Version classiqueVersion mobile

De la toile aux chemins de fer

 | 
Charles Des Cognets

Chapitre XII. Un retraité fort actif

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

François-Louis Soubigou se retire donc en cette fin 1880 des affaires de travaux publics ainsi qu’il l’a annoncé, le 10 février précédent, verbalement à Victor Radenac, et par lettre écrite depuis Paris à son frère Jean-Pierre. À Plounéventer, il pourrait ne s’occuper que de ses terres, des labours et des ensemencements à faire, des engrais à répartir, ou de ses prairies, de leur irrigation, des animaux à soigner et à engraisser. À l’extérieur, il pourrait se contenter de ses fonctions électives, son fauteuil sénatorial et son siège au conseil général. Mais comme s’il ne savait pas rester coupé de la vie active, industrielle, commerciale, comme s’il avait une revanche à prendre sur le succès en affaires, il s’organise pour suivre et appuyer l’un de ses gendres, Laurent Boucher, qui prend la suite des opérations d’approvisionnement des haras et de l’armée à partir de la base de Guingamp.

Autre métier, autres risques

D’après Louis Colbert cette idée de « continuation du commerce de Guin...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search