelle des offices. En cours de carrière, celui qui souhaite arriver achète des terres et renonce à ses investissements commerciaux. Il est rare, en Bretagne, qu’il investisse dans une ferme d’impôts ou un office financier. L’ascension sociale est un processus lent, qui implique au départ l’acquisition d’un droit à la terre. Beaucoup de familles nantaises s’élèvent par les métiers de justice, à travers la Chambre et, dans certains cas, jusqu’au Parlement. En 1539, la liste des francs fiefs du diocèse de Nantes montre combien il a fallu de temps à des familles prospères pour arriver à leurs fins : Bernard Despinoze (dont la famille accède au Parlement à la fin du xvie siècle), Benjamin Rocaz (idem), Ollivier de Harouys (dont la famille fournit un premier président de la Chambre au début du xviie siècle) et beaucoup d’autres familles de la Chambre – les Davy, Chenu, du Val, Hus (qui compte aussi des parlementaires autour de 1600), les Morin, Avril, Bernard, Le Breton, Lescaut, Richard et Roger11. Les acquéreurs de terres près de Nantes, comme ailleurs en Bretagne, appartiennent presque exclusivement à la classe des robins, et non à celle des marchands. Les seules exceptions à cette règle se trouvent dans des villes, comme Morlaix et Saint-Malo, qui comptent de très riches marchands mais aucune cour royale importante. Les marchands de ces villes achètent bel et bien des terres dans la campagne environnante12.

  • 13 ADLA, B 2461.
  • 14 ADIV, C 2774.

9Quand le roi vend des exemptions d’impôts en 1638 et 1640, on trouve en première ligne des hommes de loi et des officiers royaux ; quand il vend des terres vaines dans les années 1640, les acheteurs sont les mêmes. A Nantes, il s’agit de nos vieux amis de la Chambre – Le Lou, Madeleneau, Robin, Berthelot, Harouys ; à Rennes, ce sont les descendants de Gilles Ruellan, conjointement avec des nobles d’ancienne extraction, tels les Harcourt, et avec d’autres parlementaires ; à Vannes, c’est René de Montigny, avocat général du Parlement, ainsi que d’autres familles parlementaires ; en Cornouaille, d’autres parlementaires encore et le sénéchal de Pont-Scorff ; à Saint-Malo c’est le gouverneur de la ville, Talhouet13. En 1643, les Etats s’opposent à la vente de terres communes et affirment que le roi devrait annuler les ventes de tous les marais et communaux qui ne sont pas complètement enclos ou rattachés à des forêts, parce que le manque d’accès aux communaux ruinerait les paysans les plus pauvres14. Pourtant, dans le même temps, beaucoup de propriétaires vendent ou divisent et afferment leurs propres terrains communaux. L’importance des achats et des usurpations du domaine royal par la noblesse et les familles de robins se mesure clairement à travers les opérations de la réforme du Domaine des années 1670 et 1680, et à travers la réaction extraordinairement violente des Etats et du Parlement contre la commission de réformation.

  • 15 W. Beik, Absolutism and Society, p. 335, la qualifie de « société de la dernière période féodale »
  • 16 Y. Durand, Les Fermiers généraux au xviiie siècle (Paris, 1971).

10La Bretagne est un microcosme qui vaut pour la France entière, si on n’essaie pas de pousser trop loin les analogies. Le système administratif de la France de la première modernité prend en considération les particularités locales, non seulement parce que la France s’est construite sur une période de plusieurs siècles, mais aussi parce que le gouvernement central avait besoin des élites locales pour gouverner le pays. Dans une région « exceptionnelle » comme le Languedoc, la monarchie « absolue » semble être fondamentalement « féodale » parce que ses alliés locaux sont les seigneurs et la classe juridique15. Le roi respecte les privilèges de ces gens non en raison de quelque obscur sens du devoir (bien que cela fasse partie de sa motivation) mais parce que ce sont les seuls à pouvoir obtenir des résultats concrets à l’échelon local. La plupart des marchands ne peuvent intégrer directement ce système parce qu’il n’existe pas de bureaucratie financière dans ces régions (la Bretagne, la Bourgogne, le Languedoc, la Provence) ; ils doivent blanchir leur argent et se blanchir eux-mêmes en achetant des terres et en intégrant la classe juridique. Les seules exceptions sont les très riches marchands et les financiers, des hommes tels que Ruellan et les banquiers languedociens du xviie siècle finissant et du xviiie siècle16.

  • 17 « L’absolutisme est la manifestation d’un système de domination qui protège les intérêts d’une cla (...)

11En Bretagne, comme en Languedoc, le roi s’allie aux propriétaires terriens, car ce sont eux qui détiennent tout le pouvoir. Mais cela veut-il dire pour autant que l’Etat est « féodal » ? Une partie du problème tient à la définition de « féodal » : nous devons, à l’instar de William Beik et de Perry Anderson, supposer que ce terme désigne un Etat dans lequel la classe dominante est celle des seigneurs – des propriétaires fonciers qui ont conservé des droits politiques (féodaux) sur leurs tenanciers17. En fait, il faudrait être plus précis : la vraie classe dirigeante est celle des grands seigneurs. Plus on examine n’importe quel aspect de la France moderne et plus la même petite élite se détache. On a vu, au chapitre i, que très peu de nobles disposent de gros revenus fonciers. Dans toute la Bretagne, moins de cent familles (il faudrait plutôt dire soixante) ont des revenus fonciers annuels de plus de 30 000 livres. Ces familles détiennent invariablement des justices seigneuriales supérieures et quasiment toutes les charges militaires importantes (lieutenants royaux, gouverneurs des villes, commandements du ban et arrière-ban ou dans l’armée royale). Les juges les plus éminents au Parlement, dans les présidiaux et les principales sénéchaussées, sont tous de très grands propriétaires terriens, bien qu’ils soient rarement des seigneurs. Les grands seigneurs dominent aussi les Etats ; à maintes et maintes reprises, comme on l’a vu aux chapitres iv et v, c’est un noble en vue (Condé, Rohan, La Trémoille, Pontchâteau) qui négocie un accord entre le gouvernement royal et les Etats. Le vrai travail des Etats de Bretagne ne se déroule pas dans la salle de réunion mais autour de la table du dîner offert par un grand seigneur, tel La Trémoille. La classe politique dirigeante est celle des grands nobles, invariablement porteurs d’un titre (duc, marquis, comte, ou vicomte).

  • 18 Tous les seigneurs ne sont pas des nobles militaires ; de nombreux parlementaires, qui ont servi p (...)

12Si l’Etat était vraiment féodal, il chercherait par-dessus tout à promouvoir les intérêts de ces nobles. Est-ce le cas ? Politiquement parlant, le roi maintient les Grands dans de nombreuses positions de pouvoir, notamment dans l’armée, mais il confie de plus en plus souvent une autorité effective à d’autres, à des sieurs ou à l’élite juridique montante. Nous revenons ici à nos premières définitions des classes, qui considèrent seigneurs et sieurs comme deux groupes distincts, dont le lien économique avec les moyens de production est très semblable, mais dont le lien politique avec eux est très différent. Le roi exprime sa puissance par le biais des deux groupes : les seigneurs dominent l’armée, les sieurs dirigent l’administration civile18. Même parmi les seigneurs, seule une petite élite tire une portion substantielle de ses revenus de sources politiques (féodales).

13Les deux intérêts primordiaux des classes dirigeantes de la France moderne sont l’accumulation effective du surplus produit (en sus de leur subsistance) par les classes inférieures et le maintien de l’ordre. Sur le premier problème, les propriétaires fonciers et l’Etat ont des positions diamétralement opposées : les premiers veulent des impôts directs peu élevés afin d’obtenir des rentes plus élevées, tandis que le second veut davantage de revenus fiscaux. Par conséquent, sur la question économique fondamentale de l’époque, l’Etat et la classe dans son ensemble, dont il est censé être l’agent, sont souvent en conflit. En revanche, une mince élite reçoit d’énormes sommes d’argent prélevées sur les recettes fiscales : en rémunération de services militaires ou civils, en pensions, en dons et en intérêts. Les institutions financières spécifiques des pays d’Etats comme la Bretagne, atténuent ce conflit car, dans cette province du moins, les impôts directs sont beaucoup plus bas qu’ailleurs en France. Il reste, cependant, que les propriétaires s’opposent, souvent violemment, à toute hausse de la fiscalité directe.

14Il nous faut revenir à l’identité des rebelles ruraux et au rôle critique des paysans les plus aisés. Pour quelle raison précise se sont-ils révoltés en 1675 ? Le duc de Chaulnes offre une explication possible :

  • 19 Chaulnes à Colbert, 26 juin 1675, dans J. Lemoine, « La révolte », document lix.

Ce qui anime ces espritz cette année contre les Edits et particulièrement du papier timbré, c’est qu’il est certain que l’espèce manque en cette Province et que cet Edit tire l’argent le plus net pendant que les peuples souffrent beaucoup de nécessité et ce qui le prouve est que les peuples de la campagne ne se sont jamais opposés à cet Edit que depuis quelques mois19.

15Qui reçoit la plus grosse part du produit de l’impôt breton ? Les Rohan, La Trémoille, Rieux, Coëtlogon, Coëtquen, Brissac – bref, ceux qui sont au sommet de la pyramide féodale. Ils maintiennent à des niveaux très bas les impôts directs auxquels sont assujettis leurs tenanciers, assurant ainsi l’intégrité de leur revenu foncier, ce qui ne les empêche pas de recevoir aussi d’énormes sommes versées par le trésor royal (lui-même essentiellement alimenté, en Bretagne, par des recettes versées par des citadins techniquement non soumis au contrôle des grands feudataires). Si on concentre son attention sur les Grands, plutôt que sur l’ensemble de la noblesse, la Bretagne peut passer pour un exemple supplémentaire de la nature essentiellement féodale de la France de la première modernité.

  • 20 J. Collins, « La flotte normande au début du xviie siècle : le mémoire de Nicolas Langlois (1627)  (...)

16Si on passe de l’économique au politique, on constate à nouveau que l’Etat est un mécanisme grâce auquel les propriétaires fonciers assurent leur position, tout comme les propriétaires sont les agents par le biais desquels l’Etat agit. L’ordre dépend de la coopération de l’Etat et des propriétaires, et c’est là un fait dont chacun est conscient. Au cœur d’une France centralisée, avec son énorme bureaucratie financière, l’Etat doit satisfaire un mélange d’intérêts différents. Le roi a besoin du capital des financiers et de celui des personnes dont ceux-ci peuvent obtenir des fonds supplémentaires (c’est-à-dire les rentiers, surtout des femmes, et quelques marchands). Il doit, dans une certaine mesure, être sensible aux intérêts de ces financiers et de leurs bailleurs de fonds. Le mercantilisme est une tentative pour plaire à ces financiers, qui profitent souvent des monopoles accordés par le roi. En France le mercantilisme n’est cependant pas une preuve de l’influence grandissante de la bourgeoisie au sein de l’Etat ; en fait, c’est exactement le contraire. La bourgeoisie marchande s’oppose de façon écrasante au mercantilisme, si l’on en juge par les réactions des marchands bretons et normands aux monopoles royaux dans la seconde moitié du xviie siècle20.

  • 21 Voir D. Dessert, Argent, pouvoir et société au grand siècle, Paris, 1984, sur l’usage considérable (...)

17Le passage progressif à une économie qui nécessite des capitaux plus abondants ne laisse pas l’Etat à l’écart ; le roi a, lui aussi, besoin de plus en plus de capitaux. Il n’est guère prouvé qu’il se soit allié à la « bourgeoisie », quelle qu’en soit la définition, contre la noblesse, pour tenter d’obtenir ces capitaux21. Il a recours à des mécanismes qui se situent tout à fait dans la logique des cadres sociaux et politiques du temps : il vend ou, si on préfère, privatise des fonctions gouvernementales, telles que des offices ou des droits de collecter l’impôt. Le mercantilisme français est le prolongement économique de la vente des fonctions publiques qui passent entre des mains privées : c’est l’extension de l’élément politique fondamental de la féodalité, l’association du pouvoir privé et du pouvoir public, à la sphère économique, moyennant l’octroi de monopoles à ceux qui prêtent de l’argent au roi.

18Le roi essaie de préserver l’ordre social et politique existant, et non de le détruire. Il cherche, non à remplacer la noblesse par une nouvelle classe dirigeante, mais à préserver le système en se procurant l’élément essentiel et le plus dynamique de la nouvelle économie : des capitaux. Il combine ces objectifs en improvisant des mécanismes – ventes d’offices, fermes d’impôts, monopoles – structurellement et intellectuellement compatibles avec le système en place. La vente du pouvoir public à des particuliers, le partage de la recette publique avec ceux qui l’ont collectée, l’octroi de l’exclusivité économique à des individus ou des corps donnés : ne sont-ce pas là les fondements mêmes de l’Ancien Régime ? Et le terme « féodal » est-il le meilleur qualificatif pour ceux-ci ?

  • 22 D. Dessert, Argent et E. Esmonin, La taille en normandie au temps de Colbert, Paris, 1913, sur les (...)

19La société féodale repose avant tout sur des corps. Les corps dominants sont le roi, l’Eglise, les seigneurs, les financiers et les hommes de loi, mais la pyramide corporative repose sur une assise de villes, de provinces, de corps de métiers et de paroisses. Dans les pays d’élection, où les financiers sont les plus forts, le roi doit s’assurer que leurs investissements sont rentables. Ceci implique qu’il renonce à attaquer la paulette, que les gages et autres obligations fassent l’objet de paiements plus réguliers, et que soit modifié le système de taxation directe. Louis XIV modifie la structure de l’imposition directe, en sorte que la fiscalité directe devient plutôt un ensemble de fermes d’impôts réparties entre des officiers spécifiques (les receveurs des tailles) et cesse d’être la structure bureaucratique officielle qu’elle a été dans la première moitié du siècle. En confiant la responsabilité de chacune des recettes à une seule personne, tout en rendant les contribuables collectivement responsables de la contribution paroissiale, le roi coopte les éléments les plus actifs de l’élite financière. Les autres acceptent leur perte de pouvoir, qui est compensée par une sécurité financière accrue pour certains de leurs investissements22. C’est la menace pesant sur ces derniers, plutôt que la perte de pouvoir, qui a déclenché la Fronde des officiers en 1648. Cette rébellion démontre le caractère corporatif de ces officiers, qui agissent de concert, en tant que corps, pour protéger leur propriété individuelle. Le roi considère les officiers et les financiers comme faisant partie d’un même corps, et les amendes collectives qui frappent les financiers lors des Chambres de Justice illustrent bien cette mentalité.

  • 23 R. Harding, Anatomy of a Provincial Elite : the royal governors of renaissance France, New Haven, (...)
  • 24 C. Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, 1986, p. 237 et 239.
  • 25 « Libre discours sur le temps présent, 1617 », par le duc de rohan, dans Mémoires, p. 173-182.

20Le Second Ordre retire d’énormes bénéfices de son lien avec la monarchie mais ses membres doivent renoncer à toute illusion de pouvoir politique indépendant. Il s’agit d’un processus progressif, dont le meilleur symbole est peut-être la suppression des compagnies d’ordonnance, ces unités constituées de nobles personnellement attachés à des Grands, qui formaient le noyau de l’armée française au xvie siècle. Les aristocrates dominent toujours l’armée, même dans sa structure régimentaire et, tout comme auparavant, ils nomment de loyaux clients à des postes locaux de commandement, par exemple dans les châteaux et les garnisons des villes23. Mais ils ne s’opposent pas à la forme du gouvernement ; comme le dit Jouhaud, à propos des Mazarinades, « cette Fronde des mots n’est pas une Fronde des idées »24. Les Mazarinades ne réclament pas un système politique différent, mais une redéfinition de la direction politique du royaume. Louis XIV donne à ces gens ce qu’ils souhaitent en les rassurant quant à leur suprématie sociale et politique, à leurs positions dans l’armée royale, au soutien apporté à leur mainmise sur les provinces, à l’argent. En échange, eux-mêmes acceptent de coopérer en vue d’obtenir de la population dans son ensemble davantage d’argent et de renforcer le pouvoir royal qui, après tout, s’exprime à travers eux25.

  • 26 J.-P. Babelon, « Compte rendu du Colloque Henri IV », dans Quatrième Centenaire d’Henri IV, Colloq (...)

21Compte tenu de tous ces éléments, qui tiennent une place évidente dans la construction de l’Etat, pourquoi rechigner à qualifier l’Etat au xviie siècle d’ultime étape de la monarchie féodale, qu’on peut appeler absolutisme ? Dans la mesure où l’éthique de la noblesse guerrière est celle du roi lui-même (en particulier dans le cas d’Henri IV), on ne peut être surpris de voir l’Etat mettre au point des institutions modelées sur des principes féodaux (monopole, propriété privée du pouvoir public)26. Comme tous les Etats, celui du début de l’ère moderne existe dans une réalité sociale donnée ; s’il ne reflète pas cette réalité – c’est-à-dire la domination économique, sociale et politique des propriétaires terriens – il ne survivra pas.

22Toutefois, lorsque le roi intervient pour défendre les intérêts des propriétaires féodaux, il œuvre aussi vigoureusement en vue d’établir le principe moderne de souveraineté unitaire ; rien ne saurait être plus étranger à l’ordre féodal que le rejet d’une souveraineté partagée. Dans la mesure où la France du xviie siècle est une société d’ordres, elle est encore une monarchie féodale. Le roi s’efforce de maintenir l’ordre établi, lequel préserve la position dominante de la noblesse guerrière (la classe dirigeante du système féodal). Dans la mesure où la France du xviie siècle est une société de classes, elle n’est plus une monarchie féodale. L’insistance de l’Etat sur une hausse de l’imposition directe constitue une attaque frontale contre l’intérêt économique fondamental de la classe féodale dirigeante, qui vise à augmenter sa part du surplus de production de la paysannerie. L’évolution à long terme du revenu foncier, qui s’écarte des sources féodales (en particulier les droits de justice) pour tendre vers la rente foncière milite aussi contre le maintien d’un Etat féodal. Politiquement, l’Etat s’attaque ainsi à la base féodale de la société. Les cours royales étendent leur ressort au détriment des autorités seigneuriales et urbaines. L’Etat cherche à détruire le pouvoir politique indépendant de ces autorités et non à détruire leur pouvoir en tant que tel. Il veut qu’elles expriment ce pouvoir par le biais de mécanismes étatiques – les cours royales, l’armée royale – plutôt que par le truchement d’organes féodaux tels que les cours seigneuriales. L’Etat ne cherche pas à supplanter la classe dirigeante, les propriétaires fonciers, mais à redéfinir le fondement de son pouvoir.

  • 27 S. Collins, From divine Cosmos, chap. i et iv.

23Dans un sens plus large, il y a plusieurs éléments contradictoires de la situation au début de l’époque moderne qui font de l’expression « Etat féodal » une description inadéquate de la réalité politique. Le conflit concernant l’ordre découle de deux conceptions différentes de celui-ci. Les élites entendent maintenir le « cosmos divin » traditionnel de la société ordonnée27. Dans ce cosmos divin, Dieu sanctionne l’édifice social tout entier. L’évidente menace que fait peser le protestantisme sur l’ordre social (comme en 1525) contribue à exacerber les conflits autour de cet ordre. L’ordre social de la première modernité repose sur une hiérarchie d’ordres, sur le patriarcat familial, sur le principe que tous les individus sont inégaux, et sur les protections corporatives assurées aux contrats entre les groupes. La Renaissance et la Réforme ont contribué à faire naître l’individualisme qui attaque chacun des principes fondamentaux de l’ordre social.

  • 28 S. Hanley, « Engendering the State : Family Formation and State Building in Early Modern France », (...)

24L’ultime garant de ce dernier est, bien entendu, le roi, et pourtant le roi est aussi le premier individu. Le roi qui légifère agit en tant qu’individu, en situant délibérément la société hors du domaine corporatif. L’autorité législative absolue du roi constitue une menace dramatique pour le cosmos divin. Dans l’imaginaire de Bodin et de bien d’autres, le roi est devenu le père de la famille nationale ; en fait, pour Bodin, l’Etat n’est rien d’autre que la somme de ses familles. Celles-ci aussi comptent dans leur sein une autorité absolue : le père. Suggérer que ceux qui sont soumis à ces autorités absolues les acceptent de plein gré, c’est se méprendre fondamentalement sur la dynamique de la société du début de l’ère moderne. Les corps résistent à l’absolutisme royal, et les femmes résistent à la « tyrannie » masculine28.

  • 29 R. Muchembled, L’invention de l’homme moderne, ch. 3.
  • 30 AD Aube, supplément E 5340.

25La femme qui choisit elle-même son mari, le pauvre qui change de domicile, l’artisan qui boit ou joue aux cartes un jour de semaine ou pendant la grand-messe, tous ces gens, agissant en tant qu’individus, menacent l’ordre social des groupes. Le roi menace, lui aussi, l’ordre établi, quand il introduit dans le cadre administratif un nombre aussi élevé de commissaires. L’ambiguïté des relations entre groupes et individus domine la société française des xviie et xviiie siècles. Les autorités – étatiques, ecclésiastiques et locales – « criminalisent » lentement une grande part des mœurs traditionnelles29. A Troyes, par exemple, l’ordonnance de police du 25 novembre 1665, interdit aux artisans de flâner oisifs et vagabonds, particulièrement dans les rues et les endroits publics, les jours ouvrables. L’ordonnance interdit aussi les banquets d’artisans sous prétexte de confréries, les bals publics, scandaleux et dissolus, et les charivaris. Il est défendu aux artisans d’exiger de l’argent des nouveaux mariés ou de leurs familles ou de pousser des cris ou des clameurs, ainsi que de prononcer des paroles « deshonnestes », de chanter des chansons illicites ou diffamatoires devant les portes des nouveaux mariés. Quant aux « filles débauchées et scandaleuses, et aux femmes de mauvaise vie », elles doivent immédiatement quitter la ville, sous peine de se voir mettre un collier de fer et d’avoir la tête rasée30.

  • 31 AM de Nantes, FF 119.

26La réaction des autorités bretonnes devant ces conduites « scandaleuses » est tout aussi sévère. En 1581, le bureau de police (le conseil de ville et les officiers royaux) de Nantes se plaint de ce qu’ » il y a un tel reglement parmi les Artisans et gens de Métiers de cette ville et fauxbourgs, qu’ils passent la plûpart des jours ouvrables dans les jeux et cabarets à jouer et yvrogner, au lieu de se tenir à travailler chacun à sa vacation pour gagner sa vie et servir le Public et les Particuliers ». Divers travailleurs – mariniers, portefaix, charretiers et d’autres encore – refusent de travailler et exigent des salaires « illégitimes ». Ils forment des « cabales et des monopoles » pour se rendre maîtres de leurs salaires et parlent de façon insolente à ceux qui leur offrent moins qu’ils n’ont demandé. Le bureau de police interdit les jeux d’argent et la débauche les jours de semaine ainsi que les rassemblements publics, les discours insolents et injurieux et toute demande de relèvement des salaires31.

  • 32 ADLA, G 49.
  • 33 ADLA, G 47 (1638), G 48 (1640), G 50 (1669) et G 51 (1675).

27A la campagne et dans les petites villes, les autorités ecclésiastiques augmentent la pression. A Batz et au Croisic, le visiteur épiscopal de 1665 (Jean-Baptiste Coupperie, archidiacre de Nantes et membre d’une famille d’officiers établie de longue date) note que « les meres amenent leurs enfens dans l’églize et n’ont aucun respect pour la sainctete du lieu ». Il interdit aux mères d’amener leurs jeunes enfants à la messe. A Assérac et à Campbon, il défend aux habitants d’aller au cabaret après les baptêmes et les enterrements, « coustume très pernicieuse ». A Saint-Donatien (un faubourg pauvre de Nantes), à Carquefou, à Sucé-sur-Erdre, à Grandchamp et ailleurs, il ordonne que les tavernes soient fermées pendant la grand-messe32. En 1669, le visiteur épiscopal dénonce une multiplicité de pratiques « païennes ». A Saint-Etienne-de-Montluc et ailleurs, il interdit de sonner la cloche « la veille des trepassés » et la veille de la Saint-Jean ; à Campbon, en 1675, les paroissiens font une fête endiablée dans l’église même, la nuit de la Toussaint. A Couéron, à Saint-Nazaire, à Pontchâteau (et ailleurs), il interdit les veillées, ces réunions nocturnes où l’on raconte des histoires tout en filant. A Mesquer, les paroissiens devront cesser « de jouer la boulle au cemitiere ou faire autres profanations ». Partout, les paysans utilisent les cimetières pour faire sécher leur linge ou tenir des marchés. En 1665, 1669 et 1675, le clergé dénonce la pratique « des coups de points que l’on donne aux fiançailles » ou celle de « promener les jeunes mariées par la paroisse ». A Campbon, le curé note même que « les jeunes gens passent un temps trop considerable entre les fiancailles et les noces et mesme quelques fois habitent ensemble contre la defense de l’Eglise ». Les Campbonnais ne sont pas les seuls : à Guenrat (Guenrouet ?), le prêtre limite le temps des fiançailles à deux mois et ordonne aux jeunes gens de ne pas « se fréquenter familierement pendant ledit temps des fianc [ailles] »33.

  • 34 AD Aube, supplément E 5340.

28Les autorités se montrent particulièrement dures envers les vagabonds. Comme le déclare une ordonnance, « plusieurs personnes étrangères et inconnues » sont entrées dans les villes du royaume en 1618, qui pourraient « engendrer et amener une altération de l’amitié, de la concorde, de la société et des bonnes mœurs parmi les anciens habitants desdites villes ». Il convient que ces vagabonds soient bien connus dans leurs vies, leurs mœurs et leurs conditions, de peur qu’ils n’apportent quelque changement fâcheux dans les villes concernées34. Ils menacent l’ordre précisément parce que ce sont des individus agissant en dehors des cadres de la société corporée, telle que la définissent les élites. En 1675, les gars de Nantes crient que les autorités ont bien fait de pendre un Bas-Breton, car si la victime avait été un vrai Nantais, il y aurait eu une révolte. Bien entendu, les gars de Nantes sont eux-mêmes des immigrants dans leur immense majorité. Où qu’on se tourne, on constate cette même contradiction entre l’idée que la société d’ordres doit demeurer intacte et la réalité d’une prodigieuse mobilité sociale et géographique. Cette réalité exacerbe les craintes suscitées par l’individualisme. On découvre, une fois de plus, deux mouvements contradictoires. L’héritage de la Renaissance a mis l’accent sur l’homme comme donnant un sens à toute chose ; Pic de la Mirandole avait fait valoir que l’homme était supérieur aux anges précisément parce qu’il est changeant. L’homme agit ; il veut son destin. Le nouvel Etat, celui qu’on appelle absolutiste dans sa manifestation française, est bâti autour de ce concept révolutionnaire : que l’homme – en France, le roi – veut l’ordre politique et social. Comme le dit Stephen Collins à propos du cas anglais,

  • 35 S. collins, From divine Cosmos, p. 29.

La métaphore de Hobbes comparait l’Etat créé à l’homme créé et donc l’homme créateur à Dieu créateur. Le Léviathan était tenu par contrat de faire la volonté de l’homme et de réaliser ses objectifs et ses besoins ; et l’homme a façonné et voulu son ordre à lui, ses moyens efficaces d’atteindre la paix et la satisfaction, sa propre vision de ce que sont l’activité et l’existence et, par conséquent, si on élargit la suggestion métaphorique, ses propres moyens de salut35.

  • 36 N. elias, La Société de Cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974 (trad. franç.), spécialement chap. iii et (...)

29L’héritage de la Réforme a fourni l’élément en apparence contradictoire : l’homme doit agir, mais parce qu’il peut agir, il faut le brider. Les enquêteurs ecclésiastiques comme Coupperie exigent l’extirpation de l’élément « bestial ». La Réforme (et la Contre-Réforme) avait lancé une tentative sérieuse, quoique non entièrement réussie, pour éliminer la liberté naturelle. Parce que certaines personnes sont par trop émotives et trop bestiales, on ne peut leur consentir une telle liberté. La contradiction apparente entre l’héritage de la Renaissance et celui de la Réforme est résolue par le rôle de la raison ; c’est cette même raison qui permet à l’homme d’agir et, correctement développée, elle contrôlera les pulsions « naturelles ». Ce processus de civilisation est partout visible dans la France du xviie siècle, que ce soit dans la création d’une « société de Cour », dans les images rurales aseptisées de Le Nain ou dans les condamnations de Jean-Baptiste Coupperie36.

  • 37 L’expression est de B. pascal, Pensées, Paris, 1954, p. 1149. Pascal est conscient des conséquence (...)

30Il y a quatre éléments majeurs qu’il est impératif d’intégrer dans le nouvel ordre. Premièrement, la société doit concilier la notion de plus en plus répandue, selon laquelle tous les hommes sont égaux, avec la nécessaire « inégalité parmi les hommes37 ». La société du début de l’ère moderne repose sur ce second postulat. Chaque homme cherche à protéger les privilèges de son groupe, car il y voit le rempart essentiel contre les autres, particulièrement (au xviie siècle) contre l’Etat. Deuxièmement, la société doit trouver un moyen de réduire les implications sociales de l’individualisme. L’individu, « souverain de son propre corps », voilà une expression qui s’applique surtout au roi lui-même, car il est le souverain de son propre corps et de celui des autres. La société se doit, avant tout, de chercher à se protéger de l’individualisme royal. En Angleterre, les hommes recherchent une telle protection dans les garanties de leur propre souveraineté individuelle ; dans la France d’avant 1789, on recherche cette protection par le biais des privilèges du groupe. Dans une société de plus en plus individualiste, le modèle français était sûr d’échouer et c’est ce qui arriva.

31Troisièmement, la société doit protéger la propriété. Qu’il s’agisse de Bodin, de Hobbes, de Locke ou de Bossuet, l’objectif primordial des philosophes politiques est de protéger l’ordre et la propriété. Cette protection va de pair avec le besoin de refréner le sauvage qui est dans l’homme, en partie par le processus de criminalisation décrit par Muchembled. Selon Bossuet,

  • 38 J. Delumeau, rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, 19 (...)

à regarder les hommes comme ils sont naturellement et avant tout gouvernement établi, on ne trouve que l’anarchie, c’est-à-dire dans tous les hommes une liberté farouche et sauvage […] il n’y a ni propriété, ni domaine, ni bien, ni repos assuré, ni à vrai dire aucun droit, si ce n’est celui du plus fort38.

  • 39 Ibid., p. 25.
  • 40 Ibid., p. 23. Plus loin (p. 28), il ajoute : « Le besoin de sécurité, incluant la protection socia (...)

32Bossuet affirme que seul le roi, « défenseur invincible » de l’ordre, assumera la protection des biens39. Comme l’écrit Jean Delumeau, pour les gens du début de l’époque moderne, « le plus grand mal de la vie, c’est l’insécurité des personnes et des biens40 ».

  • 41 S. Hanle, « Engendering the State », p. 9-13.

33Le quatrième élément de désaccord est la redéfinition du rôle des sexes exigée par la création d’une société qui oppose dimensions collective et individuelle. Les femmes avaient un pouvoir économique, social et même politique considérable, dans le cadre de la société patriarcale traditionnelle, laquelle reposait sur la famille patriarcale et non sur des individus. Les femmes pouvaient diriger ces familles (voire des royaumes) sans mettre en péril l’ordre patriarcal lui-même. Quand on commence à mettre l’accent sur l’individu, les femmes deviennent une menace d’un genre nouveau. La femme individuelle, agissant de façon indépendante, constitue pour la société patriarcale individualiste une menace différente de celle qu’elle représentait pour la famille patriarcale. La réaction royale (et sociale) à cette menace consiste à exiger des femmes qu’elles se soumettent à un contrôle toujours plus rigoureux de la part de la famille patriarcale41. La courbe régulièrement ascendante des mariages exogènes, particulièrement évidente au début du xviiie siècle, n’est qu’un exemple de l’échec de cette répression des femmes.

34Le roi recherche la coopération des élites d’une région donnée susceptibles d’en faciliter le gouvernement de façon satisfaisante. La seule exception à ce modèle est celle qui se produit entre 1634 et 1654, période qui voit l’effondrement de l’Etat en tant qu’instrument ordinaire de gouvernement ; durant ces années, la monarchie française use d’expédients divers, en s’appuyant comme elle ne l’a encore jamais fait (et ne le fera plus) sur l’armée pour la collecte de ses impôts. Le compromis de Louis XIV protège les intérêts vitaux de chacun : une plus grande sécurité pour ceux qui investissent dans la dette royale, une réduction des impôts directs, un environnement plus stable pour la prise à bail des impôts, un soutien évident à l’ordre social, moral et politique traditionnel à l’échelon local. C’est ce dernier qui est pour nous si déroutant, car l’ordre politique local n’est pas le même partout. Ce qui rend la Bretagne typique de la France dans son ensemble c’est le respect qu’on y témoigne pour les intérêts de l’élite, et non la communauté absolue de ces intérêts avec ceux des autres élites locales.

  • 42 C’est à Nantes, en 1579, qu’elles semblent avoir joué ce rôle pour la première fois : AM de Nantes (...)

35Certains de ces intérêts sont communs à toutes les provinces et le roi les appuie partout. L’exemple le plus évident de ce soutien est la législation de plus en plus draconienne à l’encontre des femmes. Les membres féminins des corps de métier voient leurs droits diminués ; des femmes adultes, non encore mariées, découvrent que leur capacité de se choisir un époux a disparu ; les femmes nobles se voient tenues de plus en plus à l’écart de toute responsabilité politique publique. L’Etat, et la société elle-même, accroissent le rôle des femmes dans la sphère morale, par le biais d’une abondante littérature consacrée à leur rôle comme gardiennes de la morale et par l’action concrète menée par des femmes des classes supérieures, telles les responsables de l’aide aux pauvres de Nantes42.

  • 43 J. Collins, « Economic Role of Women ».

36On voit ici les limites de l’action de l’Etat contre les tendances qui se font jour dans les structures sous-jacentes : les droits économiques légaux des femmes déclinent, mais l’activité économique de la femme semble en augmentation ; les femmes ont perdu l’autorité légale leur permettant de choisir leur conjoint, et pourtant, dans la pratique, elles choisissent de plus en plus souvent leur mari43. En dépit d’un solide soutien théorique masculin à la réduction du rôle économique de la femme, les exigences concrètes des foyers individuels, qui ont besoin des ressources fournies par la femme adulte, rendent souvent inefficaces les contraintes légales imposées aux femmes. Il est possible que les hommes encouragent les restrictions économiques à l’encontre des « femmes », mais il y a peu de chances pour qu’ils y soient favorables dans le cas de leur propre épouse.

  • 44 P. Clément, Histoire de Colbert et de son administration, Paris, 1874, p. 270. Cette histoire figu (...)
  • 45 R. Darnton, « Great Cat Massacre », spécialement p. 82-89.

37On ne saurait ignorer le rôle politique des femmes. Les Bretonnes conduisent fréquemment la résistance aux forces de l’ordre lors des troubles ordinaires de la vie civile, et elles jouent aussi un rôle clé dans les rébellions populaires (à Nantes, à Guingamp, à Rennes en juillet 1675). Les femmes des classes supérieures sont également actives comme personnalités politiques. On a vu, au chapitre v, les Etats de Bretagne demander à la duchesse de Chaulnes d’intervenir personnellement auprès du roi pour faire annuler de récents édits. De même, la foule rennaise juge la duchesse digne d’attentions particulières. Un jour, elle la bombarde à coups de pierres, l’empêche de quitter la ville (sans toutefois la faire prisonnière, distinction plutôt subtile, comme le fait remarquer Mme de Sévigné) et va jusqu’à attaquer son carrosse. Un groupe de femmes l’importune en lui demandant d’être la marraine d’un nouveau-né, c’est-à-dire d’assumer le rôle traditionnellement réservé à l’épouse du seigneur. Lorsqu’elle accepte, elles jettent dans sa voiture le cadavre en décomposition d’un chat ; au même moment, un de ses pages est touché à l’épaule par un coup de feu parti de la foule44. Le choix d’un chat est-il fortuit ? C’est peu probable, étant donné la fonction allégorique particulière du chat à l’époque moderne45. La foule, c’est certain, considère que la duchesse de Chaulnes est une personnalité politique puissante à part entière, même si elle n’occupe pas de position officielle.

  • 46 N. Keohane, Philosophy and the State, sur le principe général de conciliation de notions apparemme (...)
  • 47 J.R. Major, representative government.

38Il faut également éviter la mentalité binaire (l’un ou l’autre) quand on se penche sur les élites politiques masculines46. J. Russell Major a soutenu que les Etats du xvie siècle faisaient partie intégrante de la monarchie française de la « Renaissance », et qu’ils jouèrent un rôle significatif comme courroies de transmission de l’opinion publique. Major voit la Couronne infléchir son attitude envers les Etats sous Henri IV (et Sully), et se désintéresser progressivement de l’opinion publique. L’apogée de ce mépris envers celle-ci (et, par extension, envers les Etats) est l’absolutisme : le roi (Louis XIV) sans limites47. Un aspect de cet « absolutisme » est l’élimination des Etats provinciaux : dans le Sud-Ouest, en Normandie, en Dauphiné et en Provence.

39Pourquoi le roi préserve-t-il les Etats en Languedoc et en Bourgogne, deux provinces qui se sont révoltées contre les élus au début des années 1630 ? Pourquoi préserve-t-il les Etats de Bretagne en 1675 ? De fait, le duc de Chaulnes recommande spécifiquement l’utilisation des Etats pour permettre au roi de rétablir complètement l’ordre dans la province. Il comprend parfaitement la double nature des Etats et, dans une lettre du 26 juin 1675 à Colbert, il écrit :

  • 48 J. Lemoine, « La révolte », document lviii.

Je crois qu’il est important que l’on ne sache pas à Paris, quand vous m’envoirés les lettres des Estats, il seroit mesme nécessaire de les envoier dans une petite cassette par le messager, la raison est, Monsieur, que s’il est de l’interest de cette province et mesme du bien des affaires du roy d’advancer les Estats, il se pouroit qu’il conviendroit alors de les reculer en sorte que le roy peut revenir dans le temps que l’on les tiendroit, parce que je scay que ceux qui ont esté trompés dans leurs espérances par l’assoupissement des troubles de cette ville, veulent reprendre leur revanche aux Estats et mettent les fers au feu pour y eslever une fronde48.

40Les Etats peuvent servir les objectifs des mécontents appartenant à l’élite locale mais, dirigés avec soin, peuvent encore mieux servir les besoins du roi. Chaulnes entame ensuite une discussion détaillée des raisons pour lesquelles il faudrait que les Etats se tiennent à Dinan plutôt qu’à Nantes, et le roi suit ses conseils. Les Etats de Bretagne (et ceux de Languedoc) survivront parce qu’ils sont utiles au roi et aux classes dirigeantes locales ; les Etats qui périssent sont ceux qui ne remplissent aucune fonction sérieuse.

41Chaque camp a certains intérêts vitaux à protéger mais ceux-ci ne sont nullement inconciliables. Le roi veut de l’argent, les Etats veulent protéger leurs propres revenus. Le compromis sur cette question centrale est simple : il faut faire payer quelqu’un d’autre. Cette politique aura de graves effets négatifs sur l’économie bretonne (et angevine) mais elle paraît sauvegarder la position politique et économique de ceux qui dominent les Etats : les propriétaires terriens.

42D’Etampes-Valençay, l’intendant de 1636, écrit à Séguier à propos des difficultés qu’il rencontre à Rennes (et qu’il craint de rencontrer ailleurs). Un de ceux à qui il demande conseil est le cousin de Richelieu, Charles du Cambout, baron de Pontchâteau. Comme on l’a vu, Cambout est l’un des commissaires du roi aux Etats de 1636, mais il siège aussi avec le Second Ordre (qu’il lui arrive de présider) et agit en tant que député des Etats à la Cour. Valençay offre un aperçu fascinant sur les sentiments mêlés de gens comme Cambout :

  • 49 B. Porchnev, Les soulèvements populaires en France avant la Fronde, 1623-1648, Paris, 1963, append (...)

En quoy je me trouve beaucoup fortifié que s’est ladvis de Mons. De Pontchasteau avec qui j’en ay conferé estant a Quimpercorantin lequel comme bon compatriote aime la conservation des privileges de la province autant que personne du monde mais comme bon et zele serviteur du Roy desire aussy que la dignite royale ne soit point violée et que ses subjects luy obeissent49.

43Les Etats de Bretagne ne sont pas une assemblée de rustres débiles, passéistes et obstructionnistes, livrant un ultime combat pour les privilèges et contre une monarchie modernisatrice et centralisatrice. C’est un groupe de puissants propriétaires, qui compte quelques nobles de stature nationale, lesquels se servent des Etats pour protéger non des privilèges obscurs mais des intérêts économiques très réels. Ils protègent leurs tenanciers de la taxation directe, sauvegardant du même coup le revenu foncier et préservant en particulier les ressources en liquidités nécessaires pour payer des droits d’entrée plus élevés ; ils s’octroient des pensions (et financent tous les deux ans une longue et fastueuse série de soirées mondaines) ; ils fournissent au roi assez d’argent pour le convaincre de les laisser continuer de diriger la province. Le problème pour celle-ci est que les intérêts des propriétaires ne sont pas ceux des autres Bretons. Pour ceux qui doivent payer des rentes, des impôts et des dîmes plus élevés, le pouvoir incontesté de l’élite terrienne se révèle être un désastre complet. Pour les propriétaires eux-mêmes, cette solution préserve leur pouvoir politique mais obère sans doute leur position économique (car les rentes déclinent ou se stabilisent après 1660).

44Quelle est la nature de l’Etat monarchique français, de la société française, au xviie siècle ? Premièrement, l’Etat plus fort n’est pas la manifestation d’une réalité appelée absolutisme mais individualisme. La capacité illimitée de l’Etat à agir, à légiférer, fait du roi l’individu numéro un. Tandis que la société française tend vers l’individualisme, l’élite politique juge qu’il lui faut un Etat fort et centralisé pour vaincre le désordre qui est la conséquence immédiate d’un individualisme effréné. Dans une société où les gens n’ont pas encore intériorisé les nouvelles valeurs auto-restrictives de la raison, les institutions sociales, par-dessus tout l’Etat et l’Eglise, doivent servir de freins à l’action individuelle. A la fin du xviiie siècle, jugeant que les gens ont suffisamment développé leur raison pour se contrôler eux-mêmes (c’est l’idéal rousseauiste selon lequel « la liberté est l’obéissance à la loi que l’on s’est forgée soi-même » – à des lois évidemment conçues grâce à la raison), l’élite politique renversera à la fois l’Etat et l’Eglise.

  • 50 Tel est l’argument du camp de la domination masculine dans la « querelle des femmes ». Le camp opp (...)

45Le principe qui veut que les hommes soient égaux est en soi une attaque contre le principe de l’ordre, comme l’entendent les hommes du xviie siècle. L’ordre présuppose une hiérarchie ; l’égalité signifie une absence de mise en ordre, et donc une remise en cause de l’ordre lui-même. L’accent mis sur la raison ferme automatiquement la porte de l’individualisme à certaines personnes, et le groupe le plus nombreux qui est ainsi disqualifié est celui des femmes. Les hommes sont rationnels, les femmes sont émotives ; la raison doit maîtriser l’émotion, et il convient donc que les hommes reçoivent des pouvoirs accrus pour contrôler les femmes50.

46De même il n’est pas question que la bête qui est dans l’homme jouisse de la liberté individuelle. Combien de fois n’avons-nous pas vu dans ces pages un membre de l’élite soutenir qu’artisans, ouvriers et paysans sont des bêtes, des brutes, qui comprennent à peine le français ou la raison, selon l’expression révélatrice de Lavardin ? Il revient à l’Etat et à l’Eglise, unissant leurs efforts, de mater ces bêtes sauvages par la répression politique et morale. L’Etat fera tout cela au nom de l’ordre, en se protégeant des attaques contre la sainte trinité du roi, de la justice et de Dieu.

  • 51 Dans le Midi, les luttes entre factions sont endémiques, si l’on en croit les ouvrages de S. Kette (...)

47Les classes inférieures comprennent la discordance entre leurs intérêts et ceux des propriétaires, mais il leur est difficile d’agir efficacement pour faire avancer leurs objectifs, dans la mesure où l’élite détient tous les leviers du pouvoir. Il est rare qu’éclate le genre de combats entre factions qui ont causé tant de problèmes en Provence et en Languedoc dans la première moitié du xviie siècle ; les seuls exemples bretons sont la brève dispute à propos des Etats en 1651 et les révoltes de 167551. Les classes inférieures peuvent seulement créer une atmosphère générale dans laquelle les élites vivent en permanence dans la crainte et l’insécurité, dans « un pays ou peu de personnes sont en seuretez contre les irruptions d’une populace mutinée », pour reprendre la remarque de Sébastien Corantin (commis des taxes sur le vin, Fouesnant, 1725).

48Les élites agissent à l’intérieur de ce climat d’insécurité et cherchent à superviser tous les aspects de la vie sans exception. Elles surveillent de près la moralité des basses classes ; elles accaparent toutes les positions dans toutes les institutions importantes – conseils de ville, gouvernement royal, Eglise, hôpitaux, seigneuries ; elles se marient entre elles et développent des réseaux de clientèles fondés sur la famille et le patronage ; elles permettent une mobilité sociale considérable à ceux qui ont de l’argent et souhaitent le dépenser d’une manière socialement respectable ; elles promulguent des restrictions légales contre tout ceux qui menacent l’ordre émergent de l’individualisme, qu’il s’agisse des femmes dans leur ensemble ou des hommes des classes inférieures. Pour la masse de la population, qu’elle soit urbaine ou rurale, la vie est un combat permanent contre les forces de l’ordre, une lutte où hommes et femmes cherchent à s’exprimer en tant qu’individus. La plupart y arrivent par le biais d’un comportement banal, qui consiste tout simplement à partir ailleurs. De plus en plus, ils cherchent aussi à s’organiser en groupes afin de protéger leurs besoins individuels.

49Les basses classes supportent mal les forces de l’ordre, autant pour des raisons sociales et politiques que pour des raisons économiques. C’est une erreur de monter en épingle un aspect de leurs relations pour dire, par exemple que le facteur critique dans les rapports entre riches et pauvres est la nature de l’exploitation économique. A longue échéance, ce sera sans doute vrai mais, dans le court terme de la vie quotidienne, ce qui compte davantage c’est l’antipathie personnelle que suscite le commis des taxes sur le vin ou le lieutenant du prévôt, qui visitent les tavernes pour perturber la vie des gens du commun.

50On a vu, au chapitre vii, les affrontements souvent violents qui se produisent entre les forces de l’ordre et les classes inférieures, en particulier dans les tavernes. Me reviennent ici à l’esprit les paroles d’Henri de la Haye, alors qu’il est au premier rang de la foule lancée aux trousses des commis des taxes sur le vin venus inspecter le cabaret d’Anne Plessis. Les commis nous rapportent qu’il blasphémait le saint nom de Dieu, incitait la foule à se soulever et l’exhortait à la violence contre les commis. Quand ceux-ci sortirent dans la rue et prirent la fuite, il les poursuivit en criant que « tout le monde estoit comme luy ». Je crois qu’il avait raison et, ce qui est plus important, que les forces de l’ordre de la France du xviie siècle le croyaient aussi. Les convictions de la première modernité selon lesquelles la société était peu sûre, instable, trop mobile, et les hommes (et encore plus les femmes) étaient des sauvages qu’il fallait discipliner grâce à des lois déterminées par la raison humaine, sont au cœur du développement de l’Etat monarchique en France, de son lien avec la société française et de leur recherche commune d’un ordre établi qui puisse être défendu.

Notes

1 H. de Rohan, Mémoires, Paris, 1822, tome i, p. 174-75.

2 L. Febvre, the Problem of Unbelief in the Sixteenth Century : the religion of rabelais, Cambridge (Mass.), 1982, p. 100. (Éd. originale : Le problème de l’incroyance au xvie siècle. La religion de rabelais, Paris, 1942).

3 Le terme « méchant » provient de R. muchembled, L’invention de l’homme moderne, Paris, 1988.

4 M. Raeff, the Well-Ordered Police State, New Haven, 1983, p. 11.

5 Exemples bretons dans F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, Rennes, 1909, 2 vol. ; dans C. Colbert de Croissy, La Bretagne en 1665, et dans les papiers de la Chambre des Comptes, ADLA, B 66-79.

6 Voir N. keohane, Philosophy and the State in France et S. Hanley, the Lit de Justice of the Kings of France, Princeton, 1983 (trad. fr., Le lit de Justice des rois de France, Paris, 1991), sur la capacité législative et l’absolutisme. Comme on l’a vu plus haut, Bodin utilise aussi cette définition.

7 W. Beik, Absolutism and Society, conclusion, ainsi que P. Anderson, Lineages of the Absolutist State et les travaux de Brenner.

8 C’est à R. Mousnier qu’on associe le plus étroitement ce modèle, mais il remonte au travail de G. Pagès, dont le meilleur résumé se trouve peut-être dans son « Essai sur l’évolution des institutions administratives en France du commencement du xvie siècle à la fin du xviie siècle », revue d’Histoire Moderne, 1935, p. 8-57 et 113-38. On peut trouver une présentation plus récente de ces idées dans P. Deyon, « Rapports entre la noblesse française et la monarchie absolue », revue Historique, vol. ccxxxi, 1964, p. 341-356. L’exposé le plus extrême de cette théorie est peut-être celui de R. Mousnier, « Monarchie contre aristocratie dans la France du xviie siècle », xviie Siècle, 31, 1956, p. 377-381.

9 AM de Nantes, « Livre des Merciers ».

10 J. Collins, « Geographic and Social Mobility in Early-Modern France », Journal of Social History, vol. xxiv, n°3, 1990, p. 563-577.

11 BnF, Mss. Fr. 22342, fol. 193v et s. En 1566, c’est le même groupe qui paye les francs fiefs : Bernard et Yvon Rocaz, Jan Picault, François et Anne Menardeau, Guillaume et Pierre Bernard, Mathurin André, Marguerite et Michel Poullain, Pierre Le Breton, François Salomon, tous membres de familles qui entreront ensuite à la Chambre des comptes, la plupart avant 1600 (ADLA, B 3023).

12 C. Colbert de Croissy, La Bretagne en 1665 ; voir ci-dessus, chap. i.

13 ADLA, B 2461.

14 ADIV, C 2774.

15 W. Beik, Absolutism and Society, p. 335, la qualifie de « société de la dernière période féodale ».

16 Y. Durand, Les Fermiers généraux au xviiie siècle (Paris, 1971).

17 « L’absolutisme est la manifestation d’un système de domination qui protège les intérêts d’une classe privilégiée d’officiers et de seigneurs terriens » : W. Beik, Absolutism and Society, p. 335.

18 Tous les seigneurs ne sont pas des nobles militaires ; de nombreux parlementaires, qui ont servi pendant des générations dans la noblesse et la justice, détiennent des seigneuries. Sur la Bretagne : F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne ; sur Paris : F. Bluche, Les magistrats du Parlement de Paris au xviiie siècle, Paris, 1960 ; sur la Provence : S. Kettering, Judicial Politics and Urban revolt : the Parlement of Aix-en-Provence, 1629-1659, Princeton, 1978 et D. Bohanan, Old and new nobility ; sur la Normandie : J. Dewald, the Formation of a Provincial nobility : the Magistrates of the Parlement of rouen, 1499-1610, Princeton, 1980.

19 Chaulnes à Colbert, 26 juin 1675, dans J. Lemoine, « La révolte », document lix.

20 J. Collins, « La flotte normande au début du xviie siècle : le mémoire de Nicolas Langlois (1627) », Annales de normandie, 1984, p. 161-80. Les marchands normands protestent vigoureusement contre les monopoles, celui de la pêche à la baleine en particulier. Les marchands bretons font de même (voir ci-dessus, chap. v).

21 Voir D. Dessert, Argent, pouvoir et société au grand siècle, Paris, 1984, sur l’usage considérable de capitaux émanant de la noblesse pour financer les syndicats de fermiers des impôts à partir des années 1640.

22 D. Dessert, Argent et E. Esmonin, La taille en normandie au temps de Colbert, Paris, 1913, sur les changements intervenus dans la manière de lever les impôts directs.

23 R. Harding, Anatomy of a Provincial Elite : the royal governors of renaissance France, New Haven, 1980, étudie ces réseaux au xvie siècle. K. Neuschel, Word of Honor, apporte plusieurs correctifs à la perspective à sens unique que nous donnons souvent à ces relations. Voir ses chapitres iii et v pour une analyse approfondie de la réalité du système clientélaire dans la famille Condé. Quant aux militaires du xviie siècle, Milletot, avocat général de Bourgogne, soutient en 1651 que tous les gouverneurs de forteresses ou de villes, tous les officiers militaires en Bourgogne (mais aussi tous les abbés et la majeure partie du Parlement) sont des clients de Condé : M.-A. Milletot, Mémoire des choses qui se sont passées en Bourgogne depuis 1650 jusqu’à 1668, Dijon, 1866, p. 3-4.

24 C. Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, 1986, p. 237 et 239.

25 « Libre discours sur le temps présent, 1617 », par le duc de rohan, dans Mémoires, p. 173-182.

26 J.-P. Babelon, « Compte rendu du Colloque Henri IV », dans Quatrième Centenaire d’Henri IV, Colloque de Pau, éd. P. Tucoo-Chala, Pau, 1990, a le premier exposé de manière systématique l’idée que la formation militaire d’Henri IV et de Sully a joué un rôle clé dans leur conception de l’administration royale.

27 S. Collins, From divine Cosmos, chap. i et iv.

28 S. Hanley, « Engendering the State : Family Formation and State Building in Early Modern France », French Historical Studies, vol. xvi, n°1, printemps 1989, p. 4-27.

29 R. Muchembled, L’invention de l’homme moderne, ch. 3.

30 AD Aube, supplément E 5340.

31 AM de Nantes, FF 119.

32 ADLA, G 49.

33 ADLA, G 47 (1638), G 48 (1640), G 50 (1669) et G 51 (1675).

34 AD Aube, supplément E 5340.

35 S. collins, From divine Cosmos, p. 29.

36 N. elias, La Société de Cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974 (trad. franç.), spécialement chap. iii et iv.

37 L’expression est de B. pascal, Pensées, Paris, 1954, p. 1149. Pascal est conscient des conséquences : « Il est nécessaire qu’il y ait de l’inégalité parmi les hommes, mais cela étant accordé, voilà la porte ouverte non seulement à la plus haute domination, mais à la plus haute tyrannie. »

38 J. Delumeau, rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, 1989, p. 24, citant J.-B. Bossuet, Cinquième avertissement aux protestants (1690).

39 Ibid., p. 25.

40 Ibid., p. 23. Plus loin (p. 28), il ajoute : « Le besoin de sécurité, incluant la protection sociale et le droit au travail, a pris dans notre civilisation une telle importance qu’il y est devenu une obsession. » Il affirme que les origines de celle-ci remontent au début de l’ère moderne.

41 S. Hanle, « Engendering the State », p. 9-13.

42 C’est à Nantes, en 1579, qu’elles semblent avoir joué ce rôle pour la première fois : AM de Nantes, GG 726.

43 J. Collins, « Economic Role of Women ».

44 P. Clément, Histoire de Colbert et de son administration, Paris, 1874, p. 270. Cette histoire figure aussi dans le journal de Toudoux, ADIV, 1 F 691, 65. Mme de sévigné, Lettres, t. i, p. 777, lettre du 26 juillet 1675 à Mme de Grignan.

45 R. Darnton, « Great Cat Massacre », spécialement p. 82-89.

46 N. Keohane, Philosophy and the State, sur le principe général de conciliation de notions apparemment contraires dans la pensée politique de la première modernité française.

47 J.R. Major, representative government.

48 J. Lemoine, « La révolte », document lviii.

49 B. Porchnev, Les soulèvements populaires en France avant la Fronde, 1623-1648, Paris, 1963, appendice, document xvi.

50 Tel est l’argument du camp de la domination masculine dans la « querelle des femmes ». Le camp opposé adopte une nouvelle attitude au milieu du siècle, avec l’ouvrage du cartésien François Poullain de la Barre, de l’égalité des deux sexes, Paris, 1673. La traduction anglaise contemporaine, the Woman as good as the Man. Or the Equality of the two Sexes, a fait l’objet d’une réimpression à Detroit en 1988. Poullain de la Barre adopte le point de vue, révolutionnaire pour l’époque, selon lequel femmes et hommes sont égaux parce que les unes et les autres sont doués de raison.

51 Dans le Midi, les luttes entre factions sont endémiques, si l’on en croit les ouvrages de S. Kettering, Judicial Politics, et W. Beik, Absolutism and Society.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540