Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Police et migrants

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Caroline Douki
, 
Nicole Dyonet
, 
et al.

Les « périphéries » sous contrôle : espaces portuaires et frontaliers

Police et migrants d’une ville portuaire : Lorient au xviiie siècle

Gérard Le Bouëdec

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Journal de Trévoux. Mémoire par l’histoire des sciences – décembre 1746, 2e volume.

« Lorient, qui était il y a peu d’années un village, est à présent une ville décorée de superbes bâtiments, peuplée, riche, industrieuse, le magasin de toutes les marchandises de l’univers et le rendez-vous de tous les négociants de l’Europe. Un coup d’œil jeté sur l’Orient rappelle l’idée de Tyr et de Carthage et prouve mieux que tous les livres, les avantages du commerce1 ».

1La comparaison est flatteuse, l’image est séduisante mais à décoder. En revanche le concept de comptoir paraît très juste. En effet, Lorient voit se construire une société de comptoir portuaire dans l’orbite d’une entreprise d’armement colonial, la Compagnie des Indes, au sein d’une ville nouvelle qui compte rapidement 15 à 18 000 âmes. La ville portuaire est devenue un pôle d’attraction, dont la croissance est le produit de l’immigration, mais aussi un sas marqué par une forte mobilité tributaire de la conjoncture et du calendrier des constructions navales, des flottes et des ventes.

2Dans une ville aussi ouverte où tout le monde est migrant, issu de migrant, de passage, la police des migrants revêt-elle des caractères particuliers ? Quelles institutions en sont chargées, avec quelle finalité ?

Une société de comptoir portuaire

3Lorient devient un « hub » majeur de la façade atlantique au début des années 1730. Il assure une triple fonction de construction, d’armement d’import-export où s’articulent les routes maritimes du grand commerce colonial asiatique et des cabotages de la façade océanique européenne.

4La structure socioprofessionnelle et sociale de cette ville-port reflète cette hyperspécialisation. Le particularisme portuaire se retrouve dans l’existence de champs professionnels spécifiques dans les secteurs maritimes et paramaritimes. L’entreprise « Compagnie des Indes » est l’employeur quasi unique de quatre catégories de personnels : les ouvriers des chantiers et des ateliers de construction de la flotte de gros porteurs, des navigants depuis l’officier d’état-major jusqu’au mousse ; des troupes pour la défense de ses comptoirs, des personnels de gestion du port et de l’arsenal. Mais cette ville portuaire est une ville comme les autres et le quotidien de la ville-comptoir nécessite la présence de trois autres ensembles professionnels : en premier lieu les métiers de base dont une communauté ne peut se passer dans sa vie de tous les jours (ceux de l’alimentation et des boissons, ceux du bâtiment, surtout dans une ville en pleine effervescence immobilière, les métiers du transport, du petit commerce et de l’artisanat), en second lieu un minimum de professions libérales, de santé et de gens d’office de droit et de finance, enfin le cercle des marchands et des négociants qui ne va s’élargir qu’après la suspension du monopole de la seconde compagnie des Indes, en 1769, et l’ouverture de la nouvelle frontière américaine lors de la guerre d’Indépendance américaine.

5Cette société portuaire présente trois originalités :

  • L’échelle sociale et le profil de la pyramide sociale distinguent Lorient des autres grandes villes-ports de l’Atlantique. Le sommet paraît bien étroit. Il est avant tout constitué de gestionnaires et d’officiers de la compagnie avant que n’émerge une bourgeoisie marchande et négociante après 1770 mais qui n’atteint pas l’envergure de celles de Nantes ou de Bordeaux. Le premier et le second ordres sont très peu visibles. Les quelques rares nobles sont des anoblis issus de la marchandise. La pyramide lorientaise fait surtout apparaître une base très large constituée des ouvriers de l’arsenal, le plus souvent employés à la journée à l’exception des entretenus, et de gens de mer.
  • Dans cette ville-entreprise, la conjoncture pèse sur les effectifs. Ceux des ouvriers et des navigants sont directement dépendants du plan de charge des chantiers et du niveau des armements. Le modèle de développement monolithique lorientais se trouve déstabilisé lors des conflits maritimes des guerres de succession d’Autriche et de Sept Ans et remis en cause avec la suspension des activités de la Compagnie des Indes en 1769. Durant les crises internationales, les effectifs de soldats en garnison en ville croissent de façon considérable, non pas du fait de la compagnie, mais de l’armée qui déploie compagnies et régiments sur le littoral dans l’éventualité d’un débarquement anglais.
  • C’est aussi une ville au rythme saisonnier. La période des départs s’étale entre fin octobre et début avril tandis que celle des retours se situe du printemps aux derniers jours de l’été juste avant le sommet annuel que sont les ventes d’octobre et que ne se pressent négociants et commissionnaires des principales places commerciales françaises, voire étrangères, accompagnés de toute une frange périphérique attirée par la richesse supposée de tous ces résidents temporaires. Cela va du colporteur au mendiant en passant par les artistes des troupes de théâtre qui se produisent alors.

Immigration et mobilité

6Le chantier, en devenant port, entrepôt, comptoir, se transforme en pôle d’attraction vers lequel convergent les flux migratoires. En effet ce n’est pas à l’excédent de l’accroissement naturel que l’on doit la croissance exponentielle de 150 % en 50 ans de ce bourg chantier qui se métamorphose en ville nouvelle dont l’urbanisme fait l’admiration des voyageurs. Lorient est structurellement une ville d’immigration et va le rester quelle que soit la conjoncture.

7Les édits royaux, les arrêts de l’Intendant, les déclarations des députés aux États-Provinciaux de Bretagne, les mémoires des négociants dans les années 1770 sont autant de témoignages sur la dynamique d’attraction régionale, nationale et même internationale du pôle lorientais.

  • 2 Mémoire non daté, sans doute 1773, des édiles lorientais, annoté par le subdélégué De Montigny, AD (...)
  • 3 Maurice, R., Mœurs et Crimes à Lorient au xviiie siècle, Lorient, 1939.

8Les édiles lorientais traduisent parfaitement en 1773 ce que fut le processus de peuplement de la ville : « C’est au commerce de l’Inde que la ville de Lorient doit sa naissance […]. On a vu des habitants de toutes les provinces du royaume venir s’y établir, tous y ont trouvé l’heureuse ressource de subsister en s’attachant d’une manière quelconque au service de cette compagnie2 ». Dès 1722, le procureur fiscal fait remarquer que « le dérangement de la ville est devenu si grand par les différentes nations qui s’y sont jetées3 ».

  • 4 Délibération de la communauté de ville du 18 juin 1739, AML 7D 1 4.
  • 5 Délibération de la communauté de ville du 31 décembre 1751 AM.L. 7D 1 7
  • 6 Délibération de la communauté de ville du 10 mars 1757, AML 7D 1 7.

9Une délibération de la communauté de ville du 18 juin 1739 s’inquiète de la fièvre immobilière qui s’est emparée des nouveaux Lorientais « dont la plupart ont acheté des emplacements sur lesquels ils ont le dessein de faire construire des maisons4 ». La croissance est telle que même l’équilibre entre le monde des vivants et celui des morts est remis en cause. Le cimetière est devenu insuffisant. La communauté de ville précise dans une délibération que « le terrain (n’est) pas assez spacieux pour y enterrer les morts dont le nombre augmente journellement par l’accroissement de la ville et de la quantité de gens de tous métiers qui viennent de toutes parts pour y trouver du travail5 ». L’attractivité de la ville-port ne se dément pas entre les guerres de succession d’Autriche et de Sept Ans tandis que la compagnie réalise ses meilleurs résultats. Aussi ne faut-il pas s’étonner que le procureur du roi évoque en 1757 « le nombre d’habitants de cette ville augmentant journellement par les étrangers de tous sexes et tous états qui y viennent de toutes parts s’y établir6 ».

  • 7 Délibération de la communauté de ville du 16 mars 1757, AML 7 D 1 7. Dans une Bretagne qui connaît (...)
  • 8 Délibération de la communauté de ville du 31 juin 1752, AML 7 D 1 5.

10Cette dynamique lorientaise irrite les députés des villes bretonnes aux États-Provinciaux. Ils se plaignent que « l’établissement de cette ville naissante cause la dépopulation des villes de la province7 ». Ils prétendent que « la capitation de quelques villes et lieux de la province était diminuée par la retraite de plusieurs habitants qui étaient allés s’établir dans la ville de Lorient dont la capitation devrait être augmentée à proportion8 ». L’abbé Cohalan, recteur de l’unique paroisse de la ville pendant quarante ans, témoigne dans sa rédaction des actes paroissiaux de cette sensibilisation à la provenance de ses ouailles. En effet, s’il omet le plus souvent l’âge et la profession des futurs époux, il n’oublie jamais de préciser les origines géographiques (paroisse, diocèse, éventuellement le pays étranger). Il remplit avec soin les abjurations des protestants anglais, hollandais ou allemands qui se marient à l’église Saint-Louis. Avec 67.78 % des époux et 59 % des épouses domiciliées non originaires de Lorient, nous pouvons comprendre que notre recteur se soit avant tout préoccupé de leur paroisse d’origine. Il est capable de nuances quand il note « habitué(e) », « par un long domicile », « depuis longtemps » pour désigner l’immigrant intégré, sédentarisé.

  • 9 Le Bouëdec, G., Le port et l’arsenal de Lorient, de la Compagnie des Indes à la Marine cuirassée, (...)

11Cette immigration est avant tout régionale. C’est la province de Bretagne qui forme le bassin démographique lorientais, ce qui confirme l’analyse des députés des villes bretonnes. Pour l’essentiel, un axe joignant la baie de Saint-Brieuc à l’estuaire de la Vilaine, laissant à l’écart le pôle malouin, délimite à l’est l’arrière-pays démographique. Les territoires correspondant aux actuels départements du Morbihan, du Finistère et de Côtes d’Armor totalisent 88 % des immigrants et 90 % des immigrantes au mariage de Bretagne. C’est donc la Bretagne bretonnante qui fournit la très grande majorité de nouveaux lorientais. Le reste du Royaume et l’étranger représentent 28,32 % et 5,54 % des immigrants au mariage. Les flux extra provinciaux sont issus à la fois des provinces du nord de la Loire, de la région parisienne et des paroisses des trois façades littorales. Les étrangers viennent des pays limitrophes avec deux contingents plus nombreux en provenance des Pays-Bas autrichiens et des États italiens, notamment de Venise. Mais les registres de mariage ne saisissent que ceux qui s’installent, au moins temporairement, alors que cette ville est une passoire, un sas dans lequel s’engouffrent ouvriers, matelots et soldats9.

12Parmi ces gros bataillons de l’entreprise compagnie des Indes, le degré de mobilité est différent. Les ouvriers des constructions navales et du port, dont les effectifs oscillent entre 1 000 et 4 000 hommes, sont plus dans une logique de sédentarisation qui aboutit effectivement à la constitution d’une colonie ouvrière. C’est un milieu professionnel très ouvert. Seuls 42.7 % sont issus des métiers du bois et du fer qui correspondent à la nomenclature de l’arsenal. 12 % sortent de familles du petit commerce et de l’artisanat. 34 % ont quitté la terre pour entrer au service de la compagnie. On peut observer un processus de rupture géographique et socioprofessionnelle pour ces ouvriers qui choisissent souvent de s’installer dans les faubourgs de la ville. Ils sont presque exclusivement bretons (à 95 %) et de Bretagne bretonnante. C’est ce groupe socioprofessionnel qui pèse le plus sur la géographie provinciale des immigrants au mariage.

  • 10 Estienne, R., Les matelots de la seconde compagnie des Indes : une communauté à l’échelle de la pl (...)

13L’échelle numérique des flux de gens de mer est sans commune mesure avec celle des ouvriers. Durant le demi-siècle d’existence de la seconde compagnie, ce ne sont pas moins de 174 000 navigants qui sont passés par Lorient pour embarquer ou débarquer. On peut, sans trop d’erreur, penser que 300 000 hommes ont foulé les bois des pontons pour monter à bord ou descendre des vaisseaux des compagnies et des armements privés de 1666 à 1794. Pourtant ces chiffres doivent être considérés comme des minimums, car « élaborer une statistique par simple addition annuelle ou périodique des hommes ainsi signalés ne saurait refléter entièrement la réalité ». Aucun navire, même le plus petit et pour le voyage le plus court, ne garde exactement le même équipage. Il y a bien sûr les morts, mais aussi les désertions, les renversements sur un autre bâtiment, les échanges, les compléments d’équipage, toute une météorologie avec ses condensations et ses évaporations, ses cycles et ses accidents, ses rythmes de croisière et ses perturbations10. Même si la quantification véritable des flux de navigants reste encore à faire, on peut avancer que ce sont en moyenne trois à quatre mille hommes qui embarquent ou débarquent chaque année, et c’est sans compter avec les passagers, y compris les clandestins. Les navigants sont moins massivement bretons que les ouvriers, et sur les ponts et les mâts, l’est de la province est mieux représenté. Les extra provinciaux des provinces littorales mais aussi des villes, des vallées moyennes de la Loire et de la Garonne, représentent un effectif de plus de 10 %. Ce milieu des gens de mer est hiérarchisé. Les officiers d’état major et la maistrance ne constituent qu’un quart de l’équipage. Le gros des flux qui traversent Lorient est donc formé de la masse matelote et des marins en apprentissage, les mousses et les novices.

  • 11 Corvisier, A., Les soldats de la Compagnie des Indes, RHES, 1968/1.

14La Compagnie possède, en 1740, 6500 hommes de troupes répartis en 22 compagnies de 300 hommes enrôlés selon la méthode en vigueur dans l’armée de terre. Ils rejoignent ensuite Lorient où ils signent leur engagement en intégrant la compagnie de dépôt où ils séjournent avant et après une campagne dans les comptoirs de l’océan indien. Ces soldats sont originaires de la France septentrionale : la région parisienne, les généralités de l’est et du nord, les généralités maritimes de Normandie et de Bretagne, les villes sur l’itinéraire des convois de recrues parisiennes vers Lorient, soit Orléans, Tours, Chartres, Blois, Angers. Ces hommes, issus de milieux très différents, sont en majorité des urbains11. En temps de guerre, les effectifs de soldats sont hypertrophiés par le stationnement en ville de compagnies et de régiments de l’armée de terre.

  • 12 Le Bouëdec, G., op, cit.
  • 13 Haudrère, P., op cit.

15Qu’ils soient ouvriers, navigants ou soldats, ce sont de très jeunes hommes, célibataires pour une grande majorité, qui arrivent à Lorient. Lors de leur première embauche, 51 % des ouvriers ont moins de 20 ans. Un cinquième n’a pas encore 14 ans et entre en apprentissage. 80 % des ouvriers immatriculés ont ainsi moins de 25 ans quand ils franchissent les grilles de l’enclos du port12. L’échelle des âges d’un équipage épouse celle de la hiérarchie à bord. Si la majorité de l’état-major et de la maistrance a plus de trente ans, la masse matelote se situe à plus de 70 % entre 20 et 30 ans. Bien évidemment les apprentis matelots sont plus jeunes : 92.9 % des novices ont de 16 à 25 ans et la majorité des mousses sont des enfants de 9 à 14 ans13. Cette jeunesse se retrouve parmi les soldats. L’âge minimum est de 15 ans pour être enrôlé et 80 % ont moins de 25 ans, les urbains étant généralement plus précoces que les ruraux.

  • 14 Corvisier, A., op cit.

16C’est donc une très forte proportion de jeunes hommes célibataires qui séjournent à Lorient. Avant le départ des vaisseaux, alors au mouillage en rade, et tandis que les membres d’équipage se font inscrire au bureau d’armement et montent progressivement à bord, certains s’installent au cabaret, dilapidant souvent une large partie des six mois d’avance versés par la compagnie. L’appareillage doit être parfois différé malgré le coup de canon d’appel et le recours à la troupe. Au retour, le séjour se prolonge en ville dans l’attente de la solde. Le marin non originaire du pays de Lorient se retrouve à l’auberge ou chez une logeuse. Ses hardes sont parfois en lambeaux. Il doit souvent anticiper sur le versement du solde de sa rémunération. Son endettement, pour le marié, s’ajoute alors à celui de sa famille qui n’a pas toujours réussi à vivre de l’avance versée avant le départ et des mois de famille touchés pendant les années d’absence. Il ne lui reste souvent comme issue qu’un nouvel engagement pour bénéficier d’une nouvelle avance de six mois qui pourrait éponger provisoirement les dettes. Les soldats qui incorporent la compagnie de dépôt peuvent attendre jusqu’à un an leur embarquement pour l’outremer. Surtout, dès leur arrivée, ou après un premier engagement de six ans, certains sont défaillants. De nombreux congés pour inaptitudes, des désertions, des rachats d’engagement, des non-renouvellements d’engagement sont prononcés. Ainsi, sur les 1010 enrôlés en 1756-1757, tandis que 335 sont versés dans l’armée royale, 241 sont déclarés défaillants. Libérés, ils se retrouvent en ville où ils séjournent un certain temps14.

  • 15 Paulin Panon, H., Petit Journal des Époques pour servir à ma mémoire (1784-1786) par A. Lafforgue (...)

17Ce n’est pas étonnant dans ces conditions qu’Henri Paulin Panon, débarquant à Lorient de l’île de Bourbon, ait pu écrire dans ses mémoires que « la ville de Lorient a un peu l’air des colonies par la quantité d’étrangers qu’il y a15 ».

  • 16 Estienne R., op. cit.
  • 17 Mémoire de Madec, R., texte annoté par Vignes, M., et présenté par Deloche, J., Alliance française (...)

18Il est évident que l’attraction du Lorient de la compagnie des Indes s’apparente quelque peu avec la fièvre de l’ouest américain. Les perspectives de croissance de cette ville sont de nature à accueillir un éventail très large d’individus qui peuvent trouver un emploi sur les chantiers du port, dans le commerce péri-compagnie, ou dans les secteurs qui accompagnent le développement d’une ville nouvelle comme le petit commerce ou le bâtiment, d’autant que les métiers sont libres. Mais Lorient c’est aussi un immense carrousel, « un gigantesque accélérateur de destins individuels, avec la fortune comme promesse et la mort pour les malchanceux et les plus faibles […]16 ». Les navigants et les soldats partent à l’autre bout de la terre avec l’espoir de la réussite. De l’officier de la Marine royale au matelot, tous espèrent dans les Indes florissantes17. Même si Lorient est cet immense sas qu’empruntent ces milliers d’hommes, la compagnie par ses besoins a contribué à enraciner en Bretagne-Sud une masse salariale considérable.

  • 18 Bourde de la Rogerie, Voyage en Bretagne en 1752 par Mignot de Montigny, MSHAB, 1935, t.VI, p. 246 (...)
  • 19 Young, A., Voyages en France, T1, traduction de H. Sée, 1931.
  • 20 Paulin Panon, H., op. cit.
  • 21 Riou, N., Théâtre et Société à Lorient aux xviiie et xixe siècles, MM, UBS, 1998.

19Lorient, porte des Indes, est une ville du mirage et de l’illusion. Les voyageurs sont unanimes pour saluer la beauté de la ville. Mignot de Montigny, en 1752 : « Cette ville naissante est fort jolie, bien percée, bien peuplée et proprement bâtie18 ». Trente-six ans plus tard, A. Young reprend la même appréciation : « La ville est moderne et régulièrement construite ; les rues divergent en rayon de la porte et sont coupées par d’autres rues à angles droits, larges, agréablement bâties, bien pavées et beaucoup de maisons ont un bel aspect19 ». Mais la remarque de Henri Paulin Panon paraît juste quand il écrit : « J’ai trouvé Lorient plus vivante, mais je m’attendais à voir quelque chose de mieux. Je n’ai pas trouvé ce que mon imagination attendait20 ». L’illusion de la richesse et de l’opulence est à son comble quand s’ouvre la saison des ventes et que les premiers armements pour la Chine se préparent. C’est ce qu’écrit le 16 septembre 1768 le maire Ferrand à un directeur de troupe de théâtre nantais. « Vous en serez entièrement pour vos frais si vous venez dans tout autre temps que la vente et les armements. On annonce la vente pour l’automne et, s’il se fait des armements dans le même temps, il y aura un peu de monde21 ».

20Lorient est une scène de théâtre du bout du monde sur une frontière qui offre le passage pour une nouvelle frontière. Beaucoup sont venus, certains ont fait escale, d’autres n’ont fait que passer, beaucoup se sont évaporés quand le mirage s’est déchiré.

Une image de l’autorité confuse pour le migrant

21Tout est compliqué au lieu dit Orient. Le bourg-chantier, implanté sur le territoire de la sénéchaussée d’Hennebont, relève de la juridiction de la seigneurie de la Roche-Moysan dont le siège est à Pont-Scorff et dont le seigneur haut-justicier est le Prince de Rohan-Guémené. Par ailleurs, il dépend de la paroisse de Ploemeur, ce qui signifie que la population locale ne dispose même pas d’un conseil paroissial. Le jeu institutionnel se complique du fait de l’émergence de nouveaux pouvoirs qui ne peuvent s’affirmer qu’en empiétant sur l’espace juridictionnel des autres. La Marine et les compagnies des Indes se sont toujours ingéniées à faire de l’enclos et de la ville naissante leurs domaines. En 1705, alors que la Marine porte Lorient à bout de bras du fait des carences de la compagnie des Indes, l’ordonnateur et le prévôt de la Marine obtiennent la reconnaissance de leur juridiction sur les délits commis par le personnel de la Royale, la police de l’arsenal et du port, la surveillance et la répression des écarts de comportement des soldats et des matelots.

  • 22 Cerino, C., Lorient et la Marine royale, MM, Rennes, 1991.

22La Marine ou la compagnie s’imposent d’autant mieux que l’autorité seigneuriale paraît défaillante. Pourtant la justice semble décider à se délocaliser sur Lorient. En réalité le sénéchal ne réside pas. Il se contente depuis Pont-Scorff de venir tous les huit à quinze jours, voire une fois par mois. Il faut sans doute expliquer ces insuffisances de la juridiction seigneuriale par les pressions exercées par le prévôt de la Marine, Merville, qui est accusé de susciter en sous-main l’hostilité de la population envers les agents seigneuriaux22.

23Entre la Marine, puis la Compagnie à partir de 1719, et le sénéchal, la place paraît bien étroite pour l’autorité municipale naissante. Un premier conseil pré-paroissial apparaît en 1702 avec la construction de l’église Saint-Louis. Face à cette trêve, qui revendique presque immédiatement son indépendance, le recteur de Ploemeur fait de la résistance jusqu’en 1709 (date de création de la paroisse de Lorient) et même au-delà au plan fiscal. Le général de paroisse de 17 membres, sous la tutelle du Recteur et du procureur fiscal du prince de Guémené, paraît sans réel pouvoir. Jusqu’en 1738, la ville reste sous l’autorité du juge et de la police seigneuriale, l’enclos et le port sous celle de la compagnie.

  • 23 Sur les institutions urbaines bretonnes voir les travaux de Saupin, G., et en particulier, Nantes (...)

24En juin 1738, le général de paroisse cède la place à un corps de communauté de ville. Or ce tournant institutionnel23 ne signifie pas émancipation de l’autorité municipale. En effet, la compagnie fait main basse sur le pouvoir municipal en acquérant les offices municipaux. Elle les pourvoit avec ses créatures. Le maire est nommé par les syndics et directeurs de la compagnie. La création du corps de ville est le volet complémentaire de la réforme Orry qui aboutit à concentrer à Lorient toutes les activités de la compagnie au début des années 1730. Conçu pour être à son service, il ne faut pas qu’il soit encombré par des hommes qui peuvent la gêner. Comme l’écrivait le subdélégué général Vedier au directeur Duvelaer : « Point de curé, ni de directeur d’âmes, point de juge, ni de membre à formalités […] ». Malgré leurs demandes, les juges seigneuriaux sont exclus du corps de ville. L’édit de 1738 laisse dans l’ombre la question délicate de la police qui continue donc de relever du sénéchal.

25En 1742, après plusieurs démarches de la nouvelle communauté dénonçant l’absence des juges et de la police préjudiciable à la sécurité dans une ville en chantier, un arrêt du parlement de Rennes permet à la communauté de ville de nommer de six mois en six mois quatre commissaires de police. Cette solution alternative n’est qu’un replâtrage provisoire qui ne résout rien sur le fond. Mais, quand en 1744 la communauté revendique haut et fort un corps de police et un office de lieutenant de police, l’intendant fait remarquer, bien que la revendication soit légitime, que la ville de Lorient doit ménager les Rohan, ne pas heurter de front les susceptibilités du Prince, car les aménagements urbains, qui nécessitent la poldérisation des vasières, ne peuvent se faire que s’il accepte de les afféager. Face à ce coup de semonce, le Prince impose à ses agents, et notamment à Pierre Kerlero de Rosbo, de s’installer à Lorient pour exercer leurs fonctions. La situation devient tellement inextricable –la cohabitation institutionnelle n’ayant rien arrangé – que le pouvoir royal doit intervenir en 1752 pour déterminer les prérogatives de chaque juridiction. De la communauté de ville relèvent la gestion de l’hôtel-dieu, la police des rues et la vérification des poids et mesures. Le sénéchal seigneurial ne conserve que le contrôle du nettoyage des rues, mais le tribunal seigneurial reste le tribunal de police de la circonscription de Lorient, élevée au rang de sénéchaussée seigneuriale distincte de celle de Pont-Scorff.

  • 24 Nières, C., Histoire de Lorient, Privat, 1988, chap. 5.

26Les rivalités institutionnelles contribuent à brouiller aux yeux d’une population très mobile l’image de l’autorité et à nuire à son efficacité. Deux exemples permettent d’illustrer ce « mille-feuilles d’autorités ». Un ivrogne ramassé en ville dans la rue dépend de la police municipale. S’il participe à une rixe dans cette même rue, il est du ressort du juge seigneurial. Mais si les bagarres se déroulent dans l’enclos ou sur le port, ce sont les agents de la compagnie puis de la Marine qui interviennent. Dès lors qu’il s’agit de soldats de la garnison logés en ville chez l’habitant, le commandant de la place fait valoir son autorité. On retrouve cet imbroglio dans la police des spectacles. L’autorisation de jouer d’une troupe de théâtre doit être demandée à la communauté de ville mais le procureur fiscal du sénéchal entend être consulté sur la solvabilité de la troupe. Le commandant de la ville prétend être en droit d’arrêter des comédiens qui contreviennent à l’ordre public alors que cela relève des commissaires de police et du juge24.

La police des migrants

27La police des migrants répond à deux objectifs majeurs : le contrôle du recrutement des équipages et de la main-d’œuvre de la compagnie des Indes et le maintien de l’ordre dans une ville nouvelle confrontée à l’hébergement d’une population flottante, jeune, masculine, célibataire. Ce dernier problème se trouve exacerbé lors des crises qui coïncident avec les périodes de conflits maritimes.

28Les gens de mer et les ouvriers des constructions navales sont soumis depuis Colbert au système des classes pour servir sur les navires de la Royale et fournir la main-d’œuvre aux arsenaux. Cette conscription obligatoire se traduit par un fichage des populations masculines littorales. Le recensement est réalisé par le bureau des classes de chaque quartier maritime sous la forme de registres matricules établis par grade et par profession. Chaque volume contient un état nominatif par paroisse. À chaque enregistrement nouveau de classé, l’officier des classes remplit une série de cases pré-imprimées à cet effet : son état civil complet, y compris les renseignements sur son épouse s’il est marié, ses antécédents en terme de statut, les mentions de service sur les vaisseaux du roi. Puis chaque année, à l’issue de la revue des gens de mer, il complète les cases. Il note les activités du classé : l’embarquement, le débarquement, le type de navigation, la rémunération. Il précise les changements de situation personnelle : nouvelle adresse, mariage. Il mentionne les accidents, les maladies, la mort, les désertions.

  • 25 Fonds de la Compagnie des Indes 1P 251, 252, 253, Service Historique de la Marine de Lorient. Perr (...)
  • 26 Beauchesne, G., « Les matelots de la Compagnie des Indes », Cahiers de la Compagnie des Indes, n° (...)

29La compagnie a recours comme la Marine au système des classes pour recruter ses équipages. Le quartier maritime de Port-Louis, qui s’étend entre la rivière d’Etel et la rivière de Quimperlé et que lui a concédé la Marine, est devenu son vivier particulier. Mais il est souvent trop étroit pour répondre à ses besoins. Aussi doit-elle procéder, avec l’accord du secrétariat d’État à la Marine, à des levées d’autorité ou à des engagements de gré à gré dans d’autres quartiers maritimes. Les quartiers bretons (Nantes, Vannes, Belle-Ile, Concarneau, Quimper, Audierne, Brest, Morlaix, Saint-Brieuc, Dinan, Saint-Malo) sont mis à contribution mais le recrutement s’étend fréquemment aux quartiers du littoral de la Manche (Granville, Cherbourg, Caen, Le Havre, Rouen, Dieppe, Boulogne, Calais, Dunkerque). Le recrutement est organisé sous la houlette des correspondants de la compagnie dans les ports où elle en possède (Drake à Saint-Malo, F.A. Michel à Nantes) ou sous la direction des officiers des classes25. En tout état de cause, tout rôle de levés ou d’engagés doit être visé par le commissaire des classes du quartier. La migration des gens de mer vers Lorient est très encadrée. L’officier des classes délivre à chacun un billet de permission. C’est un véritable passeport, et un ordre de route, qui reprend le descriptif du registre matricule : nom, prénom, prénom du père, paroisse, âge, taille, couleur des cheveux, d’éventuels signes distinctifs sur le visage, les yeux, le nez, le menton, la mention de possibles marques sur la joue et de cicatrices. Le correspondant ou l’officier des classes transmet un double des listes au commissaire des classes de Port-Louis. Parfois la feuille de route indique un itinéraire. Les déplacements se font en groupe. Chaque homme ayant reçu un pécule de deux mois d’avance et une allocation pour les frais de voyage de 3 sous par lieu, ce qui fait 6 livres depuis Saint-Malo et 16 livres 10 sous depuis Boulogne, il n’est pas rare que certains mettent plus que le temps nécessaire pour arriver – ou n’arrivent jamais. Arrivés à destination, ils doivent se présenter au bureau des classes du quartier pour se faire enregistrer. Même s’ils logent en ville chez des particuliers, ils sont enregistrés à la cayenne pour bénéficier des distributions de vivres du port et de l’éventuelle demi-solde. Ils sont ensuite rapidement couchés sur les rôles d’équipage. Une fois embarqués, le commissaire général ordonnateur demande au commissaire des classes de passer la revue des équipages afin d’éviter les substitutions. Il établit alors en quatre exemplaires le rôle du bâtiment en distinguant les hommes par quartier et, dans chacun des quartiers, en séparant les hommes levés d’autorité et les engagés de gré à gré. Ce rôle signé du capitaine, du directeur et du commissaire des classes est remis au capitaine. C’est l’écrivain du bord qui au cours du voyage doit le tenir à jour en notant les décédés, les déserteurs, les débarqués, les remplaçants. Le commissaire peut alors établir le bilan par quartier des manquants. Certains n’ont pas embarqué car déclarés inaptes, d’autres sont décédés. Il est alors possible d’identifier les déserteurs. Les billets délivrés au départ ne sont valables que deux mois. Le bureau des classes de Port-Louis prévient alors le bureau du quartier d’origine. Au retour de campagne, les équipages débarquent le jour même de l’arrivée dans le Scorff. Quelques jours plus tard, l’officier des classes vient passer la revue du désarmement et se faire rendre compte de tous les changements intervenus au cours du voyage, les départs et les remplacements. Le bureau des armements établit alors les passeports pour chaque homme d’équipage. C’est le billet de permission de regagner son quartier avec le solde sa rémunération. Cette liquidation du désarmement peut prendre un certain temps, obligeant les marins à patienter en ville et souvent à crédit. Ceux qui repartent doivent, une fois parvenus dans leur paroisse, se rendre auprès de l’officier des classes pour clore leur levée ou leur engagement26.

30Cette migration du travail très encadrée relève de la seule autorité de la compagnie des Indes et de la Marine. Ce ne sont que les débordements lors du séjour d’avant embarquement ou d’après débarquement qui mettent les marins face aux juridictions urbaines et seigneuriales. L’ordonnance des juges de police, signée du sénéchal Maujouan le 11 décembre 1782, présente un argumentaire qui cerne bien le problème majeur de la présence dans cette ville-port d’une population flottante qui peut atteindre les effectifs de la population fixe :

  • 27 Thanneur, J.-P., Les Loisirs à Lorient au xviiie s., MM, Rennes II, 1986. Penobert, O., L’alcool, (...)

« l’inquiétude est grande face aux vols et assassinats qui se sont commis à Lorient à tel point que les braves gens ne peuvent plus sortir la nuit sans être exposés aux excès des matelots et d’une multitude d’étrangers qui hantent les lieux des plus infâmes, armés jusqu’aux dents, dans les cafés et tavernes, à toute heure de la nuit. Les étrangers se croient affranchis de la contrainte des lois et dont le caractère féroce et destructeur ne saurait s’accoutumer à la douceur d’un gouvernement policé27 ».

31Ce texte stigmatise ceux qui menacent la sécurité – les matelots – mais dans des textes similaires il s’agit soit des soldats, soit des ouvriers et plus globalement des étrangers. Dans cette ville où la plupart sont des migrants ou des issus de migrant, le terme d’étranger peut surprendre. Sous la plume des greffiers de la communauté ou du tribunal, il s’agit du non domicilié. L’étranger, c’est le flottant, par opposition au migrant sédentarisé, installé. Il est significatif que dans les rapports de police le contrevenant local soit dénommé par son nom et son prénom alors que le non domicilié, migrant provisoire, soit le plus souvent affublé, quand il s’agit d’un soldat, d’un marin ou d’un ouvrier, de son surnom qui fait référence à sa province d’origine, au même titre d’ailleurs que les prostituées.

  • 28 Délibération de la communauté de ville du 7 mars 1754, AML, 7D1 7.
  • 29 Riou, N., Théâtre et Société à Lorient aux xviiie et xixe siècles, MM, UBS, 1998.

32La violence dont se rendent coupables les flottants se déroule le soir et la nuit et se trouve presque nécessairement associée à la fréquentation des cabarets. Lorient possède un réseau très dense de cabarets à « enseigne et brandon » auquel s’ajoutent bon nombre de lieux clandestins. Ces « fraudes » accueillent les « coureurs de nuits », ces matelots, soldats, ouvriers qui écument la ville en bandes. Ils peuvent y boire toute la nuit et rencontrer des filles de mauvaise vie. Les comptes-rendus d’inspection en fin de soirée du commissaire de police témoignent à la fois du non-respect des ordonnances sur les heures d’ouverture et de fermeture des établissements et de l’importance des fraudes. L’indélicatesse des migrants prend d’autres formes. Les plaintes pour malfaçons affluent de la part des propriétaires contre les entrepreneurs de travaux publics. Ceux-ci se défendent en expliquant que devant l’importance des chantiers, ils doivent sous-traiter à des maçons « dont la plus grande partie sans aucune expérience […] dans l’art du bâtiment et même d’une profession différente mettent journellement tous ceux qui les emploient dans le cas d’être trompés et souvent ruinés par les malfaçons des maisons et autres ouvrages qu’ils font28 ». Les indélicats et autres tricheurs et voleurs se pressent sur les pas des négociants qui viennent assister aux ventes. Ainsi, Guillaume Barbette, un négociant rouennais descendu à l’hôtel Saint-Germain pour les ventes d’octobre 1755, va se faire plumer au jeu de dés sans cornet par trois tricheurs professionnels qui se sont installés dans le même hôtel. Jusqu’au théâtre où, le 15 novembre 1767, dans une salle archicomble, un négociant lorientais, un officier de la compagnie et un avocat se font délester de leurs bourses. Et dire que le maire, à propos de la construction du théâtre en 1777, croit aux vertus civilisatrices de la culture théâtrale : « ils détournent des jeux du libertinage et tant d’autres désordres […] Elle empêcherait que des jeunes gens chargés de confiance des maisons de commerce qu’ils représentent ne compromettent aux jeux leur bien et leur crédit. Elle est nécessaire où il y a une garnison29 ».

  • 30 Délibération du 28 juillet 1741 de la communauté de ville, citée par R. Maurice, op cit.

33Très tôt la communauté de ville a pris des mesures pour filtrer l’entrée des flottants. Dès le 28 juillet 1741, elle charge son greffier de « tenir un registre exact de toutes les personnes qui arriveraient en ville et enjoignit aux propriétaires, locataires et cabaretiers et gens qui logeaient ou tenaient des pensionnaires d’aller tous les matins faire au greffe de la communauté la déclaration des personnes qui arriveraient chez elles à peine de dix livres d’amende au profit des pauvres30 ». Une délibération de la même veine est prise le 16 octobre 1753 :

  • 31 Délibération du 16 octobre 1753 de la communauté de ville, AML, 7D1 7.

« le nombre d’habitants de cette ville augmentant journellement par les étrangers de tous sexes et tous états qui viennent de toutes parts s’y établir. En conséquence que tous ceux qui sont venus s’y établir à Lorient de quelques endroits ou pays qu’il soit, depuis le 1er septembre 1750 jusqu’à ce jour, seront tenus de se présenter dans le courant du mois à l’hôtel de ville pour justifier du lieu de naissance, donner domicile, profession et religion, à peine d’être traités comme vagabonds […] et seront obligés, les dits propriétaires, à présenter les dits billets ou réceptions des habitants31 ».

  • 32 Délibération du 24 avril 1756 de la communauté de ville, AML, 7D1 7.

34Avec le début de la guerre de Sept ans, et compte tenu du rôle stratégique de Lorient, le Duc d’Aiguillon, gouverneur de la Province, ordonne à la communauté « d’établir deux enseignes aux portes de la ville pour prendre les noms, qualités et demeures de tous les étrangers qui entreront dans cette ville que les circonstances critiques où nous nous trouvons demandent notre attention sur cet objet32 ». Ce qui peut surprendre, c’est que la communauté décide de choisir « deux personnes reconnues sages et entendues et sachant la langue bretonne pour prendre les noms, qualités et demeures de ceux qui se présenteront pour entrer dans la ville ». Elle va même plus loin en affectant deux chasse-gueux à l’hôtel-Dieu « pour faire sortir de la ville les pauvres qui viennent de différentes villes et paroisses ».

35En réalité, c’est le fragile équilibre entre les différentes composantes de la société, notamment en période de conflit quand le niveau des activités s’effondre, qui constitue la préoccupation essentielle des autorités locales. C’est la difficile cohabitation entre les bandes d’ouvriers, de soldats et de gens de mer qui est la plus préoccupante. Cette lettre de la communauté du 8 mars 1756, à propos d’un éventuel transfert de Port-Louis à Lorient d’un bataillon de l’armée, est éclairante :

  • 33 In Maurice, R., op. cit.

« Nous nous trouverions d’autant plus à plaindre qu’il nous arrive journellement des ouvriers en grand nombre par la construction des vaisseaux, sur les chantiers et ceux qu’on projette d’y mettre incessamment. L’incompatibilité des troupes du roi avec ces ouvriers qui occasionnent des disputes continuelles, l’impossibilité où nous serons de les loger chez l’habitant […] demande qu’au nom de la communauté vous vous donnez des mouvements auprès de la compagnie pour que le projet de Mr d’Entre-chaux ne réussisse pas. Vous savez que de tout temps, on a voulu éviter des troupes ici en garnison et la circonstance est plus défavorable que jamais pour commencer à sur charger aussi l’habitant. Nous avons actuellement plus de 4 000 ouvriers logés en ville33 ».

36En 1782, ce sont les gens de mer qui, par leurs effectifs gonflés par les armements de la Guerre d’Amérique, menacent l’équilibre lorientais. L’ordonnance du 12 décembre 1782 témoigne d’une mesure radicale : le couvre-feu : « Faisons très expresses inhibitions et défenses à tous matelots logés en ville de sortir de chez leurs hôtesses passé huit heures du soir, même avec lumières, sous peine d’être arrêtés et conduits en prison ». « Défendons à tous limonadiers, cafetiers, cabaretiers et autres vendant eau de vie, liqueurs ou autres boissons ou tenant jeux de billards ou autres de recevoir chez eux après dix heures du soir, les dits matelots sous peine de dix livres d’amende et de prison ».

37L’effort est louable. Mais l’absence de casernes pour loger les marins et les soldats du roi rend illusoire tout respect d’une législation apparemment sévère. Surtout la police n’a pas les moyens de sa politique, d’autant que les autorités policières et judiciaires n’ont pas réussi à s’imposer. Lorient apparaît comme une ville où les migrants de passage vivent en état de non droit. Il ne reste à la justice, quand elle peut agir, qu’à juger avec une très grande sévérité. En 1752, chez « la Gascogne », un garçon boucher est tué par des soldats de la compagnie qui jettent le corps dans un puits. « La Charlotte » et « la Gascogne » sont pendues et les soldats de la compagnie sont condamnés au supplice de la roue dressée place D’Eprémesnil. Les souteneurs, la Forêt et sa femme, sont arrêtés. Avec un écriteau « maquereau public », ils sont exhibés avant d’être condamnés respectivement aux galères et à être fouettée et bannie. Pratiquement chaque année des soldats de la garnison sont passés par les armes.

38Mais il faut compléter cette présentation de la gestion des flottants par le souci de soulager la misère, quand l’activité du port et du chantier est paralysée durant les conflits maritimes ou à la suite de la suspension du privilège de la compagnie, par la mise en œuvre d’une politique de charité publique. Elle émane conjointement de la compagnie ou de la Marine, de la communauté de ville et de la paroisse. Elle se traduit par des distributions de vivres, des chantiers de travaux publics d’intérêt collectif. Mais cette politique sociale laisse se dessiner une ligne de fracture entre la population locale et les étrangers. En effet, si l’on prend la politique de l’emploi à l’arsenal de la compagnie puis de la Marine, s’affirme clairement de la part des responsables lorientais la volonté de préserver d’abord le noyau lorientais et des paroisses circonvoisines en renvoyant d’abord les ouvriers arrivés récemment et pas encore lorientisés.

Conclusion

39Lorient, porte de l’Asie, est devenu un formidable pôle d’attraction sur la côte sud de Bretagne. Pourtant, dans les années 1740-1750, dans cette ville où tous sont issus de l’immigration, deux profils de migrant peuvent être identifiés. Celui qui s’est installé est devenu un lorientais. Il est un acteur de cette nouvelle société de comptoir portuaire porté par le développement du commerce colonial. En revanche celui qui ne fait que passer au gré d’un plan de charge euphorique de l’arsenal, d’un stationnement de troupes ou d’un recrutement massif d’équipages, est l’étranger. Une ligne de partage entre une population fixe plus ou moins fraîchement installée et une population flottante se dessine.

40Dans ces conditions, ce n’est pas tellement le transfert des marins levés ou engagés depuis les quartiers maritimes éloignés vers Lorient qui est préoccupant. La compagnie et les officiers des classes maîtrisent cette migration du travail et de la conscription. C’est la présence d’effectifs flottants nombreux logés chez l’habitant faute de caserne qui fait problème. La capacité d’accueil des particuliers est parfois saturée par la présence de ces jeunes célibataires déracinés qui n’ont pas toujours voulu venir là. C’est la cohabitation entre ces groupes de flottants d’une part et entre ceux-ci et la population fixe d’autre part qui est difficile. Du fait des rythmes saccadés de la conjoncture et du calendrier saisonnier des activités, la notion de seuil prend ici toute sa valeur. Or, pour gérer cette situation, les flottants sont parfois aussi nombreux que la population fixe, la ville nouvelle n’offre qu’une image brouillée de ses autorités policières et judiciaires. La rivalité entre l’institution seigneuriale et les nouveaux pouvoirs qui ont mis la main sur le corps de ville est en partie responsable de cet état de fait. La sévérité de la justice, quand elle s’exerce, est inversement proportionnelle à l’inefficacité d’une police incapable de faire respecter l’état de droit. Pour ces migrants, Lorient reste une ville pionnière entre deux mondes.

Notes

1 Journal de Trévoux. Mémoire par l’histoire des sciences – décembre 1746, 2e volume.

2 Mémoire non daté, sans doute 1773, des édiles lorientais, annoté par le subdélégué De Montigny, ADIV C 732.

3 Maurice, R., Mœurs et Crimes à Lorient au xviiie siècle, Lorient, 1939.

4 Délibération de la communauté de ville du 18 juin 1739, AML 7D 1 4.

5 Délibération de la communauté de ville du 31 décembre 1751 AM.L. 7D 1 7

6 Délibération de la communauté de ville du 10 mars 1757, AML 7D 1 7.

7 Délibération de la communauté de ville du 16 mars 1757, AML 7 D 1 7. Dans une Bretagne qui connaît une croissance très ralentie au xviiie siècle, il n’y a pas d’augmentation générale de la population urbaine. Dans sa thèse C. Nières indique que sur les soixante huit villes bretonnes, vingt perdent des habitants, onze sont stationnaires et seules dix villes ont un taux de croissance supérieur à la croissance démographique globale. Parmi elles, Lorient et Brest enregistrent les plus forts taux de croissance. Nières, C., Les villes de Bretagne au xviiie siècle. Conditions et formes de développement urbain, thèse de doctorat d’État, Paris IV, 1986. Inédite.

8 Délibération de la communauté de ville du 31 juin 1752, AML 7 D 1 5.

9 Le Bouëdec, G., Le port et l’arsenal de Lorient, de la Compagnie des Indes à la Marine cuirassée, une reconversion réussie (xviiie-xixe siècles), Librairie de l’Inde, 1994 -cf. Tome 2.

10 Estienne, R., Les matelots de la seconde compagnie des Indes : une communauté à l’échelle de la planète, table ronde du Centre de Recherches sur les sociétés littorales, textes réunis par Le Bouëdec, G., et Chappe, F., université de Rennes II, université de Bretagne-Sud, Lorient, 1996. Haudrère, P., La compagnie française des Indes 1719-1795 ; Librairie de l’Inde, 1989.

11 Corvisier, A., Les soldats de la Compagnie des Indes, RHES, 1968/1.

12 Le Bouëdec, G., op, cit.

13 Haudrère, P., op cit.

14 Corvisier, A., op cit.

15 Paulin Panon, H., Petit Journal des Époques pour servir à ma mémoire (1784-1786) par A. Lafforgue avec le concours de C. de Villèle et J. Barbier, Saint-Gilles-Les-Hauts, Musée historique, 1990.

16 Estienne R., op. cit.

17 Mémoire de Madec, R., texte annoté par Vignes, M., et présenté par Deloche, J., Alliance françaises de Pondichéry, 1983.

18 Bourde de la Rogerie, Voyage en Bretagne en 1752 par Mignot de Montigny, MSHAB, 1935, t.VI, p. 246 à 301.

19 Young, A., Voyages en France, T1, traduction de H. Sée, 1931.

20 Paulin Panon, H., op. cit.

21 Riou, N., Théâtre et Société à Lorient aux xviiie et xixe siècles, MM, UBS, 1998.

22 Cerino, C., Lorient et la Marine royale, MM, Rennes, 1991.

23 Sur les institutions urbaines bretonnes voir les travaux de Saupin, G., et en particulier, Nantes au xviie siècle, vie politique et société urbaine, PUR, 1996.

24 Nières, C., Histoire de Lorient, Privat, 1988, chap. 5.

25 Fonds de la Compagnie des Indes 1P 251, 252, 253, Service Historique de la Marine de Lorient. Perrichet, M., Contribution à l’histoire sociale du XVIIIe. L’administration des classes de la Marine et ses archives dans les ports bretons, dans RHES, 1959, p. 89-112.

26 Beauchesne, G., « Les matelots de la Compagnie des Indes », Cahiers de la Compagnie des Indes, n° 3, 1998, p 55-69.

27 Thanneur, J.-P., Les Loisirs à Lorient au xviiie s., MM, Rennes II, 1986. Penobert, O., L’alcool, au cœur de la société lorientaise de 1740 à 1770, MM, UBS, 1999.

28 Délibération de la communauté de ville du 7 mars 1754, AML, 7D1 7.

29 Riou, N., Théâtre et Société à Lorient aux xviiie et xixe siècles, MM, UBS, 1998.

30 Délibération du 28 juillet 1741 de la communauté de ville, citée par R. Maurice, op cit.

31 Délibération du 16 octobre 1753 de la communauté de ville, AML, 7D1 7.

32 Délibération du 24 avril 1756 de la communauté de ville, AML, 7D1 7.

33 In Maurice, R., op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540