Version classiqueVersion mobile

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Se construire et construire l’autre dans la différence : les stéréotypes identitaires

Bousiris, le pharaon inexistant, et le stéréotype grec du roi juste

Jean-Yves Carrez-Maratray

Texte intégral

  • 1 D. B. Redford, Pharaonic King-Lists, Annals and Day-Books. A Contribution to the Study of the Egyp (...)
  • 2 A.B. Lloyd, Herodotus Book II, Introduction, EPRO 43,1, Leiden, Brill, 1975, p. 173-182.
  • 3 A. Burton, Diodorus Siculus. Book I. A Commentary, EPRO 29, Leiden, Brill, 1972.
  • 4 Qui reste la base, rappelons-le, de la division canonique du passé pharaonique en dynasties. Les f (...)
  • 5 341 rois (1 par génération) dans Hérodote, II, 142, soit 10 rois successeurs de Ménès et de 330 an (...)

1Parlant de l’Égypte que nous appelons pharaonique, les auteurs classiques mentionnent un certain nombre de « rois » dont ils donnent les noms grecs, dérivés parfois d’authentiques noms royaux indigènes. Intégrées dans une trame diachronique continue, et accompagnées souvent du récit, tantôt long, tantôt bref, de quelques aventures romanesques ou légendaires, ces mentions constituent l’ébauche d’une King-List1 ou « Liste royale égyptienne ». Si l’on exclut les mentions isolées, trois auteurs de langue grecque, Hérodote2, Diodore3 et Manéthon4, nous ont livré un tel catalogue de rois égyptiens. Il faut pourtant mettre à part le dernier d’entre eux (mais le second chronologiquement), dans la mesure où sa liste dynastique repose sur d’authentiques sources sacerdotales et relève ainsi de la culture égyptienne indigène, même si Manéthon écrivait en grec. En revanche, Hérodote et Diodore suivent un même schéma historiographique, qui s’apparente à une galerie de portraits présentés dans un ordre plus ou moins canonique5.

  • 6 L’étude la plus complète de l’imaginaire grec de l’Égypte reste celle de C. Froidefond, Le mirage (...)

2Or, dans cette série de tableaux édifiants et d’images pieuses qu’est « l’historiographie grecque des pharaons6 », peuplée de rois justes et de bons vivants folkloriques, il existe un personnage, le « tyran » Bousiris, qui détone et nuit gravement à la pesante respectabilité des souverains de la vallée du Nil. Voici comment le Pseudo-Apollodore résume, dans la Geste d’Héraklès, les méfaits du personnage :

  • 7 Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, II, 5, 11, dans l’édition commentée de J.-C. Carrière, B.Massonie(...)

Après la Libye, Héraklès parcourut l’Égypte sur laquelle régnait Bousiris, fils de Poseidon et de Lysianassa, fille d’Epaphos. Ce roi sacrifiait les étrangers sur l’autel de Zeus, conformément à un oracle. En effet, depuis neuf ans, la disette régnait en Égypte ; un devin de profession, Phrasios, venu de Chypre, affirma qu’elle cesserait s’ils égorgeaient chaque année un étranger mâle à Zeus. Bousiris commença par égorger le devin lui-même, puis les étrangers qui abordaient. Ainsi Héraklès, arrêté à son tour, fut conduit aux autels ; brisant ses liens, il tua Bousiris et son fils Amphidamas7.

  • 8 C. Froidefond, Le mirage égyptien, op. cit. p. 237.
  • 9 La plus célèbre, l’hydrie de Caeré, date de 520 et montre que l’image monstrueuse, cinq ans après (...)
  • 10 Fragments 313-315 (Nauck 2, p. 452-453) ; désormais éd. F. Jouan, H. Van Looy (Euripide, tome viii(...)
  • 11 Phérécyde, FGrHist 3 F 17 (dans Scholies Apollonios de Rhodes, IV, 1396). Panyassis, Herakleia, fr (...)

3De qui s’agit-il ? D’un roi historique, certainement pas, comme l’indique son absence dans la liste de Manéthon. Parler de héros mythique paraît encore disproportionné pour celui « qui n’était guère, dans le folklore grec de l’époque classique, qu’un ogre mi-effrayant, mi-ridicule8 ». Lorsque nous le découvrons, à partir de 550 avant J.-C., sur les vases attiques et italiotes de la fin du vie et du début du ve siècle9, Bousiris a déjà rejoint la compagnie des monstres dérisoires, du genre de Polyphème, et deviendra bientôt le héros grotesque de plusieurs drames satyriques, tous perdus, dont un d’Euripide en personne10. La perte de l’œuvre de Phérécyde et des Herakleia de Panyassis11, qui vivaient tous deux dans la première moitié du ve siècle, nous empêche tout autant d’évaluer quelle part demeurait en lui de la violence irrationnelle de ses débuts, du temps où son image exotique terrorisait les marins du grand sud…

  • 12 Les réticences des Grecs concernant l’existence de Bousiris ont été déjà examinées dans la princip (...)

4Tel quel, Bousiris se présente donc plutôt comme le stéréotype du roi impie, mais un stéréotype inversé, puisque sa méchanceté absolue s’oppose du tout au tout à la perfection idéale des autres rois. Face au monarque modèle, sa monstruosité, loin de renforcer sa stature mythique, eut tôt fait de jouer contre lui, et certains conclurent qu’il ne pouvait pas avoir existé12.

5Que faire alors de ce fantôme encombrant qui, à défaut des côtes égyptiennes, hantait les récits de marins ? Confrontés au problème de l’inexistence de Bousiris, les auteurs grecs adoptèrent diverses attitudes.

6La première est la religieuse indignation d’Hérodote, pour lequel la simple idée qu’un Égyptien pût être impie confinait à l’aberration, voire au sacrilège. Puisqu’il n’y a jamais eu de Bousiris, il n’en parlera pas, autrement dit ne prononcera même pas son nom. C’est ainsi qu’en II, 45, il évoque l’épisode pour laver « les Égyptiens » de l’accusation de sacrifice humain, sans jamais citer Bousiris :

  • 13 Hérodote, Histoires, II, 45.

Les Grecs racontent beaucoup de choses inconsidérément ; c’est une sottise, entre autres, que ce récit qu’ils font au sujet d’Héraklès : étant venu en Égypte, disent-ils, les Égyptiens le couronnèrent de bandelettes et l’emmenèrent processionnellement pour le sacrifier à Zeus ; lui, pendant un temps, serait resté tranquille ; mais comme, près de l’autel, on procédait à sa consécration, il recourut à la force et massacra tout le monde. Quand ils font ce récit, les Grecs me paraissent ignorer tout à fait le caractère et les coutumes des Égyptiens. Comment des hommes à qui la loi divine ne permet même pas de sacrifier du bétail, sauf des porcs, des bœufs et des veaux mâles à la condition qu’ils ne présentent pas les signes, et des oies, comment ces gens-là sacrifieraient-ils des hommes ? Et, ajouterons-nous, comment est-il possible qu’Héraklès, étant seul et qui n’était encore, de leur aveu, qu’un homme, ait mis à mort des myriades ? Puissent les dieux et les héros prendre en bonne part ce que nous avons dit sur ce sujet13.

  • 14 Édition française de G. Mathieu, É. Brémond, Isocrate. Discours I, Collection des Universités de F (...)
  • 15 Le véritable paradoxe eût été de faire, à travers Bousiris, l’éloge du crime d’État, ce à quoi s’é (...)

7Mais comme pure abstraction, il est susceptible d’autres traitements radicaux, du genre de celui que lui appliqua Isocrate dans le paignion pseudosophistique qui porte son nom14, où le paradoxon constitue purement et simplement à renverser la perspective et à intégrer Bousiris dans la catégorie des bons rois législateurs15. Ce traitement, qui gomme toute la singularité malfaisante du personnage, revient en fait à le renvoyer au rayon des inutilités, bref, à son néant historique, sans pourtant lui dénier toute existence comme stéréotype.

8L’époque hellénistique vit ensuite se développer une critique rationalisante du « cas Bousiris », que l’on trouve exprimée chez Diodore :

  • 16 Diodore, Bibliothèque historique, I, 67, 9-11.

D’une manière générale, Psammétique fut le premier des rois d’Égypte à ouvrir aux autres nations des comptoirs (emporia) dans le reste du pays et à garantir aux étrangers qui arrivaient par mer une grande sécurité. En effet, les souverains précédents avaient rendu l’accès de l’Égypte impossible aux étrangers en tuant ou en réduisant en esclavage ceux qui abordaient dans leur pays. C’est cette hostilité des indigènes envers les étrangers qui a rendu célèbre chez les Grecs l’impiété de Bousiris. Cela n’est pas conforme à la vérité, mais c’est bien l’excès de cette barbarie qui a permis la naissance de ce mythe16.

9De même, et de la façon la plus catégorique, chez Strabon :

  • 17 Strabon, Géographie, XVII, I, 19 (C 802).

D’après Ératosthène, la xénélasie était une coutume commune à tous les barbares, et cependant cette accusation contre les Égyptiens repose sur les fables débitées à propos des actions de Bousiris dans le nome Bousirite, car les auteurs récents veulent calomnier et dénoncer l’inhospitalité de ce lieu, même si, par Zeus, jamais n’a existé ni roi ni tyran du nom de Bousiris17 !

10Les deux passages ne se ressemblent qu’en apparence : partant d’un constat préalable, l’existence historique d’une haine de l’étranger (« rendre l’accès de l’Égypte impossible aux étrangers », « xénélasie ») en milieu barbare (« excès de cette barbarie », « coutume commune à tous les barbares »), ils en tirent argument pour démontrer le caractère fictif de Bousiris (« naissance de ce mythe », « fables débitées à propos des actions de Bousiris »). Ils paraissent donc puisés à un fonds commun, le savoir hellénistique d’Hécatée d’Abdère et d’Ératosthène, nommément cité par Strabon. Cependant nos deux auteurs, en harmonie sur les prémisses, ne s’accordent pas sur les conclusions. Pour Diodore, en effet, l’impiété de Bousiris est un mythe mais la xénélasie égyptienne, qui fut bien réelle, justifie, dans une certaine mesure, que l’on ait pu croire à cette légende. Pour Ératosthène et Strabon, au contraire, le mythe de l’impiété de Bousiris, s’il peut à la rigueur s’expliquer par un comportement propre aux barbares en général, aurait servi, dans le cas des Égyptiens, à leur imputer un crime qu’ils n’ont jamais commis. Loin de tenir le même langage, les deux auteurs s’opposent sur l’essentiel, c’est-à-dire sur l’existence ou non, par-delà le mythe de Bousiris, d’une xénophobie institutionnelle, et historique, des Égyptiens.

11Leur dissension vient précisément de l’approche différente qu’ils ont de Bousiris. Comme le montre abondamment le reste de la Bibliothèque historique, Diodore n’a pas totalement renvoyé le mythe Bousiris aux oubliettes de l’Histoire, car il fait figurer le roi en bonne place parmi les personnages fondateurs de l’État pharaonique. En vertu du pré-évhémérisme de la source qu’il utilise, c’est-à-dire les Aegyptiaka d’Hécatée d’Abdère, le tyran xénophobe du littoral égyptien est miraculeusement devenu, dans la même région du Delta, l’auxiliaire efficace d’Osiris civilisateur :

  • 18 Diodore, Bibliothèque historique, I, 17, 3. Nous n’étudions pas ici les autres apparitions de Bous (...)

Osiris, disent-ils, régla les affaires de l’Égypte. Il confia le pouvoir suprême à sa femme Isis, lui donna pour conseiller Hermès, parce que c’était lui qui, de tous ses amis, se distinguait de tous par sa prudence ; il nomma général de tout le pays sous son autorité Héraklès son parent, célèbre par son courage et sa force physique ; il confia à Bousiris le gouvernement des parties du royaume voisines de la Phénicie et des régions côtières, et à Antée celui des régions frontalières de l’Éthiopie et de la Libye18.

  • 19 Qui se présente comme une image mythologisée des monarchies grecques d’époque hellénistique : G. H (...)

12Sans entrer dans le détail de ce texte19, on remarquera que le Bousiris de Diodore reste un stéréotype comme celui d’Isocrate, à cela près qu’il partage désormais avec d’autres, et principalement Osiris, les qualités qu’il était encore seul à manifester dans l’enkomion de l’orateur. Cela lui offre le bénéfice d’une réhabilitation qui, en revanche, n’exonère pas ses compatriotes égyptiens de l’accusation d’impiété. Pour Diodore comme pour Isocrate, dont l’égyptophilie est toute relative, c’est la monarchie idéale, non pas la vérité historique, qu’il s’agissait de préserver.

13Rien de pareil chez Strabon, ou plutôt chez Ératosthène. Leur dénégation radicale (« par Zeus, jamais n’a existé ni roi ni tyran du nom de Bousiris ») procède d’une tout autre méthode, celle qui s’attache aux faits et non aux croyances ; bref, une approche historique quasi positiviste. On sait en effet qu’Ératosthène fut l’auteur, entre autres oeuvres, d’une liste royale égyptienne. Pour lui, la preuve la plus manifeste de l’inexistence de Bousiris est que son nom ne figure dans aucune liste, pas plus dans la sienne que dans celle de Manéthon. Puisque la xénélasie égyptienne, remarquent Hérodote, Ératosthène et Strabon, est entièrement rapportée au personnage de Bousiris, il faut la dénoncer comme tout aussi fictive que lui.

  • 20 L’inexistence de ces pratiques a été démontrée, du point de vue égyptologique, par J. Yoyotte, « H (...)

14Cette saine démarche doit encore être la nôtre : rechercher non pas, au prix d’un évhémérisme moderne lointain héritier de Diodore, ce que le mythe pourrait receler d’authentiques pratiques xénophobes, sacrifices humains voire anthropophagie, sur le littoral égyptien20, mais, tout au plus, ce qui a pu en générer la croyance. Autrement dit, tenter d’expliquer pourquoi, alors que les Égyptiens ne pratiquaient pas le sacrifice humain, certains Grecs étaient prêts à dire le contraire, et pourquoi, dans ce cas, ils prononçaient le nom de Bousiris.

  • 21 G. Zographou, « L’argumentation d’Hérodote concernant les emprunts faits par les Grecs à la religi (...)
  • 22 La plus ancienne attestation du mythe daterait même d’Hésiode, fragment 378 (R. Merkelbach, M.-L. (...)
  • 23 Diodore, I, 67, 10 ; voir plus haut.
  • 24 F. Snowden, Blacks in Antiquity, Ethiopians in the Greco-Roman Experience, Cambridge, Massachusett (...)
  • 25 Stèles de Piyé : N. Grimal, La stèle triomphale de P’(‘ankh)y au musée du Caire. JE 48862 et 47086 (...)
  • 26 Réelles ou mensongères, on ne saurait évidemment le dire. Rappelons que l’Ethiopien Sabakôn (Shaba (...)

15Chercher les origines du mythe de Bousiris relève bien sûr de spéculations dont on ne doit pas se dissimuler le caractère conjectural. Deux données seulement sont à notre disposition, mais elles suffisent, semble-t-il, à en garantir la saveur égyptienne21. La première est son ancienneté. La personnalité de Bousiris est déjà bien constituée au tournant des vie et ve siècle, lorsqu’elle apparaît sur l’hydrie de Caeré, puis dans les œuvres de Phérécyde et de Panyassis, au terme d’une élaboration antérieure, qui doit dater au moins de l’époque saïte22. Or, réputée à juste titre philhéllène, l’Égypte du vie siècle ne peut fournir le prototype d’une monarchie xénophobe. Instigatrice, en revanche, du stéréotype du roi juste, la xxvie dynastie peut fort bien avoir encouragé le mythe inverse du pharaon impie, censé incarner les régimes qui l’ont précédée. C’est ce que laissait déjà entendre Diodore imputant le meurtre des étrangers aux « souverains précédant Psammétique23 ». On sait que, dans les luttes qui opposèrent, peu avant 700, les « Premiers Saïtes » de la xxive dynastie aux Éthiopiens de la xxve « kouchite », les deux partis se renvoyèrent l’accusation de sacrifice humain24. Dans le cadre d’une quasi guerre sainte, ou pour le moins d’une guerre de religion25, on touche à ce que l’on qualifierait de nos jours de « crime contre l’Humanité », avec tout ce que cela suppose de difficultés à démêler le vrai, l’horreur, du faux, la calomnie. Introduits en Égypte après les événements, les Grecs auraient eu vent de férocités xénophobes26, à moins que, présents pour quelques-uns d’entre eux dès avant Psammétique, ils aient déjà baigné dans cette ambiance délétère. Toutefois, à supposer qu’il en fût ainsi, il resterait à expliquer l’imputation de ces pratiques à un certain Bousiris.

  • 27 J. Yoyotte, « Les Bousiris et les Abousir d’Égypte (Toponymie de l’Égypte pharaonique I) », Compte (...)

16Le second élément « topique » du mythe est en effet le nom même du tyran. Comme tous les dictionnaires le rappellent, Bousiris est la prononciation grecque de l’égyptien Pr-Wsjr, « Maison d’Osiris », qui ne désigne pas un roi mais une ville. La plus célèbre d’entre elles était l’actuelle Abou Sir Bana, en plein centre du Delta, sur la rive gauche de la branche de Damiette, à 5 km environ de Samannoud, mais il y en avait plusieurs autres, aussi nombreuses que les Abousir arabes d’aujourd’hui27. Ici des problèmes se posent. Y a-t-il un lien identitaire entre les deux appellations, le toponyme et l’anthroponyme ? Si oui, de quelle ville appelée Bousiris s’agit-il, sachant que ce nom de lieu s’était vulgarisé dans l’Égypte tardive, au rythme toujours grandissant de la dévotion osiriaque ?

  • 28 Hérodote, Histoires, II, 137 : « Après Asychis, continuaient les prêtres, régna un homme aveugle d (...)
  • 29 A.B. Lloyd, Herodotus Book II. Commentary 99-182, EPRO 43,3, Leyde, 1993, p. 92. H. Verreth, « The (...)
  • 30 Princes Sheshonq I, Pmoui I, Sheshonq II et Pmoui II : J. Yoyotte, « Les principautés du Delta au (...)

17Qu’un roi porte le nom d’une ville n’est pas sans parallèle dans l’historiographie grecque d’Égypte, et les auteurs en cette matière ne prenaient pas le Pirée pour un homme. Citons l’exemple voisin d’Anysis, roi des marais qui figure, chez Hérodote, au nombre des adversaires de la suprématie éthiopienne28. On suppose d’ordinaire qu’Anysis désigne une des villes appelées Nn Nsw, en grec Hérakléopolis, et que « probablement, le nom de personne Anysis a simplement été tiré par transfert du nom de lieu29 ». Il serait tentant de reconnaître dans les rois Bousiris et Anysis des échos anthropomorphiques des principautés urbaines de Basse et MoyenneÉgypte au cours de la Troisième Période Intermédiaire. Ainsi Jean Yoyotte a-t-il pu reconstituer une dynastie libyenne active dans la ville de Bousiris, de 730 à 660 environ30. Mais cette interprétation historique peut être complétée par une autre observation.

  • 31 Hérodote, Histoires, II, 137. Ajoutons le nom du dieu Mendès, dérivé de celui de sa résidence, Pr (...)

18Comme l’indique sa première syllabe, le nom de Bousiris appartient, en effet, à la même série toponymique que Bouto et Boubastis, deux noms de villes par lesquels les Grecs prirent l’habitude de désigner aussi la divinité (et non pas le monarque) qui régnait en ces lieux. C’est ainsi qu’ils appelèrent la déesse cobra W3d.t, non pas *Outo mais Bouto, du nom de sa résidence Pr-W3d.t, « la maison d’Outo ». De la même façon le grec emploie dans les deux acceptions le nom propre Boubastis : dans son sens premier de Pr-Wbst.t, toponyme signifiant « la maison de Bastet », mais aussi dans celui de la déesse chatte qui y était honorée. Ainsi, dès Hérodote, « la ville de Boubastis, où il y a aussi un sanctuaire de la déesse Boubastis31 […] ». À s’en tenir à cette stricte règle, le nom de Bousiris devrait donc désigner pour un Grec la divinité résidant en Pr-Wsjr, c’est-à-dire Osiris, l’un des plus célèbres dieux égyptiens, l’époux d’Isis et le « roi-mort » en sa divinité.

19Il est, de fait, assuré que le rapport unissant le nom de Bousiris à celui d’Osiris fut connu des Grecs. La preuve s’en trouve dans Diodore qui écrit :

  • 32 Diodore, I, 88, 5.

Même, dit-on, les hommes de la couleur de Typhon étaient autrefois sacrifiés par les rois auprès du tombeau d’Osiris. À vrai dire, on rencontre peu d’hommes roux parmi les Égyptiens, et la plupart sont des étrangers. C’est pourquoi une légende s’est répandue chez les Grecs à propos de Bousiris massacrant les étrangers, alors que ce n’est pas le roi nommé Bousiris, mais le tombeau d’Osiris qui est ainsi désigné dans la langue du pays32.

  • 33 Hérodote, II, 154 : depuis Psammétique Ier.

20Ce passage est généralement salué par les commentateurs, qui en apprécient l’ambition étymologique : Diodore, reconnaissant dans le grec Bousiris l’égyptien Pr-Wsjr, aurait trouvé l’explication du mythe, lequel serait né d’une pratique de xénoctonie sur le tombeau d’Osiris. Mais, outre que la traduction de Pr par « tombeau » au lieu de « maison », c’est-à-dire « temple », est discutable, cette enquête linguistique sur l’origine du nom Bousiris évoque immanquablement les recherches d’Hécatée d’Abdère et elle fleure bon l’encyclopédisme savant de la haute époque hellénistique. Même si un corps d’interprètes existait en Égypte aux époques archaïque et classique33, les Grecs de ce temps étaient trop étrangers à ce genre de subtilité philologique pour que Bousiris pût sonner à leurs oreilles comme un équivalent d’Osiris. Par ailleurs, on l’a vu, c’est au iiie siècle seulement qu’Osiris, qui fait alors figure de nouveau venu dans le débat, vint déposséder Bousiris d’une partie de son statut de roi-juste.

21Il paraît donc exclu que Bousiris ait pu originellement désigner Osiris.

  • 34 J. Assmann, op. cit., p. 46 : « In dem Namen verbirgt sich Osiris ; zugleich kündigt er ein parado (...)
  • 35 Hérodote, II, 144 : « Osiris est celui qu’en langue grecque on nomme Dionysos ». Concernant cette (...)

22Comment en effet concilier la tyrannie de Bousiris avec l’image positive que les Grecs se faisaient d’Osiris34 ? Hérodote ne les confondait pas puisqu’il connaît le bénéfique Osiris, qu’il appelle Dionysos35, et ignore, mais sciemment, le malfaisant Bousiris. Bien avant l’historien, les caricatures de Bousiris, représenté en nègre grotesque, sont incompatibles avec la dignité osiriaque, que les Grecs ne pouvaient méconnaître. En revanche, dès lors que l’on reconnaît dans la forme du mot un théonyme et non pas un anthroponyme royal, le caractère foncièrement irrationnel de Bousiris – mais au sens religieux du terme – apparaît, et cela dès son origine. S’il ne fut pas immédiatement inexistant, Bousiris fut en effet toujours un mythe. Faut-il alors renoncer à l’interpréter ? N’est-il vraiment qu’une illusion grecque ? Peut-être pas, si l’on veut bien considérer l’hypothèse qui suit.

  • 36 P. Montet, Géographie de l’Égypte ancienne, I. La Basse Égypte, Paris, 1957, p. 97-99
  • 37 P. Koemoth, « Le rite de redresser Osiris », J. Quaegebeur (éd.), Ritual and Sacrifice in the Anci (...)

23La ville de Bousiris36 s’appelait en réalité Djedou en égyptien. La forme grecque du toponyme n’est, quant à elle, que la prononciation des premiers mots du groupe Pr-Wsjr-nb-Ddw, « la Maison d’Osiris seigneur de Djedou ». Ancien lieu de culte du vénérable pilier Djed, Djedou était la métropole du IXe nome de Basse-Égypte, le nome d’Andjet. Or, cette fertile région du Delta centre-oriental avait d’abord eu son grand dieu à elle, simplement dénommé Andjty, « celui d’Andjet ». À partir du Moyen Empire, Osiris s’installa en voisin pour finalement attirer à lui les attributions théologiques du pilier Djed37 et du dieu local Andjty. Il prit alors le nom topique d’Osiris-Andjty. Ce processus s’apparentait, pour un Grec, à celui par lequel une divinité recevait en épithète le nom de celle, souvent plus ancienne, dont elle partageait le siège divin.

  • 38 En Égypte, Antaios/Antée fut localisé à Qaou el-Kebir, Antaiopolis, entre Assiout et Sohag, d’aprè (...)

24Nous supposerons donc que, de même qu’à Égine Aphaia devint Athéna Aphaia, qu’à Sparte Orthia, « la rigide », se modifia en Artémis Orthia, de même les Grecs ont pu appeler l’Osiris de Djedou, Osiris-Andjty, « Bousiris Antaios ». C’est ce surnom, interprété comme manifestation d’un « Antée égyptien38 », qui aurait donné naissance à l’ogre du Delta, demi-frère monstrueux de l’autre Antaios, l’ogre de Libye.

  • 39 Ovide, Contre Ibis, 395-400 et Apulée le Grammairien, De Orthographia, 21 (éd. F. Osann, Darmstadt (...)
  • 40 Arrien, Anabase d’Alexandre, III, 3, 1.
  • 41 Diodore, Bibliothèque historique, I, 17, 3 (voir ci-dessus). En termes égyptiens, Bousiris garde l (...)

25Nombre des exemples allégués plus haut illustrent la longue et ancienne association de Bousiris à Antée. Tous deux sont fils de Poséidon39. À propos de l’excursion d’Alexandre à l’oasis d’Ammon, Arrien rappelle que le conquérant suivait les traces d’Héraklès « quand il allait vers la Libye pour trouver Antée et vers l’Égypte pour trouver Bousiris40 ». Rappelons aussi le strict parallélisme imaginé par Hécatée d’Abdère qui fait de Bousiris, gardien de la frontière nord-est de l’Égypte, l’exacte réplique d’Antée, à sa frontière sud-ouest41. Plus troublante encore est l’origine explicitement libyenne qu’Isocrate prête à Bousiris, par sa mère Libye :

  • 42 Isocrate, Bousiris, 11. Voir aussi l’auteur anonyme de l’argument (éd. CUF, p. 188) : « Bousiris é (...)

Bousiris porta ses regards au-delà de l’empire maternel qu’il jugeait indigne de sa naissance ; il soumit beaucoup de peuples et acquit la puissance suprême. C’est en Égypte qu’il établit sa royauté, car il jugeait le séjour dans ce pays de beaucoup supérieur non seulement à ceux qui étaient à sa disposition, mais encore à tous les autres42.

  • 43 C’était l’opinion, nuancée, de J. Yoyotte, op. cit. (voir ci-dessus note 20) à propos d’Abu Sir el (...)

26Ces sources paraissent, à première vue, conforter l’hypothèse d’une origine occidentale de Bousiris43. Mais le prestige théologique de la Bousiris du nome Bousirite nous semble bien mieux convenir, sur le modèle de Bouto et de Boubastis, à l’émergence d’une entité mythique portant le même nom que la ville. Par ailleurs Disodore signale l’existence d’un « village d’Antée », Antaiou kômè, dans le Delta oriental :

  • 44 Diodore, Bibliothèque historique, I, 21, 3-4.

Mais Isis, sœur et épouse d’Osiris, vengea le meurtre avec l’aide de son fils Horus. Après avoir tué Typhon et ses complices, elle régna sur l’Égypte. Le combat eut lieu sur les bords du fleuve près du village dit actuellement d’Antée, qui se trouve, dit-on, dans la province tournée vers l’Arabie et tire son nom d’Antée, un contemporain d’Osiris, qui fut châtié par Héraklès44.

  • 45 M. Alliot, Le Culte d’Horus d’Edfou au temps des Ptolémées, Le Caire, 1954. J.-Y. Carrez-Maratray, (...)

27Si les sources égyptiennes situent bien, comme ici, la défaite ultime de Seth (Typhon) dans le Delta oriental, aux marges de « l’Arabie », elles le font de préférence dans la région qui s’étend de Tanis à Péluse, autour de Silè (Héboua, El Kantara) et des lieux de cultes d’Horus de Mesen, le véritable triomphateur45. Que la victoire soit, chez Diodore, reportée sur Isis, dont Horus n’est plus que l’assistant, pourrait porter la marque des Nectanébos, les pharaons sébennytiques de la xxxe dynastie, désireux de favoriser les centres isiaques et osiriaques de leur région, l’Iseion de Behbeit et l’Osireion de Bousiris, près desquels il faudrait localiser le village d’Antée.

  • 46 P. Montet, op. cit., p. 97.
  • 47 Pindare, Isthmiques, III-IV, 70-73. La confusion provoquée par les bucranes a pu encore être accen (...)

28Un fait troublant pourrait venir appuyer cette hypothèse : Pierre Montet rappelle que « Djedou tire son nom du fétiche Dd qui était conservé en un lieu nommé Grgw-b3-f, son âme est fixée ». Or, ajoute-t-il, « sur le toît du temple de cette ville, précédé de deux colonnes, on voyait un bucrâne fixé au bout d’une longue hampe46 ». Il se pourrait bien que cette pratique « bousirite » ait rappelé aux Grecs la coutume attribuée à l’Antaios libyen de placer en haut du temple de Poséidon, son père, les crânes de ses victimes47.

29En résumé, les auteurs grecs avaient deux façons très différentes d’exprimer l’« inexistence de Bousiris ». Les uns, tels Isocrate et Hécatée d’Abdère, qui ne voulaient pas se résoudre à l’expédier aux oubliettes de l’Histoire, l’ont traité comme un stéréotype et mis au nombre des « rois justes », ce qui effaçait, tout autant que ses crimes, son individualité problématique. Les autres, notamment Ératosthène, n’ont pas voulu du stéréotype même et ont radicalement nié son existence, ce qui les a conduits à d’intéressantes enquêtes sur l’origine de la « fable Bousiris ». Leurs hypothèses se concentrent sur la région libyque et le « tombeau d’Osiris », mais je crois que c’est bien dans la Bousiris du Delta central que s’était constituée, à plus haute époque, la fiction de l’ogre égyptien. Elle pourrait s’expliquer par une méprise phonétique et iconographique concernant le dieu de la ville de Bousiris, non pas Osiris, mais son parèdre local, Andjty, pris pour un Antaios égyptien et, comme tel, mobilisable dans la Geste d’Héraklès, le tueur de monstres. Cette erreur grossière, puisqu’Andjty n’a rien d’un croquemitaine, a pu se trouver validée par l’atmosphère passionnelle qui entoura, dans le courant du viie siècle avant notre ère, le débarquement des Grecs d’Ionie sur le littoral égyptien, encore livré aux querelles ethniques et religieuses de la Troisième Période Intermédiaire finissante.

Notes

1 D. B. Redford, Pharaonic King-Lists, Annals and Day-Books. A Contribution to the Study of the Egyptian Sense of History, SSEA Publication IV, Benben Publications, Mississauga (Canada), 1986. J. von Beckerath, Chronologie des pharaonischen Ägypten. Die Zeitbestimmung der ägyptischen Geschichte von der Vorzeit bis 332 v.Chr., Münchner Ägyptologische Studien 46, Mayence, 1997. On ne prendra pas en compte dans ces listes grecques les rois saïtes de la xxvie dynastie (à compter de la dodécarchie et de Psammétique I) et tous leurs successeurs, lesquels relèvent d’une historiographie « contemporaine », constituée à une époque où les contacts entre Grecs et Égyptiens étaient bien établis.

2 A.B. Lloyd, Herodotus Book II, Introduction, EPRO 43,1, Leiden, Brill, 1975, p. 173-182.

3 A. Burton, Diodorus Siculus. Book I. A Commentary, EPRO 29, Leiden, Brill, 1972.

4 Qui reste la base, rappelons-le, de la division canonique du passé pharaonique en dynasties. Les fragments de Manéthon sont réunis dans l’édition de W.G. Waddell, The Loeb Classical Library, 1940. Cette édition comporte aussi (Appendix II, p. 212-225) la liste dite d’Ératosthène, qui n’est sans doute pas celle qu’avait effectivement établie le célèbre savant ; F. Jacoby, FGrHist III C 1, n° 610. Voir aussi D. Mendels, « The Polemical Character of Manetho’s Aegyptiaca », Purposes of History, Studies in Greek Historiography from the 4th to the 2nd Centuries B.C., StudHell 30, 1990, p. 91-110.

5 341 rois (1 par génération) dans Hérodote, II, 142, soit 10 rois successeurs de Ménès et de 330 anonymes (sauf le dernier, Moeris), ibid., 100-101 ; voir A.B. Lloyd, op. cit., p. 186-188. 19 rois nommés chez Diodore, sur un total théorique de 475 anonymes, l’ordre de Diodore démarquant, avec des intercalations, celui d’Hérodote.

6 L’étude la plus complète de l’imaginaire grec de l’Égypte reste celle de C. Froidefond, Le mirage égyptien dans la littérature grecque d’Homère à Aristote, Aix-en-Provence, 1971, mais elle s’arrête au ive siècle ; le Bousiris d’Isocrate y est étudié p. 237-266. Voir en dernier lieu l’essai, bref mais suggestif, de J. Assmann, Weisheit und Mysterium das Bild der Griechen von Ägypten, Munich, Verlag C.H.Beck, 2000. Cet article était terminé quand nous avons eu connaissance du livre de P. Vasunia, The Gift of the Nile. Hellenizing Egypt from Aeschylus to Alexander, University of California Press, Berkeley Los Angeles Londres, 2001, où le Bousiris d’Isocrate est étudié p. 183-215.

7 Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, II, 5, 11, dans l’édition commentée de J.-C. Carrière, B.Massonie, La « Bibliothèque » d’Apollodore, Annales littéraires de l’Université de Besançon, Paris, Les Belles Lettres, 1991 ; repris dans P. Chuvin, La mythologie grecque. Du premier homme à l’apothéose d’Héraclès, Paris, 1992, rééd. Flammarion, 1998, p. 276. Le chapitre 5 du livre II de la Bibliothèque raconte les douze travaux d’Héraklès, le § 11 correspondant au onzième travail, les pommes d’or des Hespérides. Parti dans le grand nord (et non vers l’ouest selon Apollodore), Héraklès mate le protéiforme Nérée qui lui révèle l’emplacement du jardin. Il se rend alors en Libye où il tue Antée, fils de Poséidon.

8 C. Froidefond, Le mirage égyptien, op. cit. p. 237.

9 La plus célèbre, l’hydrie de Caeré, date de 520 et montre que l’image monstrueuse, cinq ans après la chute des Saïtes, est déjà fortement modifiée. Voir, en général, LIMC, III 1, s.v. Bousiris, p. 147-152 (A.-F. Laurens).

10 Fragments 313-315 (Nauck 2, p. 452-453) ; désormais éd. F. Jouan, H. Van Looy (Euripide, tome viii 2e partie fragments. Bellérophon – Protésilas), CUF, Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. 36-45 avec bibliographie. Pour les fragments des autres Bousiris, d’Épicharme, Antiphanès, Éphippos, Kratinos le jeune et Mnésimachos, voir RE, III, col.1075, s.v. Busiris 5 (Fr. Hiller Von Gaertringen) ; LIMC, p. 147.

11 Phérécyde, FGrHist 3 F 17 (dans Scholies Apollonios de Rhodes, IV, 1396). Panyassis, Herakleia, fragment 26 K (V. J. Matthews, Panyassis of Halikarnassos. Text and Commentary (Mnemosyne Supp. 33), Leyde, 1974, p. 126-128, dans Athenee, Le banquet des sophistes, IV, 172 D). Tous les témoignages antiques, grecs et latins, littéraires et iconographiques, concernant Bousiris ont été réunis dans un excellent mémoire de maîtrise dû à Oriane Lefort, Bousiris tyran d’Égypte, disponible à l’Université d’Angers.

12 Les réticences des Grecs concernant l’existence de Bousiris ont été déjà examinées dans la principale étude sur le sujet, celle de J.-G. Griffiths, « Human Sacrifice : The Classical Experience », ASAE 48, 1948, p. 409-424. Voir en particulier « I. The Story of Busiris », p. 409-416 : « Il est important de reconnaître que nombre des auteurs grecs qui rappellent l’histoire de Bousiris rejettent soit la légende en entier, soit ce qu’elle dit des sacrifices humains pratiqués par Bousiris » (p. 415).

13 Hérodote, Histoires, II, 45.

14 Édition française de G. Mathieu, É. Brémond, Isocrate. Discours I, Collection des Universités de France, 1929, n°X, « Busiris », p. 181-200.

15 Le véritable paradoxe eût été de faire, à travers Bousiris, l’éloge du crime d’État, ce à quoi s’était peut-être essayé le Polykratès qu’Isocrate entend corriger dans son discours, et auquel on doit une accusation d’anthropophagie (Bousiris. 5). Parlant de cette réhabilitation de Bousiris, Hiller Von Gaertringen, dans son article de la RE, y voit un « colossales Paradoxon » ! Isocrate avoue luimême (Bousiris. 34-35) que son Bousiris pourrait être n’importe quel autre roi. En général, voir C. Froidefond, op. cit., p. 237-266.

16 Diodore, Bibliothèque historique, I, 67, 9-11.

17 Strabon, Géographie, XVII, I, 19 (C 802).

18 Diodore, Bibliothèque historique, I, 17, 3. Nous n’étudions pas ici les autres apparitions de Bousiris dans l’oeuvre de Diodore, soit comme fondateur, assez problématique (il s’agirait de toutes façons d’un homonyme…), de Thèbes (I, 45, 4, voire I, 15, 2), soit dans son rôle originel d’ogre vaincu par Héraklès (IV, 18, 1 ; 27, 2-3). Nous reviendrons plus loin sur I, 88, 5. Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. Bousiris (éd. A.Meineke, Berlin, 1849, p. 183) résume Hécatée en faisant de Bousiris un « toparque établi par Osiris ».

19 Qui se présente comme une image mythologisée des monarchies grecques d’époque hellénistique : G. Hölbl, Geschichte des Ptolemäerreiches. Politik, Ideologie und religiöse Kultur von Alexander dem Grossen bis zur römischen Eroberung, Darmstadt, 1994, p. 89. On sait qu’Isocrate, avec son éloge d’Évagoras par exemple, fut un précurseur de cette idéologie royale. Elle fut systématisée, à la fin du ive siècle, pour l’Égypte de Ptolémée I, par Hécatée d’Abdère. La thèse de Spoerri, suivie par A. Burton et par les éditeurs de la CUF, qui prétend relativiser la part de cet auteur dans le livre I de Diodore, n’est pas tenable : voir F.W. Walbank, « Monarchies and Monarchic Ideas », CAH VII, 1, The Hellenistic World, Cambridge, 1984, p. 77, n. 46.

20 L’inexistence de ces pratiques a été démontrée, du point de vue égyptologique, par J. Yoyotte, « Héra d’Héliopolis et le sacrifice humain », Annuaire de l’École Pratique des Hautes Études, 5e section, 89, 1980-1981, p. 31-102, qui les distingue des exécutions capitales, bien attestées pour leur part. En dernier lieu, S. Bickel, « Héliopolis et le tribunal des dieux », C. Berger, B. Mathieu (éd.), Études sur l’Ancien Empire et la nécropole de Saqqâra dédiées à Jean-Philippe Lauer, Orientalia Monspeliensia IX, Université Paul Valéry Montpellier III, 1997, p. 113-122.

21 G. Zographou, « L’argumentation d’Hérodote concernant les emprunts faits par les Grecs à la religion égyptienne », Kernos, 8, 1995, p. 187-203, en part. p. 196-197, insiste sur le caractère purement hellénique du mythe. S’il est bien certain que toute la légende répond à des canons narratifs grecs, on peut cependant se demander pourquoi elle est située en Égypte, et chez un dénommé Bousiris.

22 La plus ancienne attestation du mythe daterait même d’Hésiode, fragment 378 (R. Merkelbach, M.-L. West, Fragmenta Hesiodea, Oxford, Clarendon Press, 1977, p. 183), un exemple d’impossibilité cité par Théon, Progymn. 6 : « Ainsi pour ceux qui disent qu’Héraklès tua Bousiris. Car d’après Hésiode Bousiris était plus ancien qu’Héraklès de onze générations », mais la référence est fort douteuse. L’origine saïte, et plus précisément naucratite, du mythe a été défendue par R.-I. Hicks, « Egyptian Elements in Greek Mythology », Transactions of the American Philological Association, XCIII, 1962, p. 106-107. De la culture saïte provient une part importante, et connue des Grecs, de ce qui sera la théologie égyptienne d’époque hellénistique : P. Derchain, « Mendès et les femmes », Enchoria, 25, 1999, p. 20-23.

23 Diodore, I, 67, 10 ; voir plus haut.

24 F. Snowden, Blacks in Antiquity, Ethiopians in the Greco-Roman Experience, Cambridge, Massachusetts, 1970.

25 Stèles de Piyé : N. Grimal, La stèle triomphale de P’(‘ankh)y au musée du Caire. JE 48862 et 47086-47089, Mifao 105, Le Caire, 1981. En dernier lieu, R.-G. Morkot, The Black Pharaohs. Egypt’s Nubian Rulers, Londres, 2000.

26 Réelles ou mensongères, on ne saurait évidemment le dire. Rappelons que l’Ethiopien Sabakôn (Shabaka) aurait, selon Manéthon, fgt. 66-67, fait brûler vif son rival saïte Bocchoris…

27 J. Yoyotte, « Les Bousiris et les Abousir d’Égypte (Toponymie de l’Égypte pharaonique I) », Comptes Rendus du Groupe Linguistique d’Etudes Chamito-Sémitiques, VIII, 1959, p. 57-60. F. Gomaà compte 9 villes égyptiennes de ce nom : K. A. Bard (éd.), Encyclopedia of the Archaeology of Ancient Egypt, Londres – New York, Routledge, 1999, p. 179-180, s.v. Busiris (Abu Sir Bana).

28 Hérodote, Histoires, II, 137 : « Après Asychis, continuaient les prêtres, régna un homme aveugle de la ville d’Anysis, qui avait nom Anysis » ; II, 140.

29 A.B. Lloyd, Herodotus Book II. Commentary 99-182, EPRO 43,3, Leyde, 1993, p. 92. H. Verreth, « The Egyptian Eastern Border Region in Assyrian Sources », JAOS 119.2, 1999, p. 234-247, en part. 239-244, reconnaît dans l’équivalent assyrien Hininsi, l’Hérakléopolis de Moyenne Égypte plutôt que celle du Delta oriental. Autres couples anthroponyme/toponyme : roi Thôn(is) et port de Thônis, Mendès, ville, dieu et roi (Diod., I, 61, 1 ; 97, 5), Chemmis, ville chez Hérodote et roi chez Diodore. Nous avons proposé de voir dans l’Aktisanès d’Hécatée d’Abdère (Diod., I, 60, 2-3) la ville d’3ht Itn, Amarna : J.-Y. Carrez-Maratray, « Le Sinaï des Grecs et des Romains : un passage méconnu de Diodore », dans D. Valbelle, C. Bonnet (éd.), Le Sinaï durant l’Antiquité et le Moyen Âge, 4000 ans d’Histoire pour un désert, éditions Errance, Paris, 1998, p. 88-92. On sait que, dans l’Ancien Testament, Ramsès désigne une ville ; que le « Pharaon Sô » de 2 Rois 17, 4, entre autres conjectures dont il a fait l’objet, désignerait Saïs. Sur la survie de noms royaux dans la toponymie égyptienne, J. Yoyotte, « Souvenirs de rois anciens », Comptes Rendus du Groupe Linguistique d’Etudes Chamito-Sémitiques, VIII, 1959, p. 73-78.

30 Princes Sheshonq I, Pmoui I, Sheshonq II et Pmoui II : J. Yoyotte, « Les principautés du Delta au temps de l’anarchie libyenne (études d’histoire politique) », Mélanges Maspéro I Orient ancien, MIFAO 66, 4, Le Caire, 1961, p. 165-173.

31 Hérodote, Histoires, II, 137. Ajoutons le nom du dieu Mendès, dérivé de celui de sa résidence, Pr B3 nb dd, « la Maison du Bélier seigneur de Djedit ».

32 Diodore, I, 88, 5.

33 Hérodote, II, 154 : depuis Psammétique Ier.

34 J. Assmann, op. cit., p. 46 : « In dem Namen verbirgt sich Osiris ; zugleich kündigt er ein paradoxale Inversion an, denn Busiris ist in der griechieschen Mythologie eine absolut negative Figur » (« Dans le nom se cache Osiris ; il s’agit en même temps d’un renversement paradoxal, puisque Bousiris est, dans la Mythologie grecque, une figure absolument négative »).

35 Hérodote, II, 144 : « Osiris est celui qu’en langue grecque on nomme Dionysos ». Concernant cette identification de Bousiris à Osiris, et d’Osiris à Dionysos, nous ne pouvons suivre C. Froidefond dans son introduction à Plutarque, Isis et Osiris, CUF, Paris, 1988, p. 34-35, n. 1 : « L’argumentation remonte peut-être, au-delà de la propagande des Ptolémées, à Phérécyde et à Panyassis, qui ont identifié Osiris au pharaon-type, xénophobe, qu’Hérodote (II, 45) s’emploiera à réhabiliter ». La triple égalité Bousiris = Osiris = Dionysos entraînerait la satanisation automatique des deux derniers, ce qui est impossible, au moins pour Dionysos. Sur les équivalences de théonymes chez Hérodote, G. Scandone Matthiae, « Osservazioni egittologiche ad Erodoto », dans S. Ribichini, M. Rocchi, P. Xella (éd.), La questione delle influenze vicino-orientali sulla religione greca. Stato degli studi e prospettive della ricerca. Atti del Colloquio Internazionale, Roma, 20-22 maggio 1999, Rome, 2001, p. 333-339.

36 P. Montet, Géographie de l’Égypte ancienne, I. La Basse Égypte, Paris, 1957, p. 97-99

37 P. Koemoth, « Le rite de redresser Osiris », J. Quaegebeur (éd.), Ritual and Sacrifice in the Ancient Near East, OLA 55, Louvain, 1993, p. 157-174, en particulier p. 160.

38 En Égypte, Antaios/Antée fut localisé à Qaou el-Kebir, Antaiopolis, entre Assiout et Sohag, d’après le théonyme local cntjwj, « les deux griffus », dieux-faucons de Tbw : Lexikon der Ägyptologie, s.v. Antaios (H. Brunner). Voir aussi P. Barguet, « Parallèle égyptien à la légende d’Antée », RHR 165, 1964, p. 1-12. Nous supposons qu’une approximation phonétique semblable a pu se produire avec le théonyme cndty, l’essentiel pour un Grec étant l’idée d’hostilité contenue dans la première syllabe du nom : Antaios est l’« opposé » par excellence, P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, histoire des mots, nouvelle éd., Paris, 1999, p. 91, s.v. anta.

39 Ovide, Contre Ibis, 395-400 et Apulée le Grammairien, De Orthographia, 21 (éd. F. Osann, Darmstadt, 1826, p. 8-9) en font même explicitement des frères : Antaeus… filius Neptuni ac terrae, frater Busiridis, « Antée, fils de Neptune et de la Terre, frère de Busiris ».

40 Arrien, Anabase d’Alexandre, III, 3, 1.

41 Diodore, Bibliothèque historique, I, 17, 3 (voir ci-dessus). En termes égyptiens, Bousiris garde le nord (la Phénicie) et l’ouest (le littoral), Antée l’est (l’Éthiopie) et le sud (la Libye).

42 Isocrate, Bousiris, 11. Voir aussi l’auteur anonyme de l’argument (éd. CUF, p. 188) : « Bousiris était fils de Libye et de Poseidon ; né dans le pays de Libye, il dédaigna d’y habiter et s’établit en Égypte où il fonda une ville portant son nom, Bousiris, qui s’appelle encore ainsi ».

43 C’était l’opinion, nuancée, de J. Yoyotte, op. cit. (voir ci-dessus note 20) à propos d’Abu Sir el-Melek : « il serait tentant d’imaginer que le rôle stratégique de cette ville est à l’origine de la fable grecque faisant d’un roi Bousiris un tyran cruel et xénophobe », opinion qu’il ne reprend pas dans Strabon. Le voyage en Égypte. Un regard romain, Paris, 1997, p. 102, n. 174, préférant citer Bousiris à propos d’Abou Sir Bana, ibid., p. 114, n. 229. L’origine occidentale de Bousiris est défendue par J. von Beckerath dans le Lexikon der Ägyptologie, s.v. Busiris.

44 Diodore, Bibliothèque historique, I, 21, 3-4.

45 M. Alliot, Le Culte d’Horus d’Edfou au temps des Ptolémées, Le Caire, 1954. J.-Y. Carrez-Maratray, Péluse et l’angle oriental du delta Égyptien aux époques grecque, romaine et byzantine, BiEtud 124, IFAO, Le Caire, 1999, p. 350-351. Id., « De l’Oronte au Nil : Typhon et Saphon », Transeuphratène, 21, 2001, p. 87-100.

46 P. Montet, op. cit., p. 97.

47 Pindare, Isthmiques, III-IV, 70-73. La confusion provoquée par les bucranes a pu encore être accentuée par une fausse étymologie rapportant le nom de Bousiris à la racine grecque Bous, la vache, le bovin. Ajoutons que, si elle était vérifiée, notre hypothèse d’un calque de Bousiris à partir d’Antaios tendrait à prouver que l’expansion des Grecs en Libye précéda leur arrivée en Égypte.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search