Version classiqueVersion mobile

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Définir et comprendre pour agir : les stéréotypes sur l’enfant et l’étudiant

L’enfant à l’école dans les méthodes et essais de la fin du xviie et du début du xviiie siècle

Marcel Grandière

Texte intégral

  • 1 Les membres de la Compagnie du Saint-Sacrement se sont montrés préoccupés de l’ignorance populaire (...)
  • 2 Selon J. Imbert, Histoire des hôpitaux de France, Toulouse, 1982, p. 88 : « L’enseignement élément (...)
  • 3 C. Joly, évêque d’Agen de 1664 à 1678, expose ses « principes concernant les petites écoles » dans (...)

1La période 1660-1730 environ est une grande période de réflexion sur l’école, peut être plus inventive et créatrice que celle des Lumières pourtant mieux connue. La nécessité d’éduquer le peuple est vivement affirmée par tous ceux qui sont préoccupés par la pauvreté1. De même, l’État est lancé dans un grand mouvement de remise en ordre social où l’école est appelée à jouer un rôle important, comme en témoigne l’établissement de petites écoles dans les hôpitaux généraux2. Il est clair, pour les élites civiles et religieuses, que le désordre des hommes en général, celui des pauvres et des protestants en particulier, crée celui de la société toute entière, un désordre générateur de misères et de dévoiements de toutes natures auquel l’école, parmi d’autres moyens, est appelée à faire face3.

  • 4 L’escole paroissiale ou la manière de bien instruire les enfants dans les petites escoles, P. Targ (...)
  • 5 Méthode familière pour les petites écoles, concernant les devoirs des maîtres et des maîtresses d’ (...)
  • 6 Les méthodes retenues pour cette étude sont citées en annexe.
  • 7 À Paris, les curés, après de difficiles conflits, se sont libérés de la tutelle du chantre par une (...)

2C’est pour répondre à ce besoin que se construit en France un stéréotype d’école et d’enfant chrétiens après 1660. Jacques de Batencourt en a jeté les bases avec L’escole paroissiale parue à Paris en 16544. Nous voulons mettre en relief les principaux éléments de ce stéréotype qui se construit entre l’escole de Batencourt et la Méthode familière de Sébastien Cherrier5 publiée à Toul en 1739. Les onze méthodes retenues6 proviennent de la sollicitude de curés7, de chanoines, de religieuses comme les Ursulines de la congrégation de Paris : toutes requièrent l’approbation de l’évêque du lieu en fonction de la législation en vigueur, celle de Poitiers lui étant même nominativement attribuée. Par contre, la Conduite des écoles chrétiennes de Jean-Baptiste de La Salle, livre phare de la pédagogie au xviiie siècle, étant publiée à Avignon en 1720, échappe à la tutelle d’un évêque particulier.

3Ces différentes méthodes expriment une même préoccupation : elles cherchent à dessiner une épure d’enfant à l’école chrétienne autour du principe fondamental de l’ordre, l’ordre des personnes, de l’organisation interne de l’école et l’ordre des gestes.

L’ORDRE DES PERSONNES

4La première préoccupation des méthodes est de construire un ordre des personnes à l’école. Faire prendre conscience aux enfants, et particulièrement à ceux des pauvres, qu’il existe un ordre des relations dans lequel ils doivent s’inscrire, constitue sans aucun doute l’un des principaux bénéfices de l’école. C’est l’un des caractères du cliché dessiné et travaillé par les pédagogues, et c’est peut-être celui qui définit le mieux le rôle symbolique de l’école dans une société perçue comme profondément troublée.

  • 8 R. Gilbert, « Charles Démia et les écoles des pauvres, 1637-1689 », dans Education et pédagogie à (...)
  • 9 Saint Matthieu, 26,14.

5L’enfant du pauvre, notablement visé par les pédagogues, est un rejeton qui s’est déformé en poussant sur une mauvaise souche, et qu’il faut en conséquence redresser. Pour Charles Démia, « les jeunes gens mal élevés tombent ordinairement dans la fainéantise ; de là vient qu’ils ne font que ribler et battre le pavé, qu’on les voit attroupés, s’entretenant de discours dissolus, qu’ils deviennent indociles, libertins, joueurs, blasphémateurs, querelleurs, s’adonnent à l’impureté, au larcin et au brigandage […]8 ». Il faut couper ce qui est mauvais, faire croître les semences de Dieu étouffées par le désordre. Le pauvre est toujours l’image de Dieu car vouloir redresser son corps et son cœur ne signifie pas qu’il ne le représente plus. » Ce que vous n’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait9 » : c’est toujours vrai vers 1660 – 1730. Mais désormais, ce qu’il faut faire au pauvre de Dieu, c’est le redresser, l’aider à s’extraire de son désordre, le libérer de ses entraves, extirper le vice qui est actif en lui.

  • 10 Sur l’œuvre du R.-P. Barré, voir : Nicolas Barré, OEuvres complètes, Paris, 1994, et Nicolas Barré (...)
  • 11 Selon L’école paroissiale, « De la méthode à montrer les lettres », p. 173, « pour bien montrer le (...)
  • 12 Dans la Conduite des Écoles chrétiennes, op. cit., Chap. V, « Des corrections en général », p. 147 (...)

6Il doit pour cela maîtriser l’ordre des relations dans la chaîne des personnes avec qui il vit. L’ordre de sa vie dépend de cette prise de conscience. C’est une constante dans toutes les méthodes pour faire l’école. La relation à Jésus, fils de Dieu, est évidemment première, puisqu’il est le cœur de l’école. C’est lui que l’on salue en entrant en classe, en ôtant son chapeau, en prenant de l’eau dans le bénitier, en s’agenouillant devant le crucifix, ou en faisant la révérence comme les petites filles de Rouen dans les écoles de Nicolas Barré10. Les exercices de lecture commencent par un signe de croix11. Il y a messe chaque jour, ou bien le matin avant les classes, ou bien en fin de matinée après deux ou trois heures de travail. C’est au Christ que l’on parle à l’école, par les prières du matin, les oraisons récitées à chaque heure, les prières de fin de classe. L’enfant ne parle d’ailleurs quasiment qu’à lui lorsqu’il est à l’école, en y ajoutant la Vierge et les saints, puisqu’il doit garder silence pendant toute la classe, ne parler au maître qu’en cas de nécessité, la communication dans la classe se faisant surtout par signes. Et pour que les enfants comprennent bien la prééminence absolue du Christ dans la hiérarchie des personnes, les fautes d’inattention et le bruit faits dans la relation avec lui sont celles qui ne méritent pas le pardon, et qui sont punies par le châtiment du fouet12.

  • 13 Voir Batencourt, op. cit, « Les meubles de l’école », p. 51 et sq, et Démia, op. cit, p. 29-30. Ce (...)
  • 14 Selon une ordonnance de l’évêque de Lyon datant de 1672, et des lettres patentes de 1680.
  • 15 Ces bureaux des écoles, créés à l’initiative des évêques, sont toujours présidés par un ecclésiast (...)

7Les autres personnes de l’école sont la Vierge, saint Joseph, l’ange gardien, les saints du diocèse et de la paroisse, tous représentés par des images, les saints principaux du calendrier chrétien qu’une tablette de bois permet d’afficher à l’occasion de leur fête pour faire connaître le mystère de chacun. La hiérarchie entre eux est manifestée par le temps d’affichage et la grandeur des placards13. L’ordre des relations s’étend évidemment aux personnes d’autorité qui entourent l’école, c’est-à-dire d’abord au curé dont l’autorité est toujours affirmée, puis aux directeurs qui ont en charge la gestion des classes quand un bureau des écoles a été constitué, selon le modèle lyonnais de Charles Démia14. C’est le cas par exemple à Moulins, Poitiers, Bayeux, Toul15.

  • 16 Une image cependant, malgré les efforts de l’Église, bien peu en rapport avec la réalité. Dans une (...)
  • 17 « Sur toutes choses, la vie des Maîtres et Maîtresses doit être exemplaire et édifiante, parce que (...)

8Quant à l’image du maître, elle est clairement dessinée par les méthodes. L’effort pour le mettre en évidence est important. Physiquement d’abord, puisqu’il est installé sur une estrade dans une chaire à bras. Symboliquement ensuite, parce qu’il représente Jésus-Christ devant les enfants. Le discours épiscopal des méthodes n’hésite pas à dessiner une épure de maître et de maîtresse d’école qui les éloigne du commun, les rapproche du ministère divin. Quels sont les caractères de cette image idéale de maître16 ? Les clichés répétés de la fonction sont la « sainteté de l’emploi », sa difficulté et son peu de reconnaissance dans le public, l’exemple qu’il doit aux enfants17. L’humiliation et les souffrances sont quasiment inséparables de l’emploi de maître et de maîtresse. Il leur faut toutefois beaucoup de douceur et de charité pour supporter l’inexactitude des enfants et les désordres des parents. De plus, les maîtres doivent cultiver une certaine distance vis-à-vis des enfants et des familles, s’interdisent toute familiarité avec leurs écoliers et prennent soin de se récréer en dehors des lieux fréquentés.

9Pour construire dans l’esprit des enfants l’ordre des relations, il existe partout des élèves officiers à qui le maître confie une charge particulière qui leur donne autorité sur leurs condisciples. Rien de tel que la pratique d’une responsabilité pour se situer soi-même dans l’ordre de la société civile et le respecter ! L’organisation de l’école par la nomination d’officiers est l’une des caractéristiques principales de la pédagogie des petites écoles. Ils s’appellent sous-maîtres, intendants, aumôniers, visiteurs, portiers, décurions, dizainières… Ces officiers sont nombreux : vingt dizainières dans les écoles du père Barré, à peu près autant à Lyon quand on compte les décurions, chargés d’une bande d’enfants. Et puisqu’ils changent souvent (selon les méthodes et les charges, tous les quinze jours, tous les mois ou autrement), on peut penser que la plupart des enfants, pendant les trois ou quatre ans de leur passage à l’école, ont accès à cet honneur d’être chargés d’un office par le maître.

10Ces officiers ne font pas de la figuration : ils prennent en charge l’école matin et soir, avant l’arrivée du maître, et l’aident ensuite dans l’activité pédagogique de la classe. Ce sont ainsi les sous-maîtres ou intendants qui font régner l’ordre au début de chaque demi-journée, veillent sur l’ensemble de leurs condisciples, y compris sur les autres officiers, s’assurent que chacun fait bien son travail, que les enfants gagnent leur place et ne causent pas. Ils prennent note des fautifs pour les faire punir. Le maître les utilise encore pendant la classe pour les exercices de lecture et d’écriture de manière à pallier la surcharge d’enfants. Le portier a autorité pour interdire l’entrée de la classe à ceux qui ne sont pas dans une tenue correcte. Quant aux décurions, leur rôle est important puisqu’ils font réciter les leçons, et dirigent ensuite le petit groupe dont ils ont la charge. Il existe même des officiers visiteurs qui vont dans les familles s’enquérir des conduites domestiques : l’obéissance et le respect dus aux parents, de même que le salut matin et soir, les rapports entre garçons et filles, la prière en commun qui doit être dite chaque jour. C’est donc par la pratique que le désordre inhérent aux enfants est redressé dans l’école chrétienne.

  • 18 C. Démia, op. cit., p. 17. J. de Batencourt, op. cit., p. 99, veut également « détourner les enfan (...)
  • 19 C. Démia, idem, p. 49.

11Si l’image répétée de l’école chrétienne tente de construire la chaîne de l’intégration sociale, elle cherche parallèlement à rompre certains tissus relationnels existants. Les enfants des écoles ne doivent plus aller dans la rue courir les masques lors des fêtes du carnaval. Les maîtres lyonnais retiennent spécialement les écoliers l’après-dîner du mardi gras pour empêcher « toute occasion de dissipation et de débauche18 ». Les jours de carnaval, ils organisent des disputes de catéchisme pour retenir les enfants dans les classes. L’école chrétienne lutte encore contre les mauvaises compagnies et les jeux du cabaret, contre tout ce qui représente le désordre du corps et des esprits. Par contre, elle cherche à grouper les enfants dans une confrérie, comme celle du Saint Enfant Jésus dans le diocèse de Lyon, et va jusqu’à aider ceux qui ont mérité à s’engager chez un maître pour apprendre un métier19. L’école joue donc bien son rôle de reconstructeur d’ordre auprès d’enfants qui sont considérés comme vivant, par nature, dans le désordre de la vie.

L’ORDRE DE L’ÉCOLE

12L’école est organisatrice d’ordre : elle cherche à le matérialiser dans l’espace même de l’école. C’est évidemment la maîtrise de soi de l’enfant qui est visée. Il y a toute une construction stéréotypée de l’espace scolaire dans les méthodes citées. Il semble que l’ordre, comme le temps, ne puisse se passer de matérialisation spatiale. N’oublions pas bien sûr que nous ne voyons ici que la volonté des pédagogues, qu’une construction voulue et répétée, et non la réalité concrète des classes qui nous échappe le plus souvent.

  • 20 J. de Batencourt, op. cit., p. 48.

13On peut imaginer et représenter désormais l’espace classe idéal. Le bâtiment, tout d’abord, est idéalement situé près de l’église paroissiale, mais dans un recoin, loin de l’agitation de la rue20. Les salles sont prévues grandes, pour 100 à 150 enfants, éclairées de chaque côté par de grandes fenêtres. Un bénitier est à disposition à l’entrée, et les enfants peuvent se chauffer près des cheminées. Le cœur de la classe est l’endroit aménagé pour recevoir l’image du crucifix (il s’agit à Paris d’une image sur papier en taille douce, de deux pieds et demi de hauteur, soit 81 cm) ; cette image est accompagnée de celles de la Vierge et des saints, et d’une grande image représentant le jugement dernier. L’image du Christ est la référence de la classe, le centre symbolique de l’école. C’est pourquoi cet endroit est protégé, dégagé, les bancs des élèves en étant éloignés. Il constitue même un petit oratoire chez les sœurs du père Barré à Rouen. Tous les élèves individuellement se tournent vers l’image du Christ quand ils entrent dans la salle, et la classe entière, à genoux, au moins quatre fois par jour, sous la direction du maître.

  • 21 « Le Maître partagera son École en quatre ou cinq bancs, selon la quantité et capacité de ses écol (...)
  • 22 J. de Batencourt, op. cit., chap. II, art. 3.

14L’ordre des choses dans la classe doit être parfaitement établi. La grande préoccupation de l’ordre est partout exprimée, en référence aux besoins de la société civile. La règle est que chacun soit strictement à la place marquée, et que les différents matériels scolaires soient bien « serrés » dans un lieu convenu. Le maître siège dans sa chaire à bras, les enfants s’assoient sur des bancs qui font la longueur des murs, regroupés par niveaux et par bandes21. Les bancs peuvent être de hauteur différente selon le niveau de lecture qui commande généralement l’organisation pédagogique de la classe. Il y a des sièges réservés aux nouveaux venus, pour être reconnus par le maître et « stillé(s) aux pratiques de l’école22 » par des enfants plus avancés. Quand il y a des tables pour écrire, elles sont placées près des fenêtres ; autrement, la classe est équipée d’écritoires carrées pour deux personnes mises en place au moment de l’exercice.

  • 23 Règlement concernant la conduite et la direction des écoles charitables […] de Moulins, op. cit., (...)

15Tout doit être mis à sa place. Les paniers de déjeuner sur une étagère, avec une corbeille pour recueillir les aumônes, les affaires personnelles, sur des attaches ou porte-manteaux ; il est prévu partout une armoire fermant à clef pour « serrer » les livres attribués aux pauvres, chacun étant strictement individualisé, ceux du maître, le panier des chapelets emporté chaque jour à la messe par l’officier nommé à cet effet, les registres et catalogues de la classe, les images des saints. Il y a encore une tablette pour recevoir la corbeille des papiers, le nécessaire à écriture, c’est-à-dire l’encre, les cornets, la poudre à sécher et les plumes. Ce n’est pas un détail : on compte une pinte d’encre par mois à Moulins, et une centaine de balais par an23 !

  • 24 Selon Batencourt, op. cit., chap. III, « De l’admission des enfans à l’école », “ Il faut que le m (...)

16Les enfants eux-mêmes sont soigneusement enregistrés dans l’école chrétienne. Il s’agit de mettre de l’ordre dans l’accueil des enfants, c’est-à-dire d’empêcher les changements d’école incontrôlés, de vérifier que les maîtres ne se chargent pas au-delà du possible d’écoliers pour gagner plus d’argent (à Paris, l’escole paroissiale limite à cent le nombre d’écoliers par classe, quand le maître se fait aider par un coadjuteur, soixante autrement)24 ; à Moulins, à Poitiers, il est prévu que les groupes d’enfants atteignent cent pour les plus grands, cent cinquante pour les petits. L’enregistrement rigoureux des écoliers vise encore à contrôler les entrées dans les écoles charitables réservées aux pauvres, ou plus pédagogiquement, à les classer dans les groupes de capacité qui structurent l’école.

17Le registre existe partout : y sont inscrits, selon la date d’arrivée dûment précisée, les noms et surnoms des enfants, les qualités des pères et mères, du parent qui présente l’enfant orphelin, le nom de la rue, de l’enseigne, de la paroisse où habite la famille ; des renseignements plus circonstanciés propres à diriger l’action du maître y sont également notés : mœurs et caractères des enfants, sacrements reçus (le registre des Lasalliens inscrit une croix pour les enfants qui ont communié, et un « c » pour ceux qui sont confirmés), incommodités et infirmités qui peuvent excuser des absences, s’ils savent lire et écrire… Comme les enfants sont inscrits par leurs parents, le maître doit profiter de ce moment pour s’enquérir si une autre école a été précédemment fréquentée, si l’enfant est gâté dans sa famille, ou, au contraire, s’il est traité trop rudement, s’il fréquente de mauvaises compagnies. À ce premier catalogue, peut s’en ajouter un autre, renouvelé chaque mois, pour noter le paiement de l’écolage, quand celui-ci est pratiqué.

18Les Lasalliens sont les plus rigoureux dans la précision de l’inscription : au catalogue ordinaire des écoliers admis dans l’école, s’en ajoutent deux autres : le « catalogue pour servir au changement de leçon des écoliers de l’école » destiné aux inspecteurs, pour leur donner les indications nécessaires au contrôle des passages de leçon, et enfin, un « catalogue des ordres de leçon » où chaque enfant est inscrit à son niveau, avec la date précise d’entrée, avec aussi un comptage précis des retards, des absences justifiées ou non justifiées, et le nombre de fois où l’enfant n’a pas su son catéchisme. Hors des écoles lasalliennes, il peut exister un système de catalogue (différent alors du registre) qui permet de visualiser très vite les présents et les absents : à Paris, des tablettes de bois pour afficher le nom des officiers et de tous les élèves sur de petits cartons attachés avec des cordelettes, et donc facilement détachables. À Moulins, un catalogue à trous (six devant chaque nom, un pour chaque jour de la semaine) permet le même contrôle des absences.

  • 25 D. Julia, « Livres de classe et usages pédagogiques », dans Histoire de l’édition française, tome (...)
  • 26 Voir Batencourt, op. cit., « De la façon de montrer les lettres. aux enfans », p. 68-174. Les alph (...)
  • 27 Voir l’analyse de cet ouvrage par F. Lebrun dans Mélanges offerts à Claude Petitfrère, Tours, 1997 (...)
  • 28 Règlement […] de Moulins, texte cité, art. 68.
  • 29 Le pédagogue chrétien fait partie des bibliothèques scolaires des écoles de Lyon, Moulins et Bayeu (...)
  • 30 A. Bonnefons, jésuite, 1600-1653, auteurs de nombreux livres spirituels. Voici les livres pour l’é (...)

19Quels livres utilisent les enfants dans une petite école25 ? La bibliothèque type comprend un livre de prières et un grand psautier disposés dans la classe pour les prières quotidiennes, des tables d’alphabet et de syllabes, des jeux de dés pour apprendre les lettres, des abécédaires produits par les presses troyennes et autres (Croix de par Dieu, Instructions chrétiennes), petits ABC de trois ou quatre feuilles, imprimés en grosses lettres [lettres communes, deux colonnes de syllabes, prières, avec les syllabes séparées l’une de l’autre26], puis un deuxième livre à épeler, un peu plus important, où l’on trouve quelques prières [Magnificat, Salve Regina], des psaumes, des litanies de saints, une liste des nombres, et les réponses de la messe. Le troisième livre est un livre d’offices latins, sauf bien sûr chez les Lasalliens qui pratiquent d’abord la lecture en français. Viennent ensuite psautiers, heures, vies de saints, catéchismes et civilités. Les élèves peuvent encore lire dans Les sept trompettes pour réveiller les pécheurs27 achetés à Lyon pour les petites écoles de Moulins au début du xviiie siècle28. Les maîtres utilisent Le Vrai pédagogue chrétien de Philippe d’Outreman29, largement distribué, les Maximes chrétiennes, pour servir de sujets de méditation tous les jours de l’année d’après le père Amable Bonnefons30 (1683).

  • 31 Le Nouveau Testament de Notre Seigneur Jésus Christ, traduit sur l’ancienne édition latine […], Pa (...)
  • 32 Le livre du célèbre dominicain espagnol fut composé vers 1555, traduit en français par G. Girard, (...)

20Des livres étaient conseillés pour nourrir la piété des maîtres chrétiens : ceux de Moulins, à l’imitation de leurs confrères lyonnais, devaient acheter sur leurs deniers, en plus du catéchisme diocésain, le Nouveau Testament du père Denys Amelotte31, l’Imitation de Jésus Christ, démarquée de l’ouvrage fameux de Thomas a. Kempis, L’Histoire de la Sainte Bible, dite de Royaumont (1683), Les Fleurs des vies des saincts en abbrégé, et leur doctrine en maximes […] (Paris, 1664, 3e édit.) d’Amable Bonnefons, La Couronne de l’année chrétienne, ou méditations sur les principales et les plus importantes vérités de l’Évangile de Jésus Christ, disposées pour tous les jours de l’année, de Louis d’Abelly (Paris, 1657), les Méditations sur les évangiles des dimanches, des fêtes, et des principales octaves de toute l’année, traduites en français par le père Jean Busée (Paris, 1683), Le Journal des saints, ou Méditations pour tous les jours de l’année […], du père Jean Etienne Grosez (Lyon, 1683-1684, 5e édition) et La grande guide des pécheurs pour les acheminer à la vertu, traduite du père Louis de Grenade32.

  • 33 Voir la Méthode des écoles charitables pour le diocèse de Poictiers, art. second, « De la lecture (...)

21Il va de soi que les enfants eux-mêmes sont soigneusement rangés dans l’école chrétienne. Ils sont groupés selon leur niveau en bandes, comme nous l’avons vu, sous la responsabilité d’un officier. Leur rang dans la bande dépend également de leur avancement et mérite. La place occupée dans la société de l’école est acquise, acquisition faite par la qualité du travail, du comportement et du savoir. On gagne sa place dans la société, comme on gagne son salut dans l’ordre divin. Quand le maître – ou l’officier chargé de la lecture – réunit à peu près dix enfants devant une table d’alphabet33 plaquée sur une tablette de bois, il commence toujours par interroger le premier de la bande, c’est-à-dire le plus avancé. Il pratique de même avec les groupes qui en sont arrivés à la lecture dans un livre : il prend garde que tous les enfants aient le même livre, avec la même impression, il règle tous les changements de lecteurs, du plus avancé au dernier de la bande, avec une baguette ou des coups de clochette. Chaque enfant doit avoir le doigt sur le mot qui est lu, disant tout bas ce que le lecteur prononce à haute voix.

  • 34 Il faut, selon L’école paroissiale, op. cit., p. 6, « bien apprendre à prononcer le Pater, l’Ave M (...)

22La lecture d’ailleurs n’est qu’un long et méticuleux exercice de mise en ordre du corps des enfants. Les enfants en retiendront d’abord la maîtrise d’eux-mêmes, quand ils quittent l’école avant d’arriver au français. Les longues et répétitives séances d’apprentissage systématique des lettres et des syllabes, puis l’épellation rigoureuse des mots qui sont décomposés en éléments, la lecture par mots, par versets et par phrases, tout dans cet apprentissage strictement réglementé rappelle que la lecture est d’abord un exercice de contrôle de soi-même. La maîtrise de la voix fait partie de l’exercice : il faut lutter contre le bredouillement des prières par les enfants, qui ne profèrent que des sons mêlés sans rien comprendre. Sans doute en es-t-il de même des adultes… D’où l’insistance des maîtres, qui nous paraît incompréhensible aujourd’hui, sur la prononciation nette des lettres et des syllabes, sur l’accentuation marquée de toutes les lettres qui doivent s’entendre, y compris les terminales comme le r dans le sanctificetur du Pater Noster. Toutes les prières sont récitées en détachant les syllabes pour bien les marquer34. Les historiens n’ont pas assez insisté jusqu’à présent sur la difficile sortie du monde de l’oralité des masses populaires, où les patois brouillaient considérablement les sonorités, peut-être parce qu’ils se mettent naturellement du côté du maître qui enseigne, et non pas selon le point de vue de l’enfant qui apprend, selon leur propre culture. Cette exigeante sortie du monde de l’oralité s’est faite à coup de syllabations et de marquage des lettres importantes pour mettre en évidence les mots, pour isoler les éléments constituant les productions sonores effectuées. Tout est donc rangé dans l’école chrétienne type, y compris la voix, et surtout l’ordre des mots, que les enfants s’efforcent d’acquérir à force d’exercices de détermination de chaque élément.

23L’ordre de l’école suppose encore une rigoureuse maîtrise du temps. Apprendre à se situer dans le temps quotidien, hebdomadaire et annuel, prendre conscience de la durée, sont des apprentissages essentiels de l’école, et qui évitent tous les désordres ordinaires aux pauvres – c’est au moins ainsi qu’on se les représente –, fruits de l’oisiveté et du vice, en fait du désordre temporel dans lequel ils vivent.

24D’où la volonté de bien organiser le temps de l’enfant à l’école, rythmé par la clochette du maître, le signal du frère lasallien, le battement de ses mains, le lancement de courtes invocations religieuses. Arriver « à l’heure marquée » est une exigence répétée des méthodes. La journée de classe dure quelque quatre à cinq heures, auxquelles il faut ajouter un temps de répétition avant l’arrivée du maître le matin et le soir, plus le temps de célébration du sacrifice de la messe, obligatoire.

25Voici un « ordre des écoles » type, selon l’expression de la Lettre pastorale de Bayeux : supposons que les écoles ouvrent à 7 heures 30, sachant qu’il y a quasiment partout un décalage d’une demi-heure entre l’hiver (de la Toussaint à Pâques) et l’été. Les officiers, sous la direction des intendants/sous-maîtres, règlent alors l’école. L’arrivée du maître à 8 heures est marquée par la récitation des prières du matin, à genoux, la classe entière étant tournée vers le crucifix. C’est le premier exercice de la classe puisqu’il permet de mémoriser toutes les prières qui rythmeront sa vie d’adulte. Jusqu’à 9 heures se font les leçons de lecture, grâce à une habile organisation où les élèves les plus avancés font travailler les autres. Quand la leçon est achevée, ils continuent à répéter seuls, sans bruit, ou peuvent prendre leur ouvrage, comme les petites filles de Rouen. À 9 heures, les lectures sont à peu près achevées, au moins pour les plus avancés. De rapides prières marquent l’heure : le temps appartient à Dieu, et il est bon que les enfants structurent le temps quotidien en référence à lui. C’est aussi le temps du déjeuner pour tous, y compris pour les plus pauvres qui reçoivent l’aumône de leurs compagnons. À la reprise, les exemples d’écriture préparés par le maître ou le sous-maître d’écriture ont été distribués, de même que les plumes rigoureusement rangées dans un catalogue spécifique qui peut être une tablette à trous où sont inscrits les noms des écrivains. Les moins avancés qui n’avaient pas encore lu peuvent alors le faire. La matinée s’achève à 10 heures par les prières : les enfants sont aussitôt conduits en rang deux par deux à l’église proche pour la messe.

26L’après dîner se déroule sur le même modèle, prières, lectures, puis écriture. Il y a toutefois, dans la deuxième heure, une demi-heure consacrée au calcul à la plume ou au jet pour les plus avancés, et le dernier quart d’heure est réservé au petit catéchisme qui se fait chaque jour en fin de journée.

27La construction par l’enfant du temps de la semaine s’acquiert grâce à quelques moments spécifiques qui la rythment : la journée ou demi-journée de congé le jeudi généralement, les deux grands catéchismes des mercredi et samedi, à partir de trois heures moins le quart du soir. L’école chrétienne prend soin également de situer les enfants dans le temps de l’année, grâce à la préparation des mystères de chaque fête dominicale ou d’obligation, avec des moments plus marqués correspondant aux grandes fêtes religieuses du calendrier liturgique. Les vacances se situent vers le mois d’octobre. L’ordre de l’école tend ainsi à assurer une formation complète des enfants, une éducation totale, où l’espace, le temps, l’ordre des personnes et des choses sont rigoureusement organisés. C’est à l’école que l’enfant apprend à régler sa vie.

L’ORDRE DES GESTES

  • 35 G. Vigarello, Le corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, 1978, introduction.
  • 36 J. de Batencourt, op. cit., p. 8.

28Il reste à apprendre à mettre son corps en règles. Le stéréotype de l’enfant à l’école chrétienne comprend aussi ce qu’on pourrait appeler l’ordre des gestes. « Le corps est le premier lieu où la main de l’adulte marque l’enfant35 ». Il y a surtout beaucoup à faire avec les pauvres qui apparaissent comme dégénérés, avec un corps déformé et sans ordre. Mais les enfants en général ne sont pas éloignés de cette image du pauvre qu’il faut redresser. Les méthodes citées véhiculent par clichés une image plutôt pessimiste et négative des enfants : ce sont des « terres en friche » peu capables, selon Batencourt, où se mêlent orgueil, effronterie, malice et corruption. Ce sont toutefois « les enfans adoptifs de Dieu36 » ; ils ont reçu des grâces abondantes au baptême, dont il faut profiter au plus vite avant qu’elles ne soient étouffées. Les maîtres et les maîtresses doivent en conséquence supporter les humiliations qui viennent de leur peu de raison et de docilité.

  • 37 Selon le dictionnaire de Furetière, la modestie est proche de la pudeur et de la retenue. « La mod (...)

29La principale notion qui guide les maîtres et maîtresses d’école est celle de modestie37. La modestie est l’ordre du corps, des gestes, de la voix, des vêtements. L’école fait la chasse aux pulsions qui entraînent les coups, les « batteries », l’échauffement du discours, les mots grossiers, les injures et les insultes ; elle s’attaque encore à toute forme d’impudicité concernant le bas corps. Les saletés du corps sont désormais cachées, et les enfants qui vont à leurs nécessités signalent avec précaution leur présence.

  • 38 Règlemens […] de Moulins, op. cit., art. 50.

30La partie la plus visible de la modestie concerne la propreté et la conduite. Le portier veille particulièrement aux cheveux peignés, sans vermine, aux habits boutonnés, aussi propres que possible, et non déchirés, même s’ils sont fort humbles. La modestie des habits exclut toute trace de vanité et d’orgueil, comme les plumes, les frisures et les poudres dans les cheveux. Les enfants atteints de maux tels que la teigne, la gale, les écrouelles ne sont pas acceptés en classe. La modestie concerne aussi la démarche, régulière, l’attention à ne pas faire de bruit avec ses sabots en entrant en classe, le contrôle de ses gestes (il est interdit de se gratter à la messe et pendant les prières, de souffler bruyamment, de regarder partout sans retenue). « La manière de garder le silence est que les enfans soient couverts, les bras croisés, la veue baissée, sans néantmoins qu’ils baissent la teste, ni qu’ils courbent le corps, en faisant les hypocrites…38 ». Sont encore notés comme immodestes par les officiers ceux qui parlent, qui poussent leurs compagnons dans les rangs, font du bruit dans les rues…

  • 39 Voir M. Grandière, L’Idéal pédagogique en France au dix-huitième siècle, Oxford, 1998, « les petit (...)

31Le contrôle des gestes est particulièrement sensible dans les rituels d’entrée en classe, bien décrits dans les méthodes. On entre en classe comme dans une église39. Les enfants apprennent à mettre leur corps en harmonie avec le lieu qu’ils fréquenteront leur vie durant, l’église paroissiale. Les corps se dégrossissent à l’école, et se libèrent des brusqueries du populaire. La gestuelle d’entrée se décompose toujours ainsi : chapeau bas, mis sous le bras, prise d’eau bénite, silence, démarche modeste, génuflexion devant le crucifix ou révérence, courtes prières à voix basse (Pater et Ave Maria généralement), marche vers la place attribuée. L’enfant ayant contrôlé son corps s’est ainsi préparé en esprit à répéter tout bas ses leçons et les réponses du catéchisme, avant l’arrivée du maître.

  • 40 Cf supra note 37.

32Celui-ci d’ailleurs n’est pas épargné par l’exigence de modestie : retenue des gestes, couleur sombre des habits, contrôle de la voix, air de sévérité ; le maître se compose un maintien qui tient les enfants et les parents en respect. C’est en référence aux ecclésiastiques, un modèle pour les maîtres, que le dictionnaire de Furetière définit le terme de modestie40. La vertu de modestie des maîtres, selon Batencourt,

  • 41 J. de Batencourt, op. cit., art. V, p. 23.

tempère les actions qui regardent la veüe, l’ouye et le toucher. C’est pourquoi le maître doit être grandement circonspect à ne point avoir une veüe égarée, mais modeste : de ne point rouïller les yeux et faire des gestes de taureau, à l’encontre de ses enfans : ne les jamais frapper de son chapeau, ou bonnet, mais seulement avec la verge, la férule, ou la baguette, sur les doigts et jamais sur la teste41.

33Il y a encore toute une gestuelle du chapeau bien symbolique du contrôle de soi et de l’apprentissage de la relation aux autres. Le couvre-chef est généralisé, d’où l’importance d’en connaître l’usage. Le principe est bien sûr de se découvrir pour saluer, et de se recouvrir peu après, quand on est familier ou de même qualité. À l’école chrétienne, les élèves se découvrent à chaque fois qu’ils font le signe de croix, c’est-à-dire en entrant en classe, au commencement de la lecture quand la bande de lecteurs se lève, et à chaque fois qu’une prière va être dite. À Poitiers, quatre coups de sonnette rythment la fin du déjeuner de 9 heures et la récitation des grâces : le premier coup est pour ôter le chapeau, le deuxième pour se lever, le troisième pour se tourner vers la crucifix, le quatrième enfin pour chanter la prière. Les écoliers mettent encore chapeau bas à chaque fois qu’ils parlent à leur maître pour réciter leurs leçons ou lui demander quelque chose, ou lorsqu’une personne importante entre dans la salle.

  • 42 La Conduite des Écoles chrétiennes, op. cit., p. 82, demande à l’enfant d’« entendre fort distinct (...)
  • 43 Idem, chap. 8, « De la sainte messe », p. 87.

34L’apprentissage des gestes concerne encore la récitation des prières, la manière de suivre et de servir la messe, de se confesser (à partir de 7 ans souvent) et les précautions à prendre lors de la communion. On apprend à prier à l’école chrétienne en maîtrisant son corps : à genoux, bras croisés, corps droit, yeux baissés, sans remuer. On maîtrise aussi sa voix en détachant les syllabes et les mots de la prière comme nous l’avons vu42. Il ne s’agit pas de bredouiller en vitesse un texte en mangeant les mots, mais de parler à quelqu’un qui est présent. L’enfant, en sortant de l’école, doit avoir acquis à la fois l’habitude de prier aux différents moments de la journée et la mémorisation de l’ensemble de l’exercice du chrétien. D’autre part, les questions réponses de la messe sont apprises par cœur, les écoliers se relayant pour servir d’enfants de chœur aux offices de la paroisse. Quant à la messe, c’est la grande affaire de la journée : la manière d’y aller sous la surveillance des officiers de l’école, d’entrer dans l’église, sans bruit, ni des pieds, ni de la langue43, de se ranger et de s’y comporter, tous ces gestes et habitudes font partie des apprentissages importants de l’école. Une pratique générale : tous les enfants doivent avoir des chapelets pendant la messe, des officiers étant chargés de les distribuer à ceux qui n’en auraient pas. Dans les écoles lasaliennes toutefois, il existe un Livre de prières de la Sainte Messe à l’usage des écoles chrétiennes.

35L’habitude et la manière de se confesser et de communier sont également acquises à l’école qui doit servir véritablement de propédeutique à la vie chrétienne, et d’exemple pour les parents qui n’auraient pas appris les pratiques religieuses. C’est la société toute entière qui est concernée par cette remise en ordre issue de l’école, par l’intermédiaire des enfants certes, mais aussi par les avis donnés par les maîtres d’école lors de l’inscription et de la sortie, grâce encore aux visites des familles effectuées par les officiers visiteurs, par les maîtres eux-mêmes, ou par les membres du bureau des écoles quand il existe.

  • 44 R. Chartier, M.-M Compère et D. Julia, L’Education en France du xvie au xviiie siècle, Paris, 1976 (...)

36L’ordre des gestes est particulièrement rigoureux pour l’apprentissage de l’écriture. Il s’agit de mettre en harmonie les doigts, le poignet, le bras et l’ensemble du corps. Tout doit être parfaitement contrôlé, sinon, gare aux pâtés, aux becs de plume écrasés, aux « oreilles » qui écornent les angles des feuilles ! Écrire est une technique du corps44 qui s’apprend à force de méthode, d’exercices et de corrections.

  • 45 J. de Batencourt, L’école paroissiale, op. cit., p. 199.

37La méthode suppose d’abord une sérieuse organisation. Les officiers ou intendants d’écriture ont en charge la gestion des mains de papier serrées dans une armoire ou un coffre, la distribution des feuilles du jour et des exemples préparés par le maître, ou achetés chez un imprimeur, ou simplement tracés dans la boutique d’un maître écrivain à Paris. Ils approvisionnent aussi leurs compagnons en encre qu’ils préparent avec du vin blanc, de la bière ou de l’eau de pluie, dans lequel ils font tremper des noix de galle qui donnent de la couleur, à condition de faire bouillir et d’ajouter de la gomme arabique. L’encre est déposée dans une burette qui sert à alimenter les cornets où les écrivains trempent leur plume. Il faut encore de la poudre pour sécher l’encre. La première difficulté à vaincre est de tenir sa plume, c’est-à-dire d’apprendre la position du pouce (à gauche), de l’index et du majeur (à droite). Délier la main est une opération si délicate que les Lasalliens proposent de commencer par donner aux enfants des bâtonnets marqués de trois crans pour apprendre à poser correctement les doigts. L’harmonie des doigts dépend aussi de la manière dont les phalanges sont pliées. Quand au poignet, il ne doit pas toucher la table, mais être maintenu légèrement en hauteur par les autres doigts. Le bras gauche par contre porte sur la table et soutient le corps. La tenue du corps est elle-même imposée : « ny trop penché sur le papier, ny trop droit, mais dans une agréable médiocrité » selon Batencourt45. Il conseille encore de « baisser médiocrement la teste et les épaules vers l’écriture » et ne pas appuyer son estomac sur la table.

  • 46 Lettre pastorale de monseigneur l’évêque de Bayeux touchant les petites écoles, avec une méthode p (...)

38Ce n’est pas tout évidemment ! Car, quand on a réglé le corps, il faut penser au mouvement de la plume. C’est-à-dire qu’il faut être capable d’écrire droit sur les feuilles. Les maîtres utilisent pour cela des transparents, ou des feuilles qu’ils règlent eux-mêmes, la première ligne seulement pour les enfants qui commencent à tenir correctement leur main. Quand au mouvement circulaire, les enfants l’acquièrent en s’exerçant normalement avec le o et le i (ou le c), les premières lettres apprises, tout en s’imprégnant des modèles que le maître a faits et qu’ils gardent sous les yeux. La méthode de Bayeux propose une sorte de transparent fait de corne dégraissée appliqué sur l’exemple, et sur lequel ils peuvent tracer et effacer les lettres de l’alphabet46. Après le o et le i, les enfants des écoles de Bayeux passent au a (fait d’un o et d’un i), au f, m, et n, qui sont toutes considérées comme des « lettres initiales » qui préparent à l’écriture des autres lettres.

39En cours d’apprentissage, commence la difficile opération de taille de la plume. Il s’agit là aussi d’un ensemble de gestes extrêmement techniques et délicats, puisqu’ils dépendent et de l’écriture qu’on veut pratiquer (ronde, bâtarde), et du matériau (plume plus ou moins sèche). Il faut ouvrir le bout du tuyau, l’entailler très légèrement, et faire un bec. On voit tout l’art de contrôle de soi que suppose l’apprentissage de l’écriture.

40L’inculcation des gestes et habitudes va jusqu’au châtiment. L’obligation d’y procéder, sauf faute grave de la part du maître, mais aussi la prudence qu’il requiert, sont autant de considérations importantes qui font partie du stéréotype de l’école. Il s’agit de redresser des natures marquées par le péché originel et de permettre aux grâces déposées par Dieu de s’épanouir. Les textes de l’Écriture sont sans aucune ambiguïté sur la nécessité de redresser les enfants. Mais si les principes sont sans faille, la pratique ne va pas de soi et exige beaucoup de précautions : il faut leur faire reconnaître leur faute, éviter de châtier sans raison, éviter aussi de le faire dans un moment de colère et d’échauffement. Il faut encore les empêcher de crier pendant le châtiment, de murmurer après. Un bon châtiment est accepté par l’enfant qui le subit. Les maîtres évitent de toucher la tête et ne doivent jamais frapper à main nue ; ils appliquent la sentence surtout sur les mains (férule) ou sur les fesses quand il s’agit du fouet. D’où encore cette précaution d’exercer la sentence en un lieu séparé, ou derrière un rideau, pour l’exemple de tous, tout en préservant la pudeur : il peut être dangereux de montrer un enfant dans une position immodeste même pour châtier.

41Ce stéréotype de l’enfant à l’école chrétienne témoigne d’une volonté, sinon d’une réalité : celle d’utiliser les petites écoles comme outil pour redresser tout le désordre de la société. On imagine de redresser les corps dans l’espoir de mettre droits les esprits. C’est pour cela que l’ordre est partout à l’école chrétienne, il en est l’âme. Tout est parfaitement réglé, dans les méthodes au moins !

42Le désordre spirituel et social ne font qu’un. L’école apparaît comme le moyen le plus efficace pour appliquer tous les efforts visant les enfants du peuple pour remettre de l’ordre dans l’État royal. Elle cherche à tout régler selon l’ordre de Dieu : la manière de conduire les apprentissages, l’espace de la classe, le déroulement du temps, la maîtrise des gestes et du corps en général, l’ordre des familles et celui de la rue… Des efforts considérables ont été faits dans tout le royaume pour cette saisie du populaire par les maîtres et les maîtresses délégués par les clercs. Des progrès ont été réalisés, mais la généralisation du contrôle ne viendra, on le sait, qu’un siècle et demi plus tard.

43Les Lasalliens représentent bien cet effort qui se poursuit au xixe siècle : Jean-Baptiste de La Salle, apprécié dans les milieux des métiers, est certainement le plus zélé de ces pourfendeurs de désordre. Avec lui, on sait même le nombre de coups qu’on peut donner sur la main gauche à un écrivain (deux coups de férule au plus) : il a appliqué à l’école la rigueur et la précision qu’on trouve dans la boutique des marchands. Ce côté pratique et méthodique a fait la modernité de la Conduite et son succès pendant plus de deux siècles !

Méthodes et règlements des écoles chrétiennes utilisés :

  1. Batencourt, Jacques de, Instruction méthodique pour l’école paroissiale, dressée en faveur des petites écoles, Paris, 1669 (1654).
  2. Démia, Charles, Règlemens pour les écoles de la ville et diocèse de Lyon, Lyon, s.d.
  3. Lettre pastorale de Monseigneur l’Evêque de Bayeux touchant les petites écoles, avec une méthode pour apprendre en peu de temps à lire, écrire, faire le catéchisme, et chanter, Caen, 1680.
  4. Barré, Nicolas, Statuts et règlemens des escoles chrétiennes et charitables du Saint Enfant Jésus, Paris, 1685.
  5. Barré, Nicolas, Règlement journalier pour les écoles chrétiennes, s.l., s.d.
  6. Règlement des religieuses ursulines de la congrégation de Paris, Paris, 1705.
  7. Méthode des écoles charitables pour le diocèse de Poictiers, dressée par l’ordre de Monseigneur l’Illustrissime et Révérendissime Messire Jean Claude de la Poype de Vertrieu, évêque de Poictiers, Poictiers, s.d.
  8. Règlement concernant la conduite et la direction des écoles charitables établies dans la ville de Moulins, sous le tiltre et la protection du Saint Enfant Jésus, manuscrit, arch. dép. de l’Allier. [approuvé par l’évêque d’Autun le 12 novembre 1711].
  9. Essai d’une école chrétienne, ou manière d’instruire et d’élever chrétiennement les Enfans dans les écoles, Paris, 1724, anonyme.
  10. Essai d’une école chrétienne pour les Enfans, par demandes et par réponses, Paris, 1735, anonyme.
  11. Cherrier, Sébastien, Méthode familière pour les petites écoles, contenant les devoirs des maîtres et des maîtresses d’école, avec la manière de bien instruire, Toul, 1739.

Notes

1 Les membres de la Compagnie du Saint-Sacrement se sont montrés préoccupés de l’ignorance populaire et de la nécessité d’éduquer les enfants du peuple, comme C. Démia à Lyon. Dans son Discours sur l’établissement de l’hôpital général fondé à Paris […], 1657, A. Godeau, évêque de Vence, présente les pauvres comme totalement ignorants des vérités de la foi, une ignorance qu’il relie à la violence populaire. Voir A. Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement, Paris, 1990, p. 145.

2 Selon J. Imbert, Histoire des hôpitaux de France, Toulouse, 1982, p. 88 : « L’enseignement élémentaire dans la France du xviie doit beaucoup aux initiatives des hôpitaux généraux ».

3 C. Joly, évêque d’Agen de 1664 à 1678, expose ses « principes concernant les petites écoles » dans ses règlements synodaux : il s’agit de contribuer, en enseignant les enfants, à la « pureté de notre religion » et à la « réformation des moeurs ». Voir M. Capul, Abandon et marginalité, Toulouse, 1989, p. 43. De même à Lyon, C. Démia appelle l’attention des autorités sur l’importance religieuse et sociale des petites écoles dans ses Remontrances faites à Messieurs les Prévost des marchans, échevins, et principaux habitans de la ville de Lyon, touchant la nécessité et utilité des Ecoles Chrétiennes […], publiées en 1668.

4 L’escole paroissiale ou la manière de bien instruire les enfants dans les petites escoles, P. Targe, libraire de l’archevêché de Paris. Nous avons utilisé l’édition 1669 : Instruction méthodique pour l’école paroissiale, dressée en faveur des petites écoles, Paris, chez P. Richard (BnF)

5 Méthode familière pour les petites écoles, concernant les devoirs des maîtres et des maîtresses d’école, avec la manière de bien instruire, Toul, 1739. S. Cherrier, 1699-1780, prêtre, fut chargé de visiter les écoles dans son diocèse.

6 Les méthodes retenues pour cette étude sont citées en annexe.

7 À Paris, les curés, après de difficiles conflits, se sont libérés de la tutelle du chantre par une transaction donnée le 18 mai 1659 : ils obtinrent la juridiction sur les écoles de charité de leur paroisse, et furent habilités à nommer les maîtres. Voir Y. Poutet, Le xviie siècle et les origines lasalliennes, Rennes, 1970, tome II, L’Expansion, p. 88.

8 R. Gilbert, « Charles Démia et les écoles des pauvres, 1637-1689 », dans Education et pédagogie à Lyon de l’antiquité à nos jours, G. Avanzini (dir), Lyon, s.d., p. 70.

9 Saint Matthieu, 26,14.

10 Sur l’œuvre du R.-P. Barré, voir : Nicolas Barré, OEuvres complètes, Paris, 1994, et Nicolas Barré, L’éducation des pauvres aux xviie et xviiie siècles, Actes du colloque Nicolas Barré, religieux minime, 1621-1686, Cahiers scientifiques de l’Université d’Artois, 1998, études réunies par M.-C. Dinet et M.-T. Flourez.

11 Selon L’école paroissiale, « De la méthode à montrer les lettres », p. 173, « pour bien montrer les lettres, il faut les faire commencer à bien faire le signe de croix. »

12 Dans la Conduite des Écoles chrétiennes, op. cit., Chap. V, « Des corrections en général », p. 147-149, la correction par verges, et même l’exclusion de l’école, est prononcée pour les enfants désobéissants, peu studieux, bagarreurs, et ceux qui ne prient pas à l’église, et qui se sont montrés « immodestes » à la messe et au catéchisme.

13 Voir Batencourt, op. cit, « Les meubles de l’école », p. 51 et sq, et Démia, op. cit, p. 29-30. Ce dernier prescrit pour chaque école « un petit carton ou cadre pour mettre l’image du catéchisme, que l’on change à chaque fête ».

14 Selon une ordonnance de l’évêque de Lyon datant de 1672, et des lettres patentes de 1680.

15 Ces bureaux des écoles, créés à l’initiative des évêques, sont toujours présidés par un ecclésiastique et composés de « directeurs » choisis parmi les principaux ecclésiastiques et les notables laïques de la ville où ils sont établis, ces derniers généralement issus des cours de justice. Le trésorier est toujours laïque.

16 Une image cependant, malgré les efforts de l’Église, bien peu en rapport avec la réalité. Dans une lettre adressée le 15 mars 1737 à l’évêque d’Oléron, l’intendant de Béarn, M. de Balosre, parle des régents comme étant des « copies de domestiques » des curés, des « hommes mercenaires et peu capables ». Archives nationales, Fonds du Clergé, G8 643.

17 « Sur toutes choses, la vie des Maîtres et Maîtresses doit être exemplaire et édifiante, parce que les enfans prennent bien plutôt les défauts de leurs Maîtres qu’ils n’en imitent les vertus : et comme ce qu’ils voient faire les frappe davantage que ce qu’ils entendent, […] quand les premiers exemples qu’on leur a donnez, ont été des exemples de libertinage et de désordre », Lettre pastorale de Monseigneur l’évesque de Bayeux, Caen, 1690, p. 28.

18 C. Démia, op. cit., p. 17. J. de Batencourt, op. cit., p. 99, veut également « détourner les enfans des débauches du Carnaval ».

19 C. Démia, idem, p. 49.

20 J. de Batencourt, op. cit., p. 48.

21 « Le Maître partagera son École en quatre ou cinq bancs, selon la quantité et capacité de ses écoliers ; mettant au premier les plus capables, comme sont ceux qui apprennent à lire en français, et dans les lettres, à écrire, et l’Arithmétique. Au second, ceux qui lisent passablement dans leurs heures. Au troisième, ceux qui sçavent appeler et assembler les mots. Et au quatrième, ceux qui apprennent à connaître leurs lettres et à assembler les syllabes. », dans Lettre pastorale […], op. cit., « Manière de conduire une école », p. 59-60.

22 J. de Batencourt, op. cit., chap. II, art. 3.

23 Règlement concernant la conduite et la direction des écoles charitables […] de Moulins, op. cit., p. 34.

24 Selon Batencourt, op. cit., chap. III, « De l’admission des enfans à l’école », “ Il faut que le maître use de prudence en l’admission des enfans afin de ne s’en charger outre mesure, et par dessus ses forces, ce qui apporterait un grand préjudice aux enfans […] », p. 62. Les mesures effectuées par Martine Sonnet, L’Education des filles au temps des Lumières, Paris, 1987, donnent à penser que les classes charitables des filles à Paris accueillaient effectivement 60 à 70 élèves, tandis que maîtres et maîtresses du chantre enseignaient à moins de 20 enfants.

25 D. Julia, « Livres de classe et usages pédagogiques », dans Histoire de l’édition française, tome II, Le Livre triomphant, 1660-1830, Paris, 1984, p. 468-497 et Jean Hébrard, « Les usages scolaires de la bibliothèque bleue », Cahiers aubois de l’éducation, Troyes, 1989, p. 48-71.

26 Voir Batencourt, op. cit., « De la façon de montrer les lettres. aux enfans », p. 68-174. Les alphabets troyens peuvent être différenciés ainsi selon la langue utilisée, latin ou français, l’usage ou l’absence de découpage syllabique (par un tiret ou un espace), l’utilisation d’un même corps de lettres, ou, au contraire, l’usage d’un corps décroissant, et enfin selon la présentation des tableaux de syllabes, certains alphabets présentant des syllabes à deux lettres seulement, d’autres ajoutant des assemblages à trois lettres, incorporant une liquide comme l ou r. Voir Hébrard, art. cité, p. 58.

27 Voir l’analyse de cet ouvrage par F. Lebrun dans Mélanges offerts à Claude Petitfrère, Tours, 1997, p. 105-113. Ce livre de Barthélémy de Solutive, paru à Bergame en 1612, est adapté aux lecteurs français par le père C. de Jouye et publié à Rouen en 1617 avant de connaître de nombreuses rééditions.

28 Règlement […] de Moulins, texte cité, art. 68.

29 Le pédagogue chrétien fait partie des bibliothèques scolaires des écoles de Lyon, Moulins et Bayeux. Cette liste n’est pas limitative, bien sûr. L’ouvrage fut régulièrement réédité jusqu’en 1866.

30 A. Bonnefons, jésuite, 1600-1653, auteurs de nombreux livres spirituels. Voici les livres pour l’école publiés par J.-B. de la Salle, selon Y. Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogique lasallienne, 1995, p. 231 : Syllabaire français (1698), Instructions et prières pour la sainte messe (1698), Devoirs d’un chrétien envers Dieu par demandes et réponses (1703) [il existait deux abrégés de catéchisme, un Grand abrégé, in 12, et un Petit abrégé, in 16], Les devoirs d’un chrétien envers Dieu et les moyens de s’en bien acquitter par discours suivi (1703), Instructions méthodiques pour apprendre à se bien confesser (1703), Instructions et prières pour la confession et la communion (1703), Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne (1703), Psaumes de David avec l’office de la Vierge (1705), Cantiques spirituels (1705), La vie chrétienne ou les moyens de vivre chrétiennement (sans date).

31 Le Nouveau Testament de Notre Seigneur Jésus Christ, traduit sur l’ancienne édition latine […], Paris, 1666. Il existe de nombreuses éditions de cet ouvrage.

32 Le livre du célèbre dominicain espagnol fut composé vers 1555, traduit en français par G. Girard, et publié à Paris en 1658, à Lyon en 1664. À Lyon, il est demandé aux maîtres les livres suivants : L’escole paroissiale, Le missionnaire paroissial, plusieurs catéchismes, La couronne de l’année chrétienne dAbely, Le trésor clérical ou un sommaire des exhortations familières sur les 52 dimanches de l’année par A. Gombart, Paris, 1675 (3e édition), les Conduites pour acquérir et conserver la sainteté ecclésiastique de Démia, 1683 (Lyon, S. Certe), L’instruction de la jeunesse chrétienne de C. Gobinet (Paris, 1665), Les fleurs des vies des saincts, de Bonnefons (Paris, 1664), L’Imitation de Jésus Christ.

33 Voir la Méthode des écoles charitables pour le diocèse de Poictiers, art. second, « De la lecture et de la division de l’école », p. 21.

34 Il faut, selon L’école paroissiale, op. cit., p. 6, « bien apprendre à prononcer le Pater, l’Ave Maria, le Credo, le Confiteor, en latin et en français, et aussi le Benedicite, et les prières de l’exercice du chrétien «. Cette recommandation est générale.

35 G. Vigarello, Le corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, 1978, introduction.

36 J. de Batencourt, op. cit., p. 8.

37 Selon le dictionnaire de Furetière, la modestie est proche de la pudeur et de la retenue. « La modestie des ecclésiastiques édifie beaucoup le peuple : il faut que leur modestie paraisse beaucoup dans leurs actions, à leur table, à leur train ». Le Dictionnaire de l’Académie (1672) marque encore davantage l’évolution du mot vers la retenue dans la manière de se conduire, de parler, de se vêtir.

38 Règlemens […] de Moulins, op. cit., art. 50.

39 Voir M. Grandière, L’Idéal pédagogique en France au dix-huitième siècle, Oxford, 1998, « les petites écoles » ou les « églises des enfans », p. 7-37,.

40 Cf supra note 37.

41 J. de Batencourt, op. cit., art. V, p. 23.

42 La Conduite des Écoles chrétiennes, op. cit., p. 82, demande à l’enfant d’« entendre fort distinctement ce qu’il dira, et jusqu’aux moindres syllabes, et il observera toutes les poses ».

43 Idem, chap. 8, « De la sainte messe », p. 87.

44 R. Chartier, M.-M Compère et D. Julia, L’Education en France du xvie au xviiie siècle, Paris, 1976, p. 132.

45 J. de Batencourt, L’école paroissiale, op. cit., p. 199.

46 Lettre pastorale de monseigneur l’évêque de Bayeux touchant les petites écoles, avec une méthode pour apprendre en peu de temps à lire, écrire, faire le catéchisme, et chanter, Caen, 1680, p. 69.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search