Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Se construire et construire l’autre dans la différence : les stéréotypes identitaires

La construction du stéréotype de l’Italien à l’époque moderne dans les guides et dans la littérature de voyage

François Brizay

Texte intégral

1Le stéréotype véhicule des opinions qui, à force d’être répétées, finissent par acquérir une certaine valeur auprès du public : on admet que le lieu commun a sans doute une part de vérité. Ce constat vaut particulièrement pour les jugements portés sur les habitants d’un pays étranger. Les guides et les récits de voyage publiés à l’époque moderne en comptent de nombreux exemples.

  • 1 Voir Cl. Nicolet, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, (...)

2Les rédacteurs de guides décrivent les contrées traversées en suivant un modèle ancien, puisqu’il remonte aux chorographies antiques de Strabon, de Pomponius Mela, de Solin ou de Polybe1. Ils présentent d’abord les régions, puis s’intéressent surtout aux villes, dont ils mentionnent l’origine et le site avant d’en décrire les monuments, les institutions et les productions artisanales. Ces exposés leur offrent l’occasion de rédiger des notes sur les mœurs et le tempérament des habitants. Les récits de voyage ont de nombreux points communs avec les guides, mais ils s’en distinguent dans la mesure où leurs auteurs parlent d’eux-mêmes, donnent la chronologie du voyage, racontent des anecdotes dont ils furent les auteurs ou les témoins, et brossent le portrait de plusieurs hommes et femmes qu’ils ont rencontrés. En dépit de ces nuances, les guides et les récits de voyage sont des livres qui reprennent les mêmes informations et constituent ainsi un genre d’ouvrages conservateur. Nous allons vérifier cette affirmation en analysant l’image que donnent des Italiens une trentaine de guides et de récits de voyage publiés en français entre 1595 et 1713 (voir annexe).

LA PERMANENCE DU STÉRÉOTYPE

  • 2 Par Italien, nous entendons ici l’habitant de l’Italie, quelle que soit sa province ou sa ville d’ (...)
  • 3 F-J. Deseine, Nouveau voyage d’Italie contenant une description exacte de toutes ses provinces, vi (...)

3Le stéréotype de l’Italien2 apparaît dans quatre ouvrages3, soit au début des livres, dans les pages consacrées aux généralités sur la Péninsule et ses habitants, soit à la fin, dans les annexes. Ces auteurs décrivent les Italiens comme s’ils formaient un seul peuple dont les traits psychologiques seraient les mêmes du Piémont et de la Vénétie à la Calabre et à la Sicile. Ils utilisent trois critères pour définir le caractère et les aptitudes intellectuelles : l’intelligence, les excès du tempérament et la courtoisie. À partir de ces critères, la présentation des compétences professionnelles, et le portrait mental et psychologique qu’ils donnent des Italiens, sont manichéens : ces derniers ont des défauts et des qualités. Toutefois, les auteurs leur reconnaissent davantage de qualités (43 occurrences) que de défauts (38 occurrences). D’après eux, les Italiens seraient donc subtils et auraient des talents de société grâce à leur politesse et à leur courtoisie ; en revanche, il faudrait se méfier de leur hypocrisie et, surtout, de leur jalousie qui peut les rendre sournois et vindicatifs, comme l’affirme Rogissart :

  • 4 Rogissart (De), op. cit., vol. 1, p. 29.

La plus grande partie de cette Nation passe pour être fourbes, soupçonneux, vindicatifs, et qui savent si bien couvrir leur haine, qu’ils gardent souvent même plusieurs années un désir de vengeance, sans qu’on s’en puisse apercevoir, que quand le coup est fait, pensant que c’est être fol, quand on a reçu un affront, que d’exposer sa vie pour s’en venger, comme font la plupart des autres Nations4.

4Tous les excès mentionnés ne correspondent cependant pas à des comportements violents. En effet, des voyageurs retrouvent l’ardeur du tempérament transalpin dans la façon de s’exprimer de leurs interlocuteurs : certains Italiens ne parlent-ils pas avec emphase en multipliant les superlatifs qui agacent des auteurs comme Misson ?

  • 5 F.-M. Misson, Nouveau voyage d’Italie, fait en l’année 1688. Avec un memoire contenant des avis ut (...)

Pour vous dire franchement la vérité, c’est une chose difficile de s’accoutumer aux termes ampoullez des Italiens. Il leur est impossible de dire simplement les choses. Quand il est particulierement question de loüer, ils outrent l’exagération. Ce qui a le bonheur de leur plaire est toujours stupendo, maraviglioso, incomparabile5.

5Les Français qui formulaient ces sortes de jugements répondaient sans doute aux attentes des lecteurs. Ils nous renseignent donc moins sur les Italiens que sur la façon dont leurs contemporains considéraient leurs voisins ultramontains. La plupart des auteurs ne décrivent cependant pas les Italiens mais les habitants des régions et des villes, comme les y invitent les guides italiens.

  • 6 J. Doubdan, Le Voyage de la Terre Sainte, […] plus une légère description des principales villes d (...)
  • 7 Rogissart (De), op. cit., vol. 3, p. 661.
  • 8 Balthazar Grangier de Liverdis, Journal d’un voyage de France et d’Italie, fait par un gentilhomme (...)
  • 9 N. Bénard, Le Voyage de Hierusalem et autres lieux de la Terre Ste, faict par le Sr Bénard, Parisi (...)

6La description des populations locales obéit à des règles simples. Les auteurs rédigent des notes brèves dans lesquelles adjectifs et verbes jouent un rôle important. Ainsi, les Siennois sont « recommandables pour estre fort courtois, civils, humains, et les plus polis qui soient peut-estre en toute l’Italie6 », et les Mantouans « tout-à-fait propres à manier les armes, à apprendre les arts, et les sciences, mais sur-tout pour le negoce, à quoi ils sont naturellement portés7 ». Les auteurs recourent également à des expressions comme « on dit », « ils passent pour », ou « ils sont réputés ». Ils se font ainsi l’écho d’une tradition qu’ils ont lue ou qui leur fut rapportée, mais dont ils n’ont sans doute pas eu le temps ni les moyens de vérifier la pertinence. En outre, ils accordent très peu de place au physique et aux vêtements. Les observations suivantes sont donc rares : Grangier de Liverdis note que les Génois sont grands et que les Napolitains ont une bonne mine, un beau visage et une belle taille8, tandis que Bénard9 et Deseine soulignent la robustesse des Sardes. Deux groupes font cependant exception et suscitent des commentaires plus nourris : les nobles vénitiens et les femmes. Ces dernières sont présentées suivant des critères esthétiques et réparties entre deux catégories schématiques qui rappellent la présentation manichéenne des Italiens : les « belles » et les « laides ».

7Notons enfin que les auteurs décrivaient des hommes et des femmes qui appartenaient à leur milieu social ou à celui de la personne qu’ils servaient. En effet, beaucoup de voyageurs qui ont laissé un témoignage de leur séjour transalpin étaient des secrétaires d’ambassade, des robins, des ecclésiastiques ou des nobles. Grâce à leurs lettres de recommandation, et pour des raisons professionnelles, ils rencontraient surtout des princes, des chefs d’État, comme le pape ou le grand-duc de Toscane, des savants et des érudits, ainsi que des hommes d’Église et des artistes. C’est pourquoi leurs ouvrages comptent si peu de notes sur les paysans et le petit peuple urbain.

8Les auteurs parviennent cependant à proposer une typologie des habitants des différentes villes et régions. Comme pour la présentation des Italiens, ils recourent à trois critères pour les décrire. Ils insistent d’abord sur leur politesse. Celle-ci était importante aux yeux du voyageur, car elle était une marque de l’intérêt que les citoyens de telle ou telle ville portaient aux étrangers. Les Siennois étaient particulièrement loués pour leur affabilité et leur aptitude à lier conversation. Ensuite, les auteurs évaluent l’intelligence des populations : ils vantent leur vivacité, leur subtilité et les talents qu’elles expriment dans l’exercice de certaines disciplines comme les arts, les lettres ou le négoce. Dans l’esprit des Français, ces qualités correspondent peut-être à celles qu’ils attendent des habitants d’une cité, ou d’une région, dont ils louent les réalisations architecturales, picturales ou commerciales. Les Siennois, encore une fois, sont admirés et célébrés, ainsi que les Toscans en général. Enfin, les auteurs prennent en considération les excès du tempérament, c’est-à-dire la jalousie, la cruauté, la brutalité et la propension à se venger.

9À partir de ces critères, ils dessinent trois types de portraits. Le premier est équilibré : les populations décrites ont autant de qualités que de défauts. Ainsi, les habitants du royaume de Naples sont brutaux, paresseux, assez belliqueux et « tres mous », mais ils se montrent bons cavaliers et manifestent beaucoup d’esprit, ainsi que du génie pour les lettres et les sciences ; certes, les Sardes sont grossiers, rustres, paresseux et cruels, mais ils compensent leurs travers par leur courtoisie à l’égard des étrangers, leur vigueur, leur force physique et leur goût pour le travail ; quant aux Pisans, s’ils se montrent vindicatifs, belliqueux et inconstants, ils étonnent par leur intelligence, leur bonne mémoire et leur politesse.

10Le deuxième type de portraits, qui est flatteur, concerne les habitants du nord de l’Italie et les Toscans. Ces derniers, par exemple, sont intelligents, courtois, aimables, spirituels, doués pour les sciences et les arts. On peut mettre ce jugement en relation avec l’admiration que les voyageurs vouaient alors aux artistes et aux villes du Grand-Duché. Les habitants d’une ville admirable seraient-ils nécessairement admirables ? Les rédacteurs des guides et des récits de voyage ne confirment pas cette hypothèse. En effet, s’ils vantent la beauté et les charmes de Rome et de Naples, ils présentent les Napolitains comme des fourbes, des gens intéressés, inconstants et vindicatifs, et voient surtout dans les Romains des paresseux, des hypocrites, des débauchés, et des hommes avares, vindicatifs et intéressés. En fait, ils trouvent les Romains indignes de vivre dans l’ancienne Urbs et dans la capitale du monde catholique.

11Le troisième type de portraits est négatif. On le rencontre généralement dans les pages consacrées à certaines villes septentrionales, comme Gênes et Bologne, et aux habitants des îles et du Mezzogiorno. Les Corses, par exemple, sont considérés comme de bons soldats, mais les auteurs de guides leur attribuent bien des défauts puisqu’ils les décrivent comme des individus coléreux, oisifs, vindicatifs, ombrageux, jaloux, sans parole et « ennemis de la conversation ». Ces jugements sévères s’expliquent peut-être par la mauvaise réputation qu’avaient alors les régions méridionales et les îles de l’Italie : elles apparaissaient souvent comme la terre des brigands et des pirates. Ces considérations générales s’appliquent essentiellement aux hommes. Toutefois, les voyageurs consacrent des notes particulières aux femmes.

  • 10 Fano est une ville située dans la Marche d’Ancône, sur la côte Adriatique, à une cinquantaine de k (...)
  • 11 Monts, Récit des choses remarquables qui sont en Italie, s.l., 1624, p. 29. Traduction : « Les bel (...)
  • 12 J. Huguetan, Voyage d’Italie curieux et nouveau […], Lyon, Thomas Amaulry, 1681, p. 117.

12La typologie des Italiennes esquissée dans plusieurs ouvrages montre que les auteurs jugent les femmes en fonction de leur plus ou moins grande beauté ; ils les réduisent à des stéréotypes. Le plus commun concerne les habitantes de Fano10. Monts cite le proverbe « le belle donne da Fano ci dice11 » et Huguetan confirme cette affirmation : Fano « a le renom d’avoir les plus belles femmes d’Italie, in Fano il piu bel sangue d’Italia12 ». Au tout début du xviiie siècle, Rogissart nuance un peu ce proverbe : « On dit que les femmes [de Fano] sont plus belles qu’en aucun autre endroit de cette province ». Cette beauté semble donc faire l’unanimité, mais aucun auteur n’explique en quoi elle consiste.

13À défaut d’être célébrées pour leur beauté, des Italiennes suscitent des commentaires élogieux. Celles qui vivaient à la cour francophone de Turin passaient pour avoir de l’esprit et de la conversation, sans doute parce que les sujets de Louis XIII et de Louis XIV qui les rencontraient pouvaient s’entretenir aisément avec elles dans leur langue maternelle. Les « Dames » de Venise, c’est-à-dire les épouses des membres du Grand Conseil, retiennent elles aussi l’attention. Plusieurs auteurs souscrivent à ce jugement de Fermanel :

  • 13 R. Fermanel, Le voyage d’Italie et du Levant de Messieurs Fermanel […], Fauvel […], Baudouin de La (...)

Nous vismes [à Venise] de si rares beautez, que nous fusmes contraints d’avoüer ce que nous avions oüy dire long temps auparavant, que les Dames Venitiennes surpassoient en beauté et en bonne grace toutes celles d’Italie13.

  • 14 L’arte biondeggiante d’après Jean Doubdan, op. cit., p. 651 : « Et surtout elles sont bien contrai (...)

14La beauté des nobles vénitiennes, comme celle des habitantes de Fano, correspond en fait aux canons de la beauté qui avaient été codifiés depuis la Renaissance par les poèmes d’amour, les blasons, les peintures et les traités de civilité. Au xviie siècle, une belle femme avait donc la peau blanche, la taille souple, des seins fermes et ronds, et des cheveux blonds. C’est pourquoi des auteurs décrivent soigneusement l’arte biondeggiante qui consistait à décolorer les cheveux et à s’appliquer dessus des préparations à base de soufre ou de safran14. Toutefois, leurs observations sur les femmes ne concernent pas uniquement leur physique.

15Ils les présentent souvent comme des personnes recluses dans leur maison et jalousement surveillées par leurs maris, leurs frères, leurs oncles ou une duègne. Jeunes filles ou mariées, vénitiennes, florentines, siennoises ou napolitaines, elles sont soustraites au regard des hommes et ne peuvent sortir qu’accompagnées, comme les Romaines décrites par Jouvin de Rochefort :

  • 15 A. Jouvin de Rochefort, Le voyageur d’Europe, où sont les voyages de France, d’Italie et de Malthe (...)

Les femmes ny les filles ne paroissent point dans les ruës, que très peu ; si elles ne sont acompagnées de la Done de compagnie, ou d’estafiers qui vont les premiers, et elles les suivent en allant à la Messe les Festes et Dimanches ; ou bien si elles ne sont en carrosse avec leur mary15.

  • 16 Pour Misson, op. cit., vol. 2, p. 223, la jalousie serait l’élément essentiel de la psychologie de (...)
  • 17 Payen, Les Voyages de M. Payen […], Paris, E. Loyson, 1663, p. 151 : « Les ceremonies du mariage s (...)
  • 18 A l’origine, les ridotti (réduits) étaient des établissements qui possédaient des salles de jeux e (...)
  • 19 Fr.-M. Misson, op. cit., vol. 2, p. 5-6 ; Limojon (Alexandre-Toussaint de), La Ville et la Républi (...)

16Ces considérations sur l’enfermement des femmes suscitent des lieux communs sur la place des femmes dans la famille italienne : les filles des nobles et des patriciens passent leur jeunesse dans un couvent, puis leur père les marie contre leur gré à un homme jaloux16. Cette image de la femme privée de liberté et soumise à un tyran domestique ne s’applique cependant pas à toutes les Italiennes. Ainsi, la Vénitienne amoureuse et aux mœurs libres apparaît dans plusieurs ouvrages. Des voyageurs évoquent avec surprise l’existence de relations prénuptiales qui permettent aux futurs époux d’apprendre à se connaître17, puis, à partir des années 1660-1670, ils deviennent diserts à propos du comportement des Vénitiennes à l’égard des hommes. Dans la ville des plaisirs, elles dispensent leurs faveurs aux visiteurs. Comme elles ne peuvent pas recevoir leurs amants chez elles, elles leur donnent rendez-vous dans les ridotti18, les églises et les couvents. Ces derniers excitaient l’imagination de certains auteurs qui, dans les dernières décennies du xviie siècle, développèrent le thème de la vie licencieuse des religieuses. Ils admettaient néanmoins qu’il était difficile de vérifier la véracité des propos ironiques et irrespectueux tenus sur les nonnes19.

17La diversité et la précision des descriptions, le caractère péremptoire de bien des jugements laissent penser que les auteurs français ne sont sans doute pas à l’origine de toutes les remarques qu’ils font sur les habitants des villes et des régions d’Italie. Pour ne prendre qu’un seul exemple, les voyageurs ne passaient généralement que vingt-quatre heures à Vicence. Or, pendant plus d’un siècle, ils ont régulièrement noté que les Vicentins étaient vindicatifs. Une telle constance dans la répétition pose le problème des sources utilisées.

LE RÉCIT DE VOYAGE : UN PALIMPSESTE

18Les rédacteurs de guides et de récits de voyage s’inspirent de textes italiens, et près des deux tiers mentionnent les ouvrages qu’ils ont consultés pour écrire tel passage ou tel développement de leur livre, comme Deseine, par exemple, dans la préface de son Nouveau voyage d’Italie. Un auteur qui mentionnait des références aux ouvrages faisant autorité sur l’Italie s’insérait dans un cercle de connaisseurs, et témoignait ainsi du sérieux de son travail. Qu’ils l’admettent ou non, tous les auteurs utilisaient donc des livres de référence : ils leur empruntaient des informations ou en traduisaient simplement des pages entières, sans toujours en avertir le lecteur. Parmi ces ouvrages de référence, nous distinguons, d’une part, les récits de voyage ainsi que les guides et autres descriptions, et d’autre part, les textes qui apportent des compléments d’informations, comme les livres d’histoire et les poèmes, par exemple. Les premiers sont mentionnés le plus souvent dans les pages préliminaires, les seconds en manchettes, dans les marges de la description.

  • 20 En fait, les statistiques proposées ne sont pas calculées à partir de tous les livres du corpus : (...)

19Dans l’ensemble des guides et des récits de voyage du corpus20, on peut identifier 183 auteurs. Nous n’avons pas calculé le total des mentions consacrées à chacun de ces auteurs ; nous avons suivi une méthode plus rapide : à chaque fois qu’un auteur est mentionné au moins une fois dans un guide ou un récit de voyage, nous lui attribuons une occurrence qui vaut pour l’ensemble du livre dans lequel il est cité, même s’il est mentionné 15 fois. Nous obtenons ainsi 366 occurrences sur lesquelles nous fondons nos statistiques. Pour ne prendre qu’un exemple, on relève le nom de 46 historiens, auxquels correspondent 87 occurrences, car les livres du corpus citent en moyenne 1,89 historien. Nous proposons donc des chiffres qui, malgré l’imperfection de leur mode de calcul, donnent un ordre de grandeur.

  • 21 Les auteurs du xve siècle mentionnés dans les ouvrages du corpus sont des humanistes italiens. Ils (...)
  • 22 L’addition des trois chiffres proposés donne un total de 99,7 %. Le 0,3 % manquant correspond à la (...)
  • 23 Dans Le latin ou l’empire d’un signe. xvie-xxe siècle, Paris, Albin Michel, 1998, Françoise Waquet (...)

20En prenant les 366 occurrences comme base de travail, on constate que les textes les plus utilisés sont, par ordre décroissant, les livres d’histoire (26,5 %), les guides et les récits de voyage (24,6 %) et les poèmes (12 %) comme l’Énéide. Le classement de ces occurrences par périodes fait ressortir l’importance des Anciens. En effet, 53,6 % d’entre elles correspondent à des auteurs antiques, 43,6 % à des auteurs de l’époque moderne et seulement 2,5 % à des auteurs médiévaux21. Ces chiffres montrent l’influence qu’exerçait la culture gréco-romaine22 sur des hommes qui, pendant leurs années de collège, avaient eu l’occasion de se familiariser avec les textes latins23 et grecs. La part des « modernes » n’est cependant pas négligeable si on prend en considération non plus les occurrences mais le nombre d’auteurs : ils en représentent un peu plus de la moitié. Si, enfin, on regroupe les auteurs des sources des voyageurs français en fonction de leur origine géographique et culturelle, on s’aperçoit que les auteurs antiques d’expression latine et les Italiens de l’époque moderne représentent 70,7 % des occurrences. Les auteurs français qui entreprenaient de décrire la Péninsule sous le règne des trois premiers Bourbons s’appuyaient donc essentiellement sur les écrits des auteurs latins qu’ils avaient découverts pendant leur scolarité, et sur les ouvrages des humanistes et des érudits italiens des xve, xvie et xviie siècles.

  • 24 Flavio Biondo (1388/92-1463) était un érudit et un humaniste. Il fut le secrétaire de quatre papes (...)
  • 25 Leandro Alberti (1479-1552) était un Dominicain qui devint provincial de son ordre. Sa Descrittion (...)
  • 26 Traduction : XVIII livres sur diverses antiquités, avec les commentaires du Frère Jean Nanni de Vi (...)

21L’analyse de ces diverses sources explique la répétition des informations que l’on trouve dans les guides français. La source la plus ancienne est l’ensemble des chorographies antiques mentionnées ci-dessus. Nous ne la présentons pas, car elle ne fournit pas de lieux communs exploitables à l’époque moderne. Les guides italiens, en revanche, furent plagiés et pillés. L’un des premiers fut sans doute l’Italia illustrata de Flavio Biondo24, publiée pour la première fois à titre posthume en 1474. Il s’agit d’une description géographique, archéologique et historique de la Péninsule qui comprend des notes brèves sur les habitants. Un siècle plus tard, la Descrittione di tutta Italia de Leandro Alberti25 compléta l’ouvrage de Biondo. Ses lecteurs appréciaient les citations plus sûres et plus soignées des sources utilisées. Alberti, comme son illustre prédécesseur, mentionne Strabon, Pline, Tite Live et Tacite, mais s’appuie également sur les Antiquitatum variarum volumina XVIII cum commentariis Fr. Joannis Annii Viterbiensis du Dominicain Giovanni Nanni26. Ce livre de compilation présente les ouvrages originaux de plusieurs historiens antiques comme Bérose et Fabius Pictor. Au milieu du xvie siècle, la Descrittione d’Alberti était donc le dernier maillon d’une chaîne d’auteurs dont les textes s’accumulaient depuis l’Antiquité et se sédimentaient en un socle de références incontournables. Les voyageurs français qui voulaient alors apporter un témoignage sur leur séjour outre-monts pouvaient donc puiser informations, citations et références dans les livres des érudits italiens qui leur épargnaient la peine de lire les chorographes anciens.

  • 27 Traduction : Les Questions forciniennes où sont présentés le tempérament des Italiens ainsi que de (...)

22Pour rédiger leurs pages consacrées aux Italiens, les Français trouvaient des observations dans Alberti. Celui-ci juge les Lucquois « nobili », « saggi », « prudenti », les Siennois « civili » et « gratiosi », et les Florentins « di grand’ingegno », « di grand’animo », et doués pour les commerces et les affaires. Ce sont précisément les qualités que leur reconnaissent les auteurs français. Ces derniers avaient aussi à leur disposition des ouvrages spécialisés dans la caricature des différentes « nations » de la Péninsule. L’un des plus fameux est les Forciniæ quæstiones, in quibus varia Italorum ingenia explicantur, multaque alia scitu non indigna d’Ortensio Landi27. Il s’agit d’un dialogue d’inspiration platonicienne où neuf hommes et cinq femmes multiplient les lieux communs sur les Italiens. Ainsi, on lit page 20 :

À l’égard des étrangers, les Lucquois aussi se montrent doux de caractère et de tempérament. Les Milanais pardonnent facilement les injures subies ; ils réclament seulement un juste châtiment, sinon ils se vengent de belle manière. Les Napolitains se vengent avec empressement. Les Ferrarais et les gens de Plaisance ont le même tempérament. Les Florentins font grâce difficilement. Les Pérugins dissimulent leurs haines. Les gens de Foligno vengent les injustices subies par leurs aïeux.

  • 28 Les critiques qui visaient Catherine de Médicis donnaient lieu à des généralisations mettant en ca (...)

23Il existait enfin une tradition française anti-italienne, que l’on observe depuis la régence de Catherine de Médicis, au moins, jusqu’aux années 1650. On en trouve un écho dans les pamphlets rédigés contre elle28, puis contre Concini et Mazarin. Voici, par exemple, ce qu’écrit un certain G.B. Royal à propos des Italiens :

  • 29 G.-B. François Royal, Traité de la grande prudence et subtilité des Italiens, par laquelle ils dom (...)

Dieu nous a voulu faire paroistre que cette nation se serviroit à l’advenir de meurtres, et d’apparence de Religion, pour se prevalloir à empieter le regne et substance des autres peuples : Et que tout ainsi que sa domination première commença premierement par effusion de sang, par apres par couverture de Religion : Aussi est il advenu que la premiere splendeur du grand Empire des Italiens, où toute l’Europe leur a esté assubiettie, et rendue tributaire, a esté par les grans meurtres communs du temps de Marius, et de Silla, continuez par Cesar Auguste, et par Anthoine, laquelle s’estant par un long cours de temps brisée, s’est restablie d’une maniere toute diverse, sous une belle apparence de Religion29.

  • 30 Il s’agit de l’imprimeur Henri II Estienne (1531-1598), fils de l’imprimeur Robert Estienne (v.150 (...)

24L’Apologie pour Hérodote, de l’imprimeur Henri Estienne30, fournit, elle aussi, de nombreux exemples pour illustrer les innombrables défauts que les Français prêtaient à leurs voisins transalpins. En 1566, dans l’Introduction au Traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes, il avait recensé les vices et les curiosités de son époque. C’est cet ouvrage qui fut publié plus tard sous le titre d’Apologie pour Hérodote. Il présente les Italiens sous un jour particulièrement négatif qui s’explique peut-être par le fait qu’Estienne, de confession calviniste, nourrissait peu de sympathie pour des hommes et des femmes qu’il jugeait trop attachés au « papisme » et contaminés par des penseurs soupçonnés d’être anti-chrétiens comme Machiavel. Les anecdotes qu’il consacre aux Italiens les montrent jaloux, rancuniers, vindicatifs, cruels, fourbes, immoraux et homosexuels. Voici un exemple de sa hargne :

  • 31 H. Estienne, L’introduction au Traité de la Conformité des merveilles anciennes avec les modernes. (...)

Voire me souvient que pendant que i’estois à Naples (bien tost apres le commencement de la guerre de Sienne) advint qu’un qui estoit forussito (c’est-à-dire banni) estant r’entré secretement en la ville, tua sa femme qu’il avoit surprise sur le faict. Et depuis me fut dict que non seulement il avoit esté absous à pur et à plein, mais qu’on estoit apres pour mettre une loy que tous les autres forussits, qui rentrez ainsi secretement, pourroient executer la mesme iustice, non seulement auroient impunité de pareil acte, mais racheteroient par ce moyen leur bannissement. Ie ne sçai pas toutesfois si ceste ordonnance fut passee31.

  • 32 Monts, op. cit., p. 29 : « On dit “Rome la sainte/Venise la riche, la sage, et la seigneuriale/Nap (...)

25L’antipathie de certains Français pour les Italiens n’explique pas toutes les remarques sinon hostiles, du moins peu aimables, que l’on rencontre sous leur plume. Il existait, en effet, en Italie une vieille tradition de rivalité entre les villes. Elles diffusaient sur leurs rivales, ou leurs vieilles ennemies, des proverbes et des stéréotypes ironiques. Si les villes principales étaient affublées d’épithètes plutôt favorables32, certains dictons, comme celui qui concernait Gênes, témoignaient de rancunes tenaces :

  • 33 N. Bénard, op. cit., p. 593.

Gennes a sa mer sans poissons
Ses montaignes sans arbres,
Hommes sans bonne foy,
Et femmes sans vergongne (sic)33.

26Les Français qui décrivent Gênes mentionnent ce proverbe qui explique la mauvaise réputation qui lui était faite alors. Il n’est donc pas surprenant de constater que dans les guides et les récits de voyage français, le portrait des habitants de la cité de saint Georges restait conforme à la mauvaise réputation que les Italiens eux-mêmes leur avaient faite. Les voyageurs accordaient un certain crédit aux proverbes qu’ils rapportaient consciencieusement.

  • 34 Voir F.Waquet, Le modèle français et l’Italie savante (1660-1750), Rome-Paris, Ecole française de (...)
  • 35 Rogissart (De), op. cit., vol. 1, p. 28.
  • 36 Ibid, p. 29.

27Au terme de cette rapide lecture des guides et des récits de voyage, il convient de s’interroger sur l’éventuelle évolution des stéréotypes pendant le xviie siècle. La lecture des textes du corpus suggère deux observations : le regard que les Français posaient sur les Italiens évolua lentement, et tous n’accordaient pas la même foi aux stéréotypes. Tout d’abord, leur attitude devint de plus en plus condescendante. Du xvie siècle au milieu du xviie siècle, la plupart des Français qui se rendaient outre-monts partaient avec des préjugés plutôt favorables. Ils se dirigeaient en effet vers la patrie de Raphaël et de Galilée, remplis d’admiration pour les arts et la science des Italiens. Ils avaient parfois le sentiment de ne pas être polis par le raffinement et la culture de leurs hôtes. Ensuite, à partir du milieu du xviie siècle, ils affichèrent peu à peu un sentiment de supériorité. En tant que sujets de Louis XIV, ils avaient tendance à mépriser les petits États italiens qui disposaient de médiocres forces militaires. Ils se moquaient aussi du savoir des professeurs et des érudits italiens, et jugeaient leur enseignement dogmatique et sclérosé34. Rogissart exprime ce point de vue sans nuance quand il écrit : « aujourd’hui, [les Italiens] n’aiment point l’Étude, et de ceux qui passeront pour savans, à peine s’en trouvera-t-il un qui parle bien Latin et Grec35 ». Le mépris dans lequel les voyageurs français, et leurs lecteurs, tenaient de plus en plus les Italiens explique le développement du stéréotype de l’Italien jaloux et l’importance accordée au brigandage. Rogissart, encore une fois, résume brutalement la pensée de plusieurs auteurs lorsqu’il voit dans la Péninsule « tant de Bandits, de Braves, de Meurtriers et d’Assassins à louage, sans parler de leur perfidie, de leur avarice, de leur esprit de faction, qui a presque été la cause de la ruine totale de l’Italie, comme l’Histoire en fait foi36 ». Tous les auteurs ne formulaient cependant pas des jugements si sévères.

28On trouve en effet une critique des stéréotypes sous certaines plumes. Des voyageurs et des rédacteurs de guides estiment que tous les lieux communs ne correspondent pas à l’image qu’ils ont pu se faire des habitants de telle ou telle ville pendant leur séjour outre-monts. À partir de 1670 environ, le regard devient parfois critique et remet en cause des certitudes. Des auteurs doutent, par exemple, de la mauvaise réputation dont pâtissent les Génois depuis plus d’un siècle. Jacob Spon observe :

  • 37 J. Spon, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant […], Lyon, A. Cellier, 1678, p. 33-34 (...)

Mais peut-être les soupçonneroit-on d’être moins jaloux de la gloire de Dieu que de la propreté de leurs ouvrages ; car au reste ils n’ont pas la réputation d’être plus Saints que les autres ; au contraire, il court un Proverbe d’eux en Italie, qui ne leur est pas avantageux : « Mare senza pesce, montagne senza legno, Done senza vergogna, e gente senza fede ». Mer sans poisson, montagnes sans bois, femmes sans honte, et gens sans foy. Il y a pourtant d’honnêtes gens comme partout, mais le plus grand nombre d’espions et de Sbirres qui observent tout ce que l’on fait, ne me plaît pas37.

29Ce regard critique apparaît à une époque où quelques voyageurs ne se satisfont plus des anciennes certitudes imprimées depuis plus de deux siècles sur les Italiens. Ils proposent une autre image des habitants de la Péninsule, sans remettre en question l’essentiel des stéréotypes dont certains sont encore véhiculés au xxe siècle. On peut se demander si les auteurs qui notaient des lieux communs leur accordaient du crédit. Il est probable que certains n’étaient pas dupes, et faisaient imprimer des remarques pour divertir le public français et flatter son éventuel sentiment de supériorité. Ils confortaient ainsi des préjugés qui étaient familiers au lecteur.

Annexe : textes du corpus

30Anonyme, Lettres curieuses, ou relations de voyages, qui contiennent ce qu’il y a de plus rare et de plus remarquable dans l’Italie, la Hongrie, l’Allemagne, la Suisse, la Hollande, la Flandre, l’Espagne et l’Angleterre […], Paris, J.-Baptiste Loyson, 1670.

31Barbier de Mercurol, Le voyage d’Italie […] fait par Mrs les Cardinaux de Vendosme et de Rets, contient ce qui s’est passé à Rome à la mort d’Alexandre VII et à la Création de Clément IX […], Paris, Jean Du Bray, 1671.

32Bénard (Nicolas), Le Voyage de Hierusalem et autres lieux de la Terre Ste, fait par le Sr Bénard, Parisien […]. Ensemble son retour par l’Italie, Suisse, Allemagne, Holande et Flandre […], Paris, Denis Moreau, 1621.

33Bralion (Nicolas de), Les curiositez de l’une et de l’autre Rome […], Paris, Edme Couterot, 1655-1659, 2 vol.

34Chappuys (Gabriel), La Toscane françoise italienne […], Paris, l’auteur, 1601.

35Condé (Henri II de Bourbon, prince de), Voyage de M. le Prince de Condé en Italie […], Bourges, Maurice Levez, pour Jean Coppin, Libraire de mondit Sieur, 1624.

36Deseine (François-Jacques), Description de la ville de Rome en faveur des étrangers, divisée en trois parties, Lyon, Jean Thiolly, 1690, 4 vol.

37Deseine (François-Jacques), L’ancienne Rome […], Leyde, Pierre Van der Aa, 1713, 4 vol.

38Deseine (François-Jacques), Nouveau voyage d’Italie contenant une description exacte de toutes ses provinces, villes et lieux considérables, et des isles qui en dépendent […], Lyon, Jean Thioly, 1699, 2 vol.

39Deseine (François-Jacques), Rome moderne […], Leyde, Pierre Van der Aa, 1713, 6 vol.

40Doubdan (Jean), Le Voyage de la Terre Sainte, […] plus une légère description des principales villes d’Italie, Paris, F. Clouzier, 1657.

41Dumont (Jean), baron de Carlscroon, Nouveau voyage du Levant […] contenant ce qu’il a vû de plus remarquable en Allemagne, France, Italie, Malthe et Turquie […], La Haye, Etienne Foulque, 1694.

42Duval (Pierre), Le voyage et la description d’Italie […], Paris, Gervais Clouzier, 1656.

43Fermanel (Gilles), Le voyage d’Italie et du Levant de Messieurs Fermanel […], Fauvel […], Baudouin de Launay et de Stochove […]. Contenant la description des Royaumes, Provinces, Gouvernemens, Villes, Bourgs […] ; Vies, mœurs, actions, tant des Italiens, que des Turcs […], Rouen, Jacques Hérault, 1664.

44Grangier de Liverdis (Balthazar), Journal d’un voyage de France et d’Italie, fait par un gentilhomme françois […], Paris, Michel Vaugon, 1667.

45Huguetan (Jean), Voyage d’Italie curieux et nouveau […], Lyon, Thomas Amaulry, 1681.

46Jordan (Claude), Voiages historiques de l’Europe dediez au Roy […], Paris, Nicolas le Gras, 1693-1700, 8 t., t. III, Qui comprend tout ce qu’il y a de plus curieux en Italie, 1693.

47Jouvin de Rochefort (Alfred), Le voyageur d’Europe, où sont les voyages de France, d’Italie et de Malthe, d’Espagne et de Portugal, des Pays-Bas, d’Allemagne et de Pologne, d’Angleterre, de Danemark et de Suède, Paris, Denis Thierry, 1672, 3 t. de 2 vol. chacun, Le voyage d’Italie et de Malthe, t. I, vol. 2.

48La Boullaye le Gouz (François de), Les voyages et observations du Sieur de La Boullaye le Gouz, où sont décrites les religions, gouvernements et situations des Estats et Royaumes d’Italie, Grèce, Natolie, Syrie, Perse […], Paris, Gervais Clouzier, 1653.

49Limojon (Alexandre-Toussaint de, sieur de Saint-Didier), La Ville et la République de Venise, Paris, Louis Billaine, 1680.

50Mirabal (N.), Voyage d’Italie et de Grèce […], Paris, Jean Guignard, 1698.

51Misson (François-Maximilien), Nouveau voyage d’Italie, fait en l’année 1688.
Avec un memoire contenant des avis utiles à ceux qui voudront faire le mesme voyage, La Haye, Henri Van Bulderen, 1691, 2 vol.

52Monconys (Balthasar de), Journal de M. de Monconys […], Lyon, Horace Boissat, Georges Remeus, 1665-1666, 3 vol.

53Monts, Récit des choses remarquables qui sont en Italie, s.l., 1624.

54Nodot (François), Nouveaux mémoires de M. Nodot ou Observations qu’il a faites pendant son voyage d’Italie […], Amsterdam, François L’Honoré, 1706, 2 vol.

55Nodot (François), Relation de la Cour de Rome […]. Ensemble la visite des anciens Monumens de Rome […], Paris, J.-B. Cusson et Pierre Witte, 1701, 2 vol.

56Payen, Les Voyages de M. Payen […], Paris, E. Loyson, 1663.

57Rigaud (Jean-Antoine), Bref recueil des choses rares, notables, antiques, citez, forteresses principales d’Italie […], Aix, Jean Tolosan, 1601.

58Rogissart (De), Les délices de l’Italie, ou description exacte de ce pays, de ses principales villes, et de toutes les raretez qu’il contient, Leyde, Pierre Van der Aa, 1706, 3 vol.

59Rohan (Henri Ier, duc de), Voyage de M. le duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, en Allemagne, Pays-Bas Unis, Angleterre et Escosse, Amsterdam, Louis Elzevier, 1646.

60Spon (Jacob), Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait aux années 1675 et 1676 par Jacob Spon, Docteur Médecin Aggregé à Lyon, et George Wheler, Gentilhomme Anglois, Lyon, Antoine Cellier, 1678, 3 vol.

61Villamont (Jacques de), Les Voyages du Seigneur de Villamont […]. Divisez en trois Livres. Le Premier contient la description des villes & forteresses de l’Italie […], Paris, Claude de Monstr’œil et Jean Richer, 1595.

Notes

1 Voir Cl. Nicolet, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, Fayard, 1988, chap. III, « Erreurs et vérités : les connaissances géographiques du temps ».

2 Par Italien, nous entendons ici l’habitant de l’Italie, quelle que soit sa province ou sa ville d’origine.

3 F-J. Deseine, Nouveau voyage d’Italie contenant une description exacte de toutes ses provinces, villes, et lieux considerables, et des isles qui en dépendent […], Lyon, Jean Thioly, 1699 ; Pierre Duval, Le voyage et la description d’Italie […], Paris, Gervais Clouzier, 1656 ; Henri Ier, duc de Rohan, Voyage de M. le duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, en Allemagne, Pays-Bas Unis, Angleterre et Escosse, Amsterdam, Louis Elzevier, 1646 ; Rogissart (De), Les délices de l’Italie, ou description exacte de ce pays, de ses principales villes, et de toutes les raretez qu’il contient, Leyde, P. Van der Aa, 1706.

4 Rogissart (De), op. cit., vol. 1, p. 29.

5 F.-M. Misson, Nouveau voyage d’Italie, fait en l’année 1688. Avec un memoire contenant des avis utiles à ceux qui voudront faire le mesme voyage, La Haye, Henri Van Bulderen, 1691, vol. 1, p. 122.

6 J. Doubdan, Le Voyage de la Terre Sainte, […] plus une légère description des principales villes d’Italie, Paris, F. Clouzier, 1657, p. 660.

7 Rogissart (De), op. cit., vol. 3, p. 661.

8 Balthazar Grangier de Liverdis, Journal d’un voyage de France et d’Italie, fait par un gentilhomme françois. Commencé le quatorzième septembre 1660 et achevé le trente-unième May 1661 […], Paris, Michel Vaugon, 1667, p. 159 et 533.

9 N. Bénard, Le Voyage de Hierusalem et autres lieux de la Terre Ste, faict par le Sr Bénard, Parisien Chevalier de l’ordre du St Sepulcre de Notre Seigneur Iesus Christ. Ensemble son retour par l’Italie, Suisse, Allemagne, Holande et Flandres […], Paris, Denis Moreau, 1621, p. 71.

10 Fano est une ville située dans la Marche d’Ancône, sur la côte Adriatique, à une cinquantaine de kilomètres au nord du port d’Ancône.

11 Monts, Récit des choses remarquables qui sont en Italie, s.l., 1624, p. 29. Traduction : « Les belles femmes de Fano, dit-on ».

12 J. Huguetan, Voyage d’Italie curieux et nouveau […], Lyon, Thomas Amaulry, 1681, p. 117.

13 R. Fermanel, Le voyage d’Italie et du Levant de Messieurs Fermanel […], Fauvel […], Baudouin de Launay et de Stochove […]. Contenant la description des Royaumes, Provinces, Gouvernemens, Villes, Bourgs […] ; Vies, mœurs, actions, tant des Italiens, que des Turcs […], Rouen, Jacques Herault, 1664, p. 468. Fermanel passe pour être l’auteur de ce livre.

14 L’arte biondeggiante d’après Jean Doubdan, op. cit., p. 651 : « Et surtout elles sont bien contraires [aux femmes] de France sur ce poinct qu’elles ont cette fantaisie particulière d’estre extrêmement amoureuses des chevelures rousses (sic) qu’elles prennent plaisir de monstrer allant dans les ruës la teste toute descouverte, et mesme tant plus ces cheveux sont iaunes, dorez, tant plus sont-ils en estime, et afin de leur donner plus d’esclat les ieunes Dames de condition y entremeslent sur le front de petits filets d’or qui leur donnent fort bonne grace et un grand lustre à leur beauté […] ».

15 A. Jouvin de Rochefort, Le voyageur d’Europe, où sont les voyages de France, d’Italie et de Malthe, d’Espagne et de Portugal, des Pays-Bas, d’Allemagne et de Pologne, d’Angleterre, de Danemark et de Suède, Paris, Denis Thierry, 1672, t. I, vol. 2, p. 450.

16 Pour Misson, op. cit., vol. 2, p. 223, la jalousie serait l’élément essentiel de la psychologie des Italiens, notamment des maris : « L’Amour et la Jalousie sont les deux fureurs qui répandent le plus de sang en Italie. Les Italiens sont jaloux, dit-on, pour un rien, et le moindre soupçon leur excite un accez de rage ».

17 Payen, Les Voyages de M. Payen […], Paris, E. Loyson, 1663, p. 151 : « Les ceremonies du mariage se font à la commodité des conjoints, pour l’ordinaire six mois apres la consommation ; et bien souvent quand l’Epousée est grosse, le Prestre la marie ».

18 A l’origine, les ridotti (réduits) étaient des établissements qui possédaient des salles de jeux et des salons pour la conversation. On pouvait s’y restaurer et consommer du vin et du café. Le jeu finit toutefois par devenir la principale activité de ces établissements, aussi le mot ridotto en vint-il à désigner une salle de jeux.

19 Fr.-M. Misson, op. cit., vol. 2, p. 5-6 ; Limojon (Alexandre-Toussaint de), La Ville et la République de Venise, Paris, Louis Billaine, 1680, p. 387-388.

20 En fait, les statistiques proposées ne sont pas calculées à partir de tous les livres du corpus : dans la Rome moderne de Deseine, publiée en 1713 à Leyde, nous ne nous appuyons que sur l’« avis de l’auteur », et dans les Curiositez de l’une et l’autre Rome de Nicolas de Bralion, publiée en 1655-1659 à Paris, nous ne comptabilisons que les sources mentionnées dans les manchettes.

21 Les auteurs du xve siècle mentionnés dans les ouvrages du corpus sont des humanistes italiens. Ils appartiennent au monde de la Renaissance. Pour cette raison, nous les classons parmi les auteurs de l’époque moderne.

22 L’addition des trois chiffres proposés donne un total de 99,7 %. Le 0,3 % manquant correspond à la Bible que nous avons classée à part pour la distinguer des ouvrages rédigés par des auteurs gréco-romains.

23 Dans Le latin ou l’empire d’un signe. xvie-xxe siècle, Paris, Albin Michel, 1998, Françoise Waquet souligne la familiarité des collégiens avec le latin. Page 47, elle indique les textes les plus étudiés dans les collèges français du xviie siècle et du début du xviiie siècle : l’Énéide, les Odes d’Horace, les Lettres familières et les traités moraux ou philosophiques de Cicéron, les Tristes d’Ovide, les Distiques de Caton, mais aussi les Fables de Phèdre et les Histoires de Cornelius Nepos.

24 Flavio Biondo (1388/92-1463) était un érudit et un humaniste. Il fut le secrétaire de quatre papes : Eugène IV, Nicolas V, Calixte III et Pie II. L’Italia illustrata fut d’abord publiée en latin sous le titre suivant : Blondi Flavii Italiæ illustratæ libri VIII. Ce livre fut rédigé entre la fin des années 1440 et celle des années 1450.

25 Leandro Alberti (1479-1552) était un Dominicain qui devint provincial de son ordre. Sa Descrittione di tutta Italia, publiée pour la première fois à Bologne en 1550, n’apporte que des modifications de détail à l’Italia illustrata de Biondo.

26 Traduction : XVIII livres sur diverses antiquités, avec les commentaires du Frère Jean Nanni de Viterbe. Ce livre fut publié à Rome en 1498. Son auteur, le Dominicain Giovanni Nanni (1432-1502) fut maître du Sacré palais à partir de 1499.

27 Traduction : Les Questions forciniennes où sont présentés le tempérament des Italiens ainsi que de nombreux autres sujets qui méritent d’être connus. Cet ouvrage fut publié en 1535. Ortensio Landi (né au début du xvie siècle à Milan, mort vers 1560) composa ses Forciniæ quæstiones à Forci (près de Lucques) où se trouvait la maison de campagne d’un de ses amis.

28 Les critiques qui visaient Catherine de Médicis donnaient lieu à des généralisations mettant en cause tous les Toscans. Voici, par exemple, ce qu’écrivit sur les Florentins un auteur anonyme en 1575 : « Les Florentins pour la plupart, comme dient ceux qui toute leur vie les ont pratiquez, se soucient peu de leur conscience, veulent sembler religieux et non pas l’estre, n’ayment personne qu’eux-mesmes, envyent et hayent mortellement tous ceux qui ont quelque chose plus qu’eux, en vertu, noblesse, ou autre bonne qualité, et sur tout ceux ausquels ils sont aucunement obligez, quoy que par ceremonies ils se monstrent affables à un chacun. Les Medicis ont en eux une quinte essence de toutes ces bonnes parties remarquee par tous les historiens de nostre temps, quelque craintisvement ou favorablement qu’ils en ayent escrit ». Cet extrait est tiré du Discours merveilleux de la vie, actions et deportemens de Catherine de Medicis Royne mere […], S.l., 1575, p. 7-8. Barbier, qui fut bibliothécaire de la Bibliothèque Nationale au xixe siècle, et publia une recension des ouvrages anonymes, attribue ce livre à Henri Estienne.

29 G.-B. François Royal, Traité de la grande prudence et subtilité des Italiens, par laquelle ils dominent sur plusieurs peuples de la Chrestienté, et sçavent dextrement tirer la quinte essence de leurs bourses : comment ils se conservent en cela, et des remèdes convenables pour y opposer, S.l., 1590, p. 10.

30 Il s’agit de l’imprimeur Henri II Estienne (1531-1598), fils de l’imprimeur Robert Estienne (v.1503-1559). Au moment où il écrivit ce texte, il était converti au calvinisme.

31 H. Estienne, L’introduction au Traité de la Conformité des merveilles anciennes avec les modernes. Ou traité preparatif à l’Apologie pour Herodote, Paris, 1607, p. 149 (l’édition princeps date de 1566).

32 Monts, op. cit., p. 29 : « On dit “Rome la sainte/Venise la riche, la sage, et la seigneuriale/Naples l’odoriférante, et la gentille/Florence la belle, A Florence tout le peuple chante/Milan la grande en Italie, Milan la vantarde/Bologne la grasse/Ferrare la polie/Padoue la forte/Gênes au plan superbe, altier/Vérone la digne, Brescia le glorieuse, Parme la glorieuse, Mantoue la glorieuse/Sienne au beau parler, Lucques l’industrieuse, etc” ».

33 N. Bénard, op. cit., p. 593.

34 Voir F.Waquet, Le modèle français et l’Italie savante (1660-1750), Rome-Paris, Ecole française de Rome, 1989, p. 285-294. Elle rapporte p. 305 cette affirmation du Père Bouhours, qui date du début des années 1670 : « Le siècle présent est pour la France ce que le siècle passé estoit à l’Italie ; on diroit que tout l’esprit et toute la science du monde soit maintenant parmi nous, et que tous les autres peuples soient barbares en comparaison des François ».

35 Rogissart (De), op. cit., vol. 1, p. 28.

36 Ibid, p. 29.

37 J. Spon, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant […], Lyon, A. Cellier, 1678, p. 33-34. Huit ans plus tôt, déjà, un auteur anonyme reconnaissait que les Génois n’étaient pas aussi mauvais qu’on se plaisait à le dire, et à le rapporter. On lit dans un texte anonyme, les Lettres curieuses ou relations de voyages, etc, Paris, J.-B. Loyson, 1670, p. 42 : « Les Peuples y sont meilleurs et moins sauvages qu’on ne me les avoit dépeints. Il est vray qu’ils n’aiment pas à rien faire pour rien, mais si le désir d’avoir de l’argent est un vice, il est presentement si commun, qu’il ne fait plus honte à personne ».

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540