Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Conclusion

Michel Molin

Texte intégral

1Concept récent jusqu’aujourd’hui utilisé surtout par les littéraires, les linguistes et les sémiologues, le stéréotype n’avait guère droit de cité dans le domaine des sciences humaines et sociales. La quinzaine d’études qui précède montre cependant sa grande pertinence en histoire, dans la mesure où il affecte toutes les formes de représentations intellectuelles ou psychiques, de l’Antiquité à nos jours, que celles-ci soient traduites par le discours écrit ou oral, inspirent les arts figurés ou demeurent à l’état de schémas mentaux, conscients ou non.

2On remarquera d’abord que le fonctionnement du stéréotype suppose toujours une relation duelle rarement égalitaire. Ce peut être le regard d’une civilisation sur une autre, des anciens Grecs sur les Égyptiens de leur temps auxquels certains de leurs historiens ont prêté des pharaons tyrans et tueurs d’étrangers dans le contexte politique du viie siècle avant J.-C., qui voit le débarquement des Grecs d’Ionie sur le littoral égyptien à la fin de la Troisième Période Intermédiaire (J.-Y. Carrez-Maratray). Certes alors les lieux communs sur les peuples et les nations peuvent exprimer des préjugés méprisants qui ne sont parfois que le transfert sur autrui de sa propre faiblesse, comme le montre la condescendance de la diplomatie française à l’égard des Espagnols durant la première moitié du xxe siècle, d’autant plus marquée que cette diplomatie française avait moins les moyens d’une attitude autonome par rapport à la Grande-Bretagne (Y. Denéchère). Ils se révèlent néanmoins aussi un truchement nécessaire pour la connaissance de l’autre, alliant traits positifs et négatifs. C’est le cas de la construction de l’image de l’Italien en France dans les guides ou les récits de voyage au xviie siècle (F. Brizay) ou dans des ouvrages à caractère plus érudit au xviiie siècle (G. Bertrand).

3Intéressants aussi sont les stéréotypes émis par les adultes sur les jeunes de leur société. Sur les sarcophages romains des deux premiers siècles de notre ère, l’image de l’enfant est instrumentalisée : l’enfant n’apparaît que comme le garant de l’avenir et de la pérennité de la gens à laquelle il appartient et tout statut propre lui est donc dénié (M. Galinier). Au contraire, pour les pédagogues des écoles de charité du xviie siècle, Démia, Barré, La Salle, il s’agissait d’un petit être sauvage à éduquer, sinon à redresser, en vue de la vie en société (D. Julia, M. Grandière). Au xiiie siècle, existait déjà le cliché de l’étudiant pauvre, indiscipliné, fainéant et débauché, souvent démenti par la réalité, même si tous n’étaient pas fortunés et studieux (N. Gorochov). S’exprime ainsi une véritable anthropologie qui attribue à l’individu une place dans la société et lui fixe aux différentes étapes de son existence les moyens de s’y conformer.

4Lorsque des types sociaux sont opposés à leur antithèse, les représentations sont parfois parasitées par un jugement moral manichéen comme dans le cas du résistant et du « collabo » (M. Bergère), mais peuvent aussi illustrer leur complémentarité. Ainsi la prédication des ordres mendiants en Hongrie à la fin du Moyen Âge reconnaît-elle la spécificité de la vocation des laïcs dans l’Église (M.-M. de Cevins). Quand ils sont présentés seuls, ils sont souvent mis en scène de façon univoque, négative dans la documentation écrite et illustrée du xixe siècle, dans le cas des cochers et des charretiers tenus pour des brutes à la limite de l’humanité qui ne savent que faire souffrir les animaux de leurs attelages (É. Pierre), ou, au contraire, positive dans les éloges funèbres des laïcs catholiques au xixe ou xxe siècle, enracinés dans leur terre, issus d’une famille chrétienne, pieux, charitables avec efficacité et discrétion, véritables modèles pour les notables locaux et les nouvelles élites (J.-L. Marais). Les almanachs chantants de la seconde moitié du xviiie siècle dessinent de façon caricaturale et légèrement satirique les rapports entre les hommes et les femmes du peuple des villes et des campagnes tant sur le plan socio-professionnel qu’au niveau des mœurs amoureuses : dans la mesure où chacun joue le rôle qui est attendu de lui et se montre satisfait de son sort, ces publications éditées en série pour le nouvel an à l’usage du petit peuple mais que l’on retrouve même à la Cour justifient sans la remettre en cause la hiérarchie sociale conservatrice (V. Sarrazin).

5D’autres stéréotypes répondent à des intentions plus particulières. Ainsi les légendes de fondation d’Ancyre et de Pessinonte, cités antiques voisines d’Anatolie, en ayant recours au même personnage de Midas leur permettent à la fois de revendiquer un héritage commun et de réécrire leur passé de manière à affirmer leur propre identité (S. Lebreton). Les deux biographes de la bienheureuse Véronique de Binasco, une religieuse augustine de Milan († 1497), le dominicain milanais Isidore de Isolani et l’augustin Louis Chantereau, confesseur à la cour de François Ier, utilisèrent chacun la figure de la prophétesse mystique d’une manière propre à la conjoncture religieuse et politique et aux préoccupations de leurs ordres respectifs (J.-M. Matz).

6Caricatures, clichés et stéréotypes ne donnent certes pas à l’historien un accès immédiat à la réalité mais seulement à une représentation qu’il lui appartient de replacer dans un contexte politique, social et économique.

7Ils n’en expriment pas moins une conception de l’homme, une vision de la société identifiable à la hiérarchie des valeurs qu’elle promeut. Tout en en reflétant les évolutions et les mutations, ils mettent en évidence le processus de sédimentation mentale et culturelle qui s’effectue nécessairement dans la durée. En outre, leur ambivalence (capacité d’éducation et d’intégration mais aussi potentialité de réduction) en fait bien des outils de régulation sociale, dans la mesure où leur utilisation dans les différents modes de discours, écrit, oral ou artistique, contribue à façonner une image de soi et de l’autre, que celui-ci soit individu ou communauté, qui sert ensuite à construire les rapports entretenus avec lui dans le cadre d’une société ou des valeurs d’une civilisation.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540