Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Police et migrants

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Caroline Douki
, 
Nicole Dyonet
, 
et al.

Identification des migrants et protection nationale

« Papiers ! » les forces de l’ordre et les réfugiés espagnols (1939-1945)

Phryné Pigenet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Au cours de l’hiver 1939, l’entrée non désirée, non prévue, puis finalement acceptée de 500 000 républicains espagnols suscite de graves inquiétudes au sommet de l’État français. Le caractère exceptionnel de la situation entraîne un surcroît d’activité des services du ministère de l’Intérieur dont témoigne l’abondance des circulaires adressées aux préfets.

2Assimilés à des indésirables, les réfugiés espagnols subissent l’aggravation de la réglementation appliquée aux étrangers, mais sont, en outre, l’objet de mesures spéciales. L’absence de statut et la complexité de la réglementation multiplient les risques d’arbitraire.

3Cette situation soulève plusieurs séries de questions. Les unes intéressent l’organisation et les méthodes de l’institution policière confrontée à la masse des réfugiés qu’elle doit soudainement surveiller. Les autres concernent l’efficacité même de la réglementation pléthorique censée régir le contrôle des étrangers.

Absence de statut et précarité des conditions de séjour

« Asilés », mais non réfugiés

  • 1 Les prévisions les plus pessimistes estimaient jusque-là à environ 50 000 le nombre de réfugiés po (...)

4Après avoir autorisé l’entrée, pour des raisons humanitaires, des civils qui refluent vers la frontière pyrénéenne, le gouvernement français accueille, à partir du 5 février, dans une totale impréparation les 225 000 soldats de l’armée républicaine en déroute1.

  • 2 Préfecture de police de Paris (PPP) DA 747 circulaires n° 40 et 386 du ministre de l’Intérieur aux (...)

5Dès le 10 février, le ministre de l’Intérieur attire l’attention de tous les préfets sur les risques que représente pour l’ordre public, l’irruption d’une telle masse d’étrangers politisés. Le 14 février, une nouvelle circulaire rappelle la conduite à tenir à l’égard de ceux qui sont rentrés après le 20 janvier. Les mesures proposées répondent à une triple préoccupation : sanitaire, politique et économique. Soumis à une surveillance particulière, les civils ne doivent se livrer à aucune activité économique sans l’autorisation des services de la Main d’Œuvre. Les clandestins et les militaires, quant à eux, doivent être internés2.

6Dans l’esprit des responsables administratifs, la France ne peut accorder qu’un asile provisoire. Dès les premiers passages de la frontière, les consignes de rapatriement se multiplient. La circulaire du 14 février insiste sur ce point :

« Je vous rappelle l’intérêt que j’attache au rapatriement très rapide de ces espagnols (sic) […]. Vous voudrez bien prendre toutes mesures utiles pour que cette évacuation ait lieu par départs collectifs, à un rythme accéléré ».

7Les officiers chargés de l’administration des camps partagent ce point de vue. Le général Besson ne cache pas les réticences de l’État-Major devant l’hypothèse d’une possible sortie des camps :

  • 3 Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT) 7N 2475/3 sd1. Note du 24 février 1939.

« La garde des miliciens en dehors des camps immobilisera des effectifs considérables de GMR et les sacrifices consentis pour l’installation des travailleurs seront hors de proportion avec leur rendement. Le retour de la plus grande partie des miliciens dans leur pays d’origine est la seule solution qui puisse être raisonnablement envisagée3 ».

  • 4 Selon les sources, le nombre de réfugiés espagnols présents en France en 1940, oscille entre 140 0 (...)

8Dans un avenir très proche l’armée louera les services rendus par les soldats et les officiers espagnols. Pour l’heure, l’unique solution retenue est le rapatriement. Celui-ci implique le refus de reconnaissance de la condition de réfugié. La Seconde Guerre Mondiale et l’évidence d’un maintien durable et massif4 obligent le ministre de l’Intérieur à adopter une solution définitive. En l’absence de certificat de nationalité délivré par leur consulat, les Espagnols sont astreints aux prestations militaires applicables aux étrangers bénéficiaires du droit d’asile. On refuse toutefois de leur accorder le statut dont jouissent les Russes et les Arméniens.

  • 5 Les archives des consulats espagnols de Paris et Toulouse font état, durant l’hiver 1939-1940, d’i (...)

9Réfugiés sans statut et étrangers sans protection nationale5, telle sera, jusqu’en 1945, sous le vocable d’asilés, la condition juridique de dizaines de milliers d’hommes et de femmes chassés de leur pays par la victoire du franquisme.

Une réglementation complexe et floue

  • 6 PPP Da 747 : circulaire du 6 avril 1937.
  • 7 PPP Da 744 : note de service du 14 mars 1938.
  • 8 AN F7 15172 : circulaire du 11 février 1939.
  • 9 AN F7 16033 : circulaire du 31 décembre 1940.
  • 10 Une circulaire postérieure précise que les fiches d’identité délivrées à des étrangers incorporés (...)
  • 11 PPP Da 785, circulaire du 19 mars 1941. À l’exception de ceux qui disposent de ressources personne (...)
  • 12 AN F7 16034, circulaire du 28 novembre 1941.
  • 13 SHAT 2P47, Bulletin d’information générale du ministère de l’Intérieur, n° 106, 8/09/1942.
  • 14 PPP BA 2249, décret du 16 mars 1943.

10Dès mars 1938, la dégradation de la situation militaire dans le camp républicain a précipité des centaines de civils vers la frontière. Vigilant, le ministre de l’Intérieur alerte les préfets. Déjà l’année précédente, l’entrée des Espagnols avait été plus strictement contrôlée par l’exigence d’un visa consulaire6. Les conditions de séjour vont à leur tour être soumises à une réglementation dérogatoire au droit commun des étrangers. Désormais, les titres de séjour délivrés seront renouvelables tous les trois mois7. Le déploiement des GMR dans les Pyrénées-Orientales et l’Ariège complète le dispositif. À la veille de recevoir le gros de l’armée républicaine, les autorités s’inquiètent de la situation des dizaines de milliers de civils qui ont franchi ou qui sont sur le point de passer les postes-frontières. Si les « plus honorables » bénéficient du droit à un titre de séjour de durée variable, sur tout le territoire métropolitain, la majorité ne peut espérer obtenir qu’un laissez-passer provisoire valable pour un seul département, voire une seule commune. On prévoit d’assigner à résidence les plus dangereux dans une localité déterminée ou un-centre spécial de rassemblement8.Quant-aux miliciens, dés leur arrivée, ils sont expédiés dans les camps de concentration ouverts à cet effet. L’entrée en guerre, notons-le, n’aggrave pas forcément leur sort. En revanche, les premières mesures prises par le régime de Vichy modifient les règles en vigueur, effaçant dorénavant la distinction entre civils de sexe masculin et militaires9. Les réfugiés susceptibles de troubler l’ordre public sont expédiés vers les camps du Vernet et de Rieucros. Les hommes, incapables d’assurer leur subsistance sont internés aux camps d’Argelès et de Rivesaltes. Ceux qui sont en surnombre dans l’économie nationale dépendent des GTE (groupements de travailleurs étrangers)10. Au total, la liste des ayants droit à un titre de séjour en bonne et due forme se limite aux titulaires d’un contrat de travail visé par le ministère du Travail, aux détenteurs de ressources personnelles11 et à ceux qui exercent une profession non-salariée autorisée12. S’ils ne peuvent quitter le territoire français, ils sont alors enrôlés d’office dans les GTE. Ce dispositif destiné à permettre une surveillance totale de la population étrangère va de pair avec l’instauration d’une répression sévère des infractions, punies de peines d’internement et d’expulsion13 et d’une stricte réglementation des autorisations de déplacements14. Vichy ne peut toutefois ignorer les desiderata des autorités d’occupation ni la protection offerte aux exilés espagnols par la Légation du Mexique.

Les interférences des puissances étrangères

  • 15 AN 890158 ar.2. Note du directeur des services de la Police de Sûreté au directeur de l’administra (...)
  • 16 AN F7 16034, dossier juridique de 1941 et note du ministère de l’Intérieur de mai 1943.

11De nombreux rapports signalent l’intervention allemande, sous forme de dérogations aux règlements, dans les problèmes relevant du statut des étrangers, ce qui a pour effet de réduire l’efficacité des contrôles établis par les autorités françaises. En 1941, les travailleurs étrangers employés par les autorités d’occupation obtiennent un titre spécial de résident sans la mention de travailleur15. En provenance d’unités de travail encadrées, ils sont néanmoins considérés comme étant en résidence libre sur le territoire. Cette liberté provoque la colère du haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur qui réplique en autorisant la police à sanctionner ces travailleurs, demeurés en infraction au regard de la législation nationale. En mai 1943, suite aux demandes réitérées des Allemands, soucieux de pourvoir leurs ouvriers de cartes de résident de deux ans, le ministre de l’Intérieur propose, de les doter « de fiches d’identité de travailleurs étrangers » identiques à celles en vigueur dans les GTE car, « le ministère du Travail, une fois la guerre terminée pourra ignorer ces titres qui n’ont rien à voir avec ceux que prévoit la réglementation concernant les travailleurs libres16 ».

  • 17 AN 890158 ar.3. Dans une note du 10 décembre 1940, l’auteur montre son embarras. Il ne veut pas dé (...)
  • 18 Les mutilés, installés à Montauban dans des foyers financés par la Légation du Mexique, vont être (...)

12Vis-à-vis de la Légation du Mexique, les rapports sont différents. Soupçonnée d’entretenir un foyer de subversion sur le territoire français, elle reste, néanmoins, le seul espoir pour se débarrasser des « indésirables » auxquels elle conseille la ré-émigration17. L’attitude à son égard est très ambiguë. Les éléments qu’elle protège sont fichés comme suspects18, mais, on regrettera la rupture des relations diplomatiques entre l’Axe et le Mexique qui remet en cause leur possible départ.

Le résultat : jungle juridique et arbitraire

  • 19 PPP dossier non coté, PJ 43 Affaire Marasse. L’un a une carte de résident de 3 ans, un autre de 1 (...)
  • 20 SHAT 34 N/375 folio 12. Huit mille d’entre eux, faits prisonniers lors de l’avance allemande, abou (...)

13On est frappé à la lecture des archives et à l’écoute des témoignages par la diversité des statuts juridiques attribués à des hommes et à des femmes, unis par un itinéraire commun. On le vérifie lors des interrogatoires effectués dans le cadre des enquêtes consécutives aux affaires Marasse et Musté-Miret de juin et novembre 1942. La plupart des prévenus sont des travailleurs libres, membres du groupe en principe le mieux réglementé. Or les six personnes entendues présentent six titres d’identité différents19. Que dire alors des travailleurs encadrés ? Un mémoire de 1973, adressé aux autorités militaires par l’Amicale des anciens des unités de prestataires militaires étrangers de 1939-1945, ne mentionne pas moins de dix types de situations20.

  • 21 PPP 207 : rapport du 18 décembre 1942 sur les Espagnols suspects évadés du camp de la Pallice. Ce (...)
  • 22 AN F7 16032, note sur l’activité du 7e bureau du 15 au 22 mars 1942. Le consul de France à Madrid (...)
  • 23 PPP Da 785, Une circulaire du 17 décembre 1941 ordonne aux préfets d’envoyer vers les groupements (...)
  • 24 PPP Ba 2249. La circulaire du 24 mars 1944 précise que tout étranger en situation irrégulière est (...)

14Pendant quelque temps, les réfugiés espagnols tentent de profiter de cet imbroglio. Les exemples abondent « d’évadés » des chantiers Todt qui reviennent à Paris pour demander et obtenir des autorités françaises un titre de séjour21 ou qui franchissent la ligne de démarcation22. Très vite, pourtant, les circulaires aggravent la législation et menacent d’internement23 ou de déportation24 les délinquants.

15Mais la multiplication des circulaires et les plaintes des préfets soulignent le faible rendement de l’action administrative. Déjà, en novembre 1939, le préfet des Basses Alpes exprimait son incapacité à suivre l’actualité de la réglementation :

« Depuis le début des hostilités, je n’ai pas reçu moins de 150 circulaires, instructions, rectificatifs […] du bureau central militaire de circulation […] Le bureau de la préfecture a délivré plus de 7400 cartes d’identité à ce jour, c’est-à-dire environ le dixième du chiffre de la population de mon département. Cette proportion m’apparaît énorme […] ».

16Dans une note du 2 décembre 1943, la direction de l’administration de la police avoue elle-même son impuissance :

« J’estime toutefois que la multiplication des modèles de titres que peuvent être appelés à produire les étrangers séjournant sur notre territoire est de nature à compliquer la tâche des autorités administratives et de police et à favoriser les fraudes ».

  • 25 PPP 207, dossier du 16 octobre 1942.

17Ce médiocre rendement s’explique aussi par la superposition des deux administrations française et allemande, chacune obéissant à des objectifs parfois contradictoires. Ainsi, après les coups de filet français de juin et novembre 1942 contre les communistes espagnols, les Allemands font libérer une partie de ces derniers afin de les réintégrer dans les usines ou les chantiers qui les employaient. L’affaire se reproduit à plusieurs reprises, comme si, pour les Allemands, les finalités économiques l’emportaient sur les finalités politiques. Les seuls qui échappent à cette clémence intéressée sont les présumés « terroristes » qui combattent la présence allemande sur le sol français25. Les autorités françaises, obsédées par les problèmes de maintien de l’ordre, supportent assez mal cette remise en cause permanente de leur législation interne. Aussi l’encadrement collectif a-t-il les faveurs de l’État policier en place à Vichy.

Encadrement et surveillance d’une population « d’indésirables »

L’encadrement : un moyen de surveillance collective

  • 26 SHAT 7 N 2475/3 sd1. Le général Falgade rendant compte, le 13 février 1939, de l’organisation des (...)
  • 27 Idem, décret du 12 avril 1939.
  • 28 PPP Da. Instruction du 9 mars 1942.
  • 29 SHAT 6 N 317 sd7. Note du 20 septembre 1939.
  • 30 SHAT 7 N 2475 sd2. La note du 25 avril 1940 indique que sur les 104 000 miliciens espagnols, 55 00 (...)
  • 31 SHAT 6 N 317 sd7. Un compte rendu mentionne un arrêt de travail conduit par un travailleur libre e (...)

18À la veille d’un nouveau conflit, le gouvernement français exclut de laisser en liberté des soldats étrangers sur son territoire, fussent-ils momentanément désarmés et vaincus. Ces internements ont cependant un coût financier et politique jugé d’autant plus lourd que les rapports qui parviennent de l’autorité militaire, en provenance des camps, sont rassurants26. En avril 1939, le gouvernement étend aux étrangers bénéficiaires du droit d’asile les obligations imposées aux Français par les lois de recensement et d’organisation de la nation en temps de guerre. De nouvelles instructions précisent que les prestataires pourront être utilisés par l’armée ainsi que par les autres administrations, les entreprises qui travaillent pour la défense nationale et l’agriculture27. Les premiers volontaires peuvent sortir des camps, regroupés en compagnies de travailleurs espagnols (CTE). Sous la responsabilité de l’armée, ils accomplissent des travaux d’intérêt militaire. Parallèlement, des groupements de travailleurs sont mis au service de l’agriculture. Le succès de ces opérations est tel que le ministre du Travail recommande à son administration d’exiger des employeurs qu’ils ne fassent pas de demandes nominatives de réfugiés28. Une fois encore, la déclaration de guerre et la mobilisation changent les données du problème. Il n’est plus question de volontariat, mais de prestations imposées. En outre, les usines de guerre recherchent des ouvriers qualifiés. Le ministère de l’Air, en quête d’une centaine d’ouvriers en juillet, saute sur l’occasion. L’Intérieur et la Production Industrielle hésitent davantage. Le premier craint les sabotages, le second ne souhaite pas d’embauchage direct hors du contrôle des offices de placement, moyen par lequel, on l’a vu, la Sûreté nationale surveille les étrangers29. Si, beaucoup d’ouvriers qualifiés, profitent de l’aubaine – occasion de sortir du camp, de percevoir un salaire et de pouvoir vivre en famille–, le gros des internés n’entre dans les compagnies de prestataires que sous la contrainte. Beaucoup tentent d’y échapper par l’embauche chez un agriculteur quand ils ne choisissent pas le retour pur et simple en Espagne. À quelques semaines de la victoire allemande, tous les miliciens internés ont été mobilisés30. Du côté de l’armée, de nombreux rapports soulignent la qualité des prestations fournies. Les industriels de l’aéronautique marquent également leur satisfaction par l’octroi de primes et de salaires élevés qui motivent des rappels à l’ordre du ministère du Travail. Pour autant, les préjugés subsistent et le moindre incident est immédiatement signalé31.

19En juin 1940, il est prévu de libérer les derniers internés inaptes au travail et de les répartir dans des hôpitaux ou les dépôts de main-d’œuvre. Pour les autres, une parenthèse relativement heureuse s’achève. Les besoins économiques et militaires les avaient peu à peu intégrés dans la communauté française. La xénophobie et les ambitions répressives de Vichy leur font perdre cette semi-liberté fraîchement acquise.

  • 32 SHAT 34 N 375/1, décret du 27 septembre 1940.
  • 33 SHAT 1 P 22. Synthèses mensuelles des rapports des liaisons de gendarmerie sur l’état d’esprit en (...)
  • 34 PPP Ba 2249. Circulaire du 12 octobre 1940. Le ministre de l’Intérieur rappelle aux préfets les mo (...)

20Avec la démobilisation des compagnies de prestataires, un décret crée les groupements de travailleurs étrangers (GTE) qu’il ne faut pas confondre avec les CTE ou les groupes de travailleurs étrangers d’avril 193932. Prestataires et travailleurs étaient au service de l’armée et de l’économie française. Désormais, il s’agit, en tout cas dans un premier temps, de les mettre hors-service. En rassemblant les étrangers en surnombre dans l’économie nationale, on fait d’une pierre plusieurs coups : encadrés, surveillés, ils sont à la disposition d’un employeur, taillables et corvéables à merci. Le texte précise que les étrangers affectés à ces groupements ne perçoivent aucun salaire, en dehors d’une solde et d’une prime de rendement. Les familles bénéficient des allocations militaires. Dans l’optique de Vichy, il importe d’éviter de mécontenter l’opinion publique et de permettre aux démobilisés de retrouver rapidement un emploi. L’accueil réservé à cette loi par les chefs d’entreprise n’est pas des plus enthousiastes. Le commandant de la gendarmerie des Hautes-Pyrénées signale combien il doit « forcer » la main des employeurs pour obtenir la substitution des Français aux Espagnols33. En réalité il ne s’agit pas seulement de rétablir les droits, au demeurant légitimes, des démobilisés, mais de retirer, au nom de la protection de la main-d’œuvre nationale, leur carte de travailleur, quelle qu’en soit la durée, à tous les étrangers non agréés par les services régionaux du travail34.

  • 35 PPP Ba 2249 circulaires du 24 mars et du 5 avril 1944. Les exigences des Allemands devenant de plu (...)
  • 36 SHAT 1 P 22, Synthèse des rapports de gendarmerie de mars 1941 : la 13e légion signale l’action né (...)
  • 37 PPP 207, circulaire du 1er septembre 1942. Le secrétaire d’État à l’Intérieur résume parfaitement (...)

21Ainsi la majorité des réfugiés se retrouve de nouveau internée ou encadrée. Considéré comme la panacée, l’enfermement envisagé ne peut être mené à son terme. Très vite, les mines, les chantiers forestiers, l’agriculture vont absorber la main-d’œuvre que leur dispute l’armée d’occupation. Peu rémunérés, privés de liberté de résidence, susceptibles de satisfaire à tout moment les besoins allemands, y compris dans les usines du Reich35, nombre de réfugiés s’engagent dans la Résistance. En réalité, les structures d’encadrement, destinées à la surveillance, favorisent aussi le prosélytisme politique. Conscients du risque, les responsables du maintien de l’ordre, alertés par les rapports qui leur parviennent36, s’en émeuvent et conseillent à leurs subordonnés une surveillance très stricte des GTE37, dans le même temps où ils renforcent le système traditionnel de contrôle des « indésirables ».

La surveillance individuelle

  • 38 Dallier, G., La police des étrangers à Paris et dans le département de la Seine, Paris, Arthur Rou (...)

22Qu’est-ce qu’un « indésirable » ? Un ouvrage publié en 191438 et consacré à la police des étrangers en donne une définition que l’administration vichyssoise pourrait reprendre à son compte :

« Ce n’est pas le travailleur placide, honnête, respectueux des lois de police et de sûreté […] ni le touriste qui contribue à la prospérité générale, ni le commerçant qui s’enracine chez nous et dont l’intérêt devient solidaire du notre. Celui qu’il faut atteindre c’est l’indésirable. […], l’espion, le malfaiteur, le vagabond, le fraudeur, l’habitant d’une contrée contaminée etc.., celui, en somme qui sème le trouble, qui met en péril notre travail ou notre sécurité ».

  • 39 PPP 207, note du 23 février 1944.

23Notons, au passage, que l’auteur cite l’espion, mais non le militant et que le commerçant étranger n’apparaît pas encore comme un dangereux concurrent de la main-d’œuvre nationale. Il n’en ira pas de même après la crise et le Front Populaire. Trente ans plus tard, trois types d’indésirables se détachent : les criminels de droit commun, les indigents et les agitateurs politiques. Dans l’optique policière, les réfugiés espagnols relèvent alternativement ou simultanément des trois registres comme le montre une note rédigée à la suite de l’arrestation d’anciens soldats républicains, coupables de trafic de cartes d’alimentation39.

« Bien qu’il n’ait pu être prouvé que ces asilés se sont livrés à une activité politique ou terroriste quelconque sur notre territoire, il n’en est pas moins vrai qu’il s’agit d’éléments particulièrement suspects, susceptibles de se livrer aux pires actes de banditisme à la faveur de mouvements de désordre. D’aucuns se sont révélés comme des cambrioleurs armés particulièrement audacieux, pour la plupart en rupture de contrat avec leurs employeurs et vivant pour la plupart dans l’illégalité. Enfin, ils sont des anciens combattants des brigades espagnoles républicaines qui ont gardé le contact depuis leur entrée en France après la retraite de Catalogne et qui attendent dans l’ombre le moment favorable pour passer à l’action […] ».

24Pour le rédacteur, ces hommes ne sont pas seulement des bandits de droit commun. Ce qui les rend éminemment suspects c’est aussi leur itinéraire dans « les brigades » – le choix du terme n’est pas innocent –, le fait qu’ils ne soient plus sous contrôle – sans titre de séjour et en rupture avec leur employeur –, et, surtout, les contacts qu’ils ont maintenus entre eux – le complot est en place –. De là à dire que l’on se trouve en présence de résistants, il n’y a qu’un pas que l’auteur ne franchit pas, mais qu’il suggère fortement.

25Cette manière de voir reflète un état d’esprit général. Déjà, en 1940, le commissaire spécial de Toulouse ne considérait pas autrement les miliciens espagnols embauchés à la Poudrerie :

  • 40 ADHG 1960/64. Note du commissaire spécial de Toulouse au préfet du 9 juin 1940.

« Les miliciens espagnols laissés en liberté se groupent le soir dans certains cafés qu’ils affectionnent particulièrement et à la faveur des conversations qui s’ébauchent, des amitiés se lient ou se renouent selon les affinités politiques. Les communistes espagnols en résidence à Toulouse ont de cette façon la faculté de se concerter sans qu’ils aient besoin de constituer de cellules. Je m’efforce de dépister pour ma part, les plus suspects d’entre eux en les proposant pour l’internement dans un camp de concentration40 ».

26Même son de cloche chez les gendarmes :

  • 41 SHAT 1P 22. Note de synthèse de la gendarmerie en zone libre, février 1941.

« Dans toute l’étendue de la zone libre, la surveillance des individus suspects continue à se traduire par des mesures d’internement avec des mises en résidence surveillée, prises en commun accord par les autorités militaires et administratives. Malgré ces mesures, les suspects internés dans les camps de séjour surveillé n’en poursuivent pas moins leur action néfaste, en raison de la liberté de correspondance dont ils jouissent et des permissions qui leur sont accordées41 ».

  • 42 PPP Db2 785 et 207. Cf. la circulaire du 26 octobre 1940 du Général de corps d’armés aux préfets l (...)
  • 43 PPP Ba 2249, circulaire du 23 février 1942 et décret du 16 mars 1943 qui s’apparente au livret ouv (...)
  • 44 Deux affaires ont secoué, en 1942, les milieux républicains espagnols, l’une en zone Nord et l’aut (...)
  • 45 PPP 207, circulaire du 13 novembre 1942.

27La réglementation concernant l’établissement de fichiers42, le contrôle de la circulation et du déplacement des étrangers43, les recherches des internés évadés occupent une part non négligeable de la correspondance échangée entre l’Intérieur et les préfets. Ajoutons que dans les rapports qu’envoient les préfets de région, les Espagnols ne sont jamais oubliés. Pourtant, la multiplication des intervenants, l’absence de spécialisation des services conduisent l’administration à s’interroger sur l’efficacité de son action44. De nouvelles directives sont ainsi proposées aux agents d’exécution. Les renseignements sont désormais centralisés par la 6e section de la direction de la Sûreté. Tout Espagnol interné fait l’objet d’une fiche anthropométrique et dactyloscopique. Chaque année, les services doivent dresser le bilan de leur activité en matière de lutte contre les menées subversives espagnoles45. La lecture des rapports de l’année 1943 et 1944 traduit, cependant, un moindre intérêt porté aux réfugiés républicains. Seul le Sud-ouest fait exception en raison de l’activité des guérilleros.

28Reste que le regard porté sur les Espagnols par les divers services de police n’a jamais été uniforme en dépit de la suspicion systématique qu’entretiennent les consignes de sévérité des autorités supérieures.

Face à « l’Espagnol rouge », des attitudes policières variées

Du mépris à la suspicion

29En février 1939, les cadres de la police en contact avec les réfugiés espagnols ne cachent pas le mépris que leur inspire le flot des vaincus. À Perpignan, le commissaire spécial s’en ouvre en ces termes dans les colonnes de l’Indépendant.

  • 46 L’Indépendant du 24/02/39, article paru sous le titre, « Les Français ne doivent pas se laisser at (...)

« Nos concitoyens sont actuellement sollicités par de nombreux Espagnols qui, utilisant tous les prétextes et toutes les relations, désirent obtenir ainsi un visa de police sur leur passeport pour résider en France. Ces Espagnols ont échappé au camp de concentration et le Consulat d’Espagne [encore républicain] leur a délivré des passeports gratuits, d’un modèle ridicule et dont l’improvisation n’est pas à l’honneur de ceux qui ont préparé cette supercherie. Nous avons refusé ici, de nous associer à ces demandes de visa, la police spéciale ayant autre chose à faire qu’à tolérer la présence irrégulière d’Espagnols sur le territoire français… La place des Espagnols momentanément sans patrie est dans les camps de concentration et non dans les rues de la ville ou les routes de campagne46 ».

30Son collègue de la gare d’Orsay ne fait pas preuve de plus de commisération lorsqu’il se plaint de l’occupation de la salle d’attente des voyageurs de 3e classe par les réfugiés.

  • 47 PPP 248, rapport du commissaire spécial de la gare d’Orsay. Notons que l’utilisation du conditionn (...)

« Il s’ensuit, explique-t-il, que les voyageurs ordinaires se trouvent dans l’obligation d’occuper les salles de 1er et 2e classe afin d’éviter la promiscuité des réfugiés qui ne sont pas toujours dans l’état satisfaisant de propreté et il n’est pas douteux que cette seule particularité soit de nature à nous attirer des doléances de la part des autres voyageurs. J’ajoute que la salle de 3e classe se trouve en fin de journée dans un état de malpropreté tel qu’il justifierait largement ces doléances […]47 ».

  • 48 Mortiz, J. (ed.), Nuevas raîces : Testimonios de mujeres españoles en el exilio, Mexico 1993, p. 2 (...)
  • 49 L’Indépendant du 12/02/39. L’éditorialiste, P. Brousse, rapporte les propos d’un officier français (...)

31Certains gestes interdisent cependant de généraliser et témoignent des sentiments de sympathie et d’humanité éprouvés par une fraction des hommes affectés au maintien de l’ordre. C’est dans la gendarmerie que ces réactions sont les plus courantes. Nombre de gendarmes des Pyrénées-Orientales, originaires du Roussillon, parlent catalan et communiquent ainsi plus aisément avec les réfugiés venus de la province espagnole voisine. Deux anecdotes contées par Maria Tarragona illustrent ces cas de bienveillance qui lui permirent, tour à tour d’échapper à une des rafles opérée devant le Casal catalan de Perpignan, puis de pénétrer dans le camp où l’un de ses parents était interné48. La fréquentation des réfugiés modifie la perception et ébranle les préjugés. Le journal de bord, rédigé durant l’été 1939, du lieutenant Guillot, commandant d’un peloton mobile de gendarmerie dans le Sud-tunisien rend compte de cette évolution. Le jugement qu’il porte sur les quatre mille Espagnols placés sous sa responsabilité se démarque de celui des officiers détachés aux postes frontières en février49.

  • 50 Revue de la gendarmerie, n° 71, 15/09/39, p. 690 à 727.

« Nous eûmes de bons rapports avec l’état major espagnol, et, s’il nous sembla parfois manquer d’énergie, il fit toujours preuve de bonne volonté et de beaucoup de correction à notre égard […], les manquements à la discipline furent rares50 ».

  • 51 AN F7 16032.

32Du côté de la police, le commissaire en charge du service marseillais des étrangers note dans un rapport en date du 6 novembre 1939 que tous les Espagnols, réfugiés ou résidents sont favorables à la France, les premiers par idéologie, les seconds par accoutumance. De nombreux apatrides, précise-t-il, se sont présentés spontanément pour se faire recenser, puis il conclut, « en résumé, colonie nettement favorable à notre cause, même parmi les éléments avancés51 ».

33Toutefois, la suspicion se maintient chez les inspecteurs et commissaires des renseignements généraux que leur fonction désigne pour surveiller les « suspects ». À Toulouse, le commissaire spécial résume assez bien le point de vue de ses collègues :

  • 52 ADHG 1960/64, note du 8 mai 1940.

« On doit déplorer que les espagnols (sic) aient trop rapidement quitté le camp de concentration où ils furent identifiés en 1939, pour être placés dans les usines d’industrie de guerre. Beaucoup de miliciens peuvent de la sorte produire actuellement des états-civils fantaisistes et c’est à la faveur de cette situation qu’un grand nombre d’entre eux ont la faculté de quitter en toute impunité les compagnies de travail pour chercher du travail à leur convenance et se dispenser de l’observance de la discipline quasi militaire, qui est la règle dans les compagnies52 ».

  • 53 SHAT 1P22, rapport mensuel des synthèses de gendarmerie de février 1941.

34À toutes fins utiles, le commissaire divisionnaire de Saint-Étienne choisit de convoquer les « suspects » pour leur signifier qu’ils seront tenus pour responsables des faits de propagande recensés dans son secteur, à moins, bien sûr, qu’ils ne dénoncent les auteurs de tels méfaits53.

Des pratiques variables d’un service à l’autre

  • 54 Ces opérations auront lieu en juin et novembre 1942. La troisième se produit en 1943, sans précisi (...)
  • 55 Livré, après les trois affaires, à un des chefs de la Résistance espagnole, il aurait été exécuté. (...)

35Les RG font merveille dans la traque des « indésirables » espagnols, même si l’on constate une plus grande efficacité en zone occupée, plus particulièrement à Paris, qu’en zone Sud. Les dossiers d’épuration de la préfecture de police fournissent la clé de ces disparités. Grâce aux informations fournies par un indicateur, haut placé dans l’appareil du PCE, et aux filatures réalisées, les inspecteurs de la 3e section des RG démantèlent, en trois coups, l’organisation communiste en zone Nord54. Mais les inspecteurs et commissaires qui, par ailleurs affirment appartenir à la Résistance, arguent devant la commission d’épuration qu’ils ont livré leur informateur à la vindicte de ses compatriotes55. En zone Sud, le zèle policier semble, de toute évidence, plus modéré. Témoin contre Baillet, son ex-patron, le sous directeur des RG à la Sûreté oppose le comportement des fonctionnaires des RG de la Sûreté nationale à celui de leurs homologues de la préfecture de police qui, dit-il, « marchaient (sic) d’une façon très active quand la province se contentait de recueillir des informations… »

36De fait, en zone libre, les coups de filet furent souvent des coups d’épée dans l’eau qui atteignirent très rarement les « terroristes », organisateurs de sabotages et d’attentats, passeurs ou collecteurs de renseignements, alors que « les politiques » étaient plus souvent inquiétés. À sa manière, le préfet des Pyrénées-Orientales ne dit pas autre chose :

  • 56 AN F1 CIII 1181, rapport du préfet des Pyrénées-Orientales du 10 mars 1943.

« En dehors de la surveillance des individus suspects, il a été plus particulièrement procédé à la recherche « des passeurs » ou des organisations de passage clandestin à la frontière. La tâche est difficile, les preuves sont souvent impossibles à recueillir56 ».

  • 57 Buisson, H., La Police, son histoire, Paris, chez l’auteur, 1949, 2nde édition, p. 351 à 353. Henr (...)

37Les causes de cette moindre efficacité sont multiples. Les préfets des deux zones invoquent en priorité le manque de moyens. L’insuffisance ou le mauvais emploi des gardes mobiles, l’absence d’équipement de transmission les empêchent de sévir, se défendent-ils, avec la célérité voulue. Viennent ensuite les conflits de compétences avec les autorités d’occupation, en particulier dans la zone réservée des frontières. La police, dont Vichy avait fait sa pièce maîtresse, est traversée à l’instar du reste de la société, de courants contradictoires. L’attitude parfois hostile des Allemands qui n’hésitent pas à arrêter, voire à déporter des commissaires et des préfets, l’entrée en lice des polices parallèles, irritent les professionnels du maintien de l’ordre qui, dès 1943, se détachent peu à peu du régime. Sans adhérer totalement au plaidoyer d’Henri Buisson, pressé de brosser un tableau élogieux de la résistance policière57, il est probable que les résultats de la police ont souffert de l’absence de zèle, sinon du sabotage de certains de ses agents. Ajoutons que les Espagnols, installés depuis peu sur le territoire français, sont moins bien connus des services de police que les militants français, ou même que les étrangers plus anciennement implantés.

  • 58 ADHG 1960/64, note du 9 juin 1940.

« Je persiste à penser […], confie le commissaire spécial de Toulouse, qu’aussi longtemps que plusieurs centaines de miliciens auront la liberté de résider librement à Toulouse, on pourra redouter que certains de ces extrémistes ne se livrent à une activité subversive puisque les pouvoirs de police connaissent moins bien les tendances de ces communistes que les formes et l’activité de leurs coreligionnaires français et que la surveillance à leur égard ne peut s’exercer avec la même efficacité58 ».

Un bilan répressif en demi-teinte

38Si le bilan des internements, des arrestations, des déportations et des exécutions apparaît élevé, il s’en faut qu’il soit à la hauteur des moyens déployés et présente des caractéristiques très différentes selon que l’on considère la zone libre – où vivaient la majorité des Espagnols – ou la zone occupée.

39Dans cette dernière, la répression politique est sévère comme le rappelle l’affaire Musté-Miret. Sur 194 arrestations, 131 furent maintenues au titre de la reconstitution d’une organisation communiste. Dix-sept inculpés furent mis à la disposition des autorités allemandes pour actes de terrorisme. Quatre prévenus furent internés pour suspicion d’activités communistes, tandis que quatre inculpés étaient laissés en liberté et trente-huit relaxés. Retenons que les prévenus qui n’avaient pas été placés en maison d’arrêt, retrouvèrent rapidement leur liberté dès lors qu’ils étaient embauchés sur des chantiers ou dans des usines travaillant pour l’Allemagne.

  • 59 Bulletin hebdomadaire de police criminelle du 9/10/42 au 31/12/42.
  • 60 AN F1 CIII 1156. Dans ce rapport le préfet précise que les Espagnols représentent 81,2 % des étran (...)

40En zone libre, au contraire, la répression administrative a fait plus de victimes que la répression politique. Bien qu’aucun bilan global ne puisse être établi, quelques coups de projecteurs permettent d’avoir une idée de celle-ci. La source la plus intéressante est le Bulletin hebdomadaire de police criminelle. Malheureusement, seuls trois mois étant accessibles, nos résultats portent sur un très petit échantillon de 67 Espagnols. Les délits politiques – activité communiste, évasion, terrorisme – intéressent moins de 24 % des condamnés, contre 61 % pour les délits de droit commun – vols, trafics de cartes de ravitaillement, escroqueries – de loin les plus nombreux. Les défauts de carte d’identité ou la détention de faux papiers interviennent pour 12 % du total. Précisons que le défaut de carte d’identité n’étant pas toujours passible d’une condamnation devant les tribunaux, ce « délit » est sans doute quelque peu minoré59. Il l’est à coup sûr si l’on se fie au rapport rédigé en mars 1944 par le préfet de l’Hérault. Alors que l’année précédente, la population étrangère du département a diminué de 13,3 %, les pénalités encourues pour défaut de renouvellement de la carte de séjour sont en hausse de 26,7 %60.

41La répression politique en zone Sud ne suit pas la même courbe. Certes, les opérations policières de l’année 1942 ont frappé les milieux communistes – 68 arrestations – mais elles visent également le POUM ou la Ligue des Mutilés et ne débouchent pas sur des résultats éloquents. Aussi, le préfet du Gers estime-t-il utile de se justifier :

  • 61 AN F1 CIII 1204 et 1154.

« Si les résultats n’ont pas été en rapport avec les moyens déployés, cette opération a néanmoins permis un contrôle sérieux de tous les éléments antinationaux de ce département, notamment les Espagnols61 ».

  • 62 ADHG 2008/191 et F1 CIII 1204, rapports de mai et juin 1944.

42L’échec de la rafle des Espagnols et des Juifs de la région Midi-Pyrénées prévue pour le début du mois de juin 1944, mais reportée à plusieurs reprises en dit long sur la difficile mobilisation des policiers, plus disposés à prévenir les personnes inscrites sur les listes qu’à appliquer les ordres d’un régime dont les jours sont comptés62.

  • 63 Les différents travaux de J.M. Berlière mettent l’accent sur une culture de l’anticommunisme commu (...)

43« Rouges63 », étrangers, nombreux, les réfugiés espagnols réunissaient tous les critères pour devenir le gibier de choix d’une police obsédée par les « indésirables ». Malgré les efforts de fichage, d’encadrement et de surveillance, l’étude attentive des affaires auxquelles ils furent mêlés ne permet pas de conclure, à une persécution d’envergure. Les réseaux de résistance auxquels certains appartenaient en zone libre échappèrent souvent au démantèlement.

  • 64 Pigenet, P., « La protection des étrangers à l’épreuve de la guerre froide : l’Opération Boléro-Pa (...)

44Les raisons ne doivent pas être cherchées dans les sympathies particulières dont aurait joui le groupe, mais plutôt dans les lacunes de l’organisation policière. L’incapacité à connaître le milieu rendait l’institution très tributaire des informateurs et de la qualité des renseignements recueillis. Il faudra attendre les grandes grèves de 1948 pour que les RG parviennent à localiser « les fauteurs de troubles » et à dresser les listes qui s’avéreront utiles, en 1950, lors de l’opération Boléro-Paprika64. À cette date, après onze années de présence en France, les réfugiés s’étaient sédentarisés, tandis que progressait leur intégration à la société française.

Notes

1 Les prévisions les plus pessimistes estimaient jusque-là à environ 50 000 le nombre de réfugiés potentiels : L’Indépendant du 23 et du 25/02/1939.

2 Préfecture de police de Paris (PPP) DA 747 circulaires n° 40 et 386 du ministre de l’Intérieur aux préfets : 10/02/1939 et 14/02/1939.

3 Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT) 7N 2475/3 sd1. Note du 24 février 1939.

4 Selon les sources, le nombre de réfugiés espagnols présents en France en 1940, oscille entre 140 000 et 180 000. Dreyfus Armand, G., L’exil des Républicains espagnols en France, Paris, Albin Michel, 1999, p. 80.

5 Les archives des consulats espagnols de Paris et Toulouse font état, durant l’hiver 1939-1940, d’inscriptions de réfugiés désireux d’échapper aux prestations. Le scénario se renouvelle avec l’institution du STO en 1942.

6 PPP Da 747 : circulaire du 6 avril 1937.

7 PPP Da 744 : note de service du 14 mars 1938.

8 AN F7 15172 : circulaire du 11 février 1939.

9 AN F7 16033 : circulaire du 31 décembre 1940.

10 Une circulaire postérieure précise que les fiches d’identité délivrées à des étrangers incorporés dans les GTE leur tient lieu de carte d’identité.

11 PPP Da 785, circulaire du 19 mars 1941. À l’exception de ceux qui disposent de ressources personnelles ou qui sont assistés par un parent ou par la légation mexicaine, tous les réfugiés qui désirent obtenir un titre de séjour de résident libre doivent faire allégeance au régime franquiste en s’inscrivant au consulat. Par ce biais, les autorités espagnoles et mexicaines brideront à plusieurs reprises les velléités de contrôle du gouvernement de Vichy.

12 AN F7 16034, circulaire du 28 novembre 1941.

13 SHAT 2P47, Bulletin d’information générale du ministère de l’Intérieur, n° 106, 8/09/1942.

14 PPP BA 2249, décret du 16 mars 1943.

15 AN 890158 ar.2. Note du directeur des services de la Police de Sûreté au directeur de l’administration de la Police datée du mois de juin 1943. Il démontre comment les autorités d’occupation utilisent les évadés des GTE pour racoler de la main-d’œuvre espagnole dans ces mêmes camps en leur offrant des salaires convenables, une carte de résident libre et des cartes de ravitaillement.

16 AN F7 16034, dossier juridique de 1941 et note du ministère de l’Intérieur de mai 1943.

17 AN 890158 ar.3. Dans une note du 10 décembre 1940, l’auteur montre son embarras. Il ne veut pas déplaire à l’ambassadeur d’Espagne qui réclame des extraditions mais, ajoute-t-il, « Il paraît opportun de ne pas prendre de mesures ayant pour conséquence d’entraver l’émigration des réfugiés espagnols au Mexique. Or parmi les individus visés par la communication de M. Lecquerica, il en est qui ont la sympathie des autorités mexicaines… ».

18 Les mutilés, installés à Montauban dans des foyers financés par la Légation du Mexique, vont être l’objet d’une opération de police en février 1941 que ne justifiait aucune menace contre l’ordre public.

19 PPP dossier non coté, PJ 43 Affaire Marasse. L’un a une carte de résident de 3 ans, un autre de 1 an, un troisième un récépissé de 2 mois, un autre de six mois, un cinquième est doté d’un certificat de nationalité espagnole, mais bénéficie, en outre, d’une carte de résident car il est employé par les autorités d’occupation, quant au dernier, il ne possède plus les titres qui lui ont été retirés lors de son internement au camp de Chateaubriand.

20 SHAT 34 N/375 folio 12. Huit mille d’entre eux, faits prisonniers lors de l’avance allemande, aboutissent aux camps de Mauthausen dès 1940. Les autres, dans leur grande majorité, sont démobilisés pour être immédiatement versés dans les GTE, lesquelles seront pour parties expédiées en zone occupée et mises à disposition de l’organisation Todt ou des usines allemandes. Une minorité reste prestataire militaire au service de l’armée d’armistice. Quelques-uns deviennent travailleurs libres, sans compter ceux qui s’évadent et vivent sous de faux titres d’identité, au risque de finir leur périple internés en France ou en Allemagne.

21 PPP 207 : rapport du 18 décembre 1942 sur les Espagnols suspects évadés du camp de la Pallice. Ce document fait état des stratégies élaborées par les réfugiés espagnols pour échapper au travail encadré. Après s’être évadé, RD.M. vient ainsi à Paris, obtient un titre de séjour de la préfecture de police, en mars 1941. Les circulaires des 9 et 17 mars 1942 le mettent hors la loi. Il est arrêté et interné avant d’être à nouveau remis à la disposition de l’organisation Todt. Un autre évadé choisit une stratégie différente : il ne reste que quelques jours à Paris, part travailler en Allemagne comme volontaire puis revient à Paris où il est embauché par une entreprise allemande comme travailleur libre.

22 AN F7 16032, note sur l’activité du 7e bureau du 15 au 22 mars 1942. Le consul de France à Madrid signale que les Espagnols pénètrent en zone occupée sans visa d’entrée, obtiennent aisément des laissez-passer à destination de la zone libre et tournent ainsi la réglementation en vigueur pour l’entrée en France.

23 PPP Da 785, Une circulaire du 17 décembre 1941 ordonne aux préfets d’envoyer vers les groupements disciplinaires les évadés des GTE installées en zone sud et de les déférer au Parquet s’ils proviennent de GTE de la zone Nord.
PPP Da 744. La circulaire du 9 mars 1942 précise que les évadés des chantiers allemands perdent le titre de séjour octroyé par les autorités occupantes. Aucun titre ne peut leur être attribué et ils doivent être immédiatement internés.

24 PPP Ba 2249. La circulaire du 24 mars 1944 précise que tout étranger en situation irrégulière est mutable en Allemagne quelle qu’en soit la raison.

25 PPP 207, dossier du 16 octobre 1942.

26 SHAT 7 N 2475/3 sd1. Le général Falgade rendant compte, le 13 février 1939, de l’organisation des camps insiste sur les progrès réalisés grâce à la discipline des officiers espagnols et à leur esprit de coopération.

27 Idem, décret du 12 avril 1939.

28 PPP Da. Instruction du 9 mars 1942.

29 SHAT 6 N 317 sd7. Note du 20 septembre 1939.

30 SHAT 7 N 2475 sd2. La note du 25 avril 1940 indique que sur les 104 000 miliciens espagnols, 55 000 sont organisés en CTE, 40 000 sont placés par les offices du travail dans l’agriculture et l’industrie, 6 000 sont engagés dans la légion ou les RMVE, 3 000 inaptes à tout travail ont été maintenus dans les camps.

31 SHAT 6 N 317 sd7. Un compte rendu mentionne un arrêt de travail conduit par un travailleur libre espagnol, dans une usine hydroélectrique d’Ariège. L’intervention de la garde mobile et le renvoi des ouvriers au camp de Sept-fonds semble mettre fin à la mutinerie. Pourtant, quelques jours plus tard, la direction constate qu’une galerie de mine a été sabotée. Qu’en conclure ? Acte de résistance ? Fantasmes de la direction ? Hostilité du rapporteur ? Isolé, l’acte est trop précoce (septembre 1939) pour être significatif. Mais il tient en alerte la vigilance des autorités policières.

32 SHAT 34 N 375/1, décret du 27 septembre 1940.

33 SHAT 1 P 22. Synthèses mensuelles des rapports des liaisons de gendarmerie sur l’état d’esprit en zone libre, rapport du 21 novembre 1940.

34 PPP Ba 2249. Circulaire du 12 octobre 1940. Le ministre de l’Intérieur rappelle aux préfets les motifs de ces mesures : « …Le pays n’a plus, en raison des circonstances, la possibilité d’utiliser la totalité de ces étrangers qui doivent abandonner leur emploi en faveur des Français démobilisés… » Il ajoute, à propos des étrangers titulaires d’une carte à validité normale, « ces travailleurs qui bénéficient de la prorogation automatique de leur titre, sans intervention des services du Ministère du Travail, n’échappent pas pour autant aux dispositions régissant le contingentement de la main d’œuvre étrangère. Ils sont donc susceptibles de se voir retirer leur emploi et de ne pouvoir, dans la limite des droits que leur confère leur carte trouver une autre embauche… ».

35 PPP Ba 2249 circulaires du 24 mars et du 5 avril 1944. Les exigences des Allemands devenant de plus en plus difficiles à exaucer, ordre est donné de déporter les Italiens et les Espagnols. Le préfet de région de Toulouse décide, en juin 1944, de rafler tous les Juifs et tous les Espagnols qu’il soupçonne d’être à l’origine des attentats et des sabotages perpétrés dans la région. L’ordre ne sera jamais exécuté : entre temps le débarquement en Normandie a eu lieu et la Libération commence. ADHG 2008/191 et F1 CIII 1204.

36 SHAT 1 P 22, Synthèse des rapports de gendarmerie de mars 1941 : la 13e légion signale l’action néfaste des internés en permission exceptionnelle. Ils mettent à profit ces permissions pour contrôler et stimuler l’activité de leurs agents ou sympathisants locaux et rester en liaison avec leurs camarades non internés.

37 PPP 207, circulaire du 1er septembre 1942. Le secrétaire d’État à l’Intérieur résume parfaitement le dilemme dans lequel se trouve l’administration : « Des renseignements qui me parviennent de sources très diverses… Je suis avisé que les GTE, notamment en ce qui concerne la main d’œuvre espagnole qui est utilisée, continuent à jouer un rôle de centre mobilisateur au profit des forces de la révolution. Les dirigeants responsables de l’action communiste ont pris l’habitude de recruter parmi les anciens gouvernementaux espagnols réfugiés sur notre territoire et qui ont tous subi l’épreuve de la guerre civile dans leur pays, des éléments instruits, capables de fournir le noyau d’une armée d’insurrection, et d’autant plus dangereux pour l’ordre public, qu’ils ont moins de liens avec la communauté nationale française. Afin de parer à toute éventualité, il importe avant tout, d’établir un bilan aussi exact que possible et qui devra être tenu à jour avec le plus grand soin, des effectifs dont pourrait disposer le cas échéant, les promoteurs d’un mouvement révolutionnaire… ».

38 Dallier, G., La police des étrangers à Paris et dans le département de la Seine, Paris, Arthur Rousseau, 1914, p. 3.

39 PPP 207, note du 23 février 1944.

40 ADHG 1960/64. Note du commissaire spécial de Toulouse au préfet du 9 juin 1940.

41 SHAT 1P 22. Note de synthèse de la gendarmerie en zone libre, février 1941.

42 PPP Db2 785 et 207. Cf. la circulaire du 26 octobre 1940 du Général de corps d’armés aux préfets les invitant à recenser les étrangers indésirables ou indigents, et celle du 1er septembre 1942 du secrétaire d’État à l’intérieur enjoignant les préfets d’établir des listes régulières des individus suspects d’origine espagnole en résidence dans le département.

43 PPP Ba 2249, circulaire du 23 février 1942 et décret du 16 mars 1943 qui s’apparente au livret ouvrier du xixe siècle.

44 Deux affaires ont secoué, en 1942, les milieux républicains espagnols, l’une en zone Nord et l’autre en zone Sud. La première décapite la direction politique du PCE en zone occupée. La seconde touche le POUM, dont la plupart des dirigeants se trouvaient à Montauban, et le PCE. Si ces opérations freinent un temps l’activité communiste, elles ne la stoppent pas comme le montre la participation massive des guérilleros à la libération du Sud de la France.

45 PPP 207, circulaire du 13 novembre 1942.

46 L’Indépendant du 24/02/39, article paru sous le titre, « Les Français ne doivent pas se laisser attendrir ».

47 PPP 248, rapport du commissaire spécial de la gare d’Orsay. Notons que l’utilisation du conditionnel prouve que pour l’heure, aucun voyageur ne s’est plaint.

48 Mortiz, J. (ed.), Nuevas raîces : Testimonios de mujeres españoles en el exilio, Mexico 1993, p. 221 et 222. Cette fois, un gendarme n’a pas craint de lui prêter les papiers d’identité de sa propre fille.

49 L’Indépendant du 12/02/39. L’éditorialiste, P. Brousse, rapporte les propos d’un officier français lors du passage des soldats républicains : « Bon dieu, nous avions une autre gueule lorsque nous reculions à la Marne. Si l’armée française avait été à ce niveau, les Allemands seraient arrivés au Perthus ! ».

50 Revue de la gendarmerie, n° 71, 15/09/39, p. 690 à 727.

51 AN F7 16032.

52 ADHG 1960/64, note du 8 mai 1940.

53 SHAT 1P22, rapport mensuel des synthèses de gendarmerie de février 1941.

54 Ces opérations auront lieu en juin et novembre 1942. La troisième se produit en 1943, sans précision de date.

55 Livré, après les trois affaires, à un des chefs de la Résistance espagnole, il aurait été exécuté. Le nom du responsable contacté est le même que celui de l’Espagnol de l’Affiche Rouge. En 1945, il n’était plus là pour témoigner de la véracité de ces propos.

56 AN F1 CIII 1181, rapport du préfet des Pyrénées-Orientales du 10 mars 1943.

57 Buisson, H., La Police, son histoire, Paris, chez l’auteur, 1949, 2nde édition, p. 351 à 353. Henri Buisson avait participé en tant qu’inspecteur des RG à Paris, aux rafles d’Espagnols de 1942. Nanti du label de résistant et devenu professeur à l’École Nationale de la Police, il écrivit un ouvrage sur la police destiné à redonner confiance aux recrues d’une administration ébranlée par l’épuration de l’après-guerre.

58 ADHG 1960/64, note du 9 juin 1940.

59 Bulletin hebdomadaire de police criminelle du 9/10/42 au 31/12/42.

60 AN F1 CIII 1156. Dans ce rapport le préfet précise que les Espagnols représentent 81,2 % des étrangers. Il semble qu’il faille imputer au zèle policier ce surcroît de pénalités.

61 AN F1 CIII 1204 et 1154.

62 ADHG 2008/191 et F1 CIII 1204, rapports de mai et juin 1944.

63 Les différents travaux de J.M. Berlière mettent l’accent sur une culture de l’anticommunisme commune à l’ensemble du corps. Or, ce n’est qu’au moment de la guerre froide que les forces de l’ordre distingueront les communistes des autres républicains espagnols. À cette date, les nuances du rouge échappent à l’institution.

64 Pigenet, P., « La protection des étrangers à l’épreuve de la guerre froide : l’Opération Boléro-Paprika », Revue d’histoire moderne et contemporaine n° 462, avril-juin 1999, p. 296310.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540