Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Se construire et construire l’autre dans la différence : les stéréotypes identitaires

Les représentations de l’Espagne et des Espagnols dans la correspondance diplomatique française, au xxe siècle

Yves Denéchère

Texte intégral

  • 1 Voir l’ouvrage de référence de P. Renouvin et J -B. Duroselle, Introduction à l’histoire des relat (...)

1L’histoire des relations internationales, telle qu’elle a été définie par Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, prend en compte les représentations des pays et des peuples. L’image de l’autre peut ainsi être considérée comme l’une des « forces profondes » qui déterminent la nature des relations bilatérales qu’entretiennent les États. De leur côté, les décideurs peuvent reproduire ces stéréotypes ; parfois, ils les dénoncent ou cherchent à les faire évoluer, non sans mal. C’est d’ailleurs l’un des signes qui montrent la stature de « l’homme d’État1 ». À un moindre degré de responsabilité et en dehors de la sphère politique, les diplomates – en particulier ceux qui sont en poste dans des pays étrangers – sont en première ligne pour se rendre compte si les stéréotypes nationaux sont justifiés ou faux. Arrivant dans un État qu’il découvre le plus souvent, l’ambassadeur doit s’affranchir des préjugés qui réduisent le pays et les hommes à des caricatures. Un diplomate qui s’en tiendrait aux idées préconçues et aux fausses réputations sur le pays dans lequel il est en représentation, hypothéquerait lourdement les chances de réussir sa mission. L’objet de cette étude est de préciser la manière dont les diplomates confirment ou infirment les représentations que leurs concitoyens collent comme des étiquettes sur tel ou tel pays et son peuple, ici l’Espagne et les Espagnols.

  • 2 J.-B. Duroselle, Politique étrangère de la France ; La décadence 1932-1939, Paris, 1979, p. 276-27 (...)
  • 3 Idem, p. 277.

2Les personnels des services extérieurs du ministère des Affaires étrangères, qui sont donc en service dans les postes à l’étranger, envoient au Quai d’Orsay – appelé également Département – beaucoup de papier noirci. Cette correspondance prend les formes variées de dépêches, télégrammes, aide-mémoire et autre littérature officielle qui permettent de rendre compte du bon accomplissement de la mission diplomatique ou consulaire. Les ambassadeurs français passent pour être de belles plumes et certains diplomates ont connu de grands succès d’écrivains : Jean Giraudoux, Paul Morand, Paul Claudel sont les plus connus ; sans oublier Saint-John Perse, qui sous le nom d’Alexis Leger fut le secrétaire général du Quai d’Orsay de 1933 à 1940. Beaucoup d’autres diplomates, qui n’ont obtenu aucune gloire littéraire et qui ne la recherchaient pas, sont néanmoins considérés comme « bons écrivains », ainsi André François-Poncet, ambassadeur à Berlin de 1931 à 1938, ou Charles Corbin dont nous reparlerons2. Une étude de la prose que les représentants de la France envoient au Quai d’Orsay et de celle qu’ils reçoivent de ce dernier permet de déterminer si les diplomates reproduisent ou rejettent les stéréotypes courant sur les pays et les peuples étrangers. Pour Jean-Baptiste Duroselle, les ambassadeurs, du moins ceux en poste dans les années 1930, sont tous « des observateurs de premier ordre, particulièrement soucieux de connaître l’ensemble de la société du pays où ils ont été délégués3 ».

  • 4 Y. Denéchère, La politique espagnole de la France de 1931 à 1936, un exemple de rapports inégaux, (...)
  • 5 Notamment dans la magistrale étude de J.-M. Delaunay, Méfiance cordiale, les relations franco-espa (...)

3Le corpus principal retenu pour notre étude est la correspondance diplomatique des ambassadeurs de France à Madrid dans la première moitié du xxe siècle. Le nombre des représentants français en Espagne et l’abondance de leur correspondance rendent évidemment impossible tout dépouillement exhaustif. Chaque année, un ambassadeur de France à Madrid envoie des centaines de dépêches, parfois plus de mille, et encore davantage de télégrammes, sans parler des autres correspondances. De plus, rares sont les longs développements bien identifiés portant sur le caractère espagnol. On trouve bien plus des allusions ou des sous-entendus perdus au milieu d’autres considérations diplomatiques. Donc, pour retrouver ces éléments, un dépouillement méticuleux et total est nécessaire. Face à cette quadrature du cercle, on a choisi d’utiliser essentiellement deux sources. D’une part, les Documents Diplomatiques Français triés et publiés par le Quai d’Orsay, qui couvrent la période d’avant 1914, l’année 1920 et la période 1932-1939 ; d’autre part, la correspondance de l’ambassade de France pour les années 1920 et 1930, et notamment le corpus déjà dépouillé dans le cadre de notre thèse consacrée aux relations franco-espagnoles de 1931 à 19364. Il a été en outre possible de trouver des éléments de comparaison et de courtes synthèses dans des travaux récents qui ont été consacrés aux relations franco-espagnoles durant ces périodes5. Nous n’avons pas retenu les périodes de la guerre 1914-1918, ni celle de la guerre civile d’Espagne de 1936 à 1939, car les écrits des diplomates sont alors trop marqués par les événements.

LES IMPLICATIONS DE LA GÉOGRAPHIE ET DE L’HISTOIRE DANS LA CONSTRUCTION DES STÉRÉOTYPES FRANÇAIS SUR L’ESPAGNE

4La bilatéralité franco-espagnole possède des caractéristiques qu’il convient de rappeler car elles déterminent en partie les images que les Français se font de l’Espagne et des Espagnols. On pense tout d’abord au voisinage et à la frontière des Pyrénées. Celle-ci est présentée trop souvent comme un exemple de frontière naturelle. C’est à tort, son tracé est autant le fruit des usages et des activités des hommes que de la géographie physique. Sans retenir les contrebandes de toutes sortes, ou les problèmes de communication, les Pyrénées posent trois questions essentielles pour les relations franco-espagnoles : les particularismes catalan et basque dont les zones « d’influence » s’étendent de part et d’autre de la frontière et la particularité statutaire d’Andorre. La proximité franco-espagnole se rencontre également en Afrique. En 1912, la France confie à l’Espagne une zone dans son protectorat marocain. Plus au sud, les territoires sous domination espagnole d’Ifni, du Rio de Oro et de la Guinée espagnole sont complètement enclavés dans des possessions françaises. Cette situation pousse les Français à émettre des avis souvent sévères sur la politique coloniale espagnole. C’est notamment le cas après la défaite militaire des Espagnols à Annual (juin 1921) face aux rebelles marocains. À ces zones de contact territorial, il faut ajouter que la péninsule ibérique et les îles Baléares constituent le trait d’union entre la France et ses possessions d’Afrique du Nord. En somme, la France rencontre l’Espagne partout dès qu’elle regarde vers le sud.

  • 6 R. Schor, Histoire de l’immigration en France de la fin du xixe siècle à nos jours, 1996, p. 114.
  • 7 G. Mauco, Les étrangers en France : leur rôle dans l’activité économique, Paris, 1932, p. 390-391

5Le voisinage franco-espagnol induit des mouvements migratoires entre les deux pays. À partir de la Première Guerre mondiale, de nombreux Espagnols s’installent en France ; ils sont jusqu’à 350 000 en 1931 et constituent alors la troisième communauté étrangère. La présence de cette main-d’œuvre bon marché et cantonnée dans des travaux pénibles, essentiellement agricoles, amène les Français à se faire une certaine représentation du peuple ibérique. La majorité des Français considère les Espagnols plus frustres et plus indolents que les Italiens. Cependant, ils sont jugés moins dangereux politiquement car ils paraissent plus réfractaires aux engagements politiques6. En 1932, dans sa thèse consacrée aux rôles des étrangers dans l’économie française, Georges Mauco évoque la « valeur de l’ouvrier espagnol » ; mais ce n’est pas pour la louer bien au contraire. Certes, il est d’une « sobriété légendaire » et « apte aux travaux grossiers et pénibles » que les Français délaissent. Mais selon Mauco, « le plus grand défaut de l’ouvrier espagnol est l’indolence » : « il aime flâner au soleil », « a l’habitude de faire la sieste et en exagère volontiers la durée ». De plus, « l’Espagnol est malpropre » : « il apporte parfois en France des maladies comme la variole et même la lèpre ». Enfin, « la femme espagnole est également moins travailleuse et moins propre que la femme française ou italienne7 ». Nous verrons si ces représentations des Espagnols en France sont partagées par les diplomates français qui sont eux au contact des Espagnols en Espagne.

  • 8 J.-M. Borras Llop, Francia ante la guerra civil española : burguesía, interès nacional e interès d (...)

6Au contraire des Espagnols, assez peu de Français franchissent les Pyrénées. Leurs activités en Espagne sont très différentes de celles des immigrés espagnols en France. En 1929, l’ambassadeur de Peretti lance une grande enquête qui révèle que seulement 23 000 Français vivent en Espagne. C’est beaucoup moins que dans les autres pays frontaliers : 80 000 Français sont alors installés en Belgique et 40 000 en Suisse. Seulement 13 000 en Allemagne et 8 000 en Italie où les situations politiques et historiques sont bien particulières8. La faiblesse de l’implantation française en Espagne est le signe d’un a priori défavorable des Français à l’égard du pays voisin et de Peretti le regrette.

7L’histoire du xxe siècle espagnol débute par le « désastre de 1898 ». La défaite militaire face aux États-Unis et la perte des derniers vestiges de l’empire colonial ponctuent l’irrémédiable décadence du xixe siècle et choquent les Espagnols. La Generación del 98 a exprimé avec force et talent cette remise en cause fondamentale de l’Espagne, qui n’est pas sans marquer également l’image que les Français se font des Espagnols. Sur le plan politique, le système du turno qui organise l’alternance politique de manière non-démocratique survit à ce cataclysme. Le jeune roi Alphonse XIII, s’émancipe difficilement de la régence de sa mère en 1902. Le règlement des crises marocaines de 1905 et 1911 montrent aux Espagnols que le temps de la grandeur est bien terminé.

  • 9 Cité par M. de los Angeles Egido León, « La política exterior de España durante la II República », (...)

8Au lendemain de la Première Guerre mondiale, à laquelle l’Espagne ne participe pas, la monarchie d’Alphonse XIII s’essouffle et une grave période de désordres révolutionnaires et de terrorisme – appelée triennat bolchevique – met en danger le régime. Pour briser l’anarchie, en septembre 1923, le général Primo de Rivera s’empare du pouvoir par un pronunciamiento et restaure la stabilité dans le pays. Les années passant, le roi devient le principal soutien de la dictature. Après la chute de Primo de Rivera en 1930, la monarchie, affaiblie et déconsidérée, tombe comme un fruit mûr lors de simples élections municipales. En avril 1931, une république s’installe, c’est la deuxième après l’expérience éphémère de 1873. On touche là à l’un des anachronismes de l’histoire contemporaine de l’Espagne : à une période où se multiplient les dictatures, l’Espagne devient une république. Pour Mussolini, c’est « comme se servir d’une lampe à huile à l’ère de la lumière électrique9 ». Voilà une belle métaphore sur le retard espagnol.

9Après cinq années d’expérience démocratique, le coup d’État des généraux en juillet 1936, marque le paroxysme d’une Espagne face à face : forces conservatrices, réactionnaires et fascistes d’un côté contre forces démocratiques, anarchistes et communistes de l’autre. La tragédie de la guerre civile d’Espagne marque l’histoire contemporaine du pays, et donc aussi son image à l’extérieur. Le terme de guerre civile d’Espagne doit être préféré à tout autre même s’il est peu employé. Parler de la « guerre d’Espagne », c’est mettre en avant les interventions étrangères, minimiser l’affrontement entre Espagnols et donc l’Espagne elle-même. Cependant, on ne peut réduire le conflit à une « guerre civile » hispano-espagnole car il a marqué l’histoire du monde et les interventions extérieures ont été déterminantes. Évoquer la guerre civile d’Espagne présente l’avantage de n’oublier aucune des deux dimensions. Des trois années de conflit, Franco sort vainqueur et impose sa dictature. Elle saura traverser la Seconde Guerre mondiale sans y participer et se maintenir en place alors que toutes les dictatures des années 1930 s’effondrent en 1945 : encore un anachronisme historique espagnol qui s’explique par le contexte international de la guerre froide.

10Il ne s’agit pas ici de montrer comment les diplomates français réagissent face aux événements. Il est cependant important de connaître cette évolution car elle influe inévitablement sur la manière dont les diplomates français envisagent l’Espagne. On comprend que l’Espagne de Primo de Rivera n’inspire pas les mêmes réflexions et commentaires que le triennat bolchevique.

LA VISION PÉJORATIVE DE L’ESPAGNE ET DES ESPAGNOLS PAR LES DIPLOMATES FRANÇAIS DE LA BELLE ÉPOQUE

  • 10 J.-M. Delaunay, Méfiance cordiale… op. cit., p. 705-706.

11Lorsqu’il rapporte son tour d’Espagne au tout début du xxe siècle, le conseiller d’ambassade Pierre de la Margerie, évoque les splendeurs de Grenade et de l’architecture arabe. Mais il ne trouve pas un compliment à faire pour Madrid la castillane, ni pour l’Escorial perdu dans une nature désertique. Le général Dubois, qui accompagne le Président Loubet lors d’un voyage officiel en Espagne en 1905 – et ironise sur les chemins de fer espagnols – décrit lui aussi la Castille « misérable, sans arbre et sans verdure, aux lointains horizons dénudés », sans lui concéder le moindre charme10. Pour les Français, l’Espagne, c’est avant tout un pays hostile. Les Espagnols ne disentils pas eux-mêmes à propos du climat qui règne à Madrid : tres meses de invierno, nueve meses de infierno (trois mois d’hiver, neuf mois d’enfer).

  • 11 DDF (Documents Diplomatiques Français) 3 (3e série) tome XI n° 174, dép. confidentielle de Mathieu (...)
  • 12 Cité par J.-M. Delaunay, Méfiance cordiale… op. cit., p. 707.
  • 13 DDF 2 tome XIII n° 187, dép. de Geoffray à Cruppi (MAE) n° 55 du 13 mars 1911.

12Autre vision de l’Espagne qui domine chez les diplomates français en poste à Madrid pendant la Belle Époque, c’est le caractère africain ou plus souvent oriental de l’Espagne. Ainsi, Jules Cambon, ambassadeur à Madrid de 1902 à 1907, évoque une famille royale vivant « au milieu d’une foule dont l’exubérance se plaisait au son discordant des tam-tams et de musiques curieuses ». Le diplomate ajoute que « comme les Arabes », les Espagnols croient aux miracles, comme si la religion catholique n’avait pas ses saints et ses miraculés. En 1913, le chargé d’affaires Mathieu de Vienne parle lui de « force d’inertie qui atteint des proportions épiques que certaines administrations orientales pourraient elles-mêmes envier ». Manifestement peu attiré par le pays dans lequel il est en poste, il livre l’année suivante cette description de la vie espagnole : « discussions d’ordre intérieur qui, pour paraître nouvelles, n’ont pas besoin de se renouveler, questions de personnes ou même de principes, querelles de clocher dont le tour en somme académique prouve surtout qu’il est doux de parler ou d’écrire, courses de taureaux enfin qui, sous le nom symbolique de fiesta nacional, se multiplient journellement sur tous les points du royaume, il n’en faut pas plus pour que chacun soit satisfait11 ». En 1911, le vice-consul de France à Alicante voit dans les Espagnols des « populations crédules, généralement paisibles, un peu insouciantes et fatalistes, comme les Orientaux ». Son collègue de Malaga assimile l’Espagne à un « régime oriental, une tyrannie tempérée par l’indolence des pouvoirs publics12 ». Ces idées sont partagées par l’ambassadeur Léon Geoffray, en poste de 1910 à 1917, qui évoque « ce pays, beaucoup plus oriental que ne le sont des contrées d’Orient13 ». Encore et toujours la comparaison avec l’Orient.

  • 14 DDF 2 tome XIII n° 159, 253 et 322, lettres de Geoffray à Pichon (MAE) du 18 février 1911, à Crupp (...)

13Ce diplomate, moins avare de commentaires sur les Espagnols que ses prédécesseurs, insiste lourdement sur leur inconstance et leur inconséquence. Plusieurs fois il écrit que « les Espagnols sont des enfants », « les Espagnols sont comme des enfants », « les Espagnols sont de grands enfants ». Ils ont donc les caractéristiques propres au jeune âge. Ils sont « difficiles à manier, inconséquents, sans esprit de suite et en même temps obstinés à revenir sur des idées qu’on croit leur avoir définitivement sorties de la tête ». « Quelquefois », écrit-il encore, « ils paraissent se rendre à vos arguments, puis, tout à coup, ils reprennent leurs idées avec une obstination vraiment désolante et décourageante ». Et le représentant français d’ajouter : « quand les enfants sont trop longtemps livrés à eux seuls, ils commettent toutes sortes de méfaits ». Aussi, préconise-t-il d’agir envers les Espagnols de manière appropriée : « comme pour les enfants, avec de la patience, on peut espérer les empêcher de faire, tout au moins, de trop grosses bêtises, seulement, il faut aussi que nous y mettions un peu du nôtre ». En effet, il faut sans cesse remettre l’ouvrage sur le métier : « les Espagnols, grands et petits, sont, en ce moment comme des malades : quand ils reçoivent la visite du médecin, ils se réconfortent, cela dure une heure ou deux et puis après leur dépression et leurs inquiétudes reviennent14 ».

  • 15 DDF 2 tome XIV n° 207, lettre de Geoffray à de Selves (MAE) du 24 août 1911.

14Il y aurait beaucoup à dire sur l’assimilation des Espagnols aux enfants et aux malades et sur les caractères associés à l’enfance : l’inconstance, l’absence de raison, la fragilité, mais aussi sur la manière de s’y prendre avec eux. Toutes ces représentations sont bien évidemment marquées par leur époque. Ce que nous pouvons retenir, c’est le paternalisme avec lequel l’ambassadeur de France définit les Espagnols. Notons qu’il appelle les Français à prendre la mesure de la tâche à accomplir pour éduquer les Espagnols et les faire grandir un peu… du moins si cela est possible. Lorsque le diplomate parle des réformes que le roi veut entreprendre, il les trouve « en général inspirées d’un esprit de sagesse, mais on est ici en Espagne, où, plus que partout ailleurs, il y a loin de la coupe aux lèvres15 ». Ainsi, lorsque les Espagnols dépassent leur puérilité, ils sont impuissants face à l’inertie orientale déjà évoquée.

  • 16 Cité par J.-M. Delaunay, Méfiance cordiale… op. cit., p. 707.
  • 17 DDF 2 tome XII n° 489, dép. secrète de Cambon (ambassadeur à Berlin) à Pichon n° 274 du 7 mai1910.
  • 18 DDF 2 tome XIII n° 187, dép. de Geoffray à Cruppi n° 55 du 13 mars 1911.

15L’amour propre exacerbé du peuple espagnol se rencontre fréquemment dans la correspondance diplomatique française. L’explication donnée est toujours la nostalgie de la gloire passée et le sentiment de la décadence. Ainsi, Margerie – déjà cité – dépeint « les lenteurs d’un peuple qui s’interroge trop aux songeries du glorieux passé disparu ». D’où un excès d’amour propre « chez ce peuple faible et impuissant ». Pour les diplomates, l’impuissance des Espagnols explique leur nationalisme et leur xénophobie, notamment à l’égard des Français qui – selon les diplomates – réussissent mieux en tout que les Espagnols. Aussi, en 1909, les Espagnols sont présentés par le consul de France à Séville comme « très xénophobes, détest[ant] particulièrement les Français, malgré toutes leurs politesses16 ». À propos du Maroc, l’ambassadeur Jules Cambon, désormais en poste à Berlin, écrit : « la jalousie, qui est le propre de ce peuple susceptible [espagnol] les a stimulés, car ils veulent s’égaler à nous autant que possible ». Il laisse entendre ensuite que l’attitude française peut justifier de tels sentiments : « nous devons […] ne pas paraître disputer aux Espagnols les régions même que nous leur avons en quelque sorte abandonnées, non sans la pensée qu’ils y trouveraient des embarras17 ». Mais les Espagnols ne sont pas dupes de l’attitude de la France : selon eux, le Maroc est une côtelette dont les Français ne leur ont laissé que l’os, c’est-à-dire le Rif. L’année suivante, Geoffray écrit à peu près la même chose : « en réalité, nous sommes l’objet de peu de sympathie de la part de nos voisins de façon générale, et cela nous l’avons, sans doute, un peu mérité par notre conduite à certaines époques de notre histoire, mais nous sommes surtout jalousés et tout particulièrement en ce qui touche notre situation au Maroc. […] De là, cette agitation fiévreuse, presque maladive [encore !] et parfois inconsidérée [toujours !] dont nous avons quelque peu à souffrir18 ». Si donc les diplomates français sont conscients que la politique espagnole de la France a pu produire des réactions hostiles outre Pyrénées – il suffit de penser à la période napoléonienne – ils en dénoncent l’excès.

  • 19 DDF 3 tome XI n° 174, dép. confidentielle de de Vienne à Bienvenu-Martin n° 336 du 27 juillet 1914

16La correspondance diplomatique présente parfois des paradoxes à propos des Espagnols. Elle montre un peuple à la fois très intéressé par les affaires marocaines – il est vrai leur seul domaine possible d’expansion – mais se détournant des affaires de l’Europe. De Vienne, dont on a déjà constaté le parti pris anti-espagnol, prétend que la crise internationale de juillet 1914 ne provoque aucune réaction chez les Espagnols. Et d’affirmer péremptoirement : « il n’est pas besoin d’avoir longtemps vécu en Espagne pour savoir que la politique étrangère y compte fort peu dans les soucis journaliers du plus grand nombre ». Ce jugement à l’emporte-pièce qui ne s’appuie sur aucune argumentation est plutôt inquiétante dans la bouche d’un diplomate. Il est répété quelques lignes plus loin : « il n’est peut-être pas un pays en Europe qui s’occupe moins de son voisin19 ». Dernière affirmation qui contredit les précédentes sur la jalousie des Espagnols à l’égard de la France !

  • 20 DDF 2 tome XIII n° 187, dép. de Geoffray à Cruppi n° 55 du 13 mars 1911.

17Ce genre de représentations de l’Espagne et des Espagnols permet de comprendre pourquoi des efforts inouïs de propagande seront faits en direction de l’Espagne pendant la Première Guerre mondiale. Le but à atteindre étant de limiter la francophobie et la germanophilie des Espagnols. Car malgré tous les travers qu’ils dénoncent avec une certaine mauvaise foi, les diplomates français pensent que « les Espagnols ne sont pas quantité négligeable », comme l’écrit Geoffray en 191120.

LA PERSISTANCE DE REPRÉSENTATIONS NÉGATIVES APRÈS LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

  • 21 ADN (Archives Diplomatiques de Nantes) MfC (Madrid fonds C) 2mi127, dép. de Alapetite à Pichon n° (...)

18Après la Première Guerre mondiale et l’instauration d’une nouvelle diplomatie basée sur la négociation ouverte, sur la prise en compte des aspirations des peuples et sur la volonté de préserver la paix, on peut penser que le langage des diplomates français va changer, évoluer, se moderniser. Il n’en est rien, du moins à l’égard de l’Espagne et dans l’immédiat après-guerre. On trouve toujours les mêmes stéréotypes et représentations dans la correspondance de l’ambassadeur Alapetite qui demeure à Madrid d’octobre 1918 à février 1920. Rien dans son discours ne le distingue de ses prédécesseurs d’avant guerre. En janvier 1919, il décrit ainsi la vie politique espagnole : « les esprits sont excités, les partis s’affrontent, le ministère chancelle et les esprits impartiaux – en est-il encore en Espagne ? – peuvent se demander avec inquiétude s’il y a un remède que l’on puisse appliquer et qui ne soit pas pire que le mal ». Selon lui, toute réforme est impossible car « l’Espagne est restée à beaucoup d’égards un pays d’Orient, cela fait peut-être son charme, mais cela fait aussi sa faiblesse. La transformation d’un pays par l’action des lois et de l’administration exige une application et un esprit de suite, une somme de travail qui se rencontrent rarement chez les Espagnols à quelque parti qu’ils appartiennent ». D’ailleurs, Alapetite regarde souvent « les pays d’Orient, qu’il faut toujours interroger pour bien comprendre les choses d’Espagne ». Lorsqu’une crise politique se dénoue rapidement, il s’en étonne comme d’un cas extraordinaire en Espagne. Selon lui, « l’apathie des masses » n’a d’égale que « la vanité nationale tenant lieu de patriotisme21 ».

  • 22 ADN MfC 2mi127, dép. de Alapetite à Pichon n° 98 et 218 des 7 mars et 9 juin 1919.
  • 23 Cité par J.-M. Delaunay, Méfiance cordiale… op. cit., p. 707.

19Les propos très durs de l’ambassadeur ne sont manifestement pas dirigés contre tous les Espagnols. En effet, à la « francophobie toujours latente des Castillans », il oppose « les Catalans qui aiment la France, ils le lui ont prouvé par le nombre de volontaires qui viennent de servir sous nos drapeaux ». L’ambassadeur fait référence aux Catalans qui ont choisi de se battre sur le front français contre les troupes allemandes pendant la Première Guerre mondiale. Plus de 10 000 d’entre eux y perdirent la vie. Une autre fois, il présente la Catalogne et le pays basque comme de « véritables îlots où il y a une autre race et une autre langue ». En effet, leurs peuples, « n’attendent pas du pouvoir central l’amélioration des services locaux […] ils ont l’esprit d’initiative et l’esprit de contrôle », qualités qui selon lui font défaut aux Castillans22. Cette distinction entre les peuples de l’Espagne est elle aussi traditionnelle. En 1911, le consul de France à Malaga n’indiquait-il pas : « la race andalouse n’est pas méchante, mais elle est insensible et, à l’occasion cruelle23 ».

  • 24 A. Marvaud, L’action économique française en Espagne, Paris, 1922, p. 29-30.

20Dans les années d’après-guerre, les ambassadeurs de France en Espagne se succèdent à un rythme rapide. Après Alapetite, resté seulement 16 mois à Madrid, Beaupoil de Saint-Aulaire n’y demeure que 9 mois, de février à novembre 1920. Cette situation se retrouve également chez les consuls. En 1922, dans un ouvrage consacré à la politique espagnole de la France, un spécialiste de l’Espagne, Angel Marvaud, dénonce ce qu’il présente comme de l’incurie. Il s’élève « contre la déplorable habitude prise au Quai d’Orsay de déplacer nos consuls à tout bout de champ et d’un coin à l’autre de la planète, de sorte que trop souvent les fonctionnaires chargés de la défense de nos intérêts dans les grands centres de l’Espagne, si distingués soient-ils, ignorent presque tout de ce pays, où ils sont fraîchement installés et dont ils seront rappelés dès demain24 ». Ces remarques peuvent tout aussi bien s’appliquer aux ambassadeurs que nous venons de citer, et expliquent en partie la reprise par Alapetite des stéréotypes d’avant-guerre.

  • 25 DDF 1920 tome I n° 230, instruction de Millerand à Saint-Aulaire du 10 mars 1920.
  • 26 ADN MfC 2mi142, dép. de Defrance à Poincaré (président du Conseil et MAE) n° 690 du 21 décembre 19 (...)

21Les responsables politiques de la diplomatie française véhiculent également des idées toutes faites, bien pratiques pour dénoncer l’attitude irrationnelle de l’Espagne et des Espagnols vis-à-vis de la France et ainsi ne pas avoir à défendre diplomatie souvent défaillante. En mars 1920, Alexandre Millerand, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, donne ses instructions à l’ambassadeur de Saint-Aulaire. « La principale partie de votre tâche », indique t-il en pensant à la présence française au Maroc, « sera d’adoucir sans cesse la blessure ainsi faite malgré nous, à l’amour propre si chatouilleux comme aux intérêts de l’Espagne […] Vous vous attacherez à calmer les susceptibilités ». Le ministre préconise de privilégier les questions de fond car « le caractère espagnol porte nos voisins à se contenter le plus souvent des apparences et à négliger même leur véritable intérêt si leur orgueil, ou même seulement leur amour propre, sont satisfaits par une manière déférente et aimable25 ». On constate donc que rien n’a changé dans la manière d’appréhender une Espagne jugée par trop superficielle. Le successeur de Saint-Aulaire, Defrance, constatant que « l’opinion publique reste amorphe », ne s’inquiète pas de la propagande fasciste en Espagne, car elle ne peut pas ébranler « un pays aussi inerte et inorganique26 ». Moins d’un an plus tard, Primo de Rivera impose la dictature avec les félicitations de Mussolini. Néanmoins, en 1924, l’arrivée à Madrid de l’ambassadeur de Peretti de la Rocca constitue un tournant dans la manière dont les diplomates français envisagent l’Espagne et les Espagnols.

VERS UNE IMAGE PLUS OBJECTIVE DES ESPAGNOLS DANS LES ANNÉES 1920 ET 1930 ?

22De Peretti de la Rocca représente la France au sud des Pyrénées pendant plus de cinq ans, ce qui tranche avec les éphémères missions précédentes. De même, Jean Herbette est ambassadeur en Espagne pendant plus de six ans de 1931 à 1937. Entre ces deux longues missions, Charles Corbin ne demeure en poste qu’un an et demi, nous verrons bientôt pourquoi il doit quitter Madrid plus tôt que prévu. Dans la correspondance de ces trois ambassadeurs, on cherche en vain des appréciations semblables à celles de Geoffray ou d’Alapetite. Chez Peretti et Corbin les commentaires sur les Espagnols sont assez rares. Ils ne les comparent plus à des enfants inconséquents, ils n’évoquent plus l’orientalité. Certes, la susceptibilité espagnole est souvent rappelée, mais comme une réaction naturelle d’un peuple qui souhaite être considéré. Quant à Herbette, s’il s’attache particulièrement à définir le caractère espagnol, ce n’est pas pour le caricaturer, mais au contraire pour en montrer les angles respectables et la nécessité pour les Français de s’entendre le mieux possible avec eux, dans l’intérêt des deux pays.

  • 27 ADN MfC 2mi963 dép. de Peretti à Herriot (président du Conseil et MAE) n° 251 du 15 avril 1925.
  • 28 ADN MfC 2mi1080 dép. de Peretti à Briand (MAE) sans n° du 20 juin 1928.

23Nouvelle également est la volonté de ces diplomates de se faire une idée personnelle de l’Espagne et des Espagnols. Contrairement à leurs prédécesseurs, ils ont du temps pour cela. Ainsi, quelques mois après son installation en Espagne, de Peretti livre sa vision de l’Espagne. C’est une déclaration dithyrambique de l’ambassadeur des États-Unis en Espagne qui lui sert de prétexte. D’abord, il remarque que « bien que les Espagnols aient l’habitude des éloges hyperboliques, beaucoup de gens ont estimé que M. Moore avait dépassé la mesure et se sont contentés de sourire ». Voilà déjà une première différence : selon de Peretti, les Espagnols sont bien des méridionaux, mais ils savent prendre du recul sur eux-mêmes, faire preuve de tempérance. Après cette entame, l’ambassadeur essaie de brosser un portrait objectif du pays. « L’Espagne est bien loin d’être aussi en retard qu’on se plaît communément à le répéter en dehors de la péninsule », affirme t-il. Il montre ainsi qu’il connaît parfaitement bien les idées toutes faites qui courent sur ce pays, mais qu’il ne les partage pas. Et d’ajouter que de grands travaux d’irrigation ont fourni des terres d’une « fertilité remarquable », que les chemins de fer sont certes lents, mais d’une « ponctualité [elle aussi] remarquable », que les routes sont « très au-dessus de leur réputation et peuvent soutenir la comparaison avec les routes de France », même si elles sont moins nombreuses, qu’enfin, « la sécurité […] est absolue ». Ces remarques peuvent faire penser que ce n’est pas de l’Espagne que de Peretti veut donner une image positive, mais de la dictature de Primo de Rivera. Toujours est-il que ces constatations ne sont pas le fruit d’un parti pris, des on-dit ou de la presse. « J’ai pu me rendre compte de cela au cours des voyages que j’ai déjà faits en automobile », précise l’ambassadeur27. L’objectivité de cette dépêche, sa mesure autant que ses sources d’information illustrent bien une nouvelle manière d’appréhender l’Espagne. Cela n’empêche pas une certaine incompréhension à l’égard des éléments les plus typiques de la culture espagnole. Au détour d’une correspondance, de Peretti signale : « si l’on songe quelquefois à adoucir le sort des chevaux, celui des taureaux n’apitoie personne. N’ont-ils pas, aux dires des Espagnols, la plus belle des morts28 ».

  • 29 ADN MfC car. 195 dép. de Peretti à Briand n° 382 du 19 juin 1929.
  • 30 Cité par B. Oudin, Aristide Briand, la paix : une idée neuve en Europe, Paris, 1987, p. 519-520.

24En juin 1929, Aristide Briand, ministre des Affaires étrangères et apôtre de la réconciliation franco-allemande, se rend à Madrid où se déroule une réunion du conseil de la Société des Nations. Sa présence en Espagne est présentée par toute la presse de la péninsule comme un signe de considération à l’égard du pays. « En effet », note de Peretti, « si l’Espagnol manque à peu près totalement d’esprit européen et s’il ne s’occupe guère de politique étrangère, il est cependant particulièrement sensible aux hommages rendus à son pays29 ». Lors d’une corrida organisée à cette occasion, Briand est placé dans la tribune royale, aux côtés d’Alphonse XIII et de Primo de Rivera. Au roi qui lui demande ses impressions, le ministre français répond qu’avec une botte de foin, il ferait la paix avec le taureau30. Cette répartie, à la fois fine et maladroite, montre le fossé culturel qui existe entre la France et l’Espagne. De même, la réflexion de Peretti sur le désintérêt des Espagnols pour les affaires européennes en rappelle d’autres déjà citées.

  • 31 J. Paul-Boncour, Entre-deux-guerres, souvenirs sur la IIIe république, tome II : Les lendemains de (...)

25Quant à eux, les fonctionnaires du Département conservent de l’Espagne l’idée d’un pays arriéré ayant été une puissance, mais devenue aujourd’hui négligeable. Dans l’intérêt de la France, ils souhaitent maintenir l’Espagne dans sa faiblesse. Dans ses mémoires, Joseph Paul-Boncour – qui est ministre des Affaires étrangères en 1933 – évoque « les services du Quai d’Orsay qui poussaient jusqu’à l’extrême les souvenirs de la guerre de succession d’Espagne », et même « poussaient ce souvenir jusqu’au ridicule ». Il précise : « c’était une vieille règle de notre politique traditionnelle, qu’aucun État étranger, hors l’Espagne, ne fut présent dans la péninsule31 ». Cette remarque – qui oublie le Portugal – est écrite bien après la guerre civile d’Espagne et est surtout destinée à dédouaner son auteur d’une quelconque responsabilité personnelle dans les antécédents de la non-intervention française de 1936.

  • 32 ADN MfC car. 320 compilation d’articles de journaux reçus de Rabat, mai 1931.
  • 33 ADN MfC 2mi1085 dép. de Corbin à Briand n° 209 du 6 mai 1931.

26Lorsqu’en avril 1931 la monarchie tombe et la république s’installe, la France est la première puissance à reconnaître le nouveau régime et ouvre ainsi la voie à sa reconnaissance internationale. De sa mairie de Muret, le député socialiste Vincent Auriol envoie un télégramme de félicitations au leader républicain de Barcelone : « Au nom de la ville de Muret où Catalans et Toulousains tombèrent ensemble jadis pour défendre indépendance et libertés occitanes [1213] et qui conserve pieusement sur sol sacré souvenir commun vous adresse fraire de Catalougno félicitations émues ». Mais l’expression de cette solidarité, autant politique que communautaire, reste minoritaire. La presse française, majoritairement conservatrice, accueille mal la république espagnole. Certains commentaires caricaturent à dessein les Espagnols. Un quotidien français de Casablanca, La Vigie Marocaine, plutôt que de se féliciter des progrès de la démocratie, invite « les Espagnols de Casablanca à aller chanter et jouer de la guitare en leur république où ils ont toute liberté et où ils ne troubleront pas le sommeil des Casablancais32 ». De plus, les relations privilégiées que l’ambassadeur Corbin a entretenues pendant plus d’un an avec le roi et avec l’aristocratie espagnole deviennent un sérieux handicap. Comme en réaction à la déception que lui a causée le changement de régime, Corbin porte alors des jugements assez sévères sur la jeune république et parfois même sur le peuple espagnol tout entier. À propos de négociations commerciales franco-espagnoles qui traînent, il affirme, péremptoire : « les Espagnols ne connaissent rien en économie, il faut la leur apprendre33 ». N’ayant guère l’oreille des dirigeants républicains espagnols, Corbin ne peut pas rester en poste et le Quai d’Orsay envisage très tôt son remplacement.

  • 34 Sur ce diplomate, voir Yves Denéchère, Jean Herbette (1878-1960) Journaliste et ambassadeur, Paris (...)
  • 35 Amanecer, « El nuevo embajador frances », 20 juin 1931.
  • 36 Cité par J.-M. Borras Llop, « Relaciones franco-españolas al comienzo de la guerra civil : la emba (...)
  • 37 ADN MfC car. 150 dép. d’Herbette (ambassadeur à Moscou) à Briand n° 529 du 4 septembre 1929.

27C’est chose faite lors du mouvement diplomatique de la fin juin 1931. Pour lui succéder, le Département nomme Jean Herbette, qui était auparavant ambassadeur de France à Moscou depuis la reconnaissance de la Russie soviétique en 192434. Ce choix est diversement apprécié en Espagne. Dans un article consacré au nouvel ambassadeur, le journal Amenecer affirme que « la France est saisie de panique […] ; qu’elle s’imagine qu’une flamme rouge est à ses côtés ; que pour ces raisons elle envoie en Espagne un ambassadeur familiarisé avec les manèges soviétiques […] Le Français ignore de plus en plus la géographie puisqu’il confond le Manzanares et la Moskova35 ». Sans doute, Herbette arrive-t-il à Madrid avec des préjugés. Dans son journal, Manuel Azaña, futur Président de la République espagnole, écrit que l’ambassadeur et sa femme « étaient saisis de peur […] partout ils voyaient des agents secrets, des espions, des mystères et des dangers36 ». Il est vrai que de Moscou, Herbette s’intéressait déjà à ce qui se passait en Espagne. En 1929, il écrit que « les dirigeants de Moscou, qui comptent exploiter un changement politique éventuel, reprennent sans vergogne les armes classiques de toutes les insurrections espagnoles : catalanisme, particularisme basque, pronunciamientos militaires…37 ». Voilà sans doute avec quelle idée de la vie politique espagnole Herbette arrive à Madrid.

  • 38 Notamment dans des lettres à MM. Delrieu et Tur des 18 janvier et 7 février 1940.

28Cependant, comme de Peretti, le nouvel ambassadeur fait preuve de beaucoup d’attention à mieux connaître l’Espagne avant de porter des jugements voire seulement des appréciations sur ce qui s’y passe. Ainsi, dès son arrivée en juillet 1931, plutôt que suivre le corps diplomatique qui fuit la fournaise madrilène et prend ses quartiers d’été à Saint-Sébastien, il préfère rester dans la capitale pour prendre connaissance des dossiers, puis voyager en Espagne afin de se familiariser avec le pays. Loin des impressions défavorables citées plus haut, ses voyages le portent toujours à exprimer la beauté des paysages traversés qu’ils soient de Castille, du Levant ou de la côte basque. D’ailleurs, l’ambassadeur possède une villa à Fontarabie. Dans sa correspondance personnelle, et bien après sa mission en Espagne, il évoque souvent cette maison qui lui tient à cœur et les amitiés qu’il a su nouer avec des Espagnols38.

  • 39 ADN MfC 2mi1086 dép. d’Herbette à Briand n° 369 du 15 juillet 1931.

29Pour l’heure, arrivant à Madrid et face aux événements si importants que connaît l’Espagne, Herbette se refuse à se laisser aller à des considérations qui ne correspondraient pas à la réalité espagnole. À la mi-juillet, il précise : « L’Espagne est un pays où l’on ne doit pas faire pronostics à brève échéance. Ce n’est donc pas après quelques jours à Madrid que je me permettrais d’émettre une opinion sur l’avenir39 ». Cette sagesse est à mettre au crédit de l’ambassadeur : il entend consacrer le début de sa mission à une meilleure connaissance de l’Espagne et des Espagnols, condition sine qua non pour appréhender la réalité de la vie politique de l’Espagne et sa diplomatie.

LES PRATIQUES POLITIQUES ET DIPLOMATIQUES ESPAGNOLES VUES PAR JEAN HERBETTE ET VUES PAR LES REPRÉSENTANTS DE LA FRANCE AU MAROC : DEUX ANALYSES OPPOSÉES

  • 40 ADN MfC 2mi1087 dép. d’Herbette à Briand n° 704 du 18 novembre 1931.
  • 41 ADN MfC 2mi1090 dép. d’Herbette à Tardieu (président du Conseil et MAE) n° 454 du 11 mai 1932.

30De nombreuses fois, Herbette reprend l’idée qu’il faut garder à l’esprit le caractère particulier de l’Espagne. En novembre 1931, après une grave crise politico-religieuse qui secoue la majorité républicaine, il remarque que « l’Espagne est un pays où les événements ont une incomparable élasticité et où tout s’arrange la plupart du temps ». Plus loin, il écrit que le régime politique de la république qui est en place au nord comme au sud des Pyrénées, est un facteur du rapprochement franco-espagnol qu’il appelle de tous ses vœux40. Après l’assassinat du Président Doumer en mai 1932, il constate que les journaux espagnols « raisonnent comme si la France et l’Espagne étaient à peu près le même pays ». S’il y a parfois des inconvénients à cette situation, Herbette pense que ce sentiment de solidarité peut engendrer de grands avantages pour les deux pays. « Il y entre à la fois de la sympathie et de l’admiration […] ainsi que du respect pour la France41 ». Même si la circonstance est exceptionnelle, ces sentiments espagnols à l’égard de la France sont bien différents de ceux exprimés antérieurement.

  • 42 Idem, dép. d’Herbette à Tardieu n° 511 du 31 mai 1932 et à Herriot n° 541 du 8 juin 1932.
  • 43 ADN MfC car. 133 dép. d’Herbette à Paul-Boncour (MAE) n° 992 du 15 novembre 1933.
  • 44 ADN MfC 2mi1098 dép. d’Herbette à Barthou (MAE) n° 1213 du 20 septembre 1934.

31À maintes occasions, l’ambassadeur de France fait preuve de prudence. « l’Espagne est si près de notre pays que je ne m’y mêlerai point d’y faire le prophète », écrit-il en mai 1932. Le mois suivant, il présente le pays dans lequel il est en mission « comme par excellence celui des événements imprévus42 ». Ces citations pourraient donner à penser que l’on rejoint là la vision orientalisante présentée plus haut. Il n’en est rien dans la pensée d’Herbette. Ce ne sont pas les aspects péjoratifs de l’élasticité et de l’imprévoyance qui sont développés chez lui. En novembre 1933, à la veille des si importantes élections législatives qui vont amener une alternance politique, le représentant de la France précise : « il y a en Espagne beaucoup plus de bon sens et de flexibilité que ne le croient en général les étrangers43 » ; une manière de dire que lui, maintenant, il sait vraiment ce qu’est l’Espagne et qui sont les Espagnols. Et puisqu’il sait, il va désormais présenter des analyses approfondies de la situation espagnole. Dans les semaines précédant la révolution d’octobre 1934 dans les Asturies, Herbette distingue l’ampleur des problèmes qui entravent l’Espagne. « On voudrait se persuader », écritil, « que les événements d’Espagne, comme il est arrivé si souvent, continueront à se dérouler beaucoup plus paisiblement qu’ils ne s’annoncent. Cependant, de grandes causes, au premier rang desquelles sont l’augmentation rapide de la population, la sclérose politique des classes possédantes et la poussée générale des événements contemporains, ne permettent pas d’affirmer que l’Espagne échappera à des commotions graves44 ». Les risques politiques que coure le pays – la révolution sociale ou la dictature militaire – imposent selon Herbette de grands changements dans la politique espagnole de la France. Dans une belle dépêche écrite en décembre 1934, il expose ses idées.

  • 45 G. Mauco, Les étrangers en France…, op. cit., p. 457.
  • 46 ADN MfC 2mi1099 dép. confidentielle d’Herbette à Laval (MAE) n° 1509 du 5 décembre 1934.

32Il constate que l’un des problèmes essentiels de l’Espagne est la croissance de sa population, alors que la faiblesse démographique de la France est patente. Ce que propose Herbette n’est rien moins qu’une régénération de la population française par l’immigration espagnole puisque « la plupart des émigrants espagnols sont assimilables pour nous ». Et de louer les qualités « des Basques industrieux, des Bretons ingénieux de la Galice, des tenaces Aragonais, des robustes cultivateurs de l’Estrémadure ou des stoïques paysans castillans ». Malgré ses appréciations négatives sur les Espagnols, Georges Mauco lui-même notait « une analogie entre le Gascon et l’Espagnol », et que « le tempérament et les mœurs de l’Espagnol se rapprochent assez de ceux de nos populations du Midi et ses défauts mêmes ne sont qu’une exagération du tempérament méridional45 ». Pour Herbette, aucun obstacle ne s’oppose à ce que les Espagnols « fraternisent avec des Français ni même à ce qu’ils fassent souche de Français ». La France associerait ainsi l’Espagne à sa destinée « en accordant, à notre foyer un peu clairsemé, une place à ses enfants trop nombreux46 ». À une époque où les effets de la grande dépression poussent au repli sur soi, on ne s’étonnera pas que cette dépêche ne reçût jamais de réponse du Quai d’Orsay. Cette conception radicalement nouvelle de la politique espagnole de la France est sans doute considérée comme une ineptie.

  • 47 ADN MfC car.256 dép. de Lucien Saint à Briand n° 2344 du 14 décembre 1931.
  • 48 ADN Maroc CD (Cabinet Diplomatique) car. 278 rapport de mission du général Simon, décembre 1931.
  • 49 ADN Maroc CD car. 204 rapport d’Augustin Bernard du 28 mai 1932.

33Il est vrai qu’Herbette semble l’un des seuls diplomates chargés de renseigner sur l’Espagne qui présentent ce pays sous un jour aussi favorable. Les responsables et les représentants de la France au Maroc ont une toute autre vision des pratiques politiques et diplomatiques espagnoles. Les fonctionnaires du Quai d’Orsay en charge du protectorat marocain n’ont de cesse de dénigrer les Espagnols ; l’avènement de la république en Espagne ne change rien à cette manière de faire. En décembre 1931, Lucien Saint, résident général de France à Rabat, se plaint de la coopération avec les Espagnols qui « se poursuit à cette cadence pour ainsi dire imperceptible… On serait parfois tenté de prendre patience, ce qui serait vain et impolitique. Nous ne sommes pas seuls au Maroc, le sort nous a donné les Espagnols… Faut-il s’en plaindre ? […] Il n’y a plus qu’à s’adapter à ce régime de temporisation et de délais… et à attendre les solutions promises47 ». Au même moment, le général Simon, envoyé en mission d’inspection au Maroc, insiste sur « la mauvaise volonté dont font preuve les Espagnols » dans la coopération avec la France48. De même, un spécialiste du Maghreb, Augustin Bernard, se demande si « la collaboration franco-espagnole doit se borner à des échanges de toasts et de coupes de champagne, ou est-il possible d’aller plus loin ? ». Manifestement, il ne le croit pas tant les Espagnols y rechignent et sont en retard dans tous les domaines sur les Français49.

  • 50 AND Tanger série D car.116 dép. de Pinoteau à Paul-Boncour n° 174 du 7 septembre 1933.

34La situation est particulièrement tendue dans la zone internationale de Tanger car les Espagnols acceptent mal cette enclave dans leur zone. À propos de conceptions différentes entre le haut-commissaire d’Espagne au Maroc, Moles, et les représentants espagnols à Tanger, le consul général de France remarque que Moles fait preuve de « bon sens politique » et de « pondération ». Il ajoute : « qualités qui se constatent bien rarement chez les autorités espagnoles de Tanger : on peut se demander en effet, si cellesci n’inclinent pas vers les solutions déraisonnables dès qu’elles leur paraissent pouvoir nous être désagréables50 ». On retrouve dans ces appréciations, la dénonciation de l’irrationalité et la francophobie des Espagnols. Ce consul général, qui fait preuve d’une indiscutable suffisance à l’égard des Espagnols, ne dit rien moins que Moles a tellement de qualités qu’il est presque digne d’être un diplomate… français !

35De nombreux signes de cette suffisance de la diplomatie française à l’égard d’une Espagne mal considérée se retrouvent dans les archives diplomatiques ou militaires françaises. Bien sûr, les Espagnols en souffrent ; cela exacerbe leur susceptibilité et contribue à définir des représentations négatives des Français qui sont alors dénoncées de plus belle par les diplomates français. On se trouve là devant un exemple typique d’interaction dans la constitution des stéréotypes.

CONCLUSION

36Ce qui frappe le plus dans la manière dont les diplomates français évoquent l’Espagne et les Espagnols au début du xxe siècle, c’est leur extraordinaire dédain. Le récent désastre de 1898 explique certainement pour beaucoup les attitudes suffisantes adoptées par les agents du Quai d’Orsay qui ne cherchent pas à atténuer les représentations négatives que les Français se font des Espagnols. La survivance de cette attitude jusque dans les années 1920 illustre bien l’incapacité de la diplomatie française à intégrer les données nouvelles et à dépasser les stéréotypes les plus éculés.

37À partir du milieu des années 1920, manifestement, les représentations de l’Espagne et des Espagnols définies et véhiculées par les ambassadeurs à Madrid deviennent plus objectives. Mais cette évolution ne s’expliquet-elle pas par la stabilisation politique sous Primo de Rivera, par les bonnes relations personnelles de Corbin avec Alphonse XIII, par l’analogie des régimes républicains après 1931 ? Herbette a incontestablement une grande ambition pour la politique espagnole de la France. Dans tous les domaines, l’ambassadeur montre la communauté d’intérêts qui existe entre les deux pays voisins. Il préconise donc, l’expression est plusieurs fois employée par lui, une « symbiose franco-espagnole », un véritable rapprochement sur le plan économique, politique, culturel, démographique même. Embrassant toutes les variables de la situation européenne et internationale, Herbette voit la France menacée de toutes parts, en particulier sur le Rhin et les Alpes. Au contraire, il voit dans les Pyrénées une interface qui ouvre des horizons à la France comme à l’Espagne.

38Le Quai d’Orsay et les dirigeants politiques français n’ont pas la même approche de la politique espagnole de la France. À la différence d’Herbette, le Département ne fixe pas toute son attention sur l’Espagne et son évolution. Au contraire, l’Espagne ne constitue qu’une question très excentrée par rapport au problème qui mobilise toutes les énergies de la diplomatie française : l’Allemagne. En ce qui concerne le Maroc, l’Espagne est présentée au mieux comme un boulet qu’il faut traîner pour qu’il ne ralentisse pas trop la politique de développement du protectorat ; au pire comme une puissance qui ne pense qu’à chasser les Français de Tanger. Les représentants de la France au Maroc insistent sur la mauvaise volonté espagnole, sur les carences d’un pays incapable d’assurer le développement de sa zone, sur sa francophobie. Selon eux, le seul avantage d’avoir les Espagnols pour partenaires au Maroc est leur faiblesse et leurs défauts dont il faut profiter pour maintenir voire accroître l’influence de la France.

39La suffisance des Français est d’autant plus dommageable aux rapports franco-espagnols qu’elle entretient chez les Espagnols une susceptibilité exacerbée. Ceux-ci avouent redouter être traités par les Français comme eux-mêmes traitent les Portugais : en parents pauvres. On est là en présence d’un des maillons de la grande chaîne des condescendances entre les peuples. Comme en réaction à la décadence de leur politique étrangère de plus en plus à la remorque de l’Angleterre, les Français considèrent mal les Espagnols et le leur font savoir. De leur côté, les Espagnols agissent de même à l’égard des Portugais, qui a leur tour imposent aux peuples qu’ils dominent en Afrique une autorité implacable. L’avènement de la République espagnole en 1931, loin de panser cette blessure, la renforce. Ayant désormais conquis la démocratie, les Espagnols acceptent de plus en plus mal le caractère hautain des Français, et que la politique espagnole de la France reste marquée par l’image très négative qui est celle des Espagnols dans l’hexagone. En effet, l’opinion publique française continue à porter sur l’Espagne et sur son peuple le même regard biaisé que celui du Quai d’Orsay. Dans ce domaine, les efforts de quelques-uns pour substituer à cette image négative et passéiste une autre plus positive et plus moderne sont bien peu efficaces.

Quelques travaux sur la bilatéralité franco-espagnole dans la première moitié du xxe siècle

40Cantera, Gregorio (dir.), Del reencuentro a la convergencia, historia de las relaciones bilaterales hispano-francesas, Madrid, Ciencas de la Dirección, 1994.

41Delaunay, Jean-Marc, Méfiance cordiale, les Relations franco-espagnoles au début du xxe siècle (1898-1914), thèse de doctorat d’État soutenue en 2000, 9 volumes, 3625 p.

42Delaunay, Jean-Marc, « L’Espagne dans la politique générale française au xxe siècle, une réflexion sur la bilatéralité entre les nations », in Images et influences de l’Espagne dans la France contemporaine, Presses Universitaires de Perpignan, 1994, p. 34-54.

43Denéchère, Yves, La politique espagnole de la France de 1931 à 1936 : une pratique française de rapports inégaux, Paris, L’Harmattan, 1999, 336 p. (version allégée de la thèse soutenue en 1998).

44Espagne-France : Images de l’autre à l’époque contemporaine, colloque de Calacete (Teruel), juillet 1987, inédit.

45Españoles y Franceses en la primera mitad del siglo XX, Actes du colloque hispano-français de Madrid en 1982, Madrid, CSIC, 1986, 411 p.

46Historia contemporánea, n° 10, 1993, thème : España y Francia en La Paz y en la guerra, 1914-1945, 296 p.

47Images des Espagnols en Aquitaine, Presses universitaires de Bordeaux, MPI, 1988, 119 p.

48Images et influences de l’Espagne dans la France contemporaine, Actes du colloque de Béziers de 1993, Presses universitaires de Perpignan, 1994.

49Pike, David Wingeate, Les Français et la guerre d’Espagne 1936-1939, Paris, PUF-Presses de la Sorbonne, 1975, 467 pages.

Notes

1 Voir l’ouvrage de référence de P. Renouvin et J -B. Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, 4e édition, Paris, 1991, 533 p.

2 J.-B. Duroselle, Politique étrangère de la France ; La décadence 1932-1939, Paris, 1979, p. 276-278. C. Corbin a été ambassadeur de France à Madrid, puis à Bruxelles et à Londres.

3 Idem, p. 277.

4 Y. Denéchère, La politique espagnole de la France de 1931 à 1936, un exemple de rapports inégaux, Paris, 1999, 336 p.

5 Notamment dans la magistrale étude de J.-M. Delaunay, Méfiance cordiale, les relations franco-espagnoles au début du xxe siècle (1898-1914), thèse d’État microfichée, 2000.

6 R. Schor, Histoire de l’immigration en France de la fin du xixe siècle à nos jours, 1996, p. 114.

7 G. Mauco, Les étrangers en France : leur rôle dans l’activité économique, Paris, 1932, p. 390-391

8 J.-M. Borras Llop, Francia ante la guerra civil española : burguesía, interès nacional e interès de clase, CISC, 1981, p. 27.

9 Cité par M. de los Angeles Egido León, « La política exterior de España durante la II República », Proserpina, 1988, p. 116.

10 J.-M. Delaunay, Méfiance cordiale… op. cit., p. 705-706.

11 DDF (Documents Diplomatiques Français) 3 (3e série) tome XI n° 174, dép. confidentielle de Mathieu de Vienne à Bienvenu-Martin (ministre des Affaires étrangères par intérim) n° 336 du 27 juillet 1914.

12 Cité par J.-M. Delaunay, Méfiance cordiale… op. cit., p. 707.

13 DDF 2 tome XIII n° 187, dép. de Geoffray à Cruppi (MAE) n° 55 du 13 mars 1911.

14 DDF 2 tome XIII n° 159, 253 et 322, lettres de Geoffray à Pichon (MAE) du 18 février 1911, à Cruppi des 24 avril et 27 mai 1911 et tome XIV n° 195, Geoffray à Cruppi du 19 août 1911.

15 DDF 2 tome XIV n° 207, lettre de Geoffray à de Selves (MAE) du 24 août 1911.

16 Cité par J.-M. Delaunay, Méfiance cordiale… op. cit., p. 707.

17 DDF 2 tome XII n° 489, dép. secrète de Cambon (ambassadeur à Berlin) à Pichon n° 274 du 7 mai1910.

18 DDF 2 tome XIII n° 187, dép. de Geoffray à Cruppi n° 55 du 13 mars 1911.

19 DDF 3 tome XI n° 174, dép. confidentielle de de Vienne à Bienvenu-Martin n° 336 du 27 juillet 1914.

20 DDF 2 tome XIII n° 187, dép. de Geoffray à Cruppi n° 55 du 13 mars 1911.

21 ADN (Archives Diplomatiques de Nantes) MfC (Madrid fonds C) 2mi127, dép. de Alapetite à Pichon n° 41, 98, 148, 169, 210 et 218 des 28 janvier, 7 mars, 16 avril, 6 mai, 3 et 9 juin 1919.

22 ADN MfC 2mi127, dép. de Alapetite à Pichon n° 98 et 218 des 7 mars et 9 juin 1919.

23 Cité par J.-M. Delaunay, Méfiance cordiale… op. cit., p. 707.

24 A. Marvaud, L’action économique française en Espagne, Paris, 1922, p. 29-30.

25 DDF 1920 tome I n° 230, instruction de Millerand à Saint-Aulaire du 10 mars 1920.

26 ADN MfC 2mi142, dép. de Defrance à Poincaré (président du Conseil et MAE) n° 690 du 21 décembre 1922.

27 ADN MfC 2mi963 dép. de Peretti à Herriot (président du Conseil et MAE) n° 251 du 15 avril 1925.

28 ADN MfC 2mi1080 dép. de Peretti à Briand (MAE) sans n° du 20 juin 1928.

29 ADN MfC car. 195 dép. de Peretti à Briand n° 382 du 19 juin 1929.

30 Cité par B. Oudin, Aristide Briand, la paix : une idée neuve en Europe, Paris, 1987, p. 519-520.

31 J. Paul-Boncour, Entre-deux-guerres, souvenirs sur la IIIe république, tome II : Les lendemains de la victoire 1919-1934, Paris, 1945, p. 72.

32 ADN MfC car. 320 compilation d’articles de journaux reçus de Rabat, mai 1931.

33 ADN MfC 2mi1085 dép. de Corbin à Briand n° 209 du 6 mai 1931.

34 Sur ce diplomate, voir Yves Denéchère, Jean Herbette (1878-1960) Journaliste et ambassadeur, Paris, Ministère des Affaires étrangères, 2003, 400p.

35 Amanecer, « El nuevo embajador frances », 20 juin 1931.

36 Cité par J.-M. Borras Llop, « Relaciones franco-españolas al comienzo de la guerra civil : la embajada de J. Herbette (1936-1937) » in Arbor, n° 491-492, 1986, pages 80-81.

37 ADN MfC car. 150 dép. d’Herbette (ambassadeur à Moscou) à Briand n° 529 du 4 septembre 1929.

38 Notamment dans des lettres à MM. Delrieu et Tur des 18 janvier et 7 février 1940.

39 ADN MfC 2mi1086 dép. d’Herbette à Briand n° 369 du 15 juillet 1931.

40 ADN MfC 2mi1087 dép. d’Herbette à Briand n° 704 du 18 novembre 1931.

41 ADN MfC 2mi1090 dép. d’Herbette à Tardieu (président du Conseil et MAE) n° 454 du 11 mai 1932.

42 Idem, dép. d’Herbette à Tardieu n° 511 du 31 mai 1932 et à Herriot n° 541 du 8 juin 1932.

43 ADN MfC car. 133 dép. d’Herbette à Paul-Boncour (MAE) n° 992 du 15 novembre 1933.

44 ADN MfC 2mi1098 dép. d’Herbette à Barthou (MAE) n° 1213 du 20 septembre 1934.

45 G. Mauco, Les étrangers en France…, op. cit., p. 457.

46 ADN MfC 2mi1099 dép. confidentielle d’Herbette à Laval (MAE) n° 1509 du 5 décembre 1934.

47 ADN MfC car.256 dép. de Lucien Saint à Briand n° 2344 du 14 décembre 1931.

48 ADN Maroc CD (Cabinet Diplomatique) car. 278 rapport de mission du général Simon, décembre 1931.

49 ADN Maroc CD car. 204 rapport d’Augustin Bernard du 28 mai 1932.

50 AND Tanger série D car.116 dép. de Pinoteau à Paul-Boncour n° 174 du 7 septembre 1933.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540