Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Définir et comprendre pour agir : les stéréotypes sur l’enfant et l’étudiant

L’enfance vue par les fondateurs des écoles charitables

Dominique Julia

Texte intégral

  • 1 On se reportera ici à Y. Poutet, Le xviie siècle et les origines lasalliennes. Recherches sur la g (...)
  • 2 Cf. le catalogue de la bibliothèque de N. Roland publié par L.-M. Aroz, La Succession de Nicolas R (...)

1La notion de stéréotype a été forgée, semble-t-il, au milieu du xxe siècle ; le Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré l’ignore, sinon pour se référer au lexique technique de l’imprimerie. D’après le Trésor de la Langue française, le stéréotype est « une idée ou une opinion toute faite, acceptée sans réflexion et répétée sans avoir été soumise à un examen critique par une personne ou un groupe de personnes et qui détermine à un degré plus ou moins élevé, ses manières de penser, de sentir et d’agir ». Le synonyme proposé par ce même dictionnaire est « cliché ». S’il s’agit maintenant de se retourner vers les fondateurs des écoles de charité au xviie siècle1, nous n’allons pas forcément rencontrer d’emblée des « stéréotypes » de l’enfance dans leurs écrits. Il faut se demander plutôt à quel type de culture ces hommes appartiennent. Nicolas Barré, né en 1621 à Amiens, commence ses études de philosophie et de théologie en 1636 et entre dans l’ordre des Minimes. Il y fait profession en 1642 et est successivement lecteur en philosophie et en théologie puis, au début des années 1650, bibliothécaire du couvent des Minimes de la Place Royale à Paris, qui possède l’une des plus belles bibliothèques de la capitale. Jean-Baptiste de La Salle, lui, a été formé dans l’un des séminaires dirigés par la compagnie de Saint-Sulpice à Paris et il a suivi les cours de la Faculté de théologie de la capitale. C’est donc dans leur vaste culture philosophique et théologique que ces hommes ont puisé leur conception de l’enfance. On peut d’ailleurs clairement identifier les orientations culturelles de ce moyen clergé intellectuel dans la seconde moitié du xviie siècle à travers l’inventaire après décès de la bibliothèque de Nicolas Roland, chanoine de la cathédrale de Reims (mort en 1678), dont Jean-Baptiste de La Salle fut l’exécuteur testamentaire et qui fut à l’origine des sœurs du Saint-Enfant Jésus de Reims : celui-ci atteste l’importance de la patristique (saint Ambroise, saint Athanase, saint Augustin, saint Basile, saint Cyprien, saint Cyrille d’Alexandrie, saint Grégoire de Nazianze, saint Grégoire de Nysse, saint Jean Chrysostome, saint Jérôme) et de la théologie tant médiévale (dont saint Bonaventure et saint Thomas d’Aquin) que moderne2.

  • 3 On peut ici faire référence à saint Thomas d’Aquin (Somme théologique, I, question 99, 1) pour leq (...)
  • 4 J.-B. de La Salle, Œuvres complètes, Méditations pour le temps de la retraite, Cinquième méditatio (...)
  • 5 Ibid., Sixième méditation, p. 472-473.

2Ces hommes, rappelons-le, ne sont pas des théoriciens ; ils transportent avec eux un fonds commun d’images et d’idées sur l’enfance qui garde des traces d’Aristote et d’Hippocrate. Pour eux, l’enfant est une cire molle qui conserve les empreintes qui s’exercent sur lui, une argile humide qu’on peut façonner à loisir3, soumise à la force des impressions sensibles : l’affectif l’emporte sur l’intellect ; la mémoire et l’habitude y jouent un rôle déterminant. On trouve chez Jean-Baptiste de La Salle un écho de ces conceptions dans l’une de ses Méditations pour le temps de la retraite : « On peut dire que les enfants en naissant sont comme une masse de chair, et que l’esprit ne se dégageant en eux de la matière qu’avec le temps, et ne subtilisant que peu à peu, ceux, par suite nécessaire, qui sont ordinairement instruits dans les écoles ne sont pas encore en état de concevoir facilement d’eux-mêmes les vérités et les maximes chrétiennes de sorte qu’ils ont besoin de bons guides et d’anges visibles pour leur apprendre4 ». Les Frères des écoles chrétiennes ont donc pour mission d’être des « anges gardiens » auprès des enfants. Le terme n’a pas été choisi au hasard par Jean-Baptiste de La Salle. D’une part, il se réfère à une dévotion précise dont le culte et la fête ont été institués par le Pape Paul V au début du xviie siècle, la fête ayant été, en 1670, définitivement fixée au 3 octobre par le pape Clément X, soit au tout début de l’année scolaire. D’autre part, les anges « ont cet avantage par-dessus les hommes qu’étant dégagés de corps et de toutes les fonctions des sens, sans lesquelles l’esprit de l’homme agit rarement, ils ont des lumières fort supérieures à celles des hommes, et peuvent, par conséquent, beaucoup contribuer à ce que les lumières des hommes soient bien plus pures qu’elles ne seraient selon la portée de l’esprit humain. […] Par cette communication de lumières des anges gardiens, les hommes peuvent avoir une connaissance plus vive de Dieu et de ses perfections, de tout ce qui le regarde et des moyens d’arriver à lui ». Cette affirmation est encore plus vraie quand il s’agit non plus des hommes faits, mais des enfants « qui ayant l’esprit plus grossier, parce qu’il est moins dégagé des sens et de la matière, ont besoin qu’on leur développe les vérités chrétiennes qui sont cachées à l’esprit humain, d’une manière plus sensible et proportionnée à la grossièreté de leur esprit, faute de quoi ils restent toute leur vie grossiers et durs à l’égard des choses de Dieu et incapables de les concevoir et de les goûter ». Puisque, selon l’Épître de saint Jacques, la foi sans les œuvres est morte, le ministère des Frères consiste à servir d’anges visibles auprès des enfants, en agissant comme le font les anges gardiens à leur propre égard : il ne s’agit pas seulement d’éclairer leur esprit par les vérités du christianisme, « mais de les engager à la pratique des maximes du saint Évangile et de leur en donner des moyens faciles et proportionnés à leur âge, afin que s’y étant insensiblement accoutumés dans leur enfance, ils puissent, lorsqu’ils seront plus avancés en âge, en avoir acquis une espèce d’habitude, et les mettre en usage sans beaucoup de peine5 ».

  • 6 Ibid., Dixième méditation, p. 482.

3De cette conception de l’enfance découlent au moins deux caractères de la pédagogie lasallienne. Tout d’abord il s’agit d’une pédagogie de la bonne habitude : celle-ci est d’abord l’habitude de la prière et de la « modestie » à l’église, c’est-à-dire d’un comportement décent et retenu ; elle est aussi celle de la fréquentation des sacrements, de la pratique du bien et de l’horreur du péché, puisqu’il s’agit ici de faire des enfants de Dieu et des citoyens du Ciel. Cette pédagogie est en même temps une pédagogie par l’exemple : « Votre zèle serait fort imparfait à l’égard des enfants dont vous avez la conduite si vous ne l’exerciez qu’en les instruisant, mais il deviendra parfait si vous pratiquez vous-mêmes ce que vous leur enseignez ; parce que l’exemple fait beaucoup plus d’impression sur l’esprit et le cœur que non pas les paroles, principalement sur celui des enfants, qui, n’ayant pas encore l’esprit assez capable de réflexion, se forment ordinairement sur l’exemple de leurs maîtres, se portant plus à faire ce qu’ils leur voient faire que ce qu’ils leur entendent dire, surtout lorsque leurs paroles ne sont pas conformes à leurs actions6 ». C’est d’ailleurs pour cette même raison que les corrections tiennent une telle place dans cette pédagogie, le mauvais exemple d’un élève devant être absolument châtié.

LA DÉDICACE DES ÉCOLES CHARITABLES À L’ENFANT JÉSUS

  • 7 P. de Bérulle, Œuvres, t. V, Notes et Entretiens, Paris, 1997, n° 33 « Comme au sacré mystère de l (...)
  • 8 Ibid., n° 22, « Tanto tempore tenuit Deus », p. 90.

4Mais, avant de reprendre cette question, il convient de s’arrêter un instant sur un aspect essentiel des écoles charitables : la référence à l’Enfant Jésus. La dévotion à l’Enfant Jésus ne date évidemment pas du xviie siècle. Elle est présente dès le Moyen Âge sous l’influence de la piété franciscaine et des récits de faveurs que certains mystiques avaient expérimentées de la part de l’Enfant Jésus (saint Antoine de Padoue, sainte Catherine de Sienne) comme aussi d’innombrables récits hagiographiques. Au xviie siècle, la méditation de Bérulle sur le mystère de l’Enfance du Christ a joué un rôle essentiel dans la réflexion de ce qu’il est convenu d’appeler l’école de spiritualité française. Bérulle repère quatre bassesses dans l’enfance du Christ : tout d’abord « un corps petit et imparfait selon la nature » dans la prime enfance ; ensuite une « indigence et dépendance d’autrui, car le petit enfant ne peut par lui-même s’appliquer à aucune chose, même qui lui est nécessaire. Il a des bras, mais il ne peut pas remuer. Il a des jambes, mais il ne peut marcher. Il a une langue, mais il ne peut parler. Bref, il est incapable de faire aucun usage de sa vie raisonnable et est dépendant d’autrui en tout ce qui fait besoin » ; la troisième bassesse est « l’assujettissement » : même si, à l’âge de deux ans, Jésus n’est plus « en une si grande indigence et dépendance, il est toutefois assujetti à la conduite et direction de sa mère comme les autres enfants » ; enfin, la quatrième bassesse est « l’inutilité, car durant l’enfance, il ne fait rien d’extraordinaire, point de miracle, point de privilège, point d’éclat ». La méditation spirituelle de Pierre de Bérulle sur l’Enfance de Jésus débouche sur les effets que ce mystère opère « dans les âmes élues pour l’honorer » : il rend « les âmes comme incapables de malice » et les met « en un état auquel elles soient comme incapables d’usage de vie maligne et perverse ». Il convient donc de « nous abaisser aux choses plus petites […], nous assujettir à un chacun et, surtout [..] nous soumettre aux règlements et conditions de sa grâce7 ». L’impuissance de Jésus enfant est « une source de vertu et force pour opérer » et « sa dépendance doit être notre direction et conduite, son indigence nous est principe de plénitude et abondance de grâces ». Il faut donc désirer « entrer en la participation de son impuissance et indigence8 ».

  • 9 J. Le Brun, « La dévotion à l’Enfant Jésus au xviie siècle », in E. Becchi, D. Julia (dir.), Histo (...)
  • 10 Ce texte ne sera publié pour la première fois qu’en 1882.

5On n’a insisté sur ces textes spirituels que parce qu’ils ont très largement inspiré les fondateurs d’écoles charitables, soit que leur teneur leur en ait été transmise par leurs directeurs spirituels ou par la voie de l’écrit ; soit qu’eux-mêmes aient pris connaissance de cette dévotion à l’Enfant Jésus par l’intermédiaire du Carmel bérullien et de la diffusion de la Vie de sœur Catherine de Jésus écrite par la mère Madeleine de Saint-Joseph, publiée pour la première fois à Toulouse en 1625, ou encore à travers les expériences et l’action de la sœur Marguerite du Saint Sacrement, carmélite à Beaune, qui s’efforce de rassembler une Famille du Saint Enfant Jésus9. Jean-Jacques Olier, fondateur du séminaire Saint-Sulpice à Paris, où Jean-Baptiste de La Salle a effectué ses études de théologie, se rattache à la tradition bérullienne par le Père Charles de Condren, second supérieur de la congrégation de l’Oratoire, qui fut son directeur spirituel et qui, dans ses Considérations sur les mystères de Jésus-Christ10, reprend très exactement la thématique des « bassesses » de Jésus enfant : il se dit serviteur de l’Enfant Jésus et développe la dévotion du Carmel de Beaune, propageant le Petit Office du Saint Enfant Jésus et devenant un associé de la « famille ». Jean Blanlo, disciple d’Olier, publie à Paris en 1665 L’Enfance chrétienne qui est une participation de l’esprit et de la grâce du divin Enfant Jésus, où, se faisant le promoteur de la dévotion à Jésus enfant, il expose les moyens pour l’acquisition de l’esprit d’enfance et de petitesse chrétienne. On ne peut donc guère s’étonner de voir les écoles charitables faire explicitement référence à l’Enfant Jésus. Les Statuts et règlements des Écoles Chrétiennes et Charitables du Saint-Enfant Jésus établis par Nicolas Barré « sous l’autorité de Nos Seigneurs les Archevêques et les Évêques et de MM. les Curés », statuts rédigés en 1677 et publiés en 1685 inscrivent directement la finalité de l’Institut dans cette filiation spirituelle en rappelant tous les épisodes évangéliques où l’enfant est en jeu :

  • 11 « Statuts et Règlements des écoles chrétiennes et charitables du Saint-Enfant-Jésus », chapitre pr (...)

Bien que Dieu soit souverainement grand, il prend néanmoins plaisir à s’abaisser vers les petits. C’est pourquoi, en prédestinant son Fils, non seulement il a voulu qu’il fût homme, mais aussi qu’il fût petit enfant ; et Jésus-Christ fait enfant, voulant exécuter les ordres et les desseins de son Père, au premier voyage qu’il a fait, a été chercher un enfant qui était encore dans le sein de sa mère pour l’éclairer, le justifier et le sanctifier. Il a voulu que les premières gouttes de son sang fussent appliquées aux enfants, puisque les innocents furent les premiers de ses conquêtes sur l’empire du démon. Il a donné à un enfant le milieu, c’est-à-dire la plus honorable place parmi les apôtres. Il leur a défendu d’empêcher les enfants de l’approcher et leur a recommandé de leur faciliter l’accès à sa personne divine. Il a dit que quiconque scandaliserait un seul enfant mériterait d’être abîmé dans la mer ; et a déclaré à tous les grands que s’ils ne devenaient petits comme les enfants, ils ne seraient jamais sauvés. Enfin il a dit que quiconque recevrait un petit enfant en son nom, il le recevrait ; et comme ailleurs il a dit que ce que l’on fait à un des plus petits, des plus pauvres et plus misérables, on le fait à lui-même, il s’ensuit que quiconque reçoit un enfant pauvre et délaissé reçoit doublement Jésus-Christ en sa propre personne ; et voici la première et principale fin de cet Institut11.

  • 12 Ibid, chapitre premier, article 7, p. 173.
  • 13 Ibid, chapitre premier, article 9, p. 174.
  • 14 Constitutions pour la Communauté des Filles du Saint Enfant Jésus establie à Reims, Archives des S (...)

6Les maisons des écoles charitables de Nicolas Barré sont donc « sous la protection de Jésus enfant et de la Sainte Vierge, sa très digne mère » et la Nativité de Jésus-Christ est l’une des principales fêtes de l’année12, cependant que les frères et sœurs des écoles charitables doivent avoir une grande dévotion à saint Joseph et « le prendront pour leur modèle, et sa conduite pour leur règle de vie13 ». Les Constitutions des Sœurs du Saint-Enfant Jésus, congrégation enseignante fondée par Nicolas Roland, chanoine théologal de la cathédrale de Reims, et très largement inspirée par l’œuvre de Nicolas Barré (qu’il a pu observer de près lors d’une prédication de Carême à Rouen en 1670), consacrent, elles aussi, tout un article au Saint-Enfant Jésus pour lequel les sœurs doivent avoir « une profonde et singulière vénération et une dévotion toute particulière ». Le vingt-cinq de chaque mois était une « grande fête » pour la maison, les sœurs se levant à minuit « pour honorer la naissance du saint Enfant », assistant à une messe solennelle, à un sermon sur le mystère de l’Enfant Jésus, et à vêpres14.

  • 15 J.-B. de La Salle, Règles communes des Frères des Écoles chrétiennes, chapitre XXVII, « Exercices (...)
  • 16 Ibid., chapitre XXX, « Ce qui doit se pratiquer d’extraordinaire dans les exercices journaliers ce (...)
  • 17 J.-B de La Salle, Méditations sur les principales fêtes de l’année, [1731], « Pour le jour de la f (...)
  • 18 Ibid., « Pour la fête de la Nativité de Jésus-Christ Notre Seigneur 25 décembre », p. 325.
  • 19 Ibid., loc. cit., p. 326.
  • 20 J.-B. de La Salle, Explication de la méthode d’oraison [1739], chapitres VII à X, Œuvres complètes(...)
  • 21 Ibid., p. 173.
  • 22 Ibid., p. 341, Méditation sur les principales fêtes de l’année, « Pour le jour de la fête de l’ado (...)

7Dans les Règles communes des Frères des Écoles chrétiennes, Jean-Baptiste de La Salle impose à ses compagnons la récitation quotidienne des litanies du Saint Enfant Jésus après le petit-déjeuner et avant les classes « pour se disposer à aller aux écoles et pour demander à Notre Seigneur Enfant son esprit afin de le pouvoir communiquer aux enfants dont on a la conduite15 ». Ici aussi la dévotion à saint Joseph joue un grand rôle : il est en effet le patron et le protecteur de la communauté des Frères : la fête du « grand saint Joseph » est donc chômée et consacrée à des exercices spirituels16. Tout comme saint Joseph avait « été chargé, de la part de Dieu, du soin et de la conduite extérieure de Jésus-Christ », les Frères sont chargés « d’un saint emploi » de la part de Dieu ; ils doivent donc en tout prendre saint Joseph pour leur modèle et veiller à l’imiter en trois vertus : la justice (ce qui veut dire que la vertu et la piété des Frères ne doivent pas être communes), « une sainte et entière soumission aux ordres de Dieu », la sollicitude à l’égard des écoliers et en particulier « une grande attention et affection à conserver ou à procurer l’innocence aux enfants « dont ils ont la conduite « et à éloigner d’eux tout ce qui peut nuire à leur éducation et à empêcher qu’ils n’aient de la piété17 ». La méditation de Jean-Baptiste de La Salle pour la fête de Noël est l’occasion pour lui de rappeler les Frères à leur vocation essentielle, la pauvreté, à l’imitation de Jésus-Christ qui « naît aujourd’hui pauvre, dans une étable » car « c’est ainsi qu’on doit naître dans la vie spirituelle, dépouillé et dénué de toutes choses : nous avons dû, en choisissant notre état, nous résoudre à être abjects, aussi bien que le Fils de Dieu lorsqu’il s’est fait homme : car c’est ce qu’il y a de plus remarquable dans notre profession et dans notre emploi. Nous sommes de pauvres Frères, oubliés et peu considérés des gens du monde : il n’y a que les pauvres qui nous viennent chercher ; ils n’ont rien à nous présenter que leurs cœurs, disposés à recevoir nos instructions. Aimons ce qu’il y a de plus humiliant dans notre profession, pour participer, en quelque chose, à l’abjection de Jésus-Christ dans sa naissance18 ». Tant que les Frères resteront attachés à la pauvreté et à tout ce qui peut les humilier, c’est-à-dire aux qualités de Jésus naissant, ils feront du fruit dans les âmes, toucheront le cœur des enfants et en feront de véritables chrétiens19. Dans l’Explication de la méthode d’oraison qu’il propose aux Frères, le fondateur prend justement pour exemple de méditation sur les mystères de la vie du Christ, le mystère de la Naissance et de l’Enfance dans trois chapitres consécutifs, ce qui atteste bien l’importance que celui-ci revêt dans la spiritualité des Frères des Écoles chrétiennes20. Les Frères sont invités à obéir « avec la simplicité, docilité et soumission d’un petit enfant » et, comme l’enseigne le chapitre XVIII de l’Évangile de Matthieu, à devenir semblables aux petits enfants21. En réalité, ce rappel régulier à méditer sur l’Enfance du Christ est un renvoi permanent, adressé aux Frères, pour qu’ils recentrent quotidiennement leur action sur leur mission principale : « Reconnaissez Jésus sous les pauvres haillons des enfants que vous avez à instruire : adorez-le en eux ; aimez la pauvreté et honorez les pauvres à l’exemple des [rois] mages ; car la pauvreté doit être aimable à vous qui êtes chargés de l’instruction des pauvres. Que la foi vous le fasse faire avec affection et zèle puisqu’ils sont les membres de Jésus-Christ. C’est par ce moyen que ce divin Sauveur se plaira avec vous, et que vous le trouverez, parce qu’il a toujours aimé les pauvres et la pauvreté22 ».

CIVILISER UNE ENFANCE ENSAUVAGÉE

  • 23 On pourra se reporter ici à M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Galli (...)
  • 24 Cf. sur ce point Y. Poutet, « L’auteur de l’Escole paroissiale et quelques usages de son temps (16 (...)
  • 25 J.-B. de La Salle, Conduite des Écoles chrétiennes, [première édition 1720], Œuvres complètes, cha (...)
  • 26 Ibid., p. 694.
  • 27 Ibid., chapitre XVIII, article huitième, « Des premiers des bancs », p. 694-695.
  • 28 Ibid., chapitre XVIII, article neuvième, « Des visiteurs des absents », p. 695-696.

8Nous n’examinerons pas ici la pédagogie développée dans les écoles charitables23. Celle-ci a été largement puisée dans l’arsenal des innovations qui les avaient précédés, notamment au sein des petites écoles paroissiales de la capitale au cours de la première moitié du xviie siècle – ainsi à l’école de la paroisse de Saint-Nicolas-du-Chardonnet dont Jacques de Batencour a décrit les pratiques dès 165424. Cette pédagogie est d’abord marquée par une maîtrise du temps qui fait correspondre chaque moment de la journée à un type d’activité ; elle est également définie par une organisation spatiale, une topographie qui divise le local scolaire en établissant des espaces fonctionnels à l’intérieur desquels chacun vient se ranger selon la leçon qu’il suit, la surveillance du maître s’exerçant dans un espace décomposé en unités restreintes ; il convient enfin de souligner le rôle des « officiers » qui viennent relayer le regard du maître, les Frères des Écoles chrétiennes reprenant ici une vieille méthode employée par les Frères de la Vie Commune pour assurer une discipline minimale dans leurs écoles des Pays-Bas dès le xve siècle, puis par les Jésuites dans leurs collèges : on note ainsi des « inspecteurs », des « surveillants », des « premiers » des bancs, des « visiteurs des absents ». Pendant l’absence du maître, un « inspecteur » choisi parce qu’il est l’élève « le plus vigilant et le plus exact à venir des premiers » à l’école est chargé de « remarquer et de prendre garde à tout ce qui se passera dans la classe, sans jamais dire un seul mot », de ne pas laisser « passer la moindre faute et d’observer ceux qui rompent le silence » : établi pour être « le modèle et l’exemple sur lequel les autres se doivent former », il fera un compte rendu fidèle « de toutes les choses comme elles se seront passées » au retour du maître25. L’inspecteur est lui-même contrôlé par deux « surveillants », inconnus de lui, chargés de remarquer « s’il ne se laisse pas corrompre par présent, s’il n’exige rien des autres pour ne pas déclarer leur faute au maître ; s’il est venu des premiers et même le premier, s’il ne cause pas lui même du désordre dans l’école26 ». Cette surveillance réciproque de regards croisés se prolonge même hors de l’école puisque « dans les rues où demeurent beaucoup d’écoliers, en chaque différent quartier et rue considérable », il y aura des « inspecteurs » et des « surveillants » chargés de noter le comportement des élèves au retour de la classe. À l’école même, les « premiers des bancs » sont chargés de marquer chaque matin et chaque après-midi, une demi-heure après le début des classes, le nom des absents sur le catalogue de leur banc et de présenter celui-ci au maître27. Dans chaque classe, deux ou trois « visiteurs des absents », chargés chacun de plusieurs rues d’un même quartier, marquent le nom des absents dont le domicile relève de leur vigilance, visitent de temps en temps les écoliers malades et les engagent à souffrir leur mal en patience ; ils parlent « toujours au père ou à la mère de l’écolier absent, ou à quelque personne d’un âge raisonnable dont ils puissent être assurés qu’elle sait la cause de l’absence de l’écolier » et ils doivent prendre « garde de ne pas se laisser corrompre soit par les écoliers soit par les parents pour reporter au maître de fausses raisons de leur absence ». Ils doivent également engager à l’assiduité les « libertins, qui s’absentent facilement et légèrement » et s’ils viennent à rencontrer « quelques enfants vagabonds et inutiles qui ne viennent pas à l’école, ils les exciteront à y venir28 ». Un système disciplinaire s’instaure qui vise à faire rayonner le modèle proposé à l’intérieur de l’école à l’ensemble du quartier.

L’assiduité à l’école

  • 29 Ibid., chapitre XVI, « Des absences », p. 677-685. Toutes les citations qui suivent proviennent de (...)
  • 30 Sur la figure de l’enfant dans la ville d’Ancien Régime, on se reportera à l’excellente analyse de (...)

9De la Conduite des Écoles chrétiennes nous ne retiendrons ici que trois points qui manifestent bien le contraste fort séparant la conception de l’école chrétienne de la vision des parents des quartiers populaires dans les villes d’Ancien Régime. Jean-Baptiste de La Salle consacre un chapitre entier aux absences des élèves : c’est bien le signe qu’il est extrêmement difficile d’obtenir une régularité dans l’assiduité29. Le fondateur des Écoles chrétiennes cherche visiblement à établir entre les familles et l’école un contrat minimal. Les enfants ne pourront entrer qu’en contrepartie d’une promesse d’assiduité régulière à l’ensemble des exercices, catéchisme, prières et messe, cette assiduité étant contrôlée par l’obligation pour les parents de venir excuser auprès du directeur ou du maître leur enfant pour toute absence qui n’a pas été préalablement permise. Jean-Baptiste de La Salle se montre relativement tolérant, distinguant entre absences « réglées » et absences « non réglées ». Si les Frères sont en effet prêts à accepter des aménagements d’horaire (« autant de temps par jour ») en fonction des contraintes qui pèsent sur les écoliers (ainsi ceux qui travaillent) ou à tolérer les absences les jours de marché, ils n’entendent pas permettre que les enfants s’absentent « pour aller acheter des habits, des souliers, un bonnet » ou « pour garder la maison, pour faire quelque message, pour raccommoder ses habits, ou pour quelque autre chose semblable ». Les écoliers ne pourront jamais être dispensés de l’assistance au catéchisme, les dimanches et fêtes. En revanche quelques « absences non réglées » peuvent être autorisées : les « pèlerinages éloignés de la ville et auxquels il y a ordinairement un grand concours de peuple » (on songe bien évidemment, s’agissant de Reims où a débuté l’expérience des Frères, aux pèlerinages de Saint-Marcou à Corbeny ou de Notre-Dame de Liesse près de Laon), la procession du Saint Sacrement, la fête du patron de la paroisse sur laquelle les écoliers demeurent, la fête du patron du métier de leur père. On mesure ici l’écart entre la culture quotidienne des familles de l’artisanat urbain et l’obligation d’assiduité quotidienne à l’école. À travers ces interdictions, peut se lire la difficulté de fixer la figure enfantine à l’intérieur de l’école30.

10Cherchant les causes de ces absences et les remèdes à y apporter, Jean-Baptiste de La Salle examine d’abord celles qui viennent des élèves eux-mêmes. Il distingue ici ceux qui s’absentent « par légèreté » : ils « suivent la première impression qui leur vient dans l’esprit et dans l’imagination, […] vont courir, ou jouer, ou se promener avec le premier qu’ils rencontrent et […] agissent ordinairement sans réflexion ». Il ne faut, selon l’auteur de la Conduite des Écoles chrétiennes, que peu les corriger « parce que le lendemain, ou à la première occasion ils s’absenteront encore, ne faisant pas de réflexion, ni à ce qu’on leur a dit, ni à la correction qu’ils ont reçue ». La seconde cause chez les élèves est le « libertinage » soit qu’ils ne puissent « se rendre sujets à être ainsi toute une journée à une même place attentifs et appliqués d’esprit, ou parce qu’ils aiment à courir et à jouer ». Face à ce type d’élèves « portés au mal », le remède ici est, tout autant que la fermeté dans la correction, de donner quelques « offices » à ces élèves pour leur donner de « l’affection » pour l’école et de leur témoigner aussi « beaucoup d’affection pour le bien qu’ils font ». Une troisième raison d’absence est le dégoût de l’école : l’origine peut en venir tout autant « de ce que c’est un nouveau maître qui tient l’école, et qui n’est pas assez formé, et ne sait pas bien la manière de se conduire dans une école, de se rendre maître de ses écoliers » que d’un « maître trop mou, qui n’a point d’ordre et dont la classe est sans silence ». La faute incombe ici à l’Institut des Frères et Jean-Baptiste de La Salle recommande qu’on ne donne jamais une classe entière à conduire à un maître « avant qu’il ne soit tout à fait bien formé par quelque directeur d’une grande expérience dans les écoles ». La dernière raison d’absence est le manque d’affection des écoliers pour leur maître parce que celui-ci « n’est pas engageant et ne sait pas la manière de les gagner et a un extérieur sombre et sauvage » au lieu de l’avoir « affable, honnête et ouvert, sans prendre cependant un air ni bas ni familier ». Le fondateur des écoles chrétiennes amorce ici une réflexion sur l’autorité pédagogique : celle-ci « s’acquiert et se maintient plus dans l’école par la fermeté, la gravité et le silence que par les coups et les duretés » trop fréquentes. On notera ici la finesse des observations psychologiques qui débouchent sur une esquisse de caractérologie des écoliers, tout comme l’analyse en profondeur de la relation maître/élève.

11Les absences proviennent d’un second type de causes, celles qui proviennent des parents eux-mêmes, issus des catégories populaires, chez lesquels il est bien difficile de reconnaître un désir d’école : « ou parce qu’ils négligent de les envoyer à l’école, ne se mettant pas fort en peine qu’ils y viennent et qu’ils y soient fort assidus ; ce qui est assez ordinaire dans les pauvres, ou parce qu’ils ont de l’indifférence et de la froideur pour l’école, se persuadant que leurs enfants n’apprennent rien, ou que fort peu de chose, ou parce qu’ils les font travailler ». Le remède ici est d’adresser une admonestation aux parents « pour leur faire concevoir l’obligation qu’ils ont de faire instruire leurs enfants, et le tort qu’ils ont de ne leur pas faire apprendre à lire et à écrire ; combien cela leur peut nuire ; qu’ils ne seront presque jamais capables de rien pour aucun emploi, faute de savoir lire et écrire. […] Lorsque les parents retirent leurs enfants trop jeunes, ou n’étant pas suffisamment instruits pour les faire travailler, il faut […] leur représenter de quelle conséquence il est à un artisan de savoir lire et écrire, puisque, pour peu d’esprit qu’il ait, sachant lire et écrire, il est capable de tout ». Jean-Baptiste de La Salle rejoint ici très exactement les préoccupations exprimées, dès 1666, par Charles Démia, prêtre lyonnais, qui, dans ses Remontrances faites à Messieurs les Prévots des marchands, échevins et principaux habitants de la ville de Lyon touchant la nécessité et utilité des écoles chrétiennes, avait exposé les buts poursuivis par les promoteurs des écoles charitables, faisant coïncider ordre de la cité et salut de l’âme :

  • 31 C. Démia, Remontrances faites à Messieurs les Prévots des marchands, échevins et principaux habita (...)
  • 32 J.-B. de La Salle, Conduite des Écoles chrétiennes, op. cit., chapitre seizième, article 2, « Des (...)

12« Les pauvres » écrit-il « n’ayant pas le moyen d’élever leurs enfants » comme les enfants d’honnête famille dont les parents paient l’instruction, « ils les laissent dans l’ignorance de leurs obligations : le soin qu’ils ont de vivre fait qu’ils oublient celui de leur faire apprendre à bien vivre, et eux-mêmes ayant été mal élevés, ils ne peuvent communiquer une bonne éducation qu’ils n’ont jamais eue. Outre le désordre dans lequel la plupart de ces pères ont vécu pendant leur jeunesse, […] ils se soucient fort peu que leurs enfants apprennent les bonnes mœurs et les devoirs du christianisme que la plupart ignorent ». De là une « prodigieuse ignorance de Dieu » qu’ils devraient pourtant « connaître, aimer et servir s’ils veulent avoir part en son royaume ». De là aussi, le désordre dans les villes, les jeunes gens mal élevés tombant « ordinairement dans la fainéantise » : il n’y a donc point « d’autre moyen de tarir la source de tant de désordres et réformer chrétiennement les villes et les provinces, qu’en établissant des petites écoles, pour l’instruction des enfants du pauvre peuple, dans lesquelles avec la crainte de Dieu, et les bonnes mœurs, on leur apprendrait à lire écrire et chiffrer par des maîtres capables de leur enseigner ces choses, qui les mettraient en état de travailler en la plupart des arts et manufactures ; n’y en ayant aucune, où ces premières connaissances ne servent d’un grand secours, et d’acheminement pour s’avancer dans les emplois les plus considérables. Par ce moyen les fabriques et les manufactures se rempliraient peu à peu de bons apprentis, qui pourraient ensuite devenir d’excellents maîtres [de métiers], puisque dans ces écoles on leur enseignerait l’obligation qu’ils ont de travailler fidèlement et fortement31 ». On le voit, assistance, écoles charitables et répression sont inextricablement liées en cette seconde moitié du xviie siècle. La cœrcition est explicite, lorsque Jean Baptiste de La Salle invite, par exemple, les Frères à engager les curés de paroisse et les dames de charité à conditionner l’octroi de l’aumône qu’ils accordent aux pauvres à l’envoi de leurs enfants à l’école, l’école adressant régulièrement au bureau de charité paroissial la liste des élèves qui s’absentent avec leur âge, le nom et le domicile de leur père et mère : l’aide sociale à la famille serait ainsi interrompue dès lors qu’on constaterait une médiocre assiduité à l’école32. Jean-Baptiste de La Salle invite en même temps les maîtres de son Institut à « ne pas donner facilement permission de s’absenter, ce qui causerait un très grand désordre dans les écoles, et qui serait cause qu’il y aurait toujours plusieurs absents ». À ses yeux, il vaut mieux « avoir une cinquantaine bien assidus que d’en avoir une centaine qui s’absentent à tout moment ». On mesure dans cette insistance les difficultés auxquelles se heurtent les Frères face à des enfants extrêmement mobiles et volontiers fugueurs. Cette vigilance de tous les instants – où les élèves visiteurs des absents jouent un grand rôle – n’exclue bien évidemment pas, dans le même mouvement, une pédagogie de la séduction : « il faut tâcher d’attirer » les enfants qui s’absentent, ce qui sera d’autant plus aisé « que ordinairement les enfants des pauvres ne font que ce qu’ils veulent, les parents n’en ayant aucun soin et étant même idolâtres de leurs enfants, ce que les enfants veulent, les pères et mères le veulent aussi, et ainsi il suffira que les enfants veuillent venir à l’école pour que les parents soient contents de les y envoyer ». L’école charitable débouche ici sur une véritable pédagogie ou police des familles.

  • 33 C. Démia, Remontrances…, op. cit., p. 107-108. La référence évangélique renvoie à Matthieu, 20, 6- (...)

13Elle est aussi contribution à l’ordre de la cité. Comme l’écrit Charles Démia, la bonne éducation doit lever « la difficulté de trouver des serviteurs fidèles et des bons ouvriers ». L’apprentissage des savoirs élémentaires est inextricablement lié à celui d’habitus intériorisés, susceptibles de contribuer à la qualité de la production économique : l’assiduité à l’école constitue les prémices de l’exactitude à l’atelier. Au lieu de laisser subsister une « fourmilière de gueux » qui « fait appréhender des désordres publics », les écoles pour les « enfants du pauvre peuple » mettront heureusement ceux-ci « en état de travailler en la plupart des arts et manufactures n’y en ayant aucune » où la lecture, l’écriture et le calcul « ne servent d’un grand secours ». Non seulement fabriques et manufactures se rempliront peu à peu de bons apprentis, mais les bonnes mœurs qui leur auront été inculquées, le sens du travail, de la fidélité, l’horreur de la chicane et de la fainéantise feront que ces enfants seront ensuite dans tous les emplois « en odeur de bénédiction ». Les écoles seraient ainsi « comme des bureaux d’adresse et des lieux de marché (à parler au langage de l’Écriture) dans lesquels les personnes les plus commodes pourraient aller prendre, les uns pour se servir dans leurs maisons, les autres pour employer dans le négoce, quelques-uns mêmes pour avancer dans les sciences33 ».

Les catalogues des Écoles chrétiennes

14L’ordre des écoles lasalliennes repose sur une observation fine de chaque enfant. Le catalogue de réception des enfants doit noter l’âge de chacun, les absences autorisées, les écoles fréquentées précédemment et les raisons de leur abandon et ce catalogue s’enrichit, au fur et à mesure de l’année scolaire, de remarques sur les absences et retards, abandons et reprises de l’école, le caractère d’esprit de l’élève, son application, ses capacités, ses bonnes et mauvaises qualités ou mœurs. À la fin de l’année, le maître doit rédiger le catalogue des écoliers de sa classe, en récapitulant les observations de toute l’année, Jean Baptiste de La Salle invitant les maîtres à appliquer une grille de lecture assez ample qui envisage tous les aspects de leur personnalité  : intelligence, piété et connaissance du catéchisme et des prières, vices habituels mais aussi qualités et défauts reconnaissables dans le cadre de la classe (bavardage et badinage, obéissance, « humeur difficile », opiniâtreté et résistance au maître). Tous ces traits rassemblés forment un portrait de chaque enfant qui indique au maître « de quelle manière il faut se conduire à leur égard, si la correction est utile ou non ». Le catalogue ainsi dressé est transmis le jour de la rentrée au maître de l’année suivante qui s’en servira dans les trois premiers mois de son exercice « pour apprendre à connaître les écoliers et de quelle manière il devra se conduire à leur égard ». Ce souci de classer débouche sur une différenciation fine de chaque individualité et c’est celle-ci qui détermine, en définitive, l’usage de telle pénalité ou telle récompense.

15Soient les modèles proposés par Jean-Baptiste de La Salle dans la Conduite des Écoles chrétiennes. Voici d’abord ce qui est dit de l’un des écoliers qui vient d’entrer d’après le « catalogue des écoliers reçus et admis pour les écoles de la maison à Reims, en l’année 1706 » :

  • 34 J.-B. de La Salle, Conduite des Écoles chrétiennes, chapitre treizième, « Des catalogues », Œuvres (...)

Jean Mulot, reçu le 31 août 1706, âgé de 16 ans. confirmé depuis deux ans. Communié depuis Pâques dernier. Fils de Joseph Mulot, cardeur demeurant rue de Contray, paroisse de Saint-Etienne, à la Croix d’Or, dans une boutique.
A été mis au 3e ordre des écrivains et au 1er de la Civilité, doit venir à neuf heures et à trois heures, a été deux ans à l’école chez M. Caba, rue Saint-Étienne, 8 mois chez M. Ralot, un an chez M. Huysbecq, et 4 mois chez M. Mulot, maître d’école. Il les a quittés, ses parents croyant qu’il apprendrait mieux ailleurs34.

16Nous voici donc devant un catalogue des entrées : le directeur ne se contente pas de noter seulement les renseignements concernant l’âge, le domicile ou la profession du père ; il inscrit la réception des sacrements (confirmation, communion) et le parcours scolaire, dans la ville, de cet élève âgé : nul doute que sa mobilité à travers diverses écoles n’éveille la vigilance des Frères qui peuvent craindre ici l’arrivée d’un trublion. Voici maintenant le catalogue de fin d’année établi par le maître de la quatrième classe de la rue Saint-Placide, qui dresse le portrait de deux écoliers :

  • 35 Ibid., p. 657.

François de Terieux, âgé de huit ans et demi, vient à l’école depuis deux ans ; est au 3e ordre d’écriture depuis le 1er juillet dernier ; il est d’un esprit remuant, il a peu de piété et point de modestie dans l’église et dans les prières, à moins qu’on ne veille sur lui, mais par légèreté ; son vice particulier, c’est l’immodestie. Il a assez bonne volonté, il le faut gagner et engager à bien faire ; la correction lui sert de peu, parce qu’il est léger ; il a manqué rarement à l’école, quelquefois sans permission, par la rencontre de quelque compagnon libertin et par sa facilité ; il ne s’applique que médiocrement, souvent il regarde et se repose, à moins qu’on ne veille sur lui.
Il apprend facilement, il a manqué deux fois à être changé de leçon du 2e au 3e ordre, faute d’application ; il sait bien les prières, il est soumis à la correction, si on a de l’autorité, et est rétif, si on n’en a pas. Il n’est pas cependant d’une humeur difficile ; pourvu qu’on le gagne, il fera ce que l’on voudra ; il est aimé de ses parents, ils ne sont pas contents qu’on le corrige ; il n’a été dans aucun office, parce qu’il n’en est pas fort capable ; il est vigilant, s’appliquerait bien de son devoir, si ce n’est qu’il vient souvent tard.
Lambert du Long, âgé de douze ans et demi, vient à l’école depuis quatre ans, est au 7e ordre d’écriture depuis six mois, et au 5e ordre des registres et au 4e ordre de l’arithmétique, depuis le 4 mai dernier ; il est d’un esprit éventé et léger, il apprend et retient facilement, il a très peu de piété dans l’église et dans les prières ; il fréquente peu les sacrements ; son vice particulier, c’est l’orgueil ; il se fait beaucoup de peine, quand on l’humilie ; la correction lui est quelquefois utile ; il est ordinairement assidu, il s’applique fort au catéchisme, et, dans l’écriture et l’arithmétique, il a toujours été changé de leçon dans le temps ; il est soumis, s’il trouve son maître ; sinon il est désobéissant ; ses parents ne sont pas mécontents qu’on le corrige ; il a été récitateur de prières et premier de banc ; il s’acquitte fort bien de ces offices35.

17Nous ne pouvons bien évidemment pas savoir si les exemples proposés par Jean-Baptiste de La Salle correspondent vraiment à des cas réels, inscrits dans le catalogue de l’école de la rue Saint-Placide à Paris, ou s’il a voulu rassembler dans sa Conduite des Écoles chrétiennes des esquisses d’écoliers particulièrement bien documentées : il ne reste, à notre connaissance, aucun catalogue de ce type, ce qui ne veut aucunement dire qu’ils n’aient pas existé, tant ce type de source est rarement conservé. Reconnaissons toutefois cette attention portée à l’observation psychologique des enfants dans tous les aspects de leur comportement et de leur caractère : assiduité et application à l’école, piété, obéissance, acquisition des savoirs élémentaires, participation aux « offices » de la classe, type de correction qui peut être appliqué à chacun, rien n’est laissé dans l’ombre. Remarquons aussi la notation relative à la réaction des parents face aux « corrections » reçues par leur progéniture, qui indique que la délégation de l’autorité aux maîtres ne va pas de soi.

Le rôle des corrections

  • 36 Ibid., chapitre quinzième, « Des corrections en général », article 4e, « Des défauts qu’il faut év (...)
  • 37 Lettre de J.-B. de La Salle au Frère Robert, 26 février 1709, Œuvres complètes, p. 547. Dans une l (...)
  • 38 Lettre de J.-B. de La Salle à un frère resté anonyme (lettre connue seulement par une copie), ibid (...)
  • 39 J.-B. de La Salle, Conduite des Écoles chrétiennes, chapitre quinzième, « Des corrections en génér (...)
  • 40 V. Jamerey-Duval, Mémoires. Enfance et éducation d’un paysan au xviiie siècle, texte édité par J.- (...)
  • 41 J.-L. Ménétra, Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra compagnon vitrier au xviiie siècle, présen (...)

18Pour asseoir son autorité par rapport à celle des parents, le maître doit faire preuve d’une gravité extérieure qui instaure d’emblée une distance entre éducateur et éduqué : distance des mots, le tutoiement étant interdit tout comme les injures du type « fripon, coquin, teigneux, pouilleux, morveux36 » ; distance des corps, qui interdit justement le corps à corps. Un maître ne doit jamais frapper les écoliers de la main, du pied ou de sa baguette, ni leur tirer les oreilles, le nez ou les cheveux ni les pousser rudement ou les tirer par le bras, toutes choses contraires à la bienséance et à la gravité de sa fonction. À plusieurs reprises, dans sa correspondance avec les Frères des Écoles chrétiennes, Jean-Baptiste de La Salle revient sur ce point qu’il estime essentiel et qu’il a vraisemblablement du mal à imposer, tant la figure de l’instituteur brutal et violent, telle qu’avait pu l’esquisser Érasme au xvie siècle dans son De pueris statim ac liberaliter instituendis, reste encore familière : « Ne nous laissez pas aller à les frapper, c’est une grande faute, vous ne sauriez trop y veiller » écrit-il au Frère Robert en 170937. Et à un autre Frère dont le nom ne nous a pas été conservé : « N’usez pas de coup de main pour l’amour de Dieu. Ce n’est pas à force de coups que l’on attire les gens ni au bien, ni à Dieu. Que ce ne soit jamais non plus d’une baguette. Pour des verges, n’en tenez point que par nécessité. Remettez les quand vous vous en serez servi, afin qu’il ne vous arrive pas de vous en servir dans vos mouvements d’impatience38 ». À l’inverse, le maître ne doit « se familiariser » avec aucun de ses écoliers, ni donner à l’un ou à l’autre une amitié ou affection particulière. Le « bon » maître aime tendrement ses écoliers, il témoigne à tous « une égale affection plus même pour les pauvres que pour les riches ». En réalité, l’idéal visé est la pratique d’une paternité « raisonnable » – par opposition à la paternité quotidiennement éprouvée par les enfants au for familial – qui associe étroitement fermeté et douceur, et s’interdit d’agir ou avec trop d’empire ou avec trop d’égards pour la faiblesse humaine. La vraie manière pour un maître « de conduire et d’élever des enfants » consiste « en ce que dans les répréhensions qu’on fait, il ne paraisse rien de dur, ni qui ressente la colère ou la passion, mais qu’on y voie éclater une gravité de père, une compassion pleine de tendresse et une certaine douceur qui soit cependant vive et efficace, et qu’il paraisse dans le maître qui reprend ou punit que c’est par une espèce de nécessité et par zèle du bien commun, qu’il use de la sorte39 ». On mesure ici l’écart manifeste que cette correction entretient avec la violence ordinaire qui règne dans les familles et les coups reçus de la part de pères souvent colériques et alcooliques. Valentin Jamerey-Duval s’est enfui de son village de Bourgogne à l’âge de treize ans pour échapper à la brutalité de son beau-père, brassier agricole « tigre des plus cruels40 ». Jacques-Louis Ménétra, ce compagnon vitrier parisien, qui nous a laissé son autobiographie, ce Journal de ma vie qu’a édité Daniel Roche, évoque les « roustes », c’est-à-dire les rossées de coups que lui administrait généreusement son père, amateur de la dive bouteille et « sujet à bien des promptitudes » ; l’enfant a plusieurs fois risqué de rester infirme41.

  • 42 J.-B. de La Salle, Conduite des Écoles chrétiennes, op. cit., chapitre quinzième, « Des correction (...)

19On saisit aussi dès lors tout le sens de l’extrême ritualisation qui accompagne le système des pénalités – pénitences et corrections – sur lesquelles le maître peut s’appuyer pour asseoir de manière continue son autorité. Tout d’abord, l’usage des « pénitences » – nous dirions aujourd’hui des pensums – l’emporte sur celui des corrections ou châtiments corporels : outre le fait qu’elles rebutent moins les écoliers et font « moins de peine » aux parents, elles se révèlent « souvent très utiles ». Il s’agit, par une mise en scène publique de l’enfant à genoux, les mains jointes au milieu de la classe, de l’humilier et de provoquer chez lui un tel sentiment de reconnaissance de sa faute qu’il accepte « de bon cœur » la sanction qui lui est infligée. La pénitence est conçue comme « médicinale » et strictement proportionnée à la faute commise, de telle sorte que l’enfant prenne, pendant un temps déterminé, l’attitude « modeste », qu’il n’a pas eue pendant les prières ou à la messe, apprenne « à proportion de sa capacité » et sache « parfaitement sans y faire aucune faute » la leçon ou le catéchisme qu’il n’a pas été capable de réciter. Quant aux corrections, infiniment plus rares – la fréquence de l’usage de la férule ne saurait excéder trois fois par demi-journée, celle des verges et du martinet trois ou quatre fois tout au plus par mois –, elles sont infligées selon un rituel dont la solennité vise à éliminer toute « émotion » ou aversion dans l’accomplissement même de l’acte et dont l’exemplarité paisible doit impressionner tant le public enfantin de la classe qui les contemple que celui qui les reçoit : la punition est imposée dans un silence religieux, postures, gestes et places de chacun des protagonistes sont précisément définies, le nombre des coups est strictement limité, la proportionnalité de la peine à la faute commise clairement établie. Le maître qui « se possède entièrement » et ne se départit jamais de sa gravité corrige uniquement « pour l’amour de Dieu et de sa gloire et pour accomplir sa sainte volonté » dont il est le délégué ; l’enfant doit « consentir librement « à sa punition, « avouer qu’il l’a méritée », et la recevoir « avec soumission et respect comme il recevrait un châtiment dont Dieu le punirait lui-même ». C’est uniquement dans cet équilibre si difficile à atteindre que les corrections peuvent être « utiles et avantageuses ». Elles relèvent de ce qu’on pourrait appeler une maîtrise des passions. Pour discipliner leurs élèves, les maîtres doivent commencer par se discipliner eux-mêmes, ce qui n’est pas de soi évident pour des personnes qui sont elles-mêmes issues des milieux qu’elles doivent enseigner et où la violence fait partie de la culture quotidienne42.

  • 43 Ibid., article sixième, « Des enfants qu’il faut ou qu’il ne faut pas corriger », p. 667-672.

20On conçoit donc également que le principe de proportionnalité entre déviance repérée et degré de punition soit immédiatement corrigé par une série d’exceptions qui font place soit à certaines catégories particulières d’élèves (les nouveaux venus, les plus petits, etc.) soit à l’observation psychologique des caractères. Les règles lasalliennes ne sont pas un carcan étroit même s’il y a effectivement cinq vices qu’il faut toujours châtier des verges et du martinet : le mensonge, les batteries, le larcin, l’impureté, l’immodestie dans l’église. Les nouveaux venus ne seront pas, par exemple, corrigés « dans le commencement qu’ils viennent à l’école », parce que les corrections ne pourraient que « les rebuter et les éloigner de l’école » ; le maître doit, avant toute réprimande, « commencer par connaître leur esprit, leur naturel, leurs inclinations ». Il ne faut pas non plus corriger les petits enfants ou ne les corriger que « très rarement, parce que n’ayant pas l’usage de la raison, ils ne sont pas capables d’en tirer du profit ». On doit user de clémence analogue à l’égard des « stupides » dont il ne faut pas « exiger ce dont ils ne sont pas capables ». La correction trouve aussi sa limite dans le type d’éducation donné par les familles. Pour les enfants laissés à eux-mêmes, dont les parents ont « très peu de soin, il faut naturellement « les corriger de leur mauvaise humeur », mais il faut surtout « les gagner » et « leur donner de l’affection » pour l’école, en développant chez eux le sens des responsabilités par l’attribution d’un « emploi » c’est-à-dire une fonction d’officier. Pour les enfants élevés « doucement et mollement » par leurs parents, et surtout par leurs mères qui leur accordent « tout ce qu’ils demandent » et leur témoignent « en toutes occasions une grande tendresse », le châtiment physique est à exclure parce que « ceux-ci ne pourraient souffrir qu’on leur fît la moindre correction ». À l’inverse, il faut « toujours corriger les opiniâtres pour leur opiniâtreté, surtout ceux qui sont opiniâtres dans la correction, résistant au maître ». On le voit, toute une analyse de caractérologie enfantine fournit aux maîtres le juste mode d’utilisation du système des pénalités, et en nuance fortement l’automaticité43.

  • 44 J.-B. de La Salle, les Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne à l’usage des écoles c (...)
  • 45 J.-B. de La Salle, Règles communes des Frères des Écoles chrétiennes [d’après le manuscrit de 1718 (...)

21On l’aura compris, l’école chrétienne, tout autant qu’un lieu d’apprentissage de savoirs élémentaires selon une progression strictement hiérarchisée, est un espace d’éducation où le maître modèle les comportements de ses écoliers par l’inculcation d’habitus chrétiens, tout en s’efforçant d’adapter ses leçons au naturel de chacun. Les règles de civilité, bien loin de se fonder sur le respect humain, ne doivent être mises « en pratique que par des motifs purement chrétiens, et qui regardent la gloire de Dieu et le salut ». « La bienséance chrétienne est donc une conduite sage et réglée, écrit Jean-Baptiste de La Salle, que l’on a fait paraître dans ses discours et ses actions extérieures par un sentiment de modestie, ou de respect, ou d’union et de charité à l’égard du prochain, faisant attention aux temps, aux lieux et aux personnes avec qui l’on converse, et c’est cette bienséance qui regarde le prochain, qui se nomme proprement civilité44 ». Il n’est pas sûr que tous les écoliers des Frères aient appris les règles de civilité, puisque l’utilisation de ce livre dans les classes n’intervient qu’à partir du moment où les écoliers, ayant parcouru l’entier cycle d’apprentissage de la lecture, commencent celui de l’écriture. Mais on mesure bien toute l’ambition du projet des fondateurs des écoles charitables : discipline sociale et christianisation vont ici d’un même pas, les bonnes habitudes contractées dans la jeunesse ne se perdant que rarement. Il s’agit bien d’une entreprise de civilisation ou d’acculturation : « Tous les désordres des artisans et des pauvres viennent ordinairement de ce qu’ils ont été abandonnés à leur propre conduite et très mal élevés dans leur bas âge, ce qu’il est presque impossible de réparer dans un âge plus avancé à cause que les mauvaises habitudes qu’ils ont contractées ne se quittent que très difficilement et presque jamais entièrement, quelque soin qu’on prenne de les détruire soit par les instructions fréquentes soit par l’usage des sacrements. Et comme le fruit principal qu’on doit attendre de l’institution des écoles chrétiennes est de prévenir ces désordres et d’en empêcher les mauvaises suites, on peut aisément juger quelle en est l’importance et la nécessité45 ».

Notes

1 On se reportera ici à Y. Poutet, Le xviie siècle et les origines lasalliennes. Recherches sur la genèse de l’œuvre scolaire et religieuse de Jean-Baptiste de La Salle, deux vol., Rennes, 1970 ; M.-C. Dinet, M.-T. Flourez, Nicolas Barré. L’éducation des pauvres aux xviie et xviiie siècles. Actes du colloque Nicalas Barré, religieux minime, 1621-1686. Le rayonnement d’un éducateur picard, Amiens, 30 mai 1997, Arras, Artois Presse Université, 1998 ; M. Fievet, Les enfants pauvres et l’école. La révolution scolaire de Jean-Baptiste de La Salle, Paris, Imago, 2001. La congrégation des Frères des Écoles chrétiennes publie régulièrement, dans sa collection Cahiers lasalliens, des sources concernant tant le fondateur que les écoles chrétiennes.

2 Cf. le catalogue de la bibliothèque de N. Roland publié par L.-M. Aroz, La Succession de Nicolas Roland chanoine théologal de l’église Notre-Dame de Reims, Rome, Maison Jean-Baptiste de La Salle, 1995, p. 159-189.

3 On peut ici faire référence à saint Thomas d’Aquin (Somme théologique, I, question 99, 1) pour lequel la faiblesse du corps répond à la faiblesse de l’esprit : « Il est naturel qu’en raison de l’extrême humidité du cerveau chez les enfants, les nerfs qui sont les instruments du mouvement ne soient pas aptes à mouvoir leurs membres ». L’âme est chez eux appesantie par le corps et « les puissances sensibles trouvent une entrave dans l’excessive humidité du cerveau. Et c’est pourquoi chez eux il n’y a pas de parfait usage de la raison pas plus que des autres membres » (question 101).

4 J.-B. de La Salle, Œuvres complètes, Méditations pour le temps de la retraite, Cinquième méditation, Rome, Maison Saint Jean-Baptiste de La Salle, 1993, p. 469-470

5 Ibid., Sixième méditation, p. 472-473.

6 Ibid., Dixième méditation, p. 482.

7 P. de Bérulle, Œuvres, t. V, Notes et Entretiens, Paris, 1997, n° 33 « Comme au sacré mystère de l’Incarnation », p. 117-120.

8 Ibid., n° 22, « Tanto tempore tenuit Deus », p. 90.

9 J. Le Brun, « La dévotion à l’Enfant Jésus au xviie siècle », in E. Becchi, D. Julia (dir.), Histoire de l’enfance en Occident, t. I ; De l’Antiquité au xviie siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1998, p. 402-431.

10 Ce texte ne sera publié pour la première fois qu’en 1882.

11 « Statuts et Règlements des écoles chrétiennes et charitables du Saint-Enfant-Jésus », chapitre premier, article 2, in Nicolas Barré, Œuvres complètes, Paris, Éditions du Cerf, 1994, p. 171-172. On trouvera dans cette édition toutes les références des passages évangéliques auxquels le texte fait référence.

12 Ibid, chapitre premier, article 7, p. 173.

13 Ibid, chapitre premier, article 9, p. 174.

14 Constitutions pour la Communauté des Filles du Saint Enfant Jésus establie à Reims, Archives des Sœurs de l’Enfant Jésus de Reims, ms. 17, chapitre II, article 7. Texte cité par Léon de Marie Aroz, Nicolas Roland, Jean-Baptiste de La Salle et les Sœurs de l’Enfant Jésus de Reims, Rome, Maison Jean-Baptiste de La Salle, 1972, p. 128. Les Constitutions approuvées dès 1678 et publiées définitivement par Mgr. Charles-Maurice Le Tellier, archevêque de Reims, le 12 novembre 1683.

15 J.-B. de La Salle, Règles communes des Frères des Écoles chrétiennes, chapitre XXVII, « Exercices journaliers », in Œuvres complètes, op. cit., p. 28.

16 Ibid., chapitre XXX, « Ce qui doit se pratiquer d’extraordinaire dans les exercices journaliers certains jours de l’année », p. 33-34.

17 J.-B de La Salle, Méditations sur les principales fêtes de l’année, [1731], « Pour le jour de la fête de saint Joseph 19 mars », Œuvres complètes, op. cit., p. 353-355.

18 Ibid., « Pour la fête de la Nativité de Jésus-Christ Notre Seigneur 25 décembre », p. 325.

19 Ibid., loc. cit., p. 326.

20 J.-B. de La Salle, Explication de la méthode d’oraison [1739], chapitres VII à X, Œuvres complètes, p. 161-179.

21 Ibid., p. 173.

22 Ibid., p. 341, Méditation sur les principales fêtes de l’année, « Pour le jour de la fête de l’adoration des rois 6 janvier ».

23 On pourra se reporter ici à M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 172-196. Nous nous permettons de renvoyer aussi à E. Becchi, D. Julia (dir.), Histoire de l’enfance en Occident, t. II, Du xviiie siècle à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 1998, p. 14-30.

24 Cf. sur ce point Y. Poutet, « L’auteur de l’Escole paroissiale et quelques usages de son temps (1654) », in du même auteur, Jean-Baptiste de La Salle aux prises avec son temps. Recueil d’études lasalliennes, Rome, Maison Saint-Baptiste de La Salle, 1988, p. 3-19.

25 J.-B. de La Salle, Conduite des Écoles chrétiennes, [première édition 1720], Œuvres complètes, chapitre XVIII, article septième, « De l’inspecteur et des surveillants », p. 693.

26 Ibid., p. 694.

27 Ibid., chapitre XVIII, article huitième, « Des premiers des bancs », p. 694-695.

28 Ibid., chapitre XVIII, article neuvième, « Des visiteurs des absents », p. 695-696.

29 Ibid., chapitre XVI, « Des absences », p. 677-685. Toutes les citations qui suivent proviennent de ce chapitre.

30 Sur la figure de l’enfant dans la ville d’Ancien Régime, on se reportera à l’excellente analyse de A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarité à Paris au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1986.

31 C. Démia, Remontrances faites à Messieurs les Prévots des marchands, échevins et principaux habitants de la ville de Lyon touchant la nécessité et utilité des écoles chrétiennes [Lyon, 1666], in Yves Poutet (éd.), Charles Démia (1637-1689). Journal de 1685-1689, Rome, Maison Saint Jean-Baptiste de La Salle, 1994, p. 103-113 (citations p. 104-107).

32 J.-B. de La Salle, Conduite des Écoles chrétiennes, op. cit., chapitre seizième, article 2, « Des causes des absences et des remèdes que l’on peut y apporter », Œuvres complètes, op. cit., p. 680.

33 C. Démia, Remontrances…, op. cit., p. 107-108. La référence évangélique renvoie à Matthieu, 20, 6-7 : Quid hic statis tota die otiosi : ite et vos in vineam meam.

34 J.-B. de La Salle, Conduite des Écoles chrétiennes, chapitre treizième, « Des catalogues », Œuvres complètes, op. cit., p. 654.

35 Ibid., p. 657.

36 Ibid., chapitre quinzième, « Des corrections en général », article 4e, « Des défauts qu’il faut éviter dans les corrections », p. 666.

37 Lettre de J.-B. de La Salle au Frère Robert, 26 février 1709, Œuvres complètes, p. 547. Dans une lettre au même frère, datée au 26 avril 1709, celui-ci ajoute : « Il n’est pas sage de jeter la férule aux écoliers mais il est honteux de leur donner des tapes particulièrement dans l’église », ibid., p. 548.

38 Lettre de J.-B. de La Salle à un frère resté anonyme (lettre connue seulement par une copie), ibid., p. 564.

39 J.-B. de La Salle, Conduite des Écoles chrétiennes, chapitre quinzième, « Des corrections en général », p. 661.

40 V. Jamerey-Duval, Mémoires. Enfance et éducation d’un paysan au xviiie siècle, texte édité par J.-M. Goulemot, Paris, Le Sycomore, 1981, p. 113.

41 J.-L. Ménétra, Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra compagnon vitrier au xviiie siècle, présenté par D. Roche, Paris, Montalba, 1982, p. 34-40.

42 J.-B. de La Salle, Conduite des Écoles chrétiennes, op. cit., chapitre quinzième, « Des corrections en général », article neuvième, « Des pénitences », Œuvres complètes, p. 675.

43 Ibid., article sixième, « Des enfants qu’il faut ou qu’il ne faut pas corriger », p. 667-672.

44 J.-B. de La Salle, les Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne à l’usage des écoles chrétiennes, [1703], Préface, Œuvres complètes, op. cit., p. 733-734.

45 J.-B. de La Salle, Règles communes des Frères des Écoles chrétiennes [d’après le manuscrit de 1718], chapitre premier, Œuvres complètes, op. cit., p. 3.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540