Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bretagne dans l'État royal

 | 
Gauthier Aubert
, 
Hamon Philippe

Chapitre II. La société bretonne

Texte intégral

Le cadre institutionnel du contrôle social

  • 1 R. Chartier et D. Richet, Représentation et pouvoir politique : autour des États-Généraux de 1614, (...)

1La répartition du pouvoir politique dans la Bretagne moderne suit de près la répartition des ressources économiques. La province, comme toutes les provinces françaises sous l’Ancien Régime, a une structure apparente de société d’ordres. Cette structure fait partie du système d’autorité politique et morale ; et, surtout, elle influence fortement la manière dont sont perçus le pouvoir et l’autorité. Le langage du discours politique au xviie siècle est celui de la tradition, du respect de la coutume et, par extension, d’une société hiérarchisée1. Cependant, s’il est certain que les contemporains pensent de cette manière, le fait est qu’ils agissent souvent selon des systèmes d’organisation sociétale différents. Les Etats de Bretagne protègent invariablement les privilèges qui ont une grande importance économique aux yeux des élites provinciales.

  • 2 E. Burke, Reflections on the Revolution in France, New York, 1973, p. 45, écrit : « La politique i (...)

2En Bretagne, comme en Languedoc, le grand pouvoir dont est investie toute la panoplie des institutions monarchiques – cours souveraines, Etats, corps de villes, systèmes seigneuriaux – implique que les limites imposées aux actions de la monarchie conservent leur efficacité pendant tout l’Ancien Régime. Le contrat passé entre les Etats et la Couronne offre le meilleur symbole de ces limites. Ce contrat place les obligations du roi envers la province précisément dans la sphère qui, selon les contemporains, lui laisse la plus petite liberté d’action. Bien que la Bretagne n’ait aucune constitution particulière, un ensemble de contrats assure aux élites bretonnes des garanties, comparables à celles d’une constitution, contre un comportement arbitraire2.

3Dans ces contrats, les classes inférieures bénéficient d’une certaine protection contre une conduite royale arbitraire, mais cette protection est accordée au prix d’une plus grande liberté d’action pour les élites locales. Quand les classes inférieures tirent des bénéfices réels de ces contrats, comme lorsqu’il s’agit de soustraire les Bretons aux juridictions non bretonnes, tels que les tribunaux de la gabelle, en général ces avantages profitent aussi aux élites locales. La relation entre les élites et la masse de la population repose sur la déférence érigée en système, mais, sous-jacent à ce système, circule un courant persistant d’irrespect envers les autorités. Les antagonismes présents dans la société bretonne moderne sont en partie fondés sur la division entre les classes, c’est-à-dire qu’ils sont liés à la relation entre l’individu et les moyens de production, mais ils ont aussi d’autres sources.

  • 3 J. Collins, « The Economic Role of Women in Seventeenth-Century France », French Historical studie (...)

4Les trois autres facteurs importants qui sont à la base d’un tel mécontentement sont le sexe, l’âge et la mentalité propre à une société fondée sur l’ordre. Les femmes ont une autre raison de se plaindre de l’ordre dominant : elles ont certes les mêmes griefs que les hommes, fondés sur la classe et sur l’ordre, mais la répartition des rôles fondée sur le sexe a pour conséquence de faire jouer aux femmes un rôle particulièrement important dans l’expression de ces doléances. Bien sûr, la responsabilité particulière qui est la leur dans le domaine de l’alimentation, jointe à leur immunité juridique, donne aux femmes une place prépondérante dans les émeutes frumentaires, mais nous avons tendance à oublier dans quelle mesure ce sont les femmes qui tiennent les étals sur les marchés et les comptes des ateliers d’artisans. En conséquence, les conflits opposant les collecteurs de l’impôt indirect à la population civile mettent souvent en cause une femme qui tient une taverne, un étal de marché, ou une boutique3.

5Les jeunes restent en marge de la société. Ceux qui ont autour de vingt ans sont en général célibataires, mobiles et pauvres. En ville, ils prennent leurs repas à la taverne, où ils se rassemblent aussi pour jouir de la compagnie. Le grand nombre de ces personnes réunies dans les tavernes est à l’origine de la dualité de la taverne en tant qu’espace privé (pour les jeunes hommes, elle fait partie de leur chez eux), et qu’espace public (pour les autorités, les tavernes sont des lieux de perdition, d’où le mécontentement, si étroitement lié à la turpitude morale de la vie au cabaret, n’est jamais absent). Ces jeunes gens, comme ceux de toutes les sociétés modernes, chérissent leur indépendance vis-à-vis des autorités et supportent très mal les efforts déployés par ces mêmes autorités et par la société civile pour les obliger à se conformer à leurs règles. En dehors des griefs liés au sexe et à l’âge, tout le monde a des doléances qui ne peuvent se comprendre que dans le cadre d’une société d’ordres : problèmes de préséance, violations de l’ordre « traditionnel ». Ces griefs quant à l’ordre sont invariablement politiques, et pourtant souvent sans aucun lien avec les questions économiques.

6Pour comprendre la répartition du pouvoir social et politique en Bretagne, il nous faut d’abord esquisser la structure institutionnelle de la province (voir le chapitre iii, pour davantage de détails). La société politique bretonne comporte six éléments administratifs majeurs : les Etats, le Parlement, la Chambre des Comptes, le système judiciaire inférieur, les seigneuries et les corps de villes. Ces institutions tendent à empiéter les unes sur les autres, surtout dans le cas des seigneuries (qui constituent aussi, bien entendu, une structure économique de base). Pratiquement tous les députés des Etats sont des propriétaires terriens, comme le sont aussi presque tous les officiers royaux, et une grande partie de ces gens sont des seigneurs. Les structures administratives des villes comprennent deux éléments : des officiers du roi, tels un sénéchal ou un prévôt, et des officiers locaux, comme un maire ou des échevins (ou, dans des villes de moindre importance, un procureur syndic). Beaucoup de ces officiers citadins possèdent des quantités considérables de terres, même si peu d’entre eux sont des seigneurs.

7Les degrés inférieurs de la magistrature royale participent à l’administration directe des grandes villes et, à titre individuel, les officiers sont souvent municipaux en même temps que royaux. Ces personnes, le sénéchal de Nantes par exemple, représentent d’ordinaire les villes aux Etats. Si cela ressemble à une élite sévèrement contrôlée et nettement définie, l’impression est fondée, car tel est bien le cas. Ce n’est pas une élite fermée – il y a toujours place pour la nouvelle famille qui a réussi – mais il s’agit d’une élite assez bien définie et étroitement unie. Il existe une certaine tension entre les élites des villes et les propriétaires fonciers, surtout aux Etats, mais en dépit de la grande proportion de Bretons habitant des villes (sans doute plus de 20  %), celles-ci ne sont jamais en mesure de menacer sérieusement la suprématie politique et sociale de la noblesse terrienne. Les deux villes les plus puissantes – Rennes et Nantes – réussissent souvent à protéger leurs intérêts propres, laissant les villes de moindre importance se débrouiller seules et mal. Cependant, même Nantes est régulièrement perdante lorsque ses intérêts entrent en conflit avec ceux des propriétaires terriens.

  • 4 Voir AM Nantes, AA 75, pour une liste de quelques-uns des députés du tiers état.

8La nature de la représentation du tiers état milite aussi contre les intérêts des marchands, parce que les délégués des villes sont généralement issus du groupe des robins. Dans pratiquement tous les cas, les villes délèguent leur procureur syndic, un juriste, et le maire, qui est souvent juge d’une cour royale. La ville de Nantes délègue généralement ces deux personnalités et le sous-maire ; au xviie siècle, au cours duquel aucun marchand ne sera maire de Nantes, les députés de la ville aux Etats appartiennent toujours à son élite juridique plutôt qu’à son élite marchande. Aux Etats de 1619, marqués par une longue querelle de préséance au sein du tiers état, la députation de Morlaix, ville qui plus souvent que toute autre députe un marchand aux Etats, comprend Yves Gourville, avocat, et Pierre Callouet, juge ; celle de Rennes comprend Guy Mantes, alloué (juge assesseur) de la cour prévôtale. Les Etats règlent cette querelle en confiant au président du présidial, dans la juridiction duquel les Etats sont réunis, le soin de présider l’ordre. Ainsi même le tiers état est-il gouverné par le groupe des propriétaires et des hommes de loi4.

9Les Etats seront étudiés en détail dans les chapitres iv et v ; à ce stade seules sont nécessaires quelques précisions quant à leur composition et leurs pouvoirs. Les Etats comportent trois ordres : le clergé, les nobles et les villes. Les paysans n’ont aucune représentation directe aux Etats de Bretagne, lesquels reflètent la tradition française médiévale selon laquelle ce sont les propriétaires fonciers qui représentent les paysans. Le clergé est composé des neuf évêques, de représentants des neuf chapitres cathédraux, et de plusieurs abbés. Le clergé paroissial ne bénéficie d’aucune représentation aux Etats. Pour la noblesse, le droit de participer avait été réservé aux détenteurs d’un fief jusqu’au milieu du xvie siècle, mais la pratique s’instaure progressivement de permettre à tous les nobles bretons d’y venir. Cette pratique est officiellement codifiée par les Etats au début du xviie siècle. Une réglementation datant du xve siècle fixe la présidence de la noblesse, ordre prépondérant, en fonction du rang au sein des neuf baronnies de Bretagne ; en l’absence des neuf barons, l’ordre élit son propre président. Dans la pratique, le président du Second Ordre est toujours membre de l’une ou l’autre d’un tout petit nombre de familles : les Rohan, les La Trémoille, les Cambout-Coislin, les Rosmadec, les Retz.

  • 5 A. Rébillon, Les etats de bretagne de 1661 à 1790, Paris, 1932, renferme une documentation importa (...)

10Les Etats eux-mêmes désignent les villes auxquelles est accordé le droit de participer. La liste de ces villes se modifie légèrement aux xve et xvie siècles, mais les Etats finissent par se mettre d’accord sur une liste de quarante-quatre villes en 1613. Il est rare que les députés de plus de vingt ou vingt-cinq villes soient présents. La direction du Tiers revient habituellement à Nantes ou Rennes, et c’est cette dernière qui traditionnellement assure la présidence. Il arrive parfois que la rivalité entre ces deux villes nuise à la solidarité de l’ordre ; ceci mènera en 1619 à l’adoption d’une disposition particulière concernant la préséance au sein du tiers état, laquelle stipulera qu’il appartient désormais au président du présidial, dans la juridiction duquel sont réunis les Etats, d’assurer la présidence de l’ordre5.

  • 6 Il n’y a pas de session en 1627, mais il y en a eu deux en 1626, et les Etats de 1628 se réunissen (...)
  • 7 Plusieurs modestes surtaxes directes sont votées sous Henri IV, afin de permettre le versement de (...)

11Les Etats sont censés se réunir une fois par an, le 25 septembre, afin de voter tous les impôts pour l’année à venir. Ces réunions annuelles ont effectivement lieu – excepté en 1615 – jusqu’en 1630, date à partir de laquelle elles deviennent bi-annuelles6. Dans les années 1630 et 1640, les réunions se tiennent souvent en décembre et débordent sur janvier. Les Etats ont le droit de consentir à tous les impôts, bien que leur rôle dans le vote des taxes traditionnelles – le fouage, les impôts – soit devenu purement honorifique à la fin du xvie siècle. Ils font chaque année au roi un don important, alimenté au xvie siècle par un large éventail de taxes mais, au xviie siècle (jusqu’en 1643), exclusivement par une taxe sur la vente du vin au détail7. En échange, le roi signe un contrat avec les Etats et promet d’abolir certains offices ou impôts et de redresser divers autres griefs. Les Etats empêchent avec beaucoup d’efficacité la création de nouveaux impôts ou offices et obtiennent que des mesures soient prises concernant beaucoup d’autres plaintes. Ils ne peuvent empêcher la fiscalité royale de tripler dans la première moitié du siècle, mais ils parviennent cependant à déterminer la manière dont l’argent supplémentaire sera levé.

12Les deux cours souveraines luttent l’une avec l’autre et contre les Etats, bien que tous fassent souvent cause commune contre le roi. Le Parlement, avec son effectif pléthorique de juges appartenant à la noblesse terrienne, est le sommet de la société provinciale. De nombreux parlementaires bretons peuvent faire remonter leur filiation jusqu’au xive siècle, si bien que la distinction robe/épée n’a qu’une signification marginale en Bretagne. Les plus hauts degrés de la magistrature, les parlementaires, comprennent de nombreux juges issus de vieilles familles nobles, et un bon nombre des membres du Parlement sont des seigneurs. Les familles, dites « d’épée », qui siègent au Parlement ont souvent acquis des charges judiciaires mineures au début du xvie, voire à la fin du xve siècles, et ont ensuite acheté des charges après qu’Henri II eut créé le Parlement (en 1554). Le Parlement est, en théorie sinon toujours en pratique, la cour d’appel suprême en Bretagne. Il enregistre tous les édits royaux – et peut de ce fait exercer un important pouvoir de veto en faisant traîner les choses –, contrôle l’appareil judiciaire de la province, et intervient périodiquement dans l’administration de cette dernière, par exemple en ce qui concerne le commerce du grain.

13La Chambre des Comptes fonctionne en permanence depuis le début du xve siècle. Le fait qu’elle siège à Nantes en fait une rivale naturelle du Parlement, qui se réunit à Rennes. Les membres de la Chambre appartiennent à des familles de juristes nantais. Au xvie siècle, de nombreux fils de marchands entrent directement à la cour, mais au xviie siècle cela sera rarement le cas. A la fin du xvie et au début du xviie siècles, la Chambre sert souvent de tremplin pour accéder au Parlement, mais ce processus est pratiquement interrompu pour les familles qui entrent à la Chambre après 1600. Passé cette date, les familles de la Chambre, hormis celle du président, s’allient rarement par mariage aux familles de la noblesse parlementaire ou militaire.

  • 8 Voir exemples dans ADLA, B 65-80, documents de la Chambre des Comptes, 1600-1650. La position géné (...)
  • 9 ADLA, B 12 871, liste complète de tous les revenus, domaines, offices bretons ainsi que des questi (...)

14La Chambre vérifie tous les comptes bretons, même ceux des villes. Elle enregistre aussi tous les édits financiers royaux, et entre ainsi fréquemment en conflit avec le Parlement sur la question de savoir quelle cour devrait enregistrer tel ou tel édit8. Une particularité de la cour bretonne tient au fait que les deux trésoriers de France (trésoriers généraux) siègent comme membres ex officio de la cour, prenant rang juste au-dessous des présidents. Les familles parlementaires jugent acceptable une alliance matrimoniale avec les trésoriers et leurs familles. A la fin du xvie et au xviie siècles, de nombreux trésoriers quittent cet office pour accéder à un rang politique et social plus élevé (voir détails infra). Il faut souligner que la Bretagne est la seule généralité sans bureau des finances, dans la mesure où elle n’a que deux trésoriers, et non pas les dix (effectif qui atteindra plus tard, par paliers, entre dix-neuf et vingt-six membres) des autres généralités. L’appareil financier breton tout entier se compose de deux trésoriers, deux receveurs généraux, deux contrôleurs généraux, vingt receveurs de fouages, et un petit effectif d’officiers à la prévôté de Nantes. L’administration militaire a ses propres officiers de finance (moins de dix en tout)9.

  • 10 AM de Nantes, série CC, comptes du miseur (trésorier) de Nantes. 1605-1607 = CC 150, etc.

15L’appareil judiciaire inférieur comporte plusieurs niveaux. Le plus prestigieux est celui des cours présidiales, créées par Henri II à Nantes, Rennes, Quimper et Vannes. Le niveau inférieur du systèmes des cours royales comprend à la fois les bailliages et les sénéchaussées (il s’agit de tribunaux identiques, qui simplement portent un nom local différent), ainsi que deux prévôtés – Nantes et Rennes. Sénéchaux et prévôts sont en général les principaux officiers de leur ville chargés d’appliquer la loi et ils disposent de vastes pouvoirs de police. A Nantes, par exemple, le prévôt supervise le commerce du grain ainsi que tous les marchés, la sécurité générale de la cité, le port, et le système judiciaire. Le corps de ville veille à l’entretien des murs, des rues et des ponts, s’occupe aussi de l’hôpital et, dans certains cas – comme pendant la désastreuse famine de 1631 –, de l’aide aux indigents10.

  • 11 Les parlementaires peuvent venir de l’extérieur de la province – en théorie la moitié des officier (...)

16Les officiers royaux, tel le prévôt ou le sénéchal, sont invariablement issus des grandes familles robines de la région. Il peut s’agir d’une vieille famille de la noblesse dont les membres ont longtemps servi comme juges plutôt que sous les armes, comme c’est souvent le cas à Rennes, mais il s’agit en général d’une ancienne famille de négociants qui a depuis longtemps renoncé à toute activité marchande au profit du droit : ils sont devenus notaires, procureurs, avocats (cas le plus fréquent). Le niveau le plus élevé de ce réseau, les cours présidiales, sert de vivier au Parlement durant toute la fin du xvie et le début du xviie siècles11.

  • 12 AM de Nantes, CC 167, comptes de 1637-1638, est un exemple parmi beaucoup d’autres. Les Etats de 1 (...)

17Le plus bas niveau institutionnel est la ville ou, à la campagne, la seigneurie. Les corps de ville disposent de ressources considérables au xviie siècle. Alors qu’on n’est guère surpris que des villes comme Nantes ou Rennes, avec leur population de 30 000 à 40 000 habitants, aient des budgets importants, des villes bretonnes plus petites peuvent également disposer de fortes sommes d’argent. Ici, comme ailleurs, les guerres de la Ligue paraissent avoir marqué un point de rupture décisif. Les énormes dettes des villes, s’élevant souvent à plus de 100 000 livres, les forcent à élargir l’assiette de leurs impôts. Une fois qu’elles disposent de budgets plus importants, elles trouvent d’autres façons de dépenser l’argent. Les villes dépensent celui-ci en aménagements édilitaires : nouveaux marchés, constructions d’hôpitaux, de collèges, de ponts, réparation des remparts, aide aux indigents, urgences médicales. Les grandes villes dépensent aussi des sommes considérables pour financer les députations aux Etats, les députations auprès du roi et d’autres hautes autorités, la distribution de vin aux notables locaux, et, dans le cas des villes qui accueillent périodiquement la réunion des Etats, l’hébergement des Etats12.

18Les offices municipaux, du moins à Nantes, deviennent progressivement plus oligarchiques au début du xviie siècle. Entre 1565 et 1589, Nantes a dix-neuf maires différents : cinq viennent des professions juridiques, un de chacune des deux cours, présidiale et prévôtale, deux du Parlement et deux de la Chambre des Comptes, et huit de familles du négoce ou de la finance. Une seule famille, les Harouys, fournit deux maires : maître Guillaume Harouys, greffier du Parlement, fils d’un trésorier de France, en 1572, et Charles de Harouys, écuyer, président de la cour présidiale, en 1588. Les fils de Charles, Louis (président de la Chambre des Comptes) et Jan (président du présidial), exercent les fonctions de maire en 1623 et 1625.

19L’infléchissement débute en 1598-99, lorsque Henri IV intervient directement pour nommer le maire, Gabriel Hus, rejeton de l’une des rares familles bretonnes à compter à la fois des officiers de finance et des officiers de justice. Hus est trésorier des Etats de Bretagne et l’un des fidèles partisans du roi. A partir de ce moment, aucun négociant ni aucun financier ne deviendra plus maire de Nantes. Les maires de la période 1599-1610 viennent des cours locales (trois), de la Chambre des Comptes (trois) et, dans un seul cas, du tribunal ecclésiastique de la ville. On ne connaît pas de cas où deux membres de la même famille aient exercé les fonctions de maire, même si, à compter de 1603, trois maires consécutifs sont des fils d’anciens maires.

20Ainsi s’instaure l’habitude de plus en plus fréquente de choisir les maires dans des familles qui ont déjà rempli cette fonction. Sur les dix-huit maires de Nantes qui se succèdent entre 1603 et 1638, on en trouve six dont le père a été maire avant 1603 et un septième, Pierre Bernard, dont le père a été sous-maire et dont la mère est une Poullain (Robert Poullain avait été maire en 1576). Trois autres maires sont les fils de maires qui ont exercé leur fonction entre 1603 et 1615 (Charrette, 1619, 1637, Bernard, 1633). Quatre des douze autres maires sont membres de la famille Charrette : René, sénéchal, en 1609 ; Louis, son frère, en 1613 ; Alexandre, fils de René, également sénéchal, en 1619, et René II, également sénéchal, en 1637. Un cinquième maire, Jacques Raoul, président de la Chambre, épouse Yvonne Charrette. Sur les quatre maires restants, deux appartiennent à la famille Blanchard, Jan en 1611 et Guillaume en 1631, le premier devenant ensuite président de la Chambre. Les trois autres maires sont André Morin (1617), descendant de Jan Morin, maire en 1571, René Menardeau (1627), et René de la Tullaye (1629). Ces deux derniers sont issus de familles en plein essor qui, l’une comme l’autre, fourniront plus tard des maires à Nantes. La famille de la Tullaye constitue une véritable dynastie à la Chambre des Comptes durant les xvie et xviie siècles ; cependant, pour plus de sûreté, René a épousé en secondes noces Isabelle Poullain.

  • 13 A. Perthuis et S. de la Nicollière-Teijeiro, Le livre doré de l’hôtel de ville de Nantes, Nantes, (...)

21Alors que, à la fin du xvie siècle, les maires de Nantes avaient été choisis dans un large éventail d’élites dirigeantes, comprenant beaucoup de marchands ou de financiers, au xviie siècle les maires sont invariablement des officiers de justice : entre 1611 et 1637 dix sont membres des tribunaux ordinaires et quatre de la Chambre. Il s’agit en général des officiers les plus haut placés dans leur cour respective : trois sénéchaux, deux présidents en exercice et un futur président de la Chambre ; des lieutenants généraux, des présidents, et des alloués membres des cours présidiales et prévôtales. Dans les années 1580, trois négociants sont maires de Nantes ; entre 1599 et 1680, pas un seul marchand n’occupera ce poste13. Tous les maires de Nantes en poste entre 1601 et 1680, excepté un, sont fils d’un officier de la justice royale : la seule exception est Pierre Poullain (1639-42), fils et petit-fils d’échevin, et père d’un autre maire, Jean Poullain (1661-62).

  • 14 Le maire et les membres du conseil de ville sont cités par ordre chronologique dans le Livre doré. (...)

22L’échevinage est composé de manière plus équitable et beaucoup de ses membres officiers sont issus du bloc de familles espagnoles qui associent leur profession d’officiers royaux à une activité marchande (ce qui, ainsi que nous le verrons plus loin, n’est pas le cas des familles françaises). La période allant de 1615 à 1631 est marquée par une forte représentation marchande au conseil, qui atteint des sommets en 1621 et 1622 : en 1621, cinq conseillers sur six sont des marchands ; en 1622, les marchands occupent quatre sièges sur six, et les deux officiers appartiennent aux familles Espinoze et Poullain, l’une et l’autre encore engagées dans le commerce. A la fin des années 1620, les officiers ont repris le dessus, occupant généralement quatre ou cinq créneaux sur six (trois sur quatre ultérieurement). Toutefois, il est possible que ces négociants aient possédé des terres car, pratiquement sans exception, ils se font appeler « sieur de »14.

  • 15 J. Kerhervé, F. Roudaut et J. Tanguy, La bretagne en 1665 d’après le rapport de Colbert de Croissy (...)

23Dans les campagnes, c’est le seigneur qui est responsable de l’autorité locale ; en Basse-Bretagne, il s’agit d’un noble d’ancienne famille, mais dans les régions entourant les grandes villes c’est souvent un membre d’un autre groupe. Près de Rennes, beaucoup de parlementaires possèdent des domaines seigneuriaux ; autour de Saint-Malo, Colbert de Croissy cite des familles marchandes qui ont acheté des seigneuries ; à Morlaix et à Nantes, on voit des familles de juristes acheter des propriétés, bien que ce processus rappelle celui du Vannetais, car ils achètent des sieuries, et non des seigneuries15. La province est truffée de minuscules justices, dont beaucoup ont leur propre petite foire ou petit marché et leur propre système de poids et mesures. Toutes les juridictions seigneuriales ne sont pas identiques : il y a plusieurs degrés de juridiction, avec les seigneuries principales (ménéantes) entendant en appel des affaires déjà jugées à un niveau inférieur. Ces justices supérieures appartiennent invariablement à une des familles les plus marquantes (Rohan, Rosmadec, Coëtquen, Rieux, etc.).

  • 16 Voir les codes paysans, copiés dans une écriture non contemporaine, dans ADIV, 1 F 692, documents (...)

24Les paysans supportent mal les nombreuses exigences seigneuriales : corvées, champarts, droits d’entrée. Ils s’irritent aussi des limites imposées à leurs activités par les règlements seigneuriaux : le manque d’accès aux bois et à l’eau, les abus inhérents aux chasses à courre et à la présence de colombiers. A bien des égards, ces griefs ressemblent à ceux des autres paysans français, à ceci près que le régime seigneurial dans son ensemble est plus dur en Bretagne que dans la plupart des autres régions, dans la mesure où le seigneur y prélève une part plus importante de la production que dans la plupart des autres provinces. Dans certains cas, cette part peut être énorme. Dans la presqu’île de Rhuys, par exemple, le seigneur est le roi, et le champart y représente un tiers de la récolte. Ceci est quelque peu excessif au vu des critères habituels, car le champart type équivaut à un sixième de la récolte sur toutes les terres marginales16.

25Le seigneur associe une exploitation purement économique à des pouvoirs de tutelle politique. Dans les campagnes, la cour seigneuriale constitue la première forme de recours judiciaire, mais la plupart des propriétaires bretons ne disposent pas d’une cour seigneuriale. Gallet a observé que la majorité des propriétaires dans soixante paroisses du Vannetais sont des sieurs, non des seigneurs. Il y a découvert quarante-huit cours seigneuriales, la plupart comprenant une haute justice, deux justices seigneuriales supérieures (Largouet et Rochefort), et douze cours ecclésiastiques. Ce ratio, en gros une juridiction par paroisse, est valable pour l’ensemble de la province, bien qu’il y ait des variations locales importantes (voir chapitre iii).

  • 17 J. Gallet, La seigneurie bretonne, p. 523-527.

26Sur les quarante-et-un seigneurs dont les origines sont connues, trente-huit appartiennent à de vieilles familles nobles. Les sieurs peuvent être de noblesse ancienne ou récente, ou même roturiers17. Comme nous l’avons dit dans l’introduction, il faut distinguer entre les seigneurs qui ont des justices minuscules (et se partagent souvent la juridiction d’une seule paroisse) et ceux qui détiennent des justices supérieures, comme Largouet et Rochefort. Ce sont ces derniers qui disposent d’un réel pouvoir dans la province, mais le régime seigneurial en tant que tel inclut toutes les justices.

  • 18 Pour les structures générales de la campagne bretonne, voir J. Meyer, La noblesse bretonne, p. 720 (...)

27C’est à l’ouest que ce régime est le plus dur, surtout dans les zones céréalières de Cornouaille, Vannes, Saint-Brieuc et Tréguier, et dans les landes dispersées dans toute la province. Les paysans du Léon sont beaucoup mieux lotis que leurs voisins, grâce à un système de tenure par location ou métayage, par opposition au régime du domaine congéable, avec accès à d’autres activités économiques telles que la production de toiles et l’élevage de bétail, et, dans les paroisses côtières, une source commode d’engrais, le goémon. Dans bien des cas, les paysans de la région viticole au sud de la Loire, dans le diocèse de Nantes, sont également mieux lotis. Le système habituel de tenure y est le complant, en vertu duquel le paysan-vigneron conserve entre deux-tiers et trois-quarts de sa récolte18. Dans le triangle Dol-Saint-Malo-Rennes une telle proportion de la population habite les villes (environ 40  %) qu’on peut difficilement parler du même genre de domination générale de la campagne par les nobles que dans les landes intérieures ou près de Vannes et Quimper. Ceci ne veut pas dire que des villages particuliers de cette région ne supportent pas un lourd fardeau, avec le même type de charges seigneuriales que dans l’ouest.

28Comment faut-il comprendre la manière dont ces élites dominent la province ? Il est impossible de discuter en détail chacun des aspects de la structure institutionnelle ; les nuances et, avec elles, le fonctionnement réel du système, nous échapperaient de toute façon. Examinons deux aspects séparés du système : 1) les modèles d’interaction sociale ; 2) les modèles de domination sociale. Nous reviendrons aux institutions elles-mêmes dans les chapitres iii, iv et v.

Modèles d’interaction sociale

  • 19 M. Couturier, Recherches sur les structures sociales de Châteaudun, Paris, 1969 ; P. Goubert, beau (...)

29Les élites bretonnes sont conformes aux modèles fondateurs de l’interaction sociale sous l’Ancien Régime. Elles connaissent un haut niveau d’endogamie socio-politique. Des preuves évidentes de structures clientélistes sont visibles dans les cérémonies sociales courantes, telles que baptêmes et mariages, et ces schémas s’observent dans n’importe quelle province française. Que ce soit à Châteaudun ou à Aix, Rouen ou Bordeaux, chaque couche de la société manifeste une forte propension à frayer avec les siens et à rechercher la protection des couches supérieures. Les familles nobles se marient entre elles : ainsi font les familles de robins et les familles d’artisans. Les immigrants des villes épousent d’autres immigrants ; les riches paysans épousent des paysannes riches19. Ces modèles d’intermariages concernent un pourcentage élevé des mariages, souvent les deux tiers ou davantage pour un groupe donné, mais les statistiques d’endogamie ne sont pas les indicateurs les plus utiles de la mobilité sociale ou géographique.

  • 20 P. Goubert, L’ancien Régime, Paris, 1969 (trad. angl. 1970). La nouvelle version de cet ouvrage fo (...)
  • 21 A. Croix, Nantes et le pays nantais au xvie siècle, Paris, 1976, p. 173-190.
  • 22 Biographie du fils, et quelques paragraphes sur Ruellan lui-même, dans Saulnier, Le Parlement de b (...)

30Le premier problème auquel on se heurte concerne l’image stéréotypée de la société sédentaire de l’Ancien Régime20. Selon cette conception, la plupart des gens, surtout les paysans, épousent des personnes de la même paroisse, si bien que la société est géographiquement (et socialement) tout à fait stable. Toutefois, ce modèle est moins valable en Bretagne que dans le Beauvaisis, où des taux d’endogamie de 85-90  % sont courants. Dans le pays nantais, la plupart des paroisses connaissent des taux d’endogamie de 70-80  % ; les époux non natifs sont invariablement originaires des villages alentour21. Et pourtant ces taux d’endogamie cachent un taux remarquablement élevé de mobilité, à la fois géographique et sociale. Cette mobilité s’étend des degrés les plus bas de la société aux plus élevés et, dans certains cas particuliers, comme celui du célèbre Gilles Ruellan, un individu se hisse du niveau le plus bas (au départ il était colporteur) au plus élevé (ce qui permet à son fils d’accéder au Parlement, et à sa fille d’épouser le duc de Brissac)22.

  • 23 T.J.A. Le Goff, Vannes and its Region in the eighteenth Century, Oxford, 1981 (trad. fr. 1989).
  • 24 ADF, 16 G 1. Le rôle de 1616 a été publié par D. Bernard, « Rôle des fouages à Audierne en 1616 », (...)

31Si on laisse de côté les taux d’endogamie, qui peuvent être des indices trompeurs d’immobilité, on peut observer une mobilité géographique considérable à l’intérieur de la province. Dans son étude sur le Vannetais au xviiie siècle, T.J.A. Le Goff distingue entre « natifs du village » et « étrangers », entre ceux que les Français de l’époque moderne auraient appelés « habitans » et « horsains »23. De fait, de telles distinctions sont clairement perceptibles dans presque tous les villages bretons. Les familles natives demeurent au village, souvent durant des siècles, alors que les étrangers vont et viennent avec régularité. On peut constater ce processus dans les villes bretonnes, par exemple à Audierne, Carhaix ou Lannion, ou dans les villages bretons, tels que Massérac. Ainsi à Audierne, entre 1616 et 1618, 28 des 242 contribuables disparaissent du rôle des fouages (si on exclut les neuf hommes remplacés par leurs veuves). Qui sont ces individus ? Des pauvres, pour la plupart : ils paient un fouage moyen d’environ 4 sous. Ils présentent une autre particularité. Sur les 242 contribuables, 136 partagent leur nom de famille avec un autre paroissien, ce qui n’est pas vrai des 105 autres (un cas est douteux) : sur les 136 seuls 7 sont partis (5,1  %), tandis que 21 des 105 autres ont disparu du registre. Nous constatons ici la division fondamentale entre ceux qui ont des liens avec le village, et qui restent, et ceux sans liens, et qui s’en vont24.

  • 25 ADF, 2 E 1501.

32On observe une tendance tout à fait similaire à Carhaix, où 17 contribuables sur 266 (6,8  %) disparaissent entre octobre 1603 et janvier 1604. Sur ces 17 personnes, 14 paient moins d’une livre d’impôt ; ces 14 personnes, soit 5,3  % de la population, paient moins de 1  % des impôts. Le taux des disparitions parmi ceux qui partagent, ou ne partagent pas, un nom patronymique est tout à fait frappant. Il y a 254 individus dont les noms sont clairement identifiables comme étant partagés ou non ; dans ce groupe, 142 partagent un patronyme, alors que 112 ne sont pas dans ce cas. Seules 5 des 142 personnes (3,5  %) partageant un patronyme ont disparu, tandis que 10 des 112 personnes (8,9  %) au patronyme isolé s’en sont allées. A Carhaix, la proportion des femmes célibataires correspond étroitement à celle des hommes ; alors que 54,9  % de tous les contribuables partagent un patronyme, c’est aussi le cas de 54,5  % des femmes « seules ». Le taux des disparitions chez les femmes est plus bas que chez les hommes25.

  • 26 ADIV, 1 F 1640, fonds La Borderie.

33A Lannion, le laps de temps écoulé entre les rôles d’impôts est plus long – de 1641 à 1651 – et le chiffre global pour les disparitions, bien que similaire en termes de pourcentage de pertes annuelles, est plus frappant – 75  %26. Lannion est une ville de 6 000 habitants, et on ne peut guère s’en servir pour démontrer la mobilité rurale, mais elle nous rappelle que les populations urbaines se renouvellent à une cadence déconcertante. Si on examine l’autre extrémité du spectre, Massérac est un village rural remarquable par sa stabilité et son pourcentage élevé de noms de famille partagés. Il se trouve dans la vallée de la Vilaine, à environ 15 kilomètres de Redon. On peut y constater l’importance de la mobilité jusque dans des paroisses hautement endogames.

  • 27 ADLA, G 440 (rôles d’impôts), G 441, documents de la fabrique ; registres paroissiaux antérieurs à (...)

34A Massérac, nous utilisons les rôles d’impôts pour 1665-68, et les registres paroissiaux pour le xviie siècle tout entier27. Il y a 238 contribuables en 1665 ; 37 disparaissent entre 1665 et 1668 (soit 16  %). Si on retient les mêmes catégories de patronymes qu’à Audierne et Carhaix, on trouve 188 personnes partageant un nom de famille, dont 28 ont disparu, et 45 n’en partageant pas, dont 9 ont disparu. En fait, les registres paroissiaux nous permettent d’être encore plus précis. On s’aperçoit que, parmi les 45 individus ne partageant pas un nom patronymique avec un autre paroissien, 19 ont vraiment des liens à l’intérieur du village : 11 ont épousé une jeune fille du village (4 de ces hommes viennent de l’extérieur), 8 partagent un nom de famille avec une personne qui s’est mariée dans le village. Sur les 26 individus restants, 4 sont les « détenteurs des biens de “X” », l’un une veuve, deux autres apparentés à des individus inhumés dans l’église paroissiale (signe évident de notabilité locale ; les pauvres et les personnes de condition moyenne sont enterrés au cimetière). Dans le groupe restant de 19 personnes sans lien apparent avec la paroisse, 7 ont disparu : leur contribution totale avait été de 16 sous.

35A l’autre bout de l’échelle sociale, on retrouve les grandes familles de Mas-sérac. Ces douze familles, qui incluent quatre-vingt-sept contribuables, paient juste un peu moins de la moitié des impôts du village. Leurs supérieurs dans l’échelle sociale à Nantes ou à Rennes se marient entre eux, et les familles de l’élite villageoise font de même. C’est ainsi qu’en 1668 nous assistons au mariage de noble homme Jan François Provost et d’honorable femme Perrine de Rennes ; les témoins sont noble homme Guillaume Macé, sénéchal de Massérac, maître Julien Heurtel, procureur fiscal, Sébastien de Rennes, second contribuable de la paroisse, maître Jacques Thébaut, Jan Joubier, et Jullien Espye. Sébastien de Rennes est le mari de Julienne Provost, Heurtel celui de Renée Le Clerc, Espye celui de Janne Melin, tous membres de vieilles et nombreuses familles. Les personnes inhumées dans l’église portent les mêmes noms : Joubier, de Rennes, Le Clerc, Provost, Thébaut, Macé, Espye. Dans certains cas, comme ceux des de Rennes, des Ally et des Hamon, il y a des prêtres ou des moines dans la famille. Ce village demeurera remarquablement stable jusqu’à la Première Guerre mondiale ; les vitraux de l’église du xixe siècle portent souvent les noms de donateurs descendant de familles du xviie siècle – Hamon, Lucas, Guérin – et le monument aux morts de 1914-1918 montre que bon nombre de vieilles familles étaient encore largement présentes.

36Nous retrouvons ici, même au niveau du village, un modèle-type d’intermariages au sein de l’élite, mais il est associé pour les nouveaux venus à l’accès aux couches sociales supérieures de la paroisse et à ses honneurs. Les grandes familles consistent en une combinaison d’officiers locaux – procureur, greffier – et de laboureurs, étant bien entendu que ce sont les premiers qui détiennent vraiment le pouvoir. Ceci est visible dans les archives de la fabrique. Les gestionnaires des biens temporels de l’église paroissiale appartiennent au même groupe de familles dominantes : Hamon, Thébaud, de Rennes. Cependant, ce ne sont pas les familles de laboureurs qui ont la responsabilité réelle des comptes, mais les officiers locaux, et ce sont les Thomas, les Leclerc et les Macé qui, en raison de leurs capacités officielles de juristes, assistent invariablement à la présentation des comptes.

37Les biens temporels de l’église constituent une manière commode pour un jeune homme ou une jeune femme de l’une de ces familles de bien démarrer dans la vie. Ainsi nous découvrons que, en 1601, les communaux du village – dont la fabrique est propriétaire – sont loués à Martine Ally, à une fille de maître Mathurin Thomas, à un fils de maître Julien Thébaud et à un fils de Jullien Provost. En 1606, les locataires sont Guillaume Leclerc, sieur de la Chesnaye, Guillaume Hamon et Jan Thébaud. Lorsque la paroisse a besoin d’emprunter de l’argent pour soudoyer des troupes en 1615, elle s’adresse à maître Louis Macé et à maître Mathurin Thomas. Quand ils doivent recourir à la force pour collecter des impôts supplémentaires chez des paroissiens récalcitrants, le sergent est un Thébaud. Lorsqu’il y a un procès à propos de l’usage des fonds paroissiaux dans les années 1660, les familles habituelles réapparaissent : Le Clerc, De Rennes, Nepveu, Belline, Ally et Thébaud. On constate que ce sont ces mêmes familles qui dirigent la fabrique au début du xviie siècle : un Le Clerc en 1601 et 1604, un de Rennes en 1611, un Nepveu en 1613, un Belline en 1609, un Ally en 1610, un Thébaud en 1608.

  • 28 J.-B. Ogée, dictionnaire historique et géographique de la bretagne, Rennes, 1843-1853, 2 vol. (réé (...)

38Toutefois, sont aussi impliqués dans le procès deux nouveaux venus, Louis Jullaud et maître Jullien Heurtel. Jullaud est sans doute un moine, étant donné qu’un dom Louis Jullaud a servi de témoin lors d’un mariage célébré à Massérac en 1667. C’est peut-être le frère de Jean Jullaud, de la paroisse voisine de Beslé, qui a épousé Michelle Thébault en 1665. Quant à maître Jullien Heurtel, il a intégré l’élite villageoise en 1654, en épousant Renée Le Clerc. Un certain mouvement se produit au sein des deux élites – l’élite supérieure des robins et l’élite secondaire des laboureurs. Certaines familles de laboureurs du premier xviie siècle, comme les Robin, les Allaire et les Amossé, s’éteignent ou déclinent brusquement. De nouvelles familles, tels les Jullaud ou les Heurtel, arrivent de l’extérieur, surtout pour intégrer l’élite juridique, si restreinte qu’elle est obligée de se marier avec des étrangers à la paroisse. Cette élite juridique, avec le soutien tacite des laboureurs (dont beaucoup sont, après tout, ses locataires), règne sur le village, fixant les taux d’imposition, concluant en son sein des mariages, accaparant les terres. A Massérac, sa tâche est facilitée du fait qu’il n’y a pas de seigneur, situation rare en Bretagne28.

  • 29 ADLA, H 158.

39Le détenteur de la suzeraineté est le prieuré de Redon, qui fait partie de la grande abbaye de Redon. Les seules listes de rentes seigneuriales à avoir survécu datent de 1608 et d’une enquête non datée remontant à la fin du xvie siècle29. Sur cette dernière, Guillaume Robin, Julien Gaultier, Guillaume Gicquel et Jan de Rennes paient les quatre rentes les plus élevées. En 1608 est intervenu un certain changement : la terre de Robin est passée à maître Mathurin Thomas, celle de Gaultier à maître Guillaume Macé. Guillaume Le Gendre et Jan Thébaud, maître Sébastien Thébaud et Julien Amossé, ainsi que Julien de Rennes, détiennent les trois autres possessions les plus étendues. L’impression générale qui se dégage de ces deux listes de rentes seigneuriales est celle d’une rupture significative dans la structure de la propriété foncière du village à la fin du xvie siècle. En ce domaine, comme au sein des élites, il semble que les années 1580-1610 sont une période de mobilité et de bouleversements sociaux spectaculaires.

40Il y a deux raisons, liées entre elles, à ce changement soudain. Premièrement, les destructions massives dues aux guerres de la Ligue perturbent le statu quo social, économique et politique. Les rôles d’impôts bourguignons montrent des taux de disparition tout simplement incroyables dans les années 1580. Certaines parties de la Bretagne souffrent de déprédations similaires (bien que Massérac ne soit pas affectée). Même dans les régions riches, comme celle de Massérac, on peut constater des changements saisissants. Le second facteur est la montée en puissance de l’Etat. Les personnes directement liées à l’appareil étatique, en particulier la classe des familles de robins, en tirent d’énormes bénéfices durant le xvie siècle finissant. La bureaucratie royale augmente de façon spectaculaire, à la fois dans ses branches judiciaire et financière. Il est certain que le nombre des hommes de loi s’accroît tout aussi rapidement. A cet égard, Massérac est une paroisse exemplaire : l’élite juridique – Macé, Thébaud – rachète les terres des vieux fermiers. Nous savons par les rôles d’impôts des années 1660 que ces robins n’exploitent pas eux-mêmes la terre, mais qu’ils la louent à des métayers. Le plus frappant est l’absence de continuité entre les principaux propriétaires sur les deux rôles seigneuriaux, par rapport à la pérennité des propriétaires fonciers entre 1608 et les années 1660. A l’évidence, à Massérac (et ailleurs, ainsi qu’on le verra), une nouvelle élite est parvenue au pouvoir au début du xviie siècle.

  • 30 ADLA, G 47.

41En 1640, lorsque Jean-Baptiste Coupperie, archidiacre de Nantes, fait sa visite épiscopale dans l’évêché, il trouve la paroisse de Massérac entre les mains du vicaire, Jan Gicquel. Parmi les marguilliers figurent Jan Couriolle, Pierre Chauvin, Guy Hamon et René Le Clerc. Le vicaire se plaint que les paroissiens vont à la taverne au lieu d’assister à la messe du dimanche et il fournit aussi une liste des messes dites chaque semaine. Ceux qui font dire ces messes sont précisément ceux auxquels on pourrait s’attendre : Julien Rochedreux, maître Guy Robin (messe désormais payée par la famille Hamon), maître Guillaume Le Clerc et maître Jan Couriolle30. L’archidiacre Coupperie note aussi en passant qu’Allain Marchant et Jeanne Geffrin vivent ensemble mais ne sont pas encore mariés. Il demande en vain une explication ; le registre paroissial n’est pas plus instructif et aucun mariage entre ces personnes n’y est signalé.

42Beaucoup de familles vivent sur plusieurs paroisses, par exemple la famille Ally, que l’on trouve à la fois à Massérac (où ils sont les plus nombreux sur le rôle des impôts pour 1665) et dans le bourg voisin de Guéméné-Penfao. La même chose est vraie de la famille Provost. On s’aperçoit que Guillaume Provost est fabriquien en 1608, Benjamin Provost en 1613, et pourtant Georges Provost, qui a épousé Guyonne Canaud en 1610, vient de Guéméné-Penfao. Cette même année, également en l’église de Massérac, Michelle Provost épouse Jan Meleran, de Guéméné. Le mariage suivant chez les Provost a lieu en 1630, quand Guyonne épouse Guy Briard, puis Julien Guérin, de Brains, en 1633. En 1635, Benjamine Provost épouse Benjamin Ally, de Guéméné ; en 1638, honorable fille Perrine Provost épouse maître Jan Jarné, de Pierric, et Guillaume Provost épouse Julienne Ally. Les Provost épousent souvent des personnes originaires de la paroisse de Guéméné, comme le montrent trois des six alliances signalées ici (en outre, un quatrième Provost épouse une femme portant le nom de famille Ally, celui de l’un des époux venus de Guéméné). Dans les années 1650 et 1660, les Provost se marient exclusivement au sein de l’élite villageoise bien implantée à Massérac : alliances avec un Thébault, et deux de Rennes.

43Leur ascension sociale semble aussi avoir reflété un déplacement géographique. A la fin du xvie siècle, sur la liste des rentes dues au prieuré de Redon, toute la famille Provost se trouve réunie dans le seul hameau de La Jardinelaye, payant deux rentes de 3 sous chacune, et une troisième de 9 deniers. En 1608, ils vivent dans plusieurs endroits : Julien Provost, toujours à La Jardinelaye, payant une rente de 6 sous, plus 5 deniers pour une parcelle sise à Paimbien et 2 deniers pour les écluses du port du Grenier ; Benoist Provost, 5 deniers pour une terre à Paimbien et 2 sous dus aux écluses de Rolland. Selon les rôles des années 1660, les membres de la famille Provost versent en impôts des sommes importantes dans les hameaux du Plessix et de Lombardye ; il n’y a plus aucun Provost à la Jardinelaye, à Rolland ou à Paimbien.

  • 31 Cahiers des plaintes et doléances de la Loire-atlantique, t. xi, Nantes, 1983, p. 787-791. On y tr (...)

44Les familles les plus éminentes, tels les Macé, ont leur propre pratique. On a vu que Guillaume Macé, sieur de la Porte, est sénéchal de Massérac (et, imposé pour 5 livres, son premier contribuable). Les Macé ont occupé un office de justice au moins depuis le début du siècle, puisqu’on trouve un maître Louis Macé, notaire, parmi les témoins pour la présentation des comptes de fabrique de 1600, 1601, 1603, 1604, 1607, 1608, 1610, 1611 et 1613. Rien d’étonnant à ce que la famille Macé ait aussi tenu une place prépondérante sur les listes des locataires du prieuré. Maître Guillaume Macé doit 24 sous, 8 deniers, la deuxième somme par ordre décroissant, pour la terre de La Porte, domaine auquel ses descendants emprunteront leur titre. Bien que cette section du terrier du xvie siècle soit en partie déchirée, il est pratiquement certain que la terre est entre les mains de Jullien Gaultier, comme tuteur des enfants qu’il a eus avec Jeanne Gicquel. Guillaume Gicquel détient la pièce suivante citée sur le terrier, et paie 11 sous, 4 deniers. La première pièce figurant au terrier, le clos Froger, a également changé de mains et est passée de Guillaume Robin (très probablement le vicaire du même nom, bien que le terrier ne précise pas sa profession) à maître Mathurin Thomas. La conclusion est assez claire : les familles Macé et Thomas sont venues s’installer à Massérac à la fin du xvie ou au début du xviie siècles, et elles dominent la paroisse durant tout le xviie siècle. Les familles Gaultier et Gicquel, des laboureurs plutôt que des hommes de loi, demeurent au village ; et de fait, quatre des trente-quatre villageois qui participeront à la rédaction du cahier de 1789 appartiendront à la famille Gaultier (et trois d’entre eux sauront signer leur nom)31.

45Quant au Guillaume Macé des années 1660, on le retrouve se donnant le titre de noble homme dans le registre paroissial. Les membres de la famille Macé cherchent systématiquement à épouser des étrangers à la paroisse : c’est ainsi que demoiselle Jane Macé épouse Henry de Launay, écuyer, de la Bouëxière, à l’est de Rennes, en 1634 et qu’une autre demoiselle Macé épouse noble homme Julien Anger, également de la Bouëxière, en 1653 ; quant au mariage de Guillaume, il n’est pas mentionné dans les archives paroissiales. Ces exceptions s’appliquent à d’autres familles locales de statut élevé. Il y a les mariages de noble homme Jacques Macé avec demoiselle Marguerite Thomas, et de noble homme René Thomas (de Derval) avec demoiselle Bonne Macé. Il arrive aussi, à l’occasion, que les Thomas se marient à l’extérieur de Massérac : demoiselle Jacquette Thomas, fille de Jacques Thomas, épouse noble homme Yves Merand, de Saint-Similien de Nantes. Parmi les témoins figurent Jan Macé, divers membres de la famille Thomas et « plusieures nobles et honorables personnes ».

46La manière dont on entre dans l’élite villageoise n’est pas toujours facile à reconstituer. En 1665, par exemple, Perrine Thébaud paie 62 sous d’impôts. Elle meurt en février 1666 et sa place sur le rôle est prise par René Paviot. Ce dernier s’est marié en 1665, remplissant ainsi les conditions pour devenir un des locataires de la paroisse. Son épouse est Anne Le Gendre, membre de l’une des vieilles familles dominantes de Massérac : un Guillaume Le Gendre a été l’un des trésoriers de la fabrique en 1606. C’est seulement lorsqu’on découvre que Perrine Thébaud est la femme d’Hugues Le Gendre, et que leur mariage a été immédiatement précédé dans le registre de 1632 par celui de Félix Thébaud et Louise Le Gendre (c’est pour elle un second mariage), que le lien entre tous ces événements devient évident. Peut-être Perrine Thébaud est-elle la fille de Perrine Le Gendre, qui détient le « fief » de La Loubinetterie, imposé 5 sous, en 1608.

47Guy Cherel ne figure pas sur le rôle des impôts de 1665 ; il épouse Julienne Melin cette année-là et nous le trouvons cité parmi les contribuables de niveau moyen de Couesmault en 1666 (pour 17 sous ; quatre autres membres de sa famille figurent sur le rôle pour ce hameau). Peut-être Julienne est-elle la fille de Jean Melin, du Bas Paimbien – c’est l’un des deux principaux contribuables du lieu, imposé à environ 20 sous l’an – ou de Pierre Melin, du Haut Bois, qui verse environ 70 sous par an. La famille Cherel comprend maître Guillaume Cherel, marié à Perrine Ally, et les Melin sont alliés par mariage aux clans de Rennes, Couriolle et Espye.

48Plus modeste est le mariage de Maurice Berthelot et Louise Vallée. Est-elle la fille de Guillaume Vallée, dont la veuve habite Rolland et paie 4 ou 5 sous la société bretonne d’impôts annuels ? Berthelot apparaît sur les rôles de 1665 et 1668, également à Rolland, et verse environ 4 sous par an. En 1666 et 1667 Maurice Berthelot a disparu des rôles, mais curieusement on trouve sur ceux-ci un Pierre Berthelot, taxé pour 2 sous au village du Plessis, pour ces deux mêmes années. Bien que Maurice Berthelot ne figure pas au registre paroissial comme originaire de l’extérieur, un certain Jean Berthelot, de Brains, épouse Jeanne Vallée en 1667. Il y a un second Vallée, Georges, qui a épousé Julienne Melin en 1645 ; il paie 18 sous en 1665, tandis qu’un deuxième Georges Vallée verse une somme légèrement inférieure chacune des trois années suivantes. Le premier Georges meurt en 1665 et est inhumé dans l’église. Julienne Melin est morte en 1664, quelque douze jours après Félice Vallée, laquelle est peut-être sa fille. Félice est inhumée dans l’église ; Julienne au cimetière. Cette même année, Guillaume Berthelot meurt et est enterré dans l’église. Tous ces événements sont-ils liés ? Etant donné ce que nous savons des pratiques matrimoniales de l’époque moderne – souvent les enfants se marient aussitôt après la mort du père de l’un des futurs époux – cela paraît vraisemblable.

  • 32 AM de Nantes, GG 4, paroisse de Notre-Dame, et F. saulnier, Le Parlement de bretagne.

49Ces pratiques villageoises se retrouvent en ville, à des degrés supérieurs de la société. Si on regarde ce qui se passe à Nantes, on constate une tradition constante d’intermariages au sein des familles de la robe financière, et souvent exactement au même niveau. C’est ainsi que noble homme René Drouet, auditeur des comptes à la Chambre, épouse en 1637 demoiselle Renée Madeleneau, fille de Pierre, lui aussi auditeur. Les robins épousent généralement des filles d’hommes de loi ou de notaires, comme dans le cas de René Rousseau, homme de loi, et de Katherine Le Moinne, fille d’un notaire32. Dans un autre cas, on voit messire Jacques Huteau, trésorier de France (et plus tard président de la Chambre des Comptes) épouser Charlotte Thévin, fille d’un conseiller au Parlement, et pourtant – à la différence de tant de parlementaires bretons – la famille Thévin n’appartient pas à la vieille noblesse d’épée ; au contraire, elle fait partie de la noblesse de robe d’Angers.

  • 33 F. Saulnier, Le Parlement de bretagne. D. Dessert, Fouquet, Paris, 1987, p. 57, donne davantage de (...)

50Prenons un autre exemple nantais, qui met en jeu un individu plus célèbre, Nicolas Fouquet. Le grand oncle de Fouquet avait été président au Parlement de Bretagne, et son père y fut brièvement conseiller (avant d’aller occuper une charge équivalente à Paris). La famille est de souche bourgeoise angevine, anoblie pour avoir exercé un office parlementaire à Paris puis à Rennes. En 1640, Nicolas Fouquet est maître de requêtes ; il épouse Louise, fille d’un parlementaire breton, Mathieu Fourché (alors décédé)33. Fourché a été conseiller au présidial de Nantes et est le fils d’un maître des comptes (Jean, qui fut aussi maire de Nantes). Il épouse la veuve d’un parlementaire (Thévin, que nous avons rencontré plus haut). Ici se pose le problème des statistiques générales concernant le nombre des parlementaires qui s’allient par mariage avec l’ » épée » ou avec d’autres secteurs de la « robe ». Nous connaissons deux cas (il s’agit bizarrement d’une mère et de sa fille) de familles parlementaires anoblies ayant conclu des mariages avec d’autres familles parlementaires, alors même que le parlementaire en question est lui-même issu d’une famille anoblie. Pour compliquer encore les choses, la propre fille de Thévin épouse un parlementaire appartenant à une vieille famille noble.

51Après 1625, les parlementaires bretons sont de plus en plus nombreux à se marier avec une fille ou une sœur de parlementaire. Si on prend un échantillon de 170 mariages de parlementaires entrant à la cour entre 1554 et 1675, on constate la différence évidente qui intervient dans le choix de l’époux et de l’épouse après 1625. Les 101 mariages de conseillers entrant à la cour avant 1625 comprennent 32 cas où l’épouse est la fille d’un confrère, 34 cas où elle est la fille d’un juge d’une cour inférieure, 23 exemples d’alliances avec une vieille famille de la noblesse d’épée, et 12 autres cas (parmi lesquels 3 alliances avec des familles de négociants – qui n’ont rien d’ordinaire, puisque les épouses sont deux filles d’André Ruiz, et une fille de Gilles Ruellan). Cependant, entre 1625 et 1675, les 69 juges épousent 39 filles de parlementaires et seulement 14 filles de juges de rang inférieur et 11 issues de familles d’épée.

52En examinant un échantillon restreint de 42 de ces mariages dans la période 1590-1650, on constate que 21 conseillers se marient au sein du Parlement, prenant pour épouses 16 filles, deux sœurs, une veuve, une petite fille de parlementaires, et la fille d’un greffier. Les autres conseillers épousent 8 femmes appartenant à des familles de juristes, 7 nées dans de vieilles familles nobles et 6 filles de nobles hommes. Si on remonte à l’origine des conseillers eux-mêmes, on constate que 17 sont à l’évidence issus de vieilles familles nobles ; dans ce groupe, 6 épousent la fille d’un autre conseiller – dont 3 issus de familles juridiques anoblies et 3 de familles de la vieille noblesse. Trois autres de ces hommes prennent femmes dans une famille juridique anoblie, deux dans une vieille famille, et deux épousent la fille d’un noble homme. Le conseiller qui a la plus grande ancienneté, La Bourdonnaye, dont la noblesse de la famille remonte au moins à 1208, épouse la fille d’un conseiller qui a été négociant avant d’intégrer la robe.

53L’impression générale qui se dégage de ce modèle récurrent d’intermariages est que le Parlement joue, au début du xviie siècle, le rôle de creuset pour les diverses élites de la province : judiciaire, terrienne et, à l’occasion, riches (ou plutôt très riches) négociants. Les familles marchandes que nous voyons au Parlement sont celles des vedettes de la finance française du xvie siècle finissant et du début du xviie siècle : Ruellan, Ruiz, Rocaz (ce dernier de plus fortement engagé en 1600 dans les offices financiers), du Bot (qui épouse la petite fille d’André Ruiz), Le Lou, d’Espinoze. Les conseillers qui descendent de familles marchandes françaises ont invariablement pour pères des juristes (juges, avocats) ; eux-mêmes, avant d’exercer au Parlement, ont servi en tant que juristes professionnels et que juges dans des cours inférieures. Les familles espagnoles – Le Lou, Ruiz – sont quelque peu différentes en ce que le père est habituellement un marchand-banquier, et le fils officier de la Chambre des Comptes avant d’entrer au Parlement.

  • 34 Ces renseignements sur les mariages sont empruntés aux biographies fournies par F. saulnier, Le Pa (...)

54Ces grandes familles à la fois marchandes et financières se marient entre elles. Julien Ruiz prend pour épouse Jeanne Rocaz ; leur fille Isabelle épouse Roland du Bot (conseiller au Parlement), lui-même fils d’un marchand nantais. Du Bot est maire de Nantes en 1596 et devient conseiller au Parlement en 1598. Marie Rocaz, sœur de Jeanne, est mariée à Michel Le Lou, maître des comptes ; leur fille Marie, épouse Maurice Boyslève, descendant d’une longue lignée de parlementaires, qui devient conseiller au Parlement en 1576. La sœur de Marie, une autre Jeanne, épouse Bernardin d’Espinoze, également conseiller au Parlement. D’Espinoze est le fils d’un marchand nantais, Pierre, et de Marguerite Poullain, fille d’une grande famille marchande de Nantes qui s’intègre aussi à la bureaucratie financière (trois Poullain sont maires de Nantes, deux autres trésoriers des Etats pendant la première moitié du xviie siècle). Michel, le fils de Bernardin, devient président du Parlement et épouse Jeanne Gazet, fille d’un autre parlementaire. Son père, Michel Gazet, descend d’un maire de Nantes. Michel, leur fils, reçu comme conseiller en 1656, épouse Bonne de Renouard, fille de César de Renouard, maître des comptes à Nantes et ultérieurement trésorier des Etats de Bretagne. Renouard hérite de cet office grâce à sa femme, Isabelle Poullain34.

  • 35 AM de Nantes, en particulier GG 1-10 (Notre-Dame) et GG 137-150 (Saint-Laurent).

55Nous découvrons ici l’un des circuits qui mènent au Parlement. A Nantes, au xvie siècle, les familles les plus riches s’insinuent dans le Parlement par le canal de la Chambre des Comptes et celui du présidial, par le biais de mariages, et en achetant une charge. Ces familles se marient fréquemment entre elles et parrainent constamment les enfants des uns et des autres. De 1606 à 1609, Bonne de Troyes, épouse de Michel Le Lou, maître des comptes, est successivement la marraine de cinq enfants différents dans la paroisse de Saint-Laurent, à Nantes : Pristin Guischard (dont le père est avocat au présidial de Nantes), Bonne Desmonty (dont le père est maître des comptes), Bonne Guischard (dont le père est conseiller au Parlement), Victor Binet (dont le père est premier président de la Chambre des Comptes) et Bonne Hus (dont le père est aussi conseiller au Parlement, après avoir d’abord été conseiller au présidial de Nantes)35. Parmi les mères de ces enfants figure Marie Fyot, fille d’un trésorier de France et sœur d’un parlementaire ; les parrains sont : Mathurin Guischard (pour Binet), François Boux, conseiller du présidial de Nantes et plus tard parlementaire, Yves Le Lou, Pristin Le Peletier, receveur des fouages de Nantes, et messire Anthoine de Conigan, lieutenant du duc de Montbazon. Toutes ces familles, à l’exception des Le Peletier et des Conigan, entrent au Parlement pendant le premier quart du xviie siècle. Elles s’allient par mariage avec les familles citées plus haut : c’est ainsi qu’Audart, le père de Bonne Hus, est le fils de Gabriel Hus, trésorier des Etats, dont la fille épouse Michel Poullain. La spirale des mariages et des parrainages semble ne jamais finir.

  • 36 F. Saulnier, Le Parlement de bretagne, introduction, p. lxi, n. 2

56La situation change au début du xviie siècle et cela pour plusieurs raisons. L’extrême souplesse de la fin du xvie et du début du xviie siècles est due à la création récente et à la taille relativement modeste des cours en question. L’accès au Parlement ne peut être réservé aux individus qui ont des accointances parlementaires, à une époque où si peu de gens peuvent y prétendre. Au fur et à mesure que le Parlement s’inscrit dans la durée, il devient plus facile de pratiquer l’endogamie et d’exclure les membres des familles récemment anoblies. De fait, c’est bien ce qui se produit, car il est notoire que les parlementaires du xviiie siècle ont davantage de sang bleu que ceux de la seconde moitié du xviie siècle, lesquels sont, à leur tour, d’un statut social plus élevé que leurs prédécesseurs du début du siècle36. Dans la période précédant 1650 le Parlement joue pour les élites un rôle de creuset où les éléments de base de l’élite bretonne – familles de juges anoblis, vieilles familles nobles, familles d’hommes de loi de premier plan et un très petit nombre de riches négociants – peuvent constituer une classe dirigeante unie.

  • 37 ADLA, B 65-68 ; B 12 871 (1583) ; B 713 (1588). On peut trouver une liste complète de tous les off (...)

57On peut aisément percevoir ce modèle en examinant un large échantillon de familles siégeant à la Chambre des Comptes. On dispose de listes complètes d’officiers pour 1583 et 1588, ainsi que d’une liste complète des membres accueillis à la Chambre pendant la première moitié du xviie siècle37. Si on considère deux ensembles, les familles siégeant en 1583 ou 1588, et celles accueillies à la Chambre entre 1591 et 1650, on obtient deux groupes composés respectivement de 45 et de 121 membres. Le premier groupe comprend douze familles dont les membres entrent au Parlement au cours du xviie siècle (neuf avant 1610, deux dans les années 1650, un dans les années 1680) et trois autres dont les membres y entreront au xviiie siècle. Le second groupe compte huit familles dont les membres ont précédemment servi au Parlement : quatre de ces familles sont entrées à la Chambre des Comptes avant 1603, trois autres comportent un ou deux membres qui ont servi au Parlement avant 1600 (tous sont entrés à la Chambre après 1625), et seule une famille compte encore un membre siégeant au Parlement à l’époque de son entrée à la Chambre. Si on exclut ces huit familles déjà liées au Parlement, on a affaire à 113 familles, dont seules cinq comptent des membres qui iront ensuite au Parlement. Sur ces cinq individus, trois deviennent présidents de la Chambre, un s’y trouve en tant que procureur général (poste qui sert habituellement de tremplin pour accéder à la présidence) pendant moins de trois mois, et le cinquième est un correcteur des comptes, dont les deux fils deviennent parlementaires.

58Les conclusions sont évidentes. Alors qu’à la fin du xvie siècle la Chambre des Comptes est communément l’une des marches de l’escalier social conduisant au Parlement, ceci n’est plus vrai au xviie siècle, sauf pour les présidents. Le Parlement joue encore le rôle de creuset dans le premier xviie siècle, parce que les familles qui ont commencé de s’élever au xvie siècle achèvent leur ascension ; en revanche, au cours de la deuxième moitié du siècle, le Parlement devient un cercle beaucoup plus fermé, qui recrute de plus en plus de nouveaux membres en son sein. Même les vieilles familles nobles siégeant au Parlement appartiennent en général à la robe plutôt qu’à la noblesse d’épée. En examinant les biographies écrites par Frédéric Saulnier, on constate que la moitié au moins des vieilles familles nobles, c’est-à-dire des familles dont les ancêtres avaient pris part aux montres de la noblesse au début du xve siècle (ou qui peuvent prouver par d’autres moyens qu’ils descendent sans conteste de nobles du xive siècle), ont une longue tradition, remontant généralement à plusieurs générations, de service dans l’appareil judiciaire royal avant leur entrée au Parlement. L’ascendance noble de ces familles est, en général, assez évidente (et la grande commission des années 1660 constate que toutes ont des origines anciennes), mais elles ont depuis longtemps renoncé à la carrière des armes pour celle de la justice royale, tout en continuant à posséder des propriétés foncières.

  • 38 E. Schalk, From Valor to Pedigree, Princeton, 1986 (trad. fr. 1996), sur la primauté de la nobless (...)
  • 39 R. Chartier et D. Richet, Représentation et pouvoir politique, et Y. Durand, Cahiers de doléances (...)

59Il existe des distinctions, culturelles surtout, entre noblesse de robe et noblesse d’épée. Les deux groupes constituent des hiérarchies distinctes, et la hiérarchie militaire est la plus relevée38. Cependant, en Bretagne, la différence essentielle est souvent liée à la fonction, et non à l’ancienneté dans la noblesse. Les membres des deux groupes se marient entre eux et de nombreuses familles nobles de Bretagne comptent et des officiers militaires et des officiers de justice. Aux xve et xvie siècles, un grand nombre de bureaucrates de l’administration royale sont, en fait, issus de vieilles familles nobles. Les doléances contenues dans de nombreux cahiers rédigés par des nobles en vue des Etats généraux de 1560 à 1614, et dans les cahiers des Etats provinciaux de la même période, demandant que des offices soient réservés aux nobles, reflètent dans une certaine mesure la réalité du xvie siècle, au cours duquel de nombreux nobles occupent bel et bien de tels offices. En 1614, par exemple, les nobles bretons souhaitent que le roi pourvoie les offices en se conformant à la recommandation des Etats39.

60Les nobles (robins, militaires, simples propriétaires) et les juristes professionnels gardent la haute main sur les éléments institutionnels qui permettent de contrôler la province. Aux Etats, les députés du Second Ordre sont des propriétaires terriens ; les grandes familles nobles, comme les Rohan, les La Trémoille et les Rieux, dominent l’ordre. Elles appartiennent à de vastes réseaux de clientélisme national, surtout dans les années 1630 et 1640, alors que Richelieu est gouverneur de la province et son cousin, Charles de Cambout, un des barons éminents (à cause de Pontchâteau) du Second Ordre. Même le tiers état, ainsi qu’on l’a vu, se compose essentiellement d’hommes de loi et d’officiers, avec quelques marchands députés par les villes commerciales non administratives, telles que Vitré. Le Premier Ordre ne représente que le haut clergé, invariablement composé de membres de ces familles qui constituent l’élite noble et juridique.

61Le Parlement et la Chambre puisent leurs membres dans les élites locales ; le Parlement, dans toutes les élites jusqu’en 1600, tout en en restreignant ensuite progressivement l’accès. Nous avons vu plus haut que les maires de Nantes suivent la même tendance, ce poste élevé étant réservé après 1610 à quelques familles triées sur le volet.

62A la Chambre des Comptes, les nouveaux membres sont originaires de l’élite juridique de Nantes. Les échelons inférieurs de la bureaucratie royale sont issus des professions juridiques locales, dont le lien direct à une classe particulière, comme la noblesse ou la bourgeoisie marchande, est souvent ténu. Ceci ne veut pas dire que les familles marchandes ne s’élèvent pas dans l’échelle sociale par le biais de la bureaucratie royale – il y a quelques exemples de ce phénomène – mais le passage de la bourgeoisie marchande à la bureaucratie royale de haut niveau est inhabituel. Le recrutement des officiers se fait au sein d’un groupe juridique professionnel, lequel comporte en Bretagne des membres de la vieille noblesse aussi bien que des familles depuis longtemps attachées au service royal (ou ducal).

63Le meilleur exemple du non-recrutement des familles marchandes par la bureaucratie royale est la Chambre des Comptes de Nantes. Celle-ci laisse paraître une tendance diamétralement opposée à celle du Parlement. Pendant la période 1591-1609, 20 nouveaux membres sur 52 portent le même nom de famille qu’un membre siégeant entre 1583 et 1588 ; dans la période 1610-50, en revanche, seuls 19 nouveaux membres sur 131 viennent de ces familles. Parmi les 19 en question, on trouve des membres de deux vieilles familles qui accèdent à l’office de président et neuf successions de père à fils. A la différence du Parlement, la Chambre continue de jouer un rôle important de promotion sociale au milieu du xviie siècle. Par exemple, de 1640 à 1650, 44 offices changent de mains : deux de père à fils, deux suite à des transferts intra-familiaux, trois par promotion au sein de la Chambre, un parce qu’une famille occupant déjà un office à la Chambre achète une nouvelle charge, et trente-six suite à leur acquisition par de nouvelles familles.

  • 40 ADLA, B 77-79.

64En 1640, la Chambre comporte quelque 21 offices de maîtres de comptes et un nombre équivalent d’auditeurs des comptes ainsi que de correcteurs, trois présidents, un premier président, deux trésoriers de France, deux avocats du roi et deux procureurs généraux. Entre 1640 et 1650, quatorze des offices d’auditeur changent de mains, ainsi que dix-sept offices de maître, les deux postes de trésorier, deux charges de correcteur, les trois offices de président, et les deux offices d’avocat du roi (achetés par la même personne). Les preuves montrant que les vieilles familles des années 1580 sont encore présentes à la Chambre sont plutôt minces : Roland Morin, président (1642), Salomon de La Tullaye, maître (1636), et probablement trois autres : Marc Boutin, Yves Desmonty et César de Renouard, tous trois maîtres. Renouard devient trésorier des Etats de Bretagne en 1645 et est obligé de vendre son office. Quatre autres vieilles familles – Avril, Juchault, Gaultier et Fourché – vendent des offices dans les années 164040.

65Bien que les renseignements concernant les vendeurs de charges soient incomplets, il est néanmoins possible d’établir avec certitude que beaucoup de familles disparaissent de la Chambre. Parmi les familles arrivées au cours des années 1590, huit sur dix-neuf ont bel et bien disparu avant 1650 ; parmi celles introduites dans les années 1600, huit sur onze ; dans les années 1610, douze sur dix-neuf ; dans les années 1620, quatre sur dix ; dans les années 1630, dix sur vingt-cinq. Seules dix-neuf des acquisitions d’offices intervenues dans la période 1630-50 concernent une famille présente à la Chambre avant 1630 : dans six cas, l’office est transmis du père au fils, dans un septième du frère au frère, dans un huitième de l’oncle au neveu. Trois autres ventes concernent un office de président, un office de procureur du roi, et deux d’avocat du roi. Les offices de moindre rang, ceux d’auditeur et de maître, sont presque exclusivement attribués à de nouvelles familles. Même ces dernières ont souvent tôt fait de céder leur office : six des dix familles ayant acheté des offices de maître de comptes dans les années 1630 ont quitté la Chambre en 1649.

  • 41 Pour 1631, voir ADLA, B 2976 ; marchands de vin en 1609, AM de Nantes, HH 137 ; marchands de grain (...)

66On s’attendrait à ce que les nouvelles familles soient issues de l’élite marchande de Nantes, qui a grandement prospéré dans la première moitié du xviie siècle. Un large éventail de sources documentaires concernant les marchands nantais a survécu, notamment une liste de l’assiette des impositions pour l’aide aux indigents à partir de 1586 (avec indication fréquente des professions), les rôles d’impôts à compter de 1593, une liste de marchands de grain détenant des stocks en 1596 (70 noms), une liste de marchands de vin impliqués dans un procès en 1609 (45 noms), la liste des membres de la Contractation de nantes (association locale des marchands participant au commerce avec Bilbao, regroupant plus de 70 familles), et la liste de ceux payant des devoirs sur le vin d’Anjou qui transite par la ville en 1631 (en gros 200 noms). Il y a quelques chevauchements entre ces listes, mais il n’y en a pratiquement aucun entre les individus appartenant à la Contractation de nantes et les négociants en vin et en grain (deux cas certains, et deux cas douteux)41.

  • 42 ADLA 12 871 (1583), B 713 (1588), B 65-80 changements d’offices.

67L’élément vraiment remarquable de ces listes est qu’on y trouve très peu d’officiers : sur la liste des marchands de vin de 1609 figurent une future famille membre de la Chambre (auditeur en 1637), un futur receveur général du taillon (1639), et peut-être une autre famille concernée. La Contractation de nantes laisse apparaître un nombre impressionnant de familles espagnoles – de Bourgues (à la Chambre, en 1618), Espinoze, Rocaz et Ruiz (tous trois à la Chambre, puis au Parlement), Santo Domingo (receveur des fouages en 1618, receveur général en 1648). A ce groupe il convient d’ajouter la famille Le Lou, dont les membres ne figurent pas dans la Contractation mais font partie du réseau commercial et en outre s’engagent fortement dans les offices de finance, puis à la Chambre, et finalement au Parlement. Parmi les familles françaises on trouve deux noms répandus – Le Coq et Richard – qui appartiennent peut-être à la famille du même nom figurant dans la Contractation et à la Chambre, et trois familles qui sont sans conteste dans l’une et dans l’autre – Ollivier (Chambre en 1615), Huet (Chambre en 1583), et Poullain. La famille Poullain possède plusieurs offices locaux à la fin du xvie et au début du xviie siècles ; elle s’allie souvent par mariage avec le réseau espagnol décrit plus haut. Par conséquent, sur la cinquantaine de familles françaises citées dans la Contractation, seules trois ou quatre sont entrées dans la bureaucratie royale avant 1650 et deux d’entre elles y étaient déjà avant 158042.

  • 43 Livre doré et AM de Nantes, CC 86 et GG 743 sur les ancêtres de divers officiers (également identi (...)

68Si on examine la grande liste de 1631, les résultats sont quasiment identiques. Exception faite d’une poignée de noms courants – Rousseau, Dupont, Macé, Le Masle, Martin – dont la présence sur les deux listes ne constitue pas une preuve formelle de la présence de la même famille dans les deux endroits, seule la famille Boux figure sur la liste des marchands de vin et à la Chambre. Qui sont donc les nouveaux membres de la Chambre entre 1591 et 1650 ? Dans la mesure où il est possible de le déterminer, ils appartiennent à des familles de juristes nantais. Parmi les 85 nouvelles familles qui entrent à la Chambre entre 1591 et 1650, on trouve 36 membres du groupe juridique (avec un ancêtre identifié comme avocat, procureur, notaire ou juge) et un seul issu d’une famille marchande ; l’origine des autres est impossible à déterminer, bien qu’il y ait une famille – les Martineau, sans doute boutiquiers au départ – qui finit par acquérir un office à la Chambre. Parmi les familles juridiques, un très petit nombre (cinq) font partie du Parlement mais la majorité était des notaires, des procureurs ou des avocats affiliés à des cours locales (présidial, sénéchaussée). C’est seulement dans quinze cas qu’il est possible de remonter deux générations en arrière, et nous trouvons deux familles anciennes de robins nobles (des parlementaires), deux autres familles de robins nobles (également membres du Parlement), neuf familles exerçant une profession juridique à Nantes, et une famille de marchands43.

69Si on se penche derechef sur les listes de marchands, on constate que la plupart des familles qui entrent dans la bureaucratie le font par la finance. Ainsi les familles Rocaz, Espinoze et Poullain donnent-elles des receveurs de fouages dans les années 1570, et la famille Santo Domingo fait de même en 1618 ; toutes accèdent plus tard à la Chambre, et les deux premières entrent ensuite au Parlement. Les autres familles marchandes qui sont dans la bureaucratie obtiennent des postes comme receveurs des fouages, ou à la prévôté de Nantes ou dans l’administration militaire. Il y a toujours relativement peu de mobilité. Elle peut concerner Coupperie, jadis un des marchands de grain de 1596, Santo Domingo, Ernaud, Le Coq et peut-être Richard, autrefois membres de la Contractation, Giraud, un des marchands de vin de 1609, Sauvaget, l’un des marchands de grain de 1631 (la famille est depuis longtemps titulaire d’un office de receveur de fouages en Cornouaille). Pourtant ces noms ne sont pas nécessairement ceux de la branche familiale qui va acquérir un office royal ; ainsi Mathurin Coupperie, notaire royal en 1594, est-il un descendant plus plausible du clan des officiers Coupperie que le Michel Coupperie figurant sur la liste des commerçants en grain (Mathurin se marie à Saint-Denis, la paroisse des officiers, avec Janne Le Roy, peut-être de la famille du même nom entrée à la Chambre dans les années 1630).

  • 44 Voir par exemple ADLA, B 79, fols 220v – 221v sur l’achat par Saint-Domingue de l’office de receve (...)

70On constate par contre une tendance différente dans la bureaucratie financière. Si on prend les receveurs de fouages – vingt offices possibles – on trouve encore d’autres familles marchandes originaires de toute la province. Ce sont les Nantais – de Launay, Jallier, Poullain, Rocaz, Morin, Fyot, Hus – qui dominent ces offices à la fin du xvie siècle. Parmi les receveurs de fouages de 1626 on retrouve les deux receveurs nantais – Butet et Caris – membres de familles marchandes locales, ainsi que les receveurs de Vannes (Madeleneau), de Saint-Malo (Santo Domingo) et de Dol (Serizay). Deux de ces familles entrent à la Chambre des Comptes, la famille Madeleneau occupant un office d’auditeur de 1605 à 1649, la famille Serizay en obtenant un en 1633 ; Bonnadventure de Santo Domingo, receveur des fouages de Saint-Malo à partir de 1618, vend cet office en 1635 à Pierre Ernaud, un collègue qui est membre de la Contractation de nantes ; Claude de Santo Domingo deviendra receveur général de Bretagne en 164844.

  • 45 ADIV, C 2650, 2920, 2940, etc., sur Hus aux Etats ; F. Saulnier, Le Parlement de bretagne, pour un (...)

71Certains offices de receveurs des fouages changent rarement de mains : l’un d’eux à Nantes ne compte que trois titulaires de 1583 à 1640. En revanche, les deux offices de Rennes ont respectivement dix et neuf possesseurs (malgré, dans un cas, une période de jouissance de 21 années). Douze des vingt offices sont occupés par quatre à six individus pendant cette période de 57 ans ; un office dans le Léon est successivement détenu par sept personnes et les trois restants (deux en Cornouaille, un qui demeure dans la même famille à Saint-Malo) comptent deux ou trois titulaires. Il semblerait que ces offices aient eu essentiellement deux groupes de détenteurs : des personnes appartenant à des familles d’officiers de finance, et des marchands. Ces familles ont d’ordinaire des racines commerciales, comme la famille Hus (qui possède l’office de receveur à Saint-Malo de 1583 à 1650, bien qu’étant aussi titulaire d’un office au Parlement et remplissant la fonction de trésorier aux Etats de Bretagne)45.

72Il ne semble pas qu’il y ait eu beaucoup de promotions à partir de ces offices, car seuls Ernaud, Serizay et Madeleneau (tous de Nantes) passent d’un office de receveur des fouages à une charge dans une cour supérieure (en l’occurrence la Chambre) durant la première moitié du xviie siècle, et c’est aussi le cas de la famille Henry peu après 1650. Par contre, aucune des onze autres familles détenant un office de receveur à Rennes n’est promue au Parlement ou à la Chambre, non plus que les quatre familles titulaires d’un office à Nantes. Sur les vingt-huit familles titulaires d’un office de receveur des fouages en 1583 et 1588, seulement deux – les Rocaz et les Hus – accèdent au Parlement. Naturellement, la famille Rocaz est l’une des familles espagnoles qui passent d’une activité marchande au Parlement par le biais d’un office financier à la Chambre des Comptes. Parmi les familles françaises, seuls les Hus comptent un parlementaire (à la cour avant 1600) et c’est le seul membre de la famille qui ait appartenu à la cour. Il y a peu de chances qu’un office de receveur des fouages serve de tremplin pour obtenir d’autres promotions ; c’est un investissement, une manière de gagner de l’argent et de s’assurer d’autres occasions de gagner de l’argent.

  • 46 ADIV, C 2752, C 2754.
  • 47 D. Dessert, « Finances et société au xviie siècle ; à propos de la Chambre de Justice de 1661 », a (...)

73Si on passe à une autre activité économique importante, la ferme d’impôts, on voit que les receveurs de fouages y jouent un rôle beaucoup plus important. Bien qu’on dispose de renseignements limités sur l’identité de la plupart des fermiers d’impôts en Bretagne, les archives existantes montrent que les familles Henry, de Launay, Butet, Caris, Sauvaget, Le Coq, Le Breton, Gaudé et du Val sont toutes concernées. En 1622, par exemple, les devoirs des Etats sont affermés à un syndicat comprenant Georges Henry (plus tard receveur à Rennes), Jan Gaudé (plus tard également receveur à Rennes), Charles Le Breton (plus tard receveur à Dol), Pierre Henry (ensuite receveur à Rennes) et Julien Cochet (payeur des gages au Parlement). En 1621, parmi les fermiers des Etats figurent Michel Butet et Jean Caris, les deux receveurs des fouages de Nantes46. Ces gens sont à l’évidence des financiers, dont c’est le métier de brasser l’argent du roi, que ce soit sous la forme des impôts directs ordinaires ou sous la forme de recettes de fermes d’impôts pour des prélèvements indirects. Le modèle breton selon lequel des officiers royaux chargés des impôts directs afferment la plus grande partie des impôts indirects est tout à fait typique de la France dans son ensemble47.

  • 48 ADLA, B 12 882.

74On peut accéder à la noblesse en associant ces offices financiers à d’autres offices, qui sont anoblissants : les Butet, par exemple, sont maintenus dans leur noblesse dans les années 1660 parce qu’ils ont occupé un poste d’échevin à Nantes. Il est rare de trouver ces familles financières sur la liste de ceux dont la noblesse est maintenue. Il y a quelques cas, comme celui des Henry, où une branche de la famille accède à une cour supérieure – et est donc anoblie – alors que les autres branches demeurent roturières ; les seuls cas indiscutables d’accession à la noblesse de membres de ce groupe concernent les Henry, les Butet, les Santo Domingo et les Hus (ces derniers déjà titulaires d’un office anoblissant à la fin du xvie siècle)48. En revanche, la quasi-totalité des familles de la Chambre des Comptes a été admise dans la noblesse, y compris les tout derniers arrivés, comme les Salomon, les Coupperie et les Boux. Il convient de souligner que la plupart des familles nantaises accèdent au Second Ordre par le biais de la noblesse de cloche, c’est-à-dire des charges anoblissantes d’échevin ou de maire de Nantes : c’est le cas des familles Butet, Poullain, Madeleneau, Bedeau, Langlois et de beaucoup d’autres (le privilège leur coûte 1 000 livres).

  • 49 Liste des consuls, par année, dans Livre doré.

75Quelles tendances décèle-t-on au sein de ces familles qui recherchent noblesse et offices ? Il semble que l’image traditionnelle des familles marchandes acquérant des offices doive être quelque peu modifiée. Il n’existe guère de preuves d’un passage direct de la fonction de marchand à celle de membre de la Chambre des Comptes (sans parler du Parlement, dont la composition nobiliaire en Bretagne est depuis longtemps reconnue). Très peu de familles empruntent l’itinéraire traditionnel de l’office financier subalterne, suivi d’un office légèrement plus élevé et, finalement, d’un office de haut niveau (tel celui de maître de comptes). En fait, ce qu’on voit en Bretagne est quelque chose de totalement différent. Il y a un groupe nombreux de juristes professionnels et c’est ce groupe, plutôt que celui des marchands, qui cherche à s’introduire dans la noblesse au moyen d’un office. Qui plus est, beaucoup de membres de ce groupe, en particulier ceux qui entrent au Parlement, sont issus de vieilles familles nobles. La classe bretonne des officiers est un amalgame de membres de la vieille noblesse, de notaires (rarement), d’avocats et de procureurs plutôt que de marchands (bien qu’il y en ait quelques-uns). Ces hommes de loi proviennent sans doute de familles marchandes ; à Nantes, de nombreuses familles juridiques de la fin du xvie et du début du xviie siècle ont été des familles marchandes au milieu du xvie siècle. Le négociant fait faire à son fils ou à ses fils des études de droit, le fils devient avocat ou procureur et achète peut-être un office de judicature subalterne, le petit-fils achète un office de justice et s’élève ensuite dans la hiérarchie. Dans les années 1560, on trouve parmi les consuls des marchands des noms tels que Lemoine, Le Mercier, Gazet, Drouet, Boyslève – tous appelés à fonder plus tard des familles de robe – avant de devenir officiers à la Chambre (et souvent membres du conseil de ville à Nantes)49. La richesse de ces hommes, au moment où ils acquièrent un office, n’est vraisemblablement pas investie dans le commerce – il n’est jamais question à leur sujet d’activité commerciale – mais dans la terre (tous se font appeler « sieur de ») et la pratique du droit. Il semble probable, si l’on se fie à l’échantillon de la Chambre des Comptes, que la quasi-totalité des membres de ce corps sont des fils d’hommes de loi et de petits juges, et non de marchands.

76Au surplus, les documents disponibles suggèrent fortement que ces officiers n’appartiennent pas simplement à l’une des branches de la famille, l’autre étant demeurée dans le commerce. La complète divergence entre les listes de familles de la Chambre et celles des familles de marchands connues dans la première moitié du xviie siècle montre que les premières forment à l’intérieur de Nantes un groupe indépendant, et non une annexe de la classe marchande. Les deux groupes vivent dans des quartiers différents de la cité. Les hommes de loi et les officiers habitent les paroisses de Saint-Laurent et Sainte-Croix, et quelques-uns vivent dispersés à Sainte-Radegonde, Saint-Léonard et Saint-Denis ; les marchands, eux, habitent Saint-Nicolas, et souvent en dehors des murs, dans le quartier de la Fosse.

77Les membres de ces familles de la Chambre se marient aussi dans une très large mesure entre eux, et peut-être plus souvent que dans les familles parlementaires. A la Chambre des Comptes, on peut retrouver la trace de 41 mariages célébrés au début du xviie siècle : 29 d’entre eux concernent un membre de la Chambre (ou son fils) et la fille d’un autre membre. Sur les 12 restants, on trouve trois mariages avec des gens de finances (vieilles familles nantaises bien établies – les Poullain, les Fyot et les Sesbouet), trois mariages avec un parlementaire, un avec la fille d’un officier ecclésiastique local (qui a été trésorier du duc de Mercœur pendant les guerres de la Ligue), un avec la fille du médecin du roi et quatre avec des femmes dont il nous est impossible de déterminer la situation familiale. Si on considère tout mariage entre familles d’officiers comme relevant de l’endogamie, 36 de ces mariages sur 41 (87  %) correspondent à cette description. Dans le monde laïque, les femmes sont un élément essentiel du modèle de domination par l’élite, car alliances matrimoniales et parrainages (fortement endogames eux aussi) sont des instruments très précieux de cohésion sociale. Ces femmes apportent aussi des dots substantielles (au niveau desquelles se situe l’apport de leurs époux) en vue de contribuer à la viabilité économique des nouveaux couples.

  • 50 A. Bourdeaut, ed., N. Baudot (Dubuisson-Aubenay), « Journal des Etats de Bretagne en 1636 », bulle (...)
  • 51 ADLA, G 244-245.
  • 52 C. Colbert de Croissy, La bretagne en 1665.

78Les échelons supérieurs du clergé sont occupés par des membres de ces familles d’officiers et de la vieille noblesse ; une fois encore, on trouve ici peu de traces des familles marchandes. Aux Etats de 1636, par exemple, le clergé est représenté par l’évêque de Saint-Malo (d’une famille de parlementaires parisiens), l’archidiacre Poulpry (frère d’un parlementaire breton), par le frère de l’avocat général du Parlement, par Pierre Cornulier, évêque de Rennes (oncle d’un parlementaire), par Huart, membre d’une importante famille de parlementaires, par Luigné, lui-même conseiller, ainsi que par une demi-douzaine d’autres députés qu’il n’est pas facile d’identifier50. Si on examine le cas de la cathédrale Saint-Pierre de Nantes, on s’aperçoit que les chanoines appartiennent tous à des familles de robe : Macé, Touzelin, Dodieu, Loriot, Robin, Avril, Martin, Bonnier, Le Mercier, Gaultier, Pageot. Beaucoup de ces hommes sont aussi recteurs de paroisses rurales ; Jean Toutteau, par exemple, est recteur d’Assérac51. En 1665, le rapport de Colbert de Croissy dépeint le même tableau ; partout, évêques, chanoines, prieurs et abbés de monastères sont issus des familles de la vieille noblesse locale ou, dans le cas de certains évêques, de la magistrature parisienne52.

Modèles de domination sociale

  • 53 A. Croix, La bretagne, p. 578-593.

79Ces membres du haut clergé et ces familles de magistrats dominent la politique municipale et la plupart des aspects de la vie municipale. Ils dirigent les hôpitaux de toutes les villes bretonnes : à Quimper, la commission se compose du juge royal, du substitut du procureur du roi au présidial, de deux bourgeois, de l’évêque et de deux chanoines ; à Vannes, elle est composée de « messieurs de justice » et de « messieurs les gens du roi » (les uns et les autres membres du présidial), du procureur de la ville et des chanoines de la cathédrale ; à Vitré, du procureur du roi, d’un député, de plusieurs « nobles bourgeois » et d’un prieur. La plupart des villes bretonnes adoptent le système nantais : le corps des officiers de la justice royale, le conseil de ville, l’évêque et le chapitre de la cathédrale nomment chacun un délégué53. Il est vraisemblable que tous ces délégués appartiennent à la classe des officiers, hormis peut-être celui du conseil de ville (et même lui fait souvent partie de ce groupe).

  • 54 AM de Nantes, CC 151.

80Au début du xviie siècle, les budgets municipaux font une place de plus en plus grande à l’aide aux indigents, et cette aide est, pour l’élite des officiers, encore une autre manière de dominer la ville. A Nantes, par exemple, il y a une dépense hebdomadaire régulière pour les journaliers, dont l’emploi est une forme d’aide qui bénéficie aussi à la communauté. Du 1er avril 1606 au 31 mars 1607, par exemple, la cité consacre environ 4 880 livres à rémunérer ces travailleurs, soit une moyenne de 94 livres par semaine. La longueur de la semaine de travail varie entre deux jours (25-31 décembre) et les six jours « ordinaires » (19 semaines sur 52) ; l’année comporte 270 jours ouvrables. Un jour ouvrable type voit la cité dépenser entre 10 et 15 livres, c’est-à-dire employer quelque vingt à trente travailleurs. Il y a pourtant des exceptions : la semaine du 21 au 27 août, Nantes dépense 239 livres 12 sous en cinq jours. Après une semaine normale, la ville engage de fortes dépenses pendant le reste du mois de septembre, déboursant en moyenne plus de 25 livres par jour. Cependant, à la fin de 1607 et en 1608, la dépense diminue brutalement, avec toutefois une brusque remontée en septembre et au début d’octobre. La période où se produit cette hausse légère suggère qu’elle est liée à des travaux sur les installations portuaires, car la fin de septembre et le début d’octobre marquent le début d’un intense trafic vinicole à Nantes54.

  • 55 A. Croix, La bretagne, p. 648-49 et p. 667.

81Les hôpitaux fournissent, eux aussi, de l’aide aux indigents. La dépense la plus importante des hôpitaux bretons concerne la nourriture destinée aux pauvres qui y séjournent. A Morlaix, les dépenses de bouche dépassent souvent 2 000 livres par an, et représentent 70  % du budget de l’hôpital. Beaucoup de villes commencent à mettre en place un nouveau système de versements aux pauvres vivant à domicile : à Saint-Malo, cette dépense atteint à 3 700 livres par an de 1614 à 1619 (62  % du budget de l’hôpital). Cet argent est destiné à aider des couples indigents et des « femmes honteuses » qui ont charge d’enfants. Alain Croix fait observer que, avec l’augmentation du nombre des pauvres aidés par les hôpitaux, les fonctions de ces derniers tendent à changer. En devenant plus courante, l’aide fournie en dehors de l’hôpital acquiert une dimension morale, et l’instruction religieuse commence à faire partie du quotidien des personnes hospitalisées. A Saint-Malo, après 1650, on s’attend à ce que les patientes soient « informez des mysteres de dieu en son eglise ». Comme l’expliquent deux patientes lors de leur admission à l’hôpital de Guingamp en 1626, « les aumosnes des gens de bien sont mieux employez aux pauvres qui sont amis de dieu et en sa grace55 ».

82Alain Croix note que l’usage de quêtes spéciales pour les pauvres a pratiquement cessé au xviie siècle. On connaît pourtant un exemple intéressant d’une telle quête, à Nantes, en 1679. Les femmes les plus en vue de la société nantaise supervisent la collecte : dans chaque paroisse, celle-ci est confiée à deux femmes, l’une mariée, l’autre jeune et célibataire. Ceci suggère fortement qu’on attend des jeunes femmes de l’élite qu’elles apprennent les vertus et les exigences concrètes liées à la collecte de fonds pour les pauvres, de manière à ce qu’elles puissent pratiquer la charité une fois mariées. On trouve, participant à cette quête, bon nombre de familles nantaises de premier plan, y compris la femme du sénéchal des Régaires (un tribunal ecclésiastique), plusieurs familles de la Chambre (Monnerays, Mesnard) et même du Parlement (Cornulier). C’est seulement dans les paroisses terriblement pauvres de Saint-Similien et de Saint-Clément que ces femmes sont simplement appelées « la dame », suivie du nom marital. Cette liste comporte une bizarrerie administrative : les femmes mariées n’y apparaissent que sous leur nom marital. D’habitude, dans de tels documents, les femmes sont d’abord mentionnées sous leur nom propre, suivi de la notation « femme de “X” ». Sur cette liste, une femme célibataire est même appelée « Mlle fille de Monsieur le Général ».

  • 56 AM de Nantes, BB 49, fols 9v-11, collecteurs de 1679. AM de Nantes, GG 726 pour l’aide fournie en (...)

83Au xvie siècle, les quêtes de 1552 et de 1578-80 sont à l’origine de deux systèmes différents. En 1552, dans 65 paroisses de la région nantaise, tous les collecteurs sont des hommes. En 1578-80, nous avons seulement la liste des personnes qui quêtent à l’intérieur de la cité elle-même. Dans certaines paroisses, comme Notre-Dame, les hommes continuent de collecter l’argent. Toutefois, la tendance générale est très différente. En 1579, dix-neuf des trente-et-un collecteurs sont des femmes ; en 1580, c’est dix-neuf sur vingt-six. Une fois de plus, les femmes de l’élite ne sont citées que sous leur identité maritale : les épouses d’Antoine Gravoil et de François de Bot, futurs maires, les femmes de bon nombre de puissants officiers, et une seule femme mentionnée sous son propre nom : Jeanne Rocaz, femme de Julien Ruiz56.

  • 57 ADF, 2 E 1505.
  • 58 ADLA, B 12 871.
  • 59 ADIV, C 3672.

84Les officiers municipaux exercent une surveillance étroite sur la moralité des habitants. Les femmes sont une source particulière d’inquiétude, en partie parce qu’elles sont plus contestataires que les hommes à l’égard de l’autorité. Dans les exemples cités plus haut, on note d’emblée que les patients recevant une instruction religieuse sont des femmes (non spécifiquement identifiées par A. Croix comme étant des prostituées, et qui ne sont donc pas des candidates évidentes à l’instruction religieuse obligatoire que doivent subir les prostituées incarcérées). Le document ne mentionne aucune instruction de ce type pour les hommes (encore que tous les patients soient astreints à la messe quotidienne). Les officiers municipaux sont constamment aux prises avec les femmes : ils craignent l’indépendance et le dérèglement des unes, et ont pourtant besoin du soutien des autres pour faire fonctionner la ville. Dans ce dernier cas, les « pères de la cité » ont besoin des contributions des riches veuves aux recettes des impôts et, ce qui est plus important, de leurs prêts à la ville. C’est une pratique courante pour les femmes de prêter de l’argent aux corps de ville, et au roi, pendant toute la durée des xvie et xviie siècles. A Morlaix, par exemple, dans les années 1670, ce sont des femmes qui détiennent 20  % des dettes de la ville57. A Nantes, au xvie siècle, plus d’un cinquième des possesseurs de rentes royales sont des femmes58. Lorsque Vannes a besoin de trouver de l’argent pour verser une avance aux soldats du roi en 1637, elle s’adresse à Catherine de Rozerac et à Claude Gosserent pour leur emprunter 6 000 livres, afin de faire face aux dépenses en attendant que les impôts nécessaires puissent être levés. En 1640, quand Guérande doit loger une compagnie de soldats, 20 des 100 hommes en question sont hébergés par des veuves59.

  • 60 ADLA, B 9230, liste des taverniers à Batz et à Guérande, 1612 ; liste des taverniers à Guérande, 1 (...)
  • 61 ADLA, B 6661.
  • 62 ADLA, B 6784.
  • 63 ADLA, B 6782.
  • 64 ADLA, B 6655, 23 mars 1634.

85De par ses activités policières, le prévôt de Nantes, ou l’officier principal des autres villes, entre souvent en conflit avec les femmes. Une des activités policières les plus courantes consiste à enquêter dans les tavernes, soit à la suite de fraudes contre les devoirs sur le vin, soit parce qu’elles sont demeurées ouvertes en dehors des heures autorisées (surtout pendant la grand-messe du dimanche). A Nantes et ailleurs, des femmes ont la propriété exclusive de cabarets, dans une proportion variant de 20 à 60  % selon les cas ; quant aux autres tavernes, pratiquement toutes sont tenues par une femme, bien que le mari soit souvent cité comme copropriétaire60. Lorsque le prévôt et ses hommes se présentent à la taverne tenue par madame Bastard le dimanche 14 avril 1641, c’est elle, et non son mari, qui leur dit « qu’ils devraient être à la messe et non à la visite des tavernes61 ». Le 20 mai 1664, à la taverne d’Anne Plessis (une veuve), celle-ci, aidée de son voisin Henry de la Haye, fomente une émeute contre les inspecteurs des devoirs sur le vin62. Trois ans plus tard, à la taverne de Claude Marcan et de sa femme, celle-ci prend la tête du groupe de buveurs qui attaque les inspecteurs, avec échanges de coups assénés avec un gros gourdin et une épée63. Le meilleur résumé de l’attitude générale de ces femmes est peut-être fourni par une immigrante portugaise, madame Gomes, qui fait l’objet d’une enquête pour avoir vendu du tissu en violation du privilège d’étape de Nantes. Quand on lui demande pourquoi elle et son mari ont quitté Bordeaux pour Nantes six ans plus tôt, elle répond « qu’il leur est permis de demeurer ou bonheur semblera64 ». Ce n’est pas là une attitude encouragée par les autorités de l’époque.

  • 65 ADLA, B 6657, 12 avril 1641 ; cette ordonnance a été publiée. Voir T. Brennan, Public drinking and (...)
  • 66 ADLA, B 6662.

86Ces autorités cherchent, dans toute la mesure du possible, à superviser la conduite morale et politique de la population et, en fait, elles ne font guère de distinction entre les deux. Il faut surveiller les cabarets, de peur que les classes inférieures n’y aillent boire plutôt que d’aller à la messe, ou que les étudiants du collège des Jésuites ne préfèrent la taverne à la classe65. Il s’agit là de questions morales, certes, et pourtant l’une des deux grandes grèves sur lesquelles nous avons quelques renseignements, celle des compagnons tailleurs en 1650, a pour points forts des actions décidées à la taverne de la Croix Blanche66. Les autorités sont constamment sur le qui-vive, redoutant que d’autres actions politiques ne soient déclenchées dans les tavernes. A la fin du xviie et au xviiie siècles, la police morale des pauvres fait partie intégrante du contrôle politique. Les autorités utilisent les employés des hôpitaux pour enquêter sur les infanticides ; le prévôt, ou tout autre officier de police, a l’œil sur la plupart des autres composantes de la vie quotidienne.

87Les activités policières du prévôt de Nantes épousent géographiquement la répartition sociale de la population. La cité possède un large éventail social lié à la répartition géographique de sa population : à Saint-Laurent ne vivent que les riches et les hommes de loi ; à Saint-Nicolas vit un mélange de pauvres et de riches (marchands) ; Saint-Léonard compte des gens actifs, comme des boutiquiers et leurs employés, et des pauvres, tandis que Saint-Clément, en dehors des remparts, héberge principalement des ouvriers pauvres. Le prévôt réglemente la plupart des aspects de la vie quotidienne : l’honnêteté des boulangers, l’hygiène des bouchers, la moralité des tavernes, le fonctionnement des marchés aux grains, le maintien des privilèges locaux (tels que les monopoles des corps de métiers), le règlement des disputes salariales.

  • 67 Comparaison des listes dans ADLA, B 6782, document 149, et citations diverses dans B 6655-6656.
  • 68 ADLA, B 6785, montre que la situation n’a guère changé dans les années 1660. Sur les 54 tavernes i (...)

88Pourtant le prévôt manifeste un intérêt plus grand pour certains quartiers de la ville que pour d’autres. Si on vérifie l’emplacement géographique des tavernes inquiétées pour être restées ouvertes pendant la grand-messe, on s’aperçoit qu’elles sont situées presque exclusivement dans les paroisses pauvres : Saint-Clément, Saint-Donatien, Saint-Nicolas, les secteurs portuaires de Sainte-Radegonde et l’île de la Saulzaye. Le 13 février 1633, le prévôt condamne à une amende quinze cabaretiers pour n’avoir pas fermé pendant la grand-messe ; on peut en localiser neuf : quatre dans la cité ; un à Saint-Donatien, quatre dans la Fosse (Saint-Nicolas). Sur les quatre tavernes intra-muros, trois peuvent être clairement situées dans la paroisse de Sainte-Radegonde, dans le quartier pauvre proche de l’Hôpital et du Port Maillard67. Les 1er et 2 janvier 1633, le prévôt condamne à une amende deux contrevenants au Marchix, cinq à Saint-Clément, un à Saint-Donatien. Un an plus tard, sur une liste de quarante-quatre tavernes ouvertes à des heures non autorisées, on trouve les noms de quatorze propriétaires et les emplacements de dix établissements : quatre dans le même secteur pauvre de Sainte-Radegonde, quatre à la Fosse, un à Saint-Clément et un à Saint-Donatien. Deux mois plus tard, le 12 mars 1634, sont pénalisés quatre cabarets dans le quartier du Port Maillard, cinq sur l’île de la Saulzaye et deux à la Fosse. Le tableau n° 7 montre la répartition générale des tavernes frappées d’amendes en 1633 et 1634 pour être restées ouvertes à l’heure de la grand-messe. Il est possible que les autres tavernes de la cité intra-muros aient été situées dans les quartiers portuaires pauvres mais nous n’avons aucune information sur leur emplacement. Il n’existe pas de preuves qu’une seule taverne ait été condamnée à une amende dans les quartiers riches de la cité68.

  • 69 ADLA, B 6650 ; B 6655.
  • 70 ADLA, B 6660.

89Le prévôt surveille de près de nombreux aspects de la vie quotidienne, et pas seulement la vie des tavernes. Il visite sans relâche les boulangeries, vérifiant que les balances sont justes et que le pain est fait avec la farine appropriée. En 1634, par exemple, il découvre que Jan Seray a des balances fausses. Souvent les miches de pain ne font pas le poids légal : le 9 décembre 1621, le prévôt trouve dix-sept boulangers dont les pains sont trop légers ; en février 1633, c’est le cas de quatorze d’entre eux sur les trente-quatre inspectés69. Ce problème spécifique devient très aigu dans les périodes où les prix du grain sont élevés, comme en 1631 et 1643. Les pénuries périodiques des années 1640 entraînent les interventions régulières du prévôt en ce domaine (mais faute d’avoir la répartition géographique des boulangeries, on ne peut suivre ses actions aussi aisément que pour les amendes imposées aux taverniers). Ces enquêtes sont souvent déclenchées par des plaintes spécifiques formulées par les habitants de Nantes ; en juin 1641, le prévôt déclare qu’il va « pezer leur pain attendu la plainte publiquefait tant par les habitans de cette ville et fauxbourgs que aultres que lesd. boullangers font de pain fort petit70 ».

  • 71 ADLA, B 6656, 12 juillet 1636. Le prévôt interdit aussi l’entrée de la ville aux marchands et aux (...)
  • 72 ADLA, B 6654, 18 mars 1632.
  • 73 ADLA, B 6649.

90Quand le prévôt s’inquiète à propos d’une éventuelle propagation de la peste à partir de Saint-Clément en 1636, il ordonne aux bouchers de s’abstenir de « souffler dans leurs viandes qu’ils tueront pour vandre71 ». Il est prévu que la viande des contrevenants sera jetée dans la rivière et qu’eux-mêmes subiront un châtiment corporel. Lorsque le prévôt menace d’imposer une forte amende (500 livres) à tout chef de famille qui omettra de signaler la présence de la peste en sa maison, il ordonne que ceux qui ne pourront la payer soient fouetté72. Lorsqu’il est question de briser une grève des portefaix en 1615, il décide que la première infraction sera punie de trois jours d’emprisonnement, que la première récidive entraînera le fouet, et la seconde récidive le fouet, le marquage au fer rouge et le bannissement73. L’usage récurrent de ces châtiments corporels pour les infractions commises par les basses classes apparaît clairement dans toutes les archives datant du début du xviie siècle, ainsi d’ailleurs que le parti pris implacable du prévôt vis-à-vis des quartiers populaires de la cité quand il s’agit de combattre les délits moraux, telle l’exploitation illicite de cabarets.

  • 74 ADLA, B 6655 ; B 6662, ordonnance du 26 novembre 1643 concernant le privilège d’étape.

91Le prévôt et les autorités civiles ont avec les négociants nantais une relation oscillant entre l’amour et la haine. Le prévôt constitue leur première ligne de défense contre les « étrangers ». Il défend vigoureusement leur privilège fondamental, qui veut que toute marchandise passant par Nantes doive obligatoirement être vendue aux marchands nantais. Le prévôt est souvent amené à enquêter suite à des rumeurs selon lesquelles des « étrangers » (c’est-à-dire des non-Nantais) auraient vendu des marchandises à d’autres étrangers. Il peut s’agir d’un Français qui a vendu de la soie à un autre Français, comme en 1642, ou d’un Angevin qui a vendu de l’eau-de-vie à un Hollandais, comme en 1636, ou de grain vendu par un Breton à un Angevin. Madame Gomes, que nous avons rencontrée plus haut, fait l’objet d’une enquête pour avoir vendu du tissu à un Anglais, et pour avoir servi de facteur à des négociants madrilènes74.

  • 75 AM de Nantes, BB 38, fol. 156 et suivants. Il semble qu’on manque d’informations supplémentaires s (...)
  • 76 ADLA, B 6663, 5 novembre 1645.

92Au xviie siècle, les étrangers les plus redoutés des Nantais sont les Hollandais, bien qu’il y ait eu une émeute anti-portugaise en novembre 1636. Les officiers municipaux bloquent les rues avec des chaînes de fer et ordonnent des patrouilles nocturnes composées de quinze à vingt hommes. Le prévôt interdit, sous peine de mort, l’usage d’armes à feu pendant la nuit. On ne sait rien d’autre à propos de cette émeute antisémite à Nantes, si ce n’est que les juifs portugais sont eux-mêmes armés afin de pouvoir se défendre75. A Morlaix et à Saint-Malo, ce sont les Anglais et, dans une moindre mesure, les Irlandais et les Hollandais qui représentent la menace étrangère. Les Hollandais constituent la menace la plus sérieuse parce qu’ils perturbent les méthodes traditionnelles d’exploitation utilisées par les marchands nantais à l’encontre des paysans de la région. Selon une plainte émanant des paysans en 1645, les marchands nantais leur vendent du grain de qualité inférieure (« grens de lin, orge, avoyne et mil au lieu de bon seigle ») à des prix excessifs et les forcent à fournir le produit de leurs vendanges en nantissement des prêts dont ils ont besoin pour acheter le grain. Les marchands leur achètent le vin à très bas prix et, contrairement à la coutume, leur en imposent le charroi en les forçant à livrer la marchandise à Nantes76. Les Hollandais, quant à eux, achètent directement le vin aux paysans, contournant ainsi les intermédiaires nantais. Ceux-ci prétendent que les Hollandais ont d’abord payé le vin à des prix très élevés mais que, s’étant emparés du marché, ils les ont ensuite considérablement baissés. Les Hollandais distillent le vin pour en faire de l’eau-de-vie ou le falsifient (en y ajoutant du sucre) pour le revendre comme « vin du Rhin ».

  • 77 ADLA, B 6685 ; le prix baisse de 17 à 12 livres par setier.

93Le prévôt fait de son mieux pour contrer chacune des phases de l’activité hollandaise. Il essaie d’obliger les Hollandais à n’acheter qu’à des marchands nantais ; il bannit la fabrication de tonneaux non conformes à la mesure de capacité locale (les Hollandais se sont mis à confectionner des barriques « à l’allemande » afin de faciliter la fraude sur le vin du Rhin) ; il interdit aussi d’utiliser le bois de chauffage local pour la distillation. Néanmoins, toutes ces mesures, ainsi qu’un énorme procès qui ne connaît son épilogue qu’en 1656, s’avèrent inutiles. Dans les années 1640, les Hollandais s’insinuent également dans le commerce des grains, diminuant aussi les profits dans ce secteur. En 1643, par exemple, l’approche d’une flotte hollandaise réduit de 29 % le prix du grain77.

  • 78 ADLA, B 6655, 22 juin 1633.

94Les efforts constants du prévôt pour surveiller l’activité marchande, qui n’emportent pas toujours l’adhésion des commerçants locaux, constituent le revers de la médaille. Le commerce des grains est d’un maniement particulièrement délicat, car le prévôt exige des marchands qu’ils offrent publiquement à la vente tout leur grain pendant les trois jours suivant son arrivée. En conséquence, les marchands qui cherchent à accumuler du grain le stockent en dehors de la ville, en attendant que montent les prix. En juin 1633, par exemple, le prévôt inflige une amende à Clément Trébillard, Jacques Bidon et Guillaume de Nort (ce dernier, spéculateur incorrigible) pour avoir omis de déclarer des stocks et pour avoir vendu du grain avant son arrivée à la cité (pratique courante, bien qu’illégale)78. Ce genre de surveillance économique est agaçant, quoique sans doute moins irritant que l’obligation pour le prévôt d’assister dans leur tâche les collecteurs d’impôts, ce qui entraîne constamment des incidents violents.

  • 79 C. Colbert de Croissy, La bretagne en 1665, p. 160.
  • 80 BnF, Mss. Fr. 18 592, saisies qui provoquent les protestations des marchands hollandais et touchen (...)
  • 81 ADLA, B 79, fol. 121 et suivants, contrat des Etats, 1647. AM de Vannes, BB 4, plainte concernant (...)
  • 82 ADIV, C 2759, Etats de 1621.

95Dans le reste de la province, les empiètements des étrangers sont tout aussi mal venus. Morlaix attire beaucoup de marchands anglais, encore qu’ils ne soient peut-être pas au nombre de 600 dans les années 1650, comme les gens du pays l’ont déclaré à Colbert de Croissy. Les marchands anglais envoient leurs fils à Morlaix pour y apprendre le français et le breton, cette dernière langue étant indispensable pour pouvoir traiter avec les paysans-marchands de toiles79. A Saint-Malo et ailleurs sur la côte nord, il y a des problèmes de piraterie mettant en cause des Anglais, ce qui entraîne des saisies de bateaux anglais avant même la rupture diplomatique des années 168080. Les Irlandais présentent un autre problème : les villes de l’ouest se plaignent des cohortes de mendiants irlandais qui affluent dans la province après 164081. Sur le littoral sud, les marchands se plaignent souvent des Rochelais avant 1628 ; ils exigent fréquemment, pour des raisons purement économiques, que des mesures soient prises contre les protestants82.

  • 83 C. Colbert de Croissy, La bretagne en 1665, p. 101, n. 118.
  • 84 Ibid., p. 157, n. 53.
  • 85 Ibid., p. 100-101, 149. La famille Pépin a accaparé les offices locaux au moins depuis les années (...)

96Dans ces villes, exception faite de Vannes et de Quimper (et de leurs présidiaux), il n’y a pas de scission apparente entre l’élite marchande et les officiers locaux. En 1594, la communauté marchande de Saint-Malo reçoit le droit d’élire son propre « tribunal consulaire » de trois membres, appelé à juger les différends entre marchands, ce qui permet à la procédure d’échapper totalement aux autorités royales et ecclésiastiques83. Morlaix dispose d’un tel tribunal, élu par cinquante négociants, depuis 156684. Dans les deux villes, cependant, les officiers de justice ordinaires sont issus de familles de robe, à en juger par les titulaires en place en 1666 : à Morlaix, le sénéchal est Jean Crouèze (fils du maire), l’alloué Jean Thépaut, fils d’un procureur royal ; à Saint-Malo, les trois officiers principaux sont René Lesquen, Pierre Pépin et Etienne Macé, tous « sieurs de », et tous roturiers85.

  • 86 Ibid., p. 204.
  • 87 Ibid., p. 212-213.
  • 88 Ibid., p. 159-160.
  • 89 ADF, 151 G 94

97A Vannes et à Quimper, les cours présidiales et les sénéchaussées ont bien plus de pouvoir que les cours de Saint-Malo et de Morlaix. En 1666, à Quimper, le sénéchal est un sieur de L’Honnoré de Keranbiguet, sans doute descendant du trésorier municipal de 1596, et qui est peut-être la même personne que Jean L’Honoré, procureur du roi au présidial de 166086. Colbert de Croissy prétend que la création du présidial a ruiné le commerce local, attendu que tous les jeunes hommes souhaitent désormais devenir « prestres, advocats, procureurs, et sergens et surtout grand nombre de faussaires87 ». Quelles que soient les raisons expliquant cette affirmation, il ne fait pas de doute qu’elle souligne le dissentiment opposant le groupe des marchands à celui des officiers. Les mêmes divisions existent à Morlaix, où le groupe social le plus huppé se livre au commerce du vin et le groupe médian à celui des toiles, s’il faut en croire Colbert de Croissy88. Les assiettes d’imposition de la ville pour 1683, dans la paroisse de Saint-Melaine, semblent corroborer cette affirmation. La quatrième classe des contribuables, vingt-deux individus, est entièrement composée d’artisans ou de veuves ; la troisième classe, trente-deux personnes, comprend surtout des femmes (dix) ; la deuxième classe, trente-deux individus, comprend treize « sieurs de », onze femmes, un marchand de vin, un négociant et cinq artisans ; la première classe, dix-huit personnes, est composée de huit « sieurs de », quatre femmes, et six marchands de vin89.

  • 90 ADLA, B 76, fol. 92-94, requête pour le renouvellement des devoirs en 1635, laquelle note que les (...)
  • 91 AM de Vannes, CC 10. La population de Rennes subit une baisse brutale aussitôt après la révolte et (...)

98La ville la plus exceptionnelle est Rennes, en raison du Parlement. La cour intervient constamment dans les affaires urbaines et, à partir de 1610, la construction de son palais obère le budget de la ville pendant plus de quarante ans90. Le Parlement surveille les prix du grain dans la ville (et, à l’occasion, dans toute la province). C’est la force dominante de la ville, le plus grand employeur et le centre économique de la cité. Lorsque le Parlement prend le parti du roi en 1589, la ville en fait autant. Le roi reconnaît le pouvoir de la cour sur la ville, et réprimande vertement les magistrats pour le soulèvement de 1636. Lors de la rébellion du Papier Timbré, le roi juge la cour suffisamment responsable pour la bannir pendant quinze ans à Vannes, où sa présence est une formidable aubaine pour l’économie locale et la ville elle-même, laquelle est à même d’obtenir des prix de location beaucoup plus élevés pour ses fermes d’impôts durant la présence de la cour91.

  • 92 A. Croix, La bretagne, tableau 91a.

99Rennes n’a qu’une activité commerciale réduite – Dubuisson-Aubenay parle de son « triste » commerce – en dehors de l’approvisionnement du Parlement, aussi y a-t-il moins de frictions qu’à Nantes entre officiers et marchands. La taxe pour l’aide aux indigents de 1629 fait apparaître une liste de quelque 4 558 individus, dont 2 023 pour qui la profession est indiquée. Il y a 570 officiers royaux et 270 individus identifiés seulement comme « sieurs de » ; par contre, il n’y a que 241 marchands (ceci dans une cité de quelque 35 000 à 40 000 habitants). La ville compte en outre 713 artisans, chiffre extrêmement bas pour une ville de cette taille (vu que, dans n’importe quelle ville française du début de l’ère moderne, 20 % des chefs de famille travaillent habituellement dans les métiers de l’alimentation et de la construction)92. Cependant, comme à Nantes, les pauvres – les gars de Rennes comme on les appelle – ont bien leur quartier à eux, niché sur l’autre rive de la Vilaine, face au palais du Parlement. C’est là que débutent les troubles de 1636 et, de fait, Dubuisson-Aubenay qualifie ces gens d’« ivrognes et séditieux ».

100Le système complexe de contrôle de la société fonctionne efficacement dans la plupart des circonstances. Les pénuries de grain entraînent des émeutes périodiques (moins fréquentes qu’ailleurs) mais, hormis le grand soulèvement de 1675, il semble que la Bretagne ait connu peu de mécontentement social au xviie siècle. Toutefois, comme le montre l’exemple des émeutes de 1636 à Nantes et à Rennes, une grande partie de ce mécontentement est invisible parce qu’il n’a laissé aucune trace écrite. L’effondrement du système de contrôle de la société nous introduit au cœur du problème de l’ordre. Avant d’en venir à cette question, il nous faut d’abord étudier les structures politiques et institutionnelles de la province. Le principal brandon de discorde entre les tenants de l’ordre et le peuple est d’ordinaire l’argent, en sorte que politique et mécanismes fiscaux doivent faire l’objet d’un examen approfondi.

Notes

1 R. Chartier et D. Richet, Représentation et pouvoir politique : autour des États-Généraux de 1614, Paris, 1982.

2 E. Burke, Reflections on the Revolution in France, New York, 1973, p. 45, écrit : « La politique immuable de notre constitution a été de soutenir et d’affirmer nos libertés, comme un patrimoine inaliénable qui nous a été légué par nos ancêtres, et que nous devons transmettre à notre postérité. […] Nous avons une Couronne héréditaire, une pairie héréditaire, une Chambre des Communes et un peuple qui hérite de privilèges, de franchises et de libertés, transmis par une longue lignée d’ancêtres ». Les élites bretonnes se croient protégées par une série « de privilèges, de franchises et de libertés » (expression constamment utilisée par les Etats dans leurs négociations avec le roi), même si elles ne donnent pas à cette protection le nom de « constitution ».

3 J. Collins, « The Economic Role of Women in Seventeenth-Century France », French Historical studies, 16, 2, automne 1989, p. 436-470.

4 Voir AM Nantes, AA 75, pour une liste de quelques-uns des députés du tiers état.

5 A. Rébillon, Les etats de bretagne de 1661 à 1790, Paris, 1932, renferme une documentation importante concernant le chiffre des nobles présents à de nombreuses sessions et sur les villes ayant le droit d’être représentées (p. 111, n. 51). Voir ci-dessous, ch. 4, pour la liste complète.

6 Il n’y a pas de session en 1627, mais il y en a eu deux en 1626, et les Etats de 1628 se réunissent en janvier.

7 Plusieurs modestes surtaxes directes sont votées sous Henri IV, afin de permettre le versement de dons spécifiques au comte de Soissons, aux héritiers du duc de Montpensier et à d’autres encore. Cependant, le don principal est alimenté exclusivement par les taxes sur le vin.

8 Voir exemples dans ADLA, B 65-80, documents de la Chambre des Comptes, 1600-1650. La position générale de la Chambre est résumée dans B 76, fol. 37 v. et suivants, enregistrement du contrat entre le roi et les Etats pour 1632, dans lequel la Chambre note que les édits relatifs aux finances doivent être enregistrés uniquement à la Chambre.

9 ADLA, B 12 871, liste complète de tous les revenus, domaines, offices bretons ainsi que des questions relatives aux finances, dressée par les trésoriers en 1583, très vraisemblablement pour l’Assemblée des Notables de Saint-Germain-en-Laye.

10 AM de Nantes, série CC, comptes du miseur (trésorier) de Nantes. 1605-1607 = CC 150, etc.

11 Les parlementaires peuvent venir de l’extérieur de la province – en théorie la moitié des officiers sont censés être des non-Bretons – si bien que les présidiaux des juridictions voisines, spécialement ceux de la vallée de la Loire, envoient aussi des magistrats au Parlement breton.

12 AM de Nantes, CC 167, comptes de 1637-1638, est un exemple parmi beaucoup d’autres. Les Etats de 1636-37 reçoivent de la ville plusieurs sortes de vins : de Graves, d’Espagne, d’Orléans, d’Anjou, de Gascogne, et même du vin muscat.

13 A. Perthuis et S. de la Nicollière-Teijeiro, Le livre doré de l’hôtel de ville de Nantes, Nantes, 1873, désormais cité sous la forme abrégée Livre doré. Abbé N. Travers, Histoire civile, politique et religieuse de la ville et du comté de nantes, Nantes, 1837-1841, 3 vol., relate l’installation de Hus.

14 Le maire et les membres du conseil de ville sont cités par ordre chronologique dans le Livre doré. La plupart sont également cités avec leurs positions et leurs titres ; j’ai également consulté les archives municipales, y compris les registres paroissiaux, afin d’obtenir d’autres renseignements sur chacun de ces individus.

15 J. Kerhervé, F. Roudaut et J. Tanguy, La bretagne en 1665 d’après le rapport de Colbert de Croissy, Brest, 1978, p. 149 pour Morlaix (ouvrage désormais cité sous la forme C. Colbert de Croissy, La bretagne en 1665). Pour Nantes voir Livre doré, ainsi que les listes de francs fiefs de 1539 et 1566 (voir infra, Conclusion, pour plus de détails). L’examen le plus détaillé de cette question se trouve dans ADIV, 1 F 36, copie faite au xviiie siècle d’une liste de « terres nobles » dans le Léon en 1536. Dans la paroisse de Taullé, par exemple, sur quatorze maisons nobles, deux sont entre les mains de marchands de Morlaix.

16 Voir les codes paysans, copiés dans une écriture non contemporaine, dans ADIV, 1 F 692, documents appartenant à A. de la Borderie ; le code le plus célèbre, celui de quatorze paroisses proches de Douarnenez, souvent reproduit, l’a encore été dans J. Tanguy, La bretagne province, p. 109. Sur le régime seigneurial breton en général, voir J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, 1966, 2 vol. ; J. Gallet, La seigneurie bretonne, 1450-1680. Le cas du Vannetais, Paris, 1983. A en croire Gallet, les exigences des propriétaires ne sont pas particulièrement fortes (« la pression restait modérée » – p. 600) mais sa documentation suggère le contraire. Il soutient (p. 601) que les rentes sont relativement légères, mais le domaine congéable autorise le propriétaire à prélever un tiers de la récolte, sans prise en compte des semences, de la dîme ou d’autres exactions. Cette façon de procéder me paraît plus sévère que le système français type, dans lequel le propriétaire prélève un tiers de la récolte mais participe à parts égales à l’achat des semences, au versement de la dîme et, le plus souvent, des impôts du métayer. Voir ci-dessus, Introduction, note 55.

17 J. Gallet, La seigneurie bretonne, p. 523-527.

18 Pour les structures générales de la campagne bretonne, voir J. Meyer, La noblesse bretonne, p. 720-755 (particulièrement la carte des systèmes de tenure, p. 722) et H. Sée, Les classes rurales en bretagne du xvie siècle à la Révolution, Paris, 1906, p. 263-300. L’enquête de 1583 sur le domaine, dans ADLA, B 12 871, est également très utile.

19 M. Couturier, Recherches sur les structures sociales de Châteaudun, Paris, 1969 ; P. Goubert, beauvais et le beauvaisis, Paris, 1959 ; J.P. Poussou, bordeaux et le sud-ouest au xviiie siècle. Croissance économique et attraction urbaine, Paris, 1983.

20 P. Goubert, L’ancien Régime, Paris, 1969 (trad. angl. 1970). La nouvelle version de cet ouvrage fondamental, par Goubert et D. Roche, Les Français et l’ancien Régime, Paris, 1984, 2 vol., adopte la même approche (t. I, 47-48). Mes objections à cette problématique sont exposées de manière plus détaillée dans J. Collins, « Geographic and Social Mobility in Early-Modern France », Journal of social History 24, 3, 1990, p. 563-577.

21 A. Croix, Nantes et le pays nantais au xvie siècle, Paris, 1976, p. 173-190.

22 Biographie du fils, et quelques paragraphes sur Ruellan lui-même, dans Saulnier, Le Parlement de bretagne. Voir aussi G. Tallement des Réaux, Historiettes, t. I, p. 154-156.

23 T.J.A. Le Goff, Vannes and its Region in the eighteenth Century, Oxford, 1981 (trad. fr. 1989).

24 ADF, 16 G 1. Le rôle de 1616 a été publié par D. Bernard, « Rôle des fouages à Audierne en 1616 », bulletin de la société archéologique du Finistère, 38, 1909, p. 158-66.

25 ADF, 2 E 1501.

26 ADIV, 1 F 1640, fonds La Borderie.

27 ADLA, G 440 (rôles d’impôts), G 441, documents de la fabrique ; registres paroissiaux antérieurs à 1668 à la mairie de Massérac, non classés.

28 J.-B. Ogée, dictionnaire historique et géographique de la bretagne, Rennes, 1843-1853, 2 vol. (réédition de l’ouvrage du xviiie siècle), t. II, p. 14, sur Massérac.

29 ADLA, H 158.

30 ADLA, G 47.

31 Cahiers des plaintes et doléances de la Loire-atlantique, t. xi, Nantes, 1983, p. 787-791. On y trouve cinq membres de la famille Etienne, laquelle figure aussi sur le rôle des impôts de 1665, ainsi que des membres des familles Thomas, Guérin, Provost, Chauvin, Hamon et Lucas.

32 AM de Nantes, GG 4, paroisse de Notre-Dame, et F. saulnier, Le Parlement de bretagne.

33 F. Saulnier, Le Parlement de bretagne. D. Dessert, Fouquet, Paris, 1987, p. 57, donne davantage de détails sur le mariage de Fouquet. La dot de Mlle Fourché a consisté en 160 000 livres en argent liquide et en rentes, ainsi qu’en divers domaines fonciers.

34 Ces renseignements sur les mariages sont empruntés aux biographies fournies par F. saulnier, Le Parlement de bretagne.

35 AM de Nantes, en particulier GG 1-10 (Notre-Dame) et GG 137-150 (Saint-Laurent).

36 F. Saulnier, Le Parlement de bretagne, introduction, p. lxi, n. 2

37 ADLA, B 65-68 ; B 12 871 (1583) ; B 713 (1588). On peut trouver une liste complète de tous les officiers acceptés à la Chambre dans BnF, Mss. Fr. 14 399, fol. 19 et suivants. Est-il besoin de préciser que ces listes comportent des divergences mineures ?

38 E. Schalk, From Valor to Pedigree, Princeton, 1986 (trad. fr. 1996), sur la primauté de la noblesse militaire au xvie siècle. Comme nous l’avons noté dans l’introduction, la critique de K. Neuschel, soulignant que la noblesse ne passe pas brutalement d’un système de valeur à un autre, paraît fondée (Word of Honor, p. 203). Voir aussi P. Goubert et D. Roche, Les Français, chap. iv.

39 R. Chartier et D. Richet, Représentation et pouvoir politique, et Y. Durand, Cahiers de doléances de la noblesse des gouvernements d’orléanais, normandie et bretagne.

40 ADLA, B 77-79.

41 Pour 1631, voir ADLA, B 2976 ; marchands de vin en 1609, AM de Nantes, HH 137 ; marchands de grain, 1596, AM de Nantes, FF 187 ; sur les rôles d’aide aux indigents de 1586, AM de Nantes, GG 743 ; pour les rôles d’impôts de 1593, AM de Nantes, CC 86 ; sur la Contractation, P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes », annales de bretagne, 1932, p. 284-331, p. 457-505.

42 ADLA 12 871 (1583), B 713 (1588), B 65-80 changements d’offices.

43 Livre doré et AM de Nantes, CC 86 et GG 743 sur les ancêtres de divers officiers (également identifiés dans AM de Nantes, GG 1-10 et 137-141). ADIV, 1 BA, contient une liste de tous les officiers ayant exercé au présidial de Nantes (sénéchaux et prévôts compris). On trouve une liste longue, bien qu’incomplète, des notaires nantais dans L. Rouzeau, Répertoire numérique des archives notariales sous-série 4 E, Nantes, 1988.

44 Voir par exemple ADLA, B 79, fols 220v – 221v sur l’achat par Saint-Domingue de l’office de receveur général à Guillaume Martin.

45 ADIV, C 2650, 2920, 2940, etc., sur Hus aux Etats ; F. Saulnier, Le Parlement de bretagne, pour un fils, ADLA, B 713 pour un autre.

46 ADIV, C 2752, C 2754.

47 D. Dessert, « Finances et société au xviie siècle ; à propos de la Chambre de Justice de 1661 », annales E.S.C., 1974, p. 847-881 et annexes. Sur le début du xviie siècle, F. Bayard, Le Monde des financiers au xviie siècle, Paris, 1988.

48 ADLA, B 12 882.

49 Liste des consuls, par année, dans Livre doré.

50 A. Bourdeaut, ed., N. Baudot (Dubuisson-Aubenay), « Journal des Etats de Bretagne en 1636 », bulletin de la société archéologique de nantes, 1927, p. 339-399.

51 ADLA, G 244-245.

52 C. Colbert de Croissy, La bretagne en 1665.

53 A. Croix, La bretagne, p. 578-593.

54 AM de Nantes, CC 151.

55 A. Croix, La bretagne, p. 648-49 et p. 667.

56 AM de Nantes, BB 49, fols 9v-11, collecteurs de 1679. AM de Nantes, GG 726 pour l’aide fournie en 1579-80.

57 ADF, 2 E 1505.

58 ADLA, B 12 871.

59 ADIV, C 3672.

60 ADLA, B 9230, liste des taverniers à Batz et à Guérande, 1612 ; liste des taverniers à Guérande, 1636 et 1638 (documents 58, 72). ADLA, B 6782, documents 149 (1625) et 72 (1652) ; ADIV, 4 Fc 7 (1696).

61 ADLA, B 6661.

62 ADLA, B 6784.

63 ADLA, B 6782.

64 ADLA, B 6655, 23 mars 1634.

65 ADLA, B 6657, 12 avril 1641 ; cette ordonnance a été publiée. Voir T. Brennan, Public drinking and Popular Culture in eighteenth-Century Paris, Princeton, 1988, pour le rôle important de la taverne dans la vie de la communauté.

66 ADLA, B 6662.

67 Comparaison des listes dans ADLA, B 6782, document 149, et citations diverses dans B 6655-6656.

68 ADLA, B 6785, montre que la situation n’a guère changé dans les années 1660. Sur les 54 tavernes identifiées par leur emplacement géographique, on en trouve 18 à la Fosse, 6 au Port-Maillard, 8 dans les faubourgs jouxtant le fleuve, 8 dans le quartier du Marchix, 4 à Saint-Clément et 3 à Saint-Léonard. A l’intérieur des remparts, mais sans identification de paroisse, 22 autres tavernes sont pénalisées : 4 au Port-Barbin, 4 autres dans la rue de la Boucherie et 5 dans la rue des Carmes (qui descendait au port).

69 ADLA, B 6650 ; B 6655.

70 ADLA, B 6660.

71 ADLA, B 6656, 12 juillet 1636. Le prévôt interdit aussi l’entrée de la ville aux marchands et aux marchandises en provenance d’endroits connus pour être infectés : B 6656, 11 décembre 1636, interdisant aux marchands de Redon, Rennes, Angers et Laval de venir assister à la réunion des Etats. En 1632, le prévôt ordonne de « bien nettoyer les rues » (2 décembre 1632).

72 ADLA, B 6654, 18 mars 1632.

73 ADLA, B 6649.

74 ADLA, B 6655 ; B 6662, ordonnance du 26 novembre 1643 concernant le privilège d’étape.

75 AM de Nantes, BB 38, fol. 156 et suivants. Il semble qu’on manque d’informations supplémentaires sur cet incident (jugement renforcé par une conversation que j’ai eue à ce sujet avec Alain Croix).

76 ADLA, B 6663, 5 novembre 1645.

77 ADLA, B 6685 ; le prix baisse de 17 à 12 livres par setier.

78 ADLA, B 6655, 22 juin 1633.

79 C. Colbert de Croissy, La bretagne en 1665, p. 160.

80 BnF, Mss. Fr. 18 592, saisies qui provoquent les protestations des marchands hollandais et touchent desbateaux naviguant sous pavillons hollandais et anglais.

81 ADLA, B 79, fol. 121 et suivants, contrat des Etats, 1647. AM de Vannes, BB 4, plainte concernant ces troupes en 1653.

82 ADIV, C 2759, Etats de 1621.

83 C. Colbert de Croissy, La bretagne en 1665, p. 101, n. 118.

84 Ibid., p. 157, n. 53.

85 Ibid., p. 100-101, 149. La famille Pépin a accaparé les offices locaux au moins depuis les années 1620. C’étaient déjà des membres importants de la communauté dans les années 1580, époque où ils ont participé aux réunions du conseil de ville (Cf. AM de Saint-Malo, BB 7, réunion du 8 août 1583).

86 Ibid., p. 204.

87 Ibid., p. 212-213.

88 Ibid., p. 159-160.

89 ADF, 151 G 94

90 ADLA, B 76, fol. 92-94, requête pour le renouvellement des devoirs en 1635, laquelle note que les deux tiers du budget municipal sont absorbés par le coût de la construction du Parlement.

91 AM de Vannes, CC 10. La population de Rennes subit une baisse brutale aussitôt après la révolte et tombe de 49 000 à 39 000 habitants. Au retour du Parlement en 1690, la population remonte à environ 47 000 habitants. Cf. F. Lebrun, « L’évolution de la population de Rennes au xviie siècle », annales debretagne, t. 93, 1986, p. 249-56, tableau de la p. 253.

92 A. Croix, La bretagne, tableau 91a.

Table des illustrations

Titre Tableau 7. – Tavernes condamnées à une amende pour avoir vendu du vin à l’heure de la grand-messe (nantes 1633-34) et pour fraude, (nantes 1669).
Légende Sources : AD Loire-Atlantique, B 6782 (1633-34). AD Loire-Atlantique, B 6785 (1669).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21223/img-1.png
Fichier image/png, 5,3k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21223/img-2.png
Fichier image/png, 7,1k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540