Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Se construire et construire l’autre dans la différence : les stéréotypes identitaires

Le choix d’identité d’une communauté par les légendes de fondation : les exemples d’Ancyre et de Pessinonte en Asie Mineure1

Stéphane Lebreton

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement M. Molin, É. Parmentier-Morin et M. Sartre pour leur relecture et leurs conse (...)

Mais sur la raison pour laquelle (Pessinonte) a été appelée de ce nom, les historiens ne sont pas d’accord. Car certains ont affirmé qu’une image de la déesse étant tombée du ciel, la ville reçut son nom du mot pesein – ce que nous rendons par « tomber ». D’autres rapportent qu’Ilos, fils de Tros et roi de Dardanie, donna au lieu ce nom à cause d’une guerre <où « tombèrent » bien des combattants>. Quant à Théopompe, il affirme que ce n’est pas Ilos qui l’a fait, mais Midas, jadis très puissant roi de Phrygie.
Ammien Marcellin, XXII, IX, 6-7, trad. J. Fontaine, E. Frézouls, J.-D. Berger (CUF).

  • 2 Version similaire dans Hérodien, I, 11, 1-2 : « Tombée du haut du ciel il y a longtemps, (la statu (...)

1Ammien Marcellin profite, dans le fil de sa narration, de la visite de l’empereur Julien à Pessinonte, pour ouvrir une parenthèse sur les légendes de fondation du sanctuaire. Ce témoignage nous intéresse tout particulièrement parce qu’il est caractéristique du genre. Ammien restitue tout d’abord les différentes versions connues en se reportant à une autorité plus ancienne : les deux explications des « historiens » et « l’affirmation » de Théopompe. La tradition forge la crédibilité. Ces trois variantes se basent ensuite sur la ressemblance entre le nom de Pessinonte et le mot pesein2. Il s’agit d’une des particularités des légendes de fondation : expliquer étymologiquement un toponyme par un terme grec, forme d’appropriation culturelle. De plus, ces histoires recourent régulièrement à l’intervention de personnages légendaires dont la mémoire est associée à une région particulière. C’est bien évidemment le cas pour Midas étroitement en rapport avec les hauts plateaux anatoliens.

  • 3 Sur ces problèmes théoriques concernant les légendes de fondation, il peut être intéressant de se (...)

2En cela, les légendes de fondation respectent une forme de stéréotype. On cherche à restituer une explication sur les origines d’une communauté à partir de mécanismes répétés. Ces constructions doivent, bien sûr, se comprendre dans le contexte des rivalités civiques. Chaque cité s’attribue des origines plus anciennes et plus prestigieuses que sa voisine. Cependant, si nous entrons dans le détail, nous nous confrontons aux problèmes complexes du processus de création et de transformation de telles compositions. Nous pouvons partir du principe que ces modifications reflètent, en partie, l’état d’une cité et de sa propre évolution. Mais nous ne dépendons, bien souvent, que de sources littéraires qui au gré des circonstances ne nous délivrent que quelques éléments, eux-mêmes issus d’emprunts datés. Or, il peut s’agir des seules informations conservées sur une agglomération. En outre, ces témoignages sont la plupart du temps le résultat d’un regard étranger à l’espace considéré. Dans ce cadre, l’utilisation de ce type de récits paraît délicate à traiter. Il est difficile, en particulier, de dissocier les légendes de fondation émanant des communautés civiques de celles qui ne sont que de pures créations littéraires. Pour revenir au texte d’Ammien Marcellin, la seconde version faisant intervenir Ilos paraît ainsi n’être qu’une élaboration érudite coupée des traditions locales. Les communautés peuvent également se réapproprier des créations littéraires. Les limites ne sont donc pas aussi tranchées3.

3L’intérêt des cités est de s’attacher à des versions proposant un double niveau de lecture. La démonstration de leur prestige n’a de sens que si elle est comprise par le plus grand nombre. Mais le récit se doit également d’avoir une signification forte au sein de la communauté elle-même. Derrière ces constructions stéréotypées, il existerait donc une identité acceptée. Cette dernière comprendrait une image mentale d’un « espace vécu » ou plutôt d’un espace idéal, tel qu’il devrait être aux yeux de la communauté. Pour ces raisons et en dépit des écueils possibles, il nous semble que cette documentation offre d’intéressantes potentialités, d’autant plus qu’il peut être pertinent, quand elle le permet, de comparer des légendes de fondation de cités voisines. Cette confrontation peut donner quelques éclaircissements sur les rapports entre agglomérations et sur l’évolution séparée des récits.

  • 4 Ancyre devient capitale provinciale lors de la transformation du royaume de Galatie en province en (...)

4Prenons l’exemple des légendes de fondation d’Ancyre et de Pessinonte, cités de la province de Galatie en Anatolie centrale4. Pour cela, il est important de garder en mémoire le passé particulier de la région. La migration et l’établissement d’une population celte, les Galates, au iiie s. av. n. è. sur les hauts plateaux anatoliens, bouleversent les données territoriales en transformant la partie orientale de la Grande Phrygie. Ces mouvements impliquent des modifications culturelles et identitaires. Les deux légendes de fondation utilisent et modèlent ce passé. Deux auteurs rendent compte de l’origine d’Ancyre.

Ceux-ci (les Galates) occupèrent le pays au-delà du Sangarios ; ils prirent Ancyre (Agkura), cité phrygienne, qu’avait jadis fondée Midas, fils de Gordios ; -Jusqu’à nos jours l’ancre (agkura) que Midas avait trouvée était dans le sanctuaire de Zeus, et il y avait aussi une fontaine dite fontaine de Midas : c’est de l’eau de cette fontaine que Midas, dit-on mêla au vin pour s’emparer de silène- ainsi donc les Galates prirent Ancyre et Pessinonte.
Pausanias, I, IV, 5, trad. F. Chamoux (CUF).
Apollonios, au livre XVII de ses Cariques (Carica), raconte que ces étrangers galates, s’étant alliés à Mithridate et à Ariobarzane, poursuivirent jusqu’à la mer les Egyptiens envoyés par Ptolémée, s’emparèrent des ancres (agkura) de leurs navires, et ayant reçu comme prix de leur victoire du terrain pour y construire une cité, donnèrent ce nom (Agkura) à celle qu’ils fondèrent. Ils en bâtirent même trois, Ancyre dont le nom rappelait ce qu’ils avaient gagné à cette guerre, Pessinunte et Tavia des noms de leurs chefs.
Étienne de Byzance, s.u. « Agkura », trad. E. Cougny.

  • 5 Nous avons, malheureusement, très peu de renseignements sur Apollonios d’Aphrodisias. Il serait or (...)
  • 6 M. Arslan, « Greek and Greek Imperial Coins found during the Çankirikapi Excavations at Ankara », (...)

5L’irruption des Galates en Phrygie est expliquée par Pausanias et Étienne de Byzance de façon totalement différente. Dans la version de Pausanias, les Phrygiens fondent les principales agglomérations. Les Galates ne font que s’en emparer. Pausanias exprime ainsi le point de vue le plus conforme à la tradition. Étienne de Byzance, reprenant un fragment d’Apollonios, renverse complètement la perspective. Les Galates sont, ici, à l’origine des trois principales cités. Ce sont eux qui modèlent le territoire. Ils le civilisent presque. Cette approche rompt avec l’image du Galate, envahisseur brutal et impie. Elle est pour cela surprenante et pose quelques problèmes sur les objectifs et sur les sources d’Apollonios, ou sur les emprunts d’Étienne de Byzance5. Mais malgré ces divergences, les deux récits proposent la même explication du nom d’Ancyre. Ils s’appuient sur une étymologie fictive reconstituée à partir du terme « ancre ». Cette construction étiologique est un choix de la cité. Nous retrouvons, en effet, le motif de l’ancre dans le monnayage civique au moins pour le IIe et iiie s. de n. è.6. Il restait cependant à justifier cette appellation d’une agglomération située au cœur de l’Anatolie, sur les hauts plateaux éloignés de la mer. C’est ce que se propose de faire Étienne de Byzance avec plus ou moins de bonheur.

  • 7 Arnobe, Contre les nations, V, 5-7. Voir R. Turcan, Les cultes orientaux dans le monde romain, Par (...)

6Les légendes de fondation concernant Pessinonte sont plus riches. La cité profite de son passé prestigieux en tant que sanctuaire. Les différentes versions connues sont en relation avec le culte de Cybèle et s’appuient sur son mythe. Le texte le plus ancien se rapportant au passé de Pessinonte serait celui de Timothée. Auteur du iiie s. av. n. è., appartenant à l’entourage des Lagides, Timothée a enquêté sur les cultes anatoliens afin de préparer l’introduction de Sérapis à Alexandrie. Dans cette optique, il aurait consacré un ouvrage à Cybèle et aux origines de son mythe en utilisant des informations provenant des prêtres de Pessinonte. Le livre a disparu, nous en connaissons seulement les grandes lignes grâce à Arnobe, rhéteur chrétien, contemporain de Dioclétien7. Des passages de Diodore (III, 63), de Pausanias (VII., XVII, 10) et d’Ammien Marcellin (XXII, IX, 6-7) constituent, pour le reste, l’essentiel du dossier. Enfin, il convient de ne pas négliger la courte description du territoire du sanctuaire par Strabon (XII, 5, 3). Trois principaux thèmes reviennent régulièrement dans les différents récits.

  • 8 S. Mitchell, Anatolia, II, p. 22. R. Turcan, Le Cultes orientaux, p. 39 ; 42-43. Ph. Borgeaud, La (...)

7Le premier ne doit pas nous surprendre. Le sanctuaire de Pessinonte se tient au pied de la montagne sacrée du Dindymon. Pausanias (I, IV, 5) comprend le massif montagneux comme le tombeau d’Attis, parèdre de Cybèle. Il peut être aussi le lieu d’égarement de ses prêtres (Anthologie palatine, VI, 217-220 ; 237) ou de Cybèle elle-même (Diodore). Les commentaires de Strabon rendent bien compte du lien entre la montagne et Cybèle : « La ville est dominée par une montagne, le Dindymon, qui a donné à la déesse son nom de Dindymène […] ». Cette relation s’explique par une des particularités originelles du culte de la déesse. Cybèle est une mère de la montagne. Cette explication est fréquente en Asie Mineure et ne nous donne pas d’indication spécifique pour le problème envisagé8. En effet, ce motif appartient plus au mythe de Cybèle qu’aux légendes de fondation.

  • 9 J. Devreker et M. Waelkens, Les fouilles de la Rijkuniversiteit te Gent à Pessinonte, Brugge, 1984 (...)
  • 10 Anthologie Palatine, VI, 234 : Attis promet de consacrer à Cybèle une chambre cultuelle (thalamè) (...)

8Le second thème se rapporte aussi au paysage traditionnel du territoire de Pessinonte. Le fleuve Sangarios, l’actuel Sakarya, se tient aux marges du sanctuaire dans la description de Strabon. Il figure également sur le monnayage de la cité au Haut-Empire9. À ce titre, le cours d’eau est intégré dans les différentes versions sur les origines de la déesse. Chez Arnobe, Sangarios est un roi. Sa fille Nana est la mère d’Attis. Nous avons à peu près les mêmes relations de parenté entre Sangarios et Attis dans le récit de Diodore, mais celui-ci reste un fleuve. Dans les Fastes d’Ovide (IV, 223-224), la nymphe Sagaris s’unit avec Attis10.

9Mais le motif qui nous paraît le plus intéressant dans le cadre des légendes de fondation de Pessinonte est celui de Midas. Strabon ne fait que l’évoquer en parlant des habitats des anciens Phrygiens sur le Sangarios. Le personnage a une place beaucoup plus importante dans les explications de Diodore. Il participe, en effet, à la construction du temple consacré à Cybèle. Plutarque (Vie de César, IX, 4) en parle comme du fils de la déesse. Il devient roi de Pessinonte chez Arnobe et fondateur de l’agglomération dans la narration d’Ammien Marcellin. Les rapports entre Midas, Cybèle et surtout le sanctuaire proprement dit sont très forts dans les sources littéraires. Peu d’auteurs s’aventurent dans une restitution du culte phrygien sans sacrifier à l’emploi du stéréotype littéraire de Midas.

  • 11 Midas est absent du monnayage de Pessinonte. La figure du roi semble réservée aux cités de Phrygie (...)

10Remarquons que la figure du roi phrygien apparaît dans les légendes de fondation des deux cités voisines. Cette présence dans des sources littéraires n’est cependant pas suffisante pour affirmer que le souvenir du personnage a été utilisé officiellement par les deux agglomérations11. C’est l’aspect que nous voudrions développer à présent en nous demandant quel pouvait être l’intérêt d’une telle récupération.

  • 12 Dans le cas du texte d’Arnobe, il est difficile de savoir si cette précision (Midas en tant que ro (...)
  • 13 M. C. Miller, s.u. « Midas », LIMC, VIII, I, p. 846-851 ; R. Drews, « Myths of Midas and the Phryg (...)
  • 14 C. B. Welles, Royal Correspondence in the Helleustic Period : a Study in Greek Epigraphy, New Have (...)

11Le recours au roi légendaire paraît assuré de la part de Pessinonte. Midas intervient trop régulièrement dans les différentes variantes du mythe de Cybèle pour ne pas avoir été repris par les instances de la cité. Nous constatons d’ailleurs que pour les deux auteurs les plus tardifs, Arnobe et Ammien Marcellin, Midas est soit le roi, soit le fondateur de Pessinonte. Ces sources témoigneraient peut-être de la fin d’un processus d’appropriation de la figure du roi phrygien par la cité12. Plus généralement, Midas fait partie des représentations mentales associées à la Phrygie depuis l’époque classique. Or, nous savons, par d’autres sources, que Pessinonte (le sanctuaire tout d’abord, la cité par la suite) n’a de cesse de se réclamer d’un passé phrygien. Cette appréhension de la mémoire ne restitue pas le passé tel qu’il a pu être, mais tel qu’il a été pensé par la culture grecque. Dans cette logique, Midas est bien le stéréotype du Phrygien13. Cette affirmation identitaire semble cruciale pour le sanctuaire au moins à partir du ier s. av. n. è. Le temple-État décide alors de rendre public une partie de la correspondance diplomatique échangée, un siècle auparavant, entre le grand prêtre, l’Attis, et les rois attalides14.

  • 15 Mais la situation devait être plus complexe. L’une des lettres (n° 56) parle d’Aioiorix comme « fr (...)
  • 16 Cicéron, Epist. ad fam. II, 12, 2 ; VIII, 8, 10 ; Pro Sestio, 56 ; Strabon., XII, 5, 3. Voir égale (...)
  • 17 J. Devreker, Les fouilles de Pessinonte, p. 13-37.

12Au iie s. av. n. è., Pessinonte se tenait à la périphérie de l’aire contrôlée par les Galates et souffrait d’incursions à répétition de la part de ses turbulents voisins. Ces lettres insistent bien sur la résistance du clergé aux Galates. Il semble que ce soit là la raison de leur publication au ier s. av. n. è. : démontrer que les prêtres ont su faire face15. La situation du sanctuaire est très délicate à cette époque. Pessinonte passe sous l’autorité des tétrarques, puis des rois galates à partir de 66 ou de 63 av. n. è. Vendu par le tribun de la plèbe Clodius, échangé au gré des guerres civiles, le grand temple perd toute dignité pour les contemporains16. J. Devreker estime que « ce fut justement pour réagir contre cette déchéance du temple sous Deiotaros que les prêtres publièrent cette correspondance secrète afin de mettre en évidence la grandeur de jadis dans l’espoir de la reconquérir17 ».

  • 18 Par exemple : Ovide, Fastes, IV, 361-367 ; Cicéron, Epist. ad fam. II, 12, 2 ; VIII, 8, 10. Voir P (...)
  • 19 Hérodote I, 14. R. Drews, « Myths of Midas and the Phrygian Migration from Europe », Klio, 75, 199 (...)
  • 20 Voir G. Nachtergael, Les Galates en Grèce et les Sôteria de Delphes, Bruxelles, 1977 ; A. Momiglia (...)
  • 21 C. B. Welles, Royal Correspondence, n° 55 : le lieu sacré de Pessongoi n’est plus contrôlé par le (...)

13Assurer l’ancienneté et la respectabilité du sanctuaire, passerait donc par l’affirmation de l’identité phrygienne afin de mieux se démarquer de toute influence galate. Il a dû, en effet, exister un risque d’assimilation avec les Galates, dans le regard étranger porté sur le sanctuaire18. Dans ce contexte, se référer à Midas permettrait au sanctuaire de se reporter au temps de la Grande Phrygie, une forme d’âge d’or bien antérieure aux bouleversements entraînés par l’installation des Galates. Si telles étaient bien les motivations du temple, la cité a dû, par la suite, reprendre cet héritage. Il peut paraître, en effet, plus prestigieux de se reconnaître une identité phrygienne. Midas est considéré par la tradition comme le premier roi barbare à avoir fait des offrandes à Delphes19. Au contraire, l’image du Galate, avide d’or et impie, est associée au pillage du sanctuaire panhellénique20. Il semble d’ailleurs que le contenu de la correspondance royale joue sur cette représentation. Les lettres présentent les Galates tentant de piller le sanctuaire de Pessinonte à l’exemple de l’épisode de Delphes21. Enfin, cette affirmation de l’identité de Pessinonte se comprendrait dans le cadre des rivalités entre les deux premières cités de la province de Galatie. Pessinonte, la Phrygienne, doit chercher à afficher sa différence face à Ancyre la Galatique.

  • 22 F. Chamoux, « Commentaire », Pausanias, Description de la Grèce, I, Paris, 1992, p. 156-157. Voir (...)
  • 23 Le motif de l’ancre se rencontre associé aux représentations d’une amazone et de la figuration (ty (...)
  • 24 Voir note 5.
  • 25 E. Lane, « A re-Study of the God Men », Berytus, XV, 1964, p. 41 ; A. Krzyzanowska, « Les influenc (...)
  • 26 Sur le nombre et la diversité des divinités anatoliennes : M. Sartre, L’Asie Mineure et l’Anatolie (...)
  • 27 Voir note 11.
  • 28 S. Mitchell, Anatolia, II, p. 42-58 ; P. - Y. Lambert, « La langue galate, état de la question », (...)
  • 29 L’accusation portée contre le roi Deiotaros est en cela très instructive : « Il prétend que Deiota (...)

14La question des légendes de fondation d’Ancyre est plus délicate à aborder en raison de la faiblesse de la documentation. L’extrait de Pausanias est le plus explicite. Mais il est difficile de savoir jusqu’à quel point on peut s’appuyer sur son témoignage. F. Chamoux estime que Pausanias, s’attachant ici aux realia, aurait bien vu l’ancre, considérée comme appartenant à Midas, dans le sanctuaire de Zeus22. La figure de l’ancre, sur les monnaies d’Ancyre, est présentée en relation avec deux principaux motifs23. Elle est soit en rapport avec la représentation de Men, soit avec celle du temple du culte impérial24. E. Lane et A. Krzyzanowska pensent que le culte de Men a pu être associé à celui de Rome et d’Auguste à Ancyre, comme c’est d’ailleurs le cas à Antioche de Pisidie, cité du sud de la province25. Faut-il voir dans le texte de Pausanias un rapport avec le temple du culte impérial ? Le Zeus de Pausanias pourrait être aussi bien Men qu’une autre divinité locale26. Nous ne pouvons raisonnablement aller plus loin. Pausanias avait-il même le souci d’être aussi précis ? La seconde partie du récit est consacrée à la capture de Silène par Midas. L’anecdote est connue27. La scène se déroule dans les jardins du roi. Les différentes versions divergent cependant sur leurs localisations. Hérodote (VIII, 138) les place en Macédoine, un fragment de Bion (F. Gr. Hist, 332, F 3) en Thrace et Xénophon (Anabase, I, 2, 13) en Phrygie. Ces désaccords ont néanmoins un sens. Ces emplacements, Thrace, Macédoine et Phrygie, sont conformes à l’idée bien établie depuis Hérodote (VII, 73) que les Phrygiens sont d’anciens Macédoniens, les Briges. Ils auraient migré dans les temps héroïques pour s’installer en Asie Mineure. Cette explication est acceptée en général au début du Haut-Empire ; Strabon (XII, 3, 2 et 4, 4), par exemple, la commente en effet. La récupération possible par Ancyre du souvenir de Midas s’expliquerait dans ce contexte. L’assimilation entre Galates et Phrygiens apparaîtrait concevable, puisque les deux populations ont connu le même mouvement migratoire. L’établissement d’une parenté fictive serait alors pensable. Dans les faits, l’assimilation est bien réelle depuis au moins la fin de la période hellénistique. On la perçoit par l’onomastique et la toponymie28. Mais l’image du Galate, instable, cupide et facilement ivre, reste un lieu commun au regard des sources littéraires de la fin de la République et du début du Haut-Empire29. Ce point de vue devait certainement être partagé par des contemporains.

15La récupération de la figure de Midas, si elle a bien été effectuée par les deux cités, procéderait donc d’une démarche différente dans les deux cas. Pessinonte affirmerait ainsi sa différence au sein de la province. À l’inverse, Ancyre tenterait de s’intégrer dans le paysage anatolien en essayant de faire oublier un passé de pillards.

16Il convient d’étayer cette hypothèse en tenant compte des caractéristiques des territoires des deux cités. Le Sangarios apparaît régulièrement, nous l’avons vu, dans les explications sur les origines de Pessinonte. Le fleuve est également présent dans le récit de Pausanias sur Ancyre. Les Galates s’établissent au-delà du Sangarios. Dans les deux situations, le cours d’eau est considéré comme une limite. Strabon est le plus complet sur la question.

Non loin de (Pessinonte) passe aussi le cours du Sangarios, sur les bords duquel se trouvaient les anciens habitats des Phrygiens de l’époque de Midas et déjà des époques antérieures de Gordios et d’autres rois. Ils n’ont laissé de traces en tant que villes (polis) : ce sont plutôt des bourgs (komè) un peu plus grands que les autres, par exemple Gordion et Gorbéonte.
Strabon, XII, 5, 3, trad. F. Lasserre (CUF).

  • 30 S. Mitchell, Anatolia, I, p. 55, note 114 ; II, p. 25
  • 31 Quinte-Curce, III, 1 ; Justin, XI, 7 ; Arrien, Anab., II, 3-8 ; Plutarque, Alex., 18. Il s’agit du (...)

17Ces anciens habitats de l’époque de Midas situés sur le Sangarios correspondent à la localisation du site de Gordion. Si Gordion, à la fin de l’époque hellénistique, n’est plus qu’un bourg, Strabon, ou sa source, n’en a pas oublié le souvenir. L’agglomération doit encore exister au Haut-Empire sous forme de village. Cependant, selon S. Mitchell, la localité aurait perdu son nom. L’emplacement du site concorderait avec le toponyme celte de Vinda ou Vindia30. La mémoire prestigieuse de la résidence royale de Midas demeure néanmoins. Mais, plus encore, si le souvenir de Gordion subsiste, c’est en raison du passage de l’expédition d’Alexandre. L’agglomération est, bien sûr, attachée à l’évocation du célèbre nœud gordien qui ouvre au roi macédonien les portes de l’Asie31. L’importance géographique du lieu disparaissant, il était certainement tentant pour les deux cités voisines d’en récupérer l’héritage en faisant appel à la figure du roi phrygien. Soulignons que pour les historiens d’Alexandre, le char de Midas est situé dans le temple de Zeus à Gordion, à l’exemple de l’ancre de Midas à Ancyre. Le parallèle nous paraît intéressant.

  • 32 Il est fort probable qu’il y ait eu dans la démarche de Manlius Vulso ou dans l’écriture de Polybe (...)
  • 33 Nous n’avons plus ici que le récit de Tite-Live.

18Il semblerait que ce soit Pessinonte qui, la première, ait cherché à s’approprier la succession de Gordion et ceci dès l’époque hellénistique. Au début du iie s. av. n. è., l’ancienne capitale phrygienne fait partie des possessions galates. Au lendemain de Magnésie du Sipyle, en 189 av. n. è., le consul Manlius Vulso se lance dans une campagne contre les Galates. Cette expédition est relatée par Polybe (XXI, VI, 37-41), repris pour l’essentiel par Tite-Live (XXXVIII, II, 12-27). D’après les données transmises par l’historien grec, Manlius Vulso aurait suivi, pour atteindre la Galatie, un trajet similaire à la route empruntée par Alexandre. Venant de Pisidie, l’armée macédonienne s’arrête un moment à Gordion avant de se diriger vers Ancyre. L’itinéraire de Manlius Vulso introduit, aux portes de la Galatie, l’étape de Pessinonte. Le consul avait des raisons objectives pour passer par Pessinonte. Le sanctuaire était tout d’abord l’allié des Attalides, eux-mêmes fidèles soutiens de Rome en Asie Mineure. D’autre part, le représentant romain ne pouvait éviter le temple de Cybèle dont la Pierre Noire avait été introduite dans l’Urbs lors de la seconde guerre punique. Cybèle appartenait dès lors au panthéon romain. Mais la composition du texte de Polybe insiste sur un autre point. Dans les récits des historiens d’Alexandre, la scène clef, la promesse de la victoire, a lieu à Gordion. Dans le compte-rendu de Polybe sur l’expédition romaine, s’il existe une séquence similaire, elle est rapportée sur le territoire du sanctuaire32. Cybèle, par l’intermédiaire de ses prêtres, prédit la victoire à Manlius Vulso, sur les bords du Sangarios. Parallèlement, Gordion est dévalorisée33. L’ancienne capitale phrygienne n’est plus qu’une « ville de taille moyenne » composée d’une population mêlée de Galates et de Phrygiens qui fuient devant la progression des troupes.

  • 34 Le bilan des fouilles de Gordion n’est pas très clair pour cette période. Le site semble perdre so (...)

19Cette présentation des deux places, au moment de la campagne de Manlius Vulso, reflèterait un transfert des pouvoirs, ou au moins du prestige, de Gordion vers Pessinonte. Le sanctuaire de Cybèle n’a pas dû s’arrêter en si bon chemin. Tite-live dit de Gordion que c’est un marché actif, « un centre d’échanges important ». Il s’agit du seul point positif de sa description. À la fin du ier s. av. n. è., Strabon ne dit plus rien de la sorte. Gordion est juste un bourg. Par contre, Pessinonte est décrit comme le plus grand emporion de la région. Le grand temple aurait capté les fonctions commerciales de Gordion34.

20Ancyre a pu être tentée de procéder à la même démarche. Mais cette volonté de récupération de l’héritage de Gordion par la première cité de la province doit dater du Haut-Empire. Il nous faut revenir un moment sur la présentation de Gordion par Tite-Live.

(Gordion) n’est pas une place importante, mais un marché très fréquenté et achalandé pour un bourg continental : il est situé à distance presque égale de trois mers, l’Hellespont, la côte de Sinope et la côte opposée où habitent les Ciliciens du littoral ; il est de plus voisin des territoires de plusieurs grandes nations, dont les échanges commerciaux se sont concentrés en ce point.
Tite-Live, XXXVIII, XVIII, 8, trad. R. Adam (CUF).

21La formulation « à distance égale de trois mers » est intéressante. Elle implique la centralité de l’emplacement. Cette position explique aussi, dans la logique du récit, les qualités commerciales de la place. Or, nous retrouvons dans l’histoire d’Alexandre de Quinte-Curce le même type de présentation.

Il y subsistait alors (en Phrygie) la résidence autrefois célèbre du roi Midas. C’est la ville de Gordium, que longe le cours du Sangarius, à égale distance du Pont-Euxin et de la mer de Cilicie.
Quinte-Curce, III, 1, trad. H. Bardon (CUF).

  • 35 Gordion se tient sur l’isthme : « L’on sait que c’est entre ces deux mers que l’Asie est la plus é (...)

22Remarquons, tout d’abord, que le rappel du séjour du roi Midas et la localisation sur le Sangarios sont des attributions traditionnelles de la mémoire de l’ancienne capitale phrygienne. Ces caractéristiques ornent, par la suite, les légendes de fondation de Pessinonte et d’Ancyre. Quinte-Curce explique ensuite que Gordion est « à égale distance des deux mers » parce que c’est l’endroit où la péninsule anatolienne « se rétrécit le plus ». L’idée est similaire, mais l’auteur lui donne une explication géographique35. Cette expression « à égale distance de deux (ou trois) mers », ou plus précisément l’idée transmise par cette formule, se rencontre également dans deux extraits de chroniqueurs byzantins. Cependant, dans les deux cas, cette qualification est attribuée à Ancyre.

  • 36 E. Jeffreys, M. Jeffreys, R. Scott, The Chronicle of John Malalas, Melbourne, 1986.

Octavien Auguste conquit la Galatie après avoir défait son tétrarque Deiotaros. Il fortifia un village connu sous le nom d’Arsine et le transforma en cité, laquelle s’appela Ancyre parce qu’elle est au milieu des deux mers, la mer Pontique et Levantine. […] Il créa la province de Galatie laissant des soldats Gaulois pour garder cette région et la cité. Il nomma la province et la rivière Gallos d’après leur nom.
Jean Malalas, IX, 13, 221-22236

23D’autres écrivent que ce roi (Midas) n’était pas mort, et qu’ayant conduit des chars, il s’empara, d’après les oracles, d’une ancre et qu’il fonda la ville d’Ancyre la Galatique.

Ancyre de Galatie que j’ai dite, j’ai trouvé qu’elle fut bâtie par le Romain Octavius César, après qu’il eut tué Dèjotare, tétrarque de Galatie. [Je n’ai pas vu] que c’est d’une ancre de fer portant le char de Midas qu’elle fut appelée Ancyre, mais de sa position entre les deux mers d’Asie et du Pont.
Jean Tzetzès, Chiliade, I, II, 109 ; 131, trad. E. Cougny

24Compilations et déformations de différents ouvrages, ces textes sont peu fiables. Le contenu est lui-même fantaisiste. Le fait de retrouver, chez deux auteurs, la présentation de la situation « entre les deux mers » ou « au milieu des deux mers » à propos d’Ancyre n’est pas suffisant pour affirmer que cette localisation a bien été attribuée à la cité. La ressemblance à propos d’Auguste tuant Deiotaros et fondant Ancyre, laisserait supposer que les deux auteurs ont utilisé une source commune. Une confusion entre Gordion et Ancyre pourrait provenir de cet emprunt.

25Malgré tout, ces explications ont une certaine cohérence. Il faut sans doute les considérer comme une évolution des légendes de fondation. Il nous semble que la situation « entre les deux mers » a délibérément été décernée à Ancyre. Les auteurs rappellent l’origine du nom d’Ancyre par le terme de l’ancre. C’était bien le choix de la cité. L’expression « entre les deux mers » ou « au milieu des deux mers » permet de justifier cette étymologie. L’argument lui donne plus de force. Cette interprétation réactualiserait le motif en enracinant la prépondérance de l’agglomération. Enfin, les références implicites à Gordion, par l’allusion au roi Midas et par l’utilisation du thème du char, paraissent évidentes dans le second texte.

  • 37 B. Rémy, L’évolution administrative de l’Anatolie aux trois premiers siècles de notre ère, Lyon, 1 (...)

26Il aurait donc bien existé une volonté de translation de l’héritage de Gordion vers Ancyre. Cette évolution de ce que nous pouvons percevoir des légendes de cités est aussi le reflet d’une réalité. Gordion n’existe plus en tant que telle. Ancyre, au contraire, à partir de Vespasien, devient le principal nœud routier de l’Anatolie centrale. Cette situation lui confère une certaine primauté dans la région. Elle conserve cette prééminence jusqu’au Bas-Empire37. À l’inverse, Pessinonte, bien que métropole de la Galatie Seconde à la fin du iiie s. de n. è., n’a jamais acquis l’importance d’Ancyre. Elle a perdu sa fonction de ville-étape sur un axe majeur de façon définitive au ier s. de n. è.

  • 38 Th. Reinach, Mithridate Eupator, roi du Pont, Paris, 1890, p. 454. Moïse de Chorène, Histoire de l (...)
  • 39 Nous retrouvons la même association place-centrale/isthme que chez Quinte-Curce, voir note 34.
  • 40 P. Briant évoque à propos des légendes dynastiques des rois cappadociens un fragment de Polybe (fg (...)
  • 41 G. Radet, « Recherches sur la géographie ancienne de l’Asie Mineure », REA, 1917, p. 98-100. M. Mo (...)

27Enfin, ces légendes de fondation témoignent parfois de la façon dont un espace peut être pensé. Cette formulation d’un espace « entre deux mers », « au milieu de deux mers » ou « à égale distance de deux mers » pourrait être la trace d’une perception spatiale appartenant aux Anatoliens eux-mêmes. Moïse de Chorène, historien arménien du ve s. de n. è., parle de l’Asie Mineure comme du « pays entre deux mers38 ». De la même façon, quand Strabon (XII, 2, 7 ; 9) décrit Mazaca, résidence des rois cappadociens, il la situe au centre du royaume. Il nous dit qu’elle se tient au pied de l’Argée, le plus haut sommet du Taurus. Il termine en précisant que du haut de cette montagne, on aperçoit « les deux mers, le Pont-Euxin et le Golfe d’Issos ». Nous retrouvons dans le commentaire de Strabon la même idée d’un espace entre deux mers. Mais dans ce dernier cas, l’anecdote prend en considération deux aspects : la perception d’un espace défini comme un isthme39 et un motif de légitimité de souveraineté. Le territoire limité par les deux mers n’est autre que la Cappadoce pontique et la Grande Cappadoce40. Le champ visuel assurerait du bien fondé du pouvoir du roi sur l’isthme. Dans cette représentation, la capitale se situe fort logiquement au centre. Il est possible que cette revendication de contrôle sur une région par la formulation « à égale distance des deux mers », supposant la centralité de la place, ait aussi été attribuée à Gordion. G. Radet a autrefois émis l’hypothèse que Gordion pouvait être l’omphalos phrygien et à ce titre rayonner sur la Grande Phrygie41. Si cette dernière lecture est correcte, la récupération de l’héritage de Gordion successivement par Pessinonte et par Ancyre, procéderait aussi de la volonté de se présenter comme la cité qui a vocation à être naturellement à la tête de la région.

28Déclinaison de stéréotypes, les légendes de fondation sont aussi le miroir de la façon dont une communauté se pense ou est pensée. Leur étude reste hasardeuse. Le problème de l’origine des sources est, en particulier, toujours délicat. Cependant, si la documentation permet de suivre les transformations des motifs, et si elle témoigne des légendes de fondation de plusieurs cités pour une même région, nous avons là un outil précieux. Ces récits peuvent nous aider à comprendre la teneur des rivalités civiques. Elles fournissent également des indices sur l’évolution de ces agglomérations. Il importe, bien sûr, de croiser ces données avec d’autres types de sources. Soulignons, cependant, qu’il s’agit pour certains sites, en particulier en Asie Mineure des seuls renseignements connus.

Nous avons repris les limites approximatives des territoires de cités (tirets) fixées par S. Mitchell (Anatolia, I, p. 99). Elles correspondent à l’état supposé pour l’ouest de la Galatie au début du Haut-Empire.

Bibliographie

Bibliographie

Arslan, M., « Greek and Greek Imperial Coins found during the Çankirikapi Excavations at Ankara », in R. Ashton, édit., Studies in Ancient Coinage Turkey, Royal Numismatic Society, n° 29, British Institute of Archaeology at Ankara, n° 17, p. 107-113.

Bernard, P., « Une légende de fondation hellénistique : Apamée sur l’Oronte d’après les Cynégétiques du Pseudo-Oppien », Topoi, 1995, 5, p. 353-408.

Borgeaud, Ph., La Mère des dieux, de Cybèle à la Vierge Marie, Paris, 1996.

Debord, P., Aspects sociaux et économiques de la vie religieuse dans l’Anatolie gréco-romaine, Leyde, 1982.

Devreker, J et Waelkens, M., Les fouilles de la Rijkuniversiteit te Gent à Pessinonte, Bruges, 1984 Drews, R., « Myths of Midas and the Phrygian Migration from Europe », Klio, 1993, 75, p. 9-26.

French, D., Roman Roads and Milestones of Asia Minor, fasc. I : The Pilgrim’s Road, British Archaeological Reports. International Series, 1901, Oxford, 1981.

Ivantchik, A., « Les légendes de fondation de Sinope du Pont », Revue des Études Anciennes, 1997, 99, 1-2, p. 33-45.

Krzyzanowska, A., « Les influences romaines et indigènes manifestées sur les monnaies des colonies romaines de l’Asie Mineure », Revue Numismatique, 1968, 6e série, 10, p. 286-292.

Lambert, P.-Y., « La langue galate, état de la question », communication à l’École des Hautes Études (EPHE, ive section), juin 1994.

Lane, E., « A re-Study of the God Men », Berytus, 1964, 15, p. 5-58 ; 1967-1968, 17, p. 13-47 et 81-106.

Lane, E., « A neglected Cult of Roman Asia Minor », ANRW, II, 18-3, p. 2161-2174.

Magie, D., Roman Rule in Asia Minor, Princeton, 1950.

Miller, M. C., s.u. « Midas », LIMC, VIII, I, Bern, 1997, p. 846-851.

Mitchell, S., Regional Epigraphic Catalogues of Asia Minor II, the Ankara Districts, British Archaeological Reports. International Series 135, Oxford, 1982.

Mitchell, S., « Population and the Land in Roman Galatia », ANRW, II, 7-2, p. 1053-1081.

Mitchell, S., Anatolia, Land, Men and Gods in Asia Minor, Oxford, 1993.

Momigliano, A., Alien Wisdom, 1976, Sagesses barbares, Paris, 1979.

Moormann, E. M., s.u. « Sangarios », LIMC, VII, I, Bern, 1997, p. 665-666.

Moreaux, P., « L’établissement des Galates en Asie Mineure », Istanbuler Mitteilungen, 1957, 7, p. 56-75.

Nachtergael, G., Les Galates en Grèce et les Sôteria de Delphes, Bruxelles, 1977.

Remy, B., L’évolution administrative de l’Anatolie aux trois premiers siècles de notre ère, Lyon, 1986

Robert, L., À travers l’Asie Mineure, Paris, 1980.

Roller, L. E., « Hellenistic texts from Gordion », Anatolian Studies, 1987, 37, p. 103-133.

Roller, L. E., In Search of God the Mother : the Cult of Anatolian Cybele, Berkeley, 1999.

Sartre, M., L’Asie Mineure et l’Anatolie d’Alexandre à Dioclétien, Paris, 1995.

Turcan, R., Les Cultes orientaux dans le monde romain, Paris, 1989.

Vassileva,M., « King Midas between the Balkans and Asia Minor », Dialogues d’Histoire Ancienne, 23, 2, 1997, p. 9-20.

Welles, C. B., Royal Correspondence in the Hellenistic Period : a Study in Greek Epigraphy, New Haven, 1934.

Notes

1 Je remercie vivement M. Molin, É. Parmentier-Morin et M. Sartre pour leur relecture et leurs conseils. Nous suivrons les abréviations de l’Année philologique.

2 Version similaire dans Hérodien, I, 11, 1-2 : « Tombée du haut du ciel il y a longtemps, (la statue de la déesse) parvint, raconte-t-on, dans un canton de Phrygie (ce lieu, qui s’appelle Pessinonte, tire son nom du fait que la statue y est « tombée » [pesein]) et y apparut pour la première fois sur terre.
Mais selon d’autres auteurs, il y aurait eu à cet endroit-là une guerre entre le Phrygien Ilos et le Lydien Tantale, pour une question de frontières selon les uns, à propos du rapt de Ganymède selon les autres ; le combat aurait été longtemps indécis, et de chaque côté une quantité notable de combattants seraient « tombés » (pesein), carnage qui serait à l’origine du nom de cette localité », trad. D. Roques (La Roue à livres).

3 Sur ces problèmes théoriques concernant les légendes de fondation, il peut être intéressant de se reporter aux études de P. Bernard, « Une légende de fondation hellénistique : Apamée sur l’Oronte d’après les Cynégétiques du Pseudo-Oppien », Topoi, 5, 1995, p. 353-408 ; A. Ivantchik, « Les légendes de fondation de Sinope du Pont », REA, 99, n° 1-2, p. 33-45 et plus généralement les travaux de L. Robert, en particulier : À travers l’Asie Mineure, Paris, 1980, p. 203-219 (Gangra-Germanicopolis) et 236-240 (Synnada-Dokimeion) ; O. Curty, Les parentés légendaires entre cités grecques, Genève, 1995.

4 Ancyre devient capitale provinciale lors de la transformation du royaume de Galatie en province en 25 av. n. è. Elle reçoit le statut de cité à cette occasion. Avant cette promotion, Strabon (XII, 5, 2) en parle comme d’une simple place forte (phrourion) des Tectosages, certainement associée à une agglomération. Le sanctuaire de Pessinonte aurait été probablement élevé au rang de cité sous Auguste. S. Mitchell (Anatolia, I, p. 86-87) propose de dater cette transformation entre 37 et 13 av. n. è.

5 Nous avons, malheureusement, très peu de renseignements sur Apollonios d’Aphrodisias. Il serait originaire de Létôpolis en Égypte (prêtre du sanctuaire). Il aurait étudié l’histoire de la Carie. Il est difficile de dater l’événement, si celui-ci a bien eu lieu. Cette bataille a été située tout à tour sur les rives du Pont-Euxin ou sur le littoral du sud de la péninsule. s.u. « Apollonios, 73 », RE, II, p. 134-135. Voir S. Mitchell, Anatolia, I, p. 19-20. P. Moraux, « L’établissement des Galates en Asie Mineure », Istanbuler Mitteilungen 7, 1957, p. 62-63.

6 M. Arslan, « Greek and Greek Imperial Coins found during the Çankirikapi Excavations at Ankara », dans R. Ashton (ed.), Studies in Ancient Coinage Turkey, p. 111, n° 33 (Faustine II) ; p. 112, n° 52 (Valérien) ; n° 63 (Gallien) ; W. Wroth, Catalogue of the Greek Coins of Galatia, Cappadocia and Syria, p. XXII, pl. IV, n° 4 et p. III, n° 5. Inv. Waddington, II, pl. XV, n° 23 (Hadrien). T. Ganschow, s.u. « Ankyra I », LIMC, VIII, I, p. 522-523.

7 Arnobe, Contre les nations, V, 5-7. Voir R. Turcan, Les cultes orientaux dans le monde romain, Paris, 1989, p. 38-40. Sur Cybèle : L. E. Roller, In Search of God the Mother : the Cult of Anatolian Cybele, Berkeley, 1999.

8 S. Mitchell, Anatolia, II, p. 22. R. Turcan, Le Cultes orientaux, p. 39 ; 42-43. Ph. Borgeaud, La Mère des dieux, p. 24-25. Les témoignages de l’Anthologie palatine (IV, 217-220 ; 237) rapportent différentes variantes du même récit : un galle perdu en pleine tempête de neige se réfugie dans une grotte qui se trouve être l’abri d’un lion. Cette errance, comparable à celle de Cybèle chez Diodore, est à chaque fois située en montagne. La scène n’est jamais localisée sauf pour le n° 218, où elle est placée sur l’Ida. P.Waltz (Anthologie palatine, IV, CUF, Paris, 1960) estime qu’il s’agit à chaque fois de Cybèle Idéenne. Pourtant le n° 220 fait référence à une route partant de Pessinonte et le n° 234 au Sangarios. Dans le n° 237, un Galle consacre ses vêtements et ses boucles de cheveux à la déesse des Montagnes. Voir également, L. Robert, À travers l’Asie Mineure, p. 236-240.

9 J. Devreker et M. Waelkens, Les fouilles de la Rijkuniversiteit te Gent à Pessinonte, Brugge, 1984 ; W. Wroth, Catalogue of the Greek Coins of Galatia, Cappadocia and Syria, p. XXII, pl. IV, n° 4.

10 Anthologie Palatine, VI, 234 : Attis promet de consacrer à Cybèle une chambre cultuelle (thalamè) sur le bord du Sangarios. Pseudo-Plutarque, De Fluviis, 12 : l’image de la déesse aurait été trouvée dans le Sangarios.

11 Midas est absent du monnayage de Pessinonte. La figure du roi semble réservée aux cités de Phrygie : Midaion et Prymnesos en particulier. Voir M. C. Miller, s.u. « Midas », LIMC, VIII, I, p. 846-851.

12 Dans le cas du texte d’Arnobe, il est difficile de savoir si cette précision (Midas en tant que roi de Pessinonte) provient du texte original de Timothée ou s’il s’agit d’un ajout d’Arnobe. R. Turcan (Les cultes orientaux, p. 39) propose de reconnaître dans le traité de Timothée la version dont se réclamait le clergé de Cybèle. Si c’est le cas, on peut penser que ce texte a pu connaître des modifications.

13 M. C. Miller, s.u. « Midas », LIMC, VIII, I, p. 846-851 ; R. Drews, « Myths of Midas and the Phrygian Migration from Europe », Klio, 75, 1993, p. 9-26 ; M. Vassileva, « King Midas between the Balkans and Asia Minor », DHA, 23, 2, 1997, p. 9-20.

14 C. B. Welles, Royal Correspondence in the Helleustic Period : a Study in Greek Epigraphy, New Haven, 1934, n° 55-61.

15 Mais la situation devait être plus complexe. L’une des lettres (n° 56) parle d’Aioiorix comme « frère » de l’Attis. Ce nom, d’origine celtique, laisserait penser que des Galates ont pénétré dans le clergé. J. Devreker, Les fouilles de Pessinonte, p. 13-37.

16 Cicéron, Epist. ad fam. II, 12, 2 ; VIII, 8, 10 ; Pro Sestio, 56 ; Strabon., XII, 5, 3. Voir également Plutarque, Cat. min., 15. J. Devreker, Les fouilles de Pessinonte, p. 13-37 ; S. Mitchell, Anatolia, II, p. 48 ; P. Debord, Aspects sociaux et économiques de la vie religieuse dans l’Anatolie grécoromaine, Leyde, 1982, p. 56-57 ; 332-333 ; D. Magie, Roman Rule in Asie Minor, Princeton, 1950, p. 455 ; 1311.

17 J. Devreker, Les fouilles de Pessinonte, p. 13-37.

18 Par exemple : Ovide, Fastes, IV, 361-367 ; Cicéron, Epist. ad fam. II, 12, 2 ; VIII, 8, 10. Voir Ph. Borgeaud, La Mère des dieux, p. 119. Bien que plus tardive, une anecdote de Plutarque (Mul. Virt. 20 ; Amat., 22) est également à considérer. Il narre l’histoire d’une femme galate, Camma, épouse du tétraque Sinatos et prêtresse d’Artémis. La description de Plutarque est celle d’un sanctuaire anatolien. Voir S. Mitchell, Anatolia, I, p. 49. L’assimilation de Pessinonte par les Galates est en même temps bien réelle.

19 Hérodote I, 14. R. Drews, « Myths of Midas and the Phrygian Migration from Europe », Klio, 75, 1993, p. 22.

20 Voir G. Nachtergael, Les Galates en Grèce et les Sôteria de Delphes, Bruxelles, 1977 ; A. Momigliano, Sagesses barbares, Paris, 1977, p. 69 ; 73-85.

21 C. B. Welles, Royal Correspondence, n° 55 : le lieu sacré de Pessongoi n’est plus contrôlé par le sanctuaire. La nature des occupants n’est cependant pas connue (Voir J. Devreker, Les fouilles de Pessinonte, p. 13-14) ; n° 56 : « Tu as eu parfaitement raison de lui (Aioiorix) résister. La déesse eût-elle pu protéger ses propres prêtres qui ont été et sont outragés et priver l’auteur de ces actes de ce qu’il désire le plus ! » Aioiorix a volé « les offrandes ».

22 F. Chamoux, « Commentaire », Pausanias, Description de la Grèce, I, Paris, 1992, p. 156-157. Voir également du même auteur, « Pausanias géographe », dans Littérature gréco-romaine et géographie historique, Caesarodunum, IX bis, Paris, 1974, p. 83-90.

23 Le motif de l’ancre se rencontre associé aux représentations d’une amazone et de la figuration (tyche) de la cité. Mais ces thèmes sont moins significatifs.

24 Voir note 5.

25 E. Lane, « A re-Study of the God Men », Berytus, XV, 1964, p. 41 ; A. Krzyzanowska, « Les influences romaines et indigènes manifestées sur les monnaies des colonies romaines de l’Asie Mineure », Revue Numismatique, 1968, 6e série, 10, p. 288. Cette association entre Men et le culte impérial expliquerait, selon les deux auteurs, la présence de la figure de la divinité sur le monnayage d’Ancyre. Cette opinion n’a pas été reprise par S. Mitchell.

26 Sur le nombre et la diversité des divinités anatoliennes : M. Sartre, L’Asie Mineure et l’Anatolie d’Alexandre à Dioclétien, Paris, 1995, p. 323-327 ; S. Mitchell, Anatolia, II, p. 11-30.

27 Voir note 11.

28 S. Mitchell, Anatolia, II, p. 42-58 ; P. - Y. Lambert, « La langue galate, état de la question », communication à l’École des Hautes Études, juin 1994. L’auteur évoque par exemple la celtisation du nom du cours Tymbris (Tite-Live, XXXVIII, 18, 8) en Tembrogius (Pline, H.N., VI, 4). Voir également sur une aire particulière, Gordion, l’étude onomastique de L. E. Roller, « Hellenistic texts from Gordion », A.S., XXXVII, 1987, p. 103-133.

29 L’accusation portée contre le roi Deiotaros est en cela très instructive : « Il prétend que Deiotaros, transporté de joie à cette nouvelle (la mort présumée de César en Égypte) se plongea dans l’ivresse et dansa tout nu pendant le repas ». Cicéron, Pro Deiotaro, VIII, 26.

30 S. Mitchell, Anatolia, I, p. 55, note 114 ; II, p. 25

31 Quinte-Curce, III, 1 ; Justin, XI, 7 ; Arrien, Anab., II, 3-8 ; Plutarque, Alex., 18. Il s’agit du char de Gordios pour Justin et Quinte-Curce, de celui de Midas pour Arrien et Plutarque.

32 Il est fort probable qu’il y ait eu dans la démarche de Manlius Vulso ou dans l’écriture de Polybe la volonté de faire un parallèle avec l’anabase d’Alexandre.

33 Nous n’avons plus ici que le récit de Tite-Live.

34 Le bilan des fouilles de Gordion n’est pas très clair pour cette période. Le site semble perdre son importance, mais les rapports datent difficilement le début de ce déclin. Il faut noter la forte tentation des auteurs de le faire coïncider avec l’expédition de Manlius Vulso. Par exemple : L. E. Roller, « Hellenistic texts from Gordion », A.S., XXXVII, 1987, p. 103-133. Références dans S. Mitchell, Anatolia, I, p. 53.

35 Gordion se tient sur l’isthme : « L’on sait que c’est entre ces deux mers que l’Asie est la plus étroite : chacune d’elles fait pression sur la terre qui devient un isthme resserré ». Quinte-Curce se réfère ici à une tradition littéraire comprenant la péninsule anatolienne comme la juxtaposition d’une presqu’île et d’un isthme. Voir par exemple : Hérodote, I, 72 ; Strabon, XII, 1, 3.

36 E. Jeffreys, M. Jeffreys, R. Scott, The Chronicle of John Malalas, Melbourne, 1986.

37 B. Rémy, L’évolution administrative de l’Anatolie aux trois premiers siècles de notre ère, Lyon, 1986, p. 11 ; 13 ; D. French, Roman Roads and Milestones of Asia Minor, fasc. I : The Pilgrim’s Road, BAR, 1901, Oxford, 1981, p. 13 et suiv. ; S. Mitchell, Anatolia, I, p. 124-135 ; II, 122-124.

38 Th. Reinach, Mithridate Eupator, roi du Pont, Paris, 1890, p. 454. Moïse de Chorène, Histoire de l’Arménie, I, 8, trad. A. et J. -P. Mahé, Paris, 1993.

39 Nous retrouvons la même association place-centrale/isthme que chez Quinte-Curce, voir note 34.

40 P. Briant évoque à propos des légendes dynastiques des rois cappadociens un fragment de Polybe (fgt., 54, Constant. Porphyr., De themat., I, 2) qui se rapproche de la description de Strabon : « le nom de Cappadoce est perse. Un Perse, en effet, un jour que le roi Artaxerxès – ou un autre, je ne sais – était à la chasse, vit un lion attaquer le cheval du roi. Il tira son épée et sauva le roi en tuant le lion. Le roi le récompensa en lui faisant don de tout le pays qu’il apercevait à la ronde, du sommet d’une très haute montagne, au Levant, au Couchant, au Nord et au Midi ». P. Briant nomme cela la délimitation légendaire de la terre (Histoire de l’Empire perse, Paris, 1996, p. 146). Th. Reinach (Mithridate Eupator, p. 21) se demandait si cette histoire ne concernait pas l’Argée.

41 G. Radet, « Recherches sur la géographie ancienne de l’Asie Mineure », REA, 1917, p. 98-100. M. Molin nous précise que le terme d’omphalos désigne la partie bombée du milieu du joug qui reçoit la courroie de fixation du timon, celle-là même qui formait le noeud gordien.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21016/img-1.png
Fichier image/png, 633k
Légende Nous avons repris les limites approximatives des territoires de cités (tirets) fixées par S. Mitchell (Anatolia, I, p. 99). Elles correspondent à l’état supposé pour l’ouest de la Galatie au début du Haut-Empire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21016/img-2.png
Fichier image/png, 254k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540