Version classiqueVersion mobile

De la toile aux chemins de fer

 | 
Charles Des Cognets

Chapitre VI. Février 1848 : une révolution parisienne et romantique

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La journée du jeudi 4 mai 1848 est pour Paris, et pour toute la France, une journée exceptionnelle par l’ampleur et l’importance de la manifestation qui se déroule au Palais Bourbon. Il fait très beau. Ainsi que l’écrira le quotidien légitimiste L’Ami de la Religion sous la signature de son gérant, Adrien Le Clere, il y a « un de ces soleils à rendre possibles tous les gouvernements », comme si « le printemps venait d’arriver de province avec les nouveaux députés1 ». Certes, dans beaucoup de quartiers les parisiens vaquent, comme si rien n’était, à leurs occupations habituelles. Mais, aux alentours du pont de la Concorde, près de l’Assemblée nationale comme dans les rues et boulevards alentour, c’est la cohue où se mêlent vêtements populaires et tenues élégantes, le tout ponctué des couleurs vives des uniformes des gardes nationaux et des vivandières. Les places sont chères, en attente de la manifestation exceptionnelle et pacifique qui va avoir lieu. Une manifestation par laquelle,...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search