Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bretagne dans l'État royal

 | 
Gauthier Aubert
, 
Hamon Philippe

Chapitre I. L’économie bretonne aux xvie et xviie siècles

Texte intégral

  • 1 F.-N. Baudot, sieur du Buisson et d’Aubenay, Itinéraire de Bretagne en 1636, Nantes, 1898-1902, 2 (...)

« La Bretagne ressemble à la tête ou coronne d’un moine, dont les bords sont ornés de poil et le sommet et milieu est nu, comme les costes de Bretagne en sont les cheveux et ornemens, le reste estant nu et stérile. »
François-Nicolas Baudot, sieur du Buisson et d’Aubenay, 16361

  • 2 L’historien le plus important de cette école est Arthur de la Borderie, qui publia d’innombrables (...)
  • 3 H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967 ; A. croix, La Bretagn (...)

1La Bretagne de la première modernité a longtemps souffert de l’impression déplorable laissée par l’image de la province au xixe siècle. Le retard à la fois économique et social de la Bretagne au xixe siècle a souvent été projeté sur l’époque moderne. Les historiens et les antiquaires bretons vivant au xixe siècle ont négligé la période royale à cause de la nostalgie que leur inspirait l’Etat breton indépendant du xve siècle, l’âge d’or du duc François II et de la duchesse Anne2. Cependant, depuis les années 1960, la période moderne a enfin fait l’objet d’une véritable découverte. Il y a eu des études remarquables sur la noblesse bretonne et la médecine bretonne au xviiie siècle et sur divers aspects de l’histoire de Nantes aux xvie et xviiie siècles. Les institutions bretonnes ne sont bien traitées qu’à partir de l’époque de Louis XIV, mais la thèse d’Alain Croix sur la vie, la mort et la foi dans la Bretagne des xvie et xviie siècles fournit une masse sans égale d’informations sur la démographie, la morbidité et les attitudes populaires envers la vie et la mort dans une province française du début de l’ère moderne. C’est dans les sphères économique, politique et sociale que subsistent les plus grandes lacunes dans nos connaissances. L’ouvrage le plus complet sur l’économie bretonne est celui d’Henri Touchard sur le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge (c’est-à-dire à l’âge d’or légendaire de la Bretagne ducale)3.

  • 4 A. Croix, La Bretagne, t. i ; R. Leprohon, Vie et mort des Bretons sous Louis XIV, Brest, 1984.
  • 5 R. Leprohon, Vie et mort, tableau p. 195.

2La Bretagne a une population relativement dense au xvie siècle, et plus encore au xviie siècle. Comme l’ont démontré Alain Croix et Roger Leprohon, la population bretonne augmente rapidement pendant cette période (à la différence de ce qui se passe à l’échelle plus générale de la France)4. Au xviie siècle, beaucoup de paroisses bretonnes ont une population très dense : en particulier, l’évêché du Léon connaît une croissance rapide entre 1600 et 1680. Leprohon a découvert, dans un échantillon de quatorze paroisses, que la moyenne annuelle des baptêmes a doublé entre la période qui va de 1600 à 1619 et la période 1665-1684. Résultat : beaucoup de paroisses « rurales » du Léon ont des populations de 2 à 4 000 habitants. Les paroisses léonardes forment souvent un amalgame d’éléments ruraux et urbains ; en fait, les marchands qui dominent le commerce local de la toile de lin sont souvent des paysans5.

3Certaines parties de la Bretagne ont un niveau d’urbanisation tout à fait substantiel. Les chiffres d’Alain Croix suggèrent que l’évêché de Rennes compte plus de trente villes ou bourgs de 1 000 habitants ou plus. Peut-être douze ou quinze ont 2 000 habitants ou plus, sept plus de 3 000 et, couronnant le tout, il y a Rennes avec 45 000 habitants (1650), Vitré avec quelque 11 000, et Fougères avec environ 10 000. Cette urbanisation se prolonge dans le diocèse de Saint-Malo, qui comprend cette dernière ville, avec ses 19 000 habitants (si l’on inclut le faubourg de Saint-Servan), et Dinan, avec quelque 7 500 habitants. Dans l’évêché de Rennes, les estimations d’Alain Croix laissent entendre que près de la moitié de la population (environ 46 %) vit dans un cadre urbain.

4Si on se cantonne aux villes traditionnellement définies (c’est-à-dire aux endroits ainsi appelés à l’époque moderne), on s’aperçoit que les évêchés de la partie occidentale de la province sont sensiblement moins urbanisés que ceux de la partie orientale, si l’on peut se fier aux diverses levées d’impôts dans les villes. Le golfe du Morbihan est entouré d’un chapelet de villes – Vannes, Auray, Hennebont, Port-Louis – mais les autres villes sont disséminées le long de la côte ou à l’intérieur. Nantes, dont la population passe d’environ 14 000 habitants en 1501 à 25 000 en 1605 et à 40 000 en 1650, ne dispose pas d’un réseau appréciable de villes avec lesquelles faire cause commune, sur les plans économique ou politique.

5Il existe plusieurs sources fiscales susceptibles de nous informer sur les niveaux d’urbanisation entre 1425 et 1693, à commencer par les assiettes de l’aide des villes, la somme forfaitaire versée par les villes exemptées du fouage (tableau 1). Cette liste exclut Fougères (parce qu’elle est dressée en 1425, avant que le duc n’ait acheté la baronnie de Fougères), mais cela nous donne une idée de la localisation des zones urbaines : dans les évêchés de Rennes, Nantes et Saint-Malo. En revanche, le Léon ne paye pratiquement rien. Une deuxième liste de villes astreintes à une taxe spécifique en 1584 (enregistrées seulement par diocèse) révèle des tendances similaires, bien que Tréguier soit passé brusquement de 7,8 % de l’aide à 11 % de la taxe spéciale : compte tenu de ce que nous savons de la croissance et de la prospérité de Morlaix dans l’intervalle, ce changement paraît logique. Des listes ultérieures, dressées en vue de taxes spéciales, en 1630 et 1693, laissent supposer qu’un Breton urbain sur quatre environ vit dans l’évêché de Rennes, avec ses trois grandes villes.

Tableau 1. – Indicateurs de population urbaine, 1425-1693 ; pourcentage de la population urbaine en Bretagne, par évêché.

Tableau 1. – Indicateurs de population urbaine, 1425-1693 ; pourcentage de la population urbaine en Bretagne, par évêché.

Sources : ADLA, B 12 871 ; C 415 ; C 696, n° 26, cote i.

  • a Compris dans le chiffre de Saint-Malo.

6Notea

  • 6 ADLA, B 12 871 ; C 415 ; C 696, numéro 26, cote 1. A. croix, La Bretagne, t. i, p. 152.

7La comparaison des pourcentages de population urbaine avec les pourcentages de population totale est instructive. Rennes et Saint-Malo ont des taux d’urbanisation beaucoup plus élevés : à elles deux, elles ne contiennent que 27 % de la population bretonne en 1660, et pourtant elles payent invariablement de 40 à 43 % des contributions urbaines. A contrario, le Léon et la Cornouaille comptent quelque 21 % de la population, et pourtant ne payent que 13 ou 14 % des taxes urbaines en 1584 et 1630. Le Léon connaît un essor rapide de sa population urbaine entre 1630 et 1693, indubitablement à cause de Brest : sa part de la taxe urbaine de 1630 est seulement de 4,8 % ; en 1693, le Léon contribue pour 8,3 %. A. Croix estime que la population urbaine de la Bretagne se monte au total à 280 000 en 1696, dont 37,5 % vivent dans les évêchés de Rennes et de Saint-Malo, et seulement 28,6 % dans toute la Basse-Bretagne. L’assiette de la taxe de 1630 atteint 43,1 % du total, pour Rennes et Saint-Malo, et 28,3 % pour la Basse-Bretagne dans son ensemble6.

8Il semblerait que l’évêché de Saint-Brieuc ait été le grand perdant aux xvie et xviie siècles. Ses villes – Lamballe, Saint-Brieuc et Guingamp – perdent de leur importance et la population globale décline. Saint-Brieuc a un pourcentage de feux beaucoup plus élevé que sa part dans la population totale (tableau 2) ; la part des taxes bretonnes sur le vin versée par le diocèse diminue régulièrement, passant de 11 % (1578) à 7,1 % (années 1650). La part des taxes urbaines payées par Saint-Brieuc passe de 9,5 % de l’aide de 1425 à seulement 5,9 % pour la taxe de 1693.

Tableau 2. – Comparaison des décomptes de population et de feux : population en 1660 et décompte des feux, 1617, 1642 (en pourcentages).

Tableau 2. – Comparaison des décomptes de population et de feux : population en 1660 et décompte des feux, 1617, 1642 (en pourcentages).

Sources : ADLA, B 3009 ; B 2990 ; A. Croix, La Bretagne, table 18a.

  • 7 J. Collins, « The Role of Atlantic France in the Baltic trade : Dutch Traders and Polish Grain at (...)

9La description démographique que fait Alain Croix de la province est entièrement corroborée par les archives fiscales. La partie orientale de la Bretagne comporte une large zone urbaine entre Rennes et Saint-Malo, et la partie sud une grande ville isolée, Nantes. Le littoral est ponctué de villes – dont les plus importantes sont Morlaix, Quimper et Vannes ; il y a des centres secondaires, tels que Ploërmel, et de nombreuses petites villes de 2 à 4 000 habitants dispersées un peu partout. La plupart des Bretons vivent dans une paroisse rurale ; toutefois, ces paroisses, surtout dans le Léon, comptent souvent plusieurs milliers, plutôt que plusieurs centaines d’habitants. Les structures économiques de la province reflètent fidèlement cette répartition de la population. La Bretagne est une région extrêmement riche aux xvie et xviie siècles, avec une économie en expansion et une population en plein essor. La province ne constitue pas une unité économique intégrée. Elle se compose de quatre zones économiques principales : la région côtière, qui va de la baie de Bourgneuf à la presqu’île de Crozon, dont le pivot est le grand port de Nantes (avec une sorte d’annexe sur la côte nord, dans certaines parties des diocèses de Tréguier et de Saint-Brieuc) ; la région du Léon, productrice de toiles, avec son centre d’exportation à Morlaix ; le secteur urbanisé de Saint-Malo-Rennes ; les vastes landes de l’intérieur, notamment la partie orientale du diocèse de Cornouaille et les parties adjacentes des évêchés de Saint-Brieuc, Saint-Malo, Vannes et Rennes. Ces régions comportent souvent des secteurs spécialisés, comme les vignobles situés à l’est et au sud de Nantes, ou les marais salants de l’estuaire de la Loire et de la baie de Bourgneuf. Les trois principales régions littorales, concentrées autour de Nantes, Morlaix et Saint-Malo ont relativement peu de contacts entre elles ; leur commerce maritime fait d’ordinaire intervenir des partenaires non bretons, tels que les Anglais, les Espagnols, les Hollandais et les Bordelais7 Examinons tour à tour chacune de ces régions, en commençant par les landes, afin d’avoir une meilleure compréhension des intérêts économiques en jeu et des pratiques sociales et politiques en Bretagne. Nous pourrons ensuite aboutir à une définition opératoire des classes économiques bretonnes.

Les landes

10La remarque de Dubuisson-Aubenay, selon laquelle la Bretagne ressemble à la tête d’un moine, est assez juste en 1636-1637, car la densité de la population est beaucoup plus forte sur la côte que dans l’intérieur, et pourtant elle simplifie à l’excès la géographie locale compliquée et la vitalité économique des landes intérieures. Certaines régions intérieures, comme celle du Léon, productrice de toiles, sont extrêmement prospères. La Bretagne a de nombreuses économies locales et une large gamme de sociétés politiques locales, qui reflètent les différences économiques.

  • 8 A. Croix, La Bretagne, graphiques 31 et 32, t. i, p. 170-173. Sur le commerce des toiles, voir J. (...)

11La structure politique et sociale de la Bretagne souligne les difficultés qu’il y a à équilibrer les intérêts économiques variés des principales zones économiques. Celles-ci peuvent refléter une relation de symbiose, comme entre le pays nantais viticole et les terres à grains du diocèse de Vannes. Cependant, les relations économiques des paroisses léonardes productrices de toiles s’étendent au-delà de la province – jusqu’en Angleterre, son principal marché – de sorte que les paysans vivant sur les landes du Léon et de Tréguier ont des liens directs avec les marchés internationaux. Ce commerce particulier s’accroît de façon substantielle à la fin du xvie et au xviie siècles, apportant au Léon une énorme prospérité. Les preuves matérielles de cette prospérité demeurent dans les enclos paroissiaux de Saint-Thégonnec et des autres paroisses productrices de toiles de lin : la quasi-totalité des enclos paroissiaux du Léon date de la période 1580-1680, et témoigne de la réussite du commerce de la toile (les crées du Léon). Beaucoup de paroisses près de Morlaix voient leur population augmenter de 75 % entre 1600 et 16508. Ces paroisses de l’intérieur, apparemment si reculées, sont en fait à la merci d’événements internationaux : quand Louis XIV interdit le commerce avec l’Angleterre, le commerce des crées s’effondre, détruisant l’économie de la région. Elle est promptement réduite à l’indigence, car la densité élevée de la population, encouragée par la production des toiles de lin et la croissance économique, ne peut être maintenue par le maigre rendement agricole de la région.

  • 9 H. Sée, Les classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la révolution, Paris, 1906, p. 371-373.
  • 10 A. Croix, La Bretagne, cartes 12-14 (1667, 1696, 1770) et carte hors texte. Sur le développement a (...)

12La zone intérieure, la couronne nue de Dubuisson-Aubenay, a une densité de population plus faible que les autres régions de la province. Une enquête diligentée par l’intendant en 1733 révèle que 42,3 % des terres en Bretagne ne sont pas cultivées, la plus grande partie à l’intérieur de la province9. A. Croix émet l’hypothèse que l’intérieur était peu habité, même au Moyen Âge, parce que les plus grandes paroisses bretonnes étaient celles de l’intérieur, surtout en Cornouaille ; en 1650 la paroisse moyenne en Cornouaille a une superficie d’environ 50 kilomètres carrés, alors que celles de l’évêché de Rennes ne couvrent en moyenne qu’un peu plus de 25 kilomètres carrés10. Les cartes d’A. Croix indiquant les densités de population en 1667, 1696 et 1770, montrent que certaines paroisses de l’intérieur ont moins de 25 habitants au kilomètre carré, mais que beaucoup d’entre elles en ont entre 25 et 50.

  • 11 ADF, 2 E 1501 ; A. Croix, La Bretagne, tableau 1, qui reprend les chiffres fournis par l’intendant (...)

13Au xviie siècle les régions sous-peuplées sont des landes – dans l’évêché de Cornouaille, dans la partie sud du diocèse de Saint-Malo, dans les zones septentrionales de celui de Nantes. Ces landes, bien que sous-peuplées selon les critères bretons, bénéficient d’une densité de population supérieure à celle de la France dans son ensemble. Des villes de marché disséminées à travers la péninsule – Ploërmel, Josselin, Carhaix, Pontivy, Loudéac – montrent que la région, malgré son aspect désolé, a des liens solides avec l’ensemble de l’économie bretonne. La seule zone vraiment isolée est la Cornouaille orientale : le quadrilatère formé par Morlaix, Saint-Brieuc, Auray et Quimper, ne comporte qu’une ville en sa partie intérieure : Carhaix, cité sans remparts, dont la population est estimée à 2 000 habitants dans l’enquête de 1697. Carhaix a 266 contribuables en 1603, dont 32 sont des femmes célibataires, en sorte que la ville compte alors probablement entre 1 000 et 200 personnes11. Le reste de l’intérieur ne semble isolé que par comparaison avec le réseau urbain remarquablement dense reliant Rennes à Saint-Malo, ou avec le réseau commercial de la côte sud, de Quimper à Vannes, à Redon, La Roche-Bernard et Nantes. Les landes intérieures sont en contact avec les trois réseaux côtiers, et fournissent des produits liés au commerce du bétail : chevaux, bêtes à corne et beurre.

  • 12 ADCA, B 10.
  • 13 J. Kerhervé, F. Roudaut et J. Tanguy, La Bretagne en 1665 d’après le rapport de Colbert de Croissy(...)

14Ces landes alimentent une économie extrêmement variée. Elles fournissent des pâturages aux bovins et aux chevaux, deux des piliers de l’économie bretonne. En 1651, le tavernier Joseph Faure et sa femme, Ollive Dunord, déclarent au commis de la taxe sur le vin que leur établissement, près de Saint-Brieuc, sert du vin et du cidre (en quantités substantielles) aux « marchands de normandie » qui se rendent « aux foires et marchés de la Basse-Bretaigne pour achepter des chevaux, bœufs et aultres besteaux, mesme de toute autre marchandise de posterie, draperye papier laines et autres12 ». Dans l’Ouest, la grande foire aux chevaux du Folgoët attire des marchands venus de tout l’ouest de la France, surtout de Normandie. Charles Colbert de Croissy écrit à propos de cette foire en 1665 : « Il y a grand commerce de chevaux dans ledit pais, y ayant douze foires par an, dont la principalle est au Forgouet qui dure quinze jours et où les habitants de normandie viennent. On a veu achapter jusques à deux mil chevaux en une foire. Mais ce commerce est extrêmement diminué ; il n’y a point d’autres haras que les nourritures que les paysans font aux environs ». La foire de douze jours au Folgoët n’est même pas la plus importante de la région du Léon, cet honneur revenant à la foire de La Martyre. Selon Bechameil de Nointel, qui est intendant à la fin du xviie siècle, époque où le commerce est dans une mauvaise passe, la Bretagne exporte 12 000 chevaux par an13.

  • 14 ADLA, C 781, cote 5 ; ibid.. cote 2, sur les devoirs prélevés pour les bêtes vives.
  • 15 F.-N. Dubuisson-Aubenay, Itinéraire, t. I, p. 5.
  • 16 BnF, Mss. 22 330, fol. 679-700v (état de valeur) et Mss. Fr. 22 342, fol. 135-40v, pour 1533 et 15 (...)

15Le Léon et le Trégor sont particulièrement renommés pour leurs chevaux mais d’autres régions ont aussi des foires aux chevaux importantes. Les villes de Rennes et de Nantes, et les deux évêchés, perçoivent depuis longtemps des taxes locales sur les exportations de bêtes vives14. En 1636, Dubuisson-Aubenay cite la foire aux chevaux de Saint-Julien-de-Vouvantes (près de Châteaubriant), et celle de Pontivy, dans les landes du Vannetais, comme étant deux des plus importantes de la province15 Au début du xvie siècle, le montant du bail de la traite des bêtes vives révèle des exportations d’environ 5 500 têtes minimum en 1503, de 7 500 têtes en 1523, et de presque 17 000 bêtes en 1533. A un moment donné, vers le milieu du xvie siècle, les droits sur le bétail sont intégrés à un bail général, incorporant aussi les ports et havres et les brieux ; le montant de ce bail conjoint augmente entre 1610 et 1630 mais décline ensuite jusqu’en 1660, indiquant une tendance semblable à celle rapportée, sur la foi de « ouï-dire », par Colbert de Croissy16.

  • 17 ADLA, 4 E II 20 ; 4 E II 98, fol. 276, 299, 302, 542, 565 ; 4 E II 1713, fol. 2 ; 4 E II 98, fol. (...)

16Bien qu’il soit impossible de déterminer la somme globale payée pour les bêtes vives au xviie siècle, nous avons des témoignages concernant des sous-baux pour les droits de plusieurs diocèses. Ces baux indiquent (si le rapport entre les deux taxes est demeuré constant) un minimum d’exportations depuis Rennes, Dol et Saint-Malo de plus de 12 500 animaux en 1612 et de 18 500 en 1638 : 12 500 bêtes franchissent le pont de Dinan (2 500 livres) – et 6 000 autres animaux proviennent des autres villes des évêchés de Rennes (Fougères, Vitré, La Guerche, Châteaugiron, Bazouges, Saint-Aubin, Liffré et Rennes) et de Saint-Malo (Combourg)17. Le prix des baux continue de monter jusqu’au milieu des années 1640, atteignant un sommet de 2 700 livres pour 1642 à Dinan. Si l’on tient compte des frais et des bénéfices des fermiers de l’impôt, on peut estimer qu’au moins 26 000 têtes de bétail quittent annuellement la province dans les années 1620 et 1630. Le chiffre de Dinan représente sans doute les exportations en provenance des évêchés de l’ouest, de sorte que les exportations annuelles depuis cette région atteignent 15 000 têtes à la fin des années 1630, chiffre encore dépassé au début des années 1640.

  • 18 ADF, 5 H 37 et ADLA, B 2976, registre du port pour 1631.
  • 19 J. Tanguy, documents pour une histoire de Pleyben, communication privée.

17Les chiffres d’exportation excluent toutes les ventes internes à la Bretagne, c’est-à-dire les ventes entre Bretons. Nous savons grâce à d’autres archives que les Bretons abattent beaucoup d’animaux, produisant ainsi de la viande, des peaux, du suif et du saindoux pour le commerce local. A Quimperlé, dans une région peu réputée pour sa production de bétail, il est perçu un droit sur l’exportation des peaux. Cette ville expédie 100 peaux de bétail non tannées en huit mois de l’année 1644, et le registre du port de Nantes pour 1631 révèle des importations de suif et de beurre en provenance de Quimperlé et du Conquet18. A Pleyben, non loin de Quimper, la liste des recettes en nature de la fabrique de la paroisse en 1633-34 révèle aussi l’importance du bétail en Cornouaille ; les veaux viennent au deuxième rang, après le grain, tandis que le beurre est en troisième position et les porcs en quatrième. Cependant, en 1692-93, alors que les veaux et le beurre ont préservé leur importance (et moins perdu de leur valeur que les autres recettes en nature), les porcs ont complètement disparu19.

  • 20 ADLA, B 2976 ; J. Tanguy, « Le commerce nantais à la fin du xvie siècle et au commencement du xvii(...)
  • 21 ADIV, B 3276, taxe de glorieux avènement pour Louis XIII.

18Les chiffres d’importations et d’exportations pour Nantes en 1631 montrent que l’intérieur de la province fournit sans doute la plus grande partie du bétail exporté. Alors que moins de 1 000 peaux de veaux entrent par le port, Nantes exporte, en grande partie à destination de l’Espagne, plus de 6 500 peaux de veaux tannées. Par exemple, le Saint-Martin, du Pouliguen, charge 89 douzaines de peaux de veaux tannées destinées à l’Espagne le 28 février 1631. Alors que Nantes reçoit des peaux en provenance de pays aussi lointains que la Russie (le registre portuaire pour 1631 fait état de l’importation de 477 « peaux de vaches de roussy » apportées par des intermédiaires hollandais), la plupart des matières premières pour son industrie du tannage proviennent des landes situées dans le nord de l’évêché de Nantes et, peut-être, dans la région de Ploërmel20. A Nantes, en 1611, les tanneurs payent pour la conservation de leurs privilèges corporatifs une taxe dont le montant n’est dépassé que par celle des drapiers. A Rennes, les tanneurs partagent la plus haute cotisation avec les marchands drapiers et les merciers en gros, et ils sont suivis par les parcheminiers21.

  • 22 J. Tanguy, « Le commerce nantais », p. 214.
  • 23 ADLA, C 780, cote 2 : le premier article est le beurre de Ploërmel, taxé à 16,67 d.m. pour 100 liv (...)

19Le bétail produit une grande quantité de produits commercialisables. La préférence bretonne (qu’on pourrait qualifier de manie) pour le beurre est perceptible dans l’importance du commerce du beurre aux xvie et xviie siècles. En 1631, Nantes importe quelque 15 000 livres de beurre d’Irlande et de l’ouest de la Bretagne. Une partie est destinée à l’élite, comme les 100 livres qui sont admises hors-taxe parce qu’elles sont destinées à la consommation du marquis de Goulaine, mais une grande proportion est consommée par le menu peuple. En fait, les importations par voie maritime ne fournissent qu’une très petite partie de la consommation globale de Nantes. En 1658-59, quelque 335 000 livres de beurre franchissent la porte Saint-Nicolas, dans de petites charrettes, ou transportées à dos de mules ou de chevaux. Ce beurre provient des landes situées immédiatement au nord de la ville, ou du centre de la Bretagne, et représente en gros trente fois la quantité importée par mer durant la même période22. La traite domaniale de Nantes cite le beurre en tête de liste parmi les denrées taxées en 1537. En fait, sur la liste figurent deux catégories de beurre : celui qui a reçu à Ploërmel un brevet (passeport indiquant que les taxes ont été acquittées), et celui qui n’en a pas reçu. Ploërmel se trouve largement à plus de 100 km de Nantes, et pourtant il existe une route importante qui, passant par Redon, mène d’une ville à l’autre ; l’existence d’une catégorie spéciale de beurre en provenance de la région de Ploërmel pour la traite domaniale implique que le secteur fournit depuis longtemps à Nantes la plus grande partie de son beurre23.

  • 24 P. Anger, « Cartulaire de l’Abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt », Bulletin de la Société Archéologiq (...)

20Les baux de métairies, que ce soit dans le pays nantais ou dans les évêchés de Rennes, de Vannes ou de Cornouaille, mentionnent beaucoup d’animaux. La métairie de Landerotte (près de Rennes) compte six veaux parmi les obligations des preneurs en 1550 et, même en 1711, on exige d’eux qu’ils « prennent soin des bœufs à graisser de l’abbaye et les entretiennent de litière ». La métairie voisine du Fayel doit quinze journées de travaux sous harnais et 100 livres de beurre pour chacun de ses baux, indices évidents de la présence de bétail. Le métayer de Chantepie, qui travaillait aussi pour l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt, reçoit cinq vaches laitières, une génisse, deux taureaux, trois veaux, un cheval, cinq porcs, et deux bœufs en 1560. Les rentes comprennent 100 livres de beurre, douze poulets, et une douzaine de chapons24.

  • 25 ADLA, H 2 5, cote 1 : quatre poulets à la Pentecôte, deux chapons à la Toussaint, et plantation fr (...)
  • 26 ADLA, H 275, cote 3.

21Dans la région de Nantes, la situation est à peu près la même. Bien que les baux de petites exploitations, tel le bordage de La Robinière (à Vallet, au sud-est de Nantes), ne fassent pas mention de bétail, néanmoins des produits de l’élevage figurent souvent parmi les obligations de leur rente : La Robinière est tenue de remettre 6 livres de beurre, ainsi qu’un assortiment de volailles25. Les baux ne mentionnent pas toujours le bétail, mais d’autres indices nous renseignent sur la taille des troupeaux appartenant aux paysans. A la métairie de La Chapelle-aux-Moines, près de Nantes, le bail de 1611 exige du fermier qu’il plante des arbres fruitiers et fournisse chaque année deux moutons et un porc, mais ne mentionne pas de bétail. Plus tard cependant, en 1709, un groupe de locataires fait faillite. La vente forcée de leur bétail, pour 572 livres, porte sur six bœufs, deux taureaux, six vaches, treize brebis, huit agneaux et diverses autres bêtes : en tout dix-sept têtes de bétail et vingt-et-un moutons, à l’exclusion des animaux appartenant aux propriétaires mais que les locataires sont chargés de faire paître26.

  • 27 L. Merle, La Métairie dans la gâtine poitevine, Paris, 1956 ; exemples locaux dans ADLA, H 9, bail (...)

22La métairie typique de la région nantaise a du bétail en quantité appréciable, qui lui permet de remplir ses obligations en matière de travaux et charrois (comme à Coudray ou à La Chapelle-aux-Moines en 1611). Les locataires sont souvent tenus de mener paître le bétail du propriétaire sur les landes voisines, dont il se réserve l’usage (Coudray, 1624). (C’est le cas dans la Gâtine poitevine, où le propriétaire et les fermiers se partagent la croissance du cheptel)27. Les autres parties de la Bretagne font de leurs landes le même usage. Même si on exclut l’élevage spécialisé, comme celui des chevaux dans les landes du Léon, le cheptel apporte une contribution non négligeable à l’économie bretonne. Les landes de l’intérieur, loin d’être une source de pauvreté et de ruine, fournissent à la fois le moyen de diversifier l’économie et une zone de forte concentration de production de bétail.

  • 28 ADLA, C788, pancarte des ports et havres.

23Tous les impôts de la province, généralement introduits aux xive et xve siècles, estiment dans une catégorie à part le produits du bétail, soulignant ainsi que l’élevage avait été une activité économique majeure au Moyen Âge. Par exemple, les ports et havres prélèvent d’ordinaire un taux fixe sur les denrées (5 %), mais prévoient des taux d’imposition particuliers pour le grain (30 sous par tonneau de froment, 20 sous par tonneau pour les autres céréales), pour le poisson, le fer, le vin, le sel et les trois produits essentiels du bétail : la viande, les graisses (beurre et suif compris) et les peaux28. Le mécanisme de l’imposition sur les produits du bétail nous fournit quelques indications sur les ramifications politiques de leur importance économique ; l’absence d’un ensemble appréciable de villes explique en particulier la polarisation des conditions politiques et sociales des landes centrales : les grands nobles, spécialement les Rohan, dominent la région. Ils ont de grands châteaux à Pontivy et à Josselin, dominant les deux villes au plan physique aussi bien que politique. Politiquement, leur suprématie s’exprime par leurs hautes cours seigneuriales dans chaque ville.

  • 29 Dom G.-A. Lobineau, Histoire de Bretagne, Paris, 1707, t. i, p. 521. Des accords similaires sont n (...)
  • 30 R. Blanchard, Lettres, pièce 1 401.

24L’introduction dans la province d’une taxation ducale met en évidence la suprématie des Rohan, car le duc Jean V avait publié des lettres spéciales concernant la création de ces nouveaux impôts sur les terres de la famille des Rohan ; il permit souvent aux Rohan de lever des impôts indirects à leur profit29. Cet ensemble de mesures fiscales démontre l’importance du bétail dans les régions dominées par les Rohan. Lorsque le duc Jean V (1420) octroya aux Rohan un impôt spécial pour la réparation de leurs châteaux de Rohan, Josselin, La Chèze, Blain et La Roche Maurice, ils prélevèrent des droits sur le vin, sur les toiles (trois catégories), et sur les « animaux à sabots » – chevaux, porcs – sur le beurre (et autres graisses), la cire, les peaux (tannées et non tannées)30. En 1420, comme en 1620, l’économie de la région dépendait de l’élevage du bétail et de la production des toiles. La taxe montre aussi l’extraordinaire pouvoir des Rohan sur les landes centrales, pouvoir qui se prolongera (quoique sous une forme atténuée) jusqu’au xviie siècle.

  • 31 J. Meyer, La noblesse bretonne, contient de nombreuses références aux revenus des nobles au xviiie(...)

25Les seuls intérêts politiques qui comptent dans les landes sont ceux des nobles. Jean Meyer a découvert, pour le xviiie siècle, que la plupart des nobles de cette région tirent la plus grande partie de leurs revenus des privilèges seigneuriaux, alors que ceux de la côte ouest dépendent des rentes foncières31. Les deux catégories de propriétaires fonciers ont fortement intérêt à ce que les taxes imposées à la paysannerie demeurent aussi basses que possible, afin de maximiser leur capacité à soutirer de l’argent à leurs locataires et « subjects ». Aux Etats, les familles les plus puissantes, comme celle des Rohan, peuvent compter sur leurs clients pour soutenir des mesures fiscales qui pèseront plus lourd sur les villes que sur les campagnes, ce qui implique que seules seront levées les taxes traditionnelles sur le grain et les produits du bétail, que la fiscalité directe demeurera minimale (et aussi, comme nous le verrons, cette fiscalité aura une dimension coutumière), et que des droits élevés frapperont la consommation de vin. Pour les Rohan et les autres seigneurs des landes, cet ensemble de mesures est idéal car il y a peu de villes dans la région et les principales sources de sa richesse – le bétail et, dans certains secteurs, la production de grain et de toiles – demeurent sous-imposées. Même l’impact des taxes sur le vin s’atténue progressivement, lorsque la masse de la population passe de la consommation du vin à celle du cidre au début du xviie siècle.

Les régions côtières

  • 32 E. Trocmé et M. Delafosse, Le commerce rochelais ; A. Leroux, Jurade ; J. Collins, « The Role of A (...)
  • 33 Pour 1631, voir ADLA, B 2976 ; pour 1643, B 6685 ; pour 1644, B 12 901.
  • 34 ADLA, B 8612 ; voir aussi, AM de Nantes, série FF (152, 154, etc.) pour d’autres citations ; AM de (...)

26Les autres propriétaires fonciers de la province ont aussi intérêt à ce que les impôts directs demeurent modiques, mais les systèmes agricoles des régions côtières sont tout à fait différents de ceux des landes. Le littoral sud, de Redon à Quimper, exporte du grain à Nantes, La Rochelle, Bordeaux et même dans la péninsule ibérique32. La plupart des ports de cette région se spécialisent dans l’exportation du seigle. Quimperlé et Hennebont sont les deux sources les plus communes de seigle pour Nantes en 1631 et 1644, tandis qu’Auray vient en deuxième position derrière Hennebont en 1643 (année où le registre du port ne mentionne pas de seigle importé de Quimperlé) et en troisième position en 1631 et 1644. Le port d’Auray se distingue par la diversité de ses céréales en 1643 et 1644, car il exporte des quantités substantielles de froment aussi bien que de seigle (à la différence d’Hennebont et de Quimperlé, qui expédient peu de froment). Quimper expédie aussi du froment ces années-là, mais d’ordinaire sa principale exportation est le seigle33. Les apprécis des prix du grain à Nantes entre 1656 et 1676 mentionnent du seigle en provenance d’Hennebont, de Quimperlé, Quimper, Vannes, Redon, Auray, Pontchâteau, Châteaubriant, Nozay et du « pays » (terme désignant sans doute les abords immédiats de Nantes). Le froment vient de Donges, Retz, La Roche-Bernard, Redon, Nozay, Lavau, Frossay, Saint-Nazaire et de « la plaine » (soit sans doute le secteur bordant le nord de la ville)34.

  • 35 J. Meyer, La noblesse bretonne, p. 500.
  • 36 ADLA, B 12 871 (1583), 715 (1613), 20 (1643) sur le domaine.

27Au xviiie siècle, les régions de l’intérieur produisent du seigle et du sarrasin, tandis que les régions du littoral, excepté celle entourant Hennebont et Quimperlé, produisent du froment35. Aux xvie et xviie siècles, la tendance paraît un peu différente. Lors des enquêtes du domaine royal, faites en 1583, 1617 et 1643-44, les commissaires s’aperçoivent que treize domaines fournissent uniquement (ou presque) du froment, six fournissent des quantités égales de seigle et de froment, trois un tiers de froment et deux tiers de seigle, l’un ne produit que du seigle, et l’autre produit des quantités égales de froment et de « gros blé ». Les secteurs à froment sont les suivants : ceux qui longent la côte nord – domaines du Goëllo, de Lannion, de Lanmeur ; ceux qui longent la côte sud, de Quimper à Vannes – domaines de Quimper, Pont-Croix, Pont-l’Abbé, Quimperlé, Auray, Vannes ; dans le Léon : Brest-Saint-Renan, Landerneau (des quantités limitées dans les deux cas), Lesneven (avec le « gros blé ») ; et deux domaines de l’intérieur : Huelgoat et Ploërmel. Les régions à seigle sont le pays nantais, Hennebont et Muzillac (près de Vannes), tandis que les régions produisant les deux céréales comprennent deux domaines du Nantais, la presqu’île de Rhuys, et trois domaines de l’intérieur36.

  • 37 ADF, 5 H 115. Au début du xvie siècle, une autre abbaye voisine reçoit ses dîmes sous forme de blé (...)
  • 38 ADM, 38 G 5, région de Sarzeau.

28D’autres témoignages, tels que les revenus en nature des dîmes, nous permettent de constater que les régions à froment sont la Cornouaille, une petite zone près de Vannes, la côte nord, et des parties de l’évêché de Nantes. Autour de Quimperlé, les dîmes d’une abbaye locale produisent deux tiers de froment et un tiers de seigle, celles d’une autre, Chambrières, produisent uniquement du seigle en 1617 et 1621, mais incluent du sarrasin en 1637 et 1642. En 1668, le hameau produit aussi du froment : les dîmes de 1668, 1670 et 1678 sont affermées pour une moyenne de 20,3 muids de seigle et 6 muids de froment37. Au milieu du siècle, dans un groupe de vingt-huit paroisses situées entre Vannes et la presqu’île de Rhuys, onze ne produisent que du seigle, cinq du seigle et du froment en égales quantités, sept produisent la moitié de leur récolte en seigle, un quart en froment et un quart en avoine, et cinq principalement du froment. En tout, les dîmes de ces paroisses produisent 110,5 tonnes de seigle et seulement 19,5 tonnes de froment38

  • 39 ADM, B 2778, B 2780, B 2789.
  • 40 AM de Vannes, HH I.
  • 41 ADLA, B 6662. En revanche, en 1590 une enquête en date du 13 février découvre 200 tonneaux de seig (...)
  • 42 ADLA, B 6649-6663. Un exemple parmi beaucoup d’autres : en B 6655, les enquêtes du 12 septembre, d (...)

29Des enquêtes de police sur les réserves de grain, suite à la famine, et des inventaires après décès, renforcent l’impression d’une répartition voisine entre les deux céréales. A Hennebont, dans des inventaires dressés dans les années 1630, on trouve un exemple qui fait état de 10 minots de seigle pour 3 minots de froment, d’autres où les autorités découvrent seulement du seigle et de l’avoine39. Non loin de là, à Vannes, une enquête de 1598 portant sur les stocks des commerçants en grains révèle qu’ils détiennent 156 tonnes de froment et 145 tonnes de seigle40. A Nantes, un contrôle des boulangers en 1643 découvre quelque 15,3 tonnes de froment contre seulement 8,95 tonnes de seigle41. En fait, malgré la prépondérance écrasante du seigle dans les chiffres d’importations pour Nantes en 1631, 1643 et 1644 (toutes des années de famine), les enquêtes menées dans les boulangeries nous font entendre un autre son de cloche. Les miches pesées par le prévôt, pour vérifier l’exactitude du poids marqué, sont généralement faites avec du froment, et occasionnellement avec un mélange de froment et de seigle ; il trouve peu de miches faites avec de la farine de seigle pur42. Ceci indique clairement que Nantes obtient son froment des campagnes environnantes. Ainsi la Bretagne se conforme-t-elle au modèle français, selon lequel les citadins mangent ordinairement du pain de froment, alors que les paysans (et souvent les habitants des petites villes) consomment du pain de seigle.

  • 43 ADIV, I Bh ( mars 1631).
  • 44 AM de Nantes, FF 1. Les exportations de Sauvaget déclenchent une émeute à Saint-Pol-de-Léon ( déce (...)

30Les archives nantaises indiquent que la Bretagne du nord se spécialise dans le froment plus que dans le seigle. En 1631, la ville reçoit des envois réguliers de froment venus de Paimpol, Guingamp et Saint-Brieuc. En 1630, lors d’une vérification des stocks à Guingamp, la police découvre quelque 143,5 tonnes de blé et seulement 80 de seigle et 10 de sarrasin43. Quand les Sauvaget cherchent à acheter du grain pour Nantes pendant la famine de 1630-31, ils s’adressent au nord pour le froment, et à la région de Quimperlé et Hennebont pour le seigle44.

  • 45 Sur Lisbonne, voir : J. Gentil da Silva, Stratégies d’affaires à Lisbonne entre 1595 et 1607, Pari (...)
  • 46 H. Lapeyre, Une famille de marchands : les ruiz, Paris, 1953, voir en particulier l’appendice pour (...)
  • 47 C. Huetz de Lemps, « Le commerce maritime des vins d’Aquitaine », revue Historique de Bordeaux, 19 (...)
  • 48 A. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux avec les intendants des provinces, Paris, (...)
  • 49 Ibid., pièce 638.

31La Bretagne expédie de grandes quantités de grain à Bordeaux, à La Rochelle et dans la péninsule ibérique. La partie ouest de la province échange son grain contre des vins de Bordeaux et de La Rochelle, de préférence à ceux de Nantes (lesquels, en Bretagne, sont expédiés principalement sur la côte sud). Ces barques bretonnes reviennent chargées de grain, et transportent du seigle et du froment à destination de Bilbao, Lisbonne, Bordeaux et La Rochelle45. Ce commerce date du Moyen Âge et forme une part considérable de l’activité des marchands du xvie siècle, tel André Ruiz46. Au xviie siècle, les Bretons demeurent actifs dans le golfe de Gascogne, malgré la concurrence sévère des Hollandais. La Bretagne importe de Bordeaux plus de 32 000 tonneaux de vin en 1672, et en moyenne 16 000 tonneaux de vin de Bordeaux entre 1698 et 1716, ce qui représente à peu près 25 % de toutes les exportations quittant Bordeaux47. L’intendant en poste à Bordeaux écrit, à la fin des années 1680 et au début des années 1690, que Bordeaux ne commerce qu’avec les Bretons et les étrangers et que son grain vient d’Irlande, de Hollande, et de Bretagne (en 1692)48. Le duc de Chaulnes, gouverneur de Bretagne en cette période, déclare au contrôleur général en 1688 que les « meilleures bourses » de Bretagne se livrent toutes au commerce du grain49.

  • 50 Les prix sont ceux de Nantes, bien qu’ils soient comparables à ceux de Vannes, Hennebont et Quimpe (...)

32Dans l’ouest de la Bretagne les propriétaires ne sont guère intéressés par la taxation de ce grain et, comme nous le verrons, ils parviendront dans une large mesure à limiter la taxation du grain au droit des ports et havres, d’un montant de 30 sous par tonneau de froment et de 20 sous par tonneau d’autres céréales. Alors que ces droits ont été importants au début du xve siècle, atteignant peut-être 10 %, au xviie siècle ils sont devenus dérisoires : les années ordinaires, un tonneau de blé se vend 80 ou 90 livres, de sorte que la taxe n’atteint pas 2 %50.

  • 51 J. Tanguy : « L’essor de la Bretagne ». C’est lors d’une visite guidée des enclos que Jean Tanguy (...)

33Les paysans de l’ouest ont aussi des intérêts économiques personnels, mais ceux-ci ne sont pas toujours liés au grain (largement commercialisé par les propriétaires et le clergé). Le Léon, la grande région productrice de toiles, est une oasis de prospérité paysanne : leur exportation mise à part, ce sont les marchands-paysans qui contrôlent le commerce des toiles, employant une main-d’œuvre d’artisans-paysans. Une preuve évidente de leur prospérité économique en cette période demeure visible aujourd’hui ; les nombreuses églises construites aux xvie et xviie siècles ne comportent ni armoiries seigneuriales, ni entrées seigneuriales particulières51. Les importantes sculptures et décorations de ces églises révèlent aussi la présence d’artistes paysans, travaillant le granit local en vue de produire un art propre à satisfaire les goûts de leurs clients, des paysans. Les paysans du Léon paraissent avoir été une catégorie remarquablement privilégiée : ils disposent de deux sources importantes de revenus non directement liées à la culture du sol – l’élevage de chevaux et la production de toiles de lin – et ils ne sont pas assujettis au système de bail typique de la Basse-Bretagne, le domaine congéable.

34Les paysans des diocèses voisins de Cornouaille, Tréguier et Vannes, n’ont pas cette chance. Chacun de ces secteurs dispose de centres importants de production de toiles (comme Locronan, en Cornouaille), et pourtant les paysans y sont soumis au domaine congéable et l’économie y est souvent moins variée que celle du Léon. Le système de location d’un domaine congéable est différent de celui d’une métairie. Les droits d’entrée sont généralement beaucoup plus élevés pour un domaine congéable et la rente annuelle équivaut au tiers du revenu brut plutôt qu’à la moitié du revenu net. Les paysans qui tiennent un domaine congéable (on les appelait « tenanciers ») sont par conséquent beaucoup plus vulnérables aux hausses de la fiscalité indirecte que les métayers, dont les propriétaires partagent habituellement la charge fiscale.

  • 52 H. Bourde De La Rogerie, « Introduction », dans Inventaire sommaire des archives départementales d (...)

35Le domaine congéable contribue dans une large mesure à étouffer la capacité des paysans à innover, car aucune modification des récoltes, des bâtiments ou de la végétation ne peut intervenir sans la permission du propriétaire. Aux termes d’une location sous domaine congéable, le propriétaire conserve la propriété de la terre, tandis que le fermier entre en possession (en général pour neuf ans) de tous les bâtiments et de tous les arbres (excepté ceux dépassant une certaine taille). Parce que le propriétaire est tenu de racheter arbres et bâtiments, et devrait donc prendre en charge toute amélioration faite par le fermier, aucune n’est possible sans son autorisation. Ce système limite la capacité du paysan à améliorer l’état matériel des constructions et contribue à ralentir la propagation de nouvelles récoltes en Basse-Bretagne. Par exemple, les pommiers se répandent promptement à travers la Haute-Bretagne au xvie et au début du xviie siècles, mais ne pénètrent en force que bien plus tard en Basse-Bretagne52.

  • 53 Les requêtes de nouvelles taxes sont classées avec les documents de la Chambre des Comptes, ADLA, (...)
  • 54 ADIV, C 2 64, assises des Etats de 1626.
  • 55 F.-N. Dubuisson-Aubenay, Itinéraires, t. I, p. 9. Dans les évêchés de Dol, de Saint-Malo et dans u (...)

36Le cidre se répand de l’est vers l’ouest entre 1600 et 1640. Les grandes villes, comme Morlaix et Quimper, taxent le cidre et la bière (ainsi que le vin) à la fin du xvie siècle, mais les petites villes de la partie occidentale et centrale de la province ne commencent à ajouter le cidre à leurs denrées taxées qu’après 1610 : Josselin, Guingamp et Malestroit en 1615 ; Ploërmel et Saint-Brieuc en 1615 ; Quintin en 1619 ; Pontivy et Moncontour entre 1619 et 1646. A l’extrême ouest, des villes telles que Brest, Concarneau, Saint-Pol de Léon et Lesneven ne taxent toujours pas le cidre dans les années 164053. En 1626, les Etats ajoutent le cidre (et la bière) aux boissons affectées par la taxe sur le vin, signe que ces deux boissons ont gagné une bonne partie de la province54. Et pourtant Dubuisson-Aubenay nous dit, en 1636, que la Basse-Bretagne ne produit pas ses propres pommes mais préfère les acheter à la foire de Montfort55.

  • 56 Ceci est une source constante de réclamations de la part des Etats sous Henri IV et au début du rè (...)

37Les propriétaires et les paysans de la partie occidentale de la province sont hostiles aux nouvelles taxes sur le grain, le bétail et la production de toiles. En outre, propriétaires et paysans sont pareillement opposés à une hausse des impôts directs (qui, comme en France, retomberaient sur les paysans). Restent deux produits locaux importants susceptibles de supporter une taxation plus élevée : le sel et le vin. La Bretagne ne fait pas partie du régime général de la gabelle : elle conservera son exemption des taxes royales sur le sel (hormis de petites redevances domaniales prélevées dans les marais) jusqu’à la Révolution. L’énorme différence entre les prix du sel en Bretagne et en France (le ratio atteignant facilement 30 pour 1) encourage une contrebande généralisée du sel, surtout dans les paroisses limitrophes de l’Anjou, du Maine, et de la Normandie, et dans celles longeant les voies de transport fluvial, comme la Vilaine56. La production du sel décline au xviie siècle, mais les Etats ne songeront jamais sérieusement à taxer le sel, aussi la fiscalité locale n’a-t-elle aucun rapport avec ce déclin.

  • 57 J. Delumeau, Histoire de la Bretagne, Toulouse, 1969.

38Comment les Etats parviennent-ils à trouver des quantités substantielles d’argent sans nuire au commerce d’aucun des produits de la partie ouest de la province et sans lever d’impôts directs ? Ils peuvent taxer le vin, et plus particulièrement, la vente du vin au détail. Les vignerons de la province forment un puissant groupe de pression, qui est hostile aux taxes sur le vin. Au xvie siècle, il existe des vignobles dans de nombreuses régions bretonnes : dans les évêchés de Rennes, de Tréguier, de Vannes et de Nantes. Le climat plus rigoureux du xvie siècle finissant limite essentiellement les vignobles à Nantes (avec d’autres petites régions, telles que la presqu’île de Rhuys, qui produisent un vin de qualité très inférieure)57. Une des raisons qui expliquent le passage d’une fiscalité affectant une large gamme de produits (et ayant recours à des suppléments de fouage) à la taxation exclusive du vin est peut-être cette disparition des vignobles de la plus grande partie de la province. Les vignerons de Nantes se retrouvent de plus en plus isolés dans leur opposition aux taxes sur le vin, car ils ont perdu le soutien de leurs semblables à Rennes, Tréguier et ailleurs.

  • 58 Voir ci-dessous, chap. iv et v pour plus de détails.

39Les vignobles de Nantes s’étendent aux xvie et xviie siècles, afin de satisfaire à la fois une demande bretonne plus forte et un intérêt étranger (hollandais et allemand) accru pour le vin de Nantes, mais les exportations baissent après 1645. Les Nantais obtiennent une réduction spéciale des tarifs pour le vin nantais, ce qui maintient le vin à un prix raisonnable jusqu’aux années 1630. Cependant, une fois atteintes les années 1640, la taxe atteint 3 sous par pot (1,8 litre) de vin nantais58.

40L’économie agricole de la Bretagne repose sur le grain, le vin et le bétail. Les régions produisant ces articles ont entre elles des relations un tant soit peu symbiotiques, en sorte que les landes de l’intérieur fournissent de la viande et des produits du bétail, et aussi une petite quantité de grain, en échange de grain, de vin et de sel. Le pays nantais vend son vin – plus de 20 000 tonneaux en 1631 – au littoral sud (jusqu’à Quimper) et à une partie de la côte nord (de Saint-Brieuc à Saint-Malo), en échange du grain produit dans ces régions : du seigle et un peu de froment dans le sud, du froment au nord. Les ports du littoral réexportent ce vin vers l’intérieur (Redon, par exemple, sert d’avant-port à Rennes et à Ploërmel). Deux régions ne s’insèrent pas dans ce cadre agricole : l’évêché du Léon (et une partie de celui de Tréguier) à l’extrême ouest, et la région située entre Saint-Malo et Rennes. Ces deux régions industrielles exportent des toiles, les crées du Léon, les canevas et, plus tard, les noyales de Saint-Malo et de Rennes.

  • 59 ADCA, B 1135.

41Au xvie siècle, Vitré domine la production des canevas et Locronan, en Cornouaille, celles des olonnes ; le chanvre continue d’être un produit important en Bretagne, qu’il soit tissé (à Locronan, Saint-Brieuc, dans la région de Nantes) ou brut (sur la côte nord). Saint-Brieuc et Paimpol expédient souvent du chanvre à Nantes. Au xviie siècle, toutefois, l’équilibre est brusquement modifié en faveur d’une production à base de lin. Dans la région de Saint-Brieuc, le collecteur des dîmes de la paroisse Saint-Michel note, en 1636, que « depuis quelques temps les grains de lin ont este aporté de dansic et flandre en plus grande abondance que au temps precedants ». Il ajoute que les paysans de Saint-Michel (et d’autres paroisses) plantent de plus en plus de lin. Un autre collecteur de dîmes déclare que le lin n’avait jamais été planté avant « ces trois ou quatre dernières années », et que les paysans refusent de payer la dîme sur cette nouvelle récolte59.

  • 60 J. Tanguy, « L’essor de la Bretagne », graphiques p. 27 et 51.
  • 61 ADIV, G 274.

42Les chiffres de production de ces nouvelles toiles grimpent brusquement à la fin du xvie et au xviie siècles. Jean Tanguy a montré que l’exportation de toiles depuis Morlaix passe d’environ 2 000 pièces au milieu du xve siècle à 14 000 pièces dans les années 1540, et à 20 000 pièces dans les années 1560. Après une baisse pendant les guerres de la Ligue, la production atteint 15 000 pièces en 1600, 25 000 pièces dans les années 1640, et culmine avec 66000 pièces en 1680. Jean Tanguy estime que la production totale dans la région du Léon-Tréguier doit avoisiner les 90 000 pièces (9 millions d’aunes) en 168060. A Saint-Malo, les exportations minimales s’élèvent de 14 720 fardeaux en 1621 à 29 120 fardeaux dans les années 1630, à 32 000 au début des années 1640, et culminent avec 60 000 fardeaux (12 millions d’aunes) au début des années 165061 (tableau 3).

Tableau 3. – Evolution du commerce des toiles de lin à Saint-Malo, 1621-1706.

Tableau 3. – Evolution du commerce des toiles de lin à Saint-Malo, 1621-1706.

Sources : ADIV, G 276-277.

  • 62 J. Delumeau et alii, Saint-Malo.

43L’interdiction royale de commercer avec l’Angleterre ruine le commerce des toiles de lin dans les deux villes. A Morlaix, les exportations tombent de 60 000 pièces en 1680 à moins de 15 000 pièces en 1715 ; à Saint-Malo, il n’existe pas de chiffres entre 1654 et 1701, mais la baisse entre les deux dates est de 54 400 fardeaux à 16 000. Le nombre de drapiers licenciés, qui était monté de 32 (en 1624) à 71 (en 1649), retombe à 32 en 1702. Il y a peu de raison de croire que le déclin malouin ait précédé celui de Morlaix, si bien que le commerce des toiles se maintient probablement à un haut niveau jusque dans les années 1680, avant de s’effondrer62.

  • 63 ADIV, C 3300.
  • 64 A. Croix, La Bretagne, t. i, p. 148-50 et tableau 18.

44Le commerce des toiles constitue un autre intérêt particulier que les Etats se doivent de protéger ; et c’est ce qu’ils font jusqu’à l’interdiction de commercer avec l’Angleterre dans les années 1680. Les Etats déjouent plusieurs tentatives pour établir une taxe de 32 sous par pièce de toile, sous Henri IV et sous Louis XIII. Ce dernier va même jusqu’à vendre les offices d’inspecteurs avant que les Etats ne rachètent l’abolition de la taxe (et les offices)63. Beaucoup de villes textiles siègent aux Etats : Rennes, Saint-Malo, Dinan, Fougères, Vitré, Hédé, Quintin, Morlaix, Lannion, Tréguier, et aussi des centres moins importants. En tant que productrices, ces villes ont plus de poids que Nantes, qui a peu d’alliés naturels aux Etats, aussi leur production – la toile de lin – reçoit-elle la protection de ces derniers Et pourtant ces mêmes Etats permettent volontiers que les consommateurs, surtout ceux des basses classes, des villes de l’ouest soient les plus durement touchés par les taxes sur le vin64.

  • 65 ADLA, B 2641, vente de « terres vaines et vagues » en 1640-41, montre une gamme étendue d’acheteur (...)

45Les villes économiquement puissantes sont regroupées dans le triangle Vitré, Rennes, Saint-Malo, et le long de la côte : Morlaix, Nantes et quelques autres. L’absence de grandes villes dans un secteur donné n’implique cependant pas l’absence de toute présence urbaine. Dans de nombreuses régions bretonnes, les petites villes (qui ne comptent souvent que 1 000 habitants) jouent un rôle beaucoup plus significatif dans l’économie locale qu’on ne pourrait le soupçonner. Les villes moyennes, celles de 5 000 habitants ou plus, ont de longs tentacules qui s’étendent dans les campagnes environnantes. Elles contrôlent le commerce qui entre dans ces régions et qui en sort, et la classe juridique de ces villes achète souvent des quantités considérables de terres dans la campagne alentour65. Toutefois, à l’écart des villes, la vieille classe des propriétaires continue de dominer la possession des terres.

  • 66 J. Collins, « The Role of Atlantic France in the Baltic Trade » ; J. Tanguy, dans La Bretagne prov (...)

46Les petites villes côtières disposent de trois activités majeures liées entre elles : le commerce maritime, la pêche et la construction navale. La plupart des centres de construction navale construisent des barques d’un déplacement de 20 à 40 tonneaux mais certains ports, tels que Pénerf au nord et Montoir-de-Bretagne, se spécialisent dans la construction de bâtiments un peu plus grands, dans la catégorie des 50 à 70 tonneaux. Les marchands utilisent les petits navires pour faire du cabotage le long des côtes bretonnes et du commerce avec Bordeaux et La Rochelle, tandis que les plus grands bravent la Manche et transportent des marchandises en Picardie, dans les Pays-Bas et à Hambourg. Dans la seconde moitié du xvie siècle, il devient beaucoup plus rare que les navires bretons exportent des marchandises en Hollande, mais ils demeurent très actifs dans le commerce avec Hambourg. De petits bâtiments (français et anglais), généralement de moins de 40 tonneaux, assurent le trafic trans-Manche avec l’Angleterre, principalement à partir de Saint-Malo et de Morlaix66.

  • 67 H. Bourde de la Rogerie, « Introduction », p. Clix, pour les pêches dans le nord ; H. Moret, Le Cr (...)

47Des régions ou des villes données se spécialisent dans certaines pêches. A la fin du xviie siècle, Saint-Malo et Nantes occupent le premier et le deuxième rang parmi les ports bretons qui envoient des bateaux pêcher la morue sur les bancs de Terre-Neuve, mais Nantes est venue tard à la pêche. Les marins bretons ont afflué sur les Grands Bancs au début du xvie siècle ; ils viennent pratiquement tous de la côte nord : Saint-Malo, Saint-Brieuc, Pénerf, Bréhat. La côte sud, en particulier Audierne et Douarnenez, se spécialise dans la sardine67. Certains ports s’adonnent aux trois activités : les ports de pêche, tels Audierne, Penmarc’h, Pénerf et Saint-Malo, sont aussi les ports d’attache des navires qui commercent avec Bordeaux. En revanche, les ports d’attache impliqués dans le commerce entre Nantes et l’évêché de Vannes ne sont pas des centres de pêche notables.

  • 68 J. Tanguy, documentation en vue d’une monographie sur l’histoire de Pleyben. Le professeur Tanguy (...)
  • 69 J. Tanguy, « Le commerce nantais », tableau XIX.

48Quelle est l’évolution de cette économie, ou plutôt de ces économies, aux xvie et xviie siècles ? On a déjà vu que les zones textiles concentrées autour de Morlaix et de Saint-Malo connaissent une énorme prospérité entre 1550 et 1650, et que le commerce du bétail s’est lui aussi rapidement développé. La croissance assez régulière de la population bretonne atteste cette prospérité, ainsi que les courbes ascendantes des chiffres d’offrandes faites par les paroisses68. La région nantaise, elle aussi, prospère à la fin du xvie siècle et au xviie. Dans tous les cas, il faut tenir compte de la dépression des années 1590, due à la guerre et aux moissons catastrophiques de 1596 et 1597. Les régions qui ont des liens avec des marchés non bretons les développent, de sorte que le commerce avec l’Angleterre (via Morlaix et Saint-Malo) s’accroît rapidement, ainsi que celui avec la Hollande (via Nantes). Seules les salines paraissent avoir décliné dans le premier xviie siècle ; elles perdent leur position comme principale source de sel pour la France du Nord au profit des marais entourant Brouage69. Les régions non liées à des marchés étrangers prospèrent aussi parce qu’elles commercent généralement avec des zones, comme Nantes, qui se développent grâce à l’augmentation du commerce avec l’étranger.

  • 70 ADLA, B 9230.

49L’évolution du réseau nantais témoigne du niveau d’intégration atteint par certains secteurs de l’économie bretonne. Le principal partenaire commercial de Nantes au xvie siècle est l’Espagne du Nord, vers laquelle elle exporte des toiles et du papier. Le littoral sud, si étroitement lié à Nantes, exporte du seigle et du froment dans la péninsule ibérique (par La Roche-Bernard, Vannes, Redon, Hennebont et Quimperlé). Au début du xviie siècle, la tendance commerciale s’inverse fortement à Nantes, la Hollande ayant remplacé l’Espagne comme principal partenaire étranger (suivie de près par Hambourg). Les Hollandais apportent une gamme variée de produits : des fournitures maritimes, du fromage, des produits coloniaux et, dans les années de famine, du seigle ; ils achètent du vin. Cet important marché nouveau pour le vin (les Hollandais emportent plus de 8 000 tonneaux en 1631 et Hambourg 4 000) a pour conséquence une plus grande prospérité des viticulteurs et l’extension des vignobles dans l’évêché de Nantes. Cette extension crée un marché plus important pour le grain en provenance du littoral sud : la prospérité accrue de la région nantaise entraîne une consommation plus élevée de diverses denrées, comme le poisson (frais et salé). Une grande consommation de poisson amène une demande plus forte de bateaux et d’équipements de pêche (réexportés de Nantes vers les ports de l’Ouest). Hormis les produits introduits par les Hollandais, le réseau commercial consiste essentiellement en denrées de subsistance : grain, vin, poisson, sel. Le réseau commercial interne pour de telles denrées est extrêmement ancien (il remonte aisément au xiie siècle) et implique l’usage généralisé du troc, tel l’échange officiellement admis (et non imposé) du sel contre du grain qui se pratique dans les salines de Guérande et l’arrière-pays de la Cornouaille. En 1631, par exemple, on voit Olivier Le Mitrailler, de Guérande, troquer 18 muids de sel contre 30 tonneaux de seigle et de sarrasin en provenance de Châteaulin70.

  • 71 J. Collins, « Atlantic France » et J. Collins, « Les impôts et le commerce du vin en Bretagne », A (...)
  • 72 H. Le Carquet, « Le Cap-Sizun, la morue du Raz de Fontenoy », Bulletin de la Société Archéologique (...)
  • 73 J. Meyer, L’armement nantais au xviiie siècle, Paris, 1976 ; T. Le Goff, Vannes and its region in (...)

50Dans les années 1640, cette prospérité nantaise commence à décliner. Il y a davantage de querelles entre Hollandais et Nantais ; les lourdes taxes sur le vin réduisent la consommation bretonne (spécialement du vin de Loire et du vin nantais vendu à l’extérieur de l’évêché de Nantes) ; les guerres dans la Baltique réduisent le commerce (et donc les exportations de vin, surtout de vin de Loire) vers ce secteur. Le résultat est une chute catastrophique des exportations de vin depuis Nantes à partir de 1642 environ71. Les temps difficiles dans le pays nantais causent des problèmes ailleurs, problèmes encore exacerbés par des désastres locaux, tels que les pertes massives subies par les flottilles de pêche d’Audierne et de Penmarc’h dans les années 1630 et 164072. Lorsque Nantes se remet du malaise du milieu du siècle, ce n’est plus dans le cadre de l’ancien réseau commercial des produits de subsistance, mais comme centre d’un nouveau commerce colonial. En Bretagne, les partenaires commerciaux de Nantes ne s’adaptent pas aussi bien à la nouvelle économie ; ils continuent d’exporter les traditionnelles denrées de subsistance (surtout du grain). Le résultat, au xviiie siècle, est une situation dans laquelle Nantes connaît un développement rapide (sa population atteignant 80 000 habitants) et continue de prospérer, tandis que ses anciens partenaires prennent de plus en plus de retard73.

51On peut se faire une idée de l’évolution globale du commerce en regardant les montants des baux pour les grandes fermes d’impôts sur les échanges (tableau 4). Les droits d’import-export perçus à Nantes produisent un revenu qui ne cesse de croître régulièrement au xvie siècle et, après une chute brutale pendant les guerres de la Ligue, au cours du xviie siècle.

Tableau 4. – Baux des ports et havres et de la prévôté de Nantes, 1606-72 (en livres).

Tableau 4. – Baux des ports et havres et de la prévôté de Nantes, 1606-72 (en livres).

Sources : AD Loire-Atlantique, B 66-83, enregistrement des baux à la Chambre des Comptes.

  • a Portions importantes de revenus aliénés.

52Notea

  • b Réduction de 10 000 livres.

53Noteb

  • c Réduction de 10 000 livres.

54Notec

  • d Importante réduction, montant inconnu.

55Noted

  • e Partie des Cinq grosses Fermes, pas de bail séparé.

56Notee

  • f Partie des Cinq grosses Fermes, valeur officielle estimée fournie par la Chambre des Comptes.

57Notef

  • 74 Les montants des baux des fermes sont disponibles en plusieurs endroits : pour 1503, voir ADLA, E (...)
  • 75 ADLA, B 2978, registre de la prévôté.
  • 76 J. Tanguy, « Le commerce du port de Nantes au début du xviie siècle », tableaux en appendice, repr (...)

58Le revenu produit par les droits des autres évêchés augmente régulièrement lui aussi jusque dans les années 1620. Dans chaque cas, on constate un déclin au milieu du xviie siècle – à Nantes après 1640 ; ailleurs, après 1630 – et une reprise après 1660 (sans que soient rejoints les niveaux antérieurs, surtout si on ajuste les prix en tenant compte de la dévaluation de la monnaie)74. Les véritables recettes sont bien plus élevées que les montants des baux, si la situation de 1631 est le moindrement conforme aux normes ; cette année-là, le bail de la prévôté de Nantes est estimé valoir 70 000 livres, tandis que les recettes sont de 83 000 livres75. Le revenu des taxes prélevées par la ville de Nantes renforce l’image donnée par l’évolution des recettes de la prévôté : elles montrent une augmentation régulière du trafic portuaire au xvie siècle, avec un bond spectaculaire dans les années 1560 et 1570, suivi d’une baisse pendant les années de guerre, d’une reprise rapide après 1600, et une augmentation régulière jusque dans les années 1660, époque où le trafic baisse brutalement76.

  • 77 ADLA, B 82, fol. 146-151 ; bail des ports en 1664 à un syndicat local dans ADLA, B 82, fol. 182-18 (...)

59Les courbes légèrement différentes de la prévôté et des ports entre 1620 et 1670 indiquent que les produits taxés par la prévôté, principalement le vin, suivent une évolution du marché différente de ceux taxés par les ports : grains et produits du bétail. Les exportations de bétail continuent d’augmenter jusque dans les années 1640, et ne déclinent qu’après 1650, en sorte que la baisse du bail des ports s’explique vraisemblablement par le caractère irrégulier du commerce des grains au cours des années 1640 et par la soudaine irruption des Hollandais sur le marché nantais en 1643. Ils sont déjà intervenus sur les marchés ibériques et ceux de Bordeaux et de La Rochelle. Cette présence accrue des Hollandais sur les marchés traditionnels du grain breton, entraînant une baisse des ventes de grain en Bretagne, est peut-être la cause du déclin de la recette des ports. Lorsque les exportations de bétail déclinent elles aussi, vers 1650, le montant global des baux (pour les ports et les bêtes vives) baisse brutalement77.

  • 78 ADLA, G 87.
  • 79 J. Tanguy, « Le commerce du port de Nantes au début du xviie siècle », tableaux en appendices.

60L’évolution du commerce du vin est plus complexe que ne le laissent supposer les chiffres de la prévôté. L’article le plus lourdement taxé à Nantes est le vin, qui fournit plus de la moitié des recettes en 1631. L’évolution globale du montant des baux pourrait faire croire que le commerce du vin demeure soutenu jusque dans les années 1660, mais tel n’est pas le cas. Le commerce qui subit les plus graves préjudices est celui du vin de Loire exporté depuis Nantes. Le montant du bail du droit de 5 sous par pipe de vin produit en amont et passant sous le pont de Nantes baisse de 90 % entre 1644 et 169578 (tableau 5). Le tonnage réel du vin d’amont transitant par Nantes, qui est de 7 000 tonneaux environ en 1505, double puis triple à la fin du xvie et au début du xviie siècle, culminant à environ 28 000 tonneaux en 163179.

  • 80 ADIV, C 2749 et suite, papiers des Etats. Armand Rebillon offre une description déroutante du peti (...)

61Les baux pour les fermes générales des droits sur le vin confirment le déclin global du commerce vinicole dans les années 1640. Si on prend 1610 comme année de référence (100), on peut montrer des tendances à long terme fondées sur le grand devoir des Etats et sur leur « petit devoir », levé pour aider à financer le Parlement. Ce dernier est particulièrement intéressant parce que le montant du bail demeure constant ; les fermiers rivalisent pour offrir le niveau de devoir le plus bas possible en vue d’atteindre le prix fixé80 (tableau 6).

Tableau 5. – Expéditions de vin transitant par Nantes, 1613-1713.

Tableau 5. – Expéditions de vin transitant par Nantes, 1613-1713.

Sources : AD Loire-Atlantique, G 87 ; B 71, fol. 250 (1613) ; B 2976 (1631, cargaisons réelles) ; B 75, fol. 94v-95 (1663).

  • 88 Un tonneau de vin d’amont contient environ 5 litres.

62Note88

  • a Un tonneau de vin d’amont contient environ 775 litres.

63Notea

64Le mouvement général des deux indicateurs est tout à fait similaire : après 1610, augmentation jusqu’au début des années 1620, suivie d’une période de stabilité, voire de léger déclin jusqu’en 1640, année où l’un et l’autre chutent brutalement. Pour le grand devoir, on note une nette récupération en 1661, à une hauteur presque euphorique, suivie d’un retour au niveau médiocre, typique de la période, en 1664. Le niveau non ajusté remonte alors régulièrement, atteignant 90 en 1675, pour retomber dans la période qui suit immédiatement les rébellions de 1675.

  • 81 Sur l’évolution du commerce du vin en Bretagne, voir : J. Tanguy, « L’essor de la Bretagne », p. 3 (...)

65Le grand devoir ne demeure pas constant, et l’association des produits taxés ne demeure pas identique, si bien que nous devons continuer de prendre en compte d’autres influences sur l’évolution de son rendement. Les Etats ajoutent des taxes sur le cidre et la bière en 1626, et une taxe sur l’eau-de-vie en 1637. Chaque fois que le devoir augmente brutalement, les rendements proportionnels déclinent (phénomène bien connu et commun à toute la fiscalité). Le grand devoir est également sujet aux ingérences constantes des notables provinciaux lors des négociations des baux : dans les années 1670, l’évêque de Dol accuse le duc de Chaulnes, gouverneur de la province, d’avoir accepté un pot-de-vin de 700 000 livres au cours de la période de négociation des baux ; ajouté au montant du bail, il aurait fait monter l’indicateur au-dessus de 10081. Il faut aussi tenir compte des dévaluations de la monnaie survenues pendant la période 1637-1663, qui entraîneraient sûrement une chute brutale de l’indicateur, si on retenait un équivalent constant en argent-métal.

Tableau 6. – Evolution du grand et du petit devoir des Etats sur les vins (1610 = 100 ; le niveau de 1610 était un devoir de 10 livres/pipe pour assurer une recette de 400 000 livres).

Tableau 6. – Evolution du grand et du petit devoir des Etats sur les vins (1610 = 100 ; le niveau de 1610 était un devoir de 10 livres/pipe pour assurer une recette de 400 000 livres).

Sources : AD Ille-et-Vilaine, C 2765-86, tenues des Etats ; C 2940-2, 2930, 2969, 2980-2, comptes des Etats ; AD Loire-Atlantique, B 79-83, enregistrement des contrats des Etats et du roi.

  • a Les chiffres entre parenthèses sont corrigés en tenant compte des remises.

66Notea

  • b En 1627, les Etats taxent pour la première fois le cidre et la bière.

67Noteb

  • c En 1639, les Etats taxent l’eau-de-vie pour la première fois.

68Notec

  • d La manière de lever le petit devoir est changée en 1653, de sorte qu’il ne peut plus être utilisé (...)

69Noted

  • 82 AM de Hennebont, CC 2.
  • 83 AM de Vannes, CC 3-10.
  • 84 ADLA, B 9, fol. 193v-4 (bail de 1643) affirme qu’ils ont déjà reçu 1 600-1 700 livres. En 1642, le (...)
  • 85 C. Colbert de Croissy, La Bretagne en 1665, p. 179.
  • 86 ADLA, B 9230.
  • 87 J. Tanguy, « Le commerce de Nantes » ; J. Collins, « The Role of Atlantic France in the Baltic Tra (...)

70Les recettes de la taxe locale sur le vin dans diverses villes bretonnes indiquent les mêmes tendances. A Hennebont, le sou par pot de vin vendu dans la ville et ses faubourgs rapporte 5 080 livres en 1607 et 6050 livres en 1632. En 1641, toutefois, ce chiffre tombe à 3 375 livres et il demeure à peu près à ce niveau pendant les trente années suivantes82. La tendance de la consommation vannetaise ressemble à celle d’Hennebont : 9 000 livres en 1624, jusqu’à 11 500 livres en 1634, pour redescendre à 7 900 livres en 1645 et à7 500 livres en 167283. A Roscoff, sur la côte nord, les recettes des devoirs passent de 600 livres en 1595 à 1 600 livres en 1638, mais retombent à 800 livres en 164384. En 1665 la ville a supprimé la taxe sur le vin parce que ses recettes (moins de 500 livres par an) ne couvraient pas les frais d’enregistrement des lettres patentes royales et de vérification des comptes85. A Guérande, près de l’estuaire de la Loire, le devoir rapporte entre 2 000 et 2 300 livres par an dans les années 1620 et1630, mais seulement 1 720 livres en 1641 et 800 livres en 165386. On constate ici le net déclin de la région des marais salants, qui se vérifie aussi dans la réduction des expéditions de sel depuis Nantes87.

  • 88 A. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux, pièces 417,1478. Pièce 1283, lettre de l (...)

71Les tendances générales semblent claires : croissance rapide entre 1610 et 1620, performance globale stable dans les années 1620 et 1630, avec des années de crise entraînant des problèmes (notamment en 1622 et 1627), déclin catastrophique dans les années 1640 et 1650, remontée aux niveaux antérieurs (sans atteindre les chiffres records) dans les années 1660 et 1670. Ce sont les vins de Loire qui sont les plus touchés, avec la perte des marchés bretons. Le vin de Nantes ne semble pas avoir connu le même déclin, et il est possible que les exportations totales de vin nantais aient retrouvé les niveaux antérieurs. Il y a aussi, jusque dans les années 1660, une exportation plus forte d’eau-de-vie nantaise (dont chaque tonneau consomme environ 7 tonneaux de vin). Dans les années 1680 et 1690, l’intendant de Tours soutient que l’eau-de-vie nantaise a complètement ruiné cette activité en Anjou à cause des avantages fiscaux dont elle bénéficie88. L’impression globale, après 1640, est celle d’un secteur perturbé. Les consommateurs bretons sont de plus en plus nombreux à boire du cidre et les marchés étrangers tendent à se tarir. Les Hollandais achètent moins de vin après 1660 environ et cessent quasiment d’acheter du vin de Loire. Les exportations en direction de la Hollande chutent brusquement dans la seconde moitié du siècle et continuent de décliner au xviiie siècle (époque où le sucre a depuis longtemps remplacé le vin comme principale exportation nantaise).

  • 89 ADLA, G 244-45.
  • 90 ADF, 5 H 115 (Chambrières) ; ADM, G 43, G 131, 38 G 5 (Theix) ; ADM 38 G 5 (Suhiriac) ; ADF, 66 G (...)

72Les indicateurs des autres secteurs économiques illustrent la même tendance à la hausse suivie d’une période de stagnation ou de déclin après 1640-60. Dans toute la province les dîmes augmentent rapidement à partir de 1610 et jusqu’au milieu du siècle. Si l’on considère un échantillon de treize paroisses dans la région de Nantes, on constate que l’ensemble de leurs dîmes rapporte 4 174 livres au chapitre de la cathédrale en 1610 mais 9 580 livres en 165089. Les droits d’entrée (diversement appelés « denier à Dieu », « commission », « droit d’entrée » ou « pot de vin ») n’avaient été que des désagréments mineurs – deux chapons à Chantenay, près de Nantes, en 1601 – mais ont augmenté au point de devenir de très lourdes charges en argent liquide, 32 livres en 1620 et 100 livres en 1640. Le pays nantais est tout à fait typique de cette tendance, que l’on retrouve à Chambrières, près de Quimperlé, à Theix et à « Suhiriac » (peut-être Sulniac), près de Vannes, à Plouvara, près de Saint-Brieuc, et à Gourin, où les dîmes augmentent brutalement après 1620, subissent des fluctuations violentes dans les années 1650, et se stabilisent ou déclinent après 166090.

  • 91 ADLA, H 275, pièces 1-3 ; ADLA, G 244-245.
  • 92 J. Gallet, La seigneurie bretonne, p. 360-361.

73Les rentes, comme les dîmes, augmentent rapidement au cours de la première moitié du siècle. Au bordage de la Robinière, près de Nantes, la rente passe de 30 livres (1624) à 60 livres (1647) mais retombe à 30 livres en 1698. A Coudray, une métairie située près de Nantes, la rente bondit de 40 livres (plus la corvée et autres devoirs) en 1611 à 150 livres de 1645 à 1664 ; elle tombe à 120 livres en 1685 et reste à ce niveau jusqu’en 1732. Dans une troisième propriété appartenant aux Chartreux de Nantes, la métairie de La Chapelle-aux-Moines, la rente passe de 180 livres en 1629 à 260 livres en 1651 et à 330 livres en 1662, mais redescend lentement à 270 livres en 1683, niveau auquel elle va se maintenir jusqu’en 171491. Dans le Vannetais, l’évolution est quasiment identique92.

  • 93 ADM, B 820.
  • 94 p. Jeulin, L’évolution, tableau 3bis donne un bon résumé. Il estime que 80 % du sucre traité à Nan (...)

74Les relations d’interdépendance existant à l’intérieur d’une grande partie de la province – Nantes et le littoral sud – impliquent que des problèmes dans un secteur risquent de se propager ailleurs. Une récession à Nantes entraîne une récession dans les zones liées à Nantes, particulièrement la côte sud. Moins de vin à vendre, cela veut dire moins d’argent, ce qui se traduit par moins d’achats de grain, et une consommation moins forte de poisson. Une baisse des ventes de poisson entraîne une baisse des ventes d’équipements maritimes ; la spirale descendante est sans fin. Après 1660, les cargaisons des navires se dirigeant de Nantes vers la Bretagne ou ailleurs changent complètement de nature. En 1651, par exemple, quasiment tous les bateaux se rendant à Vannes ou à Redon ne transportent que du vin (quelques-uns transportent des matériaux de construction ou des fournitures de navires) ; en 1701, le connaissement pour un navire livrant des marchandises à M. Felot, à Vannes, comprend des pruneaux, du hareng, des amandes, du raisin muscat, de la toile, de la quincaillerie, des planches, de la laine anglaise, du vin nantais, de la faïence, de la morue et du vin des Canaries93. Les travaux de Jeulin, de Meyer et d’autres nous ont appris que telle était la nouvelle tendance : les marchandises coloniales remplacent le vin nantais94. Ces denrées sont coûteuses et il n’y a guère de preuves qu’elles se soient vendues à une large clientèle, le sucre excepté. Les classes les plus pauvres du Vannetais ne font plus partie du circuit commercial nantais, contrairement à ce qui avait été le cas au début du xviie siècle.

75Qui est touché par les taxes et autres méthodes pratiquées par les élites pour mettre la main sur une part du surplus de production ? A longue échéance, pratiquement tous les habitants de la province ; de façon plus immédiate, ce sont les paysans les plus riches et les basses classes (à la fois les gens de métier et les journaliers) qui sont les plus durement touchés. Les riches paysans sont surtout lésés par la hausse des loyers, et particulièrement par la hausse brutale des droits d’entrée, qu’il faut régler en argent comptant. Ces riches paysans, soit peut-être 20 % du total, sont ceux qui peuvent investir. Ils sont doublement frappés, par la hausse des impôts directs, par la hausse des droits d’entrée entraînant de petites redevances en liquide, qui vident leurs poches de liquidités et rendent plus malaisés les investissements. Les plus pauvres des paysans, la moitié inférieure de ceux figurant sur les rôles d’impôts, paient très peu d’impôts directs. Le relèvement des assiettes dans la période qui suit 1637 a peu d’effet direct sur les pauvres mais ces augmentations d’impôts ont sur eux un impact indirect considérable, car ceux qui monopolisent les terres disposent désormais de moins de capitaux et sont donc susceptibles de réduire le nombre de leurs employés. Etant donné que la moitié ou les deux tiers des chefs de famille comptent sur ce revenu pour assurer en partie leur subsistance, ceci pose un vrai problème. La hausse des loyers veut dire que leurs chaumières et leurs minuscules parcelles coûtent plus cher, ce qui exerce une pression encore accrue sur leurs maigres ressources.

76Les économies des différentes régions de la province vacillent à plusieurs reprises au cours du xviie siècle. Les marais salants sont les premières victimes, à la fin du xvie et au début du xviie siècles. Le Vannetais et l’industrie de la pêche du littoral sud semblent avoir été les suivantes, car ils rencontrent des difficultés dans les années 1640. Les vignobles de Nantes commencent à avoir des problèmes dans les années 1640 mais la période 1640-60 est davantage une période d’évolution économique irrégulière que d’effondrement total. En revanche, les vignobles de l’Anjou voisin sont cruellement éprouvés pendant cette période, essentiellement en raison du système fiscal breton. La province entière, hormis les fabricants de toiles, semble avoir des problèmes après 1660, occasionnant une incertitude qui dure peut-être une génération, ainsi qu’on l’a vu dans l’évolution des dîmes et des rentes.

  • 95 J. Tanguy, « L’essor de la Bretagne », p. 45 et 74. J. Tanguy, « La production et le commerce des (...)

77Les dernières victimes sont les manufactures de toiles de Morlaix et de Saint-Malo, mais elles aussi s’effondrent peu après 1680, annulant toute la croissance du siècle. Dans le cas des toiles, l’interdiction royale du commerce avec l’Angleterre tue le marché ; les Etats argumentent avec vigueur contre l’interdiction, soutenant que si l’Angleterre vend de nombreuses marchandises en France, les Français en vendent bien plus en Angleterre, de sorte que le pays est nettement bénéficiaire de cet échange. Le roi demeure inflexible. Le témoignage des comptes tenus par les fabriques paroissiales met clairement en évidence la chronologie du déclin à l’ouest : la Cornouaille commence à décrocher dans les années 1660 ; quant au Léon, la région productrice de toiles, son décrochage aura seulement lieu dans les années 1680 et 169095.

78En 1700, la plus grande partie de la Bretagne est sous le coup d’une dépression économique sévère. Le port de Nantes et, dans une moindre mesure, celui de Saint-Malo demeurent prospères grâce au commerce colonial et à la pêche sur les Grands Bancs, mais l’économie du reste de la province stagne ou décline. Le commerce du vin ne se relève pas. Le commerce des grains se maintient à un niveau tout à fait médiocre ; les manufactures locales ne retrouvent pas leurs marchés étrangers. A l’exception de Nantes et de Brest, la population de la Bretagne n’augmente pas aussi vite que celle du reste de la France ; dans un renversement spectaculaire des flux migratoires antérieurs, ce sont maintenant les Bretons qui partent pour la France.

  • 96 Prix et salaires : AM de Nantes, série CC, comptes de la ville, et DD, comptes de l’hôpital. BnF, (...)

79Les rentes beaucoup plus élevées, la hausse des dîmes, la hausse des impôts royaux après 1626, tarissent progressivement les ressources en capitaux des paysans et empêchent le type d’investissements qui a si bien réussi à la fin du xvie et au début du xviie siècle. Les riches paysans, ceux qui monopolisent les terres, doivent payer l’essentiel des trois exactions. Les classes supérieures et l’Etat sont un peu trop gourmandes dans leurs efforts pour obtenir une plus grande part du surplus des productions paysannes, de sorte que les fermiers-paysans les plus aisés ne disposent plus des ressources nécessaires pour investir et améliorer leurs exploitations. Si on considère les exemples pris dans la région de Nantes, les rentes doublent entre 1610 et 1650, les dîmes doublent pendant la même période, la fiscalité royale directe double en 1643, et le devoir perçu par les Etats sur le vin du cru passe de 4 deniers par pot (1,8 litre) à 2 sous par pot entre 1624 et 1642. Rien ne prouve que les salaires aient augmenté dans les mêmes proportions, tant s’en faut ; en fait, les témoignages existants laissent entendre qu’ils demeurent absolument stables, à 10 sous la journée, pendant tout le xviie siècle96.

80La surimposition de certains groupes au sein de la population contribue à ce déclin économique. Les secteurs les plus éprouvés – le vin, le bétail, les toiles – sont ceux dont la production est le plus solidement entre les mains des paysans. De nombreux facteurs entrent en jeu pour hâter le déclin de l’économie bretonne après 1660 : la perte de marchés au profit des Hollandais, la perte de marchés hollandais, l’interdiction du commerce avec l’Angleterre, les changements intervenus dans les habitudes européennes de consommation d’alcool. Deux facteurs locaux sautent aux yeux : les politiques fiscales poursuivies par les Etats de Bretagne entre 1583 et 1675, surchargeant l’un des secteurs économiques les plus importants de la province et faisant peser ainsi un fardeau intolérable sur l’économie commerciale traditionnelle ; et, ce qui est plus grave, le contrôle politique exercé sans entraves par les propriétaires fonciers, qui leur permet de pressurer les paysans au-delà de ce que ceux-ci peuvent supporter.

81La Bretagne a une économie remarquablement variée au début de l’ère moderne. Elle produit une grande variété de denrées agricoles : diverses céréales, des produits de l’élevage, des fruits (pommes, poires, prunes et même des melons), du vin, des récoltes industrielles (lin et chanvre), des légumineuses (la fève était particulièrement répandue) ; elle dispose d’un tissu industriel solide, centré sur le tissage du chanvre ou du lin ; elle possède une marine marchande prospère et une industrie de la pêche ; elle a un commerce international considérable et exporte des textiles, du vin, du papier, du sel et du poisson. Une pénétration plus forte du marché breton par les Hollandais au début du xviie siècle étend la gamme des produits disponibles dans la province et en lie des portions toujours plus larges à la production mise sur le marché ; de plus en plus de Bretons produisent pour les marchés et se détachent de l’agriculture de subsistance. L’effondrement de ces marchés vers la fin du xviie siècle, auquel viennent s’ajouter les lourds fardeaux placés sur la paysannerie aisée par les propriétaires et la Couronne, ruine l’économie de la province et impose aux paysans bretons une situation de pénurie à laquelle une grande partie d’entre eux n’échapperont pas pendant plus de deux siècles.

Intérêt de classe et intérêt économique

82Les divers groupes socio-économiques, qu’on peut de façon approximative appeler « classes », ont des objectifs différents dans l’économie bretonne. Les sept grandes classes sont : 1) les travailleurs ruraux et urbains, dont la ressource économique principale est la vente de leur travail ; 2) les petits propriétaires : boutiquiers et maîtres artisans, de nombreux pêcheurs ; 3) les paysans de niveau moyen, ceux qui ont une exploitation trop petite pour faire vivre une famille ; 4) les paysans riches ; 5) les marchands ; 6) les robins (dont de nombreux sieurs) ; 7) les propriétaires nobles (y compris les seigneurs).

  • 97 A. Croix, La Bretagne, p. 367. Le prix le plus élevé que j’ai trouvé pour du pain vendu à Nantes a (...)

83Le principal objectif des classes laborieuses est simplement de survivre, ce qui exige, avant tout, d’avoir du grain à des prix bas ou raisonnables. Ce groupe est le plus nombreux, et les autres groupes lui reconnaissent le droit à la survie. Celle-ci dépend de l’approvisionnement en grains, lequel est en général satisfaisant en Bretagne (avec quelques exceptions, telles la terrible famine de 1597 ou les années de disette : 1631 et 166197. Les autorités municipales surveillent étroitement le commerce du grain, tant pour assurer une offre suffisante que pour maintenir un certain contrôle sur les prix et la qualité (surtout la qualité du pain). Les autorités urbaines assurent aussi une fonction charitable lorsque celle-ci est nécessaire, en sorte que la charité acquiert des connotations nettement politiques. Ces travailleurs pauvres, à la fois urbains et ruraux – beaucoup d’entre eux appartiennent aux deux secteurs – se préoccupent aussi de la possibilité de trouver un emploi, de sorte qu’il est de leur intérêt que les secteurs économiques dans lesquels ils travaillent – l’élevage du bétail ou l’exploitation de la terre, la manufacture de textiles – soient protégés contre la fiscalité ou les restrictions. En Bretagne comme ailleurs en France, ces gens ont relativement peu de griefs envers la fiscalité royale directe ; ils sont beaucoup plus sensibles aux hausses de la taxation indirecte, qui frappe soit leur gagne-pain, soit leur consommation quotidienne. Bien qu’ils aient très peu de poids politique direct, ils ont par contre une influence politique indirecte non négligeable, car en général les groupes dirigeants ne souhaitent pas les acculer à la rébellion et les élites économiques ont besoin de leur main-d’œuvre pour faire fonctionner le système.

  • 98 ADLA, B 6782, pièce 72 ; J. Collins, « The Economic Role of Nantes in Seventeenth-Century France » (...)

84Les petits boutiquiers, les maîtres artisans des villes ainsi que les paysans moyens des campagnes ont certains intérêts économiques en commun mais aussi de très graves désaccords. Les deux groupes ont des liens avec le marché, mais leurs marchés sont d’une portée limitée. Boutiquiers et maîtres artisans ont ordinairement affaire à des clients locaux (bien qu’il y ait des exceptions au sommet de chaque échelle) ; de nombreux artisans, comme les tisserands de toiles du Léon, vivent dans des villages plutôt que dans des villes. Les propriétaires et les employés de ces ateliers et boutiques sont souvent des femmes ; le budget des familles de cette catégorie comprend souvent deux revenus. C’est ainsi qu’à Nantes la plupart des tavernes sont tenues conjointement par le mari et la femme : le mari exerce souvent une profession séparée (comme celle de maître artisan), tandis que la femme tient la taverne98. Dans les fermes de taille moyenne, la famille produit des denrées – œufs, légumes, récoltes industrielles – pour le marché et c’est la femme qui dirige cette activité. Le mari a la responsabilité prioritaire, mais nullement exclusive, des quelques champs et se loue aussi comme journalier. Boutiquiers, maîtres artisans et paysans moyens partagent les inquiétudes des travailleurs salariés relatives aux prix du grain, car tous achètent du grain sur le marché.

  • 99 ADLA, B 2976. Nantes importe plus d’un million d’oranges en 1631.
  • 100 ADLA, B 6782, pièce 149 ; A. Croix, Nantes et le pays nantais, p. 202.

85Ces groupes intermédiaires prospèrent à la fin du xvie et au début du xviie siècle à cause de l’expansion du commerce local. La consommation d’une grande variété de produits – vin, oranges, poisson – augmente, et il est probable que la prospérité accrue de ce groupe médian est largement responsable de cette augmentation99. Les membres citadins de ce groupe versent en impôts des sommes énormes parce qu’ils peuvent se permettre de boire du vin, mais aussi parce qu’ils le font le plus souvent à la taverne, payant ainsi la taxe sur la vente au détail. Les travailleurs tombent aussi dans cette catégorie, dans la mesure où ils fréquentent les tavernes, urbaines et rurales. En 1625, dans le pays nantais, environ une personne sur 100 ou 150 tient une taverne ; c’est dans les petites villes comme Ancenis, où il y a trente-neuf tavernes pour une population de 2 000 habitants environ, que le pourcentage est le plus élevé, mais même des villages tels que Massérac ou Anetz comptent quatre tavernes pour une population de 500 à 650 personnes100.

  • 101 ADLA, B 6784.
  • 102 Voir détails au chap. iv.

86Un rare exemple d’énumération des clients d’une taverne, celle de Claude Marcan, tonnelier, et de sa femme, à la Fosse à Nantes, nous montre des hommes, âgés pour la plupart de 18 à 30 ans (l’âge est indiqué pour 10 sur 14), appartenant à nos deux groupes inférieurs et exerçant – pour la moitié d’entre eux – le même métier, celui de la chaussure101. Ces gens ont grandement intérêt à maintenir au niveau le plus bas les taxes sur l’alcool. Dans la Bretagne de l’ouest, ce but n’est pas atteint, car les devoirs sur le vin augmentent brusquement après 1620. A Rennes et à Nantes, les deux villes qui risquent de causer le plus de problèmes, des règlements spéciaux limitent les taxes sur les principales boissons de consommation populaire (le cidre à Rennes, avantage partagé par les autres villes de l’est de la province ; le vin nantais à Nantes, taxé selon un tarif plus bas qu’ailleurs)102. Politiquement parlant, ces gens sont protégés comme producteurs mais, hormis ceux de Nantes et des régions où l’on boit du cidre, ils sont lourdement taxés en tant que consommateurs d’alcool.

87Il y a quatre différences capitales entre ces deux groupes, par ailleurs si semblables. Premièrement, les petits paysans occupent des terres (et même dans certains cas en possèdent une minuscule parcelle). Deuxièmement, les petits paysans produisent une partie du grain qu’ils consomment, et sont donc moins dépendants de ce marché. Troisièmement, les petits paysans arrondissent souvent leurs revenus en effectuant à domicile à un travail de fabrication. Ils soutiennent la liberté du commerce – c’est-à-dire moins de restrictions imposées par les métiers sur la production – tandis que les boutiquiers des villes s’opposent en général à une liberté du commerce qui détruirait leurs monopoles. Quatrièmement, les paysans sont contre une hausse des impôts directs, car ce sont eux qui les paient ; les artisans sont contre des taxes plus élevées sur le vin, dont ils font les frais.

  • 103 J. Tanguy, « L’essor de la Bretagne ». Pour le fossé socio-culturel entre paysans et artisans, voi (...)
  • 104 ADLA, B 6663.

88Le troisième groupe, celui des riches paysans ou laboureurs, avec quelques métayers et tenuyers, ont des liens étroits avec le marché. Ils produisent très peu de grain pour le marché – il est vendu presque exclusivement par les propriétaires et par l’Eglise – mais ils produisent beaucoup d’autres denrées pour des marchés proches ou lointains. Il faut ici tenir compte des variations locales, parce que les paysans pauvres de certaines régions sont également liés à de tels marchés. Dans le Léon, par exemple, beaucoup de paysans produisent des toiles de lin, habituellement achetées par des marchands-paysans qui les revendent ensuite à Morlaix103. Dans le pays nantais, les paysans commercialisent la plus grande partie du vin : le système de bail, appelé complant, autorise les paysans à conserver soit les deux tiers, soit les trois quarts de la récolte ; ils vendent ce vin aux marchands nantais, qui l’exportent vers l’ouest de la Bretagne ou à l’étranger. Leur situation relève d’une sorte de mondialisation avant la lettre, dans la mesure où, ne produisant qu’une seule denrée, le vin, ils se retrouvent liés à un vaste marché international. Quand la demande décline, ils ont un grave problème. Un mémoire de 1645 met en évidence la nature de leur dépendance envers les marchands ; ils se plaignent de ne vendre leur vin qu’à très bas prix (et d’être forcés de le livrer à Nantes, plutôt que de l’acheminer, selon la coutume, par « eau portant » (voie fluviale), alors que les mêmes marchands leur fournissent du grain de qualité inférieure (graine de lin, avoine, orge, pois mélangés à du seigle) à des prix exorbitants104. La situation dans le Léon est tout à fait comparable ; lorsque le marché des toiles s’effondre à la fin des années 1680 et dans les années 1690, la région entame un spectaculaire effondrement économique et démographique.

89Les paysans riches peuvent aussi commercialiser d’autres denrées. Il semble probable, compte tenu des renseignements que nous avons concernant des élevages de bétail sur différents types de tenures dans la province, qu’une partie (sans doute considérable) du bétail vendu l’est par des paysans. L’arrangement habituel consiste à partager le croît du cheptel avec le propriétaire (qui a fourni le cheptel d’origine) ; on a vu quelle peut être l’importance du troupeau paysan avec l’exemple de la métairie de La Chapelle-aux-Moines. Les riches paysans, comme ceux de la catégorie moyenne, vendent aussi des denrées secondaires : volailles et leurs sous-produits, beurre, dérivés du bétail, lin et chanvre, fèves, quelques fruits (notamment dans la partie orientale de la province). Leurs intérêts économiques exigent des impôts indirects peu élevés parce que ce sont eux qui en paient la plus grande partie – 60 % dans une paroisse de taille moyenne. En tant que consommateurs, ils sont également assujettis aux taxes sur le vin et, dans les années 1660 et 1670, à des honoraires et des taxes juridiques de plus en plus élevés (car ce sont eux qui ont besoin de contrats). Ce groupe n’est pas lourdement imposé selon les critères français, mais c’est lui qui paie aussi une portion appréciable des taxes indirectes. Ces paysans sont également pressurés par des rentes plus fortes, spécialement les droits d’entrée à verser en liquide, dans la période 1620-60.

90Les marchands forment un groupe hétérogène, qui comprend à la fois des petits commerçants et des individus immensément riches à Nantes, Saint-Malo et Vitré. Pendant le xviie siècle les marchands les plus riches font le commerce des toiles, du grain et du vin, puis optent pour le commerce colonial après 1660 (d’où l’apparition d’un nouveau groupe de familles de négociants, du moins à Nantes). Les taxes sur le vin n’affectent pas l’exportation du vin vers l’étranger, souci primordial des Nantais, mais elles portent un préjudice sérieux à la consommation des vins de Nantes et d’Anjou en Basse-Bretagne. La chute brutale des exportations de ces vins, évidente après 1640 environ, reflète l’impact de la hausse des taxes à partir de 1635.

91Les marchands recherchent la protection du gouvernement, demandant que soit maintenue une marine de guerre puissante (surtout entre les années 1570 et 1620, afin de combattre les pirates rochelais) et que le gouvernement s’abstienne de toucher au commerce. Ils adressent requête sur requête aux Etats pour qu’ils interdisent de nouvelles taxes sur les fabrications, les exportations et les ventes, et ils obtiennent gain de cause dans la plupart des cas. Les marchands, et leurs alliés dans la bureaucratie financière (composée d’hommes souvent issus de familles commerçantes), tiennent aussi à ce qu’en Bretagne les fermes d’impôts demeurent entre des mains bretonnes. Ces fermes constituent une source substantielle de revenus, non seulement pour les individus directement concernés mais aussi pour ceux qui y ont investi les capitaux de base. Encore une fois, avec quelques exceptions (en particulier dans les années 1630 et 1640), les Etats parviennent à garantir l’accès des Bretons aux fermes d’impôts.

92Les intérêts des marchands sont généralement protégés quand ils sont compatibles avec le système socio-politique. Lorsqu’il y a conflit, comme dans le cas du choix entre impôts directs plus élevés et taxes sur la vente de vin au détail, les propriétaires ménagent leurs propres intérêts. A part les taxes sur le vin, la principale pomme de discorde est la libre exportation du grain à l’extérieur de la province. La région de Nantes est la seule à importer du grain à grande échelle, aussi cherche-t-elle à protéger ses approvisionnements en limitant les expéditions hors de la province ; les régions productrices de grain cherchent à étendre leurs marchés, aussi souhaitent-elles la liberté d’exportation. Sauf les années de famine sévère, ce sont les partisans de l’exportation libre qui l’emportent.

  • 105 J. Gallet, La seigneurie bretonne, p. 523-527.
  • 106 H. Sée, Les classes rurales, p. 62-69.
  • 107 J. Gallet, La seigneurie bretonne, p. 323 et suivantes.

93Et qu’en est-il des intérêts de l’élite dirigeante, c’est-à-dire des propriétaires fonciers, nobles ou roturiers ? Ils ont la haute main sur la possession des terres. Les chiffres que donne Jean Gallet pour dix-huit paroisses du Vannetais sont à cet égard saisissants : les paysans et leurs semblables détiennent seulement 11 % des terres en tenures, et les sieurs (nobles et roturiers) détiennent le reste, soit 89 %. L’éventail de la propriété paysanne va de zéro (Plumergat, 0 sur 130) à 47,6 % (10 sur 21 à Pluherlin), avec un groupe de sept paroisses à environ 5 % et un autre de six paroisses à 15 % environ105. Ces chiffres ne prennent pas en compte une grande partie des possessions des propriétaires, telles que moulins, métairies et manoirs. Les exploitations paysannes sont en général très petites. Henri Sée a découvert qu’au xviiie siècle la moitié de ces exploitations n’ont qu’une superficie de 5 journaux (un peu plus de 2 hectares) et que 80 à 90 % d’entre elles font moins de 10 journaux106. Gallet s’est aperçu, en examinant les ventes foncières dans le Vannetais entre 1480 et 1598, que la majorité des vendeurs (102 sur 193) sont des paysans, qui vendent de toutes petites parcelles. Bien entendu, les acheteurs sont des sieurs (dans 147 cas sur 193)107. Les chiffres de Sée et de Gallet laissent clairement entendre que si les paysans de Haute-Bretagne possèdent une part considérable des terres (généralement des parcelles minuscules), ceux de Basse-Bretagne ne possèdent quasiment aucune terre, en raison de l’usage étendu du domaine congéable.

  • 108 C. Colbert de Croissy, La Bretagne en 1665. Voir la liste de ces familles en appendice.

94Les propriétaires ne forment pas une catégorie homogène. On peut distinguer deux groupes principaux : ceux qui ont des droits féodaux, les seigneurs ; ceux qui n’en ont pas, les sieurs. Ces derniers sont principalement des personnes appartenant au système judiciaire (juges, hommes de loi, notaires), mais beaucoup de vieilles familles nobles possèdent des sieuries. Même parmi les seigneurs, il faut prendre soin de distinguer entre les riches, ceux qui sont moyennement fortunés, et les pauvres. Les rôles de capitation pour 1695 mettent en évidence des contrastes prononcés entre les différents degrés de la noblesse : ducs – 1 500 livres (classe 2) ; marquis, comtes, vicomtes et barons – 250 livres (classe 7) ; gentilshommes non titrés détenant des fiefs – 40 livres (classe 15) ; et gentilshommes non titrés sans fiefs – 6 livres (classe 19). Beaucoup de laboureurs sont plus lourdement taxés que les nobles de cette dernière catégorie, et on peut constater un extraordinaire éventail de différences au sein de la noblesse : les ducs paient 250 fois plus qu’un hobereau (proportion tout à fait raisonnable quand on considère les revenus globaux des ducs bretons). Bien qu’il soit impossible de fournir la moindre estimation ou le moindre décompte précis des revenus nobles au xvie et au début du xviie siècle, Charles Colbert de Croissy, le commissaire royal en visite en 1665, fournit une liste des plus grands nobles et de leurs revenus fonciers pour sept des neuf évêchés bretons (il laisse de côté Nantes et Rennes)108.

95Colbert de Croissy énumère quelque quarante ou cinquante familles dont les revenus fonciers atteignent 20 000 livres ou plus, ainsi que trente-cinq à cinquante autres dont les revenus fonciers dépassent 10 000 livres par an. Il n’entre pas systématiquement dans les détails concernant ceux dont les revenus n’atteignent pas 10 000 livres, quoiqu’il mentionne les noms d’une trentaine de ces familles et indique aussi qu’il y a trente à quarante autres familles de ce type dans l’évêché de Cornouaille et « beaucoup d’autres » dans les diocèses de la côte nord. Les personnes dont les revenus dépassent 30 000 livres possèdent un titre (marquis, baron, voire prince ou duc) ; leurs juridictions seigneuriales couvrent généralement de larges territoires (et ont dans leur ressort des cours seigneuriales de moindre importance) ; des membres de la famille sont ou ont été gouverneurs des villes de la région ou ont exercé à l’échelon local des commandements dans l’armée royale. Du fait qu’il n’inclut pas les évêchés de Rennes et de Nantes, la plupart des officiers royaux de rang supérieur ne sont pas mentionnés dans ce rapport.

  • 109 La famille des Rohan entreprend même des négociations en vue de mariages avec des familles souvera (...)
  • 110 Par fonction militaire nationale, il convient d’entendre une position dans l’armée royale, comme c (...)

96Parmi les familles les plus puissantes figurent certaines qui ont une stature nationale, ou même internationale : les Rohan, les La Trémoille109. Aussitôt derrière eux, on trouve les Rieux, les familles Rosmadec, Coëtquen, La Moussaye, Carman (Maillé), Cambout-Coislin, Coëtlogon, Guémadeuc, Goulaine, Avaugour et Boiséon. Certaines familles françaises, comme les Brissac ou les Vendôme, ont de grands domaines et servent en qualité de commandants militaires locaux (Brissac est lieutenant général, Vendôme gouverneur). Dans le groupe des quarante plus grandes familles de propriétaires, on en trouve cinq sur lesquelles il est difficile de connaître le moindre détail, et deux autres qui sont des officiers royaux de justice (des sénéchaux). Toutes les autres familles – trente-trois – occupent des fonctions militaires (nationales, provinciales, locales), et toutes, sauf quatre, jouent un rôle significatif aux Etats (voir appendice)110.

  • 111 C. Colbert de Croissy, La Bretagne en 1665, p.78, n. 5 (Coëtquen), p. 156, n. 44-5 (Boiséon), p. 1 (...)

97Ces familles se marient souvent entre elles : le comte de La Bellière (Boiséon), gouverneur de Morlaix, est le fils de Jeanne de Rieux, fille du gouverneur de Brest, et le mari de Françoise de Coëtquen, fille du gouverneur de Saint-Malo. Malo II de Coëtquen, frère de Françoise, gouverneur de Saint-Malo, épouse Marguerite de Rohan-Chabot. Dans les familles Rieux, Rosmadec et Rohan, les cousins pratiquent l’intermariage afin de conserver intacts les domaines familiaux. Le marquis de Locmaria, Vincent du Parc, épouse Claude de Nevet, issue de l’une des quarante familles ; elle est la veuve de Gabriel, marquis de Goulaine, membre d’une autre famille du clan111. Dans la famille Goulaine on épouse des Rosmadec et des membres d’autres vieilles familles nobles de premier plan, mais on conclut aussi des mariages arrangés avec les principales familles du Parlement et même avec l’une des filles de Gilles Ruellan, le parvenu financier devenu marquis.

98Ces familles se vendent aussi des terres. La famille de La Trémoille vend deux seigneuries dans l’évêché de Saint-Brieuc : Quintin, en 1638, aux La Moussaye ; Plélo, en 1663, aux Maurille de Bréhant (une autre des quarante familles). Les Rohan vendent le comté de Crozon à Sébastien de Rosmadec. Ces familles produisent aussi bon nombre des ecclésiastiques bretons de premier plan : Rosmadec, évêque de Vannes en 1665 ; Coatjunval, évêque de Quimper jusqu’en 1665 ; Coëtlogon, évêque de Quimper après 1665 ; Guémadeuc, évêque de Saint-Malo. Plusieurs autres familles, sur lesquelles Colbert de Croissy ne donne pas d’informations complètes, appartiennent aussi certainement à ce groupe : la famille de Lannion, dont deux membres sont gouverneurs d’Auray et de Vannes, et dans laquelle on se marie avec les Pontcallec ; la famille Visdelou, qui compte parmi ses membres Jacques, chevalier de l’ordre du roi et acquéreur de la seigneurie (plus tard châtellenie) de Hilguy, propriété des Rosmadec, et François, évêque de Léon et, plus tard, de Cornouaille.

  • 112 J. Lemoine, « La révolte du Papier Timbré ou des Bonnets Rouges en Bretagne en 1675 », Annales de (...)

99Les familles les plus puissantes possèdent toutes des justices seigneuriales supérieures ; certaines, telles les familles de Rohan, La Trémoille, Carman, Avaugour et Vendôme-Penthièvre, en possèdent plusieurs. En 1675, lorsque les paysans de Basse-Bretagne se soulèvent contre leurs seigneurs, les membres des quarante grandes familles prennent la tête des forces de l’ordre. En Cornouaille, le lieutenant du roi est le marquis de La Coste ; lorsqu’il est blessé, c’est le baron de Nevet qui le remplace. Les gouverneurs locaux sont Boiséon (Morlaix), Rieux (Brest), Lannion (Vannes), Kernezne (Quimper), Rosmadec (Nantes) et Coëtlogon (Rennes). Le marquis de Cludon commande la milice noble de Tréguier. A part Chaulnes, gouverneur de la province, l’individu le plus actif dans la lutte contre les paysans est Sébastien de Guémadeuc, évêque de Saint-Malo112. Certaines de ces personnes sont aussi les cibles directes des paysans : Madame de Rohan, à Josselin ; le marquis de Trévigny, dont le château de Kergoët est mis à sac par les paysans. Le marquis de La Coste est blessé par les émeutiers de Châteaulin ; ses propres paysans assassinent le marquis de Kersalaun, dont les revenus ne sont estimés qu’à 7 000 à 8 000 livres par Colbert de Croissy.

100Kersalaun est le représentant d’un groupe beaucoup plus nombreux, celui des propriétaires nobles dont les revenus n’atteignent pas 10 000 livres. Colbert de Croissy nomme huit de ces familles dans l’évêché de Saint-Brieuc et plus d’une douzaine dans celui de Dol. Il nous dit que « beaucoup d’autres » à Saint-Malo et dans le Léon ont des revenus de 4 000 à 6 000 livres ou moins, et qu’en Cornouaille trente à quarante familles remplissent ce critère. A Vannes, il divise la noblesse en deux classes, la première comprenant dix-sept familles (les Rohan, etc.) et la seconde vingt-deux (dont de nombreux parlementaires).

101On a nettement l’impression que la noblesse terrienne se compose de quatre (voire cinq) groupes distincts : 1) les très riches seigneurs régionaux, qui combinent de gros revenus fonciers avec le pouvoir seigneurial et une fonction militaire royale ; 2) une deuxième catégorie de familles situées juste au-dessous de ce niveau, dont les revenus oscillent généralement entre 20 000 et 30 000 livres, et qui ont moins de chances d’avoir une justice seigneuriale supérieure ou une fonction royale élevée ; 3) le monde des châtelains, avec des revenus annuels tournant autour de 10 000 livres et détenant des cours seigneuriales locales ; 4) les nobles plus pauvres, ceux qui ont un revenu annuel de 6 000 livres ou moins (quelquefois beaucoup moins, et ce groupe, dont certains des revenus ne dépassent pas 500 livres par an, pourrait constituer une cinquième catégorie au sein de la noblesse). Les parvenus les plus brillants, ceux qui accèdent au Parlement, intègrent les classes 2 et 3. Les parvenus vraiment hors du commun, comme Gilles Ruellan, utilisent leur argent pour s’acheter une place tout au sommet de la société bretonne : ses filles épousent un Brissac et un Goulaine, ainsi que des membres de trois autres clans puissants.

102Comment ces propriétaires fonciers obtiennent-ils leur argent ? Ils vendent du grain ; encore une fois, nous constatons, après Gallet, que la plupart de ceux qui approvisionnent en grains le négociant Gabriel Regnard, de Vannes, sont des sieurs, parmi lesquels plusieurs parlementaires et nobles d’épée. Il y a également trois prêtres et deux chanoines de Saint-Gildas-de-Rhuys. Ainsi donc, ce sont les propriétaires qui commercialisent les céréales. Ils ont toujours été partisans de la libre exportation du grain et hostiles aux taxes sur sa vente ou son transport maritime. On peut donc s’attendre à ce qu’ils soutiennent des campagnes contre La Rochelle, car les pirates de cette ville entravent le commerce avec un de leurs principaux clients, Bordeaux. En outre, les propriétaires vendent du bétail et un peu de vin.

  • 113 J. Gallet, La seigneurie bretonne, p. 361.
  • 114 D. Dessert, Argent, pouvoir et société au grand Siècle, Paris, 1984.

103Ils ont quelque intérêt au bien-être des paysans, car ils ont besoin d’obtenir de leurs tenanciers des revenus en argent comptant. Les droits d’entrée en liquide augmentent brusquement après 1620, atteignant souvent 100 livres dans le Vannetais ou le pays nantais113. Ces droits représentent une ponction importante sur les ressources financières des paysans ; il semble probable que les paysans aient été obligés d’emprunter de l’argent, souvent à des notaires, en vue de réunir la somme exigée, tout comme ils l’ont fait pour faire face aux affranchissements de 1638 et 1640 (voir chapitre iii). Les nobles, comme tout un chacun dans la France du xviie siècle, ont besoin d’argent liquide. Daniel Dessert soutient que, dans les cercles de la Cour, l’argent liquide est devenu une sorte d’obsession dans la seconde moitié du siècle, et la même chose est sans doute vraie dans la Bretagne de l’ouest114. Une grande partie des rentes foncières, surtout dans la partie occidentale de la province, est versée en nature – le propriétaire reçoit en général un tiers de la récolte brute – et commercialiser le produit est une occupation longue et coûteuse. Les droits d’entrée en liquide produisent un revenu immédiat et ne dépendent pas des vicissitudes de la moisson d’une année donnée.

  • 115 F.-N. Dubuisson-Aubenay, « Journal des Etats », p. 397-399, donne la liste des pensionnaires.

104Beaucoup de propriétaires arrondissent ces revenus avec de l’argent provenant d’autres sources. Les robins tirent des revenus de leurs offices, de la pratique du droit et de prêts d’argent. Beaucoup de nobles servent dans l’armée du roi, d’abord dans la compagnie d’ordonnance de Mercœur ou, plus tard, de Brissac, et ensuite dans le réseau de garnisons locales ou dans l’armée régulière des années 1630 et suivantes. Les grandes villes ont un gouverneur, qui a droit à un état et à des fonds versés par la ville. Les principaux officiers militaires reçoivent chaque année une pension assez importante des Etats (voir chapitre v), ainsi qu’un état accordé par le roi. Ces gens sont invariablement des nobles puissants, tels que le duc de Mercœur, le duc de Brissac, les membres des familles Rohan et Rieux, le baron (plus tard le duc) de Cambout-Coislin et le duc de La Meilleraye (cousins de Richelieu). Dans les années 1630, le lieutenant général (La Meilleraye) reçoit 18 000 livres par an des Etats et les lieutenants locaux (Brissac, Vertus, Pontchâteau, Rohan) entre 5 000 et 10 000 livres chacun. LesEtats essaient aussi d’aider les nobles de condition plus modeste : en 1636, Dubuisson-Aubenay donne le nom de ceux qui figurent sur la liste des pensionnaires, soixante-deux en tout, qui reçoivent entre 90 et 274 livres. La plupart de ceux qui sont ainsi aidés reçoivent 127 livres (quinze), 150 ou 163 (vingt), ou 200 livres (dix-sept)115.

  • 116 BnF, NAF, 21 878.

105Beaucoup de ces petits nobles reçoivent aussi de l’argent des grands seigneurs. En 1586, le duc et la duchesse de Mercœur versent des salaires et des pensions à un large éventail d’individus : quatre écuyers attachés aux écuries, quatorze « gentilles servantes », trois « filles de chambre », deux « femmes de chambre », des valets, et d’autres encore, perçoivent des salaires qui varient de quelques livres, pour le valet, à 200 livres chacune pour les « gentilles servantes ». Il s’agit en l’occurrence d’une grande maison, avec ses quatre cuisiniers, son sommelier, et de nombreux autres domestiques à demeure. Les comptes indiquent que la maison consomme plus de 42 000 litres de vin, ainsi que du beurre breton pour une valeur de 240 livres (pour l’achat duquel on dépêche à Rennes un domestique)116. Nous voyons ici une des autres façons d’augmenter ses revenus : servir dans une maison plus importante.

106Une fois de plus, comme dans les ménages des classes inférieures, il faut être conscient des possibilités dont jouit une famille à deux revenus. Quand le mari part faire la guerre, c’est la femme qui gère les domaines. Marie de Luxembourg, duchesse de Mercœur, assiste à la présentation des comptes par le trésorier et c’est elle qui les signe. Les femmes et les hommes occupent des emplois dans les maisons des grands, et reçoivent salaires, nourriture et, souvent, une pension. Le duc et la duchesse allouent une pension à la veuve de leur intendant (et lui font en outre un don de 6 000 livres), à divers nobles, hommes et femmes, et à des hommes de loi influents, tel l’avocat du roi au Parlement de Paris.

  • 117 BnF, Mss. Fr. 22 311, fol. 139-41. Reçoivent aussi une pension le secrétaire, la nourrice de son e (...)

107Beaucoup de nobles de haut rang ont des suivants qui appartiennent à la noblesse. A sa mort, en 1606, Magdelaine de Rohan lègue des sommes importantes à divers serviteurs : René Le Clerc, écuyer, son maître d’hôtel – 600 livres ; Louis Lemarne, écuyer – 600 livres ; damoiselle Magdelaine Blondeau – 1 000 livres ; damoiselle Françoise Le Clerc – 300 livres117. Les grands seigneurs – les Rohan, les Rieux, les La Trémoille et les autres familles d’envergure nationale – ont besoin de nobles des deux sexes pour remplir leur maison ; les petits nobles de la province ont besoin de ces emplois pour joindre les deux bouts. Les individus les plus puissants ont une position complexe vis-à-vis du gouvernement royal. Comme propriétaires fonciers, ils souhaitent maintenir la fiscalité royale directe au niveau le plus bas possible. Comme titulaires d’une pension royale (Henri III doit 75 000 écus à Mercœur en 1586 – soit à peu près 45 % de son revenu – bien que le duc n’en ait pas reçu la plus grande partie), ou comme pensionnaires et serviteurs de ceux qui perçoivent une pension royale, les nobles sont mal placés pour souhaiter que se tarissent les coffres royaux. Le roi et, sous son autorité, les Etats, déversent chaque année des dizaines de milliers de livres dans l’escarcelle des nobles, et cette somme ne cesse d’augmenter dans la première moitié du xviie siècle.

108Le lien politique unissant la Bretagne à la Couronne aux xvie et xviie siècles vise à protéger les intérêts partiellement contradictoires du groupe social le plus important, les propriétaires terriens. La Couronne appuie le solide contrôle exercé par les élites politiques sur la province. Ces élites se servent des institutions politiques existantes, notamment les Etats et le Parlement, en vue de protéger leurs intérêts, tant économiques et sociaux que politiques. L’un des moyens essentiels utilisés à cette fin est le système fiscal breton. Le roi exige de l’argent de la province, mais il permet aux élites politiques de déterminer la manière dont elles trouveront cet argent. Ce faisant, il leur permet d’influencer, au moyen de la politique fiscale, quelques-unes des directions qu’empruntera l’économie bretonne au xvie et, plus particulièrement, au xviie siècle. Ces politiques auront un profond impact sur la société bretonne, sur ses modes d’interaction et de domination, et aussi sur ses formes de mécontentement. Avant d’aborder l’examen des politiques poursuivies par les Etats, commençons par nous pencher sur ces modes d’interaction et de domination, afin de mettre en évidence le contexte social de la situation politique.

Notes

1 F.-N. Baudot, sieur du Buisson et d’Aubenay, Itinéraire de Bretagne en 1636, Nantes, 1898-1902, 2 vol.,t. ii, p. 241 (désormais cité comme Dubuisson-Aubenay, Itinéraire).

2 L’historien le plus important de cette école est Arthur de la Borderie, qui publia d’innombrables documents datant de la période ducale, ainsi que de nombreux articles sur cette même période. Ses opinions générales sont exposées dans son Histoire de la Bretagne (Rennes, 1896-1904), en six volumes, les derniers ayant été écrits par B. Pocquet.

3 H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967 ; A. croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles, Paris, 1981, 2 vol. ; J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, 1966, 2 vol. ; J.-P. Goubert, Malades et médecins en Bretagne, 1770-1790, Paris, 1974 ; J. Tanguy, Le commerce du port de nantes au milieu du xvie siècle, Paris, 1956.

4 A. Croix, La Bretagne, t. i ; R. Leprohon, Vie et mort des Bretons sous Louis XIV, Brest, 1984.

5 R. Leprohon, Vie et mort, tableau p. 195.

6 ADLA, B 12 871 ; C 415 ; C 696, numéro 26, cote 1. A. croix, La Bretagne, t. i, p. 152.

7 J. Collins, « The Role of Atlantic France in the Baltic trade : Dutch Traders and Polish Grain at Nantes, 1625-1675 », Journal of European Economic History, 19 4, p. 231-280 ; E. Trocmé et M. Delafosse, Le commerce rochelais de la fin du xve siècle au début du xviie siècle, Paris, 1952. A Bordeaux, voir, parexemple, AD Gironde, 6 B 213, registre de 1640, qui indique l’importance du commerce breton avecla ville. Le registre ne fournit les quantités que pour le vin, mais révèle souvent que des navires bretons arrivent chargés de beurre, de toiles, de sardines (et autres poissons), et de bois destiné à la fabrication de tonneaux. Sur le grain breton à Bordeaux, voir A. Leroux, Inventaire sommaire des registres de la jurade de Bordeaux, Bordeaux, 1916. Pour Saint-Malo, voir J. Delumeau et alii, Le mouvement du port de Saint-Malo, 1681-1720, Rennes, 1966.

8 A. Croix, La Bretagne, graphiques 31 et 32, t. i, p. 170-173. Sur le commerce des toiles, voir J. Tanguy, « L’essor de la Bretagne aux xvie et xviie siècles », dans Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, t. iii, La Bretagne province, 1532-1789, Morlaix, 1986, graphique p. 2. J. Tanguy et R. Leprohon (dans Vie et mort), donnent aussi d’importantes statistiques sur la croissance de la population dans le Léon.

9 H. Sée, Les classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la révolution, Paris, 1906, p. 371-373.

10 A. Croix, La Bretagne, cartes 12-14 (1667, 1696, 1770) et carte hors texte. Sur le développement antérieur de la population, voir J.-P. leguay, « Les fouages en Bretagne ducale aux xive et xve siècles », D.E.S., Rennes, 1961, p. 125-127. Jean-Pierre Leguay a découvert que, dans le Léon et à Saint-Brieuc, il y a davantage de feux dans les paroisses du littoral (59,3 et 56,7) que dans celles de l’intérieur (seulement 40,3 et 47). L’hypothèse d’A. Croix suit le principe méthodologique développé par G. Duby dans « La carte, instrument de recherche : les communes de France », Annales ESC, 195, p. 464.

11 ADF, 2 E 1501 ; A. Croix, La Bretagne, tableau 1, qui reprend les chiffres fournis par l’intendant Béchameil de Nointel. Son mémoire de 1696 a été publié par J. Bérenger et J. Meyer, La Bretagne de la fin du xviie siècle d’après le mémoire de Béchameil de nointel, Paris, 1976.

12 ADCA, B 10.

13 J. Kerhervé, F. Roudaut et J. Tanguy, La Bretagne en 1665 d’après le rapport de Colbert de Croissy, Brest, 19, p. 1 2. J. Bérenger et J. Meyer, La Bretagne de Béchameil de nointel.

14 ADLA, C 781, cote 5 ; ibid.. cote 2, sur les devoirs prélevés pour les bêtes vives.

15 F.-N. Dubuisson-Aubenay, Itinéraire, t. I, p. 5.

16 BnF, Mss. 22 330, fol. 679-700v (état de valeur) et Mss. Fr. 22 342, fol. 135-40v, pour 1533 et 1535. Pour 1503, ADLA, E 212 ; pour 1523, voir R. Doucet, « L’état des finances de 1523 », Bulletin Philologique et Historique du Comité des travaux Historiques, 1920, p. 3-120.

17 ADLA, 4 E II 20 ; 4 E II 98, fol. 276, 299, 302, 542, 565 ; 4 E II 1713, fol. 2 ; 4 E II 98, fol. 294, 345, 380 ; 4 E II 100, fol. 59,85. Ces matériaux ont été rassemblés par Jean Tanguy, qui me les aimablement communiqués.

18 ADF, 5 H 37 et ADLA, B 2976, registre du port pour 1631.

19 J. Tanguy, documents pour une histoire de Pleyben, communication privée.

20 ADLA, B 2976 ; J. Tanguy, « Le commerce nantais à la fin du xvie siècle et au commencement du xviie siècle », thèse de troisième cycle, université de Rennes, 1965.

21 ADIV, B 3276, taxe de glorieux avènement pour Louis XIII.

22 J. Tanguy, « Le commerce nantais », p. 214.

23 ADLA, C 780, cote 2 : le premier article est le beurre de Ploërmel, taxé à 16,67 d.m. pour 100 livres. La pancarte fait une distinction similaire pour ce qui est des toiles, mais les droits sont les mêmes.

24 P. Anger, « Cartulaire de l’Abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt », Bulletin de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. 39, 1909, p. 1-207. Voir aussi les matériaux publiés par H. Sée, « Un bail de métayage dans le pays de Rennes en 1537 », Annales de Bretagne, 1931, p. 297-300 et « Cheptels de métairies au début du xvie siècle », Annales de Bretagne, 1931, p. 523-524.

25 ADLA, H 2 5, cote 1 : quatre poulets à la Pentecôte, deux chapons à la Toussaint, et plantation fréquente de six jeunes pommiers ou poiriers.

26 ADLA, H 275, cote 3.

27 L. Merle, La Métairie dans la gâtine poitevine, Paris, 1956 ; exemples locaux dans ADLA, H 9, bail de 1613 à un métayer du Gavre ; H 275, cote 2 (Coudray), cote 3 (La Chapelle). Pour d’autres régions bretonnes, voir par exemple le prisage fait à Hennebont en 1634 : le paysan a deux boeufs, deux vaches, une génisse, un veau et un porc (ADM, B 2778).

28 ADLA, C788, pancarte des ports et havres.

29 Dom G.-A. Lobineau, Histoire de Bretagne, Paris, 1707, t. i, p. 521. Des accords similaires sont notés ailleurs par M. Jones, « Les finances de Jean IV, duc de Bretagne (1364-1399) », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 1972, p. 3. Voir aussi R. Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, Nantes, 1889-95, 5 vol., pièce 1133. Sur Josselin, pièce 2 525. Plus tard au xve siècle, pour des dons similaires, voir ADLA, B 2, fol. 116 (1462) ; B, fol. 111-13 (14 ) ; BM de Nantes, Mss. Fr. 1722, fol. 279 (1467) et 281 (1471). Les Rohan continuent d’avoir une taxe de ports et havres spécifique, qu’ils perçoivent encore dans la vicomté de Léon en 1549 : BM de Nantes, Mss. Fr. 1560 (13 octobre 1549) ; ADLA, C 788 sur les ports et havres. Je remercie Yair Seltenreich pour les renseignements et les pistes concernant la famille de Rohan.

30 R. Blanchard, Lettres, pièce 1 401.

31 J. Meyer, La noblesse bretonne, contient de nombreuses références aux revenus des nobles au xviiie siècle.

32 E. Trocmé et M. Delafosse, Le commerce rochelais ; A. Leroux, Jurade ; J. Collins, « The Role of Atlantic France in the Baltic Trade », pour l’intervention des Hollandais dans ce commerce après 1600.

33 Pour 1631, voir ADLA, B 2976 ; pour 1643, B 6685 ; pour 1644, B 12 901.

34 ADLA, B 8612 ; voir aussi, AM de Nantes, série FF (152, 154, etc.) pour d’autres citations ; AM de Nantes, HH 1 (années 1570, 1630, 1640, années isolées).

35 J. Meyer, La noblesse bretonne, p. 500.

36 ADLA, B 12 871 (1583), 715 (1613), 20 (1643) sur le domaine.

37 ADF, 5 H 115. Au début du xvie siècle, une autre abbaye voisine reçoit ses dîmes sous forme de blé (deux tiers) et d’avoine.

38 ADM, 38 G 5, région de Sarzeau.

39 ADM, B 2778, B 2780, B 2789.

40 AM de Vannes, HH I.

41 ADLA, B 6662. En revanche, en 1590 une enquête en date du 13 février découvre 200 tonneaux de seigle contre seulement 30 de froment, ainsi que 120 autres tonneaux enregistrés comme mélangés (AM de Nantes, FF 186).

42 ADLA, B 6649-6663. Un exemple parmi beaucoup d’autres : en B 6655, les enquêtes du 12 septembre, du 9 octobre et du 2 octobre 1634, révèlent que toutes les miches qui ne font pas le poids sont « du pain de chapitre » (du plus beau blanc) ou « tiré à sa fleur » (du pain de froment, plus gris que blanc). Toutefois, dans les années de famine, la majorité écrasante des importations concerne le seigle.

43 ADIV, I Bh ( mars 1631).

44 AM de Nantes, FF 1. Les exportations de Sauvaget déclenchent une émeute à Saint-Pol-de-Léon ( décembre 1630). Son bateau a à son bord 1 tonneaux de froment et 2 de seigle. En revanche, une liste de 23 autres navires, voguant vers Nantes dans le cadre de son effort pour ravitailler la ville, n’en indique qu’un seul, en provenance de Pont-Croix (près de Quimper), transportant du froment.

45 Sur Lisbonne, voir : J. Gentil da Silva, Stratégies d’affaires à Lisbonne entre 1595 et 1607, Paris, 1956, p. 125.

46 H. Lapeyre, Une famille de marchands : les ruiz, Paris, 1953, voir en particulier l’appendice pour les expéditions de grain.

47 C. Huetz de Lemps, « Le commerce maritime des vins d’Aquitaine », revue Historique de Bordeaux, 1965, p. 25-44, fournit un tableau accompagné d’un résumé clair des chiffres, empruntés à la monographie ultérieure de l’auteur sur le commerce bordelais. Nous pourrions aussi citer l’opinion d’Henri IV, qui écrit aux Etats de Bretagne en 1609 : « la plus grande partie des vins que se debittent aulx autres villes de lad. Province sont vins de gascoigne » (ADIV, C 3467). AD Gironde, série 6 B, détient les registres portuaires pour plusieurs années, et tous font peu ou prou la même description d’ensemble du commerce breton (à ceci près que le grain fait des apparitions sporadiques, en partie à cause de la demande locale fluctuante et en partie à cause des Hollandais).

48 A. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux avec les intendants des provinces, Paris, 1874, t. i, p. 1683-1699, pièces 10,980, 1072 (rapports datant de 1689, 1691 et 1692).

49 Ibid., pièce 638.

50 Les prix sont ceux de Nantes, bien qu’ils soient comparables à ceux de Vannes, Hennebont et Quimperlé. Pour cette dernière ville, en 1680, voir AM de Quimperlé, pièce 2.

51 J. Tanguy : « L’essor de la Bretagne ». C’est lors d’une visite guidée des enclos que Jean Tanguy m’a fait remarquer cette absence. Pour ce qui est de la commercialisation du grain par les propriétaires, laïques et ecclésiastiques, voir J. Gallet, La seigneurie bretonne (1450-1680. Le cas du Vannetais, Paris, 1983, p. 564-570 et, spécialement, le réseau d’achats de Regnard, négociant vannetais, tableau p. 566-567.

52 H. Bourde De La Rogerie, « Introduction », dans Inventaire sommaire des archives départementales du Finistère, série B, t. iii, Quimper, 1902.

53 Les requêtes de nouvelles taxes sont classées avec les documents de la Chambre des Comptes, ADLA, B 64-82, par exemple, B 69, fol. 30, renouvellement des droits de Vitré en 1610.

54 ADIV, C 2 64, assises des Etats de 1626.

55 F.-N. Dubuisson-Aubenay, Itinéraires, t. I, p. 9. Dans les évêchés de Dol, de Saint-Malo et dans une partie de celui de Rennes, les arbres fruitiers ont une telle importance qu’ils donnent lieu à un type spécial de bail, le bail à détroit, décrit dans J. Meyer, La noblesse bretonne, p. 679-683.

56 Ceci est une source constante de réclamations de la part des Etats sous Henri IV et au début du règne de Louis XIII. Voir les cahiers de ces années, ADIV, C 2750-2762.

57 J. Delumeau, Histoire de la Bretagne, Toulouse, 1969.

58 Voir ci-dessous, chap. iv et v pour plus de détails.

59 ADCA, B 1135.

60 J. Tanguy, « L’essor de la Bretagne », graphiques p. 27 et 51.

61 ADIV, G 274.

62 J. Delumeau et alii, Saint-Malo.

63 ADIV, C 3300.

64 A. Croix, La Bretagne, t. i, p. 148-50 et tableau 18.

65 ADLA, B 2641, vente de « terres vaines et vagues » en 1640-41, montre une gamme étendue d’acheteurs, le groupe le plus actif étant celui des robins, mais comprenant aussi d’autres citadins. Les marchands deviennent aussi très actifs dans la ferme des dîmes du pays nantais dans les années 1640 (G 244-245).

66 J. Collins, « The Role of Atlantic France in the Baltic Trade » ; J. Tanguy, dans La Bretagne province.

67 H. Bourde de la Rogerie, « Introduction », p. Clix, pour les pêches dans le nord ; H. Moret, Le Croisic, Rennes, 1917, p. 162, assure que ce port atteint son apogée sous Louis XIII.

68 J. Tanguy, documentation en vue d’une monographie sur l’histoire de Pleyben. Le professeur Tanguy m’a aussi montré plusieurs mémoires de maîtrise rédigés sous sa direction, qui ont utilisé cette méthode. Voir aussi, J. Tanguy, « L’essor de la Bretagne », graphiques de la p. 45. Concernant les tendances générales de la population française, voir J. Dupaquier, La Population de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 19 9. Pour la Bretagne, A. Croix, La Bretagne, t. I, ch. 3 ; pour le Languedoc, W. Beik, Absolutism and Society, p. 34. Le contraste entre le modèle économique breton et celui de la France dans son ensemble apparaît clairement dans E. Labrousse, dir., Histoire économique et sociale de la France, Paris, 1965, qui fait suite aux études locales de Goubert, Deyon et d’autres. Je ne suis pas entièrement d’accord avec leur description de la réalité française ; je soupçonne, pour ma part, que l’économie française dans son ensemble a connu une période de forte croissance de 1600 à 1640, et que le déclin débute alors (si l’on tient compte de légères variations ici et là) dans la quasi-totalité des régions, à l’exception de la Basse-Provence et de la majeure partie de la Bretagne. Pour la Basse-Provence, voir R. Baehrel, Une croissance : la Basse-Provence rurale (fin du xvie siècle-1789), Paris, 1961.

69 J. Tanguy, « Le commerce nantais », tableau XIX.

70 ADLA, B 9230.

71 J. Collins, « Atlantic France » et J. Collins, « Les impôts et le commerce du vin en Bretagne », Actes du 107e Congrès national des sociétés savantes, Brest, 1984, t. I, p. 155-168.

72 H. Le Carquet, « Le Cap-Sizun, la morue du Raz de Fontenoy », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t. xxxvii, 1908, p. 8-26.

73 J. Meyer, L’armement nantais au xviiie siècle, Paris, 1976 ; T. Le Goff, Vannes and its region in the Eighteenth Century, Oxford, 1981 (trad. fr. 1989).

74 Les montants des baux des fermes sont disponibles en plusieurs endroits : pour 1503, voir ADLA, E 212, pièce 20 ; pour 1533 et 1535, BnF, Mss. Fr. 22 330, fol. 679-700v et BnF, Mss. Fr. 22 342, fol. 135 ; pour 1578, ADLA B 60, fol. 183 et suivants, 232-7, 303-9v.

75 ADLA, B 2978, registre de la prévôté.

76 J. Tanguy, « Le commerce du port de Nantes au début du xviie siècle », tableaux en appendice, reproduits dans sa contribution « L’essor de la Bretagne », p. 27, p. 40-43 et p. 51.

77 ADLA, B 82, fol. 146-151 ; bail des ports en 1664 à un syndicat local dans ADLA, B 82, fol. 182-185 ; B 80, fol. 33v- v pour 1652, B 83, fol. 46v pour 1667.

78 ADLA, G 87.

79 J. Tanguy, « Le commerce du port de Nantes au début du xviie siècle », tableaux en appendices.

80 ADIV, C 2749 et suite, papiers des Etats. Armand Rebillon offre une description déroutante du petit devoir. A l’origine (1601), les Etats le lèvent pour financer la session supplémentaire du Parlement. Le prix – 27 500 livres – demeure fixe ; le montant à l’unité de la taxe perçue pour rassembler cet argent est autorisé à fluctuer. Après 1653, les Etats transforment le petit devoir en une lourde taxe sur le vin, impôt qu’ils ne cessent de « doubler » dans les années 1660 et 1670. En 1678, par exemple, le petit devoir est de 5,50 livres par pipe de vin importé (et à proportion sur le vin du cru de la province) ; les Etats ont même aliéné 26 sous par pipe en 1673 pour lever 600 000 livres.

81 Sur l’évolution du commerce du vin en Bretagne, voir : J. Tanguy, « L’essor de la Bretagne », p. 34. C. HueTz de lemps, « Le commerce maritime des vins d’Aquitaine de 1699 à 1716 », revue Historique de Bordeaux, 1965, p. 25-43, offre un tableau très utile des exportations de vins de Bordeaux pendant ces dix-sept années (qui résument les conclusions de l’auteur, présentées dans sa monographie ultérieure sur ce sujet). En 1691, l’intendant de Bordeaux affirme que la ville vend uniquement aux étrangers et aux Bretons (A. de Boislisle, Correspondance, pièce 710). Ce modèle de consommation est remarqué par le roi au début du xviie siècle : vin de Bordeaux à l’ouest, vin d’Anjou et vin nantais dans le Vannetais et la région de Rennes. Voir aussi J. Collins, « The Role of Atlantic France ». Les événements extérieurs, tels que les guerres de la Baltique, peuvent avoir un impact important sur les exportations de vin breton : le fermier des 5 sous au pont de Nantes sollicite une remise pour la fin des années 1650 en raison de « la guerre du nort qui auroit beaucoup contribué à l’anéantissement de lad. Ferme, ayant fait cesser le commerce et transport des vins aux royaumes de Suède, dannemarck, Pollogne et autres pays estrangers… » (ADLA, G 87, pièce 21).

82 AM de Hennebont, CC 2.

83 AM de Vannes, CC 3-10.

84 ADLA, B 9, fol. 193v-4 (bail de 1643) affirme qu’ils ont déjà reçu 1 600-1 700 livres. En 1642, le prix du bail est de 1 200 livres (B 78, fol. 3v-4). B 76, fol. 153, bail de 1634 pour 1 600 livres, affirme que le niveau antérieur le plus élevé a été de 1 700 livres.

85 C. Colbert de Croissy, La Bretagne en 1665, p. 179.

86 ADLA, B 9230.

87 J. Tanguy, « Le commerce de Nantes » ; J. Collins, « The Role of Atlantic France in the Baltic Trade », p. 239-2 0, tableau III : les recettes produites par les expéditions de sel tombent de 33,6 % du revenu total de la prévôté de Nantes en 1603 à à 21,6 % en 1631.

88 A. de Boislisle, Correspondance des contrôleurs généraux, pièces 417,1478. Pièce 1283, lettre de l’intendant de Bretagne, de Nointel, en février 1694, qui affirme que le prix du bail de 45 sous/barrique (un quart de tonneau) d’eau-de-vie passant par Ingrandes baisse de 25 846 livres en 1694 à 17 333 livres pour la période 1695-1710 (bail nouvellement signé en 1694, pour 15 ans). Ces chiffres auraient représenté 2 872 tonneaux d’eau-de-vie en 1694 et 1926 tonneaux en 1695. En revanche, Nantes n’exporte que 1 752,5 tonneaux d’eau-de-vie en 1728, l’année la plus forte au xviiie siècle (et le chiffre comprend à la fois eau-de-vie nantaise et eau-de-vie angevine) : P. Jeulin, L’évolution du port de Nantes, Paris, 1929, tableau 3 bis, p. 243.

89 ADLA, G 244-45.

90 ADF, 5 H 115 (Chambrières) ; ADM, G 43, G 131, 38 G 5 (Theix) ; ADM 38 G 5 (Suhiriac) ; ADF, 66 G 60 (Plouvara) ; ADF, 1 G 335 (Gourin).

91 ADLA, H 275, pièces 1-3 ; ADLA, G 244-245.

92 J. Gallet, La seigneurie bretonne, p. 360-361.

93 ADM, B 820.

94 p. Jeulin, L’évolution, tableau 3bis donne un bon résumé. Il estime que 80 % du sucre traité à Nantes et destiné au marché européen va en Hollande.

95 J. Tanguy, « L’essor de la Bretagne », p. 45 et 74. J. Tanguy, « La production et le commerce des toiles ‘Bretagne’ du xvie au xviiie siècle », Actes du 91e Congrès national des sociétés savantes, 1966, p. 105-141.

96 Prix et salaires : AM de Nantes, série CC, comptes de la ville, et DD, comptes de l’hôpital. BnF, Mss. Fr. 22 311, fol. 267-269, les travaux de réparations à Douarnenez en 1615-1617 montrent que maçons et charpentiers gagnent 12 sous par jour, les aides et les journaliers 10 sous par jour. L’hôpital ne paye que la somme misérable de sous par jour, plus le repas de midi dans les années 1650, mais le tarif habituel est de 10 sous la journée pour un travail non qualifié.

97 A. Croix, La Bretagne, p. 367. Le prix le plus élevé que j’ai trouvé pour du pain vendu à Nantes au xviie siècle est de 4 sous la livre en 1631.

98 ADLA, B 6782, pièce 72 ; J. Collins, « The Economic Role of Nantes in Seventeenth-Century France », French Historical Studies, 16-2, automne 1989, p. 436-470 ; détails p. 461-462.

99 ADLA, B 2976. Nantes importe plus d’un million d’oranges en 1631.

100 ADLA, B 6782, pièce 149 ; A. Croix, Nantes et le pays nantais, p. 202.

101 ADLA, B 6784.

102 Voir détails au chap. iv.

103 J. Tanguy, « L’essor de la Bretagne ». Pour le fossé socio-culturel entre paysans et artisans, voir J. Ménétra, Journal de ma vie, Paris, 19 2, qui contient beaucoup d’exemples de son mépris total pour les paysans. Le journal montre à l’évidence que pour Ménétra les paysans appartiennent quasiment à un ordre humain différent.

104 ADLA, B 6663.

105 J. Gallet, La seigneurie bretonne, p. 523-527.

106 H. Sée, Les classes rurales, p. 62-69.

107 J. Gallet, La seigneurie bretonne, p. 323 et suivantes.

108 C. Colbert de Croissy, La Bretagne en 1665. Voir la liste de ces familles en appendice.

109 La famille des Rohan entreprend même des négociations en vue de mariages avec des familles souveraines étrangères (Suède et Palatinat). Le système le plus sophistiqué de classification sociale que l’on trouve dans les ouvrages actuellement disponibles est celui de Roland Mousnier, exposé dans Les Institutions, volume I. Il donne aussi une explication détaillée de ses opinions sur les divisions sociales dans recherches sur la stratification sociale à Paris aux xviie et xviiie siècles (Paris, 1976, chap. 2). Pour les contemporains il est clair que les financiers et les officiers de justice constituent deux classes différentes. E.-M. Benabou, La Prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle (Paris, 19, p. 384), parlant de la police parisienne, affirme : « ‘L’épée, la robe et la finance’, est une distinction que font nos inspecteurs ». Sur les paysans, voir P. Goubert et D. Roche, Les Français et P. Goubert, La vie quotidienne des paysans français au xviie siècle, Paris, 1982. Il existe une quantité d’ouvrages sur les définitions marxistes – et par Marx lui-même – du concept de classe, et sur le conflit entre Marx et Weber à propos de ces définitions. W. Beik, Absolutism and Society, p. 6-9, spécialement note 3, p. 6-7, fournit une liste partielle des ouvrages pertinents. Marx lui-même a deux manières distinctes de diviser les classes en catégories générales, l’une au niveau théorique (bourgeoisie contre prolétariat) et l’autre plus analytique (comme dans Le 18 brumaire de Louis-napoléon).

110 Par fonction militaire nationale, il convient d’entendre une position dans l’armée royale, comme celle de maréchal de France (Brissac), ou un poste de lieutenant général ou de gouverneur de la Bretagne (Vendôme, Brissac, La Meilleraye) ; par fonction militaire régionale, celle de lieutenant particulier de Haute ou de Basse-Bretagne ou de Nantes ; et, par fonction militaire locale, la fonction de gouverneur d’une ville, ou un commandement royal temporaire (comme en 1675). Les renseignements concernant ces fonctions proviennent des notes accompagnant le rapport de Colbert de Croissy et de nos rencontres avec des personnages de ce type dans un large éventail de documents d’archives (tels ceux des Etats).

111 C. Colbert de Croissy, La Bretagne en 1665, p.78, n. 5 (Coëtquen), p. 156, n. 44-5 (Boiséon), p. 162, n. 72 (Locmaria).

112 J. Lemoine, « La révolte du Papier Timbré ou des Bonnets Rouges en Bretagne en 1675 », Annales de Bretagne, t. xii-xiv, 1894-96, p. 315-359, p. 523-550, p. 180-259, p. 346-40, p. 524-559, p. 109-140, p. 189-223, et p. 438-71. Les cinq dernières sections sont entièrement composées de documents, ainsi que les pages 197-259 du volume xiii. Sur Guémadeuc, voir par exemple son rapport à Colbert, document xciii, t. xiii, p. 394-400.

113 J. Gallet, La seigneurie bretonne, p. 361.

114 D. Dessert, Argent, pouvoir et société au grand Siècle, Paris, 1984.

115 F.-N. Dubuisson-Aubenay, « Journal des Etats », p. 397-399, donne la liste des pensionnaires.

116 BnF, NAF, 21 878.

117 BnF, Mss. Fr. 22 311, fol. 139-41. Reçoivent aussi une pension le secrétaire, la nourrice de son enfant, et le domestique qui tiendra compagnie à l’enfant pendant deux ans.

Notes de fin

a Compris dans le chiffre de Saint-Malo.

a Portions importantes de revenus aliénés.

b Réduction de 10 000 livres.

c Réduction de 10 000 livres.

d Importante réduction, montant inconnu.

e Partie des Cinq grosses Fermes, pas de bail séparé.

f Partie des Cinq grosses Fermes, valeur officielle estimée fournie par la Chambre des Comptes.

88 Un tonneau de vin d’amont contient environ 5 litres.

a Un tonneau de vin d’amont contient environ 775 litres.

a Les chiffres entre parenthèses sont corrigés en tenant compte des remises.

b En 1627, les Etats taxent pour la première fois le cidre et la bière.

c En 1639, les Etats taxent l’eau-de-vie pour la première fois.

d La manière de lever le petit devoir est changée en 1653, de sorte qu’il ne peut plus être utilisé pour établir un indicateur équivalent.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Indicateurs de population urbaine, 1425-1693 ; pourcentage de la population urbaine en Bretagne, par évêché.
Légende Sources : ADLA, B 12 871 ; C 415 ; C 696, n° 26, cote i.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21222/img-1.png
Fichier image/png, 6,6k
Titre Tableau 2. – Comparaison des décomptes de population et de feux : population en 1660 et décompte des feux, 1617, 1642 (en pourcentages).
Légende Sources : ADLA, B 3009 ; B 2990 ; A. Croix, La Bretagne, table 18a.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21222/img-2.png
Fichier image/png, 6,1k
Titre Tableau 3. – Evolution du commerce des toiles de lin à Saint-Malo, 1621-1706.
Légende Sources : ADIV, G 276-277.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21222/img-3.png
Fichier image/png, 10,0k
Titre Tableau 4. – Baux des ports et havres et de la prévôté de Nantes, 1606-72 (en livres).
Légende Sources : AD Loire-Atlantique, B 66-83, enregistrement des baux à la Chambre des Comptes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21222/img-4.png
Fichier image/png, 8,1k
Titre Tableau 5. – Expéditions de vin transitant par Nantes, 1613-1713.
Légende Sources : AD Loire-Atlantique, G 87 ; B 71, fol. 250 (1613) ; B 2976 (1631, cargaisons réelles) ; B 75, fol. 94v-95 (1663).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21222/img-5.png
Fichier image/png, 6,1k
Titre Tableau 6. – Evolution du grand et du petit devoir des Etats sur les vins (1610 = 100 ; le niveau de 1610 était un devoir de 10 livres/pipe pour assurer une recette de 400 000 livres).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21222/img-6.png
Fichier image/png, 5,7k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21222/img-7.png
Fichier image/png, 14k
Légende Sources : AD Ille-et-Vilaine, C 2765-86, tenues des Etats ; C 2940-2, 2930, 2969, 2980-2, comptes des Etats ; AD Loire-Atlantique, B 79-83, enregistrement des contrats des Etats et du roi.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21222/img-8.png
Fichier image/png, 10k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540