Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Dessiner à grands traits pour représenter : les stéréotypes sociaux

Le modèle du laïc chrétien à travers les éloges funèbres, xixe-xxe siècles

Jean-Luc Marais

Texte intégral

  • 1 « Pour le contemporanéiste, le défi consiste à montrer moins la mise en forme du religieux par les (...)

1L’historien du catholicisme contemporain rencontre souvent dans les bibliothèques des plaquettes, parfois illustrées d’un portrait, reproduisant des discours prononcés lors des obsèques de tel ou tel personnage. Il trouve aussi de ces éloges dans la presse locale. Comme beaucoup sans doute, je ne lisais que rapidement ces textes, à la recherche, de quelques éléments biographiques et les y trouvant parfois. Mais le discours lui-même, au style redondant, ne me retenait guère. Pourtant, analysant dans quelle mesure le catholicisme contribue à l’organisation des sociétés1, je me suis interrogé sur l’éventuelle adéquation entre ce modèle religieux et la réalité, et sur la fonction sociale et religieuse de ces textes. Le cadre géographique de ce travail est restreint (le Maine-et-Loire a fourni l’essentiel de la documentation) et n’a pas vraiment ici d’autre pertinence que la commodité de la recherche. Il faudrait évidemment dépasser ce cadre pour affermir ou contester les conclusions limitées auxquelles j’arrive, sans doute aussi élargir l’enquête à d’autres textes, de type biographique ou hagiographique, à des mémoires et correspondances. D’autres images du laïc chrétien pourraient également être recherchées dans des documents normatifs : prédication ordinaire, imprimé édifiant, guides des états de vie qui se multiplient avec l’imprimé bon marché.

  • 2 Catholicisme, T. IV, article « Éloge funèbre », normes sur la prédication du 28 juin 1917.
  • 3 Cet hebdomadaire, organe officiel de l’évêché, est entièrement rédigé par des ecclésiastiques.
  • 4 Semaine religieuse, 1884, p. 268.
  • 5 M. Dubillot, C. Derouet, Petite histoire d’une église ordinaire, éditions du Linteau, 1998, 173 pa (...)

2L’éloge ou l’oraison funèbre, genre littéraire reconnu chez les orateurs sacrés, perd au xixe siècle et encore plus au xxe ses caractéristiques formelles classiques, mais reste soumis à des règles canoniques. Selon les normes de la Sacrée Congrégation consistoriale, l’éloge funèbre demande un consentement exprès de l’ordinaire2. Il est prononcé lors des funérailles, ou plus souvent lors du service de huitaine, ou lors du transfert du corps vers une sépulture familiale. Ces éloges sont imprimés sous forme de plaquettes, ou reproduits dans la Semaine religieuse3. À partir de 1881, cet hebdomadaire publie aussi des notices, plus ou moins développées, ressemblant fort à des éloges funèbres, et qui revendiquent parfois cette identification : M. Durfort de Civrac avait refusé un éloge funèbre, « mais nous ne sommes pas tenus à la même discrétion », écrit le rédacteur de l’hebdomadaire ecclésiastique4. J’ai joint à ces éloges des hommages rendus par leurs collègues à des professeurs de la faculté libre de droit, ainsi que deux petites brochures publiées (à la demande de la famille ?) à l’occasion du décès d’un enfant et d’une jeune fille. Au total, et sans aucune prétention à l’exhaustivité, 38 textes, entre 1865 et 1952, 9 prononcés par des évêques, 16 par des vicaires généraux, des curés, des prêtres, 8 publiés sans indication d’auteur dans la Semaine religieuse, 6 rédigés par des laïcs. 29 de ces textes concernent des hommes, 9 des femmes. Pour établir des comparaisons, j’ai utilisé un texte publié récemment5, où le curé d’une paroisse du Segréen, Marans, a tracé le portrait de tous ses paroissiens, pour garder la mémoire de ceux qui avaient participé à la reconstruction de l’église (mais même ceux qui n’ont rien donné sont mentionnés) : le texte date probablement de 1877. Il n’était pas destiné à la publicité, et est donc pour cela un contrepoint intéressant aux éloges funèbres dont le caractère ostentatoire est la première caractéristique.

3« Lorsque des membres du Parlement et du Conseil général, les chefs et les représentants des Administrations civiles, le clergé de plusieurs cantons sont réunis par un même deuil, lorsque l’élite de la société d’une contrée, d’une grande paroisse, les enfants des Écoles chrétiennes et des pauvres en foule honorent de leur présence et sanctifient de leurs prières une cérémonie funèbre, tous demandent que ces divers témoignages de sympathie reçoivent une interprétation précise » (le curé du Louroux-Béconnais, aux obsèques de M. Girard de Chateauvieux, 1909). Voilà donc pour les circonstances qui entourent ces discours. « Ne manquerait-il pas quelque chose à ce concert si la Religion n’y mêlait sa voix dans cette imposante assemblée ? » (l’évêque d’Angers, 1903, au service de huitaine de M. le comte de Maillé). Textes à la fois mondains et chrétiens, tels sont les éloges funèbres.

4Le plan suivi par les orateurs est banal : les origines, la carrière et la vie, les vertus, les œuvres, la mort.

  • 6 Les références entre ( ) renvoient aux documents signalés à la fin du texte.

5Le laïc chrétien ne naît pas n’importe où. Un des orateurs précise d’ailleurs ces règles d’hérédité : « C’est la condition, et en quelque sorte une loi de la nature humaine, que les vertus et les vices y soient héréditaires comme le sont les qualités ou les défectuosités corporelles. Il n’est donc pas sans à propos, pour étudier une vie, de remonter jusqu’à ses sources » (Lamoricière, 1905)6.

6Il est d’abord le fruit d’une terre, mais cela est assez rarement précisé : « né de cette race bretonne, sur cette terre de bravoure et de foi » (Lamoricière, 1865) ; et un pays neuf comme l’Amérique a tout autant une influence heureuse : la comtesse d’Andigné est née aux USA, et elle a les qualités de la « race américaine » (1879). Bien plus capitale est l’influence de la famille.

  • 7 Par la suite abrégée en S.R.

7« Vive intelligence, caractère énergique, ardeur contenue, maturité précoce, honnêteté foncière, héritage de famille », tels sont les traits du président de cour d’appel Coutret (Semaine Religieuse7, 1889). Mais surtout, une bonne famille doit être ancienne : le doyen Jac est « fils d’un magistrat breton de souche noble irlandaise », et sa mère est d’ « une des familles les plus distinguées de l’aristocratie normande » (Jac, 1932) ; un roturier comme René Bazin a franchi cette barrière : « Si comme le disent les Anglais, il faut trois générations pour faire un gentilhomme, sa famille, tant du côté paternel que du côté maternel, avait depuis longtemps franchi les étapes obligées. Ainsi s’expliquent, pour une bonne part, sans doute, sa distinction naturelle et l’affinement de ses manières » (Bazin, 1933). Cette hérédité est systématiquement signalée chez les nobles : M. de Caqueray était de « vieille noblesse » (S.R., 1883), Mme de La Motte-Baracé était « issue d’une race antique et solennelle » (S.R., 1887), la baronne de Candé était née de « parents non moins distingués par la délicatesse des sentiments que par la noblesse du sang » (S.R., 1889). Girard de Chateauvieux est « un parfait gentilhomme », de « la race des grands seigneurs » (Chateauvieux, 1909), le duc de Blacas possède « la distinction et les qualités de sa race » (Blacas, 1937). Si cette ancienneté familiale est soulignée, parfois illustrée par l’évocation de célèbres ancêtres, c’est parce qu’elle est liée avec un profond respect des traditions et des principes chrétiens. On précise donc parfois que l’ancienneté ne vaut pas par elle-même, mais par les comportements qu’elle induit. Un orateur dénonce « dans ce siècle égalitaire, […] une tendance à condamner et à supprimer les titres et les souvenirs comme un préjugé », mais admet cependant qu’un grand nom n’est un honneur que si celui qui le porte le laisse « au terme de sa carrière, non moins grand et non moins illustre » (Andigné, 1879). En effet, naître dans une famille ancienne impose des devoirs : « Ce n’est pas pour s’en vanter que l’on a derrière soi toute une lignée de soldats, de marins, de prêtres, parmi lesquels beaucoup ont laissé d’héroïques souvenirs. On est un anneau de la chaîne : avant tout il ne faut pas rompre » (en 1932, dans l’oraison funèbre du Plessis de Grénédan, l’orateur cite le défunt parlant de son fils mort jeune). Car plus que la race, ce qui importe, c’est le goût et l’amour de la tradition (« une famille fidèle aux vieux souvenirs et aux vieilles vertus », Lamoricière, 1865), et de la foi catholique, que transmettent ces familles : « deux familles qui avaient conservé intactes les mêmes traditions de foi, de piété, et d’honneur » (Quatrebarbes, 1868), « une de ces familles de la noblesse angevine où la dignité des manières, le souci du devoir et de l’honneur, la bienveillance, le dévouement, la piété, sont l’héritage des générations » (Perraudière, 1917) ; Charles de Caqueray est « mort de la mort des saints, léguant à sa famille l’honneur d’une vie sans tache, et un héritage de vertus qui sera le plus beau patrimoine de ses enfants » (S. R, 1882). Girard de Chateauvieux « n’avait-il pas, du reste, la foi dans le sang » (1909) ? Ainsi la foi est-elle reçue de la famille : le comte de Maillé est « héritier des croyances de ses pères » (Maillé, 1903), son fils, qui meurt en 1907, a des « vertus héréditaires », « un patrimoine moral ». « Le sanctuaire de la famille est aussi le sanctuaire de la piété » (Chateauvieux, 1909).

8Produits de leurs familles, ces chrétiens se doivent d’en fonder une qui reproduise celle de leurs parents. Les conjoints ne peuvent être qu’en communion d’esprit. Le comte de Maillé s’allie « avec une des premières familles de notre pays », il voulait non « une personne superficielle et mondaine », mais une « chrétienne vigoureusement trempée comme lui, une épouse amie du foyer comme lui, une femme de devoir comme lui » (Maillé, 1907).

9L’épouse du comte d’Andigné est « issue d’une famille aussi chrétienne et méritante que la sienne » (Andigné, 1938).

10Les enfants doivent reproduire la vie de leurs parents ; Mme d’Andigné « voulait par dessus tout que ses enfants fussent des chrétiens dignes de leur foi et dignes aussi de leur race » (S.R., 1885). Ils sont sévèrement éduqués. M. de Maillé est soucieux d’ « écarter de ses enfants tout ce qui pourrait déflorer leur âme » (Maillé, 1907). Son épouse est le « modèle accompli de la mère par un bienheureux mélange de vigilance éclairée, de fermeté prudente et de tendresse poussée jusqu’au sacrifice » (Maillé, 1920). Du mariage, Charles Buston a « une conception toute romaine », il surveille étroitement ses enfants, pratique des coupes dans les journaux qu’ils reçoivent (Buston, 1931). Le père d’Ernest Jac lui fit comprendre « le prix de l’austère douceur du travail » (Jac, 1932). Du Plessis de Grénédan installe ses enfants dans son bureau pour surveiller leurs études (1952). Le nombre d’enfants est signalé (en général 2 ou 3), mais la famille nombreuse n’est célébrée, discrètement que pour le marquis de la Bretesche, en 1935, qui a huit enfants, et a ainsi défendu les « intérêts sacrés de la famille française ».

11Bien évidemment, les enfants devenus prêtres, religieux, ou religieuses, sont évoqués, comme des preuves de cette excellente éducation.

12L’hérédité familiale si honorable est beaucoup plus soulignée que le caractère du défunt, comme si le conditionnement familial effaçait la personnalité. Les traits de caractère mentionnés sont rares pour les garçons et les hommes : une « noble gravité » à 20 ans (Quatrebarbes, 1868), « vive intelligence, caractère énergique, ardeur contenue, maturité précoce » (Président Coutret, S.R. 1889), « studieux, appliqué, réfléchi, et pourtant soumis et modeste » (Charles Gourdon-Chesnelong, mort à 8 ans, 1902), « la politesse exquise, [une] « loyale et franche courtoisie » (Chateauvieux, 1909), gravité, raideur (Buston, 1931), « noble réserve » pour le marquis de la Bretesche (1935), « une simplicité en toutes choses, qui était le contraire de l’arrogance » (Andigné, 1938), « sa délicatesse, sa simplicité, son extrême amabilité » (Boissière, 1941).

13Pour les femmes : « la beauté et l’intelligence » (Andigné, 1879), l’esprit (baronne de Candé, S.R., 1889), « l’exquise bienveillance » qui tempère « ce qu’auraient pu avoir de trop sévères son esprit de droiture et son amour de la justice » (Maillé, 1920).

  • 8 Confirmation par le curé Dubillot, op. cit., p. 113 : « Mlle Marie-Thérèse est une jeune personne (...)

14Comment ces laïcs ont-ils été éduqués ? Rien n’est mentionné pour les femmes, si ce n’est l’influence familiale8. Pour les hommes, les études sont faites au lycée, chez les jésuites, les eudistes, sans d’ailleurs que l’on souligne que cela ait eu une influence décisive. La première mention en la matière date de 1931, pour Charles Buston, dont on précise qu’il n’a pas été au lycée, mais dans un collège. En 1952, à propos du doyen du Plessis de Grénédan, l’orateur précise que, boursier au lycée Hoche (Versailles), « se sentant étouffer dans un milieu d’incrédulité », il demande à sa mère d’aller chez les jésuites du Mans (Plessis, 1952).

15Les professions dignes d’être signalées sont peu nombreuses : l’enseignement, pour le petit groupe des professeurs, la carrière militaire pour quelques-uns des nobles. Les qualités des enseignants sont le travail : « travailler ce cours [de droit commercial] fut une des jouissances de son existence » (Buston, 1931), même « labeur constant » chez E. Jac (1932) ; quant aux cours de Plessis de Grénedan, ils « devinrent vite excellents » (1951).

16Les qualités des militaires sont évidemment le courage, l’héroïsme, mais nos orateurs n’insistent guère sur ces aspects : la célébration des vertus guerrières ne semble pas avoir sa place à l’église. Seul Mgr Dupanloup, célébrant Lamoricière, après avoir déclaré qu’il serait « bref sur l’héroïsme militaire », y consacre un quart de son discours, mais il s’agit d’une guerre acceptable, celle qui « étend au loin la civilisation et fait reculer la barbarie. Allez bataillons français, planter la Croix à Hippone, chanter le Te Deum à Pékin, délivrer la Syrie, et rendre enfin Constantinople à Jésus-Christ ! » (Lamoricière, 1865).

  • 9 Sur la tombe de M. Girard de Chateauvieux, le maire rappelle qu’il a renoncé à sa carrière de dipl (...)

17La plupart de ces laïcs, même s’ils ont été militaires, sont vite devenus propriétaires fonciers. Cette situation sociale est, assez curieusement, présentée comme une obligation : reprendre le domaine familial s’impose comme un devoir. Le comte de Maillé a quitté les armes pour des « devoirs de famille » (1903). J. de la Perraudière quitte l’armée et s’installe sur les terres de sa femme (1917). Le marquis de la Bretesche quitte Saint-Cyr pour obéir à la demande de son père âgé qui a besoin de lui pour l’administration de ses biens (1935)9.

  • 10 Dans un texte de mon corpus, l’auteur de l’oraison funèbre de Mme des Cars évoque ce choix : « La (...)

18On peut s’étonner de la place que prennent ces commentaires sur les familles et les personnes, alors que Mgr Costes lui-même déclare que « la chaire de vérité ne doit […] retenir du chrétien que les reflets d’une âme foncièrement religieuse » (1937), « que les aspects religieux, ou ceux qui sont le reflet, plus ou moins direct, de la foi chrétienne » (1935). On peut sans trop de risques y voir les conséquences des relations relativement étroites qu’entretiennent ces ecclésiastiques avec ces notables, et de l’obligation qui s’ensuit de respecter les usages du monde et de la société. On sait par ailleurs que l’aristocratie n’était pas sans influence dans la nomination des prêtres des paroisses où elle réside10 : on peut penser que les curés qui prononcent ces textes ont été choisis parce que particulièrement respectueux des notables. Peut-être y a-t-il plus : une fascination pour cette aristocratie, chez ces prêtres généralement d’origine modeste, séduits par cette aisance, cette bonhomie, et cette générosité incontestable dont ils bénéficient et dont nous reparlerons.

19Venons-en aux vertus chrétiennes de ces laïcs éminents. Thème récurrent : la continuité de leurs vertus chrétiennes, de la naissance à la mort, « une vie passée toute entière dans la piété » (C. de Caqueray, S.R., 1882). Mais que dire alors de ceux dont la vie n’a pas toujours été un modèle de piété ? Deux sont présents dans notre corpus : Lamoricière, et Mac Mahon. Les deux orateurs utilisent le même procédé. L’éloge commence par les lieux communs sur les origines, suit le récit des grandes actions (pour Lamoricière, la défense des États pontificaux), et ce n’est qu’après que la « conversion » est abordée. « La jeunesse et la vie des camps, l’émotion des batailles, les prestiges de la gloire, firent longtemps du bruit à ses oreilles, et soulevèrent sous ses pas une poussière qui lui dérobait les choses de l’âme et les choses de Dieu »… et c’est en exil, à Bruxelles, que survient « cette conversion dont je ne puis tout vous taire ». Dès lors, le général de Lamoricière « fut un bon et grand chrétien ». Pour Mac Mahon, c’est après sa retraite politique qu’il s’ « abandonne aux inclinations d’un cœur que Dieu avait fait bon et chrétien » (1893).

20La première des qualités chrétiennes soulignée est le sens du devoir, l’obéissance sans hésitations aux devoirs du chrétien. Bernard de Quatrebarbes part combattre pour le pape, non par entraînement chevaleresque, mais « par conscience, par devoir, uniquement pour un motif de foi, et contre toutes ses inclinaisons naturelles. N’eût-il été que l’enfant du peuple, il serait parti également » (Quatrebarbes, 1868) ; du Plessis de Grénédan a « le culte du devoir » (1932). Le comte de Maillé présente à ses enfants la vie « comme une chose grave, une chose sainte, une vocation à remplir, où le devoir et le sacrifice auraient la plus forte part » (1907). Dans la vie de Mme de Maillé, la religion « est constamment la régulatrice de la conscience, l’inspiratrice du devoir, le mobile des actions mêmes les plus ordinaires, la raison dominante de toutes les sollicitations familiales et de toutes les libéralités charitables » (Maillé, 1920).

21Si l’on signale que la foi de la vicomtesse des Cars est particulièrement éclairée, « d’une science extraordinaire en théologie mystique » (1899), que celle de Girard de Chateauvieux est « raisonnée » (1909), que celle de René Bazin est « profonde et réfléchie, résultat d’études approfondies et de longues méditations » (1933), la simplicité de la foi n’est pas méprisée : « Sa foi, d’ailleurs, était simple comme la vôtre. Sa religion, il la pratiquait à la manière de tous les bons chrétiens » (Maillé, 1903). Le comte d’Andigné « était servi, dans ses réflexions, par la culture intellectuelle des hommes de sa condition. Mais un de ses familiers nous l’a écrit, le comte aimait à répéter : j’ai avant tout la foi du charbonnier » (1938).

22Les pratiques de piété retiennent évidemment l’attention des clercs : on souligne généralement qu’elles ne se bornent pas « aux obligations du christianisme strictement requises » : le comte de Maillé assiste à la messe, aux vêpres, récite son chapelet, mais y ajoute de « délicieuses pratiques » de dévotion mariale ; Girard de Chateauvieux est fidèle aux offices et aux sacrements, à la messe, il suit « dans son livre » (1909). La baronne de Candé assiste à la messe tous les jours, et visite le Saint-Sacrement tous les soirs (S.R. 1889). Plusieurs organisent une prière du soir pour toute la maisonnée (Mme d’Andigné, M. de la Bretesche). M. de la Bretesche suit une retraite annuelle : « N’est-ce pas la perfection de la vie chrétienne ? » (1935).

23Deux points semblent sensibles : où satisfait-on à ses devoirs religieux ? Dans la chapelle du château ? L’évêque ne peut blâmer cette attitude, puisqu’il en donne l’autorisation. Il félicite même la générale de Lamoricière d’avoir organisé le service religieux dans sa chapelle, ce qui est « utile à une population éloignée du centre » (1905). Pourtant, la fréquentation de l’église paroissiale est bien plus souhaitable, car on y est un modèle : c’est ce que fait le marquis de la Bretesche, alors qu’il pourrait suivre les offices dans sa chapelle (1935). C’est aussi le choix du comte de Bourmont, « presque toujours à l’église paroissiale, abîmé dans le plus profond recueillement » (S.R., 1882) ; « qui n’a admiré [la] tenue recueillie et religieuse devant la sainte Eucharistie » de Mme de la Mothe-Baracé (S.R., 1887). Autre point signalé : le rythme des communions. Le comte de Bourmont communie « à toutes les grandes fêtes de l’année, et dans les dernières années, au moins tous les mois ». Le vicomte de Villebresme communie toutes les semaines (S.R., 1882). Pierre Vincent, un métayer du Marillais qui eut droit à un article dans la Semaine religieuse écrit par son curé après sa mort, communie trois fois par semaine (1886). Mme des Cars communie tous les jours et « ses actions de grâces se faisaient dans un recueillement si touchant, que les assistants en étaient grandement édifiés » (1899).

24La piété de certains, leurs charités, sont telles qu’ils renoncent à tenir leur rang : Mme des Cars, après son veuvage, mêne une vie de religieuse, « elle poussa le dédain de la toilette jusqu’à en inquiéter quelques amies trop mondaines » (des Cars, 1879). M. de Boissard vit selon « le strict convenable » pour répandre ses bienfaits (S.R., 1888). Mais pour Mme de la Mothe Baracé, « jamais même ses œuvres ne lui firent omettre ou négliger les devoirs de société que lui imposait sa haute situation », le respect des bienséances (S.R., 1887).

  • 11 M. Dubillot, C. Derouet, op. cit., p. 46.

25La charité de tous ces personnages est constamment soulignée. Quelquefois, on rappelle que c’est le devoir du riche : « L’illustre douairière se livra aux bonnes œuvres qui étaient en rapport avec le cœur et les richesses dont elle disposait » (Mme de Quatrebarbes, S.R., 1884) ; Mme des Cars regarde ses bonnes actions « comme l’accomplissement d’un devoir tout naturel et commandé par la situation de fortune où Dieu l’avait placée » (1899) ; « Le riche est l’économe de Dieu » (Maillé, 1920). Le curé Dubillot considère que Joseph de la Perraudière et sa femme « devaient tenir la tête de la souscription [pour l’église], leur position de fortune, la noblesse de leurs sentiments religieux leur en faisait un devoir vigoureux11 » (la générosité de Joseph de la Perraudière sera également mentionnée lors de son éloge funèbre de 1917).

26La générosité envers les pauvres est à peu près toujours signalée. On peut d’ailleurs se demander si dans certains cas, il ne s’agit pas d’un lieu commun qu’imposent les circonstances plus que d’une réalité significative.

27On dit ainsi de Mac Mahon qu’il se consacre aux « bonnes œuvres », sans plus (1893), de Mme de Champrel qu’elle « fit un noble usage des avantages de la fortune » (S.R., 1886). Pour M. Fortuné d’Andigné, la formule est encore plus ambiguë : « Quelle collaboration personnelle le marquis d’Andigné a-t-il apporté aux œuvres et entreprises qui ont le plus honoré la France en ces derniers temps ? Qu’il nous suffise de savoir que cette collaboration fut réelle et bienfaisante » (1935). Mais pour la majorité, la description de cette charité est assez circonstanciée pour que l’on puisse penser qu’il y a bien là une réalité. Ainsi, Lamoricière fait « le bien sous toutes ses formes : églises, écoles, soins des malades, sœurs de charité, ou bien améliorations agricoles, routes faites a ses frais, aumônes, etc. Toutes ces bonnes œuvres étaient pour lui une sorte de récréation » (1865). Le vicomte de Boissard fait entrer tel pauvre à l’hospice, et il n’y avait pas de paroisse « où les pauvres aient vécu plus heureux. Pain, viande, vêtement, bois, loyers, tout leur était libéralement servi » (S.R., 1888). Mme des Cars a un « magasin des pauvres », où elle distribue vêtements et linge aux pauvres dont les curés lui ont envoyé la liste : « Les pauvres venaient de plusieurs lieues à la ronde » (1899). Le comte de Maillé (1903), ne pratique pas « cette charité de parade, fastueuse et prodigue, qui, en certaines occasions, jette à pleines mains l’or et l’argent, plus soucieuse d’éblouir que de faire du bien », mais il s’occupe des malades, des sans travail, trouve « une besogne sans fatigue aux vieillards ». La générosité du comte d’Andigné a « dépassé souvent les limites permises par la prudence humaine » (1938). Cette charité accepte d’ailleurs d’être trompé : « Si on me trompe, me disait-il, on a tort, mais j’aime mieux être trompé que de tromper les autres » (Boissière, 1941). Les roturiers peuvent ne pas se soumettre à cet usage : P. Baugas « donne sans compter » mais pas au hasard (1931).

28Si la charité envers les pauvres est générale, ce qui permet de ne pas s’appesantir (mais l’on trouve quelques textes où elle n’est pas mentionnée), nos orateurs tiennent aussi à souligner la générosité envers l’Église. Ainsi, de Mme de Quatrebarbes (« la plus riche héritière de l’Anjou », sans héritier direct), « on n’a pas besoin de dire qu’elle a été la providence des pauvres et des malheureux, ce qui va de soi lorsqu’il s’agit d’une chrétienne grande dame, mais il est permis de rappeler » qu’elle a fondé deux écoles chrétiennes, une chaire à l’Université catholique, financé la reconstruction de l’église du village, etc. Le paysan Pierre Vincent a vendu sa terre, en a consacré le prix (30 000 F) à la nouvelle église du village, a offert un champ pour construire le presbytère, ce qui lui vaut sans doute une notice dans la Semaine religieuse plus peuplée d’aristocrate que de métayers ! (S.R., 1886).

  • 12 Mme des Cars a soutenu 20 écoles, « Cette église qu’elle a bâtie, celles du voisinage qu’elle a se (...)

29Églises reconstruites ou décorées, écoles catholiques installées, prise en charge de pensions pour des séminaristes, aides à l’Université catholique, construction de cercles catholiques, de patronages sont les actions les plus citées12. « Pas une de ces œuvres paroissiales si nécessaires de nos jours pour faire le bien […] qui ait eu recours à lui sans avoir part à ses aumônes » (de Boissard, S.R., 1888). M. de la Bretesche est la providence de tous les curés de son canton, à qui il demande le secret (1935).

30Pour certains, roturiers moins riches, on signale les œuvres qu’ils soutiennent plutôt que leurs charités individuelles : M. Huré, professeur à Cholet, s’occupe des « Conférences de Saint-Vincent de Paul, des visites aux pauvres et aux malades, de démarches pour les apprentis et les sans travail, des bibliothèques gratuites, de l’inspection des écoles libres, du Sou des écoles, du cercle catholique, du tiers ordre », et « donne sans compter » (S.R., 1889).

31(Voir aussi M. Jallot, de Candé, S.R., 1889, le doyen Jac, 1932). Trait constamment souligné : la discrétion, variation sur un thème qui apparaît dans la première notice consacrée par la Semaine religieuse à un laïc (marquis de Broc, 1881) : « Sa charité inépuisable autant que cachée laissait ignorer à sa main gauche les œuvres de sa main droite » (voir aussi Mme de la Motte Baracé, S.R., 1887, baronne de Candé, S.R., 1889, Maillé, 1907, Chateauvieux, 1909). Mais certaines indiscrétions ont révélé ces bienfaits (Mme d’Andigné a « été mille fois trahie par les malheureux sans nombre qu’elle soulageait » (1879), et d’autres sont moins discrets : Mme des Cars « parlait rarement de ses bonnes actions et n’en tirait point vanité » (1899) : c’est donc qu’elle en parle ! Une telle générosité a des conséquences, bien connues par d’autres sources : « À ce jeu, M. de La Perraudière gagna bientôt tous les respects, toutes les sympathies et la confiance des électeurs lui fut acquise pour toujours » (1917). Mais une telle franchise est rarement le fait de nos orateurs. C’est plutôt le contraire qu’ils soulignent. « Quand cette bienfaisance secrète se répand sur de bonnes populations qui l’eussent appréciée, et quand celui qui en est l’auteur est un personnage politique soumis à des réélections périodiques, il y a dans sa manière un héroïsme […] d’une essence tellement rare que peu d’hommes sont capables, je ne dis pas de s’élever jusqu’à lui, mais seulement d’en percevoir le sens et la beauté » (Bretesche, 1935). Le comte d’Andigné est charitable et rend des services, mais « jamais il ne chercha à s’en prévaloir pour des fins politiques. Il accomplissait le bien par goût, autant que par devoir, insensible à la prévision d’une récompense humaine ou d’un merci » (Andigné, 1938). M. Boguais de la Boissière est adjoint, puis maire, mais « le bien qu’il a répandu à profusion, il ne l’a point fait pour être un homme populaire ou admiré » (Boguais, 1941).

  • 13 Le curé Dubillot rapporte (op. cit., p. 114) le cas de M. le duc de Fitz-James, très généreux, qui (...)

32Se profile ici une certaine image des mandats politiques. Ou ils ne sont que la contre-partie normale des générosités13 (le suffrage est donc inutile, minimisé), ou bien ils sont donnés comme par acclamation, acceptés comme un devoir : là encore, le suffrage est écarté. Les fonctions politiques ne doivent jamais être sollicitées, elles sont imposées par les électeurs à des notables qui les acceptent, souvent comme leur père les avaient acceptées. « Près de cent mille suffrages, brigués sans bassesse, obtenus sans contrainte, auraient satisfait une ambition vulgaire », mais ce n’est évidemment pas le cas du comte de Maillé (1903). Quant à son fils, « il ne crut pas devoir se dérober comme maire de cette religieuse commune, comme conseiller d’arrondissement, enfin comme député de cet arrondissement, aux suffrages presqu’unanimes qui sont, de la part de ces excellentes populations, l’irrécusable témoignage du prestige exceptionnel, on pourrait dire héréditaire, attaché au nom des comtes de Maillé » (1907). Même type de légitimité, qui ne repose pas vraiment sur le vote et la compétition électorale, chez M. d’Andigné : « Vous savez dans quelles circonstances, en 1932, les notables de l’arrondissement de Segré vinrent lui offrir le siège de député laissé vacant par la mort de son parent […]. Il fut élu à une forte majorité » (1935).

  • 14 Sur ce passage du vote conservateur royaliste au vote catholique, voir J.-L. Marais, « La défense (...)

33Il va sans dire que tous les élus sont félicités pour avoir défendu la cause catholique. Il est d’ailleurs à noter que leurs opinions partisanes, sans être ignorées, sont relativisées, atténuées. Lamoricière a servi la monarchie constitutionnelle aussi bien que la République, « acceptant tous les rôles pour servir ». Le comte de Civrac était le défenseur des bonnes causes (il était légitimiste), mais avec « un esprit conciliant et une extrême modération » (S.R. 1884). Le comte de Maillé est ferme dans ses convictions, mais modéré (1903), son fils est « monarchiste de race, tout en se montrant libéral » (1907). Fortuné d’Andigné était présent lors des manifestations du 6 février 1934, ce qui mérite donc d’être rappelé, « mais ce que l’Anjou demandait, avant tout, à son élu, c’était de se montrer le digne héritier de la foi religieuse de ses ancêtres », et l’on rappelle quelques-unes de ses actions en ce domaine (1935). Le duc de Blacas a mené des « luttes politiques au bénéfice des traditions de sa famille, de la patrie et de la religion » : l’engagement politique conservateur n’est donc évoqué que par allusion, mais son engagement pour la cause catholique est rappelé, il apporte « son vote en notre faveur » (1937)14. Même Mme des Cars a eu une heureuse influence par « la puissance de son autorité qui maintenait cette commune tout au premier rang de celles qui votèrent pour les sénateurs, les députés et les conseillers catholiques défenseurs de l’ordre et de la religion » (1899).

34Dans l’idéal chrétien, il y a la douleur et le malheur acceptés, que Dieu réserve aux âmes d’élite. C’est ainsi que Dupanloup présente l’exil de Lamoricière au lendemain du coup d’état de 1851. Quant à Mme de la Mothe-Baracé (S.R., 1887), « sa vertu n’eût pas été complète et n’eût pas eu tout son effet, si elle n’eût été éprouvée par le malheur » (son fils unique est mort jeune). La mort des enfants est plusieurs fois évoquée (Mme de Lamoricière, Mme de Quatrebarbes, Mme d’Andigné). Quant à Marthe de Quatrebarbes, son biographe lui fait dire : « Je ne veux pas que l’on me pique à la morphine pendant la journée, parce que je veux souffrir tout ce que le Bon Dieu voudra. Je veux bien que l’on me fasse une piqûre la nuit, car il faut que je me repose un peu pour souffrir ensuite avec plus de courage » (1906).

35Comment ces laïcs vivent-ils leur mort ? La peur de la mort est parfois évoquée, mais on ajoute qu’elle a disparu lors du moment fatidique (Lamoricière, 1905). Pierre Vincent attend la mort avec une « douce confiance » (S.R., 1886). M. Coutret est « serein devant la mort » (S.R., 1889). La mort idéale est celle du martyre, comme celle de Bernard de Quatrebarbes, mourant des blessures reçues en combattant pour le pape (1868). Le jeune Charles Gourdon, qui meurt à huit ans, a le désir du martyr (1902). La mort de Mme d’Andigné est moins dramatique, par une « nuit froide et brumeuse » elle secourt une pauvre femme, et la maladie qui s’ensuit l’emporte (1879).

  • 15 À noter, que pour le comte de Maillé, l’évêque affirme que la récompense suprême est obtenue, alor (...)

36Quelle est la portée de ces éloges ? Le recteur Pasquier termine ainsi celui de Mme des Cars : « Mes chers frères, pour achever la physionomie de Mme des Cars, je devrais faire comme l’Église, quand elle entreprend la canonisation d’un saint : faire parler tous ceux qui l’ont connue. J’entendrais, chose rare en ce monde, un concert d’éloges sans aucune voix discordante » (des Cars, 1899). D’autres évoquent ce « nouveau protecteur » dans le Ciel. Le défunt est au Ciel : affirmation nette que ne craignent pas de prononcer certains orateurs. « Cette lumière de Dieu où vous êtes entré » (Lamoricière, 1865) ; « Cette couronne, le vaillant chrétien la possède maintenant » (S.R., 1882, C. de Caqueray) ; « Ce qu’elle a cru, elle le voit, ce qu’elle a espéré, elle le possède » (Lamoricière, 1905) ; « Oui, bon et fidèle serviteur, nous n’en pouvons douter, le Ciel est bien votre partage » (Maillé, 1907) ; « Vous êtes parus devant le juge souverain, et j’aime à croire que déjà vous êtes entrés dans la Jérusalem céleste dont vous m’entreteniez au soir de la fête de tous les saints » (Boguais, 1941). D’autres atténuent la vigueur de l’affirmation, en demandant que l’on prie pour le défunt, mais sans cependant douter de son salut. « Les âmes, même les plus justes et les plus pures, demandent une prière » (Andigné, 1879) ; prions « le Dieu juste et bon de la couronner, s’il ne l’a déjà fait » (comte de Maillé, 1903) ; « Nos prières hâteront, s’il en est besoin, la glorieuse possession [des récompenses éternelles] pour notre Bienfaiteur et notre Ami » (Maillé, 190715) : « Prions avec la confiance que le Dieu de justice récompensera, sans retard, ce bon et fidèle serviteur » (Chateauvieux, 1909) ; « Nous pensons, nous, que ce grand chrétien a été emporté devant le trône du Souverain Juge par le poids de ses bonnes œuvres. Prions pour lui cependant. Ainsi le veut la Sainte Église. Ainsi l’exigent la sagesse et la charité » (Bretesche, 1935). L’évêque devait être si heureux de cette formule qu’il la reprend à la lettre en 1937 (Blacas), en 1940 (Robech).

  • 16 Catholicisme, T. IV, article « Éloge funèbre ».

37Doit-on croire que les orateurs veulent vraiment laisser entendre que la sainteté de ces défunts pourrait être envisagée ? On peut penser que ces clercs connaissaient les règles que l’Église imposait : selon les normes de la Sacrée congrégation consistoriale du 28 juin 1917 sur la prédication, les oraisons et éloges funèbres ne pourront être reconnus comme historiques dans les procès de béatification ou de canonisation (canon 2033, § 2)16. Il est donc admis dans le monde ecclésiastique que ces éloges ne sont pas d’une exactitude absolue et qu’ils ne relèvent pas du discours historique. Ce qui ne leur enlève pas tout intérêt documentaire, en ce qui concerne les événements vécus par tel ou tel personnage : fonctions remplies, rôle en certaines circonstances, création d’institutions ou d’œuvres. Mais cet apport à l’histoire « événementielle » n’est pas le plus important.

38Ces discours, même historiquement faux, sont vrais en ce qu’ils révèlent et diffusent une vision du monde. Ils révèlent l’étroite imbrication du clergé dans la société hiérarchisée et traditionnelle que dominent ces notables. Ils révèlent son adhésion, pour l’essentiel, aux valeurs politiques et sociales d’un ordre conservateur. Les discours de circonstance sont corroborés par des textes plus discrets, tel le registre du curé Dubillot, qui à propos de ses paroissiens ordinaires, exprime les mêmes convictions et la même adhésion au conservatisme politique et social. L’idéal humain et chrétien décrit dans les pompes funèbres n’a rien de très différent de celui qui se dégage du passage en revue, par ce prêtre, de ses paroissiens de Marans : mêmes considérations sur les origines des familles, sur l’éducation reçue et donnée aux enfants. Mêmes appréciations de la générosité modulées en fonction des ressources. Notations identiques sur les convictions politico-religieuses. Même attention à la fréquentation régulière de l’église, au rythme des communions. Mêmes remarques sur la crainte de la mort chez les uns et l’attente sereine chez les autres. Une fois l’emphase oratoire dégonflée, les exigences curiales envers les nobles et les roturiers se ressemblent fort, pour cette même période.

  • 17 L’exemplaire de l’éloge funèbre du doyen Jac conservé aux archives de l’évêché d’Angers porte la m (...)
  • 18 M. Dubillot, C. Derouet, op. cit., p. 49.
  • 19 É. Bazin, Pratique de la charité envers les familles ouvrières, 1901, p. 219.

39D’ailleurs, les textes mêmes de ces éloges funèbres révèlent cette volonté normative : le récit de ces vies exemplaires doit servir à l’édification de tous. Le stéréotype doit devenir réalité. Le concert de louanges « se tourne en leçons d’édification pour les hommes qui en sont les témoins ». Ces vies « publient l’excellence et la divinité de la religion chrétienne… L’apologie du christianisme par les œuvres, qui est à la portée de chacun de nous, est la plus efficace et la plus agréable à Dieu » (des Cars, 1899). « Une précieuse leçon nous est proposée dans la noble existence à laquelle vous avez assisté : l’utilisation chrétienne de la vie » (Maillé, 1903). Foi, piété, charité sont pour tous des exigences à rappeler17. En ces circonstances où « toute la noblesse du voisinage et les pauvres » sont rassemblés (S.R., 1889, baronne de Candé), le clergé fait la leçon aux uns et aux autres. Aux nobles, il rappelle qu’ils doivent être généreux envers les pauvres, et envers l’Église. Séminaires, Université catholique, écoles libres ne vivent que de générosités privées. Curés et évêques sont devenus d’éternels quémandeurs. Aux héritiers rassemblés de continuer l’action du défunt, « afin que, marchant sur les traces de leurs ancêtres, ils se montrent toujours les bienfaiteurs de cette contrée, l’honneur sans reproche de l’Anjou, les défenseurs courageux de la France, les humbles et dévoués serviteurs de Dieu et de l’Église » (Andigné, 1879). Si quelques familles donnent abondamment, bien d’autres ne se manifestent guère. Le curé Dubillot l’exprime : « Il y a tant de riches qui ne donnent rien, même avec une belle fortune. Que dis-je qui ne donnent rien ? Qui se ruinent et ruinent leurs enfants en ne donnant rien. Proclamons donc bienheureux celui qui a compris que donner à Dieu c’est le meilleur placement que l’on puisse faire et le plus sûr moyen de s’enrichir18«. Même constatation du chanoine Bazin en 1901 : « Le nombre de personnes aisées et même riches, et même opulentes, qui ne donnent pas à beaucoup près autant qu’elles pourraient et devraient donner, ou même (avant d’écrire, j’ai pesé tous les mots) qui ne donnent rien, est sans contredit très considérable19«. Faire l’éloge du don, c’est aussi le susciter. D’autres leçons plus discrètes peuvent être données : ainsi, on félicite M. de la Perraudière d’avoir tôt renoncé à ses mandats électifs : « sentiments points communs dans le monde » (1917). On félicite Mme de Lamoricière de n’avoir jamais hésité « à déranger ses projets ou même y renoncer, à sacrifier tous ses aises pour faciliter à ses serviteurs l’accomplissement de leurs devoirs religieux » (1905). Ce n’était sans doute pas si général ! Mais la portée de ces textes déborde la question des comportements religieux individuels, et atteint à l’histoire d’une société où le religieux contribue à réguler les rapports sociaux. Ils sont une des pierres qui construisent un ordre social et culturel où les convictions religieuses sont activement défendues par les élites, et où les élites sont confortées dans leur rôle social par l’Église. Car que voyons-nous et qu’entendons-nous ? L’évêque ou son représentant, un abondant clergé (toujours mentionné) se déplacent et viennent affirmer, avec plus ou moins de précautions oratoires, que le défunt est au ciel. Dans un monde où l’obsession du salut est première, n’est-ce pas la récompense absolue ? Ne touche-t-on pas là au cœur d’un système de croyances et de conduites ? Ainsi donc la vie de ces notables se trouve globalement approuvée, leur appui à l’Église récompensé, leur influence sociale et politique reconnue. Ces discours décrivent un modèle, mais bien plus encore, ils confortent des pratiques bien réelles.

Liste des notices nécrologiques ou discours publiés sous forme de livrets cités dans le texte.

40[1865, Lamoricière] Oraison funèbre du général de La Moricière prononcée par Mgr l’évêque d’Orléans, 17 octobre 1865.

41[Quatrebarbes, 1868] P. Letellier, chanoine honoraire, Bernard de Quatrebarbes, Angers, 1868.

42[Andigné, 1879] Oraison funèbre de Mme la Comtesse d’Andigné prononcée le 4 décembre 1879… par l’abbé Louis Vallée, Paris, Plon, 32 p.

43[Mac Mahon, 1893] Allocution prononcée au service funèbre du Maréchal de Mac Mahon par l’abbé Brisset, curé de Saint-Pierre, Saumur, le 14 novembre 1893, Saumur.

44[des Cars, 1899] Éloge funèbre de Mme la Vicomtesse des Cars… le 18 novembre 1899 par Mgr Pasquier, recteur de l’Université catholique d’Angers, Angers, Germain et Grassin, 24 p.

45[Gourdon, 1902] Pierre Gourdon, Charles Gourdon-Chesnelong, 1902, slnd.

46[Maillé, 1903] Éloge funèbre du comte de Maillé par l’évêque d’Angers, 20 juin 1903, Angers, Germain et Grassin, 10 p.

47[Maillé, 1904] Le comte de Maillé. Discours prononcés à l’occasion de sa mort et de ses obsèques, Angers, Germain et Grassin, 1904, 64 p. (contient une notice biographique, le discours prononcé par le curé de La Jumellière à l’annonce de sa mort, le discours prononcé par le chanoine Bernier lors de ses obsèques).

48[Lamoricière, 1905] Éloge funèbre de Mme la Générale de La Moricière prononcée par Mgr l’évêque d’Angers le 13 mai 1905, en l’église du Louroux-Béconnais, Angers, Germain et Grassin, 11 p.

49[Quatrebarbes, 1906] Pierre Gourdon, Marthe de Quatrebarbes, Angers, Germain et Grassin, sd.

50[Maillé, 1907] Éloge funèbre de M. le comte de Maillé… prononcé par Mgr l’évêque d’Angers dans l’Église de la Jumellière le 21 mai 1907, Angers, Germain et Grassin, 1907, 10 p.

51[Maillé, 1908] Le duc de Plaisance, Louis de Maillé… Discours prononcés à l’occasion de sa mort et de ses obsèques, Angers, Germain et Grassin, 1908, 60 p. (contient une notice biographique, le récit de ses obsèques, et six discours dont celui du curé de La Jumellière).

52[Chateauvieux, 1909] Le marquis de Girard de Chateauvieux, 1838-1909, Angers, Germain et Grassin, 1909 (contient le discours du curé doyen lors des obsèques)

53[Perraudière, 1917] Abbé T.-L. Houdebine, M.-J. de La Perraudière, 1832-1917, 1918.

54[Maillé, 1920] Éloge funèbre de Mme la Comtesse de Maillé prononcé par Mgr l’évêque d’Angers à la cérémonie de ses obsèques, le 23 octobre 1920, Germain, Grassin, Richou, 4 p.

55[Buston, 1931] Paul Baugas, professeur à la faculté de droit, Éloge funèbre de M. Charles Buston, professeur honoraire, 19 novembre 1931, en la grande salle du Palais universitaire.

56[Jac, 1932] comte du Plessis de Grenédan, Éloge funèbre de M. Ernest Jac, doyen honoraire de la faculté de droit, 10 mars 1932, en la grande salle du Palais universitaire.

57[Bazin, 1933] Paul Baugas, professeur à la faculté de droit, Éloge funèbre de M. René Bazin, professeur honoraire à la faculté de droit… prononcé le 20 mai 1933, dans la grande salle du Palais académique.

58[Andigné, 1935] Éloge funèbre de M. Pierre-Marie-Fortuné d’Andigné… à la cérémonie de ses obsèques, le 5 septembre 1935, par S.E. Mgr Costes, Angers, Richou, 1935.

59[Bretesche, 1935] Éloge funèbre de M. le Marquis de la Bretesche, prononcé dans l’église de Torfou, à la cérémonie de ses obsèques, le 28 juin 1935, par S.E. Mgr Costes, Richou, 1935.

60[Blacas, 1937] Éloge funèbre de M. le Duc de Blacas, prononcé dans l’église Notre-Dame de Beaupréau à la cérémonie de ses obsèques, le 17 décembre 1937, par S.E. Mgr Costes, Editions de l’Ouest, 1937.

61[Andigné, 1938] Éloge funèbre de M. le comte Jean d’Andigné, prononcé… le 18 août 1938 par Mgr Costes, Editions de l’Ouest, 1938.

62[Robech, 1940] Éloge funèbre de M. le Prince de Robech prononcé… le 15 mars 1940 par S.E. Mgr Costes.

63[Boguais, 1941] Abbé Augereau, curé d’Avrillé, Marie-Joseph Camille Boguais de la Boissière, 1862-1941.

64[Plessis, 1952] Mgr J. Pasquier, recteur de l’Université catholique de l’Ouest, Éloge funèbre du comte Joachim du Plessis de Grenédan, doyen honoraire de la faculté de droit, 1870-1951, prononcé le 26 mars 1952.

Notes

1 « Pour le contemporanéiste, le défi consiste à montrer moins la mise en forme du religieux par les conditions conjoncturelles de temps et de lieu, tant elle est évidente, que la rétroaction du religieux sur le corps social, encore souvent négligée pour ce qui concerne les sociétés occidentales modernes » (M. Lagrée, « Chemins de traverses », in J. Delumeau (édit.), L’historien et la foi, Fayard, 1996, p. 136.

2 Catholicisme, T. IV, article « Éloge funèbre », normes sur la prédication du 28 juin 1917.

3 Cet hebdomadaire, organe officiel de l’évêché, est entièrement rédigé par des ecclésiastiques.

4 Semaine religieuse, 1884, p. 268.

5 M. Dubillot, C. Derouet, Petite histoire d’une église ordinaire, éditions du Linteau, 1998, 173 pages.

6 Les références entre ( ) renvoient aux documents signalés à la fin du texte.

7 Par la suite abrégée en S.R.

8 Confirmation par le curé Dubillot, op. cit., p. 113 : « Mlle Marie-Thérèse est une jeune personne très distinguée par ses bonnes manières, sa conduite irréprochable. Elevée sous les yeux de sa bonne mère qui ne l’a jamais quittée, elle se ressent très avantageusement de la bonne éducation que lui a donnée sa mère ».

9 Sur la tombe de M. Girard de Chateauvieux, le maire rappelle qu’il a renoncé à sa carrière de diplomate pour « se fixer au milieu de nous » et exploiter les terres de sa famille.

10 Dans un texte de mon corpus, l’auteur de l’oraison funèbre de Mme des Cars évoque ce choix : « La chaleur de votre parole, M. le Curé, et le zèle de votre ministère, avaient été les principales raisons de ses désirs, quand elle vous avait demandé pour la cure de Neuvy » (1899).

11 M. Dubillot, C. Derouet, op. cit., p. 46.

12 Mme des Cars a soutenu 20 écoles, « Cette église qu’elle a bâtie, celles du voisinage qu’elle a secourues de ses aumônes, la maison Saint-René et le cercle militaire, dont elle a été l’insigne bienfaitrice, proclament sa générosité », de même que l’École Saint-Aubin, le grand et le petit séminaire, et 200 prêtres qu’elle a aidés.

13 Le curé Dubillot rapporte (op. cit., p. 114) le cas de M. le duc de Fitz-James, très généreux, qui avait exprimé « le désir d’être nommé maire ». Le conseil refusa et nomma « un rien ». Devant cet affront, le duc quitte la commune « ingrate ».

14 Sur ce passage du vote conservateur royaliste au vote catholique, voir J.-L. Marais, « La défense de l’Anjou chrétien », in F. Lebrun (dir.), Histoire des diocèses de France, Angers, Beauchesne, 1981, p. 252-256.

15 À noter, que pour le comte de Maillé, l’évêque affirme que la récompense suprême est obtenue, alors que le curé de la paroisse appelle à des prières.

16 Catholicisme, T. IV, article « Éloge funèbre ».

17 L’exemplaire de l’éloge funèbre du doyen Jac conservé aux archives de l’évêché d’Angers porte la mention manuscrite suivante : « Très beau. Ferait du bien à de grandes élèves. Quelle haute valeur.
Nous devons avoir la fierté de ces chrétiens là ».

18 M. Dubillot, C. Derouet, op. cit., p. 49.

19 É. Bazin, Pratique de la charité envers les familles ouvrières, 1901, p. 219.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540