Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Dessiner à grands traits pour représenter : les stéréotypes sociaux

Stéréotypes et préjugés sociaux dans la France du xixe siècle : le bon et le mauvais cocher

Éric Pierre

Texte intégral

  • 1 Sur sa carrière, voir son volumineux volume de mémoires. Dr P. Dumont Demonteux, Testament médical (...)

1En 1858, le Dr Dumont de Monteux1, une personnalité connue du monde médical, praticien de la prison du Mont-Saint-Michel, écrit une longue lettre à la SPA. Dans celle-ci, il s’en prend avec virulence aux charretiers :

  • 2 « Lettre de M. le Dr Dumont de Monteux, 4 octobre 1858 », Bulletin de la Société protectrice des a (...)

Cette profession […] est à la portée du premier rustre venu ; il ne lui
faut pour l’exercer qu’une blouse, une pipe et un fouet ; et si, au moyen du
fléau dont il est armé, il est assez adroit pour emporter la peau de son cheval,
il sera passé maître !… Je ne parle pas de la faculté d’accentuation dans les
jurons qu’il faut proférer, lesquels sont des notes soutenues du langage : sans
ce dernier mérite, on ne saurait être un véritable charretier français2 !…

  • 3 Ibid., p. 342.

2Selon lui, la confrérie est ouverte aux fainéants, aux ivrognes et aux incapables. Les charretiers ne connaissent rien aux chevaux et à leur direction. Leur incompétence provoque d’importantes pertes financières pour leurs patrons et, surtout, de nombreux accidents sur la voie publique. Dumont de Monteux mentionne ainsi le cas d’un petit enfant de quatre ans écrasé rue de Grenelle par un énorme tombereau abandonné par son conducteur, qui était, précise-il, « en train de s’abrutir dans un cabaret3 ».

  • 4 Sans nier les différences de statuts et de conditions, nous traiterons de l’ensemble des conducteu (...)

3Cette lettre, dans laquelle Dumont énumère un certain nombre de griefs à l’égard des charretiers, nous semble significative du jugement d’un homme appartenant aux classes aisées sur les conducteurs de chevaux4. Le fait que son auteur ait été un des fondateurs de la SPA de Paris en 1845, avant de devoir accepter son poste de médecin des prisons qui l’éloigne de la capitale, ne doit pas faire croire à l’expression de la sensibilité exacerbée d’un ami des bêtes. Les mots de Dumont, les thèmes qu’il développe, se retrouvent dans de nombreux autres écrits de la même période.

4Dans cet article, nous montrerons d’abord l’aspect récurrent de tels propos au xixe siècle, qui participent à la construction d’une image négative du cocher ou du charretier : image alimentée par un vocabulaire et des figures stylistiques souvent stéréotypés. Nous montrerons également la faiblesse du contretype, le bon conducteur qui, s’il n’est pas totalement absent des discours et des représentations, reste très marginal. Nous essayerons ensuite de voir en quoi cette image qui s’alimente en partie de l’observation de scènes de la rue, qu’il n’est pas bien sûr possible de nier, relève aussi d’une double incompréhension, économique et anthropologique, des modes d’utilisation populaire de « la plus belle conquête de l’homme ». Les contempteurs des cochers et des charretiers méconnaissent les mécanismes de l’exploitation capitaliste de la force de travail du cheval dans le monde urbain du xixe siècle. Ils n’acceptent pas que le cheval, animal noble par excellence, soit conduit par des prolétaires, qui en font un usage dégradant et qui recourent fréquemment à la violence pour se faire obéir.

  • 5 Rappelons que la Société protectrice des animaux est fondée à Paris en 1845 et que la première loi (...)
  • 6 Découverts au hasard des lectures, car en dehors du Temps il n’existe pas de répertoire des articl (...)
  • 7 Il existe là une littérature particulièrement volumineuse. Pour une recension déjà ancienne : G.-R (...)

5Le corpus documentaire mobilisé ici repose sur des sources de natures diverses : textes produits par le monde de la protection animale5, articles de journaux6, littérature hippologique7, et littérature romanesque. Les textes des « amis des bêtes » sont les plus utilisés, car s’ils contiennent bien évidemment les critiques les plus sévères envers les conducteurs de chevaux, ils se soucient aussi de trouver des solutions répressives ou éducatives à la violence de ces conducteurs, et proposent la mise en place de mesures capables d’améliorer la condition des chevaux. Ce croisement de sources variées semble indispensable lorsque l’on veut aborder un sujet d’histoire des représentations. Commençons donc par écouter les voix et les mots de la mise en accusation des cochers et des charretiers.

COCHERS ET CHARRETIERS EN ACCUSATION : LA CONSTRUCTION D’UNE IMAGE NÉGATIVE

  • 8 Sur l’âge d’or de la traction hippomobile à Paris, Ghislaine Boucher, « La traction hippomobile da (...)
  • 9 Ces chiffres proviennent des recensements opérés à des fins d’éventuelles réquisitions militaires (...)
  • 10 Dont, par exemple, les maraîchers qui se rendent quotidiennement aux Halles de Paris. Scène décrit (...)

6Sans doute est-il possible de trouver des textes anciens, antérieurs à la fin du xviiie siècle, critiquant les conducteurs de chevaux. Le thème classique des embarras ou des encombrements de Paris comporte souvent, outre une description des inconvénients de la vie urbaine, une mise en cause des cochers dont la maladresse est à l’origine des dits encombrements. Les cochers sont aussi souvent tenus pour responsables des accidents qui peuvent survenir à des piétons. Au xixe siècle, nous disposons d’un ensemble considérable de textes, appartenant à des genres différents, dénonçant les conducteurs de chevaux, auquel il faut ajouter des représentations iconographiques montrant la violence de ces derniers à l’égard de leurs bêtes. Si les textes contre les cochers sont si nombreux, c’est aussi que le nombre de chevaux n’a jamais été aussi élevé et leur présence si forte en ville. En effet, la croissance urbaine, la multiplication des échanges économiques, la mise en place des transports collectifs8, provoquent une augmentation considérable de la population des équidés. En France, l’écurie parisienne est de loin la plus impressionnante. Elle atteint son sommet en 1880 avec au minimum 78 908 chevaux, juments, ânes et mulets9. Et encore, ce chiffre ne comprend-t-il pas, bien sûr, les animaux provenant des communes limitrophes, qui viennent travailler chaque jour dans la capitale10. Cette concentration à Paris explique aussi pourquoi les conducteurs parisiens sont les premiers visés.

« MARTYROLOGIE » DU CHEVAL11

  • 11 Ce titre est emprunté au livre phare de la protection animale sous le second Empire. Cette « marty (...)

7À cette augmentation de la cavalerie correspond la multiplication des propos hostiles aux conducteurs de chevaux. Un court extrait de L.-S. Mercier, datant de la toute fin du xviiie siècle, donne le ton en insistant sur le contraste entre une ville embellie et la persistance d’une classe d’ouvriers restée en retard sur la civilisation :

  • 12 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, Slatkine, 1978 [1re édition, 1781-1790], chap. 451.

Paris s’est approprié, embelli, il est devenu élégant, brillant, coquet ; il
s’est paré de tous les dons que les sciences, les arts, la civilisation lui ont
prodigués : le charretier seul est resté le même au milieu de cette transformation,
c’est un personnage du vieux Paris qui vit dans le nouveau, mais
qui n’y est pas à sa place. Ce contemporain de la barbarie est le type de la
saleté par le costume, de la grossièreté par les paroles, de la brutalité par les
habitudes, de la férocité par les actions12.

  • 13 MmeRoland, Mémoires, Paris, Mercure de France, p. 40.

8Mercier utilise ici un argument ordinaire, – constitutif de ce que les sociologues pourraient appeler le « racisme de classe » –, mettant en avant une sorte de décalage entre les milieux populaires et, ici, la ville. Ce discours très répandu oppose la civilisation des classes supérieures à la barbarie des milieux populaires. Le charretier serait demeuré en retard, bloqué à un degré inférieur du développement de l’humanité, alors que la capitale représenterait la pointe de la civilisation. Pour Mercier, homme des Lumières, le mouvement du progrès conduit vers toujours plus d’urbanité et de sensibilité, mais laisse derrière lui ceux qui ne peuvent s’y adapter, ceux qui conservent des mœurs brutales. Dans un registre proche, Mme Roland s’étonne qu’un cocher lui parle de son chien « avec un accent de sensibilité fort rare dans ses pareils13 ». Mercier dresse le portrait de ce que serait le charretier idéal : « faisons des vœux pour que le charretier soit remplacé le plus tôt possible par des ouvriers propres, décents, intelligents et humains ». Remarquons ce dernier mot, qui montre avec quelle facilité, il est possible de nier l’humanité des hommes et de les renvoyer vers l’animalité. Ce mode de raisonnement dépasse d’ailleurs largement le cas des charretiers, et se retrouve fréquemment appliqué à tous les hommes qui travaillent en contact avec des animaux, comme si, par une longue cohabitation, le comportement et les mœurs des bêtes déteignaient sur ceux des hommes. Il existe d’ailleurs toute une tradition de représentation du monde paysan sous des traits animaliers. Les propos de Mercier contiennent les principaux arguments portés contre les conducteurs de chevaux ; ils annoncent la naissance d’un thème souvent repris par visiteurs et promeneurs de la capitale, épistoliers et romanciers.

  • 14 Le Petit Journal, cité dans le Bulletin de la SPA, 1864, p. 196.
  • 15 La Gazette des tribunaux, 18 décembre 1867, cité dans J. Perrin, « Charretiers et cochers devant l (...)
  • 16 La Gazette des tribunaux, 29 mars 1869, cité dans J. Perrin, « Charretiers et cochers devant la ju (...)
  • 17 La loi Grammont fait des mauvais traitements abusifs et publics envers les animaux domestiques une (...)

9La presse, sous le second Empire et sous la République, consacre en effet, souvent des articles à des actes de cruauté commis envers les chevaux. En 1864, le Petit Journal dénonce un cocher qui, voulant fouetter sa bête, a atteint un de ses collaborateurs14. En 1866, le même journal raconte, avec plaisir, la vengeance d’un cheval qui venait d’être brutalisé par un charretier. La Gazette des tribunaux ne s’intéresse qu’aux affaires qui ont été portées devant la justice. Ainsi un cocher qui a battu son cheval, puis l’a mordu, est condamné à un mois de prison. Un autre, qui lui a donné des coups de couteau, ne fera que 15 jours15. Un charretier, qui a introduit un objet contondant dans l’anus de son cheval et provoqué sa mort, se voit condamner à 6 mois de prison16. Ces condamnations ne sont cependant pas provoquées par la loi protectrice des animaux de 1850, mais en raison du dommage causé au propriétaire de la bête17. Nous avons aussi pu recenser des articles dans la Patrie, dans le Moniteur, et dans de nombreuses feuilles locales. Il existe dans la presse des articles que nous pourrions nommer archétypaux, qui reviennent de façon récurrente. Ces articles racontent exactement les mêmes scènes, généralement choisies parmi les plus sanglantes et les plus barbares. Publiés plusieurs fois à des dates très différentes, ils font cependant croire que l’événement s’est déroulé la veille et que le journaliste en a été le témoin. L’important, ici, n’est pas tant que la scène décrite soit vraie ou fausse, c’est que le journal estime qu’il y aura des lecteurs pour cet article et qu’il suscitera chez eux de l’indignation. La répugnance affichée envers la violence et contre les comportements bestiaux des cochers peut aussi contenir une force d’attraction pour certains lecteurs. Ainsi, les lecteurs de journaux, tout à la fois attristés et friands de détails cruels, découvrent les descriptions des barbaries des conducteurs de chevaux.

10De très nombreuses œuvres littéraires du xixe siècle présentent des scènes de brutalité envers les chevaux. La description des rues de Paris est souvent accompagnée de remarques sur le langage et les injures des charretiers, et plus souvent, encore, des actes de violence. Il ne semble pas possible de faire le portrait de l’un d’eux sans citer ses jurons proverbiaux. Dans Les Misérables, V. Hugo décrit plusieurs scènes dans lesquelles des chevaux s’effondrent sous le poids de leur charrette et des ans. Dans la plus célèbre, Jean Valjean sauve un charretier coincé sous sa voiture. Il déploie alors, pour soulever l’engin, une force extraordinaire qui permet à Javert de l’identifier. Quelques pages plus haut, Hugo avait déjà décrit la mort d’une jument :

  • 18 V. Hugo, Les Misérables, Paris, Garnier-Flammarion, 1967 (1re édition 1862), p. 168-169.

C’était une jument beauceronne, vieille et maigre et digne de l’équarrisseur,
qui traînait une charrette fort lourde. Parvenue devant Bombarda,
la bête, épuisée et accablée, avait refusé d’aller plus loin. Cet incident avait
fait de la foule. À peine le charretier, jurant et indigné, avait-il eu le temps
de prononcer avec l’énergie convenable le mot sacramentel mâtin ! Appuyé
d’un implacable coup de fouet, que la haridelle était tombée pour ne plus
se relever18.

  • 19 E. Zola, Le ventre de Paris, Paris, Le livre de poche, 1869, (1re édition 1873), p. 6 et p. 24.
  • 20 Chiffonniers parisiens qui extraient en particulier les clous enfoncés dans les pavés. Ils ont don (...)

11Dans Le ventre de Paris, Zola décrit l’arrivée matinale des maraîchers dans la capitale. Voulant suggérer l’ambiance sonore, il évoque « les jurements des charretiers réveillés » ou encore « les cris des charretiers, les coups de fouets19 ». En 1883 encore, Maupassant publie une nouvelle, dans laquelle deux « ravageurs20 » martyrisent un vieil âne qu’ils viennent d’acheter cent sous.

  • 21 G. de Bertier de Sauvigny, La France et les Français vus par les voyageurs étrangers 1814-1848, Pa (...)
  • 22 E. De Amicis, Studies of Paris, New York, G.-P. Putman’s Sons, 1878. Cité par N. Papayanis, « La p (...)

12La focalisation sur les violences des cochers et sur les souffrances des chevaux repose bien évidemment sur le statut occupé par cet animal dans les représentations des élites du monde occidental, mais elle provient aussi du caractère spectaculaire de leur douleur. La souffrance du cheval est généralement visible, démonstrative, bruyante, car elle se déroule, dans un grand nombre de cas, dans l’espace public. Les cris du conducteur, les claquements du fouet, les plaintes de l’animal s’entendent. Mener par la force une bête d’une telle puissance ne passe pas inaperçu, et provoque rapidement des réactions. Un cheval attelé tombé dans la rue suscite immédiatement un embarras de la circulation et attire l’attention du public. Dans la presse et les romans, les faits divers décrivant les mauvais traitements des charretiers insistent toujours sur l’attroupement qu’ils provoquent. Le marcheur rencontre souvent de telles scènes. Pendant le premier xixe siècle, les voyageurs américains présents dans la capitale sont souvent effrayés par les chevaux maltraités21. Lors des expositions universelles de la deuxième moitié du siècle, des visiteurs se plaignent de la « brutalité des cochers22 ». La foule assiste, généralement réprobatrice, à la colère violente des charretiers. Certains n’hésitent pas à s’interposer. Le Dr Blatin, un des fondateurs de la SPA et un des hommes clefs de la société sous le second Empire, affronte physiquement un charretier brutal et cet événement lui fait prendre conscience de l’urgence de la fondation d’une société pour lutter contre les cruautés envers les animaux.

13Les dénonciations les plus fréquentes concernent l’utilisation abusive du fouet, qui ne répond pas, bien évidemment, aux nombreuses prescriptions de la préfecture de police. Ainsi, Armand Goubaux, un professeur de l’école vétérinaire de Maisons-Alfort, parle d’un instrument dont la mèche ordinaire serait remplacée par une tige en fil de fer tordu. Par ailleurs, des cochers fixent des clous à l’extrémité du manche et de la mèche. La pratique du coup de manche appliqué sur la tête serait également relativement fréquente. Certains cochers, plus pervers, entretiendraient une blessure plus ou moins cachée sur laquelle ils feraient pression pour stimuler discrètement leur bête. Le défaut de soins, bien que beaucoup plus discret, est aussi souvent mis en avant. Les cochers nourrissent mal leur cheval, ils rognent sur les portions alimentaires pour gagner quelques sous ; ils oublient de leur donner à boire, ne respectent pas les temps de repos nécessaires, et ne pensent jamais à les protéger du soleil ou du froid. Des scènes plus violentes apparaissent à l’occasion de la chute d’un cheval. Surchargé, il n’est alors pas rare de voir un animal s’écrouler sous le poids de sa voiture. Dans ce cas, certains cochers n’hésitent pas à employer les grands moyens pour relever la bête qui les retarde : coups de pieds dans le ventre, coups de bâton ou de fourche, etc. D’autres, particulièrement brutaux, glissent de la paille sous le ventre de l’animal, puis y mettent le feu. Beaucoup d’articles insistent donc sur la brutalité des conducteurs de chevaux. Ils mettent aussi en avant les dangers pour les piétons, en particulier les enfants, que peuvent représenter des conducteurs aussi grossiers, qui ne maîtrisent pas leur voiture. Ils mettent enfin en avant l’alcoolisme présumé des conducteurs.

  • 23 E. et M. Dixmier, L’Assiette au Beurre, revue satirique illustrée, Paris, Maspero, 1974, 379 p.

14Il existe également toute une iconographie reprenant ces thèmes. Presque tous les ouvrages illustrés consacrés au cheval, et ils sont légion, comportent des images du même genre. À la fin du siècle, le grand journal satirique l’Assiette au beurre consacre plusieurs numéros aux souffrances des équidés23. Ceux-ci donnent l’occasion de réfléchir aux analogies entre la condition des bêtes et la condition des travailleurs : les deux « espèces » étant exploitées et victimes de patrons avides de profits. Cependant, de façon bien commune, certains dessins dénoncent aussi la brutalité de charretiers abrutis par leur condition et se vengeant bassement de leurs malheurs sur l’animal. Nous trouvons ici toute l’ambiguïté d’une certaine critique sociale de la part des élites artistiques, qui alternent misérabilisme et sentiments anti-populaires.

  • 24 H. Gauthier et A. Desprez, Les curiosités de l’Exposition de 1878, Paris, Charles Delegrave, 1878, (...)

15Dans l’ensemble du corpus hostile aux cochers, il faut noter la force des stéréotypes : les mêmes images, les mêmes mots, le même vocabulaire, les mêmes figures rhétoriques sont mobilisés. Violent avec son cheval, le cocher peut aussi l’être avec les piétons et même avec ses clients. Les conflits sont légions entre le conducteur et ses passagers. En 1878, un guide de l’exposition universelle conseille aux visiteurs de « [se] faire remettre le numéro des cochers, et de ne souffrir de leur part ni insolence, ni exigences illégitimes24 ».

  • 25 T. Labourieu, Le cocher Collignon, Paris, Arthème Fayard, s.d.

16Les Parisiens gardent en mémoire le cas du cocher Collignon qui, en 1855, a tué un client pour un différend sur le montant d’un pourboire. Ce nom propre devient même le sobriquet attribué, par certains habitants de la capitale, aux membres de la corporation des cochers25.

LA FAIBLESSE DES CONTRETYPES

  • 26 R. de Bonnières, « Vieux cocher », dans Les types de Paris, Paris, E. Plon, 1889, p. 114-115.

17Face à ce déferlement d’images négatives, nous devons noter l’extrême faiblesse des contretypes : le bon cocher qui serait attentif à la souffrance de son cheval, qui veillerait à ses soins, à son repos et à sa nourriture. Il existe bien quelques articles mettant en avant des cochers soucieux du sort de leurs chevaux, quelques images montrant l’affection de l’homme pour la bête, quelques écrits qui insistent sur la similitude de condition qui unit la bête à son conducteur, mais ceux-ci restent très marginaux. Ainsi, R. de Bonnières donne l’exemple d’un « vieux cocher » rendu populaire parce qu’il aurait refusé un pourboire pour ne pas avoir à forcer l’allure de son cheval âgé. Le client sortant de son rendez-vous d’affaires aurait même trouvé cocher et cheval encore au repos26. Cette anecdote est reprise dans la littérature protectrice. Mais, alors que le cocher brutal est une figure littéraire commune, les écrivains français développent rarement l’image de son alter ego compatissant.

  • 27 Chaque année, les noms des lauréats sont proclamés lors de l’assemblée générale de la Société. Il (...)
  • 28 Il faut noter la proximité entre ce personnage et celui décrit dans les Types de Paris. Bulletin d (...)
  • 29 « Cinquante-sixième séance annuelle, 8 juin 1908 », Bulletin de la Société protectrice des animaux (...)
  • 30 « Quarante-sixième séance publique annuelle, 30 mai 1898 », Bulletin de la Société protectrice des (...)
  • 31 « Séance solennelle, 16 mai 1863 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1863, p. 246.
  • 32 « Seizième séance solennelle, 15 septembre 1867 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, (...)
  • 33 J. Périn, « Rapport sur les mérites divers. Vingt-et-unième séance publique annuelle, 2 juin 1873  (...)

18Pour promouvoir ses idées, la SPA parisienne organise chaque année un concours destiné à récompenser ceux qui montrent un attachement aux bêtes et une attention permanente à leur entretien27. Nous y retrouvons quelques cochers et charretiers. François Trémolière, le plus vieux cocher de fiacre de Paris, conduit depuis cinquante et un ans sans avoir jamais eu d’accident ni de contravention. Aux clients pressés, il répond : « […] Ne me prenez pas, car je ne force jamais l’allure de ma bête de cheval28 ». Le cocher Audrain « traite ses chevaux comme des amis29 ». Quant au vieux cocher Lehouesleur, il mène ses bêtes de « façon toute paternelle30 ». Le vocabulaire familial et amical est ici mobilisé pour décrire les liens de la bête et de l’homme. Parfois, il peut même s’agir d’un amour partagé. Le charretier Donadieu a réussi à gagner la confiance de Gaspardo, une ancienne bête vicieuse. Alors qu’il doit garder le lit en raison d’une maladie, le cheval refuse de se laisser mener par un autre charretier, et lui rend visite dans sa chambre. Donadieu veut que l’on installe sa litière à côté de son lit31. Les comptes-rendus de la SPA insistent souvent sur les relations personnelles fortes, presque intimes, que l’employé a pu établir avec l’animal dont il a l’entretien. Au-delà des soins quotidiens, le bon cocher peut aussi se révéler exemplaire dans sa conduite lors d’un événement imprévu. Un charretier de halage extrait deux chevaux engloutis dans le canal au milieu des glaçons32. Un charretier, qui ne sait pas nager, se fait attacher par une corde et sauve deux chevaux près du pont de Saint-Cloud33. Ces actes de bravoure exceptionnels sont les plus valorisés.

  • 34 « Séance solennelle, 28 mai 1861 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1861, p. 206.
  • 35 « Dix-neuvième séance publique annuelle, 6 juin 1870 », Bulletin de la Société protectrice des ani (...)
  • 36 J. Périn, « Rapport sur les mérites divers. Vingt-quatrième séance publique annuelle, 5 juin 1876  (...)
  • 37 « Vingtième séance publique annuelle, 2 juin 1872 », Bulletin de la Société protectrice des animau (...)

19Mais la mise en valeur de ces actes de douceur et de compassion se trouve compensée par une autre partie du discours, mettant à l’honneur les forces de l’ordre qui appliquent sans hésitation la loi Grammont, et les protecteurs qui interviennent lors d’actes de brutalité. L’intervention dans la rue mérite les plus hautes récompenses, car elle comporte des risques : menaces, insultes, injures fusent alors. À Toulon, un agent de police souhaitant sauver un cheval des mauvais traitements de son conducteur subit les jurons du charretier et les intimidations des portefaix du port. Malgré cela, il résiste et assume son devoir34. Un ancien militaire âgé de 66 ans, Sequies, fait reculer un charretier menaçant à qui il avait fait une observation. Le rapporteur de la SPA décrit la scène : « […] sa bonne contenance le sauva : au lieu de reculer, il avança vers lui ; et le charretier, décontenancé devant cette fière mine du vieux soldat, n’osa effectuer ses menaces35 ». Parfois, celles-ci se réalisent, et les intervenants deviennent des victimes. À Aubervilliers, un menuisier prend un coup de manche de fouet sur la tête36. Le Dr Richard, médecin à l’hôpital Cochin, signale à la Société le cas d’un charretier grièvement blessé à la tête par un de ses camarades qu’il voulait empêcher de maltraiter un cheval. Plus maladroit, Romain Gérard, administrateur de la S.P.A., chute d’un omnibus dans sa précipitation à vouloir secourir un cheval battu ; il se brise une jambe37. Le concours de la SPA tente de faire la différence entre les bons et les mauvais cochers, récompensant les premiers, ainsi que ceux qui sanctionnent et réprimandent les seconds. Mais il n’est pas suffisant pour faire contrepoids aux textes qui construisent une image négative des cochers. Nul doute, que dans l’esprit de la majorité des protecteurs des animaux, un bon cocher forme une exception, et qu’en revanche un cocher brutal reste la règle.

20À la fin du xixe siècle, les cochers et leur syndicat tentent d’ailleurs de lutter contre cette image noire de la profession. Lors des conflits qui les opposent à la direction de leurs compagnies de transport, les syndicats de cochers tentent de diffuser une image plus positive auprès de la population parisienne. Ils accusent les compagnies de leur donner de mauvais chevaux et de leur imposer un rythme de travail trop élevé. D’autres insistent sur l’analogie de leur situation avec celle de leurs chevaux : le cheval et son cocher sont deux victimes de l’avarice des grandes compagnies. Les rapports de police tendent à montrer que ce discours n’est pas sans efficacité, et que lors des grèves les parisiens, pourtant réduits à la marche, accusent plus les compagnies que les cochers.

  • 38 N. Papayanis, op. cit., p. 67. Voir aussi du même auteur, The Coachmen of Nineteenth-Century Paris (...)

21Mais en dehors de ces exceptions, dans la majorité des textes, parmi la plupart des auteurs, c’est bien l’image négative qui persiste. Une phrase, attribuée à Chateaubriand et à d’autres auteurs, revient fréquemment qualifiant Paris, d’« enfer des chevaux ». Dans cet enfer, les cochers et les charretiers représenteraient évidemment les démons. L’historien nord-américain, Nicholas Papayanis, qui a consacré une thèse à l’histoire des cochers parisiens, résume bien l’opinion des parisiens à l’égard de ceux-ci : « Ils croyaient […] que la majorité des cochers étaient des gens sournois, hostiles au public, malhonnêtes, et généralement ivres38 ».

JUGEMENT SOCIAL ET DIFFÉRENCES CULTURELLES

22Dans cet ensemble d’articles, souvent stéréotypés dans leur description des souffrances des équidés et des brutalités humaines, il en existe cependant qui offrent une analyse de la cruauté des conducteurs de chevaux et tentent de proposer des solutions. Si la condamnation est unanime, des nuances apparaissent alors.

Des analyses incomplètes de la situation des cochers

  • 39 J. Palissot, « Des mauvais traitements exercés sur les chevaux dans Paris. Recherche sur les moyen (...)

23La première oppose ceux qui ne parlent que de la méchanceté des cochers et ceux qui y ajoutent l’incompétence. Dans ce cas, les mauvais traitements ne seraient plus le fait du caractère irascible des cochers ou des charretiers, mais de leur incapacité à manœuvrer convenablement les charrettes ou les voitures qui leur sont confiées. La responsabilité pourrait alors également reposer sur les patrons, qui préfèrent embaucher des novices plutôt que des personnes expérimentées, qu’ils devraient payer plus cher39.

  • 40 « Séance du 17 août 1871 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1870-71, p. 369-370.

24La seconde nuance oscille entre le rejet total de la faute sur les conducteurs et le partage de la responsabilité entre ceux-ci et leurs employeurs. Les partisans de la première analyse sont sans doute les plus nombreux. Ils dénoncent purement et simplement « l’ingouvernabilité » des cochers qui « rançonnent le public et leur patron40 » ou la brutalité légendaire des charretiers.

  • 41 Ibid., p. 369-370.
  • 42 « Séance du 21 avril 1870 », Ibid., p. 192-194.

25De l’autre côté se trouvent ceux qui font remarquer que souvent les patrons confient aux cochers des « chevaux usagés qui ne peuvent plus avancer que par le fouet41 ». Le professeur Goubaux pense que les véritables responsables sont les maîtres, qui donnent à leurs employés des « normes trop élevées à remplir42 ».

  • 43 « Séance du 18 décembre 1879 », Ibid., 1879, p. 366.
  • 44 Ibid., 1881, p. 84.
  • 45 « Séance du 17 novembre 1880 », Ibid., 1880, p. 340.

26La troisième nuance, enfin, oppose ceux qui sont partisans d’une action répressive contre les cochers et ceux qui pensent qu’il faut d’abord les éduquer, leur apprendre à mener leurs bêtes, les former. Dans leur majorité, les auteurs traitant la question des souffrances du cheval pensent que la situation ne s’améliorera que si la loi est fermement appliquée. Ils réclament que les gardiens de la paix surveillent particulièrement les cochers et les charretiers, et fassent un emploi déterminé, aussi bien de la loi Grammont que des ordonnances de Police sur la circulation des voitures. La violence à l’égard des chevaux sert aussi à étayer les projets de réforme, qui vont dans le sens d’un renforcement des pénalités. Au sein de la SPA par exemple, les positions sont tranchées sur cette question. Certains membres sont particulièrement radicaux dans leur approche répressive. Ainsi quand la Société envisage de créer une brigade d’inspecteurs pour patrouiller dans les rues de Paris, un protecteur décrit les qualités des hommes destinés à cette tâche : « Il faudrait des hommes connaissant bien les chevaux, bien déterminés à répondre aux charretiers dans leur langage, pour les intimider malgré leurs bravades, et à en venir aux mains, à ne reculer devant aucune extrémité pour dompter ces bêtes féroces43 ». Nous retrouvons à nouveau l’animalisation du conducteur. L’attitude éducative est moins répandue, car la réprobation des souffrances, dont sont victimes les chevaux, entraîne une volonté de les faire cesser immédiatement. Cependant, la S.P.A. tente quelques initiatives en direction des cochers. Elle prend des contacts avec les syndicats44, elle publie de petites brochures pédagogiques, et elle rêve de fonder une école de conducteurs45. Mais les résultats restent insatisfaisants, surtout en comparaison des traumatismes provoqués par cette question.

  • 46 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du xi (...)

27À la lecture de ces textes, l’absence d’analyse des causes profondes des comportements et violences populaires à l’égard des chevaux apparaît de façon évidente. Les discours se révèlent tellement stéréotypés qu’ils ne laissent pas de place à une réflexion qui dépasserait le stade des évidences. Les auteurs préfèrent évoquer des notions à valeur morale telles que la méchanceté, la cruauté, le défaut d’éducation des milieux populaires ou même la dégénérescence de ces mêmes milieux, plutôt que d’essayer de comprendre leur situation. Les cochers n’échappent pas à un discours stigmatisant, très fort depuis les années 1840, qui ont vu la montée des inquiétudes des élites sociales devant les mutations de la société française46. Elites qui se persuadent facilement de la progression de la débauche, de l’ivrognerie et de la corruption des classes inférieures, principalement urbaines. Tout un discours se développe alors sur la « démoralisation » des pauvres, victimes des évolutions économiques et de la paupérisation, mais plus encore de leurs instincts mauvais, de leur penchant au vice. Les observateurs sociaux, tout en notant la grande misère des ouvriers qui les pousse à accomplir de longues journées de labeur, à vivre dans des taudis, et à vendre le travail de leurs enfants, insistent toujours en dernière analyse sur la responsabilité ultime de ces mêmes ouvriers dans leur situation précaire. Ce discours, qui enfle dans les années 1840 se poursuit sous la IIIe république. Il touche particulièrement, nous venons de le voir, les conducteurs de chevaux, qui sont des pauvres visibles. Contrairement aux autres ouvriers qui subissent une ségrégation spatiale de plus en plus forte après les transformations de la capitale et la croissance des banlieues industrielles liée à la seconde révolution industrielle, cochers et charretiers continuent de parcourir la ville. Ils traversent en tous sens l’ensemble de Paris. Les analyses que nous avons présentées tout au plus mettent en cause le propriétaire du cheval, mais elles ne cherchent pas à comprendre la logique économique qui mène à l’exploitation du cheval et de son conducteur.

L’exploitation capitaliste des chevaux et de leurs conducteurs

  • 47 Ce passage repose largement sur E. Pierre, « Aux origines des mouvements de protection animale en (...)

28Car si des causes nombreuses provoquent les mauvais traitements, certaines étant purement techniques, comme l’état des rues (pavage défectueux, bouches d’égouts trop larges, salage insuffisant par temps de neige) ou l’équipement (ferrures, instruments d’attelage, mauvais état des voitures tractées), et peuvent éventuellement être combattues, d’autres relèvent d’une logique d’exploitation maximale de l’animal. Le cheval étant un animal cher tant à l’achat qu’à l’entretien, il faut en obtenir le maximum de rendement au moindre coût47.

  • 48 Nous sommes toujours en 1880.
    G. Boucher, Le cheval à Paris de 1850 à 1914, op. cit., p. 45.
  • 49 N. Papayanis, op. cit., p. 59-82.

29Les statistiques, en plus du nombre global de chevaux, nous offrent un autre chiffre intéressant, celui des propriétaires de chevaux. Ce chiffre rapporté à celui du nombre de chevaux montre qu’en moyenne chaque propriétaire possède 8 chevaux48. Ce taux indique clairement que la plupart des chevaux parisiens, et pas seulement dans les grandes compagnies, sont menés par d’autres personnes que par leur propriétaire. La très grande majorité des cochers et des charretiers sont des salariés, dépendant donc pour leurs conditions de travail d’un patron. En fait, les cochers indépendants sont même de moins en moins nombreux. Dans les années 1880, il est donc possible de parler de la prolétarisation des cochers parisiens dans un monde du transport en pleine concentration49, la crise économique accélérant ces phénomènes. Par conséquent, les rythmes de marche, les charges portées, la durée du travail ne sont pas déterminés par le conducteur des chevaux mais par un entrepreneur. Pour les cochers, les compagnies fixent une « moyenne » de recettes à réaliser, qui tend à augmenter. Les chevaux des grandes compagnies de transport ou ceux des petites entreprises doivent, pour un coût réduit, accomplir le maximum de travail. Les premières tentent d’obtenir la meilleure rentabilité de leur cavalerie en économisant sur la nourriture, sur les soins, sur le repos des bêtes. Elles mènent par exemple des expériences sur l’alimentation, dont certaines se sont révélées catastrophiques.

  • 50 B. Lizet, Le cheval dans la vie quotidienne, Paris, Berger-Levrault (coll. Espace des hommes), 198 (...)

30Le poids des voitures tend à s’alourdir. L’usure des bêtes au travail s’avère extrêmement rapide. La durée moyenne de service d’un cheval d’une grande compagnie se situe entre quatre et six ans. Comme les chevaux rentrent à la compagnie autour de cinq ans, ils achèvent leur carrière autour de 10 ans, alors que leur espérance de vie normale se situe entre 25 et 30 ans50. Les cochers doivent souvent conduire de pauvres bêtes incapables de tirer leur omnibus ou leur tramway. Les passants ont alors souvent tendance à s’en prendre au conducteur plus qu’à la compagnie. Quant aux petites entreprises, elles tendent à charger au maximum leurs voitures et à utiliser leurs chevaux le plus d’heures possibles chaque jour. Petites et grandes entreprises économisent aussi sur les salaires des conducteurs. Ainsi, les amis des bêtes ont du mal à s’opposer à une situation économique qui veut que le cheval et son conducteur soient exploités. Dans certains cas, leur discours sur les bons soins, permettant un meilleur travail et une utilisation plus longue de la force de l’animal, échoue face à des logiques économiques reposant sur l’exploitation rapide et maximale d’une cavalerie de maigre valeur, mal entretenue, vite épuisée, mais aussi remplacée à un moindre coût. Il peut être plus avantageux d’avoir des bêtes de mauvaise qualité, dont on tire le maximum de profit dans un temps rapide, que d’entretenir une cavalerie florissante. Le cas des déménageurs est le plus évident.

31Achetant à un prix très réduit des chevaux destinés à l’équarrissage, ils les font travailler quelques jours, quasiment sans les nourrir, avant de les ramener à leur ultime destination. Ces pratiques symbolisent la détérioration de la condition chevaline avec l’âge. Il n’est pas question, contrairement aux souhaits de certains protecteurs, d’assurer une retraite au cheval ; bien au contraire, il doit travailler jusqu’à son dernier jour.

32Or cette situation n’est jamais analysée en termes économiques vrais, n’est jamais appréhendée comme un des éléments de l’économie capitaliste qui exploite les chevaux comme elle exploite les hommes. Beaucoup de commentateurs se contentent d’une réprobation morale à l’égard des souffrances chevalines, dont ils rendent responsables les derniers maillons de la chaîne : les conducteurs. Ils ont du mal à remonter à la source des mauvais traitements. Ils vivent encore dans des conceptions – celle du monde rural traditionnel et celle du cocher indépendant – qui veulent que l’on achète un cheval et que l’on essaye de le conserver le plus longtemps possible en bonne santé : cette longue cohabitation de l’homme et de sa bête provoquant dans les meilleures situations la naissance d’un attachement réciproque.

  • 51 A. Goubaux, « Le marché aux chevaux de Paris », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 18 (...)

33Mais bien qu’ils connaissent la condition des chevaux dans le monde urbain, nos pourfendeurs des souffrances chevalines ne peuvent échapper à leurs représentations sociales. Par exemple, quand ils décrivent le marché aux chevaux, ils se contentent de critiques sur sa mauvaise organisation ou sur les pratiques illicites des maquignons, mais ils n’étudient pas le marché économique du cheval51. Dans ces conditions, leur réprobation se porte sur les auteurs directs des mauvais traitements tenus pour seuls responsables.

34Au plus, comme nous l’avons déjà dit, ils joignent à la dénonciation des charretiers et des cochers celle de leurs patrons, mais sans chercher à comprendre les rouages économiques qui mènent à cette situation.

Un conflit culturel

  • 52 E. Pierre, Amour des hommes, Amour des bêtes, op. cit., p. 562-565.

35À cette analyse économique, il faut ajouter la prise en compte de dimensions plus proprement anthropologiques. D’une part, la sensibilité aux souffrances animales n’est pas alors un sentiment socialement partagé. Elle reste très largement le fait des élites sociales et provoque l’indifférence et même parfois l’hostilité des milieux populaires52. Ceux-ci estiment qu’il faut d’abord améliorer la condition des hommes avant de s’intéresser aux animaux.

  • 53 G. Boucher, Le cheval à Paris de 1850 à 1914, op. cit., p. 45-46.

36D’autre part, il existe un véritable conflit culturel entre les utilisations bourgeoises et nobles du cheval et les utilisations populaires. L’étude de la répartition par arrondissement de la population des équidés à Paris montre la cœxistence de deux cavaleries bien différentes. En effet, si l’on exclut le premier arrondissement où sont situés les sièges sociaux de la CGO et de la CGV, arrivent en tête les arrondissements industriels avec leurs chevaux de travail et le huitième arrondissement résidentiel, comprenant des écuries de ministères, d’administrations et surtout des écuries de luxe53. Il cœxiste donc dans la capitale une masse considérable de chevaux destinés au travail, ainsi qu’aux échanges commerciaux, et une importante cavalerie noble, dont une des fonctions est de rehausser le prestige social des propriétaires.

37Il s’agit de se déplacer, mais surtout de se montrer, sur les Champs-Élysées, aux Tuileries, de faire la descente de Longchamp pendant la semaine sainte.

  • 54 A. Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris 1815-1848, Paris, Seuil (coll. Poi (...)

38Ainsi lorsque Thiers veut se lancer dans le monde, il prend des leçons d’équitation et s’achète un cheval de luxe54.

  • 55 E. Pierre, « L’hippophagie au secours des classes laborieuses », Communications, n° spécial à para (...)
  • 56 B. Lizet, Le cheval dans la vie quotidienne, op. cit., p. 49.

39À cette opposition de cavalerie correspond une opposition culturelle sur les usages des chevaux. Les hommes des classes aisées sont les héritiers de la culture aristocratique du cheval. Ils ont appris à monter selon les préceptes de l’école française, pour beaucoup à partir des manuels du comte d’Aure, ancien chef de l’école de cavalerie de Saumur, ou de ceux de son concurrent Baucher. La technique est alors extrêmement sophistiquée, le dressage savant, l’apprentissage long et coûteux. La noblesse s’estime seule capable de conduire l’élevage du cheval en France, et elle rend la Révolution responsable du mauvais état permanent de la production. Le cheval représente également un élément de distinction sociale, d’affirmation de sa richesse et de sa puissance. La bourgeoisie fortunée du second Empire continue à se réunir au jockey-club ou au plus luxueux Cercle agricole ; les conversations portent alors sur les courses et sur l’amélioration des races françaises. Dans un domaine proche, les membres de ces mêmes classes aisées montrent un fort scepticisme face à l’hippophagie. Ils voient dans l’introduction de ce nouvel aliment une régression de la civilisation55. Les classes aisées s’identifient en tant qu’élite à cet animal d’essence supérieure qui leur est naturellement destinée, pensent-elles56. Nous sommes très loin du monde du cheval de travail qui, lui, reste peu connu. Au xixe siècle, autant la bibliographie sur le cheval de sport, de guerre et de loisir est volumineuse, autant celle sur le cheval de labeur est chétive. Seuls quelques vétérinaires publient alors des études à ce sujet. Or, comme l’explique Jean-Pierre Digard, les « équitations de travail » n’ont rien à voir avec l’équitation traditionnelle.

  • 57 J.-P. Digard, Le cheval force de l’homme, Paris, Gallimard (coll. Découvertes), 1996, p. 91.

40Elles sont soumises aux contraintes de productivité et à la recherche de la rapidité et de l’efficacité. Le débourrage des jeunes chevaux est le plus rapide possible. Le dressage reste sommaire, et les « éventuelles désobéissances » doivent être « sévèrement réprimées57 ». Il existe donc deux types totalement opposés de relations avec le cheval : l’une qui se veut désintéressée, l’autre qui est essentiellement économique. En fait deux univers s’affrontent avec leurs savoirs, leurs pratiques, leurs représentations symboliques respectives. Tout en dénonçant la violence des conducteurs populaires des équidés, les classes élevées soutiennent courses de chevaux et chasses à courre, qui sont pourtant deux formes de jeux particulièrement risquées pour les chevaux. Les cochers et les charretiers semblent donc bien victimes d’une forme d’ethnocentrisme des classes aisées, qui dévalorisent cultures et pratiques populaires sans tenter de les comprendre et sans en saisir les fondements économiques.

Notes

1 Sur sa carrière, voir son volumineux volume de mémoires. Dr P. Dumont Demonteux, Testament médical, Paris, Delahaye, 1865-1867, XXX-604 p.

2 « Lettre de M. le Dr Dumont de Monteux, 4 octobre 1858 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1858, p. 341.

3 Ibid., p. 342.

4 Sans nier les différences de statuts et de conditions, nous traiterons de l’ensemble des conducteurs de véhicules à traction hippomobile.

5 Rappelons que la Société protectrice des animaux est fondée à Paris en 1845 et que la première loi punissant les cruautés à l’égard des bêtes date de 1850. Cette loi est couramment appelée loi « Grammont », du nom du général qui l’a défendue devant l’assemblée législative.
E. Pierre, Amour des hommes, Amour des bêtes. Discours et pratiques protectrices dans la France du xixe siècle, Université d’Angers, thèse d’histoire, 1998, 758 et 154 p.

6 Découverts au hasard des lectures, car en dehors du Temps il n’existe pas de répertoire des articles publiés dans la presse.

7 Il existe là une littérature particulièrement volumineuse. Pour une recension déjà ancienne : G.-R. Menessier de la Lance, Essai de bibliographie hippique, Paris, Dorban, 1971 (1re édition 1915-1921), 760, 730 et 64 p.

8 Sur l’âge d’or de la traction hippomobile à Paris, Ghislaine Boucher, « La traction hippomobile dans les transports publics parisiens (1855-1914) », Revue historique, n° 549, Janvier-mars 1984, p. 125-134.

9 Ces chiffres proviennent des recensements opérés à des fins d’éventuelles réquisitions militaires et excluent donc les bêtes malades, impropres à une utilisation par l’armée ou encore appartenant à des agents diplomatiques de puissances étrangères, etc. Les chiffres diminuent ensuite : 64 256 en 1890, 55 418 en 1912.
G. Boucher, Le cheval à Paris de 1850 à 1914, Genève, Librairie Droz, 1993, p. 45.

10 Dont, par exemple, les maraîchers qui se rendent quotidiennement aux Halles de Paris. Scène décrite par Zola dans le Ventre de Paris.

11 Ce titre est emprunté au livre phare de la protection animale sous le second Empire. Cette « martyrologie » du cheval occupe 5 des 10 chapitres écrits par le Dr H. Blatin, Nos cruautés envers les animaux au détriment de l’hygiène, de la fortune publique et de la morale, Paris, Hachette, 1867, 440 p.

12 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, Slatkine, 1978 [1re édition, 1781-1790], chap. 451.

13 Mme Roland, Mémoires, Paris, Mercure de France, p. 40.

14 Le Petit Journal, cité dans le Bulletin de la SPA, 1864, p. 196.

15 La Gazette des tribunaux, 18 décembre 1867, cité dans J. Perrin, « Charretiers et cochers devant la justice », Bulletin de la SPA, 1867, p. 421-426.

16 La Gazette des tribunaux, 29 mars 1869, cité dans J. Perrin, « Charretiers et cochers devant la justice », Bulletin de la SPA, 1869, p. 115-117.

17 La loi Grammont fait des mauvais traitements abusifs et publics envers les animaux domestiques une contravention. Elle est sanctionnée par une amende (jusqu’à 15 francs) et de courtes peines de prison (1 à 5 jours).

18 V. Hugo, Les Misérables, Paris, Garnier-Flammarion, 1967 (1re édition 1862), p. 168-169.

19 E. Zola, Le ventre de Paris, Paris, Le livre de poche, 1869, (1re édition 1873), p. 6 et p. 24.

20 Chiffonniers parisiens qui extraient en particulier les clous enfoncés dans les pavés. Ils ont donné leur nom à une île sur la Seine, qui abrite actuellement le cimetière des chiens. L’âne est d’abord publié dans le Gaulois du 15 juillet 1883.

21 G. de Bertier de Sauvigny, La France et les Français vus par les voyageurs étrangers 1814-1848, Paris, Flammarion, 1982, p. 133.

22 E. De Amicis, Studies of Paris, New York, G.-P. Putman’s Sons, 1878. Cité par N. Papayanis, « La prolétarisation des cochers de fiacre à Paris (1878-1889) », Le Mouvement social, n° 132, juillet-septembre 1985, p. 67.

23 E. et M. Dixmier, L’Assiette au Beurre, revue satirique illustrée, Paris, Maspero, 1974, 379 p.

24 H. Gauthier et A. Desprez, Les curiosités de l’Exposition de 1878, Paris, Charles Delegrave, 1878, p. 227. Cité par N. Papayanis, « La prolétarisation des cochers de fiacre à Paris (1878-1889) », Le Mouvement social, n° 132, juillet-septembre 1985, p. 67.

25 T. Labourieu, Le cocher Collignon, Paris, Arthème Fayard, s.d.

26 R. de Bonnières, « Vieux cocher », dans Les types de Paris, Paris, E. Plon, 1889, p. 114-115.

27 Chaque année, les noms des lauréats sont proclamés lors de l’assemblée générale de la Société. Il existe toute une hiérarchie des récompenses de la mention honorable à la médaille de vermeil.E. Pierre, op. cit., p. 577-590.

28 Il faut noter la proximité entre ce personnage et celui décrit dans les Types de Paris. Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1898, p. 230.

29 « Cinquante-sixième séance annuelle, 8 juin 1908 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1908, p. 158.

30 « Quarante-sixième séance publique annuelle, 30 mai 1898 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1898, p. 229.

31 « Séance solennelle, 16 mai 1863 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1863, p. 246.

32 « Seizième séance solennelle, 15 septembre 1867 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1867, p. 363.

33 J. Périn, « Rapport sur les mérites divers. Vingt-et-unième séance publique annuelle, 2 juin 1873 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1873, p. 207.

34 « Séance solennelle, 28 mai 1861 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1861, p. 206.

35 « Dix-neuvième séance publique annuelle, 6 juin 1870 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1870, p. 256.

36 J. Périn, « Rapport sur les mérites divers. Vingt-quatrième séance publique annuelle, 5 juin 1876 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1876, p. 235.

37 « Vingtième séance publique annuelle, 2 juin 1872 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1872, p. 265.

38 N. Papayanis, op. cit., p. 67. Voir aussi du même auteur, The Coachmen of Nineteenth-Century Paris. Service Workers ans Class Consciounsness, Baron-Rouge/Londres, Louisiana State University Press, 1993, 247 p.

39 J. Palissot, « Des mauvais traitements exercés sur les chevaux dans Paris. Recherche sur les moyens à employer pour en diminuer les abus », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1879, p. 324-328 et p. 351-360.

40 « Séance du 17 août 1871 », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1870-71, p. 369-370.

41 Ibid., p. 369-370.

42 « Séance du 21 avril 1870 », Ibid., p. 192-194.

43 « Séance du 18 décembre 1879 », Ibid., 1879, p. 366.

44 Ibid., 1881, p. 84.

45 « Séance du 17 novembre 1880 », Ibid., 1880, p. 340.

46 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du xixe siècle, 2e éd., Paris, Pluriel/Livre de Poche, 1978, 729 p.

47 Ce passage repose largement sur E. Pierre, « Aux origines des mouvements de protection animale en France au xixe siècle : le cheval », Actes des 10e rencontres internationales Cheval et différences, Angers-Saumur, 26 au 26 avril 2000, p. 28-33.

48 Nous sommes toujours en 1880.
G. Boucher, Le cheval à Paris de 1850 à 1914, op. cit., p. 45.

49 N. Papayanis, op. cit., p. 59-82.

50 B. Lizet, Le cheval dans la vie quotidienne, Paris, Berger-Levrault (coll. Espace des hommes), 1982, p. 113.

51 A. Goubaux, « Le marché aux chevaux de Paris », Bulletin de la Société protectrice des animaux, 1873, p. 443-456.

52 E. Pierre, Amour des hommes, Amour des bêtes, op. cit., p. 562-565.

53 G. Boucher, Le cheval à Paris de 1850 à 1914, op. cit., p. 45-46.

54 A. Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris 1815-1848, Paris, Seuil (coll. Point Histoire), 1990, p. 196.

55 E. Pierre, « L’hippophagie au secours des classes laborieuses », Communications, n° spécial à paraître à l’automne 2002.

56 B. Lizet, Le cheval dans la vie quotidienne, op. cit., p. 49.

57 J.-P. Digard, Le cheval force de l’homme, Paris, Gallimard (coll. Découvertes), 1996, p. 91.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540