Desktop versionMobile Version

Police et migrants

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Caroline Douki
, 
Nicole Dyonet
, 
et al.

Les « périphéries » sous contrôle : espaces portuaires et frontaliers

La police et la surveillance de la frontière des Alpes-Maritimes de 1919 à 1939

Ralph Schor

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

1Département possédant avec l’Italie une longue frontière commune allant de la haute montagne à la Méditerranée, les Alpes-Maritimes hébergeaient dans l’entre-deux-guerres une importante population transalpine. Les Italiens passèrent en effet durant ces vingt ans de 75 000 à 100 000 personnes, soit les trois quarts des étrangers recensés et le quart de la population totale.

2La surveillance de la frontière, droit et devoir de l’État, s’imposait d’autant plus que l’Italie était régie depuis 1922 par le régime fasciste dont la philosophie politique s’opposait à la démocratie française et dont les intentions à l’égard du pays voisin étaient, selon les moments, incertaines ou franchement hostiles. Le gouvernement de Rome encourageait plus ou moins ouvertement les revendications irrédentistes que formulait le Parti national fasciste à l’égard du Comté de Nice, quitte, lorsque l’entente avec la France était recherchée, à se désolidariser en apparence des déclarations et des agissements les plus inamicaux. Quand les relations diplomatiques se dégradaient, la frontière et les villes du département devenaient le théâtre d’incidents plus ou moins graves.

3La vigilance paraissait également se justifier en regard de l’importance de la population immigrée et du poids politique qu’ainsi elle représentait potentiellement. Si la majorité des Italiens restait neutre, par indifférence ou par prudence, pour ne pas mécontenter les employeurs et les représentants de l’ordre, des minorités non négligeables effectuaient des choix politiques tranchés, à gauche ou à l’extrême droite avec les fascistes. Les activités politiques et syndicales se déroulaient d’autant plus facilement que la France, sans mettre les étrangers sur un pied d’égalité avec les nationaux, offrait à ses hôtes des libertés démocratiques appréciables, comme les libertés d’opinion et d’expression, les droits de réunion et de grève, d’adhésion aux partis et aux syndicats. Les Italiens jouissaient ainsi de possibilités d’action politique bien supérieures à celles qui leur étaient laissées dans leur pays d’origine, soumis à la dictature.

Une police adepte de la fermeté

4Les pouvoirs publics, du sommet à la base de la hiérarchie, affichaient leur volonté de surveiller les Italiens et le passage de la frontière, de réduire les activités politiques et de mettre en place une sévère répression.

5L’impulsion venait du ministère de l’Intérieur et, en général, ne s’appliquait pas seulement aux Alpes-Maritimes. Les ministres successifs, de toute opinion politique, surtout les radicaux, multiplièrent les instructions, publiques ou confidentielles, invitant les représentants de l’ordre à ne tolérer aucune agitation et à imposer aux étrangers une stricte neutralité. Dès 1924, par des circulaires datées du 20 septembre et du 8 décembre, Camille Chautemps demanda à la police de sévir, notamment par l’expulsion, contre les étrangers qui se livreraient à des activités politiques trop marquées. À son tour, Albert Sarraut, autre ministre radical, particulièrement énergique, rédigea des circulaires dont la plus explicite était datée du 6 octobre 1926 :

« Les libertés instituées et garanties par notre législation ne peuvent avoir pour effet de permettre à des étrangers de transporter sur notre territoire des luttes et conflits politiques de leurs pays respectifs et de porter ainsi atteinte à la tranquillité générale par des initiatives de violence ou des manifestations de provocation. Les étrangers qui reçoivent en France l’accueil le plus bienveillant ont tous l’impérieux devoir de se conformer aux principes de l’ordre public et de respecter scrupuleusement les autorités et les institutions du pays qui leur accorde une si libérale hospitalité […]. Je compte sur votre vigilance et votre fermeté pour assurer avec toute l’énergie nécessaire l’application de ces prescriptions dont l’importance ne saurait vous échapper ».

6Sarraut voulait tout particulièrement que les autorités locales surveillassent les activités et les publications des étrangers, fissent doubler d’une traduction française toute affiche qui ne serait pas rédigée dans la langue du pays d’accueil, interdisent le port en public d’insignes et d’emblèmes susceptibles de provoquer des réactions hostiles. Quelques mois plus tard, le 5 avril 1927, Sarraut, mécontent de ce que ses vœux ne fussent pas toujours exaucés, reprit les mêmes idées, cette fois à la tribune de la Chambre des députés. Avec le ton ferme qui le caractérisait, il déclara notamment :

  • 1 Journal Officiel, Débats de la Chambre, 5 avril 1927, p. 1192. Cf. Schor, R., L’Opinion française (...)

« Je vous le dis de la façon la plus claire et la plus nette : je ne veux pas briser les ouvriers étrangers, mais je ne veux pas qu’ils viennent faire la loi chez nous (très bien ! très bien !)… Chaque fois qu’ils essayeront de violer les lois du pays qui les hospitalise, ils me trouveront, moi et ma police, devant eux (applaudissements à gauche, au centre et à droite)1 ».

  • 2 Schor, R., « L’arrivée des juifs d’Italie dans les Alpes-Maritimes (1938-1940) », in Duroselle, J. (...)
  • 3 Lettre du 19 juin 1939, Archives départementales des Alpes-Maritimes (ADAM), divers, 90.
  • 4 Lettre du 24 juillet 1939, ibid.
  • 5 Télégramme du 30 août 1939, ibid.

7Revenu au ministère de l’Intérieur en 1938, Albert Sarraut s’efforça d’appliquer les mêmes principes. Il s’intéressa alors tout particulièrement aux Alpes-Maritimes. En effet, Mussolini, de plus en plus aligné sur son allié nazi, se lançait alors dans une politique antisémite et expulsait d’Italie les juifs étrangers qui croyaient avoir trouvé un havre dans ce pays2. Les malheureux essayèrent de passer en France. Mais le gouvernement, refusant de recevoir de nouveaux réfugiés après les Arméniens, les Russes blancs, les fuorusciti italiens, les juifs allemands, les Espagnols, les victimes de toutes les dictatures européennes, ferma la frontière. De nombreux passages clandestins eurent cependant lieu. Aussi, en juin 1939, Sarraut exhorta-t-il le préfet des Alpes-Maritimes à instaurer « une surveillance sans cesse plus stricte3 ». En juillet, il rappela qu’il fallait donner à toutes les polices du département des « instructions très strictes4 ». Le 30 août 1939, à la veille de l’entrée en guerre, il répéta encore, par un télégramme chiffré : « En raison circonstances, veillez plus que jamais à ce que services de police et gendarmerie assurent surveillance implacable5 ».

  • 6 Le Journal, 5 novembre 1934.

8Les autres ministres de l’Intérieur appartenant à la gauche suivirent la ligne tracée par Sarraut, tel le radical Paul Marchandeau qui déclara en 1934 : « Il est intolérable qu’on vienne faire de la politique chez nous6 ». Les ministres du Front Populaire ne firent pas exception et menacèrent d’expulsion les étrangers intervenant dans le débat politique et social. Les hommes de droite appelés place Bauveau, André Tardieu, Pierre Laval ou Marcel Régnier, ne sentirent pas la nécessité d’édicter des règles plus sévères et imitèrent leurs collègues de gauche.

9La sévérité exigée en haut lieu répondait parfaitement aux convictions des responsables situés aux échelons inférieurs. Les préfets et les policiers se montraient en effet convaincus que le maintien de l’ordre et peut-être même le salut de l’État exigeaient une stricte surveillance des étrangers. Les responsables justifiaient explicitement la rigueur qu’ils recommandaient.

10Les policiers pensaient d’abord que la vigilance s’imposait face à l’agitation sociale engendrée ou aggravée par les difficiles conditions de vie faites aux Italiens. En effet, les immigrés étaient souvent mal payés, exploités, relégués dans les emplois les plus ingrats et les plus précaires, exposés au chômage, mal logés. Le commissaire spécial de Villefranche-sur-Mer brossait un sombre tableau de l’habitat :

  • 7 Rapport du 10 juin 1925, ADAM, Rapports de police, 25.

« Les Italiens vivent dans une promiscuité déplorable. Ils cohabitent dans des locaux étroits, insuffisamment aérés où ils sont souvent deux à partager le même lit […]. Il s’agit de baraques en bois sans plancher, où gâtent une centaine de personnes des deux sexes, où les détritus s’accumulent, où pullulent les rats et la vermine7 ».

  • 8 Rapport du 12 septembre 1924, Archives Nationales (AN), F7 13 455.

11Le directeur de la police d’État de Nice comprenait que, dans ces conditions, la contestation s’exprimât : « La cherté de la vie est si pressante qu’elle autorise ceux qui en pâtissent à des demandes d’augmentation de salaires et de conditions de travail plus saines et moins dures8 ».

  • 9 Schor, R., « Les Italiens dans les Alpes-Maritimes 1919-1939 », in Milza, P., (dir), Les Italiens (...)
  • 10 Rapport du 24 novembre 1925, AN F7 13 245.

12Des facteurs politiques décisifs venaient encore renforcer la nécessité de la surveillance. En effet, la gauche transalpine transplantée dans les Alpes-Maritimes regroupait quelques centaines de militants, anarchistes, communistes, républicains, socialistes de diverses tendances, adhérents d’organisations progressistes comme la Ligue italienne des droits de l’homme, Giustizia e Libertà, l’Union populaire italienne9.Ces mouvementsse livraient à des activités antifascistes, plus ou moins légales. Certains hommes, comme Sandro Pertini, établi à Eze, animaient un poste émetteur radio clandestin à destination du public italien. D’autres préparaient des complots contre le Duce, recevaient des émissaires venus de la péninsule ou y envoyaient des agents. Les autorités françaises ne voulaient pas que les fuorusciti se servissent du territoire des Alpes-Maritimes comme base d’opération contre l’Italie proche et déclenchassent pour cette raison la colère de l’irascible Mussolini. Le commissaire spécial de Nice évoquait cette hypothèse : « Qu’un incident se produise à Nice ou à la frontière, fortuit ou provoqué, qu’un fasciste soit tué ou molesté en territoire français et nous aurons certainement de durs lendemains pour la diplomatie10 ».

  • 11 Schor, R., « Il fascismo italiano nelle Alpes-Maritimes 1922-1939 », Notiziario dell’Istituto stor (...)

13En face des fuorusciti, les autorités fascistes ne restaient pas inertes et soumettaient la population immigrée à une intense pression. Un étroit quadrillage consulaire avait été mis en place avec le consulat général de Nice, les vice-consulats de Cannes et Menton, les agences consulaires de Grasse, Antibes, Villefranche-sur-Mer et Beausoleil. Le personnel de ces bureaux était renforcé par des policiers et agents divers, camouflés en diplomates. De plus, dès décembre 1922, s’était formé à Nice un fascio qui connut une histoire agitée11, mais compta un millier d’adhérents en 1929 et 2200 en 1938. D’autres fasci furent implantés dans les principales localités du département. Les hommes qui appartenaient à ces services développaient auprès de leurs compatriotes une intense propagande pour entretenir le culte de la mère-patrie et de Mussolini, entraver les naturalisations présentées comme des trahisons. Dès 1920, avant même l’arrivée des fascistes au pouvoir, le commissaire spécial de Beausoleil, invité à donner son avis sur la création d’écoles italiennes en France, avait répondu négativement car il redoutait « une reprise de la propagande italienne dans notre région » ; il ajoutait :

  • 12 Rapport du 20 décembre 1920, AN F7 13453.

« Dans ce pays qui n’est français que depuis 60 ans ; où la colonie italienne représente une bonne partie de la population ;où de nombreux groupements, œuvres, associations, etc… s’efforcent de maintenir un état d’esprit italien et voisin de l’irrédentisme qui a toujours des partisans convaincus ; où quantité de familles françaises sont alliées à des Italiennes et ont des intérêts de chaque côté de la frontière, la création d’écoles italiennes à Beausoleil, servant de précédent pour la création d’écoles identiques sur tout le littoral, constituerait un réel danger au point de vue national et il semble qu’un tel projet doive être empêché non seulement en France, mais même dans la Principauté de Monaco12 ».

  • 13 Rapport du 23 novembre 1928, AN F7 13461.

14Les revendications insistantes présentées par les mussoliniens à partir de 1922 et leurs manœuvres plus ou moins visibles ne purent que renforcer ces craintes. Aussi, en 1928, le commissaire spécial de Nice, confirma-t-il : « Empêcher l’assimilation par la France de la masse des travailleurs qui viennent annuellement s’y fixer a toujours été une des principales préoccupations du gouvernement italien13 ».

15Pour conserver le contrôle de leurs compatriotes, les fascistes essayaient d’entraîner ceux-ci dans des activités politiques, culturelles, sportives et festives à forte connotation idéologique. Les récalcitrants étaient surveillés, filés, soumis à des provocations et à des chantages.

  • 14 Lucas, C., Un organe de presse fasciste italienne en France, Il Pensiero Latino (1925-1927), Mémoi (...)
  • 15 Gastaut, Y., La France de Nice et du Sud-Est. Quotidien niçois, 1926-1930, Ed. Serre, Nice, 1995.
  • 16 Lettre de Louis Malvy à Aristide Briand, président du Conseil, 20 avril 1926, AN F7 13457.
  • 17 Rapport du 25 septembre 1926, AN F7 13 458.

16Des faits précis venaient régulièrement alimenter les appréhensions nourries par les autorités françaises. Ainsi, de la fin de 1925 au début de 1927, les relations franco-italiennes furent marquées par un climat particulièrement lourd. Les fascistes publièrent alors à Nice un journal, Il Pensiero Latino, dirigé par Giuseppe Torre, porte-parole de l’irrédentisme, qui multiplia les attaques antifrançaises14. Une polémique violente se développa avec un quotidien radical, La France de Nice15. Les rédacteurs des deux journaux échangèrent des coups dans la rue. Les fascistes envisagèrent d’enlever Luigi Campolonghi, responsable de la page italienne de la France de Nice ; en guise de riposte, les amis de Campolonghi projetèrent de s’emparer de la personne du consul d’Italie à Nice. Tandis que les incidents surexcitaient la population, les autorités s’alarmèrent. Le ministre de l’Intérieur, Louis Malvy, craignait que les lecteurs du Pensiero, fanatisés, n’en vinssent à assassiner l’une des personnalités critiquées par le journal mussolinien ou que les antifascistes ne répliquassent par des attentats16. Le préfet des Alpes-Maritimes se disait atterré par cette « inconscience », ces « actes d’une incalculable portée17 ». Incidents plus isolés, mais révélateurs, des cris irrédentistes comme « Nizza nostra » ou « Terra nostra Nizza » étaient lancés pendant des cérémonies organisées par les autorités italiennes, par exemple en 1934, au pied du trophée de la Turbie lors d’une manifestation commémorant l’entrée en guerre de 1915.

17Les autorités françaises s’interrogeaient sur les moyens concrets par lesquels Mussolini essayerait d’obtenir le rattachement du Comté de Nice à l’Italie. Pendant les années 1920, le dictateur fut soupçonné d’ourdir un plan machiavélique : il encourageait l’émigration afin de rendre les Transalpins majoritaires dans la région où, parallèlement, il entretenait l’agitation en multipliant les incidents entre fascistes et fuorusciti. Il exigerait ultérieurement l’organisation d’un plébiscite pour que ses compatriotes, devenus plus nombreux et favorablement impressionnés par le calme régnant dans la péninsule, en contraste avec le désordre régnant dans le pays niçois, votassent pour un rattachement à la mère-patrie. Le préfet des Alpes-Maritimes résumait ainsi la situation :

  • 18 Rapport du 10 novembre 1924, AN F7 13 455.

« Nice est une terre irrédente, sur laquelle le parti au pouvoir jette un regard de convoitise. La peupler d’Italiens parmi lesquels serait noyée la population française, c’est créer un état d’esprit italien et c’est préparer pour plus tard un plébiscite18 ».

  • 19 Rapport du 1er février 1931, AN F7 13 030.
  • 20 Cf. Rapport du commissaire spécial de Nice, novembre 1925, AN F7 13245. Note anonyme au ministre d (...)

18Autre hypothèse, Mussolini pouvait s’emparer du Comté de Nice par la violence, au moyen d’une guerre car, comme disait le commissaire spécial de Beausoleil, « le fascisme ne s’embarrasse pas de vaines contingences19 ». L’importance de la population italienne vivant dans la région semblait propre à favoriser les projets belliqueux prêtés au Duce. Dans cette masse d’immigrés il pouvait facilement dissimuler des espions et des saboteurs qui, pour entraver la mobilisation française, au moment de l’entrée en guerre, détruiraient les voies de communication et les moyens de transmission. Les policiers attiraient l’attention de leurs supérieurs sur le fait que la surveillance de plusieurs dizaines de milliers d’Italiens constituait une tâche quasi irréalisable20. Cependant, même avec des moyens insuffisants, la vigilance ne devait pas se relâcher, comme l’exprimait un policier niçois résumant bien l’opinion de la plupart des fonctionnaires :

  • 21 Note de mars 1926, ibid.

« La politique générale du gouvernement fasciste étant nettement anti-française, il est de l’intérêt du gouvernement français de faire en sorte que les faisceaux et les autorités fascistes aient aussi peu d’emprise que possible sur les Italiens résidant en France21 ».

19Les policiers présentaient un dernier argument à l’appui de leur volonté de rigueur. Ils croyaient beaucoup en l’exemplarité des sanctions. Ils estimaient que les fraudeurs et les agitateurs hésitaient à passer à l’action quand ils se savaient exposés à une sévère répression. Le directeur de la Sûreté générale de Nice tenait à rassurer les employeurs toujours prêts à fermer les yeux sur le franchissement clandestin de la frontière pour s’assurer une main-d’œuvre abondante ; le policier, après avoir préconisé un refoulement impitoyable des individus dépourvus de papiers, concluait :

  • 22 Rapport du 22 octobre 1924, AN F7 13455.

« Loin d’être une cause d’appauvrissement de l’embauchage de la main-d’œuvre honnête, cette mesure appliquée fermement servira d’exemple utile aux réfractaires et assurera, au contraire, un recrutement régulier, sans heurts, sans difficultés, quand l’étranger aura constaté que, sur le modèle des autres pays, la France exige sans faiblesse des étrangers l’observation stricte de ses lois, en échange de la sécurité et du bien-être qu’elle leur donne22 ».

Une police très active

20La surveillance des Italiens, sur la frontière et à l’intérieur des Alpes-Maritimes, mobilisa les forces de l’ordre qui accomplirent une impressionnante œuvre de prévention et de répression.

21Au chapitre de la prévention, les policiers accumulèrent les renseignements les plus divers par les moyens de l’investigation classique et du contre-espionnage. Interrogatoires d’individus suspects, revues de presse, affiches, copie et traduction de lettres secrètement ouvertes, rapports remis par des informateurs infiltrés dans les milieux « sensibles », comptes-rendus relatifs à des filatures, des meetings et des manifestations organisés par les Italiens s’empilèrent dans les dossiers. Il semblait bien que les immigrés ne pouvaient se réunir, même dans un cadre semi-confidentiel, sans qu’un Français fût présent et transcrivît les propos échangés. De même, dès qu’une personne se signalait à l’attention, même de manière minime, a fortiori quand elle occupait des fonctions dans une organisation étrangère, elle inspirait la rédaction d’un curriculum vitae, parfois très détaillé, et entrait dans le fichier des suspects potentiels. Le passé de ces personnes, leurs propos, leurs agissements, leurs déplacements, leurs contacts avec les partis et les syndicats français étaient épiés. Les fonctionnaires français préparaient souvent des documents de synthèse faisant le point sur un groupe précis, adhérents d’une organisation, résidents d’une localité, employés d’une entreprise…

22La police contrôlait étroitement les fuorusciti et spécialement les communistes dont les projets révolutionnaires inquiétaient. L’évolution des relations, souvent conflictuelles, entre les diverses familles de la gauche émigrée était analysée avec attention. Les renseignements communiqués par les informateurs bien placés étaient recoupés. Les Français s’appliquaient non seulement à déjouer les attentats préparés dans les Alpes-Maritimes contre Mussolini, mais aussi à empêcher les manifestations pouvant viser les locaux consulaires ou une personnalité italienne de passage. En 1929, les autorités allèrent jusqu’à interdire la présentation d’un char humoristique représentant le Duce au carnaval de Beausoleil.

23La surveillance des locaux consulaires et du personnel s’avéra particulièrement étroite. Le plan des bâtiments et leurs affectations étaient étudiés, la qualité des visiteurs relevée. Les fascistes étaient éventuellement suivis et leurs contacts analysés. Certains personnages stimulaient le zèle des Français, ainsi le commissaire Lospinoso, officiellement vice-consul à Nice, en réalité chef de la police politique de 1928 à 1939, connu pour son habileté et sa francophobie.

24De manière apparemment inattendue, la police d’État de Nice entama dès 1927 avec le consulat général d’Italie une collaboration en matière de renseignement, pratique qui fut mise en évidence par une inspection des services administratifs effectuée en 1939. Malgré les réserves qu’inspirait le personnage, l’essentiel de ce travail fut accompli avec Lospinoso, arrivé à Nice en avril 1928. Le fasciste remettait aux policiers français des listes de noms comprenant quelques mentions d’état-civil et de brèves observations telles que « communiste », « terroriste », « dangereux », « à surveiller ». Il était demandé aux Français, en échange, de fournir des renseignements sur la situation pénale, familiale, professionnelle de l’intéressé, l’intensité de ses activités politiques, ses éventuels changements d’adresse, les occupations de sa famille.

  • 23 Vogel, M., « Une police à la frontière : la direction de la police d’État de Nice », in Schor, R. (...)

25Ces enquêtes, menées par la police française sur quelque 1500 personnes entre 1927 et 1939, apparaissent comme des marchés de dupes : les courtes notations transmises aux limiers niçois n’apprenaient rien à ceux-ci ; en revanche, les Italiens récoltaient de précieuses informations. Grâce à ces dernières, ils purent même, en deux occasions au moins, démasquer des individus qui travaillaient en fait pour les services français de contre-espionnage. Pourquoi une telle collaboration, inégale, fut-elle cependant poursuivie durant des années ? Il semble que les successifs directeurs de la police d’État de Nice, tous au courant, mais ignorants des détails, laissèrent faire par esprit de routine, peut-être pour préserver leur tranquillité. En effet, l’organisation du renseignement reposait sur un commissaire, chef de la Sûreté, parfait connaisseur du terrain local, efficace, donc influent et puissant. Les directeurs qui effectuaient un bref séjour à Nice, généralement en fin de carrière, s’appuyaient beaucoup sur ce policier. Or la probité de cet homme paraît sujette à caution : lui-même et les inspecteurs qu’il dirigeait étaient directement payés par le consulat d’Italie après les enquêtes et obtenaient des avantages personnels que leurs interlocuteurs transalpins pouvaient leur procurer, par exemple sous la forme de recommandations. Enfin, il est évident que la chasse aux fuorusciti stimulait particulièrement le zèle des policiers qui se consacraient aux enquêtes : ces fonctionnaires étaient en effet très engagés à droite, chez les Croix de Feu et au PPF de Doriot ; plusieurs affichèrent leur hostilité au Front Populaire23.

  • 24 Rapport du 19 septembre 1924, ADAM, versement du cabinet du préfet, 1er juillet 1950.

26La répression égalait en ampleur l’action préventive. Cependant, même si on ne peut écarter l’hypothèse que les contrevenants aient parfois reçu des coups, il semble que la police évitait les brutalités physiques. En tout cas, le directeur de la police d’État de Nice se flattait en 1924 de donner à ses subordonnés des instructions leur interdisant toute violence, « pas plus de parole que de geste24 ».

27En revanche, les autorités ne se privaient pas de dissoudre les associations dont les activités apparaissaient dangereuses ou incompatibles avec la réserve exigée des hôtes de la France. Les imprimés, livres, brochures, journaux, affiches, édités en France ou amenés d’Italie, étaient souvent saisis.

  • 25 ADAM, V M 5.
  • 26 Cf. Arrêts de la Cour de Cassation, 15 novembre 1934 et 19 octobre 1938. Livian, M., Revue pratiqu (...)

28Toutes ces mesures entravaient ou même paralysaient l’action des immigrés. Mais la police allait au-delà en procédant à des arrestations et à des expulsions, pour des raisons diverses : participation à un défilé ayant engendré du désordre, propos prononcés lors d’une réunion politique, responsabilités prises pendant une grève, comme ce fut le cas pour un groupe d’Italiens à la Compagnie du Gaz de Nice en février-mars 192125. Les individus jugés coupables s’exposaient à diverses sanctions, telles que des peines de prison et des mesures administratives débarrassant le territoire national de leur présence. Le refus de séjour consistait à ne pas délivrer de carte d’identité à un indésirable, contraint ainsi au départ. Le refoulement aboutissait au même résultat par retrait ou non-renouvellement de la carte d’identité. L’expulsion consistait à raccompagner de force l’étranger à la frontière. Les tribunaux n’intervenaient pas dans ces décisions considérées comme des mesures de police et d’ordre public, de nature strictement administrative. Les individus concernés n’avaient pas à présenter leur défense ou à connaître les raisons de l’ostracisme qui les frappait26.

29La résolution de la police apparut très forte en 1926-1927, quand les habitants des Alpes-Maritimes s’alarmèrent des campagnes irrédentistes du Pensiero Latino, du redoublement des incidents de frontière, des brimades infligées aux cheminots français à Vintimille. Tandis que le gouvernement, pour rassurer la population, envoyait à Nice des troupes et des navires de guerre, la police mettait en évidence les liens que Torre, directeur du Pen-siero, entretenait avec un agent provocateur nommé Canovi. Plus spectaculaire encore, la police put prouver qu’un hôte illustre de Nice, Ricciotti Garibaldi, petit-fils du héros des deux mondes, héritier d’une tradition héroïque, antifasciste reconnu et militant, chef de Légions qui devaient envahir l’Italie pour renverser Mussolini, était en fait l’agent grassement stipendié du Duce. En effet, Garibaldi faisait arrêter par la police italienne les fuorusciti qu’il envoyait, nantis de documents compromettants, en mission secrète dans la péninsule. Il avait également monté une machination compliquée pour déconsidérer la France aux yeux de l’Espagne en faisant croire à ce pays que le gouvernement de Paris aidait les séparatistes catalans.

  • 27 L’Humanité, 6 novembre 1926.

30L’arrestation de Garibaldi, le 4 novembre 1926, stupéfia l’opinion et laissa incrédule la gauche qui préféra incriminer la persécution déployée par la France bourgeoise contre un champion de l’antifascisme. Mais les preuves de la culpabilité de Ricciotti s’accumulèrent ; celui-ci avoua ses multiples trahisons, permit l’arrestation de ses complices et fit pâle figure à son procès qui eut lieu en janvier 1927. Cette « fripouille embusquée derrière un nom rouge », comme disait amèrement Paul Vaillant-Couturier27, fut condamnée et expulsée, de même que Torre et Canovi, tandis que le Pensiero Latino était interdit, ce qui ramena l’ordre dans la région.

  • 28 Rapport du 1er juillet 1939, Adam, Rapports de police, 59.

31Les forces de l’ordre administrèrent de nouvelles preuves de leur résolution en 1938-1939, quand l’Italie fasciste, désireuse de se débarrasser des juifs étrangers vivant sur son territoire, organisa le franchissement clandestin de la frontière française, avec l’aide de miliciens et de contrebandiers italiens promus exécutants de la politique officielle. Les autorités françaises ne voulaient pas accueillir de nouveaux réfugiés, d’autant, observait le commissaire spécial de Nice, que le spectacle de ces personnes, pauvres et mal mises, risquait « d’amoindrir la réputation de la Côte d’Azur28 ». Les fugitifs commencèrent par entrer en France par les sentiers montagnards du haut pays des Alpes-Maritimes. Les gendarmes qui interceptaient les clandestins refoulaient ceux-ci en Italie. Les malheureux tentaient un autre passage la nuit suivante. S’ils étaient à nouveau arrêtés, ils se trouvaient reconduits à leur point de départ. Des groupes de juifs furent ainsi ballottés des deux côtés de la frontière durant plusieurs jours ou, ne pouvant pénétrer dans aucun des deux pays, condamnés à camper en plein air, malgré les intempéries. De janvier à juin 1939, les seuls policiers en poste à Menton surprirent 575 clandestins dont 414 furent immédiatement refoulés et les autres déférés devant les tribunaux. La vigilance des gendarmes français redoublant, les Italiens essayèrent, avec peu de succès, de camoufler les juifs en touristes. Comme le franchissement terrestre se révélait de plus en plus difficile, les fascistes organisèrent des passages nocturnes par la voie maritime. Des embarcations peintes en gris, pilotées par des pêcheurs ou des contrebandiers, chargeaient moyennant finances quelques dizaines de juifs et les déposaient sur des points déserts de la côte française.

32Pour sauver la région du péril dont on la croyait menacée, le préfet des Alpes-Maritimes obtint l’envoi de renforts composés de 14 pelotons de la Garde mobile et de 77 gendarmes appartenant aux brigades frontières que le gouvernement Daladier venait de créer. Les gendarmes et deux pelotons furent disposés dans la montagne, entre Fontan et Menton. Les douze autres pelotons furent échelonnés le long de la côte en 24 postes fixes diurnes et 96 nocturnes. Les douaniers apportèrent leur aide. En mer, des bâtiments de la Marine nationale et des gardes-pêche effectuèrent des patrouilles et n’hésitèrent pas à tirer au canon à proximité des barques de fugitifs, pour les effrayer et décourager les débarquements. La presse locale, en l’occurrence l’Éclaireur de Nice, releva le zèle des policiers :

  • 29 L’Éclaireur de Nice, 2 juillet 1939.

« Depuis la fin janvier, les brigades de gendarmerie du secteur de Menton sont littéralement sur les dents. La surveillance qu’elles effectuent de concert avec la Garde républicaine mobile en ce qui concerne les étrangers en situation irrégulière n’a pas été relâchée un seul instant. Jour et nuit ces vigilantes gardiennes de l’ordre public ont témoigné d’une activité peu commune29 ».

33On peut se demander si le zèle des policiers s’appliquait uniformément aux fascistes et aux hommes de gauche. D’une manière générale, la répression frappait beaucoup plus durement les progressistes, surtout les communistes. Cette sévérité sélective des sanctions procédait de facteurs pratiques plus qu’idéologiques. En effet, les fascistes, protégés par leur consulat et pouvant, en cas de besoin, se réfugier rapidement chez eux grâce à la proximité de la frontière, recevaient moins de coups. En outre, une partie de leurs agissements n’était pas sanctionnée par la loi : le code pénal ne prévoyait pas de châtiment pour un Italien qui prêchait contre l’assimilation de ses compatriotes et organisait des colonies de vacances dans la péninsule. En revanche, les militants de gauche, exilés d’Italie et ennemis du gouvernement en place à Rome, étaient abandonnés à eux-mêmes. Quant aux agitateurs révolutionnaires, dont le seul protecteur était la lointaine URSS, ils se mettaient plus souvent que les autres dans l’illégalité et ainsi s’exposaient davantage à la répression.

Les limites de la fermeté

34La fermeté voulue et pratiquée trouvait deux séries de limites, celles que les pouvoirs publics s’imposaient motu proprio et celles auxquelles ces mêmes pouvoirs publics étaient contraints.

  • 30 Circulaire du 29 décembre 1934. Cf. Journal Officiel, Débats de la Chambre, 19 février 1935, inter (...)

35Les autorités acceptaient d’abord de tempérer leur rigueur pour des raisons de principe. En effet, la France, restant ancrée dans le camp des démocraties, se devait de respecter les droits de l’homme, de défendre les libertés, de renoncer aux sévices, pour ne pas se ravaler au niveau des dictatures qu’elle dénonçait. La sauvegarde du droit d’asile, « la tradition d’hospitalité de la France », si souvent invoquée, faisait naturellement partie de ces principes que les pouvoirs publics devaient respecter. Même si l’ouverture du territoire national aux réfugiés politiques se révélait souvent étroite et conditionnelle, la France restait une grande terre d’asile qui n’imposait pas à ses hôtes un carcan comparable à celui des régimes autoritaires. Le gouvernement rappelait que toute expulsion était justifiée par un délit caractérisé. En 1934, le conservateur Marcel Régnier, ministre de l’Intérieur, interdit que des renseignements concernant les réfugiés fussent transmis aux diplomates étrangers30, instruction qui fut manifestement ignorée par les policiers niçois.

36Les autorités françaises modéraient parfois leur attitude à la suite de démarches ou de pressions effectuées par les élus, les organisations politiques, syndicales, humanitaires ou religieuses. Ces interventions permettaient dans certains cas de régulariser la situation d’un immigré, de hâter sa naturalisation, d’obtenir l’annulation d’une expulsion ou un sursis.

37Des raisons d’ordre diplomatique convainquaient aussi les Français de se montrer tolérants. En effet, toute décision globale et sévère affectant les Italiens pouvait susciter de la part de Mussolini une mesure de rétorsion encore plus dure contre les Français vivant dans la péninsule.

  • 31 Rapport du 3 juillet 1939, ADAM, divers, 90.
  • 32 Rapport du 27 août 1939, ADAM, Rapports de police, 59.
  • 33 L’Éclaireur de Nice et le Petit Niçois, 23 août 1939.

38Enfin, à la lumière de divers incidents, on constate que les Français n’avaient pas tous le cœur endurci et ne restaient pas insensibles au malheur d’autrui. Ainsi, en juillet 1939, deux douaniers français en poste à Vintimille eurent pitié d’une juive enceinte qui essayait d’entrer clandestinement dans les Alpes-Maritimes. Ils intercédèrent pour elle auprès de leurs collègues policiers qui, inflexibles, les dénoncèrent et les firent sanction-ner31. En avril 1939, des gendarmes, voyant revenir, exténués et molestés par les miliciens italiens, un groupe de seize personnes déjà refoulées la veille, n’eurent pas le courage de les chasser encore et préférèrent les confier au parquet32. À la même époque, des gardes mobiles qui avaient intercepté une vingtaine de juifs venus d’Italie en canot et essayaient de les renvoyer par la voie maritime, n’osèrent accomplir leur mission après que trois des fugitifs, ayant tenté de se suicider plutôt que de repartir, eurent été difficilement maîtrisés33.

39La fermeté de la répression se trouvait également limitée pour des raisons extérieures à la volonté des pouvoirs publics. Ceux-ci ne disposaient pas toujours des moyens qui leur auraient permis de se montrer plus rigides. En effet l’organisation administrative présentait des défauts. Les policiers, notamment ceux qui s’occupaient des contrôles frontaliers, les inspecteurs du travail, les employés du service des naturalisations n’étaient pas assez nombreux. Les crédits, les locaux, les véhicules qui leur étaient affectés se révélaient insuffisants. Certains fonctionnaires se montraient incompétents ou vénaux. Il en résultait des retards dans l’instruction des dossiers, la vente de faveurs, de passe-droits ou de renseignements, au total un sérieux encouragement à l’illégalité.

  • 34 Olivesi, D., Virgile Barel, 1889-1979. De Riquier à la Crimée française, Ed. Serre, Nice, 1996.

40Les pouvoirs publics se heurtaient aussi à la solidarité qui liait les immigrés et les organisations françaises de gauche, surtout le Parti communiste. Celui-ci fournissait de grands efforts pour attirer les étrangers dans ses rangs, les discipliner et les pousser à l’action. En échange, le parti assurait à ses adhérents et sympathisants une protection, parfois une aide matérielle. À Nice, Virgile Barel, militant communiste depuis 1920, élu député en 1936, tenait une permanence réservée aux Italiens, les secondait dans leurs démarches, demandait l’adoption d’un statut qui leur fût favorable34.

  • 35 Schor, R., L’Attentat des Lilas blancs, Mesclun, 1992, n° 18.

41À cela s’ajoutaient l’habileté et la ruse des étrangers qui s’entraidaient, trouvaient mille astuces pour tromper les forces de l’ordre et, en cas de nécessité, plongeaient dans la clandestinité. Des règlements de comptes, des bagarres, des attentats entre Italiens restèrent mystérieux et impunis. Ainsi, l’individu qui, ayant lancé une bombe sur un groupe d’anciens combattants fascistes le 1er septembre 1929, causa trois morts et quatorze blessés ne fut jamais retrouvé, malgré l’intensité des investigations policières35.

42Enfin, il se révélait très difficile de surveiller étroitement toute l’étendue de la frontière franco-italienne. Il était impossible de placer un gendarme au débouché de chaque sentier de la montagne ou sur chaque point du littoral. Les franchissements clandestins, avec de faux papiers qui ne furent pas décelés ou à la suite d’un cheminement discret par un itinéraire non surveillé, furent nombreux. Les autorités reconnurent qu’en 1938-1939, la présence de policiers dans le haut pays et sur la côte, ainsi que les patrouilles effectuées par les navires de guerre, n’empêchèrent pas l’entrée de juifs étrangers dont le nombre resta inconnu.

***

43Le maintien de l’ordre politique et social constituait une préoccupation prioritaire et constante pour toute la hiérarchie policière, du ministre de l’Intérieur jusqu’aux simples exécutants. Cette mission apparaissait d’autant plus délicate à réussir que les Alpes-Maritimes constituaient un espace frontalier dans lequel toute décision ou tout événement pouvait entraîner d’importantes répercussions diplomatiques. Voilà pourquoi s’imposaient une grande fermeté dans la répression des agissements anti mussoliniens, un certain doigté dans les relations avec les officiels du corps consulaire, une vigilance toujours en éveil à l’égard des projets fascistes relatifs au Comté de Nice. Quand survenait une période de tension dans les rapports franco-italiens ou une crise majeure, ainsi en 1926-1927 au moment de l’affaire Garibaldi-Torre ou en 1938-1939 avec l’expulsion des juifs étrangers d’Italie, les autorités savaient prendre leurs responsabilités, sans chercher à ménager coûte que coûte le pays voisin, même si le risque d’une guerre déclarée par le gouvernement de Rome n’était jamais oublié.

44Cette attitude de fermeté dans le maintien de l’ordre intérieur et de vigilante diplomatie à l’égard de l’Italie était toujours conciliée avec le respect proclamé des principes du droit et d’humanité dans le traitement des personnes. La République, fidèle aux idéaux de 1789 et fière de sa réputation de lieu d’asile pour tous les persécutés du monde, voulait présenter une image positive.

  • 36 Rapport du 24 septembre 1929, ADAM, 6924.
  • 37 Rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, ibid.

45La volonté de fermeté se conciliant avec la soumission aux règles juridiques et la défense des droits de l’homme s’incarnait-elle dans la pratique ? Les policiers se flattèrent constamment d’avoir maintenu l’ordre dans les Alpes-Maritimes. Ainsi le commissaire spécial de Menton observait en 1929 : « Il n’existe actuellement à Menton aucun anarchiste ou communiste étranger qui, par ses propos ou son attitude, puisse être considéré comme dangereux pour l’ordre public ou la sûreté nationale36 ». Le préfet des Alpes-Maritimes confirma en 1936 : « La majeure partie de ces étrangers se tiennent à l’écart des affaires de notre pays37 ».

46Il est incontestable que la sévérité de la répression jouait un grand rôle dans la réserve où se tenaient les Italiens, peu désireux de perdre leur emploi ou d’être expulsés. Mais la peur n’expliquait pas seule le calme qui régnait dans les Alpes-Maritimes. Les Italiens venus dans la région cherchaient en priorité à améliorer leur condition matérielle. Aussi réservaient-ils le gros de leurs efforts au travail et non au militantisme. Ceux qui s’élevaient dans l’échelle sociale, atteignaient une honnête aisance, acquerraient une propriété ne voulaient pas mettre ces avantages en péril par des agissements subversifs. Dans ces conditions, la sauvegarde de l’ordre résultait à la fois d’une application ferme de la législation républicaine et d’une adaptation progressive des Italiens au milieu français.

47Il était un autre domaine dans lequel la théorie ne rejoignait que partiellement la réalité : le comportement des policiers. De ces derniers on peut esquisser un portrait de groupe. Trois catégories de fonctionnaires s’individualisaient dans le département. La préfecture et la direction de la police d’État de Nice formaient le sommet de la pyramide. De là venaient les incitations à la fermeté, celle-ci étant exigée en première instance par le gouvernement, fermeté alliée au respect du droit, à la répudiation de la violence, même verbale. Les chefs faisaient également preuve d’une certaine compréhension face aux difficiles conditions de vie des immigrés, lesquelles pouvaient parfois expliquer l’agitation sociale. Il semble cependant que les hauts responsables de la police dirigeaient leurs services d’une manière prudente et routinière, qu’ils ne se préoccupaient guère des détails d’application et laissaient une large initiative à leurs subordonnés.

48À un deuxième palier se situaient les responsables intermédiaires, notamment les commissaires spéciaux, le chef de la Sûreté et ses adjoints. Ces fonctionnaires répercutaient fidèlement les instructions données par leurs supérieurs et, en particulier, se montraient totalement en accord avec les consignes de rigueur. Leur bonne connaissance du terrain, des singularités d’un département frontalier, du milieu immigré, des habitudes du personnel consulaire, des rapports complexes qu’entretenaient entre eux les fuorusciti, rendait leur action efficace. Ces hommes affichaient une forte volonté de réprimer toute effervescence venue de la gauche ou des fascistes. Cependant, force est de constater qu’ils ménageaient davantage ces derniers. Il se révélait certes plus difficile de sévir contre les porteurs de chemise noire puisque leurs agissements, ainsi l’emprise qu’ils voulaient garder sur l’esprit de leurs compatriotes, tombaient moins souvent sous le coup de la loi ; les fascistes bénéficiaient aussi d’une protection consulaire et de la proximité de la frontière. Mais on ne peut écarter l’idée que le relatif traitement de faveur réservé aux amis du Duce s’expliquait aussi par l’engagement de certains policiers à l’extrême droite. Cette parenté idéologique pouvait aussi faciliter l’échange de renseignements avec le consulat. Cette collaboration se doublait d’une rétribution financière et de faveurs accordées à des policiers niçois. Dans un certain nombre de cas, cette pratique peu en accord avec les principes proclamés relevait de la corruption.

49Enfin, à la base de la pyramide, se trouvaient les exécutants, policiers en tenue, gendarmes, gardes mobiles, douaniers. Il est délicat de caractériser précisément leur comportement. Tout indique qu’ils appliquaient sans hésitation les ordres qu’ils recevaient. Cependant, dans quelques cas, on observe qu’ils ne restaient pas insensibles aux détresses qu’ils côtoyaient et qu’ils étaient tentés d’adoucir l’inflexibilité de la loi, voire de fermer les yeux sur une entorse isolée faite à celle-ci.

50Dans une étude des comportements, en particulier ceux des policiers que l’on perçoit mieux comme corps que comme individualités, il faut se garder des conclusions globales. Les nuances nécessaires percent difficilement à travers la documentation administrative. Ainsi, on ne peut affirmer que la vénalité était circonscrite au palier intermédiaire de la hiérarchie et que l’apitoiement ou la tolérance restaient le monopole des policiers de base.

51Il n’en reste pas moins que les forces de l’ordre postées dans les Alpes-Maritimes présentaient une réelle unité. Celle-ci résultait essentiellement de facteurs géo-sociologiques : la position du département en avant-poste face à l’Italie, le long d’une frontière qui présentait une importance stratégique considérable ; la présence d’une forte population immigrée dont les choix idéologiques et l’attitude en cas de guerre étaient jugés inquiétants. L’une des conclusions qui ressort des enquêtes effectuées par l’Inspection générale des services administratifs est que la Sûreté générale négligeait trop les recherches judiciaires et se vouait prioritairement aux renseignements généraux et à la surveillance des étrangers. De fait, pour les policiers, en ce point du territoire, la protection des nationaux et la sauvegarde de l’État, missions essentielles, étaient conditionnées par l’attention accordée aux Italiens.

Anmerkungen

1 Journal Officiel, Débats de la Chambre, 5 avril 1927, p. 1192. Cf. Schor, R., L’Opinion française et les étrangers, 1919-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985.

2 Schor, R., « L’arrivée des juifs d’Italie dans les Alpes-Maritimes (1938-1940) », in Duroselle, J.-B. et Serra, E. (dir), Italia, Francia e Mediterraneo, ISPI, Milan, Franco Angeli, 1990.

3 Lettre du 19 juin 1939, Archives départementales des Alpes-Maritimes (ADAM), divers, 90.

4 Lettre du 24 juillet 1939, ibid.

5 Télégramme du 30 août 1939, ibid.

6 Le Journal, 5 novembre 1934.

7 Rapport du 10 juin 1925, ADAM, Rapports de police, 25.

8 Rapport du 12 septembre 1924, Archives Nationales (AN), F7 13 455.

9 Schor, R., « Les Italiens dans les Alpes-Maritimes 1919-1939 », in Milza, P., (dir), Les Italiens en France de 1914 à 1940, École Française de Rome, 1986.

10 Rapport du 24 novembre 1925, AN F7 13 245.

11 Schor, R., « Il fascismo italiano nelle Alpes-Maritimes 1922-1939 », Notiziario dell’Istituto storico della Resistenza in Cuneo e Provincia, n° 26, décembre 1984.

12 Rapport du 20 décembre 1920, AN F7 13453.

13 Rapport du 23 novembre 1928, AN F7 13461.

14 Lucas, C., Un organe de presse fasciste italienne en France, Il Pensiero Latino (1925-1927), Mémoire de maîtrise, Paris I, 1982.

15 Gastaut, Y., La France de Nice et du Sud-Est. Quotidien niçois, 1926-1930, Ed. Serre, Nice, 1995.

16 Lettre de Louis Malvy à Aristide Briand, président du Conseil, 20 avril 1926, AN F7 13457.

17 Rapport du 25 septembre 1926, AN F7 13 458.

18 Rapport du 10 novembre 1924, AN F7 13 455.

19 Rapport du 1er février 1931, AN F7 13 030.

20 Cf. Rapport du commissaire spécial de Nice, novembre 1925, AN F7 13245. Note anonyme au ministre de l’Intérieur, mars 1926, ibid.

21 Note de mars 1926, ibid.

22 Rapport du 22 octobre 1924, AN F7 13455.

23 Vogel, M., « Une police à la frontière : la direction de la police d’État de Nice », in Schor, R. (dir), Destins niçois, Cahiers de la Méditerranée, Nice, 1997.

24 Rapport du 19 septembre 1924, ADAM, versement du cabinet du préfet, 1er juillet 1950.

25 ADAM, V M 5.

26 Cf. Arrêts de la Cour de Cassation, 15 novembre 1934 et 19 octobre 1938. Livian, M., Revue pratique de Droit international privé, octobre-décembre 1935.

27 L’Humanité, 6 novembre 1926.

28 Rapport du 1er juillet 1939, Adam, Rapports de police, 59.

29 L’Éclaireur de Nice, 2 juillet 1939.

30 Circulaire du 29 décembre 1934. Cf. Journal Officiel, Débats de la Chambre, 19 février 1935, intervention de Marcel Régnier.

31 Rapport du 3 juillet 1939, ADAM, divers, 90.

32 Rapport du 27 août 1939, ADAM, Rapports de police, 59.

33 L’Éclaireur de Nice et le Petit Niçois, 23 août 1939.

34 Olivesi, D., Virgile Barel, 1889-1979. De Riquier à la Crimée française, Ed. Serre, Nice, 1996.

35 Schor, R., L’Attentat des Lilas blancs, Mesclun, 1992, n° 18.

36 Rapport du 24 septembre 1929, ADAM, 6924.

37 Rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, ibid.

Autor

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search